Publications liées au mot-clé : Fary

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => fary
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 174
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => fary
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 174
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => fary
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 174
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => fary
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 174
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 174
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 174
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => fary
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 174
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (174) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (174) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (174)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1009534
                    [post_author] => 15
                    [post_date] => 2020-11-12 08:28:00
                    [post_date_gmt] => 2020-11-12 07:28:00
                    [post_content] => 

Après un rodage fructueux au Point Virgule, Panayotis a tenté à plusieurs reprises de jouer son spectacle Presque dans des salles plus vastes. Malgré les nombreux reports, nous avons pu assister à l’une de ses représentations au Grand Point Virgule. Découvrez la critique de Zelda Atlan !

Les années se sont écoulées et le grand public se demandait où était passé la tête à claque du Petit Journal. Finies les interviews de stagiaire pré-pubère, place à une plume mature et un Panayotis grandi. 

Dirigée par l’œil aiguisé de Fary, la mise en scène demeure fidèle à celle du stand-up traditionnel. Un plateau vide qui comporte uniquement un micro sur pied. Basique, mais cependant efficace, puisqu’il sert d’appui de jeu pour Panayotis.

Du haut de ses 22 ans, Panayotis Pascot s’est lancé le pari de nous faire rire. Comment y parvient-il ? Sa recette est simple : une pincée d’anecdotes gênantes, un soupçon d’introspection, le tout agrémenté d’un grain de folie. 

Presque de Panayotis : un voyage entre storytelling et introspection

Pendant près d’une heure et demie de spectacle, Panayotis nous ouvre la porte de son intimité en nous contant des épisodes de sa vie. Toujours avec humour et légèreté, il aborde des sujets qui, avec le recul, ne semblent pas si drôles. Dans un premier temps, Panayotis met l’accent sur cette question de la masculinité en se confrontant aux hommes de sa vie, notamment son père. Au cœur de ses vannes, Panayotis tire la corde entre humour et thèmes délicats : un père qui se jette dans des orties afin de prouver qu’un homme, ça ne pleure pas. Au vu des rires dans la salle, le succès est au rendez-vous.

Visiblement, cette injonction à « devenir un homme version 2.0 » a laissé à Panayotis quelques séquelles quant à l’expression de ses sentiments. Ainsi, il nous conte avec naïveté et gêne ses ratés auprès de la gente féminine. Par exemple, une envie de pisser totalement simulée car il est incapable d’embrasser le premier.

Des personnages interprétés avec brio

Côté jeu, là encore Panayotis réussit à marquer des points. Il n’hésite pas à incarner les personnages de sa vie. Notamment ce colocataire un peu dépressif et en pleine crise de la quarantaine que Panayotis n’hésite pas à rendre drôle et attachant.

Hormis la mise en lumière des acteurs de la vie de Panayotis, Presque est avant tout un spectacle introspectif. Ce spectacle questionne autant qu’il a questionné son créateur. Sur scène, Panayotis privilégie la sincérité à l’humour engagé. C’est d’ailleurs pourquoi il sort ému de son spectacle. Dans son interprétation comme à travers ses mots, Panayotis nous dévoile presque une partie de lui. 

Verdict : faut-il aller voir Presque, le spectacle de Panayotis ?

Si nous recommandons ce spectacle, il nous interroge sur les futurs angles artistiques de Payanotis. Certes, Presque est un spectacle bien écrit et authentique. Mais Panayotis s’est-il enfermé dans un personnage déjà trop dessiné, que le spectateur aurait déjà cerné ? Croisons les doigts pour que Panayotis reste aussi surprenant que drôle à l’avenir…

💬 Le mot de la rédac’ chef

Merci à Lisa pour cette belle critique du spectacle de Panayotis au Grand Point Virgule ! Une fois encore, le jeune prodige de l’humour fait mouche.

Une chose est sûre : ce genre de critique honore ceux qui sont allés au bout de leur proposition artistique à l’instant T, et la crainte de Lisa sera probablement levée dans son prochain spectacle. L’avantage, vu son jeune âge, c’est qu’il a tout le temps pour se développer, que ce soit sur scène ou dans ses projets de réalisation.

Pour l’heure, ce spectacle a encore de beaux jours devant lui ! Enfin, quand nous pourrons à nouveau sortir au théâtre… Ne nous faisons pas de souci, cela dit : tant que son producteur Jean-Marc Dumontet garde le même enthousiasme, l’espoir est de mise !

[post_title] => Panayotis dans Presque : un spectacle abouti ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => panayotis-presque-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-14 19:14:12 [post_modified_gmt] => 2021-02-14 18:14:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009534 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1009072 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-27 08:56:00 [post_date_gmt] => 2020-10-27 07:56:00 [post_content] =>

À Paris, les amateurs d’humour peuvent aujourd’hui profiter de nombreux comedy clubs. Plus nombreux, ces établissements mettent le paquet sur la communication et l’accueil du public. En revanche, sur le plan artistique, il reste encore beaucoup de travail. Explications.

Nb. La rédaction de cet article est antérieure à la fermeture des bars et au couvre-feu. Les critiques concernant la carte de chaque lieu concernent donc leur fonctionnement habituel.

Madame Sarfati, le Fridge : vers des comedy clubs blockbusters ?

Les deux derniers lieux à avoir fait beaucoup de bruit sont Madame Sarfati et le Fridge Comedy Club. Ouverts par des mastodontes de l’humour, Fary et Kev Adams, ils ont rapidement trouvé leur public.

J’ai donc voulu savoir comment ça se passait en vrai. Comme il y a quelques années, où je découvrais le Jamel Comedy Club, j’ai ressenti une pointe de déception. Il y a plusieurs raisons à cela, et je vais essayer d’être la plus claire possible pour que vous compreniez que oui, vous devez continuer à aller voir du stand-up là-bas.

Lieu vs. expérience : donnez envie de revenir !

Je l’ai peut-être déjà écrit, mais cette pensée revient souvent, alors autant radoter. Le One More Joke a construit son succès sur l’idée qu’une soirée stand-up était une expérience, l’occasion de créer un souvenir. Un soupçon de magie qui vous transforme en habitués.

Le Fridge et Madame Sarfati se concentrent sur des détails, comme la « finger food » ou les cocktails au nom d’humoristes américains. S’il vous plaît, laissez-moi boire un cocktail « Yacine Belhousse ». Parce que c’est lui que je viens voir, pas Jerry Seinfeld. Remarquez, y a bien Gad Elmaleh (désolée pour le troll, c’est trop tentant).

Pour rappel, je viens voir du stand-up, pas manger un hot-dog avec les doigts parce que c’est hype. Je n’ai pas faim, sauf de blagues. Comme je ne suis pas sensible à ces attentions culinaires ou superficielles, mon expérience se révèle impersonnelle, sans grande saveur. Même avec une salle originale (ça me rappelle Shrek, étrangement). Alors venons-en à ce qui nous intéresse vraiment.

Décréter que Madame Sarfati est une expérience, c’est bien… mais prouvez-le sur scène !

Des usines à humoristes

Là, je vais plus me concentrer sur Madame Sarfati. Comme vous le savez, la programmation reste secrète. En effet, le lieu considère qu’il amène une programmation de qualité, peu importe qui vous verrez.

Or, il s’avère impossible de tenir cette promesse. Pourquoi ? Parce que ma vision du stand-up de qualité ne correspond pas à ce que j’y ai vu. J’étais certes à la première session de la semaine (mercredi 19h45), mais ce n’est pas une excuse.

C’était globalement insipide. Une cooptation d’artistes qui jouent souvent sur les mêmes plateaux. Des humoristes qui proposent du stand-up vu et revu. Franchement, des blagues sur le fait que les femmes cherchent dans leur sac en désordre pour éviter de payer lors des dates ?

Vous n’avez vraiment rien d’autre à proposer ? L’humoriste numéro 2 de la soirée (Az) aurait très bien pu échanger son texte avec celui du numéro 3 (Akim Omiri), on n’y aurait vu que du feu. Alors qu’on aimerait qu’ils disent : « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! ». Heureusement que Louis Dubourg sauve le tout avec une animation très efficace.

Comme le dit très bien Stand Up France, il faudrait marquer davantage la différence avec le Paname pour confirmer le côté « premium » de Madame Sarfati.

La musicalité sans les idées ?

Ça me fait penser à la bouffe industrielle. Un bon packaging, des produits faciles à consommer et imaginés pour plaire au plus grand nombre.

Mais au fond, ce n’est pas de la qualité. On s’ennuie ferme. Bien sûr, on entend la musicalité du stand-up chère à Fary, mais le rire passe en mode automatique. Par conséquent, on rit sans s’en rendre compte, avant de se dire « il a dit quoi, en fait ? ». Comme si le stand-up était une franchise, parfois calquée sur un modèle américain qui n’est peut-être pas le meilleur pour nous…

Il est encore trop tôt pour savoir si le Fridge se dirige vers le même écueil que Madame Sarfati. Parce que les choses y sont faites avec plus d’humilité et beaucoup plus d’envie d’ouvrir des portes. À peine ouvert, le lieu de Kev Adams montre à la fois des promesses, mais aussi cette volonté de porter l’héritage du stand-up américain sur ses murs et dans vos verres. On restera attentif à son évolution, donc.

Le stand-up français, qu’est-ce que c’est ? Les comedy clubs le dévoilent-ils sous son grand jour ?

Au fond, c’est peut-être Shirley Souagnon qui a vu juste. Dans son documentaire, elle voulait donner naissance au stand-up français. Se sortir du carcan du stand-up à l’américaine. Porter une nouvelle génération. Avec le Barbès Comedy Club, l’humoriste est en train de réussir son pari.

Cependant, il existe un écueil dans ces nouveaux lieux plus « bienveillants ». Certains humoristes confient ne pas toujours se sentir libres de jouer ce qu’ils veulent. Je crois qu’on leur dit surtout que certaines choses peuvent offenser ou être énoncées avec plus d’intelligence… Tandis que dans des lieux où l’on fait moins attention au contenu de certains, d’autres se sentent mal à l’aise… Qui dit vrai, alors ?

Bien connaître la politique d’un lieu est primordial. Le Barbès Comedy Club, puisqu’on parle de lui, joue la carte de la transparence. Dans son guide de l’humoriste, les règles sont claires :

Aucun propos discriminatoire, aucun discours haineux et aucune personne en état d’ébriété ou susceptible de comportements violents ne seront acceptés dans l’enceinte de l’établissement. (…) Sur scène ne sont pas tolérées, les propos à caractère discriminatoire, visant à porter un discours haineux.

Les artistes, dans leur propos sur scène comme dans leur comportement dans le lieu, doivent donc respecter certaines règles, étayées plus loin.

L’accès pourra être refusé au public et artistes dans les cas suivants :

- À toute personne coupable d’une altercation lors d’une précédente soirée.

- À toute personne dont l’attitude ou le comportement, paraît menaçant, douteux ou vulgaire et laisse ainsi raisonnablement prévoir un risque de trouble à l’intérieur de l’établissement. (…)

Dans l’enceinte de l’établissement il est formellement interdit : (…)

- De faire preuve d’irrespect et/ou d’impolitesse et/ou agressivité envers les clients, les employés ou les artistes.

Liberté d’expression encadrée ?

Si les humoristes connaissent les règles du jeu, on peut s’interroger sur la manière de juger les passages des humoristes. Le Barbès Comedy Club assure que « la Nouvelle Maison du Stand-Up est un endroit safe pour le test ».

Le club précise ainsi que « seul le public est juge, la direction artistique du lieu se charge uniquement de vous conseiller et de programmer les passages qui cartonnent sur des shows payants ». Dans la même veine, voici un autre extrait du guide de l’humoriste : « n’oubliez pas que personne n’est jugé à la Maison, vous êtes aux Micros Ouverts pour tester des blagues et vous amuser ».

Ces règles ne sortent pas de nulle part. Pendant des années, certains plateaux d’humour avaient la réputation d’être des lieux loin d’être bienveillants. L’agressivité, les propos irrespectueux envers les femmes dans les loges d’artistes étaient parfois monnaie courante. De fait, quand Shirley Souagnon a imaginé son lieu, elle a voulu offrir un espace de liberté en fixant des règles pour contrecarrer l’agressivité d’antan. On vit là ce que les anglo-saxons ont traversé lors de la naissance de l’alternative comedy.

Fatalement, comme il s’agissait du premier comedy club qui proposait des créneaux chaque jour, cela évoque le Paname Art Café. Ce lieu a reçu énormément de critiques, tantôt justifiées, tantôt virulentes. Cependant, il reste une institution pour débuter et rapidement jouer sur des horaires plus en vue.

La politique du lieu est moins transparente, mais les artistes apprécient de pouvoir jouer ce qu’ils veulent. Tout est une question de sensibilité : certains seront plus à l’aise avec un encadrement strict, d’autres apprécieront qu’on leur fiche la paix.

On aurait tort de penser que cela concerne des lieux en particuliers. En réalité, les humoristes se programment entre eux et certains évaluent en permanence chaque prestation au lieu de faire preuve de clémence quand les choses tournent mal. Le phénomène est donc plus individuel que collectif : les justiciers autoproclamés de la vanne peuvent amener certains à l’autocensure…

Ressenti ou censure réelle ? Même s’il s’agit simplement d’humour, on pourrait faire un parallèle avec la loi Avia et ses multiples tentatives de réglementation. En effet, parfois, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Les réactions émotionnelles, qui font partie des thèmes du dernier spectacle de l’humoriste Haroun, ne sont pas le meilleur guide… Chacun devra y réfléchir et prendre les responsabilités de ses choix envers les autres artistes…

Lutter contre la cooptation : l’enjeu majeur du stand-up actuel

Au-delà des lieux, il y a donc un véritable défi de programmation à Paris. Il est documenté dans la presse comme dans les discussions des nouveaux humoristes. Soit on a des programmations volontaristes et thématiques, soit on a des cooptations qui aboutissent à des formatages. On a une telle richesse de talents, mais chaque bande évolue avec des œillères. Sans porter celle d’à côté, parfois même en réponse au rejet de l’autre bande…

Cela rend plus complexe la détection de talents. Il faut aller partout, sinon vous verrez un mince échantillon à peine représentatif… Par exemple, j’ai lu récemment sur un réseau social que John Sulo était la nouvelle étoile montante du stand-up français. Sur quelle base puis-je vérifier une telle affirmation ? Je l’ai vu au Paname Art Café il y a un an ou deux. Il est drôle et le Point Virgule le convie à jouer lors d’exceptionnelles. Mais de là à l’ériger en une étoile montante (la seule qui plus est, à en croire leur community manager)… Les communicants de ce monde ont complètement craqué.

Faire émerger l’originalité humoristique : l’idéal à poursuivre inlassablement

On m’objectera que j’aime les originaux, ceux qui privilégient la qualité à la quantité de rires et nécessitent une promotion accrue. Mais pensez-vous franchement que les artistes qui jouent à Madame Sarfati peuvent tous remplir des salles sans un coup de pouce promotionnel ou une cooptation ? Clairement, leur seul talent artistique ne suffit pas, car il est encore à construire. Certains ne cherchent même pas à construire un spectacle (pour suivre les traces de leurs idoles américaines…). Et même les meilleurs ont besoin de promotion, alors…

Il est urgent de diversifier les talents, de donner la chance à d’autres personnes. On objecte souvent, pour les femmes humoristes par exemple, qu’elles ne sont pas assez drôles pour bénéficier de telles cooptations. Mais pensez-vous vraiment que les hommes humoristes qui réalisent leurs premières grosses scènes sont prêts à faire rire le public ? Ou alors est-ce l’accumulation d’opportunités qui leur permet d’exister plus vite ? On peut aussi opposer le stand-up des comedy clubs à celui des plateaux d’humour alternatifs… Ça marche aussi.

Il faudra bien sûr faire attention dans ce manège qui fait osciller les talents entre méritocratie et piston. Pour le moment, chaque gérant de comedy club a sa politique et il devient plus facile de trouver son chemin en tant qu’artiste. Les choses avancent. Bientôt peut-être, on n’entendra plus les mots « c’est mon gars sûr » prononcés par un type qui annonce l’artiste suivant alors qu’il ne le connaît pas. Rêvons un peu…

Comedy clubs, médias, public : la quête des nouveaux talents doit être personnelle

On n’obtiendra jamais l’égalité des chances et probablement pas la parité. Cependant, l’espoir naît dans la concurrence et l’innovation des plateaux indépendants.

C’est à chacun de bosser en son âme et conscience, avec la passion de l’humour comme moteur, pour amener les talents au public. Pasquinade, dont nous vous avons parlé il y a quelques temps, répond exactement à cette problématique. Autre exemple : les organisatrices du plateau le Cercle du rire, Anissa Omri et Elsa Bernard, accompagnent les femmes qui se lancent (répétitions…) et s’entraident pour les faire jouer dans de bonnes conditions.

Autre enjeu crucial : les médias ont la responsabilité d’expliquer pourquoi ils assurent la promotion de certains au détriment d’autres avec le plus de transparence possible. Il faudra laisser une part au parti-pris et à la sensibilité individuelle, mais toujours l’expliquer et se préparer à rendre des comptes.

Il faudra aussi que le public accepte de ne pas prendre les critiques et recommandations comme des vérités incontestables. Surtout que les critiques ajoutent parfois une dimension politique à leur prisme de sélection artistique. Cela fait partie du jeu, mais cela peut pénaliser certains artistes si tout le monde est du même avis. Ou si les critiques sont peu nombreux.

Soyons intelligents dans nos choix artistiques, qu’on soit programmateur, spectateur, humoriste ou journaliste. C’est la seule manière de reprendre le contrôle sur l’amas d’humoristes qu’on nous impose ou dissimule à longueur de journée dans les comedy clubs comme ailleurs. C’est à chacun d’aller puiser dans la richesse humoristique des comedy clubs, des théâtres et des plateaux d’humour.

[post_title] => Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedy-clubs-formatage-standup [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-11-03 13:48:21 [post_modified_gmt] => 2020-11-03 12:48:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 6299 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-27 21:15:08 [post_date_gmt] => 2019-06-27 19:15:08 [post_content] =>

Soixante, c'est le programme d’humour diffusé le 26 juin sur Canal+ en prime-time. Le concept : Kyan Khojandi invite 60 artistes pour une heure de blagues. Retour sur un événement de type « démonstration de force » où chacun avait 1 minute pour s’exprimer, montre en main.

🔎 Vous cherchez la critique de Soixante 2 ? Elle est ici !

Soixante : une sélection forcément frustrante…

Pendant cette heure de spectacle télévisé, je me suis transformée en supporter beauf. Je hurlais de bonheur à quelques (rares) reprises, avant de me lamenter. Oh non, pas lui/elle ! (Au passage, la parité semblait au rendez-vous — je n’ai pas compté précisément mais ça avait l’air…)

Je m’attendais à un événement davantage axé sur les découvertes humour. Précision : j’écoute l’émission de niche Les bras cassés sur Couleur 3 en écrivant ces lignes. Autant vous dire que si je me penche sur le sujet, alors je vais être critique.

Soixante, c’est beaucoup moins que le nombre d’humoristes en activité. Pas de Ghislain Blique ou de Pierre Thevenoux, mais on a eu le droit à Paul Mirabel, Solène Rossignol, Marie Desroles et Rémi Boyes.

L’art de la nonchalance

Le problème, ce n’est pas le casting. On reviendra sur quelques perles totalement étonnantes et surprenantes, qui obligent à des félicitations. Non, c’est la nonchalance de certains humoristes présents.

Je pense notamment à Fary et son personnage de scène ultra-arrogant. Avec ton talent, copain, tu peux faire une minute de blagues. Après, c’était aussi nul que malin, donc ça passe encore. Là où je suis plus dubitative, c’est sur le passage de Melha Bedia. Elle a mangé un poulet à main nues, en y versant une tonne de mayonnaise dans son temps imparti.

Issa Doumbia s’est quant à lui contenté de scander le nom des deux humoristes avant et après lui : Yacine Belhousse et Solène Rossignol.

Les amis, la nonchalance, cela se crée avec un peu plus de subtilité que ça. Prenez Monsieur Fraize. Sa prestation ? Pas un mot, puis une référence au fait qu’il n’a pas de texte. Dernières secondes consacrées à regarder le chronomètre derrière lui. Et pourtant… ça marche ! C’est le meilleur teaser possible de son spectacle, car il est fidèle à lui-même et le spectateur ne se dit pas qu’il se fout de la gueule du monde.

S’il se le dit, c’est qu’il n’est pas réceptif du tout à ce type d’humour. Quoi qu’il en soit, le spectateur sait immédiatement si ça vaut le coup de se déplacer. Beau tour de force !

Soixante : de jolis coups de maître

Qui s’attendait à voir Monsieur Fraize dans un format plateau d’humour ? S’il joue à L'Européen, où se tenait la soirée, la scène avait de quoi surprendre. Mais ma plus belle surprise, c’était la venue de Kad et Olivier.

Le bonheur était palpable : ces deux-là ont marqué des générations et continuent d’écrire leur histoire au présent. À mille lieues de la performance d’Élie Semoun. Mais soyons honnêtes : critiquer Élie Semoun, c’est un peu tirer sur l’ambulance. Invoquer le point Nadine Morano ou Éric Zemmour. Et d’ailleurs, 100 % des gens qui m’ont parlé de Soixante décrivaient en des termes peu élogieux sa prestation. Pas besoin d’en dire plus.

Alors, c’était bien ou pas ?

Je vais être fidèle à mes origines normandes : les deux ! On ne peut rien reprocher à cette soirée, mis à part quelques détails. Ceux qui aiment l’humour à haute dose peuvent déplorer la venue de Bigflo et Oli ou Orelsan et tous les intermèdes musicaux. Mais d’autres peuvent au contraire trouver ces respirations bénéfiques.

Autre élément clivant : la direction artistique. Le format télévisuel demande une certaine rigueur, que Navo a apporté avec un talent incroyable. Chronométrer chaque passage pour qu’il dure soixante secondes, c’est une chose. Maintenir ce cadre, je ne m’attendais pas à le voir de mon vivant. Certains ont dépassé de… 3 secondes, excusez du peu !

Parfait, donc ? Le souci, dans ces soirées extrêmement construites, c’est de perdre un petit grain de folie. J’ai pris un plaisir plutôt modéré, parce que j’aime quand l’imprévu arrive. Problème de format…

Ce format reste un excellent coup marketing, comme Le Point Virgule fait l’Olympia sait aussi le faire — mais en mieux. La soirée a suscité plus de presse que Derrière un micro, une soirée stand-up plus classique avec… Kyan Khojandi déjà. En tant que public habitué du stand-up, c’est là qu’il faut s’orienter en priorité.

Crédits photo

© Canal+ / Jaad Productions

[post_title] => Soixante artistes - Kyan Khojandi joue la montre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-18 21:24:30 [post_modified_gmt] => 2020-11-18 20:24:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6299 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6271 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-02 17:58:12 [post_date_gmt] => 2019-06-02 15:58:12 [post_content] =>

Le 31 mars dernier, à la nuit tombée, Charles Leclerc devenait une légende des circuits. Ce pilote de course a vu sa popularité grimper en flèche et les médias s’élancer dans de belles envolées lyriques. Les chevaux étaient lâchés, ironie du sort quand on connait la dramaturgie de cette soirée.

Depuis longtemps, je voulais commettre cette entorse au règlement et mêler mes deux passions. Avant, j’écrivais sur des pilotes en devenir. Le mécanisme est à peu près identique pour un humoriste émergent. Des observateurs repèrent d’abord le talent. Ensuite, un mélange de chance, de talent et d’autres paramètres le propulsent en haut de l’affiche.

Mais au fait, comment on atteint le haut de l’affiche ? Si vous cherchez à imiter le début de parcours de Paul Mirabel, cet article est pour vous ! #RoadToOlympia

Nouvelle génération

Voici ce qu’il se passe généralement : les années passent, après un grand succès (Michael Schumacher ou Jean-Marie Bigard), puis le public retient les noms du passé avant de passer à autre chose. Pour en arriver là, il faut quelqu’un de spécial.

En course automobile, Charles Leclerc incarne cela pour plein de raisons. Déjà, il bouscule l’ordre établi : il était inconcevable de voir un jeune pilote intégrer l’équipe la plus mythique du monde il y a quelques années de cela. C’est un peu ce qu’il s’est produit avec la génération du Jamel Comedy Club. Premier gros séisme qui allait proposer autre chose que Muriel Robin ou Pierre Palmade (ou Desproges) comme référence au grand public.

Ensuite, c’est un destin hors du commun, une force de caractère rare. C’est le genre de type que tout le monde aime. Les médias anglo-saxons ont même vu un type, Matthew Gallagher, l’ériger en héros total. Durant le confinement, avec ce même YouTubeur, il a prouvé ses talents de joueur d’e-sport d’élite, charismatique et surtout… drôle !

En parlant de médias, je me suis remise à acheter de la presse papier à chaque fois qu’il obtenait un bon résultat. J’ai même versé une larme quand il a failli gagner et que le destin en a décidé autrement. Une seule, mais diable qu’elle était douloureuse.

Et en humour ?

Le point commun de tous les humoristes que j’aime dans la durée, c’est leur personnalité. Elle est toujours singulière, généreuse, incroyablement attachante. Elle peut se matérialiser différemment, pas besoin d’être extrêmement introverti ou extraverti. Tout ce qu’il faut, c’est venir avec sa vulnérabilité et une histoire particulière pour prendre le micro.

Des personnalités. Qui donnent envie d’écrire noir sur blanc qu’on tient là « la nouvelle sensation de l’humour ». Les attachés de presse et photographes faisant bien leur travail, on lit cela parfois un peu trop. Mais c’est aussi cela, rencontrer un talent et s’enflammer un peu. On ne sait pas de quoi demain sera fait, mais aujourd’hui, celui-ci a vraiment fait la différence, et il était de bon ton d’en parler.

Qui pour incarner le Charles Leclerc de l’humour ?

Blanche Gardin ou Monsieur Fraize rentrent sans nul doute dans cette catégorie de mastodontes. Ils touchent juste et la presse l’a bien compris. Je les vois un peu plus que des Fary ou Kyan Khojandi. Ceux-là, ce sont davantage des gourous, des sortes de bons clients qu’on aime entendre en podcast… mais qu’on a peut-être un peu trop entendu.

Ne vous y méprenez pas : j’aime bien. Mais au bout du quinzième podcast où Kyan Khojandi nous livre des conseils de vie, dans une période où le développement personnel est en plein boom, cela s’essouffle. Et d’ailleurs, Kyan n’est pas dupe : il le dit lui-même dans le podcast Les gens qui doutent.

[audio src="http://www.podtrac.com/pts/redirect.mp3/www.jaimebienquandtuparles.com/podcast-download/2784/1-kyan-khojandi-on-a-besoin-dintelligence.mp3" /]

Pour Fary, c’est encore plus manifeste. Derrière l’humour, l’idéologie n’est pas bien loin et on aime ou on n’aime pas. Preuve par l’exemple : ce que dit France Culture sur son spectacle Hexagone.

En réalité, il y a l’embarras du choix : Haroun, Roman Frayssinet, Shirley Souagnon, Gaspard Proust, Baptiste Lecaplain, etc. Il faut dire que les chiffres ne sont pas les mêmes : une vingtaine d’hommes du côté du sport, plus d’une centaine de prétendants chez les saltimbanques.

Il n’y aura jamais un humoriste qui fait l’unanimité, et tant mieux. Je laisse le mot de la fin à Thomas Wiesel (voir la fin de la vidéo ci-dessous !).

Crédits photo

© Ferrari

[post_title] => Il nous faut un Charles Leclerc en humour ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => charles-leclerc-star-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-19 18:43:23 [post_modified_gmt] => 2020-05-19 16:43:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6271 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6074 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-24 11:06:11 [post_date_gmt] => 2019-03-24 10:06:11 [post_content] =>

J'adore le mois de mars. Chaque année, il n'y a pas que pour les publicitaires que ça repart. Ce mois-ci, je n'ai pas vraiment eu envie d'écrire mille critiques de spectacles. A l'inverse, j'ai vécu des expériences assez dingues en plateau, dans les comedy clubs et café-théâtres.

Je me rends compte que j'ai beaucoup de choses à partager, et qu'il y a sans doute des anecdotes qui vont manquer. J'ai eu aussi la chance (ou la malchance, question de perspective) de perdre mon job et d'en chercher un autre avant de me consacrer corps et âme à la comédie. Le midi, le soir, la journée, bref j'ai vu des gens tout le temps. Trêve de blabla, voici quelques instantanés du rire pris à la volée en plateau et ailleurs !

Marion Mezadorian dans une autre dimension

Si vous ne le savez pas encore, Marion Mezadorian assure sa propre production depuis le début. Même si j'ai annoncé que j'arrêtais le concept de résidents, je n'ai cessé de la suivre sur scène et en dehors. Après des mois à zoner au 33 Comedy, j'ai à nouveau pris place au Théâtre du Marais pour voir son spectacle nouvelle version.

Car cette œuvre artistique a du kilométrage dans les pattes. Marion a eu l'intelligence de s'entourer de plusieurs âmes pour la mise en scène. Francis Magnin l'a encouragée à ajouter du stand-up au début. Ce n'est pas un hasard, quand on connaît la genèse de Pépites. Elle l'écrivait au Paname Art Café - le personnel pensait qu'elle écrivait un livre ! Ensuite, elle a testé dans ce même lieu et joué ce spectacle. Pendant longtemps, je la retrouvais à la Comédie des 3 Bornes. L'émotion était vive la première fois. C'est sa personnalité qui porte le tout. Cette acharnée de travail ne lâche rien, ne s'économise pas et se donne comme peu d'artistes.

Ensuite, il y a eu Alexis, puis dernièrement Alexandra Roth. Petit à petit, elle s'affirme avec son ADN : celui de comédienne. Le fil rouge du spectacle s'étoffe, gagne en fluidité. Les applaudissements de fin étaient d'une intensité rare. L'année de Marion ne fait que commencer : elle jouera à Avignon, au Marrakech du Rire et vous la verrez même au cinéma en fin d'année... La fusée Mezadorian continue son ascension, et ce n'est que le début. Le plus fort, c'est que dans tout ça, elle garde du temps pour les gens. A titre personnel, elle m'a tellement apporté ces dernières années ; j'en profite donc pour la remercier pour son temps malgré tout le travail qu'elle abat depuis des mois. Elle revient en plateau ces derniers temps, profitez-en ! D'autant plus que mardi, c'est sa dernière au Théâtre du Marais ! Elle devrait y revenir à la rentrée.

Laura Lozano et le plateau Trempoint 2.0

Pour une institution comme Le Point Virgule, les temps qui courent sont une menace. Je vous parlais du Théâtre du Marais, qui continue de monter et d'attirer des talents d'exception. Sans réaction, le Point Virgule peut vraiment devenir ringard.

Mais ce n'est pas dans l'ADN du Point Virgule de ne pas réagir. Les Trempoint, c'est un plateau qui permet à l'équipe de ce théâtre de décider qui jouera là-bas, ou dans les salles de Jean-Marc Dumontet. Et cela ne donnait pas envie : le public ne venait pas beaucoup, surtout parce que vous ne saviez jamais qui allait jouer. Il y avait une pauvre publication sur les réseaux sociaux, sans visuel ou autre, avec parfois la programmation.

Aujourd'hui, le Trempoint se remplit sans trop de difficultés, alors qu'il est parfois annoncé à la dernière minute. Il n'a plus vraiment d'horaire fixe, et paradoxalement ça marche. La programmation est systématiquement présentée : c'est devenu un plaisir d'y jouer comme d'y participer.

Je ne sais pas si l'arrivée de Laura Lozano dans l'équipe a joué dans cela, mais cette femme-là sait tendre la main aux jeunes artistes. Je l'ai rencontrée aux sélections des Best de l'Humour, elle m'a nourri en chocolats pour tenir les 4 heures de show de la deuxième soirée parisienne.

Même si je ne suis pas corruptible par le sucre, c'est grâce à elle que j'ai survécu à cette soirée. J'étais complètement décalquée toute la semaine (c'était un lundi soir). Depuis, je l'ai revue à la soirée des humoristes de demain, lors de différents Trempoint et aussi au spectacle de Marion Mezadorian. Je ne sais pas si je lui ai dit que sa présence pour les sélections allait changer la donne, mais j'y crois dur comme fer. Le prochain défi, c'est aussi d'intégrer le Sentier des Halles à l'écosystème de Jean-Marc Dumontet. Cette salle est super chouette, mais difficile à remplir. C'est là que vous allez découvrir des artistes émergents. Laura, et Antoinette Colin bien entendu, y veillent au grain. Moi aussi, et je ne manquerai pas de mettre l'énergie là où il faut pour faire émerger des talents et passer des plats, comme on dit vulgairement.

Culture : un livre et deux séries

Qui dit chômage, dit temps libre. En plus d'aller voir le plus de monde possible, j'ai repris un mois gratuit sur Netflix. A la base, c'était pour la série sur la Formule 1 sortie le 8 mars dernier. Mais j'en ai profité pour revoir du Jimmy Carr et du Jack Whitehall. Ah, les comiques britanniques...

Catastrophe : en couple/cloque malgré vous

C'est pourtant sur myCANAL que j'ai pris le plus de plaisir. J'ai suivi la recommandation d'Els - Lost in France. On a vu Premières Vacances ensemble en français sous-titré anglais, avec plein d'expatriés. J'adore les événements où les anglophones pullulent, mais on y vient. Chaque chose en son temps ! Bref, elle m'a fait voir Catastrophe. C'est l'histoire d'un couple qui se crée malgré lui.

Si vous aimez Platane, les comédies romantiques et aussi les (gros) tracas du quotidien, vous aimerez Catastrophe. Je ne suis pas une adepte du binge-watching, mais j'ai consommé les quatre saisons en 2/3 semaines. Si vous souhaitez le pitch de la série, Télérama l'a rédigé mieux que je ne pourrais le faire.

Please Like Me : ça me parle

Sur Netflix, j'ai vu Please Like Me. Pareil, quatre saisons. Je n'ai pas encore terminé. A la base, j'ai commencé à regarder parce que c'étaient des mecs qui couchaient ensemble. Ça m'a rappelé l'adolescence, quand j'ai découvert Queer as Folk. Mais ça, c'est un délire personnel.

C'est une série australienne, dont vous pouvez retrouver le pitch sur Konbini. Comme pour Catastrophe, les comiques jouent devant la caméra. Il y a même Hannah Gadsby, je ne l'ai pas reconnue d'ailleurs. Encore trop occupée à regarder Josh se taper des beaux gosses, c'est malin...

Ce que j'aime, c'est l'instantané d'une génération un peu perdue, qui appréhende ses émotions. J'adore le personnage de Claire, allez savoir pourquoi.

Le Graal des humoristes : histoire du Point Virgule

Gilbert Jouin, un intervieweur qui connaît bien les paillettes, vient de consacrer un livre sur le Point Virgule. J'ai lu les 3/4 du livre, et je me suis ruée sur les dernières interviews de Fary et Panayotis Pascot. C'est un recueil d'interviews des bâtisseurs (ceux qui ont construit et maintenu le théâtre dans les coulisses) et des artistes.

Il y a beaucoup d'émotion dans la première partie, sur les bâtisseurs du lieu. On se rend compte que ce lieu est une affaire de passionnés et de générosité. Aussi, ça fait du bien de vanter les qualités humaines d'un Jean-Marie Bigard. Les médias actuels mettent plus en avant les blagues foireuses et oublient la substance des gens derrière, et c'est dommage.

J'ai été frappée par l'investissement émotionnel de certaines personnes. Je connais très peu Antoinette Colin. Quand je la vois, je n'ose pas trop lui parler. Il y a ce profond respect pour ce qu'elle fait, notamment programmer Jean-Philippe de Tinguy (et tant d'autres !) sur un coup de cœur, jusqu'à trois soirs par semaine. Je ne sais pas s'il était prêt à ça, mais je sais qu'il a atteint ses objectifs artistiques là-bas.

C'est l'occasion de découvrir une femme qui semble discrète, mais dont le fort caractère lui a permis de tenir tête à Jean-Marc Dumontet pour conserver l'identité du lieu. Pour les détails, je vous recommande la lecture de cet ouvrage. Certains entretiens, comme celui de Laurent Ruquier, n'ont aucun intérêt (mais sans doute n'a-t-il pas voulu y consacrer du temps ?) tant ils sont courts. J'aurais voulu avoir plus de détails sur la nouvelle génération, mais aujourd'hui, le Point Virgule n'a pas le monopole de la détection de talents. C'est un héritage, une marque à entretenir et à moderniser en même temps. Vaste défi pour ce lieu qui accueille un plateau historique.

Plateau d'humour : changement de cap

Hugo Gertner en plateau d'humour - avatar

Dimanche Marrant a longtemps été mon rendez-vous phare de la fin de semaine. C'est de l'histoire ancienne, maintenant. Le Motel est arrivé, et j'y ai découvert Hugo Gertner. Je l'ai aussi retrouvé avec plaisir - et deux fois - à la Great British American Comedy Night. Ca se passe au Jardin Sauvage, et c'est en anglais. J'ai adoré y voir Ghislain Blique et Charles Nouveau, les voir jouer en anglais, c'est classe.

Hugo Gertner en plateau, stand-up wingman

Hugo aime le stand-up. Il a plein d'anecdotes à raconter. Pour le remercier de toutes ces histoires, je lui ai personnalisé un avatar (l'annuaire des artistes n'existe plus, ils étaient trop nombreux à arriver…). Si vous en voulez un, et que je vous aime bien, demandez, ça me prend très peu de temps... Et ça fait tellement plaisir, apparemment, alors si je peux aider !

Hugo, c'est un peu comme Marion, ou Pierre Thevenoux (dont la dernière interview du We Love Comedy Magazine est géniale) et Ghislain en un sens. Ils savent trop de choses, à ce stade, sur le plan personnel et sur les ragots de l'humour. J'ai aussi passé un temps fou avec Louis Chappey. J'étais pas mal fourrée au Laugh Steady Crew, notamment pour évaluer la découverte humour de ce mois. Le Bar à Bulles est un lieu incroyable pour le stand-up. Revenons à Louis Chappey : découvert à Nanterre, il est aussi barré qu'attachant. On a beaucoup ri, et j'espère qu'il va continuer à s'amuser en plateau malgré les aléas de l'existence.

J'ai aussi vu Gabriel Francès, l'un des hommes derrière Le meilleur podcast. Attention : il y en a deux, des podcasts comme ça. Ne confondez pas : celui-là, c'est celui qui invite les jeunes humoristes. On y retrouve Cyril Hives, Fabien Guilbaud et bien sûr les hôtes toulousains. On a Gabriel, et aussi Emma de Foucaud et Arezki Chougar à l'animation.

Bref, j'ai retrouvé cette ambiance de copains ce mois-ci. Je pense aussi à Nadim, qui s'est lancé dans des vidéos pour faire le buzz. Sa folie l'emporte dans une autre dimension, j'ai adoré le revoir à la Petite Loge ! Ce qui nous amène à la suite...

Il s'en passe des choses, à Vanves...

Depuis plusieurs semaines, je vais voir du stand-up pour les à-côtés. Je sens un amour du seul-en-scène plus théâtral monter (coucou Sophie Imbeaux), tandis que les codes du stand-up essoufflent mon intérêt. Le public devient rude, aussi. J'étais au Petit Palais des Glaces : cette salle est maudite. On ne compte plus les soirs où les gens quittent la salle avant la fin. Je n'ai jamais vu ça.

Par contraste, je ne m'attendais pas à voir un bon plateau à Vanves. Mais le chômage, c'est fait pour prendre le temps et juger sur pièces. Autant vous dire que mes préjugés ont volé en éclat. Après avoir côtoyé des publics difficiles et été la seule à rire à des vannes de qualité, ça m'a fait du bien d'être avec des gens qui voulaient rire plus que juger.

Tous les ingrédients d'un bon plateau

Un nouveau plateau, ça peut donc être un vent de fraîcheur. Plusieurs raisons expliquent ce succès. J'y suis allée parce qu'ils alignaient Aude Alisque et Alexis le Rossignol. Aude n'a pas pu venir, finalement, mais grâce à la réactivité des MC, Avril et Pierre DuDza, on n'y a vu que du feu. La sélection était équilibrée, et ils ont même attiré Nassim Mellah. Si ce n'est pas mon délire, cet humoriste a de l'expérience. Je l'ai découvert aux Ecuries, lorsque Radio Nova avait un plateau en public. Son set a vieilli, mais il y travaille.

Autre élément : l'investissement du lieu. C'est une salle qui accueille des spectacles d'improvisation mensuels. Il y a une régisseuse très réactive, des éclairages et un micro qui fonctionnent sans impair. Les gens qui bossent à l'Espace Gazier veulent bien faire, et cela passe par tous les détails.

Le public n'est pas celui que vous voyez dans les bars. Urbain disait récemment dans Un café au lot7 qu'il détestait jouer devant des adolescents. Encore un puriste du stand-up qui a manqué son rendez-vous à Vanves...

Il y avait des jeunes, des moins jeunes, des familles venues s'amuser sans prétention. Vanves avait l'air de désirer du spectacle vivant dans sa ville. C'était palpable. Peu importe l'expérience des humoristes à l'affiche, tout le monde a livré ses prestations avec beaucoup de professionnalisme et de générosité. Côté spectacle vivant, c'était probablement ma meilleure expérience stand-up de l'année. J'ai même découvert Jérémy Ippet et revu Boriss Chelin avec grand plaisir. Jérémy vient de recevoir le prix du jury au concours Artishow Nanterre... Il n'y a aucun hasard à cela !...

Le prochain rendez-vous aura bien lieu, comme cette première a eu du succès. Pour réserver quand ce sera annoncé, vous pourrez passer par Eventbrite. L'entrée est à 6 euros et il n'y a pas de chapeau. Vous pouvez prendre une conso sur place. Pour les artistes, le staff vous met bien avec plus de bouffe que vous n'imaginez. Et c'est près du métro. Plus d'excuse pour rire en banlieue ! ;)

Crédits photo

© Guillaume Dollé

[post_title] => Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateau-humour-actu-mars [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6074 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 2224 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-07-08 18:44:57 [post_date_gmt] => 2017-07-08 16:44:57 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Lorsque vous cherchez à assister à un spectacle, avez-vous l'impression qu'il y en a trop ? La concurrence, c'est bien, mais cela peut vite devenir un bordel organisationnel. Voici quelques astuces pour survivre à une offre pléthorique de spectacles d'humour.

Repérer les bons spectacles

Commencez par un comedy club : c'est la meilleure façon de découvrir des humoristes en masse. Pour le prix d'un, vous en aurez 5 ou 6. Pas forcément le Jamel Comedy Club, vous risqueriez de retomber sur des humoristes déjà vus sur YouTube. Je vous conseille un combo entre plateau d'humoristes coté, tel que le Paname Comedy Club, et un plateau un peu plus niché dans les algorithmes de Facebook, là où ils se retrouvent tous. Le spot du rire essaie de vous aider en vous proposant des spectacles à suivre. On ne le dira jamais assez : faites-vous votre propre idée ! Vous seul savez ce qui vous fera mourir de rire.[/vc_column_text][vc_empty_space height="0.3 em"][vc_column_text]Tareek et le quatrième murVoir aussi - Absence de quatrième mur : kit de survie à usage du public Imaginez : vous êtes dans le public d’un plateau d’humour au Paname Art Café. L’ambiance est bonne, les humoristes commencent à vanner et à parler au public. Comment gérer l’absence de quatrième mur en toute sérénité ? Après des heures et des heures sur les bancs publics de l’humour, je vous livre quelques astuces pour passer cette épreuve draconienne.[/vc_column_text][vc_empty_space height="0.3 em"][vc_column_text]

Astuce de pro : osez donner une deuxième chance

Si vous voyez le ou la même humoriste jouer 7 minutes, vous aurez une idée plus précise de son univers. Vous pourrez même entendre de nouvelles blagues. Eh oui : les plateaux, ce sont avant tous des laboratoires du rire. Et comme tout sujet de recherche, il y a peu de moyens et beaucoup d'idées. Raison de plus pour soutenir la cause (non, ce ne sont pas des sectes ;)).

Varier les styles

Vous aimez le stand-up ? Tentez l'aventure d'un seul-en-scène avec personnages. Si vous aimez être surpris, vous avez une multitude de styles à découvrir.

L'amour du risque : premier rang ou pas premier rang ?

Le premier rang, tout le monde l'évite. On est conditionné, dès l'école, à vouloir être posé pour pioncer. Mais au final, les humoristes sont un peu comme les profs. Ils se rabattent souvent sur le deuxième rang. Ils jouent au malin, à chercher celui qui voulait éviter de se taper l'affiche. La victime parfaite. Et une fois que ce secret est levé, c'est fini : cette personne est prise en grippe jusqu'au bout. Mon conseil : mettez-vous dans la même configuration qu'un morceau de viande sur un barbecue. Osez le premier rang. Vous serez tranquille, parce qu'ils pensent que vous cherchez à attirer l'attention, et donc le mépris s'en suit. Pour moi, ça marche à 80 %.

Pour les plus téméraires : recruter Cédric Villani

Le célèbre mathématicien Cédric Villani vous exposera les probabilités que votre humoriste préféré joue (ou non) à un jour donné. En effet, votre sens de l'observation ne suffira pas toujours. Combien de fois ai-je réservé pour un spectacle avant de voir un pur plateau me passer sous le nez ? Beaucoup trop. Si quelqu'un est chaud pour développer un algorithme, ça me serait très utile. Comme ça, je ne louperai plus les artistes du spot du rire et je continuerai à en découvrir d'autres. Recruter Cédric Villani est donc la meilleure option, puisque les autres (téléportation, dédoublement) ne sont humainement pas possibles.

Drop the phone: c'est de la scène, c'est un vrai rapport, c'est intimiste

Pas de photo, pas de vidéo des artistes... Tous les plateaux ne le disent pas mais ils le devraient. J'adore la liberté, les règles m'agacent, mais un peu de respect, quoi. Si l'on veut mettre un appareil électronique entre soi et un humoriste, autant aller sur YouTube et faire une capture d'écran. Votre cliché sera de meilleure qualité. Et si je ne vous ai pas convaincus sur ce point, écoutez la parole divine de Fary. Il paraît que ce mec pèse dans le game.[/vc_column_text][vc_video link="http://www.youtube.com/embed/GB3pfSR1sB0"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Assister à un spectacle : le guide ultime [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => guide-spectacle-humour-standup-paris [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:18:27 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:18:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2224 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1506 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-06-03 10:39:57 [post_date_gmt] => 2017-06-03 08:39:57 [post_content] => Le stand-up français, et l'humour plus généralement, bénéficient d'un vivier de gens prêts à tester leurs vannes. Pour Alex Nguyen, il est possible d'améliorer les choses et d'aller plus loin. Je vous laisse le soin de regarder sa vidéo. Sachez qu'elle est volontairement provocatrice et qu'il a nuancé ses propos dans sa description. Il aurait pu tout englober dans sa vidéo pour plus de clarté. Au moins cela donne l'occasion de reprendre ses arguments et nourrir le débat !

Les humoristes français peu enclins à tester leurs vannes ?

Tout d'abord, Alex Nguyen oppose les humoristes français aux anglophones. C'est amusant, ce complexe d'infériorité qu'on traînerait comme un boulet. D'ailleurs, de nombreux humoristes, voire peut-être tous, se nourrissent de la culture anglo-saxonne pour ensuite prendre ce qu'ils en ont appris et l'adapter à l'humour made in France. Pour être honnête, je suis assez en désaccord sur l'absence de culture de test des vannes. Les humoristes, en tout cas pour les pointures, se reposeraient sur leurs acquis ? C'est vrai : tout le monde ne vient pas forcément tester et se confronter à un public averti. Mais des gens comme Fary, par exemple, tiennent à revenir se mesurer à ces scènes-là et à mettre en lumière de nombreux jeunes talents. Il n'est véritablement pas le seul dans cette mouvance. C'est aussi ça, la diversité de l'humour. Gad Elmaleh, qui est plutôt connu quand même, s'est par ailleurs lancé un défi dans ce sens. Il a tenté de faire rire et convaincre le public aux Etats-Unis, sans le matelas confortable de sa carrière en France.

...et une culture de la prise de risque trop timide ?

Tout de même, je comprends d'où vient cet argument. Après tout, dans le documentaire de Canal+, Jamel lui demande pourquoi il se complique la vie avec un tel défi alors que le public est acquis à sa cause en France. En effet, cela rejoint aussi ce que disait Eric Judor dans sa masterclass de février au cinéma l'Ecran (à partir de 1h13) :
L'endroit où va Jamel aujourd'hui ne me fascine pas spécialement. On avait une position, Ramzy, Jamel, Gad et moi, qui nous imposait de prendre des risques dans la comédie. [Cela permettait d']emmener le public ailleurs : les gens nous écoutaient, nous aimaient et on avait vraiment un public, une grosse base qu'il fallait qu'on viole un peu (sic !), qu'on emmène ailleurs - dans des directions comiques moins confortables. Je trouve, malheureusement, que Jamel n'a pas pris ce [virage]. Il a un gros pouvoir comique, ce mec : on l'écoute, on le regarde, il a une qualité de jeu, une intensité de jeu, qui peuvent lui permettre d'amener les gens vachement loin. S'il s'autorisait à faire des trucs moins consensuels, le public irait et s'ouvrirait à un autre genre. Et on s'enrichirait tous en suivant Jamel dans une autre direction, [mais] je trouve qu'il reste dans sa zone de confort, à refaire les trucs qu'on connaît. Il est très drôle, ultra doué et je reste fan de lui, mais il ne me surprend pas, malheureusement.
Rendons à César ce qui lui appartient. Jamel continue de donner sa chance à des jeunes talents du stand-up français dans le Jamel Comedy Club. L'émission bénéficie d'une notoriété énorme auprès d'un public qui ne se dirige pas vraiment vers les autres plateaux. De nombreux formats sont déclinés pour les faire découvrir (tournée de la troupe de Melun à Biarritz, la Debjam du mardi soir, etc.). Et puis, question risque, certains humoristes répondent tout de même présent !

La culture du copinage dans le stand-up français

Franchement, du point de vue du public du stand-up français, on s'en fout. Je n'ai pas eu l'impression de voir cela. Il y a tellement de lieux où s'exprimer, entre les scènes ouvertes et les petits comedy clubs qui se font et se défont. Au final, si des petits groupes de copains se retrouvent entre eux ici où là, il restera toujours un autre refuge ailleurs. Encore une fois, tout est en train de se développer. Nous bénéficions d'une proximité culturelle avec les autres pratiques d'humour dans le monde entier. Merci, internet. Vous êtes humoriste et vous avez envie de faire part de votre expérience sur la perception du stand-up français ? Vous êtes bienvenus dans l'espace commentaires ;-) [post_title] => Snob, le stand-up français, vraiment ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => snob-stand-up-francais-vraiment [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:18:43 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:18:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=1506 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) ) [post_count] => 7 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1009534 [post_author] => 15 [post_date] => 2020-11-12 08:28:00 [post_date_gmt] => 2020-11-12 07:28:00 [post_content] =>

Après un rodage fructueux au Point Virgule, Panayotis a tenté à plusieurs reprises de jouer son spectacle Presque dans des salles plus vastes. Malgré les nombreux reports, nous avons pu assister à l’une de ses représentations au Grand Point Virgule. Découvrez la critique de Zelda Atlan !

Les années se sont écoulées et le grand public se demandait où était passé la tête à claque du Petit Journal. Finies les interviews de stagiaire pré-pubère, place à une plume mature et un Panayotis grandi. 

Dirigée par l’œil aiguisé de Fary, la mise en scène demeure fidèle à celle du stand-up traditionnel. Un plateau vide qui comporte uniquement un micro sur pied. Basique, mais cependant efficace, puisqu’il sert d’appui de jeu pour Panayotis.

Du haut de ses 22 ans, Panayotis Pascot s’est lancé le pari de nous faire rire. Comment y parvient-il ? Sa recette est simple : une pincée d’anecdotes gênantes, un soupçon d’introspection, le tout agrémenté d’un grain de folie. 

Presque de Panayotis : un voyage entre storytelling et introspection

Pendant près d’une heure et demie de spectacle, Panayotis nous ouvre la porte de son intimité en nous contant des épisodes de sa vie. Toujours avec humour et légèreté, il aborde des sujets qui, avec le recul, ne semblent pas si drôles. Dans un premier temps, Panayotis met l’accent sur cette question de la masculinité en se confrontant aux hommes de sa vie, notamment son père. Au cœur de ses vannes, Panayotis tire la corde entre humour et thèmes délicats : un père qui se jette dans des orties afin de prouver qu’un homme, ça ne pleure pas. Au vu des rires dans la salle, le succès est au rendez-vous.

Visiblement, cette injonction à « devenir un homme version 2.0 » a laissé à Panayotis quelques séquelles quant à l’expression de ses sentiments. Ainsi, il nous conte avec naïveté et gêne ses ratés auprès de la gente féminine. Par exemple, une envie de pisser totalement simulée car il est incapable d’embrasser le premier.

Des personnages interprétés avec brio

Côté jeu, là encore Panayotis réussit à marquer des points. Il n’hésite pas à incarner les personnages de sa vie. Notamment ce colocataire un peu dépressif et en pleine crise de la quarantaine que Panayotis n’hésite pas à rendre drôle et attachant.

Hormis la mise en lumière des acteurs de la vie de Panayotis, Presque est avant tout un spectacle introspectif. Ce spectacle questionne autant qu’il a questionné son créateur. Sur scène, Panayotis privilégie la sincérité à l’humour engagé. C’est d’ailleurs pourquoi il sort ému de son spectacle. Dans son interprétation comme à travers ses mots, Panayotis nous dévoile presque une partie de lui. 

Verdict : faut-il aller voir Presque, le spectacle de Panayotis ?

Si nous recommandons ce spectacle, il nous interroge sur les futurs angles artistiques de Payanotis. Certes, Presque est un spectacle bien écrit et authentique. Mais Panayotis s’est-il enfermé dans un personnage déjà trop dessiné, que le spectateur aurait déjà cerné ? Croisons les doigts pour que Panayotis reste aussi surprenant que drôle à l’avenir…

💬 Le mot de la rédac’ chef

Merci à Lisa pour cette belle critique du spectacle de Panayotis au Grand Point Virgule ! Une fois encore, le jeune prodige de l’humour fait mouche.

Une chose est sûre : ce genre de critique honore ceux qui sont allés au bout de leur proposition artistique à l’instant T, et la crainte de Lisa sera probablement levée dans son prochain spectacle. L’avantage, vu son jeune âge, c’est qu’il a tout le temps pour se développer, que ce soit sur scène ou dans ses projets de réalisation.

Pour l’heure, ce spectacle a encore de beaux jours devant lui ! Enfin, quand nous pourrons à nouveau sortir au théâtre… Ne nous faisons pas de souci, cela dit : tant que son producteur Jean-Marc Dumontet garde le même enthousiasme, l’espoir est de mise !

[post_title] => Panayotis dans Presque : un spectacle abouti ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => panayotis-presque-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-14 19:14:12 [post_modified_gmt] => 2021-02-14 18:14:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009534 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 7 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => f25ecf3879e9cf560c270d89fa0857bd [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Fary

Presque : affiche du spectacle de Panayotis

Panayotis dans Presque : un spectacle abouti !

Comedy Clubs à Paris : comment faire émerger les nouveaux talents ?

Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ?

Kyan Khojandi invite soixante artistes à l’Européen

Soixante artistes - Kyan Khojandi joue la montre

Charles Leclerc, star de la F1 : et en humour ?

Il nous faut un Charles Leclerc en humour !

En plateau d'humour, Jérémy Ippet accumule les succès

Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains

Johnny Melville, comédien humour sur scène

Assister à un spectacle : le guide ultime

Photo d'illustration du stand-up français : gorille, banane et ordinateur portable

Snob, le stand-up français, vraiment ?