WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => feminisme
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 382
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => feminisme
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 382
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => feminisme
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 382
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => feminisme
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 382
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 382
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 382
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => feminisme
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 382
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (382) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (382) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (382)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1009072
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-10-27 08:56:00
                    [post_date_gmt] => 2020-10-27 07:56:00
                    [post_content] => 

À Paris, les amateurs d’humour peuvent aujourd’hui profiter de nombreux comedy clubs. Plus nombreux, ces établissements mettent le paquet sur la communication et l’accueil du public. En revanche, sur le plan artistique, il reste encore beaucoup de travail. Explications.

Nb. La rédaction de cet article est antérieure à la fermeture des bars et au couvre-feu. Les critiques concernant la carte de chaque lieu concernent donc leur fonctionnement habituel.

Madame Sarfati, le Fridge : vers des comedy clubs blockbusters ?

Les deux derniers lieux à avoir fait beaucoup de bruit sont Madame Sarfati et le Fridge Comedy Club. Ouverts par des mastodontes de l’humour, Fary et Kev Adams, ils ont rapidement trouvé leur public.

J’ai donc voulu savoir comment ça se passait en vrai. Comme il y a quelques années, où je découvrais le Jamel Comedy Club, j’ai ressenti une pointe de déception. Il y a plusieurs raisons à cela, et je vais essayer d’être la plus claire possible pour que vous compreniez que oui, vous devez continuer à aller voir du stand-up là-bas.

Lieu vs. expérience : donnez envie de revenir !

Je l’ai peut-être déjà écrit, mais cette pensée revient souvent, alors autant radoter. Le One More Joke a construit son succès sur l’idée qu’une soirée stand-up était une expérience, l’occasion de créer un souvenir. Un soupçon de magie qui vous transforme en habitués.

Le Fridge et Madame Sarfati se concentrent sur des détails, comme la « finger food » ou les cocktails au nom d’humoristes américains. S’il vous plaît, laissez-moi boire un cocktail « Yacine Belhousse ». Parce que c’est lui que je viens voir, pas Jerry Seinfeld. Remarquez, y a bien Gad Elmaleh (désolée pour le troll, c’est trop tentant).

Pour rappel, je viens voir du stand-up, pas manger un hot-dog avec les doigts parce que c’est hype. Je n’ai pas faim, sauf de blagues. Comme je ne suis pas sensible à ces attentions culinaires ou superficielles, mon expérience se révèle impersonnelle, sans grande saveur. Même avec une salle originale (ça me rappelle Shrek, étrangement). Alors venons-en à ce qui nous intéresse vraiment.

Décréter que Madame Sarfati est une expérience, c’est bien… mais prouvez-le sur scène !

Des usines à humoristes

Là, je vais plus me concentrer sur Madame Sarfati. Comme vous le savez, la programmation reste secrète. En effet, le lieu considère qu’il amène une programmation de qualité, peu importe qui vous verrez.

Or, il s’avère impossible de tenir cette promesse. Pourquoi ? Parce que ma vision du stand-up de qualité ne correspond pas à ce que j’y ai vu. J’étais certes à la première session de la semaine (mercredi 19h45), mais ce n’est pas une excuse.

C’était globalement insipide. Une cooptation d’artistes qui jouent souvent sur les mêmes plateaux. Des humoristes qui proposent du stand-up vu et revu. Franchement, des blagues sur le fait que les femmes cherchent dans leur sac en désordre pour éviter de payer lors des dates ?

Vous n’avez vraiment rien d’autre à proposer ? L’humoriste numéro 2 de la soirée (Az) aurait très bien pu échanger son texte avec celui du numéro 3 (Akim Omiri), on n’y aurait vu que du feu. Alors qu’on aimerait qu’ils disent : « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! ». Heureusement que Louis Dubourg sauve le tout avec une animation très efficace.

Comme le dit très bien Stand Up France, il faudrait marquer davantage la différence avec le Paname pour confirmer le côté « premium » de Madame Sarfati.

La musicalité sans les idées ?

Ça me fait penser à la bouffe industrielle. Un bon packaging, des produits faciles à consommer et imaginés pour plaire au plus grand nombre.

Mais au fond, ce n’est pas de la qualité. On s’ennuie ferme. Bien sûr, on entend la musicalité du stand-up chère à Fary, mais le rire passe en mode automatique. Par conséquent, on rit sans s’en rendre compte, avant de se dire « il a dit quoi, en fait ? ». Comme si le stand-up était une franchise, parfois calquée sur un modèle américain qui n’est peut-être pas le meilleur pour nous…

Il est encore trop tôt pour savoir si le Fridge se dirige vers le même écueil que Madame Sarfati. Parce que les choses y sont faites avec plus d’humilité et beaucoup plus d’envie d’ouvrir des portes. À peine ouvert, le lieu de Kev Adams montre à la fois des promesses, mais aussi cette volonté de porter l’héritage du stand-up américain sur ses murs et dans vos verres. On restera attentif à son évolution, donc.

Le stand-up français, qu’est-ce que c’est ? Les comedy clubs le dévoilent-ils sous son grand jour ?

Au fond, c’est peut-être Shirley Souagnon qui a vu juste. Dans son documentaire, elle voulait donner naissance au stand-up français. Se sortir du carcan du stand-up à l’américaine. Porter une nouvelle génération. Avec le Barbès Comedy Club, l’humoriste est en train de réussir son pari.

Cependant, il existe un écueil dans ces nouveaux lieux plus « bienveillants ». Certains humoristes confient ne pas toujours se sentir libres de jouer ce qu’ils veulent. Je crois qu’on leur dit surtout que certaines choses peuvent offenser ou être énoncées avec plus d’intelligence… Tandis que dans des lieux où l’on fait moins attention au contenu de certains, d’autres se sentent mal à l’aise… Qui dit vrai, alors ?

Bien connaître la politique d’un lieu est primordial. Le Barbès Comedy Club, puisqu’on parle de lui, joue la carte de la transparence. Dans son guide de l’humoriste, les règles sont claires :

Aucun propos discriminatoire, aucun discours haineux et aucune personne en état d’ébriété ou susceptible de comportements violents ne seront acceptés dans l’enceinte de l’établissement. (…) Sur scène ne sont pas tolérées, les propos à caractère discriminatoire, visant à porter un discours haineux.

Les artistes, dans leur propos sur scène comme dans leur comportement dans le lieu, doivent donc respecter certaines règles, étayées plus loin.

L’accès pourra être refusé au public et artistes dans les cas suivants :

- À toute personne coupable d’une altercation lors d’une précédente soirée.

- À toute personne dont l’attitude ou le comportement, paraît menaçant, douteux ou vulgaire et laisse ainsi raisonnablement prévoir un risque de trouble à l’intérieur de l’établissement. (…)

Dans l’enceinte de l’établissement il est formellement interdit : (…)

- De faire preuve d’irrespect et/ou d’impolitesse et/ou agressivité envers les clients, les employés ou les artistes.

Liberté d’expression encadrée ?

Si les humoristes connaissent les règles du jeu, on peut s’interroger sur la manière de juger les passages des humoristes. Le Barbès Comedy Club assure que « la Nouvelle Maison du Stand-Up est un endroit safe pour le test ».

Le club précise ainsi que « seul le public est juge, la direction artistique du lieu se charge uniquement de vous conseiller et de programmer les passages qui cartonnent sur des shows payants ». Dans la même veine, voici un autre extrait du guide de l’humoriste : « n’oubliez pas que personne n’est jugé à la Maison, vous êtes aux Micros Ouverts pour tester des blagues et vous amuser ».

Ces règles ne sortent pas de nulle part. Pendant des années, certains plateaux d’humour avaient la réputation d’être des lieux loin d’être bienveillants. L’agressivité, les propos irrespectueux envers les femmes dans les loges d’artistes étaient parfois monnaie courante. De fait, quand Shirley Souagnon a imaginé son lieu, elle a voulu offrir un espace de liberté en fixant des règles pour contrecarrer l’agressivité d’antan. On vit là ce que les anglo-saxons ont traversé lors de la naissance de l’alternative comedy.

Fatalement, comme il s’agissait du premier comedy club qui proposait des créneaux chaque jour, cela évoque le Paname Art Café. Ce lieu a reçu énormément de critiques, tantôt justifiées, tantôt virulentes. Cependant, il reste une institution pour débuter et rapidement jouer sur des horaires plus en vue.

La politique du lieu est moins transparente, mais les artistes apprécient de pouvoir jouer ce qu’ils veulent. Tout est une question de sensibilité : certains seront plus à l’aise avec un encadrement strict, d’autres apprécieront qu’on leur fiche la paix.

On aurait tort de penser que cela concerne des lieux en particuliers. En réalité, les humoristes se programment entre eux et certains évaluent en permanence chaque prestation au lieu de faire preuve de clémence quand les choses tournent mal. Le phénomène est donc plus individuel que collectif : les justiciers autoproclamés de la vanne peuvent amener certains à l’autocensure…

Ressenti ou censure réelle ? Même s’il s’agit simplement d’humour, on pourrait faire un parallèle avec la loi Avia et ses multiples tentatives de réglementation. En effet, parfois, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Les réactions émotionnelles, qui font partie des thèmes du dernier spectacle de l’humoriste Haroun, ne sont pas le meilleur guide… Chacun devra y réfléchir et prendre les responsabilités de ses choix envers les autres artistes…

Lutter contre la cooptation : l’enjeu majeur du stand-up actuel

Au-delà des lieux, il y a donc un véritable défi de programmation à Paris. Il est documenté dans la presse comme dans les discussions des nouveaux humoristes. Soit on a des programmations volontaristes et thématiques, soit on a des cooptations qui aboutissent à des formatages. On a une telle richesse de talents, mais chaque bande évolue avec des œillères. Sans porter celle d’à côté, parfois même en réponse au rejet de l’autre bande…

Cela rend plus complexe la détection de talents. Il faut aller partout, sinon vous verrez un mince échantillon à peine représentatif… Par exemple, j’ai lu récemment sur un réseau social que John Sulo était la nouvelle étoile montante du stand-up français. Sur quelle base puis-je vérifier une telle affirmation ? Je l’ai vu au Paname Art Café il y a un an ou deux. Il est drôle et le Point Virgule le convie à jouer lors d’exceptionnelles. Mais de là à l’ériger en une étoile montante (la seule qui plus est, à en croire leur community manager)… Les communicants de ce monde ont complètement craqué.

Faire émerger l’originalité humoristique : l’idéal à poursuivre inlassablement

On m’objectera que j’aime les originaux, ceux qui privilégient la qualité à la quantité de rires et nécessitent une promotion accrue. Mais pensez-vous franchement que les artistes qui jouent à Madame Sarfati peuvent tous remplir des salles sans un coup de pouce promotionnel ou une cooptation ? Clairement, leur seul talent artistique ne suffit pas, car il est encore à construire. Certains ne cherchent même pas à construire un spectacle (pour suivre les traces de leurs idoles américaines…). Et même les meilleurs ont besoin de promotion, alors…

Il est urgent de diversifier les talents, de donner la chance à d’autres personnes. On objecte souvent, pour les femmes humoristes par exemple, qu’elles ne sont pas assez drôles pour bénéficier de telles cooptations. Mais pensez-vous vraiment que les hommes humoristes qui réalisent leurs premières grosses scènes sont prêts à faire rire le public ? Ou alors est-ce l’accumulation d’opportunités qui leur permet d’exister plus vite ? On peut aussi opposer le stand-up des comedy clubs à celui des plateaux d’humour alternatifs… Ça marche aussi.

Il faudra bien sûr faire attention dans ce manège qui fait osciller les talents entre méritocratie et piston. Pour le moment, chaque gérant de comedy club a sa politique et il devient plus facile de trouver son chemin en tant qu’artiste. Les choses avancent. Bientôt peut-être, on n’entendra plus les mots « c’est mon gars sûr » prononcés par un type qui annonce l’artiste suivant alors qu’il ne le connaît pas. Rêvons un peu…

Comedy clubs, médias, public : la quête des nouveaux talents doit être personnelle

On n’obtiendra jamais l’égalité des chances et probablement pas la parité. Cependant, l’espoir naît dans la concurrence et l’innovation des plateaux indépendants.

C’est à chacun de bosser en son âme et conscience, avec la passion de l’humour comme moteur, pour amener les talents au public. Pasquinade, dont nous vous avons parlé il y a quelques temps, répond exactement à cette problématique. Autre exemple : les organisatrices du plateau le Cercle du rire, Anissa Omri et Elsa Bernard, accompagnent les femmes qui se lancent (répétitions…) et s’entraident pour les faire jouer dans de bonnes conditions.

Autre enjeu crucial : les médias ont la responsabilité d’expliquer pourquoi ils assurent la promotion de certains au détriment d’autres avec le plus de transparence possible. Il faudra laisser une part au parti-pris et à la sensibilité individuelle, mais toujours l’expliquer et se préparer à rendre des comptes.

Il faudra aussi que le public accepte de ne pas prendre les critiques et recommandations comme des vérités incontestables. Surtout que les critiques ajoutent parfois une dimension politique à leur prisme de sélection artistique. Cela fait partie du jeu, mais cela peut pénaliser certains artistes si tout le monde est du même avis. Ou si les critiques sont peu nombreux.

Soyons intelligents dans nos choix artistiques, qu’on soit programmateur, spectateur, humoriste ou journaliste. C’est la seule manière de reprendre le contrôle sur l’amas d’humoristes qu’on nous impose ou dissimule à longueur de journée dans les comedy clubs comme ailleurs. C’est à chacun d’aller puiser dans la richesse humoristique des comedy clubs, des théâtres et des plateaux d’humour.

[post_title] => Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedy-clubs-formatage-standup [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-11-03 13:48:21 [post_modified_gmt] => 2020-11-03 12:48:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1008869 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-23 08:45:00 [post_date_gmt] => 2020-09-23 06:45:00 [post_content] =>

Bonhomme, c’est le spectacle de Laurent Sciamma qui fait exulter la presse et son public conquis. Juste après avoir affronté la salle exigeante qu’est la Comédie des 3 bornes, Laurent évolue désormais au Café de la gare. Un QG idéal pour son art. Le spot du rire a voulu juger la qualité comique de ce spectacle à la réputation si belle.

La reprise de Bonhomme : les 2 heures de monologue d’un « allié »

Je ne connaissais pas le Café de la gare. Dix minutes avant la représentation, je découvre un théâtre niché dans une cour intérieure au plein cœur du Marais. À l’entrée, je vois une affiche de Laurent Sciamma avec un descriptif autour de la théorie du genre. Je résiste à l’envie de m’enfuir au courant, parce que j’ai promis à des humoristes engagées de donner une chance au produit.

Car Laurent Sciamma est un pur produit du féminisme. Il s’efface en tant qu’individu pour partager son témoignage d’allié. Les alliés, ce sont ces hommes qui se veulent à l’écoute des femmes, ceux qui dénoncent le patriarcat. Une noble cause, certes, mais qui accepte mal la contradiction.

Des longueurs qui diluent la puissance du message

Le début du spectacle se perd dans quelques longueurs. On se dit que c’est la reprise, et que Laurent veut partager sa joie de retrouver son public. C’est évidemment légitime après six mois de pause. Alors on patiente, on écoute ces premières digressions.

Au bout d’un quart d’heure (estimation, je ne regardais pas l’heure), le bonhomme sur scène entre dans le vif du sujet. La structure est assez simple : il prend un élément cher à la cause féministe (le harcèlement de rue, les injonctions, #MeToo…) pour en faire des blagues.

C’est là où la presse exulte : Bonhomme n’est pas une conférence TED sur le féminisme. Ouf, c’est effectivement vrai. Laurent Sciamma enchaîne avec des mimes, tourne en dérision les situations du quotidien comme la peur de faire peur aux femmes le soir, quitte à changer de trottoir.

Le problème, c’est que quand on connaît le discours féministe, on n’est pas étonné des chutes. Tout est téléphoné, convenu et manque d’originalité. Et comme la structure se répète (malgré de nombreux running gags), l’ennui guette celui qui aime la surprise, celle qui déclenche un rire authentique.

Autre problème : Laurent Sciamma utilise du storytelling pour incarner chaque message. Mais il emploie beaucoup trop de mots. Par exemple, pour l’anecdote en voiture à la fin de spectacle, il répète six fois que l’action a lieu à 2 heures du matin. Au lieu d’utiliser chaque mot de manière chirurgicale pour renforcer la puissance de son message, il la dilue dans des histoires interminables qui ne tiennent plus en haleine lorsque, enfin, elles arrivent à leur terme.

Pour en arriver à deux heures de spectacle, Laurent Sciamma joue sur la multiplication des anecdotes. C’est un exposé des arguments les plus classiques du féminisme, agrémenté de ces histoires et ces blagues.

Bonhomme est en guerre, ou comment se prétendre inclusif en excluant celui qui pense différemment

La salle rit, mais moi non. Laurent Sciamma utilise tellement de termes techniques et de références qui parlent aux militants que j’ai du mal à me sentir concernée. Dans ces rires, on retrouve le soulagement de ceux qui se battent dans les associations comme sur les réseaux sociaux. Ceux qui ne sont pas écoutés, ou compris, dénigrés pour leur discours jugé parfois trop « extrémiste » (sic !).

Quelqu’un m’a dit récemment : « Il n’y a pas qu’une manière d’être féministe ». Je trouve cela très juste. Quand j’entends Laurent Sciamma dire « seuls les vrais savent », je vois le gouffre entre son monde et le mien. J’ai ainsi le sentiment de vivre dans un monde parallèle.

À certains moments, je ressens un vrai malaise. À l’heure où la “cancel culture” connaît un pic de popularité, Laurent Sciamma dépose des noms de « masculinistes toxiques » les uns à la suite des autres. Quand il parle d’Alain Soral, je me dis qu’Eric Zemmour ne va pas tarder. Gagné. À chaque fois, c’est un nom posé dans le texte. À aucun moment, on ne vient leur répondre sur le terrain des idées.

Pourquoi le faire, quand votre salle est acquise à votre cause ? Après tout, vous avez soigné le marketing de votre spectacle pour faire fuir les gens qui écoutent ces Soral, Zemmour, Finkielkraut et consorts…

En soi, rien d’étonnant. Mais quand vint le tour pour Nicolas Bedos de prendre sa douille, mon impatience se transforme en nausée. Le public applaudit, et cette manifestation exprime une haine envers cet homme. Comme s’il était réduit à des petites phrases sur des plateaux télé, à une vision tronquée de son histoire. Un procès d’intention sans contextualisation.

C’est drôle, car la dernière fois que j’ai entendu parler de Nicolas Bedos, c’était en réponse à un billet de blog du Crif autour de la question « Peut-on rire de tout ? » par le prisme de l’antisémitisme. Et sa réponse, publiée le lendemain, était remplie d’empathie, de réflexion et d’écoute pour cette personne qui s’est sentie offensée. Un dialogue étayé, posé, bien loin de ce moment caricatural vécu au Café de la gare.

Uniformiser les hommes et leur rapport à la sensibilité

Nicolas Bedos capable d’empathie, voilà qui invaliderait presque le discours de Laurent Sciamma sur la sensibilité des hommes. Il part du constat qu’on apprend aux hommes à enfouir leurs émotions… Tandis que les femmes sont (toutes ?) encouragées à les exprimer dans des journaux intimes « avec des cœurs à la place du point sur les i ».

Je m’attendais à autre chose sur la question du genre. Au final, c’est une succession de lieux communs qui ne résout rien. Certes, on trouve une ou deux tentatives intéressantes pour évoquer le manque de confiance en soi des femmes (là encore, on les met toutes dans le même panier). Mais le reste est bien faible et attendu. Je ne nie pas les problèmes, mais je fustige leur simplification à outrance. Surtout devant une salle déjà convaincue !

De cette introduction à cette branche du féminisme, je suis restée sur ma faim. J’étais attristée de voir une absence de nuance et de recul pour au final ne faire émerger aucune véritable solution. Proposer d’écouter une musique de 1996 pour relier enfin les hommes à leurs émotions, c’est un peu faiblard.

Bonhomme : le spectacle de Laurent Sciamma vaut-il le déplacement ?

Le problème de Bonhomme, c’est que ce spectacle n’est pas abouti. Par ses longueurs et son storytelling imprécis, ce spectacle manque de force.

Par son idéologie et sa tendance à recourir aux généralités, Laurent Sciamma est finalement plus un porte-parole qu’un humoriste[1]. Certaines blagues m’ont fait sourire, mais l’ensemble m’a plutôt laissé de marbre.

Au Café de la gare, Laurent Sciamma a le luxe d’avoir le temps de parfaire Bonhomme face à un public acquis à sa cause. C’est un cadeau empoisonné : sorti de la Comédie des 3 bornes, l’artiste a encore besoin de consolider le tout. La presse, quant à elle, a passé sous silence les imperfections techniques du spectacle.

Et quand elle se réjouit qu’enfin, un homme se positionne sur le féminisme, elle occulte tant d’œuvres qui l’abordent autrement. Réduire les stand-uppers à des gens qui parlent de leur pénis, c’est la preuve que bien trop peu de journalistes se déplacent dans les salles de spectacle.

Laurent Sciamma n’a pas le monopole du féminisme, heureusement ! On ne l’a pas attendu pour questionner le monde, avec beaucoup de subtilité parfois. Marina Rollman aimerait bien attirer des gens qui ne pensent pas comme elle dans ses salles pour élever le débat. Laurent Sciamma ne semble pas courir après ce même objectif. Au fond, Bonhomme ne parle qu’à la France des tote-bags et échoue à marquer l’histoire.

[1] Pour que ce soit bien clair, Laurent Sciamma reste un humoriste. Simplement, son absence de recul l’empêche d’endosser pleinement cette casquette.

Crédits photo/affiche

© LouizArt Lou

[post_title] => Bonhomme - Au Café de la gare, Laurent Sciamma peine à rassembler [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bonhomme-laurent-sciamma-critique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-23 10:03:50 [post_modified_gmt] => 2020-09-23 08:03:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008869 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 9206 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-05 19:01:57 [post_date_gmt] => 2020-03-05 18:01:57 [post_content] =>

Laurent Sciamma fait partie de la nouvelle génération d’humoristes. Il bénéficie d’une généreuse couverture médiatique. Un humoriste féministe à l’ère #MeToo : la presse progressiste exulte face à cette masculinité 2.0 et publie inlassablement. Or, sommes-nous en train de manquer le coche ?

Laurent Sciamma : la peur d’être opportuniste

À chaque fois que je lis un article sur le spectacle Bonhomme, une pointe d’exaspération émerge chez moi. Cela faisait longtemps que je voulais en parler, mais je peinais à trouver les mots justes.

Ai-je raison de m’insurger ? Mon instinct me répond par l’affirmative, mais n’a pas beaucoup d’arguments à avancer. Au fil de mes lectures, je tombe sur un article de Libération qui m’apaise un peu : Laurent Sciamma a peur de passer pour un opportuniste.

Donc Laurent Sciamma, premier concerné, se pose aussi des questions. Et ça confirme une autre de mes impressions : Laurent Sciamma fait passer un bon moment lors de son passage. Ces articles ne sortent donc pas de nulle part.

Je ne l’ai pas vu depuis longtemps, donc il a sans doute progressé depuis sa résidence au Beach Comedy Club. À l’époque, en tout cas, il faisait rire. Pas aux éclats, mais ça fonctionnait. Et comme il jouait à la Comédie des 3 Bornes, il avait largement le niveau pour cette salle.

Ancienne masculinité toxique vs. nouvelle masculinité unique ?

À l’heure où j’écris ces lignes, je découvre un nouvel article au titre quelque peu remuant. Publié sur le site de Marie Claire, voici ce qu’il nous balance à la figure :

Laurent Sciamma : « Ma honte d'être un homme a toujours été là »

Par Morgane Giuliani sur marieclaire.fr, le 4 mars 2020

Face aux valeurs de sensibilité prônées dans l’article, l’entrée en matière est plutôt violente. Putaclic, diraient certains. Mais je ne vais pas tomber dans les pièges habituels des Internets et je vais poursuivre la lecture.

Il s’agit donc d’une phrase issue du spectacle, que la journaliste a sélectionné pour interviewer le jeune humoriste. La formulation l’a tellement marquée qu’elle va jusqu’à qualifier Laurent Sciamma de « bonhomme bien sous tous rapports » car il n’a pas peur de « dire face à son public : “J’ai honte d’être un homme.” »

Je vais m’autoriser un syllogisme avant que Clément Viktorovitch, expert en rhétorique médiatique, ne vienne contrer mon article et détruire mon argumentation. Imaginons qu’avouer sa honte d’être un homme signifie qu’on est un homme bien. Je vous le dis tout net : je ne veux pas d’un monde basé sur ces postures manichéennes.

Le spectacle de Laurent Sciamma est nécessaire, mais ce n’est pas une fin en soi

Le problème n’est pas le spectacle de Laurent Sciamma, ou ses opinions, d’ailleurs. Au contraire : il répond à un besoin du public et il fait vivre des idées qui résonnent avec son époque. C’est très cool.

Non, le problème, c’est d’ériger le spectacle avec autant de vigueur parce que c’est de bon ton dans les rédactions. La majorité des articles traite de la qualité des messages plus que des blagues. Bien sûr, ce refrain revient souvent : « c’est drôle aussi ». Mais le rire vient en second plan, et je n’ai pas souvenir d’avoir trouvé d’argument me donnant envie de voir le spectacle pour des motifs comiques. Finalement, la ligne éditoriale discrédite artistiquement, sous couvert de célébration du féminisme.

J’ai donc une suggestion pour les rédactions culturelles. Maintenant que vous avez trouvé et sublimé Laurent Sciamma, essayez d’éditorialiser aussi bien d’autres paroles d’humoristes. Si ces paroles sont intéressantes, mais ne vont pas exactement dans le sens du discours ambiant, faites cet effort intellectuel supplémentaire. Analysez avec autant de passion les opinions qui ne sont pas les vôtres. Faites des double-pages sur Rosa Bursztein, par exemple. Ça ferait un super éclairage, non ?

En échange, j’irai voir le spectacle de Laurent Sciamma et juger de son potentiel comique comme pour les autres artistes. Je vaincrai ma peur de tomber dans un spectacle bien-pensant, alors même que je connais les qualités artistiques de Laurent Sciamma.

Parce qu’une pensée qui va dans le sens de l’histoire doit être étayée, voire mise à l’épreuve. Le progrès ne passe pas par un courant uniforme, n’en déplaise à des programmes comme celui ci-dessous. Je suis contente que ce podcast existe, mais je n’adhérerai jamais à l’ensemble des prises de positions énoncées

Alors, la presse progressiste, avons-nous un accord ?

[post_title] => Laurent Sciamma : itinéraire d’une couverture médiatique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => laurent-sciamma-bonhomme-presse-feminisme [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-05 19:18:14 [post_modified_gmt] => 2020-03-05 18:18:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9206 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 2968 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-11-04 10:12:16 [post_date_gmt] => 2017-11-04 09:12:16 [post_content] => Tania Dutel évolue depuis un certain temps dans le milieu du stand-up. Cette présence remarquée lui a valu d'être invitée dans le podcast de Sebastian Marx, Donc Voilà Quoi. On vous conseille l'écoute de ce petit bijou très instructif ! Il est si bien qu'on l'a inclus dans notre sélection des meilleurs contenus humour sur la toile !

L'interview de Tania Dutel dans le podcast de Sebastian Marx

[audio src="http://traffic.libsyn.com/doncvoilaquoi/Tania_Dutel.m4a" /] On aime cette interview, qui n'est pas sans rappeler les entretiens de Louis Dubourg dans Un café au lot7. car elle retrace fidèlement la carrière de l'humoriste, de ses premières scènes à sa volonté d'évolution. En parlant d'évolution, Tania Dutel est peut-être l'humoriste pour laquelle mon opinion a évolué le plus. J'ai vraiment mis un temps fou à aller la voir sur scène : il m'a fallu passer le cap de penser que j'allais subir un plaidoyer anti-hommes pendant une heure. Comment ai-je pu autant me planter ? Tania explique dans ce podcast qu'elle a tout fait pour ne pas faire ça. Et effectivement, quand je l'ai vue sur scène, j'ai découvert l'une des meilleures humoristes dans le métier. Je savais qu'elle était talentueuse objectivement, mais j'ignorais que son stand-up pouvait me parler personnellement. Ce n'était pas un soir facile : il y avait un débat télévisé juste avant les élections présidentielles, et c'était le soir de l'attentat aux Champs-Elysées. Seulement 7 personnes avaient fait le déplacement au Sentier des Halles. Cette anomalie statistique ne m'a pas empêchée de passer un très bon moment.

Prochaine étape : vulgariser le féminisme et la rivalité entre filles

Si vous avez bien écouté le podcast, vous savez donc que Tania Dutel va continuer à faire évoluer son stand-up avec une thématique très prometteuse : la rivalité entre filles. Ce n'est peut-être pas la première à l'aborder, mais d'expérience, je n'ai encore rien vu de tel. Les habitués de ses vidéos « Arrêtez tout ! » ont déjà eu un avant-goût de sa désacralisation des magazines féminins. A mon sens, ce sont des torchons, donc la connivence avec Tania s'accentue encore. Merci Tania !

Crédits photo

© Capture d'écran YouTube - Tania Dutel/Nicolas Beguet [post_title] => Spot on - Tania Dutel parle stand-up avec Sebastian Marx [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tania-dutel-podcast-sebastian-marx [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:31:09 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:31:09 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2968 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 4 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1009072 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-27 08:56:00 [post_date_gmt] => 2020-10-27 07:56:00 [post_content] =>

À Paris, les amateurs d’humour peuvent aujourd’hui profiter de nombreux comedy clubs. Plus nombreux, ces établissements mettent le paquet sur la communication et l’accueil du public. En revanche, sur le plan artistique, il reste encore beaucoup de travail. Explications.

Nb. La rédaction de cet article est antérieure à la fermeture des bars et au couvre-feu. Les critiques concernant la carte de chaque lieu concernent donc leur fonctionnement habituel.

Madame Sarfati, le Fridge : vers des comedy clubs blockbusters ?

Les deux derniers lieux à avoir fait beaucoup de bruit sont Madame Sarfati et le Fridge Comedy Club. Ouverts par des mastodontes de l’humour, Fary et Kev Adams, ils ont rapidement trouvé leur public.

J’ai donc voulu savoir comment ça se passait en vrai. Comme il y a quelques années, où je découvrais le Jamel Comedy Club, j’ai ressenti une pointe de déception. Il y a plusieurs raisons à cela, et je vais essayer d’être la plus claire possible pour que vous compreniez que oui, vous devez continuer à aller voir du stand-up là-bas.

Lieu vs. expérience : donnez envie de revenir !

Je l’ai peut-être déjà écrit, mais cette pensée revient souvent, alors autant radoter. Le One More Joke a construit son succès sur l’idée qu’une soirée stand-up était une expérience, l’occasion de créer un souvenir. Un soupçon de magie qui vous transforme en habitués.

Le Fridge et Madame Sarfati se concentrent sur des détails, comme la « finger food » ou les cocktails au nom d’humoristes américains. S’il vous plaît, laissez-moi boire un cocktail « Yacine Belhousse ». Parce que c’est lui que je viens voir, pas Jerry Seinfeld. Remarquez, y a bien Gad Elmaleh (désolée pour le troll, c’est trop tentant).

Pour rappel, je viens voir du stand-up, pas manger un hot-dog avec les doigts parce que c’est hype. Je n’ai pas faim, sauf de blagues. Comme je ne suis pas sensible à ces attentions culinaires ou superficielles, mon expérience se révèle impersonnelle, sans grande saveur. Même avec une salle originale (ça me rappelle Shrek, étrangement). Alors venons-en à ce qui nous intéresse vraiment.

Décréter que Madame Sarfati est une expérience, c’est bien… mais prouvez-le sur scène !

Des usines à humoristes

Là, je vais plus me concentrer sur Madame Sarfati. Comme vous le savez, la programmation reste secrète. En effet, le lieu considère qu’il amène une programmation de qualité, peu importe qui vous verrez.

Or, il s’avère impossible de tenir cette promesse. Pourquoi ? Parce que ma vision du stand-up de qualité ne correspond pas à ce que j’y ai vu. J’étais certes à la première session de la semaine (mercredi 19h45), mais ce n’est pas une excuse.

C’était globalement insipide. Une cooptation d’artistes qui jouent souvent sur les mêmes plateaux. Des humoristes qui proposent du stand-up vu et revu. Franchement, des blagues sur le fait que les femmes cherchent dans leur sac en désordre pour éviter de payer lors des dates ?

Vous n’avez vraiment rien d’autre à proposer ? L’humoriste numéro 2 de la soirée (Az) aurait très bien pu échanger son texte avec celui du numéro 3 (Akim Omiri), on n’y aurait vu que du feu. Alors qu’on aimerait qu’ils disent : « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! ». Heureusement que Louis Dubourg sauve le tout avec une animation très efficace.

Comme le dit très bien Stand Up France, il faudrait marquer davantage la différence avec le Paname pour confirmer le côté « premium » de Madame Sarfati.

La musicalité sans les idées ?

Ça me fait penser à la bouffe industrielle. Un bon packaging, des produits faciles à consommer et imaginés pour plaire au plus grand nombre.

Mais au fond, ce n’est pas de la qualité. On s’ennuie ferme. Bien sûr, on entend la musicalité du stand-up chère à Fary, mais le rire passe en mode automatique. Par conséquent, on rit sans s’en rendre compte, avant de se dire « il a dit quoi, en fait ? ». Comme si le stand-up était une franchise, parfois calquée sur un modèle américain qui n’est peut-être pas le meilleur pour nous…

Il est encore trop tôt pour savoir si le Fridge se dirige vers le même écueil que Madame Sarfati. Parce que les choses y sont faites avec plus d’humilité et beaucoup plus d’envie d’ouvrir des portes. À peine ouvert, le lieu de Kev Adams montre à la fois des promesses, mais aussi cette volonté de porter l’héritage du stand-up américain sur ses murs et dans vos verres. On restera attentif à son évolution, donc.

Le stand-up français, qu’est-ce que c’est ? Les comedy clubs le dévoilent-ils sous son grand jour ?

Au fond, c’est peut-être Shirley Souagnon qui a vu juste. Dans son documentaire, elle voulait donner naissance au stand-up français. Se sortir du carcan du stand-up à l’américaine. Porter une nouvelle génération. Avec le Barbès Comedy Club, l’humoriste est en train de réussir son pari.

Cependant, il existe un écueil dans ces nouveaux lieux plus « bienveillants ». Certains humoristes confient ne pas toujours se sentir libres de jouer ce qu’ils veulent. Je crois qu’on leur dit surtout que certaines choses peuvent offenser ou être énoncées avec plus d’intelligence… Tandis que dans des lieux où l’on fait moins attention au contenu de certains, d’autres se sentent mal à l’aise… Qui dit vrai, alors ?

Bien connaître la politique d’un lieu est primordial. Le Barbès Comedy Club, puisqu’on parle de lui, joue la carte de la transparence. Dans son guide de l’humoriste, les règles sont claires :

Aucun propos discriminatoire, aucun discours haineux et aucune personne en état d’ébriété ou susceptible de comportements violents ne seront acceptés dans l’enceinte de l’établissement. (…) Sur scène ne sont pas tolérées, les propos à caractère discriminatoire, visant à porter un discours haineux.

Les artistes, dans leur propos sur scène comme dans leur comportement dans le lieu, doivent donc respecter certaines règles, étayées plus loin.

L’accès pourra être refusé au public et artistes dans les cas suivants :

- À toute personne coupable d’une altercation lors d’une précédente soirée.

- À toute personne dont l’attitude ou le comportement, paraît menaçant, douteux ou vulgaire et laisse ainsi raisonnablement prévoir un risque de trouble à l’intérieur de l’établissement. (…)

Dans l’enceinte de l’établissement il est formellement interdit : (…)

- De faire preuve d’irrespect et/ou d’impolitesse et/ou agressivité envers les clients, les employés ou les artistes.

Liberté d’expression encadrée ?

Si les humoristes connaissent les règles du jeu, on peut s’interroger sur la manière de juger les passages des humoristes. Le Barbès Comedy Club assure que « la Nouvelle Maison du Stand-Up est un endroit safe pour le test ».

Le club précise ainsi que « seul le public est juge, la direction artistique du lieu se charge uniquement de vous conseiller et de programmer les passages qui cartonnent sur des shows payants ». Dans la même veine, voici un autre extrait du guide de l’humoriste : « n’oubliez pas que personne n’est jugé à la Maison, vous êtes aux Micros Ouverts pour tester des blagues et vous amuser ».

Ces règles ne sortent pas de nulle part. Pendant des années, certains plateaux d’humour avaient la réputation d’être des lieux loin d’être bienveillants. L’agressivité, les propos irrespectueux envers les femmes dans les loges d’artistes étaient parfois monnaie courante. De fait, quand Shirley Souagnon a imaginé son lieu, elle a voulu offrir un espace de liberté en fixant des règles pour contrecarrer l’agressivité d’antan. On vit là ce que les anglo-saxons ont traversé lors de la naissance de l’alternative comedy.

Fatalement, comme il s’agissait du premier comedy club qui proposait des créneaux chaque jour, cela évoque le Paname Art Café. Ce lieu a reçu énormément de critiques, tantôt justifiées, tantôt virulentes. Cependant, il reste une institution pour débuter et rapidement jouer sur des horaires plus en vue.

La politique du lieu est moins transparente, mais les artistes apprécient de pouvoir jouer ce qu’ils veulent. Tout est une question de sensibilité : certains seront plus à l’aise avec un encadrement strict, d’autres apprécieront qu’on leur fiche la paix.

On aurait tort de penser que cela concerne des lieux en particuliers. En réalité, les humoristes se programment entre eux et certains évaluent en permanence chaque prestation au lieu de faire preuve de clémence quand les choses tournent mal. Le phénomène est donc plus individuel que collectif : les justiciers autoproclamés de la vanne peuvent amener certains à l’autocensure…

Ressenti ou censure réelle ? Même s’il s’agit simplement d’humour, on pourrait faire un parallèle avec la loi Avia et ses multiples tentatives de réglementation. En effet, parfois, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Les réactions émotionnelles, qui font partie des thèmes du dernier spectacle de l’humoriste Haroun, ne sont pas le meilleur guide… Chacun devra y réfléchir et prendre les responsabilités de ses choix envers les autres artistes…

Lutter contre la cooptation : l’enjeu majeur du stand-up actuel

Au-delà des lieux, il y a donc un véritable défi de programmation à Paris. Il est documenté dans la presse comme dans les discussions des nouveaux humoristes. Soit on a des programmations volontaristes et thématiques, soit on a des cooptations qui aboutissent à des formatages. On a une telle richesse de talents, mais chaque bande évolue avec des œillères. Sans porter celle d’à côté, parfois même en réponse au rejet de l’autre bande…

Cela rend plus complexe la détection de talents. Il faut aller partout, sinon vous verrez un mince échantillon à peine représentatif… Par exemple, j’ai lu récemment sur un réseau social que John Sulo était la nouvelle étoile montante du stand-up français. Sur quelle base puis-je vérifier une telle affirmation ? Je l’ai vu au Paname Art Café il y a un an ou deux. Il est drôle et le Point Virgule le convie à jouer lors d’exceptionnelles. Mais de là à l’ériger en une étoile montante (la seule qui plus est, à en croire leur community manager)… Les communicants de ce monde ont complètement craqué.

Faire émerger l’originalité humoristique : l’idéal à poursuivre inlassablement

On m’objectera que j’aime les originaux, ceux qui privilégient la qualité à la quantité de rires et nécessitent une promotion accrue. Mais pensez-vous franchement que les artistes qui jouent à Madame Sarfati peuvent tous remplir des salles sans un coup de pouce promotionnel ou une cooptation ? Clairement, leur seul talent artistique ne suffit pas, car il est encore à construire. Certains ne cherchent même pas à construire un spectacle (pour suivre les traces de leurs idoles américaines…). Et même les meilleurs ont besoin de promotion, alors…

Il est urgent de diversifier les talents, de donner la chance à d’autres personnes. On objecte souvent, pour les femmes humoristes par exemple, qu’elles ne sont pas assez drôles pour bénéficier de telles cooptations. Mais pensez-vous vraiment que les hommes humoristes qui réalisent leurs premières grosses scènes sont prêts à faire rire le public ? Ou alors est-ce l’accumulation d’opportunités qui leur permet d’exister plus vite ? On peut aussi opposer le stand-up des comedy clubs à celui des plateaux d’humour alternatifs… Ça marche aussi.

Il faudra bien sûr faire attention dans ce manège qui fait osciller les talents entre méritocratie et piston. Pour le moment, chaque gérant de comedy club a sa politique et il devient plus facile de trouver son chemin en tant qu’artiste. Les choses avancent. Bientôt peut-être, on n’entendra plus les mots « c’est mon gars sûr » prononcés par un type qui annonce l’artiste suivant alors qu’il ne le connaît pas. Rêvons un peu…

Comedy clubs, médias, public : la quête des nouveaux talents doit être personnelle

On n’obtiendra jamais l’égalité des chances et probablement pas la parité. Cependant, l’espoir naît dans la concurrence et l’innovation des plateaux indépendants.

C’est à chacun de bosser en son âme et conscience, avec la passion de l’humour comme moteur, pour amener les talents au public. Pasquinade, dont nous vous avons parlé il y a quelques temps, répond exactement à cette problématique. Autre exemple : les organisatrices du plateau le Cercle du rire, Anissa Omri et Elsa Bernard, accompagnent les femmes qui se lancent (répétitions…) et s’entraident pour les faire jouer dans de bonnes conditions.

Autre enjeu crucial : les médias ont la responsabilité d’expliquer pourquoi ils assurent la promotion de certains au détriment d’autres avec le plus de transparence possible. Il faudra laisser une part au parti-pris et à la sensibilité individuelle, mais toujours l’expliquer et se préparer à rendre des comptes.

Il faudra aussi que le public accepte de ne pas prendre les critiques et recommandations comme des vérités incontestables. Surtout que les critiques ajoutent parfois une dimension politique à leur prisme de sélection artistique. Cela fait partie du jeu, mais cela peut pénaliser certains artistes si tout le monde est du même avis. Ou si les critiques sont peu nombreux.

Soyons intelligents dans nos choix artistiques, qu’on soit programmateur, spectateur, humoriste ou journaliste. C’est la seule manière de reprendre le contrôle sur l’amas d’humoristes qu’on nous impose ou dissimule à longueur de journée dans les comedy clubs comme ailleurs. C’est à chacun d’aller puiser dans la richesse humoristique des comedy clubs, des théâtres et des plateaux d’humour.

[post_title] => Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedy-clubs-formatage-standup [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-11-03 13:48:21 [post_modified_gmt] => 2020-11-03 12:48:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 4 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 672c137464955d67355885707361d136 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

féminisme

Comedy Clubs à Paris : comment faire émerger les nouveaux talents ?

Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ?

Bonhomme : affiche du spectacle de Laurent Sciamma

Bonhomme - Au Café de la gare, Laurent Sciamma peine à rassembler

Laurent Sciamma, affiche du spectacle Bonhomme

Laurent Sciamma : itinéraire d’une couverture médiatique

Tania Dutel dans ses vidéos

Spot on - Tania Dutel parle stand-up avec Sebastian Marx