Publications liées au mot-clé : radio

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => radio
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 280
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => radio
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 280
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => radio
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 280
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => radio
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 280
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 280
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 280
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => radio
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 280
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (280) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (280) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (280)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011494
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-10-04 19:40:00
                    [post_date_gmt] => 2021-10-04 17:40:00
                    [post_content] => 

Les festivals d’humour se suivent et ne se ressemblent pas. Une semaine après le festival Paris Paradis, qui regroupait des têtes d’affiche du stand-up francophone, Lausanne rivalisait avec la ville lumière. Au D! Club, le Couleur 3 Comedy Club a pris ses quartiers le temps d’un week-end de 3 jours. Outre les plateaux d’humour regroupant des têtes locales et des têtes d’affiche, deux scènes attiraient particulièrement mon attention.

Samedi et dimanche, une grande partie de la bande des Bras Cassés a réalisé sa première scène. Oubliez tout ce que vous savez sur les premières scènes : celle-ci ne ressemblait à aucune autre. D’une part, leur première scène faisait l’objet d’une captation. Cela veut dire qu’en cas de bide, des caméras immortaliseraient cette douloureuse expérience.

Couleur 3 Comedy Club : une première scène des Bras Cassés sous la houlette d’un metteur en scène émérite, Étienne de Balasy

Mais pour ne pas bider face à un parterre d’auditeurs fidèles, la bande radiophonique a pris ses dispositions. Chaque artiste pouvait faire appel à l’expertise d’Étienne de Balasy. Si vous ne le connaissez pas, c’est un metteur en scène très en vue… Et également l’auteur d’un guide pour les nouveaux humoristes. Pour rappel, ça s’appelle Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show !!! et vous pouvez en lire notre critique sur le blog. Cette figure locale bien implantée a également mis en scène le prestigieux Montreux Comedy Club.

Vous vous dites sûrement : mais comment puis-je profiter de l’expertise d’un homme qui transforme les premières scènes en moments d’anthologie ? Vous avez de la chance : il a adapté la partie historique son livre en spectacle à la Nouvelle Seine (Paris). Notez donc l’une de ces deux dates : les dimanches 7 novembre et 5 décembre à 17 heures.

Quasiment tous les Bras Cassés conviés à la fête ont profité de son expertise. Victoria Turrian, adepte de la chronique et usant habilement de sa voix suave, a préféré miser sur son verbe chaleureux. Stéphane Laurenceau a préféré miser sur Yann Marguet, un autre humoriste de la scène locale.

Couleur 3 Comedy Club : un show survolté dans un cadre idyllique

Le Couleur 3 Comedy Club, c’est un peu cet événement où les planètes s’alignent. Habituellement, les plateaux d’humour regroupent une brochette d’artistes. Il en faut pour tous les goûts ; par conséquent vous allez picorer certains artistes et en délaisser d’autres.

Là, quand vous avez accès à une bande dirigée par la talentueuse Valérie Paccaud, tout diffère. Le tout est plus homogène, tous vivent une expérience unique avec beaucoup de stress. Un stress galvanisant, visiblement, puisqu’il les a portés vers des très belles prestations. Certains se distinguaient tout particulièrement, comme le réalisateur et chroniqueur Paul Walther.

Une plume hyper créative et une bonne dose d’absurde amenaient à Paul Walther à survoler son sujet. Yacine Nemra, vainqueur net à l’applaudimètre, profitait d’un public qui lui lançait des rires qui sonnaient comme des « je t’aime ».

Valérie Paccaud, maîtresse de cérémonie d’exception

J’ignore si le dépaysement me faisait planer, mais je passais l’une des meilleures après-midis de ma vie. Car oui : le festival avait lieu dès 16h30. À l’heure du goûter, c’est l’irrésistible et charismatique Valérie Paccaud qui ouvrait la soirée.

Habituée à pondre plusieurs chroniques par semaine et des émissions de deux heures hilarantes, l’animatrice au rire célèbre était touchante et en pleine maîtrise dans cet exercice inédit. Évidemment, elle a évoqué son rire légendaire et a matérialisé son univers comme à son habitude.

Un ADN comique, un style palpable et des prestations de haut vol

Car le succès de chaque prestation tenait à cela : des univers et des personnalités marquants. Laura Chaignat et ses origines jurassiennes, Yannick Neveu et son ode à la curiosité… Mais aussi Philippe Battaglia et Victoria Turrian, dont l’élégance et le charisme étaient intacts.

Même sur des sujets tellement poncés qu’ils sont défigurés, les Bras Cassés parvenaient à faire preuve d’originalité. Yacine Nemra parvenait ainsi à surprendre en parlant de Tinder. On retrouvait l’absurde de ses chroniques « Le saviez-vous ? ». Pour ceux qui ne les connaissent pas, c’est une série d’anecdotes absolument fausses (et de surcroît hilarantes). Comme à son habitude à l’antenne, Yacine Nemra peinait à réfréner des rires pendant son passage. Le genre de détails qu’on pardonnera toujours aux grands enfants turbulents mais attachants comme lui.

Avec un public enthousiaste face à la prise de risque de la bande, le spectacle était tout simplement génial. Ce type d’ambiance, vous pourriez le retrouver chez Yacine Belhousse, dans les soirées « Premières fois ». Le principe, pour rappel : des artistes de renom viennent jouer pour la première fois quelque chose de 100 % nouveau. Là encore, la prise de risque force le respect et tout se passe mieux qu’à l’accoutumée…

Un passage express à Lausanne qui valait le coup

Quelques heures après ce baptême du feu, Blaise Bersinger animait un plateau d’humour avec Cinzia Cattaneo, Alexandre Kominek, Charles Nouveau et Nathanaël Rochat. Cinzia est l’un des nouveaux visages de l’humour suisse romand et elle continue de progresser à l’antenne comme sur scène. Revoir Alexandre Kominek et Charles Nouveau, inséparable duo des soirées Fifty Fifty, était forcément agréable. Malgré un écueil dont je ne peux plus me passer : je connais la majorité de leurs passages…

Ce n’était pas le cas pour Nathanaël Rochat. Le taulier et précurseur du stand-up suisse est un mélange de Droopy, le pilote de F1 Kimi Räikkönen et Ghislain Blique. On ne sait pas s’il en a encore quelque chose à foutre, mais il retourne sans aucune difficulté le public qui lui fait face ! Tristan Lucas, également dans la salle, n’était pas d’accord avec moi quand je lui disais qu’il était un Ghislain puissance mille.

Mais moi, je n’en démords pas. Moralité : Ghislain Blique a le pouvoir de devenir une icône comique si le public le rencontre en nombre. Avis aux producteurs : pariez sur lui. En plus, comme il le confiait récemment dans son podcast « Comique ! », il se donne pour avoir une place sur l’échiquier humoristique…

Un dernier mot

J’ignore ce qui rend cette scène suisse aussi attractive à mes yeux. J’ai bien sûr une piste : la neutralité et l’envie de creuser les sujets avant de s’exprimer. Une autre caractéristique locale, c’est le faible nombre d’artistes. Leur exposition permanente les pousse à toujours donner le meilleur d’eux-mêmes. Ils sont régulièrement sans filet, exposés au public. L’ambiance familiale éclipse sans doute la concurrence qui, entre les lignes, existe peut-être… Mais on ne la sent pas aussi palpable, comme Renaud de Vargas l’expliquait dans son interview.

Une autre motivation qui me pousse à parler d‘eux, c’est leur faible exposition. Même s’ils font partie des meubles de l’audiovisuel public, on ne se bouscule pas au portillon pour leur donner une tribune. C’est peut-être ce temps davantage passé à créer plutôt qu’à faire tourner la machine médiatique qui les rend spéciaux… Ou le dépaysement dû à la beauté des paysages. Ou encore leur rareté ? Quelle que soit la recette, le repas est délicieux. Que cela continue ainsi, et je reviendrai encore et encore…

Je n’ai pas cité tout le monde, mais sachez que de Valérie Paccaud à l’improvisatrice Donatienne Amann, tous valaient le détour. Citons également Julien Doquin de Saint Preux, Stéphane Laurenceau et Robin Chessex, tous trois très précis dans leur écriture et leur interprétation. En somme, le pari de Couleur 3 et du théâtre Boulimie, qu’on a visité en août, est donc réussi ! Le festival était mémorable, j’espère ne jamais oublier ces moments.

Crédits photo

© Kenza Wadimoff

[post_title] => Couleur 3 Comedy Club : retour sur la 1re scène des Bras Cassés [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => couleur3-comedy-club-bras-casses-scene [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-10-05 15:20:04 [post_modified_gmt] => 2021-10-05 13:20:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011494 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011371 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-29 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-09-29 06:00:00 [post_content] =>

Julien Doquin de Saint Preux est l’un des visages de l’humour suisse romand. Cet ancien parisien s’est installé en Suisse. Là-bas, les auditeurs et amateurs de théâtre peuvent aller à sa rencontre. En plein focus suisse, vous n’êtes sans doute pas étonné de voir cet artiste choisi comme découverte. Pour autant, je vous garantis que cet humoriste va vous ravir…

Julien Doquin de Saint Preux : auteur, comédien, animateur, scénariste…

Comme ses acolytes Blaise Bersinger ou Yacine Nemra, notre découverte du mois est à l’aise sur de nombreux tableaux. Rien d’étonnant pour un couteau suisse, me direz-vous (promis, ce sera le seul jeu de mot de l’article). Je l’ai d’abord découvert comme chroniqueur dans les Bras Cassés.

Cependant, je l’ai pleinement rencontré bien plus tard, cet été. C’était la dernière de la pièce Les gens meurent et son jeu impeccable m’a impressionnée. Quand un auteur émérite est aussi touchant qu’une comédienne comme Marion Mezadorian dans Pépites, cela vous transporte instantanément.

Formé pendant 2 ans à l’Atelier de l’acteur à Paris, Julien Doquin de Saint Preux a donc fait bon usage de ces bases et de sa longue expérience en télévision, radio, etc. Une expérience qui lui a permis d’asseoir sa légitimité et d’accumuler une expérience colossale en comédie.

Un artiste et chroniqueur adoubé par ses pairs

De l’aveu de ceux qui travaillent avec lui, cet artiste n’est en effet pas à négliger. Lors de notre rencontre cet été, l’animatrice des Bras Cassés Valérie Paccaud s’est répandue en éloges.

Julien, c’est vraiment mon binôme : on s’est vraiment trouvé dans l’écriture. On a animé pendant 3 ans, 5 jours par semaine, l’émission One-Two. On enchaînait les sketches 3 heures durant. Ça forge une amitié et un respect mutuel professionnel. On a aussi écrit des webséries ensemble : Plectre, Pantoufles et la dernière en date, Bon ben voilà. Il est constant : quoi qu’il fasse, ce sera carré. Ce que j’aime chez lui, c’est il n’y a jamais d’à peu près. C’est un perfectionniste, qui se remet toujours en question.

— Valérie Paccaud
Au hasard 1 : l’un des innombrables instants de comédie avec Julien Doquin de Saint Preux et Valérie Paccaud

Entre ces deux-là, en effet, toutes les occasions sont bonnes pour produire de la comédie. Qu’elle soit minimaliste ou sophistiquée, elle les réunit dans tous les registres et ça marche. Vous vous demandez ce que j’entends par minimaliste ? Jugez plutôt avec la séquence ci-dessous sur la météo, extraite de la websérie Coulisses de la 3.

Au hasard 2 : l’un des innombrables instants de comédie avec Julien Doquin de Saint Preux et Valérie Paccaud

Comique prolifique, Julien Doquin de Saint Preux gagne donc à être connu. Il a toute sa place dans la grande famille des découvertes humour, même s’il n’en est plus à son galop d’essai. Encore faut-il savoir où trouver tous ses faits d’armes… Je vous donne la saucisse, à vous de jouer au chien sur les internets !

Crédits photo

© Théâtre Boulimie

[post_title] => La découverte du mois - Septembre 2021 - Julien Doquin de Saint Preux [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-julien-doquin-saint-preux [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-11 15:44:05 [post_modified_gmt] => 2021-09-11 13:44:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011371 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010921 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-18 19:34:47 [post_date_gmt] => 2021-06-18 17:34:47 [post_content] =>

« Tu es courageuse. » Je l’entends de plus en plus, cette phrase. Parce qu’on part, parce qu’on dit stop, parce qu’un puissant nous empêche d’évoluer comme bon nous semble, en toute liberté. Est-ce ça, le courage ?

La censure intellectuelle s’installe à vitesse grand V. Quand Ambroise Carminati et l’équipe du podcast Une bonne fois pour toutes échange sur « Peut-on rire de tout ? » en toute indépendance, tout va bien. En revanche, dès que des intermédiaires s’en mêlent et ont peur du préjudice envers leur institution ou leur entreprise, la machine s’enraye.

Il est acceptable de réfléchir à la portée de son discours et d’assumer ses responsabilités dans toute prise de parole. Chacun doit pouvoir rendre des comptes sur ses propos, évidemment. En contrepartie, ces contraintes autorisent d’aborder tous les sujets, d’apostropher toutes les personnalités. Vous pouvez et vous devez vous permettre d’aller où bon vous semble. Tant pis si cela ne suit pas la tendance du moment, si cela offense certains…

Le « courage » de Christine Berrou, son refus de la censure et une radio sous surveillance

La chroniqueuse et humoriste Christine Berrou a dû, sous la contrainte, renoncer à sa liberté d’expression. Sa réaction du tac au tac inspire le courage. « Là où la liberté d’expression n’a pas sa place, je n’ai pas ma place non plus. » C’est un coup de tonnerre, les mots grondent, la décision est implacable.

https://www.instagram.com/p/CQQ8j0LqYQg/?utm_source=ig_web_copy_link

On entrevoit aussi l’humanité d’un interlocuteur bien embêté qui cherche à calmer le jeu. Mais comment une antenne surveillée d’aussi près et une humoriste empêchée peuvent-ils exercer correctement ? Pourquoi, finalement, les puissants sont aussi désarmés face au poids des mots ?

Dans ce cas, effectivement, partir rime avec courage. Un sentiment vous envahit alors : la conviction profonde d’être du bon côté. Et pourtant, c’est vous qui devez partir ou vous taire. Cette injustice insoutenable, fatigante, nous la vivons tous dès que nous commençons à prendre du galon. Il y aura toujours une personne plus puissante pour regarder d’un mauvais œil votre ascension.

🗞️ Lu ailleurs : la réaction de Christine Berrou, recueillie par Télérama

Face à l’influence des puissants, sommes-nous à la croisée des chemins ?

Dans le même temps, notre époque hurle son besoin d’authenticité, de destitution des puissants. Élise Lucet est aussi rock qu’un Philippe Manœuvre sous coke. Pasquinade vient dire « Je me casse » à Netflix, aux GAFAM et consorts. Le public recherche la pépite artistique qui viendra les secouer, les malmener et les plonger dans une hilarité vivifiante.

C’est comme si notre époque était à la croisée des chemins. D’un côté, un sentier parfaitement aménagé mène vers une société aseptisée, sans vague (Eagleton)*. Chacun de nos faits et gestes y est évalué, consigné et surveillé. De l’autre, près d’un chemin encerclé de ratons-laveurs, des personnes suivent l’exemple de hackers berlinois qui redonnent leurs lettres de noblesse à la contreculture (Pawnee)*.

Mon humoriste de demain, je veux qu’il ait un peu de cette subversion berlinoise en lui. Qu’on ne lui parle pas de courage car on le pousse vers la sortie, mais pour ses choix artistiques audacieux validés par la profession. Au théâtre. Sur le web. À la télévision. À la radio. Partout où l’exercice de son métier est possible, en somme. Objectif : tuer l’intimidation, d’où qu’elle vienne.

Je sais que Christine Berrou continuera d’exercer son métier en toute liberté. Elle a bien trop de talent, elle va rebondir. Cela m’évoque une conversation que j’avais eue avec Roman Frayssinet et qui me porte aujourd’hui. Il venait de quitter Juste pour rire suite à cette affaire. À nouveau indépendant, il apparaissait serein, en phase avec sa décision malgré les conséquences à court terme sur sa carrière. On connaît la suite…

En contexte : un nouveau départ au cœur de la tourmente chez Europe 1

Cette nouvelle intervient alors que la station a débuté une grève vendredi 18 juin à 16 heures. Ça n’allait pas très fort chez cet acteur historique des ondes françaises. Audiences en chute libre, gouffre économique à prévoir, fin de l’émission d’Anne Roumanoff… Sans oublier bien sûr le redouté rapprochement avec CNews.

Europe 1 est donc dans l’œil du cyclone. Cela nous permet de regarder le départ de Christine Berrou sous une autre perspective. Après tout, cette station n’a pas (plus ?) le même capital sympathie qu’un France Inter. Au-delà des considérations public/privé et liberté de parole, le traitement de l’humour n’est pas le même.

La bande originale de Nagui fait un carton et renouvelle son audience avec des humoristes sélectionnés avec soin. Les humoristes sur Europe 1 n’ont pas la même exposition, on ne sait pas dans quelle émission ils évoluent, si c’est pour une pige ou bien pour plus longtemps. Qui savait que Christine Berrou officiait sur Europe 1 depuis 7 ans ? Son travail était pourtant solide, mais peu visible. Sa présence dans Piquantes ! sur Téva (oui…) était plus remarquée, c’est dire !

En résumé, si quelqu’un doit souffrir de ce départ, c’est finalement plus Europe 1 que l’humour…

Bonus track historique : l’époque des radios pirates

J’avais envie de terminer par un rappel d’une époque où les radios se battaient (vraiment) pour émettre en toute liberté. Alors qu’on célèbre les 100 ans de la radio, ce n’est pas du luxe.

Ce que j’aime aussi dans cette vidéo, c’est qu’elle a permis un changement majeur. Un YouTubeur utilisait les vidéos de l’INA. Mécontent que l’on génère des revenus publicitaires avec leurs vidéos, l’institution a empêché Ludovic B d’utiliser lesdits contenus. Heureusement, les deux parties ont trouvé un terrain d’entente et il est aujourd’hui plus simple d’utiliser des contenus qui rémunèrent chaque partie équitablement.

Que doit-on retenir de cette anecdote ? Face à un obstacle comme celui-ci (ou comme la censure en radio), des solutions existent et conviennent même à toutes les parties prenantes. Ne baissons pas les bras, l’exercice du métier d’humoriste doit se faire librement pour évoluer dans une société vivable…

*Vous avez sans doute reconnu la référence à Parks and Recreation… Si ce n’est pas le cas, allez découvrir cette série !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => À propos du courage : ode à la liberté des humoristes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => courage-censure-radio [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 12:11:40 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 10:11:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010921 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1010709 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-04-14 20:14:50 [post_date_gmt] => 2021-04-14 18:14:50 [post_content] =>

Aujourd’hui, Harold Barbé intègre la bande des Grosses Têtes, l’émission de Laurent Ruquier sur RTL. L’occasion est trop belle : j’ai envie de vous en parler dès maintenant et de mettre sur pause… ma pause, justement !

Harold Barbé, nouveau visage parmi les Grosses Têtes

Le 14 avril 2021 est l’une de ces journées atypiques. En plein après-midi, je me réjouis de lancer la radio RTL. Cette fois-ci, je n’écoute pas Isabelle Chataignier au micro de Flavie Flament pour apprendre à mieux m’exprimer. Non, le rendez-vous est pris un peu plus tard avec Laurent Ruquier et sa bande des Grosses Têtes.

C’est l’une des émissions que je suivais de près durant l’enfance. Un monument du PAF qu’animait alors le sautillant Philippe Bouvard. Je garde simplement en souvenir le plaisir de consommer ces émissions, à la radio ou à la télévision. Guy Montagné, Sim… Ils me faisaient tous hurler de rire sans qu’une scène ne les mette en lumière.

Cette journée du 14 avril est spéciale car Harold Barbé débarque dans la bande. Il y retrouve notamment Melha Bedia, autre figure de la nouvelle génération humour. Soutenue par Olympia Production, l’artiste et comédienne a déjà de la bouteille à ce poste.

Une institution qui compte encore

Laurent Ruquier n’est pas Philippe Bouvard. On ne lui demande pas de l’être, un peu comme Samuel Étienne ne remplacera jamais Julien Lepers. Comparer les époques n’a pas de sens car ma perception de l’émission diffère entre mes 8 ans et mes 30 ans… En revanche, je conserve ce respect de l’institution, de l’esprit de bande et du plaisir des Grosses Têtes qui se retrouvent. Tout ceci malgré des enquêtes, certes orientées mais bien fouillées, qui pointent le sexisme dans l’émission.

Point de polémique ici. Il y a un véritable plaisir à voir un humoriste atypique et talentueux validé par la profession. Passé dans On est en direct avec… Laurent Ruquier toujours, Harold a su saisir l’opportunité de briller. Comme il a su assurer les premières parties de Blanche Gardin. Peu importe la durée de son aventure autour de la table, l’artiste démontre qu’il ne lâche rien, qu’il s’adapte à de nombreux exercices tout en restant lui-même. Il fait partie de ceux qui humanisent cette profession et qui font rire pour ceux qu’ils sont.

En bref, ce 14 avril est décidément une belle journée. Puisse-t-elle en cacher de nombreuses autres, et bientôt au théâtre !

Crédits photo

© Kervin Portelli / RTL

Dans le rétro - Passions #7 spécial radio

[post_title] => Harold Barbé : un grand comique aux Grosses Têtes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => harold-barbe-grosses-tetes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-04-14 20:33:39 [post_modified_gmt] => 2021-04-14 18:33:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010709 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 10229 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-14 08:28:00 [post_date_gmt] => 2020-05-14 06:28:00 [post_content] =>

Je vous avais promis une découverte humour en bonus, la voici : Valérie Paccaud. Son nom ne vous dit peut-être rien, alors préparez-vous à faire la connaissance d’une pointure de l’audiovisuel suisse !

À la question : « Qui vous fait le plus rire ? », je sèche parfois. Depuis que Jean-Philippe de Tinguy a disparu des écrans radars, il me semble encore irremplaçable. Fort heureusement, je n’ai pas perdu la capacité de rire ou de développer des passions pour des artistes. Désormais, quand on me posera la question, un nom me viendra en tête : Valérie Paccaud.

La personne que je vais vous présenter n’est pas vraiment une comique, mais une figure célèbre de la radio suisse-romande. Oui, encore cette radio étrangère dont je vous parle tant. Que voulez-vous ? Tout me plaît dans cette station Couleur 3, qui figure dans mon palmarès de l’année 2019. Je ne vais pas me priver quand le talent et la passion sont réunis, tout de même !

Alors, cette Valérie Paccaud, qu’a-t-elle de si spécial ?

Un rire, déjà, sa marque de fabrique ! Elle n’a pas voulu le censurer à l’antenne, et il résonne plusieurs fois par émission dans Les bras cassés. C’est le témoignage d’un sens de l’humour qu’elle sait aussi bien recevoir que délivrer. Exemple d’un cas récent avec Samuel Vuillermoz qui a provoqué l’hilarité générale :

La polyvalence, aussi. Celle qu’on retrouve chez les gens qui apprennent leur métier avec les moyens du bord. Elle peut plancher sur des web-séries avec Julien Doquin de Saint Preux notamment, jouer face caméra, écrire des chroniques (4 par semaine !) et assurer une émission de 2 heures avec des jeux et concepts qui se renouvellent fréquemment…

Interviewer des personnalités, aussi, et surtout détecter des talents. Valérie Paccaud, c’est celle qui a fait entrer de nombreux humoristes dans le paysage audiovisuel suisse-romand. C’est un peu ce que fait France Inter, mais autour d’un format plus décontracté où les découvertes musicales remplacent les monuments de culture à connaître pour être à la page. Tiens, en parlant de monuments de culture, voici une archive d’interview avec Éric et Ramzy qui a fait mon bonheur :

En bref

Valérie Paccaud, c’est l’archétype d’un talent brillant, fort d’une longue expérience qui n’a pas atteint son envie de faire rire. Un talent, aussi, qui ne cherche pas à tirer la couverture sur soi. En effet, il est difficile de trouver des informations sur elle au-delà de ses émissions (ou du témoignage de Bruno Peki recueilli par votre serviteur).

Pour vous dire, c’est sur le site internet d’une enseigne de supermarché qu’on découvre l’un des entretiens les plus intéressants suivi d’une biographie pour mieux comprendre son parcours. Le mieux reste donc de découvrir son art au quotidien plutôt que de chercher à savoir qui se cache derrière cette voix !

Les Bras Cassés : une chanson de Yacine Nemra pour vous faire patienter avant la nouvelle saison

Crédits photo

Capture d’écran de l’émission La puce à l’oreille © RTS Un

[post_title] => La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-valerie-paccaud [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-25 19:13:48 [post_modified_gmt] => 2020-08-25 17:13:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10229 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6728 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-08 10:00:48 [post_date_gmt] => 2019-09-08 08:00:48 [post_content] =>

Yacine Nemra fait partie de la nouvelle génération d’humoristes suisses. Il devait nécessairement prendre une place dans le carré VIP des découvertes humour ! C’est aujourd’hui chose faite pour l’habitué de la radio Couleur3.

Yacine Nemra, génie de l’improvisation

Le Lausannois Yacine Nemra improvise depuis l’adolescence. Il débute cet art en 2006 et se distingue au sein de sa ligue d’improvisation, l’AVLI.

Il participe également à des soirées d’improvisation, avec notamment Donatienne Amann et Blaise Bersinger. Si vous vivez à Lausanne, vous pouvez retrouver ces comédiens et d’autres en alternance. Le prochain rendez-vous de Brut Impro est prévu le 19 septembre !

Aujourd’hui, il termine ses études avec un mémoire qui ne ménage pas ses nerfs. Il en parle d’ailleurs dans ses chroniques, ponctuées des rires de Valérie Paccaud.

Le comique qui crève les ondes

C’est bien sûr là que j’ai découvert ses énumérations absurdes. Aujourd’hui, les « Le saviez-vous ? » sont ainsi des délires que je ne manque sous aucun prétexte. Vous pouvez les retrouver dans cette série de vidéos très fournie !

Le public suisse l’a aussi vu dans l’émission Mauvaise Langue. Il prend part à de nombreuses séquences mémorables. Son truc en plus ? Une bonhomie qui saute aux yeux, un visage que vous n’oubliez pas et un style bien à lui.

Ce style va rapidement me rendre « super fan » de lui sur sa future page Facebook, soyez-en sûr. On lui souhaite d’en avoir une très populaire dès qu’il la lancera. Mais qu’il se rassure, il n’est pas notre seule découverte humour à en être dépourvu.

Crédits photo

© RTS - Couleur3 - Capture d’écran de la chronique « Faire ses courses en France »

[post_title] => La découverte du mois – Septembre 2019 – Yacine Nemra [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-yacine-nemra [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:18:36 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:18:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6728 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 4437 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-24 09:58:57 [post_date_gmt] => 2018-06-24 07:58:57 [post_content] =>

La radio suisse Couleur3 diffuse les matches de la Suisse avec les artistes Fantin Moreno, Charles Nouveau et Blaise Bersinger. Le trio enflamme la coupe du monde des suisses... et pas que ! Zoom sur le programme qui vous fera aimer la coupe du monde.

Coupe du monde : les commentaires décalés de la Suisse

Alors qu'en France, ça bougonne autour d'une entame peu enflammée, la Suisse passe un mondial animé. Comme d'habitude, les premiers râlent alors qu'ils ont gagné leurs matches. En Suisse, humoristes et artistes s'emparent des micros des commentaires, et ça se passe beaucoup mieux.

Pour le premier match, Suisse-Brésil, je me retrouvais donc à couper le son de TF1 pour faire triompher celui de la radio Couleur3. Le contrôle du direct me permettait ainsi de caler l'image sur le son, toujours un peu décalé. Quand on a l'habitude des diffusions sportives, on connaît trop bien ces manipulations dignes d'un conseiller de vente chez Darty. Le second match étant diffusé sur Bein, je n'ai pas pu en faire de même mais j'ai vécu ça tout aussi intensément. La prochaine fois, il faudrait peut-être voir avec le Paname Art Café s'ils veulent créer les mêmes conditions de diffusion ?

Couleur3 : oser marier blagues, absurde et football

La formule est simple : 2 commentateurs, Fantin Moreno et Charles Nouveau, épaulés par l'envoyé spécial du studio Blaise Bersinger. Ce dernier parodie les interventions sur le terrain et apporte ainsi des touches absurdes. Informations décalées, interventions improbables : les éclats de rire fusent.

Le plus fort, c'est que cette recette vous fait vraiment rentrer dans le match. On a beau être à des kilomètres les uns des autres, je suis complètement happée par le match. J'ai sauté partout quand la Suisse a marqué. Bon, c'est aussi parce que je fais des pronostics contre mes collègues et que j'ai les crocs. A l'heure où j'écris ces lignes, je suis en tête depuis... mon pronostic parfait de Suisse-Serbie !

Je ne suis pas la seule à être convertie au football suisse. Paul Taylor travaille sur un documentaire sur les stéréotypes entre les nations. En ce moment, il est en Suisse et en profite pour vivre ces soirées de l'intérieur. Il célèbre ça comme moi, avec beaucoup de fougue et de bonds irrationnels.

Si des humoristes français comme Louis Dubourg, Urbain ou Hakimjemili faisaient la même chose, je peux vous garantir qu'on entrerait vraiment dans la coupe du monde. Chiche pour France-Danemark ?

Suivre la coupe du monde avec Couleur3

Couleur3 diffuse les matches de la Suisse et la finale, le 15 juillet prochain. Vous pouvez donc la suivre en direct sur la page Facebook Couleur3 (un direct par mi-temps) ou directement sur l'application Play RTS sur iOS et Android. La deuxième option vous permettra d'entendre de la musique ou de voir Charles Nouveau manger des chips avant le match. Si vous passez par Facebook, vous pouvez commenter et Blaise Bersinger se fera une joie de lire les meilleurs messages !

Crédits photo

© Capture d'écran - Live Facebook Serbie-Suisse - Couleur3/RTS

[post_title] => Coupe du monde - Charles Nouveau m'a convertie au football suisse [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coupe-monde-charles-nouveau-suisse [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:30:01 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:30:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4437 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 3754 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-04-07 11:40:49 [post_date_gmt] => 2018-04-07 09:40:49 [post_content] =>

Pour des humoristes comme Félix Radu, rire des mots, ça peut être pour tous. On peut avoir l'impression qu'il s'est retrouvé propulsé dans la mauvaise époque, qu'il est en décalage. Mais au final, jouer avec les mots et ajouter de la poésie à son personnage de scène, c'est une vraie tendance qui se confirme.

Le Rimbaud de l'humour

J'ai quitté Félix Radu lors du festival Les Fous Rires de Bordeaux, juste après sa qualification pour la finale. Opposé à François Guédon le lendemain, il n'a pas géré la finale comme il le voulait et il est reparti avec des regrets. Mais là-bas, la littérature avait, semble-t-il, gagné une bataille. Les deux humoristes qualifiés pour la finale l'intégraient à leur univers humoristique.

On compare souvent Félix Radu à Raymond Devos. Le jeune humoriste belge travaille d'arrache-pied avec son équipe de communication pour casser cette image. Personnellement, comme je n'ai pas cette expertise Devos en tête, j'échappe un peu à la comparaison. Pour moi, Félix me fait plus penser à Rimbaud. Vous me direz que je ne l'ai jamais rencontré, mais j'ai suivi des cours sur lui à la fac et j'ai lu deux-trois recueils.

J'ai dû lire ça aux alentours de 20-22 ans. C'est un âge très rigolo de la vie, où l'on croit tout savoir et où l'on se radicalise dans ses opinions. On est épris d'une force assez sidérale qui nous fait croire dur comme fer à nos convictions. On se politise, parfois. Et on prend beaucoup, beaucoup les choses à cœur. Parfois même, dans nos heures les plus sombres, on a l'impression de savoir tout sur tout. Et on en parle avec passion.

Convictions

Félix m'amuse souvent. Parfois, ses convictions me font sourire. Comme quand il dénigre le stand-up par ses stéréotypes. Il est vrai que le stand-up je ne sais pas si vous avez remarqué, mais... qui parle de cul et d'altercations en voiture en banlieue n'est pas très recherché. Mais Félix, désolée de te décevoir, tu fais du stand-up. Tu ne veux pas l'affirmer parce que tu veux créer une rupture et te différencier. Certes, tu as bien compris qu'il faut se distinguer pour percer, mais il n'empêche que cette forme de stand-up, tu l'incarnes plutôt bien. Même si tu ne colles pas à la définition stricto sensu du stand-up avec le micro et l'absence de décor (j'ajoute cette phrase parce que je sais que tu n'es pas d'accord et que ça t'agace, mais ça me fait encore plus rire. Encore une fois, ce n'est que mon opinion ;-)).

L'humour pour tous ?

Après, je te comprends. On m'a recommandé une émission sur France Inter cette semaine : Génération Jamel Debbouze, l'humour pour tous. Je vous laisse écouter ci-dessous si ça vous tente.

Génial : on a l'impression qu'on va parler de l'émergence du stand-up en France, cette forme de parole libre avec toutes ses subtilités et ses comedy clubs. La porte se referme, c'est un cauchemar. L'animateur, qui passe plus de temps à ajouter des effets insupportables dans sa voix pour exciter de la MILF, se gargarise sur le fait que Jamel est maghrébin. Ce fantasme de l'ériger en porte-parole d'une ethnie ou je ne sais quoi. Et ça radote, et ça radote... au final, cette analyse sociologique des médias m'a tellement ennuyée que je ne suis pas allée au bout.

Pourquoi un tel agacement ? Je ne suis pas friande de France Inter : je trouve cette radio clivante. Ils en font des caisses, et je trouve que ça exclut des gens. Dont je fais partie, j'assume. Le côté entre-soi culturel parisien, où l'on fait semblant de comprendre la populace... Et en fait, quand on se fait violence pour écouter, on se rend compte que le contenu informatif tombe à côté, est utile toujours aux mêmes. La connivence avec l'auditoire habituel est là, ça, c'est sûr... mais on passe à côté d'une élévation de tout le monde. Ce que le stand-up de Félix Radu et de beaucoup d'autres arrive à faire.

Le stand-up comme élévateur d'âmes

Dans la communication de Félix Radu, il y a justement un appel à ouvrir la culture, la littérature ou encore l'humour à tous. Voici un extrait de Vers l'Avenir, où la plume d'Elise Lenaerts a sublimé les propos de l'humoriste namurois.

Les grands classiques à la portée de tous

Les mots s'improsent ! n'est donc pas destiné aux personnes d'un certain âge qui lisent du Shakespeare, un verre de whisky à la main. À travers son spectacle, Félix Radu veut vulgariser la littérature, pour que tout le monde puisse se la réapproprier. « On peut penser que mon public est composé de personnes âgées. Alors qu'en fait pas du tout, c'est un a priori de directeur de salle qui pense que les jeux de mots et la littérature ne font rire que les gens cultivés, les Parisiens. Je crois qu'on a appris aux gens à se dévaloriser. Les intellectuels, les politiques font comme si le peuple n'était plus capable de diriger le pays, en disant :

« Ne vous inquiétez pas, on va gérer pour vous ».

Les gens se disent que la culture n'est pas pour eux, que le théâtre après une journée à travailler en tablier d'électricien ne leur est pas destiné, qu'ils n'ont pas le profil. » Pour lui, « le théâtre est devenu un truc un peu incestueux où on ne fait plus des pièces que pour des gens de théâtre, des personnes qui rêvent déjà. »

Je crois qu'après ça, on peut mourir tranquille, non ? Evidemment, le plus tard possible, ça va de soi. Et ça aussi, c'est une citation historique dont Louis Dubourg fait bon usage. Merci aux humoristes de bousculer un peu les gens qui traînent dans la culture par idéologie ou snobisme plutôt que par passion.

Crédits photo

© Henry Magerès

[post_title] => Spot on - Félix Radu ou la littérature pour tous [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => felix-radu-litterature-culture [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:32:32 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:32:32 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3754 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 3393 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-01 16:48:38 [post_date_gmt] => 2018-02-01 15:48:38 [post_content] => Le spot du rire vous parle régulièrement des podcasts humour qui fleurissent sur le web. L'objectif, c'est de vous les faire découvrir le mieux possible. Voilà pourquoi nous débarquons sur SoundCloud !

Des playlists avec les meilleurs contenus SoundCloud sur l'humour

Des archives de 7 sur scène de Radio Nova en passant par des conseils sur le stand-up, on vous propose une sélection à dévorer des oreilles. Nous proposons ni plus ni moins de créer ce concept. Vous retrouverez aussi de nombreuses interviews de Sebastian Marx. Quelques semaines plus tôt, nous vous proposions déjà de découvrir l'interview avec Tania Dutel. Ainsi, vous verrez qu'il y en a plein d'autres !

8 playlists thématiques pour toutes vos envies auditives !

Vous proposer du contenu, c'est bien. Or, le sélectionner et le classer, c'est mieux. Après avoir englouti des heures de contenus et cherché ce qui existait ailleurs, nous vous proposons de fouiller dans ces 8 thématiques : Si vous aussi, vous entendez quelque chose qui vous plaît, vous pouvez aussi nous en faire part. En 2018, partageons l'humour plus que jamais !

Mise à jour 28 février 2018

Voici de nouveaux contenus audio sur l'humour, anciens et récents. Concrètement, ces contenus proviennent de sources diverses et parlent d'artistes très variés :
  1. Le concept du marché-parlé de Navo, repris par Marina Rollman il y a deux ans vous embarquera dans un moment lointain. 10 minutes de dépaysement garanties.
  2. L'épisode du Floodcast de FloBer avec Solange te parle, qui a été un bonheur à écouter. Une vraie belle interview.
  3. Deux épisodes supplémentaires de Nouvelle Ecole avec Kyan Khojandi et Sophie-Marie Larrouy. On a failli la voir à Dimanche Marrant la semaine dernière, elle a donc amplement sa place ici.
On vous invite à proposer d'autres contenus SoundCloud en commentaires. Ensuite, on les écoutera et on les ajoutera à nos listes de lecture humoristiques !

Aller plus loin

Le spot du rire sur SoundCloud : retrouvez les meilleurs contenus audio ! [post_title] => Le spot du rire débarque sur SoundCloud ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soundcloud-podcasts-contenus [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:35:55 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:35:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3393 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 2986 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-11-11 12:04:12 [post_date_gmt] => 2017-11-11 11:04:12 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Matthieu Penchinat joue un spectacle atypique au Théâtre les Feux de la Rampe. Ça s'appelle Tout seul comme un grand, et c'est un peu énigmatique. On vous raconte.

L'avant-spectacle : quand on se fait une idée vague de l'humoriste

Avant de se rendre rue Saulnier, j'avais déjà entendu parler de Matthieu Penchinat. Sur les ondes d'Europe 1, Marion Mezadorian s'est lancée dans les chroniques humour. Un exercice partagé par Matthieu Penchinat, où il se révèle très à l'aise. Habitué de ce studio radio, il manie les mots avec une maestria qui n'est pas sans rappeler celle du Prix Raymond Devos pour l'Humour 2016. Si vous êtes curieux, sachez que Matthieu Penchinat est résident de l'émission de BenH, Le Nouveau Dimanche.
Avec ses lunettes rondes au goût du jour, son air de dandy géant et son élocution sans faille, Matthieu Penchinat en impose. S'il avait été professeur de je-ne-sais-quoi, je peux vous dire que la salle de classe n'aurait pas bronché et l'aurait écouté avec attention. Comme quand on entendait une mouche voler. Mais que peut donc nous proposer cet orateur sur scène ? L'intrigue était posée, je n'avais plus qu'à répondre favorablement à l'invitation.

Matthieu Penchinat : entre poésie de l'absurde et plaidoyer pour la mort

A ma grande surprise, l'humour de Matthieu Penchinat est classé dans l'absurde, le poétique. C'est une bonne entrée en matière, et puis les Feux de la Rampe ont aussi Monsieur Fraize. C'est un peu burlesque, moqueur sur les entrées de seul-en-scène classique. Ça parle de la mort d'un père et l'entrée dans un monde d'adultes. Car si Matthieu y va tout seul, comme un grand, ce n'est pas sans angoisse, difficulté ou interrogation. J'ai particulièrement aimé le rire incontrôlé suscité par le passage sur Pompes Fun. Il s'agit d'une chaîne de pompes funèbres où Philippe Risoli aurait pu ambiancer la boutique. On rit de la mort avec un léger malaise, on se fait littéralement balader pendant une heure et on y prend même du plaisir. Matthieu Penchinat étonne donc et vous fait passer un bon dimanche soir. Les angoisses évoquées sur scène tranchent avec la maîtrise de l'humoriste, et l'on assiste à un spectacle très abouti et drôle. Laissez-vous tenter ![/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=PBbYMPKycKU" title="Voir le spectacle"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Top spot - Matthieu Penchinat parle de la mort dans Tout seul comme un grand [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacle-matthieu-penchinat-feux-rampe [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-02 16:52:25 [post_modified_gmt] => 2020-04-02 14:52:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2986 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 2657 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-09-17 18:59:10 [post_date_gmt] => 2017-09-17 16:59:10 [post_content] => [vc_row el_id="section-84"][vc_column][vc_column_text]Le spot du rire vous propose une nouvelle sélection de vidéos humoristiques. A l'aide de 25 images par seconde, Verino, Froussin : Détective Privé, le duo Mathieu Madénian et Thomas VDB, le plateau Dimanche Marrant et une petite surprise vont vous faire rire aux éclats ! L'occasion de faire oublier la reprise des activités normales au travail, sur les bancs de l'école ou ailleurs... [/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=P747cFg9y6Q" title="Vérino revisite l'actualité : Ouragan Irma, Tinder raté, etc."][vc_column_text]Verino a l'art d'utiliser les nouvelles technologies pour augmenter l'expérience des spectateurs. Sur cette vidéo, filmée pendant son spectacle, il propose un deal alléchant pour une date événement et reprend les bonnes habitudes de décorticage de l'actualité ![/vc_column_text][vc_column_text]

Froussin : Détective Privé en live du One More

Le détective le plus célèbre du stand-up s'est lancé sur Facebook live la semaine dernière. Comme ça, ceux qui ne pouvaient pas se rendre au One More Joke découvraient son compte-rendu comme s'ils y étaient. C'était l'occasion pour le web de rencontrer le célèbre spectateur au rire incroyable de ce plateau. Un habité qu'on n'oublie pas... comme notre cher détective ![/vc_column_text][vc_column_text]

Le bêtisier de Mathieu Madénian et Thomas VDB

On ne présente plus Mathieu Madénian et Thomas VDB, déjà aperçus dans une sélection précédente. Les deux compères se produisent en vidéo, et parfois, cela se transforme en rigolade communicative. Découvrez leur dernier best of ![/vc_column_text][vc_column_text]

Les coulisses de la rentrée du plateau Dimanche Marrant

Le plateau d'humour de Guilhem Malissen a encore frappé avec un super line-up pour sa rentrée. Cette vidéo mi-best of, mi-rétrospective, est tellement géniale qu'on se devait de la remettre ici. Même si elle a déjà été partagée sur la page Facebook du spot du rire. Quand une vidéo est formidable, il faut savoir dire bravo ! Et quand on y retrouve Charles Nouveau et Jean-Philippe de Tinguy, plus d'excuse pour partager sans modération.[/vc_column_text][vc_column_text]

Le spot de rire fait sa promo sur Antek on R !

[video width="1280" height="608" mp4="http://www.lespotdurire.fr/wp-content/uploads/2017/09/passage_spotrire_antek.mp4"][/video] Antek on R, c'est l'émission de webradio avec toute l'indépendance des radios pirate. Réalisée à La Grange, le lieu de villégiature du 33 Comedy Club, elle accueille de nombreux humoristes stand-up. Au spot du rire, on est très content qu'elle existe car elle a déjà reçu Charles Nouveau et Nadim. Louis Dubourg y a aussi réalisé ses chroniques Passements de jambes sur sa thématique de cœur : le football. Le spot du rire assiste régulièrement à l'émission en direct, ce qui nous offre ce moment promotionnel qui fait toujours plaisir ! PS : Respect éternel pour Muriel Robin, le propos était juste de dire que le stand-up, c'est le futur. L'humour plus connu de type one-(wo)man-show avec personnages, ça reste bien aussi ![/vc_column_text][vc_column_text]

C'est la fin de notre sélection vidéo...

J’espère que cette sélection vous a plu, on se retrouve très vite pour de nouvelles créations en images ![/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => La sélection vidéo humour de la rentrée - Des comedy clubs aux salles de spectacle ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => selection-video-humour-rentree [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:28:22 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:28:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2657 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 1774 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-07-13 10:00:00 [post_date_gmt] => 2017-07-13 08:00:00 [post_content] => Le spot du rire vous propose de redécouvrir des archives radio d'Eric Judor et Ramzy Bedia, les génies de l'humour absurde. L'occasion de redécouvrir le cœur de leur humour, parfois bien moins infantile qu'ils voulaient nous le faire croire.

The Eric et Ramzy Show : la libre antenne revisitée

C'était il y a 20 ans. Eric et Ramzy prenaient le contrôle d'une émission sur Fun Radio : The Eric et Ramzy Show. De David Charvet en passant par Roméo Sarfati et la motocrotte d'Olivier Jacque, ils ne s'interdisaient rien. La libre antenne les guidaient vers un absurde absolu, sous l’œil bienveillant du dieu de l'absurde, Absurdos. Profitez des archives radio d'Eric et Ramzy sur Fun Radio tant qu'il est encore temps ! Pour les plus téméraires, d'autres archives radio sont disponibles par ici. Quelqu'un a même compilé 20 heures des émissions sur Fun Radio depuis ses cassettes audio de l'époque.

Le Zyva Show, sur NRJ

Retour sur les ondes en 2002, avec la grosse voix de la radio NRJ qui faisait les jingles. J'ai passé mon adolescence à écouter et réécouter ces émissions sans fin. C'est dans ces émissions que, à mon sens, la meilleure improvisation de Ramzy demeure. Lorsqu'Eric lui demandait de rebondir sur sa vanne, il déplorait l'absence de trampoline dans l'équation. ROFL, comme disent les ados anglophones. Ça veut dire à se rouler par terre. Le tout était saupoudré de la musique pop absolument immonde de l'époque. Cela donne un côté carte postale qui portait leurs railleries sur l'industrie musicale d'alors.

Réécoutez la toute première émission du Zyva Show

[audio src="http://zyvalabo.gehmu.com/download/Le%20Zyva%20Show%20-%2020021012%20-%20Emission%20du%2012.10.2002.mp3" /]

Eric et Ramzy Online : le jour où j'ai failli faire une syncope

Vous connaissiez le site Ericetramzy.fr.st ? Moi, je le consommais sans modération, c'était ma bible. Un jour, l'adresse n'était plus accessible. Le drame. Un drame à mettre en perspective sur ce qui se passe dans le monde, mais quand même. Bon, la bonne nouvelle, c'est que la bible des 2 fans d'Eric et Ramzy, des mecs qui s'appellent Flo et Dan et que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam, n'est pas morte. Certes, il manque des images ici et là, mais ça donne un petit côté boîte surprise non négligeable. On se retrouve à naviguer sur un site fantôme dans lequel regorgent des perles précieuses d'humour no limit. On y retrouve des interviews, une biographie de chaque membre du duo, des informations sur les spectacles et passages télé du duo... bref tout ce qui faisait le charme de l'internet d'avant, celui qui est cher à Edward Snowden.

Retrouvez l’improvisation du duo chez Michel Drucker

[audio src="http://flo57.free.fr/pageweb/tele/impro.mp3" /]

Quand Radio Nova ressort des archives à son tour

On y ajoute Omar Sy et Jamel Debbouze. La scène se passe en 1998, une période de liesse si vous voulez l'avis de Louis Dubourg. Une demi-heure de folie à quatre, une orgie de rire qui s'écoute sans fin. Avec ça, vous êtes occupé jusqu'à la fin de l'année. Ne me remerciez pas. [post_title] => Retro spot #3 - Quand Eric et Ramzy pétaradaient la radio [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retro-spot-3-eric-ramzy-radio [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:24:20 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:24:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=1774 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 12 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011494 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-10-04 19:40:00 [post_date_gmt] => 2021-10-04 17:40:00 [post_content] =>

Les festivals d’humour se suivent et ne se ressemblent pas. Une semaine après le festival Paris Paradis, qui regroupait des têtes d’affiche du stand-up francophone, Lausanne rivalisait avec la ville lumière. Au D! Club, le Couleur 3 Comedy Club a pris ses quartiers le temps d’un week-end de 3 jours. Outre les plateaux d’humour regroupant des têtes locales et des têtes d’affiche, deux scènes attiraient particulièrement mon attention.

Samedi et dimanche, une grande partie de la bande des Bras Cassés a réalisé sa première scène. Oubliez tout ce que vous savez sur les premières scènes : celle-ci ne ressemblait à aucune autre. D’une part, leur première scène faisait l’objet d’une captation. Cela veut dire qu’en cas de bide, des caméras immortaliseraient cette douloureuse expérience.

Couleur 3 Comedy Club : une première scène des Bras Cassés sous la houlette d’un metteur en scène émérite, Étienne de Balasy

Mais pour ne pas bider face à un parterre d’auditeurs fidèles, la bande radiophonique a pris ses dispositions. Chaque artiste pouvait faire appel à l’expertise d’Étienne de Balasy. Si vous ne le connaissez pas, c’est un metteur en scène très en vue… Et également l’auteur d’un guide pour les nouveaux humoristes. Pour rappel, ça s’appelle Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show !!! et vous pouvez en lire notre critique sur le blog. Cette figure locale bien implantée a également mis en scène le prestigieux Montreux Comedy Club.

Vous vous dites sûrement : mais comment puis-je profiter de l’expertise d’un homme qui transforme les premières scènes en moments d’anthologie ? Vous avez de la chance : il a adapté la partie historique son livre en spectacle à la Nouvelle Seine (Paris). Notez donc l’une de ces deux dates : les dimanches 7 novembre et 5 décembre à 17 heures.

Quasiment tous les Bras Cassés conviés à la fête ont profité de son expertise. Victoria Turrian, adepte de la chronique et usant habilement de sa voix suave, a préféré miser sur son verbe chaleureux. Stéphane Laurenceau a préféré miser sur Yann Marguet, un autre humoriste de la scène locale.

Couleur 3 Comedy Club : un show survolté dans un cadre idyllique

Le Couleur 3 Comedy Club, c’est un peu cet événement où les planètes s’alignent. Habituellement, les plateaux d’humour regroupent une brochette d’artistes. Il en faut pour tous les goûts ; par conséquent vous allez picorer certains artistes et en délaisser d’autres.

Là, quand vous avez accès à une bande dirigée par la talentueuse Valérie Paccaud, tout diffère. Le tout est plus homogène, tous vivent une expérience unique avec beaucoup de stress. Un stress galvanisant, visiblement, puisqu’il les a portés vers des très belles prestations. Certains se distinguaient tout particulièrement, comme le réalisateur et chroniqueur Paul Walther.

Une plume hyper créative et une bonne dose d’absurde amenaient à Paul Walther à survoler son sujet. Yacine Nemra, vainqueur net à l’applaudimètre, profitait d’un public qui lui lançait des rires qui sonnaient comme des « je t’aime ».

Valérie Paccaud, maîtresse de cérémonie d’exception

J’ignore si le dépaysement me faisait planer, mais je passais l’une des meilleures après-midis de ma vie. Car oui : le festival avait lieu dès 16h30. À l’heure du goûter, c’est l’irrésistible et charismatique Valérie Paccaud qui ouvrait la soirée.

Habituée à pondre plusieurs chroniques par semaine et des émissions de deux heures hilarantes, l’animatrice au rire célèbre était touchante et en pleine maîtrise dans cet exercice inédit. Évidemment, elle a évoqué son rire légendaire et a matérialisé son univers comme à son habitude.

Un ADN comique, un style palpable et des prestations de haut vol

Car le succès de chaque prestation tenait à cela : des univers et des personnalités marquants. Laura Chaignat et ses origines jurassiennes, Yannick Neveu et son ode à la curiosité… Mais aussi Philippe Battaglia et Victoria Turrian, dont l’élégance et le charisme étaient intacts.

Même sur des sujets tellement poncés qu’ils sont défigurés, les Bras Cassés parvenaient à faire preuve d’originalité. Yacine Nemra parvenait ainsi à surprendre en parlant de Tinder. On retrouvait l’absurde de ses chroniques « Le saviez-vous ? ». Pour ceux qui ne les connaissent pas, c’est une série d’anecdotes absolument fausses (et de surcroît hilarantes). Comme à son habitude à l’antenne, Yacine Nemra peinait à réfréner des rires pendant son passage. Le genre de détails qu’on pardonnera toujours aux grands enfants turbulents mais attachants comme lui.

Avec un public enthousiaste face à la prise de risque de la bande, le spectacle était tout simplement génial. Ce type d’ambiance, vous pourriez le retrouver chez Yacine Belhousse, dans les soirées « Premières fois ». Le principe, pour rappel : des artistes de renom viennent jouer pour la première fois quelque chose de 100 % nouveau. Là encore, la prise de risque force le respect et tout se passe mieux qu’à l’accoutumée…

Un passage express à Lausanne qui valait le coup

Quelques heures après ce baptême du feu, Blaise Bersinger animait un plateau d’humour avec Cinzia Cattaneo, Alexandre Kominek, Charles Nouveau et Nathanaël Rochat. Cinzia est l’un des nouveaux visages de l’humour suisse romand et elle continue de progresser à l’antenne comme sur scène. Revoir Alexandre Kominek et Charles Nouveau, inséparable duo des soirées Fifty Fifty, était forcément agréable. Malgré un écueil dont je ne peux plus me passer : je connais la majorité de leurs passages…

Ce n’était pas le cas pour Nathanaël Rochat. Le taulier et précurseur du stand-up suisse est un mélange de Droopy, le pilote de F1 Kimi Räikkönen et Ghislain Blique. On ne sait pas s’il en a encore quelque chose à foutre, mais il retourne sans aucune difficulté le public qui lui fait face ! Tristan Lucas, également dans la salle, n’était pas d’accord avec moi quand je lui disais qu’il était un Ghislain puissance mille.

Mais moi, je n’en démords pas. Moralité : Ghislain Blique a le pouvoir de devenir une icône comique si le public le rencontre en nombre. Avis aux producteurs : pariez sur lui. En plus, comme il le confiait récemment dans son podcast « Comique ! », il se donne pour avoir une place sur l’échiquier humoristique…

Un dernier mot

J’ignore ce qui rend cette scène suisse aussi attractive à mes yeux. J’ai bien sûr une piste : la neutralité et l’envie de creuser les sujets avant de s’exprimer. Une autre caractéristique locale, c’est le faible nombre d’artistes. Leur exposition permanente les pousse à toujours donner le meilleur d’eux-mêmes. Ils sont régulièrement sans filet, exposés au public. L’ambiance familiale éclipse sans doute la concurrence qui, entre les lignes, existe peut-être… Mais on ne la sent pas aussi palpable, comme Renaud de Vargas l’expliquait dans son interview.

Une autre motivation qui me pousse à parler d‘eux, c’est leur faible exposition. Même s’ils font partie des meubles de l’audiovisuel public, on ne se bouscule pas au portillon pour leur donner une tribune. C’est peut-être ce temps davantage passé à créer plutôt qu’à faire tourner la machine médiatique qui les rend spéciaux… Ou le dépaysement dû à la beauté des paysages. Ou encore leur rareté ? Quelle que soit la recette, le repas est délicieux. Que cela continue ainsi, et je reviendrai encore et encore…

Je n’ai pas cité tout le monde, mais sachez que de Valérie Paccaud à l’improvisatrice Donatienne Amann, tous valaient le détour. Citons également Julien Doquin de Saint Preux, Stéphane Laurenceau et Robin Chessex, tous trois très précis dans leur écriture et leur interprétation. En somme, le pari de Couleur 3 et du théâtre Boulimie, qu’on a visité en août, est donc réussi ! Le festival était mémorable, j’espère ne jamais oublier ces moments.

Crédits photo

© Kenza Wadimoff

[post_title] => Couleur 3 Comedy Club : retour sur la 1re scène des Bras Cassés [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => couleur3-comedy-club-bras-casses-scene [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-10-05 15:20:04 [post_modified_gmt] => 2021-10-05 13:20:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011494 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 12 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 12a2711f707b6d0ca6a980e0a39b61d6 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

radio

Couleur 3 Comedy Club : souvenir du premier festival avec les Bras Cassés

Couleur 3 Comedy Club : retour sur la 1re scène des Bras Cassés

Julien Doquin de Saint Preux, découverte humour sur Le spot du rire

La découverte du mois - Septembre 2021 - Julien Doquin de Saint Preux

Christine Berrou sur scène

À propos du courage : ode à la liberté des humoristes

Harold Barbé dans les Grosses Têtes

Harold Barbé : un grand comique aux Grosses Têtes

Valérie Paccaud, découverte humour sur Le spot du rire et chroniqueuse radio

La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud

Yacine Nemra sur Couleur3 : capture d’écran de l’une de ses chroniques

La découverte du mois – Septembre 2019 – Yacine Nemra

Charles Nouveau et Fantin Moreno commentent la coupe du monde et les matches suisses

Coupe du monde - Charles Nouveau m'a convertie au football suisse

Félix Radu et la littérature dans Les mots s'improsent

Spot on - Félix Radu ou la littérature pour tous

Le spot du rire débarque sur SoundCloud !

Le spot du rire débarque sur SoundCloud !

Matthieu Penchinat dans Tout seul comme un grand : spectacle humour à Paris

Top spot - Matthieu Penchinat parle de la mort dans Tout seul comme un grand

Charles Nouveau à Dimanche Marrant

La sélection vidéo humour de la rentrée - Des comedy clubs aux salles de spectacle !

Image d'illustration : archives radio

Retro spot #3 - Quand Eric et Ramzy pétaradaient la radio