WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => leuropeen
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 379
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => leuropeen
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 379
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => leuropeen
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 379
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => leuropeen
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 379
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 379
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 379
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => leuropeen
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 379
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (379) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (379) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (379)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011065
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-07-21 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-07-21 06:00:00
                    [post_content] => 

Des mois après le passage de Yacine Belhousse à l’Européen, j’ai regardé Yacine Belhousse joue son spectacle en replay (disponible sur MyCanal et Comédie+). Comme l’humoriste ne m’avait pas autant convaincu dans Révolutions et qu’il n’avait pas besoin de moi pour l’aider à remplir, j’ai passé mon chemin. Aujourd’hui, je reconnais solennellement mon erreur.

Yacine Belhousse joue son spectacle : un aboutissement artistique ?

Ça y est, j’ai donc compris le génie de Yacine Belhousse. L’ancienne moi, sceptique face à tant de fanatisme chez ses pairs, retourne donc aujourd’hui sa veste avec un plaisir non dissimulé.

La première chose à comprendre, c’est qu’on peut créer un spectacle original sans perdre son public. Tant de spectacles commencent avec des débuts rassurants, sans prise de risque. Oubliez cela avec Yacine Belhousse. Dès les premières secondes, le spectacle déborde de créativité. L’univers est planté sans aucune préparation édulcorée. Les bruitages, histoires et situations ubuesques se succèdent.

Résultat : même derrière mon écran, j’éclate de rire. Cela devient rare, à force de voir des spectacles… Il faut vraiment y aller pour me provoquer quelque chose.

Pas que pour les puristes : une originalité accessible

Je ne connais pas bien le début de carrière de Yacine Belhousse. En revanche, en regardant son spectacle, j’ai le sentiment d’un aboutissement. Vu mon attrait pour l’originalité, il était finalement étrange que je ne soutienne pas tant que ça cet artiste. Je suis simplement passée à côté, pour des raisons qui m’échappent. Adrien Montowski, j’ai compris tout de suite. Jean-Philippe de Tinguy, idem. Je ne vous parle même pas de William Pilet : vu en coup de vent sur scène, je sais déjà que j’aime.

Alors, quelles raisons expliquent mes œillères d’antan ? Je connais bien sûr la première : mon attrait pour les artistes qui commencent à éclore. Comme si je jouais les devins, j’aime me projeter dans la suite fructueuse, parier sur un cheval qui vient de commencer à trotter. Quand la personne a déjà construit sa légitimité, j’ai plus de mal à la conter. Et c’est donc un plaisir bien plus jouissif, a posteriori, de faire ce chemin et de comprendre un artiste… après la tempête.

Mais il y a plus que ça. Je trouve ce spectacle si bien ficelé que Yacine Belhousse n’a pas à ramer pour embarquer le public. Cela semble naturel : comme souvent dans ce cas de figure, c’est la preuve d’un travail acharné. À peaufiner dans les plateaux, mais pas seulement. Pour l’avoir souvent vu dans les caves parisiennes, j’ai retrouvé certains passages. Mais contrairement à d’autres artistes, les passages en plateau ne divulgâchent pas l’ensemble. L’atmosphère du spectacle complet est unique, envoûtante.

Bref, c’est la grande classe et ça prouve que ceux que je trouvais fanatiques avaient simplement compris. Je vous souhaite que le même constat vous saute à la gueule quand vous regarderez ce spectacle.

[post_title] => Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-joue-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:08 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011065 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 8343 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-21 14:56:41 [post_date_gmt] => 2020-01-21 13:56:41 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Aymeric Carrez a remporté les prix du public et du jury du Hold-up Comedy à l’Européen. Sa prestation était impeccable ce soir-là, sa victoire a donc été nette.

Aymeric Carrez répond présent

Aymeric Carrez trimballe ses blagues de plateau en plateau, de tremplin en tremplin, depuis plusieurs années. L’humoriste ne lâche rien, est toujours dans le coin et finit par convaincre.

Ce n’est pas forcément un talent brut, mais s’il met tout bout à bout, il devient redoutable. Ses textes sont bien tournés, même s’il aborde des sujets classiques. Sa vraie force, c’est sa capacité à jouer différemment. Dans son monde, loin du réel, il parvient pourtant à emporter le public avec lui.

Comme je l’avais souligné dans la présentation du concours, je l’attendais au tournant. Il a répondu présent à l’Européen, lorsque cela comptait. Maintenant, j’attends plus de régularité de sa part. Ce n’est pas une exigence pour emmerder le monde, mais c’est sa chance pour se faire un nom.

Performer dans la durée : le plus gros défi des humoristes

L’humour, c’est un marathon. Les comiques s’entraînent chaque jour pour proposer le meilleur au public. À l’Européen, il y avait donc Aymeric Carrez le marathonien, quelques sprinters au talent brut… et d’autres artistes qui ont encore beaucoup de chemin à parcourir.

Il y a ceux qui soignent leur communication, mais qui doivent encore se trouver sur scène. Youri Garfinkiel donne l’impression d’être bon sur le papier, mais son passage était symptomatique d’un humour d’un autre temps. Étrangement, juste après qu’il vide une bouteille d’eau sur scène à l’aide de ses pieds (pas compris), le mot “Comedy” s’est effondré de la scène. Les fantômes de la comédie l’ont intimé de changer les choses, semble-t-il…

Il y a aussi ceux qui se remettent en question… à peu près tous les autres. Kevin Ozgoz est peut-être un peu trop jeune pour cela, mais sinon… Nicolas Fabié, Maxime Stockner et Brahms traversent une période charnière de leur parcours artistique.

Pour rappel, les artistes sont faillibles

Nicolas Fabié a ouvert la soirée, et on le sait, c’est difficile. Selon nos indiscrétions, le choix de son début de passage (le même qu’aux Best de l’humour) vient de ce que le Jamel Comedy Club lui demande de développer.

Quand j’ai su ça, j’ai compris. L’histoire se base sur les relations hommes/femmes. Simple, accessible, elle n’est pas forcément ce que je préfère voir chez lui. Heureusement, il a pu faire son doublage génial, qui m’avait énormément plu à la Plage du rire et dans son spectacle. À la manière d’Ambroise et Xavier, il doit trouver le truc qui emportera l’adhésion dans les tremplins de ce style… Et là, il les gagnera haut la main.

Maxime Stockner ne proposait pas son meilleur set. Les anecdotes étaient bien là, mais il craignait le bide avant de monter sur scène et finissait insatisfait de sa performance. Cela restait correct, mais pas assez fort. Rien d’inquiétant, c’est le métier qui rentre.

Brahms a été moins bon qu’à son habitude, lui aussi. Son passage sur la grossophobie ne fonctionnait pas, comme une bonne intention qui passe mal. Quelques blagues sur le métro (récurrentes dans les passages, cela reviendrait-il à la mode ?) finissaient de le classer dans le ventre mou des prestations. Remonté contre lui-même, il jurait de se rattraper à la prochaine occasion.

Quant à Kevin Ozgoz, il avait la fraîcheur de l’inexpérience avec lui… Mais cette inexpérience le reléguait également loin du vainqueur. Il avait toutefois envie d’en découdre et il deviendra meilleur avec plus d’expérience.

Verdict : Aymeric Carrez et les autres

En résumé, Aymeric Carrez a été le seul à proposer une prestation solide de bout en bout. Pour tout le monde, la soirée a été riche en enseignements. Le Hold-up Comedy est un concours qui aide les artistes à grandir. Parfois, cela passe par des prestations qui montrent le chemin à parcourir. Parce que quand tout semble simple, la chute arrive violemment.

Là, au contraire, chaque artiste part avec une liste de choses à améliorer. Cela leur permettra de ne plus jamais trembler face à des soirées à enjeu. J’ai hâte de voir les réactions scéniques des uns et des autres : elles conditionneront leur réussite future… pour les amener à être aussi fort que leur parrain d’un soir, Baptiste Lecaplain ? C’est tout le mal qu’on leur souhaite !

Crédits photo

Aymeric Carrez au Fieald © Kobayashi Photography[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=ihKdNTuySzc" title="Reportage au Hold Up Comedy - VL."][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Hold-up Comedy : Aymeric Carrez vainqueur 2020 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => holdup-comedy-aymeric-carrez [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:10 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8343 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 8161 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-13 12:39:12 [post_date_gmt] => 2020-01-13 11:39:12 [post_content] =>

Lundi 20 janvier, l’Européen accueillera la finale du Hold-Up Comedy. Le parrain du tremplin, Baptiste Lecaplain, sera là pour soutenir les futurs noms du rire dans ce casse du siècle. À la présentation, vous retrouverez Thomas Angelvy. Avant de se rendre à la soirée, faisons le point sur les forces en présence.

Hold-Up Comedy : la nouvelle génération prépare le casse du siècle à l’Européen

Quelques jours après les Best de l’humour, le Hold-Up Comedy va lui aussi offrir une grande salle aux jeunes talents. Après une tournée de présélections dans toute la France, 6 humoristes s’affronteront lors de cette finale.

Les forces en présence

Vous pourrez voir Brahms, qui joue son spectacle en janvier au Théâtre Pixel. L’humoriste travaille dur en plateau depuis plusieurs années, notamment dans son fief, le Cocasse Comedy.

Il y aura également Nicolas Fabié. Son showcase à la Comédie des Boulevards nous a convaincus, et depuis son arrivée à Paris, il semble franchir chaque étape avec rapidité et dextérité.

Que dire de Maxime Stockner, dernier lauréat du Campus Comedy Tour ? Sa spécialité : son storytelling nourri d’autodérision, qui amènera le public à le découvrir et bien se marrer.

Aymeric Carrez, c’est l’humoriste qui navigue de concours en concours. Il travaille, ça, c’est sûr. Au spot du rire, il a souvent peiné à nous convaincre à 100 %. Pour autant, il bénéficie d’une belle réputation dans le monde des humoristes, qui louent régulièrement son talent. On continue de lui laisser une chance, car il n’est pas rare de passer à côté d’une proposition artistique. En prime, c’est quelqu’un de très sympathique — ça compte aussi.

Kévin Ozgoz, on a pu le voir sur une antenne régionale de France 3. Sa prestation semblait très correcte, et nous donne envie de voir ce que ça donne en vrai !

Enfin, Youri Garfinkiel est un humoriste belge qui se frotte de plus en plus aux scènes parisiennes. Sa communication nous promet un univers atypique entre humour, comédie, danse et absurde. La tentation est grande de balayer du revers de la main ce talent à cause de son marketing (son spectacle s’appelle You Rit et l’affiche peut effrayer le puriste de stand-up). Or tant qu’on n’a pas vu, on ne peut pas juger ! Et puis c’est du one-man assumé, on est prévenu… Pas de lutte des genres chez nous : l’important, c’est la qualité (le stand-up pourri, ça existe).

[post_title] => Hold-Up Comedy : le casse du siècle des nouveaux comiques [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => holdup-comedy-casse-siecle-preview [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:33 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8161 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6299 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-27 21:15:08 [post_date_gmt] => 2019-06-27 19:15:08 [post_content] =>

Soixante, c'est le programme d’humour diffusé le 26 juin sur Canal+ en prime-time. Le concept : Kyan Khojandi invite 60 artistes pour une heure de blagues. Retour sur un événement de type « démonstration de force » où chacun avait 1 minute pour s’exprimer, montre en main.

🔎 Vous cherchez la critique de Soixante 2 ? Elle est ici !

Soixante : une sélection forcément frustrante…

Pendant cette heure de spectacle télévisé, je me suis transformée en supporter beauf. Je hurlais de bonheur à quelques (rares) reprises, avant de me lamenter. Oh non, pas lui/elle ! (Au passage, la parité semblait au rendez-vous — je n’ai pas compté précisément mais ça avait l’air…)

Je m’attendais à un événement davantage axé sur les découvertes humour. Précision : j’écoute l’émission de niche Les bras cassés sur Couleur 3 en écrivant ces lignes. Autant vous dire que si je me penche sur le sujet, alors je vais être critique.

Soixante, c’est beaucoup moins que le nombre d’humoristes en activité. Pas de Ghislain Blique ou de Pierre Thevenoux, mais on a eu le droit à Paul Mirabel, Solène Rossignol, Marie Desroles et Rémi Boyes.

L’art de la nonchalance

Le problème, ce n’est pas le casting. On reviendra sur quelques perles totalement étonnantes et surprenantes, qui obligent à des félicitations. Non, c’est la nonchalance de certains humoristes présents.

Je pense notamment à Fary et son personnage de scène ultra-arrogant. Avec ton talent, copain, tu peux faire une minute de blagues. Après, c’était aussi nul que malin, donc ça passe encore. Là où je suis plus dubitative, c’est sur le passage de Melha Bedia. Elle a mangé un poulet à main nues, en y versant une tonne de mayonnaise dans son temps imparti.

Issa Doumbia s’est quant à lui contenté de scander le nom des deux humoristes avant et après lui : Yacine Belhousse et Solène Rossignol.

Les amis, la nonchalance, cela se crée avec un peu plus de subtilité que ça. Prenez Monsieur Fraize. Sa prestation ? Pas un mot, puis une référence au fait qu’il n’a pas de texte. Dernières secondes consacrées à regarder le chronomètre derrière lui. Et pourtant… ça marche ! C’est le meilleur teaser possible de son spectacle, car il est fidèle à lui-même et le spectateur ne se dit pas qu’il se fout de la gueule du monde.

S’il se le dit, c’est qu’il n’est pas réceptif du tout à ce type d’humour. Quoi qu’il en soit, le spectateur sait immédiatement si ça vaut le coup de se déplacer. Beau tour de force !

Soixante : de jolis coups de maître

Qui s’attendait à voir Monsieur Fraize dans un format plateau d’humour ? S’il joue à L'Européen, où se tenait la soirée, la scène avait de quoi surprendre. Mais ma plus belle surprise, c’était la venue de Kad et Olivier.

Le bonheur était palpable : ces deux-là ont marqué des générations et continuent d’écrire leur histoire au présent. À mille lieues de la performance d’Élie Semoun. Mais soyons honnêtes : critiquer Élie Semoun, c’est un peu tirer sur l’ambulance. Invoquer le point Nadine Morano ou Éric Zemmour. Et d’ailleurs, 100 % des gens qui m’ont parlé de Soixante décrivaient en des termes peu élogieux sa prestation. Pas besoin d’en dire plus.

Alors, c’était bien ou pas ?

Je vais être fidèle à mes origines normandes : les deux ! On ne peut rien reprocher à cette soirée, mis à part quelques détails. Ceux qui aiment l’humour à haute dose peuvent déplorer la venue de Bigflo et Oli ou Orelsan et tous les intermèdes musicaux. Mais d’autres peuvent au contraire trouver ces respirations bénéfiques.

Autre élément clivant : la direction artistique. Le format télévisuel demande une certaine rigueur, que Navo a apporté avec un talent incroyable. Chronométrer chaque passage pour qu’il dure soixante secondes, c’est une chose. Maintenir ce cadre, je ne m’attendais pas à le voir de mon vivant. Certains ont dépassé de… 3 secondes, excusez du peu !

Parfait, donc ? Le souci, dans ces soirées extrêmement construites, c’est de perdre un petit grain de folie. J’ai pris un plaisir plutôt modéré, parce que j’aime quand l’imprévu arrive. Problème de format…

Ce format reste un excellent coup marketing, comme Le Point Virgule fait l’Olympia sait aussi le faire — mais en mieux. La soirée a suscité plus de presse que Derrière un micro, une soirée stand-up plus classique avec… Kyan Khojandi déjà. En tant que public habitué du stand-up, c’est là qu’il faut s’orienter en priorité.

Crédits photo

© Canal+ / Jaad Productions

[post_title] => Soixante artistes - Kyan Khojandi joue la montre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-18 21:24:30 [post_modified_gmt] => 2020-11-18 20:24:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6299 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 5315 [post_author] => 11 [post_date] => 2018-11-10 12:01:34 [post_date_gmt] => 2018-11-10 11:01:34 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Certains humoristes se démarquent par leur singularité. Parmi ceux qui ne ressemblent pas aux autres, Max Bird a pris son envol. Entre sketches, anecdotes, chanson et storytelling, les styles se mélangent dans L’encyclo-spectacle pour offrir un show complet. On rit en apprenant, ou plutôt on apprend en riant, ou un truc comme ça... mais en tout cas ça vaut le coup !

Max Bird, artiste atypique et vidéaste vulgarisateur sur scène

Je connaissais assez peu Max Bird. Comme beaucoup, j’étais déjà tombé sur ses vidéos sur YouTube. Notamment, un format intéressant où il dénonce les idées reçues sur des faits scientifiques ou historiques. Toujours très instructives, elles permettent d’apprendre en souriant. Je ne saurais que vous conseillez d’aller regarder par vous-même. Dans le même genre, on retrouve les vidéastes Dr Nozman, e-penser, DirtyBiology ou Nota Bene. Les premiers expliquent les sciences, le dernier parle d'histoire. L’exercice de la scène est bien différent de celui de vidéaste. Combiner les deux ne semble ainsi pas aisé pour tout le monde. Exit la magie du montage qui permet de jeter les ratés et d'imposer son rythme. Au contraire, la scène, c'est du one-shot. Pourtant, Max Bird le fait avec une aisance remarquable. Ses mimiques et sa gestuelle déjantée vont au-delà des limites du format vidéo. Sur scène, son énergie communicative nous plonge immédiatement dans son univers. Un monde si atypique, fidèle à sa propre description :
Max Bird sur scène, c’est un peu comme si Jim Carrey présentait « C’est Pas Sorcier » !
En sortant, on se dit tous qu’on aurait aimé avoir un prof comme lui ! Si ça peut donner des idées à certains en collège/lycée...[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=9FmfyRZ-ZjU&list=UU-4WUubuVGowG_R7gdgesPA"][vc_column_text]

Un one-man-show pas comme les autres

Loin du stand-up, le spectacle se rapproche plus du one-man show sans pour autant s’y identifier. L’artiste jongle entre sketch et storytelling en immisçant des anecdotes instructives. Un peu dans le style « le saviez-vous », sauf que là c’est vrai, et on ne le savait pas déjà à l’avance ! Il se libère de la dictature du rire toutes les 10 secondes pour nous raconter ses histoires. Et, à l’instar de tout passionné un peu éloquent, il captive. L’encyclo-spectacle porte bien son nom car il n’y a pas de thème spécifique. Max Bird nous fait rire aussi bien avec la littérature et le mythe d’Œdipe qu’avec la science et l’évolution animale. Son art est de rendre attractive l’histoire, et parfois faire ressortir l’absurdité du monde contemporain. On s’étonnera ainsi d'apprendre que tout est vrai. Enfin, il nous offre aussi un moment d’émotion lorsqu’il évoque son parcours personnel. Il est assez surprenant de voir à quel point il sait captiver l’audience. Il suspend le rire un instant pour y glisser de l’émotion, avant de relâcher la tension. Et sincèrement, ça fait du bien. Cela nous rappelle que la scène est avant tout un espace de libre expression. Il nous permet alors de redécouvrir une autre forme de show dans la vague de stand-up qui déferle en ce moment.

Une expérience tout public

Des jeunes, des plus âgés, des moyens âgés… C’était assez plaisant de voir un public assez hétérogène. En effet, quel que soit l’âge ou le niveau de culture, le spectacle est accessible à tous. Je pense qu’il faut juste y aller en connaissance de style. Ce show n'est pas comme les autres, ce qui le rend aussi appréciable. Mais il faut savoir qu’on ne va pas voir du stand-up, par exemple. Il n’y a encore que peu de spectacles de ce genre. C'est instructif, drôle, et le rire permet la transmission de la connaissance. Cela ressemble à l’Exo-conférence d’Alexandre Astier. Le style est toutefois bien différent, car l’encyclo-spectacle nous transporte dans l’univers déjanté de Max Bird. Dans un paysage télévisuel où les émissions comme C'est pas sorcier ont quasiment disparu, et où la télé-réalité a la monopole du public adolescent, on apprécie voir l’étendard de la vulgarisation porté haut et avec succès, aussi bien sur le web que sur scène. Toujours pas convaincu ? Si vous avez besoin d'une ultime raison pour aller le voir sur scène, la voici ! Sachez que vous saurez enfin faire la différence entre un pingouin et un manchot. Et c'est toujours ça de gagné !

Crédits photo

© Georges Biard, licence Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé (CC BY-SA 3.0) [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Max Bird sur scène : une vulgarisation qui détonne ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacle-max-bird [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:51:24 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:51:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5315 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 2907 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-10-30 20:01:12 [post_date_gmt] => 2017-10-30 19:01:12 [post_content] => Le spot du rire vous propose une sélection de 3 spectacles à voir absolument avant la fin de l'année. Ces artistes-là, s'ils lancent ou poursuivent leur spectacle, valent le déplacement. Ne tardez pas à les découvrir !

Melha dans Fat & Furious

Melha Bedia cartonne. Au moment de l'écriture, il reste des places pour son spectacle pour décembre. Par conséquent, tout le mois de novembre est déjà complet. Il y a quelques mois, Melha jouait au Lieu et on vous l'avait déjà recommandée... Les mois n'ont eu de cesse d'entretenir le désir de la voir sur scène. Il faut dire que les médias s'y sont mis, eux aussi. Son passage à l'émission Quotidien a été très remarqué et apprécié. Bourrée d'autodérision, Melha est immédiatement attachante. Ses passages en plateau d'humour marchent très bien : il lui suffit souvent de vanner affectueusement quelques personnes dans le public pour conquérir un groupe d'aficionados de stand-up.

Où voir Melha ?

Melha joue son spectacle au Théâtre du Marais tous les mercredis à 20 heures. Elle est prolongée dès janvier tous les jeudis et vendredis à 21h30.

Roman Frayssinet dans Alors

Roman Frayssinet aime la concision. Le titre de son spectacle devait être Un, et je devais aller le voir ce 3 novembre pour ses débuts au 13e art. Quelques mot-dièse et polémiques #BalanceTonPorc plus tard, Gilbert Rozon a quitté la présidence de Juste pour rire. Roman Frayssinet n'a pas tardé à cesser sa collaboration avec le groupe. Désormais à nouveau indépendant, l'artiste qui est passé par un stage intensif à Montréal jouera dans une très belle salle, l'Européen. Pour le moment, le spectacle, rebaptisé Alors, se tiendra en une date unique : 22 novembre, 19h45. Comme Melha, Roman Frayssinet est passé par la case Quotidien, avec un passage de très bon aloi. Pourquoi aime-t-on Roman Frayssinet ? Pour le ton qu'il emploie lorsqu'il évoque les testicules, peut-être. C'est le genre d'humoriste que tu regardes en te disant qu'il deviendra grand. Emparé d'une magie scénique, il assène ses vannes et chaque coup frappe juste. Jugez-plutôt dans l'extrait ci-dessous.

Réécouter Roman Frayssinet sur Radio Nova, Lève toi et vanne (à partir de 30 minutes)

[audio src="http://www.nova.fr/sites/default/files/ressources/sons/LTEV_20160205.mp3" /] Si vous êtes déçu d'avoir manqué la date du 22 novembre, ne vous en faites pas ! La Nouvelle Seine accueillera l'humoriste à partir de fin janvier 2018, les vendredis et samedis à 20 heures.

Félix Radu dans Les mots s'improsent

Prenez un humoriste qui aime jouer avec les mots, Félix Radu. Apportez-lui 2 showcases parisiens avant la fin de l'année. Attendez que le quidam se rue sur les billets. Il ne faut pas grand-chose de plus pour ravir un public ! Le prix Raymond Devos pour l'Humour 2016 manie les mots à la perfection. Amoureux fou du verbe et des chefs d'œuvre littéraires, Félix Radu est habité par une folie permanente. Son énergie allie la fougue de la jeunesse et l'espièglerie du sage. Il plaît aussi bien aux enfants qu'aux seniors, comme il a pu le constater au festival Mauves de Rire. Les 2 publics ont été conquis.

Félix Radu lors du festival Mauves de Rire 2017

Intrigué(e) ? Réservez votre 17 novembre ou votre 21 décembre, rendez-vous au Théâtre du Marais à 21h30 et laissez-vous porter par un moment de poésie. En plus, vous rirez pour la bonne cause !

Crédits photo

© Betty Durieux [post_title] => Top spot - 3 spectacles à voir absolument avant la fin de l'année [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacles-melha-romanfrayssinet-felixradu [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2018-08-13 10:28:50 [post_modified_gmt] => 2018-08-13 08:28:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2907 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 6 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011065 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-21 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-21 06:00:00 [post_content] =>

Des mois après le passage de Yacine Belhousse à l’Européen, j’ai regardé Yacine Belhousse joue son spectacle en replay (disponible sur MyCanal et Comédie+). Comme l’humoriste ne m’avait pas autant convaincu dans Révolutions et qu’il n’avait pas besoin de moi pour l’aider à remplir, j’ai passé mon chemin. Aujourd’hui, je reconnais solennellement mon erreur.

Yacine Belhousse joue son spectacle : un aboutissement artistique ?

Ça y est, j’ai donc compris le génie de Yacine Belhousse. L’ancienne moi, sceptique face à tant de fanatisme chez ses pairs, retourne donc aujourd’hui sa veste avec un plaisir non dissimulé.

La première chose à comprendre, c’est qu’on peut créer un spectacle original sans perdre son public. Tant de spectacles commencent avec des débuts rassurants, sans prise de risque. Oubliez cela avec Yacine Belhousse. Dès les premières secondes, le spectacle déborde de créativité. L’univers est planté sans aucune préparation édulcorée. Les bruitages, histoires et situations ubuesques se succèdent.

Résultat : même derrière mon écran, j’éclate de rire. Cela devient rare, à force de voir des spectacles… Il faut vraiment y aller pour me provoquer quelque chose.

Pas que pour les puristes : une originalité accessible

Je ne connais pas bien le début de carrière de Yacine Belhousse. En revanche, en regardant son spectacle, j’ai le sentiment d’un aboutissement. Vu mon attrait pour l’originalité, il était finalement étrange que je ne soutienne pas tant que ça cet artiste. Je suis simplement passée à côté, pour des raisons qui m’échappent. Adrien Montowski, j’ai compris tout de suite. Jean-Philippe de Tinguy, idem. Je ne vous parle même pas de William Pilet : vu en coup de vent sur scène, je sais déjà que j’aime.

Alors, quelles raisons expliquent mes œillères d’antan ? Je connais bien sûr la première : mon attrait pour les artistes qui commencent à éclore. Comme si je jouais les devins, j’aime me projeter dans la suite fructueuse, parier sur un cheval qui vient de commencer à trotter. Quand la personne a déjà construit sa légitimité, j’ai plus de mal à la conter. Et c’est donc un plaisir bien plus jouissif, a posteriori, de faire ce chemin et de comprendre un artiste… après la tempête.

Mais il y a plus que ça. Je trouve ce spectacle si bien ficelé que Yacine Belhousse n’a pas à ramer pour embarquer le public. Cela semble naturel : comme souvent dans ce cas de figure, c’est la preuve d’un travail acharné. À peaufiner dans les plateaux, mais pas seulement. Pour l’avoir souvent vu dans les caves parisiennes, j’ai retrouvé certains passages. Mais contrairement à d’autres artistes, les passages en plateau ne divulgâchent pas l’ensemble. L’atmosphère du spectacle complet est unique, envoûtante.

Bref, c’est la grande classe et ça prouve que ceux que je trouvais fanatiques avaient simplement compris. Je vous souhaite que le même constat vous saute à la gueule quand vous regarderez ce spectacle.

[post_title] => Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-joue-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:08 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011065 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 6 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 7ad79b72e6b1c398cb37565e0c479ea1 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

L’Européen

Affiche de Yacine Belhousse joue son spectacle à l’Européen

Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique

Aymeric Carrez au Fieald

Hold-up Comedy : Aymeric Carrez vainqueur 2020

Hold-up Comedy : affiche du casse du siècle à l’Européen

Hold-Up Comedy : le casse du siècle des nouveaux comiques

Kyan Khojandi invite soixante artistes à l’Européen

Soixante artistes - Kyan Khojandi joue la montre

Max Bird à Cabourg en 2016

Max Bird sur scène : une vulgarisation qui détonne !

Spectacles humour : Melha au One More Joke : l'une des femmes humoristes qui fait du stand-up

Top spot - 3 spectacles à voir absolument avant la fin de l'année