Publications liées au mot-clé : télévision

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => television
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 194
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => television
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 194
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => television
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 194
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => television
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 194
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 194
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 194
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => television
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 194
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (194) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (194) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (194)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010200
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-02-19 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-02-19 07:00:00
                    [post_content] => 

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 51 à 60

Suite à l’esquisse de nos contemporains signée Karim Duval, Florence Mendez (51) séduira le public. Sous ses airs inoffensifs se cache une humoriste à l’univers teinté d’une noirceur éclatante !

Le suivant sera tout aussi habitué au contact des enfants. En effet, après l’ancienne professeur des écoles, Louis Chappey (52) parlera peut-être de l’un de ses premiers sujets de stand-up. De quoi s’agissait-il ? Facile : son ancien statut d’animateur de maternelle ! Le franc-parler de la flamboyante Laura Calu (53) viendra ensuite électriser l’Européen.

Une salle de nouveaux talents connus des initiés

Une salle qui sera ensuite saisie par la proposition aussi qualitative qu’expérimentale d’Adrien Montowski (54).

Ensuite, Anne Cahen (55) viendra recentrer la soirée autour d’un univers stand-up. Sa prestation sera inédite pour le plus grand nombre mais déjà connue des (très) initiés. Autre humoriste connu par une niche d’observateurs, Guillaume Guisset (56) fera bien plus que marcher sur les traces de Gaspard Proust avec son univers singulier.

Un univers tout aussi singulier attendra les spectateurs au tournant. Anne Dupin (57) a peut-être disparu des écrans-radar. Cependant, les dénicheurs de talent n’oublient pas son spectacle au Théâtre la Cible… Ou encore ses expérimentations au Laugh Steady Crew.

Le prochain humoriste, vous le connaissez pour ses premières parties de Blanche Gardin, ses chroniques matinales et autres commentaires sportifs. Harold Barbé (58) captera enfin la lumière qui lui manque tant pour briller.

Vous l’entendez de plus en plus, Rosa Bursztein (59) devra trancher entre relations et actualité pour peupler sa minute réglementaire. Quel que soit son choix, elle ne laissera pas indifférent ! Pour clore cette soirée, il fallait un grand du rire. Non pas par son nom, mais par sa taille. Celle qui lui fait voir le monde sous une autre perspective, avec plus de recul. Réda Seddiki (60) aura la lourde tâche de faire rêver une dernière fois le public. Public qui sera ébloui par la constellation du rire qu’il aura pu observer en seulement une heure de temps…

Cela sera passé vite, assurément. Certains auront envie de tous les revoir, d’autres feront leur sélection. Quoi qu’il advienne, cette soirée sera mémorable.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Retrouvez le reste des artistes que nous avons sélectionné pour vous sur les cinq autres articles publiés ce mois-ci !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-6 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-25 10:26:12 [post_modified_gmt] => 2021-01-25 09:26:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010200 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010197 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-17 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-17 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 41 à 50

L’ambiance basculera dans une folle comédie lorsque la quarante-et-unième humoriste foulera la scène de l’Européen. L’identité de cette artiste ? Mélodie Fontaine (41). Avec son humour cru et son talent de comédienne, elle emmènera le public dans une sorte de Germinal tragicomique moderne dont elle a le secret.

Le secret de l’humoriste suivant, Nadim (42), est sans doute bien gardé. D’où lui viennent ses idées loufoques et son envie de faire autrement ? Nul ne le sait, mais tout le monde le verra avant de plonger dans une hilarité animale. L’humoriste et YouTubeuse Swann Périssé (43) ravira son public et continuera de combler les amateurs d’originalité.

L’art de prévoir une doublure sans rogner sur la qualité ou la cohérence artistique

Cap vers la Suisse désormais avec comme premier choix Nathanaël Rochat (44). Méconnu en France, il est le taulier du rire en Suisse romande. Discret, peu enclin à se montrer, il refuserait probablement l’invitation. Comme un mastodonte du rire peut en cacher un autre, Yann Marguet (44bis) pourra assurer l’intérim sans que la soirée ne perde en qualité.

La voix étonnante de Laura Elko (45) et son doux sens de l’humour continueront de bercer les spectateurs. Sans les endormir, bien entendu, parce que cette voix porte — ce sera alors une ambiance opéra qui changera du stand-up, genre plus habituel dans cette salle qui fait rêver nombre d’humoristes.

Sans transition, l’Européen passera de la douceur aux mathématiques. Vous trouvez cela étrange ? Réfléchissez-y : une fois les méninges du public détendues, ils seront fin prêts à découvrir les univers respectifs d’Avril (46) et de Tatiana Djordjevic (47). Ces deux têtes bien faites, amateurs de François Rollin (le premier l’adore, la seconde travaille avec lui) rendront nostalgiques tous ceux qui ont eu la chance de voir le dernier spectacle du professeur à l’Européen !

Pour revenir à une atmosphère « détente », l’Européen convoquera ensuite deux humoristes très complices : Omar DBB et Manu Bibard (48). Vous avez découvert le premier sur France tv slash, le second devient un influenceur de qualité sur les réseaux sociaux grâce à son micro magique et ses horoscopes violents. Cela risque de faire des étincelles !

De l’étincelle à l’explosion, il n’y a qu’un pas : un badaboum plus tard, Lucie Carbone (49) gagnera la scène avec une poésie et un monde déjanté invitant à une folle rêverie… Tout aussi poétique et imagé, Karim Duval (50) apportera son expérience pour cueillir l’époque actuelle comme peu y parviennent.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous vendredi 19 février pour la suite et fin de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 5/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-5 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:48:42 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:48:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010197 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010193 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-15 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 30 à 40

L’expérimentation continuera de happer le public avec la singularité d’un Jihef (30). Sa présence particulière ne manquera pas d’interroger le public, sceptique puis forcément hilare. En mal d’humour engagé ? Audrey Jésus (31) proposera ensuite une transition logique entre étrangeté, sensibilité et propos éclairé.

Du pur stand-up tentera alors la foule, rassasiée d’originalité et qui voudrait bien reprendre ses esprits ! Basile (32) assurera son rôle comme un chef avec son charisme scénique et son affection pour le stand-up. L’expérience reviendra ensuite à la charge avec le couple Alexandra Pizzagali et Clément K (33), dont l’union dans la vie se transposera naturellement.

Des plumes pouvant en cacher une autre, Gabriel Francès (34) viendra faire perdurer les saillies verbales avec un humour à la fois politique et noir. L’auteur de Walter (entre autres) bénéficiera ainsi d’un beau coup de projecteur ! Projecteurs qu’Agnès Hurstel (35) est habituée à voir. À l’aise sur scène, sur France Inter comme en TEDx, elle apportera une touche à la fois névrotique et osée qui lui est propre.

Du névrotique au poétique, il n’y a qu’un pas ?

Pas toujours, mais Romain Barreda (36) viendra adoucir l’atmosphère et récupérer une frange puritaine du public ? Son expérience au Grand Rex l’aidera grandement à être à l’aise et à se distinguer.

Viendra ensuite une humoriste anglophone que les amateurs de stand-up underground connaissent bien : Els (37) ! Une nouvelle tête de l’humour en cachera ainsi une autre : le calme et posé Sylvain DK (38). Il laissera la place à une Mahaut (39) dont l’excentricité n’est plus à prouver. Cette drama queen fera ainsi forte impression et redonnera un coup de fouet au public… Si certains se retrouvent avec le mal de mer à ce stade, Arezki Chougar (40) viendra rétablir tout cela avec son charisme légendaire et son sens du dialogue…

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 17 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-4 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:49:29 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:49:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1010189 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-12 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-12 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 20 à 29

Cinq chansons plus tard, pour conserver une ambiance musicale, Fabien Guilbaud (20) mêlera pour un ultime moment humour et chanson… Prouvant que dans ce genre d’humour, les propositions divergent effectivement les unes des autres !

Une tête connue, pour enchaîner ? Appelons donc Camille Lorente (21), alias Queen Camille. Sa connaissance du tempo d’une vidéo YouTube l’aidera forcément à condenser sa proposition artistique…

Faire l’éloge de la lenteur dans une soirée où le temps file est une nécessité. Pour cela, appelons ensuite Jean-Patrick (22). Une respiration intrigante qui viendra bousculer l’attention du public… Avant de lui offrir une parenthèse de légèreté avec l’humour frais et pétillant d’Elsa Bernard (23). Son humour, pas sa personne. Nul besoin de vous préciser que nous nous concentrons sur la proposition artistique avant tout !

Le public mélomane se lamentait peut-être déjà de ne plus être stimulé… Mais même sans guitare, KINO (24) viendrait balancer l’un de ses jingles dont il a le secret pour proposer une expérience à la fois sonore et comique. Originalité garantie ! La soirée continuera ensuite avec Klotilde (25), habituée de nombreux festivals et forte d’une expérience de plus en plus fournie…

Bobbin (26), talent plus masqué parmi la horde de nouveaux comiques, plongera le public dans une expérience inoubliable, teintée d’absurde via son personnage inquiétant mais attachant. L’expérimentation continuera avec Anissa Omri (27) et le ton si singulier de ses blagues : posées, mais étonnantes de surprises et de chemins tortueux.

Le besoin de revenir sur terre et de continuer de rêver se ferait sentir. Pour cela, rien de tel qu’Antek (28), sa bonne humeur et ses lunettes rouges… Et pourquoi pas sa guitare ? Sait-on jamais… La rêverie continuerait avec le huitième degré d’une Aude Alisque (29), dont la folie n’a d’égal que la force des rires qu’elle provoque.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous lundi 15 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-3 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:11 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010189 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1010184 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-10 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-10 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 11 à 19

Déjà dix artistes, et pas encore de musique ? Soixante Junior n’a pas oublié les mélomanes en conviant Lisa Margaux Omri (11). Ses chansons humoristiques font le sel de toutes les découvertes artistiques obscures. On s’écrira : « mais pourquoi Diable sa voix ne résonne-t-elle pas sur les ondes ? », ou quelque chose du genre.

Nouveau duo emblématique, de la scène nantaise cette fois : les deux tocards du stand-up Kevin Robin et Maxime Stockner (12) enflammeront ensuite l’Européen. De Nantes à Bruxelles, il n’y a qu’un pas que Soixante Junior franchira avec Farah (13). Entre humour noir, forte personnalité et féminisme renseigné, la Belge recevra enfin un accueil digne de ce nom dans l’un des épicentres de la culture.

Pour continuer le voyage, on fera ensuite confiance à un amateur d’humour anglo-saxon, un dandy absurde connu sous le nom de William Pilet (14). Pour relancer l’attention de ceux pour qui les chansons de Lisa Margaux trottent dans la tête, une nouvelle chanteuse humoristique investira la scène. Sarah Normal (15) offrira un subtil contraste entre irrévérence et volupté.

Ancrer de nouveau la soirée dans une ambiance stand-up pure, cela vous dit ? Avec l’arrivée de Cyril Hives (16) sur scène, cela deviendra une réalité ! Cela ouvrira la voie à une expérience plus folle… Alors le voyage nous emmènera vers Lausanne où l’on aura extrait Valérie Paccaud et Yacine Nemra (17) du studio sombre mais créatif de Couleur3.

Afin de toujours reprendre ceux qui sont perdus dans le train de l’absurde, Hugo Gertner (18) oscillera entre roast et stand-up dans la pure tradition américaine. On enchaînera crescendo avec l’univers mi-loufoque, mi-militant d’une Elsa Barrère (19). Qui vous a persuadé de mettre les comiques dans des cases ? Je vous mets au défi d’en trouver une pour elle… À part l’anticonformisme, peut-être ?

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous vendredi 12 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 2/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-2 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:50 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010184 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1010181 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-08 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-08 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 1 à 10

À la présentation, on retrouvera Florence Foresti (1). L’humoriste, à ses débuts, avait changé la donne. Elle sera la personne idéale pour transmettre le flambeau. Pour ouvrir les hostilités côté nouveaux talents, on fera confiance à Yazid Assoumani (2), un artiste émergent adoubé par Panayotis (notamment).

On enchaînera ensuite avec l’une des révélations des plateaux d’humour parisiens : Emma de Foucaud (3). Autres tauliers des petits bars, Fred Cham et Joseph Roussin (4) formeront un duo largement suivi par une communauté de fans de podcasts et de BD. Parce qu’il faut des artistes d’expérience qui se font plus rares sur ces événements stand-up, on invitera Marion Mezadorian (5) qui vous démontrera que les personnages ont la cote… du moins quand ils sont bien interprétés.

En sixième position, Ghislain Blique (6) obtiendra enfin la reconnaissance de la profession et des caméras (malgré sa pige à Génération Paname). Déjà passée par le Jamel Comedy Club, même si cela se passait bien avant notre monde pandémique, Salomé Partouche (7) verra sa première partie de parcours soulignée. Urbain (8) s’émancipera ensuite de sa casquette de « Monsieur Topito », car il existait déjà dans le centre de la France avant sa mainmise sur la plateforme star du web comique.

Un peu de folie lancera pleinement cette soirée. Parmi le casting d’OVNIs, on trouvera notamment Cab Cab (9), un phénomène qui ne se décrit pas. Autre protagoniste de poids, le très charismatique Edgar-Yves (10) viendra faire raisonner sa voix et ses éclats de rire, pré-validation artistique qui emportera la foule.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 10 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:51:26 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:51:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010181 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1010128 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-03 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-03 07:00:00 [post_content] =>

Les théâtres demeurant fermés, l’humour en live streaming a le vent en poupe ! Verino et Kev Adams ont en effet proposé fin janvier deux soirées stand-up accessibles depuis chez soi, moyennant paiement. Mais cet humour par écrans interposés ne fait pas l’unanimité. On fait le point !

Humour en live streaming : comme en vrai, il y a de tout !

Commençons par un scénario de science-fiction : il me reste un seul spectacle à visionner, après c’est terminé. Et ce plateau, c’est celui organisé par Kev Adams avec son pote Gad Elmaleh (et d’autres noms). Si j’avais pu y assister sur place au Fridge, alors je me serais sans doute déplacée. En revanche, en live streaming, je passe mon chemin.

Pourquoi ? Parce que l’intérêt d’un plateau d’humour, c’est se laisser prendre au jeu. Sur place, on accepte plus les propositions artistiques qui nous parlent moins. Alors que derrière un écran, on éteint la machine, on coupe le son ou pire, on appuie sur avance rapide pour voir quelqu’un qui nous intéresse vraiment.

Une offre qui explose

Ces derniers mois, on a eu un florilège de soirées stand-up. Génération Paname, Autour de et le Ring Comédie Club (France TV), le Gala du Jamel Comedy Club (Canal+), la soirée Étoiles espoir humour du Parisien (Comédie+)… On a aussi eu le droit à des initiatives plus indépendantes : Pasquinade (Haroun), LeMardi.tv (association suisse romande) et plus récemment Verino, malgré ses réticences confiées à Télérama.

J’en oublie sûrement, et je vous avoue avoir passé mon chemin à quelques reprises. Le problème que je vois dans ces soirées où les extraits s’enchaînent, c’est qu’un passage ne résume pas l’univers d’un artiste. Un spectacle y parvient mieux ; d’ailleurs, on peut revenir plusieurs fois pour continuer à explorer. D’autre part, quand on est filmé, on fait attention à ne pas bider, donc on laisse moins de place au hasard. C’est une forme d’humour impeccable, hygiéniste et aseptisée qui n’a tout simplement plus la même âme. Il faut aller chercher dans de l’improvisation pour retrouver un semblant de frisson. Pour connaître quelqu’un, regardez-vous sa carte de visite ou allez-vous entrer en discussion avec lui ? Vous saisissez le problème, maintenant ?

La coupe au montage : pire qu’un coiffeur en état d’ivresse ?

Attention, sujet épineux ! Les coupures au montage sont davantage l’œuvre de chaînes de télévision. Plus il y a de chemins de validation, de craintes de perdre un contrat ou un boulot, plus l’humour risque de subir quelques coupes disgracieuses.

barney stinson vs. marshall's pants
make action GIFs like this at MakeaGif

Il y a aussi un impératif de temps : chaque programme a une durée précise. Il faut être efficace ou périr. Pour autant, le tableau n’est pas si noir qu’il n’y paraît. Ce qui change la donne, c’est l’arrivée de Twitch dans le paysage audiovisuel et surtout sa prise en compte par les médias traditionnels. Ces mondes, semble-t-il structurés de manière diamétralement opposée, fusionnent actuellement… Pour le meilleur et pour le pire ? Il ne faudrait pas perdre la spontanéité des chaînes indépendantes sous prétexte que les pros découvrent de nouveaux terrains à explorer. Au passage, si le sujet vous intéresse, je vous conseille la chaîne de Ludovic B qui compare YouTube à la télévision.

La coupe au montage pour des raisons de censure peut toutefois être contreproductive. L’absence d’Edgar-Yves dans la captation de la soirée du Parisien a eu pour conséquence… Que l’AFP a prévenu toutes les rédactions et informé tout le monde du contenu du sketch en question ! On n’aura jamais autant entendu parler d’une blague « compromettante » (sic !). Si elle avait simplement été diffusée sur une chaîne que personne ne reçoit ou presque, Edgar-Yves n’aurait pas eu un tel coup de pub.

Cette affaire est intéressante car deux versions contradictoires cohabitent. D’une part, les pressions pour supprimer une partie du sketch et la coupe pure et simple d’un humoriste. D’autre part, la demande de l’humoriste que l’on coupe son passage car il ne serait pas efficace. Cela ne semble pas être le genre de la maison, mais admettons.

Pour avoir vu cette soirée, sachez que l’efficacité a surtout été compromise par l’absence significative de public ! En plein confinement, elle a en effet été maintenue avec un « public » restreint et créé artificiellement. En revanche, point d’ajouts de rires. Le silence est parfois assourdissant là où les artistes attendent traditionnellement des rires. En bref, on a perdu Edgar-Yves et on a conservé Jérémy Demay alors qu’il n’était même pas présent (juste une vidéo en mode selfie…). Dommage, même si des artistes comme Fanny Ruwet excellent lors de leurs captations.

Quelques pistes pour une meilleure expérience

Tout d’abord, adapter le format aux écrans. Si Génération Paname était la seule émission d’humour à la télévision, elle serait agréable à regarder dans son format actuel. Or aujourd’hui, un passage de stand-up simple ne suffit plus à accrocher un spectateur qui a tant de choix pour se divertir.

Ensuite, inclure des moments de découverte des artistes et de performances scéniques. Certains ont loué les mérites de l’émission Vendredi, tout est permis spéciale Fridge pour cela.

Dans la mesure du possible, laisser les artistes s’exprimer en toute liberté. Ne pas trop écouter la majorité bruyante de Twitter et son offense facile. Museler les cadres des chaînes de télévision qui pensent tout connaître des late shows américains, aussi. Cela vaut autant pour les contenus des sketches que pour leurs idées de formats.

En cas de problème technique, proposer une solution de repli. Par exemple, les personnes qui n’ont pas pu se connecter sur la plateforme LeMardi.tv lors du live avaient 48 heures pour regarder le spectacle en VOD. Pour ma part, je n’ai pas rencontré de problème et j’ai trouvé l’expérience très agréable : c’était le premier spectacle post-confinement ! Oui, la Suisse avait déconfiné plus tôt.

Enfin, alterner les artistes dans ces émissions. On voit les mêmes passages d’une chaîne à l’autre, parfois ! C’est ridiculement inutile sur le plan de la découverte… Si l’on multiplie les programmes, il faut aussi multiplier les tickets d’entrée.

Sacraliser le lien avec le spectateur

Laura Calu est l’une des humoristes qui prend le plus position contre la tenue de spectacles en streaming. Pour elle, le spectacle doit être vivant, sinon il perd de son charme. Elle dénonce chaque jour les incohérences entre les ouvertures et fermetures de lieux publics (magasins vs. théâtres).

Voir un spectacle « en vrai » n’a en réalité rien à voir avec la consommation d’une soirée humour en prime-time à la télévision. Contrairement au sport où il est parfois plus simple de suivre une compétition sur son canapé que sur place, le rapport avec les artistes est sublimé au théâtre. C’est ce qui procure des émotions authentiques, un moment hors du temps où tout peut arriver. Le seul équivalent, et encore, c’est la diffusion en direct, sans filet.

Et dans le même temps, avec YouTube, les podcasts et les communautés, le lien existe bel et bien entre créateur et spectateur. Il est simplement différent. Les codes des YouTubeurs et autres streamers est très différent. Même s’ils proposent des contenus parfois de grande qualité, ils développent les mêmes tics de langage, les mêmes manières de monter leurs vidéos… Tout est formaté, facilement consommable et, il faut le reconnaître, fait passer le temps alors que nos libertés sont confinées.

Bref, cette question du lien est essentielle et doit nourrir les projets d’humour en live streaming. Surtout lorsque nos liens sociaux et familiaux sont mis à rude épreuve. Les artistes nous semblent aujourd’hui loin. Parfois, on les voit errer, perdus sans leur outil de travail : la scène. Ils écrivent dans le vide car il n’y a plus le receveur qui les porte : le spectateur.

Humour en live streaming : un complément alimentaire, pas de la véritable nourriture

Je ne vois que cette analogie : l’humour en streaming ne rassemble pas les mêmes qualités nutritionnelles pour l’âme que celui en salle. Mais pour ceux qui habitent loin des grandes villes, c’est une aubaine : d’habitude exclus, ils peuvent aujourd’hui prendre part à la fête. Découvrir de nouveaux artistes, même dans des conditions compliquées ou tronquées.

Il y a à la fois des avantages et des inconvénients. En ces temps de crise, cela peut passer quelques temps… Mais les justifications brouillonnes de la ministre de la culture pour justifier la fermeture des lieux culturels ont, à raison, suscité la colère de tout un secteur. Il aura fallu qu’elle explique que les artistes se contaminent parfois entre eux (coucou loges exiguës et autres plateaux d’humour peu regardants) pour que je me dise « oui, ça se tient ». Mais au pire, dites aux troupes de former des bulles Covid, comme pour les sportifs ou Miss France, et laissons les stand-uppers esseulés jouer devant 16 personnes à la Petite Loge (si vous voulez de leurs nouvelles, c’est par ici) !

Tout le reste me paraissait irrecevable, surtout avec l’existence de purificateurs d’air… Et la suite des événements semble étrange. Pendant un temps, on a eu cette hypothèse de devoir présenter un test Covid négatif pour accéder à un théâtre. Je me voyais mal faire des tests Covid tous les 4 jours, comme le personnel soignant, alors qu’il faut des masques pour accéder aux théâtres… C’est sûr qu’avec l’humour en live streaming, point de test PCR… Après coup, Roselyne a fait le même calcul et a finalement choisi de brandir le « principe de précaution » pour justifier la fermeture des salles de spectacles pour une durée indéterminée… Je n’ai plus de mots, et apparemment elle non plus.

Sur ce, je vous laisse, je vais écouter une émission de radio avec des comiques. Ça, ça continue à nourrir un peu l’âme, en attendant mieux !

Crédits photo

© QoQa / LeMardi.tv

[post_title] => Humour en live streaming : pourquoi il fait débat [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-live-streaming-debat [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-02 21:36:36 [post_modified_gmt] => 2021-02-02 20:36:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 7924 [post_author] => 10 [post_date] => 2020-01-01 15:13:50 [post_date_gmt] => 2020-01-01 14:13:50 [post_content] =>

Harlem, vous la connaissez peut-être déjà. On a vécu ses premières minutes sur scène, bien avant son passage du côté du Québec pour fouler la salle de ses rêves, le Bordel Comédie Club. Revenue à Paris depuis, elle a assisté au tournage de Génération Paname.

Le projet était assez confidentiel, et il régnait une certaine incertitude sur la diffusion effective de ce plateau d’humour sur le service public. Avant la diffusion ce soir de la première à 23h35 sur France 2 (ou sur le net jusqu’au 9 janvier), vivez cette soirée de l’intérieur, en immersion. Merci à Harlem pour son témoignage !

Des plateaux télé aux plateaux stand-up, l’aller... 

Comme pas mal d’humoristes de ma génération, avant de triper sur Louis C. K., Bill Burr ou d’autres grands noms du stand-up américain, on a tous une chose en commun. On a tous grandi avec le Jamel Comedy Club et on est tous passé par le Paname Art Café un jour. Aller/retour entre plateaux télé et plateaux d’humour, l’éternel amour... 

Avant de devenir le temple du stand-up parisien que l’on connait aujourd’hui, le Jamel Comedy Club a d’abord été une émission télé produite par Jamel Debbouze et Kader Aoun pour Canal+ en 2006. Enregistrée au Réservoir, elle a donné naissance à la 1re génération de stand-uppers français et a changé, à jamais, le visage de l’humour en France et pour beaucoup, nos vies.

Les premières idoles d’une génération

Mes préférés étaient déjà Yacine Belhousse et Blanche Gardin. Voir les 2 ensemble, c’était juste magique ! Ils m’ont tellement marquée que j’ai fini par pousser la porte du Jamel Comedy Club pour voir du stand-up en vrai.

C’est là que j’ai entendu parler du Paname pour la première fois. C’était via Shirley Souagnon et Tony Saint Laurent, croisés là bas, avec qui on a parlé écriture et jeu. 

J’étais journaliste à la télé à l’époque. J’invitais souvent des humoristes sur le plateau de Ce soir (ou jamais !). Or je rêvais déjà secrètement de quitter les plateaux télé pour faire du stand-up, moi aussi. Shirley et Tony m’ont appris que Le Paname était un peu le camp d’entraînement des humoristes de la troupe. Là où tu fais tes armes, le lieu où tu testes tes vannes sur le public. En somme, la salle est un labo, un incubateur et un révélateur de talents. Là-bas, tu t’essaies à l’art du stand-up. Ouvert par Kader Aoun, Karim Kachour et Abdé, il y a 10 ans, le lieu — j’allais l’apprendre plus tard — est le rite de passage de tout humoriste.

Génération Paname : franchir le pas

Ça m’a pris encore quelques années avant de passer enfin la porte du Paname. Ce temps de maturation est souvent nécessaire pour assumer son envie d’écrire et de faire rire. Je ne savais pas comment m’y prendre. Écrire, je l’avais toujours fait, mais jamais pour parler de moi ! Je ne savais pas quoi dire, je bloquais.

Donc, j’ai décidé d’aller voir du stand-up tous les soirs, en commençant par la salle historique du Paname, un soir de février 2018. Et la magie a opéré ! Je tombe par hasard sur Adib Alkhalidey, dont je suis fan absolue. Il arrivait de Montréal pour jouer un mois à Paris et tester ce qui allait être la base, un an plus tard, de son 30 minutes sur Netflix, consacré aux Humoristes du monde.

Rencontres inoubliables

Ce soir là, discuter avec Adib, le voir jouer… Découvrir Rédouane Bougheraba, Fadily Camara et toute la nouvelle génération de stand-uppers… Tout cela m’a libérée. J’ai ri, la base pour écrire ! Je l’avais juste oublié, en fait. Je suis rentrée chez moi, inspirée et j’ai écrit mon premier 5 minutes. J’ai pu le tester au Paname, peu de temps après et il m’a conduit à Montréal, 6 mois plus tard au Bordel Comédie Club, sur la trace de mon idole québécoise, où je retourne jouer chaque fois que je le peux. Là bas le rire est une industrie, super pro et le niveau est très haut, c’est hyper stimulant. 

Je suis, depuis, une fidèle du Paname. J’y viens autant pour voir le meilleur du stand-up, qu’y faire mes classes d’humoriste, moi aussi. J’y teste régulièrement mes textes. Je fais un peu moi aussi partie de cette Génération Paname. Il m’est arrivé de partager le Labo du rire, l’open mic du Paname avec Fary, venu tester son nouveau stock. Avant qu’il n’ouvre son lieu, en novembre dernier, Madame Sarfati comme Shirley, un mois avant lui avec son Barbès Comedy Club

Des plateaux stand-up aux plateaux télé, le retour... 

Aujourd’hui les clubs se multiplient en France et plus seulement à Paris, les Québécois viennent jouer à Paris. Le stand-up est partout, jusqu’à la télé sur France 2.

Ce soir, mercredi 1er janvier, à 23h35 on pourra voir la première émission de Génération Paname. Consacrée aux talents confirmés du lieu, elle met en lumière les grands de l’humour d’aujourd’hui et demain. J’étais là, le 6 novembre dernier, le soir de l’enregistrement des 2 premiers volets de la série, comme 70 fidèles. Et on nous a gâtés. 

Le Paname a fait peau neuve : exit la cave, la scène du Paname telle qu’on l’a toujours connue. « Le repaire de Batman » comme l’appelle Kader Aoun, qui a pris le temps de répondre à mes questions. On a eu droit à une toute nouvelle scénographie et à un dispositif exceptionnel pour la captation. Lumières tamisées, fresque murale de toute beauté est signée Stéphane Malka. Il revisite les codes du stand-up US classique avec son mur de briques tout en l’éclatant et l’éclairant de néons. « La nouvelle scène fait partie intégrante du Paname aujourd’hui, on l’utilise régulièrement ». La cave reste également : « Pas de Paname sans la cave »

Génération Paname, c’est quoi ?

« C’est une émission de stand-up classique, avec Mathieu Madénian en MC » pour animer un show de plus d’une heure. « 70 minutes, exactement », précise Kader. Sur scène, on retrouve les figures emblématiques et les plus prometteuses de la salle. Au total, 10 humoristes se succèdent par émission. Parmi eux figurent Norman, Djimo, Ahmed Sparrow, Marie Réno, Pierre Thevenoux, AZ, Redouane Bougheraba et Lenny M’Bunga, entre autres. 

« J’ai l’impression que ça s’est presque déroulé comme une soirée habituelle au Paname. La plupart des artistes sont tellement rodés à l’exercice que ça s’est fait très naturellement et dans une ambiance très détendue », confie Kader. C’est vrai, on a oublié que la télé était là. Pas de caméras dérangeantes, pas de problème technique. Tout a été fait dans les conditions du direct, avec de rares re-takes. 

Des générations du rire qui se croisent sans cesse

C’est marrant la vie, avant j’étais journaliste à France Télévisions. Mathieu Madénian assurait la voix-off d’Un gars, une fille, il y a 15 ans. Aujourd’hui, le voilà présentateur pour France 2 et moi, jeune humoriste. J’ai fait ma première scène sous les yeux de Yacine Belhousse que j’adorais ! Le plus drôle ? Sans le savoir, ce soir-là, j’allais côtoyer les personnes avec qui j’ai travaillé à la télé des années auparavant... 

L’émission, produite par Kader Aoun Productions est née « à l’origine, quand Michel Field (actuellement, directeur de la culture et des spectacles vivants de France Télévision) est venu un soir au Paname, accompagné de ses 2 collaboratrices Solène Saint-Gilles (responsable des émissions culturelles) et Sonia Djalali (coordinatrice éditoriale) », m’apprend Kader. « Ils ont été conquis par le ton des spectacles et par l’esprit du lieu et m’ont proposé d’en faire une émission de télé ».

Le monde est petit !

Solène Saint-Gilles était ma conseillère de programme sur Ce soir (ou jamais !). Elle avait tenu à me rencontrer quand Frédéric Taddeï m’a choisi comme nouvelle journaliste de l’émission. Nous avons travaillé ensemble avec plaisir, elle est jeune, brillante et curieuse et c’est tant mieux pour France 2. La réalisation soignée de l’émission est aussi signée par un vieil ami de la télévision, Thierry Gautier, à la tête de Gautier & Leduc avec Sylvain Leduc, également chef monteur de l’émission.

« Le générique est concocté par Ilan Cohen. Nous avons tourné 2 émissions pour l’instant, nous serions ravis d’en produire de nouvelles ». On ne sait donc pas pas encore s’il est question d’une suite « Inch’Allah », confie Kader. En scène comme à la télé, c’est donc au public de décider du succès de Génération Paname. Pour ce faire, rendez-vous ce soir à 23h35 sur France 2 ou dès maintenant sur le site de France TV.

— Dalila Abdi, Harlem sur scène

[post_title] => Témoignage - Harlem était à Génération Paname [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => generation-paname-temoignage-harlem [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:24:20 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:24:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 7218 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-24 15:52:00 [post_date_gmt] => 2019-10-24 13:52:00 [post_content] =>

Fanny Ruwet fait partie de la bande d’humoristes sur scène dans Derrière un micro. Le plateau filmé de Kyan Khojandi, passé par Montréal, revient aujourd’hui avec des talents français et belges sur Canal+. Parmi Baptiste Lecaplain, Doully ou Melha Bedia, on y retrouve la jeune humoriste belge. Vous trouvez ça bizarre ? Nous, on trouve ça logique.

Fanny Ruwet dans Derrière un micro : un record de précocité, pas une surprise

Comment ai-je découvert Fanny Ruwet ? C’était un dimanche après-midi, où je découvrais son podcast Les gens qui doutent. Son invité ? Thomas Wiesel.

Et ces deux-là se ressemblent de manière troublante. Leur personnalité et leur humour semblent se refléter. Ça m’offre une occasion en or de distinguer plagiat et appartenance au même style d’humour.

Le plagiat, ce n’est pas bien. Mais suivre le même style, ça le fait de ouf. Comme ça, des gens comme moi qui adorent ce style-là peuvent rire deux fois plus. Tant qu’on ne peut pas cloner Thomas Wiesel pour qu’il joue à Paris plus qu’en janvier 2020, je profite. Fin de la parenthèse.

Voir Fanny Ruwet dans Derrière un micro, c’est aussi un bon aperçu de ce qu’elle propose dans son spectacle Bon anniversaire Jean… On ira la découvrir à la Nouvelle Seine en décembre, et on a encore plus envie depuis l’avoir vue captiver la salle et ma télévision.

Fanny Ruwet sur scène, et l’atmosphère change

Vous le savez, il devient de plus en plus difficile de se concentrer sur quelque chose. Pourtant, quand Fanny Ruwet débarque sur mon écran, je me fige. Je suis bouleversée, pour tout vous dire.

Enfin une découverte — bon, ok, elle connaît peut-être les bonnes personnes pour saisir cette opportunité. Elle ne débarque plus vraiment, et elle rayonne en festival. Elle joue déjà en tournée, c’est dire… Sur le plan marketing, comme pour un Paul Mirabel, rien n’est laissé au hasard.

Par conséquent, dès la première seconde, on comprend immédiatement. Elle a sa place, peut-être plus que d’autres ce soir-là. On ne citera pas de noms, surtout qu’on attribue cette impression au fait d’avoir vu 500 fois le même passage de certains. C’est le jeu des galas de ce genre…

Sa manière de raconter des histoires est déjà forte. Avec peu d’énergie visible, elle frappe deux fois plus fort, juste avec ses mots et son rythme. Comme Thomas Wiesel le cerne lors de leur discussion, elle a déjà saisi les codes du stand-up et prouve qu’on peut arriver très fort, très vite. Mais tout de même, la prouesse est belle et me frappe de plein fouet.

Et maintenant ?

Tandis que j’écris ces lignes, le reste du spectacle Derrière un micro continue de défiler. La vie continue, et me rapproche de plus en plus de la découverte d’un spectacle complet d’une toute jeune artiste qui n’a pas de temps à perdre.

On lui souhaite de continuer à monter en puissance, parce que la promesse qu’elle nous fait à ses débuts est très belle. Désolée pour la pression, Fanny (on n’est visiblement pas les seuls à te l’infliger…).

On continuera d’être bienveillant et de garder des yeux d’enfant face à tes prochaines prestations ! Avant de découvrir le phénomène en vrai, au-delà du web, des podcasts et des réseaux sociaux…

[post_title] => Humour instantané : Fanny Ruwet dans Derrière un micro [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fanny-ruwet-derriere-micro [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:20:47 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:20:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7218 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 6299 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-27 21:15:08 [post_date_gmt] => 2019-06-27 19:15:08 [post_content] =>

Soixante, c'est le programme d’humour diffusé le 26 juin sur Canal+ en prime-time. Le concept : Kyan Khojandi invite 60 artistes pour une heure de blagues. Retour sur un événement de type « démonstration de force » où chacun avait 1 minute pour s’exprimer, montre en main.

🔎 Vous cherchez la critique de Soixante 2 ? Elle est ici !

Soixante : une sélection forcément frustrante…

Pendant cette heure de spectacle télévisé, je me suis transformée en supporter beauf. Je hurlais de bonheur à quelques (rares) reprises, avant de me lamenter. Oh non, pas lui/elle ! (Au passage, la parité semblait au rendez-vous — je n’ai pas compté précisément mais ça avait l’air…)

Je m’attendais à un événement davantage axé sur les découvertes humour. Précision : j’écoute l’émission de niche Les bras cassés sur Couleur 3 en écrivant ces lignes. Autant vous dire que si je me penche sur le sujet, alors je vais être critique.

Soixante, c’est beaucoup moins que le nombre d’humoristes en activité. Pas de Ghislain Blique ou de Pierre Thevenoux, mais on a eu le droit à Paul Mirabel, Solène Rossignol, Marie Desroles et Rémi Boyes.

L’art de la nonchalance

Le problème, ce n’est pas le casting. On reviendra sur quelques perles totalement étonnantes et surprenantes, qui obligent à des félicitations. Non, c’est la nonchalance de certains humoristes présents.

Je pense notamment à Fary et son personnage de scène ultra-arrogant. Avec ton talent, copain, tu peux faire une minute de blagues. Après, c’était aussi nul que malin, donc ça passe encore. Là où je suis plus dubitative, c’est sur le passage de Melha Bedia. Elle a mangé un poulet à main nues, en y versant une tonne de mayonnaise dans son temps imparti.

Issa Doumbia s’est quant à lui contenté de scander le nom des deux humoristes avant et après lui : Yacine Belhousse et Solène Rossignol.

Les amis, la nonchalance, cela se crée avec un peu plus de subtilité que ça. Prenez Monsieur Fraize. Sa prestation ? Pas un mot, puis une référence au fait qu’il n’a pas de texte. Dernières secondes consacrées à regarder le chronomètre derrière lui. Et pourtant… ça marche ! C’est le meilleur teaser possible de son spectacle, car il est fidèle à lui-même et le spectateur ne se dit pas qu’il se fout de la gueule du monde.

S’il se le dit, c’est qu’il n’est pas réceptif du tout à ce type d’humour. Quoi qu’il en soit, le spectateur sait immédiatement si ça vaut le coup de se déplacer. Beau tour de force !

Soixante : de jolis coups de maître

Qui s’attendait à voir Monsieur Fraize dans un format plateau d’humour ? S’il joue à L'Européen, où se tenait la soirée, la scène avait de quoi surprendre. Mais ma plus belle surprise, c’était la venue de Kad et Olivier.

Le bonheur était palpable : ces deux-là ont marqué des générations et continuent d’écrire leur histoire au présent. À mille lieues de la performance d’Élie Semoun. Mais soyons honnêtes : critiquer Élie Semoun, c’est un peu tirer sur l’ambulance. Invoquer le point Nadine Morano ou Éric Zemmour. Et d’ailleurs, 100 % des gens qui m’ont parlé de Soixante décrivaient en des termes peu élogieux sa prestation. Pas besoin d’en dire plus.

Alors, c’était bien ou pas ?

Je vais être fidèle à mes origines normandes : les deux ! On ne peut rien reprocher à cette soirée, mis à part quelques détails. Ceux qui aiment l’humour à haute dose peuvent déplorer la venue de Bigflo et Oli ou Orelsan et tous les intermèdes musicaux. Mais d’autres peuvent au contraire trouver ces respirations bénéfiques.

Autre élément clivant : la direction artistique. Le format télévisuel demande une certaine rigueur, que Navo a apporté avec un talent incroyable. Chronométrer chaque passage pour qu’il dure soixante secondes, c’est une chose. Maintenir ce cadre, je ne m’attendais pas à le voir de mon vivant. Certains ont dépassé de… 3 secondes, excusez du peu !

Parfait, donc ? Le souci, dans ces soirées extrêmement construites, c’est de perdre un petit grain de folie. J’ai pris un plaisir plutôt modéré, parce que j’aime quand l’imprévu arrive. Problème de format…

Ce format reste un excellent coup marketing, comme Le Point Virgule fait l’Olympia sait aussi le faire — mais en mieux. La soirée a suscité plus de presse que Derrière un micro, une soirée stand-up plus classique avec… Kyan Khojandi déjà. En tant que public habitué du stand-up, c’est là qu’il faut s’orienter en priorité.

Crédits photo

© Canal+ / Jaad Productions

[post_title] => Soixante artistes - Kyan Khojandi joue la montre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-18 21:24:30 [post_modified_gmt] => 2020-11-18 20:24:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6299 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 6158 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-20 16:07:26 [post_date_gmt] => 2019-04-20 14:07:26 [post_content] =>

Le dernier week-end de mars, j'ai décidé de partir à Lausanne sur un coup de tête. La raison : assister à Mauvaise Langue saison 2, enfin l'un des épisodes de cette année, et demander à Blaise Bersinger de jouer à Paris #prayforabsurde ! On vous raconte ce périple.

Mauvaise Langue saison 2 : ça aurait pu vraiment mal tourner

Il faut vraiment être passionné pour aller dans un bureau de change miteux à Gare de Lyon, se lever tôt un vendredi matin pour partir à Lausanne seule. S'inscrire sur un formulaire Google sans avoir reçu le mail de confirmation à l'heure du départ. Ne prévenir personne à la RTS de sa venue, et ne pas vraiment s'informer sur le lieu du tournage.

Vous en connaissez beaucoup, vous, des boîtes de nuit qui servent de décor de talk-show accessibles dans une bouche de métro ? On était une bonne dizaine sur la place Chauderon 18, et non dessous. Tout cela jusqu'à ce qu'un technicien RTS nous disent que ce n'est pas là bien après l'heure limite.

On arrive donc bien après les présentations, et on est bien entendu derrière les caméras, contorsionnés pour voir une oreille de Blaise Bersinger ou Alexis Junod, les deux humoristes en plateau. Heureusement, dans le décor, je reconnais Yacine Nemra. Il sourit en permanence, et sa bonne humeur me rappelle que j'y suis : la CFF, la SNCF et TGV Lyria n'ont pas réussi à me priver de cet événement. Je vois l'émission 3 heures avant les téléspectateurs suisses, et un jour avant moi-même si j'étais restée en France, à regarder cela sur une tablette le samedi matin.

L'émission passe à toute vitesse : l'épisode 12, en l'occurrence, est aussi drôle que d'habitude. Blaise Bersinger est impeccable dans son rôle d'animateur : il me fait forte impression. La jeune génération humour suisse se lâche et mène des talk-shows en toute liberté (merci aux faibles audiences qui transforment cela en produit de niche). Je jubile. Comme quand j'ai vu un Grand Prix de Formule 1 pour la première fois, dans des conditions pas forcément idéales mais avec l'impression d'être au meilleur endroit qui soit. Et dire que Blaise Bersinger ne devait même pas animer ce numéro... Lui aussi revient de France, mais il a fait le trajet en voiture depuis Brest à la dernière minute ! Quelle histoire...

Rencontrer Yacine Nemra, suivre la bande de Jokers à son QG pizza

Dans ce studio improbable, toutes ces caméras m'intimident. Je mets un peu de temps, après l'émission, pour me présenter à cette bande. J'ai l'impression de connaître cette bande-là par cœur, et qu'ils ignorent tout de moi. Je me trompe : grâce à l'article de l'année dernière, certains connaissent même mon site !

Je mise tout sur la bonne bouille de Yacine Nemra, et c'est la bonne pioche ! L'humoriste, qui va sûrement percer très rapidement, va me mener à tout le monde et me faire oublier mon arrivée en retard... Je rencontrerai ensuite tout le monde, et suivrai Nathanaël Rochat et Sébastien Corthésy là où tous les humoristes de suisse se retrouvent : une pizzeria animée de Lausanne.

En immersion dans le service public suisse

Je rencontre Sébastien Corthésy, un homme essentiel au rouage de Jokers Comedy. Cette structure révèle pour nous la jeune génération suisse : Nathanaël Rochat, Alexandre Kominek, Thomas Wiesel, Blaise Bersinger, Charles Nouveau, Marina Rollman, Thibaud Agoston et j'en passe. En face de moi, je me remets à peine de mes émotions quand je comprends que la seule, l'unique Valérie Paccaud se trouve devant moi. Je pense immédiatement à son rire inimitable sur les antennes de Couleur 3, celles qui accueillent les humoristes suisses pour des chroniques très matinales. J'hallucine complètement, je m'exclame : « Mais oui, Valérie ! »

Je vais vous faire une confession. Je pense que je deviens suisse. J'écoute même des émissions d'une heure et demie sur la radio suisse, l'équivalent des Grandes Gueules en France. Quand je mentionne Suzette Sandoz à Nathanaël Rochat, il est impressionné que je connaisse tout cela à ce point. C'est une politicienne, et je trouve ça improbable qu'elle fasse des émissions avec ces fous d'humoristes tous les dimanches.

La Suisse sait valoriser ses talents

Les humoristes sont partout en Suisse. Sur les bus, on voit Yann Marguet. Les festivals d'humour dans tout le pays font l'objet d'affiches. Le vendredi du tournage, Genève accueille notamment Thomas Wiesel et Thibaud Agoston dans leur comedy club historique. Je ne peux pas être partout.

J'ai du mal à conceptualiser cet esprit de village. Ces talents-là ont rapidement accès à un média télé/radio. Mais la suisse-romande, comme Nathanaël Rochat me le confie, c'est deux millions de personnes et une poignée d'humoristes. Ma vision est décalée, mais pour moi, ce sont des superstars. Cette distorsion me fascine, et me fait aimer encore plus l'esprit de camaraderie que je constate.

Rochat, c'est le taulier de la bande. Il n'est pas de la même génération, mais il a émergé juste avant les jeunes loups du stand-up suisse. Son style nonchalant, c'est sa signature. Je lui voue un profond respect, juste parce que Thomas Wiesel semble le considérer comme son mentor. Tous ces gens sont les successeurs de Marie-Thérèse Porchet (vous allez voir, ce n'est pas le même genre). Charles Nouveau en parlait très bien dans Antek on R... Il/elle est d'ailleurs de passage à Paris pour plusieurs mois !

Épilogue : Blaise Bersinger à Paris, est-ce possible ?

Si vous êtes encore là, merci ! Je pourrais vous parler longuement de ces talents suisses, voire vous perdre avec tant de références obscures. Je baigne trop dedans, il faut se rendre à l'évidence... Au début, l'idée était quand même de rencontrer Blaise Bersinger, cette créature humoristique fascinante.

Ce linguiste de formation, pur produit d'une impro absurde, est complètement décalé, OVNI-esque. C'est comme si Monsieur Fraize animait un talk-show. Rendez-vous compte (même si Blaise me semble bien plus malléable aux divers exercices de l'humour) ! Je ne m'en remets toujours pas. Bref, je lui ai demandé si je pouvais espérer le voir à Paris. La réponse est oui, mais... il faut qu'un théâtre comprenne son univers, ait envie de le programmer. Un peu comme Thomas Wiesel en décembre dernier, au Point Virgule. Mais Wiesel avait largement déblayé le terrain avec France Inter et Quotidien. Aller à Paris pour aller à Paris, cela n'intéresse pas du tout Blaise. Je le comprends : il faut faire cela dans de bonnes conditions, sinon cela ne vaut pas la peine.

Blaise Bersinger, je l'aime car il ne semble pas faire de concession sur qui il est. Aucune télé, aucun théâtre ne devrait le formater pour des besoins de promotion. Je ne veux pas que ça arrive, et je pense que Paris a beaucoup à apprendre de ce qu'il se passe en Suisse. Franchement, il suffit de le voir 1 minute pour comprendre qu'il n'est pas comme les autres. J'espère que vous aurez cette chance sans devoir prendre un TGV Lyria. Je ne lâcherai pas le morceau, et j'attendrai que le miracle se produise... En attendant, je suis rentrée avec plein de souvenirs dans la tête, que je suis heureuse de vous partager !

Crédits photo

© RTS - Capture d'écran YouTube

[post_title] => Mauvaise Langue saison 2 à l'heure de Lausanne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mauvaise-langue-saison-2-bersinger [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:21 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6158 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 5251 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-30 15:11:38 [post_date_gmt] => 2018-09-30 13:11:38 [post_content] => Top Gear France est l'un de mes rendez-vous incontournables. Pourquoi vous en parler ? C'est simple : cette bande de potes manie l'humour bien mieux que ce que les trolls en disent.

Top Gear France : mon pêché mignon du mercredi soir

Le mercredi, il m'arrive de ne pas voir de plateaux d'humour. Si cela devient difficile tant la concurrence est rude, je dois le faire. La raison : Top Gear France ! Alors que les parisiens qui ont la télé s'extasient sur Top Chef, mon top va à une chaîne un peu moins connue, souvent ignorée à cause de ses émissions doublées bizarres. Ça commence toujours de la même manière. Philippe Lellouche s'exclame : « Bonjour et bienvenue dans Top Gear, la seule émission d'auto devant laquelle, c'est sûr, vous n'risquez pas d'vous endormir ! » La foule en anorak dans un hangar de l'Aube crie et applaudit à l'unisson. C'est qu'ils sont courageux, ces gens : ils viennent assister à une émission debout, sans grand chauffage, pour le plaisir de l'automobile. Faire un truc pareil en 2018, c'est plutôt badass. Là où tout le monde se met à méditer ou flipper sur la prise de Doliprane alors qu'ils tournent à la weed (coucou Louis Dubourg), ces gens-là vivent à leur façon. Comme un symbole, le premier invité, c'était François Fillon. On ne connaissait pas encore les affaires (Pénélope-gate, etc.) et ce gars était éminemment respecté de la communauté auto. Croyez-le ou non, c'était drôle.

Le Tone et Bruce Jouanny : les meilleurs amis du monde

Si je vous parle de Top Gear France, ce n'est pas sur un coup de tête mégalo. Je sais que peu d'entre vous regardent ou connaissent RMC Découverte. En fait, depuis plusieurs années, je ris de bon cœur à cette bande de potes à l'esprit libre. Ils s'en foutent un peu de tout, et c'est la légèreté qui manque à nos échanges actuels. Sérieusement, les artistes, arrêtez de prendre parti sur les polémiques d'Eric Zemmour sur les réseaux ! Regardez plutôt ces trois mecs un peu délurés kiffer dans des voitures plus ou moins hors-normes. Philippe Lellouche, l'acteur et le leader de la bande, essaie de prendre l'ascendant en permanence. L'air vaguement mégalo, il permet à Bruce Jouanny (pilote de course) et Le Tone (journaliste stylé) de se liguer contre lui. Les opportunités de faire de grosses conneries et des blagues à succès variable sont légion. En plus, à l'heure où les podcasts sur la masculinité sont légion, on découvre ces trois personnalités distinctes. Tous les trois sont attachants à leur manière et c'est un plaisir de les voir se lancer des punchlines. Certes, on n'a pas du niveau de stand-up et les répliques étaient un peu surjouées au début, mais ils ont su s'approprier la chose pour conquérir un public de plus en plus nombreux. Ils sont aussi très contents d'attirer une audience féminine, ce que les autres émissions automobiles ne pourront jamais atteindre. Plus qu'une émission sur les voitures, c'est une émission de copains. L'occasion pour eux de faire des road-trips improbables, pour nous de bénéficier de bon divertissement. Et puis, dans les invités, il y a souvent un gars ou une fille du milieu de l'humour... Je vous avoue que rien que pour ça, j'aurais bien envie de faire de la scène et réussir. Dommage, je n'ai pas d'autre motivation que ça, c'est un peu léger ! Crédits photo © RMC Découverte

Vidéo : Mathieu Madénian dans Top Gear

[post_title] => Top Gear France : l'histoire d'un kif humoristique hors comedy clubs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => top-gear-france-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:53:06 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:53:06 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5251 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 5072 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-31 11:40:51 [post_date_gmt] => 2018-08-31 09:40:51 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Le spot du rire continue de surveiller le paysage audiovisuel et son rapport à l'humour. J'ai donc assisté à la première de la nouvelle saison d'On n'est pas couché. Je me suis rendue compte qu'il avait une notion bien particulière du stand-up, et j'ai appris un truc sur les cafés-théâtres.

On n'est pas couché : Laurent Ruquier transforme-t-il son entrée en stand-up ?

Avant de commencer, le chauffeur de salle explique le déroulé de l'émission. Il parle alors de la nouvelle rubrique du début de l'émission, le stand-up. Je fronce les sourcils, sentant l'embrouille arriver en trombe.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=35VLQ6fLOX0"][vc_column_text]Imaginez la scène : Laurent Ruquier arrive sur le plateau et parle de sa b***. Non, le stand-up ne se résume pas à ça, voyons ! Il peut aussi parler de ses vacances, de son impatience de la rentrée médiatique... J'avoue ne pas vivre la vie de Laurent Ruquier, j'ignore donc totalement où ça peut aller. Et c'est là que ça peut être intéressant ! Le gars peut littéralement nous surprendre et bousculer le PAF. Ce n'est donc pas arrivé. Cela ressemble plus à un monologue des talks-shows américains, un peu low-cost. En fait, c'est la même chose que précédemment, il n'y a plus la rubrique avec les miniatures photos que les invités commentent. Tout se réduit à une revue de presse très radiophonique, mais avec images et vidéos en appui. Le chauffeur de salle force les applaudissements et les jeux de mots faciles sont nombreux. Au spot du rire, on n'est pas du tout contre les jeux de mots. Or, là, on est sur un niveau bien inférieur aux plateaux d'humour. Et tant mieux ! Ceux qui les connaissent savent que c'est logique : c'est un travail différent, quotidien, plus concurrentiel. Personne ne force une applause. Le grand public peut se rassurer, il n'y aura pas d'ouverture en Je ne sais pas si vous avez remarqué. Cela dit, un point de réjouissance : on ne présente plus le stand-up ! La démocratisation est en marche, comme en témoignent les nombreux plateaux d'humour ajoutés sur le site cet été.

Le saviez-vous : qu'est-ce qu'un café-théâtre ?

Durant les trois heures d'émission, Laurent Ruquier présente le parcours d'un invité, William Lebghil. Quand j'ai vu son nom, je me suis demandée qui pouvait bien être ce type. Son visage vous est bien plus familier si vous zappez sur W9 le week-end. Il interprète en effet Slimane dans Soda, un personnage hilarant à l'intelligence... limitée. Pour autant, William Lebghil est là pour présenter le film Première année, où il joue un étudiant en médecine avec des facilités.
Laurent Ruquier parle des apparitions de William dans de nombreux cafés-théâtres, dont le Point Virgule. Mon cerveau passait alors en mode alerte. N'est-on pas censé pouvoir boire dans un café-théâtre ? Le BO St Martin ou le Théâtre de Dix Heures, je veux bien... mais au Point Virgule, on s'assoit juste sur les banquettes. J'ai passé la nuit avec cette anecdote qui me travaillait... jusqu'à craquer et regarder sur Wikipédia ce matin. Wikipédia se saisit de mon embarras (carrément) :
Le café-théâtre est, comme son nom l'indique, un petit théâtre dans lequel il est possible de boire, mais ce n'est pas nécessairement le cas.
C'est beaucoup plus clair, n'est-ce pas ? Laurent Ruquier a donc raison, et j'ai appris un truc. Même si cela n'a rien de logique de prime abord. En réalité, la création des cafés-théâtres marquait une rupture avec les pièces traditionnelles. C'est amusant de comprendre l'émergence de nouveaux lieux et la démocratisation du stand-up aujourd'hui, en réaction à des censures. On comprend pourquoi le théâtre a parfois ce côté pompeux et ne parle pas au plus grand nombre (festival d'Avignon in et off...).

Crédits photo

© France 2 / Tout sur l'écran / RUQ Productions / capture d'écran YouTube[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Rentrée d'On n'est pas couché : stand-up et café-théâtre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-onpc-standup-theatre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:54:51 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:54:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 4490 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-07-20 14:42:42 [post_date_gmt] => 2018-07-20 12:42:42 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]La France a un incroyable talent prépare actuellement le casting de sa prochaine saison. Le mois dernier, au Sonart, des stand-uppers pouvaient intégrer la compétition lors d’une soirée de sélection. Or, on se dirige peut-être vers une déception.

Les artistes stand-up puristes n’iront pas à Incroyable talent, mais le doivent-ils ?

Ce qui réunit les gens qui font du stand-up, c’est souvent d’être en phase avec soi-même. La pureté du genre stand-up vient de la liberté et de l’indépendance qu’il offre. Par conséquent, un télé crochet correspond à l’antithèse du stand-up underground. Si Incroyable talent était diffusé sur une radio pirate, il deviendrait attrayant. Or, si l’on considère que le stand-up le plus pur est la meilleure forme de comédie, la télévision pourrait-elle le révéler ? Pourquoi devons-nous subir un stand-up à deux vitesses, avec des personnes connues qui ne sont pas drôles ou plagient pour exister ? Pourquoi faut-il réserver le talent aux comedy clubs ? Surtout, ce programme a-t-il un intérêt ? Les artistes y trouvent une nouvelle audience. Sans trop d’effort médiatique, l’artiste se laisse découvrir des curieux dans son milieu naturel/habituel. Bien sûr, la méfiance est de mise. On imagine que les directeurs des programmes influencés par Patrick Le Lay (TF1, temps de cerveau disponible…) pensent à la crédulité des spectateurs-consommateurs plus qu’à l’intérêt général. Pour mieux comprendre, revenons sur deux cas : Laura Laune et Monsieur Fraize.

Laura Laune : les dés sont-ils pipés ?

Vous le savez peut-être, l’humoriste Laura Laune a remporté la compétition. Ce tremplin l’amène aujourd’hui à cartonner sur scène. Or, il y a eu des suspicions : sa victoire est-elle légitime ? Être proche de certains décideurs (Éric Antoine, membre du jury…) l’aurait ainsi aidé. Des compatriotes belges balancent carrément sur des radios libres que la compétition était pipée. Laura Laune a subi des critiques et polémiques hors contexte. France 2 a ainsi choisi un extrait de son spectacle avec une blague sur les juifs et 39-45… Tout sauf neutre ! Et pourtant, elle a toujours tracé son chemin, ignoré les commentaires non-éclairés de Gilles-William Goldnadel sur RMC à raison. Au final, le public a su faire la différence. Et d’ailleurs, j’ai déjà rencontré cet avocat qui s’amuse à créer des débats, c’est son fond de commerce médiatique. Dans l’humour, il faut savoir que Yassine Belattar a même porté plainte suite à ses propos. Ambiance.[/vc_column_text][vc_video link="https://youtu.be/LXPkMNO6GvQ?t=26m51s"][vc_column_text]

Monsieur Fraize : mise en scène du lynchage artistique ?

Tout est écrit à l’avance, donc ? Si l’on revient en arrière, souvenons-nous d’ONDAR. L’émission de Laurent Ruquier donnait du temps à de jeunes comiques. Ce tremplin a révélé des talents, a soulevé des arnaques et malmené des marginaux. Monsieur Fraize a ainsi subi une mise en scène ridicule. Dès le début, on savait comment Monsieur Fraize fait rire. Par des silences. Il a donc contourné les thèmes imposés. La chaîne l’a adoré, puis elle a décidé que c’était un « je-m’en-foutiste » car il ne suivait pas les règles du jeu. Or, il suivait vraiment les règles, les siennes. Son absence de compromis sublimait son génie artistique, trop souvent incompris. Aujourd’hui, les bonnes personnes lui déroulent le tapis rouge et il cartonne au cinéma. Pour la télévision, il y aurait donc deux manières de percer : connaître les bonnes personnes ou répondre aux codes des études marketing, ceux qui dopent l’audimat malmené par les nouveaux médias. Traduction : être formaté. Qui dit formatage dit manque de variété, puis désintérêt à long-terme. Autrement dit, la télé navigue à vue, selon un rythme effréné qui lui fait manquer l’essentiel.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=QX_PCWr4wBc"][vc_column_text]

Moralité

Dans les deux cas, les deux artistes sont talentueux. La télévision les a exposés pour le meilleur et pour le pire. Ce n’est donc qu’un média à optimiser, à mépriser quand il faut, à adopter quand ça sert au public. L’exercice est périlleux, difficile mais il peut rapporter gros. Quoi qu’il advienne, on espère que le public fera la différence entre des gens qui font des chansons sur des barbecues et les autres.

Crédits photo

Laura Laune - La France a un incroyable talent © FremantleMedia / M6 - Capture d'écran vidéo Facebook[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Incroyable talent + stand-up : mariage parfait ou désamour franc ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-incroyable-talent-artistes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:50:01 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:50:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4490 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 4433 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-21 16:43:50 [post_date_gmt] => 2018-06-21 14:43:50 [post_content] => Vous l’avez peut-être croisé en scène ouverte : l’humoriste Julien Chapel joue son spectacle depuis un certain temps. On a fini par aller voir À l’Ouest d’Eden au Théâtre la Cible, et c’était hilarant. Dépêchez-vous : la dernière, c'est mercredi prochain...

Julien Chapel : entre folie et décontraction

Sur quelques minutes en plateau, j’étais déjà conquise. Un mec franc, qui se livre avec beaucoup de bagout et de bonne humeur. De la décontraction aussi. J’avais entraperçu un brin de folie, libéré dans son heure de spectacle. Julien Chapel a le sens du décalage. En abordant des thématiques parfois communes comme le passage à l’âge adulte, les relations de couple, il fait dans l’originalité. Quand il parle de sa formation, il invoque le stand-uppeur Jules Ferry. On trouve également un cours d’histoire improvisé avec de nombreux portraits. Les hommes importants de notre histoire et parfois méconnus servent de prétexte au rire. Ce n’est jamais pédant, et puis…

Là où il m'a accrochée

Comment vous dire. Le meilleur pour moi, c’est qu’il ose citer des classiques de la télévision comme Pyramide ou Motus. J’apprends avec effroi que ces choses-là ne sont pas passées dans la pop culture. Combien de fois ai-je tenté des blagues sur mes collègues sur les émissions cultes du PAF. J’ai appris que mes collègues n’ont jamais entendu de Pyramide, mais Julien Chapel ne les connaît pas. C’est tant mieux, l’invocation de ces références est tout aussi hilarante. On rit beaucoup, on se cultive un peu. Je parviens à identifier quelques axes d’amélioration sur le fil conducteur, un peu moins affiné sur la fin. On sent que Julien Chapel cherche à finir bien, mais on ne sait pas trop comment ou quand cela va arriver. Enfin, on comprend que c’est vraiment la fin. Un résumé de son état civil, qui ressemble un peu à la fin de Pépites de Marion Mezadorian. Je vous rassure, ce n’est pas du tout plagié, la finalité est totalement différente ! Drôle de voir le traitement d'angles similaires avec beaucoup de variété et de finesse de part et d’autre. De quoi fermer le clapet à ceux qui disent qu’il y a trop d’humoristes. Cette semaine, j’en ai découvert un de plus et je n’aurais manqué ça pour rien au monde. [post_title] => Julien Chapel : critique du spectacle À l’Ouest d’Eden [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => julien-chapel-critique-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:43:17 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:43:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4433 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 4323 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-13 14:54:06 [post_date_gmt] => 2018-05-13 12:54:06 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Comédie et talk-shows font bon ménage. On idolâtre volontiers David Letterman, Jimmy Fallon ou encore Stephen Colbert et John Oliver. Au spot du rire, on a cependant une préférence pour une création suisse : Mauvaise langue ! Depuis février, ce rendez-vous est devenu un incontournable. Je peux arrêter toute autre activité pour le regarder religieusement. Voici pourquoi.

France et talk shows : travail en cours

En France, Canal+ propose quelques concepts intéressants. Kevin Razy adapte très bien le concept de Last week tonight avec John Oliver. Dans Rendez-vous avec Kévin Razy, quelque chose me gêne néanmoins. Plus récemment, un autre Thomas s'est lancé dans un programme hybride : Thomas Ngijol et Selon Thomas. Au début, j'étais un peu gênée par les thèmes que je trouvais attendus. Oui, je suis devenue difficile, mais j'ai donné une deuxième chance et elle était salvatrice : je m'étais trompée, il m'a bien fermé le clapet. Bravo. Les acteurs du monde comique le savent : Gad Elmaleh a tenté un remake du SNL américain, raillé. Le Hanounight show n'a pas rencontré le succès escompté. Depuis quelques mois, Eric Judor et Bun Hay Mean parlent d'un projet de talk show. Ce talk show tant fantasmé a refait surface dans l'actualité, avec l'implication possible de Ramzy. Mais avec la troisième saison de Platane prévue pour 2019, on peut penser que tout cela prenne un peu de temps à s'installer. En tout cas, l'ambiance retrouvailles tourne à plein régime. On pourrait aussi vous parler du retour du Burger Quiz, mais ce serait voler la vedette à ceux dont on veut vous parler depuis le début !

Mauvaise langue : une tribune à la hauteur de la nouvelle génération suisse

Alors, qu'est-ce qui fonctionne en Suisse ? Comment se fait-il que même si leur politique locale m'est méconnue, je parviens à apprécier leur création ? La réponse : un casting aussi gratiné que sur un Ocean's Eleven. Appréciez ces noms : Charles Nouveau, Thomas Wiesel, Marina Rollman, Alexandre Kominek, Nathanaël Rochat, Yoann Provenzano... Nombre d'entre eux participent à Mauvaise langue et se côtoient depuis longtemps. Pour résumer : la scène stand-up suisse est hype. On se l'arrache, ils sont tous excellents. Drôles, ils ont chacun leur univers propre. Bercés au stand-up américain, ces humoristes allient bien l'ensemble de leurs expériences pour proposer des créations exquises sur scène et à l'écran.

De Carac Attack à Mauvaise langue : une leçon de comédie

Leur rampe de lancement, c'est la chaîne hilarante Carac Attack. Voici par exemple ma vidéo préférée sur les commentateurs sportifs. La précision des imitations est millimétrée. Charles Nouveau commente même pour de vrai sur la RTS, et ce grâce à cette compétence d'imitation journalistique. On en profite pour vous rappeler son spectacle 100% foot le 15 mai au Théâtre de Dix Heures. Après quelques mois de rodage au Paname, ne manquez pas ce showcase. On vous rappelle qu'il est conçu pour les fans de football et ceux qui ne le sont pas.
Dans cette vidéo, vous avez sûrement reconnu Blaise Bersinger. La bizarrerie est sa normalité, une étrangeté maîtrisée pour notre plus grand plaisir. Plutôt que vous le décrire, on préfère vous donner un exemple supplémentaire. Dans cette vidéo, Blaise incarne un ingénieur du son et tout est sublime.
Dans Mauvaise langue, Blaise est le numéro 2. Ce véritable trublion vient interrompre le flow méticuleux du maître de cérémonie, Thomas Wiesel. Ses commentaires toujours à côté de la plaque ont un effet comique implacable. Thomas Wiesel en perd parfois même le fil. Le tout apporte de véritables pépites télévisuelles toutes les semaines. En France, vous avez sûrement vu Thomas Wiesel dans Quotidien. Je trouvais que cette émission lui allait mal. Elle lui donnait une étiquette un peu lisse où l'on ne voyait pas sa singularité. Thomas Wiesel ose beaucoup de choses, quitte à se retrouver dans quelques polémiques. Mais ce gars est réglo : il s'excuse quand il va trop loin et ne cède jamais à la censure. Forcément, on aime. Entre parenthèses, cela passe parce qu'il a de l'esprit et une vraie plume.

Mauvaise langue : la recette d'un succès

Poser des têtes d'affiches sur un programme, c'est un début. Prendre un concept qui marche (le talk-show) peut aussi amorcer quelque chose. Mais la qualité véritable est ailleurs. J'ai eu l'émission Mauvaise langue sous les yeux. J'ai regardé les vidéos sans me faire prier. La magie opère, et je répète l'opération. Cela devient une habitude. L'idée que les humoristes suisses sont vraiment bons s'ancre dans ma tête. Le processus d'addiction est désormais bien installé. Bravo, chapeau les gars ! Pour voir si l'alchimie opère pour vous aussi, c'est possible : la RTS, qui diffuse le talk-show, lui dédie une playlist YouTube. Installez-vous confortablement, et lancez le processus ![/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=YsSlWFnvASg&list=PLkDhl_ki3WcFldbU3GmcrkeSmnqI4-cjz" title="Mauvaise langue : toutes les vidéos"][vc_column_text]

L'équipe de Mauvaise langue sur scène

Le Gala de Mauvaise langue réunira tout ce beau monde au Théâtre de Beaulieu (Lausanne) le 9 juin à 20 heures. Je ne sais pas vous, mais j'ai bien envie d'une virée helvétique le mois prochain...

Crédits photo

© Radio Télévision Suisse - Mauvaise langue / Capture d'écran vidéo[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Mauvaise langue - Quand la Suisse produit les meilleurs talk-shows [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mauvaise-langue-suisse-wiesel-talkshow [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:47:02 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:47:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4323 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 3625 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-14 17:18:43 [post_date_gmt] => 2018-03-14 16:18:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Avant de lancer Le spot du rire, j'avais déjà un avis tranché sur l'humour. Mon combat d'enfant et d'adolescente aura été d'essayer de convaincre mon entourage : « Non, Éric et Ramzy ne sont pas des débiles profonds ! » Autant vous dire que j'ai ramé. Je voulais partager avec vous une archive que j'ai écrite quand j'avais 20 ans. Parce qu'à cet âge, tu es foufou, tu prends encore moins de distance qu'à ton âge actuel et tu évolues sur le fil du rasoir de tes émotions. Enfin, je crois. Bonne lecture !

Éric et Ramzy : génies de l’humour

Septembre 2, 2011 par Juliette A l’occasion du démarrage de la série Platane lundi prochain, je souhaitais aborder un sujet qui me tient à cœur, à savoir Éric et Ramzy. J’ai rencontré beaucoup de gens qui ne comprenaient pas la quintessence de leur humour, biaisés par des préjugés. J’ai lu des tas de descriptions de ces artistes (car oui, c’est le mot qui convient pour les désigner) où du vocabulaire péjoratif se retrouvait là, en guise de descriptif de leur humour. Il y avait l’humour « niais », l’humour « pipi-caca », les « crétineries » (celui-là rencontre une forte popularité). Mais j’estime qu’il est très complexe d’arriver à leur niveau comique. J’ai naturellement une préférence dans le duo comique, et mon choix se tourne vers Éric Judor. Cet homme manie l’autodérision comme personne, et pour avoir essayé de le faire, il y a toujours un moment où l’on ne supporte plus de se faire vanner. Mais lui, il y arrive. Il en joue dans tous ses spectacles, films, mêmes dessins animés ; en somme, vraiment tout ce qu’il fait. Et j’identifie cela comme une véritable prouesse très risquée. La preuve, dans les descriptions que j’évoquais plus haut, lorsqu’on lit celles destinées à Ramzy seul, on a l’impression que les gens l’estiment davantage qu’Éric et qu’ils voient en ce dernier un fardeau pour Ramzy. Sans lui, en d’autres termes, il aurait pu avoir une belle carrière.

Mais c’est sans compter leur duo comique.

Ils peuvent fonctionner seuls comme en duo. Pourtant, pourquoi les gens s’obstinent-ils à vouloir les séparer ? Leur amitié nourrit leurs projets et leur a permis de se faire connaître. Je terminerai cet article sur une note un peu plus positive pour la critique (quoi que) : celle-ci est en train d’encenser Platane, le nouveau bébé d’Éric Judor. Et ce avant même que le grand public ait vu les premiers épisodes. Oui, Platane est prometteur. Mais comme le souligne souvent le duo, le public constitue leur véritable test. C’est pour eux qu’ils osent affronter tous les genres, quitte à en dérouter certains, mais quitte à en séduire d’autres. Le public d’Éric et Ramzy n’est ni abruti, ni analphabète. Il constitue un panel diversifié, et le duo comique a bien fait d’aller fouiller dans tous les genres. Peut-être qu’il constitue un duo audacieux, qui veut faire tomber les frontières comiques en apportant quelque chose de méconnu. On aurait tort de les brider, ou pire de les cataloguer. Éric et Ramzy, c’est un style comique bien défini qui se lance dans une multitude de projets divers et variés. Le risque de décevoir fait partie de leur métier, et leur grandeur comique les pousse à le titiller pour en tirer, au final, le meilleur. Platane sera diffusé dès le 5 septembre en prime time sur Canal +. Si comme moi, vous n’êtes pas abonné, le DVD sortira fin septembre.

Le mot de la fin

Regardez Platane. Et les autres créations du duo comique qui a marqué mon enfance.

Crédits photo

Capture d'écran Facebook : bande-annonce du film La tour 2 contrôle infernale.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=_KVDDXT5gYk" title="Éric Judor, Gogol ou Auteur ? (CulturePorn)"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Retro spot #6 - Ce que j'écrivais sur Éric et Ramzy à 20 ans [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => avis-eric-ramzy-platane [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:21:54 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:21:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3625 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 3432 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-14 08:20:39 [post_date_gmt] => 2018-02-14 07:20:39 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Au spot du rire, on a déjà évoqué le Kev Adams bashing. Ce phénomène consiste à discréditer le travail de l’humoriste pour ses choix artistiques ou, plus rarement, sur sa popularité et la communauté de fans qui va avec. L’effet Justin Bieber. En ce jour de Saint-Valentin, il nous semble important de faire une mise au point : oui, on aime Kev Adams !

I love Kev Adams : de la genèse de l'humoriste marketé à une propulsion de carrière fulgurante

Et si on l’aime, c’est depuis le début. Enfin, dès qu’il est apparu dans On n’demande qu’à en rire. Ce télé-crochet, on m’en parle souvent pour me dire qu’il manque à la télévision un tremplin d’humoristes. Certes, il avait ses défauts : les défauts d’un format télévisé sur le service public. Le cadrage créatif qui a marginalisé certains types d’humour au profit d’autres. Ce que pensent les producteurs n'est pas forcément ce que veut le public, ou les publics... Et voilà : Kev Adams était le produit le plus populaire. On oublie souvent que derrière ce qu’on décrit comme un produit, il y a juste un mec qui a été propulsé en haut de l’affiche. Récemment, Kev Adams a répondu de la meilleure des manières à ceux qui s’amusaient à le discréditer en scène ouverte.

Des tapis rouges aux caves en scène ouverte

Il est apparu au Fieald déguisé en humoriste débutant. Barbe désordonnée, cheveux longs, casquette qui le faisait ressembler au bénévole dans l’école du film Hibou. Voix qui zozote. Et il commence à faire du Kev Adams bashing. Ce qui, à la longue, discrédite le personnage sur scène. Il le fait tellement que ça me met la puce à l’oreille. Mais pas suffisamment pour être certaine qu’il s’agisse bien de Kev Adams.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=DiEcWq8NcuM" title="Kev Adams incognito au Fieald"][vc_column_text]A la fin du passage, il enlève sa casquette, puis son déguisement, et tout devient limpide : l’autodérision laisse place à un moment de jouissance scénique. Effusion de joie dans la salle. Tout le monde a adoré se faire avoir, un peu ou passionnément pour ceux qui n’ont rien vu venir. On ne va pas se mentir : je ne suis pas en admiration devant tous ses projets. Je n’en ai pas vu beaucoup, surtout récemment. J’ai vu des tonnes d’épisodes de la série Soda, et bien sûr les sketches sur France 2. Et le spectacle Voilà voilà qui est passé à la télévision. J’ai dû voir The Profs 2 quand il est passé sur Canal+… Au final, pas mal de choses qui m’ont divertie à dose raisonnable. Enfin, je n'ai pas vu le spectacle de Kev et Gad suite aux retours catastrophiques qui ont suivi sa diffusion. Quoi qu'il en soit, ce type est partout. Il ne laisse pas indifférent : c’est la marque des grands, alors que sa carrière et sa vie ne font que commencer ! Donc, quand il y a eu la polémique Gangsterdam sur le « viol cool » (sic !), ça a mis de l’huile sur le feu. Nous sommes alors en mars 2017.

L'aura de Kev Adams et la perception des autres humoristes

Près d’un an plus tard, donc, Kev Adams s’est mis en risque dans les lieux où ça ricane sur lui. Et pour autant, les gens étaient contents de le voir là. Cela a valorisé le lieu (le Paname Art Café, en l’occurrence) et légitimé les plateaux d'humour comme lieux de création incontournables. Si vous voulez comprendre, Sympa la vie en a parlé. C’est très bien résumé (à partir de 11:55). En synthèse, on ne va pas pousser jusqu'à lui envoyer la vidéo de Solange te parle. Mais on attend de voir comment il va évoluer. Ses fans vont grandir, aussi. Pour info, Kev Adams a le même âge que moi. Vous irez voir si vous êtes curieux. Mais c'est l'âge du bordel où tu deviens adulte. Alors Kev, c'est quoi la suite ? ;)[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=7K1B--wjasI" title="La parenthèse inattendue - Kev Adams se confie dans un cadre atypique (2014)"][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=mEkSXAiPe_0" title="Kev Adams dans On n'est pas couché (2019)"][vc_column_text]

Crédits photo

© France 2 / Adenium TV France - Capture d'écran YouTube[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Saint-Valentin : et si on disait « je t'aime » à Kev Adams ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => kev-adams-bashing [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:33:39 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:33:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3432 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010200 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-19 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-19 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 51 à 60

Suite à l’esquisse de nos contemporains signée Karim Duval, Florence Mendez (51) séduira le public. Sous ses airs inoffensifs se cache une humoriste à l’univers teinté d’une noirceur éclatante !

Le suivant sera tout aussi habitué au contact des enfants. En effet, après l’ancienne professeur des écoles, Louis Chappey (52) parlera peut-être de l’un de ses premiers sujets de stand-up. De quoi s’agissait-il ? Facile : son ancien statut d’animateur de maternelle ! Le franc-parler de la flamboyante Laura Calu (53) viendra ensuite électriser l’Européen.

Une salle de nouveaux talents connus des initiés

Une salle qui sera ensuite saisie par la proposition aussi qualitative qu’expérimentale d’Adrien Montowski (54).

Ensuite, Anne Cahen (55) viendra recentrer la soirée autour d’un univers stand-up. Sa prestation sera inédite pour le plus grand nombre mais déjà connue des (très) initiés. Autre humoriste connu par une niche d’observateurs, Guillaume Guisset (56) fera bien plus que marcher sur les traces de Gaspard Proust avec son univers singulier.

Un univers tout aussi singulier attendra les spectateurs au tournant. Anne Dupin (57) a peut-être disparu des écrans-radar. Cependant, les dénicheurs de talent n’oublient pas son spectacle au Théâtre la Cible… Ou encore ses expérimentations au Laugh Steady Crew.

Le prochain humoriste, vous le connaissez pour ses premières parties de Blanche Gardin, ses chroniques matinales et autres commentaires sportifs. Harold Barbé (58) captera enfin la lumière qui lui manque tant pour briller.

Vous l’entendez de plus en plus, Rosa Bursztein (59) devra trancher entre relations et actualité pour peupler sa minute réglementaire. Quel que soit son choix, elle ne laissera pas indifférent ! Pour clore cette soirée, il fallait un grand du rire. Non pas par son nom, mais par sa taille. Celle qui lui fait voir le monde sous une autre perspective, avec plus de recul. Réda Seddiki (60) aura la lourde tâche de faire rêver une dernière fois le public. Public qui sera ébloui par la constellation du rire qu’il aura pu observer en seulement une heure de temps…

Cela sera passé vite, assurément. Certains auront envie de tous les revoir, d’autres feront leur sélection. Quoi qu’il advienne, cette soirée sera mémorable.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Retrouvez le reste des artistes que nous avons sélectionné pour vous sur les cinq autres articles publiés ce mois-ci !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-6 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-25 10:26:12 [post_modified_gmt] => 2021-01-25 09:26:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010200 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 20 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 9c2be9ade21aea3d8a08febfe0dc1b51 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

télévision

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 6/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 5/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 5/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 4/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 3/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 2/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 2/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 1/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6

Humour en live streaming : affiche de la plateforme LeMardi.TV

Humour en live streaming : pourquoi il fait débat

Génération Paname : le plateau d’humour animé par Mathieu Madénian et diffusé sur France 2

Témoignage - Harlem était à Génération Paname

Fanny Ruwet dans Derrière un micro et en spectacle (Bon anniversaire Jean)

Humour instantané : Fanny Ruwet dans Derrière un micro

Kyan Khojandi invite soixante artistes à l’Européen

Soixante artistes - Kyan Khojandi joue la montre

Mauvaise Langue Saison 2 - On a rencontré Blaise Bersigner !

Mauvaise Langue saison 2 à l'heure de Lausanne

Top Gear France : l'équipe de l'émission sur RMC Découverte

Top Gear France : l'histoire d'un kif humoristique hors comedy clubs

On n'est pas couché : Laurent Ruquier fait-il du stand-up ?

Rentrée d'On n'est pas couché : stand-up et café-théâtre

Laura Laune - La France a un incroyable talent

Incroyable talent + stand-up : mariage parfait ou désamour franc ?

Julien Chapel, humoriste stand-up

Julien Chapel : critique du spectacle À l’Ouest d’Eden

Mauvaise langue : le talk show de Thomas Wiesel

Mauvaise langue - Quand la Suisse produit les meilleurs talk-shows

Éric et Ramzy au cinéma

Retro spot #6 - Ce que j'écrivais sur Éric et Ramzy à 20 ans

Kev Adams dans La Parenthèse Inattendue

Saint-Valentin : et si on disait « je t'aime » à Kev Adams ?