WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => blanche-gardin
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 424
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => blanche-gardin
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 424
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => blanche-gardin
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 424
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => blanche-gardin
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 424
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 424
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 424
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => blanche-gardin
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 424
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (424) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (424) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (424)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 6271
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2019-06-02 17:58:12
                    [post_date_gmt] => 2019-06-02 15:58:12
                    [post_content] => 

Le 31 mars dernier, à la nuit tombée, Charles Leclerc devenait une légende des circuits. Ce pilote de course a vu sa popularité grimper en flèche et les médias s’élancer dans de belles envolées lyriques. Les chevaux étaient lâchés, ironie du sort quand on connait la dramaturgie de cette soirée.

Depuis longtemps, je voulais commettre cette entorse au règlement et mêler mes deux passions. Avant, j’écrivais sur des pilotes en devenir. Le mécanisme est à peu près identique pour un humoriste émergent. Des observateurs repèrent d’abord le talent. Ensuite, un mélange de chance, de talent et d’autres paramètres le propulsent en haut de l’affiche.

Mais au fait, comment on atteint le haut de l’affiche ? Si vous cherchez à imiter le début de parcours de Paul Mirabel, cet article est pour vous ! #RoadToOlympia

Nouvelle génération

Voici ce qu’il se passe généralement : les années passent, après un grand succès (Michael Schumacher ou Jean-Marie Bigard), puis le public retient les noms du passé avant de passer à autre chose. Pour en arriver là, il faut quelqu’un de spécial.

En course automobile, Charles Leclerc incarne cela pour plein de raisons. Déjà, il bouscule l’ordre établi : il était inconcevable de voir un jeune pilote intégrer l’équipe la plus mythique du monde il y a quelques années de cela. C’est un peu ce qu’il s’est produit avec la génération du Jamel Comedy Club. Premier gros séisme qui allait proposer autre chose que Muriel Robin ou Pierre Palmade (ou Desproges) comme référence au grand public.

Ensuite, c’est un destin hors du commun, une force de caractère rare. C’est le genre de type que tout le monde aime. Les médias anglo-saxons ont même vu un type, Matthew Gallagher, l’ériger en héros total. Durant le confinement, avec ce même YouTubeur, il a prouvé ses talents de joueur d’e-sport d’élite, charismatique et surtout… drôle !

En parlant de médias, je me suis remise à acheter de la presse papier à chaque fois qu’il obtenait un bon résultat. J’ai même versé une larme quand il a failli gagner et que le destin en a décidé autrement. Une seule, mais diable qu’elle était douloureuse.

Et en humour ?

Le point commun de tous les humoristes que j’aime dans la durée, c’est leur personnalité. Elle est toujours singulière, généreuse, incroyablement attachante. Elle peut se matérialiser différemment, pas besoin d’être extrêmement introverti ou extraverti. Tout ce qu’il faut, c’est venir avec sa vulnérabilité et une histoire particulière pour prendre le micro.

Des personnalités. Qui donnent envie d’écrire noir sur blanc qu’on tient là « la nouvelle sensation de l’humour ». Les attachés de presse et photographes faisant bien leur travail, on lit cela parfois un peu trop. Mais c’est aussi cela, rencontrer un talent et s’enflammer un peu. On ne sait pas de quoi demain sera fait, mais aujourd’hui, celui-ci a vraiment fait la différence, et il était de bon ton d’en parler.

Qui pour incarner le Charles Leclerc de l’humour ?

Blanche Gardin ou Monsieur Fraize rentrent sans nul doute dans cette catégorie de mastodontes. Ils touchent juste et la presse l’a bien compris. Je les vois un peu plus que des Fary ou Kyan Khojandi. Ceux-là, ce sont davantage des gourous, des sortes de bons clients qu’on aime entendre en podcast… mais qu’on a peut-être un peu trop entendu.

Ne vous y méprenez pas : j’aime bien. Mais au bout du quinzième podcast où Kyan Khojandi nous livre des conseils de vie, dans une période où le développement personnel est en plein boom, cela s’essouffle. Et d’ailleurs, Kyan n’est pas dupe : il le dit lui-même dans le podcast Les gens qui doutent.

[audio src="http://www.podtrac.com/pts/redirect.mp3/www.jaimebienquandtuparles.com/podcast-download/2784/1-kyan-khojandi-on-a-besoin-dintelligence.mp3" /]

Pour Fary, c’est encore plus manifeste. Derrière l’humour, l’idéologie n’est pas bien loin et on aime ou on n’aime pas. Preuve par l’exemple : ce que dit France Culture sur son spectacle Hexagone.

En réalité, il y a l’embarras du choix : Haroun, Roman Frayssinet, Shirley Souagnon, Gaspard Proust, Baptiste Lecaplain, etc. Il faut dire que les chiffres ne sont pas les mêmes : une vingtaine d’hommes du côté du sport, plus d’une centaine de prétendants chez les saltimbanques.

Il n’y aura jamais un humoriste qui fait l’unanimité, et tant mieux. Je laisse le mot de la fin à Thomas Wiesel (voir la fin de la vidéo ci-dessous !).

Crédits photo

© Ferrari

[post_title] => Il nous faut un Charles Leclerc en humour ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => charles-leclerc-star-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-19 18:43:23 [post_modified_gmt] => 2020-05-19 16:43:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6271 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 5248 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-30 14:16:36 [post_date_gmt] => 2018-09-30 12:16:36 [post_content] => Lost in Frenchlation organise des projections de films français avec des sous-titres en anglais... Mieux : lorsqu'il s'agit de comédies, plusieurs humoristes anglophones jouent 15 minutes ! Pour vivre ces soirées, rendez-vous au cinéma Club de l'Etoile à CDG Etoile. Retrouvez la prochaine soirée comique le 21 octobre.

Lost in Frenchlation : stand-up + cinéma français sous-titré

Je découvre tous les événements anglophones de comédie grâce à Els - Lost in France. Grâce à elle, j'ai pu revoir le film Roulez jeunesse avec Eric Judor et les humoristes Luke Thompson et Amber Minogue. La thématique : ça fait quoi, d'être parent ? En effet, dans le film, Eric Judor se retrouve en père de famille nombreuse et découvre la violence du quotidien lorsque les parents sont absents. Côté comédie, l'ambiance est beaucoup plus légère : Luke Thompson et Amber Minogue sont tous deux parents.

Luke Thompson, le prof d'anglais le plus cool de France

Je connaissais déjà Luke Thompson grâce à son podcast d'apprentissage de l'anglais. Il y parle de tout : du Brexit, d'humour (the Fringe, la comédie britannique...). Il y retrouve aussi les humoristes Paul Taylor et Amber Minogue. Amber était d'ailleurs à ses côtés lors de la soirée, elle jouait juste après lui. Je me suis revue sur les bancs de la fac d'anglais. On avait des cours avec des lecteurs, comprenez assistants d'anglais. C'était des expatriés qui nous faisaient parler anglais une heure par semaine. Bref, c'était top et drôle. Même très formateur. C'est sûrement pour ça que l'atmosphère d'une telle soirée me plaît autant. Tu arrives dans un cinéma classe

Amber Minogue, mère d'un enfant bilingue

Amber Minogue monte sur scène avec une autre comique anglophone, Sarah Donnelly. Chaque jeudi soir à 20h15, elles se retrouvent au BO St Martin dans le spectacle Becoming Maman. Sur scène, je suis frappée par sa voix. Non seulement, cette humoriste est drôle, mais elle est super agréable à écouter. Cela donne presque envie de s'appliquer sur son accent, c'est dire !

Un mot sur Roulez jeunesse et Eric Judor

J'ai vu le film Roulez jeunesse deux fois au cinéma. La première, j'ai versé ma petite larme. J'ai retrouvé l'Eric Judor que je connais. Celui qui vous emmène dans des univers où vous ne seriez pas allé sans lui. L'artiste pur qui prend des risques avec beaucoup de générosité. Eric Judor fait ainsi monter de nouveaux noms. Récemment, Monsieur Fraize était l'invité de l'émission Quotidien. Présenté comme l'humoriste incontournable du moment (et inclassable, évidemment), il se retrouve ainsi propulsé dans la lumière. Son talent fait beaucoup, mais Yann Barthès a cité le film Problemos. Sans cesse, Eric a rappelé que le scénario était de Blanche Gardin et que Monsieur Fraize était formidable. Pas besoin d'explication de texte pour adopter ce personnage, tant son jeu est marquant. D'ailleurs, quand j'ai regardé Quotidien, j'ai adoré voir Monsieur Fraize captiver l'audience. Le public alternait entre silence religieux et rires incontrôlés. C'était un pur bonheur de voir le public interloqué, puis, hébété, se mettre à réfléchir sur ce qu'on lui proposait. Pour Roulez jeunesse, c'est pareil. Le film est très différent, mais Eric Judor soulève les autres acteurs pour proposer une comédie marquante. A part le rôle de la petite amie pas-petite amie d'Eric, un peu facile, l'ensemble est d'une justesse pleine de simplicité. On sort léger de ce film, apaisé malgré la dureté du rebondissement.

Lost in Frenchlation : verdict

J'ai découvert Lost in Frenchlation le 14 septembre. La date n'est pas anodine : c'était l'ouverture du Debout Paris Festival. J'étais heureuse, ce soir-là, d'être loin de l'agitation autour de ces plateaux délocalisés. J'avais besoin de cette bouffée d'air frais. Cet événement est à la fois différent et complet. Ce n'est pas juste un plateau, c'est un vrai ensemble culturel où les gens se rencontrent, échangent. Les ambiances d'expatriés me rappellent bien sûr ma vie étudiante en Normandie et cela peut jouer. C'est comme si j'avais délaissé un aspect de mon bonheur pour le retrouver en une soirée. Ça fait du bien et je vous le conseille à tous. [post_title] => Lost in Frenchlation : cinéma français, sous-titres et stand-up en anglais [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lost-in-frenchlation-cinema-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:53:26 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:53:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5248 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 3376 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-28 17:52:06 [post_date_gmt] => 2018-01-28 16:52:06 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Shirley Souagnon n'a plus d'iPhone depuis un certain temps. Avant cela, elle a filmé les coulisses du monde du stand-up francophone pendant un an. Le stand-up français nous plonge dans les coulisses d'un art qui se construit sous nos yeux.

Le stand-up français : doutes, rires, prise de recul, observation du monde

Le stand-up est aujourd'hui un buzzword. Il sort de toutes les lèvres, esquissant un âge d'or du stand-up en France. Plus il y a d'humoristes, plus il y a de concurrence, plus il faut se démarquer. Le public en sort gagnant. On y ressent l'envie de voir le stand-up s'imposer à court-terme. Qu'il soit compris du public d'un côté, qu'on coupe le cordon avec les États-Unis de l'autre. Shirley essaie de montrer le côté universel du stand-up. Elle parcourt plusieurs continents pour trouver la même essence. En somme, l'introspection au service de la punchline. Et fait oublier l'image parfois véhiculée au grand public. A savoir, un humour issu des cités, sorti du même moule : le Jamel Comedy Club. Ou un humour parisien, éloigné de la réalité d'autres publics. Le documentaire inclut aussi ceux qu'on appelle, avec une forme de dénigrement parfois, le public de province. Comme le commerce électronique dans les années 2000, il était peut-être encore tôt pour exporter les scènes ouvertes à des patrons de bar peu familiarisés. Mais la relation va gagner en maturité et perdurer.

Le stand-up français : travailler sa technique, s'exposer au bide, soutenir ses pairs

Nawell Madani a pointé la rivalité entre les humoristes en plateau dans C'est tout pour moi. Shirley Souagnon opte pour une image plus bienveillante. Comme il s'agit d'un documentaire, l'information est plus brute et l'ego s'efface au profit du stress avant-scène. En voyant l'affiche avec les têtes habituelles (Kyan Khojandi, Blanche Gardin, etc.), je m'attendais à un documentaire centré sur une même bande de potes. Alors que le documentaire sort juste après le Festival d'Humour de Paris, on retrouve les deux primés Djimo et Charles Nouveau parmi de nombreux autres humoristes. J'ai été rassurée par ce panel assez large. Le documentaire ne se focalise pas sur l'entre-soi. L'image de la bande de potes est donc incontournable : c'est un portrait fidèle de la réalité. Ça rigole beaucoup, souvent, ça se confronte en jeux de plateau. Le mode de vie du stand-up fascine de plus en plus. Une vie en décalé, faite de décalages humoristiques et d'une solitude presque mélancolique une fois les plateaux achevés. Le documentaire s'achève alors sur plusieurs masterclass : Adrien Arnoux et Roman Frayssinet transmettent leur savoir-faire à la Réunion et en Afrique. Le premier a une expérience considérable des plateaux, le second a appris le métier à l'École nationale de l'humour à Montréal. Aujourd'hui, beaucoup parient sur le succès du jeune humoriste. Au final, le stand-up c'est aussi ça : se serrer les coudes et soutenir les autres dans les bides comme les succès.[/vc_column_text][vc_custom_heading text="Le moment le plus frappant du documentaire, ce sont les remerciements de Roman Frayssinet à Baptiste Lecaplain. Âgé de seulement 16 ans, Roman ne perdait pas une miette des coulisses du festival où il travaillait. Il avait déjà l'objectif de monter sur scène, et il estime qu'une conversation avec Baptiste lui a mis le pied à l'étrier. Le stand-up, c'est aussi ne pas oublier qui t'a donné l'envie, qui t'a aidé à franchir le pas, construire ton art ou modifier ta façon de voir le monde." font_container="tag:p|font_size:1.4em|text_align:left|line_height:1.6em" google_fonts="font_family:Montserrat%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=Z_SSY_nhzbU" title="Voir le documentaire de Shirley Souagnon"][vc_column_text]

Un documentaire sur le stand-up qui en appelle d'autres

Dans le cadre du programme #CreatorsforChange, l'humoriste stand-up Swann Périssé vient de sortir un documentaire stand-up. Il aborde l'humour engagé à travers le monde : ses défis, barrières et opportunités. Le 8 février prochain, Yacine Belhousse et Comédie+ vont offrir au public un autre documentaire. Là encore, le voyage est au rendez-vous : 8 pays et 38 comédiens seront mis en lumière. Le documentaire, Voulez-vous rire avec moi ce soir ?, ne se concentrera pas sur le stand-up francophone. Tous ces éléments vont certainement offrir d'autres angles pour présenter cette forme humour qui n'a pas fini de faire parler. Mais pour une véritable immersion, allez voir du stand-up en vrai ! Il n'y a rien de plus efficace.

Crédits photo

© Shirley Souagnon / On Time Productions - capture d'écran YouTube[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => documentaire-standup-shirley-souagnon [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3376 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 3334 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-20 10:48:44 [post_date_gmt] => 2018-01-20 09:48:44 [post_content] => Vendredi soir, le JT de France 2 a décidé de consacrer un sujet aux femmes humoristes. Le titre, Femmes humoristes : elles osent tout !, en regroupe quelques unes dans le même sac : l'humour trash.

Marion Mezadorian et Melha font de l'humour trash ? Première nouvelle !

A ce stade, il faut rappeler que l'humour trash est un genre d'humour parmi tant d'autres. Cela semble évident, mais pour ceux, chez France 2, qui ne côtoient que les têtes d'affiche, ça va se corser rapidement. Caméra en main, l'équipe de tournage va se placer devant le Théâtre du Marais et filmer les affiches de Marion Mezadorian et Melha. Alors, effectivement, ce sont des femmes humoristes, mais pour l'humour trash, on repassera ! Par honnêteté intellectuelle, je vais confesser que je n'ai pas encore pris le temps de voir Melha sur une heure. Je répare ça sous peu, promis. Il faut dire qu'elle fait un tel carton ; l'an dernier, c'était vraiment dur de la voir jouer ! Il n'empêche : je l'ai vue plusieurs fois en plateau, dans le film Hibou que tout le monde a ignoré. Pas assez trash, sans doute. Les joies du marketing... Toujours est-il que, si je me base sur cela et que je prends 2 minutes pour lire les critiques BilletRéduc, je ne trouve pas la mention d'humour trash. La parole est libre, pour reprendre les mots de Jean-Marc Dumontet dans le reportage. C'est frais, il y a de l'improvisation, c'est différent. Mais pas trash. Maintenant qu'on a traité le cas Melha, passons à Marion Mezadorian. Pour le coup, j'ai vu son spectacle plusieurs fois. Au moins 6, dans 2 salles différentes. Sans compter les passages en plateau. Et à aucun moment, il n'y a du trash. Marion a écrit et joue un spectacle touchant, poétique et bourré d'optimisme. Je pense que certains journalistes ont fait l'impasse de certains spectacles !

L'humour trash, c'est tendance en ce moment...

Pour autant, on peut dire qu'en matière de trash, on est servi en ce moment. Le reportage cite Blanche Gardin ou encore Laura Laune. Il aurait pu évoquer Laurie Peret, Farah (gagnante des Best de l'Humour) et bien d'autres. Le trash peut aussi exister sous d'autres formes, comme pour incarner un personnage spécifique. C'est ce que fait actuellement Alexandra Pizzagali, à la Petite Loge. Dans le reportage, il est aussi dit que cela existe car on se calque sur ce qu'il se passe dans la société. Les temps sont durs, offrons de l'irrévérence ! Le problème, c'est que ce n'est pas une vérité générale : c'est un positionnement marketing sur le marché du spectacle vivant. C'est une stratégie que certains chasseurs de talents suivent car ils l'estiment en adéquation avec la société. Ce n'est pas la même chose.

...mais les talents ont 1000 visages !

Une question revient sans cesse : peut-on rire de tout ? Ce que j'ai découvert, en allant dans les scènes ouvertes (France 2, on t'y attend !), c'est qu'on peut surtout faire rire de 1000 manières. Le reportage de France 2 est une anomalie journalistique. Ils ont pris un angle et l'ont tourné à leur sauce. Ils ont fini par raconter n'importe quoi. Je vais vous raconter une anecdote de ma vie d'avant. J'ai été envoyée sur une compétition de sports mécaniques, en Belgique. On m'a dit de faire un sujet sur les femmes pilotes qui essaient de grimper les échelons vers la Formule 1. Pour le buzz. En fait, il y avait 2 mannequins-pilotes, et une pilote qui essayait juste de s'en sortir comme ses acolytes masculins. Les 2 mannequins-pilotes étaient très, très mauvaises.

Du buzz journalistique au détriment de l'investigation ?

J'ai dû parler d'elles car il s'agissait de femmes, histoire que le lectorat à 90% masculin lise les torchons que j'allais produire. Parce que je n'avais rien à leur demander, et la moins bonne de toutes s'est pointée avec un mépris total et un retard de 15 minutes parce qu'elle traînait dans la zone VIP du circuit. Cette mannequin pense aussi qu'il faut créer un championnat 100% féminin, ce qui a suscité un tollé chez les pilotes femmes qui ont vraiment leur place. C'est pour cette raison que je déteste les plateaux 100% féminins. Certes, certaines avancent que cela leur évite des blagues sexistes lors de leur lancement par un humoriste homme. D'autres disent que cela leur permet de plus jouer. Certains plateaux, selon elles, pratiqueraient un quota d'une fille par soir. C'est donc une bonne chose d'avoir plus de facilités à jouer. J'espère juste qu'on pourra se permettre de mixer les talents en fonction de leur niveau comique sans avoir à recourir à de tels artifices. Résumer les artistes ou sportifs en fonction de leur sexe ne devrait plus arriver. J'aimerais qu'on traite les femmes humoristes trash, pas trash, en fonction de ce qu'elles racontent. Parce que je n'ai jamais vu un seul article titrer Charles Nouveau : comment faire de l'humour caustique avec des yeux de biche. Pourtant, on pourrait. En somme, dans le reportage, France 2 avance qu'on peut être jolie et dire des choses horribles. Le service public commence bien 2018...

Analyse à froid : France 2, c'est aussi ça

Au fond, le vrai problème du reportage, c'est le temps alloué à un sujet aussi important. L'idée de ce droit de réponse, c'est davantage d'ouvrir le débat que de tirer à boulets rouges sur un média d'information. Parce que l'information sur France 2, c'est aussi ça :
Et pour le coup, le service public a fait son travail cette fois-ci. L'erreur est humaine, les cadreurs feront mieux la prochaine fois !

Pendant ce temps, ce qui a vraiment fait polémique

L'affaire de Tex reste toujours dans les esprits...

Crédits photo

© Betty Durieux [post_title] => Epic fail : quand France 2 classe toutes les humoristes dans la catégorie trash [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => femmes-humoristes-france2-humour-trash [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:16:08 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:16:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3334 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 4 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 6271 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-02 17:58:12 [post_date_gmt] => 2019-06-02 15:58:12 [post_content] =>

Le 31 mars dernier, à la nuit tombée, Charles Leclerc devenait une légende des circuits. Ce pilote de course a vu sa popularité grimper en flèche et les médias s’élancer dans de belles envolées lyriques. Les chevaux étaient lâchés, ironie du sort quand on connait la dramaturgie de cette soirée.

Depuis longtemps, je voulais commettre cette entorse au règlement et mêler mes deux passions. Avant, j’écrivais sur des pilotes en devenir. Le mécanisme est à peu près identique pour un humoriste émergent. Des observateurs repèrent d’abord le talent. Ensuite, un mélange de chance, de talent et d’autres paramètres le propulsent en haut de l’affiche.

Mais au fait, comment on atteint le haut de l’affiche ? Si vous cherchez à imiter le début de parcours de Paul Mirabel, cet article est pour vous ! #RoadToOlympia

Nouvelle génération

Voici ce qu’il se passe généralement : les années passent, après un grand succès (Michael Schumacher ou Jean-Marie Bigard), puis le public retient les noms du passé avant de passer à autre chose. Pour en arriver là, il faut quelqu’un de spécial.

En course automobile, Charles Leclerc incarne cela pour plein de raisons. Déjà, il bouscule l’ordre établi : il était inconcevable de voir un jeune pilote intégrer l’équipe la plus mythique du monde il y a quelques années de cela. C’est un peu ce qu’il s’est produit avec la génération du Jamel Comedy Club. Premier gros séisme qui allait proposer autre chose que Muriel Robin ou Pierre Palmade (ou Desproges) comme référence au grand public.

Ensuite, c’est un destin hors du commun, une force de caractère rare. C’est le genre de type que tout le monde aime. Les médias anglo-saxons ont même vu un type, Matthew Gallagher, l’ériger en héros total. Durant le confinement, avec ce même YouTubeur, il a prouvé ses talents de joueur d’e-sport d’élite, charismatique et surtout… drôle !

En parlant de médias, je me suis remise à acheter de la presse papier à chaque fois qu’il obtenait un bon résultat. J’ai même versé une larme quand il a failli gagner et que le destin en a décidé autrement. Une seule, mais diable qu’elle était douloureuse.

Et en humour ?

Le point commun de tous les humoristes que j’aime dans la durée, c’est leur personnalité. Elle est toujours singulière, généreuse, incroyablement attachante. Elle peut se matérialiser différemment, pas besoin d’être extrêmement introverti ou extraverti. Tout ce qu’il faut, c’est venir avec sa vulnérabilité et une histoire particulière pour prendre le micro.

Des personnalités. Qui donnent envie d’écrire noir sur blanc qu’on tient là « la nouvelle sensation de l’humour ». Les attachés de presse et photographes faisant bien leur travail, on lit cela parfois un peu trop. Mais c’est aussi cela, rencontrer un talent et s’enflammer un peu. On ne sait pas de quoi demain sera fait, mais aujourd’hui, celui-ci a vraiment fait la différence, et il était de bon ton d’en parler.

Qui pour incarner le Charles Leclerc de l’humour ?

Blanche Gardin ou Monsieur Fraize rentrent sans nul doute dans cette catégorie de mastodontes. Ils touchent juste et la presse l’a bien compris. Je les vois un peu plus que des Fary ou Kyan Khojandi. Ceux-là, ce sont davantage des gourous, des sortes de bons clients qu’on aime entendre en podcast… mais qu’on a peut-être un peu trop entendu.

Ne vous y méprenez pas : j’aime bien. Mais au bout du quinzième podcast où Kyan Khojandi nous livre des conseils de vie, dans une période où le développement personnel est en plein boom, cela s’essouffle. Et d’ailleurs, Kyan n’est pas dupe : il le dit lui-même dans le podcast Les gens qui doutent.

[audio src="http://www.podtrac.com/pts/redirect.mp3/www.jaimebienquandtuparles.com/podcast-download/2784/1-kyan-khojandi-on-a-besoin-dintelligence.mp3" /]

Pour Fary, c’est encore plus manifeste. Derrière l’humour, l’idéologie n’est pas bien loin et on aime ou on n’aime pas. Preuve par l’exemple : ce que dit France Culture sur son spectacle Hexagone.

En réalité, il y a l’embarras du choix : Haroun, Roman Frayssinet, Shirley Souagnon, Gaspard Proust, Baptiste Lecaplain, etc. Il faut dire que les chiffres ne sont pas les mêmes : une vingtaine d’hommes du côté du sport, plus d’une centaine de prétendants chez les saltimbanques.

Il n’y aura jamais un humoriste qui fait l’unanimité, et tant mieux. Je laisse le mot de la fin à Thomas Wiesel (voir la fin de la vidéo ci-dessous !).

Crédits photo

© Ferrari

[post_title] => Il nous faut un Charles Leclerc en humour ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => charles-leclerc-star-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-19 18:43:23 [post_modified_gmt] => 2020-05-19 16:43:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6271 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 4 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => ed81ba6be9387b2bd648e3c83f8c3648 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Blanche Gardin

Charles Leclerc, star de la F1 : et en humour ?

Il nous faut un Charles Leclerc en humour !

Lost in Frenchlation : soirée cinéma et stand-up au Club de l'Etoile

Lost in Frenchlation : cinéma français, sous-titres et stand-up en anglais

Le stand-up français - Documentaire de Shirley Souagnon

Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion

Spectacles humour : Melha au One More Joke : l'une des femmes humoristes qui fait du stand-up

Epic fail : quand France 2 classe toutes les humoristes dans la catégorie trash