WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => jeremy-ippet
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 624
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => jeremy-ippet
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 624
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => jeremy-ippet
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 624
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => jeremy-ippet
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 624
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 624
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 624
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => jeremy-ippet
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 624
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (624) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (624) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (624)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 7293
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2019-11-05 15:35:14
                    [post_date_gmt] => 2019-11-05 14:35:14
                    [post_content] => 

Cette semaine, Le spot du rire vit en immersion dans le stand-up à Nantes pour comprendre ce qui fait le charme des plateaux d’humour là-bas. Est-ce une consommation d’alcool excessive ou la présence d’humoristes ultra-talentueux ? Nous menons l’enquête et vous livrons nos premiers retours dès que possible… Revenez autant que vous le voulez, on a plein de choses qui vont s’ajouter !

Lundi de merde : tout pour le test !

Dimanche Marrant, Bunker Comedy Club, vous connaissez ? À Nantes, il y a un événement comme ça, auquel on ajoute les tests des Premières fois de Yacine Belhousse ou du Laugh Steady Crew. Pour saupoudrer le tout, on ajoute un ingrédient secret que Paris n’a jamais réussi à importer…

Lundi de merde, c’est quoi ? En gros, prenez un petit bar, des habitués bienveillants et une bande de comiques ultra-soudée. Chaque semaine, le public vient suivre les aventures de Kevin Robin et son frein (je suis dégoûtée de rentrer juste pour ça). Maxime Stockner fait une chauffe ultra-conviviale. Les gens l’aiment lui. Genre, pour ce qu’il est.

Il y a aussi Yohan Bertetto, Jihef (je me suis présentée comme J. F. pour me le mettre dans la poche, alors que c’est à lui de me convaincre, allez comprendre). William n’a pas joué mais son côté « humoriste de légende » le précède. Idem pour Antoine Peyron, que nous allons bientôt rencontrer…

Pendant les passages, les autres humoristes interviennent parfois. Le public interrompt aussi, mais reste courtois. Un public discipliné, qui respecte les réservations écrites sur des post-ils en forme de cœur. Oui, c’est vraiment bienveillant jusqu’au bout.

Fashion stand-up

Il y a la tenue de léopard de Maxime Stockner aussi, une humoriste qui m’intrigue déjà beaucoup trop, K-ryne Gomis… Elle arrive avant le show avec une confiance en elle qui détonne. Ça me met en alerte complet. Déstabilisée par un passage en dents de scie, elle dévoile tout d’un coup une fragilité qui me rend complètement marteau de joie de la découvrir.

Parce que oui, une prestation qui n’a pas l’air géniale recèle d’informations clés sur le talent de quelqu’un. Jihef, ça vaut pour toi aussi. Tu es très bon délire, mec. Et on a aussi assisté à la première scène de Clément, un gars qui cache bien son stress et qui a évité le bide, de loin même. Très belle première, continue mec.

Sinon, l’incroyable Antoine Sentenac vient de faire vacciner son chat et raconte ça le soir-même. C’est vraiment une soirée où on est ensemble avec les humoristes. J’ai rarement vu ça, voire jamais. Peut-être que c’est l’effet lune de miel qui parle, mais pour le moment, c’est amusant, Nantes. En plus, les consommations ne sont pas trop chères et l’ambiance des bars est bien plus conviviale qu’à Paris (difficile de faire pire).

Mardi : le football gagne la partie

Ce mardi, deux scènes devaient occuper ma soirée. D’abord, La p’tite scène à l’Atomic’s Café qui donne la part belle aux nouveaux talents. En effet, à Nantes, il y a suffisamment d’humoristes pour distinguer des niveaux.

Le lieu est incroyable, avec beaucoup de cachet. Le MC, Malo, a l’air aussi alternatif qu’un Nadim, un Bobbin ou un Humourman. Ensuite, Jihef devait organiser sa première soirée avec ses invités dans un lieu tout aussi sympa, Ô Temps des Copains.

Or hier, il y avait Benfica-Lyon. À Paris, les jours de match riment souvent avec annulation. Nantes traverse le même genre de désagrément… Par conséquent, on a pu retourner à la base plus tôt et faire comme tout le monde : suivre le match.

On remercie par ailleurs Antoine Peyron pour la balade en voiture. Il a l’air sacrément au taquet, celui-là aussi. Mais on ne l’a pas encore vu jouer, ce qui serait tarder !

On s’en moquait complètement, de ce match… Sauf qu’il y avait un live Twitch des Commentaires Connards ! Si vous avez manqué le stream (dommage !), voici le best-of… D’ailleurs, vous verrez, on y participe en quelque sorte…

Une journée pour rien ? Pas du tout ! Suivre Maxime Stockner arpenter Nantes, c’est le voir saluer des gérants de bar partout, parrainer les futurs talents du rire et prendre un rôle de leader ! Franchement, les Tocards savent faire vachement de trucs. Le mieux, c’est quand il raconte la genèse de la scène nantaise, très riche en histoire. Il nous a asséné plusieurs dizaines de noms à la suite, ça vaudrait peut-être le coup d’en faire un musée !

Mercredi au West Side Comedy Club

Le West Side Comedy Club, c’est de l’humour dans un cadre presque cinématographique. Le lieu ressemble à Pirates des Caraïbes ou un truc du genre (là, c’est le moment où Arezki Chougar aurait bien mieux expliqué !). Les humoristes jouent à fond cette carte avec des jingles de qualité pour annoncer la soirée, comme ça peut se faire au Comedy Store ou… au cinéma !

Le public est habituellement exigeant, mais ce mercredi soir, on me confie très rapidement que les rires sont plus faciles à obtenir que d’habitude. Jérémy Ippet, alias le mec importé de Paris cette semaine, est de nouveau présent et cartonne.

C’est aussi le soir où je découvre William Pilet, dont la notoriété locale se vérifie immédiatement. Antoine Sentenac le remplace au pied levé car il doit assurer la première partie de Nilson au Théâtre 100 Noms, à deux pas du West Side. Sa chauffe est réussie, malgré un vrai stress dû à cette première. Antoine Peyron apporte une assistance en tant que sniper, un Laurent Baffie des plateaux d’humour. Ses interventions sont percutantes, il semble adorer l’exercice. William Pilet reviendra en cours de soirée pour co-animer et assurer son passage.

L’instant Cyril Lignac : ingrédients d’un raté, mais recette réussie

La soirée aurait pu mal tourner : grève des transports inopinée, Tocards à Paris pour un casting, catering improvisé, ardoise du line-up qui se brise sur scène… Au passage, je n’avais jamais entendu le mot « catering » à Paris dans des plateaux, mais peut-être que je ne traîne pas dans les plus chics ? On le saura quand l’organisation du comedy club de Fary acceptera ma demande d’invitation pour la première (ça n’a pas l’air gagné #ghosting).

Ici, on ne se la raconte pas, on fait des vannes. On ne théorise pas sur ce que doit faire le voisin, on fait des vannes. L’ambiance est saine et tout le monde se charrie avec bienveillance.

De fait, au terme de la soirée, le roast est de qualité. Vous savez quelle est mon exigence à ce sujet après la semaine dernière au Laugh Steady Crew, d’ailleurs ! Petite instru qui claque, Maxime Stockner en PLS face à son sens du rythme, bafouillages intempestifs vite remplacés par une vraie envie de produire un show de qualité.

Team chemise à carreaux : un membre du stand-up à Nantes postule

En bref, une belle soirée dans un beau lieu avec des gens drôles. Que demander de plus ? Peut-être parler d’Antoine Peyron. Oui, mec, je sais que tu as peur de moi — comme tous les humoristes émergents, quoi.

Ta chemise à carreaux, qui rappelle Rémi Boyes ou Omar DBB, t’immunisait sans doute. Ton rythme lent et désabusé rappelait lui aussi quelqu’un d’éminent à la capitale, l’ambassadeur Ghislain Blique. Tu étais à l’image de la soirée : agréable à écouter, avec des blagues qui emportaient l’adhésion et d’autres qui mourraient sur le champ de bataille.

Parce que si le public était bienveillant, il savait faire la différence entre les bonnes blagues et celles qui étaient un peu plus faciles. Tout le monde a donc pu travailler en bonne intelligence, de Jihef à Peyron. Basile a réalisé l’une des plus belles prestations de la soirée (on m’en avait dit le plus grand bien) et tout le monde a été bon. Allez, on enchaîne !

Jeudi à Nantes : shooting photo, Mario Kart et Stand-up Factory au Théâtre du Sphinx

Jeudi marquait la première journée intensive de la semaine. Dès 13 heures, je débarque chez Kévin et Maxime, l’antre des Tocards. Ils engloutissent des patates en un temps record, tandis que Clément met en place le décor de la séance photo. Aujourd’hui, une grande partie de la scène nantaise se donne rendez-vous au QG du rire pour refaire l’affiche du West Side Comedy Club.

Malgré un retard inévitable d’une heure et demie d’un des talents prometteurs du rire ici, l’ambiance est au beau fixe. Maxime continue de mener la bande avec bienveillance et fermeté, alternant entre moments de LOL et direction artistique. Comme d’habitude, William Pilet, Basile ou encore Antoine Peyron sont dans la déconne permanente. Deux passages face à l’objectif sont nécessaires pour quelques uns, et Maxime entame un défilé de mode avec ses chemises improbables. William Pilet est impressionné : tout va à Maxime, alors que lui ne se sent pas l’âme d’essayer… C’est aussi ça, le stand-up à Nantes.

Combler les blancs d’emploi du temps… et du public

Ensuite, certains s’en vont, d’autres restent en s’affrontant à Mario Kart ou en commentant les podcasts de l’After Foot sur RMC. L’après-midi, c’est un moment d’attente pour l’humoriste : soit il travaille, soit il décompresse.

Car la soirée approche : le jeudi à Nantes, c’est du stand-up dans un théâtre ! Le lieu, assez ancien, a du cachet. Le catering est parfait, et la bande est de retour. La discussion n’est pourtant pas légère : ça parle argent et répartition équitable des recettes. Ici, l’échange est courtois : la bande cherche à ce que tout le monde s’y retrouve et à créer un système homogène entre les plateaux. Gérer une série de plateaux, ça ne s’improvise pas : la bande nantaise n’a décidément rien à voir avec la tocardise…

Je profite de la soirée en commençant à jauger cette nouvelle scène. Toute la semaine, j’étais impressionnée car ils montent sur scène depuis plusieurs années. Parmi eux, il y a des humoristes très jeunes, toujours étudiants pour certains. Ce décalage entre jeunesse et expérience stand-up produit un cocktail intéressant : ça travaille dur, ça a envie de voir sa progression… Comme une impatience à voir les fruits de leurs efforts. Leur ambition est là, mais elle n’écrase jamais le voisin.

L’exigence est élevée : si je passe un bon moment stand-up à Nantes, ils ont l’impression de patiner. Les réactions du public ne sont pas à la hauteur de leurs attentes, comme si quelque chose ne passait pas. Est-ce la culture stand-up ? Je ne crois pas.

Les forces en présence

D’autant plus que les talents sont très variés. Antoine Sentenac, fort de trois ans de scène à seulement 23 ans, fonctionne très bien. Il lui manque encore une chose, qu’il applique parfois mais pas en permanence : moins expliquer les vannes. Le genre de truc qui pourrait l’aider à raccourcir son set d’une minute. Pour le reste, c’est parfait : les variations de rythme, le ton, la présence sur scène. On comprend pourquoi on y croyait.

Kévin Robin est fidèle à lui-même : ce qu’il raconte est à la fois original et drôle. Un angle qui fait du bien, amené avec candeur et espièglerie. On adore. Maxime Stockner nous offre le meilleur storytelling qu’on a entendu de lui. À Paris, on l’avait entendu parler de parapente (je ne sais plus, mais le truc en l’air) et là, c’était plus authentique et intéressant.

Jérémy Ippet termine son périple nantais avec un nouveau bon passage. Son imitation de Thomas Ngijol fait mouche : bien exécutée, elle conclut son passage stand-up soigné.

Antoine Peyron confirme que son personnage nonchalant désabusé aime le trash. J’adore le voir réussir tout de même à transmettre une certaine sensibilité ou fragilité qui le rend attachant. Au moment où les artistes saluent, il fait un gag pour moi avec ses chaussures à 20 balles (il nous l’a dit 22 fois, mais je me suis éclipsée pour m’envoyer un morceau en plus de quiche).

Et que dire de la chauffe de Yohan Bertetto, dont la voix cassée rend son intervention encore plus drôle : on a mal pour lui. Il est sur le fil du rasoir, il s’accroche et malgré tout au rendez-vous après une absence mercredi. Mardi, il jouait à Saint-Nazaire, et sa voix était encore plus mal en point. Ça a tenu le coup, mais c’était difficile. Chapeau l’artiste !

Stand-up à Nantes : bilan d’étape

La soirée est la plus agréable de la semaine pour moi, car j’ai le temps de me poser et de regarder. Au lundi de merde, l’ambiance de test ne permet pas de jauger le niveau. Mardi, l’annulation a douché mes espoirs. Mercredi, le West Side Comedy Club était davantage une soirée d’ambiance où j’écoutais à la fois les ragots en coulisses et les sketches, donc le message ne passait pas si bien.

J’ai dû m’éclipser rapidement, d’épuisement face à ce rythme effréné du stand-up à Nantes. Je me demande comment ils font pour tenir la distance, car je suis de plus en plus épuisée. Pour me faire pardonner, j’offre Off the Mic aux nantais pour les remercier de leur hospitalité. Heureusement, j’ai le droit à un nouveau tour en voiture avec Jérémy Ippet. Il écoute les sets de Bill Burr et d’autres en roulant : pas de doute, c’est un humoriste ! Moi, quand je joue des pédales, j’écoute Sympa la vie, donc je comprends.

Vendredi à Nantes : public intraitable au Week-end Comédie

Le vendredi, je me réjouissais de retrouver un plateau qui ressemble beaucoup à un rendez-vous parisien. Une salle exigeante, un décor tamisé et des humoristes prêts à aller au casse-pipe.

On ne va pas se mentir, c’était un champ de bataille. Maxime Stockner venait de faire la première partie de Yohan Bertetto et annonçait la couleur : il sortait tout juste d’un bide. Pour chauffer une salle gelée, il a ramé… comme ses collègues.

Chacun s’est battu comme il pouvait face à un public multiculturel : États-Unis, Vendée, Nord-Pas-de-Calais… Certains interrompaient les comiques sans aucune gêne. Face à cet engouement absent, les humoristes vivaient un moment difficile.

Ce qui est frappant dans tout ça, c’est le lien hyper-fort entre eux. Ils se marraient lorsque la salle restait de marbre, il y avait un vrai esprit de camaraderie. Au fil de la semaine, je commençais à me dire que c’était vain de comparer Nantes et Paris, mais c’est beaucoup plus fraternel ici car il y a un seul clan d’humoristes stand-up à Nantes.

Je repars à Paris après avoir été merveilleusement accueillie ici. Et j’ai hâte que l’épisode inédit des Tocards où je les interviewe sorte… On vous livrera aussi une interview écrite de Kévin Robin et Maxime Stockner comme d’habitude !

Stand-up à Nantes : le bilan

Cette semaine était intense, voire inoubliable. J’ai hâte que ces humoristes puissent plus facilement faire la navette entre Paris et Nantes, et que les humoristes habitués des plateaux parisiens découvrent cette ambiance si spéciale.

On ne voit qu’une infime partie dans les 2 tocards font du stand-up. La réalité est plus professionnelle et mature que cela, d’autant plus que la bande est très jeune. L’héritage laissé par un Edgar-Yves ou un Alexis le Rossignol, qui ont débuté ici, est entre de bonnes mains. On leur souhaite de progresser encore, et vu leur attitude, on n’a aucun conseil à leur formuler. Longue vie au stand-up nantais !

[post_title] => Stand-up à Nantes - Journal de bord live [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-nantes-reportage [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:21 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7293 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 6074 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-24 11:06:11 [post_date_gmt] => 2019-03-24 10:06:11 [post_content] =>

J'adore le mois de mars. Chaque année, il n'y a pas que pour les publicitaires que ça repart. Ce mois-ci, je n'ai pas vraiment eu envie d'écrire mille critiques de spectacles. A l'inverse, j'ai vécu des expériences assez dingues en plateau, dans les comedy clubs et café-théâtres.

Je me rends compte que j'ai beaucoup de choses à partager, et qu'il y a sans doute des anecdotes qui vont manquer. J'ai eu aussi la chance (ou la malchance, question de perspective) de perdre mon job et d'en chercher un autre avant de me consacrer corps et âme à la comédie. Le midi, le soir, la journée, bref j'ai vu des gens tout le temps. Trêve de blabla, voici quelques instantanés du rire pris à la volée en plateau et ailleurs !

Marion Mezadorian dans une autre dimension

Si vous ne le savez pas encore, Marion Mezadorian assure sa propre production depuis le début. Même si j'ai annoncé que j'arrêtais le concept de résidents, je n'ai cessé de la suivre sur scène et en dehors. Après des mois à zoner au 33 Comedy, j'ai à nouveau pris place au Théâtre du Marais pour voir son spectacle nouvelle version.

Car cette œuvre artistique a du kilométrage dans les pattes. Marion a eu l'intelligence de s'entourer de plusieurs âmes pour la mise en scène. Francis Magnin l'a encouragée à ajouter du stand-up au début. Ce n'est pas un hasard, quand on connaît la genèse de Pépites. Elle l'écrivait au Paname Art Café - le personnel pensait qu'elle écrivait un livre ! Ensuite, elle a testé dans ce même lieu et joué ce spectacle. Pendant longtemps, je la retrouvais à la Comédie des 3 Bornes. L'émotion était vive la première fois. C'est sa personnalité qui porte le tout. Cette acharnée de travail ne lâche rien, ne s'économise pas et se donne comme peu d'artistes.

Ensuite, il y a eu Alexis, puis dernièrement Alexandra Roth. Petit à petit, elle s'affirme avec son ADN : celui de comédienne. Le fil rouge du spectacle s'étoffe, gagne en fluidité. Les applaudissements de fin étaient d'une intensité rare. L'année de Marion ne fait que commencer : elle jouera à Avignon, au Marrakech du Rire et vous la verrez même au cinéma en fin d'année... La fusée Mezadorian continue son ascension, et ce n'est que le début. Le plus fort, c'est que dans tout ça, elle garde du temps pour les gens. A titre personnel, elle m'a tellement apporté ces dernières années ; j'en profite donc pour la remercier pour son temps malgré tout le travail qu'elle abat depuis des mois. Elle revient en plateau ces derniers temps, profitez-en ! D'autant plus que mardi, c'est sa dernière au Théâtre du Marais ! Elle devrait y revenir à la rentrée.

Laura Lozano et le plateau Trempoint 2.0

Pour une institution comme Le Point Virgule, les temps qui courent sont une menace. Je vous parlais du Théâtre du Marais, qui continue de monter et d'attirer des talents d'exception. Sans réaction, le Point Virgule peut vraiment devenir ringard.

Mais ce n'est pas dans l'ADN du Point Virgule de ne pas réagir. Les Trempoint, c'est un plateau qui permet à l'équipe de ce théâtre de décider qui jouera là-bas, ou dans les salles de Jean-Marc Dumontet. Et cela ne donnait pas envie : le public ne venait pas beaucoup, surtout parce que vous ne saviez jamais qui allait jouer. Il y avait une pauvre publication sur les réseaux sociaux, sans visuel ou autre, avec parfois la programmation.

Aujourd'hui, le Trempoint se remplit sans trop de difficultés, alors qu'il est parfois annoncé à la dernière minute. Il n'a plus vraiment d'horaire fixe, et paradoxalement ça marche. La programmation est systématiquement présentée : c'est devenu un plaisir d'y jouer comme d'y participer.

Je ne sais pas si l'arrivée de Laura Lozano dans l'équipe a joué dans cela, mais cette femme-là sait tendre la main aux jeunes artistes. Je l'ai rencontrée aux sélections des Best de l'Humour, elle m'a nourri en chocolats pour tenir les 4 heures de show de la deuxième soirée parisienne.

Même si je ne suis pas corruptible par le sucre, c'est grâce à elle que j'ai survécu à cette soirée. J'étais complètement décalquée toute la semaine (c'était un lundi soir). Depuis, je l'ai revue à la soirée des humoristes de demain, lors de différents Trempoint et aussi au spectacle de Marion Mezadorian. Je ne sais pas si je lui ai dit que sa présence pour les sélections allait changer la donne, mais j'y crois dur comme fer. Le prochain défi, c'est aussi d'intégrer le Sentier des Halles à l'écosystème de Jean-Marc Dumontet. Cette salle est super chouette, mais difficile à remplir. C'est là que vous allez découvrir des artistes émergents. Laura, et Antoinette Colin bien entendu, y veillent au grain. Moi aussi, et je ne manquerai pas de mettre l'énergie là où il faut pour faire émerger des talents et passer des plats, comme on dit vulgairement.

Culture : un livre et deux séries

Qui dit chômage, dit temps libre. En plus d'aller voir le plus de monde possible, j'ai repris un mois gratuit sur Netflix. A la base, c'était pour la série sur la Formule 1 sortie le 8 mars dernier. Mais j'en ai profité pour revoir du Jimmy Carr et du Jack Whitehall. Ah, les comiques britanniques...

Catastrophe : en couple/cloque malgré vous

C'est pourtant sur myCANAL que j'ai pris le plus de plaisir. J'ai suivi la recommandation d'Els - Lost in France. On a vu Premières Vacances ensemble en français sous-titré anglais, avec plein d'expatriés. J'adore les événements où les anglophones pullulent, mais on y vient. Chaque chose en son temps ! Bref, elle m'a fait voir Catastrophe. C'est l'histoire d'un couple qui se crée malgré lui.

Si vous aimez Platane, les comédies romantiques et aussi les (gros) tracas du quotidien, vous aimerez Catastrophe. Je ne suis pas une adepte du binge-watching, mais j'ai consommé les quatre saisons en 2/3 semaines. Si vous souhaitez le pitch de la série, Télérama l'a rédigé mieux que je ne pourrais le faire.

Please Like Me : ça me parle

Sur Netflix, j'ai vu Please Like Me. Pareil, quatre saisons. Je n'ai pas encore terminé. A la base, j'ai commencé à regarder parce que c'étaient des mecs qui couchaient ensemble. Ça m'a rappelé l'adolescence, quand j'ai découvert Queer as Folk. Mais ça, c'est un délire personnel.

C'est une série australienne, dont vous pouvez retrouver le pitch sur Konbini. Comme pour Catastrophe, les comiques jouent devant la caméra. Il y a même Hannah Gadsby, je ne l'ai pas reconnue d'ailleurs. Encore trop occupée à regarder Josh se taper des beaux gosses, c'est malin...

Ce que j'aime, c'est l'instantané d'une génération un peu perdue, qui appréhende ses émotions. J'adore le personnage de Claire, allez savoir pourquoi.

Le Graal des humoristes : histoire du Point Virgule

Gilbert Jouin, un intervieweur qui connaît bien les paillettes, vient de consacrer un livre sur le Point Virgule. J'ai lu les 3/4 du livre, et je me suis ruée sur les dernières interviews de Fary et Panayotis Pascot. C'est un recueil d'interviews des bâtisseurs (ceux qui ont construit et maintenu le théâtre dans les coulisses) et des artistes.

Il y a beaucoup d'émotion dans la première partie, sur les bâtisseurs du lieu. On se rend compte que ce lieu est une affaire de passionnés et de générosité. Aussi, ça fait du bien de vanter les qualités humaines d'un Jean-Marie Bigard. Les médias actuels mettent plus en avant les blagues foireuses et oublient la substance des gens derrière, et c'est dommage.

J'ai été frappée par l'investissement émotionnel de certaines personnes. Je connais très peu Antoinette Colin. Quand je la vois, je n'ose pas trop lui parler. Il y a ce profond respect pour ce qu'elle fait, notamment programmer Jean-Philippe de Tinguy (et tant d'autres !) sur un coup de cœur, jusqu'à trois soirs par semaine. Je ne sais pas s'il était prêt à ça, mais je sais qu'il a atteint ses objectifs artistiques là-bas.

C'est l'occasion de découvrir une femme qui semble discrète, mais dont le fort caractère lui a permis de tenir tête à Jean-Marc Dumontet pour conserver l'identité du lieu. Pour les détails, je vous recommande la lecture de cet ouvrage. Certains entretiens, comme celui de Laurent Ruquier, n'ont aucun intérêt (mais sans doute n'a-t-il pas voulu y consacrer du temps ?) tant ils sont courts. J'aurais voulu avoir plus de détails sur la nouvelle génération, mais aujourd'hui, le Point Virgule n'a pas le monopole de la détection de talents. C'est un héritage, une marque à entretenir et à moderniser en même temps. Vaste défi pour ce lieu qui accueille un plateau historique.

Plateau d'humour : changement de cap

Hugo Gertner en plateau d'humour - avatar

Dimanche Marrant a longtemps été mon rendez-vous phare de la fin de semaine. C'est de l'histoire ancienne, maintenant. Le Motel est arrivé, et j'y ai découvert Hugo Gertner. Je l'ai aussi retrouvé avec plaisir - et deux fois - à la Great British American Comedy Night. Ca se passe au Jardin Sauvage, et c'est en anglais. J'ai adoré y voir Ghislain Blique et Charles Nouveau, les voir jouer en anglais, c'est classe.

Hugo Gertner en plateau, stand-up wingman

Hugo aime le stand-up. Il a plein d'anecdotes à raconter. Pour le remercier de toutes ces histoires, je lui ai personnalisé un avatar (l'annuaire des artistes n'existe plus, ils étaient trop nombreux à arriver…). Si vous en voulez un, et que je vous aime bien, demandez, ça me prend très peu de temps... Et ça fait tellement plaisir, apparemment, alors si je peux aider !

Hugo, c'est un peu comme Marion, ou Pierre Thevenoux (dont la dernière interview du We Love Comedy Magazine est géniale) et Ghislain en un sens. Ils savent trop de choses, à ce stade, sur le plan personnel et sur les ragots de l'humour. J'ai aussi passé un temps fou avec Louis Chappey. J'étais pas mal fourrée au Laugh Steady Crew, notamment pour évaluer la découverte humour de ce mois. Le Bar à Bulles est un lieu incroyable pour le stand-up. Revenons à Louis Chappey : découvert à Nanterre, il est aussi barré qu'attachant. On a beaucoup ri, et j'espère qu'il va continuer à s'amuser en plateau malgré les aléas de l'existence.

J'ai aussi vu Gabriel Francès, l'un des hommes derrière Le meilleur podcast. Attention : il y en a deux, des podcasts comme ça. Ne confondez pas : celui-là, c'est celui qui invite les jeunes humoristes. On y retrouve Cyril Hives, Fabien Guilbaud et bien sûr les hôtes toulousains. On a Gabriel, et aussi Emma de Foucaud et Arezki Chougar à l'animation.

Bref, j'ai retrouvé cette ambiance de copains ce mois-ci. Je pense aussi à Nadim, qui s'est lancé dans des vidéos pour faire le buzz. Sa folie l'emporte dans une autre dimension, j'ai adoré le revoir à la Petite Loge ! Ce qui nous amène à la suite...

Il s'en passe des choses, à Vanves...

Depuis plusieurs semaines, je vais voir du stand-up pour les à-côtés. Je sens un amour du seul-en-scène plus théâtral monter (coucou Sophie Imbeaux), tandis que les codes du stand-up essoufflent mon intérêt. Le public devient rude, aussi. J'étais au Petit Palais des Glaces : cette salle est maudite. On ne compte plus les soirs où les gens quittent la salle avant la fin. Je n'ai jamais vu ça.

Par contraste, je ne m'attendais pas à voir un bon plateau à Vanves. Mais le chômage, c'est fait pour prendre le temps et juger sur pièces. Autant vous dire que mes préjugés ont volé en éclat. Après avoir côtoyé des publics difficiles et été la seule à rire à des vannes de qualité, ça m'a fait du bien d'être avec des gens qui voulaient rire plus que juger.

Tous les ingrédients d'un bon plateau

Un nouveau plateau, ça peut donc être un vent de fraîcheur. Plusieurs raisons expliquent ce succès. J'y suis allée parce qu'ils alignaient Aude Alisque et Alexis le Rossignol. Aude n'a pas pu venir, finalement, mais grâce à la réactivité des MC, Avril et Pierre DuDza, on n'y a vu que du feu. La sélection était équilibrée, et ils ont même attiré Nassim Mellah. Si ce n'est pas mon délire, cet humoriste a de l'expérience. Je l'ai découvert aux Ecuries, lorsque Radio Nova avait un plateau en public. Son set a vieilli, mais il y travaille.

Autre élément : l'investissement du lieu. C'est une salle qui accueille des spectacles d'improvisation mensuels. Il y a une régisseuse très réactive, des éclairages et un micro qui fonctionnent sans impair. Les gens qui bossent à l'Espace Gazier veulent bien faire, et cela passe par tous les détails.

Le public n'est pas celui que vous voyez dans les bars. Urbain disait récemment dans Un café au lot7 qu'il détestait jouer devant des adolescents. Encore un puriste du stand-up qui a manqué son rendez-vous à Vanves...

Il y avait des jeunes, des moins jeunes, des familles venues s'amuser sans prétention. Vanves avait l'air de désirer du spectacle vivant dans sa ville. C'était palpable. Peu importe l'expérience des humoristes à l'affiche, tout le monde a livré ses prestations avec beaucoup de professionnalisme et de générosité. Côté spectacle vivant, c'était probablement ma meilleure expérience stand-up de l'année. J'ai même découvert Jérémy Ippet et revu Boriss Chelin avec grand plaisir. Jérémy vient de recevoir le prix du jury au concours Artishow Nanterre... Il n'y a aucun hasard à cela !...

Le prochain rendez-vous aura bien lieu, comme cette première a eu du succès. Pour réserver quand ce sera annoncé, vous pourrez passer par Eventbrite. L'entrée est à 6 euros et il n'y a pas de chapeau. Vous pouvez prendre une conso sur place. Pour les artistes, le staff vous met bien avec plus de bouffe que vous n'imaginez. Et c'est près du métro. Plus d'excuse pour rire en banlieue ! ;)

Crédits photo

© Guillaume Dollé

[post_title] => Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateau-humour-actu-mars [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6074 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 2 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 7293 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-05 15:35:14 [post_date_gmt] => 2019-11-05 14:35:14 [post_content] =>

Cette semaine, Le spot du rire vit en immersion dans le stand-up à Nantes pour comprendre ce qui fait le charme des plateaux d’humour là-bas. Est-ce une consommation d’alcool excessive ou la présence d’humoristes ultra-talentueux ? Nous menons l’enquête et vous livrons nos premiers retours dès que possible… Revenez autant que vous le voulez, on a plein de choses qui vont s’ajouter !

Lundi de merde : tout pour le test !

Dimanche Marrant, Bunker Comedy Club, vous connaissez ? À Nantes, il y a un événement comme ça, auquel on ajoute les tests des Premières fois de Yacine Belhousse ou du Laugh Steady Crew. Pour saupoudrer le tout, on ajoute un ingrédient secret que Paris n’a jamais réussi à importer…

Lundi de merde, c’est quoi ? En gros, prenez un petit bar, des habitués bienveillants et une bande de comiques ultra-soudée. Chaque semaine, le public vient suivre les aventures de Kevin Robin et son frein (je suis dégoûtée de rentrer juste pour ça). Maxime Stockner fait une chauffe ultra-conviviale. Les gens l’aiment lui. Genre, pour ce qu’il est.

Il y a aussi Yohan Bertetto, Jihef (je me suis présentée comme J. F. pour me le mettre dans la poche, alors que c’est à lui de me convaincre, allez comprendre). William n’a pas joué mais son côté « humoriste de légende » le précède. Idem pour Antoine Peyron, que nous allons bientôt rencontrer…

Pendant les passages, les autres humoristes interviennent parfois. Le public interrompt aussi, mais reste courtois. Un public discipliné, qui respecte les réservations écrites sur des post-ils en forme de cœur. Oui, c’est vraiment bienveillant jusqu’au bout.

Fashion stand-up

Il y a la tenue de léopard de Maxime Stockner aussi, une humoriste qui m’intrigue déjà beaucoup trop, K-ryne Gomis… Elle arrive avant le show avec une confiance en elle qui détonne. Ça me met en alerte complet. Déstabilisée par un passage en dents de scie, elle dévoile tout d’un coup une fragilité qui me rend complètement marteau de joie de la découvrir.

Parce que oui, une prestation qui n’a pas l’air géniale recèle d’informations clés sur le talent de quelqu’un. Jihef, ça vaut pour toi aussi. Tu es très bon délire, mec. Et on a aussi assisté à la première scène de Clément, un gars qui cache bien son stress et qui a évité le bide, de loin même. Très belle première, continue mec.

Sinon, l’incroyable Antoine Sentenac vient de faire vacciner son chat et raconte ça le soir-même. C’est vraiment une soirée où on est ensemble avec les humoristes. J’ai rarement vu ça, voire jamais. Peut-être que c’est l’effet lune de miel qui parle, mais pour le moment, c’est amusant, Nantes. En plus, les consommations ne sont pas trop chères et l’ambiance des bars est bien plus conviviale qu’à Paris (difficile de faire pire).

Mardi : le football gagne la partie

Ce mardi, deux scènes devaient occuper ma soirée. D’abord, La p’tite scène à l’Atomic’s Café qui donne la part belle aux nouveaux talents. En effet, à Nantes, il y a suffisamment d’humoristes pour distinguer des niveaux.

Le lieu est incroyable, avec beaucoup de cachet. Le MC, Malo, a l’air aussi alternatif qu’un Nadim, un Bobbin ou un Humourman. Ensuite, Jihef devait organiser sa première soirée avec ses invités dans un lieu tout aussi sympa, Ô Temps des Copains.

Or hier, il y avait Benfica-Lyon. À Paris, les jours de match riment souvent avec annulation. Nantes traverse le même genre de désagrément… Par conséquent, on a pu retourner à la base plus tôt et faire comme tout le monde : suivre le match.

On remercie par ailleurs Antoine Peyron pour la balade en voiture. Il a l’air sacrément au taquet, celui-là aussi. Mais on ne l’a pas encore vu jouer, ce qui serait tarder !

On s’en moquait complètement, de ce match… Sauf qu’il y avait un live Twitch des Commentaires Connards ! Si vous avez manqué le stream (dommage !), voici le best-of… D’ailleurs, vous verrez, on y participe en quelque sorte…

Une journée pour rien ? Pas du tout ! Suivre Maxime Stockner arpenter Nantes, c’est le voir saluer des gérants de bar partout, parrainer les futurs talents du rire et prendre un rôle de leader ! Franchement, les Tocards savent faire vachement de trucs. Le mieux, c’est quand il raconte la genèse de la scène nantaise, très riche en histoire. Il nous a asséné plusieurs dizaines de noms à la suite, ça vaudrait peut-être le coup d’en faire un musée !

Mercredi au West Side Comedy Club

Le West Side Comedy Club, c’est de l’humour dans un cadre presque cinématographique. Le lieu ressemble à Pirates des Caraïbes ou un truc du genre (là, c’est le moment où Arezki Chougar aurait bien mieux expliqué !). Les humoristes jouent à fond cette carte avec des jingles de qualité pour annoncer la soirée, comme ça peut se faire au Comedy Store ou… au cinéma !

Le public est habituellement exigeant, mais ce mercredi soir, on me confie très rapidement que les rires sont plus faciles à obtenir que d’habitude. Jérémy Ippet, alias le mec importé de Paris cette semaine, est de nouveau présent et cartonne.

C’est aussi le soir où je découvre William Pilet, dont la notoriété locale se vérifie immédiatement. Antoine Sentenac le remplace au pied levé car il doit assurer la première partie de Nilson au Théâtre 100 Noms, à deux pas du West Side. Sa chauffe est réussie, malgré un vrai stress dû à cette première. Antoine Peyron apporte une assistance en tant que sniper, un Laurent Baffie des plateaux d’humour. Ses interventions sont percutantes, il semble adorer l’exercice. William Pilet reviendra en cours de soirée pour co-animer et assurer son passage.

L’instant Cyril Lignac : ingrédients d’un raté, mais recette réussie

La soirée aurait pu mal tourner : grève des transports inopinée, Tocards à Paris pour un casting, catering improvisé, ardoise du line-up qui se brise sur scène… Au passage, je n’avais jamais entendu le mot « catering » à Paris dans des plateaux, mais peut-être que je ne traîne pas dans les plus chics ? On le saura quand l’organisation du comedy club de Fary acceptera ma demande d’invitation pour la première (ça n’a pas l’air gagné #ghosting).

Ici, on ne se la raconte pas, on fait des vannes. On ne théorise pas sur ce que doit faire le voisin, on fait des vannes. L’ambiance est saine et tout le monde se charrie avec bienveillance.

De fait, au terme de la soirée, le roast est de qualité. Vous savez quelle est mon exigence à ce sujet après la semaine dernière au Laugh Steady Crew, d’ailleurs ! Petite instru qui claque, Maxime Stockner en PLS face à son sens du rythme, bafouillages intempestifs vite remplacés par une vraie envie de produire un show de qualité.

Team chemise à carreaux : un membre du stand-up à Nantes postule

En bref, une belle soirée dans un beau lieu avec des gens drôles. Que demander de plus ? Peut-être parler d’Antoine Peyron. Oui, mec, je sais que tu as peur de moi — comme tous les humoristes émergents, quoi.

Ta chemise à carreaux, qui rappelle Rémi Boyes ou Omar DBB, t’immunisait sans doute. Ton rythme lent et désabusé rappelait lui aussi quelqu’un d’éminent à la capitale, l’ambassadeur Ghislain Blique. Tu étais à l’image de la soirée : agréable à écouter, avec des blagues qui emportaient l’adhésion et d’autres qui mourraient sur le champ de bataille.

Parce que si le public était bienveillant, il savait faire la différence entre les bonnes blagues et celles qui étaient un peu plus faciles. Tout le monde a donc pu travailler en bonne intelligence, de Jihef à Peyron. Basile a réalisé l’une des plus belles prestations de la soirée (on m’en avait dit le plus grand bien) et tout le monde a été bon. Allez, on enchaîne !

Jeudi à Nantes : shooting photo, Mario Kart et Stand-up Factory au Théâtre du Sphinx

Jeudi marquait la première journée intensive de la semaine. Dès 13 heures, je débarque chez Kévin et Maxime, l’antre des Tocards. Ils engloutissent des patates en un temps record, tandis que Clément met en place le décor de la séance photo. Aujourd’hui, une grande partie de la scène nantaise se donne rendez-vous au QG du rire pour refaire l’affiche du West Side Comedy Club.

Malgré un retard inévitable d’une heure et demie d’un des talents prometteurs du rire ici, l’ambiance est au beau fixe. Maxime continue de mener la bande avec bienveillance et fermeté, alternant entre moments de LOL et direction artistique. Comme d’habitude, William Pilet, Basile ou encore Antoine Peyron sont dans la déconne permanente. Deux passages face à l’objectif sont nécessaires pour quelques uns, et Maxime entame un défilé de mode avec ses chemises improbables. William Pilet est impressionné : tout va à Maxime, alors que lui ne se sent pas l’âme d’essayer… C’est aussi ça, le stand-up à Nantes.

Combler les blancs d’emploi du temps… et du public

Ensuite, certains s’en vont, d’autres restent en s’affrontant à Mario Kart ou en commentant les podcasts de l’After Foot sur RMC. L’après-midi, c’est un moment d’attente pour l’humoriste : soit il travaille, soit il décompresse.

Car la soirée approche : le jeudi à Nantes, c’est du stand-up dans un théâtre ! Le lieu, assez ancien, a du cachet. Le catering est parfait, et la bande est de retour. La discussion n’est pourtant pas légère : ça parle argent et répartition équitable des recettes. Ici, l’échange est courtois : la bande cherche à ce que tout le monde s’y retrouve et à créer un système homogène entre les plateaux. Gérer une série de plateaux, ça ne s’improvise pas : la bande nantaise n’a décidément rien à voir avec la tocardise…

Je profite de la soirée en commençant à jauger cette nouvelle scène. Toute la semaine, j’étais impressionnée car ils montent sur scène depuis plusieurs années. Parmi eux, il y a des humoristes très jeunes, toujours étudiants pour certains. Ce décalage entre jeunesse et expérience stand-up produit un cocktail intéressant : ça travaille dur, ça a envie de voir sa progression… Comme une impatience à voir les fruits de leurs efforts. Leur ambition est là, mais elle n’écrase jamais le voisin.

L’exigence est élevée : si je passe un bon moment stand-up à Nantes, ils ont l’impression de patiner. Les réactions du public ne sont pas à la hauteur de leurs attentes, comme si quelque chose ne passait pas. Est-ce la culture stand-up ? Je ne crois pas.

Les forces en présence

D’autant plus que les talents sont très variés. Antoine Sentenac, fort de trois ans de scène à seulement 23 ans, fonctionne très bien. Il lui manque encore une chose, qu’il applique parfois mais pas en permanence : moins expliquer les vannes. Le genre de truc qui pourrait l’aider à raccourcir son set d’une minute. Pour le reste, c’est parfait : les variations de rythme, le ton, la présence sur scène. On comprend pourquoi on y croyait.

Kévin Robin est fidèle à lui-même : ce qu’il raconte est à la fois original et drôle. Un angle qui fait du bien, amené avec candeur et espièglerie. On adore. Maxime Stockner nous offre le meilleur storytelling qu’on a entendu de lui. À Paris, on l’avait entendu parler de parapente (je ne sais plus, mais le truc en l’air) et là, c’était plus authentique et intéressant.

Jérémy Ippet termine son périple nantais avec un nouveau bon passage. Son imitation de Thomas Ngijol fait mouche : bien exécutée, elle conclut son passage stand-up soigné.

Antoine Peyron confirme que son personnage nonchalant désabusé aime le trash. J’adore le voir réussir tout de même à transmettre une certaine sensibilité ou fragilité qui le rend attachant. Au moment où les artistes saluent, il fait un gag pour moi avec ses chaussures à 20 balles (il nous l’a dit 22 fois, mais je me suis éclipsée pour m’envoyer un morceau en plus de quiche).

Et que dire de la chauffe de Yohan Bertetto, dont la voix cassée rend son intervention encore plus drôle : on a mal pour lui. Il est sur le fil du rasoir, il s’accroche et malgré tout au rendez-vous après une absence mercredi. Mardi, il jouait à Saint-Nazaire, et sa voix était encore plus mal en point. Ça a tenu le coup, mais c’était difficile. Chapeau l’artiste !

Stand-up à Nantes : bilan d’étape

La soirée est la plus agréable de la semaine pour moi, car j’ai le temps de me poser et de regarder. Au lundi de merde, l’ambiance de test ne permet pas de jauger le niveau. Mardi, l’annulation a douché mes espoirs. Mercredi, le West Side Comedy Club était davantage une soirée d’ambiance où j’écoutais à la fois les ragots en coulisses et les sketches, donc le message ne passait pas si bien.

J’ai dû m’éclipser rapidement, d’épuisement face à ce rythme effréné du stand-up à Nantes. Je me demande comment ils font pour tenir la distance, car je suis de plus en plus épuisée. Pour me faire pardonner, j’offre Off the Mic aux nantais pour les remercier de leur hospitalité. Heureusement, j’ai le droit à un nouveau tour en voiture avec Jérémy Ippet. Il écoute les sets de Bill Burr et d’autres en roulant : pas de doute, c’est un humoriste ! Moi, quand je joue des pédales, j’écoute Sympa la vie, donc je comprends.

Vendredi à Nantes : public intraitable au Week-end Comédie

Le vendredi, je me réjouissais de retrouver un plateau qui ressemble beaucoup à un rendez-vous parisien. Une salle exigeante, un décor tamisé et des humoristes prêts à aller au casse-pipe.

On ne va pas se mentir, c’était un champ de bataille. Maxime Stockner venait de faire la première partie de Yohan Bertetto et annonçait la couleur : il sortait tout juste d’un bide. Pour chauffer une salle gelée, il a ramé… comme ses collègues.

Chacun s’est battu comme il pouvait face à un public multiculturel : États-Unis, Vendée, Nord-Pas-de-Calais… Certains interrompaient les comiques sans aucune gêne. Face à cet engouement absent, les humoristes vivaient un moment difficile.

Ce qui est frappant dans tout ça, c’est le lien hyper-fort entre eux. Ils se marraient lorsque la salle restait de marbre, il y avait un vrai esprit de camaraderie. Au fil de la semaine, je commençais à me dire que c’était vain de comparer Nantes et Paris, mais c’est beaucoup plus fraternel ici car il y a un seul clan d’humoristes stand-up à Nantes.

Je repars à Paris après avoir été merveilleusement accueillie ici. Et j’ai hâte que l’épisode inédit des Tocards où je les interviewe sorte… On vous livrera aussi une interview écrite de Kévin Robin et Maxime Stockner comme d’habitude !

Stand-up à Nantes : le bilan

Cette semaine était intense, voire inoubliable. J’ai hâte que ces humoristes puissent plus facilement faire la navette entre Paris et Nantes, et que les humoristes habitués des plateaux parisiens découvrent cette ambiance si spéciale.

On ne voit qu’une infime partie dans les 2 tocards font du stand-up. La réalité est plus professionnelle et mature que cela, d’autant plus que la bande est très jeune. L’héritage laissé par un Edgar-Yves ou un Alexis le Rossignol, qui ont débuté ici, est entre de bonnes mains. On leur souhaite de progresser encore, et vu leur attitude, on n’a aucun conseil à leur formuler. Longue vie au stand-up nantais !

[post_title] => Stand-up à Nantes - Journal de bord live [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-nantes-reportage [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:21 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7293 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 2 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 35a4614614dcccc093dd09771de9ccf8 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Jérémy Ippet

Stand-up à Nantes : Maxime Stockner sur scène au Stand-up Factory

Stand-up à Nantes - Journal de bord live

En plateau d'humour, Jérémy Ippet accumule les succès

Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains