Publications liées au mot-clé : Comédie des 3 bornes

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => comedie-des-3-bornes
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 413
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => comedie-des-3-bornes
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 413
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => comedie-des-3-bornes
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 413
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => comedie-des-3-bornes
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 413
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 413
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 413
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => comedie-des-3-bornes
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 413
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (413) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (413) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (413)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 8252
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-01-19 10:50:20
                    [post_date_gmt] => 2020-01-19 09:50:20
                    [post_content] => 

De La Fontaine à Booba, c’est une pièce moderne qui vient rapprocher deux mondes pas si éloignés que cela : le rap et la poésie. Ludique et ultra-drôle, avec son titre prometteur, la pièce était à la hauteur de mes attentes. Ce spectacle a lieu tous les samedis à la Comédie des 3 Bornes jusqu’au 11 avril.

De La Fontaine à Booba : deux comédiens inspirés

Cela faisait longtemps que j’avais envie de voir De La Fontaine à Booba. Je trouvais le concept marrant. J’imaginais une heure où l’on rirait bien de l’affrontement de deux mondes. Chaque comédien aurait défendu son parti pris : le classique vs. le moderne, tournant en ridicule les défauts de l’autre.

Il s’est produit à peu près cela. Malgré tout, découvrir l’animateur du podcast Commentaires Connards avec son déguisement (et cette perruque !…) était une surprise. Au vu de l’affiche, j’aurais dû m’en douter, mais je ne m’y attendais pas, que voulez-vous. Ça a ajouté un rire de plus au moment, puisque Michaël Delacour a une bouille qui prête à l’autodérision. C’est sa force, et cette manière de ne pas se prendre au sérieux renforce les rires.

Face à lui, il y a l’ambassadeur du rap, Guillaume Loublier. Il joue son rôle avec beaucoup de lyrisme et attire la sympathie du public comme un héros de film. Vulgarisateur hors pair, il offre au public une plaidoirie amusante et convaincante.

Le régisseur est dans la pièce !

Au bout de quelques minutes, une voix émerge du fond de la salle : le régisseur rappelle les comédiens à l’ordre. Sortis du texte, ils sont sommés de reprendre leur tour d’horizon des fables de La Fontaine.

On passe donc des fables à d’autres chefs d’œuvres littéraires, en faisant escale sur des moments plus ou moins glorieux du rap. Et le rap, c’est probablement le genre de musique le plus clivant qui soit. De l’extérieur, on passe très facilement à côté. Heureusement, dans cette pièce, on arrive bien à suivre.

De La Fontaine à Booba : une ode à la création artistique

C’est finalement une ode à la création artistique sous toutes ses formes. Petite, j’ai parfois eu à « monter à Paris » pour assister à du théâtre insipide et probablement trop élitiste pour mes yeux d’élève. Si j’avais pu voir cette pièce, j’aurais compris ce à quoi j’ai eu accès des années plus tard. Pour moi, c’est ça, la vraie culture.

Ainsi, pour comprendre les codes du théâtre, commencez par cette pièce. C’est ludique, vraiment fun et cela confronte deux points de vue qui divisent. Respecter le texte à la lettre ou l’adapter au monde moderne ? Mélanger les deux aspects ? Pour le savoir, allez à la Comédie des 3 Bornes ou attendez Avignon, car ils y seront. Bravo également à l’auteur de cette pièce, Valentin Martinie.

Verdict

De La Fontaine à Booba, c’est une pièce sans prétention et qui touche vraiment le public. Peut-être encore perfectible, elle offre quoi qu’il advienne un très bon moment. Ne venez pas pour souligner les imperfections, profitez. Ces jeunes comédiens ont en effet envie de créer, de défendre leur pièce avec beaucoup d’enthousiasme ! Moi, je ne demande rien de plus…

[post_title] => De La Fontaine à Booba : critique spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => la-fontaine-booba-spectacle-comedie-3-bornes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-19 10:50:29 [post_modified_gmt] => 2020-01-19 09:50:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8252 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 7273 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-31 16:54:29 [post_date_gmt] => 2019-10-31 15:54:29 [post_content] =>

Badaboum, c’est comme un bon roman. Tu patines au démarrage face à tous les éléments que l’auteur, Lucie Carbone, t’expose. « Pourquoi tout ça ? Je veux entrer dans le vif du sujet, moi ! »

Patience… Sais-tu que ces détails sont essentiels et te serviront tout au long de l’œuvre ? Oui, cette phrase sonne comme celle d’un professeur. Or cela n’a rien d’étonnant, tant Lucie Carbone aime ce rôle d’élève modèle et appliquée.

Dans la classe des humoristes, Lucie ne figure pas encore sur le tableau d’honneur, mais elle y travaille. Depuis que je la vois jouer sur scène, je ne l’ai jamais rien vu lâcher. Même pas lors de cette soirée à la Comédie Passagère, l’ancien plateau de Betty Durieux puis Cyril Hives, où un homme passablement éméché venait perturber le spectacle.

Lucie Carbone n’est pas une humoriste de plateau. Elle en fait beaucoup, mais ce n’est pas là qu’elle dévoile vraiment son talent. Le format est trop court : elle a besoin de plus de mise en scène, de plus de temps, pour instaurer son univers.

C’est donc dans son spectacle Badaboum que Lucie Carbone montre le plus son potentiel. Le mieux, c’est de passer en revue les forces et points d’amélioration de son spectacle.

Lucie Carbone dans Badaboum : les réussites

Les passages avec du jeu sont les plus percutants. Grâce à la mise en scène de Matthieu Lemeunier, Lucie instaure des ambiances très soignées. C’est un écrin parfait pour transmettre tous types d’émotion. J’ai trouvé qu’elle le faisait très naturellement, et que cela passait instantanément de l’artiste au public, par le regard et la voix notamment. On peut proposer quelque chose de très fort avec beaucoup de simplicité, et c’est généralement là où on emporte mon adhésion. Bien joué, Lucie Carbone !

L’écriture est également chirurgicale dans Badaboum. C’est très poétique et le fil conducteur nous guide grâce à des running gags bien pensés, auxquels on ne s’attend pas. Je craignais, connaissant Lucie et son amour des jeux de mots, qu’elle en abuse. Il n’en est rien : à la place, elle propose des images et des métaphores très fortes.

Là où Badaboum pourrait frapper plus fort

Le début du spectacle était un peu poussif, puis tout est devenu très fluide. La faute à un problème de concentration, ou à un stress supplémentaire dû à la captation ce soir-là ? Ce qui est sûr, c’est que le jeu lui a permis de bien rentrer dans ce qu’elle devait proposer.

J’ai trouvé que l’entrée sur scène volontairement chaotique faisait perdre en efficacité, tout comme l’explication de texte sur le concept « Badaboum ». Oui, c’est important de l’expliquer. Mais quand on lit le descriptif du spectacle, on s’attend à entendre parler de Lucie plus vite, et on se retrouve à attendre un peu pour que cette partie débute.

Pourquoi rencontre-t-on ces éléments ? C’est tout bête : un spectacle, ça se peaufine. Il demeure encore en rodage, et quelque part, on mise beaucoup sur celui-ci. On vous explique pourquoi tout de suite !

L’arme fatale de Lucie Carbone : la prise de risque

Badaboum, c’est un spectacle original. Je pense que seule Lucie aurait pu l’imaginer et l’interpréter. Pas seulement parce qu’il s’agit de sa vie, mais parce qu’on sent toute la sophistication qu’elle met dans son œuvre et sa capacité à pousser son imagination assez loin.

Autre élément décisif : son amour de la prise de risque et son audace. Ce spectacle a de fortes chances de devenir un bijou dans la catégorie seul-en-scène. On le voit clairement cartonner en Avignon, avec un bon marketing et une Lucie Carbone encore plus rodée. Affaire à suivre ?

Crédits photo

© Camille Pourcel

[post_title] => Lucie Carbone, joueuse dans Badaboum [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lucie-carbone-spectacle-badaboum [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-31 16:59:04 [post_modified_gmt] => 2019-10-31 15:59:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7273 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 7243 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-26 10:42:55 [post_date_gmt] => 2019-10-26 08:42:55 [post_content] =>

Harold Barbé vient de jouer la dernière date de son spectacle Sous pression à la Comédie des 3 Bornes. On a pris le temps de découvrir cet humoriste, et on a passé un excellent moment.

Pour voir l’humoriste normand sur scène, profitez de sa tournée : Noisy-le-Grand, Lille, Troyes, Dijon, Rouen et Bourg-lès-Valence. Il devrait également proposer deux exceptionnelles parisiennes à la Nouvelle Seine.

Harold Barbé propose un spectacle original et solide

Ce spectacle, vous pouvez passer aisément à côté. Certes, la combinaison humoriste-croquemort-commentateur sportif n’est pas banale. Bien sûr, Harold Barbé assure la première partie de Blanche Gardin. Mais voilà, le vendredi à 21h30, la Comédie des 3 Bornes ne figure pas en tête de mes activités préférées.

Je suis contente d’avoir franchi le pas, pourtant. Parce que ce spectacle est un concentré d’émotions. Il y a d’abord le rire, franc et massif, qu’on vit tout au long du spectacle. Mais ça ne s’arrête pas à cette base syndicale !

50 nuances de rire

Il y a ensuite le rire un peu graveleux, qui côtoie le rire lié à un certain dégoût sur des détails scabreux. Le tout fonctionne grâce à une intelligence dans le jeu et l’écriture. L’émotion nous emporte même quand la mort n’est plus détaillée de manière technique mais touche les proches, toutes générations confondues.

Et puis il y a la vie, les choses absurdes de ce monde décrites les unes à la suite des autres. Harold nous embarque dans des anecdotes sur des sujets très variés. Et pour cause : l’homme qui nous parle sur scène a du vécu. On le ressent tout au long de cette heure : il s’agit d’un spectacle très travaillé, solide.

Au-delà de la qualité comique et technique, ce spectacle est avant tout un bon moment. Il commence par une playlist d’avant spectacle sous le signe de l’eurodance des années 1990.

Sing Hallelujah, une autre chanson formidable… Je suis comme Ghislain Blique : la danse en public, ça n'a pas lieu. Même tout seul, d'ailleurs. N'est pas Hugh Grant qui veut (Jump!). Mais là, franchement, j'ai ressenti l'envie.

La force d’un bon spectacle, et la meilleure blague de l’année

Quand on sort du spectacle, on conserve cette légèreté, que j’expérimente rarement en stand-up. Ce bonheur d'avoir vu quelque chose de beau, c'est un peu comme lorsque vous voyez une pièce de théâtre dans un lieu impressionnant ou dans un cadre agréable. Florence Muller m’a provoqué ça, mais c’était un seul-en-scène bien plus théâtral.

On a complètement oublié ses tracas, Paris devient belle. Et ce n’était pas gagné, vu le nombre de merdes de chien dans la rue des 3 bornes ce soir-là. Je me suis même surprise à sourire à trois types à un passage piéton, qui me disaient : « Faut avancer, t'as peur de quoi ? » Le bonhomme rouge, mec.

Harold Barbé dans Sous pression : verdict

Je n'oublierai pas cette soirée, où j'ai entendu la meilleure blague de l'année. Apparemment, ce n'est pas la préférée de la majorité des gens — mais l'artiste en est fier. Il peut. Je ne vous dis pas laquelle c'est, ce serait gâcher votre plaisir… Un indice : trois doigts (rien à voir avec la chanson de Laurie Peret, mais ça mériterait de devenir culte !).

Crédits photo

© Annliz Bonin

[post_title] => Harold Barbé dans Sous pression : très, très bon ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => harold-barbe-spectacle-sous-pression [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 14:14:20 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 12:14:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7243 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6632 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-02 10:00:43 [post_date_gmt] => 2019-09-02 08:00:43 [post_content] =>

Pour inaugurer 1 jour, 1 reco, nous avons envie de prolonger votre été et de vous offrir une transition en douceur. Tahnee, L’autre… Enfin ! est un spectacle très actuel, qui souhaite nous amener à « accepter nos différences ». Retrouvez Tahnee à la Comédie des 3 Bornes dès le 10 septembre !

1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons donc une formule inédite ! Du lundi au vendredi, découvrez un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Tahnee à la Comédie des 3 Bornes : retrouvez-la chaque mardi !

La Comédie des 3 Bornes est l’une des pépinières de talents de Paris. Tahnee y jouera les mardis à 20 heures du 10 septembre au 28 janvier pour notre plus grand plaisir. Nous l’avions d’ailleurs découverte en avril, lorsqu’elle rodait son spectacle au Kibélé.

Aller voir Tahnee lancer son heure, c’est d’abord s’offrir une heure de bonne humeur. Vous y verrez ensuite une artiste qui défendra ses idées avec beaucoup de finesse et de légèreté. Pour faire un parallèle, elle s’inscrit dans la démarche d’un Pierre Thevenoux. Avec eux, le rire passe avant le message et vous n’avez pas affaire à une coquille vide !

Pas encore convaincu ? On n’a pas encore dévoilé la petite touche Tahnee ! De quoi s’agit-il, alors ? Pour ce que nous avons déjà vu, c’est à la fois une présence singulière et aussi un certain charisme. Quand elle arrive sur scène, elle a aussi ce truc en plus qui vous donne envie de passer une bonne soirée. Prêt à tenter l’expérience ?

Infos pratiques

Quand ?Les mardis à 20 h
Où ?La Comédie des 3 Bornes (Parmentier)
TarifÀ partir de 10,75 €

Crédits photo et graphisme

  • Photo : © Shetoucourt
  • Graphisme : © Raphaëlle Roux
[post_title] => 1 jour, 1 reco : Tahnee à la Comédie des 3 Bornes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tahnee-comedie-3-bornes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-08-18 10:00:17 [post_modified_gmt] => 2019-08-18 08:00:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6632 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6462 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-07-21 10:39:27 [post_date_gmt] => 2019-07-21 08:39:27 [post_content] =>

Léopold est un artiste qui a de la bouteille. Dans son spectacle La classe… moyenne, cet humoriste redonne ses lettres de noblesse au rire franc et massif. Il le joue les vendredis et samedis à la Comédie des 3 Bornes jusqu’en fin juillet, puis à Lons et Bourg-les-Valence en fin d’année !

Léopold s’amuse sur scène, et c’est communicatif

Léopold a l’air d’être aussi drôle à la vie comme à la scène. Là où d’autres humoristes semblent torturés et franchement pas rigolos hors scène, Léopold fait rire, tout simplement. Comme sur sa chaîne Twitch qui prend de l’ampleur et reçoit du beau monde, comme Adrien Montowski et nous-même !

Regardez Le vrai spot du rire - Point à la barre de leopold_artiste sur www.twitch.tv

Les habitués de ses diffusions en direct ne sont donc pas dépaysés. Les effets visuels vous réconcilieront aussi avec les animations PowerPoint les plus kitsch. Car oui : le spectacle est interactif ! Le public participe à une série de quiz, entrecoupée de séquences parodiques qui rappellent les frasques de Kad et Olivier sur Comédie.

Du rire en quantité astronomique

Ne cherchez pas de l’humour philosophique ou à message, qui vous dirait quoi penser. Non, La classe… moyenne, c'est un prétexte pour faire oublier les problèmes du public en une heure. Je peux vous dire que j’en avais un avant de venir, et que je ne l’ai plus maintenant !

Magique.

Blague à part, l’expérience me rappelait celle vécue dans la salle de Florent Mathey : du rire convulsif et compulsif, celui qui fait du bien. Léopold s’autorise beaucoup de folies et emporte ainsi facilement le public dans ses délires. Il tente de nombreuses improvisations grâce aux interactions avec le public. Le soir où j’ai vu le spectacle, il y avait un médecin légiste et une procureur — de quoi sortir tout humoriste qui se respecte de sa zone de confort.

Verdict

Si vous avez envie de vous évader de la classe moyenne ou de la routine, Léopold vous offre une heure de bonheur. Préparez-vous à voir un humoriste à l’aise avec l’autodérision et le lâcher-prise !

[post_title] => Léopold dans La classe… moyenne : un spectacle survolté [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => leopold-classe-moyenne-critique-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-07-23 15:05:38 [post_modified_gmt] => 2019-07-23 13:05:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6462 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6074 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-24 11:06:11 [post_date_gmt] => 2019-03-24 10:06:11 [post_content] =>

J'adore le mois de mars. Chaque année, il n'y a pas que pour les publicitaires que ça repart. Ce mois-ci, je n'ai pas vraiment eu envie d'écrire mille critiques de spectacles. A l'inverse, j'ai vécu des expériences assez dingues en plateau, dans les comedy clubs et café-théâtres.

Je me rends compte que j'ai beaucoup de choses à partager, et qu'il y a sans doute des anecdotes qui vont manquer. J'ai eu aussi la chance (ou la malchance, question de perspective) de perdre mon job et d'en chercher un autre avant de me consacrer corps et âme à la comédie. Le midi, le soir, la journée, bref j'ai vu des gens tout le temps. Trêve de blabla, voici quelques instantanés du rire pris à la volée en plateau et ailleurs !

Marion Mezadorian dans une autre dimension

Si vous ne le savez pas encore, Marion Mezadorian assure sa propre production depuis le début. Même si j'ai annoncé que j'arrêtais le concept de résidents, je n'ai cessé de la suivre sur scène et en dehors. Après des mois à zoner au 33 Comedy, j'ai à nouveau pris place au Théâtre du Marais pour voir son spectacle nouvelle version.

Car cette œuvre artistique a du kilométrage dans les pattes. Marion a eu l'intelligence de s'entourer de plusieurs âmes pour la mise en scène. Francis Magnin l'a encouragée à ajouter du stand-up au début. Ce n'est pas un hasard, quand on connaît la genèse de Pépites. Elle l'écrivait au Paname Art Café - le personnel pensait qu'elle écrivait un livre ! Ensuite, elle a testé dans ce même lieu et joué ce spectacle. Pendant longtemps, je la retrouvais à la Comédie des 3 Bornes. L'émotion était vive la première fois. C'est sa personnalité qui porte le tout. Cette acharnée de travail ne lâche rien, ne s'économise pas et se donne comme peu d'artistes.

Ensuite, il y a eu Alexis, puis dernièrement Alexandra Roth. Petit à petit, elle s'affirme avec son ADN : celui de comédienne. Le fil rouge du spectacle s'étoffe, gagne en fluidité. Les applaudissements de fin étaient d'une intensité rare. L'année de Marion ne fait que commencer : elle jouera à Avignon, au Marrakech du Rire et vous la verrez même au cinéma en fin d'année... La fusée Mezadorian continue son ascension, et ce n'est que le début. Le plus fort, c'est que dans tout ça, elle garde du temps pour les gens. A titre personnel, elle m'a tellement apporté ces dernières années ; j'en profite donc pour la remercier pour son temps malgré tout le travail qu'elle abat depuis des mois. Elle revient en plateau ces derniers temps, profitez-en ! D'autant plus que mardi, c'est sa dernière au Théâtre du Marais ! Elle devrait y revenir à la rentrée.

Laura Lozano et le plateau Trempoint 2.0

Pour une institution comme Le Point Virgule, les temps qui courent sont une menace. Je vous parlais du Théâtre du Marais, qui continue de monter et d'attirer des talents d'exception. Sans réaction, le Point Virgule peut vraiment devenir ringard.

Mais ce n'est pas dans l'ADN du Point Virgule de ne pas réagir. Les Trempoint, c'est un plateau qui permet à l'équipe de ce théâtre de décider qui jouera là-bas, ou dans les salles de Jean-Marc Dumontet. Et cela ne donnait pas envie : le public ne venait pas beaucoup, surtout parce que vous ne saviez jamais qui allait jouer. Il y avait une pauvre publication sur les réseaux sociaux, sans visuel ou autre, avec parfois la programmation.

Aujourd'hui, le Trempoint se remplit sans trop de difficultés, alors qu'il est parfois annoncé à la dernière minute. Il n'a plus vraiment d'horaire fixe, et paradoxalement ça marche. La programmation est systématiquement présentée : c'est devenu un plaisir d'y jouer comme d'y participer.

Je ne sais pas si l'arrivée de Laura Lozano dans l'équipe a joué dans cela, mais cette femme-là sait tendre la main aux jeunes artistes. Je l'ai rencontrée aux sélections des Best de l'Humour, elle m'a nourri en chocolats pour tenir les 4 heures de show de la deuxième soirée parisienne.

Même si je ne suis pas corruptible par le sucre, c'est grâce à elle que j'ai survécu à cette soirée. J'étais complètement décalquée toute la semaine (c'était un lundi soir). Depuis, je l'ai revue à la soirée des humoristes de demain, lors de différents Trempoint et aussi au spectacle de Marion Mezadorian. Je ne sais pas si je lui ai dit que sa présence pour les sélections allait changer la donne, mais j'y crois dur comme fer. Le prochain défi, c'est aussi d'intégrer le Sentier des Halles à l'écosystème de Jean-Marc Dumontet. Cette salle est super chouette, mais difficile à remplir. C'est là que vous allez découvrir des artistes émergents. Laura, et Antoinette Colin bien entendu, y veillent au grain. Moi aussi, et je ne manquerai pas de mettre l'énergie là où il faut pour faire émerger des talents et passer des plats, comme on dit vulgairement.

Culture : un livre et deux séries

Qui dit chômage, dit temps libre. En plus d'aller voir le plus de monde possible, j'ai repris un mois gratuit sur Netflix. A la base, c'était pour la série sur la Formule 1 sortie le 8 mars dernier. Mais j'en ai profité pour revoir du Jimmy Carr et du Jack Whitehall. Ah, les comiques britanniques...

Catastrophe : en couple/cloque malgré vous

C'est pourtant sur myCANAL que j'ai pris le plus de plaisir. J'ai suivi la recommandation d'Els - Lost in France. On a vu Premières Vacances ensemble en français sous-titré anglais, avec plein d'expatriés. J'adore les événements où les anglophones pullulent, mais on y vient. Chaque chose en son temps ! Bref, elle m'a fait voir Catastrophe. C'est l'histoire d'un couple qui se crée malgré lui.

Si vous aimez Platane, les comédies romantiques et aussi les (gros) tracas du quotidien, vous aimerez Catastrophe. Je ne suis pas une adepte du binge-watching, mais j'ai consommé les quatre saisons en 2/3 semaines. Si vous souhaitez le pitch de la série, Télérama l'a rédigé mieux que je ne pourrais le faire.

Please Like Me : ça me parle

Sur Netflix, j'ai vu Please Like Me. Pareil, quatre saisons. Je n'ai pas encore terminé. A la base, j'ai commencé à regarder parce que c'étaient des mecs qui couchaient ensemble. Ça m'a rappelé l'adolescence, quand j'ai découvert Queer as Folk. Mais ça, c'est un délire personnel.

C'est une série australienne, dont vous pouvez retrouver le pitch sur Konbini. Comme pour Catastrophe, les comiques jouent devant la caméra. Il y a même Hannah Gadsby, je ne l'ai pas reconnue d'ailleurs. Encore trop occupée à regarder Josh se taper des beaux gosses, c'est malin...

Ce que j'aime, c'est l'instantané d'une génération un peu perdue, qui appréhende ses émotions. J'adore le personnage de Claire, allez savoir pourquoi.

Le Graal des humoristes : histoire du Point Virgule

Gilbert Jouin, un intervieweur qui connaît bien les paillettes, vient de consacrer un livre sur le Point Virgule. J'ai lu les 3/4 du livre, et je me suis ruée sur les dernières interviews de Fary et Panayotis Pascot. C'est un recueil d'interviews des bâtisseurs (ceux qui ont construit et maintenu le théâtre dans les coulisses) et des artistes.

Il y a beaucoup d'émotion dans la première partie, sur les bâtisseurs du lieu. On se rend compte que ce lieu est une affaire de passionnés et de générosité. Aussi, ça fait du bien de vanter les qualités humaines d'un Jean-Marie Bigard. Les médias actuels mettent plus en avant les blagues foireuses et oublient la substance des gens derrière, et c'est dommage.

J'ai été frappée par l'investissement émotionnel de certaines personnes. Je connais très peu Antoinette Colin. Quand je la vois, je n'ose pas trop lui parler. Il y a ce profond respect pour ce qu'elle fait, notamment programmer Jean-Philippe de Tinguy (et tant d'autres !) sur un coup de cœur, jusqu'à trois soirs par semaine. Je ne sais pas s'il était prêt à ça, mais je sais qu'il a atteint ses objectifs artistiques là-bas.

C'est l'occasion de découvrir une femme qui semble discrète, mais dont le fort caractère lui a permis de tenir tête à Jean-Marc Dumontet pour conserver l'identité du lieu. Pour les détails, je vous recommande la lecture de cet ouvrage. Certains entretiens, comme celui de Laurent Ruquier, n'ont aucun intérêt (mais sans doute n'a-t-il pas voulu y consacrer du temps ?) tant ils sont courts. J'aurais voulu avoir plus de détails sur la nouvelle génération, mais aujourd'hui, le Point Virgule n'a pas le monopole de la détection de talents. C'est un héritage, une marque à entretenir et à moderniser en même temps. Vaste défi pour ce lieu qui accueille un plateau historique.

Plateau d'humour : changement de cap

Hugo Gertner en plateau d'humour - avatar

Dimanche Marrant a longtemps été mon rendez-vous phare de la fin de semaine. C'est de l'histoire ancienne, maintenant. Le Motel est arrivé, et j'y ai découvert Hugo Gertner. Je l'ai aussi retrouvé avec plaisir - et deux fois - à la Great British American Comedy Night. Ca se passe au Jardin Sauvage, et c'est en anglais. J'ai adoré y voir Ghislain Blique et Charles Nouveau, les voir jouer en anglais, c'est classe.

Hugo Gertner en plateau, stand-up wingman

Hugo aime le stand-up. Il a plein d'anecdotes à raconter. Pour le remercier de toutes ces histoires, je lui ai personnalisé un avatar (l'annuaire des artistes n'existe plus, ils étaient trop nombreux à arriver…). Si vous en voulez un, et que je vous aime bien, demandez, ça me prend très peu de temps... Et ça fait tellement plaisir, apparemment, alors si je peux aider !

Hugo, c'est un peu comme Marion, ou Pierre Thevenoux (dont la dernière interview du We Love Comedy Magazine est géniale) et Ghislain en un sens. Ils savent trop de choses, à ce stade, sur le plan personnel et sur les ragots de l'humour. J'ai aussi passé un temps fou avec Louis Chappey. J'étais pas mal fourrée au Laugh Steady Crew, notamment pour évaluer la découverte humour de ce mois. Le Bar à Bulles est un lieu incroyable pour le stand-up. Revenons à Louis Chappey : découvert à Nanterre, il est aussi barré qu'attachant. On a beaucoup ri, et j'espère qu'il va continuer à s'amuser en plateau malgré les aléas de l'existence.

J'ai aussi vu Gabriel Francès, l'un des hommes derrière Le meilleur podcast. Attention : il y en a deux, des podcasts comme ça. Ne confondez pas : celui-là, c'est celui qui invite les jeunes humoristes. On y retrouve Cyril Hives, Fabien Guilbaud et bien sûr les hôtes toulousains. On a Gabriel, et aussi Emma de Foucaud et Arezki Chougar à l'animation.

Bref, j'ai retrouvé cette ambiance de copains ce mois-ci. Je pense aussi à Nadim, qui s'est lancé dans des vidéos pour faire le buzz. Sa folie l'emporte dans une autre dimension, j'ai adoré le revoir à la Petite Loge ! Ce qui nous amène à la suite...

Il s'en passe des choses, à Vanves...

Depuis plusieurs semaines, je vais voir du stand-up pour les à-côtés. Je sens un amour du seul-en-scène plus théâtral monter (coucou Sophie Imbeaux), tandis que les codes du stand-up essoufflent mon intérêt. Le public devient rude, aussi. J'étais au Petit Palais des Glaces : cette salle est maudite. On ne compte plus les soirs où les gens quittent la salle avant la fin. Je n'ai jamais vu ça.

Par contraste, je ne m'attendais pas à voir un bon plateau à Vanves. Mais le chômage, c'est fait pour prendre le temps et juger sur pièces. Autant vous dire que mes préjugés ont volé en éclat. Après avoir côtoyé des publics difficiles et été la seule à rire à des vannes de qualité, ça m'a fait du bien d'être avec des gens qui voulaient rire plus que juger.

Tous les ingrédients d'un bon plateau

Un nouveau plateau, ça peut donc être un vent de fraîcheur. Plusieurs raisons expliquent ce succès. J'y suis allée parce qu'ils alignaient Aude Alisque et Alexis le Rossignol. Aude n'a pas pu venir, finalement, mais grâce à la réactivité des MC, Avril et Pierre DuDza, on n'y a vu que du feu. La sélection était équilibrée, et ils ont même attiré Nassim Mellah. Si ce n'est pas mon délire, cet humoriste a de l'expérience. Je l'ai découvert aux Ecuries, lorsque Radio Nova avait un plateau en public. Son set a vieilli, mais il y travaille.

Autre élément : l'investissement du lieu. C'est une salle qui accueille des spectacles d'improvisation mensuels. Il y a une régisseuse très réactive, des éclairages et un micro qui fonctionnent sans impair. Les gens qui bossent à l'Espace Gazier veulent bien faire, et cela passe par tous les détails.

Le public n'est pas celui que vous voyez dans les bars. Urbain disait récemment dans Un café au lot7 qu'il détestait jouer devant des adolescents. Encore un puriste du stand-up qui a manqué son rendez-vous à Vanves...

Il y avait des jeunes, des moins jeunes, des familles venues s'amuser sans prétention. Vanves avait l'air de désirer du spectacle vivant dans sa ville. C'était palpable. Peu importe l'expérience des humoristes à l'affiche, tout le monde a livré ses prestations avec beaucoup de professionnalisme et de générosité. Côté spectacle vivant, c'était probablement ma meilleure expérience stand-up de l'année. J'ai même découvert Jérémy Ippet et revu Boriss Chelin avec grand plaisir. Jérémy vient de recevoir le prix du jury au concours Artishow Nanterre... Il n'y a aucun hasard à cela !...

Le prochain rendez-vous aura bien lieu, comme cette première a eu du succès. Pour réserver quand ce sera annoncé, vous pourrez passer par Eventbrite. L'entrée est à 6 euros et il n'y a pas de chapeau. Vous pouvez prendre une conso sur place. Pour les artistes, le staff vous met bien avec plus de bouffe que vous n'imaginez. Et c'est près du métro. Plus d'excuse pour rire en banlieue ! ;)

Crédits photo

© Guillaume Dollé

[post_title] => Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateau-humour-actu-mars [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6074 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 5619 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-26 12:23:43 [post_date_gmt] => 2019-01-26 11:23:43 [post_content] =>

Sophie Imbeaux joue à la Comédie des 3 Bornes Le monde merveilleux du colibri, une pièce de théâtre assez incroyable. Vous pouvez y assister les vendredis à 21h30 jusqu'en mai. Le spot du rire l'a découverte après quelques mois de jeu. J'en suis sortie subjuguée.

Flashback : ma rencontre avec Sophie Imbeaux

J'ai rencontré Sophie à Lyon, lors de Gerson fait son festival. A l'époque, elle jouait avec Alexandra Desloires la pièce Jeux de planches. Je n'y avais pas assisté par manque de temps, mais j'avais vu un extrait sur plusieurs plateaux. Energie à revendre, dévouement sur scène : j'ai noté leurs deux noms dans un coin de ma tête instinctivement.

Le premier contact s'est noué en coulisses, où j'avais affaire à deux professionnelles. Dans un festival d'humour, vous ne vous attendriez pas à cela... Elles m'ont même remis de la documentation, un dossier de presse sur Jeux de planches. S'il y a de nombreux humoristes que j'ai rencontrés une fois pour les oublier la seconde d'après, ces deux filles-là étaient à part.

Sophie Imbeaux dans Le monde merveilleux du colibri : une claque artistique

Vous pourriez facilement ignorer cette pièce, si vous ne faites pas attention. Or je vous encourage fortement à vous y ruer. Même moi, j'ai failli commettre cette erreur. Je devais la voir un samedi de décembre, mais les fermetures de métro liées aux gilets jaunes en ont décidé autrement. Le destin me jouait un nouveau tour, mais il fallait corriger le tir.

Le 25 janvier, fatiguée, avec l'envie d'aller à l'inauguration du plateau Comédie Paradiso, je coupe pourtant la poire en deux. Je fais d'abord un saut au plateau de Manu Bibard et d'Omar Dbb avant de me rendre à la Comédie des 3 Bornes.

Cette salle, à l'instar de la Petite Loge, m'a fait vivre de beaux moments artistiques. Dès les premiers mots de Sophie, je pense tout de suite à Marion Mezadorian et ses Pépites. J'y retrouve la même générosité, le même enthousiasme et surtout un vrai talent de comédienne sur une si petite scène. La naïveté du personnage de Clémentine me séduit d'emblée. Je m'identifie, je perçois sa folie et je vis un vrai moment de plaisir. Après quelques minutes, tout bascule.

Une symbiose entre mise en scène, jeu, texte, présence, etc.

Sophie Imbeaux ne se contente pas de jouer une pièce. Elle vous happe dans une véritable histoire. On est loin du storytelling touche-pipi qui fascine les stand-uppers. Là, c'est plus du talent d'écrivain à la Joël Dicker. Je n'ai pas lu ce type, mais voici comment une connaissance me l'a décrit :

D'habitude, je comprends tout de suite l'intrigue et je sais ce qui va se passer. Mais lui, il apporte des rebondissements que je n'avais pas vu venir, ce qui ne m'arrive jamais.

Les nombreux personnages n'ont rien à voir les uns les autres. Il faut pouvoir les imaginer, les coucher sur papier et les jouer. Avec tant de disparité, l'exercice devient une prouesse théâtrale. J'ai appris que Sophie enseigne le théâtre (ou a enseigné, c'est dans le dossier de presse que j'ai toujours avec moi plus d'un an après). Ses élèves doivent être ravis.

Autre surprise : la décontraction sur scène. Si je la connaissais mieux avant, je vous aurai dit que c'est normal, puisqu'elle a fait du théâtre d'improvisation. Lors d'un imprévu, elle jongle avec beaucoup de maîtrise avec les mots pour sortir la bonne réplique, avec l'air de ne pas y réfléchir.

La mise en scène de Patrice Soufflard, également, vaut le déplacement. Elle vaut même l'attente assez longue (exceptionnelle, peut-être ?) avant l'ouverture des portes. Les objets et costumes changent avec une fluidité impressionnante pour une représentation en petite salle. On s'attend à ce niveau dans des lieux beaucoup plus vastes, avec tout un staff pour faciliter la vie de l'artiste. Or Sophie tient son seul-en-scène d'une main de maître et tout s'enchaîne merveilleusement bien.

Une expérience de théâtre qui vous conquiert

Côté émotions, la palette est très étendue. L'univers passe du rire à l'émotion, voire au drame à certains moments. Ce n'est jamais dur à vivre, il règne comme une légèreté.

Lorsque je juge une prestation, la sincérité des comédiens et leur côté humain est une priorité. Je considère chaque heure de stand-up ou de théâtre avec ce filtre. Mon instinct me fait aimer ou ignorer un artiste en très peu de temps. Pour Sophie Imbeaux, le test est plus que positif. Pourtant, nous sommes quasiment des inconnues l'une pour l'autre... mais c'est comme si je la connaissais depuis toujours.

Cette générosité artistique me fait penser à d'autres comédiennes et humoristes passés par la Comédie des 3 Bornes. Je vous parlais de Marion Mezadorian, mais il y a aussi Salomé Partouche ou Antek. Le point commun de ces personnes ? Leur enthousiasme, leur positivité et, dans le cas de Salomé et de Sophie, la tendresse qu'elles expriment quand elles racontent la folie moderne. Alexandra Pizzagali a de la concurrence, et c'est tant mieux !

Depuis plusieurs années, une micro-guerre oppose le seul-en-scène au stand-up. Si vous écoutez des gens comme Shirley Souagnon, le théâtre, c'est un truc avec des perruques où l'on se prostitue pour la télé. Si l'on veut que le stand-up et le théâtre moderne prospèrent, il faut savoir séparer le bon grain de l'ivraie dans les deux genres. Car oui, ce sont des genres qui cohabiteront parfaitement bien lors des prochaines années. On fera les comptes, mais je vous parie que les spectateurs aimeront les deux - pourvu qu'ils soient bien exécutés. Une chose est sûre, Sophie Imbeaux sera encore dans le paysage. J'ai hâte de la voir effacer les pièces de théâtre avec Gad Elmaleh et Philippe Lellouche sur les affiches de Paris.

[post_title] => Sophie Imbeaux, magistrale dans Le monde merveilleux du colibri [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sophie-imbeaux-monde-merveilleux-colibri [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:57:04 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:57:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5619 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 5419 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-12-08 11:23:14 [post_date_gmt] => 2018-12-08 10:23:14 [post_content] =>

David Saada, comédien et humoriste, joue un spectacle atypique à la Comédie des 3 Bornes. Le spot du rire a pu assister à la performance de l’artiste et vous livre ses impressions !


La première fois que j’ai vu David Saada, c’était en première partie d’un jeune humoriste, Aymeric Carrez. Ça se passait au Théâtre de Ménilmontant, un lieu tristement connu pour commencer ses spectacles avec plus de trente minutes de retard. Autant vous dire que les conditions n’étaient pas réunies pour apprécier le moment.

Pourtant, j’en garde un bon souvenir. Forcément, un humoriste et prof d’EPS est naturellement plein d’énergie. Également, il amenait beaucoup de fraîcheur dans ses textes et sa présence sur scène. Test concluant, donc !

Quand Certe Mathurin interviewait David pour Ménilmontant

David Saada : rendez-vous à la Comédie des 3 Bornes

C’est dans un théâtre beaucoup plus familier que je le retrouve plus d’un an plus tard. Ce lieu, je l’aime bien. J’y ai rencontré Marion Mezadorian, j’ai vu le talent brut de Salomé Partouche s’exprimer pleinement… et la semaine précédente, je retrouvais Antek dans une prestation intimiste (PSG-Liverpool oblige) très appréciable. Cette fois-ci, les voyants étaient au vert.

Le spectacle de David, Une vie qui s’envole, a reçu plusieurs nominations aux P'tits Molières, fièrement arborées sur son flyer. Un seul-en-scène avec une écriture primée, voilà qui place la barre haut !

Une vie qui s’envole : une comédie dramatique exigeante

Autant vous le dire tout de suite : le quatrième mur est là. Dès le début, la mise en scène m’interpelle. Elle est très soignée. Il n’y a pas de flottement : tout est maitrisé de A à Z. Quelques éclats de rire fusent, puis se font de plus en plus rares. L'ambiance se transforme car la pièce est dramatique.

David Saada raconte sa vie à rebours. Il évoque des événements dramatiques de son existence, mais le fait avec une pudeur inhabituelle. François Rollin disait que le grand plaisir du spectateur est de parcourir le chemin lui-même, au lieu de recevoir les punchlines tout cru. De fait, j’étais un peu dépaysée, je me demandais si j’avais bien tout saisi.

David Saada, amoureux transi

C’est Louis Dubourg qui va être content : ce spectacle parle beaucoup d’amour. En prime, on ne désigne pas le sexe de quiconque. La difficulté à séduire, à conserver celle qu’on aime… Rien de nouveau, me direz-vous. Or, encore une fois, l’exécution est différente.

David Saada met beaucoup de poésie dans son œuvre, qu’il termine avec le mime de lui bébé qui arrive dans le monde des vivants. Oui, cela évoque Solange te parle, mais ça n’a rien à voir.

Verdict

Je m’attendais à quelque chose de plus drôle et moins dramatique. Si vous voulez un fou rire, vous ne l’obtiendrez pas. À l’inverse, vous serez gâtés en matière d’originalité. Ce spectacle est à voir, même si j'imaginais quelque chose d'autre. Encore une fois, cet avis est assez personnel : David Saada a reçu une standing ovation à l'issue de sa prestation. Si Télérama n’a pas encore critiqué ce spectacle, ils lui attribueront au moins deux T.

[post_title] => David Saada - Une vie qui s’envole : critique spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => david-saada-vie-envole-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2018-12-08 11:23:23 [post_modified_gmt] => 2018-12-08 10:23:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5419 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 3316 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-13 11:57:34 [post_date_gmt] => 2018-01-13 10:57:34 [post_content] => Avec un nombre de spectacles colossal, Paris vous fait louper les bons artistes. Assister au spectacle de Murphy Ongagna m'a rappelé le plaisir de découvrir. Tentez l'expérience les mercredis à 21h30 à la Comédie des 3 bornes !

Murphy Ongagna dans Delirium : j'ai failli passer à côté

J'ai vu jouer Murphy Ongagna au Beach Comedy Club, mais je n'ai pas émis de jugement particulier. J'ai trouvé certaines choses intéressantes, comme l'analogie avec les interviews post-match. D'ailleurs, j'ai eu tendance à sacrément délaisser le Beach Comedy Club au profit du One More Joke. La première fois que j'ai eu envie d'y aller, je m'étais fait vacciner le jour-même et il y avait une tempête. Aujourd'hui, je regrette d'avoir bravé la peur d'être fiévreuse ou de m'envoler. Bien plus tard, j'ai discuté avec une amatrice de stand-up qui produit des contenus sur le sujet. Elle m'a dit qu'elle fonctionnait au coup de cœur pour sélectionner les personnes qu'elle allait mettre en avant. Mais j'ai trouvé qu'ils venaient du même noyau dur, de la même bande. J'ai peut-être eu un jugement dur, sur le coup, mais je me rends compte que ça peut m'arriver aussi. Alors autant réparer cela : Murphy m'a invité à son spectacle, j'ai décidé d'aller à sa première.

Une première convaicante

Sur le flyer, il est écrit que c'est un stand-up entre Trevor Noah et Eric Judor. Même si cela prend la forme d'une critique spectateur, je me suis dit que cette comparaison était dure à honorer. Eric Judor, c'est un peu toute ma vie. Or, en regardant Murphy sur scène, cela m'a rappelé Les mots et le premier spectacle en DVD au Palais des Glaces. Juste visuellement. Du choix de la tenue, aux expressions du visage, et parce que Murphy est chauve, aussi. Initialement, je me disais que je pourrais trouver ce spectacle moyen. Je n'avais pas trop d'attentes, puis le rideau s'est ouvert et tout a changé. La première que j'ai vue s'est passée avec un groupe d'une dizaine de personnes survoltées. De l'autre côté de la salle, les acolytes de scène de Murphy Ongagna étaient au rendez-vous. Ils avaient peur que tout cela se retourne contre lui. Bien au contraire : Murphy a tiré profit de ces perturbateurs de silence et nous a offert un moment de plaisir scénique indéniable. Ses interventions avec les fous furieux dans la salle ont toujours touché dans le mille, et il a su l'inclure en un fil rouge supplémentaire à son texte initial. Il faut qu'on parle de ce texte. Il était subtil, drôle et suffisamment décalé pour déclencher du rire inattendu. La mise en scène de Solène Rossignol, également humoriste au Beach Comedy Club et avec qui il partage sa vie, était sans fausse note. Je vous dis ça, je ne connais pas grand-chose en mise en scène. Je sens juste que quand elle est bien exécutée, on ne s'en rend pas compte et on se concentre sur les propos de l'artiste.

Moralité : continuez de découvrir sans cesse, laissez-vous surprendre !

C'est un peu par hasard que j'ai accepté l'invitation de Murphy. J'ai même pris ma place sur BilletRéduc, histoire de ne pas me sentir obligée d'écrire un papier dessus. Or, je prends le temps de le faire car on oublie trop vite de se laisser tenter par un spectacle. Même au hasard, réserver un billet peut vous faire passer l'une de vos plus belles soirées. Et comme cela m'est arrivé par le passé, ça fait vraiment du bien de retrouver cette sensation. Même avec un œil plus habitué aux spectacles ! Un ténor ou une découverte en dernière page de BilletRéduc peuvent, de manière égale, avoir la clé de vos rires et vous faire oublier le quotidien. Pensez-y.

Crédits photo

© Murphy Ongagna / Beach Comedy Club [post_title] => Delirium : le spectacle de Murphy Ongagna va vous surprendre ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => murphy-ongagna-delirium-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:33:42 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:33:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3316 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 9 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 8252 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-19 10:50:20 [post_date_gmt] => 2020-01-19 09:50:20 [post_content] =>

De La Fontaine à Booba, c’est une pièce moderne qui vient rapprocher deux mondes pas si éloignés que cela : le rap et la poésie. Ludique et ultra-drôle, avec son titre prometteur, la pièce était à la hauteur de mes attentes. Ce spectacle a lieu tous les samedis à la Comédie des 3 Bornes jusqu’au 11 avril.

De La Fontaine à Booba : deux comédiens inspirés

Cela faisait longtemps que j’avais envie de voir De La Fontaine à Booba. Je trouvais le concept marrant. J’imaginais une heure où l’on rirait bien de l’affrontement de deux mondes. Chaque comédien aurait défendu son parti pris : le classique vs. le moderne, tournant en ridicule les défauts de l’autre.

Il s’est produit à peu près cela. Malgré tout, découvrir l’animateur du podcast Commentaires Connards avec son déguisement (et cette perruque !…) était une surprise. Au vu de l’affiche, j’aurais dû m’en douter, mais je ne m’y attendais pas, que voulez-vous. Ça a ajouté un rire de plus au moment, puisque Michaël Delacour a une bouille qui prête à l’autodérision. C’est sa force, et cette manière de ne pas se prendre au sérieux renforce les rires.

Face à lui, il y a l’ambassadeur du rap, Guillaume Loublier. Il joue son rôle avec beaucoup de lyrisme et attire la sympathie du public comme un héros de film. Vulgarisateur hors pair, il offre au public une plaidoirie amusante et convaincante.

Le régisseur est dans la pièce !

Au bout de quelques minutes, une voix émerge du fond de la salle : le régisseur rappelle les comédiens à l’ordre. Sortis du texte, ils sont sommés de reprendre leur tour d’horizon des fables de La Fontaine.

On passe donc des fables à d’autres chefs d’œuvres littéraires, en faisant escale sur des moments plus ou moins glorieux du rap. Et le rap, c’est probablement le genre de musique le plus clivant qui soit. De l’extérieur, on passe très facilement à côté. Heureusement, dans cette pièce, on arrive bien à suivre.

De La Fontaine à Booba : une ode à la création artistique

C’est finalement une ode à la création artistique sous toutes ses formes. Petite, j’ai parfois eu à « monter à Paris » pour assister à du théâtre insipide et probablement trop élitiste pour mes yeux d’élève. Si j’avais pu voir cette pièce, j’aurais compris ce à quoi j’ai eu accès des années plus tard. Pour moi, c’est ça, la vraie culture.

Ainsi, pour comprendre les codes du théâtre, commencez par cette pièce. C’est ludique, vraiment fun et cela confronte deux points de vue qui divisent. Respecter le texte à la lettre ou l’adapter au monde moderne ? Mélanger les deux aspects ? Pour le savoir, allez à la Comédie des 3 Bornes ou attendez Avignon, car ils y seront. Bravo également à l’auteur de cette pièce, Valentin Martinie.

Verdict

De La Fontaine à Booba, c’est une pièce sans prétention et qui touche vraiment le public. Peut-être encore perfectible, elle offre quoi qu’il advienne un très bon moment. Ne venez pas pour souligner les imperfections, profitez. Ces jeunes comédiens ont en effet envie de créer, de défendre leur pièce avec beaucoup d’enthousiasme ! Moi, je ne demande rien de plus…

[post_title] => De La Fontaine à Booba : critique spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => la-fontaine-booba-spectacle-comedie-3-bornes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-19 10:50:29 [post_modified_gmt] => 2020-01-19 09:50:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8252 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 9 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 82664694e2879313f8139d202b5748e5 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Comédie des 3 bornes

De La Fontaine à Booba : affiche du spectacle à la Comédie des 3 Bornes

De La Fontaine à Booba : critique spectacle

Lucie Carbone prépare son spectacle Badaboum au Jardin Sauvage

Lucie Carbone, joueuse dans Badaboum

Harold Barbé en spectacle : Sous pression

Harold Barbé dans Sous pression : très, très bon !

Tahnee à la Comédie des 3 Bornes : un spectacle à voir à la rentrée 2019

1 jour, 1 reco : Tahnee à la Comédie des 3 Bornes

Léopold dans La classe… moyenne : affiche

Léopold dans La classe… moyenne : un spectacle survolté

En plateau d'humour, Jérémy Ippet accumule les succès

Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains

Sophie Imbeaux dans Le monde merveilleux du colibri

Sophie Imbeaux, magistrale dans Le monde merveilleux du colibri

David Saada dans Une vie qui s'envole : notre critique du spectacle

David Saada - Une vie qui s’envole : critique spectacle

Murphy Ongagna au Beach Comedy Club

Delirium : le spectacle de Murphy Ongagna va vous surprendre !