Publications liées au mot-clé : Alexis le Rossignol

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => alexis-le-rossignol
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 620
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => alexis-le-rossignol
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 620
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => alexis-le-rossignol
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 620
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => alexis-le-rossignol
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 620
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 620
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 620
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => alexis-le-rossignol
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 620
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (620) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (620) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (620)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010104
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-01-14 17:45:31
                    [post_date_gmt] => 2021-01-14 16:45:31
                    [post_content] => 

Les voies parallèles est le premier roman d’Alexis Le Rossignol. L’humoriste et chroniqueur chez France Inter s’est laissé convaincre pour se lancer dans l’écriture, et bien lui en a pris ! En janvier 2021, Plon lui offre une place au sein de sa rentrée littéraire. Que vaut ce premier roman ?

Les voies parallèles, un roman oscillant entre drames et légèretés

Tout d’abord, on découvre un récit simple, plein de retenue, qui décrit au plus près le destin d’un adolescent aux rêves de grandeur (pas si grands que ça). L’une des forces des Voies parallèles est de relater les événements sans trop de commentaire de l’auteur. Ne cherchez pas l’hilarité, vous aurez à la place la justesse et une douce mélancolie.

Le personnage central du récit, parlons-en. Antonin est un antihéros plus ordinaire que pathétique, qui trimballe son envie de vivre à bout de bras, ceux qui dirigent sa mobylette. Premiers émois à l’écart des groupes les plus populaires, quête de liberté entravée par les contraintes familiales… Il est facile de s’identifier à lui.

Retour dans les années 2000

Ce roman est aussi un voyage temporel dans la décennie 2000, dont la vacuité musicale fait écho à l’insignifiance du quotidien des personnages. En fil rouge de ce récit, on retrouve donc ces drames de l’ordinaire… mais aussi la légèreté de la jeunesse et des destins qui semblent gravés dans le marbre. Sans oublier une véritable course-poursuite pour se conformer à un idéal de masculinité. Je me suis fait la réflexion, à la lecture, que grandir en tant que mec n’était pas un long fleuve tranquille.

Il est aussi question d’une frontière pas si lointaine entre deux classes sociales. Cette frontière tient finalement plus à l’absence d’authenticité dans les relations qu’à une véritable scission, une impossibilité d’interagir. D’où vient-elle ? Le livre ouvre cette réflexion. Par ailleurs, les destins des personnages sont-ils si déliés que cela ? Le lecteur pourra ainsi imaginer les scénarios qui auraient pu se dérouler si chacun avait osé ici ou là.

Un roman plus profond qu’il n’y paraît, miroir d’une jeunesse universelle

Sans prétention, cette histoire est donc plus profonde qu’il n’y paraît. Alexis Le Rossignol parvient à ne pas tomber dans le pathos dans ce roman social. Qu’un chroniqueur de France Inter choisisse ce genre n’a rien d’étonnant ; malgré tout, la lecture vaut la peine qu’on s’y attarde. 

En lisant cette histoire, j’ai repensé à l’errance d’un Holden Caulfield. À d’autres moments, c’est plus proche d’une histoire d’ados plus ou moins aisés à la 15/A (si vous avez la référence, cœur sur vous). J’ai donc surtout repensé à des histoires qui m’ont marquée tout au long de mon parcours de vie. Cela risque de vous arriver aussi…

Les voies parallèles reste un premier roman, bien sûr. Mais vous avez là un vrai roman, d’une personne qui n’a pas volé sa place dans le monde des rentrées littéraires… Une chose semble certaine : la plume d’Alexis s’affûtera avec le temps pour proposer d’autres histoires, d’autres univers… et gagner en originalité. Il l’a fait en humour depuis son prix SACD en 2017, il pourra le faire en littérature si ça le chante !

Crédits photo

  • Photo de couverture : © Simon Lefebvre
  • Illustration : © Fabrice Holbé
[post_title] => Les voies parallèles : on a lu le roman d’Alexis Le Rossignol [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => voies-paralleles-alexis-le-rossignol [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-14 17:48:43 [post_modified_gmt] => 2021-01-14 16:48:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010104 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1008905 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-25 18:05:00 [post_date_gmt] => 2020-09-25 16:05:00 [post_content] =>

Comme chaque année, le line-up de la soirée Étoiles Espoir humour du Parisien rassemble une sélection de la nouvelle génération humour. Qui sont les heureux élus pour cette édition 2020 à l’Européen ? Portraits.

En raison du deuxième confinement, cette soirée est annulée. Elle a tout de même eu lieu à la date prévue et sera diffusée le 4 janvier sur Comédie+ et MyCanal.

Étoiles Espoir humour du Parisien : le line-up en détail

En un coup d’œil, on découvre un line-up soigné pour les Étoiles Espoir humour à l’Européen. Homogène, cette programmation réunit plusieurs familles de la nouvelle génération humour. Qui succèdera à la promotion 2019, déjà de grande qualité ?

Fanny Ruwet

L’ascension fulgurante de Fanny Ruwet la place dans une posture particulière. Elle effectuait déjà ses débuts sous les feux des projecteurs. Grandir vite ne semble pas lui faire peur, et cette nomination en est d’autant plus légitime.

À Paris, en Belgique ou ailleurs, Fanny Ruwet prouve que l’humour francophone fonctionne sur tous les terrains. Dans son spectacle Bon anniversaire Jean, la jeune belge propose un univers autour du malaise en société, l’envie de socialiser et autres réjouissances.

Alexis Le Rossignol

Révélé par le Festival d’Humour de Paris, Alexis le Rossignol côtoie aussi Fanny Ruwet sur le plateau de France Inter. Son écriture ciselée et son vécu riche d’anecdotes ravissent le public depuis plusieurs années.

Au Point Virgule comme sur les ondes, celui qui narre le monde du travail comme personne a trouvé son public. Plus qu’un espoir, il confirme en 2020 son talent déjà avéré.

Jérémy Demay

Jérémy Demay est, en quelque sorte, le résident du Parisien. Déjà présent au festival Paris Paradis, ce parisien d’origine parti conquérir le Québec profite ainsi d’un beau coup de projecteur dans sa ville natale.

Charismatique sur scène, il devra ainsi ravir le public face à des têtes plus familières pour le public amateur de découvertes humour.

Marion Mezadorian

Valeur sûre de l’humour, Marion Mezadorian a émergé parmi les nouveaux artistes grâce à son spectacle Pépites. Comme Alexandra Pizzagali l’an passé, la comédienne a construit son spectacle comme une marathonienne.

Écriture d’une traite, construction dans plusieurs salles… Marion ne lâche rien et continue son bonhomme de chemin au Point Virgule. Ce statut fait d’elle une prétendante solide pour marquer l’histoire de l’humour.

Rosa Bursztein

Comme Marion Mezadorian, Rosa Bursztein a conquis l’une des attachées de presse les plus en vue en humour, Léo Domboy. Cette comédienne devenue humoriste de stand-up a trouvé sa place dans la kyrielle de talents disponibles sur le marché du rire.

Récemment, elle a exporté son spectacle (solidement rodé à la Petite Loge) au Point Virgule. Fidèle, elle continue de travailler sous l’œil bienveillant et exigeant de sa metteuse en scène, Adrienne Ollé. Si elle continue sur cette lancée, elle deviendra une véritable révélation humoristique.

Alexandre Kominek

Depuis le temps qu’on veut le voir émerger, Alexandre Kominek décroche une belle chance de se montrer à Paris. Celui qui se décrivait comme un « bâtard sensible » est bien subtil qu’il n’y paraît.

Faussement provocateur, l’humoriste genevois est, à l’instar d’un Clément K, un sous-coté bourré de talent. Pariez sur lui, c’est le cheval comique le plus racé que vous pouvez observer !

Edgar-Yves

Une carrière est loin d’être linéaire. Edgar-Yves est l’humoriste pour qui cet adage se vérifie le plus. Il s’accroche des années durant, mais malgré sa maîtrise, les observateurs ne croient pas tout de suite en lui.

Si ses démonstrations de force sont indéniables, il est contraint de reprendre à la base : les auditions du Point Virgule. Et là, les planètes s’alignent enfin. Il est à la fois découverte et vieux briscard. Une double casquette qui en imposera certainement sur la scène de l’Européen.

Morgane Cadignan

Forte d’une ascension rapide mais maîtrisée, Morgane Cadignan est la révélation de la rentrée médiatique sur France Inter. La comédienne et humoriste s’est rapidement fait un nom dans le microcosme des artistes à suivre.

Le Laugh Steady Crew, la Petite Loge puis la Comédie des Boulevards (maintenant le Métropole), lui accordent sa confiance. Elle attire l’œil d’un Gérard Sibelle, celui que l’on connaît pour sa découverte des plus grands, Florence Foresti en tête. Passée par Avignon, elle est désormais incontournable sur scène comme en chronique radio ou télé.

Nordine Ganso

On aurait presque oublié que Nordine Ganso fait partie des lauréats du Campus Comedy Tour. À l’instar d’un Paul Mirabel, le jeune humoriste bordelais s’est construit sur les plateaux, sautant de Ouigo en bus et autres moyens de transport inconfortables.

Les débuts sont difficiles, longs mais Nordine Ganso s’accroche. Il se construit une petite notoriété mais semble alors stagner. Plus récemment, il trouve l’antidote via une programmation à la Petite Loge. C’est sûrement sa première rampe de lancement. Espérons qu’il capitalise sur cette nouvelle opportunité pour asseoir son statut de comique émergent !

Line-up Étoiles Espoir humour du Parisien : où et quand voir les artistes de 2020 ?

Cette année, vous deviez avoir deux fois plus de chances de découvrir ces humoristes sous l’œil bienveillant d’Alex Vizorek et de Djimo, têtes d’affiche de la soirée.

Mais le couvre-feu a bousculé le programme, comme vous pouvez vous en douter. À l’heure actuelle, il reste donc une représentation avancée à 18h45. Rendez-vous le mardi 17 novembre à l’Européen lors de cette séance, si tout va bien. Si vous ne pouvez pas être présent, la soirée passera peu après sur Comédie+ et probablement en 2021 sur CSTAR. Cela fait pas mal de probabilités, mais croisons les doigts pour le maintien de cette soirée !

[post_title] => Line-up Étoiles Espoir humour : la sélection du Parisien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => line-up-etoiles-espoir-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-25 13:35:42 [post_modified_gmt] => 2020-11-25 12:35:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008905 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 9379 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-17 19:13:43 [post_date_gmt] => 2020-03-17 18:13:43 [post_content] =>

Ces derniers mois, nous avons assisté aux spectacles de Josquin Chapatte et Jack Line. Ces deux humoristes atypiques ne nous ont pas permis d’écrire de critiques à proprement parler. Pourquoi certains spectacles ne se racontent-ils pas encore ? Et l’exercice de la critique est-il le bon pour parler de ces artistes ?

Jack Line et Josquin Chapatte : ne les mettez pas dans des cases !

Jack Line est un humoriste surréaliste, qui veut nettement se distinguer du reste du monde. Tout est particulier dans son humour, même si vous retrouvez des éléments auxquels vous raccrocher. Ce qu’on appelle un OVNI de l’humour utilise les mêmes procédés comiques, mais il le fait autrement.

Jack Line : des ressorts comiques reconnaissables, mais transformés pour une originalité inégalée

Commencer un spectacle par une lecture de la biographie de Mike Tyson, hacker les blagues de Toto et proposer une ambiance poétique… Tous ces ressorts participent à créer quelque chose de différent. Mais la qualité suit-elle ?

Lorsque la proposition artistique est audacieuse, elle est plus difficilement accessible. Elle ne se consomme pas comme un hamburger dans votre fast-food de quartier. Elle est nébuleuse, insaisissable… Parfois, certains trouveront cela aussi inutile que l’art contemporain, tandis que d’autres s’extasieront devant tant d’audace.

Josquin Chapatte : quelques fulgurances, un pas de côté dans l’humour qui déroute parfois

Josquin Chapatte avait un spectacle qui s’appelait Femme qui rit il y a encore quelques mois. Cela, couplé à une affiche peu engageante, donnait envie de tourner les talons.

Mais Josquin a changé de fusil d’épaule. Il a mis en avant son côté « professeur » et dégainé un titre qui n’avait rien à voir. Il est donc passé d’un titre à sonorités beauf à « Les enseignements aléatoires et incongrus du professeur Mass ». Ce n’est plus un virage à 180°, ce sont toutes les figures du jeu Coolboarders 3 combinées ! Oui, en cette période de confinement, les références vont être obscures…

Revenons à notre sujet. Alexis le Rossignol contribue à la mise en scène, et ça se ressent un peu dans la performance. Dans ce spectacle, il y a de tout : des chorégraphies, des jeux de mots audacieux sur des airs de samba et un rapport de séduction perturbant avec le public. C’est bizarre, parfois brillant, parfois plus compliqué à suivre… En somme, le spectateur vit une expérience très peu commune.

La critique traditionnelle meurt sous ces performances artistiques

Comment juger ? Aucune idée. Recommanderais-je ces spectacles à un ami ? Pas n’importe lequel, sans doute. Encore que… Je reste indécise. Rien à voir en apparence, dans quelques jours, vous pourrez écouter l’épisode du podcast Sur un plateau consacré aux blogs sur l’humour. Tristan Lucas a eu la gentillesse de nous y convier avec un expert ès critique humoristique, Criticomique.

Avant de vous en parler en détail dans un prochain article, sachez que pour moi, critiquer Jack Line et Josquin Chapatte n’est pas évident.

Il n’y a parfois pas de mot assez juste pour rendre compte de telles expériences. Est-ce bon ou mauvais ? Personne ne peut l’affirmer avec certitude, et cela me pose problème. Comment trancher ? Distinguer le chef d’œuvre d’un raté ? Je caricature, mais là, je trouve que vous êtes les mieux placés pour décider.

La meilleure manière de vivre ces spectacles, c’est de prendre la responsabilité d’aller les voir. Établir un contrat de confiance entre vous et l’artiste qui vous livre le pitch de son spectacle. Laissez-vous tenter, venez sans arrière-pensée et vous serez surpris d’adorer ! L’histoire dira si vous aimerez l’ensemble ou quelques perles disséminées ici et là…

Soyez courageux, audacieux dans vos choix : ils vous le rendront, et vous donnerez un signal fort à l’industrie. Oui, on peut être clivant et iconoclaste en humour, il y a un public pour cela. Vous serez à la hauteur de l’enjeu, et ces artistes atypiques s’élèveront avec votre curiosité. Merci de les soutenir, et rendez-leur rapidement visite après le confinement !

[post_title] => Jack Line et Josquin Chapatte : ça ne se raconte pas (encore) [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => josquin-chapatte-jack-line-critique-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-20 12:53:17 [post_modified_gmt] => 2020-03-20 11:53:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9379 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 8732 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-11 09:02:04 [post_date_gmt] => 2020-02-11 08:02:04 [post_content] =>

Chaque année, la Saint-Valentin est l’occasion pour les théâtres d’attirer un peu plus le public. Et aussi de rapprocher des gens qui assistent à un spectacle, probablement. Vous avez envie de faire rire votre moitié, mais vous voulez sélectionner une expérience unique et personnalisée ? Ne cherchez plus !

Un spectacle pour la Saint-Valentin : dans cette forêt de descriptions, trouvez votre match scénique

Rire le 14 février n’est pas réservé aux couples. Le mode d’emploi est simple : parcourez cet article, identifiez votre profil et réservez !

Pour célébrer « le vrai amour »

La Saint-Valentin pour vous, c’est une fête et non pas un artifice commercial. Vous aves des idéaux, et vous voulez trouver une artiste qui sait les mettre en valeur ?

Le spectacle Saint-Valentin pour vous, c’est Pépites de Marion Mezadorian. Guettez le passage sur sa grand-mère, et prenez des mouchoirs si vous avez les larmes aussi faciles que le rire.

Pour regarder un archétype de mec moderne version décontracté-sympa-beau gosse-anciennement du terroir

Oui, ça fait beaucoup de catégories. Quoi de plus normal, cela dit… Vous mettriez des êtres humains dans une seule case, vous ?

Lorsque sa carrière était encore à ses débuts, j’ai testé le spectacle de Maxime Gasteuil avec un pote que j’ai voulu séduire. La soirée était très bonne, j’ai profité de la vanne sur la table basse pour lui faire comprendre deux-trois trucs… Si elle est toujours dans le spectacle, vous comprendrez.

Sinon, Maxime Gasteuil a beaucoup plus d’expérience aujourd’hui et il vous fera probablement beaucoup rire, seul(e) ou à plusieurs.

Pour lui rappeler que le love n’est pas un long fleuve tranquille, mais que vous gérerez ça

Un spectacle qui s’appelle Amour pour la Saint-Valentin, est-ce trop ? Au moins, vous savez où vous mettez les pieds.

Bérengère Krief propose un spectacle où elle livre sa vision de l’amour. On sent qu’elle est allée au bout de son envie artistique. Et apparemment, ça parle téléfilms de Noël et écart entre idéal et réalité. Oui, je n’ai pas vu ce spectacle, mais j’ai des informateurs qui m’ont raconté tout ça.

Ne vous prenez pas trop la tête, amusez-vous et riez. Si ça fait briller vos yeux, ce sera du bonus.

Pour ceux en instance de pécho #nopressure

Pour cette recommandation, je vais fouiller dans mes archives personnelles. Il y a deux ans, j’avais deux invitations pour le spectacle de Djimo au Point Virgule le 14 février. Je ne voulais pas perdre la face auprès de cet humoriste, alors je n’ai pas osé lui dire que je viendrais sans doute accompagnée.

Ensuite, j’ai trouvé ça pratique d’inviter un +1 qui était peut-être un date, peut-être une connaissance. Dans sa tête, c’était un autre délire et il a converti l’essai au date suivant. Il peut dire merci à Djimo.

Djimo jouant au Splendid le 14 février, vous pouvez vous rabattre sur un artiste qui joue au Point Virgule ce même jour. Alexis le Rossignol, dans un style également nonchalant, ne brusquera pas votre futur crush/moitié/peu importe.

Pour se détendre et se marrer le temps d’un spectacle le jour de la Saint-Valentin #coïncidence

Seul(e) ou accompagné(e), je vous orienterai vers trois spectacles ou plateaux d’humour pour profiter du moment. Le rire ne sera pas parasité par un lyrisme ambiant dans les plans suivants :

Morgane Cadignan à la Comédie des Boulevards. Le cachet du lieu vous donnera l’impression d’une belle soirée, et Morgane est drôle. Double bon plan.

Micro Rigolo Comedy Club au Kibélé. Il n’y aura que des comiques mecs, mais il y en a un qui a la dalle et qui le dit sur scène. Un autre a tapé dans l’œil d’anciennes collègues qui ne juraient que par ses yeux. Le troisième est très jeune mais déjà hilarant. Sans oublier le MC un peu déjanté, Nadim, qui ajoutera une touche de folie à la soirée.

Comedy Pop au Jardin Sauvage. Gabriel Francès a le flow du stand-upper percutant, et si Romuald Maufras ramène sa guitare, ça créera une ambiance sympa. D’autres humoristes complèteront ce nouveau plateau bien sympa.

Pour ceux qui ont des enfants et qui ont peur qu’ils leur manquent

Aimer jouer à chat avec sa descendance, ça peut arriver à n’importe quel daron à la street crédibilité avérée. Pierre DuDza le prouvera dans Post-it, un spectacle que vous n’oublierez pas de sitôt.

Si vous préférez les têtes d’affiche, je ne vous juge pas. Vous êtes parents, vous sortez peu et vous avez envie de rentabiliser… Même si on a testé et approuvé Pierre DuDza, vous auriez pu vous rabattre sur Olivier de Benoist et son spectacle Le petit dernier. Là, c’est l’objet même du spectacle plus qu’une section… Cela dit, c’est déjà complet.

Vous avez aussi l’option Norman au Casino de Paris. On avait vu son premier spectacle, avec Noman Hosni en première partie (il était déjà partout). Maintenant, ça devrait être encore mieux.

Pour (vraiment) prendre le contrepied de l’ambiance générale

Les confessions d’un ex-taulard feront l’affaire à coup sûr ! David Desclos se livre dans Écroué de rire. C’est le genre de spectacle original qui se joue d’année en année, car personne ne pourra lui piquer ses anecdotes.

Vous êtes en quête d’originalité ? Vous avez envie de troller la Saint-Valentin ? C’est probablement le meilleur spectacle pour ça.

Votre spectacle idéal pour la Saint-Valentin : un avis sur la question ?

Je n’ai sans doute pas couvert toutes les possibilités, mais vous devez être mieux équipé pour aborder cette soirée. Que vous souhaitiez rire, oublier la solitude ou faire rire bobonne, il y aura sans doute une solution dans cette article. Sinon, proposez vos suggestions en commentaire, battez-vous pour votre conception du couple « amour-rire ».

[post_title] => Saint-Valentin : quel sera votre spectacle idéal ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacle-saint-valentin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-11 13:00:40 [post_modified_gmt] => 2020-08-11 11:00:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8732 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6408 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-07-12 15:20:52 [post_date_gmt] => 2019-07-12 13:20:52 [post_content] =>

En juillet, le festival d’Avignon 2019 accueille plus de 1 500 spectacles dans le OFF. Face à cette immensité, il y a forcément une prise de risque. Pour l’édition en cours, voici une sélection en fonction de vos objectifs !

Festival d’Avignon 2019 OFF : qui allez-vous découvrir ?

L’humour, c’est subjectif. La meilleure façon de passer un bon moment, c’est de savoir ce que vous voulez. Ensuite, demandez-vous jusqu’où vous pouvez sortir de votre zone de confort.

Là, vous êtes prêt ! Faites votre choix parmi les horaires et les lieux présentés. Parfois, il peut arriver que l’horaire change ou qu’il y ait une relâche. Vérifiez sur le lien que nous vous fournissons pour chaque spectacle (et guettez le mot-clé « Climatisation » !).

Je veux voir l’avenir de la comédie au festival d’Avignon 2019

Alexis le Rossignol - Théâtre le Paris - 5-14 juillet, 19h30

Alexis le Rossignol est un humoriste assez atypique. Une fois rentré dans son univers, vous ne pourrez plus vous en passer ! Prix SACD du Festival d’Humour de Paris 2017, il officie également sur France Inter.

Alors, Alexis, c’est quoi ? Un certain sens du malaise, des anecdotes bien senties et une personne aussi attachante que fascinante. Foncez : la dernière, c’est le 14 juillet !

Marion Mezadorian - Théâtre le Paris - 5-27 juillet, 13h30

Marion Mezadorian joue son spectacle Pépites depuis plusieurs années. Aujourd’hui, son talent émerge sur scène et bientôt au cinéma. Si vous nous lisez souvent, vous savez que nous la sur-validons depuis longtemps ! Son spectacle est poétique, fidèle à sa personnalité ultra-attachante et à sa bienveillance permanente. Le meilleur remède à la morosité, c’est Marion Mezadorian ! Prenez votre place et vivez cette expérience feel good !

Morgane Cadignan - Le Clash Théâtre - 5-28 juillet, 18h

Morgane Cadignan, c’est assez émouvant de la voir au festival cette année. À son arrivée, on a vu venir son talent tout de suite. Depuis ce passage en découverte humour, elle a émerveillé la superbe salle de la Petite loge. Son écriture, également primée au Festival d’Humour de Paris, va égayer votre journée !

Réda Seddiki - Théâtre Barretta - 5-28 juillet, 17h30

Également parmi nos découvertes humour, Réda Seddiki a lui aussi un univers assez poétique. Rêveur intello, il évite certains écueils de la bien-pensance. Dans l’air flotte un peu de légèreté quand Réda Seddiki nous parle de liberté. Ça philosophe calmement, et c’est drôlement agréable ! Tentez l’expérience.

Roman Doduik - Théâtre Carnot - 5-28 juillet, 15h

Roman Doduik joue son nouveau spectacle, ADOrable, depuis quelques temps à Lyon. Cet angle n’est pas surprenant : ses débuts remontent à bien avant le début de votre vie professionnelle. Oui, genre avant le baccalauréat. Vous imaginez ? Si ça vous intrigue, c’est le moment de le découvrir !

J’y vais mais j’ai peur : je l’ai croisé une fois, je veux savoir si c’est bien

Jo Brami - Théâtre le Palace - 5-28 juillet, 18h10

Jo Brami, je l’ai vu en remplaçant de la superbe pièce Ben-Hur. Étonnant, puisque son truc, c’est plus la scène humoristique pure ! Son spectacle a un peu de bouteille, en plus, alors vous pouvez y aller en toute confiance !

Kenny - Théâtre l’autre Carnot - 5-28 juillet, 15h

Kenny, c’est un mec recommandé par Léopold. Vous savez, monsieur Twitch. C’est sur cette base que je vous le recommande. L’ami d’un bon ami, n’est-ce pas là la meilleure recommandation possible ?

Klotilde - Théâtre Carnot - 5-28 juillet, 19h30

Dans Élevée en plein air, Klotilde livre un univers assez singulier. Entre passion des châteaux et performance assumée, elle fait son chemin dans le milieu de l’humour. On a vu son spectacle à la Comédie des 3 Bornes quelques mois avant Avignon. Il était alors en chantier, pour offrir la meilleure expérience possible aux spectateurs sudistes. C’est le moment d’en profiter et de voir le résultat de ce dur labeur !

J’ai envie d’un spectacle survitaminé

Nous vous proposons deux spectacles ultra énergiques, et deux autres plus axés sur l’humour noir ou l’absence du politiquement correct.

Vous aimez les interactions ? Kevin et Tom vont vous ravir. Timothé Poissonet ose tout, et amène même beaucoup d’autodérision depuis quelques mois. L’an dernier, jamais je ne vous l’aurais recommandé. Mais le travail paie — c’est le moment de vous lancer.

Côté humour sans limite, vous avez le choix entre Pierre-Emmanuel alias PE ou Lamine Lezghad. On les a vus en plateau, et on les valide sur leur prestation au format court. À vous d’oser prendre un peu plus de temps pour vous plonger dans leur univers !

Je veux un dépaysement

Le Festival d’Avignon, ce n’est pas le lieu rêvé pour le stand-up. Alors quand vous pouvez découvrir plusieurs visages sur un format de plateau d’humour, il faut le faire ! Ça s’appelle Best OFF, et on vous recommande de regarder qui joue avant de vous y aventurer. En effet, les programmations sont très diversifiées et variées chaque jour.

L’affiche de Photographe en liberté attire l’attention dans la catégorie humour. C’est à la fois de l’humour et une exposition qui incite au voyage.

Vous l’avez adorée comme nous à Paris ? Sophie Imbeaux joue sa pièce Le monde merveilleux du colibri avec la magnifique mise en scène de Patrice Soufflard. Pour vous donner une idée, il travaille aussi avec les célèbres Décaféinés ! C’est assez poétique, très étonnant… Pour vous donner une idée, voici notre critique du spectacle !

Félix Radu joue son spectacle Les mots s’improsent depuis un certain temps. Passé par un nombre incalculable de salles à Paris, ce passionné du bon mot se cherche un peu, mais émerveille généralement son auditoire. Normal pour un jeune et doux rêveur, cela dit !

Olivier Stephan, c’est un choix éditorial orienté. Il a toujours soutenu Le spot du rire avec beaucoup de bienveillance. Objectivement, on n’a aucune idée de ce que ça donne, mais ça attise suffisamment notre curiosité pour vous emmener dans sa salle !

Je veux une valeur sûre, adoubée par la presse ou le public

Max Bird, ou le Jamy de l’humour, sera en Avignon pour parler d’oiseaux, et surtout vous faire rire ! Notre chroniqueur sudiste Fabien avait vu son spectacle, et vous pouvez lire sa critique avant de vous laisser convaincre !

Cécile Djunga, on a envie de la voir. Le pitch de son spectacle est moderne. Très bien vendue par la presse et sa team, elle n’a plus qu’à rayonner sur scène ! Allez vérifier les dires des pros dans sa salle ! ;)

Laura Calu fait partie de nos découvertes humour les plus célèbres. Très populaire sur les réseaux sociaux, elle a un charisme assez bluffant sur scène. Si vous aimez ce genre de personnalité déterminée et passionnée, allez la voir cet été au festival d’Avignon 2019 !

Jérémy Charbonnel, on l’avait interviewé et vu en spectacle. Notre impression, à chaque fois : excellente. Ce troll gentil, et jamais clivant, a un vrai sens de l’humour validé. C’est un professionnel de la scène avec lequel vous passerez un excellent moment !

Karim Duval, vous l’avez sans doute vu passer au Jamel Comedy Club. Cet ami éloigné de l’humour, on a envie de vous le conseiller, car c’est toujours sympa de renouer avec de vieilles connaissances. Vous vous direz : « C’est vrai qu’il était drôle ! ». Ne manquez pas ça au festival d’Avignon 2019 !

Je veux un humoriste clivant au festival d’Avignon 2019

Julien Santini, soit on aime, soit on déteste. Honnêtement, on n’est jamais rentré dans son délire. Mais si vous en parlez aux autres, vous comprendrez juste que son talent ne plaît juste pas à tout le monde. Il apparaît dans la chaîne des 2 tocards et dans de nombreuses publications de Nicolas Fabié. Ces mecs-là ne traîneraient pas avec lui s’il n’était pas drôle. Nous en sommes donc arrivés à la conclusion suivante : si vous regardez une vidéo de cet humoriste, et que vous trouvez ça drôle, vous devez le découvrir. C’est aussi simple que ça !

Vous avez tous entendu parler de la blague de Tex. Comme toutes les personnalités de ce type, il existe un public qui a envie de rire et de ne pas se prendre la tête. Si c’est votre cas, alors profitez-en !

[post_title] => Festival d’Avignon 2019 - Notre sélection de spectacles OFF [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-avignon-2019-selection-off [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-07-12 15:51:02 [post_modified_gmt] => 2019-07-12 13:51:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6408 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6162 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-21 12:08:56 [post_date_gmt] => 2019-04-21 10:08:56 [post_content] =>

Kévin Robin et Maxime Stockner, vous connaissez ? Les deux nantais, qui tiennent la chaîne YouTube 2 tocards font du stand-up, jouent parfois à Paris. En avril, ils sont venus l'un après l'autre... et c'était notre événement du mois d'avril !

2 tocards font du stand-up : les artistes les plus ponctuels du game

Nous sommes le mardi 9 avril et je me rends à La Grange en avance pour le 33 Comedy. Près de deux heures en avance. Je me dis que je vais sûrement m'ennuyer, mais non : Kévin Robin, fraîchement débarqué de Nantes, arrive quelques minutes après.

Le serveur me demande si je joue ce soir, je lui réponds non mais je lui fais signe que le gars à côté de moi, si. Là, j'ignore ce qu'il se passe dans la tête de Kévin, mais je décline mon identité rapidement.

C'est qu'avec le stand-up, tu as l'impression de déjà connaître ces gens. C'est comme s'ils étaient des amis éloignés, pour reprendre la terminologie des Sims. La première fois que je l'ai vu, c'était au Campus Comedy Tour où Paul Mirabel est devenu l'étudiant le plus drôle de France. Il jouait en invité outsider, et ça avait l'air plutôt pas mal.

Rencontrez la nouvelle-nouvelle génération stand-up

Bien entendu, ensuite, le web a pris le relais. On parle de la chaîne des tocards, bien entendu, mais pas seulement. Si je me souviens bien, c'est là où j'ai adoubé Le Meilleur Podcast. Avec Maxime Stockner et la bande du vrai meilleur podcast de France, leurs canulars téléphoniques me rendaient complètement marteau.

Pour la petite histoire, c'est grâce à Fabien Guilbaud que j'ai découvert cette pépite. J'ai ensuite eu du mal à dénicher l'épisode ci-dessus car il y a deux Meilleur Podcast. L'autre est pas si mal, mais trop en vue pour nous faire vraiment kiffer. Il y avait quand même deux épisodes intéressants pour la ligne édito du spot du rire. Ceux avec Rémi Boyes et Panayotis ont su me plaire. Fin de la parenthèse. On reviendra sur ce bijou de baladodiffusion plus tard.

2 tocards font du stand-up : Kévin Robin au 33 Comedy

Revenons à l'essentiel : comment se passe la première conversation avec Kévin Robin ? Eh bien, je ne peux vraiment pas tout dévoiler, mais j'ai montré l'exemple. Les coulisses de stand-up, ce sont des anecdotes drôles sur tout le monde. J'ai décidé de lui montrer que moi aussi, j'avais des dossiers. Naturellement, on n'en parlera pas ici, mais on a bien ri avec Jean-Patrick et Ghislain, qui nous rejoignaient ensuite.

Antek ? Comme souvent, il traîne à la Debjam, la scène des découvertes du Comedy Club. A cause de Mourad Winter qui a posé un lapin aux organisateurs, la soirée se compliquait : ils devaient jouer plus longtemps pour ne pas être en déficit de comiques. Antek a à peine eu le temps de poser ses affaires qu'il débarquait sur scène, les lunettes pleines de buée. Le 33 Comedy sait gérer les situations extrêmes.

Même s'il est passé en premier, Kévin Robin a connu un passage plus que correct. Le public était très exigeant ce soir-là, mais pas prise de tête pour autant. Dans ces conditions idéales pour tester, j'ai trouvé la soirée réussie.

Merci qui pour amener les 2 tocards ? Merci Alexis le Rossignol !

Précisons ici que Kévin Robin, puis Maxime Stockner la semaine suivante, obtenaient des dates prestigieuses plus facilement que d'autres. Samedi, on s'est revu au Comédie Paradiso avant qu'il n'aille jouer à l'Underground Comedy Club. Excusez du peu !

Tout ça, c'est grâce à leur copain Alexis le Rossignol, passé par Nantes également avant d'être révélé par le FUP. Autant vous dire que c'est une très bonne chose : il nous faut ces échanges-là avec la deuxième ville stand-up de France. Je serais passée à côté de belles soirées sans ces deux compères.

2 tocards font du stand-up : Maxime Stockner enchaîne

Tandis que Kévin Robin repartait pour Nantes, il voyait plus ou moins Cyril Hives emprunter le chemin inverse. Je ne connais pas la chronologie, mais Cyril squattait quelques temps chez les Tocards (tocards ? Sont-ce des monuments nécessitant un nom propre ? L'enquête est en cours.).

Là-bas, il a même laissé son enregistreur magique, celui de son podcast Clap Clap. Il est aussi axé sur les coulisses du stand-up ; de fait, on apparaît dedans !

Maxime Stockner, je l'ai aussi vu deux soirs. A chaque fois, il jouait. A chaque fois, il y avait Cyril Hives. La première fois que je l'ai vu, il en était à sa deuxième scène parisienne de la semaine. Son baptême de la semaine, il l'a vécu au Start-up Comedy Club, un endroit que j'évite généralement, même si les programmations sont bonnes et Guillaume Dollé est une crème.

J'aurais peut-être dû opter pour ça, parce que je découvrais le Wishing Light Comedy Club... Et c'était n'importe quoi. On était comme dans un podcast des tocards. Déjà, le MC Louis Chappey était porté disparu, et finalement à l'Arti'Show après enquête. On était donc 4 : moi, Maxime Stockner, Cyril Hives et Ghislain Blique.

Toujours présent, malgré le retard

Ensuite, Julie-Albertine puis Adrien Arnoux venaient constater les dégâts. Dans la rue de Lappe, l'endroit le plus glauque-attachant de Paris, je me faisais enfumer. Le public attendait depuis une heure, avant qu'un événement de beatbox débute la soirée.

Louis Chappey n'étant toujours pas là, Cyril Hives a assuré la chauffe. Pour rappel, il était juste là parce qu'il hébergeait Maxime Stockner (et qu'il voulait gratter 5 minutes). Au final, c'est l'un des seuls à avoir réussi à dompter cette salle refroidie par mille paramètres de plateau pourri. J'étais ravie de revoir Maxime Stockner le lendemain. En attendant, on finissait la soirée au Motel avec Cyril Hives, Maxime Stockner et Avril (qui sortait d'une session de travail intensive avec Thierno Thioune).

Comédie Paradiso : le bouquet final pour 2 tocards font du stand-up

Revenons quelques jours en arrière. La semaine en cours avait très mal commencé pour moi. J'ai vécu mon pire plateau le mercredi, au 917 Comedy. Déjà, le micro était trop fort, et il y avait Jean-Baptiste Mazoyer. Deux éléments qu'il ne faut surtout pas associer, puisqu'il beugle ses imitations dans cet objet de torture. Ils ont fait un happening et on a cru qu'il allait y avoir une bagarre en plein plateau. Audrey Jésus n'était pas dans la confidence, et voulait intervenir pour éviter le pire. En plus, un groupe de professionnels ne respectait vraiment pas les codes du stand-up.

Alors après ça et le Wishing, je souhaitais juste arrêter tout. Fort heureusement, le duo Omar (DBB) et Manu (Bibard) allait sauver le game. Cela fait deux samedis de suite que je m'y rends. Et c'est déjà mon troisième Comédie Paradiso. Ou deuxième et demi, j'avais un spectacle ensuite et je n'avais vu (et filmé) que Pierre Thevenoux.

Line-up gagnant

Je ne me rappelle plus avoir assisté à un plateau sans fausse note. Le Comédie Paradiso du 20 avril rentrait dans ce club très, très sélect. Tout le monde était bon, et pourtant, il y avait des humoristes avec peu d'expérience. Comme quoi, la sélection fait tout. Une bonne chauffe, une explication ni trop courte ni trop longue et un enchaînement pro... Tout était là. En plus, Cyril Hives assurait la chauffe côté salle en encourageant très fortement chaque humoriste. Fabien Guilbaud clôturait la soirée avec sa guitare et ses blagues vraiment bien dosées. En plus, il a mis une citation du spot du rire sur son nouveau flyer de spectacle à la Petite Loge, alors j'étais sur un nuage.

Et là, Maxime Stockner, nouvel étudiant le plus drôle de France après Paul Mirabel, était bien meilleur que la veille. Il a emporté le public avec son air un peu nonchalant, ses blagues sur les bides et ce petit truc qui fait que les 2 tocards sont des bêtes de scène encore méconnues. L'ADN de la chaîne YouTube était tellement là sur scène et au-delà. Promesse tenue ! Les parisiens, soyez prêts : ils devraient revenir en mai en même temps.

Running gag sur le Meilleur Podcast

Dans le public, il y avait aussi Arezki Chougar, l'un des protagonistes du Meilleur Podcast (le vrai dans mon cœur). Il était comme je l'imaginais : ses anecdotes se déclinaient à l'infini, et il m'a promis qu'il enregistre un podcast ce lundi... avec ma dernière découverte humour. Celle de ce mois-ci était aussi sur le plateau, et je vous en parle très vite !

Voilà la recette de la pure soirée stand-up : tous les ingrédients étaient là, comme une réconciliation après deux prestations difficiles dans des endroits nuls à chier. Merci donc à Kévin Robin et Maxime Stockner de m'avoir redonné le goût des soirées humour en plateau. La tâche était ardue, mais avec les bandes du Laugh Steady Crew et du 33 Comedy (+ Cyril Hives et les podcasteurs du dimanche !), tout était réuni. La nouvelle génération que j'attendais tant est bien au rendez-vous. Allez la découvrir et continuez de nous lire, il reste tant à écrire...

[post_title] => 2 tocards font du stand-up : je les ai rencontrés ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 2-tocards-font-du-stand-up [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:12 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6162 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 6096 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-25 14:27:31 [post_date_gmt] => 2019-03-25 13:27:31 [post_content] =>

Alexis le Rossignol, humoriste stand-up aguerri et chroniqueur à succès sur France Inter, joue son spectacle au Point Virgule. Vous pouvez faire comme nous et le découvrir tous les dimanches jusqu'à fin avril à 17h30, et passer un très bon moment !

Alexis le Rossignol, destiné à vous faire rire

La première fois que j'ai découvert Alexis le Rossignol, c'était lors du Grand Prix du FUP 2017. Ce soir-là, il avait remporté le prix SACD qui récompense l'écriture. Oui, le même que Charles Nouveau l'année suivante, et Morgane Cadignan en février dernier.

Pourtant, j'avais quelques réserves. Je me disais que c'était encore un humoriste aux tendances altermondialistes, dans la mouvance de l'humour France Inter. Bref, j'étais dure, et à l'époque, je ne connaissais l'humour France Inter qu'à travers des descriptions de Gaspard Proust, ou d'autres gens qui aiment jouer avec la droite en politique. Avec le recul, j'ai vu que je me suis complètement trompée.

Depuis, Alexis a sans doute parfait son style. Je l'ai vu en plateau d'humour, et j'ai commencé à voir l'originalité chez lui. Je révisais petit à petit mon jugement. C'est grâce à un ancien collègue que j'ai complètement dévié. Il me parlait de son sens du malaise. Et figurez-vous que je n'avais jamais vu ça. Alors, j'ai fouillé. J'ai regardé quelques chroniques, que mon pote à la compote avait toutes vues et adorées.

Un spectacle idéal pour du rire en toute simplicité

Là, j'ai compris. Ce ton lent, naïf et espiègle : toute l'originalité était là. Je me sentais bête. Comme nombre de ses fans, j'ai ri aux éclats sur la recette des roulés au jambon, qui m'a rendue nostalgique de mes années étudiantes. Il fallait ensuite voir ce que ça donnait dans une salle : l'exercice n'a rien à voir.

C'est avec la chanson de Boule Noire, Aimer d'amour, que le spectacle commence. J'ai adoré ce début, que je ne veux pas vous décrire pour ne pas vous gâcher la surprise. L'ensemble du spectacle permet à Alexis de s'étonner de tout. Si vous avez peur de voir un humoriste qui traite toujours des mêmes sujets, dans le genre humour engagé, n'ayez crainte.

Il passe des start-ups au sperme de cochon sans aucune difficulté. Si vous n'aimez pas le vulgaire, ne vous inquiétez pas non plus. Tout va bien de ce côté. L'ensemble est très drôle et on est même captivé par certaines anecdotes. On a juste envie d'être avec Alexis pendant une heure, de rire en toute simplicité.

Je regrette un peu d'avoir mis tant de temps à profiter de ce moment, d'autant plus qu'on n'est pas sur un rodage : la prestation est solide, rythmée, et Alexis pousse même la chansonnette. Vous n'avez pas besoin d'en lire plus : réservez avant qu'il ne soit trop tard !

Crédits photo

© France Inter / Capture d'écran YouTube

[post_title] => Alexis le Rossignol au Point Virgule : immanquable ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => alexis-le-rossignol-point-virgule-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:19:14 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:19:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6096 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 6074 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-24 11:06:11 [post_date_gmt] => 2019-03-24 10:06:11 [post_content] =>

J'adore le mois de mars. Chaque année, il n'y a pas que pour les publicitaires que ça repart. Ce mois-ci, je n'ai pas vraiment eu envie d'écrire mille critiques de spectacles. A l'inverse, j'ai vécu des expériences assez dingues en plateau, dans les comedy clubs et café-théâtres.

Je me rends compte que j'ai beaucoup de choses à partager, et qu'il y a sans doute des anecdotes qui vont manquer. J'ai eu aussi la chance (ou la malchance, question de perspective) de perdre mon job et d'en chercher un autre avant de me consacrer corps et âme à la comédie. Le midi, le soir, la journée, bref j'ai vu des gens tout le temps. Trêve de blabla, voici quelques instantanés du rire pris à la volée en plateau et ailleurs !

Marion Mezadorian dans une autre dimension

Si vous ne le savez pas encore, Marion Mezadorian assure sa propre production depuis le début. Même si j'ai annoncé que j'arrêtais le concept de résidents, je n'ai cessé de la suivre sur scène et en dehors. Après des mois à zoner au 33 Comedy, j'ai à nouveau pris place au Théâtre du Marais pour voir son spectacle nouvelle version.

Car cette œuvre artistique a du kilométrage dans les pattes. Marion a eu l'intelligence de s'entourer de plusieurs âmes pour la mise en scène. Francis Magnin l'a encouragée à ajouter du stand-up au début. Ce n'est pas un hasard, quand on connaît la genèse de Pépites. Elle l'écrivait au Paname Art Café - le personnel pensait qu'elle écrivait un livre ! Ensuite, elle a testé dans ce même lieu et joué ce spectacle. Pendant longtemps, je la retrouvais à la Comédie des 3 Bornes. L'émotion était vive la première fois. C'est sa personnalité qui porte le tout. Cette acharnée de travail ne lâche rien, ne s'économise pas et se donne comme peu d'artistes.

Ensuite, il y a eu Alexis, puis dernièrement Alexandra Roth. Petit à petit, elle s'affirme avec son ADN : celui de comédienne. Le fil rouge du spectacle s'étoffe, gagne en fluidité. Les applaudissements de fin étaient d'une intensité rare. L'année de Marion ne fait que commencer : elle jouera à Avignon, au Marrakech du Rire et vous la verrez même au cinéma en fin d'année... La fusée Mezadorian continue son ascension, et ce n'est que le début. Le plus fort, c'est que dans tout ça, elle garde du temps pour les gens. A titre personnel, elle m'a tellement apporté ces dernières années ; j'en profite donc pour la remercier pour son temps malgré tout le travail qu'elle abat depuis des mois. Elle revient en plateau ces derniers temps, profitez-en ! D'autant plus que mardi, c'est sa dernière au Théâtre du Marais ! Elle devrait y revenir à la rentrée.

Laura Lozano et le plateau Trempoint 2.0

Pour une institution comme Le Point Virgule, les temps qui courent sont une menace. Je vous parlais du Théâtre du Marais, qui continue de monter et d'attirer des talents d'exception. Sans réaction, le Point Virgule peut vraiment devenir ringard.

Mais ce n'est pas dans l'ADN du Point Virgule de ne pas réagir. Les Trempoint, c'est un plateau qui permet à l'équipe de ce théâtre de décider qui jouera là-bas, ou dans les salles de Jean-Marc Dumontet. Et cela ne donnait pas envie : le public ne venait pas beaucoup, surtout parce que vous ne saviez jamais qui allait jouer. Il y avait une pauvre publication sur les réseaux sociaux, sans visuel ou autre, avec parfois la programmation.

Aujourd'hui, le Trempoint se remplit sans trop de difficultés, alors qu'il est parfois annoncé à la dernière minute. Il n'a plus vraiment d'horaire fixe, et paradoxalement ça marche. La programmation est systématiquement présentée : c'est devenu un plaisir d'y jouer comme d'y participer.

Je ne sais pas si l'arrivée de Laura Lozano dans l'équipe a joué dans cela, mais cette femme-là sait tendre la main aux jeunes artistes. Je l'ai rencontrée aux sélections des Best de l'Humour, elle m'a nourri en chocolats pour tenir les 4 heures de show de la deuxième soirée parisienne.

Même si je ne suis pas corruptible par le sucre, c'est grâce à elle que j'ai survécu à cette soirée. J'étais complètement décalquée toute la semaine (c'était un lundi soir). Depuis, je l'ai revue à la soirée des humoristes de demain, lors de différents Trempoint et aussi au spectacle de Marion Mezadorian. Je ne sais pas si je lui ai dit que sa présence pour les sélections allait changer la donne, mais j'y crois dur comme fer. Le prochain défi, c'est aussi d'intégrer le Sentier des Halles à l'écosystème de Jean-Marc Dumontet. Cette salle est super chouette, mais difficile à remplir. C'est là que vous allez découvrir des artistes émergents. Laura, et Antoinette Colin bien entendu, y veillent au grain. Moi aussi, et je ne manquerai pas de mettre l'énergie là où il faut pour faire émerger des talents et passer des plats, comme on dit vulgairement.

Culture : un livre et deux séries

Qui dit chômage, dit temps libre. En plus d'aller voir le plus de monde possible, j'ai repris un mois gratuit sur Netflix. A la base, c'était pour la série sur la Formule 1 sortie le 8 mars dernier. Mais j'en ai profité pour revoir du Jimmy Carr et du Jack Whitehall. Ah, les comiques britanniques...

Catastrophe : en couple/cloque malgré vous

C'est pourtant sur myCANAL que j'ai pris le plus de plaisir. J'ai suivi la recommandation d'Els - Lost in France. On a vu Premières Vacances ensemble en français sous-titré anglais, avec plein d'expatriés. J'adore les événements où les anglophones pullulent, mais on y vient. Chaque chose en son temps ! Bref, elle m'a fait voir Catastrophe. C'est l'histoire d'un couple qui se crée malgré lui.

Si vous aimez Platane, les comédies romantiques et aussi les (gros) tracas du quotidien, vous aimerez Catastrophe. Je ne suis pas une adepte du binge-watching, mais j'ai consommé les quatre saisons en 2/3 semaines. Si vous souhaitez le pitch de la série, Télérama l'a rédigé mieux que je ne pourrais le faire.

Please Like Me : ça me parle

Sur Netflix, j'ai vu Please Like Me. Pareil, quatre saisons. Je n'ai pas encore terminé. A la base, j'ai commencé à regarder parce que c'étaient des mecs qui couchaient ensemble. Ça m'a rappelé l'adolescence, quand j'ai découvert Queer as Folk. Mais ça, c'est un délire personnel.

C'est une série australienne, dont vous pouvez retrouver le pitch sur Konbini. Comme pour Catastrophe, les comiques jouent devant la caméra. Il y a même Hannah Gadsby, je ne l'ai pas reconnue d'ailleurs. Encore trop occupée à regarder Josh se taper des beaux gosses, c'est malin...

Ce que j'aime, c'est l'instantané d'une génération un peu perdue, qui appréhende ses émotions. J'adore le personnage de Claire, allez savoir pourquoi.

Le Graal des humoristes : histoire du Point Virgule

Gilbert Jouin, un intervieweur qui connaît bien les paillettes, vient de consacrer un livre sur le Point Virgule. J'ai lu les 3/4 du livre, et je me suis ruée sur les dernières interviews de Fary et Panayotis Pascot. C'est un recueil d'interviews des bâtisseurs (ceux qui ont construit et maintenu le théâtre dans les coulisses) et des artistes.

Il y a beaucoup d'émotion dans la première partie, sur les bâtisseurs du lieu. On se rend compte que ce lieu est une affaire de passionnés et de générosité. Aussi, ça fait du bien de vanter les qualités humaines d'un Jean-Marie Bigard. Les médias actuels mettent plus en avant les blagues foireuses et oublient la substance des gens derrière, et c'est dommage.

J'ai été frappée par l'investissement émotionnel de certaines personnes. Je connais très peu Antoinette Colin. Quand je la vois, je n'ose pas trop lui parler. Il y a ce profond respect pour ce qu'elle fait, notamment programmer Jean-Philippe de Tinguy (et tant d'autres !) sur un coup de cœur, jusqu'à trois soirs par semaine. Je ne sais pas s'il était prêt à ça, mais je sais qu'il a atteint ses objectifs artistiques là-bas.

C'est l'occasion de découvrir une femme qui semble discrète, mais dont le fort caractère lui a permis de tenir tête à Jean-Marc Dumontet pour conserver l'identité du lieu. Pour les détails, je vous recommande la lecture de cet ouvrage. Certains entretiens, comme celui de Laurent Ruquier, n'ont aucun intérêt (mais sans doute n'a-t-il pas voulu y consacrer du temps ?) tant ils sont courts. J'aurais voulu avoir plus de détails sur la nouvelle génération, mais aujourd'hui, le Point Virgule n'a pas le monopole de la détection de talents. C'est un héritage, une marque à entretenir et à moderniser en même temps. Vaste défi pour ce lieu qui accueille un plateau historique.

Plateau d'humour : changement de cap

Hugo Gertner en plateau d'humour - avatar

Dimanche Marrant a longtemps été mon rendez-vous phare de la fin de semaine. C'est de l'histoire ancienne, maintenant. Le Motel est arrivé, et j'y ai découvert Hugo Gertner. Je l'ai aussi retrouvé avec plaisir - et deux fois - à la Great British American Comedy Night. Ca se passe au Jardin Sauvage, et c'est en anglais. J'ai adoré y voir Ghislain Blique et Charles Nouveau, les voir jouer en anglais, c'est classe.

Hugo Gertner en plateau, stand-up wingman

Hugo aime le stand-up. Il a plein d'anecdotes à raconter. Pour le remercier de toutes ces histoires, je lui ai personnalisé un avatar (l'annuaire des artistes n'existe plus, ils étaient trop nombreux à arriver…). Si vous en voulez un, et que je vous aime bien, demandez, ça me prend très peu de temps... Et ça fait tellement plaisir, apparemment, alors si je peux aider !

Hugo, c'est un peu comme Marion, ou Pierre Thevenoux (dont la dernière interview du We Love Comedy Magazine est géniale) et Ghislain en un sens. Ils savent trop de choses, à ce stade, sur le plan personnel et sur les ragots de l'humour. J'ai aussi passé un temps fou avec Louis Chappey. J'étais pas mal fourrée au Laugh Steady Crew, notamment pour évaluer la découverte humour de ce mois. Le Bar à Bulles est un lieu incroyable pour le stand-up. Revenons à Louis Chappey : découvert à Nanterre, il est aussi barré qu'attachant. On a beaucoup ri, et j'espère qu'il va continuer à s'amuser en plateau malgré les aléas de l'existence.

J'ai aussi vu Gabriel Francès, l'un des hommes derrière Le meilleur podcast. Attention : il y en a deux, des podcasts comme ça. Ne confondez pas : celui-là, c'est celui qui invite les jeunes humoristes. On y retrouve Cyril Hives, Fabien Guilbaud et bien sûr les hôtes toulousains. On a Gabriel, et aussi Emma de Foucaud et Arezki Chougar à l'animation.

Bref, j'ai retrouvé cette ambiance de copains ce mois-ci. Je pense aussi à Nadim, qui s'est lancé dans des vidéos pour faire le buzz. Sa folie l'emporte dans une autre dimension, j'ai adoré le revoir à la Petite Loge ! Ce qui nous amène à la suite...

Il s'en passe des choses, à Vanves...

Depuis plusieurs semaines, je vais voir du stand-up pour les à-côtés. Je sens un amour du seul-en-scène plus théâtral monter (coucou Sophie Imbeaux), tandis que les codes du stand-up essoufflent mon intérêt. Le public devient rude, aussi. J'étais au Petit Palais des Glaces : cette salle est maudite. On ne compte plus les soirs où les gens quittent la salle avant la fin. Je n'ai jamais vu ça.

Par contraste, je ne m'attendais pas à voir un bon plateau à Vanves. Mais le chômage, c'est fait pour prendre le temps et juger sur pièces. Autant vous dire que mes préjugés ont volé en éclat. Après avoir côtoyé des publics difficiles et été la seule à rire à des vannes de qualité, ça m'a fait du bien d'être avec des gens qui voulaient rire plus que juger.

Tous les ingrédients d'un bon plateau

Un nouveau plateau, ça peut donc être un vent de fraîcheur. Plusieurs raisons expliquent ce succès. J'y suis allée parce qu'ils alignaient Aude Alisque et Alexis le Rossignol. Aude n'a pas pu venir, finalement, mais grâce à la réactivité des MC, Avril et Pierre DuDza, on n'y a vu que du feu. La sélection était équilibrée, et ils ont même attiré Nassim Mellah. Si ce n'est pas mon délire, cet humoriste a de l'expérience. Je l'ai découvert aux Ecuries, lorsque Radio Nova avait un plateau en public. Son set a vieilli, mais il y travaille.

Autre élément : l'investissement du lieu. C'est une salle qui accueille des spectacles d'improvisation mensuels. Il y a une régisseuse très réactive, des éclairages et un micro qui fonctionnent sans impair. Les gens qui bossent à l'Espace Gazier veulent bien faire, et cela passe par tous les détails.

Le public n'est pas celui que vous voyez dans les bars. Urbain disait récemment dans Un café au lot7 qu'il détestait jouer devant des adolescents. Encore un puriste du stand-up qui a manqué son rendez-vous à Vanves...

Il y avait des jeunes, des moins jeunes, des familles venues s'amuser sans prétention. Vanves avait l'air de désirer du spectacle vivant dans sa ville. C'était palpable. Peu importe l'expérience des humoristes à l'affiche, tout le monde a livré ses prestations avec beaucoup de professionnalisme et de générosité. Côté spectacle vivant, c'était probablement ma meilleure expérience stand-up de l'année. J'ai même découvert Jérémy Ippet et revu Boriss Chelin avec grand plaisir. Jérémy vient de recevoir le prix du jury au concours Artishow Nanterre... Il n'y a aucun hasard à cela !...

Le prochain rendez-vous aura bien lieu, comme cette première a eu du succès. Pour réserver quand ce sera annoncé, vous pourrez passer par Eventbrite. L'entrée est à 6 euros et il n'y a pas de chapeau. Vous pouvez prendre une conso sur place. Pour les artistes, le staff vous met bien avec plus de bouffe que vous n'imaginez. Et c'est près du métro. Plus d'excuse pour rire en banlieue ! ;)

Crédits photo

© Guillaume Dollé

[post_title] => Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateau-humour-actu-mars [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6074 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 8 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010104 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-01-14 17:45:31 [post_date_gmt] => 2021-01-14 16:45:31 [post_content] =>

Les voies parallèles est le premier roman d’Alexis Le Rossignol. L’humoriste et chroniqueur chez France Inter s’est laissé convaincre pour se lancer dans l’écriture, et bien lui en a pris ! En janvier 2021, Plon lui offre une place au sein de sa rentrée littéraire. Que vaut ce premier roman ?

Les voies parallèles, un roman oscillant entre drames et légèretés

Tout d’abord, on découvre un récit simple, plein de retenue, qui décrit au plus près le destin d’un adolescent aux rêves de grandeur (pas si grands que ça). L’une des forces des Voies parallèles est de relater les événements sans trop de commentaire de l’auteur. Ne cherchez pas l’hilarité, vous aurez à la place la justesse et une douce mélancolie.

Le personnage central du récit, parlons-en. Antonin est un antihéros plus ordinaire que pathétique, qui trimballe son envie de vivre à bout de bras, ceux qui dirigent sa mobylette. Premiers émois à l’écart des groupes les plus populaires, quête de liberté entravée par les contraintes familiales… Il est facile de s’identifier à lui.

Retour dans les années 2000

Ce roman est aussi un voyage temporel dans la décennie 2000, dont la vacuité musicale fait écho à l’insignifiance du quotidien des personnages. En fil rouge de ce récit, on retrouve donc ces drames de l’ordinaire… mais aussi la légèreté de la jeunesse et des destins qui semblent gravés dans le marbre. Sans oublier une véritable course-poursuite pour se conformer à un idéal de masculinité. Je me suis fait la réflexion, à la lecture, que grandir en tant que mec n’était pas un long fleuve tranquille.

Il est aussi question d’une frontière pas si lointaine entre deux classes sociales. Cette frontière tient finalement plus à l’absence d’authenticité dans les relations qu’à une véritable scission, une impossibilité d’interagir. D’où vient-elle ? Le livre ouvre cette réflexion. Par ailleurs, les destins des personnages sont-ils si déliés que cela ? Le lecteur pourra ainsi imaginer les scénarios qui auraient pu se dérouler si chacun avait osé ici ou là.

Un roman plus profond qu’il n’y paraît, miroir d’une jeunesse universelle

Sans prétention, cette histoire est donc plus profonde qu’il n’y paraît. Alexis Le Rossignol parvient à ne pas tomber dans le pathos dans ce roman social. Qu’un chroniqueur de France Inter choisisse ce genre n’a rien d’étonnant ; malgré tout, la lecture vaut la peine qu’on s’y attarde. 

En lisant cette histoire, j’ai repensé à l’errance d’un Holden Caulfield. À d’autres moments, c’est plus proche d’une histoire d’ados plus ou moins aisés à la 15/A (si vous avez la référence, cœur sur vous). J’ai donc surtout repensé à des histoires qui m’ont marquée tout au long de mon parcours de vie. Cela risque de vous arriver aussi…

Les voies parallèles reste un premier roman, bien sûr. Mais vous avez là un vrai roman, d’une personne qui n’a pas volé sa place dans le monde des rentrées littéraires… Une chose semble certaine : la plume d’Alexis s’affûtera avec le temps pour proposer d’autres histoires, d’autres univers… et gagner en originalité. Il l’a fait en humour depuis son prix SACD en 2017, il pourra le faire en littérature si ça le chante !

Crédits photo

  • Photo de couverture : © Simon Lefebvre
  • Illustration : © Fabrice Holbé
[post_title] => Les voies parallèles : on a lu le roman d’Alexis Le Rossignol [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => voies-paralleles-alexis-le-rossignol [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-14 17:48:43 [post_modified_gmt] => 2021-01-14 16:48:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010104 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 8 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 87620b549a1033f31f8bedfd7289ce40 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Alexis le Rossignol

Les voies parallèles : couverture du premier roman d’Alexis Le Rossignol (Plon)

Les voies parallèles : on a lu le roman d’Alexis Le Rossignol

Étoiles espoir humour du Parisien : line-up et affiche de la soirée à l'Européen

Line-up Étoiles Espoir humour : la sélection du Parisien

Josquin Chapatte et Jack Line : comiques hors du cadre (photo d’illustration)

Jack Line et Josquin Chapatte : ça ne se raconte pas (encore)

Spectacle Saint-Valentin 2020 : notre sélection

Saint-Valentin : quel sera votre spectacle idéal ?

Festival d’Avignon 2019 - Notre sélection de spectacles - OFF

Festival d’Avignon 2019 - Notre sélection de spectacles OFF

2 tocards font du stand-up : Kévin Robin et Maxime Stockner de passage à Paris

2 tocards font du stand-up : je les ai rencontrés !

Alexis le Rossignol en spectacle à Paris et sur France Inter

Alexis le Rossignol au Point Virgule : immanquable !

En plateau d'humour, Jérémy Ippet accumule les succès

Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains