WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => storytelling
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 372
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => storytelling
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 372
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => storytelling
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 372
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => storytelling
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 372
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 372
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 372
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => storytelling
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 372
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (372) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (372) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (372)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1009566
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-11-16 08:40:00
                    [post_date_gmt] => 2020-11-16 07:40:00
                    [post_content] => 

Le streamer Genius a un don pour raconter les histoires, incarner des personnages et rebondir sur des anecdotes avec un beau sens comique. Aujourd’hui, je voulais revenir sur sa manière de raconter les histoires, véritable masterclass de storytelling. Si cela peut vous inspirer, c’est tant mieux ! Analyse.

Pourquoi Genius, streamer et animateur, excelle en storytelling et en comédie

Au hasard d’une recommandation YouTube, j’ai découvert un colosse du monde du jeu vidéo : Genius. Bien sûr, j’avais déjà entendu parler de lui : pour moi, c’était « le gars de Game One », la chaîne qui me faisait fantasmer quand j’étais ado.

Pourquoi je vous en parle, me direz-vous ? Eh bien, Genius a des tas de qualités comiques que je ne soupçonnais pas. Je regardais tranquillement cette rediffusion de l’émission « La discorde » consacrée aux pires anecdotes. Je ne m’attendais pas à passer un si bon moment.

Tout d’abord, comme les interventions des chroniqueurs ne sont pas rédigées en amont, la spontanéité est de son côté. Ces gens-là passent des heures à jouer devant leur caméra et à divertir autour de tous les sujets. Ils développent donc quelques réflexes en matière de repartie.

Comme l’explique Jiraya dans une autre vidéo (le gars au bonnet pour ceux qui n’y connaissent rien en streaming), Genius a un côté sniper, à la Laurent Baffie. On retrouve en effet cette attitude féline à rebondir instantanément dans la discussion, pour sortir la blague ou l’anecdote qui fait mouche.

L’anecdote de la Corée : commentaire de texte (et de jeu)

En parlant d’anecdotes, les commentaires de la vidéo sont unanimes : l’anecdote de Genius en Corée (dès 1:41:15) est un petit bijou. On retrouve là un zeste de Pierre Thevenoux avec les ingrédients « alcool » et « bagarre », mais pas seulement. Pourtant, tout commençait mal. Ses collègues survendent l’anecdote, ce qu’il ne faut jamais faire comme vous le savez. Apparemment, Genius est lui aussi au courant, car il contre-attaque directement. Calmez-vous, les groupies : laissez-moi faire le job.

Après ce moment d’agitation, il pose calmement la situation. Le silence, que l’on entend (sic !) souvent de manière magique dans les salles de spectacle, s’installe et vient porter la parole de Genius. Le rythme s’étant calmé, il est temps de commencer à créer de la drôlerie. L’amorce : un moment d’autodérision autour de l’année 2009, habile car il rappelle qu’aujourd’hui, il gère son affaire comme un chef. Il ne s’apitoie pas sur son sort et conserve ainsi son aura.

Genius ou la maîtrise du rythme comique

Ensuite, il enchaîne avec une fausse interaction pour savoir si son auditoire partage sa peur de l’avion. Fausse, car il pose sa question au milieu de la phrase, et l’on comprend que ce n’est pas le moment de l’interrompre. L’audience se sent incluse et, pour autant, reste bien tranquille.

Dès qu’il apporte une nouvelle information, il assène deux-trois vannes qui démontrent à quel point l’anecdote va être marrante. L’ensemble va crescendo, tandis que le public, tenu en haleine, se réjouit d’avance de se marrer comme il se doit.

Quand il est interrompu, Genius n’hésite pas à mimer et à ajouter quelques blagues. Lorsqu’il apporte une information supplémentaire, il la répète juste assez pour qu’on la retienne sans devenir lourdingue. Il y a du mime, du clown, qui apportent un truc en plus à l’histoire racontée : le tout est parfaitement dosé, équilibré.

Des rires et un copilote

Genius peut aussi compter sur sa complicité avec Jiraya, qui rebondit sur l’anecdote tout le long. Le ping-pong entre eux s’apparente à une session d’écriture, où chacun parvient à repousser les compétences comiques de l’autre. Au bout de 3 minutes, l’animateur est en larmes. Et ce n’est que le début ! Cela signifie que Genius doit tenir en haleine sur la durée après avoir très rapidement créé une atmosphère comique destructrice pour les zygomatiques.

Autre bel atout : comme Genius raconte souvent cette anecdote, il parvient à apporter des éléments supplémentaires. De fait, des gens comme Jiraya qui la connaissent déjà rient doublement. Ils riaient déjà pour les blagues qu’ils connaissaient, et la surprise de découvrir quelque chose de nouveau est encore plus jouissive. Pour voir certains spectacles et sketches plusieurs fois, je peux vous assurer que l’effet comique est décuplé, la surprise de la nouveauté comptant davantage encore que la qualité de la blague.

Pour conserver l’intensité comique après avoir fait pleurer de rire, Genius n’a plus qu’à répéter l’opération. Il enchaîne les mimes, les nouvelles informations, les métaphores et comparaisons inspirées (Verdun…).

Genius amuse la galerie dans un environnement particulier… mais il en tire profit !

Il faut préciser que mimer une bagarre alcoolisée assis sur un plateau, c’est quand même technique (et ça crée de l’hilarité, car la manière de le faire est absurde car on ne se bat pas assis).

Il faut aussi dire que l’enchaînement des péripéties « dans la vraie vie » aide grandement à construire l’intrigue. Les circonstances vont dans le sens de Genius, mais sans une vraie faculté à faire rire, à jouer et à raconter les histoires, il ne tirerait pas grands rires de cette anecdote.

L’histoire ne dit pas si Genius peut faire rire sur scène dans des conditions réelles. Cela étant, on constate une recrudescence dans les vidéos d’anecdotes sur YouTube, qui mêlent parfois vidéastes et comiques. En juillet dernier, McFly et Carlito avaient en effet invité, entre autres, Paul Mirabel et Shirley Souagnon. Preuve que ce mélange des genres fait des émules…

Crédits photos

© LeStream Replay - captures d’écran YouTube

[post_title] => Masterclass de storytelling : Genius régale ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => genius-storytelling-masterclass-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-12 14:16:25 [post_modified_gmt] => 2020-11-12 13:16:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009566 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1009548 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-13 08:24:00 [post_date_gmt] => 2020-11-13 07:24:00 [post_content] =>

Juste avant le premier confinement, j’ai pu voir le spectacle d’Alexandre Kominek au Théâtre BO Saint Martin. Mes derniers souvenirs heureux en spectacle vivant m’accompagnent au cœur de cette nouvelle épreuve solitaire… Je vous invite donc à les partager, histoire que nous traversions cette épreuve tous ensemble, avant de renouer avec le plaisir de rire… et plus si affinités.

Alexandre Kominek au BO Saint Martin : un plaisir coupable à consommer sans modération

J’ai toujours vu les heures d’Alexandre Kominek avec une dimension personnelle. Quand je l’ai découvert à la Petite Loge, j’avais proposé l’angle du rencard pour découvrir le « bâtard sensible » qui se produisait sur scène.

Au BO Saint Martin, il n’était plus question de « bâtard sensible », puisque le nom du spectacle avait disparu. En revanche, la démarche restait personnelle puisque je choisissais de voir ce spectacle le jour de mon anniversaire. On retrouvait cet angle de plaisir coupable, égoïste ou défendu, c’est selon.

Ces démarches ne sont pas anodines. Si nous voyageons dans l’histoire de la comédie, les artistes qui jouent sur l’angle de la séduction sont nombreux. Alors, comment innover quand on suit les traces d’un marronnier comique ? La seule carte à jouer, c’est celle de la sincérité. Parce que tout le monde séduit, que cela se termine avec perte et fracas ou succès et donzelles. Et cela, Alexandre Kominek l’a bien compris et le célèbre avec brio.

Kominek, la bête de scène

Certains la jouent martyrs romantiques, d’autres losers sentimentaux. Alexandre Kominek est plus une bête de scène : plus animal, plus graphique. En somme, c’est le pire cauchemar/homme providentiel de toutes les Madame de Tourvel de ce monde… En d’autres termes, celui qui réveille toutes celles qui se cachent derrière un puritanisme de façade.

Résultat : le rire est aussi animal que l’artiste sur scène. Oubliez la pudeur, Alexandre Kominek préfère la dévotion. Un jeu impeccable, des anecdotes plus folles les unes que les autres, et cette dérision teintée de sensibilité qui enrobe le tout.

Malheureusement, ce type d’œuvre culturelle laisse parfois certains critiques de marbre. Jugée pas assez sophistiquée ou recherchée, tombant dans de la vulgarité, parfois… Laissez-moi contredire ces bienpensants et autres coincés du rire. Au risque de les décevoir, il y a de la finesse dans cette débauche hilarante, du message sous-jacent derrière ces moments de vie à la gloire relative… Seuls ceux qui passent outre les préjugés peuvent en profiter, et je ne boude pas mon plaisir de faire partie de cette caste !

Je terminerai avec ce bonus : après le spectacle, Alexandre me confiait sa déception. Il venait de jouer en Suisse et sortait de plusieurs soirées très réussies. À Paris, dans la nuit de cette fin d’hiver, il semblait refroidi. Malgré une prestation que je trouvais bonne, les premiers effets de la crainte de la pandémie avaient raréfié les spectateurs dans la salle. Sa déception démontrait qu’il ne se reposait pas sur ses acquis et en voulait toujours plus. Le marqueur d’un futur grand du rire.

[post_title] => Alexandre Kominek enflamme le BO Saint Martin [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => alexandre-kominek-bo-saint-martin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-12 16:43:27 [post_modified_gmt] => 2020-11-12 15:43:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009548 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1009534 [post_author] => 15 [post_date] => 2020-11-12 08:28:00 [post_date_gmt] => 2020-11-12 07:28:00 [post_content] =>

Après un rodage fructueux au Point Virgule, Panayotis a tenté à plusieurs reprises de jouer son spectacle Presque dans des salles plus vastes. Malgré les nombreux reports, nous avons pu assister à l’une de ses représentations au Grand Point Virgule. Découvrez la critique de Zelda Atlan !

Les années se sont écoulées et le grand public se demandait où était passé la tête à claque du Petit Journal. Finies les interviews de stagiaire pré-pubère, place à une plume mature et un Panayotis grandi. 

Dirigée par l’œil aiguisé de Fary, la mise en scène demeure fidèle à celle du stand-up traditionnel. Un plateau vide qui comporte uniquement un micro sur pied. Basique, mais cependant efficace, puisqu’il sert d’appui de jeu pour Panayotis.

Du haut de ses 22 ans, Panayotis Pascot s’est lancé le pari de nous faire rire. Comment y parvient-il ? Sa recette est simple : une pincée d’anecdotes gênantes, un soupçon d’introspection, le tout agrémenté d’un grain de folie. 

Presque de Panayotis : un voyage entre storytelling et introspection

Pendant près d’une heure et demie de spectacle, Panayotis nous ouvre la porte de son intimité en nous contant des épisodes de sa vie. Toujours avec humour et légèreté, il aborde des sujets qui, avec le recul, ne semblent pas si drôles. Dans un premier temps, Panayotis met l’accent sur cette question de la masculinité en se confrontant aux hommes de sa vie, notamment son père. Au cœur de ses vannes, Panayotis tire la corde entre humour et thèmes délicats : un père qui se jette dans des orties afin de prouver qu’un homme, ça ne pleure pas. Au vu des rires dans la salle, le succès est au rendez-vous.

Visiblement, cette injonction à « devenir un homme version 2.0 » a laissé à Panayotis quelques séquelles quant à l’expression de ses sentiments. Ainsi, il nous conte avec naïveté et gêne ses ratés auprès de la gente féminine. Par exemple, une envie de pisser totalement simulée car il est incapable d’embrasser le premier.

Des personnages interprétés avec brio

Côté jeu, là encore Panayotis réussit à marquer des points. Il n’hésite pas à incarner les personnages de sa vie. Notamment ce colocataire un peu dépressif et en pleine crise de la quarantaine que Panayotis n’hésite pas à rendre drôle et attachant.

Hormis la mise en lumière des acteurs de la vie de Panayotis, Presque est avant tout un spectacle introspectif. Ce spectacle questionne autant qu’il a questionné son créateur. Sur scène, Panayotis privilégie la sincérité à l’humour engagé. C’est d’ailleurs pourquoi il sort ému de son spectacle. Dans son interprétation comme à travers ses mots, Panayotis nous dévoile presque une partie de lui. 

Verdict : faut-il aller voir Presque, le spectacle de Panayotis ?

Si nous recommandons ce spectacle, il nous interroge sur les futurs angles artistiques de Payanotis. Certes, Presque est un spectacle bien écrit et authentique. Mais Panayotis s’est-il enfermé dans un personnage déjà trop dessiné, que le spectateur aurait déjà cerné ? Croisons les doigts pour que Panayotis reste aussi surprenant que drôle à l’avenir…

💬 Le mot de la rédac’ chef

Merci à Lisa pour cette belle critique du spectacle de Panayotis au Grand Point Virgule ! Une fois encore, le jeune prodige de l’humour fait mouche.

Une chose est sûre : ce genre de critique honore ceux qui sont allés au bout de leur proposition artistique à l’instant T, et la crainte de Lisa sera probablement levée dans son prochain spectacle. L’avantage, vu son jeune âge, c’est qu’il a tout le temps pour se développer, que ce soit sur scène ou dans ses projets de réalisation.

Pour l’heure, ce spectacle a encore de beaux jours devant lui ! Enfin, quand nous pourrons à nouveau sortir au théâtre… Ne nous faisons pas de souci, cela dit : tant que son producteur Jean-Marc Dumontet garde le même enthousiasme, l’espoir est de mise !

[post_title] => Panayotis dans Presque : un spectacle abouti ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => panayotis-presque-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-14 19:14:12 [post_modified_gmt] => 2021-02-14 18:14:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009534 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1008915 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-25 08:25:00 [post_date_gmt] => 2020-09-25 06:25:00 [post_content] =>

Une histoire d’argent, c’est le nouveau spectacle de Certe Mathurin à la Petite Loge. Mis en scène par Réda Seddiki, que vaut ce nouvel opus ?

Une histoire d’argent : nouveau terrain fertile pour les blagues

Après avoir raconté des histoires et parlé d’amour, Certe Mathurin s’attaque au sujet de l’argent. Un spectacle thématique comme celui-ci peut par ailleurs rapidement devenir redondant s’il n’est pas bien ficelé.

Certe Mathurin, grâce à ses spectacles précédents et son expérience scénique désormais large, propose déjà une heure solide. Fidèle à la devise du One More Joke, il crée une expérience, un souvenir pour les spectateurs.

Dans Une histoire d’argent, le storytelling façon Certe Mathurin perdure !

Une histoire d’argent, c’est donc une série de blagues, d’informations et d’histoires sur l’argent. Comme on pourrait le voir dans une émission de divertissement, on rentre juste assez dans le vif du sujet sans tomber dans un cours d’économie.

Au lieu de proposer de nombreuses histoires, le spectacle se concentre sur une ou deux anecdotes assez originales et prenantes. Certe Mathurin propose donc un spectacle fun à regarder, qui passe à une vitesse folle et qui fait regretter d’en arriver à son terme. Un peu à l’image de son podcast Culture Joke, mais sans l’appui de ses invités…

En sortant de la salle, vous aurez d’abord appris deux ou trois informations pour faire briller les yeux des gens qui n’y connaissent rien. Mais pas seulement… Car la morale du spectacle n’est en rien moralisatrice, très juste. On la connaît déjà, mais on l’oublie trop souvent dans son quotidien. D’où un effet de surprise conservé pour le plaisir de tous !

Verdict : faut-il aller voir le spectacle de Certe Mathurin ?

J’imaginais ce spectacle solide, car Certe Mathurin a une fibre entrepreneuriale qui l’amène à tout donner pour satisfaire son public. Je suis sortie ravie de voir que le bon dosage d’humour et d’émotion m’offraient une heure de légèreté.

Cette parenthèse poétique sans prétention est l’un des meilleurs remèdes aux temps qui courent. En effet, elle permet de relativiser, prendre du recul sur ses problèmes.

Comme je l’avais prédit, l’association entre Certe Mathurin et Réda Seddiki fait des merveilles. Là encore, la Petite Loge prouve sa capacité à bien sélectionner les artistes pour ravir ses spectateurs…

[post_title] => Une histoire d’argent : le spectacle fun de Certe Mathurin [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => histoire-argent-spectacle-certe-mathurin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-25 08:24:24 [post_modified_gmt] => 2020-09-25 06:24:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008915 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 8052 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-07 22:55:41 [post_date_gmt] => 2020-01-07 21:55:41 [post_content] =>

Bon anniversaire Jean, c’est le premier spectacle de l’humoriste Fanny Ruwet. La Belge joue chaque lundi à 21h30 au Barbès Comedy Club en janvier et février. Nous avons bravé la grève pour découvrir son premier spectacle.

Cet article est le deuxième d’une série qui retrace la soirée du 6 janvier au Barbès Comedy Club. Dit comme ça, ça sonne fait divers, mais c’est plus une bonne sitcom avec personnages récurrents.

Bon anniversaire Jean : un spectacle à intrigues multiples

Certains humoristes peinent à trouver un fil conducteur dans leur spectacle. Fanny Ruwet l’utilise au contraire jusqu’à la limite. Le fil n’atteint jamais le point de rupture. Elle parvient à garder l’attention du public tout en le surprenant.

Et cette surprise n’intervient pas tout de suite ou brutalement. C’est comme rencontrer quelqu’un, le trouver sympathique pour une raison qu’on s’est fabriquée, et le découvrir sous un nouvel angle agréable, mais bien différent.

Ici, ma tentative d’explication sans rien dévoiler patine, j’en conviens. Je vous souhaite juste de découvrir ce spectacle avec aussi peu d’attentes que moi. Parce qu’un passage de Fanny Ruwet en plateau ne résume pas ce que vous allez voir, c’est bien trop court.

C’est une heure qui se dévoile à mesure que les visages des membres du public réagissent. Je crois vraiment avoir changé d’expressions du visage 28 fois, et avoir observé le même phénomène chez mes semblables du public.

De quoi ça parle ?

Le sujet principal aborde l’invitation de Fanny à l’anniversaire de son camarade de classe Jean, quand elle avait 12 ans. Et si je me fie à ma vie quand j’avais 12 ans, le malaise allait être au rendez-vous. Attente validée, mais pas divulgâchée si vous regardez les vidéos de Fanny Ruwet sur le web.

Et bien sûr, puisqu’il s’agit de stand-up nourri par les blocages sociaux, l’humour thérapeutique prend une belle place. Sans que cela plombe l’ambiance, mais les habitués de ce genre le savent désormais bien.

Fanny Ruwet évite de tomber dans une heure trop technique

Très au fait du meilleur du stand-up, Fanny Ruwet a rapidement compris les codes de l’exercice. Elle passe son temps à leur faire la cour, et parvient même à commenter nos rires pendant son spectacle. « Vous êtes un public de jeux de mots », qu’elle nous balance 0,337 millièmes après les premiers rictus. Badass. Et, paradoxalement, ce n’est pas condescendant.

Habile, elle s’adapte ainsi à chaque soubresaut. Elle aurait déjà tout compris ? Pas si vite… Le risque des comedy nerds, c’est de tomber dans le scolaire. Produire une heure purement technique, ça peut peut-être faire fantasmer Fary, mais nous, ça nous ennuie.

Il faut de la substance, du drôle, pour porter le tout. Et c’est dans le mélange écriture/anecdotes que Fanny Ruwet apporte ce supplément d’âme. Elle peut remercier son appétence à nous surprendre, qui m’a rappelé Charles Nouveau. En somme, elle me fait penser à de nombreuses personnalités talentueuses tout en proposant quelque chose de personnel.

Bon anniversaire Jean : verdict

Bon anniversaire Jean n’a pas suscité en moi une réaction immédiate. Ce type de spectacle, c’est comme entendre une bonne chanson pour la première fois. On sent que c’est bien, mais on n’a pas eu le temps de s’imprégner du sentiment agréable qui nous fait quitter la salle.

On se dit juste qu’on a passé un bon moment, en écoutant l’air intrigué ceux qui ont déjà forgé leur opinion. L’attachement à l’artiste ne viendra que plus tard… On souhaite juste à Fanny du temps, pour qu’elle puisse travailler cette heure en toute sérénité.

La base est déjà très solide, comme ce pouvait être le cas pour Panayotis, avec le même ressenti post-spectacle que pour Jean-Philippe de Tinguy la première fois… Naturellement, j’ai demandé à Fanny si elle le connaissait (non). Que voulez-vous, c’est mon ice-breaker préféré pour éviter le malaise et mieux tomber dedans !

Bonus #1 : Le Barbès Comedy Club est toujours the place to be

Après le plateau suisse, les discussions allaient bon train entre les humoristes et le public encore présent. Entretemps, il y avait le plateau de Laura Domenge (déjà testé et approuvé). Pour éviter une perte d’attention, on a préféré faire une pause. Salvatrice, elle nous a permis de discuter avec des comiques et d’apprendre à Bruno Peki et Jean Paul leurs origines semi-communes. Oui, le plateau portugais du Brésil peut arriver au Barbès Comedy Club à tout moment…

Et comme on vous l’avait dit, Clément K est un ami décidément généreux. Incapable de m’envoyer deux boissons de suite, je lui ai proposé de lui payer un verre… juste pour obtenir un jeton. Et il a fini par payer sa propre boisson qu’il n’avait pas décidé de prendre, à la base. Le jeton en poche, j’ai accédé à la salle comme une voleuse (en ayant exécuté la danse de l’addition).

De nombreux autres souvenirs de conversation se bousculent quand je repense à cette soirée. Des souvenirs qui n’ont que très peu d’importance pour le lecteur. Mais c’était un moment parfait pour valider qu’au Barbès Comedy Club, on se sent un peu chez soi.

Bonus #2 : Fanny Ruwet dans le Journal de la Guebla

Crédits photo

© Barbès Comedy Club

[post_title] => Dans Bon anniversaire Jean, Fanny Ruwet remanie le storytelling [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bon-anniversaire-jean-fanny-ruwet-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-08 12:47:05 [post_modified_gmt] => 2020-01-08 11:47:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8052 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 7505 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-26 10:39:00 [post_date_gmt] => 2019-11-26 09:39:00 [post_content] =>

Bon à rien mais prêt à tout : ce spectacle original de Nicolas Fabié a pris ses quartiers à la Comédie des Boulevards. Retour sur cette date parisienne exceptionnelle et intimiste, dans l’un des lieux les plus chaleureux du spectacle vivant.

Avant de le découvrir à la finale du Hold-up Comedy ou en spectacle à Nantes, découvrez pourquoi vous devez impérativement suivre Nicolas Fabié.

Bon à rien mais prêt à tout : Nicolas Fabié livre une expérience scénique unique

Nicolas Fabié, on l’aime depuis la première heure où on l’a vu. Il dit qu’il casse les codes du stand-up pour proposer des bandes sonores et des interactions. Émettons une objection, cependant : notre découverte humour intègre tous ces codes-là pour se les approprier et créer quelque chose d’unique.

Comment le décrire ? Une idée me vient rapidement. « Flirter avec le ridicule sans jamais tomber dedans. » Cette citation, issue du spectacle Éric ké Ramzy, irait très bien à celui de Nicolas Fabié. Il joue au funambule avec des gags tous plus ingénieux les uns que les autres.

Mention spéciale à la part d’immersion du spectateur : la mise en scène, très rythmée et travaillée, nous plonge dans une expérience unique. On se croirait au cinéma… À tel point qu’à mon sens, Nicolas Fabié pourrait bien nous pondre quelques scénarios qui rendraient Golden Moustache ringard.

Au final, la mise en scène, les interactions et l’ensemble des ressorts comiques ne font pas le sel de ce spectacle. Non, la véritable prouesse, c’est le storytelling. L’art de raconter des histoires au public et de le faire rire, ils sont peu à le maîtriser aussi finement. D’instinct, il m’a rappelé le Seb Mellia de 2016. Embarquer le public à un endroit où il n’aurait jamais imaginé atterrir : cette magie nous a maintes et maintes fois baladés en ce 25 novembre.

Composer avec des têtes connues

Cette date était spéciale. Non seulement, j’avais entendu le plus grand bien du spectacle Bon à rien mais prêt à tout à Nantes, donc je savais que ça allait être super. Certains humoristes vous garantissent un beau show, à l’exception de bides inopinés et autres incidents de parcours. J’arrivais donc confiante à la Comédie des Boulevards.

J’arrivais très tôt au théâtre, avec une avance d’une heure. Confortablement installée dans l’un des canapés du lieu, je voyais d’abord Antoine Sentenac débarquer. Il avait passé une sale journée : bloqué plusieurs heures dans un train, il venait de manquer son audition pour le Festival d’Humour de Paris.

Assidu, il avait en effet tapé dans l’œil d’Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule. Avec une vingtaine de Trempoint à son actif, il se voyait déjà retiré de l’affiche… Rageant pour un garçon si jeune et déjà brillant et décisif sur scène.

Il assurait néanmoins une bonne première partie. Les aléas avaient clairement altéré sa performance, mais seul un regard très habitué pouvait le déceler. Les rires étaient au rendez-vous, et il faisait illusion grâce à son autodérision et à des blagues solides, rodées en plateau à Paris comme à Nantes.

Vu ailleurs : Nicolas Fabié, créateur du Podcast de la Loose

Comme pour Ricky Gervais, le gratin du LOL était aussi là (et c’était mieux !)

Dans le public, plusieurs humoristes émérites soutenaient les deux comiques sur scène, Nicolas Fabié en tête. Il y avait les deux copains Cyril Hives et Manu Bibard. J’ai aussi convié Humourman à la fête. Enfin, on pouvait croiser des artistes repérés par Mo Hadji (Clément K et Félix Radu) ainsi que le gangster modéré Romuald Maufras. Quoi, lui aussi est nantais ? Décidément…

Cette énumération pourrait être anecdotique, mais pas dans un spectacle aussi interactif. Félix Radu faisait du zèle : il était en forme, je l’ai présenté comme un humoriste à Humourman… Il n’a pas aimé, alors quand Nicolas Fabié l’a appelé humoriste lors du spectacle, il s’est levé et a feint de partir. Oui, Félix Radu est un poète, comme l’a brillamment fait remarquer Nicolas. Pour comprendre, lisez son interview ! À force, Nicolas l’a même nommé « co-auteur » tant il intervenait par des rires, des mots glissés par inadvertance ou juste sa manière de bouger dans le noir.

Humourman n’était pas en reste : happé par le spectacle, il réagissait vivement quand une anecdote lui rappelait quelque chose. Il y a aussi eu ce dialogue improbable entre Cyril et Nicolas, qui cherchaient tous les deux une chose difficile à dénicher. L’amour ? Non… Des dates pour jouer en plateau d’humour ! Pas de doute, on est bien dans les prémices de belles carrières…

Bon à rien mais prêt à tout : verdict

Vous avez loupé une excellente soirée en ne venant pas voir Bon à rien mais prêt à tout… Vous vous rattraperez la prochaine fois ? Promettez-le, sinon vous allez vivre une existence malheureuse. J’exagère, mais tout de même… Paris, vous pouvez vraiment découvrir quelqu’un qui va compter, qui déménage à la Debjam du Jamel Comedy Club et dans les cafés-théâtres. On vous aura prévenus.

[post_title] => Bon à rien mais prêt à tout : Nicolas Fabié se fait entendre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bon-rien-pret-tout-spectacle-nicolas-fabie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-29 10:06:28 [post_modified_gmt] => 2019-11-29 09:06:28 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7505 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 6737 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-17 10:00:00 [post_date_gmt] => 2019-09-17 08:00:00 [post_content] =>

Pépites, le spectacle de Marion Mezadorian, reprend à la rentrée à Paris. Après de nombreuses représentations au Théâtre du Marais, la comédienne change de rive et jouera donc son spectacle à la Nouvelle Seine.

Si vous vivez hors de Paris, vous pourrez aussi voir Marion Mezadorian à Lille le 27 septembre et à Valence le 10 novembre.

Avec le spectacle Pépites, Marion Mezadorian livre une écriture et une interprétation personnelles

Doit-on encore vous présenter Pépites ? La genèse de ce spectacle est similaire à celle d’Alexandra Pizzagali. Marion nous expliquait ainsi, il y a deux ans, avoir écrit Pépites comme un écrivain aurait pu le faire. Disciplinée, elle se rendait donc au Paname Art Café et écrivait des heures durant. Tôt le matin, alors que d’autres comiques dormaient encore, elle posait les fondations de ce premier succès scénique.

Pépites : la nouvelle affiche du spectacle de Marion Mezadorian à la Nouvelle Seine

Au-delà de l’écriture, c’est une manière de vous réconcilier avec les personnages. Parce que sur les plateaux d’humour, les personnages sont parfois honnis. Comme s’il existait uniquement du bon stand-up et des mauvais personnages.

Une évolution du spectacle Pépites grâce aux collaborations artistiques

Si vous avez vu Pépites à la Comédie des 3 Bornes, vous pourriez découvrir un spectacle diamétralement différent. En cause : bien sûr, la progression de Marion, mais ce n’est pas tout ! Elle a en effet su collaborer avec de nombreuses personnes, qui avaient tous une sensibilité différente. L’histoire qu’elle raconte avec générosité est déjà très émouvante, mais ces multiples collaborations ont toutes été bénéfiques.

Francis Magnin lui a d’abord apporté un regard plus stand-up. Ensuite, Alexis Gobé lui a permis de réorganiser le tout et changer notamment l’introduction. Alexandra Roth a été encore plus loin… et ce n’est pas fini ! Aujourd’hui, le metteur en scène, c’est Mikael Chirinian. Son CV très fourni laisse présager d’une nouvelle amélioration pour un spectacle qui est déjà bien au niveau. Jusqu’où ira Marion ? Venez le découvrir à la Nouvelle Seine !

Infos pratiques

Quand ?Les mardis et mercredis à 20 h, du 17/09 au 18/12
Où ?La Nouvelle Seine (Saint-Michel / Maubert Mutualité)
TarifÀ partir de 16,50 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Svend Andersen (photo de l’article)

© Piergab Pichon (photo de l’affiche)

[post_title] => 1 jour, 1 reco : les Pépites de Marion Mezadorian à la Nouvelle Seine [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pepites-spectacle-marion-mezadorian [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-22 17:33:08 [post_modified_gmt] => 2020-01-22 16:33:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6737 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 2856 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-10-24 09:57:33 [post_date_gmt] => 2017-10-24 07:57:33 [post_content] => Certe, il veut plaire. Vous plaire, vous emporter dans son univers. Dans son spectacle, Certe Mathurin dans Story Teller, Certe raconte des histoires, son histoire. Il mêle slam et stand-up, des arts très proches. Le grand public se souvient avec une précision sans équivoque de la fin du tube de Grand Corps Malade : « la prochaine fois, tu prendras le bus ». Drôle et dramatique. Un peu comme le spectacle de Certe.

Storyteller : entre mélancolie, poésie et espoir

Parmi tous les spectacles, difficile de trouver sa patte, son style. Ses choix artistiques l’aident bien, mais se reposer sur un genre n’est pas suffisant. Alors, comment ce troubadour des temps modernes fait-il pour conquérir le public ? D’abord, Certe ne se ménage pas. Quand on le rencontre, il essaie d’emblée de nous mettre à l’aise et de partager sa bonne humeur. On sent qu’il compte sur nous pour être présent. Il ressemble en cela beaucoup à Louis Dubourg. Ce n’est pas un hasard si leur marketing puissant attire les foules au One More Joke, le comedy club où ils officient. Tous deux ont envie d’être techniquement là, de coller aux genres qu’ils affectionnent.

Un spectacle qui se bonifiera avec le temps

Certe, c’est donc l’un de ces artistes qui se bonifie avec le temps. Des artistes qui partent avec toutes les bonnes intentions du monde pour se trouver. Le jour où la technique sera plus innée chez lui, alors il parviendra à gagner en authenticité. Pour l’heure, et avec l’expérience de quelques représentations, il assure tout de même un bon show et partage sa passion de l’écriture et des gens. L’intention est là, le public la ressent et ressort prêt à revenir à moyen-terme pour voir l’avancée des travaux ! Mise à jour : promesse tenue avec son nouveau spectacle Amour(s), rodé dans plusieurs lieux (Café Oscar...) et aujourd'hui au Sentier des Halles ! C'est émouvant de voir tout le chemin parcouru de Certe...

Infos pratiques : Certe Mathurin dans Story Teller

  • Tous les mardis et mercredis à 19h
  • Lieu : le 13e Art, 30 avenue d'Italie, Paris (métro Place d'Italie)
  • Programmé jusqu'au 27 décembre 2017
  • Prix : entre 13 et 20 € sur BilletReduc + frais de réservation

Crédits photo

Betty Durieux : reportage à la Nouvelle Seine [post_title] => Spotted - Certe Mathurin, storyteller des temps modernes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacle-certe-mathurin-storyteller [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:30:30 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:30:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2856 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 8 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1009566 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-16 08:40:00 [post_date_gmt] => 2020-11-16 07:40:00 [post_content] =>

Le streamer Genius a un don pour raconter les histoires, incarner des personnages et rebondir sur des anecdotes avec un beau sens comique. Aujourd’hui, je voulais revenir sur sa manière de raconter les histoires, véritable masterclass de storytelling. Si cela peut vous inspirer, c’est tant mieux ! Analyse.

Pourquoi Genius, streamer et animateur, excelle en storytelling et en comédie

Au hasard d’une recommandation YouTube, j’ai découvert un colosse du monde du jeu vidéo : Genius. Bien sûr, j’avais déjà entendu parler de lui : pour moi, c’était « le gars de Game One », la chaîne qui me faisait fantasmer quand j’étais ado.

Pourquoi je vous en parle, me direz-vous ? Eh bien, Genius a des tas de qualités comiques que je ne soupçonnais pas. Je regardais tranquillement cette rediffusion de l’émission « La discorde » consacrée aux pires anecdotes. Je ne m’attendais pas à passer un si bon moment.

Tout d’abord, comme les interventions des chroniqueurs ne sont pas rédigées en amont, la spontanéité est de son côté. Ces gens-là passent des heures à jouer devant leur caméra et à divertir autour de tous les sujets. Ils développent donc quelques réflexes en matière de repartie.

Comme l’explique Jiraya dans une autre vidéo (le gars au bonnet pour ceux qui n’y connaissent rien en streaming), Genius a un côté sniper, à la Laurent Baffie. On retrouve en effet cette attitude féline à rebondir instantanément dans la discussion, pour sortir la blague ou l’anecdote qui fait mouche.

L’anecdote de la Corée : commentaire de texte (et de jeu)

En parlant d’anecdotes, les commentaires de la vidéo sont unanimes : l’anecdote de Genius en Corée (dès 1:41:15) est un petit bijou. On retrouve là un zeste de Pierre Thevenoux avec les ingrédients « alcool » et « bagarre », mais pas seulement. Pourtant, tout commençait mal. Ses collègues survendent l’anecdote, ce qu’il ne faut jamais faire comme vous le savez. Apparemment, Genius est lui aussi au courant, car il contre-attaque directement. Calmez-vous, les groupies : laissez-moi faire le job.

Après ce moment d’agitation, il pose calmement la situation. Le silence, que l’on entend (sic !) souvent de manière magique dans les salles de spectacle, s’installe et vient porter la parole de Genius. Le rythme s’étant calmé, il est temps de commencer à créer de la drôlerie. L’amorce : un moment d’autodérision autour de l’année 2009, habile car il rappelle qu’aujourd’hui, il gère son affaire comme un chef. Il ne s’apitoie pas sur son sort et conserve ainsi son aura.

Genius ou la maîtrise du rythme comique

Ensuite, il enchaîne avec une fausse interaction pour savoir si son auditoire partage sa peur de l’avion. Fausse, car il pose sa question au milieu de la phrase, et l’on comprend que ce n’est pas le moment de l’interrompre. L’audience se sent incluse et, pour autant, reste bien tranquille.

Dès qu’il apporte une nouvelle information, il assène deux-trois vannes qui démontrent à quel point l’anecdote va être marrante. L’ensemble va crescendo, tandis que le public, tenu en haleine, se réjouit d’avance de se marrer comme il se doit.

Quand il est interrompu, Genius n’hésite pas à mimer et à ajouter quelques blagues. Lorsqu’il apporte une information supplémentaire, il la répète juste assez pour qu’on la retienne sans devenir lourdingue. Il y a du mime, du clown, qui apportent un truc en plus à l’histoire racontée : le tout est parfaitement dosé, équilibré.

Des rires et un copilote

Genius peut aussi compter sur sa complicité avec Jiraya, qui rebondit sur l’anecdote tout le long. Le ping-pong entre eux s’apparente à une session d’écriture, où chacun parvient à repousser les compétences comiques de l’autre. Au bout de 3 minutes, l’animateur est en larmes. Et ce n’est que le début ! Cela signifie que Genius doit tenir en haleine sur la durée après avoir très rapidement créé une atmosphère comique destructrice pour les zygomatiques.

Autre bel atout : comme Genius raconte souvent cette anecdote, il parvient à apporter des éléments supplémentaires. De fait, des gens comme Jiraya qui la connaissent déjà rient doublement. Ils riaient déjà pour les blagues qu’ils connaissaient, et la surprise de découvrir quelque chose de nouveau est encore plus jouissive. Pour voir certains spectacles et sketches plusieurs fois, je peux vous assurer que l’effet comique est décuplé, la surprise de la nouveauté comptant davantage encore que la qualité de la blague.

Pour conserver l’intensité comique après avoir fait pleurer de rire, Genius n’a plus qu’à répéter l’opération. Il enchaîne les mimes, les nouvelles informations, les métaphores et comparaisons inspirées (Verdun…).

Genius amuse la galerie dans un environnement particulier… mais il en tire profit !

Il faut préciser que mimer une bagarre alcoolisée assis sur un plateau, c’est quand même technique (et ça crée de l’hilarité, car la manière de le faire est absurde car on ne se bat pas assis).

Il faut aussi dire que l’enchaînement des péripéties « dans la vraie vie » aide grandement à construire l’intrigue. Les circonstances vont dans le sens de Genius, mais sans une vraie faculté à faire rire, à jouer et à raconter les histoires, il ne tirerait pas grands rires de cette anecdote.

L’histoire ne dit pas si Genius peut faire rire sur scène dans des conditions réelles. Cela étant, on constate une recrudescence dans les vidéos d’anecdotes sur YouTube, qui mêlent parfois vidéastes et comiques. En juillet dernier, McFly et Carlito avaient en effet invité, entre autres, Paul Mirabel et Shirley Souagnon. Preuve que ce mélange des genres fait des émules…

Crédits photos

© LeStream Replay - captures d’écran YouTube

[post_title] => Masterclass de storytelling : Genius régale ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => genius-storytelling-masterclass-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-12 14:16:25 [post_modified_gmt] => 2020-11-12 13:16:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009566 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 8 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => f4890615cee151381201ee73c24bf790 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

storytelling

Le streamer Genius raconte son anecdote hilarante de la Corée : captures d’écran

Masterclass de storytelling : Genius régale !

Alexandre Kominek au BO Saint Martin : affiche de son spectacle

Alexandre Kominek enflamme le BO Saint Martin

Presque : affiche du spectacle de Panayotis

Panayotis dans Presque : un spectacle abouti !

Une histoire d’argent : affiche du spectacle de Certe Mathurin à la Petite Loge

Une histoire d’argent : le spectacle fun de Certe Mathurin

Bon anniversaire Jean : le spectacle de Fanny Ruwet au Barbès Comedy Club

Dans Bon anniversaire Jean, Fanny Ruwet remanie le storytelling

Nicolas Fabié : affiche du spectacle Bon à rien mais prêt à tout

Bon à rien mais prêt à tout : Nicolas Fabié se fait entendre

Pépites : le spectacle de Marion Mezadorian - portrait de l’artiste

1 jour, 1 reco : les Pépites de Marion Mezadorian à la Nouvelle Seine

Certe Mathurin

Spotted - Certe Mathurin, storyteller des temps modernes