WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => elsa-bernard
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 645
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => elsa-bernard
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 645
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => elsa-bernard
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 645
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => elsa-bernard
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 645
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 645
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 645
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => elsa-bernard
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 645
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (645) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (645) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (645)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010878
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-06-16 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-06-16 06:00:00
                    [post_content] => 

Peut-on rire de tout ? Rassurez-vous, nous n’allons pas vous soumettre une thèse pour raviver le débat. Aujourd’hui, nous vous partageons une heure et demie de pur plaisir pour répondre à cette question !

Peut-on rire de tout ? Une bonne fois pour toutes et Ambroise Carminati vous répondent !

Depuis son lancement, le podcast Une bonne fois pour toutes aborde les questions qui ne trouvent jamais de réponse. Elsa Bernard, Anissa Omri et Lisa-Margaux Omri invitent leurs collègues humoristes pour échanger autour de chroniques bien senties et d’anecdotes croustillantes.

L’épisode que nous vous partageons aujourd’hui sort du lot. D’une part, l’invité du jour est le plus connu jusqu’ici. Un petit génie de la comédie qui sait tout faire, comme en atteste sa page Wikipédia. Loin des méga-stars qui remplissent des Zénith, Ambroise Carminati mise sur la qualité et jouit d’une véritable reconnaissance dans son milieu. D’ailleurs, c’est lui, Ambroise du duo Ambroise et Xavier.

Bref, c’était sans conteste l’homme de la situation pour une question aussi débattue dans notre milieu ! Quand j’ai commencé à écouter cet épisode, je partais sur de belles attentes… Je n’ai pas été déçue, loin de là !

Dès la chronique d’Anissa, vous serez dans l’ambiance

Lire des commentaires sur un article putaclic avec le bon ton, ça ne s’improvise pas. Profitez de toute une palette de personnages (pour le coup réels) en quelques minutes seulement. Prenez des notes, Anissa Omri s’en sort à merveille. Et s’il vous reste du temps et que son nom ne vous dit peu de choses, allez relire notre interview avec Anissa !

Ensuite, l’épisode embraye sur la discussion et les protagonistes abordent plusieurs perspectives. C’est vraiment instructif, réfléchi et ça va bien plus loin que les discours habituels. Pour le reste, nous vous laissons la primeur de la découverte, profitez, c’est un bonbon parmi les podcasts humour !

Crédits photo

  • Ambroise Carminati © Laura Gilli
  • Anissa Omri et Elsa Bernard © Charlotte Mallo
  • Lisa Margaux Omri © Une bonne fois pour toutes
[post_title] => Peut-on rire de tout ? La réponse en podcast ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rire-de-tout-debat-podcast [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-14 12:28:56 [post_modified_gmt] => 2021-06-14 10:28:56 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010878 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1009072 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-27 08:56:00 [post_date_gmt] => 2020-10-27 07:56:00 [post_content] =>

À Paris, les amateurs d’humour peuvent aujourd’hui profiter de nombreux comedy clubs. Plus nombreux, ces établissements mettent le paquet sur la communication et l’accueil du public. En revanche, sur le plan artistique, il reste encore beaucoup de travail. Explications.

Nb. La rédaction de cet article est antérieure à la fermeture des bars et au couvre-feu. Les critiques concernant la carte de chaque lieu concernent donc leur fonctionnement habituel.

Madame Sarfati, le Fridge : vers des comedy clubs blockbusters ?

Les deux derniers lieux à avoir fait beaucoup de bruit sont Madame Sarfati et le Fridge Comedy Club. Ouverts par des mastodontes de l’humour, Fary et Kev Adams, ils ont rapidement trouvé leur public.

J’ai donc voulu savoir comment ça se passait en vrai. Comme il y a quelques années, où je découvrais le Jamel Comedy Club, j’ai ressenti une pointe de déception. Il y a plusieurs raisons à cela, et je vais essayer d’être la plus claire possible pour que vous compreniez que oui, vous devez continuer à aller voir du stand-up là-bas.

Lieu vs. expérience : donnez envie de revenir !

Je l’ai peut-être déjà écrit, mais cette pensée revient souvent, alors autant radoter. Le One More Joke a construit son succès sur l’idée qu’une soirée stand-up était une expérience, l’occasion de créer un souvenir. Un soupçon de magie qui vous transforme en habitués.

Le Fridge et Madame Sarfati se concentrent sur des détails, comme la « finger food » ou les cocktails au nom d’humoristes américains. S’il vous plaît, laissez-moi boire un cocktail « Yacine Belhousse ». Parce que c’est lui que je viens voir, pas Jerry Seinfeld. Remarquez, y a bien Gad Elmaleh (désolée pour le troll, c’est trop tentant).

Pour rappel, je viens voir du stand-up, pas manger un hot-dog avec les doigts parce que c’est hype. Je n’ai pas faim, sauf de blagues. Comme je ne suis pas sensible à ces attentions culinaires ou superficielles, mon expérience se révèle impersonnelle, sans grande saveur. Même avec une salle originale (ça me rappelle Shrek, étrangement). Alors venons-en à ce qui nous intéresse vraiment.

Décréter que Madame Sarfati est une expérience, c’est bien… mais prouvez-le sur scène !

Des usines à humoristes

Là, je vais plus me concentrer sur Madame Sarfati. Comme vous le savez, la programmation reste secrète. En effet, le lieu considère qu’il amène une programmation de qualité, peu importe qui vous verrez.

Or, il s’avère impossible de tenir cette promesse. Pourquoi ? Parce que ma vision du stand-up de qualité ne correspond pas à ce que j’y ai vu. J’étais certes à la première session de la semaine (mercredi 19h45), mais ce n’est pas une excuse.

C’était globalement insipide. Une cooptation d’artistes qui jouent souvent sur les mêmes plateaux. Des humoristes qui proposent du stand-up vu et revu. Franchement, des blagues sur le fait que les femmes cherchent dans leur sac en désordre pour éviter de payer lors des dates ?

Vous n’avez vraiment rien d’autre à proposer ? L’humoriste numéro 2 de la soirée (Az) aurait très bien pu échanger son texte avec celui du numéro 3 (Akim Omiri), on n’y aurait vu que du feu. Alors qu’on aimerait qu’ils disent : « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! ». Heureusement que Louis Dubourg sauve le tout avec une animation très efficace.

Comme le dit très bien Stand Up France, il faudrait marquer davantage la différence avec le Paname pour confirmer le côté « premium » de Madame Sarfati.

La musicalité sans les idées ?

Ça me fait penser à la bouffe industrielle. Un bon packaging, des produits faciles à consommer et imaginés pour plaire au plus grand nombre.

Mais au fond, ce n’est pas de la qualité. On s’ennuie ferme. Bien sûr, on entend la musicalité du stand-up chère à Fary, mais le rire passe en mode automatique. Par conséquent, on rit sans s’en rendre compte, avant de se dire « il a dit quoi, en fait ? ». Comme si le stand-up était une franchise, parfois calquée sur un modèle américain qui n’est peut-être pas le meilleur pour nous…

Il est encore trop tôt pour savoir si le Fridge se dirige vers le même écueil que Madame Sarfati. Parce que les choses y sont faites avec plus d’humilité et beaucoup plus d’envie d’ouvrir des portes. À peine ouvert, le lieu de Kev Adams montre à la fois des promesses, mais aussi cette volonté de porter l’héritage du stand-up américain sur ses murs et dans vos verres. On restera attentif à son évolution, donc.

Le stand-up français, qu’est-ce que c’est ? Les comedy clubs le dévoilent-ils sous son grand jour ?

Au fond, c’est peut-être Shirley Souagnon qui a vu juste. Dans son documentaire, elle voulait donner naissance au stand-up français. Se sortir du carcan du stand-up à l’américaine. Porter une nouvelle génération. Avec le Barbès Comedy Club, l’humoriste est en train de réussir son pari.

Cependant, il existe un écueil dans ces nouveaux lieux plus « bienveillants ». Certains humoristes confient ne pas toujours se sentir libres de jouer ce qu’ils veulent. Je crois qu’on leur dit surtout que certaines choses peuvent offenser ou être énoncées avec plus d’intelligence… Tandis que dans des lieux où l’on fait moins attention au contenu de certains, d’autres se sentent mal à l’aise… Qui dit vrai, alors ?

Bien connaître la politique d’un lieu est primordial. Le Barbès Comedy Club, puisqu’on parle de lui, joue la carte de la transparence. Dans son guide de l’humoriste, les règles sont claires :

Aucun propos discriminatoire, aucun discours haineux et aucune personne en état d’ébriété ou susceptible de comportements violents ne seront acceptés dans l’enceinte de l’établissement. (…) Sur scène ne sont pas tolérées, les propos à caractère discriminatoire, visant à porter un discours haineux.

Les artistes, dans leur propos sur scène comme dans leur comportement dans le lieu, doivent donc respecter certaines règles, étayées plus loin.

L’accès pourra être refusé au public et artistes dans les cas suivants :

- À toute personne coupable d’une altercation lors d’une précédente soirée.

- À toute personne dont l’attitude ou le comportement, paraît menaçant, douteux ou vulgaire et laisse ainsi raisonnablement prévoir un risque de trouble à l’intérieur de l’établissement. (…)

Dans l’enceinte de l’établissement il est formellement interdit : (…)

- De faire preuve d’irrespect et/ou d’impolitesse et/ou agressivité envers les clients, les employés ou les artistes.

Liberté d’expression encadrée ?

Si les humoristes connaissent les règles du jeu, on peut s’interroger sur la manière de juger les passages des humoristes. Le Barbès Comedy Club assure que « la Nouvelle Maison du Stand-Up est un endroit safe pour le test ».

Le club précise ainsi que « seul le public est juge, la direction artistique du lieu se charge uniquement de vous conseiller et de programmer les passages qui cartonnent sur des shows payants ». Dans la même veine, voici un autre extrait du guide de l’humoriste : « n’oubliez pas que personne n’est jugé à la Maison, vous êtes aux Micros Ouverts pour tester des blagues et vous amuser ».

Ces règles ne sortent pas de nulle part. Pendant des années, certains plateaux d’humour avaient la réputation d’être des lieux loin d’être bienveillants. L’agressivité, les propos irrespectueux envers les femmes dans les loges d’artistes étaient parfois monnaie courante. De fait, quand Shirley Souagnon a imaginé son lieu, elle a voulu offrir un espace de liberté en fixant des règles pour contrecarrer l’agressivité d’antan. On vit là ce que les anglo-saxons ont traversé lors de la naissance de l’alternative comedy.

Fatalement, comme il s’agissait du premier comedy club qui proposait des créneaux chaque jour, cela évoque le Paname Art Café. Ce lieu a reçu énormément de critiques, tantôt justifiées, tantôt virulentes. Cependant, il reste une institution pour débuter et rapidement jouer sur des horaires plus en vue.

La politique du lieu est moins transparente, mais les artistes apprécient de pouvoir jouer ce qu’ils veulent. Tout est une question de sensibilité : certains seront plus à l’aise avec un encadrement strict, d’autres apprécieront qu’on leur fiche la paix.

On aurait tort de penser que cela concerne des lieux en particuliers. En réalité, les humoristes se programment entre eux et certains évaluent en permanence chaque prestation au lieu de faire preuve de clémence quand les choses tournent mal. Le phénomène est donc plus individuel que collectif : les justiciers autoproclamés de la vanne peuvent amener certains à l’autocensure…

Ressenti ou censure réelle ? Même s’il s’agit simplement d’humour, on pourrait faire un parallèle avec la loi Avia et ses multiples tentatives de réglementation. En effet, parfois, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Les réactions émotionnelles, qui font partie des thèmes du dernier spectacle de l’humoriste Haroun, ne sont pas le meilleur guide… Chacun devra y réfléchir et prendre les responsabilités de ses choix envers les autres artistes…

Lutter contre la cooptation : l’enjeu majeur du stand-up actuel

Au-delà des lieux, il y a donc un véritable défi de programmation à Paris. Il est documenté dans la presse comme dans les discussions des nouveaux humoristes. Soit on a des programmations volontaristes et thématiques, soit on a des cooptations qui aboutissent à des formatages. On a une telle richesse de talents, mais chaque bande évolue avec des œillères. Sans porter celle d’à côté, parfois même en réponse au rejet de l’autre bande…

Cela rend plus complexe la détection de talents. Il faut aller partout, sinon vous verrez un mince échantillon à peine représentatif… Par exemple, j’ai lu récemment sur un réseau social que John Sulo était la nouvelle étoile montante du stand-up français. Sur quelle base puis-je vérifier une telle affirmation ? Je l’ai vu au Paname Art Café il y a un an ou deux. Il est drôle et le Point Virgule le convie à jouer lors d’exceptionnelles. Mais de là à l’ériger en une étoile montante (la seule qui plus est, à en croire leur community manager)… Les communicants de ce monde ont complètement craqué.

Faire émerger l’originalité humoristique : l’idéal à poursuivre inlassablement

On m’objectera que j’aime les originaux, ceux qui privilégient la qualité à la quantité de rires et nécessitent une promotion accrue. Mais pensez-vous franchement que les artistes qui jouent à Madame Sarfati peuvent tous remplir des salles sans un coup de pouce promotionnel ou une cooptation ? Clairement, leur seul talent artistique ne suffit pas, car il est encore à construire. Certains ne cherchent même pas à construire un spectacle (pour suivre les traces de leurs idoles américaines…). Et même les meilleurs ont besoin de promotion, alors…

Il est urgent de diversifier les talents, de donner la chance à d’autres personnes. On objecte souvent, pour les femmes humoristes par exemple, qu’elles ne sont pas assez drôles pour bénéficier de telles cooptations. Mais pensez-vous vraiment que les hommes humoristes qui réalisent leurs premières grosses scènes sont prêts à faire rire le public ? Ou alors est-ce l’accumulation d’opportunités qui leur permet d’exister plus vite ? On peut aussi opposer le stand-up des comedy clubs à celui des plateaux d’humour alternatifs… Ça marche aussi.

Il faudra bien sûr faire attention dans ce manège qui fait osciller les talents entre méritocratie et piston. Pour le moment, chaque gérant de comedy club a sa politique et il devient plus facile de trouver son chemin en tant qu’artiste. Les choses avancent. Bientôt peut-être, on n’entendra plus les mots « c’est mon gars sûr » prononcés par un type qui annonce l’artiste suivant alors qu’il ne le connaît pas. Rêvons un peu…

Comedy clubs, médias, public : la quête des nouveaux talents doit être personnelle

On n’obtiendra jamais l’égalité des chances et probablement pas la parité. Cependant, l’espoir naît dans la concurrence et l’innovation des plateaux indépendants.

C’est à chacun de bosser en son âme et conscience, avec la passion de l’humour comme moteur, pour amener les talents au public. Pasquinade, dont nous vous avons parlé il y a quelques temps, répond exactement à cette problématique. Autre exemple : les organisatrices du plateau le Cercle du rire, Anissa Omri et Elsa Bernard, accompagnent les femmes qui se lancent (répétitions…) et s’entraident pour les faire jouer dans de bonnes conditions.

Autre enjeu crucial : les médias ont la responsabilité d’expliquer pourquoi ils assurent la promotion de certains au détriment d’autres avec le plus de transparence possible. Il faudra laisser une part au parti-pris et à la sensibilité individuelle, mais toujours l’expliquer et se préparer à rendre des comptes.

Il faudra aussi que le public accepte de ne pas prendre les critiques et recommandations comme des vérités incontestables. Surtout que les critiques ajoutent parfois une dimension politique à leur prisme de sélection artistique. Cela fait partie du jeu, mais cela peut pénaliser certains artistes si tout le monde est du même avis. Ou si les critiques sont peu nombreux.

Soyons intelligents dans nos choix artistiques, qu’on soit programmateur, spectateur, humoriste ou journaliste. C’est la seule manière de reprendre le contrôle sur l’amas d’humoristes qu’on nous impose ou dissimule à longueur de journée dans les comedy clubs comme ailleurs. C’est à chacun d’aller puiser dans la richesse humoristique des comedy clubs, des théâtres et des plateaux d’humour.

[post_title] => Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedy-clubs-formatage-standup [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-11-03 13:48:21 [post_modified_gmt] => 2020-11-03 12:48:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 6290 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-22 10:43:16 [post_date_gmt] => 2019-06-22 08:43:16 [post_content] =>

La fin de saison des plateaux humour approche. Pour autant, les organismes ne sont pas éreintés. Vous avez toujours la pêche pour rire ? Ils sont fidèles au poste, et je les ai vus se démener pour vous faire rire !

After Work Comédie

Lucie Carbone monte en puissance : showcase à la Petite loge d’un côté, création d’une scène ouverte un peu spéciale. En résumé, c’est le Laugh Steady Crew des artistes par les artistes.

Comment ça marche ? Chaque semaine, Lucie propose une série de thèmes sur l’actualité dans un groupe d’humoristes qui ont les crocs. Au début, c’était premier arrivé, premier servi. Alors évidemment, les abus allaient bon train. Si je parlais comme Tania Dutel, ça donnerait ça :

V’là ti pas qu’ils postent un commentaire pour être premiers de la liste, et ils le modifient pour avoir le thème de leur choix…

Depuis, les humoristes doivent proposer une punchline et Lucie sélectionne les meilleures pour décider qui joue. C’est grosse logistique pour offrir un spectacle de qualité par la toute nouvelle génération du rire en plateaux humour. Le format est très convivial et oscille entre talk-show et sketches inédits.

Qui participe ?

Hugo Gertner, Audrey Baldassarre, Julie-Albertine Lona Jackson, Mahaut, Mathias Fudala, Thibaud Agoston… ou encore Arezki Chougar et Rémi Lufuta ! Plein de monde s’alterne ainsi chaque mardi à 19h45 au Jardin Sauvage.

Ça dit quoi ? Comedy Club

La Boîte à rire continue de se faire une réputation. Ce théâtre ouvre ses portes à de jeunes humoristes. Oui, il faut faire le tri — mais c’est à ça qu’on sert au spot du rire ! On y avait déjà apprécié Adrien Montowski et Fabien Guilbaud, et aussi les plateaux Laughing Box Comedy et Cap ou pas cap comedy.

Depuis plusieurs semaines, le Ça dit quoi ? Comedy Club investit la salle. Aux commandes, Mathieu Polo et Alexis Tramoni. Le mode est très petit, parce que j’ai travaillé avec le frère de Mathieu Polo pendant un certain temps. Vu comment il citait sans aucune difficulté le répertoire entier de Kad et Olivier sur Comédie, je me disais que ça allait être assez beau de voir un autre membre de la famille amuser la galerie.

Zoom sur les maîtres de cérémonie, Mathieu Polo et Alexis Tramoni

Mathieu Polo a un style très tranquille. Pas tranquille comme Djimo, mais mesuré et posé. Il monte sur scène depuis moins de six mois, et sa formation au conservatoire l’aide à avoir une certaine prestance.

Au début, je croyais qu’il tombait dans des lieux communs, mais il nous a vraiment surpris avec des retournements de situation très appréciables. Il commence tout juste à montrer sa bouille sur les programmations de plateau, et j’ai hâte de voir son évolution !

Alexis Tramoni, c’est autre chose. Il est complètement dingue, presque dans un état second. Au début, j’ai vraiment cru que c’était un ringard fini. Il hurlait dans le micro et se foutait de lui-même avec une désinvolture inédite.

En réalité, le rire vient de là. Il nous arrive aussi violemment qu’avec un Florent Mathey ou un Monsieur Fraize. Ou mieux encore, un Timothé Poissonnet : ils jouent sur la même corde. Comment fait-il pour nous proposer un tel truc ? On finit par craquer et pleurer de rire. Un peu comme pour Yacine Belhousse, ne résistez pas à l’univers de ces artistes, ou vous allez saigner du nez. C’est la règle n°1 des plateaux d’humour, ça va de soi.

Qui participe ?

Parmi les premiers invités, vous pouvez découvrir plusieurs noms sympathiques. Alexandre Di Mambro, par exemple, mais aussi Timothé Poissonnet (l’association avec Tramoni est cocasse). J’étais là quand ils ont essayé de récupérer Pierre Thevenoux. Ça commence à être lourd.

Le Cercle du Rire

Mon histoire avec le Cercle du Rire a mal commencé. Le premier organisateur a accompli un travail formidable pour hisser son plateau vers la notoriété. Mais avec le spot du rire, ça s’est mal passé. Harcèlement pour parler du plateau, puis pour venir. On ne va pas se mentir, il y a eu clash.

Heureusement, aujourd’hui ce sont deux filles extrêmement drôles qui mènent la danse : Elsa Bernard et Anissa Omri. La dynamique a complètement changé, le lieu aussi : Alf, dans le 11e arrondissement.

C’est au Cercle que j’ai rencontré Alexis Tramoni. Et je l’ai revu en juin, quelques jours après le Ça dit quoi ? Comedy club. Il ne hurlait plus dans le micro, et restait drôle. J’étais étonnée de cette palette.

Karim chauffait la salle et Anissa gérait le tout tandis qu’Elsa se prélassait probablement en Corse. Ce plateau d’humour est cosy, tranquille. Tu es aussi bien installé qu’à Dimanche Marrant à la Brasserie Barbès, sans la sensation d’être dans la ligne 13 !

Qui participe ?

Encore du beau monde, décidément ! Là, on avait carrément Yacine Belhousse. Mais aussi Pierre Thevenoux (Il est partout, ou alors je le suis ? Je vous laisse juge.), Adrien Montowski… et le revenant Julien Chapel. Ça faisait longtemps, depuis la fin de son spectacle à la Cible ! Si vous l’aimez, sachez qu’il revient en plateau…

Les Ouais Ouais Ouais

Un point super rapide sur ce nouveau podcast. Les deux recrues du Laugh Steady Crew ont joué à Nantes. Qui dit Nantes dit Tocards (on y vient).

Et du coup, ils enregistrent un podcast commun ce dimanche. Et bientôt, je vais sûrement m’incruster. Voilà comment on se sent quand on sait ça :

Fin du mois en apothéose

Le mois de juin est déjà bien rempli ? Je ne vous parle pas trop du Point Virgule fait l’Olympia : c’était une soirée assez classique avec des blagues déjà entendues ici et là. Le genre de soirées essentielle pour le grand public, mais qui n’a pas grand intérêt si vous savez déjà trouver vos soirées stand-up en toute autonomie.

La programmation était de meilleure qualité que quand j’y suis allée il y a deux ans. Or, j’ai quand même entendu des gens du public dire qu’il y avait deux-trois personnes à chier. Si c’est eux qui le disent, je ne suis pas responsable. En réalité, les soirées du groupe JMD sont un panorama pour plaire au plus grand nombre. Chacun prend l’humoriste qui lui convient et il y a peu d’entre-soi comme en plateaux humour.

Et là, comme c’était Antoinette Colin et le Point Virgule aux commandes, c’était mieux que d’habitude. Arnaud Tsamère était meilleur dans l’exercice du maître de cérémonie que Nicole Ferroni au FUP. Fin de la parenthèse, je pensais déjà à la fin de mon mois. Je vous la présente, histoire que vous puissiez la vivre aussi !

Antoine Sentenac et les 2 tocards

La distance entre Paris et Nantes se réduit de minute en minute. On connaît bien les 2 tocards font du stand-up. On connaît moins Antoine Sentenac, mais ça va changer ! En effet, Antoine Sentenac fera sa première date parisienne à la fin du mois.

Ce sera encore une fois au Théâtre la Cible. Si vous n’avez qu’un spectacle à aller voir, c’est peut-être celui-là. Antoine Sentenac, c’est le Blaise Bersinger nantais. Comprenez : ses collègues humoristiques l’érigent souvent en exemple, ou du moins en name dropping. On en entend parler, le bouche-à-oreille artistique fonctionne bien.

Parce que des images valent mieux qu’une description fleuve, je vous invite à aller voir son profil Instagram. Cela devrait suffire à vous convaincre de prendre votre place pour cette date unique du 29 juin à 19 heures.

Ensuite, vous pourrez continuer avec les 2 tocards, Kévin Robin et Maxime Stockner. Pas d’excuse, ils jouent au même endroit à 21 heures !

Léopold

Léopold est aussi un fou. Je vous ai sûrement déjà parlé de sa chaîne Twitch à demi-mot : il propose des talks avec d’autres humoristes (coucou le Meilleur Podcast) et de nombreuses autres choses.

En juin et juillet, il joue ses dernières dates à la Comédie des 3 bornes. Le vendredi ou le samedi, vous avez le choix, mais soyez là à 20 heures. Je sens que ça va être un bon moment, alors je vous recommande déjà de tenter l’expérience. Si vous l’avez vu dans des plateaux humour, vous connaissez déjà son univers et vous savez que vous rirez.

Ce n’est pas toujours le cas pour tout le monde, mais j’y vais en toute confiance pour lui.

Bonus : la fin d’une ère

Ce matin, avant d’écrire ces lignes, je regardais le dernière épisode de Mauvaise Langue. J’espère que ça continuera, mais je voulais saluer la prouesse de 22 épisodes pour cette saison 2 !

Autre fin à prévoir : le 33 Comedy ne se tiendra plus à la Grange après ce mois de juillet. Il vous reste, à l’heure où j’écris, six chances de (re)vivre une belle soirée de stand-up à la Grange. Je vous copie le message des organisateurs :

Ça y est ! Elle était plus ou moins annoncée par les bookmakers du monde entier, c'est la fin. La fin du 33 Comedy à La Grange.

Loin de nous l'idée de vous dire que parce que c'est les dernières, il faut absolument venir. Mais c'est les dernières donc il faut absolument venir.
Pour les 6 derniers épisodes de la série 33 Comedy, on a décidé d'inviter 1 humoriste chaque mardi qui a marqué notre petite histoire.

Le premier de cette série, c'est Haroun. Il a été le tout premier à poser ses pieds sur la scène du 33. Il avait à peine 8 ans et il faisait des blagues sur le fait qu'il avait pas une tête d'humoriste.

Aujourd'hui, il fait partie des figures du stand up en France.

Dépêche-toi de réserver !

Tu peux aussi déjà réserver tous tes mardis de juillet. On va te dire au revoir proprement.

Bisous,
Antek, Ghislain Blique, Jean-Patrick / Je Suis Lapin

33 Comedy Winterfell

Mon 33 Comedy

Le 33 et moi, c’est une putain d’histoire d’amour. J’y ai rencontré tellement d’humoristes. J’ai joué là-bas, les gars. Ça ne s’oublie pas dans l’écosystème des plateaux humour. J’ai raconté trop d’anecdotes personnelles dans ces loges. J’ai même amené un rendez-vous Once une fois (c’est comme Tinder, mais dans le déni de Tinder). C’est n’importe quoi.

J’ai vu Nadim et Jean-Philippe de Tinguy dans la même soirée, cette même soirée où j’ai rencontré Florent Mathey. J’ai rencontré Antonin, qui écrit pour moi aujourd’hui sur de l’improvisation. Il était avec Els - Lost in France, quoi !

C’est là où j’ai gagné les chaussettes que Ghislain offrait dans Sympa la vie. Effectivement, vu qu’elles étaient à ma taille, je sens qu’il s’est bien fait arnaquer par Lidl. Réécoutez tous les épisodes pour comprendre !

J’ai amené des gaufres. J’ai vu Odah et Dako deux fois et ils ne doivent plus se souvenir de moi. Putain, c’est la famille, quoi. Mieux que France 98. Aussi bien qu’un Fifa chez Manu Bibard où je perds lamentablement en ayant dit que j’étais trop douée.

J’ai vu Louis Dubourg parler de son coloc en tailleur. J’étais là quand ils faisaient Antek on R. Je ne sais pas quoi vous dire, allez-y pour vous recueillir. Le Lourdes du stand-up. Je suis en plein craquage, mais c’est trop grave ! Je m’enflamme. Pardon. Allez-y, c’est tout.

Merci les gars. Merci les plateaux humour.

[post_title] => 5 expériences marquantes de juin 2019 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateaux-humour-juin-19 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-06-22 12:30:49 [post_modified_gmt] => 2019-06-22 10:30:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6290 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6257 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-02 15:57:11 [post_date_gmt] => 2019-06-02 13:57:11 [post_content] =>

Le spot du rire fête déjà ses deux premières années. C’est un nouveau palier franchi pour votre média web humour, et il reste encore beaucoup à faire. Cette année, j’ai ouvert les portes à de nouveaux rédacteurs ponctuels : Antonin, Fabien et Noé.

Pas encore de filles, mais je n’ai pas encore eu de demandes. Je fais un coucou à Harlem Dallas, qui devait nous raconter son parcours à Montréal — ça change du Labo du rire ;) Des illustrateurs et YouTubeurs pourraient également suivre…

C’est tellement bénéfique pour moi d’avoir ce sang neuf ! Parce qu’en réalité, le temps se fait rare et bloguer sur son temps libre reste un exercice d’équilibriste. J’ai fait le calcul : 100 spectacles ou plateaux d’humour par an, 20 heures par semaine (écoute de podcasts et autres contenus humour compris, sinon ce serait difficile…).

En contrepartie, les avantages sont nombreux. Déjà, les invitations pleuvent : il y en a même beaucoup trop. Le mieux, c’est les échanges quotidiens avec les humoristes en devenir. Je ne connais pas d’activité plus nourrissante que d’être au milieu de ces champions de la vanne. Les rencontres de l’année passée et la reconnaissance des professionnels du spectacle vivant : voilà ce que je retiens principalement.

Votre média web humour : quel est le programme pour l’année qui vient ?

Toujours plus d’immersion, d’anecdotes de premières scènes et de découvertes humour. La carte des plateaux va continuer à s’enrichir. Pour vous dire la vérité, si les publications sont moins nombreuses que l’année dernière, le travail en coulisses continue.

Ce qui m’en apprend le plus sur le milieu, c’est échanger avec les nouvelles têtes de l’humour. Il y a eu un creux en 2018, mais la génération qui émerge en 2019 a déjà tous les codes. Bien sûr, je ne parle pas de tout le monde. Mais je pense à des Elsa Bernard et autres Arezki Chougar… Déjà, ils étaient sur le Twitch de Léopold (vous en avez entendu parler dans notre dernière newsletter si vous faites partie des 40 heureux élus).

De nouvelles têtes, partout !

Cela fait bizarre d’avoir fait un pas de côté et de ne plus tellement voir les Ghislain Blique ou Rémi Boyes, que j'idolâtrais dès le début. Maintenant, il y a tout un folklore sur les Tocards ou Audrey Jésus… C’est simple : mes derniers coups de cœur, je les ai d’abord connus sur le web (YouTube ou podcasts) avant de les voir sur scène. J’avais déjà validé leur talent avant de les voir faire du stand-up. C’est bizarre, mais cela marche aussi, alors…

Je ne vais pas vous annoncer de programme précis, car je n’aurais jamais pensé que ces derniers mois prendraient une telle tournure. Le plus gros choc, c’est le changement de registre. Jamais au début du site je n’aurais écrit ainsi, ou comme ça, ou encore comme ça (no limit). Et puis, tant qu’on y est, comme ça aussi (pardon). Cette liberté, ces tests qui parfois étonnent ou irritent, c’est avant tout un jeu, un prétexte pour écrire et laisser libre cours à ma créativité. Si cela sert au spectacle vivant, tant mieux. Je sais juste que j’étais au plus près de ce que je voulais faire, car j’aurais été incapable de faire autrement. Si ça va trop loin, on corrige, on s’excuse. Accepter de faire des erreurs m’a beaucoup aidée cette année.

Je vous promets de continuer sur cette ligne d'honnêteté, en plus c'est à la mode. Et je souhaite à tous les humoristes d’être eux aussi fidèles à eux-mêmes : cela les aidera grandement dans leurs succès futurs.

Bon, on repart pour vous offrir le meilleur média web humour ? :)

Crédits photo

© Mo Hadji, qui est le premier des pros à m’avoir fait confiance… comme l’atteste cette photo de mon premier reportage. Je le remercie infiniment de m’avoir laissée rentrer dans ses événements, même si j’ai clairement toujours été dure dans mes analyses. Trop proche des artistes, j’ai parfois eu du mal à faire la part des choses. La réalité, c’est que je crois en leur amélioration, sinon je m’abstiendrai.

Il fait partie des innombrables personnes qui se démènent pour le spectacle vivant, mais qui n’obtiennent pas forcément de récompense pour les efforts entrepris. Pourtant, il en faut de la générosité pour démarcher les théâtres et faire vivre la nouvelle scène humoristique. Ils sont peu à faire confiance aux nouveaux talents, et il est nécessaire de les respecter coûte que coûte.

Je pense que la clémence que nous avons eue l’un pour l’autre vient de là. Aujourd’hui, je veux lui dire merci et bravo d’avoir déniché des Alexandra Pizzagali, Clément K ou encore Nadim !

[post_title] => Votre média web humour, le spot du rire, a 2 ans ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => media-web-humour-2ans [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-06-02 16:51:07 [post_modified_gmt] => 2019-06-02 14:51:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6257 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 4 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010878 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-16 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-16 06:00:00 [post_content] =>

Peut-on rire de tout ? Rassurez-vous, nous n’allons pas vous soumettre une thèse pour raviver le débat. Aujourd’hui, nous vous partageons une heure et demie de pur plaisir pour répondre à cette question !

Peut-on rire de tout ? Une bonne fois pour toutes et Ambroise Carminati vous répondent !

Depuis son lancement, le podcast Une bonne fois pour toutes aborde les questions qui ne trouvent jamais de réponse. Elsa Bernard, Anissa Omri et Lisa-Margaux Omri invitent leurs collègues humoristes pour échanger autour de chroniques bien senties et d’anecdotes croustillantes.

L’épisode que nous vous partageons aujourd’hui sort du lot. D’une part, l’invité du jour est le plus connu jusqu’ici. Un petit génie de la comédie qui sait tout faire, comme en atteste sa page Wikipédia. Loin des méga-stars qui remplissent des Zénith, Ambroise Carminati mise sur la qualité et jouit d’une véritable reconnaissance dans son milieu. D’ailleurs, c’est lui, Ambroise du duo Ambroise et Xavier.

Bref, c’était sans conteste l’homme de la situation pour une question aussi débattue dans notre milieu ! Quand j’ai commencé à écouter cet épisode, je partais sur de belles attentes… Je n’ai pas été déçue, loin de là !

Dès la chronique d’Anissa, vous serez dans l’ambiance

Lire des commentaires sur un article putaclic avec le bon ton, ça ne s’improvise pas. Profitez de toute une palette de personnages (pour le coup réels) en quelques minutes seulement. Prenez des notes, Anissa Omri s’en sort à merveille. Et s’il vous reste du temps et que son nom ne vous dit peu de choses, allez relire notre interview avec Anissa !

Ensuite, l’épisode embraye sur la discussion et les protagonistes abordent plusieurs perspectives. C’est vraiment instructif, réfléchi et ça va bien plus loin que les discours habituels. Pour le reste, nous vous laissons la primeur de la découverte, profitez, c’est un bonbon parmi les podcasts humour !

Crédits photo

  • Ambroise Carminati © Laura Gilli
  • Anissa Omri et Elsa Bernard © Charlotte Mallo
  • Lisa Margaux Omri © Une bonne fois pour toutes
[post_title] => Peut-on rire de tout ? La réponse en podcast ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rire-de-tout-debat-podcast [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-14 12:28:56 [post_modified_gmt] => 2021-06-14 10:28:56 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010878 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 4 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 0674bd7e14426c2ddc9631b4907cec7d [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Elsa Bernard

Peut-on rire de tout ? Les invités de l’épisode d’Une bonne fois pour toutes

Peut-on rire de tout ? La réponse en podcast !

Comedy Clubs à Paris : comment faire émerger les nouveaux talents ?

Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ?

Plateaux humour : la fin du 33 comedy à la Grange !

5 expériences marquantes de juin 2019

Le spot du rire : votre guide humoristique indispensable

Votre média web humour, le spot du rire, a 2 ans !