Publications liées au mot-clé : Théâtre du Marais

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => theatre-du-marais
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 378
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => theatre-du-marais
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 378
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => theatre-du-marais
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 378
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => theatre-du-marais
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 378
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 378
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 378
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => theatre-du-marais
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 378
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (378) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (378) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (378)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1008772
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-09-07 15:32:01
                    [post_date_gmt] => 2020-09-07 13:32:01
                    [post_content] => 

Ironie de l’histoire, c’est le nouveau spectacle de Réda Seddiki. Le spot du rire a profité de l’ouverture estivale du Théâtre du Marais pour y assister à deux reprises. Avec à chaque fois le même verdict : ce spectacle et cet artiste sont inclassables !

Ironie de l’histoire : la nouvelle création de Réda Seddiki

Après Deux mètres et davantage de liberté, Réda Seddiki continue son chemin dans la salle des outsiders, le Théâtre du Marais. Dans ce lieu, les artistes oscillent entre stand-up et seul-en-scène. Ils manient généralement l’émotion, l’écriture et les traits d’esprit inspirés.

Réda Seddiki est un de ceux-là, cela ne fait aucun doute. Avant de voir son spectacle Ironie de l’histoire, j’imaginais découvrir un univers très poétique, où les blagues légères ou potaches seraient absentes. Un truc à la Félix Radu, qui mise tout sur le verbe et le prestige.

Mais Réda est plus inattendu et surprenant que cela. En regardant son affiche, on s’attend à voir un spectacle assez noble, à message, quitte à verser dans la philosophie. Réda joue pourtant sur le pas de côté : il alterne de véritables prises de position, un univers poétique et des one-liners plus terre-à-terre.

Les sujets qu’il aborde sont variés, parfois même des lieux communs : les relations, l’identité… Réda fuit pourtant la facilité grâce à des métaphores bien senties et une manière très originale d’étayer son propos. Par contraste, des artistes comme Fary, malgré leur aura et leur prestige, sont déjà tombés dans les écueils de spectacles vus et revus autour de la religion.

L’œuvre d’un esprit libre

Car les artistes qui pensent par eux-mêmes, mûrissent leur réflexion et la livrent simplement sont encore trop rares. Réda est un homme libre, qui se désolidarise de tous les qualificatifs qu’on pourrait lui attribuer. Il est de ceux qui peuvent rire d’un rien. L’un de ceux qui, aussi, ont gardé un brin de naïveté et de légèreté. Ceux qui se détachent brillamment de l’accumulation d’actualités montées en épingle pour plus de dramaturgie.

S’engager sans se perdre dans du cynisme et sans céder au pessimisme… Voilà ce qui pourrait (un peu) résumer ce grand gaillard de l’humour, même si ce serait cantonner cet esprit libre à une description trop réductrice.

Des anecdotes qui s’enchaînent

Ironie de l’histoire, c’est finalement une série d’histoires qui se savoure à une vitesse folle. Lorsque j’ai vu le spectacle pour la première fois, je n’ai pas vu le temps passer. L’heure m’a paru 30 minutes.

C’est tellement rare, j’ai eu du mal à y croire. Il n’y avait pas de première partie la première fois, Avril l’assurait la seconde fois. L’association des deux artistes, nouveaux coups de cœur du dénicheur de talents Gérard Sibelle, fonctionne très bien.

Quel bilan tirer de ces deux soirées ? En très peu de temps, Réda a déjà consolidé ce rodage. Grâce à ce quasi-record de vitesse, il est donc fin prêt pour jouer à la Nouvelle Seine dès le mois d’octobre. Pour l’heure, il achève les deux premiers mois de vie du spectacle avec brio au Théâtre du Marais. Une chose est sûre : on reviendra, et on continuera à être surpris.

Crédits photo (affiche)

© Bazil des îles

[post_title] => Ironie de l’histoire : l’œuvre de l’inclassable Réda Seddiki [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => ironie-histoire-spectacle-reda-seddiki [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-07 15:33:35 [post_modified_gmt] => 2020-09-07 13:33:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008772 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1006285 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-03 09:04:00 [post_date_gmt] => 2020-06-03 07:04:00 [post_content] =>

Classer Clément K en découverte humour, c’est quasiment un dû. Quand certaines de nos découvertes n’en sont qu’à un stade embryonnaire, Clément K figure parmi les nouveaux talents avérés du rire.

Clément K : découvrez l’itinéraire d’un outsider

Pourquoi maintenant, alors ? Tout d’abord, Clément K perdure parmi les artistes à suivre. Dès ses débuts, il réussit à convaincre le public et les professionnels. Ce journaliste de formation, habitué aux chroniques locales, s’essaye rapidement au stand-up avec un certain succès dans les plateaux, les festivals et autres concours.

Sans surprise, le théâtre de la Petite Loge lui offre un créneau pour son premier spectacle, Clément K ne croit en rien. Le succès est au rendez-vous, et Clément embraye logiquement sur le théâtre du Marais. Il se heurte à une difficulté supplémentaire : le remplissage.

Et c’est là qu’on intervient. Qu’est-ce qui distingue Clément K du reste des humoristes ? On est en droit de se poser la question, tant l’offre est pléthorique. Dans la catégorie des humoristes un brin provocateurs et irrévérencieux, Clément K a trouvé sa place. Cela dit, il serait dommageable de le considérer comme l’humoriste belge Pierre-Emmanuel alias PE. On n’est pas sur le même « trash ». Vérifiez-le avec ses interviews anonymes et autres chroniques sur Twitch, ses dernières prouesses comiques de qualité.

Douce finesse vs. humour piquant

Donc, Clément K propose autre chose. Avec une écriture très ciselée et une véritable finesse dans sa comédie, cet humoriste livre à demi-mot sa sensibilité et une fibre sociale… qui le rendent inévitablement attachant. Son propos est toujours très juste, sans tomber dans l’écueil de la conférence humoristique.

Clément K, c’est aussi l’art de vous emmener là où vous ne vous attendiez pas. Le spectateur que vous êtes feint alors l’indignation avant de libérer un rire franc. Il est davantage de l’héritage d’un Gaspard Proust que d’un Lamine Lezghad, très puissant au demeurant, mais pour qui nous ne développons un tel coup de cœur.

Pourquoi toutes ces comparaisons ? Parce que Clément K, comme nombre d’autres talents, passe juste à côté des écrans radars de certains critiques (malgré des exceptions). Comme un Harold Barbé, il lui faudrait juste un coup de pouce pour vous entraîner dans sa salle, et vous offrir une délicieuse surprise. Vous ne vous attendiez pas à le voir, vous serez enchanté de le découvrir.

Et à la sortie de la salle, vous vous demanderez avec plus ou moins de passion : « Mais pourquoi diable les médias ne parlent-ils pas de ma dernière découverte, Clément K ? ». Avis aux attachés de presse et producteurs de France et de Navarre : vous cherchez un talent enthousiasmant ? Nous vous le livrons sur un plateau. Faites vite avant que quelqu’un d’autre s’en rende compte…

[post_title] => La découverte du mois - juin 2020 - Clément K [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-clement-k [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-31 10:02:08 [post_modified_gmt] => 2020-05-31 08:02:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006285 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 6655 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-18 10:00:22 [post_date_gmt] => 2019-09-18 08:00:22 [post_content] =>

Clément K ne croit en rien, mais il continue son parcours humoristique au Théâtre du Marais. Malgré ce titre, il poursuit sa bonne étoile avec beaucoup d’abnégation. Si vous avez manqué le début, il est encore temps de prendre le train en marche…

Clément K ne croit en rien : plus que de l’humour désabusé

Clément K évolue là où les professionnels cherchent des humoristes. Ils adorent l’irrévérence et l’écriture ciselée. Ils cherchent à tout prix que le public s’offusque autant qu’il se marre. C’est un bon client qui se prête bien aux exercices médiatiques (pas étonnant vu sa formation de journaliste). Il évolue d’ailleurs sous l’œil bienveillant de Mo Hadji, comme Alexandra Pizzagali ou Thibaud Agoston.

De fait, les récompenses pleuvent. Mais alors, qu’a-t-il en plus qu’un bon humoriste dans l’air du temps ? Comment différencier ce spectacle de la première mouture de Joie de vivre, de Charles Nouveau ? Après tout, les deux passaient par la Petite Loge avant d’investir les grandes salles. Ce moment charnière où il est si simple de plafonner…

Je vais être honnête avec vous : je n’ai pas de réponse à ces interrogations. En réalité, tout va se jouer très vite pour ce bon élève du rire. Son ascension a été rapide et maîtrisée. C’est toujours un moment agréable de le voir sur scène, aussi. Je vous avoue que ça fait longtemps que je l’ai vu : c’est une sorte de vieil ami, avec lequel j’ai perdu mes repères. Et j’ai diablement envie de retrouvailles. Je ne veux plus que son talent soit un lointain souvenir pour moi…

J’attends donc avec impatience le jour où je reviendrai rue Volta pour retrouver son humour et replonger dans le rire. Parce que c’est un incontournable à voir pour tout chercheur de talent. Suivre Clément K, c’est vivre la ruée vers l’or du rire.

Infos pratiques

Quand ?Les dimanches à 19h jusqu’au 29 mars
Où ?Théâtre du Marais (Arts et Métiers)
TarifÀ partir de 10,95 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Christophe Castejon / Kobayashi Photography

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Clément K ne croit en rien au Théâtre du Marais [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => clement-k-croit-rien-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-02-26 10:12:59 [post_modified_gmt] => 2020-02-26 09:12:59 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6655 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6718 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-12 10:00:51 [post_date_gmt] => 2019-09-12 08:00:51 [post_content] =>

C’est dans la tête d’Alexandra Pizzagali que son spectacle est né. La comédienne a construit son heure d’une traite. Un peu à la manière d’Alexandre Astier, elle a ainsi construit seule une base solide pour atteindre ses premiers succès.

C’est dans la tête : depuis le Kibélé, tant de chemin parcouru !

Suivre Alexandra Pizzagali a toujours une saveur particulière pour moi. Mis à part son passage à Kandidator, j’ai suivi ses débuts, du rodage au Kibélé jusqu’à aujourd’hui. Comme pour Clément K, je la vois moins souvent aujourd’hui mais je garde un œil sur ses nombreuses dates.

Elle est vraiment un talent à part : quand on la voit évoluer sur scène, on sait qu’elle est au bon endroit. En plateau d’humour, elle apporte un personnage que vous découvrez dans son heure complète. Cela l’a parfois desservie, car malheureusement certaines personnes qui commentent sur les réseaux sociaux ne cherchent pas à comprendre ce dont il est question.

C’est aussi la rançon du succès, puisqu’Alexandra a fait un tabac avec son sketch sur les femmes enceintes. Le fameux sketch des millions de vues n’est en effet qu’un petit extrait de ce qu’elle propose. Ce qui lui ouvre des portes de nombreux festivals, comme Concarneau en octobre prochain

Avez-vous déjà été au cinéma pour regarder un film de la minute 25 à la minute 38 ? Non, ce serait absurde ! Hors contexte, vous ne comprendriez donc rien. Eh bien pourtant, c’est ce que vous faites quand vous la regardez sur le web.

Il est temps de rectifier le tir et de découvrir C’est dans la tête en intégralité. Sinon, vous passez à côté du phénomène ! Qu’attendez-vous ? Ça va se remplir vite… Et si vous ne me croyez pas, faites donc confiance à Claire Chazal !

Infos pratiques

Quand ?Les vendredis et samedis à 21h30, le dimanche à 19 h jusqu’au 05/01/20 (Paris)
Où ?Théâtre du Marais (Paris / Arts et Métiers)
En tournée dans plusieurs villes de France
TarifÀ partir de 12,50 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Christine Coquilleau / Portfolio Underground Comedy

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Alexandra Pizzagali, C’est dans la tête… d’affiche ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cest-dans-la-tete-alexandra-pizzagali-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-08-21 11:25:23 [post_modified_gmt] => 2019-08-21 09:25:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6718 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6174 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-21 15:23:21 [post_date_gmt] => 2019-04-21 13:23:21 [post_content] =>

Le 2 avril dernier, Matthieu Penchinat jouait la première de son spectacle Qui fuis-je ? devant un Théâtre du Marais plein à craquer. Après Tout seul comme un grand, le comédien revient avec un nouveau tour de force immanquable.

Qui fuis-je ? de Matthieu Penchinat : il ne se défile pas !

Quand Matthieu Penchinat reprend le créneau de Marion Mezadorian, il assure une belle continuité sur l'authenticité. On retrouve l'ADN de son art : une élégance dans l'écriture et l'interprétation ainsi que l'envie irrésistible de nous surprendre. Pour cette première, qui annonce de nouvelles belles dates à ne pas manquer, l'émotion est palpable.

C'est le genre de spectacle qui ravira à la fois la presse et le public. Avec son look d'intello et sa désinvolture irrésistible, Matthieu Penchinat emporte les spectateurs avec lui. Certains n'apprécieront pas forcément ses parodies du stand-up (les puristes dictatoriaux, sans doute). Moi, je les ai trouvées très à propos dans l'époque actuelle où les personnages bien interprétés reviennent en force. Je pense notamment à Sophie Imbeaux, Alexandra Pizzagali et... Marion Mezadorian ! J'aurais aimé le voir embrasser davantage la discipline, mais son spectacle est déjà très dense.

Je n'ai pas envie de vous en dévoiler trop, parce que ce spectacle est une expérience à vivre. C'est une mise en scène très poussée, voire esthétique. Clairement, on a affaire à un artiste qui ne laisse rien au hasard, qui plante un univers singulier et qui s'amuse à lui donner vie.

Verdict

J'ai encore envie de vous décrire Qui fuis-je ? dans une envolée lyrique plusieurs semaines après l'avoir vu. Disons simplement, pour ne pas vous survendre cette jolie œuvre, que le Théâtre du Marais a encore une fois tapé dans le mille avec sa programmation. Ainsi, si vous vous ennuyez les mardis de printemps, rendez-vous rue Volta pour vous émerveiller avec Matthieu Penchinat !

[post_title] => Spectacle - Qui fuis-je ? - Matthieu Penchinat confirme [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => qui-fuis-je-spectacle-matthieu-penchinat [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-04-21 15:23:28 [post_modified_gmt] => 2019-04-21 13:23:28 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6174 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6074 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-24 11:06:11 [post_date_gmt] => 2019-03-24 10:06:11 [post_content] =>

J'adore le mois de mars. Chaque année, il n'y a pas que pour les publicitaires que ça repart. Ce mois-ci, je n'ai pas vraiment eu envie d'écrire mille critiques de spectacles. A l'inverse, j'ai vécu des expériences assez dingues en plateau, dans les comedy clubs et café-théâtres.

Je me rends compte que j'ai beaucoup de choses à partager, et qu'il y a sans doute des anecdotes qui vont manquer. J'ai eu aussi la chance (ou la malchance, question de perspective) de perdre mon job et d'en chercher un autre avant de me consacrer corps et âme à la comédie. Le midi, le soir, la journée, bref j'ai vu des gens tout le temps. Trêve de blabla, voici quelques instantanés du rire pris à la volée en plateau et ailleurs !

Marion Mezadorian dans une autre dimension

Si vous ne le savez pas encore, Marion Mezadorian assure sa propre production depuis le début. Même si j'ai annoncé que j'arrêtais le concept de résidents, je n'ai cessé de la suivre sur scène et en dehors. Après des mois à zoner au 33 Comedy, j'ai à nouveau pris place au Théâtre du Marais pour voir son spectacle nouvelle version.

Car cette œuvre artistique a du kilométrage dans les pattes. Marion a eu l'intelligence de s'entourer de plusieurs âmes pour la mise en scène. Francis Magnin l'a encouragée à ajouter du stand-up au début. Ce n'est pas un hasard, quand on connaît la genèse de Pépites. Elle l'écrivait au Paname Art Café - le personnel pensait qu'elle écrivait un livre ! Ensuite, elle a testé dans ce même lieu et joué ce spectacle. Pendant longtemps, je la retrouvais à la Comédie des 3 Bornes. L'émotion était vive la première fois. C'est sa personnalité qui porte le tout. Cette acharnée de travail ne lâche rien, ne s'économise pas et se donne comme peu d'artistes.

Ensuite, il y a eu Alexis, puis dernièrement Alexandra Roth. Petit à petit, elle s'affirme avec son ADN : celui de comédienne. Le fil rouge du spectacle s'étoffe, gagne en fluidité. Les applaudissements de fin étaient d'une intensité rare. L'année de Marion ne fait que commencer : elle jouera à Avignon, au Marrakech du Rire et vous la verrez même au cinéma en fin d'année... La fusée Mezadorian continue son ascension, et ce n'est que le début. Le plus fort, c'est que dans tout ça, elle garde du temps pour les gens. A titre personnel, elle m'a tellement apporté ces dernières années ; j'en profite donc pour la remercier pour son temps malgré tout le travail qu'elle abat depuis des mois. Elle revient en plateau ces derniers temps, profitez-en ! D'autant plus que mardi, c'est sa dernière au Théâtre du Marais ! Elle devrait y revenir à la rentrée.

Laura Lozano et le plateau Trempoint 2.0

Pour une institution comme Le Point Virgule, les temps qui courent sont une menace. Je vous parlais du Théâtre du Marais, qui continue de monter et d'attirer des talents d'exception. Sans réaction, le Point Virgule peut vraiment devenir ringard.

Mais ce n'est pas dans l'ADN du Point Virgule de ne pas réagir. Les Trempoint, c'est un plateau qui permet à l'équipe de ce théâtre de décider qui jouera là-bas, ou dans les salles de Jean-Marc Dumontet. Et cela ne donnait pas envie : le public ne venait pas beaucoup, surtout parce que vous ne saviez jamais qui allait jouer. Il y avait une pauvre publication sur les réseaux sociaux, sans visuel ou autre, avec parfois la programmation.

Aujourd'hui, le Trempoint se remplit sans trop de difficultés, alors qu'il est parfois annoncé à la dernière minute. Il n'a plus vraiment d'horaire fixe, et paradoxalement ça marche. La programmation est systématiquement présentée : c'est devenu un plaisir d'y jouer comme d'y participer.

Je ne sais pas si l'arrivée de Laura Lozano dans l'équipe a joué dans cela, mais cette femme-là sait tendre la main aux jeunes artistes. Je l'ai rencontrée aux sélections des Best de l'Humour, elle m'a nourri en chocolats pour tenir les 4 heures de show de la deuxième soirée parisienne.

Même si je ne suis pas corruptible par le sucre, c'est grâce à elle que j'ai survécu à cette soirée. J'étais complètement décalquée toute la semaine (c'était un lundi soir). Depuis, je l'ai revue à la soirée des humoristes de demain, lors de différents Trempoint et aussi au spectacle de Marion Mezadorian. Je ne sais pas si je lui ai dit que sa présence pour les sélections allait changer la donne, mais j'y crois dur comme fer. Le prochain défi, c'est aussi d'intégrer le Sentier des Halles à l'écosystème de Jean-Marc Dumontet. Cette salle est super chouette, mais difficile à remplir. C'est là que vous allez découvrir des artistes émergents. Laura, et Antoinette Colin bien entendu, y veillent au grain. Moi aussi, et je ne manquerai pas de mettre l'énergie là où il faut pour faire émerger des talents et passer des plats, comme on dit vulgairement.

Culture : un livre et deux séries

Qui dit chômage, dit temps libre. En plus d'aller voir le plus de monde possible, j'ai repris un mois gratuit sur Netflix. A la base, c'était pour la série sur la Formule 1 sortie le 8 mars dernier. Mais j'en ai profité pour revoir du Jimmy Carr et du Jack Whitehall. Ah, les comiques britanniques...

Catastrophe : en couple/cloque malgré vous

C'est pourtant sur myCANAL que j'ai pris le plus de plaisir. J'ai suivi la recommandation d'Els - Lost in France. On a vu Premières Vacances ensemble en français sous-titré anglais, avec plein d'expatriés. J'adore les événements où les anglophones pullulent, mais on y vient. Chaque chose en son temps ! Bref, elle m'a fait voir Catastrophe. C'est l'histoire d'un couple qui se crée malgré lui.

Si vous aimez Platane, les comédies romantiques et aussi les (gros) tracas du quotidien, vous aimerez Catastrophe. Je ne suis pas une adepte du binge-watching, mais j'ai consommé les quatre saisons en 2/3 semaines. Si vous souhaitez le pitch de la série, Télérama l'a rédigé mieux que je ne pourrais le faire.

Please Like Me : ça me parle

Sur Netflix, j'ai vu Please Like Me. Pareil, quatre saisons. Je n'ai pas encore terminé. A la base, j'ai commencé à regarder parce que c'étaient des mecs qui couchaient ensemble. Ça m'a rappelé l'adolescence, quand j'ai découvert Queer as Folk. Mais ça, c'est un délire personnel.

C'est une série australienne, dont vous pouvez retrouver le pitch sur Konbini. Comme pour Catastrophe, les comiques jouent devant la caméra. Il y a même Hannah Gadsby, je ne l'ai pas reconnue d'ailleurs. Encore trop occupée à regarder Josh se taper des beaux gosses, c'est malin...

Ce que j'aime, c'est l'instantané d'une génération un peu perdue, qui appréhende ses émotions. J'adore le personnage de Claire, allez savoir pourquoi.

Le Graal des humoristes : histoire du Point Virgule

Gilbert Jouin, un intervieweur qui connaît bien les paillettes, vient de consacrer un livre sur le Point Virgule. J'ai lu les 3/4 du livre, et je me suis ruée sur les dernières interviews de Fary et Panayotis Pascot. C'est un recueil d'interviews des bâtisseurs (ceux qui ont construit et maintenu le théâtre dans les coulisses) et des artistes.

Il y a beaucoup d'émotion dans la première partie, sur les bâtisseurs du lieu. On se rend compte que ce lieu est une affaire de passionnés et de générosité. Aussi, ça fait du bien de vanter les qualités humaines d'un Jean-Marie Bigard. Les médias actuels mettent plus en avant les blagues foireuses et oublient la substance des gens derrière, et c'est dommage.

J'ai été frappée par l'investissement émotionnel de certaines personnes. Je connais très peu Antoinette Colin. Quand je la vois, je n'ose pas trop lui parler. Il y a ce profond respect pour ce qu'elle fait, notamment programmer Jean-Philippe de Tinguy (et tant d'autres !) sur un coup de cœur, jusqu'à trois soirs par semaine. Je ne sais pas s'il était prêt à ça, mais je sais qu'il a atteint ses objectifs artistiques là-bas.

C'est l'occasion de découvrir une femme qui semble discrète, mais dont le fort caractère lui a permis de tenir tête à Jean-Marc Dumontet pour conserver l'identité du lieu. Pour les détails, je vous recommande la lecture de cet ouvrage. Certains entretiens, comme celui de Laurent Ruquier, n'ont aucun intérêt (mais sans doute n'a-t-il pas voulu y consacrer du temps ?) tant ils sont courts. J'aurais voulu avoir plus de détails sur la nouvelle génération, mais aujourd'hui, le Point Virgule n'a pas le monopole de la détection de talents. C'est un héritage, une marque à entretenir et à moderniser en même temps. Vaste défi pour ce lieu qui accueille un plateau historique.

Plateau d'humour : changement de cap

Hugo Gertner en plateau d'humour - avatar

Dimanche Marrant a longtemps été mon rendez-vous phare de la fin de semaine. C'est de l'histoire ancienne, maintenant. Le Motel est arrivé, et j'y ai découvert Hugo Gertner. Je l'ai aussi retrouvé avec plaisir - et deux fois - à la Great British American Comedy Night. Ca se passe au Jardin Sauvage, et c'est en anglais. J'ai adoré y voir Ghislain Blique et Charles Nouveau, les voir jouer en anglais, c'est classe.

Hugo Gertner en plateau, stand-up wingman

Hugo aime le stand-up. Il a plein d'anecdotes à raconter. Pour le remercier de toutes ces histoires, je lui ai personnalisé un avatar (l'annuaire des artistes n'existe plus, ils étaient trop nombreux à arriver…). Si vous en voulez un, et que je vous aime bien, demandez, ça me prend très peu de temps... Et ça fait tellement plaisir, apparemment, alors si je peux aider !

Hugo, c'est un peu comme Marion, ou Pierre Thevenoux (dont la dernière interview du We Love Comedy Magazine est géniale) et Ghislain en un sens. Ils savent trop de choses, à ce stade, sur le plan personnel et sur les ragots de l'humour. J'ai aussi passé un temps fou avec Louis Chappey. J'étais pas mal fourrée au Laugh Steady Crew, notamment pour évaluer la découverte humour de ce mois. Le Bar à Bulles est un lieu incroyable pour le stand-up. Revenons à Louis Chappey : découvert à Nanterre, il est aussi barré qu'attachant. On a beaucoup ri, et j'espère qu'il va continuer à s'amuser en plateau malgré les aléas de l'existence.

J'ai aussi vu Gabriel Francès, l'un des hommes derrière Le meilleur podcast. Attention : il y en a deux, des podcasts comme ça. Ne confondez pas : celui-là, c'est celui qui invite les jeunes humoristes. On y retrouve Cyril Hives, Fabien Guilbaud et bien sûr les hôtes toulousains. On a Gabriel, et aussi Emma de Foucaud et Arezki Chougar à l'animation.

Bref, j'ai retrouvé cette ambiance de copains ce mois-ci. Je pense aussi à Nadim, qui s'est lancé dans des vidéos pour faire le buzz. Sa folie l'emporte dans une autre dimension, j'ai adoré le revoir à la Petite Loge ! Ce qui nous amène à la suite...

Il s'en passe des choses, à Vanves...

Depuis plusieurs semaines, je vais voir du stand-up pour les à-côtés. Je sens un amour du seul-en-scène plus théâtral monter (coucou Sophie Imbeaux), tandis que les codes du stand-up essoufflent mon intérêt. Le public devient rude, aussi. J'étais au Petit Palais des Glaces : cette salle est maudite. On ne compte plus les soirs où les gens quittent la salle avant la fin. Je n'ai jamais vu ça.

Par contraste, je ne m'attendais pas à voir un bon plateau à Vanves. Mais le chômage, c'est fait pour prendre le temps et juger sur pièces. Autant vous dire que mes préjugés ont volé en éclat. Après avoir côtoyé des publics difficiles et été la seule à rire à des vannes de qualité, ça m'a fait du bien d'être avec des gens qui voulaient rire plus que juger.

Tous les ingrédients d'un bon plateau

Un nouveau plateau, ça peut donc être un vent de fraîcheur. Plusieurs raisons expliquent ce succès. J'y suis allée parce qu'ils alignaient Aude Alisque et Alexis le Rossignol. Aude n'a pas pu venir, finalement, mais grâce à la réactivité des MC, Avril et Pierre DuDza, on n'y a vu que du feu. La sélection était équilibrée, et ils ont même attiré Nassim Mellah. Si ce n'est pas mon délire, cet humoriste a de l'expérience. Je l'ai découvert aux Ecuries, lorsque Radio Nova avait un plateau en public. Son set a vieilli, mais il y travaille.

Autre élément : l'investissement du lieu. C'est une salle qui accueille des spectacles d'improvisation mensuels. Il y a une régisseuse très réactive, des éclairages et un micro qui fonctionnent sans impair. Les gens qui bossent à l'Espace Gazier veulent bien faire, et cela passe par tous les détails.

Le public n'est pas celui que vous voyez dans les bars. Urbain disait récemment dans Un café au lot7 qu'il détestait jouer devant des adolescents. Encore un puriste du stand-up qui a manqué son rendez-vous à Vanves...

Il y avait des jeunes, des moins jeunes, des familles venues s'amuser sans prétention. Vanves avait l'air de désirer du spectacle vivant dans sa ville. C'était palpable. Peu importe l'expérience des humoristes à l'affiche, tout le monde a livré ses prestations avec beaucoup de professionnalisme et de générosité. Côté spectacle vivant, c'était probablement ma meilleure expérience stand-up de l'année. J'ai même découvert Jérémy Ippet et revu Boriss Chelin avec grand plaisir. Jérémy vient de recevoir le prix du jury au concours Artishow Nanterre... Il n'y a aucun hasard à cela !...

Le prochain rendez-vous aura bien lieu, comme cette première a eu du succès. Pour réserver quand ce sera annoncé, vous pourrez passer par Eventbrite. L'entrée est à 6 euros et il n'y a pas de chapeau. Vous pouvez prendre une conso sur place. Pour les artistes, le staff vous met bien avec plus de bouffe que vous n'imaginez. Et c'est près du métro. Plus d'excuse pour rire en banlieue ! ;)

Crédits photo

© Guillaume Dollé

[post_title] => Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateau-humour-actu-mars [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6074 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 5638 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-02-02 17:48:13 [post_date_gmt] => 2019-02-02 16:48:13 [post_content] =>

Cette semaine, Le spot du rire a continué son périple pour découvrir de jeunes artistes humour. Lundi, c'était Marc Tourneboeuf et son showcase au Théâtre du Marais. Mercredi, je suis passée voir Paul Mirabel et d'autres artistes au Point Virgule pour le Trempoint. Enfin, jeudi, j'ai failli louper Thibaud Agoston à la Petite Loge à cause d'un pot de départ, arrivant deux minutes de retard. J'ai honte, mais c'est passé.

Jeunes artistes humour : lundi, Marc Tourneboeuf

Avec un nom pareil, Marc Tourneboeuf a développé le gène de l'autodérision. Oui, il s'agit bien d'un gêne. Le gars a beau photoshopper ses photos les plus alléchantes avec son équipe, on le croit. (En effet, il a une équipe, il est paré pour tous les défis du spectacle vivant.)

Je ne sais pas comment il se débrouille, mais lors de la deuxième exceptionnelle au Théâtre du Marais, la salle était complète et composée en grande partie d'humoristes. Timothé Poissonnet, Gauthier Ployette, Rosa Bursztein, Marion Mezadorian... Tout le gratin, de la comédie humoristique à l'alternative comedy à la française, s'apprêtait à découvrir cette heure atypique.

Si les blagues sont parfois un peu vieillottes (sur les Portugais, Djal est déjà agaçant avec les clichés vus et revus), Marc Tourneboeuf nous embarque grâce à un enthousiasme communicatif. C'est un peu bizarre de qualifier un spectacle humoristique de frais, mais c'était le meilleur mot pour cette soirée.

Oui, la tenue de scène est la même qu'Eric et Ramzy au Palais des Glaces : t-shirt moulant, du genre L'enfer de la mode. Et puis, il en joue, des clichés : au final, il joue au gars faussement raciste pour mieux fustiger les stéréotypes...

Le résultat : une soirée super agréable, où le rire n'est plus calculé. Ça fait du bien, la simplicité comique. Dommage que les critiques comme Christophe Combarieu en fassent des tonnes (un talent d'écriture délirant ?). Oui, c'est bien, mais il faut le mettre en contexte : pourquoi le comparer à Desproges et Devos ?

Mercredi, Paul Mirabel

Celui-là, il est partout ! Paul Mirabel est aujourd'hui l'humoriste dont tous les jeunes artistes humour parlent. Avec moins de deux ans sur scène, il a trouvé son style. Modeste dans les coulisses, il tue tout avec une apparence aisance.

Je vais me répéter lors des prochains mois, parce que son passage est tellement rôdé et maîtrisé qu'il n'y a pas grand-chose à ajouter... C'est le cheval sur lequel tout le monde veut miser, il fait peur en festival, comme pour la soirée des humoristes de demain à Bobino, le26 février.

A chaque fois, il est soucieux de ce qu'il apporte au public et aux médias. Dans le genre programmé pour durer, on est sur un bon filon. L'autodérision est encore plus pertinente que pour Marc Tourneboeuf, on y croit dur comme fer.

Là encore, les thématiques sont déjà vues mais la vraie force du personnage, c'est son interprétation. En apparence minimaliste, elle est en réalité d'une justesse assez aérienne. Oui, j'écris comme sur Télérama et je me dégoûte un peu de le faire, mais c'est ce genre d'artistes qui aura des critiques dithyrambiques dans ces colonnes-là. En attendant qu'ils le découvrent, je m'en charge. #TeamEarlyAdopter

Vu la culture stand-up de Rossana di Vincenzo, cela devrait plus tarder, cela dit !

Jeudi, Thibaud Agoston

Oui, encore une soirée passée à la Petite Loge, j'avoue. Mais cette programmation ne déçoit toujours pas, et cette fidélité à l'humour suisse non plus. Vous connaissez déjà la chanson.

En parlant de chanson, Thibaud Agoston s'en sert pour son seul-en-scène parsemé de stand-up. Serait-ce la formule gagnante, entre modernité du dernier genre à la mode et format qui plaît à tous les publics ?

Comme Paul Mirabel, j'ai croisé Thibaud aux sélections des Best de l'Humour. Seule différence : c'était une première, et son interprétation m'a donné envie de poursuivre.

D'habitude, les humoristes qui utilisent les chansons, ce n'est vraiment pas mon truc. Je ne vois pas l'intérêt, même si je m'y mets petit à petit. D'ailleurs, en février, j'irai voir le showcase de Fabien Guilbaud du Laugh Steady Crew.

Je retrouve le même artiste qu'au Théâtre du Marais. Comme plein d'humoristes suisse, Thibaud est vachement grand et a plein d'idées. Il n'hésite pas à rôder intelligemment son spectacle dans ce laboratoire du rire exigu.

Il dresse le portrait d'une génération perdue sans que ce soit chiant. Les trois garçons de cet article sont certes très différents, mais ils ont cela en commun. Preuve que la nouvelle génération est bien là, et que sa voix devra compter très vite.

Crédits photo

© Paul Mirabel (gauche) - Arti'Show Nanterre / Marc Tourneboeuf (centre) - Philippe Escalier / Thibaud Agoston (droite) - Mo Hadji

[post_title] => Jeunes artistes humour : on a croisé Paul, Marc et Thibaud [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => jeunes-artistes-humour-mirabel-tourneboeuf-agoston [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:24:35 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:24:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5638 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 5470 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-01 20:34:52 [post_date_gmt] => 2019-01-01 19:34:52 [post_content] =>

Comme l'an passé, les professionnels de l'humour se mettent en marche pour dénicher les jeunes talents du rire. Depuis novembre, ils s'activent pour mettre en lumière ces futures pépites lors des Best de l'Humour 2.

Les Best de l'Humour récidivent donc après une première un peu longue mais très enrichissante. J'avais vécu cette soirée avec beaucoup de passion. Par exemple, j'avais fortement réagi en voyant que Nicolas Fabié ne figurait pas parmi les sélectionnés, oubliant un peu l'essentiel.

Best de l'Humour 2 : une antichambre du rire qui en veut

Pour avoir vu la plupart des finalistes de l'époque, le résultat était finalement homogène et j'ai fini par être agréablement surprise par des humoristes comme Farah et Jessica Anneet. D'autres, comme Alexandra Pizzagali et Bruno Peki, ont immédiatement su me plaire.

Les sélections sont encore en cours et vous avez la possibilité d'y assister à Paris les 10 et 14 janvier au Théâtre du Marais. Quant à la grande finale, elle aura lieu à l'Alhambra le 29 janvier.

Le calendrier est plus clément pour les Best de l'Humour 2, car la soirée découvertes du Festival d'Humour de Paris a lieu cette année le 26 février. Je le précise car la puissance d'un Jean-Marc Dumontet et d'une Antoinette Colin (Le Point Virgule et leur razzia récente de théâtres montre leur influence dans le game...) aurait pu vous détourner d'une soirée avec des moyens réduits sur la même semaine.

Notre conseil : ne manquez pas ces présélections, les jeunes artistes ont besoin de votre soutien ! Sait-on jamais, certains feront peut-être l'Olympia ou l'un des gros théâtres de Jean-Marc Dumontet d'ici 5 à 10 ans... En plus, le spectacle sera un peu moins long que la grande finale ;)

Crédits photo

© Les Best de l'Humour. La photo remonte aux présélections de la première édition à Nantes, dans un lieu emblématique de l'humour. Si vous souhaitez faire un tour de France du stand-up, c'est au West Side Comedy Club que vous devez vous rendre en priorité ! Et oui, vous y reconnaissez peut-être Nicolas Fabié, que je n'ai pas oublié depuis l'an dernier...

[post_title] => Best de l'Humour 2 : la sélection, c'est maintenant [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => best-humour-2-selections-finale [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:58:05 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:58:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5470 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 2907 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-10-30 20:01:12 [post_date_gmt] => 2017-10-30 19:01:12 [post_content] => Le spot du rire vous propose une sélection de 3 spectacles à voir absolument avant la fin de l'année. Ces artistes-là, s'ils lancent ou poursuivent leur spectacle, valent le déplacement. Ne tardez pas à les découvrir !

Melha dans Fat & Furious

Melha Bedia cartonne. Au moment de l'écriture, il reste des places pour son spectacle pour décembre. Par conséquent, tout le mois de novembre est déjà complet. Il y a quelques mois, Melha jouait au Lieu et on vous l'avait déjà recommandée... Les mois n'ont eu de cesse d'entretenir le désir de la voir sur scène. Il faut dire que les médias s'y sont mis, eux aussi. Son passage à l'émission Quotidien a été très remarqué et apprécié. Bourrée d'autodérision, Melha est immédiatement attachante. Ses passages en plateau d'humour marchent très bien : il lui suffit souvent de vanner affectueusement quelques personnes dans le public pour conquérir un groupe d'aficionados de stand-up.

Où voir Melha ?

Melha joue son spectacle au Théâtre du Marais tous les mercredis à 20 heures. Elle est prolongée dès janvier tous les jeudis et vendredis à 21h30.

Roman Frayssinet dans Alors

Roman Frayssinet aime la concision. Le titre de son spectacle devait être Un, et je devais aller le voir ce 3 novembre pour ses débuts au 13e art. Quelques mot-dièse et polémiques #BalanceTonPorc plus tard, Gilbert Rozon a quitté la présidence de Juste pour rire. Roman Frayssinet n'a pas tardé à cesser sa collaboration avec le groupe. Désormais à nouveau indépendant, l'artiste qui est passé par un stage intensif à Montréal jouera dans une très belle salle, l'Européen. Pour le moment, le spectacle, rebaptisé Alors, se tiendra en une date unique : 22 novembre, 19h45. Comme Melha, Roman Frayssinet est passé par la case Quotidien, avec un passage de très bon aloi. Pourquoi aime-t-on Roman Frayssinet ? Pour le ton qu'il emploie lorsqu'il évoque les testicules, peut-être. C'est le genre d'humoriste que tu regardes en te disant qu'il deviendra grand. Emparé d'une magie scénique, il assène ses vannes et chaque coup frappe juste. Jugez-plutôt dans l'extrait ci-dessous.

Réécouter Roman Frayssinet sur Radio Nova, Lève toi et vanne (à partir de 30 minutes)

[audio src="http://www.nova.fr/sites/default/files/ressources/sons/LTEV_20160205.mp3" /] Si vous êtes déçu d'avoir manqué la date du 22 novembre, ne vous en faites pas ! La Nouvelle Seine accueillera l'humoriste à partir de fin janvier 2018, les vendredis et samedis à 20 heures.

Félix Radu dans Les mots s'improsent

Prenez un humoriste qui aime jouer avec les mots, Félix Radu. Apportez-lui 2 showcases parisiens avant la fin de l'année. Attendez que le quidam se rue sur les billets. Il ne faut pas grand-chose de plus pour ravir un public ! Le prix Raymond Devos pour l'Humour 2016 manie les mots à la perfection. Amoureux fou du verbe et des chefs d'œuvre littéraires, Félix Radu est habité par une folie permanente. Son énergie allie la fougue de la jeunesse et l'espièglerie du sage. Il plaît aussi bien aux enfants qu'aux seniors, comme il a pu le constater au festival Mauves de Rire. Les 2 publics ont été conquis.

Félix Radu lors du festival Mauves de Rire 2017

Intrigué(e) ? Réservez votre 17 novembre ou votre 21 décembre, rendez-vous au Théâtre du Marais à 21h30 et laissez-vous porter par un moment de poésie. En plus, vous rirez pour la bonne cause !

Crédits photo

© Betty Durieux [post_title] => Top spot - 3 spectacles à voir absolument avant la fin de l'année [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacles-melha-romanfrayssinet-felixradu [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2018-08-13 10:28:50 [post_modified_gmt] => 2018-08-13 08:28:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2907 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 9 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1008772 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-07 15:32:01 [post_date_gmt] => 2020-09-07 13:32:01 [post_content] =>

Ironie de l’histoire, c’est le nouveau spectacle de Réda Seddiki. Le spot du rire a profité de l’ouverture estivale du Théâtre du Marais pour y assister à deux reprises. Avec à chaque fois le même verdict : ce spectacle et cet artiste sont inclassables !

Ironie de l’histoire : la nouvelle création de Réda Seddiki

Après Deux mètres et davantage de liberté, Réda Seddiki continue son chemin dans la salle des outsiders, le Théâtre du Marais. Dans ce lieu, les artistes oscillent entre stand-up et seul-en-scène. Ils manient généralement l’émotion, l’écriture et les traits d’esprit inspirés.

Réda Seddiki est un de ceux-là, cela ne fait aucun doute. Avant de voir son spectacle Ironie de l’histoire, j’imaginais découvrir un univers très poétique, où les blagues légères ou potaches seraient absentes. Un truc à la Félix Radu, qui mise tout sur le verbe et le prestige.

Mais Réda est plus inattendu et surprenant que cela. En regardant son affiche, on s’attend à voir un spectacle assez noble, à message, quitte à verser dans la philosophie. Réda joue pourtant sur le pas de côté : il alterne de véritables prises de position, un univers poétique et des one-liners plus terre-à-terre.

Les sujets qu’il aborde sont variés, parfois même des lieux communs : les relations, l’identité… Réda fuit pourtant la facilité grâce à des métaphores bien senties et une manière très originale d’étayer son propos. Par contraste, des artistes comme Fary, malgré leur aura et leur prestige, sont déjà tombés dans les écueils de spectacles vus et revus autour de la religion.

L’œuvre d’un esprit libre

Car les artistes qui pensent par eux-mêmes, mûrissent leur réflexion et la livrent simplement sont encore trop rares. Réda est un homme libre, qui se désolidarise de tous les qualificatifs qu’on pourrait lui attribuer. Il est de ceux qui peuvent rire d’un rien. L’un de ceux qui, aussi, ont gardé un brin de naïveté et de légèreté. Ceux qui se détachent brillamment de l’accumulation d’actualités montées en épingle pour plus de dramaturgie.

S’engager sans se perdre dans du cynisme et sans céder au pessimisme… Voilà ce qui pourrait (un peu) résumer ce grand gaillard de l’humour, même si ce serait cantonner cet esprit libre à une description trop réductrice.

Des anecdotes qui s’enchaînent

Ironie de l’histoire, c’est finalement une série d’histoires qui se savoure à une vitesse folle. Lorsque j’ai vu le spectacle pour la première fois, je n’ai pas vu le temps passer. L’heure m’a paru 30 minutes.

C’est tellement rare, j’ai eu du mal à y croire. Il n’y avait pas de première partie la première fois, Avril l’assurait la seconde fois. L’association des deux artistes, nouveaux coups de cœur du dénicheur de talents Gérard Sibelle, fonctionne très bien.

Quel bilan tirer de ces deux soirées ? En très peu de temps, Réda a déjà consolidé ce rodage. Grâce à ce quasi-record de vitesse, il est donc fin prêt pour jouer à la Nouvelle Seine dès le mois d’octobre. Pour l’heure, il achève les deux premiers mois de vie du spectacle avec brio au Théâtre du Marais. Une chose est sûre : on reviendra, et on continuera à être surpris.

Crédits photo (affiche)

© Bazil des îles

[post_title] => Ironie de l’histoire : l’œuvre de l’inclassable Réda Seddiki [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => ironie-histoire-spectacle-reda-seddiki [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-07 15:33:35 [post_modified_gmt] => 2020-09-07 13:33:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008772 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 9 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => b2f75d6e948aea67e386468e4a866d77 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Théâtre du Marais

Ironie de l’histoire : affiche du spectacle de Réda Seddiki

Ironie de l’histoire : l’œuvre de l’inclassable Réda Seddiki

Clément K, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - juin 2020 - Clément K

Clément K ne croit en rien : portrait de l’humoriste sur scène

1 jour, 1 reco : Clément K ne croit en rien au Théâtre du Marais

C’est dans la tête : Alexandra Pizzagali sur scène

1 jour, 1 reco : Alexandra Pizzagali, C’est dans la tête… d’affiche !

Qui fuis-je ? Matthieu Penchinat propose un nouveau spectacle au Théâtre du Marais

Spectacle - Qui fuis-je ? - Matthieu Penchinat confirme

En plateau d'humour, Jérémy Ippet accumule les succès

Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains

Jeunes artistes humour : Paul Mirabel, Marc Tourneboeuf et Thibaud Agoston

Jeunes artistes humour : on a croisé Paul, Marc et Thibaud

Best de l'Humour 2 : les sélections des nouveaux talents

Best de l'Humour 2 : la sélection, c'est maintenant

Spectacles humour : Melha au One More Joke : l'une des femmes humoristes qui fait du stand-up

Top spot - 3 spectacles à voir absolument avant la fin de l'année