Publications liées au mot-clé : podcast

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => podcast
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 182
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => podcast
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 182
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => podcast
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 182
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => podcast
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 182
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 182
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 182
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => podcast
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 182
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (182) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (182) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (182)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011036
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-07-26 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-07-26 06:00:00
                    [post_content] => 

Elsa Bernard est l’une des fondatrices du Cercle du rire et du podcast Une bonne fois pour toutes. Cette communicante, engagée sans en avoir l’air, construit son parcours dans une relative discrétion. Raison de plus pour la découvrir en avant-première…

Elsa Bernard : une plume, un capital sympathie et le sens de la surprise

Comme de nombreux autres artistes, Elsa Bernard a fait ses armes dans le monde publicitaire. Elle marche donc dans les pas des Alexandre Kominek, Charles Nouveau, Marina Rollman ou encore Morgane Cadignan.

On s’attend donc à des textes bien ciselés, qu’elle muscle actuellement en plateaux. À chaque fois, elle dégage un véritable capital sympathie. Si vous y prêtez attention, vous constaterez en effet qu’Elsa Bernard a un ton bien à elle.

Dans notre époque morose, le pessimisme ambiant nourrit les humoristes de la dark vibe du stand-up. Elsa Bernard ne fait pas partie de cette bande. C’est un peu la bonne copine par excellence… mais ne vous y trompez pas : ses sets sont loin d’être mielleux. Ce positionnement l’aide à surprendre son auditoire et à délivrer ses punchlines avec vigueur.

Récemment, je l’ai vu se mettre en position délicate. Elle a assuré la chauffe de son plateau, un exercice loin d’être évident. Loin de sa zone de confort, elle n’a certes pas été aussi efficace que les pros de la chauffe. En revanche, elle a su apporter sa patte et a réussi à embarquer le public avec elle. Il n’y a pas besoin de réaliser des démonstrations de force, juste de mettre le public de son côté. À ce petit jeu-là, elle s’en sort avec les honneurs…

Une évolution prometteuse

Elsa Bernard cumule sa vie professionnelle de chef de projet dans une agence parisienne renommée et celle de stand-uppeuse. Un parcours prenant, qui interroge sur sa volonté de monter un spectacle ou de faire carrière par la suite.

À mon sens, il n’y a là rien d’étonnant. Entre les voyages, l’engagement politique et une vie prenante, Elsa a toujours nourri sa curiosité. On devine sa capacité de travail et d’investissement dans chacun de ses projets.

Plutôt que de voir cela comme un frein, je pense que ce double parcours est complémentaire. En stand-up, il lui permettra d’aborder de nombreux sujets de manière poussée et, petit à petit, trouver son personnage scénique. Nul doute qu’elle suivra la trajectoire de sa collègue Anissa Omri, qui démontre une progression spectaculaire ces derniers temps.

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois – Juillet 2021 – Elsa Bernard [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-elsa-bernard [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-11 21:03:27 [post_modified_gmt] => 2021-07-11 19:03:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011036 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010914 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-18 11:48:23 [post_date_gmt] => 2021-06-18 09:48:23 [post_content] =>

Le dernier épisode du podcast Stand Up France avec Yacine Belhousse est une pépite pour tous les amateurs de comédie. Comme souvent dans cet exercice, il livre de nombreuses anecdotes qui vont forcément vous ravir !

Yacine Belhousse en podcast : la meilleure excuse pour découvrir l’humour estonien

En tant que fan de l’Eurovision, je ne peux qu’admirer le travail de Yacine Belhousse. Cette phrase semble improbable, mais restez, on parle de comédie juste après ! Sans transition, donc… (sic !) Avec ses propositions scéniques originales, rien d’étonnant de le voir aller à la rencontre des artistes de stand-up à travers le monde.

Sa curiosité comique est littéralement contagieuse. Pour tout vous dire, j’ai même essayé de regarder de l’humour en estonien pour voir si je comprenais quelque chose. Ou simplement percevais. Pas trop, mais la bonne nouvelle, c’est que les Estoniens jouent en anglais…

Tout le monde n’a en effet pas la chance d’avoir un pays densément peuplé ou d’une scène stand-up dynamique. C’est toujours une piqûre de rappel appréciable, surtout quand on a la tête dans le guidon. On prend parfois trop notre dynamisme artistique pour acquis, savourons donc notre chance !

Découvrez Ari Matti Mustonen, un Estonien à Vancouver

Yacine Belhousse digresse donc sur le côté nerd du podcast Stand Up France. Ces spécialistes du rire se retrouvent à se demander s’il existe des podcasts estoniens. La réponse est oui : Louis Zezeran propose même un podcast en anglais.

Quelques recherches plus tard, je tombe sur ce site web et quelques sketches en anglais. Celui-ci m’a bien fait rire, alors je vous le partage :

This Just In: Yacine Belhousse lance sa masterclass

Deux autres informations essentielles (et plus locales) vous intéresseront sûrement davantage. Tout d’abord, dans la lignée des nouvelles formations humour, il proposera une masterclass orientée mise en pratique. La promesse : à la fin de la formation, vous repartez avec du matériel utilisable sur scène.

Loin des conférences inspirantes, vous bénéficiez donc de l’expertise d’un des humoristes les plus respectés de son milieu. C’est aussi un rappel important : tout savoir-faire transmis apporte de la valeur et mérite d’être rémunéré. Je souhaite donc le meilleur à Yacine dans cette entreprise !

Autre anecdote qui fait réfléchir : l’art de ne pas s’entourer. Les professionnels de l’ombre répètent à l’envi que pour se développer, il faut s’entourer. C’est intéressant d’avoir le point de vue d’un indépendant. Bien sûr, il s’entoure et collabore avec d’autres artistes pour monter des projets. Mais ce son de cloche alternatif (tout comme son humour) trotte dans la tête de nombreux autres humoristes.

Comme quoi, il n’y a pas de science exacte ou de vérité générale. Écoutez cela en contexte pour parfaire votre opinion, ce podcast avec Yacine Belhousse est une pépite pour cela !

Crédits photo

Yacine Belhousse © Christine Coquilleau

[post_title] => Quand Yacine Belhousse parle de podcast estonien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-podcast-estonie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-18 11:53:26 [post_modified_gmt] => 2021-06-18 09:53:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010914 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010878 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-16 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-16 06:00:00 [post_content] =>

Peut-on rire de tout ? Rassurez-vous, nous n’allons pas vous soumettre une thèse pour raviver le débat. Aujourd’hui, nous vous partageons une heure et demie de pur plaisir pour répondre à cette question !

Peut-on rire de tout ? Une bonne fois pour toutes et Ambroise Carminati vous répondent !

Depuis son lancement, le podcast Une bonne fois pour toutes aborde les questions qui ne trouvent jamais de réponse. Elsa Bernard, Anissa Omri et Lisa-Margaux Omri invitent leurs collègues humoristes pour échanger autour de chroniques bien senties et d’anecdotes croustillantes.

L’épisode que nous vous partageons aujourd’hui sort du lot. D’une part, l’invité du jour est le plus connu jusqu’ici. Un petit génie de la comédie qui sait tout faire, comme en atteste sa page Wikipédia. Loin des méga-stars qui remplissent des Zénith, Ambroise Carminati mise sur la qualité et jouit d’une véritable reconnaissance dans son milieu. D’ailleurs, c’est lui, Ambroise du duo Ambroise et Xavier.

Bref, c’était sans conteste l’homme de la situation pour une question aussi débattue dans notre milieu ! Quand j’ai commencé à écouter cet épisode, je partais sur de belles attentes… Je n’ai pas été déçue, loin de là !

Dès la chronique d’Anissa, vous serez dans l’ambiance

Lire des commentaires sur un article putaclic avec le bon ton, ça ne s’improvise pas. Profitez de toute une palette de personnages (pour le coup réels) en quelques minutes seulement. Prenez des notes, Anissa Omri s’en sort à merveille. Et s’il vous reste du temps et que son nom ne vous dit peu de choses, allez relire notre interview avec Anissa !

Ensuite, l’épisode embraye sur la discussion et les protagonistes abordent plusieurs perspectives. C’est vraiment instructif, réfléchi et ça va bien plus loin que les discours habituels. Pour le reste, nous vous laissons la primeur de la découverte, profitez, c’est un bonbon parmi les podcasts humour !

Crédits photo

  • Ambroise Carminati © Laura Gilli
  • Anissa Omri et Elsa Bernard © Charlotte Mallo
  • Lisa Margaux Omri © Une bonne fois pour toutes
[post_title] => Peut-on rire de tout ? La réponse en podcast ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rire-de-tout-debat-podcast [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-14 12:28:56 [post_modified_gmt] => 2021-06-14 10:28:56 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010878 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1010172 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-03-10 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-03-10 07:00:00 [post_content] =>

Urbain est l’une des personnes les plus connues du microcosme du stand-up. C’est aussi « le gars de Topito », 50% du podcast Plutôt caustique et bien d’autres choses encore. On fait le point sur ce talent que vous connaissez déjà probablement, mais qui fait rarement l’objet de portraits…

Urbain ou celui qui a l’air de faire du mainstream

Quand il jouait sur scène sous son nom complet, Urbain représentait le stand-upper pur et dur. Physique passe-partout, caractère prononcé, blagues sur le fait de devenir parisien qui va dans un bar pour prendre une bière… C’était sympa, bien construit mais cela ne sortait pas du lot. Juste agréable. Mais nous étions alors en 2015 et tout paraissait un peu plus original que maintenant.

Si vous êtes un habitué des vidéos de Topito, vous l’avez forcément vu sans le savoir. Aussi habile pour produire de la qualité que de la quantité, Urbain semble ni plus ni moins vouer sa vie à l’humour. Avec comme particularité de capter les aspirations de sa génération avec beaucoup de justesse.

…mais qui se révèle plus fin qu’il n’y paraît !

Au delà de répondre aux attentes de son public, Urbain est aussi capable d’être radical, caustique… tout en conservant ce grain qui parle à une génération habituée aux codes (de) Netflix.

Avec sa nouvelle affiche qui rappelle visuellement les séries TV et le stand-up à l’américaine, le décor est planté. Ça rode comme aux States, et en prime, ça se passe au BO Saint-Martin. Là-bas, il côtoie les Alexandre Kominek et autres Clément K. Avant eux, il y avait Seb Mellia (qui troquait la bière contre l’Ice Tea) ou encore Jonathan O’Donnell.

Bref, des mecs efficaces, qui font rire un public varié et qui, pour certains, n’hésitent pas à s’engager sans trop en faire. Parce que c’est l’humour qui prime, ces artistes sont des amuseurs qui ne se prennent pas au sérieux… Mais, s’il faut le faire, ils le peuvent.

C’est notamment un passage sur Internet qui m’a fait aimer davantage Urbain. Je l’ai vu aux Écuries (encore un lieu génial pour le stand-up) à une soirée de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos. Quelques temps plus tard, il le jouait à son premier Montreux.

Que voit-on ? Un stand-upper expérimenté, qui comme Rémi Boyes, a appris à monter sur scène comme s’il parlait simplement au public. En d’autres termes : amuser avec le plus de naturel possible, sur tous les sujets possibles et imaginables.

Bonus : avec Plutôt caustique, Urbain change d’univers et offre une expérience loufoque

Avec son acolyte Clément, Urbain partage ses péripéties très régulièrement. Les deux compères se vouvoient avec beaucoup de complicité, parlent aussi intensément de François Cluzet et de périples à risque en Suède… Un podcast de copains sans queue ni tête hyper-référencé, dans lequel vous rentrez pour ne plus jamais en sortir.

Au premier abord, cela ressemble un peu à Sympa la vie — et quelque part, je ne pouvais pas écouter les deux en même temps. Sympa la vie a dû s’éclipser pour me laisser voguer vers Plutôt caustique. Comme Plutôt caustique, j’ai parfois du mal à décrire Urbain. Parce que cet humoriste scrute tout, analyse tout comme un ordinateur. Comme un Thomas Wiesel, il roaste et ironise plus vite que son ombre. Quelque part, cela peut amener le public à le craindre, à faire un pas de côté avant de le découvrir. Et tout à coup, car il est partout, on finit par écouter Urbain.

Au fil de ses apparitions en vidéo ou en podcast, il convainc méthodiquement le public, spectateur par spectateur. Là où d’autres sont plus clivants et provoquent soit l’adhésion ou l’aversion immédiate, Urbain peut plaire au plus grand nombre sans être lisse. Et si c’était ça, le secret pour être un humoriste reconnu ?

Crédits photo

Urbain à la Cigale © Thomas O’Brien / Paname Art Café

[post_title] => La découverte du mois - Mars 2021 - Urbain [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-urbain-topito [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-23 15:32:14 [post_modified_gmt] => 2021-01-23 14:32:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010172 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1010050 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-01-18 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-01-18 07:00:00 [post_content] =>

Créer et mobiliser son talent artistique est essentiel : voilà l’enseignement que je tire de l’année écoulée. Aujourd’hui, sans avoir d’idée précise sur ce que je vais vous raconter, je souhaite reprendre en douceur avec ce thème qui trotte dans toutes les têtes.

Nb. Cet article n’est finalement pas le premier de l’année. Je voulais être réactive sur la sortie du livre d’Alexis Le Rossignol le 14 janvier. Mais cet article a été rédigé antérieurement, il reste techniquement le premier de l’année ;-)

La création artistique déménage sur le web… mais pas que

Jusqu’ici, l’humour de 2021 se résume globalement à la création de contenus numériques. Les artistes se réapproprient l’espace public comme ils peuvent. Après Josquin Chapatte et ses visites guidées humoristiques de Montmartre, Matthieu Penchinat en a fait de même à Antibes pendant les fêtes… Peut-on parler de fêtes, d’ailleurs ? Ceux qui ont vu leurs proches ont parfois déchanté en apprenant qu’ils devenaient complotistes. Même si, comme vous le savez sans doute, le complotisme peut être très, très drôle si on décide de ne plus le prendre au sérieux.

Repos forcé

Pour ma part, j’ai passé plus de deux mois seule avec un kit de survie : mes souvenirs comiques. Le dernier spectacle que j’ai vu, c’était Haroun en rodage le 21 octobre 2020. Le dernier jeune humoriste que j’ai vu, c’est Humourman. Un taulier et un superhéros, puis une course effrénée pour respecter le couvre-feu. À 20h58 ce soir-là, j’ignorais à quel point l’attente allait être longue et incertaine. Pendant ces « fêtes », j’ai donc essayé de couper au maximum, ce qui signifiait d’arrêter d’écrire. Il fallait souffler après une année à produire malgré les mesures gouvernementales en réaction à la pandémie.

Mais comment souffler dans les circonstances actuelles ? Le destin m’a livré une réponse désagréable : mon corps a décidé de tomber malade. Pour oublier, j’ai surtout consommé des podcasts. Ils prennent plus de temps à écouter et sont plus agréables qu’une brève vidéo. Plus c’est long, plus c’est bon (enfin, dans ce cas de figure surtout…).

Un podcast bien-être pour aborder 2021

Réda Seddiki est un sage. Et pour tous les artistes qui intègrent des personnages dans leurs sketches, allez voir sa recommandation, StoryTANK.

Une nuit d’insomnie, donc, je me raccroche à ce qui me semble le plus vital : entendre ou voir des comiques. Arezki Chougar a enfin lancé son Patreon : je reçois une notification dès sa publication et je m’abonne sur-le-champ. Il n’y avait rien en ligne, encore, et je me disais qu’au pire, si je meurs, d’ici à ce que ma banque ferme les vannes, Arezki Chougar et ses invités pourraient prospérer.

Créer, continuer à écrire…

Autre élément vital, que cette interruption de travail me révèle : arrêter de stimuler sa créativité ou de faire ce que l’on aime est délétère. À l’inverse, c’est fou de sentir à quel point une passion peut animer, occuper l’âme et mener à une progression. J’aillais très bien quand j’écrivais, que je consommais et compilais des informations en masse.

Même sans lieu de représentation, la culture subsiste

Sans vie sociale ou lieu d’accueil des artistes, il demeure encore possible de créer. J’ajoute une précision importante : créer et produire sont deux choses différentes. Ainsi, j’imagine que profiter de cette période pour créer à son rythme, sans se mettre de pression pour publier régulièrement ou s’offrir en représentation à tout prix, sera bénéfique.

Pour cette reprise plus incertaine que jamais, je vais ainsi préférer la qualité à la régularité. Sans théâtres ouverts, l’inspiration reste limitée, mais elle est bien là. Je ne pourrais sans doute plus préparer mes contenus à l’avance bien longtemps… Pas grave, je gagnerais en spontanéité. Dans la même veine, les artistes ont démontré leur capacité d’adaptation l’an passé. Je sais qu’ils trouveront de nombreuses solutions pour continuer à s’exprimer.

Nous allons contourner les obstacles de Bachelot & co. J’y crois vraiment car il me reste le plus essentiel : mon besoin irrépressible de parler des artistes. C’est ce qui me meut, c’est mon antidote à l’anxiété et à mon rapport au vide. S’il existait un Questions pour un champion spécial humour, je candidaterais d’emblée. Ça tombe bien, le Barbès Comedy Club trouve aussi ce concept génial et propose un nouveau jeu dès ce mois de janvier ! Je pense aussi à HebdomadaireTV, la chaîne Twitch d’Alexandra Pizzagali et de Clément K…

Moralité : continuez à créer des contenus fun en 2021 !

Lorsqu’on lève le pied, on n’a qu’une envie : repartir. Je suis heureuse de vous retrouver par écrans interposés. J’ai hâte de découvrir de nouvelles péripéties, de nouvelles histoires à vous raconter. Plutôt que de vous lancer un « bonne année » sans conviction, voici ce que je préfère vous dire : bonne création artistique à tous !

Crédits photo

Capture d’écran du podcast Chougar Free (épisode 21 avec Louis Chappey et Morgane Cadignan)

[post_title] => Créer est essentiel : inventons l’humour de 2021 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => creer-artiste-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-18 13:05:31 [post_modified_gmt] => 2021-01-18 12:05:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010050 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1009506 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-23 08:02:00 [post_date_gmt] => 2020-11-23 07:02:00 [post_content] =>

Avec son podcast « Comique ! », Ghislain Blique crée une expérience unique pour les personnes qui le soutiennent financièrement. Zoom sur le futur de la relation entre artiste et fan.

Podcasts premium : Ghislain n’est pas le premier à s’y mettre, mais…

Le public fidèle de Ghislain Blique l’est en partie grâce à son expérience en podcast. Il y a eu « Sympa la vie » avec Paul Dechavanne, puis « Calme-toi Bernard » avec Pierre Thevenoux et ses amis… Mais partager le micro avec d’autres bridait quelque peu Ghislain.

Quand « Comique ! » a intégré le catalogue des podcasts humour, cela a ouvert le champ des possibles. Ghislain le confie souvent, c’est un grand consommateur de podcasts. Il a donc une très bonne culture de ce format, qui lui confère un regard exigeant.

Fort de plusieurs années sur scène en plateau, il avance également bien avec son spectacle Plus rien à branler à la Petite Loge. Le tout offre à son public une très bonne expérience comique.

Maintenant, il faut l’augmenter. Comment s’y est-il pris, et dans quelle mesure cela fonctionne-t-il ?

Une communication multicanale : avec son podcast Comique !, Ghislain est partout

Quand de nombreux artistes se cantonnent à créer des vidéos pour qu’elles deviennent virales, oubliant leur singularité au passage, Ghislain opère autrement. Fidèle à ses convictions, il part de son art et le diffuse sur les canaux adéquats.

L’expérience va bien plus loin qu’une simple écoute. Sur Tumult, une plateforme prometteuse, vous pouvez commenter chaque épisode. C’est un premier pas vers une communauté. Mais il y a plus.

Comme d’autres artistes, Ghislain permet à ses auditeurs de financer son podcast via Tipeee ou via Patreon. Cependant, les contreparties sont réelles. En tant que contributrice, j’ai donc accès à deux épisodes inédits par mois, des passages de stand-up et un espace de discussion sur Discord. Et je ne suis pas seule : les échanges continuent grâce à des fans très mobilisés. Des liens se créent entre l’artiste et son public comme entre les membres du public.

J’en ai profité pour partager la liste de mes moments préférés de « Sympa la vie » (car on retrouve là-bas des fans des podcasts cités plus haut). On peut aussi poser toutes les questions qui nous passent par la tête (il y répond dans l’un des épisodes bonus du mois). En bref, les promesses de Ghislain sont non seulement belles mais également tenues !

Cette expérience est un bon exemple de lien privilégié entre l’artiste et ses fans. Déjà, elle est fidèle à l’ADN de l’humoriste. Ensuite, elle emprunte des codes qui ont fait le succès de nombreuses communautés. Enfin, cela privilégie l’indépendance. Reste à pérenniser la démarche, car si je devais soutenir tous les humoristes, cela me coûterait un bras. Et malgré cela, ils seraient loin de l’indépendance financière… Attendons de voir ce que l’avenir nous réserve, mais cette introduction est prometteuse.

Mise à jour janvier 2021

Ghislain a modifié le fonctionnement de son podcast : désormais, les contributeurs financent son podcast par épisode. Cela signifie que si jamais il produit moins de podcasts, cela coûte moins cher à ses soutiens. À l’inverse, il est possible de fixer un budget limite si Ghislain est plus productif que d’habitude ! Pas de mauvaise surprise, donc…

Avec le recul, il a constaté que certaines contreparties n’étaient pas nécessaires. Par exemple, l’épisode de questions-réponses n’avait plus lieu d’être car les fans n’avaient plus de questions ! C’est la preuve que ces formats innovants pour la France ne sont pas encore habituels. Cela va venir… Arezki Chougar s’y met aussi, à voir s’il arrive à créer de véritables rendez-vous sur le long terme !

Bonus : Ghislain Blique et Pierre Thevenoux invités du podcast « Passions »

[post_title] => Podcasts premium : l’expérience « Comique ! » avec Ghislain Blique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => podcast-comique-premium-ghislain [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-06 15:35:34 [post_modified_gmt] => 2021-01-06 14:35:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009506 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1009347 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-04 08:36:04 [post_date_gmt] => 2020-11-04 07:36:04 [post_content] =>

En matière de conseil artistique, comment venir en aide aux talents de demain ? Pour répondre à cette problématique, complétons la phrase : « Il y a deux types d’humoriste : (…) ». D’une part, l’humoriste qui tente de créer de la singularité, mais pour lequel la magie n’opère pas (encore ?). D’autre part, l’humoriste qui virevolte de petits succès en petits succès, mais qui se la coule douce.

Commençons par le premier cas de figure. Dans sa tête, c’est le désordre. Un flou artistique, pour être plus précise.

Sortir du flou artistique

On développe évidemment une tendresse pour ceux qui tentent mais qui manquent leur cible. En effet, on peut deviner leur potentiel. On comprend qu’ils ont quelque chose à défendre.

Cependant, un obstacle vient empêcher la belle rencontre avec le public. Comment faire, surtout quand il vous regarde avec un désarroi qui vous fend le cœur ? Oui, j’ai mis la dose de pathos. Mais cette cause le mérite bien.

Mon conseil artistique : sortir de la panique par une approche méthodique

Sans vouloir vivre dans un monde à la Dany Boon (« Je vais bien, tout va bien »), il convient de dédramatiser. On ne cherche pas à se cacher derrière un « il faut 10 ans pour être bon en stand-up parce que les Américains l’ont dit ». En revanche, trouver son style suppose de s’accorder du temps et de faire preuve d’endurance.

Certains vont plus vite que d’autres, pour des raisons très variées, d’ailleurs. Il y a ceux qui font mine d’arriver, mais qui sortent de 3 ans de Cours Florent. D’autres, véritables artisans un peu moins armés, suivent une filiation artistique. Tous ces artistes ont des repères. C’est un peu comme dans un jeu de course : il y a l’entraînement, les aides au pilotage, les facteurs externes comme les intempéries ou le niveau de l’équipe…

Quel conseil artistique apporter, dans ce cas ? Venons-en aux méthodes. Elles sont injustes, parce qu’elles ne fonctionnent pas pour tout le monde. J’ai gribouillé moult fiches bristol pour le baccalauréat. La note n’était pourtant pas glorieuse. Je connaissais le mot « moult », mais apparemment le placer dans chaque phrase ne rapportait pas de points bonus.

À la comparaison, préférer l’endurance et les avis éclairés

Plus sérieusement, l’important n’est pas de suivre la même méthode qu’un humoriste inspirant, car ça vous rassure et ça marche à coup sûr. Non. Il faut tester, point par point et progresser à votre rythme. Parfois, vous aurez envie de tout jeter et recommencer.

Ça vous semblera logique, mais aux premières difficultés succèderont le doute. Là, attention au piège : difficulté ne signifie pas échec. Vous devez comprendre ce qui n’a pas marché. Plusieurs avis extérieurs peuvent servir (mais pas trop, parce que vous êtes déjà embrouillé dans votre tête…).

D’où l’importance d’assumer vos choix, de savoir ce qui les a motivés et d’arbitrer. Vous tromper une ou deux fois, ce n’est pas très grave. C’est être dans le déni ou ne jamais vous remettre en question qui amènera les pires conséquences. Car tôt ou tard, même les plus forts du circuit sortent de la piste.

Se nourrir des autres sans se goinfrer

Je parlais plus haut de la comparaison entre artistes. Comparer le rythme d’avancement n’est pas très pertinent, mais observer les choix artistiques des autres, ça nourrit. D’ailleurs, les moyens d’expression sont de plus en plus nombreux, ce qui élargit grandement le champ des possibles.

Les artistes ont peur de copier quelque chose qu’ils auraient entendu en regardant leurs collègues. Cette peur ne peut être une excuse : dans le pire des cas, surtout si l’artiste est de bonne foi, il perd une blague en crée d’autres. Je crois que Réda Seddiki (corrigez-moi si je me trompe de personne !) disait ne pas être embêté qu’on lui pique une blague. Il en inventera d’autres, car il sait comment faire. Celui qui l’a copié devra défendre la blague d’un autre et ne saura pas pérenniser son art… En matière de conseil artistique, celui-ci vaut de l’or.

Outre les spectacles, plongez-vous dans les interviews, les podcasts et tous les lieux d’expression des artistes. Voir ce que font les autres, ça débloque la créativité, ça aère le cerveau. Et Dieu sait que vous autres, les comiques, vous en avez besoin…

En résumé

Même si ce cas de figure est frustrant, le travail artistique permet bien souvent de renaître des cendres d’un set ou d’un spectacle qui n’a pas fonctionné. Réalisé avec méthode et sans trop de pression ou de questionnements incessants, il apportera sans doute de meilleurs résultats.

Vous ne vous sentez pas concerné ? Malgré tout, vous pouvez avoir un rôle à jouer. En effet, si vous rencontrez un artiste qui se cherche et que vous avez une idée de génie pour l’aider, ne l’imposez pas trop vite. Pas sûre qu’elle marche, déjà, et puis l’artiste en face de vous est un animal blessé. La discussion, l’écoute… Cette forme de conseil artistique marche beaucoup mieux pour guérir et se remettre sur pied. Soyez plus un ami-psy qu’un dictateur artistique, d’accord ?

Sortir de la flemme artistique

Venons-en maintenant à cet humoriste qui ne se débrouille pas trop mal. Comme il est sympathique, les gens du milieu l’ont à la bonne. Ils en oublieraient presque qu’à chaque fois qu’ils voient son spectacle, c’est de la bouillie artistique.

J’ai un cas en tête et je n’arrive pas à accepter que sa performance n’est pas satisfaisante. Impossible, car je vois quelque chose en lui. Je vois un univers singulier, un truc qui marche. Mais ça ne se renouvelle jamais. Ça maquille ça dans un packaging de nouveau spectacle, mais les blagues sont toujours les mêmes ou datées, déjà entendues mille fois.

Ça me fait penser à Chloe, la fille aux “crazy eyes” qui séduit Marshall après sa rupture avec Lily dans la saison 2 de How I Met Your Mother. À chaque fois qu’ils se voient, Marshall lui raconte la même blague et elle éclate de rire. Ted Mosby, fort de ses années de recherche de l’amour, explique à Marshall pourquoi Chloe rit à chaque fois. Soit c’est la première blague qu’elle n’ait jamais entendue, soit il lui plaît. Sans surprise, c’était la réponse B. En humour, c’est pareil. On ne va pas rire toujours aux mêmes blagues, sauf si…

Mon conseil artistique : trouvez quelqu’un qui vous secoue pour vous renouveler

Vous êtes un artiste englué dans une zone de confort. Ça marche, et comme vous êtes sympa, personne ne vous en veut de ne pas trop bosser. Jusqu’au jour où un critique un peu plus consciencieux que la moyenne vient déposer un sac de merde devant votre palier.

« Bonjour, voici ma critique. Un mouchoir pour oublier ? Désolé, il fallait qu’un lanceur d’alerte intervienne ! » Vous inondez le palier de vos larmes de seum, alors que vous savez que vous obtenez là ce que vous méritez.

La bonne nouvelle, c’est que plein de gens adorent donner leur avis. Des directeurs artistiques, gérants de théâtre, metteurs en scène, comiques, critiques… Ils ont envie de porter la star de demain. Et vous, en tant qu’artiste, avez justement un bagout qui fait plaisir à un petit public. Cela fait de vous un bon client.

Ne jetez pas tout, n’écoutez pas les gourous du minimalisme…

Maintenant, reste à savoir où vous vous situez. Travaillez-vous suffisamment ? Quel est votre rapport au doute ? Pensez-vous être brillant alors que vos idées ne valent pas mieux qu’un contenu tiède de magazine lifestyle ? Il est temps de sortir de l’imposture et de vous mettre en danger.

Ne vous braquez pas face à ces questions délicates. En réalité, votre problème est similaire à celui de votre collègue. Vous ne savez simplement pas par où commencer. Si ça marche sur un malentendu, alors ça va passer indéfiniment, pas vrai ? Jusqu’au jour où ça ne fonctionne plus et qu’il faut tout recommencer. Si c’est rageant, c’est loin d’être une fatalité.

En effet, inutile de retourner à la case départ ! Vous avez réussi à construire quelque chose, c’est déjà bien. Avoir un univers, c’est un luxe. Il faut juste travailler sur les éléments où votre originalité pêche. Là encore, point par point, en testant et vérifiant vos progrès.

En résumé

Être un tire-au-flanc, ça se comprend. On l’est tous un peu sur certains aspects, même si on veut croire qu’on est toujours à fond. La procrastination, le déni… Tout cela fait partie de la vie. Il y a toujours une bonne raison de ne pas agir et de continuer à s’embourber dans un marasme total. Mais vous êtes un artiste, vous devez aller de l’avant. Pour dédramatiser, souvenez-vous que même les plus talentueux procrastinent !

J’ai été un peu dure vis-à-vis de ceux qui « se la coulent douce ». Ce n’est pas pour dire que votre cas est pire de celui de l’humoriste perdu. En réalité, en général, on a moins de compassion pour les flemmards. Ceux qui se battent, même s’ils n’obtiennent pas mieux et sombrent parfois dans l’oubli, ont le panache de leur côté.

Vous, vous vous prélassez dans un filet de sauvetage assez confortable, il faut le dire. Ce qui vous facilite la vie au premier abord, mais qui vous piège bien plus que celui qui a compris qu’il faut se sortir d’affaire. Reste à savoir quand vous vous en extirperez, et comment…

Conseil artistique : cet article ne résoudra rien, mais…

Bien sûr, ce type de conseil artistique rédigé par un non-professionnel de la vanne sont comme tous les tutoriels d’internet. Une série de bonnes idées qui a (je l’espère) du sens, mais qui est bien plus complexe à appliquer. Je ne suis pas vous, donc cet article ne pourra être personnalisé à vos besoins. Vous pouvez aussi vous plonger dans les podcasts qui appuient le contenu de l’article. Pour poursuivre, il faudrait en discuter, poser les bonnes questions… Bref, on en revient encore à cette histoire d’ami-psy qui vous aiguillera au lieu de vous mâcher le travail.

Il faut comprendre que cet article n’a vocation qu’à inspirer et remettre en marche la machine pour un artiste. On ne résout pas les problèmes en un clic, une tentative ou quelques contenus trouvés via une recherche internet. Parfois, on constate le fruit de ses efforts bien après avoir enclenché le processus, alors… Les success stories sont trompeuses, et l’époque en assène des milliers. C’est pour ça qu’on a tous l’impression, collectivement, de stagner.

Je me rends compte que ces deux artistes, à deux doigts de basculer dans l’aigreur, ont tous les deux leur charme. Et qu’ils peuvent être « sauvés ». La bonne nouvelle, c’est qu’ils ont toutes les cartes en main. Si l’une d’entre elles n’est pas la bonne, il y a toujours la possibilité d’en tirer une autre… Ou de recommencer la partie.

Crédits photo

© Portfolio Underground Comedy

[post_title] => Conseil artistique : passer de talent prometteur à humoriste de qualité [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => conseil-artistique-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-04 08:32:43 [post_modified_gmt] => 2020-11-04 07:32:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009347 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1008450 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-14 07:29:00 [post_date_gmt] => 2020-07-14 05:29:00 [post_content] =>

Julie Albertine pratique le stand-up depuis plusieurs années, et multiplie aujourd’hui sa présence en plateaux d’humour. L’occasion est donc parfaite pour vous faire découvrir cette puriste de la comédie !

Julie Albertine ou le stand-up dans le monde réel

Vous en saurez beaucoup plus sur Julie Albertine en la voyant jouer que sur le web. Elle ne perd pas son temps à créer des vidéos pour nourrir les algorithmes. Je ne désavoue pas une telle pratique, mais je crois que ceux qui s’affichent moins sur vos écrans gardent le mystère pour les véritables instants de stand-up.

En cela, Julie Albertine excelle : on la croise généralement sur les scènes underground de grande qualité, ou les podcasts du même genre. Elle est toujours là pour vous faire rire avec sa voix d’un calme olympien et son écriture habile. Rien d’étonnant quand on sait que son parcours ne se réduit pas au stand-up.

Un peu à la manière d’une Emma de Foucaud, elle pourra revisiter des sujets vus et revus en apportant sa patte. À ce sujet, j’aimerais faire un aparté. Certains essaient d’ériger un modèle de stand-up féminin. Julie Albertine et ses consœurs nous montrent au contraire qu’elles prennent le pouvoir sur scène en leur nom propre, sans exister via des comparaisons antérieures. Résultat : ces stand-uppeuses ne doivent plus forcément rentrer dans une case ou aborder des sujets attendus pour être entendues. Seule la réalité du terrain compte…

Le rire version puriste

Julie Albertine, je la considère donc comme une puriste. À chaque fois que son nom apparaît, je trouve cela rafraîchissant et enrichissant pour le milieu. J’ai rarement eu l’occasion de poser des mots sur son talent, préférant vivre l’expérience, en profiter, et me réjouir de sa prochaine apparition. Je vous encourage donc à en faire de même dès cet été !

[post_title] => La découverte du mois - Juillet 2020 - Julie Albertine [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-julie-albertine [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-07-13 13:56:18 [post_modified_gmt] => 2020-07-13 11:56:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008450 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 8476 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-01 11:30:00 [post_date_gmt] => 2020-02-01 10:30:00 [post_content] =>

Arezki Chougar est plus qu’un humoriste. Cet homme veut construire un empire de podcasts humour et il s’en donne les moyens. Comment peut-on être aussi brillant et rester aussi proche de ses semblables ? Ce mois-ci, nous vous présentons une découverte humour en mode full-béatitude/admiration.

Arezki Chougar : le maître du rire dans tes oreilles… mais pas que

Avant tout, Arezki Chougar est un homme libre. Libéré par ses convictions de dentiste à mi-temps : on ne se tue pas à la tâche et on réintègre un certain art de vivre. On réinvente la conversation sur des canapés, on redonne ses lettres de noblesse au terme « anecdotes » et on se marre !

Sur scène, c’est pareil. J’étais avec un humoriste d’une certaine réputation, qui parlait d’un autre humoriste qui ne se prenait pas pour de la merde. On bitchait parce que ce dernier étalait sa culture comme un porc, jouant l’homme intelligent qu’il ne serait jamais.

Arezki Chougar n’est pas comme ça. Arezki, c’est d’abord un type qui aime la vanne, la vraie. Un puriste qui veut avant tout faire rire. Son propos vient ensuite, on n’est pas là pour disserter sans glousser.

Oui, Arezki est au-dessus de ces jeux d’intelligence. Si bien que dès que je le croise, confessant un complexe d’infériorité, je rase un peu les murs. Sire, vous êtes d’une brillance impeccable, lui dis-je avec les yeux, histoire de lui cirer les pompes sans que ça ne se voie trop (coucou Aquilino Morelle). Lui porte des yeux bienveillants sur mes agissements, tout en continuant de respecter mon travail et ma personne.

D’où vient ce phénomène troublant ? Commençons l’enquête…

Humoriste, producteur et créateur de podcast… et futur influenceur de l’humour ?

Maintenant que nous avons défini « l’effet Arezki Chougar », il est temps que cet artiste tienne ses promesses. Parce qu’il est aussi charismatique sur scène qu’en-dehors, ce décryptage s’avère indispensable. Sinon, nous allons le sur-vendre et vous ne pourrez pas en profiter !

Arezki Chougar est un bon comédien de stand-up car il aime parler et qu’il en connaît la technique. Il a trouvé le subtil mélange entre être un leader d’opinion et ne pas étaler sa culture comme un assoiffé de reconnaissance (la bise aux 52 stand-uppers qui le font !). Il peut aussi le faire en anglais, si cela vous intéresse…

Il a aussi ce sens de l’observation et du jeu (voir ci-dessous avec Emma de Foucaud). Cette cerise sur le gâteau complète la recette de base pour bien se développer en stand-up.

Arezki Chougar est un bon client des podcasts, qu’il soit créateur, producteur ou intervenant. Il sait écouter sans s’imposer, livrer la bonne anecdote au bon moment et rire à gorge déployée — le trick pour rester simple. Pour finir, son imagination prend le relais en live pour terminer l’anecdote et la rendre encore plus forte (voir ci-dessous avec Léopold et Anissa Omri).

Enfin, Arezki Chougar est bon pour se vendre. Nous le disions en début d’article, il a ce côté « créateur d’empire démoniaque » indispensable à la création d’une communauté fidèle, en ligne comme hors ligne. Les autres humoristes adorent échanger avec lui après les scènes, tandis qu’il se tient dignement devant eux. Ses spectateurs sauront bientôt relayer tous ses contenus en masse.

Charge à lui de percer et de se faire reconnaître au-delà de son cercle habituel ! Arezki, on t’attend au tournant et on sait que tu seras là.

Interlude - Arezki Chougar dans Bla Bla Clap

[post_title] => La découverte du mois – Février 2020 – Arezki Chougar [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-arezki-chougar [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-26 11:13:26 [post_modified_gmt] => 2020-04-26 09:13:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8476 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 7281 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-03 10:09:01 [post_date_gmt] => 2019-11-03 09:09:01 [post_content] =>

Samedi 2 novembre, Louis Bolla enregistrait son podcast le Journal de la Guebla, que nous relayons depuis les débuts. Avec une différence capitale : il le faisait en live au Barbès Comedy Club aux côtés d’humoristes reconnus.

Soyez au rendez-vous pour la deuxième édition de ce podcast ! On vous le recommande, les discussions était très intéressantes et Shirley Souagnon a une repartie inégalable !

Le Journal de la Guebla spécial MC

Imaginez un podcast qui débute avec la bande du 33 Comedy, et qui s’achève avec une nouvelle fracassante pour le stand-up. Je n’avais pas du tout idée que cela serait aussi fourni en invités. En cela, l’émission était semblable au podcast live de Shirley Souagnon, Vivement dimanche avec Michelle Drucké. Entre parenthèses, ce podcast revient le 21 décembre !

En attendant la sortie du podcast, je voulais ainsi saluer la performance de Louis. Quand Shirley Souagnon lui a proposé de faire son podcast, sur un live Instagram, ça s’est fait très rapidement. Il a su s’adapter à la programmation, proposer un concept inédit en interrogeant les MC, ceux qui font la chauffe et gèrent les plateaux d’humour.

Mieux encore : son stress initial s’est vite évaporé pour laisser place à des questions intéressantes. Je suis ravie de l’avoir vu se révéler à ce moment-là et tenir un show deux heures durant, avec des humoristes de tous niveaux. Interviewer Ghislain Blique, puis Redouanne Harjane et Sebastian Marx n’est pas chose aisée ; solliciter le public pour des questions était aussi couillu, donc bravo Louis.

Mention spéciale à son audace : commencer son interview des gars du 33 Comedy par le bonnet de Jean-Patrick, aka Je suis lapin. J’étais en PLS, c’est un peu comme dire Voldemort, c’est ultra-transgressif ! Je n’aurai pas osé, voilà, c’est dit. Et revenir à l’ambiance de la Grange, qui me manque beaucoup aussi, c’était nécessaire.

PS : Antek reviendra bien au 33 Comedy dès qu’il aura terminé de jouer dans cette pièce de théâtre. S’il vous manque, allez là-bas !

L’invité surprise, Joseph Roussin, surprend tout le monde

Joseph Roussin, vous le connaissez peut-être mieux comme Détective Froussin. En fin de podcast, il prenait donc le micro et la première question a failli me faire tomber de ma chaise.

Les gars, Joseph Roussin… C’est difficile, asseyez-vous. Joseph… Roussin… Oh, je ne vais jamais y arriver. Bon, allez, courage !

Joseph Roussin arrête le stand-up.

La bonne nouvelle, c’est qu’il va proposer de nouveaux projets ! Vous en saurez plus en écoutant le podcast. En attendant, vous pouvez vous rassasier avec le retour de Calme-toi Bernard (Ghislain n’y est plus, mais il explique pourquoi dans le Journal de la Guebla et ça peut évoluer). Vous avez aussi le podcast de Seb Mellia, dont le prochain épisode sort aujourd’hui !

[post_title] => Le Journal de la Guebla au Barbès Comedy Club : retour sur la 1re [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => journal-guebla-podcast-live-louis-bolla [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-05 10:03:24 [post_modified_gmt] => 2019-11-05 09:03:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7281 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 6162 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-21 12:08:56 [post_date_gmt] => 2019-04-21 10:08:56 [post_content] =>

Kévin Robin et Maxime Stockner, vous connaissez ? Les deux nantais, qui tiennent la chaîne YouTube 2 tocards font du stand-up, jouent parfois à Paris. En avril, ils sont venus l'un après l'autre... et c'était notre événement du mois d'avril !

2 tocards font du stand-up : les artistes les plus ponctuels du game

Nous sommes le mardi 9 avril et je me rends à La Grange en avance pour le 33 Comedy. Près de deux heures en avance. Je me dis que je vais sûrement m'ennuyer, mais non : Kévin Robin, fraîchement débarqué de Nantes, arrive quelques minutes après.

Le serveur me demande si je joue ce soir, je lui réponds non mais je lui fais signe que le gars à côté de moi, si. Là, j'ignore ce qu'il se passe dans la tête de Kévin, mais je décline mon identité rapidement.

C'est qu'avec le stand-up, tu as l'impression de déjà connaître ces gens. C'est comme s'ils étaient des amis éloignés, pour reprendre la terminologie des Sims. La première fois que je l'ai vu, c'était au Campus Comedy Tour où Paul Mirabel est devenu l'étudiant le plus drôle de France. Il jouait en invité outsider, et ça avait l'air plutôt pas mal.

Rencontrez la nouvelle-nouvelle génération stand-up

Bien entendu, ensuite, le web a pris le relais. On parle de la chaîne des tocards, bien entendu, mais pas seulement. Si je me souviens bien, c'est là où j'ai adoubé Le Meilleur Podcast. Avec Maxime Stockner et la bande du vrai meilleur podcast de France, leurs canulars téléphoniques me rendaient complètement marteau.

Pour la petite histoire, c'est grâce à Fabien Guilbaud que j'ai découvert cette pépite. J'ai ensuite eu du mal à dénicher l'épisode ci-dessus car il y a deux Meilleur Podcast. L'autre est pas si mal, mais trop en vue pour nous faire vraiment kiffer. Il y avait quand même deux épisodes intéressants pour la ligne édito du spot du rire. Ceux avec Rémi Boyes et Panayotis ont su me plaire. Fin de la parenthèse. On reviendra sur ce bijou de baladodiffusion plus tard.

2 tocards font du stand-up : Kévin Robin au 33 Comedy

Revenons à l'essentiel : comment se passe la première conversation avec Kévin Robin ? Eh bien, je ne peux vraiment pas tout dévoiler, mais j'ai montré l'exemple. Les coulisses de stand-up, ce sont des anecdotes drôles sur tout le monde. J'ai décidé de lui montrer que moi aussi, j'avais des dossiers. Naturellement, on n'en parlera pas ici, mais on a bien ri avec Jean-Patrick et Ghislain, qui nous rejoignaient ensuite.

Antek ? Comme souvent, il traîne à la Debjam, la scène des découvertes du Comedy Club. A cause de Mourad Winter qui a posé un lapin aux organisateurs, la soirée se compliquait : ils devaient jouer plus longtemps pour ne pas être en déficit de comiques. Antek a à peine eu le temps de poser ses affaires qu'il débarquait sur scène, les lunettes pleines de buée. Le 33 Comedy sait gérer les situations extrêmes.

Même s'il est passé en premier, Kévin Robin a connu un passage plus que correct. Le public était très exigeant ce soir-là, mais pas prise de tête pour autant. Dans ces conditions idéales pour tester, j'ai trouvé la soirée réussie.

Merci qui pour amener les 2 tocards ? Merci Alexis le Rossignol !

Précisons ici que Kévin Robin, puis Maxime Stockner la semaine suivante, obtenaient des dates prestigieuses plus facilement que d'autres. Samedi, on s'est revu au Comédie Paradiso avant qu'il n'aille jouer à l'Underground Comedy Club. Excusez du peu !

Tout ça, c'est grâce à leur copain Alexis le Rossignol, passé par Nantes également avant d'être révélé par le FUP. Autant vous dire que c'est une très bonne chose : il nous faut ces échanges-là avec la deuxième ville stand-up de France. Je serais passée à côté de belles soirées sans ces deux compères.

2 tocards font du stand-up : Maxime Stockner enchaîne

Tandis que Kévin Robin repartait pour Nantes, il voyait plus ou moins Cyril Hives emprunter le chemin inverse. Je ne connais pas la chronologie, mais Cyril squattait quelques temps chez les Tocards (tocards ? Sont-ce des monuments nécessitant un nom propre ? L'enquête est en cours.).

Là-bas, il a même laissé son enregistreur magique, celui de son podcast Clap Clap. Il est aussi axé sur les coulisses du stand-up ; de fait, on apparaît dedans !

Maxime Stockner, je l'ai aussi vu deux soirs. A chaque fois, il jouait. A chaque fois, il y avait Cyril Hives. La première fois que je l'ai vu, il en était à sa deuxième scène parisienne de la semaine. Son baptême de la semaine, il l'a vécu au Start-up Comedy Club, un endroit que j'évite généralement, même si les programmations sont bonnes et Guillaume Dollé est une crème.

J'aurais peut-être dû opter pour ça, parce que je découvrais le Wishing Light Comedy Club... Et c'était n'importe quoi. On était comme dans un podcast des tocards. Déjà, le MC Louis Chappey était porté disparu, et finalement à l'Arti'Show après enquête. On était donc 4 : moi, Maxime Stockner, Cyril Hives et Ghislain Blique.

Toujours présent, malgré le retard

Ensuite, Julie-Albertine puis Adrien Arnoux venaient constater les dégâts. Dans la rue de Lappe, l'endroit le plus glauque-attachant de Paris, je me faisais enfumer. Le public attendait depuis une heure, avant qu'un événement de beatbox débute la soirée.

Louis Chappey n'étant toujours pas là, Cyril Hives a assuré la chauffe. Pour rappel, il était juste là parce qu'il hébergeait Maxime Stockner (et qu'il voulait gratter 5 minutes). Au final, c'est l'un des seuls à avoir réussi à dompter cette salle refroidie par mille paramètres de plateau pourri. J'étais ravie de revoir Maxime Stockner le lendemain. En attendant, on finissait la soirée au Motel avec Cyril Hives, Maxime Stockner et Avril (qui sortait d'une session de travail intensive avec Thierno Thioune).

Comédie Paradiso : le bouquet final pour 2 tocards font du stand-up

Revenons quelques jours en arrière. La semaine en cours avait très mal commencé pour moi. J'ai vécu mon pire plateau le mercredi, au 917 Comedy. Déjà, le micro était trop fort, et il y avait Jean-Baptiste Mazoyer. Deux éléments qu'il ne faut surtout pas associer, puisqu'il beugle ses imitations dans cet objet de torture. Ils ont fait un happening et on a cru qu'il allait y avoir une bagarre en plein plateau. Audrey Jésus n'était pas dans la confidence, et voulait intervenir pour éviter le pire. En plus, un groupe de professionnels ne respectait vraiment pas les codes du stand-up.

Alors après ça et le Wishing, je souhaitais juste arrêter tout. Fort heureusement, le duo Omar (DBB) et Manu (Bibard) allait sauver le game. Cela fait deux samedis de suite que je m'y rends. Et c'est déjà mon troisième Comédie Paradiso. Ou deuxième et demi, j'avais un spectacle ensuite et je n'avais vu (et filmé) que Pierre Thevenoux.

Line-up gagnant

Je ne me rappelle plus avoir assisté à un plateau sans fausse note. Le Comédie Paradiso du 20 avril rentrait dans ce club très, très sélect. Tout le monde était bon, et pourtant, il y avait des humoristes avec peu d'expérience. Comme quoi, la sélection fait tout. Une bonne chauffe, une explication ni trop courte ni trop longue et un enchaînement pro... Tout était là. En plus, Cyril Hives assurait la chauffe côté salle en encourageant très fortement chaque humoriste. Fabien Guilbaud clôturait la soirée avec sa guitare et ses blagues vraiment bien dosées. En plus, il a mis une citation du spot du rire sur son nouveau flyer de spectacle à la Petite Loge, alors j'étais sur un nuage.

Et là, Maxime Stockner, nouvel étudiant le plus drôle de France après Paul Mirabel, était bien meilleur que la veille. Il a emporté le public avec son air un peu nonchalant, ses blagues sur les bides et ce petit truc qui fait que les 2 tocards sont des bêtes de scène encore méconnues. L'ADN de la chaîne YouTube était tellement là sur scène et au-delà. Promesse tenue ! Les parisiens, soyez prêts : ils devraient revenir en mai en même temps.

Running gag sur le Meilleur Podcast

Dans le public, il y avait aussi Arezki Chougar, l'un des protagonistes du Meilleur Podcast (le vrai dans mon cœur). Il était comme je l'imaginais : ses anecdotes se déclinaient à l'infini, et il m'a promis qu'il enregistre un podcast ce lundi... avec ma dernière découverte humour. Celle de ce mois-ci était aussi sur le plateau, et je vous en parle très vite !

Voilà la recette de la pure soirée stand-up : tous les ingrédients étaient là, comme une réconciliation après deux prestations difficiles dans des endroits nuls à chier. Merci donc à Kévin Robin et Maxime Stockner de m'avoir redonné le goût des soirées humour en plateau. La tâche était ardue, mais avec les bandes du Laugh Steady Crew et du 33 Comedy (+ Cyril Hives et les podcasteurs du dimanche !), tout était réuni. La nouvelle génération que j'attendais tant est bien au rendez-vous. Allez la découvrir et continuez de nous lire, il reste tant à écrire...

[post_title] => 2 tocards font du stand-up : je les ai rencontrés ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 2-tocards-font-du-stand-up [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:12 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6162 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 5080 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-31 12:30:04 [post_date_gmt] => 2018-08-31 10:30:04 [post_content] => Matka, humoriste en devenir, se confie dans le podcast A plus dans le bus : journal de bord d'une apprentie humoriste. Sur le modèle de Marché Parlé de Navo, elle décrit les débuts d'une humoriste stand-up.

Journal de bord d'une apprentie humoriste : un récit-vérité à l'image du stand-up

Entre espoirs et interrogations, Matka parle avec beaucoup de justesse des premiers pas sur scène. Ses interrogations touchent tous les débutants. Faut-il prendre des cours de stand-up ? Que se passe-t-il quand un autre humoriste te file des blagues : est-ce bien généreux de sa part ? Comment affronter le premier bide ? Pour le savoir, écoutez les six podcasts existants à ce jour dans notre playlist Apprendre le stand-up sur SoundCloud. Il y a des moments qui font penser à Sympa la vie, notamment quand Matka parle des pigeons. C'est très drôle, car elle exprime sa frustration de ne pas trouver de nouveaux sujets. En vérité, elle le tient au fil de sa narration. Je sais qu'elle peut parler de sa phobie des pigeons morts. J'ignore si elle en parle sur scène, mais j'aimerais trop.

L'esprit de communauté du stand-up

Matka découvre au fil des mois les bandes établies dans le milieu du stand-up. Elle rencontre Alex Nguyen en découvrant les plateaux d'humour. Elle parle notamment du Wishing Light Comedy Club ou du Bootleg bar comedy club. J'adore son passage sur le détective du One More Joke. Elle peine à se souvenir de son nom, puis elle le retrouve dans un épisode suivant. Je trouve ça génial : notre première découverte humour sur le spot du rire, c'était le Détective Froussin ! Elle décrit très bien l'esprit de communauté du stand-up. Il y a quelque chose de fort dans ces humoristes qui se retrouvent. Chacun rend hommage à cette alchimie si spéciale, comme Seb Mellia dans une vidéo très soignée. On l'a même choisie pour la page d'accueil du site !

S'abonner au podcast de Matka

Retrouvez tous les épisodes du podcast Matka sur iTunes, SoundCloud et Player.fm. [post_title] => Podcast - L'humoriste Matka raconte ses débuts sur scène [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => journal-apprentie-humoriste-matka [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:54:44 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:54:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5080 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 4879 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-14 11:44:17 [post_date_gmt] => 2018-08-14 09:44:17 [post_content] =>

En tant qu'invité régulier de podcasts comme Ha Ha ! L'émission marrante, Ghislain Blique manie l'art de l'anecdote avec beaucoup de maîtrise. On a retourné le web pour vous en trouver une... C'est inédit, c'est de l'or en barre, et c'est cadeau !

Ha Ha ! L'émission marrante : terreau fertile d'anecdotes incroyables

Vous vous souvenez d'Antek on R ? Quand Antek commençait à jouer son spectacle d'une heure, il a laissé le bébé à Mathias Fudala. Quelques semaines plus tard, un nouveau podcast apparaissait sur SoundCloud. On y retrouve de nombreux habitués : Aude Alisque, Joseph Roussin ou encore Sylvain Fergot.

Le podcast commençait de manière underground : il fallait tout reconstruire. Et pourtant, dès le premier épisode, on découvrait cette anecdote incroyable sur la back-story de Ghislain. Tout le monde s'interrogeait : info ou intox ? Pour le savoir, il vous faut écouter cet extrait !

Vous l'avez fait ? Bravo ! Vous êtes prêt pour l'étape suivante. Lorsque vous serez un auditeur fidèle, vous vous délecterez des anecdotes dès leur sortie. Commencez dès maintenant avec le premier épisode dans son intégralité ! Ensuite, vous pourrez aller plus loin et vous abonner...

Réécouter le premier épisode de Ha ha ! L'émission marrante

[post_title] => Ghislain Blique et ses anecdotes incroyables [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => ghislain-blique-haha-emission-marrante [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:28:55 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:28:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4879 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 4589 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-04 16:55:12 [post_date_gmt] => 2018-08-04 14:55:12 [post_content] => Le spot du rire, c'est un média web humour qui vous révèle la nouvelle génération de talents. Depuis juin dernier, je travaille sur ce projet avec le soutien de la communauté humour. Or, de temps en temps, il est important de réfléchir au futur de son site, surtout en cas de changements. Je me permets donc de vous parler de tout ça au lieu des contenus habituels. Vous les retrouvez partout ailleurs, pas d'inquiétude ;) Vous aimez le spot du rire ? Donnez votre avis pour contribuer à son avenir !

Le spot du rire continue !

Tout d'abord, je m'excuse auprès de mes amis Facebook pour l'éventuelle frayeur occasionnée. J'ai commencé une publication avec le titre Arrêter le spot du rire ?. Autant vous dire qu'il y a peut-être eu une ou deux personnes en PLS. Désolée. En vérité, je vais bientôt intégrer une nouvelle entreprise, ou tribu. Il paraît qu'on appelle ça comme ça s'il s'agit d'une start-up. Après une demi-décennie à faire un peu la même chose, je vais donc rejoindre Koober. Sans vous pitcher toute la société, ces personnes résument des livres de non-fiction pour aider les personnes en reconversion ou évolution professionnelle. Comme ça, les gens perdent moins de temps à lire, apprennent plus... et ont encore de l'énergie pour venir sur mon site, par exemple ! Avouez que c'est plutôt utile.

Futur du spot du rire : quelques changements, de grands projets

Concrètement, le futur verra moins de contenus sur Le spot du rire. L'idée est de conserver la qualité des publications. On va juste alléger le calendrier éditorial. Pour autant, voici les projets qui verront peut-être le jour.

Un podcast ? J'ai l'idée, si ça vous chauffe, on y va !

Rémi Boyes m'a gentiment suggéré de lancer un podcast. J'ai réfléchi, et j'ai trouvé cette idée. J'invite un ou une humoriste pour lui parler d'une thématique. Pour rendre cela original, la thématique est une névrose ou une limitation que j'ai et que j'aimerais soigner. Je me suis aperçue que je parle beaucoup de ce genre de choses. Pour être honnête, c'est sûrement les sujets où j'ai le plus de créativité en moi. Voici un échantillon non contractuel, j'ai une liste bien plus conséquente en stock. Cela s'appellerait sûrement Faut-il s'inquiéter ? et l'humoriste viendrait trouver des choses rigolotes là-dedans. A chaque fois, je choisis un humoriste lié de près ou de loin au sujet.
Sujet Artiste
J'ai peur de l'eau Ghislain Blique, ancien pêcheur au large de l'Australie.
Je suis hypocondriaque, j'ai la peur du dentiste Seb Mellia, refuse actuellement qu'on lui arrache une dent.
J'ai peur des enfants en bas-âge Alexandra Pizzagali, humoriste leader sur le discours autour des femmes enceintes.
J'ai la phobie des bouilloires et je n'ai jamais mangé d'huîtres (liste non exhaustive autour des fruits de mer et de l'électrocution) Jean-Philippe de Tinguy, qui a déclaré avoir la phobie des arêtes une fois malgré une passion pour les huîtres.

Un festival d'humour international ? A vous de choisir !

Depuis le début du site, je suis allée voir des festivals d'humour. Je ne suis pas partie bien loin, hormis en Ecosse pour le Fringe. Là encore, voici une liste de festivals. En fonction du lieu, cela pourra peut-être prendre plus de temps. Le budget n'est pas le même pour l'Australie que pour l'Angleterre, on est d'accord.
  1. Décembre : Montreux, Suisse
  2. Février : Leicester, Angleterre - juste avant le Brexit, ça pourrait être la bonne idée
  3. Mars : Melbourne, Australie - j'en profiterai pour aller au Grand Prix de Formule 1, histoire d'amortir la chute du compte en banque avec des frais en plus
  4. Mai : Kilkenny, Irlande
  5. Juillet : Montréal, Canada
Si vous avez des suggestions, vous pouvez les préciser en commentaire. J'ai vu quelque chose à Brooklyn en septembre, mais c'est trop court pour cette année. Après tout, j'irai là-bas pour que vous fassiez les meilleurs choix de périples humoristiques ! [post_title] => Le futur du spot du rire [Message personnel] [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => futur-blog-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:47:59 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:47:59 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4589 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 4522 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-07-29 11:02:58 [post_date_gmt] => 2018-07-29 09:02:58 [post_content] => Après quelques éditions de La croisière s'amuse, j'ai pris le temps de découvrir ce nouveau format de stand-up au Jardin sauvage. Le principe : Joseph Roussin invite un autre artiste stand-up pour une doublade.

La croisière s'amuse : qu'est-ce qu'une doublade ?

J'ai déjà évoqué la doublade dans un article précédent. J'avais justement décidé de faire l'impasse parce que je connaissais déjà bien les humoristes sur scène. Je n'étais pas totalement convaincue, par peur de voir les humoristes faire de l'entre-soi. Je ne voulais pas boycotter l'événement pour autant. En réalité, j'attendais d'avoir vraiment envie de voir les deux artistes sur scène. Finalement, quand Joseph Roussin a invité Rémi Boyes, je n'ai pas hésité une seconde. Là, j'ai compris pourquoi je faisais fausse route sur l'entre-soi : la complicité entre les artistes est la clé du succès. Une doublade, c'est une soirée stand-up comme d'habitude... sauf que tous les humoristes sont sur scène en même temps ! Le format se rode un peu : il y a une première partie classique qui tombe comme un cheveu sur la soupe. Sur scène, on retrouve Joseph Roussin, l'initiateur de la soirée. Il n'est jamais seul. Au début, Fred Cham l'accompagne pour chauffer la salle et introduire le concept. Toute nouveauté vient avec un peu de pédagogie. Après la chauffe et la première partie, l'humoriste invité arrive enfin. Chacun parle à tour de rôle et teste des blagues. On a plus affaire à du storytelling et des anecdotes inédites. L'idée, c'est que l'autre humoriste sur scène rebondit sur les anecdotes et extrait le truc drôle. On m'avait dit qu'il s'agit d'une séance de travail un peu conviviale, c'est un peu ça... mais en plus rodé.

Joseph Roussin et Rémi Boyes : la complicité dans toute sa splendeur

Joseph Roussin et Rémi Boyes partagent beaucoup : le même quartier, parfois le même gel douche... Au Sentier des Halles, j'avais adoré leur 30-30. Leur podcast commun Froussin : Détective privé est l'un des objets les plus originaux de la comédie française. En fait, il suffit de les inviter ensemble, et la magie opère.

Joseph Roussin et Rémi Boyes dans Un café au lot7

L'enregistrement du podcast de Louis se déroule quelques heures avant La croisière s'amuse. Si vous n'avez pas pu venir, vous pourrez l'écouter et avoir un aperçu des blagues de la soirée. Quelques anecdotes figurent ainsi dans le podcast. D'ailleurs, j'en profite pour applaudir Louis Dubourg qui sort des épisodes underground ces derniers temps. Très appréciable !

Fred Cham en embuscade

Je vous l'ai déjà dit sur le blog : Fred Cham me manque par intermittence. Pour moi, il est un puriste indispensable pour le stand-up. Il a poussé tant d'humoristes à monter sur scène (moi y compris !). Il a l'esprit de camaraderie chevillé au corps, il est toujours là pour parler stand-up et amuser la galerie. Lors de La croisière s'amuse, il a même fait des pompes ! Si ça, ce n'est pas le signe d'une soirée réussie, j'ignore à quoi elle pourrait ressembler... On verra si la semaine prochaine, quand Pierre Thevenoux épaulera Joseph, Fred Cham fera encore de l'exercice. J'ai mené l'enquête : il devrait avoir un rôle un peu moins discret lors des prochaines soirées... Affaire à suivre !

Crédits photo

Montage de 2 photos de Joseph Roussin et Rémi Boyes © Betty Durieux [post_title] => La croisière s'amuse : Joseph Roussin et ses amis innovent en stand-up [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => croisiere-amuse-joseph-roussin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:49:12 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:49:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4522 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 4430 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-21 16:32:27 [post_date_gmt] => 2018-06-21 14:32:27 [post_content] =>

Laura Gilli, photographe de nombreux événements humour, était l’invitée du podcast d’Antonin Archer, Nouvelle École. Il fallait saisir l’instant, profiter de ce moment intimiste pour découvrir l’une des cadors discrètes du milieu.

Laura Gilli : découvrez-la en interview intimiste

Les photographes me fascinent au point que je ne sais pas vraiment communiquer avec eux. Ils me surpassent complètement sur l’esthétisme. Mettre des mots sur l’instant est un tout autre exercice. On a eu le temps de pondérer nos propos. On a pu revenir en arrière avant de s’exprimer. Alors que Laura Gilli fait ça à l’instant T.

Le mieux, c’est qu’elle le fait bien. Combien de fois je me suis arrêtée sur ses clichés. Il s’en dégage quelque chose. Cela ne faisait aucun doute. Avec le podcast, je comprends enfin. Cette voix, un peu étouffée derrière une pudeur et une humilité indéniables, nous en apprend des choses.

Trouver sa voie

Laura Gilli s’est réinventée et a trouvé sa voie. En un sens, son destin est profondément lié à celui des artistes. Comme elle, ils poursuivent cette quête de devenir quelqu’un en adéquation avec leurs passions et envies. Elle dit, à juste titre, que nous sommes chanceux de pouvoir nous réinventer, plaquer des boulots un peu décevants pour poursuivre ce qui nous meut vraiment. Ce qui est plus inédit, c’est de le voir comme un devoir à accomplir pour ceux qui n’en ont pas la chance. Tellement pragmatique, mais si inédit pour moi.

De Kyan Khojandi à Charles Nouveau, elle sait tirer le meilleur des humains qu’elle photographie. Chapeau l’artiste ! Le cliché que je trouve dingue, c’est celui de Thomas Wiesel ci-dessous :

L'intégrité avant tout

Pour finir, un mot sur l’intégrité de la personne. Gaspard Proust ne se sentait pas à l’aise avec un cliché, elle s’en est séparée sur-le-champ. Faire attention à ne pas froisser quelqu’un par ses actes n’est pas inné chez tout le monde. En son for intérieur, elle savait que le cliché était bon, j’en suis sûre.

Quand je faisais les interviews, j’ai tenu à vérifier avec les humoristes que tout leur convenait. Ils ont changé des choses, cela a pris du temps. On pourrait penser que cela manque d’authenticité. Je ne suis pas d’accord : si le propos est en phase avec ce qu’ils ressentent, alors la version en est améliorée. Le respect de l’autre est peut-être l’une des choses les plus complexes à conserver. On a une vraie responsabilité là-dessus, n’en déplaise aux amateurs de publications pauvres pullulant sur les réseaux sociaux.

Crédits photo

© Laura Gilli - Capture d'écran du volet scène de son site web / photo de profil Instagram

[post_title] => Laura Gilli est une légende : découvrez-la en podcast ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => laura-gilli-photographe-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-15 16:20:30 [post_modified_gmt] => 2020-10-15 14:20:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4430 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 4416 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-10 11:07:42 [post_date_gmt] => 2018-06-10 09:07:42 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Ce n'est pas la première fois qu'on vous parle de 4 comiques dans le vent, mais à contresens. Seb Mellia propose un podcast accessible et fun sur le monde de l'humour. On a assisté au quatrième épisode au Théâtre BO St Martin, on vous raconte.

4 comiques dans le vent, mais à contresens : Seb Mellia et les conversations d'humoristes

Les nouveaux humoristes s'extasient souvent sur un point : l'ambiance dans les loges des plateaux d'humour. Comme dirait Seb Mellia, taper des barres avec les autres comiques apporte sans nul doute une bonne dose de bonheur. Il a donc décidé d'adapter ces conversations au média podcast. On vous en a déjà parlé lors des passages de nos résidents Marion Mezadorian et Louis Dubourg. Il fallait donc voir ça en live...

Du rire gratuit au BO St Martin !

L'avantage des podcasts, c'est qu'on peut y assister gratuitement. C'est un peu comme dans les émissions de télé : on a besoin du public pour l'ambiance, alors on le convie. La contrepartie, c'est que ces podcasts prennent du temps et de l'énergie à réaliser, alors il est difficile de les voir perdurer. Seb Mellia aimerait bien le transformer en rendez-vous régulier, pourquoi pas avec le soutien d'une radio. Il faut dire que l'humoriste est stakhanoviste des nouveaux formats : entre ses live YouTube, ses vlogs et son autre podcast avec Magali Bertin... On le voit et l'entend partout si on y est attentif. Je ne vous parle même pas de son spectacle, qui reprend au Point Virgule cet été !

Assister au podcast de Seb Mellia : l'ambiance

Pour le quatrième épisode, Seb Mellia a invité du beau monde. Adrien Arnoux, l'homme le plus prolifique du stand-up, était de la partie. J'ai découvert Mathieu Madénian, que j'ai trouvé plus drôle qu'en spectacle (où il est déjà drôle, rassurez-vous). Fadily Camara, qui m'a impressionnée au festival Parlez-vous stand-up de Kader Aoun, n'a pas décommandé. Elle a en effet dû annuler plusieurs dates de son spectacle suite à un incident... que vous découvrirez en écoutant le podcast ! Enfin, John Sulo, qui m'a bluffée avec son périple en stop à Liverpool, complétait la programmation. La blague du podcast, c'était de vérifier avec le public qu'il ne s'attendait pas à un plateau d'humour. Visiblement, personne n'est tombé de sa chaise... Je pensais apprécier le podcast autant qu'à la maison, ce qui était beaucoup... Mais en vrai, c'était encore mieux. En plus, le public présent connaît bien la back-story des humoristes. Quand on écoute un podcast, on suit davantage leur actualité que le grand public, qui d'ailleurs ne les connaît pas encore. Ce n'est pas bien, le grand public, il va falloir vous y mettre ! ;)[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=y1S59PcUKb4&list=PLFYOVxscq1uYhiZIoxshVwU0H2tFdgIoe" title="4/5 comiques dans le vent mais à contresens - Tous les épisodes du podcast de Seb Mellia"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => 4 comiques dans le vent, mais à contresens : c'est comment, un podcast de Seb Mellia ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => podcast-seb-mellia-5comiques [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-30 09:46:51 [post_modified_gmt] => 2019-10-30 08:46:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4416 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 4390 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-09 11:58:53 [post_date_gmt] => 2018-06-09 09:58:53 [post_content] =>

L'actualité de l'humour est riche : entre les plagiats de Malik Bentalha, le discours d'Elie Semoun et diverses discussions avec les acteurs du secteur, parlons des choses qui fâchent. C'est dur pour moi, je n'aime pas le conflit, mais il faut parfois rentrer dans le lard.

Elie Semoun dans Un café au lot7 : droit de réponse

Ce matin, j'ai découvert avec un peu de déception le nom de l'invité d'Un café au lot7. Je n'ai rien contre Elie Semoun : comme tout le monde, j'ai ri aux petites annonces, c'est la trace d'une époque. Je ne suis pas son public actuel, mais il a le mérite de continuer à l'entretenir. Malgré cette déception, j'ai accueilli ce podcast avec beaucoup de curiosité.

Elie Semoun et le stand-up : copains comme cochons

Elie Semoun, c'est une voix qui compte dans l'humour. Un rapide sondage parmi mes connaissances hors humour me confirme que beaucoup le trouvent ringard. Même si l’on peut partager ce constat, je trouve qu'il ne lui rend pas justice. On n'est simplement pas le public cible et puis on se focalise sur certains pans plus médiatisés. Elie Semoun, c'est celui qui s'est écouté pour tenter un album musical. Arthur, qui aime bien se foutre de la gueule de ses amis-invités, avait raillé l’initiative. Il est vraiment dommage que le divertissement tombe aussi bas… Et je suis persuadée qu'il trouvait ça pas si mal, en vérité.

Mais Elie Semoun s'est aussi distingué en critiquant le stand-up récemment. Dans le podcast, l'animateur Louis Dubourg a eu le courage de revenir dessus. En adaptant son discours, il parvient habilement à mettre en confiance son invité et les langues se délient. Dans l’épisode, on a un excellent exemple : Louis démonte son propre argumentaire sur son amour du stand-up. Il dit en effet trouver agaçant qu'on adoube le stand-up comme un art avec un humoriste et un micro et c'est tout, alors qu'il vantait cet art avec ces mêmes mots 10 épisodes plus tôt environ ! C'est fin, ça prouve qu'il s'interroge, qu'il évolue et qu'il amène l'autre à le faire.

Stand-up : erreur de diagnostic

Il y a quelques mois, Elie Semoun a en effet exprimé sa fatigue autour du stand-up (à partir d'une minute trente) sur la chaîne Non stop people. Dans le podcast, il dit regretter ses propos... avant de les réitérer dix minutes plus tard avec Ikéa. Or, Elie Semoun parle du stand-up comme on dénigrerait le poulet. Le poulet, c'est bon, mais le poulet de batterie, moins cool. Lui fait l'amalgame entre le bon grain et l'ivraie.

En matière de récidive, Elie Semoun n'en est pas à son coup d'essai. Au Figaro, en 2012, il disait exactement la même chose sur le stand-up. C'est en réalité un positionnement marketing, qui me fait également rire quand je me souviens d'une anecdote de Seb Mellia. Un soir, au Point Virgule, Gad Elmaleh et Elie Semoun sont venus lui faire une surprise. Lors d'un plateau d'humour en dernière partie de soirée, devant une dizaine de personnes, Gad Elmaleh commençait sa nouvelle croisade dans les plateaux d'humour. Et Elie Semoun, dans les coulisses, n'avait pas osé le faire. C'était dans l'émission Antek on R', et je vous ai retrouvé l'extrait !

Gad Elmaleh et Elie Semoun incognito au Point Virgule : le récit de Seb Mellia

Alors, j'accueillerai avec plaisir cette volonté qu'il semble afficher aujourd'hui de se jeter dans l'arène du One More Joke. Ils écoutent les podcasts, ils connaîtront les anecdotes. Je suis partagée parce que j'admire la manière dont Elie Semoun assume ses opinions. Une opinion reste une opinion, il n'y a pas mort d'homme. Au contraire : ça me fait avancer dans ma réflexion et je le remercie d'assumer, de s'interroger. En effet, son discours n'est pas limpide parce que son opinion n'est pas stabilisée, il peine à formuler sa pensée... mais je vais l'aider. J'ai compris un truc, vous allez voir. J'espère ne pas me tromper d'interprétation, je vous laisse juge.

Mieux sélectionner les stand-uppers à mettre en avant pour faire oublier les critiques d’Elie Semoun

Plus on livre son opinion, plus on s'expose. Je le vois quand j'écris : parfois, je me relis, et je me désolidarise. Par exemple, je vous avoue être de mauvaise foi sur le sujet des têtes d'affiches. Ma ligne éditoriale est de parler des découvertes. J'ai parfois peu de mots pour des humoristes que j'aime bien mais qui n'ont à mon sens pas besoin de promotion. Syndrome de David contre Goliath, sans doute.

Elie Semoun vs. les autres observateurs : visions complémentaires

Donc, la vision d'Elie Semoun et celle des gens comme moi peuvent être complémentaires. Le problème, c'est la sélection. Là où j'ai été déçue, c'est lorsque Louis Dubourg demande qui Elie Semoun aime dans la nouvelle scène. Il a sorti des noms tellement conventionnels : Blanche Gardin, Kyan Khojandi... En gros, le gars semble avoir jugé la scène stand-up à la va-vite. Il ne saurait peut-être pas nommer plus de dix stand-uppers. Cela remet en perspective son analyse et cela prouve qu'on peut l'enrichir en dialoguant. Ça va même jusqu'à dire, en riant, que Kheiron est un connard. On a vu plus respectueux, même si l'on se doute qu'il disait ça sur le ton de la blague. Je suis partagée, c'est une relation entre Kheiron et Elie Semoun, ça ne nous regarde pas. Qu'ils règlent ça entre eux s'il y a problème.

Alors, Elie Semoun, viens vraiment voir les scènes ouvertes ou demande un peu l'avis de ceux qui le font. Cela t'évitera de généraliser sur un genre d'humour et tu sauras ce qu'il se passe vraiment ! Même si, comme tout effet de mode, on sait qu'on ne peut empêcher les détracteurs qui s'en servent aussi de s'exprimer dessus...

Malik Bentalha épinglé par CopyComic : les réactions tardent ?

CopyComic vient de sortir une nouvelle vidéo assez édifiante. Ce matin, j'ai pris le métro et j'ai vu la tête de Malik Bentalha à l'affiche d'un film avec Kad Merad, il me semble. En sortant, il y a toujours l'affiche de Taxi 5, film dans lequel j'avais d'ailleurs dit qu'il m'avait émue. Bref, il est partout et ne semble pas inquiété. Ma réaction immédiate était de me dire qu'on avait affaire à un comédien hors-pair. Il avait sûrement utilisé la scène comme tremplin pour le cinéma. Une réaction atrophiée, parce qu'au fond, je m'en fiche de ce gars, il ne me fait pas spécifiquement rire et s'il s'arrêtait de monter sur scène ou sa carrière dans la comédie, cela ne me ferait rien.

Je ne vais pas ajouter à la polémique, mais je vais juste évoquer une anecdote qui m'a saisie. Après la sortie de la vidéo, le Point Virgule a partagé l'extrait de 50 Minutes Inside où l'on voyait Antoinette Colin et Malik Bentalha se retrouver.

Le reportage vantait les mérites du Point Virgule à détecter les talents, et c'est vrai pour la plupart. Mais là, les gars, le timing était mauvais ! En plus, Malik Bentalha a pris beaucoup de texte du répertoire de Mustapha El Atrassi, qui a également les faveurs du théâtre. Est-on dans une schizophrénie mal assumée ? J'ai trouvé cela très bizarre, j'imagine que cela doit être assez gênant, à tel point que tout continue comme si de rien n'était.

Changer les choses

Je trouve, cela dit, que la chronologie des événements est très intéressante et nous prouve que les gens qui choisissent les talents font parfois n'importe quoi. À ce stade, je commençais à nourrir l’envie d’une reconversion professionnelle. JJe me suis dit : faisons comme Zinédine Zidane. Oui, carrément. Zidane m'avait marquée (ça fera plaisir à Louis Dubourg) lorsqu'il a abordé sa reconversion en entraîneur. Il a dit, en substance, qu'il ne ferait pas comme Didier Deschamps ou Laurent Blanc : il ne se sentait pas légitime sans formation. Et on a vu le résultat positif. Bref, j'ai postulé à une formation pour me frotter à la promotion et au conseil artistique.

Pour la faire courte, j'ai fait la bonne élève. Mais cette semaine (la chronologie, décidément), j'ai reçu un mail automatique avec le verdict suivant :

Votre candidature a été refusée pour le motif : cursus antérieur inadapté et projet professionnel ou recherche inadapté.

Ça tombe bien, je n'avais pas encore mûri mon projet et oser franchir le pas.

Rebondir

Merci, au revoir, pas gros bisous. Il serait aisé de se dire qu'on ne veut pas d'un renouveau, d'une vision extérieure. Ce serait tellement simple de se lamenter et de chier sur une institution comme la Sorbonne, pédante au possible et incrédule face aux changements de la société. Mais il faut aussi accepter d'essuyer des refus. L'idée de bifurquer d'un milieu à un autre ne donne sans doute pas vraiment confiance à une institution poussiéreuse. Un autodidacte s'ennuie vite et aura à cœur de critiquer l'ordre établi — déso comme disent les jeunes. Après, l'échec me donne envie de continuer à bouger la fourmilière, si tant est qu'on parle comme cela au siècle de Jul.

Le mot de la fin

À ce stade, je dois vous confesser que j'ai une liste des sujets dont j'ai envie de parler, à savoir :

  1. Humour féminin : quelques mythes, de la discrimination ressentie et de vrais talents
  2. L'entre-soi entre humoristes : petit guide pour sortir des deux-trois bandes majoritaires et éviter les gens qui dénigrent les camarades parce qu'ils sont instables psychologiquement
  3. Ça va cinq minutes : pourquoi un spectateur qui traîne au 33 Comedy et au One More Joke par intérêt me dit que je dois avoir couché avec Paul Dechavanne pour être capable de sortir une anecdote sur lui (sic !)

Sujets à venir

Bon, pour la troisième, cela ne fera pas l'objet d'un article. Je voulais juste poser ça là, parce que ça m'a à la fois choquée de voir un inconnu me parler avec un tel sens du respect, et à la fois fait beaucoup rire.

Les deux autres sujets me passionnent parce que le but est de rendre perfectible le monde du stand-up. Il est déjà très agréable et c'est un plaisir de passer autant de temps à le valoriser. Je trouve intéressant d'exprimer la progression de mon point de vue sur l'humour féminin, parce que certaines femmes humoristes m'ont littéralement conquise, tandis que d'autres (une minorité !) jouent sur la moralisation du public et confondent militantisme acharné et humour. J'insiste sur le terme acharné, parce que l'humour engagé est très intéressant, et celles qui y parviennent le font avec brio.

Concernant l'entre-soi, j'ai envie de vous en parler en bien comme en mal, en expliquant que c'est juste une dynamique de groupe sociaux. Il suffit de regarder le film Problemos pour voir qu'on reproduit certains schémas pervers avec de bonnes intentions… Et aussi parler de l'ego de ceux qui se sentent rejetés, alors que pas du tout… Affaire à suivre !

[post_title] => Elie Semoun, Malik Bentalha et l'écosystème de l'humour : comment faire mieux ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => elie-semoun-malik-bentalha-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:54 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4390 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011036 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-26 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-26 06:00:00 [post_content] =>

Elsa Bernard est l’une des fondatrices du Cercle du rire et du podcast Une bonne fois pour toutes. Cette communicante, engagée sans en avoir l’air, construit son parcours dans une relative discrétion. Raison de plus pour la découvrir en avant-première…

Elsa Bernard : une plume, un capital sympathie et le sens de la surprise

Comme de nombreux autres artistes, Elsa Bernard a fait ses armes dans le monde publicitaire. Elle marche donc dans les pas des Alexandre Kominek, Charles Nouveau, Marina Rollman ou encore Morgane Cadignan.

On s’attend donc à des textes bien ciselés, qu’elle muscle actuellement en plateaux. À chaque fois, elle dégage un véritable capital sympathie. Si vous y prêtez attention, vous constaterez en effet qu’Elsa Bernard a un ton bien à elle.

Dans notre époque morose, le pessimisme ambiant nourrit les humoristes de la dark vibe du stand-up. Elsa Bernard ne fait pas partie de cette bande. C’est un peu la bonne copine par excellence… mais ne vous y trompez pas : ses sets sont loin d’être mielleux. Ce positionnement l’aide à surprendre son auditoire et à délivrer ses punchlines avec vigueur.

Récemment, je l’ai vu se mettre en position délicate. Elle a assuré la chauffe de son plateau, un exercice loin d’être évident. Loin de sa zone de confort, elle n’a certes pas été aussi efficace que les pros de la chauffe. En revanche, elle a su apporter sa patte et a réussi à embarquer le public avec elle. Il n’y a pas besoin de réaliser des démonstrations de force, juste de mettre le public de son côté. À ce petit jeu-là, elle s’en sort avec les honneurs…

Une évolution prometteuse

Elsa Bernard cumule sa vie professionnelle de chef de projet dans une agence parisienne renommée et celle de stand-uppeuse. Un parcours prenant, qui interroge sur sa volonté de monter un spectacle ou de faire carrière par la suite.

À mon sens, il n’y a là rien d’étonnant. Entre les voyages, l’engagement politique et une vie prenante, Elsa a toujours nourri sa curiosité. On devine sa capacité de travail et d’investissement dans chacun de ses projets.

Plutôt que de voir cela comme un frein, je pense que ce double parcours est complémentaire. En stand-up, il lui permettra d’aborder de nombreux sujets de manière poussée et, petit à petit, trouver son personnage scénique. Nul doute qu’elle suivra la trajectoire de sa collègue Anissa Omri, qui démontre une progression spectaculaire ces derniers temps.

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois – Juillet 2021 – Elsa Bernard [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-elsa-bernard [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-11 21:03:27 [post_modified_gmt] => 2021-07-11 19:03:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011036 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 33 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 3393566cc64454b01b598600c6ba48c2 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

podcast

Elsa Bernard, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois – Juillet 2021 – Elsa Bernard

Yacine Belhousse et Ari Matti Mustonen : portraits d’humoristes français et estonien

Quand Yacine Belhousse parle de podcast estonien

Peut-on rire de tout ? Les invités de l’épisode d’Une bonne fois pour toutes

Peut-on rire de tout ? La réponse en podcast !

Urbain Courty (Topito), découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Mars 2021 - Urbain

Créer des podcasts : capture d'écran du podcast Chougar Free (Arezki Chougar)

Créer est essentiel : inventons l’humour de 2021

Podcast Comique ! de Ghislain Blique - image d’illustration

Podcasts premium : l’expérience « Comique ! » avec Ghislain Blique

Conseil artistique : image d’illustration d’une caméra qui capture une performance scénique

Conseil artistique : passer de talent prometteur à humoriste de qualité

Julie Albertine, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Juillet 2020 - Julie Albertine

Arezki Chougar, découverte humour et podcasteur sur le spot du rire

La découverte du mois – Février 2020 – Arezki Chougar

Le Journal de la Guebla spécial MC : Louis Bolla invite le 33 Comedy

Le Journal de la Guebla au Barbès Comedy Club : retour sur la 1re

2 tocards font du stand-up : Kévin Robin et Maxime Stockner de passage à Paris

2 tocards font du stand-up : je les ai rencontrés !

Podcast de Matka : journal de bord d'une apprentie humoriste

Podcast - L'humoriste Matka raconte ses débuts sur scène

Ghislain Blique dans le podcast Ha Ha ! L'émission marrante de Mathias Fudala

Ghislain Blique et ses anecdotes incroyables

Voyage : couverture de festival d'humour sur le blog dans le futur

Le futur du spot du rire [Message personnel]

Joseph Roussin et Rémi Boyes à La croisière s'amuse

La croisière s'amuse : Joseph Roussin et ses amis innovent en stand-up

Laura Gilli, photographe humour

Laura Gilli est une légende : découvrez-la en podcast !

Podcast de Seb Mellia : 5 comiques dans le vent, mais à contresens

4 comiques dans le vent, mais à contresens : c'est comment, un podcast de Seb Mellia ?

Elie Semoun et Louis Dubourg parlent de stand-up

Elie Semoun, Malik Bentalha et l'écosystème de l'humour : comment faire mieux ?