WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => etienne-de-balasy
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 784
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => etienne-de-balasy
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 784
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => etienne-de-balasy
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 784
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => etienne-de-balasy
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 784
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 784
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 784
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => etienne-de-balasy
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 784
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (784) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (784) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (784)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011494
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-10-04 19:40:00
                    [post_date_gmt] => 2021-10-04 17:40:00
                    [post_content] => 

Les festivals d’humour se suivent et ne se ressemblent pas. Une semaine après le festival Paris Paradis, qui regroupait des têtes d’affiche du stand-up francophone, Lausanne rivalisait avec la ville lumière. Au D! Club, le Couleur 3 Comedy Club a pris ses quartiers le temps d’un week-end de 3 jours. Outre les plateaux d’humour regroupant des têtes locales et des têtes d’affiche, deux scènes attiraient particulièrement mon attention.

Samedi et dimanche, une grande partie de la bande des Bras Cassés a réalisé sa première scène. Oubliez tout ce que vous savez sur les premières scènes : celle-ci ne ressemblait à aucune autre. D’une part, leur première scène faisait l’objet d’une captation. Cela veut dire qu’en cas de bide, des caméras immortaliseraient cette douloureuse expérience.

Couleur 3 Comedy Club : une première scène des Bras Cassés sous la houlette d’un metteur en scène émérite, Étienne de Balasy

Mais pour ne pas bider face à un parterre d’auditeurs fidèles, la bande radiophonique a pris ses dispositions. Chaque artiste pouvait faire appel à l’expertise d’Étienne de Balasy. Si vous ne le connaissez pas, c’est un metteur en scène très en vue… Et également l’auteur d’un guide pour les nouveaux humoristes. Pour rappel, ça s’appelle Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show !!! et vous pouvez en lire notre critique sur le blog. Cette figure locale bien implantée a également mis en scène le prestigieux Montreux Comedy Club.

Vous vous dites sûrement : mais comment puis-je profiter de l’expertise d’un homme qui transforme les premières scènes en moments d’anthologie ? Vous avez de la chance : il a adapté la partie historique son livre en spectacle à la Nouvelle Seine (Paris). Notez donc l’une de ces deux dates : les dimanches 7 novembre et 5 décembre à 17 heures.

Quasiment tous les Bras Cassés conviés à la fête ont profité de son expertise. Victoria Turrian, adepte de la chronique et usant habilement de sa voix suave, a préféré miser sur son verbe chaleureux. Stéphane Laurenceau a préféré miser sur Yann Marguet, un autre humoriste de la scène locale.

Couleur 3 Comedy Club : un show survolté dans un cadre idyllique

Le Couleur 3 Comedy Club, c’est un peu cet événement où les planètes s’alignent. Habituellement, les plateaux d’humour regroupent une brochette d’artistes. Il en faut pour tous les goûts ; par conséquent vous allez picorer certains artistes et en délaisser d’autres.

Là, quand vous avez accès à une bande dirigée par la talentueuse Valérie Paccaud, tout diffère. Le tout est plus homogène, tous vivent une expérience unique avec beaucoup de stress. Un stress galvanisant, visiblement, puisqu’il les a portés vers des très belles prestations. Certains se distinguaient tout particulièrement, comme le réalisateur et chroniqueur Paul Walther.

Une plume hyper créative et une bonne dose d’absurde amenaient à Paul Walther à survoler son sujet. Yacine Nemra, vainqueur net à l’applaudimètre, profitait d’un public qui lui lançait des rires qui sonnaient comme des « je t’aime ».

Valérie Paccaud, maîtresse de cérémonie d’exception

J’ignore si le dépaysement me faisait planer, mais je passais l’une des meilleures après-midis de ma vie. Car oui : le festival avait lieu dès 16h30. À l’heure du goûter, c’est l’irrésistible et charismatique Valérie Paccaud qui ouvrait la soirée.

Habituée à pondre plusieurs chroniques par semaine et des émissions de deux heures hilarantes, l’animatrice au rire célèbre était touchante et en pleine maîtrise dans cet exercice inédit. Évidemment, elle a évoqué son rire légendaire et a matérialisé son univers comme à son habitude.

Un ADN comique, un style palpable et des prestations de haut vol

Car le succès de chaque prestation tenait à cela : des univers et des personnalités marquants. Laura Chaignat et ses origines jurassiennes, Yannick Neveu et son ode à la curiosité… Mais aussi Philippe Battaglia et Victoria Turrian, dont l’élégance et le charisme étaient intacts.

Même sur des sujets tellement poncés qu’ils sont défigurés, les Bras Cassés parvenaient à faire preuve d’originalité. Yacine Nemra parvenait ainsi à surprendre en parlant de Tinder. On retrouvait l’absurde de ses chroniques « Le saviez-vous ? ». Pour ceux qui ne les connaissent pas, c’est une série d’anecdotes absolument fausses (et de surcroît hilarantes). Comme à son habitude à l’antenne, Yacine Nemra peinait à réfréner des rires pendant son passage. Le genre de détails qu’on pardonnera toujours aux grands enfants turbulents mais attachants comme lui.

Avec un public enthousiaste face à la prise de risque de la bande, le spectacle était tout simplement génial. Ce type d’ambiance, vous pourriez le retrouver chez Yacine Belhousse, dans les soirées « Premières fois ». Le principe, pour rappel : des artistes de renom viennent jouer pour la première fois quelque chose de 100 % nouveau. Là encore, la prise de risque force le respect et tout se passe mieux qu’à l’accoutumée…

Un passage express à Lausanne qui valait le coup

Quelques heures après ce baptême du feu, Blaise Bersinger animait un plateau d’humour avec Cinzia Cattaneo, Alexandre Kominek, Charles Nouveau et Nathanaël Rochat. Cinzia est l’un des nouveaux visages de l’humour suisse romand et elle continue de progresser à l’antenne comme sur scène. Revoir Alexandre Kominek et Charles Nouveau, inséparable duo des soirées Fifty Fifty, était forcément agréable. Malgré un écueil dont je ne peux plus me passer : je connais la majorité de leurs passages…

Ce n’était pas le cas pour Nathanaël Rochat. Le taulier et précurseur du stand-up suisse est un mélange de Droopy, le pilote de F1 Kimi Räikkönen et Ghislain Blique. On ne sait pas s’il en a encore quelque chose à foutre, mais il retourne sans aucune difficulté le public qui lui fait face ! Tristan Lucas, également dans la salle, n’était pas d’accord avec moi quand je lui disais qu’il était un Ghislain puissance mille.

Mais moi, je n’en démords pas. Moralité : Ghislain Blique a le pouvoir de devenir une icône comique si le public le rencontre en nombre. Avis aux producteurs : pariez sur lui. En plus, comme il le confiait récemment dans son podcast « Comique ! », il se donne pour avoir une place sur l’échiquier humoristique…

Un dernier mot

J’ignore ce qui rend cette scène suisse aussi attractive à mes yeux. J’ai bien sûr une piste : la neutralité et l’envie de creuser les sujets avant de s’exprimer. Une autre caractéristique locale, c’est le faible nombre d’artistes. Leur exposition permanente les pousse à toujours donner le meilleur d’eux-mêmes. Ils sont régulièrement sans filet, exposés au public. L’ambiance familiale éclipse sans doute la concurrence qui, entre les lignes, existe peut-être… Mais on ne la sent pas aussi palpable, comme Renaud de Vargas l’expliquait dans son interview.

Une autre motivation qui me pousse à parler d‘eux, c’est leur faible exposition. Même s’ils font partie des meubles de l’audiovisuel public, on ne se bouscule pas au portillon pour leur donner une tribune. C’est peut-être ce temps davantage passé à créer plutôt qu’à faire tourner la machine médiatique qui les rend spéciaux… Ou le dépaysement dû à la beauté des paysages. Ou encore leur rareté ? Quelle que soit la recette, le repas est délicieux. Que cela continue ainsi, et je reviendrai encore et encore…

Je n’ai pas cité tout le monde, mais sachez que de Valérie Paccaud à l’improvisatrice Donatienne Amann, tous valaient le détour. Citons également Julien Doquin de Saint Preux, Stéphane Laurenceau et Robin Chessex, tous trois très précis dans leur écriture et leur interprétation. En somme, le pari de Couleur 3 et du théâtre Boulimie, qu’on a visité en août, est donc réussi ! Le festival était mémorable, j’espère ne jamais oublier ces moments.

Crédits photo

© Kenza Wadimoff

[post_title] => Couleur 3 Comedy Club : retour sur la 1re scène des Bras Cassés [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => couleur3-comedy-club-bras-casses-scene [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-10-05 15:20:04 [post_modified_gmt] => 2021-10-05 13:20:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011494 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010847 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-05 18:54:41 [post_date_gmt] => 2021-06-05 16:54:41 [post_content] =>

En matière de formation d’humoriste, Montréal a longtemps brillé, bien devant Paris. L’École Nationale de l’Humour a même fait des émules sur la scène stand-up actuelle. Roman Frayssinet est l’exemple le plus connu, tandis que Cyril Hives a débarqué au Québec en pleine pandémie.

Aujourd’hui, le mouvement de professionnalisation de l’humour rend les artistes plus exigeants. D’une part, ils accèdent à des contenus humoristiques en VO qui les tirent vers le haut. Même si Franck Dubosc est un artiste intéressant à suivre, on a quand même bien de la chance de voir des contenus de Bill Burr, Bo Burnham, Chelsea Peretti, Jimmy Carr ou encore Michelle Wolf en 2021.

D’autre part, ils sont plus nombreux à aller sur le terrain. Avant, l’humoriste Alex Nguyen jouait les éclaireurs pour la nouvelle génération. De nombreux humoristes préféraient passer par son intermédiaire que par les écoles existantes, jugées trop chères et peu axées stand-up. Maintenant, les nouveaux venus se jettent à l’eau sans intermédiaire. Presque littéralement sur des péniches parfois, pour réaliser leurs premières scènes ouvertes. Et ensuite, il y a les plateaux réguliers, les 30-30, les spectacles et autres festivals. Percer sur YouTube, être visible sur les réseaux, espérer des retombées presse sur des médias de plus en plus fragmentés… Les défis sont nombreux.

Écoles, masterclass, ateliers… Quelle formule choisir pour devenir humoriste ?

Pour apprendre le métier, on a aussi vu fleurir récemment des masterclass au Fridge et au Café Oscar. Elles ont le mérite d’exister, mais ce format court limite les possibilités d’apprentissage, notamment sur le temps de jeu.

Cours Florent, Montreux : les institutions artistiques se mobilisent

L’atelier one-man-show et stand-up du Cours Florent fait partie des nouveautés plébiscitées. Étienne de Balasy, chargé d’évangéliser les deux formes d’humour, a profité de son lancement pour sortir un guide à destination des humoristes en herbe. Le livre a été bien accueilli, tandis que l’atelier a rapidement été victime de son succès ! Preuve que la demande est forte… Dans un autre style, l’écosystème de Montreux veut également se positionner et créer une sorte de « Star Ac » du rire à l’échelle mondiale.

Des formations spécialisées et axées terrain : 3 mois au Campus On Time Comedy

Plusieurs initiatives mêlant théorie et pratique contemporaine/terrain font de plus en plus parler d’elles. On retrouve d’abord le Campus On Time Comedy du Barbès Comedy Club. Attaché au comedy club de Shirley Souagnon, le campus a rapidement convaincu de nombreux humoristes. Bénéficier d’un réseau et d’enseignements diversifiés, progresser dans un écosystème où l’écriture et l’humour de qualité sont valorisés… La proposition est solide.

Au programme de cette formation pour devenir humoriste : sessions d’écriture, jeu, sport, anthropologie, journalisme… Des enseignements pluridisciplinaires qui s’accompagnent de masterclass, d’intervenants professionnels (SACEM, CNC, Topito, productions, humoristes…) et d’une programmation sur un plateau spécial du Barbès Comedy Club. Chaque apprenti comique bénéficie en outre d’un accompagnement personnalisé.

Shirley Souagnon souhaite offrir un endroit où le test est non seulement permis, mais surtout recommandé ! Une approche à contre-courant de l’impératif d’efficacité. Oui, l’efficacité est importante, mais Shirley sait qu’elle s’acquiert par le travail, les tâtonnements et l’exploration de son personnage scénique.

Les premières recrues du campus se révèlent d’ailleurs en guest stars de programmes courts YouTube. Preuve que les stand-uppers se mettent véritablement à jouer et évoluent à vitesse grand V ! Dans quelques années, l’acting sera un élément véritablement différenciant chez les artistes.

Une formation pour devenir humoriste spécialisée et axée terrain : 1 an à l’Académie d’humour

L’Académie d’humour confirme ce mouvement de professionnalisation en proposant une formule sur un an dès la rentrée 2021 avec 12 places à saisir. Aux manettes, on retrouve Aude Galliou, Perrine Blondel et Mélissa Rojo.

D’abord dans l’ombre d’un certain Verino, Aude Galliou s’impose petit à petit comme une accompagnatrice de talents hors pair. L’épisode de Sur un plateau avec Tristan Lucas où Aude et Verino évoquent leur collaboration est saisissant : on comprend tout de suite qu’on a affaire à une personne hautement qualifiée. Aujourd’hui, elle collabore notamment avec des Tristan Lucas (encore lui !), Urbain ou Adrien Montowski. Ces artistes, à eux seuls, sont aussi enthousiasmants qu’exigeants.

Valoriser les artistes en développant leur singularité : un travail de l’ombre essentiel

Comment valoriser un Verino, que l’on peut juger consensuel ou moins en vue que d’autres comme il le confiait dans son podcast ? Mais aussi comment développer l’ADN artistique d’un Urbain, dont le statut chez Topito le propulse en haut de l’affiche, quitte à masquer sa singularité ? Comment trouver le juste milieu entre développer la folie et construire le personnage scénique d’un Adrien Montowski ? Et enfin comment révéler les multiples talents du fédérateur Tristan Lucas sur scène ? Aude Galliou ne s’arrête pas à ces interrogations : sur le terrain, elle trouve des solutions qui marchent et font grandir tous ces artistes.

Perrine Blondel et Mélissa Rojo, à la tête de la Petite Loge, ne sont pas en reste. Faire naître des Gaspard Proust, Charles Nouveau, Marina Rollman, Alexandra Pizzagali ou encore Rosa Bursztein… Liste non exhaustive, bien entendu ! Bien souvent premières à les accueillir, elles ont devant elles des talents bruts, des premières idées de spectacles et tout à construire.  Outre le repérage, Perrine et Mélissa assurent également l’accompagnement des talents : amélioration des spectacles, conseil artistique, présentation à des festivals…

Dans cette formation pour devenir humoriste, chacune d’elles chapeaute sa spécialité : jeu pour Mélissa, mise en scène pour Perrine et écriture pour Aude. Ces cours sont proposés tout au long de l’année, tandis que le coaching individuel intervient dès le deuxième trimestre pour amener les apprentis-artistes à progresser. Autre force : les partenariats pensés comme un écosystème qui comprend également les questions administratives et d’intermittence.  La Petite Loge, Olympia Production, la Nouvelle Seine et Wiz’Artistes sont déjà dans l’aventure, d’autres suivront bientôt… Les cours et masterclasses auront lieu à la Petite Loge, à la Nouvelle Seine ou dans d’autres institutions du rire pour aborder toutes les facettes du métier : scène, radio/TV, digital…

Formation pour devenir humoriste : quelle valeur ajoutée ?

Les artistes sont souvent autodidactes : ils abordent leur métier comme des artisans, s’interrogent souvent et perdent du temps à aller chercher l’information. Puisqu’ils traversent tous cette phase à un moment où à un autre, une formation leur permettrait de gagner plus de temps ensemble pour se consacrer à l’essentiel.

Le développement d’un humoriste est une affaire de pluridisciplinarité et d’entourage. La formation pour devenir humoriste offre un cadre pour rencontrer les bons interlocuteurs, suivre les bons enseignements au bon moment et passer de l’errance à la décision éclairée.

Le prix de ces formations d’humoriste sera sans doute un frein pour certains, mais il faut le voir comme un investissement. À quel point un artiste croit-il en son projet ? Quels efforts va-t-il mettre en place pour se donner les moyens de réussir ? C’est sans doute un bon début pour évaluer si une formation est pertinente.

Pour connaître le monde de la formation, je conseillerai aux artistes de sélectionner une formation de qualité qui offre un bon réseau et une réelle mise en pratique. Ces trois éléments vont de pair pour véritablement avancer.

Crédits photo

Tania Dutel et Paul Mirabel © Barbès Comedy Club

[post_title] => Devenir humoriste : quelle formation choisir ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => formation-humoriste-standup-guide [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-25 16:37:29 [post_modified_gmt] => 2021-06-25 14:37:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010847 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 8582 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-03 18:48:03 [post_date_gmt] => 2020-02-03 17:48:03 [post_content] =>

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show, c’est l’ouvrage d’Étienne de Balasy qui aide les jeunes humoristes à construire leur carrière ! Avant sa sortie le 20 février, nous avons pu vérifier qu’il était bien utile pour la nouvelle génération du rire.

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show : derrière ce long titre, de la qualité ?

Oui, nous étions sceptiques. Les professionnels ne sont en effet pas tous connus par leur générosité ou leur altruisme. Beaucoup se font mousser, et le parcours de l’auteur, Étienne de Balasy, avait de quoi donner le tournis. En plus, il avait un cours de stand-up à promouvoir…

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show aurait pu être une coquille vide purement marketing. Et les trois points d’exclamation à la fin du titre à rallonge finissaient de nous inquiéter.

Rassurez-vous ! Au final, il faut voir cet ouvrage comme un recueil de conseils très utiles prodigués par un sage du rire. Il en a vu, des talents. Certains se sont plantés, d’autres ont su déjouer les pièges pour construire leur carrière.

Un guide truffé de conseils et de témoignages…

Ma première impression, c’était que l’auteur se sentait contraint de broder de belles phrases pour commencer. Comme on poserait un sujet dans une dissertation à l’école. La langue française exige une forme de respect, de réflexion fleuve, que voulez-vous…

Heureusement, en relisant une deuxième fois, j’ai vu l’attachement de l’auteur aux rires, les vrais, dans toute leur diversité. Étienne de Balasy a une conscience assez fine des problématiques des artistes. Il propose d’ailleurs des portraits de personnalités clés tout au long du livre. Ceux de Roman Frayssinet et Christine Berrou sont très percutants.

Cet ouvrage est une pépite. En effet, chaque humoriste trouvera un conseil qui lui redonnera la hargne pour se battre. Il accompagne et prend en compte les doutes, tout en livrant quelques informations de base. Ces informations de base, cependant, personne ne les avait collectées au même endroit !

On a montré quelques passages à plusieurs humoristes de la nouvelle génération. Ils les ont dévorés avec enthousiasme, pressés de lire la suite !

Anecdotes et concepts-clés : attention, ça vaut de l’or !

La force de ce livre, c’est d’abord d’inclure un questionnaire personnel de motivation. Pour avoir travaillé dans la formation, je peux vous dire qu’il est très efficace. Cela peut paraître fastidieux, de répondre à quelques questions… Quand on apprend, on a cette envie d’aller tout de suite au but, mais ce temps d’introspection fait avancer à pas de géant.

Vous êtes humoriste et vous vous sentez perdu ? Vous avez l’impression de stagner ou de ne pas savoir comment progresser ? Le truc, dans ce métier, c’est qu’on peut se retrouver enseveli sous une tonne de conseils. Je renvoie tous les lecteurs au passage sur le concept d’indivisualisation (chapitre 5, page 97).

L’avis de nos collègues chez Stand Up France

Pourquoi un guide (presque) complet ?

Le format du livre est contraignant. Étienne de Balasy, ou son éditeur, a eu l’idée de communiquer sur « les plateaux d’humour près de chez vous ». Au début, je me suis dit que ça allait être compliqué. On les recense inlassablement, apportant ou prévoyant plusieurs modifications chaque semaine.

Et pourtant, oui, en lisant ce livre, vous saurez comment connaître les plateaux d’humour près de chez vous ! Spoiler alert: ils renvoient sur notre site #StreetCred. Ils font bien, parce que la liste des plateaux en annexe est très courte, et déjà obsolète. Le One More Joke n’est plus au 44 rue de la Folie-Méricourt

La partie sur l’écriture de sketch ou de la création d’un personnage est peut-être le point faible du livre. Il y a des choses intéressantes, mais la littérature sur le sujet est meilleure ailleurs. Le livre de Christine Berrou, Écrire un one man show et monter sur scène, est plus pratique encore. Quoi de plus normal : Christine Berrou l’a fait, Étienne de Balasy est davantage un metteur en scène. Les deux livres sont, de fait, très complémentaires — et l’auteur le souligne, d’ailleurs.

Dernier point où le livre atteint ses limites : le côté pratique du guide. Même si l’auteur fait l’effort de se déplacer sur le terrain, les humoristes pourront rester bloqués sur certains problèmes. Ça tombe bien, c’est là que le spot du rire va entrer en jeu cette année.

Un guide exhaustif avec Étienne de Balasy, Christine Berrou et Le spot du rire ?

Depuis plusieurs mois, le spot du rire travaille en coulisses sur un guide orienté « terrain », avec de nombreuses ressources complémentaires. La sortie de ce guide aurait pu tuer dans l’os notre projet.

Mais finalement, il réorientera simplement nos efforts. Déjà, on prévoit une FAQ évolutive, où vous pourrez poser vos questions. Monter sur scène, préparer son premier spectacle, jouer un peu plus loin, se promouvoir sur internet avec des outils et tutoriels concrets… Il existe 1000 sujets à aborder, et on pourra le faire pleinement si les efforts sont partagés !

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show : complétons-le !

Au début, en voyant la couverture et les nombreuses interrogations qui me venaient, je voulais vous déconseiller d’acheter ce livre. Pourtant, après une lecture plus approfondie, je révise mon jugement.

Dans le pire des cas, mettez en commun un chapeau ou deux, et passez ce livre de main en main ! 17 euros, à 2 ou 3, ça devient plus raisonnable quand on débute.

Étienne de Balasy vous offre un cadre pour vous développer en tant qu’artiste. Christine Berrou vous aide à monter votre premier spectacle, des premières blagues au produit fini. Et le spot du rire connaît de plus en plus les pièges du milieu. Avec ces trois entités, on vous garantit que vous allez accélérer votre carrière ! Les planètes s’alignent donc grâce à tous ces mots, anecdotes et conseils croisés…

Ainsi, pour ce dernier volet, on construira la meilleure expérience en apprenant ensemble. Restez donc connecté, ça va arriver très vite, même si ça nous ajoute encore du travail. C’est le nerf de la guerre, mais le résultat sera bien meilleur grâce à la sortie de ce guide au format papier…

[post_title] => Sortie librairie : on passe au crible le guide du stand-up et one man show [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => guide-complet-standup-onemanshow-livre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-03 12:10:10 [post_modified_gmt] => 2020-03-03 11:10:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8582 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 3 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011494 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-10-04 19:40:00 [post_date_gmt] => 2021-10-04 17:40:00 [post_content] =>

Les festivals d’humour se suivent et ne se ressemblent pas. Une semaine après le festival Paris Paradis, qui regroupait des têtes d’affiche du stand-up francophone, Lausanne rivalisait avec la ville lumière. Au D! Club, le Couleur 3 Comedy Club a pris ses quartiers le temps d’un week-end de 3 jours. Outre les plateaux d’humour regroupant des têtes locales et des têtes d’affiche, deux scènes attiraient particulièrement mon attention.

Samedi et dimanche, une grande partie de la bande des Bras Cassés a réalisé sa première scène. Oubliez tout ce que vous savez sur les premières scènes : celle-ci ne ressemblait à aucune autre. D’une part, leur première scène faisait l’objet d’une captation. Cela veut dire qu’en cas de bide, des caméras immortaliseraient cette douloureuse expérience.

Couleur 3 Comedy Club : une première scène des Bras Cassés sous la houlette d’un metteur en scène émérite, Étienne de Balasy

Mais pour ne pas bider face à un parterre d’auditeurs fidèles, la bande radiophonique a pris ses dispositions. Chaque artiste pouvait faire appel à l’expertise d’Étienne de Balasy. Si vous ne le connaissez pas, c’est un metteur en scène très en vue… Et également l’auteur d’un guide pour les nouveaux humoristes. Pour rappel, ça s’appelle Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show !!! et vous pouvez en lire notre critique sur le blog. Cette figure locale bien implantée a également mis en scène le prestigieux Montreux Comedy Club.

Vous vous dites sûrement : mais comment puis-je profiter de l’expertise d’un homme qui transforme les premières scènes en moments d’anthologie ? Vous avez de la chance : il a adapté la partie historique son livre en spectacle à la Nouvelle Seine (Paris). Notez donc l’une de ces deux dates : les dimanches 7 novembre et 5 décembre à 17 heures.

Quasiment tous les Bras Cassés conviés à la fête ont profité de son expertise. Victoria Turrian, adepte de la chronique et usant habilement de sa voix suave, a préféré miser sur son verbe chaleureux. Stéphane Laurenceau a préféré miser sur Yann Marguet, un autre humoriste de la scène locale.

Couleur 3 Comedy Club : un show survolté dans un cadre idyllique

Le Couleur 3 Comedy Club, c’est un peu cet événement où les planètes s’alignent. Habituellement, les plateaux d’humour regroupent une brochette d’artistes. Il en faut pour tous les goûts ; par conséquent vous allez picorer certains artistes et en délaisser d’autres.

Là, quand vous avez accès à une bande dirigée par la talentueuse Valérie Paccaud, tout diffère. Le tout est plus homogène, tous vivent une expérience unique avec beaucoup de stress. Un stress galvanisant, visiblement, puisqu’il les a portés vers des très belles prestations. Certains se distinguaient tout particulièrement, comme le réalisateur et chroniqueur Paul Walther.

Une plume hyper créative et une bonne dose d’absurde amenaient à Paul Walther à survoler son sujet. Yacine Nemra, vainqueur net à l’applaudimètre, profitait d’un public qui lui lançait des rires qui sonnaient comme des « je t’aime ».

Valérie Paccaud, maîtresse de cérémonie d’exception

J’ignore si le dépaysement me faisait planer, mais je passais l’une des meilleures après-midis de ma vie. Car oui : le festival avait lieu dès 16h30. À l’heure du goûter, c’est l’irrésistible et charismatique Valérie Paccaud qui ouvrait la soirée.

Habituée à pondre plusieurs chroniques par semaine et des émissions de deux heures hilarantes, l’animatrice au rire célèbre était touchante et en pleine maîtrise dans cet exercice inédit. Évidemment, elle a évoqué son rire légendaire et a matérialisé son univers comme à son habitude.

Un ADN comique, un style palpable et des prestations de haut vol

Car le succès de chaque prestation tenait à cela : des univers et des personnalités marquants. Laura Chaignat et ses origines jurassiennes, Yannick Neveu et son ode à la curiosité… Mais aussi Philippe Battaglia et Victoria Turrian, dont l’élégance et le charisme étaient intacts.

Même sur des sujets tellement poncés qu’ils sont défigurés, les Bras Cassés parvenaient à faire preuve d’originalité. Yacine Nemra parvenait ainsi à surprendre en parlant de Tinder. On retrouvait l’absurde de ses chroniques « Le saviez-vous ? ». Pour ceux qui ne les connaissent pas, c’est une série d’anecdotes absolument fausses (et de surcroît hilarantes). Comme à son habitude à l’antenne, Yacine Nemra peinait à réfréner des rires pendant son passage. Le genre de détails qu’on pardonnera toujours aux grands enfants turbulents mais attachants comme lui.

Avec un public enthousiaste face à la prise de risque de la bande, le spectacle était tout simplement génial. Ce type d’ambiance, vous pourriez le retrouver chez Yacine Belhousse, dans les soirées « Premières fois ». Le principe, pour rappel : des artistes de renom viennent jouer pour la première fois quelque chose de 100 % nouveau. Là encore, la prise de risque force le respect et tout se passe mieux qu’à l’accoutumée…

Un passage express à Lausanne qui valait le coup

Quelques heures après ce baptême du feu, Blaise Bersinger animait un plateau d’humour avec Cinzia Cattaneo, Alexandre Kominek, Charles Nouveau et Nathanaël Rochat. Cinzia est l’un des nouveaux visages de l’humour suisse romand et elle continue de progresser à l’antenne comme sur scène. Revoir Alexandre Kominek et Charles Nouveau, inséparable duo des soirées Fifty Fifty, était forcément agréable. Malgré un écueil dont je ne peux plus me passer : je connais la majorité de leurs passages…

Ce n’était pas le cas pour Nathanaël Rochat. Le taulier et précurseur du stand-up suisse est un mélange de Droopy, le pilote de F1 Kimi Räikkönen et Ghislain Blique. On ne sait pas s’il en a encore quelque chose à foutre, mais il retourne sans aucune difficulté le public qui lui fait face ! Tristan Lucas, également dans la salle, n’était pas d’accord avec moi quand je lui disais qu’il était un Ghislain puissance mille.

Mais moi, je n’en démords pas. Moralité : Ghislain Blique a le pouvoir de devenir une icône comique si le public le rencontre en nombre. Avis aux producteurs : pariez sur lui. En plus, comme il le confiait récemment dans son podcast « Comique ! », il se donne pour avoir une place sur l’échiquier humoristique…

Un dernier mot

J’ignore ce qui rend cette scène suisse aussi attractive à mes yeux. J’ai bien sûr une piste : la neutralité et l’envie de creuser les sujets avant de s’exprimer. Une autre caractéristique locale, c’est le faible nombre d’artistes. Leur exposition permanente les pousse à toujours donner le meilleur d’eux-mêmes. Ils sont régulièrement sans filet, exposés au public. L’ambiance familiale éclipse sans doute la concurrence qui, entre les lignes, existe peut-être… Mais on ne la sent pas aussi palpable, comme Renaud de Vargas l’expliquait dans son interview.

Une autre motivation qui me pousse à parler d‘eux, c’est leur faible exposition. Même s’ils font partie des meubles de l’audiovisuel public, on ne se bouscule pas au portillon pour leur donner une tribune. C’est peut-être ce temps davantage passé à créer plutôt qu’à faire tourner la machine médiatique qui les rend spéciaux… Ou le dépaysement dû à la beauté des paysages. Ou encore leur rareté ? Quelle que soit la recette, le repas est délicieux. Que cela continue ainsi, et je reviendrai encore et encore…

Je n’ai pas cité tout le monde, mais sachez que de Valérie Paccaud à l’improvisatrice Donatienne Amann, tous valaient le détour. Citons également Julien Doquin de Saint Preux, Stéphane Laurenceau et Robin Chessex, tous trois très précis dans leur écriture et leur interprétation. En somme, le pari de Couleur 3 et du théâtre Boulimie, qu’on a visité en août, est donc réussi ! Le festival était mémorable, j’espère ne jamais oublier ces moments.

Crédits photo

© Kenza Wadimoff

[post_title] => Couleur 3 Comedy Club : retour sur la 1re scène des Bras Cassés [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => couleur3-comedy-club-bras-casses-scene [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-10-05 15:20:04 [post_modified_gmt] => 2021-10-05 13:20:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011494 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 3 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 710b6fd3ce7d5897cd6e9668e9c57393 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Étienne de Balasy

Couleur 3 Comedy Club : souvenir du premier festival avec les Bras Cassés

Couleur 3 Comedy Club : retour sur la 1re scène des Bras Cassés

Devenir humoriste avec une formation : trouver la bonne structure

Devenir humoriste : quelle formation choisir ?

Le guide presque complet du presque parfait stand-up et one man show : couverture du livre d'Étienne de Balasy

Sortie librairie : on passe au crible le guide du stand-up et one man show