WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => netflix
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 441
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => netflix
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 441
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => netflix
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 441
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => netflix
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 441
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 441
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 441
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => netflix
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 441
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (441) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (441) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (441)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1008924
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-10-05 08:36:00
                    [post_date_gmt] => 2020-10-05 06:36:00
                    [post_content] => 

Pasquinade, comme on vous l’expliquait dans cet article sur les spectacles d’Haroun, est l’adaptation française de l’expression « stand-up ». L’humoriste a d’abord publié sur le site web pasquinade.fr de nombreuses vidéos issues de ses spectacles.

Aujourd’hui, Pasquinade s’ouvre à d’autres humoristes. Le principe est simple : vous pouvez visionner les contenus d’artistes triés sur le volet et les rémunérer via un chapeau virtuel. Pour mieux comprendre l’attrait de la plateforme, voici 5 raisons pour lesquelles vous devez absolument en profiter.

1. Pasquinade, c’est l’indépendance

Avec le projet Pasquinade, Haroun a l’intention de renforcer la relation artiste/spectateur sans passer par les GAFA. Le public a accès à des contenus humoristiques qu’il peut encourager grâce à un chapeau numérique et recevoir en retour encore plus de pasquinades.

Haroun explique le principe de Pasquinade sur son site officiel

Netflix, OCS, Prime Video, francetv slash… Toutes ces plateformes ouvrent les portes au stand-up. En fonction de leur force de frappe, de leur processus de détection de talents et de leur ligne éditoriale, les contenus qui vont émerger ne seront pas forcément les meilleurs.

En plus, cette histoire d’algorithmes vous orientera sur ce que la machine pense bon pour vous. Je vous passe les détails sur tout ce qui tourne autour des données personnelles ou encore de la publicité en ligne… Cela peut rendre cynique, mais on va être plus fort que ça dans cet article ! Surtout que le site est hébergé en France et conforme au RGPD.

2. Un projet collectif

Pasquinade n’est pas le premier projet de VOD de stand-up, mais c’est certainement le plus prometteur. VerinoOnDemand, par exemple, regroupe les contenus de l’humoriste sans y inclure ses collègues. En Suisse romande, le site LeMardi.TV a proposé un spectacle en direct lors du déconfinement et devrait poursuivre la promotion de la culture locale.

Avec Pasquinade, Haroun passe à la vitesse supérieure. Parmi les humoristes déjà sur la plateforme, on retrouve Thomas Wiesel, Charles Nouveau, Wary Nichen, le collectif DAVA, etc. Grâce aux futurs événements prévus, le catalogue va s’enrichir et se diversifier. Si l’offre est encore assez restreinte, c’est parce que le projet est très récent (juillet 2020 pour cette nouvelle formule).

3. La liberté d’expression préservée

La liberté d’expression en humour est un sujet très commenté. Officiellement, tout le monde est pour, mais comme pour toute liberté, les menaces sont nombreuses. Autocensure, tribunal populaire, peur de la « blague qui dérape » dans des plateaux d’humour (lieux de travail !)…

Prenons l’exemple de Gaspard Proust. L’humoriste, que certains aiment bien comparer à Haroun, prend position pour ne pas filmer son Nouveau spectacle. Ainsi, il préserve ce rendez-vous privilégié des regards du public de la zappette…

Pasquinade veut également sanctuariser le rapport avec le public, mais en virtuel. On parlait plus haut des lignes éditoriales qui favorisent certaines idées au détriment d’autres. Si vous voulez de l’humour formaté ou prémaché, vous avez de quoi faire sur les plateformes de SVOD.

Or l’humour, ça ne se cloisonne pas, ça ne se simplifie pas dans des catégories et autres sélections internes ou obscures. La liberté ne passe pas par des conditions générales d’utilisation qui fleurent bon le puritanisme et autres réjouissances cauchemardesques. Et ça, Pasquinade l’a bien compris.

4. Pasquinade, ce n’est pas simplement virtuel

Pour produire des vidéos, il faut bien mobiliser un public dans le monde réel. Pasquinade organise donc des sessions en octobre à Poinçon Paris. L’entrée est payante, les prix variant entre 20 et 30 euros. La programmation réunit plusieurs niveaux : puristes de stand-up, jeunes pousses prometteurs et habitués des grandes salles.

Poinçon Paris accueillera de nouveau du stand-up, donc. À ma connaissance, seul le Laugh Steady Crew a organisé une ou deux soirées spéciales là-bas. Ce lieu se prête bien à l’humour : la salle est belle, vaste et atypique (si ça vous intéresse, l’histoire du lieu est joliment contée ici).

5. Bouton « Bonne vanne » et chapeau virtuel : récompensez la qualité des contenus !

Quand vous regardez une vidéo sur Pasquinade, vous pouvez soutenir ou participer au chapeau. À chaque rire, vous pouvez aussi cliquer sur le bouton « Bonne vanne » pour que l’artiste sache si son matos est drôle.

Certaines vidéos ont un prix très bas (par exemple la vidéo de DAVA à 2 euros pour près d’une heure de contenus). Cependant, si vous faites partie des fans hardcore de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, vous pouvez payer un peu plus.

Ça peut sembler étrange, mais imaginez cette situation. Vous vous rendez dans un plateau d’humour classique. Vous devez écouter tout le monde (même ceux que vous n’aimez pas, et il y en a).

Au chapeau, vous allez rémunérer chaque artiste de manière égalitaire (la plupart du temps). Là, vous pouvez choisir. Ce qui fait qu’Haroun se doit de vous offrir une sélection de qualité : vous ne récompenserez que les meilleurs du rire. Et jamais ceux que vous n’aimez pas. Pas mal, hein ? Surtout que pour tester ses blagues dans les caves les plus obscures de Paris, Haroun a croisé tout le monde.

Pasquinade : qu’en pensez-vous ?

Je sais ce que vous pensez (ou pas, car vous êtes libre). Netflix, c’est tellement indolore de payer pour profiter de leur large catalogue. Les documentaires et productions originales sont béton.

Forcément, quand on se finance en creusant sa dette, ça régale ; regardez Balkany. Mais il viendra toujours un moment où on se dira : « mince, machin est vachement bon, c’est trop nul qu’il soit invisible ». Il suffit de regarder les commentaires YouTube pour s’apercevoir que les gens ne trouvent pas leur bonheur. Ils regardent ce que l’algorithme leur propose parce que c’est ultra-intuitif. Plus ils l’utilisent, plus ils se livrent. Et plus ça les rend accro.

Je ne sais pas ce que donnera Pasquinade. Le réflexe de financer chaque artiste vidéo par vidéo va s’installer, comme on peut le faire pour un streamer sur Twitch. Or Twitch, c’est Amazon, donc commission pour Jeff Bezos et 30% supplémentaires si vous payez sur mobile. Ça, vous ne le savez pas, vous êtes trop pressé de soutenir votre champion du streaming.

J’ai envie de soutenir Pasquinade, et j’espère que vous aussi. Je n’ai pas encore développé le réflexe de le faire régulièrement, mais ça viendra.

[post_title] => Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pasquinade-plateforme-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-23 09:23:14 [post_modified_gmt] => 2020-12-23 08:23:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 6235 [post_author] => 10 [post_date] => 2019-05-19 20:00:25 [post_date_gmt] => 2019-05-19 18:00:25 [post_content] =>

Noé est un amoureux de stand-up biberonné aux magazines américains. Pour Le spot du rire, il nous livre des critiques de stand-up américain et international, en commençant par Nate Bargatze. Bienvenue à lui !


En mars dernier, les abonnés Netflix découvraient le special de Nate Bargatze, The Tennessee Kid. On vous dit tout sur la mise en scène et le thème de ce spectacle !

Nate Bargatze, l’anti-héros du stand-up

Les amateurs de stand-up le savent : développer sa voix (sa personnalité scénique) est nécessaire pour être original. Dans son dernier spectacle The Tennessee Kid, Nate Bargatze limite cette originalité au maximum en se posant comme l’anti-héros du stand-up.

Les intonations de voix sont absentes, il multiplie les hésitations et les répétitions. Aussi, il reste immobile, une main dans le dos comme s’il récitait un texte. Il accepte également une forme de banalité en choisissant pour thème les compagnies aériennes dès la deuxième minute de son spectacle. Pour les non-connaisseurs, c’est la tarte à la crème de l’humour américain.

Aux antipodes d’un Eddie Murphy, l'humoriste refuse presque toute théâtralité (autant dans la forme que dans le fond). Ses histoires frôlent même l’absence de mise en scène.

L’enfant du Tennessee qui ne voulait pas grandir

Si Nate Bargatze se veut banal, une sorte de « Monsieur Tout-le-Monde », il refuse néanmoins de se présenter comme un adulte. Dès le début de son spectacle, il se confond avec une certaine Olivia, puis avec un Nathaniel Bargatze. À travers ses histoires, il se présente lui-même comme un stade entre homme enfant et idiot du village, qui aurait compris la logique d’un monde absurde.

Un monde absurde où l’on s’émerveille de voir un cheval dormir et où la solution stupide (collecter des seaux d’eau pour lutter contre le réchauffement climatique) devient la plus logique. L’humoriste choisit la forme d’un conteur d’histoire enfantin (souvent face à l’autorité). Il crée ainsi un effet comique en ajoutant des détails à ses histoires, au détriment d’une chute qui ne surprend que rarement.

Pourquoi le special de Nate Bargatze se distingue-t-il ?

C’est surtout dans sa présentation de ce monde absurde que Nate Bargatze se distingue. En filigrane, il pose la question « qui est l’enfant ? ». Si l’humoriste lui-même peut être considéré comme tel, tout comme sa fille qui ouvre le spectacle, c’est finalement l’ensemble des adultes qui le sont. Subtilement, Nate Bargatze montre l’immaturité de son monde.

Deux moments de son spectacle impressionnent par leur justesse et leur humour. D’abord, la présentation d’un mariage au Tennessee, lieu fantasmé où les conventions sociales n’existent plus. On constate encore l’absurdité de la magie (son père clown/magicien, déjà présenté dans Full Time Magic, Comedy Central/Spotify, 2015). On regrettera néanmoins certaines histoires déjà vues qui accrocheront moins le spectateur, comme les parallèles entre jeux d’enfants et disputes de couples).

Cette volonté de créer un « univers » absurde se confirme donc à la fin de son spectacle. Nate Bargatze y ajoute deux nouvelles chutes pour deux anecdotes racontées dans son special de trente minutes (The Stand-Ups saison 1, Netflix). Dans son générique, il montre d’ailleurs les photos illustrant la véracité de ses histoires.

Crédits photo

© Mike Lavin

[post_title] => Nate Bargatze - The Tennessee Kid - Critique spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nate-bargatze-critique-tennessee-kid [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-05-19 20:00:30 [post_modified_gmt] => 2019-05-19 18:00:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6235 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 4503 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-07-21 16:44:48 [post_date_gmt] => 2018-07-21 14:44:48 [post_content] => Dans le catalogue Netflix, un spectacle stand-up détonne : Nanette d’Hannah Gadsby. Ce special révolutionnerait le stand-up autour d’un événement : arrêter la comédie, trop dépendante à l’autodérision et propice à l’autodestruction. Heureusement, le spectacle est moins pompeux que les commentateurs l'ont suggéré ces dernières semaines.

Nanette : un spectacle pour le public France Inter ?

Autant le dire tout net : je ne pouvais plus entendre parler de ce spectacle. Comme tout le monde en parle, je trouve ça louche. Je me disais : « Encore un spectacle progressiste autour des droits des LGBT+, va-t-on se farcir une énième conférence-leçon de vie ? ». L'absence de légèreté ne m’emballait pas plus que ça. Je me disais que c’était réservé à l’humour France Inter ou à des féministes informées. En commençant le spectacle, je sentais que cette opinion prenait de la force. Je ne ris pas les dix premières minutes, puis j’esquisse un sourire. Puis deux. Puis j’écoute vraiment. Le passage dont tout le monde parle sur l’arrêt de la comédie arrive au bout de dix-huit minutes. Je me demande donc ce qu’elle va bien pouvoir nous dire par la suite. L’intensité dramatique grimpe un peu.

Hannah Gadsby : taille patron

Hannah Gadsby est une excellente oratrice, sa prestation est millimétrée. Je décroche un peu sur la partie autour de Vincent van Gogh et l’histoire de l’art. Je m’étonne de la voir s’exclure du monde intellectuel de ce milieu, parce qu’elle semble intégrer la frange culturelle de la comédie. En réalité, elle met en lumière le caractère cancre de la comédie vis-à-vis d'autres formes artistiques. On ne sait pas vraiment si elle adhère à cela ou si elle le déplore. Les commentateurs disent souvent qu’il y a une première partie consacrée aux blagues et une seconde partie sans aucune blague. En réalité, les blagues reviennent toujours au bon moment, quand l’intensité dramatique atteint un niveau peu supportable. Hannah Gadsby nous tient en haleine avant de nous prendre aux tripes sur son final.

Rire de la douleur

Autre idée forte de ce spectacle : la comédie se concentre trop sur l’autodérision, ce qui est destructeur. Je vois honnêtement l’autodérision comme une thérapie, une marque d’humilité pour s’éloigner de choses moins supportables. En réalité, Gadsby le voit comme une « humiliation » et refuse de s’infliger davantage d’autodérision. La cause : des souffrances ancrées depuis le plus jeune âge et qui nourrissent sa résilience. La résilience, c’est un mot un peu obscur. En somme, il s’agit de trouver la force de surpasser les traumatismes passés pour se reconstruire. Je grossis le trait, les psychologues et magazines lifestyle ont sans doute une explication plus poussée. Sans trop en dévoiler, je me suis sentie aussi mal qu’au terme du spectacle de Blanche Gardin, enregistré à l’Européen et diffusé sur Canal+. Ce spectacle stand-up n’a pas vocation à révolutionner la comédie. Il n’y aura pas un avant et un après Nanette. La hype autour du spectacle n’a à mon sens pas lieu d’être avec les termes avancés par les médias. La vraie force de Nanette, c’est surtout la puissance dégagée par les mots de l’artiste. Cela vous scotche littéralement, vous prend aux tripes et ne vous laisse pas indemne.

Un spectacle à voir, à digérer

En réalité, ce spectacle est un cri du cœur, une manière extrêmement honnête de faire du stand-up qui sied parfaitement à l’artiste. Ce n’est pas un spectacle que je pourrais voir dans une salle, comme celui de Blanche Gardin, d’ailleurs. Quand l’artiste sur scène aborde des sujets si durs et si sensibles, cela vous met face à votre propre histoire. Dans mon cas, vu mon vécu, cela a un côté bad trip. C’est au-dessus de mes forces, mais c’est important de voir ces spectacles. Disons qu’il faut encaisser le choc une bonne dizaine de minutes. Toujours est-il que je suis contente d’avoir passé outre mon a priori initial. C’est un peu comme une pièce incontournable ou un film dont tout le monde parle. Sauf que pour une fois, cela vaut vraiment le coup de se faire une idée.

Crédits photo

© Netflix - Capture d'écran du spectacle [post_title] => Nanette : j’ai vu le spectacle d’Hannah Gadsby [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nanette-spectacle-hannah-gadsby [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:49:41 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:49:41 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4503 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 3559 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-01 14:00:06 [post_date_gmt] => 2018-03-01 13:00:06 [post_content] => Juste après être montée sur scène, mon discours était unanime : je n'y retournerai pas. Or, je suis désormais détentrice d'un abonnement Netflix et d'une liste de spectacles américains en attente de visionnage. Et puis, il y a le retour à la réalité qui te visse bien au sol. Soudain, l'envie de s'exprimer te sectionne de l'intérieur.

Le stand-up et la vie réelle

Quand je vous ai raconté mon passage, j'ai omis un point. La perception de mon entourage et des humoristes stand-up. Les humoristes m'encourageaient à continuer et soulignaient les points positifs. Les autres étaient focalisés sur les défauts. Tu parles trop vite, on ne comprend pas tout, arrête de trembler, etc. Mais surtout, on veut te revoir sur scène, reviens vite. Le truc, c'est que chaque groupe veut dire la même chose : c'est en faisant qu'on apprend et qu'on progresse. Simplement, la manière est complètement différente et je sais exactement pourquoi. La scène peut t'apprendre l'humilité. Par ailleurs, quand on monte sur scène, c'est qu'on a appris à observer, explorer les situations. La différence entre les gens de la vie réelle et les stand-uppers semble donc être leur sens de l'observation. Justement, ce sens de l'observation va dicter leur philosophie de vie.

Tout n'est pas tout blanc ou tout noir

Plein de gens (détracteurs) pensent que les artistes sont des gauchistes, formés du même moule uniforme et progressistes par défaut. Il m'est arrivé un truc drôle en découvrant vraiment ce monde : j'ai vu que ces gens étaient bien plus riches de leurs différences et qu'ils voyaient le monde autrement. Alors que mon entourage est plus sur un réglage bichromique. C'est pour cela que ce monde du stand-up est si riche et passionnant. Observer, c'est développer son sens de l'empathie. Je ne dis pas que tous les artistes en sont dotés ou que tous les Moldus du rire en sont dépourvus. Tout ce que je sais, c'est que lorsque je suis avec des humoristes et avec des connaissances, le plaisir d'être là est très, très différent.

Retour sur terre

Je ne sais pas s'il s'agit d'une période de lune de miel, parce que cela fait 2 ans que ce monde fait partie intégrante de ma vie. Récemment, je me suis retrouvée dans une soirée avec une majorité d'artistes. D'habitude, ce sont plus des gens qui bossent dans l'informatique. Dans cette soirée, j'ai rencontré une fille qui a dit qu'il fallait que je garde ma singularité, parce qu'elle la trouvait cool et que ce n'était pas donné à tout le monde. Ok, c'est un peu lune de miel comme discours. Avec les cracheurs de code, l'ambiance est différente. Je vous passe les détails, mais à un moment donné la discussion dérive sur un rêve dans lequel j'apparais sans trop de vêtements, et heureusement que je n'ai pas l'image. Bref, j'aurais certainement beaucoup à dire si je faisais ce que m'a dit Lenny. A savoir : pousser mon sketch sur mes difficultés relationnelles avec les chats, le ski et les êtres humains que je viens de rencontrer.

Envie de parler et inspirations

Je parle en permanence du film Hibou, parfois dans le vide. Ce film, c'était le pire démarrage au cinéma en 2017 : tout le monde est passé à côté. Fait intéressant : le personnage principal, Ramzy, est tellement invisible qu'il en vient à mettre un costume de hibou pour tenter de se faire remarquer. Faire du stand-up, c'est exactement la même chose. C'est traverser la vie en voyant que les gens ne t'écoutent pas ou ne te comprennent pas, parce que tu n'es pas comme eux. Il arrive un point où tu te réveilles (souvent après une rupture amoureuse ou une dépression, ou les deux...) et tu te dis que ce n'est pas aux autres de raconter ton histoire. Donc, tu prends le micro. Tu reprends le contrôle du récit. Après ce passage au 33 Comedy, j'ai vécu plusieurs situations nulles où l'envie de parler s'est faite ressentir. Mon entourage du monde de l'informatique m'a dit qu'il n'avait pas le temps, était injoignable, m'a posé un lapin sous la neige. Alors, j'ai pris un abonnement Netflix pour me plonger encore plus dans le monde du stand-up. J'ai finalement reconsidéré l'idée de remonter sur scène. En plus, j'ai vu quelqu'un qui débarquait sur scène avec des blagues très datées en me disant que j'avais peut-être un peu plus ma place que lui. Est-ce pour moi ? Rien n'est moins sûr. Mais, quand tu ignores la réponse, seuls le voyage et l'apprentissage te permettent de le découvrir. [post_title] => Monter sur scène : ce qu'il se passe après (Netflix) [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-scene-netflix [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:37:51 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:37:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3559 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 4 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1008924 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-05 08:36:00 [post_date_gmt] => 2020-10-05 06:36:00 [post_content] =>

Pasquinade, comme on vous l’expliquait dans cet article sur les spectacles d’Haroun, est l’adaptation française de l’expression « stand-up ». L’humoriste a d’abord publié sur le site web pasquinade.fr de nombreuses vidéos issues de ses spectacles.

Aujourd’hui, Pasquinade s’ouvre à d’autres humoristes. Le principe est simple : vous pouvez visionner les contenus d’artistes triés sur le volet et les rémunérer via un chapeau virtuel. Pour mieux comprendre l’attrait de la plateforme, voici 5 raisons pour lesquelles vous devez absolument en profiter.

1. Pasquinade, c’est l’indépendance

Avec le projet Pasquinade, Haroun a l’intention de renforcer la relation artiste/spectateur sans passer par les GAFA. Le public a accès à des contenus humoristiques qu’il peut encourager grâce à un chapeau numérique et recevoir en retour encore plus de pasquinades.

Haroun explique le principe de Pasquinade sur son site officiel

Netflix, OCS, Prime Video, francetv slash… Toutes ces plateformes ouvrent les portes au stand-up. En fonction de leur force de frappe, de leur processus de détection de talents et de leur ligne éditoriale, les contenus qui vont émerger ne seront pas forcément les meilleurs.

En plus, cette histoire d’algorithmes vous orientera sur ce que la machine pense bon pour vous. Je vous passe les détails sur tout ce qui tourne autour des données personnelles ou encore de la publicité en ligne… Cela peut rendre cynique, mais on va être plus fort que ça dans cet article ! Surtout que le site est hébergé en France et conforme au RGPD.

2. Un projet collectif

Pasquinade n’est pas le premier projet de VOD de stand-up, mais c’est certainement le plus prometteur. VerinoOnDemand, par exemple, regroupe les contenus de l’humoriste sans y inclure ses collègues. En Suisse romande, le site LeMardi.TV a proposé un spectacle en direct lors du déconfinement et devrait poursuivre la promotion de la culture locale.

Avec Pasquinade, Haroun passe à la vitesse supérieure. Parmi les humoristes déjà sur la plateforme, on retrouve Thomas Wiesel, Charles Nouveau, Wary Nichen, le collectif DAVA, etc. Grâce aux futurs événements prévus, le catalogue va s’enrichir et se diversifier. Si l’offre est encore assez restreinte, c’est parce que le projet est très récent (juillet 2020 pour cette nouvelle formule).

3. La liberté d’expression préservée

La liberté d’expression en humour est un sujet très commenté. Officiellement, tout le monde est pour, mais comme pour toute liberté, les menaces sont nombreuses. Autocensure, tribunal populaire, peur de la « blague qui dérape » dans des plateaux d’humour (lieux de travail !)…

Prenons l’exemple de Gaspard Proust. L’humoriste, que certains aiment bien comparer à Haroun, prend position pour ne pas filmer son Nouveau spectacle. Ainsi, il préserve ce rendez-vous privilégié des regards du public de la zappette…

Pasquinade veut également sanctuariser le rapport avec le public, mais en virtuel. On parlait plus haut des lignes éditoriales qui favorisent certaines idées au détriment d’autres. Si vous voulez de l’humour formaté ou prémaché, vous avez de quoi faire sur les plateformes de SVOD.

Or l’humour, ça ne se cloisonne pas, ça ne se simplifie pas dans des catégories et autres sélections internes ou obscures. La liberté ne passe pas par des conditions générales d’utilisation qui fleurent bon le puritanisme et autres réjouissances cauchemardesques. Et ça, Pasquinade l’a bien compris.

4. Pasquinade, ce n’est pas simplement virtuel

Pour produire des vidéos, il faut bien mobiliser un public dans le monde réel. Pasquinade organise donc des sessions en octobre à Poinçon Paris. L’entrée est payante, les prix variant entre 20 et 30 euros. La programmation réunit plusieurs niveaux : puristes de stand-up, jeunes pousses prometteurs et habitués des grandes salles.

Poinçon Paris accueillera de nouveau du stand-up, donc. À ma connaissance, seul le Laugh Steady Crew a organisé une ou deux soirées spéciales là-bas. Ce lieu se prête bien à l’humour : la salle est belle, vaste et atypique (si ça vous intéresse, l’histoire du lieu est joliment contée ici).

5. Bouton « Bonne vanne » et chapeau virtuel : récompensez la qualité des contenus !

Quand vous regardez une vidéo sur Pasquinade, vous pouvez soutenir ou participer au chapeau. À chaque rire, vous pouvez aussi cliquer sur le bouton « Bonne vanne » pour que l’artiste sache si son matos est drôle.

Certaines vidéos ont un prix très bas (par exemple la vidéo de DAVA à 2 euros pour près d’une heure de contenus). Cependant, si vous faites partie des fans hardcore de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, vous pouvez payer un peu plus.

Ça peut sembler étrange, mais imaginez cette situation. Vous vous rendez dans un plateau d’humour classique. Vous devez écouter tout le monde (même ceux que vous n’aimez pas, et il y en a).

Au chapeau, vous allez rémunérer chaque artiste de manière égalitaire (la plupart du temps). Là, vous pouvez choisir. Ce qui fait qu’Haroun se doit de vous offrir une sélection de qualité : vous ne récompenserez que les meilleurs du rire. Et jamais ceux que vous n’aimez pas. Pas mal, hein ? Surtout que pour tester ses blagues dans les caves les plus obscures de Paris, Haroun a croisé tout le monde.

Pasquinade : qu’en pensez-vous ?

Je sais ce que vous pensez (ou pas, car vous êtes libre). Netflix, c’est tellement indolore de payer pour profiter de leur large catalogue. Les documentaires et productions originales sont béton.

Forcément, quand on se finance en creusant sa dette, ça régale ; regardez Balkany. Mais il viendra toujours un moment où on se dira : « mince, machin est vachement bon, c’est trop nul qu’il soit invisible ». Il suffit de regarder les commentaires YouTube pour s’apercevoir que les gens ne trouvent pas leur bonheur. Ils regardent ce que l’algorithme leur propose parce que c’est ultra-intuitif. Plus ils l’utilisent, plus ils se livrent. Et plus ça les rend accro.

Je ne sais pas ce que donnera Pasquinade. Le réflexe de financer chaque artiste vidéo par vidéo va s’installer, comme on peut le faire pour un streamer sur Twitch. Or Twitch, c’est Amazon, donc commission pour Jeff Bezos et 30% supplémentaires si vous payez sur mobile. Ça, vous ne le savez pas, vous êtes trop pressé de soutenir votre champion du streaming.

J’ai envie de soutenir Pasquinade, et j’espère que vous aussi. Je n’ai pas encore développé le réflexe de le faire régulièrement, mais ça viendra.

[post_title] => Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pasquinade-plateforme-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-23 09:23:14 [post_modified_gmt] => 2020-12-23 08:23:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 4 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => d0b7256c2e6049588bfa5fef91505b0e [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Netflix

Pasquinade : la plateforme d’humour libre signée Haroun

Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun

Nate Bargatze : critique de son special Netflix The Tennessee Kid

Nate Bargatze - The Tennessee Kid - Critique spectacle

Hannah Gadsby dans Nanette : un stand-up sur Netflix

Nanette : j’ai vu le spectacle d’Hannah Gadsby

Chelsea Peretti sur Netflix

Monter sur scène : ce qu'il se passe après (Netflix)