WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => twitch
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 714
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => twitch
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 714
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => twitch
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 714
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => twitch
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 714
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 714
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 714
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => twitch
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 714
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (714) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (714) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (714)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010834
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-05-30 10:59:11
                    [post_date_gmt] => 2021-05-30 08:59:11
                    [post_content] => 

Louis Chappey fait partie des valeurs sûres de la nouvelle génération humour. Il est généralement au rendez-vous, mais comment faire pour qu’il sorte du lot ?

Louis Chappey : une masterclass d’efficacité comique, un personnage à valoriser ?

Depuis plusieurs années, je promets une place à Louis Chappey comme découverte humour. Sauf qu’avec le temps, je me rends compte qu’il y a souvent eu un paramètre qui me retient. Louis Chappey, c’est une valeur sûre, il fait globalement rire tout le temps, sur tous les terrains… Mais pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Il fait partie des stand-uppers efficaces, qui peuvent produire des vannes sur de nombreux thèmes. Il a aussi un capital sympathie très fort. Quand il délivre ses vannes avec ce sourire taquin (ceux qui l’ont vu sur scène voient de quoi je parle), ça marche.

Circulez, il n’y a rien à voir, donc ? On pourrait croire que l’originalité manque. Effectivement, on n’est pas sur un humour absurde et perché à la Adrien Montowski : c’est simple, efficace. Or toute sa force comique passe par des messages subliminaux. Quand Louis Chappey s’engage, ça se fait en douceur, on ne s’en rend même pas compte.

Je l’ai vu en première partie de Pierre Thevenoux au Point Virgule. Le pensionnaire du Laugh Steady Crew délivrait des vannes sûres, enchaînait sans difficulté, en toute décontraction. Mais l’observateur aguerri notait aussi quelques ruptures de rythme de qualité pour changer d’atmosphère et nous emmener là où il le souhaite.

La #TeamChap : une présence sur Instagram complètement dingue

Si sur scène, Louis Chappey s’affirme plus par l’efficacité que la singularité, sur le web et les réseaux sociaux, il sort réellement du lot. Chansons improbables, montages vidéo volontairement cheesy, nouvelles créations à chaque nouveau palier d’abonnés… Tout est fait pour se démarquer.

Et ça marche : l’humoriste a même lancé une cagnotte pour récupérer des dons d’un euro par personne, juste pour la blague. Sur Twitch, il a même lancé un concept où il mêle jeu vidéo de guerre et introspection. Parler de solitude, d’amour en abattant des ennemis : c’est réellement ce qui meut la jeune génération. Actuellement, il réfléchit à proposer de nouveaux formats encore plus en adéquation avec ce qu’il veut proposer artistiquement.

Dans ces propositions artistiques, on comprend finalement que Louis Chappey a la capacité de saisir son époque et provoquer des rires sur tous les supports. En réalité, on comprend qu’il est régulièrement au rendez-vous et qu’il devient facile de le prendre pour acquis, de ne pas savoir quel est le bon moment pour le promouvoir. Et donc de passer à côté de la chance d’en parler.

Cela l’empêchera-t-il de réaliser des coûts d’éclat ? Actuellement, il va dans la bonne direction. S’il continue sur ce rythme de progression, il aura toutes les cartes en main pour devenir une rock star comique. Ça tombe bien, avec plusieurs 30-30 dans les pattes, il pourra rapidement proposer un spectacle. D’autant plus qu’il lui reste bien des années devant lui pour parfaire son personnage scénique.

Crédits photo

© francetv slash / Autour de… / Capture d’écran YouTube

Bonus Track Back Story : Louis Chappey en interview sur une radio underground

[video src="https://irm.radio/episodes_diff/irmdr-S01E17_large.m4v" /]
[post_title] => Louis Chappey, influenceur en herbe ou future rock star comique ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => louis-chappey-humoriste-influenceur [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-30 11:31:14 [post_modified_gmt] => 2021-05-30 09:31:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010834 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010128 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-03 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-03 07:00:00 [post_content] =>

Les théâtres demeurant fermés, l’humour en live streaming a le vent en poupe ! Verino et Kev Adams ont en effet proposé fin janvier deux soirées stand-up accessibles depuis chez soi, moyennant paiement. Mais cet humour par écrans interposés ne fait pas l’unanimité. On fait le point !

Humour en live streaming : comme en vrai, il y a de tout !

Commençons par un scénario de science-fiction : il me reste un seul spectacle à visionner, après c’est terminé. Et ce plateau, c’est celui organisé par Kev Adams avec son pote Gad Elmaleh (et d’autres noms). Si j’avais pu y assister sur place au Fridge, alors je me serais sans doute déplacée. En revanche, en live streaming, je passe mon chemin.

Pourquoi ? Parce que l’intérêt d’un plateau d’humour, c’est se laisser prendre au jeu. Sur place, on accepte plus les propositions artistiques qui nous parlent moins. Alors que derrière un écran, on éteint la machine, on coupe le son ou pire, on appuie sur avance rapide pour voir quelqu’un qui nous intéresse vraiment.

Une offre qui explose

Ces derniers mois, on a eu un florilège de soirées stand-up. Génération Paname, Autour de et le Ring Comédie Club (France TV), le Gala du Jamel Comedy Club (Canal+), la soirée Étoiles espoir humour du Parisien (Comédie+)… On a aussi eu le droit à des initiatives plus indépendantes : Pasquinade (Haroun), LeMardi.tv (association suisse romande) et plus récemment Verino, malgré ses réticences confiées à Télérama.

J’en oublie sûrement, et je vous avoue avoir passé mon chemin à quelques reprises. Le problème que je vois dans ces soirées où les extraits s’enchaînent, c’est qu’un passage ne résume pas l’univers d’un artiste. Un spectacle y parvient mieux ; d’ailleurs, on peut revenir plusieurs fois pour continuer à explorer. D’autre part, quand on est filmé, on fait attention à ne pas bider, donc on laisse moins de place au hasard. C’est une forme d’humour impeccable, hygiéniste et aseptisée qui n’a tout simplement plus la même âme. Il faut aller chercher dans de l’improvisation pour retrouver un semblant de frisson. Pour connaître quelqu’un, regardez-vous sa carte de visite ou allez-vous entrer en discussion avec lui ? Vous saisissez le problème, maintenant ?

La coupe au montage : pire qu’un coiffeur en état d’ivresse ?

Attention, sujet épineux ! Les coupures au montage sont davantage l’œuvre de chaînes de télévision. Plus il y a de chemins de validation, de craintes de perdre un contrat ou un boulot, plus l’humour risque de subir quelques coupes disgracieuses.

barney stinson vs. marshall's pants
make action GIFs like this at MakeaGif

Il y a aussi un impératif de temps : chaque programme a une durée précise. Il faut être efficace ou périr. Pour autant, le tableau n’est pas si noir qu’il n’y paraît. Ce qui change la donne, c’est l’arrivée de Twitch dans le paysage audiovisuel et surtout sa prise en compte par les médias traditionnels. Ces mondes, semble-t-il structurés de manière diamétralement opposée, fusionnent actuellement… Pour le meilleur et pour le pire ? Il ne faudrait pas perdre la spontanéité des chaînes indépendantes sous prétexte que les pros découvrent de nouveaux terrains à explorer. Au passage, si le sujet vous intéresse, je vous conseille la chaîne de Ludovic B qui compare YouTube à la télévision.

La coupe au montage pour des raisons de censure peut toutefois être contreproductive. L’absence d’Edgar-Yves dans la captation de la soirée du Parisien a eu pour conséquence… Que l’AFP a prévenu toutes les rédactions et informé tout le monde du contenu du sketch en question ! On n’aura jamais autant entendu parler d’une blague « compromettante » (sic !). Si elle avait simplement été diffusée sur une chaîne que personne ne reçoit ou presque, Edgar-Yves n’aurait pas eu un tel coup de pub.

Cette affaire est intéressante car deux versions contradictoires cohabitent. D’une part, les pressions pour supprimer une partie du sketch et la coupe pure et simple d’un humoriste. D’autre part, la demande de l’humoriste que l’on coupe son passage car il ne serait pas efficace. Cela ne semble pas être le genre de la maison, mais admettons.

Pour avoir vu cette soirée, sachez que l’efficacité a surtout été compromise par l’absence significative de public ! En plein confinement, elle a en effet été maintenue avec un « public » restreint et créé artificiellement. En revanche, point d’ajouts de rires. Le silence est parfois assourdissant là où les artistes attendent traditionnellement des rires. En bref, on a perdu Edgar-Yves et on a conservé Jérémy Demay alors qu’il n’était même pas présent (juste une vidéo en mode selfie…). Dommage, même si des artistes comme Fanny Ruwet excellent lors de leurs captations.

Quelques pistes pour une meilleure expérience

Tout d’abord, adapter le format aux écrans. Si Génération Paname était la seule émission d’humour à la télévision, elle serait agréable à regarder dans son format actuel. Or aujourd’hui, un passage de stand-up simple ne suffit plus à accrocher un spectateur qui a tant de choix pour se divertir.

Ensuite, inclure des moments de découverte des artistes et de performances scéniques. Certains ont loué les mérites de l’émission Vendredi, tout est permis spéciale Fridge pour cela.

Dans la mesure du possible, laisser les artistes s’exprimer en toute liberté. Ne pas trop écouter la majorité bruyante de Twitter et son offense facile. Museler les cadres des chaînes de télévision qui pensent tout connaître des late shows américains, aussi. Cela vaut autant pour les contenus des sketches que pour leurs idées de formats.

En cas de problème technique, proposer une solution de repli. Par exemple, les personnes qui n’ont pas pu se connecter sur la plateforme LeMardi.tv lors du live avaient 48 heures pour regarder le spectacle en VOD. Pour ma part, je n’ai pas rencontré de problème et j’ai trouvé l’expérience très agréable : c’était le premier spectacle post-confinement ! Oui, la Suisse avait déconfiné plus tôt.

Enfin, alterner les artistes dans ces émissions. On voit les mêmes passages d’une chaîne à l’autre, parfois ! C’est ridiculement inutile sur le plan de la découverte… Si l’on multiplie les programmes, il faut aussi multiplier les tickets d’entrée.

Sacraliser le lien avec le spectateur

Laura Calu est l’une des humoristes qui prend le plus position contre la tenue de spectacles en streaming. Pour elle, le spectacle doit être vivant, sinon il perd de son charme. Elle dénonce chaque jour les incohérences entre les ouvertures et fermetures de lieux publics (magasins vs. théâtres).

Voir un spectacle « en vrai » n’a en réalité rien à voir avec la consommation d’une soirée humour en prime-time à la télévision. Contrairement au sport où il est parfois plus simple de suivre une compétition sur son canapé que sur place, le rapport avec les artistes est sublimé au théâtre. C’est ce qui procure des émotions authentiques, un moment hors du temps où tout peut arriver. Le seul équivalent, et encore, c’est la diffusion en direct, sans filet.

Et dans le même temps, avec YouTube, les podcasts et les communautés, le lien existe bel et bien entre créateur et spectateur. Il est simplement différent. Les codes des YouTubeurs et autres streamers est très différent. Même s’ils proposent des contenus parfois de grande qualité, ils développent les mêmes tics de langage, les mêmes manières de monter leurs vidéos… Tout est formaté, facilement consommable et, il faut le reconnaître, fait passer le temps alors que nos libertés sont confinées.

Bref, cette question du lien est essentielle et doit nourrir les projets d’humour en live streaming. Surtout lorsque nos liens sociaux et familiaux sont mis à rude épreuve. Les artistes nous semblent aujourd’hui loin. Parfois, on les voit errer, perdus sans leur outil de travail : la scène. Ils écrivent dans le vide car il n’y a plus le receveur qui les porte : le spectateur.

Humour en live streaming : un complément alimentaire, pas de la véritable nourriture

Je ne vois que cette analogie : l’humour en streaming ne rassemble pas les mêmes qualités nutritionnelles pour l’âme que celui en salle. Mais pour ceux qui habitent loin des grandes villes, c’est une aubaine : d’habitude exclus, ils peuvent aujourd’hui prendre part à la fête. Découvrir de nouveaux artistes, même dans des conditions compliquées ou tronquées.

Il y a à la fois des avantages et des inconvénients. En ces temps de crise, cela peut passer quelques temps… Mais les justifications brouillonnes de la ministre de la culture pour justifier la fermeture des lieux culturels ont, à raison, suscité la colère de tout un secteur. Il aura fallu qu’elle explique que les artistes se contaminent parfois entre eux (coucou loges exiguës et autres plateaux d’humour peu regardants) pour que je me dise « oui, ça se tient ». Mais au pire, dites aux troupes de former des bulles Covid, comme pour les sportifs ou Miss France, et laissons les stand-uppers esseulés jouer devant 16 personnes à la Petite Loge (si vous voulez de leurs nouvelles, c’est par ici) !

Tout le reste me paraissait irrecevable, surtout avec l’existence de purificateurs d’air… Et la suite des événements semble étrange. Pendant un temps, on a eu cette hypothèse de devoir présenter un test Covid négatif pour accéder à un théâtre. Je me voyais mal faire des tests Covid tous les 4 jours, comme le personnel soignant, alors qu’il faut des masques pour accéder aux théâtres… C’est sûr qu’avec l’humour en live streaming, point de test PCR… Après coup, Roselyne a fait le même calcul et a finalement choisi de brandir le « principe de précaution » pour justifier la fermeture des salles de spectacles pour une durée indéterminée… Je n’ai plus de mots, et apparemment elle non plus.

Sur ce, je vous laisse, je vais écouter une émission de radio avec des comiques. Ça, ça continue à nourrir un peu l’âme, en attendant mieux !

Crédits photo

© QoQa / LeMardi.tv

[post_title] => Humour en live streaming : pourquoi il fait débat [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-live-streaming-debat [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-02 21:36:36 [post_modified_gmt] => 2021-02-02 20:36:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1009566 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-16 08:40:00 [post_date_gmt] => 2020-11-16 07:40:00 [post_content] =>

Le streamer Genius a un don pour raconter les histoires, incarner des personnages et rebondir sur des anecdotes avec un beau sens comique. Aujourd’hui, je voulais revenir sur sa manière de raconter les histoires, véritable masterclass de storytelling. Si cela peut vous inspirer, c’est tant mieux ! Analyse.

Pourquoi Genius, streamer et animateur, excelle en storytelling et en comédie

Au hasard d’une recommandation YouTube, j’ai découvert un colosse du monde du jeu vidéo : Genius. Bien sûr, j’avais déjà entendu parler de lui : pour moi, c’était « le gars de Game One », la chaîne qui me faisait fantasmer quand j’étais ado.

Pourquoi je vous en parle, me direz-vous ? Eh bien, Genius a des tas de qualités comiques que je ne soupçonnais pas. Je regardais tranquillement cette rediffusion de l’émission « La discorde » consacrée aux pires anecdotes. Je ne m’attendais pas à passer un si bon moment.

Tout d’abord, comme les interventions des chroniqueurs ne sont pas rédigées en amont, la spontanéité est de son côté. Ces gens-là passent des heures à jouer devant leur caméra et à divertir autour de tous les sujets. Ils développent donc quelques réflexes en matière de repartie.

Comme l’explique Jiraya dans une autre vidéo (le gars au bonnet pour ceux qui n’y connaissent rien en streaming), Genius a un côté sniper, à la Laurent Baffie. On retrouve en effet cette attitude féline à rebondir instantanément dans la discussion, pour sortir la blague ou l’anecdote qui fait mouche.

L’anecdote de la Corée : commentaire de texte (et de jeu)

En parlant d’anecdotes, les commentaires de la vidéo sont unanimes : l’anecdote de Genius en Corée (dès 1:41:15) est un petit bijou. On retrouve là un zeste de Pierre Thevenoux avec les ingrédients « alcool » et « bagarre », mais pas seulement. Pourtant, tout commençait mal. Ses collègues survendent l’anecdote, ce qu’il ne faut jamais faire comme vous le savez. Apparemment, Genius est lui aussi au courant, car il contre-attaque directement. Calmez-vous, les groupies : laissez-moi faire le job.

Après ce moment d’agitation, il pose calmement la situation. Le silence, que l’on entend (sic !) souvent de manière magique dans les salles de spectacle, s’installe et vient porter la parole de Genius. Le rythme s’étant calmé, il est temps de commencer à créer de la drôlerie. L’amorce : un moment d’autodérision autour de l’année 2009, habile car il rappelle qu’aujourd’hui, il gère son affaire comme un chef. Il ne s’apitoie pas sur son sort et conserve ainsi son aura.

Genius ou la maîtrise du rythme comique

Ensuite, il enchaîne avec une fausse interaction pour savoir si son auditoire partage sa peur de l’avion. Fausse, car il pose sa question au milieu de la phrase, et l’on comprend que ce n’est pas le moment de l’interrompre. L’audience se sent incluse et, pour autant, reste bien tranquille.

Dès qu’il apporte une nouvelle information, il assène deux-trois vannes qui démontrent à quel point l’anecdote va être marrante. L’ensemble va crescendo, tandis que le public, tenu en haleine, se réjouit d’avance de se marrer comme il se doit.

Quand il est interrompu, Genius n’hésite pas à mimer et à ajouter quelques blagues. Lorsqu’il apporte une information supplémentaire, il la répète juste assez pour qu’on la retienne sans devenir lourdingue. Il y a du mime, du clown, qui apportent un truc en plus à l’histoire racontée : le tout est parfaitement dosé, équilibré.

Des rires et un copilote

Genius peut aussi compter sur sa complicité avec Jiraya, qui rebondit sur l’anecdote tout le long. Le ping-pong entre eux s’apparente à une session d’écriture, où chacun parvient à repousser les compétences comiques de l’autre. Au bout de 3 minutes, l’animateur est en larmes. Et ce n’est que le début ! Cela signifie que Genius doit tenir en haleine sur la durée après avoir très rapidement créé une atmosphère comique destructrice pour les zygomatiques.

Autre bel atout : comme Genius raconte souvent cette anecdote, il parvient à apporter des éléments supplémentaires. De fait, des gens comme Jiraya qui la connaissent déjà rient doublement. Ils riaient déjà pour les blagues qu’ils connaissaient, et la surprise de découvrir quelque chose de nouveau est encore plus jouissive. Pour voir certains spectacles et sketches plusieurs fois, je peux vous assurer que l’effet comique est décuplé, la surprise de la nouveauté comptant davantage encore que la qualité de la blague.

Pour conserver l’intensité comique après avoir fait pleurer de rire, Genius n’a plus qu’à répéter l’opération. Il enchaîne les mimes, les nouvelles informations, les métaphores et comparaisons inspirées (Verdun…).

Genius amuse la galerie dans un environnement particulier… mais il en tire profit !

Il faut préciser que mimer une bagarre alcoolisée assis sur un plateau, c’est quand même technique (et ça crée de l’hilarité, car la manière de le faire est absurde car on ne se bat pas assis).

Il faut aussi dire que l’enchaînement des péripéties « dans la vraie vie » aide grandement à construire l’intrigue. Les circonstances vont dans le sens de Genius, mais sans une vraie faculté à faire rire, à jouer et à raconter les histoires, il ne tirerait pas grands rires de cette anecdote.

L’histoire ne dit pas si Genius peut faire rire sur scène dans des conditions réelles. Cela étant, on constate une recrudescence dans les vidéos d’anecdotes sur YouTube, qui mêlent parfois vidéastes et comiques. En juillet dernier, McFly et Carlito avaient en effet invité, entre autres, Paul Mirabel et Shirley Souagnon. Preuve que ce mélange des genres fait des émules…

Crédits photos

© LeStream Replay - captures d’écran YouTube

[post_title] => Masterclass de storytelling : Genius régale ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => genius-storytelling-masterclass-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-12 14:16:25 [post_modified_gmt] => 2020-11-12 13:16:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009566 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 10211 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-07 08:43:00 [post_date_gmt] => 2020-05-07 06:43:00 [post_content] =>

Léopold est l’un des humoristes qui connaît le mieux Twitch, ce réseau social où l’e-sport fait désormais place à des émissions en direct de plus en plus variées. J’avais même participé à l’émission d’humour Point à la barre avant de devenir complètement accro à la chaîne, et son nouveau programme « Le Matinale ».

Léopold, ce compagnon de confinement super marrant

Lors du confinement, Léopold a mis les bouchées doubles et adapté sa programmation. Twitch est un peu devenu comme la radio : la matinale est aujourd’hui la nouvelle heure de pointe avant le (télé)travail ou le visionnage intensif de séries sur votre plateforme de vidéo à la demande préférée.

Si je vous en parle, c’est surtout parce que depuis fin avril, Léopold invite des humoristes (et des membres de sa communauté) à 8h45. Ils proposent une chronique sur le thème de leur choix, pourvu que le résultat final soit drôle.

La bonne nouvelle, c’est que ça l’est. Parfois, il y a même des activités ludiques comme pour la contribution d’Arezki Chougar. Oui, les deux hommes sont complices et se regroupent régulièrement sur cette chaîne Twitch. Voici la première contribution pleine d’hilarité de cet humoriste-podcasteur-dentiste :

Parmi les chroniqueurs plutôt capés, vous pouvez aussi profiter de la plume d’un Clément K. J’en profite pour vous partager ses pastilles « Interview anonyme », qui sont vraiment originales et très drôles. Elles sortent du lot de la masse de vidéos insipides qui peuples nos flux Instagram ces derniers temps…

Des jeux, des jeux et encore des jeux !

Sachez que le lundi, vous pouvez aussi retrouver des moments délirants (et y participer !) grâce au jeu Quiplash. L’idée, c’est de proposer des mots ou phrases drôles en une minute contre les autres joueurs de la communauté et des humoristes invités. J’ai pu me confronter à un trio magnifique, composé de Léopold et Arezki, mais aussi Lucie Carbone. Et vous aussi, vous pourrez vivre cette expérience les lundis après-midi !

Le programme « Le matinale » de Léopold : comment ça marche ?

Mais revenons à cette matinale qui prend de l’ampleur. Léopold a d’abord commencé par lire les journaux à sa communauté (très important, la communauté sur Twitch). C’est hyper interactif, ça permet de développer un rituel pour commencer la journée en étant détendu.

Vous retrouvez la marque de fabrique de Léopold : on ne se prend vraiment pas au sérieux ! Dans un contexte anxiogène, ce n’est pas du luxe… Le show s’améliore de jour en jour, si bien qu’aujourd’hui il est plutôt rythmé. Si vous aimez Storage Wars (tant qu’on ne connaît pas, on ne sait pas), les interludes musicaux ou tout simplement vous marrer sur tout et rien, vous êtes au bon endroit.

Personnellement, je me sens libre de venir à l’improviste, bien après le début du show à 7h22 précises, d’aller et venir. Ça m’accompagne quand j’en ai envie, et les notifications m’informent d’un live qui pourrait m’intéresser. Parfois, je commence à travailler en même temps… Mais quoi qu’il arrive, je suis là à 8h45 ! Manquer une chronique d’humoriste dans un programme tout en détente, c’est un sacrilège… Il faut croire, cher Léopold, que je te serai encore plus fidèle ces prochaines semaines !

Au passage, allez aussi jeter un œil au premier comique sur Twitch : Kenny Martineau, en direct les midis !

Crédits photo

Capture d’écran du générique de « Le matinale » © Léopold. Si cela vous intéresse, j’ai soufflé l’idée du phrasé « Léopold azimute l’info » dans le chat de Léopold. Oui, vous pouvez influer sur le show. Il a aimé le côté ringard, j’ai gagné en street-crédibilité pour sa communauté.

[post_title] => « Le Matinale » : Léopold réveille la France sur Twitch [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => le-matinale-leopold-chroniques-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-01 14:21:58 [post_modified_gmt] => 2020-09-01 12:21:58 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10211 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 7293 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-05 15:35:14 [post_date_gmt] => 2019-11-05 14:35:14 [post_content] =>

Cette semaine, Le spot du rire vit en immersion dans le stand-up à Nantes pour comprendre ce qui fait le charme des plateaux d’humour là-bas. Est-ce une consommation d’alcool excessive ou la présence d’humoristes ultra-talentueux ? Nous menons l’enquête et vous livrons nos premiers retours dès que possible… Revenez autant que vous le voulez, on a plein de choses qui vont s’ajouter !

Lundi de merde : tout pour le test !

Dimanche Marrant, Bunker Comedy Club, vous connaissez ? À Nantes, il y a un événement comme ça, auquel on ajoute les tests des Premières fois de Yacine Belhousse ou du Laugh Steady Crew. Pour saupoudrer le tout, on ajoute un ingrédient secret que Paris n’a jamais réussi à importer…

Lundi de merde, c’est quoi ? En gros, prenez un petit bar, des habitués bienveillants et une bande de comiques ultra-soudée. Chaque semaine, le public vient suivre les aventures de Kevin Robin et son frein (je suis dégoûtée de rentrer juste pour ça). Maxime Stockner fait une chauffe ultra-conviviale. Les gens l’aiment lui. Genre, pour ce qu’il est.

Il y a aussi Yohan Bertetto, Jihef (je me suis présentée comme J. F. pour me le mettre dans la poche, alors que c’est à lui de me convaincre, allez comprendre). William n’a pas joué mais son côté « humoriste de légende » le précède. Idem pour Antoine Peyron, que nous allons bientôt rencontrer…

Pendant les passages, les autres humoristes interviennent parfois. Le public interrompt aussi, mais reste courtois. Un public discipliné, qui respecte les réservations écrites sur des post-ils en forme de cœur. Oui, c’est vraiment bienveillant jusqu’au bout.

Fashion stand-up

Il y a la tenue de léopard de Maxime Stockner aussi, une humoriste qui m’intrigue déjà beaucoup trop, K-ryne Gomis… Elle arrive avant le show avec une confiance en elle qui détonne. Ça me met en alerte complet. Déstabilisée par un passage en dents de scie, elle dévoile tout d’un coup une fragilité qui me rend complètement marteau de joie de la découvrir.

Parce que oui, une prestation qui n’a pas l’air géniale recèle d’informations clés sur le talent de quelqu’un. Jihef, ça vaut pour toi aussi. Tu es très bon délire, mec. Et on a aussi assisté à la première scène de Clément, un gars qui cache bien son stress et qui a évité le bide, de loin même. Très belle première, continue mec.

Sinon, l’incroyable Antoine Sentenac vient de faire vacciner son chat et raconte ça le soir-même. C’est vraiment une soirée où on est ensemble avec les humoristes. J’ai rarement vu ça, voire jamais. Peut-être que c’est l’effet lune de miel qui parle, mais pour le moment, c’est amusant, Nantes. En plus, les consommations ne sont pas trop chères et l’ambiance des bars est bien plus conviviale qu’à Paris (difficile de faire pire).

Mardi : le football gagne la partie

Ce mardi, deux scènes devaient occuper ma soirée. D’abord, La p’tite scène à l’Atomic’s Café qui donne la part belle aux nouveaux talents. En effet, à Nantes, il y a suffisamment d’humoristes pour distinguer des niveaux.

Le lieu est incroyable, avec beaucoup de cachet. Le MC, Malo, a l’air aussi alternatif qu’un Nadim, un Bobbin ou un Humourman. Ensuite, Jihef devait organiser sa première soirée avec ses invités dans un lieu tout aussi sympa, Ô Temps des Copains.

Or hier, il y avait Benfica-Lyon. À Paris, les jours de match riment souvent avec annulation. Nantes traverse le même genre de désagrément… Par conséquent, on a pu retourner à la base plus tôt et faire comme tout le monde : suivre le match.

On remercie par ailleurs Antoine Peyron pour la balade en voiture. Il a l’air sacrément au taquet, celui-là aussi. Mais on ne l’a pas encore vu jouer, ce qui serait tarder !

On s’en moquait complètement, de ce match… Sauf qu’il y avait un live Twitch des Commentaires Connards ! Si vous avez manqué le stream (dommage !), voici le best-of… D’ailleurs, vous verrez, on y participe en quelque sorte…

Une journée pour rien ? Pas du tout ! Suivre Maxime Stockner arpenter Nantes, c’est le voir saluer des gérants de bar partout, parrainer les futurs talents du rire et prendre un rôle de leader ! Franchement, les Tocards savent faire vachement de trucs. Le mieux, c’est quand il raconte la genèse de la scène nantaise, très riche en histoire. Il nous a asséné plusieurs dizaines de noms à la suite, ça vaudrait peut-être le coup d’en faire un musée !

Mercredi au West Side Comedy Club

Le West Side Comedy Club, c’est de l’humour dans un cadre presque cinématographique. Le lieu ressemble à Pirates des Caraïbes ou un truc du genre (là, c’est le moment où Arezki Chougar aurait bien mieux expliqué !). Les humoristes jouent à fond cette carte avec des jingles de qualité pour annoncer la soirée, comme ça peut se faire au Comedy Store ou… au cinéma !

Le public est habituellement exigeant, mais ce mercredi soir, on me confie très rapidement que les rires sont plus faciles à obtenir que d’habitude. Jérémy Ippet, alias le mec importé de Paris cette semaine, est de nouveau présent et cartonne.

C’est aussi le soir où je découvre William Pilet, dont la notoriété locale se vérifie immédiatement. Antoine Sentenac le remplace au pied levé car il doit assurer la première partie de Nilson au Théâtre 100 Noms, à deux pas du West Side. Sa chauffe est réussie, malgré un vrai stress dû à cette première. Antoine Peyron apporte une assistance en tant que sniper, un Laurent Baffie des plateaux d’humour. Ses interventions sont percutantes, il semble adorer l’exercice. William Pilet reviendra en cours de soirée pour co-animer et assurer son passage.

L’instant Cyril Lignac : ingrédients d’un raté, mais recette réussie

La soirée aurait pu mal tourner : grève des transports inopinée, Tocards à Paris pour un casting, catering improvisé, ardoise du line-up qui se brise sur scène… Au passage, je n’avais jamais entendu le mot « catering » à Paris dans des plateaux, mais peut-être que je ne traîne pas dans les plus chics ? On le saura quand l’organisation du comedy club de Fary acceptera ma demande d’invitation pour la première (ça n’a pas l’air gagné #ghosting).

Ici, on ne se la raconte pas, on fait des vannes. On ne théorise pas sur ce que doit faire le voisin, on fait des vannes. L’ambiance est saine et tout le monde se charrie avec bienveillance.

De fait, au terme de la soirée, le roast est de qualité. Vous savez quelle est mon exigence à ce sujet après la semaine dernière au Laugh Steady Crew, d’ailleurs ! Petite instru qui claque, Maxime Stockner en PLS face à son sens du rythme, bafouillages intempestifs vite remplacés par une vraie envie de produire un show de qualité.

Team chemise à carreaux : un membre du stand-up à Nantes postule

En bref, une belle soirée dans un beau lieu avec des gens drôles. Que demander de plus ? Peut-être parler d’Antoine Peyron. Oui, mec, je sais que tu as peur de moi — comme tous les humoristes émergents, quoi.

Ta chemise à carreaux, qui rappelle Rémi Boyes ou Omar DBB, t’immunisait sans doute. Ton rythme lent et désabusé rappelait lui aussi quelqu’un d’éminent à la capitale, l’ambassadeur Ghislain Blique. Tu étais à l’image de la soirée : agréable à écouter, avec des blagues qui emportaient l’adhésion et d’autres qui mourraient sur le champ de bataille.

Parce que si le public était bienveillant, il savait faire la différence entre les bonnes blagues et celles qui étaient un peu plus faciles. Tout le monde a donc pu travailler en bonne intelligence, de Jihef à Peyron. Basile a réalisé l’une des plus belles prestations de la soirée (on m’en avait dit le plus grand bien) et tout le monde a été bon. Allez, on enchaîne !

Jeudi à Nantes : shooting photo, Mario Kart et Stand-up Factory au Théâtre du Sphinx

Jeudi marquait la première journée intensive de la semaine. Dès 13 heures, je débarque chez Kévin et Maxime, l’antre des Tocards. Ils engloutissent des patates en un temps record, tandis que Clément met en place le décor de la séance photo. Aujourd’hui, une grande partie de la scène nantaise se donne rendez-vous au QG du rire pour refaire l’affiche du West Side Comedy Club.

Malgré un retard inévitable d’une heure et demie d’un des talents prometteurs du rire ici, l’ambiance est au beau fixe. Maxime continue de mener la bande avec bienveillance et fermeté, alternant entre moments de LOL et direction artistique. Comme d’habitude, William Pilet, Basile ou encore Antoine Peyron sont dans la déconne permanente. Deux passages face à l’objectif sont nécessaires pour quelques uns, et Maxime entame un défilé de mode avec ses chemises improbables. William Pilet est impressionné : tout va à Maxime, alors que lui ne se sent pas l’âme d’essayer… C’est aussi ça, le stand-up à Nantes.

Combler les blancs d’emploi du temps… et du public

Ensuite, certains s’en vont, d’autres restent en s’affrontant à Mario Kart ou en commentant les podcasts de l’After Foot sur RMC. L’après-midi, c’est un moment d’attente pour l’humoriste : soit il travaille, soit il décompresse.

Car la soirée approche : le jeudi à Nantes, c’est du stand-up dans un théâtre ! Le lieu, assez ancien, a du cachet. Le catering est parfait, et la bande est de retour. La discussion n’est pourtant pas légère : ça parle argent et répartition équitable des recettes. Ici, l’échange est courtois : la bande cherche à ce que tout le monde s’y retrouve et à créer un système homogène entre les plateaux. Gérer une série de plateaux, ça ne s’improvise pas : la bande nantaise n’a décidément rien à voir avec la tocardise…

Je profite de la soirée en commençant à jauger cette nouvelle scène. Toute la semaine, j’étais impressionnée car ils montent sur scène depuis plusieurs années. Parmi eux, il y a des humoristes très jeunes, toujours étudiants pour certains. Ce décalage entre jeunesse et expérience stand-up produit un cocktail intéressant : ça travaille dur, ça a envie de voir sa progression… Comme une impatience à voir les fruits de leurs efforts. Leur ambition est là, mais elle n’écrase jamais le voisin.

L’exigence est élevée : si je passe un bon moment stand-up à Nantes, ils ont l’impression de patiner. Les réactions du public ne sont pas à la hauteur de leurs attentes, comme si quelque chose ne passait pas. Est-ce la culture stand-up ? Je ne crois pas.

Les forces en présence

D’autant plus que les talents sont très variés. Antoine Sentenac, fort de trois ans de scène à seulement 23 ans, fonctionne très bien. Il lui manque encore une chose, qu’il applique parfois mais pas en permanence : moins expliquer les vannes. Le genre de truc qui pourrait l’aider à raccourcir son set d’une minute. Pour le reste, c’est parfait : les variations de rythme, le ton, la présence sur scène. On comprend pourquoi on y croyait.

Kévin Robin est fidèle à lui-même : ce qu’il raconte est à la fois original et drôle. Un angle qui fait du bien, amené avec candeur et espièglerie. On adore. Maxime Stockner nous offre le meilleur storytelling qu’on a entendu de lui. À Paris, on l’avait entendu parler de parapente (je ne sais plus, mais le truc en l’air) et là, c’était plus authentique et intéressant.

Jérémy Ippet termine son périple nantais avec un nouveau bon passage. Son imitation de Thomas Ngijol fait mouche : bien exécutée, elle conclut son passage stand-up soigné.

Antoine Peyron confirme que son personnage nonchalant désabusé aime le trash. J’adore le voir réussir tout de même à transmettre une certaine sensibilité ou fragilité qui le rend attachant. Au moment où les artistes saluent, il fait un gag pour moi avec ses chaussures à 20 balles (il nous l’a dit 22 fois, mais je me suis éclipsée pour m’envoyer un morceau en plus de quiche).

Et que dire de la chauffe de Yohan Bertetto, dont la voix cassée rend son intervention encore plus drôle : on a mal pour lui. Il est sur le fil du rasoir, il s’accroche et malgré tout au rendez-vous après une absence mercredi. Mardi, il jouait à Saint-Nazaire, et sa voix était encore plus mal en point. Ça a tenu le coup, mais c’était difficile. Chapeau l’artiste !

Stand-up à Nantes : bilan d’étape

La soirée est la plus agréable de la semaine pour moi, car j’ai le temps de me poser et de regarder. Au lundi de merde, l’ambiance de test ne permet pas de jauger le niveau. Mardi, l’annulation a douché mes espoirs. Mercredi, le West Side Comedy Club était davantage une soirée d’ambiance où j’écoutais à la fois les ragots en coulisses et les sketches, donc le message ne passait pas si bien.

J’ai dû m’éclipser rapidement, d’épuisement face à ce rythme effréné du stand-up à Nantes. Je me demande comment ils font pour tenir la distance, car je suis de plus en plus épuisée. Pour me faire pardonner, j’offre Off the Mic aux nantais pour les remercier de leur hospitalité. Heureusement, j’ai le droit à un nouveau tour en voiture avec Jérémy Ippet. Il écoute les sets de Bill Burr et d’autres en roulant : pas de doute, c’est un humoriste ! Moi, quand je joue des pédales, j’écoute Sympa la vie, donc je comprends.

Vendredi à Nantes : public intraitable au Week-end Comédie

Le vendredi, je me réjouissais de retrouver un plateau qui ressemble beaucoup à un rendez-vous parisien. Une salle exigeante, un décor tamisé et des humoristes prêts à aller au casse-pipe.

On ne va pas se mentir, c’était un champ de bataille. Maxime Stockner venait de faire la première partie de Yohan Bertetto et annonçait la couleur : il sortait tout juste d’un bide. Pour chauffer une salle gelée, il a ramé… comme ses collègues.

Chacun s’est battu comme il pouvait face à un public multiculturel : États-Unis, Vendée, Nord-Pas-de-Calais… Certains interrompaient les comiques sans aucune gêne. Face à cet engouement absent, les humoristes vivaient un moment difficile.

Ce qui est frappant dans tout ça, c’est le lien hyper-fort entre eux. Ils se marraient lorsque la salle restait de marbre, il y avait un vrai esprit de camaraderie. Au fil de la semaine, je commençais à me dire que c’était vain de comparer Nantes et Paris, mais c’est beaucoup plus fraternel ici car il y a un seul clan d’humoristes stand-up à Nantes.

Je repars à Paris après avoir été merveilleusement accueillie ici. Et j’ai hâte que l’épisode inédit des Tocards où je les interviewe sorte… On vous livrera aussi une interview écrite de Kévin Robin et Maxime Stockner comme d’habitude !

Stand-up à Nantes : le bilan

Cette semaine était intense, voire inoubliable. J’ai hâte que ces humoristes puissent plus facilement faire la navette entre Paris et Nantes, et que les humoristes habitués des plateaux parisiens découvrent cette ambiance si spéciale.

On ne voit qu’une infime partie dans les 2 tocards font du stand-up. La réalité est plus professionnelle et mature que cela, d’autant plus que la bande est très jeune. L’héritage laissé par un Edgar-Yves ou un Alexis le Rossignol, qui ont débuté ici, est entre de bonnes mains. On leur souhaite de progresser encore, et vu leur attitude, on n’a aucun conseil à leur formuler. Longue vie au stand-up nantais !

[post_title] => Stand-up à Nantes - Journal de bord live [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-nantes-reportage [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:21 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7293 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 5 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010834 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-05-30 10:59:11 [post_date_gmt] => 2021-05-30 08:59:11 [post_content] =>

Louis Chappey fait partie des valeurs sûres de la nouvelle génération humour. Il est généralement au rendez-vous, mais comment faire pour qu’il sorte du lot ?

Louis Chappey : une masterclass d’efficacité comique, un personnage à valoriser ?

Depuis plusieurs années, je promets une place à Louis Chappey comme découverte humour. Sauf qu’avec le temps, je me rends compte qu’il y a souvent eu un paramètre qui me retient. Louis Chappey, c’est une valeur sûre, il fait globalement rire tout le temps, sur tous les terrains… Mais pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Il fait partie des stand-uppers efficaces, qui peuvent produire des vannes sur de nombreux thèmes. Il a aussi un capital sympathie très fort. Quand il délivre ses vannes avec ce sourire taquin (ceux qui l’ont vu sur scène voient de quoi je parle), ça marche.

Circulez, il n’y a rien à voir, donc ? On pourrait croire que l’originalité manque. Effectivement, on n’est pas sur un humour absurde et perché à la Adrien Montowski : c’est simple, efficace. Or toute sa force comique passe par des messages subliminaux. Quand Louis Chappey s’engage, ça se fait en douceur, on ne s’en rend même pas compte.

Je l’ai vu en première partie de Pierre Thevenoux au Point Virgule. Le pensionnaire du Laugh Steady Crew délivrait des vannes sûres, enchaînait sans difficulté, en toute décontraction. Mais l’observateur aguerri notait aussi quelques ruptures de rythme de qualité pour changer d’atmosphère et nous emmener là où il le souhaite.

La #TeamChap : une présence sur Instagram complètement dingue

Si sur scène, Louis Chappey s’affirme plus par l’efficacité que la singularité, sur le web et les réseaux sociaux, il sort réellement du lot. Chansons improbables, montages vidéo volontairement cheesy, nouvelles créations à chaque nouveau palier d’abonnés… Tout est fait pour se démarquer.

Et ça marche : l’humoriste a même lancé une cagnotte pour récupérer des dons d’un euro par personne, juste pour la blague. Sur Twitch, il a même lancé un concept où il mêle jeu vidéo de guerre et introspection. Parler de solitude, d’amour en abattant des ennemis : c’est réellement ce qui meut la jeune génération. Actuellement, il réfléchit à proposer de nouveaux formats encore plus en adéquation avec ce qu’il veut proposer artistiquement.

Dans ces propositions artistiques, on comprend finalement que Louis Chappey a la capacité de saisir son époque et provoquer des rires sur tous les supports. En réalité, on comprend qu’il est régulièrement au rendez-vous et qu’il devient facile de le prendre pour acquis, de ne pas savoir quel est le bon moment pour le promouvoir. Et donc de passer à côté de la chance d’en parler.

Cela l’empêchera-t-il de réaliser des coûts d’éclat ? Actuellement, il va dans la bonne direction. S’il continue sur ce rythme de progression, il aura toutes les cartes en main pour devenir une rock star comique. Ça tombe bien, avec plusieurs 30-30 dans les pattes, il pourra rapidement proposer un spectacle. D’autant plus qu’il lui reste bien des années devant lui pour parfaire son personnage scénique.

Crédits photo

© francetv slash / Autour de… / Capture d’écran YouTube

Bonus Track Back Story : Louis Chappey en interview sur une radio underground

[video src="https://irm.radio/episodes_diff/irmdr-S01E17_large.m4v" /]
[post_title] => Louis Chappey, influenceur en herbe ou future rock star comique ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => louis-chappey-humoriste-influenceur [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-30 11:31:14 [post_modified_gmt] => 2021-05-30 09:31:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010834 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 5 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 8d1bdad58361778f6d479364d2afe5c6 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Twitch

Louis Chappey, stand-upper dans Autour de / francetv slash

Louis Chappey, influenceur en herbe ou future rock star comique ?

Humour en live streaming : affiche de la plateforme LeMardi.TV

Humour en live streaming : pourquoi il fait débat

Le streamer Genius raconte son anecdote hilarante de la Corée : captures d’écran

Masterclass de storytelling : Genius régale !

Dans Le matinale, l’humoriste Léopold azimute l’info

« Le Matinale » : Léopold réveille la France sur Twitch

Stand-up à Nantes : Maxime Stockner sur scène au Stand-up Factory

Stand-up à Nantes - Journal de bord live