WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => bobbin
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 657
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => bobbin
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 657
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => bobbin
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 657
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => bobbin
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 657
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 657
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 657
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => bobbin
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 657
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (657) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (657) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (657)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010189
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-02-12 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-02-12 07:00:00
                    [post_content] => 

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 20 à 29

Cinq chansons plus tard, pour conserver une ambiance musicale, Fabien Guilbaud (20) mêlera pour un ultime moment humour et chanson… Prouvant que dans ce genre d’humour, les propositions divergent effectivement les unes des autres !

Une tête connue, pour enchaîner ? Appelons donc Camille Lorente (21), alias Queen Camille. Sa connaissance du tempo d’une vidéo YouTube l’aidera forcément à condenser sa proposition artistique…

Faire l’éloge de la lenteur dans une soirée où le temps file est une nécessité. Pour cela, appelons ensuite Jean-Patrick (22). Une respiration intrigante qui viendra bousculer l’attention du public… Avant de lui offrir une parenthèse de légèreté avec l’humour frais et pétillant d’Elsa Bernard (23). Son humour, pas sa personne. Nul besoin de vous préciser que nous nous concentrons sur la proposition artistique avant tout !

Le public mélomane se lamentait peut-être déjà de ne plus être stimulé… Mais même sans guitare, KINO (24) viendrait balancer l’un de ses jingles dont il a le secret pour proposer une expérience à la fois sonore et comique. Originalité garantie ! La soirée continuera ensuite avec Klotilde (25), habituée de nombreux festivals et forte d’une expérience de plus en plus fournie…

Bobbin (26), talent plus masqué parmi la horde de nouveaux comiques, plongera le public dans une expérience inoubliable, teintée d’absurde via son personnage inquiétant mais attachant. L’expérimentation continuera avec Anissa Omri (27) et le ton si singulier de ses blagues : posées, mais étonnantes de surprises et de chemins tortueux.

Le besoin de revenir sur terre et de continuer de rêver se ferait sentir. Pour cela, rien de tel qu’Antek (28), sa bonne humeur et ses lunettes rouges… Et pourquoi pas sa guitare ? Sait-on jamais… La rêverie continuerait avec le huitième degré d’une Aude Alisque (29), dont la folie n’a d’égal que la force des rires qu’elle provoque.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous lundi 15 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-3 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:11 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010189 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1009502 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-10 08:16:38 [post_date_gmt] => 2020-11-10 07:16:38 [post_content] =>

Bobbin est l’un des représentants les plus originaux de la comédie alternative. Sa folie et son sens de la surprise suscitent l’étonnement et l’hilarité. Un talent à part, difficile à repérer sur un radar, mais diablement efficace. Zoom sur une découverte humour pas banale.

Bobbin, l’humoriste inclassable ?

On vous a déjà parlé de Bobbin l’année dernière lors de son 30-30 avec Jack Line. Endroit improbable, duo improbable, soirée improbable… Les amateurs d’humour formaté n’étaient clairement pas de la partie.

Et c’est bien dommage : Bobbin, c’est ce stand-upper de l’ombre à l’originalité indéniable. Quand il arrive sur scène, on n’a aucune idée de ce qu’il va se passer. La forme est souvent la même : une série d’histoires courtes qui aboutissent à une chute plus qu’inattendue.

Sur scène, Bobbin joue au psychopathe. Il enchaîne les situations saugrenues, incarnant un personnage touchant tant il est décalé de la réalité. Un peu comme ce que vous pouvez lire sur ses publications Instagram.

Un personnage radical, une démence de façade

Si Bobbin incarne un personnage aux idées radicales, il ne tombe pas dans une démonstration de force qui le rendrait agaçant ou provocateur.

À ce sujet, justement, l’un de ses collègues le compare à Anthony Jeselnik. Cet humoriste, adepte d’une forme de stand-up qui mêle un rythme singulier, des provocations et séries de blagues inattendues, lui ressemble à certains égards…

Mais pas tous ! Bobbin ajoute un zeste de folie à la balance. Il est en outre moins irrévérencieux et bien plus lunaire. Sans tomber dans l’humour expérimental, il dépayse le public en montant crescendo dans l’absurdité. Il faut être attentif aux messages sous-jacents, très élégamment nichés derrière une démence de façade.

Sur le web, vous trouverez uniquement quelques très courts extraits de Bobbin sur scène. Sa discrétion est sans doute une manière de conserver l’effet de surprise de la découverte. Bonne nouvelle, cela dit : il joue en français et en anglais, ce qui vous donne deux fois plus de chances de le voir (quand tout reprendra…) !

[post_title] => La découverte du mois – Novembre 2020 – Bobbin [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-bobbin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-11 18:58:23 [post_modified_gmt] => 2020-11-11 17:58:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009502 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 7352 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-14 13:05:10 [post_date_gmt] => 2019-11-14 12:05:10 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Mercredi 13 novembre 2019, la comédie alternative arrivait de manière assumée en France dans un minuscule plateau du 11e arrondissement de Paris. À l’animation et la programmation, Humourman réalisait mon rêve.

Top départ pour la comédie alternative à l’Étage Comedy Club

Guilhem, alias Humourman, a eu la brillante idée de mêler la musique techno au délire. Écoutez-moi ces splendeurs de musique synthétique, que je connaissais absolument toutes, évidemment. Eh oui, on était sur un délire « alternative remix » pour présenter la différence des humoristes présents.

Il y avait des fous, des sacrément névrosés et des lunaires. Un alien a même pris le micro ! À ce stade, vous devez vous dire si je prends des produits illicites (poke Antek). Ok, je vous perds vraiment.

De quoi parle-t-on ?

La comédie alternative s’oppose par définition au courant dominant. Actuellement, le stand-up sur les parties génitales est le courant dominant. Il y a aussi un peu de métro, et de nouvelles masculinités/féminités. Les fêlures, tout ça. Et franchement, c’est très bien. Je caricature un peu, mais vous avez l’image.

Cependant, parfois, on a envie d’autre chose. C’est pour cela que Yacine Belhousse est aussi populaire auprès des humoristes, et a un public très engagé. C’est aussi pour ça que les soirées comme le Bunker Comedy Club affichent complet.

Est-ce un vrai truc ?

Paradoxalement, le public n’a pas encore intégré la culture stand-up partout. Ça confond encore stand-up et one-man, parce que globalement, les gens veulent se marrer. Il faut commencer à être vraiment spécialiste, comme pour ceux qui distinguent la techno ou EDM de l’eurodance, de la trance et de l’uplifting. En gros, chaque secteur culturel a son jargon, et personne n’y comprend rien.

Les humoristes ne se définissent pas encore comme alternatifs. La presse les qualifie volontiers d’OVNI du rire, et ça attire. La différence, ça plaît, parce que qui veut se définir comme étant dans la norme ? Pas grand monde…

[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=i1EFZaoqZ_w"][vc_column_text]

Il y avait deux équipes hier soir : d’abord les amis de la névrose, Renaud Sanviti et Aude Alisque. Ensuite, les fous ou extraterrestres, dont font partie Bobbin et Jack Line. Les simples originaux, comme Léo Filipetti ou Pierre DuDza. Et enfin, ceux qui sont dans la mouvance de Monsieur Fraize ou Jean-Philippe de Tinguy : Humourman et Nadim.

La comédie alternative, ça donne quoi ?

Voici le line-up légèrement modifié qui a joué à L’Étage Comedy Club.

Il y avait une différence : Avril a dû annuler pour rester concentré sur le Laugh Steady Crew. De fait, Jack Line l’a remplacé : un choix terriblement nécessaire tant ce gars est à part. Et si Bobbin est là, Jack Line doit aussi venir !

L’ambiance était très agréable, intimiste et bon enfant. On sent qu’on est encore aux balbutiements du genre, mais chaque humoriste tente de belles choses. Beaucoup de test et d’idées ingénieuses viennent donner de la puissance aux rires. Bobbin a sans doute été le plus percutant de tous ce soir-là. Et c’est une belle prouesse quand on invite Nadim !

Humourman/Guilhem a dû composer avec une schizophrénie scénique. Son personnage est certes fidèle à ce qu’il est, mais heureusement pour Guilhem, il quitte son costume d’Humourman dans la vraie vie. Difficile d’être efficace dans le monde réel quand on évolue avec une telle naïveté !

L’écueil de la comédie alternative

L’erreur la plus fréquente lorsqu’on se frotte à de l’absurde, c’est la tentation de faire n’importe quoi. Penser que vous pouvez opposer des idées pour provoquer un rire sûr est une erreur monumentale.

L’absurde, et plus généralement ce qui sort de l’ordinaire, cela demande une maîtrise insoupçonnée. Vous pensez que le comique fait n’importe quoi, mais il a travaillé l’ensemble. Le mieux, c’est quand l’absurde a du sens sans en avoir l’air.

C’est pour ça que ce genre n’est pas pour tout le monde. Les symptômes d’un passage où le courant alternatif ne passe pas sont :

  • les malaises qui n’aboutissent à rien ;
  • le public qui se pose trop de questions et qui décroche ;
  • un amateurisme masqué derrière une étiquette absurde.

Verdict

Fort heureusement, personne n’a créé de telle ambiance. Des flottements, il y en avait par petites touches. Le public était parfois circonspect. Les humoristes et observateurs aguerris réagissaient beaucoup mieux. Il y avait une vraie cohésion entre tous les artistes. Ça, c’était beau.

Tous les voyants sont au vert pour une belle progression de la comédie alternative. Et ça, ça fait énormément de bien ! Alors venez découvrir la comédie alternative, vous passerez une soirée extraordinaire.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Comédie alternative : un remix signé Humourman [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedie-alternative-soiree-humourman [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:20:51 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:20:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7352 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 7224 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-24 17:03:43 [post_date_gmt] => 2019-10-24 15:03:43 [post_content] =>

Dimanche dernier, un rendez-vous nous tendait les bras : le Bunker Comedy Club aux Écuries. Aux manettes de ce nouveau plateau : Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos. Des comiques qui se font rares, pour lesquels leur fanbase s’extasie sur deux syllabes : DAVA.

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos : d’où vient cette hype ?

Pour être honnête, on n’a pas compris, au début. On a bien saisi le phénomène de rareté : deux gars qui semblent désinvoltes, au talent fou, qui se font désirer. On s’est interrogé : sont-ce des humoristes de bobos ? Aucune foutue idée.

Pour paraphraser un Gaspard Proust, les médias branchés comme Les Inrocks se branlent littéralement sur le phénomène. Avec cette manière si habituelle de les annoncer comme les futurs grands de je ne sais quoi. Mon cher petit journaliste, pourrais-tu m’expliquer pourquoi au lieu de m’exclure du délire Paris-intramuros ? Tu ne m’entends pas, je suis au-delà du périph’ alors bon.

Sauf qu’on est en train de tomber dans le piège à notre tour. Des gens très, très différents citent Augustin Shackelpopoulos (ça a l’air d’être le plus attendu des deux*) comme une référence… Il leur a donné envie de faire du stand-up, parfois. Il y a des gens comme Anne Dupin, Bobbin, Humourman… La liste n’est clairement pas exhaustive.

*Après vérification, les fans apprécient les deux de la même manière. La force de Sacha serait le texte, celle d’Augustin, le clown. Si Augustin paraissait plus attendu, c’était pour son absence des plateaux depuis longtemps. Reprenons l’enquête…

Lors de leur plateau, Haroun a joué. Et il a commencé son set par une déclaration d’amour à leur humour. Un truc d’admiration qu’on attendrait d’un petit nouveau, mais pas d’un mec aussi capé que Haroun. Je le regardais pendant le passage d’Augustin : non seulement, il écoutait, mais il était mort de rire tout le long.

Leur arme fatale : la technique

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos sont là pour performer. Techniquement, c’est parfait : ils nous amènent là où ils veulent, quand ils le veulent, et nous font atterrir à un endroit que l’on n’aurait jamais imaginé. Et cela, ils y parviennent à chaque blague.

Il leur en faut, de la technique, en vrai. Parce que vu leur attrait pour les blagues qui font référence aux nazis, on pourrait vraiment tomber dans de la grosse daube. Je ne sais pas si c’est la méfiance face à une foule de fanatiques ou l’énergie de la salle qui me contaminait, mais j’étais un peu perdue. D’habitude, soit j’aime, soit je n’aime pas. Là, je tombe dans le même écueil que Les Inrocks et je me mets à regarder ça comme de l’art.

Un lieu propice au stand-up de qualité : les Écuries

Il y a près de trois ans, je me rendais aux Écuries pour la première fois. C’était le premier vrai plateau que je voyais. Je suis même dans l’émission de radio, c’est vous dire que le spot du rire était en train de naître.

À l’époque, je découvrais Rémi Boyes. Il était encore là le soir du Bunker Comedy Club, et il y rejouait quelques passages sur Batman et les souris. Ça m’a mis un coup de vieux, et ça m’a aussi rassurée. Les bonnes choses restent les mêmes. Tant qu’il y a de l’humour aux Écuries, tout va bien.

Il est de bon ton d’aller aux Écuries. En cela, le Bunker Comedy Club a de quoi devenir le nouveau Dimanche Marrant. Ça fonctionne pareil : il faut arriver bien en avance, parce que la communauté répond toujours présente et que c’est blindé. Des gens debout, il y en a au-delà de la scène.

Sur scène, ce n’est plus Guilhem, ce sont Sacha et Augustin. Ça reste un peu le même cercle, il ne manque plus que Jean-Philippe de Tinguy. Pardon, mes tocs me reprennent. Mais tout est lié, car c’est grâce à Jean-Philippe que j’ai découvert un fait d’armes de Sacha Béhar.

À la fin de la soirée, Bobbin m’a demandé pourquoi je n’interviewais pas ces deux compères. Je lui répondais que c’était un peu comme pour Yacine Belhousse. Face à tant de fans autour de moi, j’avais peur de poser des questions bêtes ou de ressentir un syndrome de l’imposteur.

Deux minutes plus tard, on s’approchait de Haroun et Augustin avec Humourman. Et j’ai enchaîné sur une discussion sur la Formule 1 surréaliste avec Augustin. Elle durait, elle durait. Je ne comprenais pas, et je compris encore moins ensuite : peut-être qu’il ironise sur le fait d’être intéressé et qu’il est dans son personnage. What the… Le mec avait l’air normal, j’ai sans doute encore loupé un truc. Ou bien suis-je la seule à conserver un brin de lucidité ? Je suis, plus que jamais, perplexe.

Mais c’est aussi une occasion en or de vulgariser un humour pour le faire comprendre au grand public. Une question subsiste : veut-on aller sur cette pente, ou ces deux compères doivent-ils continuer d’appartenir à leur communauté ? Je ne veux pas y répondre pour le moment, semble-t-il. Il va falloir attendre. Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos aiment faire languir les gens, ils le comprendront très bien.

En résumé

Je suis rentrée bien, et bien rentrée, après cette première aux Écuries. Je n’ai toujours pas compris la différence entre les plateaux DAVA et Bunker Comedy Club**, vu que ça se passe aux Écuries à chaque fois. Peu importe, il y avait du beau monde dans le public — et on n’était pas au Barbès Comedy Club. Il y avait même, selon mes interlocuteurs, Babor. Encore une référence ultra-conne pour certains, absolument inconnue pour d’autres.

**Apparemment, DAVA c’est un truc à deux, tandis que Sacha Béhar organise le plateau…

Trois ans après ce premier plateau aux Écuries où je ne connaissais et parlais à personne, la scène humoristique a bien évolué. On regrette l’absence de femmes sur la première du plateau, mais je crois que ce soir-là, tout le monde s’en cognait. Les deux stars de la soirée étaient bien Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, ou Augustin Shackelpopoulos et Sacha Béhar. Faut-il les citer dans un sens prédéfini ? Si vous êtes fans et que vous me détestez de cette interrogation, expliquez-moi, ça aidera tout le monde.

[post_title] => Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sacha-behar-augustin-shackelpopoulos [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-25 09:21:14 [post_modified_gmt] => 2019-10-25 07:21:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7224 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6557 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-08-08 17:48:14 [post_date_gmt] => 2019-08-08 15:48:14 [post_content] =>

Le 7 août 2019, le Théâtre le Point Virgule nous offrait une exceptionnelle estivale comme il en a le secret. Nadim investissait la plus petite des grandes salles parisiennes et y proposait son spectacle Premier contact pour la première fois. Alors, ça donne quoi, Nadim au Point Virgule ? Soyez patient, je vous raconte tout !

👉 Tu as manqué ce spectacle ? Séance de rattrapage le vendredi 23 août à 21h15 !

Une nouvelle halte dans le Marais avec Nadim au Point Virgule

Pour moi, c’était tout un symbole. Le signe d’une victoire des humoristes différents, singuliers, qui sortent du cadre.

Comment ne pas avoir une pensée pour les représentations passées de Jean-Philippe de Tinguy, de ses exceptionnelles en 2016 jusqu’à atteindre six représentations par semaine l’année suivante ? Non, j’y pensais nettement, naturellement. À tel point que je me doutais bien que l’ancien Dernier Jean-Philippe répondrait présent.

Retour en 2019. J’arrive avec une avance de quarante minutes, parce que je sais que le public arrive de plus en plus tôt. Avant, j’étais en pole position pour les spectacles de Jean-Philippe avec cette marge — aujourd’hui, j’intègre difficilement le top 20. Je suis donc surprise de voir le jeune humoriste Mickael Pellé arriver en même temps que moi. Il me confie ne pas être rentré chez lui après le travail, et avoir attendu pendant trois heures ce moment. Je le comprends.

La file d’attente se remplit rapidement. Mickael fustige les humoristes de sa génération : ils ont créé un groupe Facebook pour cet événement… et n’ont pas eu le réflexe de prendre leur place. Résultat, ils pleuraient intérieurement de ne pas être présents. Tous ? Non, sauf un irréductible humoriste, Bobbin, qui avait eu la présence d’esprit de faire comme son collègue.

Le gratin est là ! À moins que ce ne soient les patates ?

Bobbin arrive juste avant le spectacle et prend place à l’extrême opposé de la file d’attente. Entretemps, je discute avec Mickael et lui confie être revenue exprès de vacances pour cela. J’avais manqué la fin du 33 Comedy à la Grange, je ne voulais plus vivre de telle déconvenue.

Pendant cette discussion intense, la tête de Jean-Philippe apparaît dans mon champ de vision. Je n’avais plus vu mon idole déchue depuis les derniers Dimanche Marrant où il avait joué. J’ai failli le recroiser en janvier, si mes souvenirs sont bons : il voulait voir Salomé Partouche, et j’avais décidé de revenir à la Comédie des 3 Bornes pour voir l’évolution de son spectacle. Au final, la représentation n’a pas eu lieu.

Il est comme ça, Jean-Philippe : il soutient ses pairs. Ceux qui ont une fibre un peu folle, un peu border, un peu cassée de manière authentique. Je ne serais pas surprise de le croiser quand Ghislain Blique aura son heure. Oui, c’est une subtile manière de lui montrer la voie vers un spectacle génial, même s’il n’a pas encore vu le jour…

Pas de DeLorean, mais une autre expérience temporelle

Entre 2016 et 2019, le gouffre est abyssal. Le paysage humoristique est bien plus vaste et fourni qu’auparavant. Côtoyer ces deux générations dans le même espace-temps me semble irréel. J’ai l’impression de ne plus me souvenir de l’heure de Jean-Philippe, comme si elle n’avait pas existé. Dans le même temps, prendre place au premier rang, à l’extrême-gauche de la salle ; j’ai l’impression que cela se jouait hier.

Cette place est stratégique, même si elle ne vend pas du rêve. Vous avez un petit escalier en face de vos jambes. Or, si vous vous placez en biais, personne n’a autant de place pour étendre ses membres inférieurs que vous. Face à vous, la scène remplace les bancs que subissent les rangs derrière vous. Vous pouvez même vous accouder sans gêner la vue de ceux derrière vous. Cela se révèle indispensable pour éviter le torticolis dû à la proximité.

Cette place, que j’ai tant prise grâce à mes pole positions, personne n’en veut pour le spectacle de Nadim. Résultat, qui se la coltine ? Bobbin ? Non, il était vraiment loin dans la file. Jean-Philippe ? Bingo. Le jeu des chaises musicales me fait sourire, tandis que j’espionne discrètement quelques réactions. Instinctivement, je cherche à savoir quel spectacle est le meilleur entre les deux, et si l’homme du passé pense comme moi.

Arrête de comparer les maîtres du rire, apprécie Nadim au Point Virgule !

À cet instant-là, je commets une erreur. Au début, les univers de Jean-Philippe et de Nadim se voulaient frontaliers. Or, on relève aujourd’hui un gouffre entre les deux. Nadim a même fait scission avec lui-même, grâce à une fusion habile avec un coauteur structurant.

La structure, la construction d’un récit : c’était ce qui manquait à la prestation de Nadim jusqu’ici. Très bon improvisateur, il se sortait des situations délicates avec beaucoup d’aisance. Tel un triathlète du rire, l’humoriste arrivait à pondre des histoires de colonel lors de sa première au Théâtre la Cible. Bluffant, mais la récréation joviale ne peut plus vraiment exister au Point Virgule.

On monte la difficulté d’un cran, et le spectacle se transforme au moins de moitié. Au début, généralement, l’artiste cherche des lieux communs pour rassurer son auditoire. Nadim ne joue pas dans cette cour. Son terrain de jeu, c’est la prise de risque. N’essayez pas cela chez vous, c’est dangereux : 90 % des humoristes en herbe s’y casseraient les dents.

Mais pas Nadim. Le triathlète se transforme en gourou du rire sympathique et nous tient en haleine. Il ne nous épargne rien : deux entractes en une dizaine de minutes, une fin de spectacle proclamée au bout de 20 petites minutes. Pour avoir vu Perceval de Grâce à la Petite Loge, je peux vous dire que ça arrive. Je serre des dents. Je jette des coups d’œil furtifs à Mickael, Jean-Philippe et les inconnus de la salle. Désolé Bobbin, à ce stade, j’ignore toujours ta localisation précise… Guette la moindre réaction de lassitude. Parfois, elle apparaît quelques secondes sur un visage isolé. Nadim rassemble donc l’essentiel de son audience, en perd un ou deux l’espace d’un instant, puis récupère tout le monde en continuant de nous infliger ses prises de risque. Sur une heure entière.

Verdict

Avec Nadim au Point Virgule, la magie opère donc. Les transitions sont généralement soignées, tandis qu’un coup de téléphone-running gag nous offre un repère pendant l’heure entière. À son terme, je suis épuisée, j’ai pleuré de rire à plusieurs reprises et j’applaudis avec ardeur. Que venons-nous tous de voir ? Un spectacle unique, sans aucun doute. Une leçon d’humour : vous pouvez tout faire si vous assumez vos choix artistiques. Un moment de bonheur humoristique, assurément. Connaissant Nadim, je peux vous assurer que ce n’est pas le dernier…

Crédits photo

© Christine Coquilleau / Portfolio Underground Comedy

[post_title] => Nadim au Point Virgule : premier contact et voyage temporel [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nadim-au-point-virgule-contact [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:13:44 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:13:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6557 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6401 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-07-12 12:43:16 [post_date_gmt] => 2019-07-12 10:43:16 [post_content] =>

Dans Coulage de béton sur fleur éclose, Bobbin et Jack Line révèlent tour-à-tour leurs 30 premières minutes de blagues. Le Théâtre de l’Orme, un théâtre atypique du 19e arrondissement de Paris, accueille ce bijou d’alternative comedy[1].

Coulage de béton sur fleur éclose : comment découvre-t-on Bobbin et Jack Line ?

Objectivement, rien de rationnel ne peut vous motiver à choisir ce spectacle. Ces deux gars-là, personne ne les connaît. Vous voyez la destination la plus touristique du monde ? Eux, il faut aller les chercher dans les milieux naturels de l’Oural, après un périple éreintant de plusieurs semaines ou mois.

Une fois arrivé dans le plateau d’humour underground qui va bien, vous finissez par les découvrir. J’ai d’abord entendu parler de Jack Line (prononcez Jacqueline, comme votre tante) par Mickaël Pellé. Il m’en parlait avec tant de passion : il fallait que je le découvre.

Ensuite, j’ai croisé Bobbin sur plusieurs scènes. Celle dont je me souviens le mieux, c’est la dernière d’un plateau de Bastien Morisson et Nash. Le pot de départ du Comédie Time à l’Abracadabar. Désolée pour ce name-dropping.

C’est quoi, leur style ?

Droit comme un I, Bobbin enchaîne les mots et les phrases. Il est aussi attachant que flippant (comme moi, voire nous tous ?) et il ose aller dans le vrai.

Il nous annonce un programme politique de dictateur, entre quelques blagues sur le harcèlement. Le thème importe peu : Bobbin étonne grâce à ses grands écarts scéniques. D’une manière assez étonnante, il devient extrêmement fort et les éclats de rire fusent.

Quant à Jack Line, son humour est un peu plus dur à cerner. On m’avait prévenu : ça allait être absurde. En fait, il assume tous ses choix scéniques. Qu’il s’agisse de lire son sketch sur un rouleau de papier toilette, ou d’attendre qu’il débute une bonne dizaine de minutes, Jack Line tient son auditoire.

J’ai adoré la partie où il propose de lire l’autobiographie de Mike Tyson. Même si la performance est inégale (c’est du rodage, ça va se construire, tout va bien), on a affaire à un talent brut. Et même deux, car Bobbin et Jack Line se complètent parfaitement !

Car oui, on dit Bobbin — prononcez bobine. Si vous n’êtes pas content, vous auriez dû le mentionner là où il a choisi son nom de scène (attention exclu web) !

Une expérience scénique insolite

Vous pouvez découvrir ces deux humoristes dans un lieu insolite : le Théâtre de l’Orme. Un lieu accessible dans une cour d’immeuble, où vous entendez les voisins dans les moments de silence.

Le lieu est aussi étrange que cosy, on dirait une salle de cinéma privée dans un hangar. Mais heureusement, comme aux plateaux Comédie Paradiso et Why Not Comedy, il y a un tapis. L’honneur est sauf, les saltimbanques sont les bienvenus ici.

Notre verdict

Le spot du rire vous recommande cette soirée si vous aimez voir quelque chose de différent, et vous assurer que vous allez rire !

Prochaine date : vendredi 19 juillet, 21h00 — et ça commence à l'heure !

[1] L’alternative comedy renvoie à un courant de la comédie qui se veut plus rassembleur que la comédie classique dans le sens des anglo-saxons. En effet, l’expression vient des années 1980, où cette forme alternative d’humour venait s’opposer à un humour dominant, jugé raciste et sexiste. Dans cet article, j’utilise l’expression avec un autre sens : je parle bien d’un humour décalé et différent de ce que vous avez l’habitude de voir.

[post_title] => Coulage de béton sur fleur éclose : le summum de l’alt-comedy [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coulage-beton-fleur-eclose-bobbin-jack-line [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 12:58:39 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 11:58:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6401 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 6 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010189 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-12 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-12 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 20 à 29

Cinq chansons plus tard, pour conserver une ambiance musicale, Fabien Guilbaud (20) mêlera pour un ultime moment humour et chanson… Prouvant que dans ce genre d’humour, les propositions divergent effectivement les unes des autres !

Une tête connue, pour enchaîner ? Appelons donc Camille Lorente (21), alias Queen Camille. Sa connaissance du tempo d’une vidéo YouTube l’aidera forcément à condenser sa proposition artistique…

Faire l’éloge de la lenteur dans une soirée où le temps file est une nécessité. Pour cela, appelons ensuite Jean-Patrick (22). Une respiration intrigante qui viendra bousculer l’attention du public… Avant de lui offrir une parenthèse de légèreté avec l’humour frais et pétillant d’Elsa Bernard (23). Son humour, pas sa personne. Nul besoin de vous préciser que nous nous concentrons sur la proposition artistique avant tout !

Le public mélomane se lamentait peut-être déjà de ne plus être stimulé… Mais même sans guitare, KINO (24) viendrait balancer l’un de ses jingles dont il a le secret pour proposer une expérience à la fois sonore et comique. Originalité garantie ! La soirée continuera ensuite avec Klotilde (25), habituée de nombreux festivals et forte d’une expérience de plus en plus fournie…

Bobbin (26), talent plus masqué parmi la horde de nouveaux comiques, plongera le public dans une expérience inoubliable, teintée d’absurde via son personnage inquiétant mais attachant. L’expérimentation continuera avec Anissa Omri (27) et le ton si singulier de ses blagues : posées, mais étonnantes de surprises et de chemins tortueux.

Le besoin de revenir sur terre et de continuer de rêver se ferait sentir. Pour cela, rien de tel qu’Antek (28), sa bonne humeur et ses lunettes rouges… Et pourquoi pas sa guitare ? Sait-on jamais… La rêverie continuerait avec le huitième degré d’une Aude Alisque (29), dont la folie n’a d’égal que la force des rires qu’elle provoque.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous lundi 15 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-3 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:11 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010189 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 6 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 9b85b21a59e920985552a5d171a6971d [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Bobbin

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 3/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6

Bobbin, découverte humour et stand-up du spot du rire

La découverte du mois – Novembre 2020 – Bobbin

Comédie alternative en France : programmation du premier plateau d’Humourman

Comédie alternative : un remix signé Humourman

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos : affiche du premier Bunker Comedy Club

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos

Nadim au Point Virgule : un premier contact réussi

Nadim au Point Virgule : premier contact et voyage temporel

Julien Bobbin et Jack Line en spectacle à Paris

Coulage de béton sur fleur éclose : le summum de l’alt-comedy