WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => klotilde
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 579
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => klotilde
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 579
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => klotilde
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 579
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => klotilde
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 579
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 579
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 579
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => klotilde
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 579
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (579) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (579) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (579)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010189
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-02-12 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-02-12 07:00:00
                    [post_content] => 

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 20 à 29

Cinq chansons plus tard, pour conserver une ambiance musicale, Fabien Guilbaud (20) mêlera pour un ultime moment humour et chanson… Prouvant que dans ce genre d’humour, les propositions divergent effectivement les unes des autres !

Une tête connue, pour enchaîner ? Appelons donc Camille Lorente (21), alias Queen Camille. Sa connaissance du tempo d’une vidéo YouTube l’aidera forcément à condenser sa proposition artistique…

Faire l’éloge de la lenteur dans une soirée où le temps file est une nécessité. Pour cela, appelons ensuite Jean-Patrick (22). Une respiration intrigante qui viendra bousculer l’attention du public… Avant de lui offrir une parenthèse de légèreté avec l’humour frais et pétillant d’Elsa Bernard (23). Son humour, pas sa personne. Nul besoin de vous préciser que nous nous concentrons sur la proposition artistique avant tout !

Le public mélomane se lamentait peut-être déjà de ne plus être stimulé… Mais même sans guitare, KINO (24) viendrait balancer l’un de ses jingles dont il a le secret pour proposer une expérience à la fois sonore et comique. Originalité garantie ! La soirée continuera ensuite avec Klotilde (25), habituée de nombreux festivals et forte d’une expérience de plus en plus fournie…

Bobbin (26), talent plus masqué parmi la horde de nouveaux comiques, plongera le public dans une expérience inoubliable, teintée d’absurde via son personnage inquiétant mais attachant. L’expérimentation continuera avec Anissa Omri (27) et le ton si singulier de ses blagues : posées, mais étonnantes de surprises et de chemins tortueux.

Le besoin de revenir sur terre et de continuer de rêver se ferait sentir. Pour cela, rien de tel qu’Antek (28), sa bonne humeur et ses lunettes rouges… Et pourquoi pas sa guitare ? Sait-on jamais… La rêverie continuerait avec le huitième degré d’une Aude Alisque (29), dont la folie n’a d’égal que la force des rires qu’elle provoque.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous lundi 15 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-3 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:11 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010189 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1007950 [post_author] => 10 [post_date] => 2020-05-29 13:30:29 [post_date_gmt] => 2020-05-29 11:30:29 [post_content] =>

Les humoristes pourront bientôt revenir dans les théâtres et les comedy clubs après plus de deux mois sans scène. Antoine Richard a demandé aux humoristes Farah, Nordine Ganso, Klotilde et Levin Vaz de revenir sur cette période de télétravail humoristique. Vous allez le voir, chacun a su s’adapter à sa façon !

Nordine Ganso s’improvise scénariste en télétravail

Dans ce nouvel épisode, Yanis est prêt à tout pour se nourrir dans la villa et protéger ses friandises des autres habitants. Il est au cœur de tous les conflits.

Ce speech digne d’une télé-réalité, nous le devons à l’humoriste bordelais Nordine Ganso. Durant les 15 premiers jours du confinement, il propose à sa communauté une mini-série inédite« Quand tu fais du stand-up, ton seul moyen d’exister en dehors de la scène, c’est sur les réseaux sociaux. Au début, j’ai lancé une mini-série sur Instagram, car j’avais l’impression de vivre dans une télé-réalité. »

Un concept qui a ses failles. « J’ai vite réalisé que c’était difficile, car il se passait toujours les mêmes choses ». Nordine Ganso continue pourtant son télétravail humoristique. Il partage ainsi ses vannes et d’autres péripéties sur les réseaux sociaux.

Levin Vaz et Klotilde changent de rythme

C’est aussi le cas de Levin Vaz, un humoriste de 19 ans que j’ai eu l’occasion de croiser à Grenoble. Lors de son télétravail humoristique, il propose 5 sketches face caméra par semaine, contre une vidéo en temps normal.

« Même si c’est pesant en matière de boulot, faire ces vidéos me plaît. Elles marchent plus ou moins bien. Ce qui me gêne le plus, c’est qu’une fois que tu as posté, il n’y a pas de suite. »

Même constat pour Klotilde, humoriste parisienne confinée en Bourgogne. « Quand tu es sur scène, tu peux prendre ce qui est dans la salle, rebondir. En vidéo, le résultat est le même pour tout le monde, mais le côté positif c’est de pouvoir continuer de produire. »

Farah s’accorde une « parenthèse de calme obligatoire »

Contrairement aux trois humoristes précédents, la Bruxelloise Farah a fait le choix de ne pas se mettre en scène face caméra ou diffuser de sketch en ligne. « Je me suis refusée à le faire car je n’ai pas à me plaindre de ma situation. Je suis assez privilégiée de pouvoir rester chez moi », confie-t-elle.

Cependant, vous avez pu voir Farah participer au Téva Comedy Show, donner des chroniques ou répondre à des interviews en direct sur les réseaux sociaux. En effet, cette pratique est devenue virale chez les artistes en manque de scène.

Charlie Hebdo, Society et Spinoza 

Pour Farah, cette période de télétravail humoristique a constitué une « parenthèse de calme obligatoire. Depuis mes débuts en stand-up, je n’ai jamais eu deux mois entiers pour me poser. J’ai pu en profiter pour dormir comme je suis une grande dormeuse et pour me remettre à la lecture avec Charlie HebdoSociety et de la philosophie. Chaque jour, je lis un chapitre d’un livre sur cette discipline. Hier, c’était sur Spinoza. »

Si Farah lit autant, c’est parce qu’elle y trouve l’inspiration et la documentation nécessaires pour écrire ses vannes. Dans son spectacle, elle aborde les problèmes qui composent notre société comme la xénophobie ou le populisme.

« Je n’écris pas sur la Covid-19, mais il a mis en exergue certains sujets sur lesquels j’ai déjà fait des recherches comme le système de santé. La crise ne vient pas juste d’un pangolin et d’une chauve-souris, mais des gouvernements qui ont détricoté le système de santé au fil des années. »

Télétravail : un test de créativité humoristique pour tous les comiques

Ne pas écrire sur la Covid-19 alors que la pandémie domine l’actualité, ce n’est pas toujours évident. Or cela s’avère parfois inévitable pour proposer du neuf.

« Dans les sketches que j’ai écrits durant cette période, j’ai vraiment voulu m’éloigner de ce contexte actuel car ça vite se périmer. C’est intéressant pour des vidéos aujourd’hui, mais pas pour la scène dans quelques mois », affirme l’humoriste grenoblois Levin Vaz.

La créativité des humoristes a été tantôt mise à rude épreuve, tantôt stimulée. Ainsi, Klotilde a modifié son approche au fil des semaines. « Au début, j’étais partie dans l’idée d’écrire un deuxième spectacle. Avoir du temps m’a fait me dire : “Wow, c’est un signe !”. Mais finalement, ne pas avoir de perspective m’a bloquée. »

En plus de devoir lutter contre le syndrome de la page blanche, les humoristes évoluent sans pouvoir évaluer la qualité de leur travail. « Il n’y a pas de scène pour tester les vannes, les corriger. Comme tu ne testes pas, tu risques de partir dans un délire personnel. »

Fin du télétravail rime avec retrouver sa dose de scène, la “joke coke”

Pour ces humoristes, quel a été le bilan de ces derniers mois ? Pas de comedy clubs, des vannes sur la Covid-19 qui finissent sur les réseaux sociaux et surtout, l’envie de retrouver la scène.

« J’ai hâte de retrouver la scène, c’est comme une drogue. Quand on me la retire, on m’enlève une partie de moi », déplore Nordine Ganso. Entre la réouverture des lieux de spectacle et son dernier plateau au Rire et houblon (où notre confrère Louis Bolla joue un petit rôle), il s’est passé plus de deux mois. Nordine devait d’ailleurs jouer à domicile au Théâtre Trianon.

Souvenir de dernière scène

Tous se souviennent de leur dernière scène, notamment Farah et Klotilde, dont la dernière dose de scène remonte aux instants ultimes avant les fermetures.

« Le 14 mars, je jouais mon spectacle Élevée en plein air à Marseille. Cinq minutes avant de monter sur scène, la régisseuse vient me voir et me dit : “on va fermer après toi”. Je pense que ça m’a permis de jouer de façon plus intimiste. On évoluait comme dans une bulle, alors que dehors il y avait déjà des changements », raconte Klotilde.

Cette ambiance particulière contraste avec la soirée de Farah à La Rochelle. « La situation était particulière. En Belgique, tout était fini dès le 12 mars, mais en France il y a eu un moment de flottement pour les salles de moins de 100 personnes. On a pu jouer, mais la salle était presque vide et le public présent était assez stressé. »

Les conditions d’accueil du public restent encore floues pour la reprise, prévue le 2 ou le 22 juin en fonction des départements français. Néanmoins, tout un travail de communication va reprendre autour des dates reportées. Une chose est sûre : tous auront hâte de revenir sur scène… sauf s’ils souffrent du syndrome de la cabane, comme Farah : « Je suis un peu déjà nostalgique du confinement ! », s’amuse-t-elle.

Crédits photo

Farah : © Laïd Liazid

Klotilde : © KB Studios Paris / Stéphane Kerrad

[post_title] => Télétravail humoristique : confessions de 4 comiques [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => teletravail-humoristes-confinement [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-29 13:45:17 [post_modified_gmt] => 2020-05-29 11:45:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1007950 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 6408 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-07-12 15:20:52 [post_date_gmt] => 2019-07-12 13:20:52 [post_content] =>

En juillet, le festival d’Avignon 2019 accueille plus de 1 500 spectacles dans le OFF. Face à cette immensité, il y a forcément une prise de risque. Pour l’édition en cours, voici une sélection en fonction de vos objectifs !

Festival d’Avignon 2019 OFF : qui allez-vous découvrir ?

L’humour, c’est subjectif. La meilleure façon de passer un bon moment, c’est de savoir ce que vous voulez. Ensuite, demandez-vous jusqu’où vous pouvez sortir de votre zone de confort.

Là, vous êtes prêt ! Faites votre choix parmi les horaires et les lieux présentés. Parfois, il peut arriver que l’horaire change ou qu’il y ait une relâche. Vérifiez sur le lien que nous vous fournissons pour chaque spectacle (et guettez le mot-clé « Climatisation » !).

Je veux voir l’avenir de la comédie au festival d’Avignon 2019

Alexis le Rossignol - Théâtre le Paris - 5-14 juillet, 19h30

Alexis le Rossignol est un humoriste assez atypique. Une fois rentré dans son univers, vous ne pourrez plus vous en passer ! Prix SACD du Festival d’Humour de Paris 2017, il officie également sur France Inter.

Alors, Alexis, c’est quoi ? Un certain sens du malaise, des anecdotes bien senties et une personne aussi attachante que fascinante. Foncez : la dernière, c’est le 14 juillet !

Marion Mezadorian - Théâtre le Paris - 5-27 juillet, 13h30

Marion Mezadorian joue son spectacle Pépites depuis plusieurs années. Aujourd’hui, son talent émerge sur scène et bientôt au cinéma. Si vous nous lisez souvent, vous savez que nous la sur-validons depuis longtemps ! Son spectacle est poétique, fidèle à sa personnalité ultra-attachante et à sa bienveillance permanente. Le meilleur remède à la morosité, c’est Marion Mezadorian ! Prenez votre place et vivez cette expérience feel good !

Morgane Cadignan - Le Clash Théâtre - 5-28 juillet, 18h

Morgane Cadignan, c’est assez émouvant de la voir au festival cette année. À son arrivée, on a vu venir son talent tout de suite. Depuis ce passage en découverte humour, elle a émerveillé la superbe salle de la Petite loge. Son écriture, également primée au Festival d’Humour de Paris, va égayer votre journée !

Réda Seddiki - Théâtre Barretta - 5-28 juillet, 17h30

Également parmi nos découvertes humour, Réda Seddiki a lui aussi un univers assez poétique. Rêveur intello, il évite certains écueils de la bien-pensance. Dans l’air flotte un peu de légèreté quand Réda Seddiki nous parle de liberté. Ça philosophe calmement, et c’est drôlement agréable ! Tentez l’expérience.

Roman Doduik - Théâtre Carnot - 5-28 juillet, 15h

Roman Doduik joue son nouveau spectacle, ADOrable, depuis quelques temps à Lyon. Cet angle n’est pas surprenant : ses débuts remontent à bien avant le début de votre vie professionnelle. Oui, genre avant le baccalauréat. Vous imaginez ? Si ça vous intrigue, c’est le moment de le découvrir !

J’y vais mais j’ai peur : je l’ai croisé une fois, je veux savoir si c’est bien

Jo Brami - Théâtre le Palace - 5-28 juillet, 18h10

Jo Brami, je l’ai vu en remplaçant de la superbe pièce Ben-Hur. Étonnant, puisque son truc, c’est plus la scène humoristique pure ! Son spectacle a un peu de bouteille, en plus, alors vous pouvez y aller en toute confiance !

Kenny - Théâtre l’autre Carnot - 5-28 juillet, 15h

Kenny, c’est un mec recommandé par Léopold. Vous savez, monsieur Twitch. C’est sur cette base que je vous le recommande. L’ami d’un bon ami, n’est-ce pas là la meilleure recommandation possible ?

Klotilde - Théâtre Carnot - 5-28 juillet, 19h30

Dans Élevée en plein air, Klotilde livre un univers assez singulier. Entre passion des châteaux et performance assumée, elle fait son chemin dans le milieu de l’humour. On a vu son spectacle à la Comédie des 3 Bornes quelques mois avant Avignon. Il était alors en chantier, pour offrir la meilleure expérience possible aux spectateurs sudistes. C’est le moment d’en profiter et de voir le résultat de ce dur labeur !

J’ai envie d’un spectacle survitaminé

Nous vous proposons deux spectacles ultra énergiques, et deux autres plus axés sur l’humour noir ou l’absence du politiquement correct.

Vous aimez les interactions ? Kevin et Tom vont vous ravir. Timothé Poissonet ose tout, et amène même beaucoup d’autodérision depuis quelques mois. L’an dernier, jamais je ne vous l’aurais recommandé. Mais le travail paie — c’est le moment de vous lancer.

Côté humour sans limite, vous avez le choix entre Pierre-Emmanuel alias PE ou Lamine Lezghad. On les a vus en plateau, et on les valide sur leur prestation au format court. À vous d’oser prendre un peu plus de temps pour vous plonger dans leur univers !

Je veux un dépaysement

Le Festival d’Avignon, ce n’est pas le lieu rêvé pour le stand-up. Alors quand vous pouvez découvrir plusieurs visages sur un format de plateau d’humour, il faut le faire ! Ça s’appelle Best OFF, et on vous recommande de regarder qui joue avant de vous y aventurer. En effet, les programmations sont très diversifiées et variées chaque jour.

L’affiche de Photographe en liberté attire l’attention dans la catégorie humour. C’est à la fois de l’humour et une exposition qui incite au voyage.

Vous l’avez adorée comme nous à Paris ? Sophie Imbeaux joue sa pièce Le monde merveilleux du colibri avec la magnifique mise en scène de Patrice Soufflard. Pour vous donner une idée, il travaille aussi avec les célèbres Décaféinés ! C’est assez poétique, très étonnant… Pour vous donner une idée, voici notre critique du spectacle !

Félix Radu joue son spectacle Les mots s’improsent depuis un certain temps. Passé par un nombre incalculable de salles à Paris, ce passionné du bon mot se cherche un peu, mais émerveille généralement son auditoire. Normal pour un jeune et doux rêveur, cela dit !

Olivier Stephan, c’est un choix éditorial orienté. Il a toujours soutenu Le spot du rire avec beaucoup de bienveillance. Objectivement, on n’a aucune idée de ce que ça donne, mais ça attise suffisamment notre curiosité pour vous emmener dans sa salle !

Je veux une valeur sûre, adoubée par la presse ou le public

Max Bird, ou le Jamy de l’humour, sera en Avignon pour parler d’oiseaux, et surtout vous faire rire ! Notre chroniqueur sudiste Fabien avait vu son spectacle, et vous pouvez lire sa critique avant de vous laisser convaincre !

Cécile Djunga, on a envie de la voir. Le pitch de son spectacle est moderne. Très bien vendue par la presse et sa team, elle n’a plus qu’à rayonner sur scène ! Allez vérifier les dires des pros dans sa salle ! ;)

Laura Calu fait partie de nos découvertes humour les plus célèbres. Très populaire sur les réseaux sociaux, elle a un charisme assez bluffant sur scène. Si vous aimez ce genre de personnalité déterminée et passionnée, allez la voir cet été au festival d’Avignon 2019 !

Jérémy Charbonnel, on l’avait interviewé et vu en spectacle. Notre impression, à chaque fois : excellente. Ce troll gentil, et jamais clivant, a un vrai sens de l’humour validé. C’est un professionnel de la scène avec lequel vous passerez un excellent moment !

Karim Duval, vous l’avez sans doute vu passer au Jamel Comedy Club. Cet ami éloigné de l’humour, on a envie de vous le conseiller, car c’est toujours sympa de renouer avec de vieilles connaissances. Vous vous direz : « C’est vrai qu’il était drôle ! ». Ne manquez pas ça au festival d’Avignon 2019 !

Je veux un humoriste clivant au festival d’Avignon 2019

Julien Santini, soit on aime, soit on déteste. Honnêtement, on n’est jamais rentré dans son délire. Mais si vous en parlez aux autres, vous comprendrez juste que son talent ne plaît juste pas à tout le monde. Il apparaît dans la chaîne des 2 tocards et dans de nombreuses publications de Nicolas Fabié. Ces mecs-là ne traîneraient pas avec lui s’il n’était pas drôle. Nous en sommes donc arrivés à la conclusion suivante : si vous regardez une vidéo de cet humoriste, et que vous trouvez ça drôle, vous devez le découvrir. C’est aussi simple que ça !

Vous avez tous entendu parler de la blague de Tex. Comme toutes les personnalités de ce type, il existe un public qui a envie de rire et de ne pas se prendre la tête. Si c’est votre cas, alors profitez-en !

[post_title] => Festival d’Avignon 2019 - Notre sélection de spectacles OFF [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-avignon-2019-selection-off [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-07-12 15:51:02 [post_modified_gmt] => 2019-07-12 13:51:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6408 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 5561 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-18 21:45:53 [post_date_gmt] => 2019-01-18 20:45:53 [post_content] =>

Les Best de l’Humour organisent des présélections pour la finale du 29 janvier dans de nombreux lieux. À Paris, j’ai assisté aux 2 soirées pour départager 38 humoristes en 2 finalistes. Retour sur cette expérience qui m’a beaucoup appris.

Lire aussi - Jury humour : Dr Jekyll, Mr Hyde ou Frankenstein à l'affiche ?

Sélection Paris Best de l'Humour, acte I : Clément K et le reste du monde

Au début, je savais que Clément K tentait sa chance. Pour moi, connaissant le fonctionnement du concours, il allait gagner cette première soirée et ma présence ne serait pas utile. En voyant les sélectionnés, j’ai pensé que Marc Tourneboeuf avait aussi ses chances. Son expérience (entre cours Florent, théâtre, cinéma...) le plaçait dans la catégorie des pros.

Ensuite, j’ai appris qu’il se lance dans le seul-en-scène. C’est sûrement pour ça qu’il jouait la carte du mec à découvrir. Avant de le voir sur scène, j’espérais qu’il en avait plus à offrir qu’un joli minois et un positionnement marketing sur la poésie. Been there, bro.

Enfin, j'estimais que Klotilde allait se distinguer. Deuxième selon mon classement, elle termine finalement troisième derrière Marc. Le reste, mis à part Maxime qui semblait un peu original, on aurait pu s’en passer. Je dis cela comme un professeur avait dit à Roman Frayssinet :

Tu m'as fait perdre mon temps.

Evidemment, aujourd'hui, Roman est une rock-star de l'humour. Je souhaite que les personnes qui participaient aux sélections s'en souviennent et ne prennent pas pour vérité générale ce que j'avance. Je peux me tromper, je livre simplement mon opinion. J'aspire à ce qu'ils me prouvent le contraire et me fassent fermer mon clapet. Continuons.

Bien sûr, il y avait Thomas Angelvy. Mais c’est le genre de talents qui apparaît dans de nombreux tremplins sans qu’on ait envie de l’aider. Il est très bon niveau jeu et interactions… mais ses sujets sont vus et revus. Les rapports homme-femme avec supplément clichés, sérieusement ? Au moins, il a eu la jugeote d’enlever la partie sur le Philippin.

Sans surprise, Clément K a remporté cette manche haut-la-main devant quelques adversaires et figurants. Je les juge surtout sur l'originalité, certains n'apportaient rien de nouveau ou n'avaient pas le niveau. Le lendemain, j’étais à l’anniversaire d’Alexandra Pizzagali et Mo Hadji, qui gère les Best de l'Humour, m’a invité à proposer des gens pour la soirée suivante. Il m’expliquait alors que le Théâtre du Marais n’avait que ce show-là le lundi suivant. Il pourrait donc prendre son temps et proposer de nombreux artistes.

Sélection Paris Best de l'Humour, acte II : infiltrer Pierre Thevenoux comme un ninja

Au départ, je n’ai pas trop réfléchi à qui je pouvais suggérer. J’avais dit que je ferais un retour le samedi, mais j’étais trop occupée à migrer les adresses des plateaux sur Mapstr. Le dimanche matin, je me réveillais enfin : j’avais deux idées. J’hésitais entre Pierre Thevenoux et Morgane Cadignan. J’ai opté pour le premier choix, parce que je pense qu’il peut plaire au-delà de Paris. Le spectacle de Morgane est trop axé sur la génération Y parisienne.

Je lui ai donc proposé en lui vendant l’expérience au mieux. Voici un extrait :

Je pense que tu me permettrais de passer une meilleure soirée en tant que jury et que ça te permettrait de gratter des dates pépouze en province.

J’ai le sens de la formule, que voulez-vous.

Pierre accepte, je soumets donc l’idée à Mo. Et là, patatras ! Mo estime que cela serait injuste pour les personnes qui ont passé le processus de sélection. Je lui explique que je ne savais pas qui l’avait fait. En somme, j’avais vraiment envie de relever le niveau du concours. Mo a beau faire beaucoup de communication, les candidatures sont souvent bien en-deçà du niveau minimum requis à mes yeux.

Le circuit du Paname contre le reste du monde ?

Déjà, vis-à-vis de la scène stand-up actuelle, la proportion de participants est très faible. Vous ne verrez jamais des Fadily Camara, Paul Dechavanne ou même Louis Dubourg dans ce type de concours. Et Mo semble même s’en désoler. Quand je lui explique que Pierre n’a peut-être pas eu connaissance de l’événement, il me rétorque qu’il fait partie de ceux qui ne jurent que par le Paname Art Café.

Pierre, je t’ai défendu. Je lui ai répondu que tu étais prêt à faire des scènes pétées en banlieue. Bon, dans l’exemple que j’avais en tête, je parlais d’une soirée à Saint-Maur des Fossés où tu étais programmé. En réalité, c’est Ghislain Blique qui t’a remplacé, car tu étais malade ce soir-là. Pour de vrai, tu n’as pas fait semblant.

Tout ça pour dire que Pierre est un stakhanoviste des plateaux et qu’il aurait pu jouer les premiers rôles dans une sorte de hold-up. Là encore, je ne savais pas qui était présent au deuxième round.

Sélection Paris Best de l'Humour, acte III : 26 comiques, 4 heures de show, les nerfs à vif

Contrairement au premier soir, j’ai décidé de me rendre au théâtre un peu plus tôt. Mo est déjà là, avec deux humoristes que je n’ai jamais rencontré et Thibaud Agoston. Je me dis qu’il est suisse et ne comprends pas trop ce qu’il fait là. Il ne pouvait pas jouer à la sélection suisse, alors il passe ce soir. Désolé Pierre, comme quoi, il y avait peut-être de la place…

Bon, je suis cynique. Surtout que Thibaud Agoston, s’il fait honneur à la réputation des humoristes suisses, va sûrement offrir un très beau passage au public. Je ne l’ai jamais vu, je sais juste qu’il joue son spectacle à La Petite Loge, un bon signe. Un branquignole de moins : c’est exactement le flot de mes pensées à cet instant.

On accède finalement au théâtre par l’entrée des artistes. A cet instant, Marion Mezadorian répète la nouvelle version de son spectacle Pépites qu’elle reprendra le lendemain. Les humoristes vont donc tous se retrouver les uns après les autres dans cet espace confiné. L’un d’entre eux me confie que ça va être dur, parce que Paul Mirabel est là. Ma réaction, pour les autres, est immédiate : « Ah, merde... ».

Paul Mirabel, en ce moment, dézingue absolument tout. L’étudiant le plus drôle de France en titre ferait même oublier qu’il a succédé à Nordine Ganso… J’ai de la peine pour mon interlocuteur, car je sais que c’est probablement plié.

Pourtant, Paul n'est pas serein. Il se démène pour mettre en place le kakemono France Bleu sur la scène, et personne ne lui vient en aide. Certains ricanent même dans une ambiance de colonie de vacances. Ensuite, je l'aperçois en prise à un véritable stress. Quand tout le monde vous attend et que vous n'êtes pas dans le circuit depuis longtemps, délivrer à chaque fois n'est pas simple. Je sais que c'est une posture et qu'au fond, il sait qu'il est capable de gagner ce truc, mais il ne le montrera jamais.

Sans langue de bois : levons les suspicions de conflit d'intérêts

Un autre me dit qu’Agoston aura les faveurs du jury, car Mo le soutiendrait. Je ne peux rien en dire, comme je ne le connais pas. Encore une fois, Mo n’officie pas dans le jury.

Après tout, on en revient encore à ce déficit de candidatures. Les humoristes peuvent se dire qu’ils n’ont aucune chance car ils suspectent un conflit d’intérêts. Or, si en festival, les dés sont parfois pipés (coucou Top In Humour, un peu), il existe un précédent qui prouve le contraire. Mauves de Rire 2017 : la troupe de Mo Hadji est presque au complet, accompagnée notamment de Marion Mezadorian. A l’époque, elle était étonnée de gagner, parce qu’elle pensait (comme beaucoup, sans doute), que Félix Radu était vainqueur d’office. Or, Marion a remporté ce festival émergent.

Selon un autre humoriste qui travaille avec Mo, ce dernier se révèle intransigeant avec ses poulains lorsqu’ils ne font pas le job. Mon interprétation : Mo gère avec passion un certain pool d’artistes et un festival d’envergure internationale (le Liban est dans la place, les gars…). Il peut avoir un biais pour ses artistes, c’est humain, mais il ne les favorisera jamais d’office. Je n’ai pas vu la moindre trace d’influence pour untel ou untel lors des deux soirées.

Le niveau est anormalement bas

Par contre, pour l’année prochaine, j’ai une requête. Je comprends l’envie de donner sa chance à de nombreux artistes. Il avait déjà établi une présélection, mais parmi les 26 présents ce soir-là, j’en aurai retenu 3 ou 4 max. Au global, il aurait pu se contenter d’une soirée d’une heure avec 6 ou 7 humoristes.

Bon, je dis ça, mais j’ai vu quelque chose d’incroyable. Pierrick Vidal, un humoriste qui a quelques scènes dans les pattes, a terminé deuxième du concours entre Paul Mirabel et Thibaud Agoston. Son passage évoquait son rôle d’éducateur d’élèves en SEGPA. Les blagues sur ce type de population étaient lourdes et peu originales à mon goût, mais le reste du jury semblait bluffé. Il a habilement joué le moment d’émotion à la fin, pour rendre son passage humain. Cela pourrait n’être qu’une affaire de goût, mais lors de la première soirée, Maxime Garcia a plu grâce à son originalité mais le jury ne l’a pas vraiment bien placé, faute d’expérience. Cela manque de consistance, mais ce n’est pas évident.

D’autant plus que ces derniers jours, le festival des Fous Rires de Bordeaux a dévoilé la programmation de ses tremplins. L’impression que le niveau a baissé en 2018 se confirme. Il y a en effet un creux, même si de nombreux talents émergents sont malheureusement aux abonnés absents. Remettons aussi cela en contexte : en 2018, certains humoristes étaient décevants dans ces tremplins. Et je n'ai toujours pas compris la victoire de François Guédon. Les goûts et les couleurs...

Jury : gare à l'influence du groupe

La soirée a duré quatre heures. Elle était si longue que je n’ai pas vu le jury délibérer jusqu’au bout (merci le dernier métro). J’ai laissé mon papier avec mon tiercé gagnant : Paul Mirabel, Thibaud Agoston et Brahms. En réalité, je pense que j’ai préféré Thibaud, mais j’ai appris là une chose essentielle sur le rôle de jury. Quand vous hésitez, vous vous ralliez naturellement au groupe. C’est un biais cognitif du cerveau.

Le cerveau aimant la répétition, entendre sans cesse des louanges sur Paul et le voir passer en dernier alors que tout le monde était épuisé a augmenté mon appréciation. Dans le jury, il y avait une spectatrice qui a un rire… reconnaissable. Elle n’en pouvait plus de s’esclaffer, et a confessé par la suite qu’elle ne riait pas vraiment pour la prestation, mais pour l’ambiance d’alors.

Entendons-nous. Paul Mirabel a été très bon. Ce moment a sublimé sa prestation, qui allait de toute façon être correcte. Ajoutez à un bon tirage le fait de passer après une dizaine de mecs pas au niveau et vous obtenez un triomphe. Je les aurais objectivement mis ex-aequo, Paul et Thibaud.

Même si j’ai trouvé sa voix différente sur scène et dans la vie, j’ai adoré le passage de Thibaud. Il y avait le talent du comédien, une fougue dans le jeu et un texte ciselé au plus près de la justesse. La fin, c’était juste un moment de grâce. Marc Tourneboeuf, qui a une fin similaire, pourrait en prendre de la graine car c’était encore un cran au-dessus !

Sélection Paris Best de l'Humour, acte IV : apprentissages

J’ai appris beaucoup dans ces soirées. La compétition entre humoristes a révélé que dans le milieu, les stand-uppers du circuit classique sous-estiment Clément K. La raison principale, c’est qu’il joue un peu moins qu’eux. Après, connaissant le garçon, je sais qu’il a de quoi plaire au public – à la Petite Loge, c’est déjà le cas. Mo le décrit en off comme le futur Guillermo Guiz, une analyse évidemment prématurée qui le dessert.

D’ailleurs, Clément a tout du type modeste. Je vois dans les commentaires de ses adversaires la peur d’être mis de côté pour des raisons partisanes. Certains humoristes présents dans ces soirées-là travaillent d’arrache-pied. Ils en veulent, ils ne trichent pas et ils n’ont souvent personne pour gérer leur carrière. Comme Clément, ils travaillent à côté car ils ne vivent pas encore de leur art. Je peux comprendre leur réaction, même si elle n’est pas recevable. En tout cas, j’aimerais vraiment que pour 2019, le niveau s’élève. Je veux que la décision soit difficile, et les talents plus nombreux.

Je formule donc ce conseil aux humoristes : dépassez vos préjugés et postulez pour l’année prochaine. Parce que si je suis encore jury, je ne tolérerai plus de blagues d’humoristes de foire avec des faux poils pubiens apparents. Je sortirai de la salle si je suis témoin d’un ajustement de sous-vêtements qui dure plus de trois minutes. A l'inverse, j'ai eu de la peine pour Tatiana Djordjevic, qui était au mauvais endroit pour prouver son talent. Pour finir, je vous avouerai que contre toute attente, le jury a fait preuve de justesse sur Paris. Qu’il en soit ainsi lors de la finale ! Je n ’y serai pas, et ça va durer longtemps, alors allez-y avec un thermos et des pantoufles.

Mise à jour : Paul Mirabel a, sans surprise, remporté la finale. Dauphin, Clément K démontre que les sélections parisiennes ont révélé les meilleurs talents dans le cadre de ce festival.

Crédits photo

© Laura Gilli, photo prise lors du Campus Comedy Tour

[post_title] => Sélection Paris Best de l’Humour - J’étais membre du jury ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => selection-paris-best-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:57:42 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:57:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5561 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 4 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010189 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-12 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-12 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 20 à 29

Cinq chansons plus tard, pour conserver une ambiance musicale, Fabien Guilbaud (20) mêlera pour un ultime moment humour et chanson… Prouvant que dans ce genre d’humour, les propositions divergent effectivement les unes des autres !

Une tête connue, pour enchaîner ? Appelons donc Camille Lorente (21), alias Queen Camille. Sa connaissance du tempo d’une vidéo YouTube l’aidera forcément à condenser sa proposition artistique…

Faire l’éloge de la lenteur dans une soirée où le temps file est une nécessité. Pour cela, appelons ensuite Jean-Patrick (22). Une respiration intrigante qui viendra bousculer l’attention du public… Avant de lui offrir une parenthèse de légèreté avec l’humour frais et pétillant d’Elsa Bernard (23). Son humour, pas sa personne. Nul besoin de vous préciser que nous nous concentrons sur la proposition artistique avant tout !

Le public mélomane se lamentait peut-être déjà de ne plus être stimulé… Mais même sans guitare, KINO (24) viendrait balancer l’un de ses jingles dont il a le secret pour proposer une expérience à la fois sonore et comique. Originalité garantie ! La soirée continuera ensuite avec Klotilde (25), habituée de nombreux festivals et forte d’une expérience de plus en plus fournie…

Bobbin (26), talent plus masqué parmi la horde de nouveaux comiques, plongera le public dans une expérience inoubliable, teintée d’absurde via son personnage inquiétant mais attachant. L’expérimentation continuera avec Anissa Omri (27) et le ton si singulier de ses blagues : posées, mais étonnantes de surprises et de chemins tortueux.

Le besoin de revenir sur terre et de continuer de rêver se ferait sentir. Pour cela, rien de tel qu’Antek (28), sa bonne humeur et ses lunettes rouges… Et pourquoi pas sa guitare ? Sait-on jamais… La rêverie continuerait avec le huitième degré d’une Aude Alisque (29), dont la folie n’a d’égal que la force des rires qu’elle provoque.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous lundi 15 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-3 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:11 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010189 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 4 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 43a210ba82c08762946706acdb2a20d6 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Klotilde

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 3/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6

Humoristes en télétravail : Farah, Nordine Ganso, Klotilde, Levin Vaz

Télétravail humoristique : confessions de 4 comiques

Festival d’Avignon 2019 - Notre sélection de spectacles - OFF

Festival d’Avignon 2019 - Notre sélection de spectacles OFF

Sélections Paris Best de l'Humour : Paul Mirabel, l'un des finalistes à Paris

Sélection Paris Best de l’Humour - J’étais membre du jury !