Publications liées au mot-clé : Mahaut

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => mahaut
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 674
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => mahaut
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 674
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => mahaut
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 674
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => mahaut
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 674
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 674
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 674
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => mahaut
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 674
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (674) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (674) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (674)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010193
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-02-15 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-02-15 07:00:00
                    [post_content] => 

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 30 à 40

L’expérimentation continuera de happer le public avec la singularité d’un Jihef (30). Sa présence particulière ne manquera pas d’interroger le public, sceptique puis forcément hilare. En mal d’humour engagé ? Audrey Jésus (31) proposera ensuite une transition logique entre étrangeté, sensibilité et propos éclairé.

Du pur stand-up tentera alors la foule, rassasiée d’originalité et qui voudrait bien reprendre ses esprits ! Basile (32) assurera son rôle comme un chef avec son charisme scénique et son affection pour le stand-up. L’expérience reviendra ensuite à la charge avec le couple Alexandra Pizzagali et Clément K (33), dont l’union dans la vie se transposera naturellement.

Des plumes pouvant en cacher une autre, Gabriel Francès (34) viendra faire perdurer les saillies verbales avec un humour à la fois politique et noir. L’auteur de Walter (entre autres) bénéficiera ainsi d’un beau coup de projecteur ! Projecteurs qu’Agnès Hurstel (35) est habituée à voir. À l’aise sur scène, sur France Inter comme en TEDx, elle apportera une touche à la fois névrotique et osée qui lui est propre.

Du névrotique au poétique, il n’y a qu’un pas ?

Pas toujours, mais Romain Barreda (36) viendra adoucir l’atmosphère et récupérer une frange puritaine du public ? Son expérience au Grand Rex l’aidera grandement à être à l’aise et à se distinguer.

Viendra ensuite une humoriste anglophone que les amateurs de stand-up underground connaissent bien : Els (37) ! Une nouvelle tête de l’humour en cachera ainsi une autre : le calme et posé Sylvain DK (38). Il laissera la place à une Mahaut (39) dont l’excentricité n’est plus à prouver. Cette drama queen fera ainsi forte impression et redonnera un coup de fouet au public… Si certains se retrouvent avec le mal de mer à ce stade, Arezki Chougar (40) viendra rétablir tout cela avec son charisme légendaire et son sens du dialogue…

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 17 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-4 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:49:29 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:49:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 7521 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-28 13:45:43 [post_date_gmt] => 2019-11-28 12:45:43 [post_content] =>

Mahaut et Humourman sont deux humoristes en devenir. Le Laugh Steady Crew les accueillait pour un 30-30 inédit. Retour sur une expérience unique !

Mahaut ne jouait pas « à domicile »

Quasiment toute la salle était venue pour Humourman, ce qui rendait le début du 30-30 difficile pour Mahaut. Contrairement à la Petite Loge, l’humoriste devait conquérir le public. Et c’est là que tout se joue ! Quand on a un univers très fort, il ne faut pas défaillir face à une audience qui n’est pas la nôtre.

Mahaut a bel et bien tenu bon, avec toute la ténacité qui la caractérise. Si sa prestation ne prenait pas autant qu’elle l’espérait, elle n’a rien lâché et en tirera de nombreuses leçons. Car ce n’est pas cette soirée qui résume son talent… Les mêmes blagues emportaient en effet le plus petit théâtre de la capitale à la première : le travail paiera et la fera gagner en efficacité.

Humourman livre ses premières promesses

Je vous ai déjà dit que Jean-Philippe de Tinguy manquait à la scène humoristique ? Au moins 84 fois, je crois ! La bonne nouvelle, c’est que ce style d’humour vit à travers de nombreux humoristes.

Leur singularité s’exprime toujours malgré les similitudes. Andy Kaufman a inspiré Monsieur Fraize et Jean-Philippe de Tinguy. Monsieur Fraize a inspiré Humourman et Jean-Philippe de Tinguy. Nadim a toujours aimé le délire de Jean-Philippe de Tinguy. Et si vous pouviez mettre les quatre dans la même pièce, vous vivriez sûrement la meilleure soirée de votre vie !

Ceci étant dit, on n’embête pas les 80 % de stand-uppers qui s’inspirent des codes du stand-up cool à la ricaine (qui sont nuls au possible). Il m’arrive fréquemment qu’on vienne m’embêter sur le fait que chacun copierait Monsieur Fraize. Vous copiez tous Louis C. K. et vous parlez tous d’écologie ou de pénis, est-ce qu’on vient vous embêter avec ça ? Non, alors ça suffit. Je suis courroucée les amis. Fin du courroux, il ne vaut pas la peine.

Mahaut et Humourman en 30-30 : retour à la critique

Humourman est le seul, à ma connaissance, à proposer un super-héros qui porte une cape et un collier de nouilles. Je l’imagine à peine confectionner son costume pour la première fois. Guilhem, de son véritable prénom, a aussi une particule comme « de » Tinguy. Il n’est pas vicomte, mais il partage la même candeur qui m’a emportée deux ans plus tôt.

Le type ose tout : interpréter de l’eurodance a cappella, reprendre les codes du stand-up pour les casser un à un, s’encourager… « Humourman, allez, Humourman ! »

Passé par le stage de clown du Laugh Steady Crew comme Aude Alisque, Guilhem a aussi un bagage de comédien à son actif. Ultra-créatif, ultra-dans les codes des internets, il livre un humour très personnel et presque sans limite. Dès son arrivée sur scène avec Sandstorm, Humourman a encore beaucoup à apprendre mais déjà tant à donner. On y croit dur comme fer et on ne le lâchera pas, parce qu’il va vraiment nous faire rire et nous émouvoir. On est prêt à parier très cher, et vous allez perdre beaucoup d’argent si vous nous contredisez.

Parce qu’on oublierait vite qu’il reste un débutant, qui va progresser avec son plateau d’humour alternatif ! La prochaine se passera le 4 décembre, venez nombreux, ce sera bien.

Mahaut et Humourman : verdict

Quand on a promu cet événement, on a décrété que Mahaut et Humourman représentaient le futur de l’humour. Complémentaires, ils ont proposé une belle heure de stand-up, sous les yeux de Queen Camille, Avril et Nadim qui jouaient un 20-20-20 l’heure suivante. Tous les trois ont réalisé une belle performance (surtout Nadim qui a retourné la salle et a consolidé son art).

Si vous aimez les 20-20-20, le Laugh Steady Crew en prépare un… Comme le Cercle du Rire qui accueillera deux recrues du LSC, Anissa Omri et Avril, ainsi que Rodrigue le jeudi 12 décembre… Mais ça, ce sera seulement si vous venez ! Sans public, pas de 20-20-20… Réfléchissez (ou pas) et venez (surtout).

[post_title] => Mahaut et Humourman, l’association improbable qui marche [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mahaut-humourman-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-29 11:09:30 [post_modified_gmt] => 2019-11-29 10:09:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7521 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 7512 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-27 16:01:14 [post_date_gmt] => 2019-11-27 15:01:14 [post_content] =>

Les plateaux d’humour peuplent mon agenda tout au long de l’année. Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas décrit ces soirées dans l’ordre chronologique. Prêt à vivre un beau moment d’improvisation, à découvrir l’ouverture de Montreux, fêter la cinquantième du Blague à Part et terminer par un plateau alternatif ?

La vérité des plateaux d’humour : vous préférez notre version ou celle de Binge Audio ?

En cette dernière semaine de novembre, un podcast signé Binge Audio entend vous présenter le stand-up. Programme B commence ainsi avec une présentation larmoyante des débuts sur scène, puis la galère des humoristes qui parviennent à en vivre. Ce récit digne des Misérables nous semble quelque peu fataliste. Alors qu’au fond, cela ressemblerait plus à Jacques le Fataliste et son maître.

C’est un très bon aperçu si on survole le sujet. Mais ici, on va plus loin. Embarquez dans un périple qui vous fera découvrir le vrai stand-up ! Ça commence maintenant…

PS : on vous raconte d’autres moments de la semaine dans d’autres articles, suivez les liens ! Ça commence par lundi et l’exceptionnelle de Nicolas Fabié

Dans les plateaux d’humour, ce mardi : Jardin Sauvage, Gérémy Crédeville offre une Tournée générale…

J’avais entendu parler de cet événement d’improvisation, et je me réjouissais de le voir enfin. Gérémy Crédeville est un artiste complet, capable d’être drôle sur le petit écran comme sur les planches.

Il plaisait déjà au public avec son spectacle G, parfait et modeste. Aujourd’hui, alors qu’il prépare un nouveau spectacle, il accumule également les événements d’improvisation dans l’Hexagone.

La Tournée Générale repose sur un concept simple : un tableau, vos mots et de l’impro. Le public du Jardin Sauvage était au rendez-vous : devant une salle comble, l’interaction a pu atteindre des sommets.

Au début, le flottement était palpable. Gérémy Crédeville vient seul improviser toute une soirée, et le public sadique rédige les mots les plus improbables sur le tableau. Il ne sera pas en reste : chaque micro-improvisation mobilise un ou plusieurs de ses membres.

Pour relever le défi et utiliser tous les mots, Gérémy doit ainsi imaginer une galerie de personnages et prendre de nombreux risques. Pour cela, il peut compter sur sa capacité à jouer avec les mots. Après les premières minutes, où il feint de tricher avec de la facilité, il nous convainc de plus en plus. Il improvise même une chanson sur la lettre P, encore une fois un sujet choisi par le public…

C’est très drôle, car Gérémy et le public qui monte sur scène avec lui font voir leur difficulté à pédaler dans la semoule, puis leur victoire à chaque mot effacé. C’était donc une soirée atypique, où Gérémy n’a pas eu à payer de tournée générale. Telle est la règle : s’il utilise tous les mots, celui qui a inscrit le dernier mot du tableau remporte une consommation. Sinon, tout le monde boit à la santé du comédien.

Jeudi : Gala d’ouverture de Montreux sur Comédie+

Parfois, l’humour s’invite dans votre salon. Jeudi constituait ma seule soirée libre de la semaine. Je venais de découvrir Humourman et revoir Mahaut jouer 30 minutes de blagues chacun. J’allais voir l’une des artistes que j’apprécie le plus vivre un moment peut-être charnière dans sa carrière.

Montreux, ça fait rêver. Je préfère cette escale suisse au Marrakech du rire. D’abord, il y a l’humour suisse qui occupe une place (heureusement !). Faire Montreux, pour moi, ça veut dire beaucoup. Alors quand j’ai appris que Marion Mezadorian allait y prendre part, c’était un grand moment.

Peut-être me suis-je enflammée, cela dit… La soirée d’ouverture m’amusait si peu que j’ai interrompu mon périple à mi-parcours. La télécommande me libérait ainsi après le passage de Marion Mezadorian. Hormis Gérémy Crédeville qui m’a étonnamment fait rire sur une parodie de vie de couple morose, tout tombait à plat. Je sentais le stress de Marion à travers mon poste et ne comprenais pas les réactions du public, hilare ou applaudissant des humoristes à la ramasse et soudainement plus discret. Rageant de voir un passage ne pas exprimer toute la quintessence d’un talent.

La caméra sauve la mise

Le lendemain matin, j’envoyais un message à Marion pour recueillir ses ressentis. L’encourageais à repartir au charbon, parce que je savais qu’elle pouvait rectifier le tir. Il se trouve qu’à Montreux, les soirées ont lieu plusieurs fois. Vendredi soir, donc, Marion revenait sur scène pour la Radio Télévision Suisse (qu’on aime, Ndlr.).

Et elle l’a fait. 24 heures changent beaucoup de choses, et MyCanal a décidé de conserver cette version du gala d’ouverture pour les rediffusions et le replay. Quand les planètes s’alignent et que l’artiste garde la tête froide, voilà le miracle qui peut se produire… Et une contact en Suisse m’a permis de voir cette prestation et l’envoyer à l’intéressée pour la postérité. Double alignement des planètes.

Vendredi, je passais aussi par la Petite Loge (comment passer une semaine sans ce théâtre ? Impossible !). Au programme : Aude Alisque, qui a bien remanié son spectacle qu’on adorait déjà.

Samedi : le Blague à Part Comedy Club, c’est la Baze

La cinquantième du Blague à Part Comedy Club était une date exceptionnelle. Elle accueillait Baptiste Lecaplain, Adrien Arnoux, Maryvonne Beaune, Marouane Sista et le MC, Grégory Robet.

C’était l’occasion de découvrir ce plateau en tant que spectateur, car étrangement, j’y ai joué avant de vivre cette expérience. Grégory m’a proposé de nouveau de passer, mais je laisse la place à ceux qui ont vraiment envie de monter sur scène

Honnêtement, j’étais épuisée. Pour la première fois depuis des mois, j’ai vu le soleil se lever pour assister à un stage de clown (juste regarder). Je vous raconte ça ici, car c’était assez marquant comme expérience. Mais j’ai tout de même gardé de l’énergie pour vivre cette soirée au Blague à part Comedy Club…

Les forces en présence : une question de subjectivité

Cette soirée était l’occasion de comprendre la différence entre les humoristes expérimentés et les espoirs du rire. Elle se résume en un mot : efficacité. Ils arrivent avec une autre confiance, un personnage scénique assumé et une précision chirurgicale dans leur jeu et leur texte.

Ainsi, Baptiste Lecaplain et Adrien Arnoux retournaient la salle avec une facilité apparente. Car on sait tous qu’il faut conquérir le public quel que soit son nom ou son standing. Et être connu ne change rien, même quand vous êtes une légende… Baptiste Lecaplain livrait même un clin d’œil aux gens comme moi : « si vous n’aimez pas les mimes ou les mecs qui parlent trop fort, ne venez pas voir Baptiste Lecaplain ! ». Cette conscience de son côté clivant malgré son expérience et son assurance scénique m’ont laissée pantoise. Bravo, respect.

Maryvonne Beaune apportait un angle original et un jeu très personnel pour nous alerter : la fin du monde approche à cause du capitalisme. Un sujet dont je n’ai pas envie d’entendre parler sur scène, mais sa manière de l’amener m’a permis d’en rire. Le reste de la salle était conquis. On ne peut pas plaire à tout le monde quand on livre quelque chose de très personnel, et ça, ça se respecte.

Au final, Adrien Arnoux me faisait le plus rire et j’étais agréablement surprise par la progression de Grégory Robet. La première fois que je l’ai vu jouer, je n’étais pas encore convaincue. Mais comme le dit Shirley Souagnon, il faut attendre… Car un déclic, ça change tout, et Grégory est sur la voie. Marouane Sista, je n’ai vraiment pas adhéré : son ton de voix m’a rappelé Gad Elmaleh, et malgré quelques blagues bien senties, ça sentait le déjà vu. Encore une fois, on laisse le bénéfice du doute et on n’oublie pas le line-up exceptionnel de la soirée !

Dimanche : un Cap ou pas Cap Comedy pour la forme

Le dimanche, c’est le jour où on est totalement libre. Pour certains, c’est une célébration religieuse. Moi, c’est plus un truc de bagnoles comme vous avez pu le voir sur Twitch.

Pour fêter la fin de la saison de Formule 1, j’ai donc décidé de rire. Parce que le rire ne me laisse pas tomber six mois durant l’année, contrairement aux vrombissements des moteurs.

J’avais tout de même une bonne raison de bouger. Emma de Foucaud, je la vois trop peu souvent sur scène. Et j’adore sa manière d’aborder la comédie. Elle me fait penser un peu aux nantais, avec ce ton si unique de parler du bide. Elle dénonce beaucoup, elle observe et critique l’univers du LOL qui la passionne. Cet esprit critique va sans doute l’aider à progresser plus vite. Elle a la bonne approche, et sa progression me semble prometteuse. Ce soir-là, elle allait encore me convaincre grâce à un bon set… traditionnel vis-à-vis de ce qui allait se jouer dans la soirée !

Le spectacle commence avant le spectacle

Avant d’arriver au théâtre, le spectacle commençait déjà. Je croisais une artiste, Cerisette, dans le métro. Elle tient à la main une pochette avec son CV. Une femme l’interpelle dans le métro pour lui donner des pièces, elle la prend pour une mendiante… Enfin, en vérité, elle lui disait : « J’ai vu votre CV, j’ai cru que vous pointiez à l’ANPE ! ». Vous ne rêvez pas, la scène se passe en 2019 sur la ligne 5 du métro parisien…

Moi, j’avais repéré Cerisette sur le quai du métro et j’avais décidé de la suivre discrètement dans le métro. Je ne m’attendais pas à assister à ça… Une heure plus tard, cette artiste atypique arborait un costume de l’espace et nous faisait tous rire en proposant un sketch complètement barré de robot de l’espace. Ce n’est pas exactement le même sketch ou costume que sur YouTube, mais vous avez l’idée. Barge et incroyable.

Le Cap ou pas Cap, c’est pile la soirée d’humour à laquelle tu ne t’attends pas. Tu viens et tu ne connais peut-être aucun artiste, tu n’attends aucun miracle et une folie heureuse vient rendre la soirée burlesque. Le MC amène des bières, il a l’air un peu trop décontracté… Les artistes tentent aussi des choses parce que le plateau a un côté confidentiel. On est dans la back-story de la back-story, et au final, la soirée recharge les batteries de tout le monde. Un délice improbable, qui déménagerait vers Ledru-Rollin dans un endroit dédié au comics — les organisateurs font tout pour !

Entre défis et morceaux choisis

Le Cap ou pas Cap, ce sont aussi des défis : l’applaudimètre désigne des artistes qui vont rejouer sur scène quelques minutes. Le verdict : Cerisette et Avril ont été sélectionnés, alors qu’il y avait quand même une égalité avec Humourman.

Le hasard a voulu qu’une personne du public tire le défi « replay » pour Avril. Il devait rejouer le sketch d’un des autres artistes… Dans la pénombre, il murmurait déjà : « Je sais exactement qui je vais prendre » alors qu’il se jetait sur la cape de son poto Humourman. La vidéo existe, et on espère qu’ils pourront la vendre à quelqu’un. Avril avait déjà fait fort en montant sur scène avec quelques phrases résumant la soirée, il continuait sur sa lancée.

Cerisette a dû rejouer son sketch, elle aussi, mais version sexy. Cela devenait n’importe quoi, et le public a dû jouir en même temps que le robot sur scène. J’arrive à peine à croire que j’écris ces lignes… Mais c’était mémorable, inattendu, incomparable et incroyable ! Même les reprises d'À Corps Renversés m’embarquaient, alors que ça n’avait rien de classique…

Plateaux d’humour : verdict

Les plateaux d’humour restent une expérience ultra-fun. Vous pouvez bien sûr opter pour des valeurs sûres comme le Barbès Comedy Club, le Paname Art Café ou encore Madame Sarfati. Et bientôt Freedge, d’ailleurs…

Mais il existe bien d’autres lieux, qui apparaissent et disparaissent. Certains abritent de très belles soirées pendant quelques mois. Profitez-en, ce n’est pas un mirage : les rires sont à portée de consommation.

Crédits photo

© Christophe Castejon / Kobayashi Photography

[post_title] => Récit d’une semaine ordinaire en plateaux d’humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateaux-humour-tournee-generale-credeville-montreux [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-12-03 11:45:23 [post_modified_gmt] => 2019-12-03 10:45:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7512 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 7260 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-31 11:24:02 [post_date_gmt] => 2019-10-31 10:24:02 [post_content] =>

Chaque soir de stand-up est différent. Ce mardi, je découvrais le Batignolles Comedy, un nouveau plateau non loin de l’Européen. Une première rencontre inattendue, car je devais me ménager pour la soirée de la semaine, voire du mois : l’anniversaire du Laugh Steady Crew.

Mais vous savez ce que c’est, quand vous attendez quelque chose avec impatience. C’est souvent décevant. L’était-ce ? En grande partie, et c’est douloureux quand la rentrée du plateau a été si bonne. Mais il faut des soirs en demi-teinte pour vivre des moments inoubliables, alors j’ai hâte de revenir au Sacré Frenchy !

Batignolles Comedy : Vega & Vega et Renaud Sanviti assurent

Le Batignolles Comedy est une petite salle, qui rappelle la configuration du 33 Comedy à la Grange en plus intimiste encore. Je me suis tout de suite sentie chez moi. Les MC sont Vega & Vega, un Franco-Espagnol rigolo, et Renaud Sanviti, le puriste du stand-up comme on aime l’appeler.

Renaud assurait sa première chauffe et s’en sortait avec les honneurs. De plus, son passage sur les motocrottes me rappelait le jour où j’ai entendu ce terme pour la première fois : avec Éric et Ramzy. J’étais tellement saisie par ce moment que j’ai écrit un article, l’un des premiers du site…

Dans le line-up, on était ravi de retrouver Omar DBB, que les autres humoristes adoraient en coulisses. Il y avait aussi Pierre DuDza, dont l’énergie nonchalante fonctionnait particulièrement bien. Je l’ai trouvé aussi épuisé de vivre qu’attachant, et c’était un moment vraiment exceptionnel.

Bref, on riait sur scène et hors scène, c’était convivial et j’ai repoussé l’heure du dîner plus que de raison juste car je ne voulais pas quitter cette ambiance. Un cocon, le seul endroit où j’aurais voulu être à ce moment-là. Je vous conseille vivement cette expérience stand-up.

Anniversaire du Laugh Steady Crew au Sacré Frenchy : une soirée en dents de scie

Je ne sais pas si c’était le contraste avec les Batignolles, mais le Laugh Steady Crew a joué avec mes nerfs 24 heures plus tard. Il s’agissait d’une édition anniversaire, donc j’ai imaginé une ambiance similaire au Bar à Bulles.

En réalité, la soirée était assez banale. Pourtant, elle commençait très bien avec l’Open Mic. Pour l’occasion, les meilleures recrues de la scène ouverte bénéficiaient d’un passage au Sacré Frenchy. Le lieu est mieux que le Maximilien, mais c’était difficile de faire pire. La salle du Maximilien est bien, mais le cadre du bar ne m’a jamais fait vibrer. Là encore, c’est la salle qui porte le lieu, car la partie bar minuscule a suffi de dégoûter l’agoraphobe que je suis.

Mais le cadre, on s’en fout un peu. Ce qui compte, ce sont les artistes sur scène. Comme tout le monde l’avait pronostiqué, Noah et Jean-Paul se démarquaient des autres lors de l’open mic. C’est tout ? Non, parce qu’il y avait un homme au-dessus de tous les autres. Un super-héros du rire : Humourman.

Alors Humourman, c’est un clown. Un clown, depuis le départ d’Aude Alisque du Laugh Steady Crew, ça manque cruellement à la troupe. Son passage était peut-être encore perfectible, mais sa présence était enthousiasmante. J’ai particulièrement apprécié les longueurs et silences, et puis ensuite son jeu à la toute fin de la soirée. Il jouait comme un enfant en flirtant avec le jeu de l’humoriste et celui d’un type qui se retrouve dans cette situation, comme Jean-Philippe de Tinguy pouvait le faire. L’année prochaine, Thierno, intègre ce futur génie dans la troupe ! C’est un ordre.

En ce qui concerne les autres humoristes de l’open mic, le niveau était correct par rapport aux attentes. Ayrton était celui qui empruntait le plus les codes du stand-up au détriment d’une proposition personnelle, mais s’il s’applique, il pourra progresser. Au stade de l’open mic, ça va.

Quand les meilleurs outsiders de l’open mic tutoient l’équipe régulière du LSC

Avait-on encore de l’énergie pour la suite de la soirée ? Un peu moins, mais l’enthousiasme nous maintenait en haleine. Il aura été de courte durée. Déjà, l’un des deux guests était absent : Alexandre Kominek joue son spectacle au même moment, difficile pour lui d’arriver avec plus de 30 minutes de retard… sur la fin de la soirée. Dommage.

Ensuite, le set de Haroun était certes très bien, mais je le voyais pour la troisième ou la quatrième fois en deux semaines. Une circonstance atténuante qui me faisait attendre la suite. Mahaut, qui venait d’apprendre une nouvelle perso difficile, assurait tout de même sa prestation comme une battante. Avec les circonstances, cela rendait le tout impressionnant, mais sans cette explication de texte, ce n’était pas sa meilleure prestation. Forcément, et on ne lui en tiendra pas rigueur du tout.

Cela restait mou avec la suite de la troupe : les prestations n’étaient ni bonnes, ni mauvaises à mes yeux. Mais, comme pour la fois où j’ai vu Marina Rollman un soir triste, la magie n’opérait pas. Di Mambro et Audrey Jésus s’en sortaient mieux que les autres, mais cela ne m’aidait toujours pas à profiter à 100 %. Et puis il y a eu le set d’Avril. Et là, c’était le drame.

Coupes fatales

Avril, c’est un maître dans la prise de risque, mais c’est aussi un humoriste qui a besoin d’expérience pour déployer tout son potentiel. Alors quand il a commencé un set en jouant un personnage macho et odieux, le clivage commençait.

C’était brutal. Comme le coup de tête de Zidane à la coupe du monde 2006. Je me disais, cherchant une once d’humanité chez le comédien pour me rassurer : « C’est normal, ne panique pas. Il va venir nous récupérer en contrebalançant quelque part… ».

L’idée de base, c’était de jouer le rôle d’un défenseur du patriarcat qui donnait un atelier pour conserver ses privilèges. L’intention, c’était de produire un truc féministe tellement le personnage était grotesque, pour tourner en ridicule ce type de propos. Mais comme le moment salvateur n’arrivait pas, on s’est tous plus ou moins dit : « Mais, d’où il prend le micro ce mec ? Il se prend un mur, et il accélère en plus ! ».

Du coup, après une nuit de sommeil agitée où je me disais : « oh non pas ça, pas après tout ce que tu as fait… », j’ai été à la pêche aux infos. Il fallait faire 2 minutes plus court, et qu’est-ce qui a sauté ? Les parties de désamorçage. Ben voilà. Bonne lecture du jeu, n’est-ce pas ?

Le passage m’avait tellement désarçonnée que j’écoutais d’une oreille celui de Pierre DuDza. Arrivé par la porte comme une superstar, il avait l’air d’être bon, mais je restais en PLS des cinq minutes précédentes. Morgane Cadignan, dans le public, me demandait si j’aimais bien Pierre car je ne réagissais pas. C’est vous dire. Je crois que Pierre a été le meilleur de la soirée, mais je suis incapable de vous l’affirmer.

Culture du roast

Les roasts n’étaient pas assez bien structurés. À la base, Jimmy, le MC, devait départager des duels. Au final, Mahaut a décidé de lancer ses missives à chacun. C’est dommage, car il n’y en a pas eu pour tout le monde.

Les roasts, je connais mal leur mécanisme. Mais j’ai trouvé que ça allait trop souvent en-dessous de la ceinture gratuitement. Heureusement, Anissa Omri était la plus percutante et la meilleure dans cet exercice. Pierre DuDza était moins bon qu’à l’habitude, surtout qu’il nous a resservi une punchline déjà faite.

À part une ou deux autres répliques bien senties, l’ensemble de la troupe était en-deçà de mes attentes. Dommage pour cette occasion manquée, même si c’était bien meilleur que l’aperçu des roasts de l’Entrepotes Comedy avec Guillaume Dollé, Julien Sabas et Adel.

Un conseil, donc, pour tous ceux qui veulent faire des roasts : regardez Crashing ou d’autres trucs. Pour une fois, je veux bien qu’on s’inspire des Américains. Ou qu’on crée des joutes verbales à la française, de la poésie sanguinaire ou l’art de complimenter par des arguments inversés. Je dis peut-être ça pour mon texte adressé au Cercle du rire, même si franchement, je serais incapable de roaster quiconque sur scène et que je respecte la prestation du LSC.

Assister au débrief : Thierno Thioune, capitaine d’équipe fédérateur

La soirée terminée, j’ai eu la curiosité d’écouter le débrief du metteur en scène, Thierno Thioune. Je voulais savoir si j’étais la seule à avoir passé une soirée en demi-teinte. Il y avait du travail, semble-t-il, mais Thierno voulait surtout créer une émulation, un esprit de troupe. Globalement, la soirée était meilleure que mon ressenti. C’est vrai que je ne passais pas la soirée de ma vie, et que quand le public n’est pas dedans, certaines choses paraissent pires qu’elles ne le sont vraiment.

En tout cas, c’était très instructif d’entendre Thierno prodiguer des conseils très justes et mesurés. Et ce côté capitaine d’équipe fédérateur… J’étais bluffée, bluffée aussi par l’écoute qui régnait à cet instant solennel. Ça bosse dur au Laugh Steady Crew, c’était juste un anniversaire sans folie. Comme si ça tournait tellement bien que le travail prenait le dessus sur la célébration. C’est peut-être ça, le secret : travailler chaque jour de la même manière, en ignorant les circonstances exceptionnelles.

Après le débrief, j’ai erré de personne en personne, incapable de rester ou de partir, jusqu’au moment où j’ai accepté qu’il fallait se casser. Une nouvelle scène m’attend ce jeudi soir, et après un accident de parcours, il faut remonter en selle tout de suite. Je vais faire ça, donc.

Crédits photo

Anissa Omri © Maayane Bouillon

[post_title] => Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => batignolles-comedy-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:16 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7260 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 7036 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-07 08:40:03 [post_date_gmt] => 2019-10-07 06:40:03 [post_content] =>

5 octobre 2019 : Shirley Souagnon assurait l’ouverture de son comedy club, le Barbès Comedy Club. Tout le gratin du stand-up y était, mais l’actualité chargée nous menait ailleurs.

Ouverture du Barbès Comedy Club vs. rentrée La Petite Loge : la part belle aux talents de l’humour

Cette semaine marquait en effet la première de nombreux spectacles à la Petite Loge. Nous avons vu ceux de Ghislain Blique, Avril et Mahaut, qui figurent tous dans « 1 jour, 1 reco ».

Pas de panique pour le Barbès Comedy Club : si on a manqué l’ouverture, on prévoit de s’y rendre le lundi et le samedi de la semaine suivante, histoire de s’imprégner de l’ambiance authentique après la tempête médiatique. En prime, le retour du 33 Comedy Club, ça ne se manque pour rien au monde.

👉 Tout savoir sur le Barbès Comedy Club

Ghislain Blique en avait quelque chose à branler

L’heure de Ghislain, on vous l’avait dit : on la fantasmait. C’est casse-gueule, vraiment. Alors que tout le monde entretient des attentes élevées, on espère que l’artiste va garder son sang-froid.

Ghislain, je l’ai vu esquiver la rue la Bruyère, où se trouve le théâtre de la Petite Loge. Car oui, j’avais bien 40 minutes d’avance de peur d’avoir un problème de transport. Moquez-vous, mais vous verrez que cette prudence m’a porté chance trois jours plus tard…

Il avait sa capuche vissée sur son crâne, l’air assez stressé. C’était furtif, mais quand on connaît Ghislain, on peut le deviner. Ce puriste a ensuite gagné la scène, a bu beaucoup d’eau et a délivré ses blagues. Il était à la fois sûr de ces blagues, testées depuis des mois voire des années, et incertain.

Incertain car il fallait tenir une heure : un défi, une prouesse quand c’est la première fois. Sa vulnérabilité sur scène a joué en sa faveur, puisqu’il a conquis le public avec plus de force. On avait envie de le voir franchir cette étape avec succès. On l’encourageait comme un athlète de marathon. C’était un beau moment de spectacle vivant. Chacun rentrait ensuite chez soi, pour une fin de soirée sans histoire.

Mission accomplie pour Ghislain, qui part avec une base solide et qui risque de progresser encore par la suite. Son fil conducteur, c’est lui-même. Son personnage scénique très abouti l’aide beaucoup à compiler ses meilleures blagues et former un tout homogène.

Avril : c’était déjà mieux maintenant, ça sera encore plus fort demain

Changement radical d’ambiance avec Avril, le samedi soir. La prise de risque était énorme : plus de la moitié du spectacle constituait du test. Même pour une recrue du Laugh Steady Crew, c’est une prouesse.

Son acolyte des Ouais Ouais Ouais, Pierre DuDza, stressait pour lui. Et en même temps, il avait tellement envie de voir le résultat. Il y avait aussi Alexis Tramoni, l’agitateur du Ça dit quoi ? Comedy Club et accessoirement gros, gros rire. Votre allié, votre gars sûr quand vous vous lancez sur une heure.

Et il y avait moi. Moi qui, malgré les 40 minutes d’avance, a affronté une adversité souterraine féroce. Après trois métros et un tram qui jouait avec mes nerfs, je n’étais plus du tout dans le même état d’esprit. Mais même un accident grave de voyageur n’allait pas me gâcher la fête. J’étais en train de relativiser, du genre : « C’est quand même vachement bien d’être en vie, on va y arriver. Pourquoi la rame stationne à Châtelet ? Et pourquoi à Madeleine, on n’a pas d’infos sur les prochains trains ? ». Gros pétage de câble, mais on était là à 21h15. Donc encore du stress pour rien.

Et de fait, on ne stressait pas du tout pour Avril. Connaissant sa préparation, ça allait forcément être intéressant, une fête, un truc bien. Enfin, on croyait ne pas stresser. La vérité, c’est que dans notre attente, il y avait une vraie charge mentale. Il s’est pris pour un pilote de dragster de la vanne.

On ne s’attendait pas à ça !

Le Barbès Comedy Club, comme la Petite Loge, ce sont des endroits pour travailler. Prendre des risques. C’est le meilleur en spectacle vivant, c’est pour ça que ça bat constamment Netflix. Et là… Il y avait tant d’idées exploitables, tant de chemins vers une heure solide. C’était un festival, un feu d’artifice et un gros bordel ultra-organisé.

J’étais incapable de formuler une critique à la sortie du spectacle. Sonnée, je voyais tous les proches d’Avril le congratuler. Encore une fois à la manière d’un athlète qui venait de remporter une compétition. Ça m’a donné un peu le tournis. Avril me demandait constamment si ça allait, je devais être dans une de ces torpeurs. Il était impatient d’avoir mon ressenti, mais ça n’allait pas être possible.

Mon cerveau était simplement en train de trier toutes ces nouvelles informations. Je ne comprenais pas la décontraction avec laquelle tout le monde avait déjà un avis sur ce qu’on venait de voir. Habituellement, comme je connais plus ou moins le contenu ou l’univers de la personne, c’est plus simple. Impossible de mettre ce que j’avais vu dans une case. J’ai ri, j’ai froncé les sourcils, je me suis fait balader d’idée en idée…

Potentiel et marge de progression : ce spectacle sera une bombe à rires dans 1 an

Mais pour Avril, c’est toujours la même rengaine : il peut faire beaucoup de choses, si bien qu’on ne sait pas où il peut aller. Alors je lui ai formulé une critique sur-mesure, par rapport à mes envies à moi. J’avais l’impression d’avoir aimé, et en même temps de voir 1 000 manières de sortir le potentiel de cette heure-là. J’avais peur de la modeler à mon envie, et quelque part de brider un talent par pur égoïsme ou envie de trouver des repères.

C’était vertigineux. Ma seule satisfaction, c’est le titre de ma critique BilletRéduc. Vous n’avez que ça à lire pour comprendre :

C’est perché, mais de là-haut, la vue est magnifique !

Pour vous donner le sous-texte, ça veut dire qu’il fallait s’accrocher pour suivre Avril dans tout ce qu’il nous a proposé. Parler des nombres premiers à 22h30 et nous garder avec lui, c’était assez fort. Je vois tellement de potentiel dans cette heure, dont la première version risque d’évoluer énormément, de semaine en semaine.

Mahaut : future reine du stand-up ?

Après ça, on peut mourir tranquille ? Pas du tout ! Mahaut méritait bien le semblant d’énergie qui me restait. Je n’étais pas épuisée, mais j’avais accumulé tant de bonheur scénique en si peu de temps… Tout cela en ratant l’ouverture du Barbès Comedy Club ! Merci le rire, longue vie au rire.

Je n’avais aucune attente concernant Mahaut. C’était surtout de la curiosité. En quelque sorte, elle pouvait respirer davantage quant à ma venue. Mais une première reste un moment important, et je me devais de la juger avec autant de bienveillance et d’analyse que ses deux comparses.

En réalité, je n’ai eu besoin ni de bienveillance, ni d’analyse. Après un spectacle aussi cérébral que celui d’Avril, Mahaut m’offrait un sas de décompression.

Déjà, le show était minuté : ça ne dépasse pas le temps. Mahaut était précise sur toutes ses vannes et elle captait notre attention. Si bien que je n’ai pas vu le temps passer.

Bouquet final du rire

Mahaut peut vous parler de bermudas, de télé-réalité comme de lignes éditoriales des journaux de tous bords. À chaque fois, elle passe des sujets les plus superflus aux plus fouillés.

Les rires viennent naturellement, et ils sont même loin d’être timides ou hésitants. Mahaut vous fait passer une heure de rire et de détente, faisant de son spectacle le programme idéal de votre dimanche soir.

Comme au Laugh Steady Crew, elle a cette maîtrise scénique qui vous fait oublier qu’elle n’a pas l’expérience d’une Marina Rollman. Comme je n’avais pas d’attente particulière, j’ai pu rire beaucoup plus facilement. C’était libérateur : j’ai oublié que je venais la critiquer. Ensuite, j’ai été dithyrambique sur les réseaux sociaux et je ne veux pas que ça la desserve.

Donc, comme pour tous les nouveaux spectacles à la Petite Loge : allez-y sans idée préconçue. Ce n’est pas le spectacle de l’année — ça a juste été un excellent moment pour moi, le meilleur des trois spectacles de cet article selon moi.

À vous de vous faire votre propre idée ! La seule chose, c’est que si vous ne la voyez pas, vous manquez une belle expérience. Si vous ne vous sentez pas l’âme d’aller aux plateaux en langue étrangère du dimanche au Barbès Comedy Club, prenez le temps d’aller à la Petite Loge pour Mahaut !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Pourquoi j’ai manqué l’ouverture du Barbès Comedy Club [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => barbes-comedy-club-petite-loge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:23:29 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:23:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7036 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6900 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-27 06:00:12 [post_date_gmt] => 2019-09-27 04:00:12 [post_content] =>

Mahaut, nouvelle recrue du Laugh Steady Crew, a ce côté star par nature qui la propulse assez vite vers la lumière. Elle commencera son chemin à la Petite Loge avec son spectacle Drama Queen.

Mahaut : « restez Drama, vous êtes une Queen »

C’est avec ce slogan énigmatique que Mahaut vous invite à rejoindre les banquettes de la Petite Loge. J’étais surprise de la voir intégrer la troupe du Laugh Steady Crew, surtout par méconnaissance du personnage.

Pour avoir assisté aux deux premières de la saison du LSC, j’ai eu face à moi une humoriste à l’aise. Elle était capable de proposer des nouveautés sans difficulté apparente… J’insiste sur le mot « apparente » car on ne sait jamais ce qu’il se passe dans la tête d’un comique.

Elle a le swag d’une Audrey Jésus, l’esprit analytique d’une journaliste et la folie nécessaire pour suivre les traces d’Aude Alisque. Et malgré tout, elle n’a rien à voir avec ces gens-là. En réalité, elle n’a rien à voir avec personne. Je n’arrive pas à savoir comment Mahaut s’est construite et ça m’intrigue de ne pas être capable de la mettre dans une case. La découverte sera totale, donc, et j’ai hâte d’y être !

C’est même tout un symbole de clôturer la rubrique « 1 jour, 1 reco » avec elle. Au final, il n’y a pas que 20 artistes à voir en cette rentrée ! On aura beau essayer de brasser tous les spectacles en cours, on en ratera toujours quelques uns. La meilleure façon de sortir, donc, c’est de découvrir ! Tentez le coup, vous ne serez pas déçu. Ou alors, si vous aimez jouer, 10 % du temps. Mais ça veut dire 90 % de satisfaction, et c’est plus que génial, quand on y pense ! Allez, on réserve illico presto, parce que ces salles vont vite se remplir…

Infos pratiques

Quand ?Les dimanches à 19 heures, du 06/10 au 22/12
Où ?La Petite Loge (Saint-Georges)
TarifÀ partir de 10,95 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Comédie Love

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Mahaut, Drama Queen de l’humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mahaut-spectacle-drama-queen-petiteloge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-09-17 17:01:46 [post_modified_gmt] => 2019-09-17 15:01:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6900 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 6835 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-12 12:06:22 [post_date_gmt] => 2019-09-12 10:06:22 [post_content] =>

Proposer un thème au Laugh Steady Crew ? Si vous vous demandez de quoi on parle, vous n’avez pas encore découvert la troupe de Thierno Thioune. Le concept de ce plateau : les humoristes doivent créer un sketch autour de 4 thèmes définis lors de la soirée précédente.

Ils ont une semaine pour se débrouiller avec des thèmes comme « les cheveux » ou « arracheurs de dents », ou encore « posologie ». Bon courage, donc ? Traditionnellement, je laisse le public choisir les thèmes. Mais pour la rentrée 2019, j’ai tenté l’expérience.

Mon thème au Laugh Steady Crew : Charles Leclerc

Pour ne rien vous cacher, j’avais trop peur d’énoncer mon thème, et en même temps trop envie. Parce que c’est toujours pareil : il y en a toujours un qui braille ce qu’il veut, et moi je me tais parce que je ne m’impose pas dans un groupe. Il me faut attendre un silence d’au moins quatre secondes. Et après qu’un mec passablement bourré a proposé : « sirop d’érable », j’ai pu profiter de ces quatre secondes.

Et ensuite, j’en ai pris quatre autres pour savourer l’instant et sortir mon thème à moi. Un thème qui semblait étranger à tout le monde.

— Charles Leclerc !

— Quoi ?

Il n’y a pas que les jeunes humoristes qui sont inconnus du grand public. Charles Leclerc l’est aussi. Même vous, lecteurs du spot du rire, vous avez peut-être manqué cet article où j’ai subrepticement glissé son blaz.

Après une brève explication de texte (merci Avril), c’est Loïc Fontaine qui a commencé à protester. Je l’aurais fusillé sur place, et je ne sais pas si mon agacement s’est senti. Toi, tu veux m’enlever mon thème à moi ? Tu sais pas quelle vie je mène, etc., etc. Laisse-moi cette victoire ou je te sors de la troupe (j’ai des contacts hauts placés).

Heureusement, le MC acceptait de faire figurer ce thème au Laugh Steady Crew, sans qu’aucun incident diplomatique n’intervienne. Ironie de l’histoire, Loïc Fontaine a choisi ce thème. Il faut dire que les deux derniers thèmes, « pissenlit » et « Pierre Metzger » (comprenez Pierre DuDza), étaient tout aussi complexes à traiter.

Contre toute attente, le thème fait un tabac

Quand tu proposes un thème au Laugh Steady Crew, tu as tellement envie d’être là la semaine suivante. Tu es dans un état d’esprit assez dictatorial car tu contrôles la créativité d’une partie d’une troupe artistique. Ils bossent pour ton petit plaisir égoïste. Et c’est légal.

Mais ce choix de thème n’était pas anodin. Il avait l’air complexe, parce que si vous n’avez pas les références hautement techniques d’un sport de niche, certaines références ne passent pas. Mais en réalité, pour bien connaître ce thème, le parallèle avec leurs destins respectifs existait. Au Laugh Steady Crew, on assiste à l’éclosion de talents — ce que Charles Leclerc est en train de vivre dans son monde de niche. Au final, quatre membres de la troupe ont choisi Charles Leclerc. J’avais déjà gagné.

Triomphe au Laugh Steady Crew

En pole position, Jean-Paul SP bosse son sujet

Jean-Paul SP, gagnant de l’open mic la semaine précédente, ouvrait la soirée. Il pouvait faire du sur, mais il tenait à se prêter au jeu du test. Pour l’avoir vu rôder ce passage au Buttes Chaumont Comedy Club, il avait vraiment envie d’en découdre.

Il avait vraiment bossé le sujet. Ça a permis au magazine AutoHebdo de vendre un exemplaire de plus, au podcast officiel de la Formule 1 de gagner un auditeur… et même à Netflix de faire connaître un peu mieux la série « Pilotes de leur destin ».

Le résultat était très satisfaisant. Déjà, c’était le seul à proposer des faits 100 % véridiques, et puis son angle sur la passion fonctionnait bien. Son capital sympathie aussi. Le seul regret, c’est de l’avoir vu débuter la soirée. Le MC l’a envoyé au casse-pipe. En éclaireur face à un public qui se rôdait encore, il a tenu bon et les applaudissements étaient généreux.

Je lui accorde donc le prix « Alain Prost » pour cette prestation. Bravo Jean-Paul !

Sur la première ligne, Mahaut prend un départ canon

Vous n’avez pas idée à quel point je m’amuse avec mes métaphores. La deuxième à passer sur le grill, c’est Mahaut. Forte d’un premier bon passage pour ses débuts dans la troupe, elle montrait encore qu’elle savait jouer aux avant-postes. Cette rookie enthousiasmante a failli tomber dans le cliché de dire que la Formule 1 ne consiste qu’à tourner en rond.

Heureusement, elle a évité la sortie de piste avec un angle très drôle et malin sur les héros du quotidien. En prime, elle a réussi à mettre sa patte et sa personnalité dans le sketch. Et que dire de son imitation du bruit des Formule 1 ! Pour m’y connaître grave sur le sujet, elle a été meilleure que les vrais protagonistes. Mahaut, tu peux le vérifier ici.

Je lui accorde donc le prix « Lando Norris » (un nouveau venu super drôle et populaire, roi des meme sur le web) pour cette prestation. Bravo Mahaut !

L’outsider Loïc Fontaine fait parler son expérience

Troisième à se prêter au jeu, Loïc Fontaine a clairement manqué son départ. Comme la semaine précédente, ses jeux de mots n’impressionnaient pas le public.

Mais Loïc Fontaine est un vétéran du rire par rapport à ses petits camarades. Techniquement, il sait mettre au point un sketch. La partie sur le père de Charles Leclerc était maladroite de mon point de vue, car je me disais que Loïc ne savait peut-être pas que Charles a perdu son père en 2017. Ou que son destin est très particulier.

Mais nous y reviendrons, et puis à part moi, personne ne savait qui il était. Loïc l’a vérifié grâce à un « Par applaudissements, qui connaît Charles Leclerc ». Il n’y avait que moi — ça me rappelle des souvenirs sur des humoristes qui posent la même question sur eux-mêmes. Certe Mathurin, je continuerai d’applaudir dans l’espoir de ne plus être seule. Passons !

C’est avec des panneaux de signalisation que Loïc Fontaine a débloqué son compteur de rires pour de bon. Une valeur sûre pour tous les gens qui connaissent les Ratz. Oh, non, encore une référence obscure qui mêle bagnole et blagues. Déso pas déso.

C’était un soulagement, le signe que Loïc venait de lancer sa saison. Comme quoi, il était pas si mal, ce thème !

Je lui accorde donc le prix « Sebastian Vettel » (un mec ultra-primé qui, malgré quelques passages à vide, sait toujours rebondir) pour cette prestation. Bravo Loïc !

Le favori de l’épreuve, Avril, glane un nouveau succès

Quand tu arrives en position de favori, tous les paramètres peuvent te faire chuter de ton piédestal. Bien sûr, tu arrives sur le ring avec la confiance de ton dernier succès.

Mais tu as tout à perdre dans cette position de numéro 1. On t’attend vraiment au tournant, l’intérêt médiatique grandit, etc. Vous l’avez sans doute lu plus haut, Avril était le seul à connaître Charles Leclerc. Aujourd’hui, je vous le dévoile en exclusivité : c’était un test.

Parce que c’est bien gentil, d’être découverte humour. Il faut savoir passer à l’étape supérieure et devenir une confirmation. Je lui avais dit que je n’avais aucune exigence. En réalité, j’attendais énormément. Il avait l’avantage de la connaissance du sujet, il ne devait pas se planter.

En sports mécaniques, une expression revient souvent : taille patron. Rien à voir avec le fait de tailler une pipe à son patron (ça, je l’écris simplement pour faire rire Pierre DuDza). Cela signifie donc que tu domines ton sujet de bout en bout.

On l’a dit plus haut, le destin de Charles Leclerc est compliqué. Il a perdu de nombreux proches tout au long de sa vie, et c’est cet angle-là qu’a choisi Avril. La dernière fois, c’était fin août. Le nombre de micro-références était dingue. Déjà, Avril commençait en demandant à une personne du public d’enlever sa casquette. Mais franchement, c’est exactement ce que les pilotes doivent faire dans les moments solennels et de recueillement. Purée, ce que ça commençait bien.

Mêler le comique et le tragique, c’est entrer dans la cour des grands du rire

Et commencer par évoquer la mort de Jules Bianchi, mêler le comique et le tragique… J’étais émue, moi qui ai suivi tous ces événements, parfois en direct. Je lui ai dit ensuite que c’était un bel hommage et une sacrée prise de risque.

Le public n’avait pas cet historique, mais il n’en a pas eu besoin. Les gens autour de moi éclataient de rire, tandis que l’intensité du passage allait en grandissant. Ensuite, c’était globalement du Avril dans le texte et dans le jeu. Une liste de personnes pour lesquelles Avril trouvait un lien avec Charles Leclerc. Un finish tranquille et efficace sur Pierre DuDza, son acolyte — comme un rappel du reste. Juste la bonne durée, et il s’en est allé.

Le meilleur moment intervenait finalement après le passage. Avril n’était pas pleinement satisfait. Et dans ce monde, qui, malgré les louanges de la foule et les compliments de ses pairs, continue d’être insatisfait ? Charles Leclerc. Mis à part quelques détails, je vous laisse comparer :

Il n’a pas le trac dans les moments importants même si au fond de lui ce n’est évidemment pas toujours simple. (…) C’est aussi un gros travailleur, très dur envers lui-même. Il a énormément confiance en lui et sait qu’il est très bon mais il met aussi la barre très haut. (…) La vitesse à laquelle il apprend m’impressionne.

Nicolas Todt parle de son poulain

Je lui accorde donc le prix « Charles Leclerc » pour cette prestation, synonyme de victoire. Bravo Avril !

Proposer un thème au Laugh Steady Crew : faites-le, c’est trop bien !

Peu de spectacles proposent au public une expérience aussi interactive que le Laugh Steady Crew. Je n’avais vraiment pas idée d’à quel point on a envie de voir le fruit du travail effectué. Moi, je venais simplement pour soutenir des talents en devenir. C’était la routine, comme d’habitude.

Là, ça m’a apporté une expérience nouvelle. Si vous avez une passion particulière comme moi, ou quelque chose que vous avez envie de voir développé sans embêter vos potes avec ça, c’est une aubaine. La chance de voir de nouvelles perspectives sur ce que vous connaissez le mieux. Je ne le referai pas pour ne pas traumatiser les humoristes, mais si j’étais une spectatrice classique, j’aurais rempilé avec un nouveau thème. Et vous, quelle sera votre proposition de thème ? Réservez pour le découvrir !

[post_title] => J’ai choisi un thème au Laugh Steady Crew, et c’était fou [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => theme-laugh-steady-crew-troupe [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-16 13:29:53 [post_modified_gmt] => 2020-10-16 11:29:53 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6835 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 6699 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-01 09:00:24 [post_date_gmt] => 2019-09-01 07:00:24 [post_content] =>

La rentrée humour, c’est la seule que l’on attend avec impatience. Quand l’école est un traumatisme ou que votre travail vous donne envie de claquer la porte, la comédie est là pour vous sauver.

Raison #1 de kiffer la rentrée humour : le dynamisme des comedy clubs

Vous l’avez sans doute entendu ces derniers mois : Shirley Souagnon veut révolutionner le monde des plateaux. Pardon, comedy clubs. Car si nous ne faisons pas vraiment la distinction aujourd’hui, tout va bientôt changer.

Plateau d’humour vs. comedy club : il va falloir faire la différence !

Pour rappel, un plateau d’humour correspond à un spectacle d’humour avec plusieurs humoristes. Un comedy club, c’est un lieu dédié à l’humour. Vous y retrouvez donc plusieurs plateaux d’humour sur une même semaine, voire sur une même journée.

Le (Jamel) Comedy Club répond partiellement à cette appellation, parce que le nombre de spectacles y est faible. En revanche, le Paname Art Café a su s’ériger en comedy club avec des spectacles qui commencent en début ou fin d’après-midi et qui vont jusqu'à 1 heure du matin. Tous les jours de l’année, même les jours fériés.

À la rentrée, Shirley Souagnon va dévoiler la transformation complète du Jardin Sauvage. La péniche du quai d’Austerlitz a connu un très beau développement cette année avec des scènes ouvertes et des plateaux plus confirmés. Le tout permet à de nombreuses personnes de jouer en français et en anglais.

Dans le même temps, elle va ouvrir un comedy club à la Goutte d’Or, à mi-chemin entre la rue d’Oran et de la rue Léon. Elle explique le tout à la fin de ce podcast (cherchez le logo du spot du rire pour retrouver sa promotion ;-)).

En plus de cela, les plateaux humour qui ont cessé d’accueillir du public cet été vont reprendre de plus belle en septembre. La transition est parfaite pour vous présenter la suite…

Raison #2 : le renouvellement du Laugh Steady Crew

On aurait pu être triste de voir des figures comme Aude Alisque et Manu Bibard s’émanciper du Laugh Steady Crew. Mettons de côté notre nostalgie : la saison 2019-2020 va marquer les esprits. Réservez pour être sûr d’y assister !

Avant cela, un mot sur la photo qui illustre cet article. Elle remonte au premier soir où j’ai assisté au plateau. Ce devait être la dernière soirée de la première saison. Nadim était l’invité du LSC, et j’étais là pour lui et sa trottinette. Depuis j’ai appris à apprécier la troupe autant que les invités. Revenons à aujourd’hui.

Commençons par les gagnants de l’Open Mic de la saison dernière. D’abord, le Gang des Bonnets composé d’Audrey Jésus et de Di Mambro intègre la promotion. C’est un vrai tour de force pour la troupe d’humoristes : sur la scène actuelle, en effet, ils ont une sacrée cote.

Si on parle moins d’elle, je peux vous dire qu’on me vend Anissa Omri en coulisses comme une future pépite. J’aime beaucoup ce qu’elle fait, et j’attends de voir cette tendance confirmée. Je suis comme Saint-Thomas, je dois en avoir le cœur net. La bonne nouvelle, c’est que l’exercice du test est parfait pour progresser rapidement. Un terrain de jeu qui conviendra également à Mahaut, bientôt en spectacle à la Petite Loge et qui pourra bénéficier d’un public plus large. Un exercice auquel elle a déjà pris part en passant par Le Meilleur Podcast d’Arezki Chougar cet été !

Des découvertes et des humoristes confirmés

Le Laugh Steady Crew, c’est aussi une émulation. Pour permettre à chacun de s’élever, il faut quelques humoristes qui ont de la bouteille. Dans le domaine, Hugo Gertner et Loïc Fontaine répondront présents. Ancien auteur du côté de chez Canal+, Hugo Gertner pourra s’en donner à cœur joie sur les thèmes imposés. Loïc Fontaine joue son spectacle depuis plusieurs années. Passé par le Théâtre la Cible en 2016, il a ensuite attiré un public plus large au Sentier des Halles ou au BO Saint Martin.

Enfin, certains auront l’avantage de connaître la maison : Avril et Pierre DuDza. On attendra nécessairement plus d’eux que l’année dernière. Bonne nouvelle pour eux : leur progression de l’an dernier et leur laboratoire de blagues, les Ouais Ouais Ouais, vont les y aider. Sans compter le spectacle à venir d’Avril à la Petite Loge. On vous en parle bientôt !

Raison #3 : les nouveautés des petites salles en cette rentrée humour

Eh oui, encore une transition parfaite en cette rentrée humour. Comme chaque année en septembre et en octobre, la programmation des théâtres évolue. Pour mieux vivre ce chamboulement, Le spot du rire vous propose un dispositif d’envergure.

Raison #4 : 1 jour, 1 reco, pour y voir plus clair dans la nouvelle génération humour

C’est du jamais vu sur le site : du 2 au 27 septembre, nous vous proposons la rubrique 1 jour, 1 reco. Du lundi au vendredi, à 10 heures, vous pourrez ainsi découvrir un spectacle à voir en cette fin d’année.

On est très fier de vous proposer cette nouveauté, qui amène une nouvelle supplémentaire !

Raison #5 : Le spot du rire plus mobilisé que jamais dès cette rentrée humour

Nous vous parlions de reconversion en tout début d’article… Ce n’est pas anodin. Cela fait plus de 5 ans que je navigue dans un monde très différent de l’humour. Et justement, l’humour a eu raison de ma vocation première.

Aller voir autant de spectacles et croire que l’on va pouvoir continuer à mener deux vies professionnelles, cela ne dure qu’un temps. J’ai fait un peu comme Sophie Bergeot (cf. Le Meilleur Podcast #21), et aujourd’hui, Le spot du rire est ma seule occupation.

Je vais bénéficier d’un accompagnement pour augmenter la portée de ce média humour. Car comme Shirley souhaite le faire en professionnalisant les plateaux, je veux aussi transformer cette activité pour la rendre pérenne.

Dans l’immédiat, on va vous proposer plus de contenus et on commence avec le retour des interviews. J’ai réussi à dénicher des rédacteurs passionnés, qui ont tous au moins rendu une production de qualité. Parmi elles, la présentation du festival de Concarneau, prévu en octobre. C’est pour moi essentiel de varier les points de vue, car ce que j’aime n’est pas forcément ce que vous appréciez. Plus les avis divergeront, plus il y aura de chances que nos recommandations vous parlent.

Pour le moment, tous mes rédacteurs sont des hommes et c’est dommage car j’ai vraiment besoin de diversifier tout ça. C’est l’un des nombreux axes de travail qui nous attend.

D’ici-là, bon retour en plateau d’humour et dans les salles de spectacle !

Et vous, pourquoi attendez-vous la rentrée humour ?

Dites-nous tout ! Qu’avez-vous envie de voir ou de retrouver en priorité ? ;-)

Crédits photo

© Laugh Steady Crew

[post_title] => 5 raisons de kiffer la rentrée humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-2019 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-09-01 09:15:41 [post_modified_gmt] => 2019-09-01 07:15:41 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6699 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 8 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010193 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-15 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 30 à 40

L’expérimentation continuera de happer le public avec la singularité d’un Jihef (30). Sa présence particulière ne manquera pas d’interroger le public, sceptique puis forcément hilare. En mal d’humour engagé ? Audrey Jésus (31) proposera ensuite une transition logique entre étrangeté, sensibilité et propos éclairé.

Du pur stand-up tentera alors la foule, rassasiée d’originalité et qui voudrait bien reprendre ses esprits ! Basile (32) assurera son rôle comme un chef avec son charisme scénique et son affection pour le stand-up. L’expérience reviendra ensuite à la charge avec le couple Alexandra Pizzagali et Clément K (33), dont l’union dans la vie se transposera naturellement.

Des plumes pouvant en cacher une autre, Gabriel Francès (34) viendra faire perdurer les saillies verbales avec un humour à la fois politique et noir. L’auteur de Walter (entre autres) bénéficiera ainsi d’un beau coup de projecteur ! Projecteurs qu’Agnès Hurstel (35) est habituée à voir. À l’aise sur scène, sur France Inter comme en TEDx, elle apportera une touche à la fois névrotique et osée qui lui est propre.

Du névrotique au poétique, il n’y a qu’un pas ?

Pas toujours, mais Romain Barreda (36) viendra adoucir l’atmosphère et récupérer une frange puritaine du public ? Son expérience au Grand Rex l’aidera grandement à être à l’aise et à se distinguer.

Viendra ensuite une humoriste anglophone que les amateurs de stand-up underground connaissent bien : Els (37) ! Une nouvelle tête de l’humour en cachera ainsi une autre : le calme et posé Sylvain DK (38). Il laissera la place à une Mahaut (39) dont l’excentricité n’est plus à prouver. Cette drama queen fera ainsi forte impression et redonnera un coup de fouet au public… Si certains se retrouvent avec le mal de mer à ce stade, Arezki Chougar (40) viendra rétablir tout cela avec son charisme légendaire et son sens du dialogue…

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 17 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-4 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:49:29 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:49:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 8 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 6be995c71b95fea2a2dcb9c3e92b3469 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Mahaut

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 4/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6

Mahaut et Humourman en 30-30 au Laugh Steady Crew

Mahaut et Humourman, l’association improbable qui marche

Portrait de Gérémy Crédeville : découvrez-le en plateaux d’humour

Récit d’une semaine ordinaire en plateaux d’humour

Après les Batignolles, on a vu Anissa Omri et Humourman cartonner au Laugh Steady Crew

Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances

Ghislain Blique sur scène au Barbès Comedy Club

Pourquoi j’ai manqué l’ouverture du Barbès Comedy Club

Mahaut jouera son spectacle Drama Queen à la Petite Loge

1 jour, 1 reco : Mahaut, Drama Queen de l’humour

Proposer un thème au Laugh Steady Crew

J’ai choisi un thème au Laugh Steady Crew, et c’était fou

Rentrée humour : le Laugh Steady Crew bien avant la saison 2019-2020

5 raisons de kiffer la rentrée humour