WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => anne-dupin
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 504
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => anne-dupin
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 504
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => anne-dupin
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 504
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => anne-dupin
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 504
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 504
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 504
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => anne-dupin
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 504
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (504) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (504) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (504)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010200
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-02-19 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-02-19 07:00:00
                    [post_content] => 

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 51 à 60

Suite à l’esquisse de nos contemporains signée Karim Duval, Florence Mendez (51) séduira le public. Sous ses airs inoffensifs se cache une humoriste à l’univers teinté d’une noirceur éclatante !

Le suivant sera tout aussi habitué au contact des enfants. En effet, après l’ancienne professeur des écoles, Louis Chappey (52) parlera peut-être de l’un de ses premiers sujets de stand-up. De quoi s’agissait-il ? Facile : son ancien statut d’animateur de maternelle ! Le franc-parler de la flamboyante Laura Calu (53) viendra ensuite électriser l’Européen.

Une salle de nouveaux talents connus des initiés

Une salle qui sera ensuite saisie par la proposition aussi qualitative qu’expérimentale d’Adrien Montowski (54).

Ensuite, Anne Cahen (55) viendra recentrer la soirée autour d’un univers stand-up. Sa prestation sera inédite pour le plus grand nombre mais déjà connue des (très) initiés. Autre humoriste connu par une niche d’observateurs, Guillaume Guisset (56) fera bien plus que marcher sur les traces de Gaspard Proust avec son univers singulier.

Un univers tout aussi singulier attendra les spectateurs au tournant. Anne Dupin (57) a peut-être disparu des écrans-radar. Cependant, les dénicheurs de talent n’oublient pas son spectacle au Théâtre la Cible… Ou encore ses expérimentations au Laugh Steady Crew.

Le prochain humoriste, vous le connaissez pour ses premières parties de Blanche Gardin, ses chroniques matinales et autres commentaires sportifs. Harold Barbé (58) captera enfin la lumière qui lui manque tant pour briller.

Vous l’entendez de plus en plus, Rosa Bursztein (59) devra trancher entre relations et actualité pour peupler sa minute réglementaire. Quel que soit son choix, elle ne laissera pas indifférent ! Pour clore cette soirée, il fallait un grand du rire. Non pas par son nom, mais par sa taille. Celle qui lui fait voir le monde sous une autre perspective, avec plus de recul. Réda Seddiki (60) aura la lourde tâche de faire rêver une dernière fois le public. Public qui sera ébloui par la constellation du rire qu’il aura pu observer en seulement une heure de temps…

Cela sera passé vite, assurément. Certains auront envie de tous les revoir, d’autres feront leur sélection. Quoi qu’il advienne, cette soirée sera mémorable.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Retrouvez le reste des artistes que nous avons sélectionné pour vous sur les cinq autres articles publiés ce mois-ci !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-6 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-25 10:26:12 [post_modified_gmt] => 2021-01-25 09:26:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010200 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 7224 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-24 17:03:43 [post_date_gmt] => 2019-10-24 15:03:43 [post_content] =>

Dimanche dernier, un rendez-vous nous tendait les bras : le Bunker Comedy Club aux Écuries. Aux manettes de ce nouveau plateau : Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos. Des comiques qui se font rares, pour lesquels leur fanbase s’extasie sur deux syllabes : DAVA.

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos : d’où vient cette hype ?

Pour être honnête, on n’a pas compris, au début. On a bien saisi le phénomène de rareté : deux gars qui semblent désinvoltes, au talent fou, qui se font désirer. On s’est interrogé : sont-ce des humoristes de bobos ? Aucune foutue idée.

Pour paraphraser un Gaspard Proust, les médias branchés comme Les Inrocks se branlent littéralement sur le phénomène. Avec cette manière si habituelle de les annoncer comme les futurs grands de je ne sais quoi. Mon cher petit journaliste, pourrais-tu m’expliquer pourquoi au lieu de m’exclure du délire Paris-intramuros ? Tu ne m’entends pas, je suis au-delà du périph’ alors bon.

Sauf qu’on est en train de tomber dans le piège à notre tour. Des gens très, très différents citent Augustin Shackelpopoulos (ça a l’air d’être le plus attendu des deux*) comme une référence… Il leur a donné envie de faire du stand-up, parfois. Il y a des gens comme Anne Dupin, Bobbin, Humourman… La liste n’est clairement pas exhaustive.

*Après vérification, les fans apprécient les deux de la même manière. La force de Sacha serait le texte, celle d’Augustin, le clown. Si Augustin paraissait plus attendu, c’était pour son absence des plateaux depuis longtemps. Reprenons l’enquête…

Lors de leur plateau, Haroun a joué. Et il a commencé son set par une déclaration d’amour à leur humour. Un truc d’admiration qu’on attendrait d’un petit nouveau, mais pas d’un mec aussi capé que Haroun. Je le regardais pendant le passage d’Augustin : non seulement, il écoutait, mais il était mort de rire tout le long.

Leur arme fatale : la technique

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos sont là pour performer. Techniquement, c’est parfait : ils nous amènent là où ils veulent, quand ils le veulent, et nous font atterrir à un endroit que l’on n’aurait jamais imaginé. Et cela, ils y parviennent à chaque blague.

Il leur en faut, de la technique, en vrai. Parce que vu leur attrait pour les blagues qui font référence aux nazis, on pourrait vraiment tomber dans de la grosse daube. Je ne sais pas si c’est la méfiance face à une foule de fanatiques ou l’énergie de la salle qui me contaminait, mais j’étais un peu perdue. D’habitude, soit j’aime, soit je n’aime pas. Là, je tombe dans le même écueil que Les Inrocks et je me mets à regarder ça comme de l’art.

Un lieu propice au stand-up de qualité : les Écuries

Il y a près de trois ans, je me rendais aux Écuries pour la première fois. C’était le premier vrai plateau que je voyais. Je suis même dans l’émission de radio, c’est vous dire que le spot du rire était en train de naître.

À l’époque, je découvrais Rémi Boyes. Il était encore là le soir du Bunker Comedy Club, et il y rejouait quelques passages sur Batman et les souris. Ça m’a mis un coup de vieux, et ça m’a aussi rassurée. Les bonnes choses restent les mêmes. Tant qu’il y a de l’humour aux Écuries, tout va bien.

Il est de bon ton d’aller aux Écuries. En cela, le Bunker Comedy Club a de quoi devenir le nouveau Dimanche Marrant. Ça fonctionne pareil : il faut arriver bien en avance, parce que la communauté répond toujours présente et que c’est blindé. Des gens debout, il y en a au-delà de la scène.

Sur scène, ce n’est plus Guilhem, ce sont Sacha et Augustin. Ça reste un peu le même cercle, il ne manque plus que Jean-Philippe de Tinguy. Pardon, mes tocs me reprennent. Mais tout est lié, car c’est grâce à Jean-Philippe que j’ai découvert un fait d’armes de Sacha Béhar.

À la fin de la soirée, Bobbin m’a demandé pourquoi je n’interviewais pas ces deux compères. Je lui répondais que c’était un peu comme pour Yacine Belhousse. Face à tant de fans autour de moi, j’avais peur de poser des questions bêtes ou de ressentir un syndrome de l’imposteur.

Deux minutes plus tard, on s’approchait de Haroun et Augustin avec Humourman. Et j’ai enchaîné sur une discussion sur la Formule 1 surréaliste avec Augustin. Elle durait, elle durait. Je ne comprenais pas, et je compris encore moins ensuite : peut-être qu’il ironise sur le fait d’être intéressé et qu’il est dans son personnage. What the… Le mec avait l’air normal, j’ai sans doute encore loupé un truc. Ou bien suis-je la seule à conserver un brin de lucidité ? Je suis, plus que jamais, perplexe.

Mais c’est aussi une occasion en or de vulgariser un humour pour le faire comprendre au grand public. Une question subsiste : veut-on aller sur cette pente, ou ces deux compères doivent-ils continuer d’appartenir à leur communauté ? Je ne veux pas y répondre pour le moment, semble-t-il. Il va falloir attendre. Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos aiment faire languir les gens, ils le comprendront très bien.

En résumé

Je suis rentrée bien, et bien rentrée, après cette première aux Écuries. Je n’ai toujours pas compris la différence entre les plateaux DAVA et Bunker Comedy Club**, vu que ça se passe aux Écuries à chaque fois. Peu importe, il y avait du beau monde dans le public — et on n’était pas au Barbès Comedy Club. Il y avait même, selon mes interlocuteurs, Babor. Encore une référence ultra-conne pour certains, absolument inconnue pour d’autres.

**Apparemment, DAVA c’est un truc à deux, tandis que Sacha Béhar organise le plateau…

Trois ans après ce premier plateau aux Écuries où je ne connaissais et parlais à personne, la scène humoristique a bien évolué. On regrette l’absence de femmes sur la première du plateau, mais je crois que ce soir-là, tout le monde s’en cognait. Les deux stars de la soirée étaient bien Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, ou Augustin Shackelpopoulos et Sacha Béhar. Faut-il les citer dans un sens prédéfini ? Si vous êtes fans et que vous me détestez de cette interrogation, expliquez-moi, ça aidera tout le monde.

[post_title] => Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sacha-behar-augustin-shackelpopoulos [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-25 09:21:14 [post_modified_gmt] => 2019-10-25 07:21:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7224 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 5166 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-20 21:20:08 [post_date_gmt] => 2018-09-20 19:20:08 [post_content] => La Topito Open Mic Night était le moment phare de mon Debout Paris Festival. Comment mieux rendre un hommage au stand-up qu’avec une scène ouverte ? Le discours d’ouverture d’Urbain était juste  : aller à ce type d’événements, c’est ce qui fait tourner la machine. Voir aussi : Debout Paris Festival : une première réussie qui donne la banane Les scènes ouvertes sont une épreuve. Chaque humoriste va prendre le micro quelques minutes, 3 ce soir-là. Le contrat initial est identique, mais les artistes ne vont pas tous vivre la même soirée !

Topito Open Mic Night : les têtes d’affiche des découvertes

Il y a ceux qui jouent partout et qui apprennent sans relâche, comme Brahms. La prestation est alors impeccable. Autre humoriste à avoir bien travaillé ces derniers temps : Paul Mirabel. Selon Urbain, c’était le meilleur de la soirée. Il gagne donc le droit de jouer une nouvelle fois pour Topito le 26 septembre. Ce mec est drôle, mais ses thèmes pourraient être plus originaux. La différence  : il les traite avec des angles inattendus et un jeu impeccable.

Les outsiders : Anne Dupin et Cyril Hives

Dans un autre style, Anne Dupin et Cyril Hives provoquent les rires facilement. Il font sans nul doute partie de la nouvelle génération d’humoristes. Anne m’épate de plus en plus. Avec le Laugh Steady Crew, elle a fait un sacré pas en avant depuis les tremplins Jeunes Talents Cible, remportés par Nadim. Elle avait déjà ce grain de folie qui la distinguait des autres nouveaux. Depuis, elle a gagné en précision et en originalité. Cyril Hives maîtrise son stand-up. J’aime beaucoup ses prestations inattendues, même si parler de YouPorn devient assez récurrent. Je l'ai trouvé meilleur lors de la première partie d'Adrien Montowski. La raison : la limite de temps corse les jeux habituels...

Les bides (plus ou moins cruels)

Les passages manqués étaient de différentes natures. Parfois, le public ne comprenait pas où l'humoriste voulait en venir. Autre cas : l'une des humoristes tentait sa première scène. Une épreuve très difficile pour elle : elle a malheureusement perdu pied, l'émotion la submergeant. J'espère qu'elle y retournera pour comprendre que le public ne la rejetait pas en tant que personne. En réalité, il n'arrivait pas à rentrer dans son univers par manque de détail et de profondeur dans les thématiques. En plus, avec 30 humoristes sur scène, les humoristes qui passaient vers la fin vivaient des minutes très difficiles. Les derniers ont été même réduits à jouer 2 minutes. Un rien ! À chaque fois, la sentence était la même : une chanson de Patrick Sébastien. Elle me faisait sursauter à chaque fois, c'est toujours un vecteur de tension. Les enseignements de la soirée, c'est que les vannes clichés ne prennent plus. Certaines exagérations trop grandes (une femme ment sur son poids : multipliez-le par 7 pour avoir le vrai chiffre...) n'ont pas fait mouche. Les filles sur scène étaient généralement célibataires, les garçons ghostés sur les sites de rencontre. Cherchez l'erreur !

Topito Open Mic Night : le mot de la fin

Urbain a passé la soirée à nous inciter à applaudir et soutenir. Le public oublie ou ignore à quel point la scène est un saut dans le vide. Le bide, c'est ce qu'il se passe quand le parachute ne fonctionne pas comme prévu. Très formateur, cela dit : il purge ainsi les mauvaises vannes au profit d'un succès futur. Shirley Souagnon, initiatrice du festival, est venue soutenir les artistes de la scène ouverte de Topito en coulisses. Preuve que cette soirée n'était en rien anecdotique. [post_title] => Debout Paris Festival : retour sur la soirée Topito Open Mic Night [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => debout-paris-topito-open-mic [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:53:41 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:53:41 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5166 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 3578 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-03 10:10:24 [post_date_gmt] => 2018-03-03 09:10:24 [post_content] => C'est bientôt la journée de la femme, et le monde du spectacle l'a compris ! Voici quelques soirées et initiatives en faveur des femmes à ne pas manquer en ce mois de mars.

Festival Drôles de Dames au Point Virgule : demandez le programme !

Du 8 au 11 mars, les salles de Jean-Marc Dumontet s'animent en faveur des femmes, avec des humoristes hommes et femmes !

Journée de la femme : 2 plateaux le 8 mars

Le coup d'envoi du festival se tiendra le 8 mars au Grand Point Virgule à 19h30. Vous pourrez retrouver Kallagan, Djimo, Guillermo Guiz, Noman Hosni ou encore François Martinez dans la soirée Parce qu'elles méritent plus qu'une journée. Si vous préférez une soirée 100% féminine, rendez-vous deux heures plus tard au Point Virgule : Les pépites de l'humour vous y attendent pour une soirée découverte. La programmation de cette soirée nous donne vraiment envie d'y aller. Outre la présence de Marion Mezadorian dont on ne se lasse pas de vous parler, on retrouve d'autres talents à suivre. On a adoré découvrir Marie Desroles en spectacle au Point Virgule, elle sera là ! Solène Rossignol, qui a participé au FUP cette année, sera également de la partie. Actuellement à la Petite Loge, l'hilarante Charlotte Creyx sera également présente. Agnès Hurstel, qui cartonne au Sentier des Halles, est bien entendu présente. Pour compléter ce line-up de compétition, on retrouvera également Ombeline de Tarragon.

Du 9 au 11 mars : entre spectacles et plateaux d'humour

Pour aller voir des humoristes qui cartonnent sur YouTube, on vous conseille la soirée Du web à la scène. Le 9 mars, les inséparables Laura Calu et Marina Cars se partageront la scène aux côtés de Nino Arial ou encore Lola Dubini. Autre grande soirée à réserver dès maintenant : la Fadily Party. Fadily Camara, qui joue son spectacle du jeudi au samedi au Point Virgule, sera au Grand Point Virgule le 10 mars. Elle sera accompagnée d'artistes déjà bien implantés sur la scène parisienne : Tania Dutel, Christine Berrou ou encore Melha Bedia et Lenny M'Bunga. Quoi ? Nous n'avons pas encore cité Shirley Souagnon, Laura Domenge ou encore Marine Baousson ? Pas d'inquiétude : elles seront, parmi d'autres, à la soirée Yes she can! au Grand Point Virgule le 11 mars. Voilà pour notre sélection ; vous pouvez retrouver toute la programmation et réserver sur la billetterie officielle.

Plateau alternatif : les Ladies Commandements invitent !

Si vous voulez donner de la chance à des artistes moins en lumière mais tout aussi intéressants, nous avons un autre plan pour vous. Les Ladies Commandements, c'est un plateau très créatif. A l'image du Laugh Steady Crew, cette troupe d'humoristes écrit chaque semaine des sketches inédits. Aux côtés des habituées Lucie Carbone et Els - Lost in France, on retrouvera notre artiste maison Betty Durieux, Anne Dupin et plein d'autres figures du stand-up. Ce plateau se tient au Sonart, un vivier de jeunes talents qui a fait débuter nombre d'entre eux.

Entre le rire et l'action : ces humoristes s'engagent pour la Fondation des Femmes

Pour terminer, le monde du stand-up ne déroge pas à la libération de la parole. Concrètement, de nombreux humoristes se sont engagés pour soutenir la Fondation des Femmes. Un appel aux dons est en cours. Parmi les personnalités engagées, on retrouve Shirley Souagnon, Agnès Hurstel ou encore Muriel Robin et Mouloud Achour. Allez voir la liste pour vous faire une idée et renseignez-vous sur les actions de l'association si vous souhaitez faire un don. [post_title] => Festival Drôles de Dames, etc. : les femmes à l'honneur en mars ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-droles-dames-journee-femme [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:38:00 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:38:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3578 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 4 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010200 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-19 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-19 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 51 à 60

Suite à l’esquisse de nos contemporains signée Karim Duval, Florence Mendez (51) séduira le public. Sous ses airs inoffensifs se cache une humoriste à l’univers teinté d’une noirceur éclatante !

Le suivant sera tout aussi habitué au contact des enfants. En effet, après l’ancienne professeur des écoles, Louis Chappey (52) parlera peut-être de l’un de ses premiers sujets de stand-up. De quoi s’agissait-il ? Facile : son ancien statut d’animateur de maternelle ! Le franc-parler de la flamboyante Laura Calu (53) viendra ensuite électriser l’Européen.

Une salle de nouveaux talents connus des initiés

Une salle qui sera ensuite saisie par la proposition aussi qualitative qu’expérimentale d’Adrien Montowski (54).

Ensuite, Anne Cahen (55) viendra recentrer la soirée autour d’un univers stand-up. Sa prestation sera inédite pour le plus grand nombre mais déjà connue des (très) initiés. Autre humoriste connu par une niche d’observateurs, Guillaume Guisset (56) fera bien plus que marcher sur les traces de Gaspard Proust avec son univers singulier.

Un univers tout aussi singulier attendra les spectateurs au tournant. Anne Dupin (57) a peut-être disparu des écrans-radar. Cependant, les dénicheurs de talent n’oublient pas son spectacle au Théâtre la Cible… Ou encore ses expérimentations au Laugh Steady Crew.

Le prochain humoriste, vous le connaissez pour ses premières parties de Blanche Gardin, ses chroniques matinales et autres commentaires sportifs. Harold Barbé (58) captera enfin la lumière qui lui manque tant pour briller.

Vous l’entendez de plus en plus, Rosa Bursztein (59) devra trancher entre relations et actualité pour peupler sa minute réglementaire. Quel que soit son choix, elle ne laissera pas indifférent ! Pour clore cette soirée, il fallait un grand du rire. Non pas par son nom, mais par sa taille. Celle qui lui fait voir le monde sous une autre perspective, avec plus de recul. Réda Seddiki (60) aura la lourde tâche de faire rêver une dernière fois le public. Public qui sera ébloui par la constellation du rire qu’il aura pu observer en seulement une heure de temps…

Cela sera passé vite, assurément. Certains auront envie de tous les revoir, d’autres feront leur sélection. Quoi qu’il advienne, cette soirée sera mémorable.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Retrouvez le reste des artistes que nous avons sélectionné pour vous sur les cinq autres articles publiés ce mois-ci !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-6 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-25 10:26:12 [post_modified_gmt] => 2021-01-25 09:26:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010200 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 4 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 276a007cf8768011d305de689e2c7115 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Anne Dupin

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 6/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos : affiche du premier Bunker Comedy Club

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos

Topito Open Mic Night : la scène ouverte du Debout Paris Festival

Debout Paris Festival : retour sur la soirée Topito Open Mic Night

Festival Drôles de Dames - Le Point Virgule

Festival Drôles de Dames, etc. : les femmes à l'honneur en mars !