WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => le-parisien
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 726
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => le-parisien
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 726
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => le-parisien
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 726
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => le-parisien
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 726
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 726
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 726
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => le-parisien
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 726
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (726) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (726) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (726)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011475
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-10-20 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-10-20 06:00:00
                    [post_content] => 

Le 26 septembre dernier, j’ai assisté au festival Paris Paradis. Quatre plateaux d’humour avaient lieu au Cabaret Sauvage, dans le parc de la Villette. Pour la troisième édition, exit l’hippodrome de Longchamp, bienvenue dans le XIXe arrondissement de Paris.

J’avais choisi les plateaux de 14 heures (pour Fanny Ruwet, principalement) et de 18 heures (meilleur line-up). Cependant, je savais que je n’allais pas passer la meilleure après-midi de ma vie. En effet, comme je vous le décrivais avant le festival, cet événement vise le grand public. Les amateurs d’humour, qui connaissent très bien les artistes et leurs passages « sûrs », connaissent déjà la musique.

En quête d’originalité au festival Paris Paradis

Le problème avec les artistes établis en représentation, c’est que leur renouvellement ne passe pas toujours par une prise de risque. Bien sûr, il est très complexe de garder un niveau élevé tout au long de son parcours. En revanche, dans certains cas, il est dommage de voir des renoncements artistiques, sur le plan de l’originalité notamment. Le public appréciait le moment, il n’y a pas eu de drame. En revanche, je n’ai pas réussi à apprécier le passage de Tristan Lopin. Il y a longtemps, j’ai écrit une critique positive de son spectacle. J’ai même parlé d’originalité à son égard…

Or trois ans plus tard, je vois ce passage où Tristan Lopin enchaîne les sujets de société. Le propos est d’une grande faiblesse, les clichés pleuvent et le passage est moralisateur. D’autres artistes présents livraient des performances moins clichées, mais quelque peu aseptisées.

Remplir des salles : regarder la prise de risque d’un autre prisme

Je commençais à perdre patience. Mais l’émotion avait-elle pris le pouvoir ? D’une part, j’allais à ce festival parce que c’est un événement médiatique d’ampleur. Organisé par le Parisien, le festival Paris Paradis est un endroit où il faut être pour asseoir sa légitimité. Qu’on soit artiste ou professionnel, d’ailleurs.

Du reste, je l’interprétais comme cela. Pour cet événement, je sacrifiais donc le visionnage d’un Grand Prix de Formule 1. Cet élément a pesé dans la balance de ma déception, on ne va pas se mentir.

Mais ce n’était pas tout ! Cela faisait quelques temps qu’une musique envahissante occupait mon esprit. J’ai réalisé que j’ai lancé un lobbying pro-originalité, à contre-courant des statistiques de buzz et d’influence.

Je passe à côté de tous les phénomènes d’ampleur qui m’ennuient ferme. Je cherche à reprogrammer le monde pour faire aimer des artistes méconnus, obscurs… Mais qui font rire les rares âmes qui tombent sur eux, souvent par hasard. Tout cela fait écho à l’un des points du lundi matin d’Harold Barbé, jugez plutôt la divine promotion de son spectacle à la toute fin de cet épisode… Il sortait le lendemain du festival. Coïncidence ?

À force de voir un bal d’humoristes formatés dans les principaux comedy clubs et dans les médias… À force de ne pas comprendre pourquoi la comédie alternative n’est pas aussi populaire que McFly et Carlito. Et à force de voir toujours les mêmes interviewés dans des podcasts pour la soixantième fois… J’ai dû vriller, à un moment donné.

Course à l’audience vs. choix artistiques au festival Paris Paradis

La course à l’audience dilue-t-elle véritablement les choix artistiques ? Le festival Paris Paradis offre une synthèse assez intéressante, même si je reste sur ma faim. Parce qu’il faut aussi analyser l’envers du décor : Léo Domboy et le Parisien sont copains, et ça se ressent dans tous les événements humour du Parisien. L’attachée de presse vedette case ses poulains, et c’est bien normal. Grégory Plouviez fait le taf, mais il ne peut pas être partout et il s’appuie naturellement sur cette aide bienvenue et confortable.

Mais face à cette influence, les places sont chères pour diversifier les noms à l’affiche. Donc peu de renouvellement dans les personnes mises en avant. Alors quand Grégory Plouviez, le monsieur humour du Parisien, a glissé à Avril qu’il y serait peut-être l’année prochaine, je croise simplement les doigts pour qu’il tienne cette promesse.

Le Métropole, l’un des théâtres qui montent à Paris via les nouveaux talents

Après tout, sur scène il y avait deux artistes également à l’affiche du même théâtre, le Métropole : Nordine Ganso et Sebastian Marx. Si Sebastian Marx a beaucoup de métier, niveau expérience, Nordine Ganso est moins avancé qu’Avril. Mais qui est son attachée de presse ? Léo Domboy. CQFD. Regardez son nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux : il n’y a pas de comparaison.

J’aurais d’ailleurs pu prendre un autre exemple (comme William Pilet). Mais quitte à manquer un Grand Prix de Formule 1 épique, autant essayer de jouer aux Léo Domboy du dimanche et dire : « coucou, voici les talents que je veux trimballer partout ». Ça tombe bien, ce festival avait lieu un dimanche. Rendez-vous en 2022 ? Suspense…

Des têtes d’affiche qu’on a manquées : session de rattrapage au Cabaret Sauvage

Dans le même temps, je n’avais jamais eu le privilège de voir Dedo sur scène. Je ne saurais vous dire pourquoi… Ça ne s’était jamais fait. Évidemment, j’ai pris une claque. Sans ce festival, ce moment n’aurait pas eu lieu. Il faut croire qu’il m’arrive parfois d’avoir le regard naïf d’un public non initié. Si les tous nouveaux humoristes n’ont généralement plus de secret pour moi, je demeure moins familière avec la génération précédente.

Et que dire de Yacine Belhousse, que j’avais manqué lorsque je l’ai découvert pour la première fois en spectacle ? Cela ne fait pas bien longtemps que son talent m’a sauté au visage. Par hasard, d’ailleurs : la captation de son dernier spectacle à l’Européen était miraculeusement disponible. Il m’avait dit de venir, pourtant, et j’ai commis la pire erreur possible. Adopter la politique de l’autruche. Prendre le train en retard. Je peux donner des leçons aux journalistes, je fais juste la même chose avec les gens les plus connus… Chacun son rôle ? La question mérite réflexion.

Parce qu’il faut toujours terminer un mea culpa par un sursaut d’orgueil, j’aimerais avoir une pensée pour mon humoriste préféré pour conclure. Oui, je fais mon coming out comique. Par pitié, arrêtez d’envoyer Pierre Thevenoux en premier dans un plateau d’humour ! Mesurez-vous son efficacité dans ses punchlines ? Il arrive même à générer des vues sur YouTube. Il perce demain ; allez, on le met en clôture et on satisfait les gens comme moi qui s’ennuient quand il sort de scène. Enfin, sauf pour Yacine, Dedo et les autres…

[post_title] => Retour sur le festival Paris Paradis 2021 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-paris-paradis-programmation [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-29 20:20:48 [post_modified_gmt] => 2021-09-29 18:20:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011475 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011385 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-16 20:30:11 [post_date_gmt] => 2021-09-16 18:30:11 [post_content] =>

Un article un peu spécial aujourd’hui : je vais vous livrer les dernières nouvelles de cette rentrée. Pour ceux qui ne nous suivent pas sur Instagram, vous avez manqué une information importante sur mon emploi du temps : ma nouvelle prise de poste. Toujours dans un emploi hors humour, ce qui me garantit une véritable indépendance sur mes prises de parole.

Fidèle à mon amour de l’organisation, les contenus que vous lisez en cette rentrée (hormis cet article) sont anciens. J’ai ajouté quelques artistes en catastrophe à ma dernière sélection de spectacles, mais Adrien Arnoux est arrivé un jour trop tard avec son heure au Point Virgule. C’est l’une des actualités phares de cette rentrée. J’ai plaisanté en parlant de procrastination sur Instagram, mais en réalité, le stand-upper pur se lance une fois qu’il est totalement prêt, satisfait de son œuvre.

Une nouvelle plume sur Le spot du rire, entre Lyon et la Picardie !

Autre nouvelle importante : l’arrivée dans l’équipe du spot du rire d’une nouvelle plume bénévole, Shaïneze Ghesli. Pour l’heure, elle a assisté au spectacle de Sylvain Morand au Boui Boui, à Lyon. Gérard Sibelle, qui rôde toujours à la recherche de talents brillants, bien élevés et originaux (genre Réda Seddiki), a ainsi pu livrer ses conseils à Shaïneze comme il sait si bien le faire.

Pour rappel, toutes les voix sont les bienvenues sur Le spot du rire. Les critiques en herbe qui ont envie d’affûter leur œil artistique sont les bienvenues en cette rentrée, même si elles seront sans doute surprises de voir tant de retours pour pousser leur argumentation. Raconter un spectacle est une chose, le critiquer en est une autre. Cependant, ce processus prend quelques années pour livrer des critiques réellement inspirées, vraiment utiles pour les lecteurs, à la fois justes et intransigeantes. Le critique a le droit de se tromper, mais quoi qu’il en soit, il faut apprendre à s’engager, sortir du prisme du spectateur pour mettre en perspective, etc. Quitte à déplaire, ce qui n’est pas une mince affaire.

Prochain arrêt en cette rentrée : Comiqueland. Attention aux fous rires en prenant place.

Revenons aux actualités importantes à venir. Demain, c’est la reprise de Marion Mezadorian au Petit Palais des Glaces. Cette salle est un peu complexe : autant le Palais des Glaces est connu, mais il règne une ambiance très particulière en haut de ces escaliers. Je me réjouis donc de revoir Marion sur scène après avoir tant muri Pépites. Ce n’était pas prévu, mais quand Marion envoie un message toujours aussi enthousiaste à chaque reprise, c’est bien simple : je ne résiste jamais à l’appel.

Cette date coïncidera avec la venue de William Pilet à la Petite Loge. William Pilet, vainqueur du Grand Prix du Jury à Tournon en août dernier. Enfin, il fait escale à Paris lors de sa tournée et je me réjouis de le voir la semaine suivante. Il n’y aura que deux dates ; la salle étant petite, je vous conseille de réserver (s’il est encore temps…).

Focus Suisse et francophonie : et c’est pas fini !

Vous avez sans doute vu passer quelques interviews d’humoristes suisses. Bien entendu, vous les connaissez moins car ils ne jouent pas vraiment en France. Pour autant, je mets un point d’honneur pour vous les présenter car leur art m’inspire depuis des années.

À l’heure actuelle, vous avez ainsi accès à deux interviews d’improvisateurs et artistes polyvalents. On a commencé par Yacine Nemra, qui, au fil des soirées à écouter Couleur 3, est devenu l’un de mes chouchous.

Remaniements de calendrier

Je devais enchaîner avec Valérie Paccaud, l’animatrice du talk-show humour radiophonique Les bras cassés. Des difficultés de calendrier m’ont poussée à légèrement reporter la sortie de l’interview, mais sachez qu’elle est déjà prête et que j’ai très hâte de vous la présenter ! Sa sortie est prévue le 6 octobre.

À la place, vous avez pu découvrir le Yacine Belhousse suisse (pour schématiser grossièrement) pour son originalité et sa comédie alternative. Cet homme, c’est Blaise Bersinger, et je vous en ai déjà beaucoup parlé entre son spectacle Peinture sur chevaux 2 et Mauvaise Langue !

La semaine prochaine, vous découvrirez un autre jeune talent suisse, Renaud de Vargas. La semaine suivante, petite trêve pour vous présenter une découverte humour… Sera-t-elle dans le thème ? (Oui, autant vous l’avouer…). Par la suite, je vous proposerai l’interview de la Belge Serine Ayari, enregistrée lors du festival de Tournon en août dernier. Je m’excuse pour le long délai entre l’enregistrement et la sortie, qui ne sera que d’un mois tout au plus : la sortie est prévue le 13 octobre.

Autre nouvelle : je retourne en Suisse pour le Couleur 3 Comedy Club. C’est un événement pour lequel je me bats pour des accréditations afin d’amortir les frais sur place. Rappelez-vous, le spot du rire est un site de niche fait par des passionnés, donc l’argent doit provenir d’autres sources (exemple : un travail). Cela fera donc deux festivals de suite après Paris Paradis (j’y viens plus bas, car cet ajout à mon calendrier comique est récent !).

Programmation du festival Couleur 3 Comedy Club : spectacles humour à Lausanne
La programmation du Couleur 3 Comedy Club

Festival Paris Paradis : un mot sur la belle sélection du Parisien en cette rentrée

La semaine suivante marquera le retour d’un festival qui mêlera les passionnés et le grand public. Le festival Paris Paradis, c’est le fourre-tout culturel qualitatif du Parisien. Entre musique et humour, il y en a pour tous les goûts pour ravir le public. La programmation humour, prévue le dimanche 26 septembre, est pointue. Ce festival n’a plus lieu à Longchamp mais la Villette, au Cabaret Sauvage. Plus proche de la vie culturelle, il devrait attirer encore plus de public en cette édition 2021 !

En cette rentrée, je vous recommande les plateaux de 14 heures et 18 heures. Celui de 16 heures regroupe de très beaux noms, mais c’est vraiment une affaire de goût ! Quant au show de 20 heures, on apprécie l’originalité, mais la curiosité est-elle suffisante pour sacrifier un dimanche soir et rentrer tard ? Oui, je me fais vieille et mon sens de l’organisation me rend dictatoriale en matière de gestion des priorités. Vous l’aurez compris, avec ce festival, vous aurez l’embarras du choix ! Faites selon vos goûts…

SpectacleProgrammation
14h - 100% stand-up- Shirley Souagnon (MC)
- Paul Mirabel
- Donel Jack’sman
- Rosa Bursztein
- Tristan Lopin
- Fanny Ruwet
- Nordine Ganso
16h - 100% stand-up- Shirley Souagnon (MC)
- Amelle Chahbi
- Mathieu Madénian
- Tania Dutel
- Guillermo Guiz
- Jason Brokerss
- Marine Baousson
18h - Plateau Pasquinade (sans Haroun ?)- Thomas Wiesel
- Yacine Belhousse
- Dedo
- Certe Mathurin
- Christine Berrou
- Pierre Thevenoux
- Tristan Lucas
- Eux
- Wary Nichen
20h - Cabaret les nouvelles années folles- Calixte de Nigremont (MC)
- Jonathan Lambert
- Éric et Quentin
- Redouanne Harjane
- Noémie de Lattre
- Viktor Vincent
- Doully
- Lola Dubini
- Les Coquettes
- Matthieu Penchinat
- Fills Monkey
- Chanelle De Mai

Un dernier mot

Même si mon emploi du temps est plus chargé, il me semblait important de vous parler à l’instant T. Toute cette organisation demande de l’énergie, et pour l’heure, je concilie bien les deux pour vous parler. C’est toujours indispensable à mon équilibre et je suis ravie de continuer à vous partager ma passion. Ce sera peut-être moins réactif qu’à l’habitude, je dois faire des concessions sur les spectacles à voir mais je continue de rôder, de conseiller des sorties culturelles à mes nouveaux collègues… L’aventure continue alors que l’actualité s’emballe. C’est la rentrée, quoi !

Rendez-vous lundi pour vous présenter 6 espoirs de l’humour et clôturer la présentation de la fin d’année 2021 culturelle ! En attendant, retrouvez nos valeurs sûres en spectacle et continuez de naviguer sur le site… Il reste ouvert en permanence, lui ! Et si vous en voulez encore, ce mois-ci, France Bleu consacre sa rentrée aux nouveaux talents humour. Vous pouvez même voter les samedis à 19 heures !

[post_title] => Quelques annonces de rentrée [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => annonces-rentree [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-16 20:48:07 [post_modified_gmt] => 2021-09-16 18:48:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011385 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010128 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-03 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-03 07:00:00 [post_content] =>

Les théâtres demeurant fermés, l’humour en live streaming a le vent en poupe ! Verino et Kev Adams ont en effet proposé fin janvier deux soirées stand-up accessibles depuis chez soi, moyennant paiement. Mais cet humour par écrans interposés ne fait pas l’unanimité. On fait le point !

Humour en live streaming : comme en vrai, il y a de tout !

Commençons par un scénario de science-fiction : il me reste un seul spectacle à visionner, après c’est terminé. Et ce plateau, c’est celui organisé par Kev Adams avec son pote Gad Elmaleh (et d’autres noms). Si j’avais pu y assister sur place au Fridge, alors je me serais sans doute déplacée. En revanche, en live streaming, je passe mon chemin.

Pourquoi ? Parce que l’intérêt d’un plateau d’humour, c’est se laisser prendre au jeu. Sur place, on accepte plus les propositions artistiques qui nous parlent moins. Alors que derrière un écran, on éteint la machine, on coupe le son ou pire, on appuie sur avance rapide pour voir quelqu’un qui nous intéresse vraiment.

Une offre qui explose

Ces derniers mois, on a eu un florilège de soirées stand-up. Génération Paname, Autour de et le Ring Comédie Club (France TV), le Gala du Jamel Comedy Club (Canal+), la soirée Étoiles espoir humour du Parisien (Comédie+)… On a aussi eu le droit à des initiatives plus indépendantes : Pasquinade (Haroun), LeMardi.tv (association suisse romande) et plus récemment Verino, malgré ses réticences confiées à Télérama.

J’en oublie sûrement, et je vous avoue avoir passé mon chemin à quelques reprises. Le problème que je vois dans ces soirées où les extraits s’enchaînent, c’est qu’un passage ne résume pas l’univers d’un artiste. Un spectacle y parvient mieux ; d’ailleurs, on peut revenir plusieurs fois pour continuer à explorer. D’autre part, quand on est filmé, on fait attention à ne pas bider, donc on laisse moins de place au hasard. C’est une forme d’humour impeccable, hygiéniste et aseptisée qui n’a tout simplement plus la même âme. Il faut aller chercher dans de l’improvisation pour retrouver un semblant de frisson. Pour connaître quelqu’un, regardez-vous sa carte de visite ou allez-vous entrer en discussion avec lui ? Vous saisissez le problème, maintenant ?

La coupe au montage : pire qu’un coiffeur en état d’ivresse ?

Attention, sujet épineux ! Les coupures au montage sont davantage l’œuvre de chaînes de télévision. Plus il y a de chemins de validation, de craintes de perdre un contrat ou un boulot, plus l’humour risque de subir quelques coupes disgracieuses.

barney stinson vs. marshall's pants
make action GIFs like this at MakeaGif

Il y a aussi un impératif de temps : chaque programme a une durée précise. Il faut être efficace ou périr. Pour autant, le tableau n’est pas si noir qu’il n’y paraît. Ce qui change la donne, c’est l’arrivée de Twitch dans le paysage audiovisuel et surtout sa prise en compte par les médias traditionnels. Ces mondes, semble-t-il structurés de manière diamétralement opposée, fusionnent actuellement… Pour le meilleur et pour le pire ? Il ne faudrait pas perdre la spontanéité des chaînes indépendantes sous prétexte que les pros découvrent de nouveaux terrains à explorer. Au passage, si le sujet vous intéresse, je vous conseille la chaîne de Ludovic B qui compare YouTube à la télévision.

La coupe au montage pour des raisons de censure peut toutefois être contreproductive. L’absence d’Edgar-Yves dans la captation de la soirée du Parisien a eu pour conséquence… Que l’AFP a prévenu toutes les rédactions et informé tout le monde du contenu du sketch en question ! On n’aura jamais autant entendu parler d’une blague « compromettante » (sic !). Si elle avait simplement été diffusée sur une chaîne que personne ne reçoit ou presque, Edgar-Yves n’aurait pas eu un tel coup de pub.

Cette affaire est intéressante car deux versions contradictoires cohabitent. D’une part, les pressions pour supprimer une partie du sketch et la coupe pure et simple d’un humoriste. D’autre part, la demande de l’humoriste que l’on coupe son passage car il ne serait pas efficace. Cela ne semble pas être le genre de la maison, mais admettons.

Pour avoir vu cette soirée, sachez que l’efficacité a surtout été compromise par l’absence significative de public ! En plein confinement, elle a en effet été maintenue avec un « public » restreint et créé artificiellement. En revanche, point d’ajouts de rires. Le silence est parfois assourdissant là où les artistes attendent traditionnellement des rires. En bref, on a perdu Edgar-Yves et on a conservé Jérémy Demay alors qu’il n’était même pas présent (juste une vidéo en mode selfie…). Dommage, même si des artistes comme Fanny Ruwet excellent lors de leurs captations.

Quelques pistes pour une meilleure expérience

Tout d’abord, adapter le format aux écrans. Si Génération Paname était la seule émission d’humour à la télévision, elle serait agréable à regarder dans son format actuel. Or aujourd’hui, un passage de stand-up simple ne suffit plus à accrocher un spectateur qui a tant de choix pour se divertir.

Ensuite, inclure des moments de découverte des artistes et de performances scéniques. Certains ont loué les mérites de l’émission Vendredi, tout est permis spéciale Fridge pour cela.

Dans la mesure du possible, laisser les artistes s’exprimer en toute liberté. Ne pas trop écouter la majorité bruyante de Twitter et son offense facile. Museler les cadres des chaînes de télévision qui pensent tout connaître des late shows américains, aussi. Cela vaut autant pour les contenus des sketches que pour leurs idées de formats.

En cas de problème technique, proposer une solution de repli. Par exemple, les personnes qui n’ont pas pu se connecter sur la plateforme LeMardi.tv lors du live avaient 48 heures pour regarder le spectacle en VOD. Pour ma part, je n’ai pas rencontré de problème et j’ai trouvé l’expérience très agréable : c’était le premier spectacle post-confinement ! Oui, la Suisse avait déconfiné plus tôt.

Enfin, alterner les artistes dans ces émissions. On voit les mêmes passages d’une chaîne à l’autre, parfois ! C’est ridiculement inutile sur le plan de la découverte… Si l’on multiplie les programmes, il faut aussi multiplier les tickets d’entrée.

Sacraliser le lien avec le spectateur

Laura Calu est l’une des humoristes qui prend le plus position contre la tenue de spectacles en streaming. Pour elle, le spectacle doit être vivant, sinon il perd de son charme. Elle dénonce chaque jour les incohérences entre les ouvertures et fermetures de lieux publics (magasins vs. théâtres).

Voir un spectacle « en vrai » n’a en réalité rien à voir avec la consommation d’une soirée humour en prime-time à la télévision. Contrairement au sport où il est parfois plus simple de suivre une compétition sur son canapé que sur place, le rapport avec les artistes est sublimé au théâtre. C’est ce qui procure des émotions authentiques, un moment hors du temps où tout peut arriver. Le seul équivalent, et encore, c’est la diffusion en direct, sans filet.

Et dans le même temps, avec YouTube, les podcasts et les communautés, le lien existe bel et bien entre créateur et spectateur. Il est simplement différent. Les codes des YouTubeurs et autres streamers est très différent. Même s’ils proposent des contenus parfois de grande qualité, ils développent les mêmes tics de langage, les mêmes manières de monter leurs vidéos… Tout est formaté, facilement consommable et, il faut le reconnaître, fait passer le temps alors que nos libertés sont confinées.

Bref, cette question du lien est essentielle et doit nourrir les projets d’humour en live streaming. Surtout lorsque nos liens sociaux et familiaux sont mis à rude épreuve. Les artistes nous semblent aujourd’hui loin. Parfois, on les voit errer, perdus sans leur outil de travail : la scène. Ils écrivent dans le vide car il n’y a plus le receveur qui les porte : le spectateur.

Humour en live streaming : un complément alimentaire, pas de la véritable nourriture

Je ne vois que cette analogie : l’humour en streaming ne rassemble pas les mêmes qualités nutritionnelles pour l’âme que celui en salle. Mais pour ceux qui habitent loin des grandes villes, c’est une aubaine : d’habitude exclus, ils peuvent aujourd’hui prendre part à la fête. Découvrir de nouveaux artistes, même dans des conditions compliquées ou tronquées.

Il y a à la fois des avantages et des inconvénients. En ces temps de crise, cela peut passer quelques temps… Mais les justifications brouillonnes de la ministre de la culture pour justifier la fermeture des lieux culturels ont, à raison, suscité la colère de tout un secteur. Il aura fallu qu’elle explique que les artistes se contaminent parfois entre eux (coucou loges exiguës et autres plateaux d’humour peu regardants) pour que je me dise « oui, ça se tient ». Mais au pire, dites aux troupes de former des bulles Covid, comme pour les sportifs ou Miss France, et laissons les stand-uppers esseulés jouer devant 16 personnes à la Petite Loge (si vous voulez de leurs nouvelles, c’est par ici) !

Tout le reste me paraissait irrecevable, surtout avec l’existence de purificateurs d’air… Et la suite des événements semble étrange. Pendant un temps, on a eu cette hypothèse de devoir présenter un test Covid négatif pour accéder à un théâtre. Je me voyais mal faire des tests Covid tous les 4 jours, comme le personnel soignant, alors qu’il faut des masques pour accéder aux théâtres… C’est sûr qu’avec l’humour en live streaming, point de test PCR… Après coup, Roselyne a fait le même calcul et a finalement choisi de brandir le « principe de précaution » pour justifier la fermeture des salles de spectacles pour une durée indéterminée… Je n’ai plus de mots, et apparemment elle non plus.

Sur ce, je vous laisse, je vais écouter une émission de radio avec des comiques. Ça, ça continue à nourrir un peu l’âme, en attendant mieux !

Crédits photo

© QoQa / LeMardi.tv

[post_title] => Humour en live streaming : pourquoi il fait débat [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-live-streaming-debat [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-02 21:36:36 [post_modified_gmt] => 2021-02-02 20:36:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 7438 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-19 11:44:45 [post_date_gmt] => 2019-11-19 10:44:45 [post_content] =>

Ce lundi, l’Européen accueillait une soirée jeunes talents : les Étoiles espoir humour du Parisien 2019 ! Cette année, pas de vainqueur désigné car les styles humoristiques rendaient la comparaison impossible. À notre sens, un vainqueur se dégageait : l’humour.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : prêt pour une leçon de vie ?

Cette soirée allait au-delà d’une simple revue de jeunes talents. D’abord, la programmation était de grande qualité. Face aux humoristes sur scène, un parterre de critiques, journalistes et invités peuplait une bonne partie de la salle. Nous étions parmi ces invités, et la proximité avec ces « pairs » me conférait un sentiment étrange.

Sam Blaxter assurait la chauffe : convenue mais très efficace. Le résident de l’Underground Comedy Club est très bon dans cet exercice, il faut dire. Cette chauffe était d’ailleurs essentielle, car les caméras captaient la soirée pour une diffusion sur Comédie+. Un détail loin d’être anodin : le public devait être présent physiquement et réagir convenablement. Une exigence de résultat qui laissait présager, de prime abord, à un bal de prestations sans accro, donc potentiellement sans saveur.

Or, Le Parisien réussissait à éviter cet écueil. Là où ils étaient tombés dans ce piège lors de leur festival Paris Paradis, ils prenaient finalement de nombreux risques payants. Tout d’abord, la présentation confiée à Monsieur Fraize : très populaire en ce moment, l’artiste est toutefois un choix atypique. Les ruptures de rythme et les silences ne sont pas le premier choix quand il faut enchaîner et maîtriser un timing dicté par la grille de programmes TV.

Dans la programmation aussi, on retrouvait ce goût du risque. Venons-y maintenant.

Critiques, préparez-vous à séparer l’homme de l’artiste (et de soi) aux Étoiles espoir humour du Parisien

Avant de passer en revue les prestations marquantes, évoquons Benjamin Tranié. Je ne l’avais jamais vu sur scène. Également, je ne l’avais jamais entendu jouer son « personnage de beauf » sur Radio Nova. Enfin, j’avais encore moins vu Télérama le recevoir en entretien.

Je n’avais donc aucune explication de texte pour recevoir ce que j’allais voir. Le seul lien que je trouvais à faire, c’était avec un documentaire sur Jean-Marie Bigard que j’ai vu sur Comédie+ la veille. J’avais passé un excellent moment à me souvenir des sketches cultes de ce monstre du rire. Monstre par son efficacité et non par son personnage scénique, pour lequel le documentaire livrait ce message. Jean-Marie, c’est le plus sensible de tous les hommes, c’est celui qui dénonce les gros beaufs et qui parle avec poésie de ce que l’humain a de plus cru.

Et Jean-Marie Bigard a souffert, selon ses dires et le message du documentaire, du mépris de la critique sur son personnage de beauf. Mais alors, pourquoi la critique se penche-t-elle avec autant de bienveillance sur Benjamin Tranié, ou Aymeric Lompret ? Pourquoi ma voisine dans la salle accepte le beauf made in Aymeric Lompret, s’extasiant de la manière la plus convenue pour une critique ? Elle avait une réaction si conforme à l’intelligentsia parisienne, comme si elle l’adoubait avec aplomb. À dix minutes d’intervalle, elle disait de Benjamin Tranié, en substance, « pour être beauf, c’est vraiment trop beauf ». Alors les critiques seraient-elles en train de faire leur mea culpa sur leur rapport au beauf ? Et moi, où je me situe ?

Le risque de juger un artiste sur un passage

Je repensais donc à ce documentaire sur Jean-Marie Bigard, me réfugiant par sécurité sur la thèse : « si l’homme est bon, alors l’artiste l’est ». Or ce soir-là, j’ai appris à nuancer cela. Attardons-nous un instant : sommes-nous toujours fidèles à notre bonne image ? Non : parfois, nous sommes des sombres merdes. C’est comme ça, sinon nous serions des robots et non pas des humains.

Pour juger Benjamin Tranié, j’avais donc plusieurs possibilités. D’abord, trouver son personnage de beauf insupportable, une pâle copie de Jean-Marie Bigard. Et me braquer. C’était mon premier réflexe, jusqu’à ce qu’il réussisse la prouesse de me faire rire en parlant de Mouloud Achour (Clique). Soudain, j’entrais dans son univers par la connivence. Il arrivait à l’imiter avec satire, sans tomber dans la caricature et il dénonçait ses défauts de manière juste, avec respect. Tout le reste du passage m’a agacé. Mais pourquoi ? Est-ce car ce n’était pas bon, ou est-ce parce que je ne voulais pas voir ça sur scène ?

J’ai continué à cogiter sans m’en rendre compte, jusqu’à ce que je discute avec Grégory Plouviez, le journaliste du Parisien qui fait vivre l’humour dans cette rédaction. Je lui demandais, pour me remettre d’une journée difficile, si mon repérage des artistes que la presse n’avait pas le temps de voir l’aidait. Il me répondait par l’affirmative, et mentionnait l’exemple d’Avril : mes analyses confortent ses ressentis, et vont même l’inciter à découvrir un artiste plus vite, comme pour Avril. Cela sauvait ma soirée, et me faisait poser immédiatement la question : « ai-je offert un cadeau empoisonné à Avril ? ».

Le bénéfice du doute aux Étoiles espoir humour du Parisien

Ni une ni deux, je dressais un parallèle entre Avril et Benjamin Tranié. Si j’avais découvert Avril à la soirée anniversaire du Laugh Steady Crew, aurais-je eu la même bienveillance avec lui ? Pour rappel, son intention n’avait pas été claire et renvoyait une image de misogyne qu’il n’est absolument pas.

En réalité, ça se serait bien passé pour lui. En effet, lors du débriefing de la soirée, je l’ai surpris en train d’aller voir spontanément Audrey Jésus pour l’encourager et la féliciter. Mon souvenir est un peu flou, mais cela donnait quelque chose du genre : « Tu vois, tu avais peur de ne pas arriver à faire un truc, et t’as été au top ». Si mon souvenir est flou, mon ressenti immédiat est plus net que tout. J’étais mal de me dire que le public n’avait pas vu ça en lui une demi-heure plus tôt, et j’espérais que personne ne le jugerait hâtivement sur cette prestation…

Je me posais donc la question suivante : est-ce que je peux me permettre de juger tout le monde comme Avril, avec tous les éléments à ma disposition ? Pour quels artistes ferais-je preuve de plus de patience, et à quel moment pourrais-je critiquer sévèrement d’autres ? Pourquoi certains artistes bénéficient de ma bienveillance ? Me renvoient-ils un effet miroir où je m’identifie ? Est-ce le bon critère pour distinguer une bonne d’une mauvaise prestation ? Chaque critique doit se poser la question, et la suite de la soirée allait me rappeler un autre moment de l’histoire du spot du rire.

L’art de recevoir la critique

Après le spectacle, les professionnels se retrouvaient autour d’un cocktail. J’apercevais à un moment l’équipe d’Absolutely Hilarious : Christophe Combarieu et Mathieu Wilhelm. Je savais que j’avais rédigé une critique mitigée sur leur plateau, et ils avaient visiblement l’air de s’en souvenir.

En réalité, elle était effectivement mitigée, mais elle était virulente sur les aspects négatifs. Un dosage approximatif qu’ils ont eu l’intelligence et la classe de pardonner. Leur intelligence a même fait qu’ils ont encaissé les coups avec dignité, et en opérant des ajustements.

Je ne vais pas vous mentir : je suis assez fière de certaines tournures, juste pour la blague ou la provoc’. Mais recevoir un missile où un blogueur te dit que ton show, c’est le Minitel des plateaux, c’est une occasion en or de développer de la rancœur. Je leur ai dit que je reviendrais, pour les juger moins durement. En effet, je reconnais toujours là où je me suis trompée. D’abord, précisons simplement que le numéro à la Patrick Sébastien, je l’ai vu au Fieald quelques semaines plus tard, et je n’ai rien dit. Ils ont pris plus cher qu’ils n’auraient dû, et ils font beaucoup d’efforts pour proposer un show alternatif.

Alors je les salue, je ne leur promets pas de venir de sitôt (par exemple quand les Chevaliers du Fiel viendront), et je vais me servir de la soirée du Parisien pour progresser.

Retour aux Étoiles espoir humour du Parisien : zoom sur Panayotis et Inès Reg

Le Parisien me permettait de revoir des humoristes que je n’avais pas vu depuis longtemps. Parmi ces vieilles connaissances figuraient Panayotis et Inès Reg. Pour ces deux-là, mon opinion a muté au fil des mois.

Panayotis reste le même

Panayotis, d’abord : je l’adorais dans son aspect juvénile et sa manière de dépeindre sa candeur. Je l’avais vu roder son spectacle au tout début, au Point Virgule. Les imperfections étaient là, mais son bagout le sauvait et le rendait déjà irrésistible aux yeux du public.

Il y a quelques semaines, j’ai vu un extrait vidéo de lui. Aujourd’hui, il travaille avec Fary et il est produit par Jean-Marc Dumontet. Un statut qui force à grandir vite, mais pour lequel Panayotis est prêt. Forcément, quand tu interviewes les plus grands pendant l’adolescence, tu développes une maturité incomparable. Ta capacité à encaisser les difficultés et à relever les défis s’en voit décuplée.

J’avais peur que Fary le dénature. Je commençais à voir du Fary dans sa gestuelle, et à vouloir murir un article sur le fait que travailler avec d’autres peut altérer un artiste. Or je n’avais aucun argument solide, et je me demandais si j’avais un problème avec ceux qui rencontrent le succès, car on ne peut plus vraiment échanger avec eux.

Grâce au Parisien, j’y vois beaucoup plus clair. Fary a l’intelligence de donner beaucoup à Panayotis sans le modeler. Il lui transmet certainement des éléments qui l’aident à être plus assuré et efficace sur scène. Panayotis en impose, comme Fary… Mais il le fait à sa façon. Panayotis conserve en effet son naturel, son grain de folie qui donne l’impression qu’il ne récite jamais. Il est fort, et cette force reste authentique. Nous n’avons donc rien à craindre, et il deviendra encore plus fort. Oui, c’est possible et ça va nous couper le souffle.

Inès Reg : originale dans le convenu

Inès Reg ne me mettait pas vraiment à l’aise. Je l’avais vue à la Debjam un mardi soir, et son agressivité sur scène me mettait très mal à l’aise. Depuis, j’ai compris que je préfère les propositions artistiques plus calmes, qui ne me brusquent pas ou qui montent en puissance avant de m’avoir rassurée.

Alors, Inès Reg peut-elle me plaire ? C’est possible, mais ardu. Elle part vraiment sur une mauvaise pente avec moi, car elle parle de sujets tellement convenus… Jugez plutôt : le rapport hommes/femmes, le fait que Beyoncé ne définisse pas la féminité, etc. Franchement, si vous voulez me faire chier sur scène, parlez de ça.

Et pourtant… Inès Reg arrive à me transmettre son talent. Comment y parvient-elle ? Car elle propose quelque chose d’extrêmement personnel et à son image, que personne ne fait comme elle. C’est elle, l’artiste, la femme, qui vient nous chercher avec son univers. Le sujet n’est que le support de sa proposition artistique ; il ne compte finalement pas. Au contraire : se distinguer dans du vu et revu, c’est une prouesse. Pour cette raison, elle va pouvoir mettre des paillettes dans sa vie pour longtemps !

Étoiles espoir humour du Parisien : un mot sur les prestations globales

Voilà pour les véritables leçons de cette soirée. Pour le reste, revenons sur les autres prestations. Elles étaient moins surprenantes pour moi, c’est pour cela que je vais les évoquer en dernier. N’y voyez pas là une hiérarchie qui se dégage…

Comment ça va, Paul Mirabel ?

Paul Mirabel était toujours aussi efficace. Je lui disais que là où il est vraiment remarquable, c’est dans les grandes salles. Je sais qu’il cherche à proposer de nouvelles choses, et j’ai eu une conversation géniale avec lui après le spectacle. Rendez-vous compte : ce garçon a tout de suite été adoubé par la presse et propulsé en haut de l’affiche.

Comme Panayotis, mais sans le côté où il connaissait ce monde artistique avant. J’admire beaucoup cela et j’ai voulu lui apporter un soutien. Je me dis que le spectacle vivant peut être une machine à broyer. Nous avons donc une responsabilité en tant que critique de ne pas propulser les gens trop vite. Je lui ai dit de ne pas oublier de vivre, et ça m’a rassuré de connaître son état d’esprit… Il va bien, Paul, et il va continuer à nous faire rire. Mais croyez-moi, il bosse comme un taré.

Ambroise et Xavier : la bonne formule en plateau

Ambroise et Xavier, on souffrait de les voir trébucher en plateau. En effet, ils ont un univers assez atypique. Celui-ci est difficilement compressible en un passage de dix minutes, voire cinq ou sept dans le pire des cas.

Dans ce cadre bien trop serré pour leur talent, Ambroise avait l’air trop hautain, Xavier ne trouvait pas sa place. Résultat : leur duo ne fonctionnait pas bien. Heureusement, leur travail a payé : ils réussissent à transmettre l’idée que Xavier n’est pas un faire-valoir rabaissé.

De fait, ses interventions ponctuent au lieu de transmettre du pathétique. Il vient en appui et n’est plus le perturbateur utile qui crée de l’instabilité. Son clown fonctionne merveilleusement bien.

Cette harmonie vient donner envie de les découvrir plus longuement, et leur donne une meilleure image. Alors qu’au final, ils ont changé si peu, et rien de leur ADN véritable. Bravo à eux !

Pierre Thevenoux réglé comme du papier à musique

Pierre Thevenoux, comme Paul Mirabel, est un stakhanoviste des plateaux d’humour. Ainsi, lors d’une soirée à enjeu, il fonctionne très bien. Il arrivait avant-dernier dans l’ordre de passage (alors que Paul Mirabel ouvrait). La salle était donc au taquet pour recevoir ses blagues.

Tout fonctionnait, les rires faisaient écho à l’efficacité du set. Rien à redire, c’était parfait.

Doully : rien de nouveau sous le soleil

Avez-vous vu Derrière un micro Paris Bruxelles sur MyCanal ? Doully offrait le même passage au public de l’Européen. La formulation « admettons… », devenue le titre du spectacle, fait autant mouche.

Un beau clin d’œil à Jean-Marie Bigard, qui l’utilisait déjà dans la chauve-souris. Au début, ça m’a posé question. Mais après enquête, on m’a dit que c’est une formule courante. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’elle est diablement efficace. La formule, comme l’artiste.

Alexandra Pizzagali : la prise de risque paie encore

Comme je l’avais pressenti, Alexandra Pizzagali vivait un casse-tête. Quel passage choisir : elle se pose toujours cette question. Son spectacle se vit en entier, un peu comme Ambroise et Xavier.

Là, elle a choisi le passage sur l’adultère. Comme d’habitude, son phrasé si précis et élégant vient sublimer la noirceur de son sketch. Elle raconte quelque chose d’extrêmement dramatique et provoque des rires francs. C’est une prouesse de comédienne qu’elle reproduit tous les soirs au fil des plateaux ou des spectacles à Paris et en tournée.

Et elle garde toujours la même fragilité face au regard du public, qui m’émeut comme à son showcase du Kibélé. Cette artiste-là est un talent brut qui sait se discipliner. Elle a toutes les cartes en main pour écrire l’histoire de l’humour, comme tant d’autres ce soir-là.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : verdict

Vous l’avez vu, cette soirée a été remarquable. Elle a poussé tout le monde à réfléchir et se confronter à de nombreux styles d’humour. Je n’ai jamais autant appris en une soirée : sur mes contradictions et sur mes idées préconçues.

L’humour a encore de nombreux aspects à nous faire découvrir, cela me donne énormément d’espoir pour la suite. Pendant que certains découvraient la dernière vidéo de CopyComic, nous avons célébré le vrai rire aux Étoiles espoir humour du Parisien.

Crédits photo

© Bazil Hamard / One More Joke

[post_title] => Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => etoiles-espoir-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:22 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7438 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 4 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011475 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-10-20 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-10-20 06:00:00 [post_content] =>

Le 26 septembre dernier, j’ai assisté au festival Paris Paradis. Quatre plateaux d’humour avaient lieu au Cabaret Sauvage, dans le parc de la Villette. Pour la troisième édition, exit l’hippodrome de Longchamp, bienvenue dans le XIXe arrondissement de Paris.

J’avais choisi les plateaux de 14 heures (pour Fanny Ruwet, principalement) et de 18 heures (meilleur line-up). Cependant, je savais que je n’allais pas passer la meilleure après-midi de ma vie. En effet, comme je vous le décrivais avant le festival, cet événement vise le grand public. Les amateurs d’humour, qui connaissent très bien les artistes et leurs passages « sûrs », connaissent déjà la musique.

En quête d’originalité au festival Paris Paradis

Le problème avec les artistes établis en représentation, c’est que leur renouvellement ne passe pas toujours par une prise de risque. Bien sûr, il est très complexe de garder un niveau élevé tout au long de son parcours. En revanche, dans certains cas, il est dommage de voir des renoncements artistiques, sur le plan de l’originalité notamment. Le public appréciait le moment, il n’y a pas eu de drame. En revanche, je n’ai pas réussi à apprécier le passage de Tristan Lopin. Il y a longtemps, j’ai écrit une critique positive de son spectacle. J’ai même parlé d’originalité à son égard…

Or trois ans plus tard, je vois ce passage où Tristan Lopin enchaîne les sujets de société. Le propos est d’une grande faiblesse, les clichés pleuvent et le passage est moralisateur. D’autres artistes présents livraient des performances moins clichées, mais quelque peu aseptisées.

Remplir des salles : regarder la prise de risque d’un autre prisme

Je commençais à perdre patience. Mais l’émotion avait-elle pris le pouvoir ? D’une part, j’allais à ce festival parce que c’est un événement médiatique d’ampleur. Organisé par le Parisien, le festival Paris Paradis est un endroit où il faut être pour asseoir sa légitimité. Qu’on soit artiste ou professionnel, d’ailleurs.

Du reste, je l’interprétais comme cela. Pour cet événement, je sacrifiais donc le visionnage d’un Grand Prix de Formule 1. Cet élément a pesé dans la balance de ma déception, on ne va pas se mentir.

Mais ce n’était pas tout ! Cela faisait quelques temps qu’une musique envahissante occupait mon esprit. J’ai réalisé que j’ai lancé un lobbying pro-originalité, à contre-courant des statistiques de buzz et d’influence.

Je passe à côté de tous les phénomènes d’ampleur qui m’ennuient ferme. Je cherche à reprogrammer le monde pour faire aimer des artistes méconnus, obscurs… Mais qui font rire les rares âmes qui tombent sur eux, souvent par hasard. Tout cela fait écho à l’un des points du lundi matin d’Harold Barbé, jugez plutôt la divine promotion de son spectacle à la toute fin de cet épisode… Il sortait le lendemain du festival. Coïncidence ?

À force de voir un bal d’humoristes formatés dans les principaux comedy clubs et dans les médias… À force de ne pas comprendre pourquoi la comédie alternative n’est pas aussi populaire que McFly et Carlito. Et à force de voir toujours les mêmes interviewés dans des podcasts pour la soixantième fois… J’ai dû vriller, à un moment donné.

Course à l’audience vs. choix artistiques au festival Paris Paradis

La course à l’audience dilue-t-elle véritablement les choix artistiques ? Le festival Paris Paradis offre une synthèse assez intéressante, même si je reste sur ma faim. Parce qu’il faut aussi analyser l’envers du décor : Léo Domboy et le Parisien sont copains, et ça se ressent dans tous les événements humour du Parisien. L’attachée de presse vedette case ses poulains, et c’est bien normal. Grégory Plouviez fait le taf, mais il ne peut pas être partout et il s’appuie naturellement sur cette aide bienvenue et confortable.

Mais face à cette influence, les places sont chères pour diversifier les noms à l’affiche. Donc peu de renouvellement dans les personnes mises en avant. Alors quand Grégory Plouviez, le monsieur humour du Parisien, a glissé à Avril qu’il y serait peut-être l’année prochaine, je croise simplement les doigts pour qu’il tienne cette promesse.

Le Métropole, l’un des théâtres qui montent à Paris via les nouveaux talents

Après tout, sur scène il y avait deux artistes également à l’affiche du même théâtre, le Métropole : Nordine Ganso et Sebastian Marx. Si Sebastian Marx a beaucoup de métier, niveau expérience, Nordine Ganso est moins avancé qu’Avril. Mais qui est son attachée de presse ? Léo Domboy. CQFD. Regardez son nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux : il n’y a pas de comparaison.

J’aurais d’ailleurs pu prendre un autre exemple (comme William Pilet). Mais quitte à manquer un Grand Prix de Formule 1 épique, autant essayer de jouer aux Léo Domboy du dimanche et dire : « coucou, voici les talents que je veux trimballer partout ». Ça tombe bien, ce festival avait lieu un dimanche. Rendez-vous en 2022 ? Suspense…

Des têtes d’affiche qu’on a manquées : session de rattrapage au Cabaret Sauvage

Dans le même temps, je n’avais jamais eu le privilège de voir Dedo sur scène. Je ne saurais vous dire pourquoi… Ça ne s’était jamais fait. Évidemment, j’ai pris une claque. Sans ce festival, ce moment n’aurait pas eu lieu. Il faut croire qu’il m’arrive parfois d’avoir le regard naïf d’un public non initié. Si les tous nouveaux humoristes n’ont généralement plus de secret pour moi, je demeure moins familière avec la génération précédente.

Et que dire de Yacine Belhousse, que j’avais manqué lorsque je l’ai découvert pour la première fois en spectacle ? Cela ne fait pas bien longtemps que son talent m’a sauté au visage. Par hasard, d’ailleurs : la captation de son dernier spectacle à l’Européen était miraculeusement disponible. Il m’avait dit de venir, pourtant, et j’ai commis la pire erreur possible. Adopter la politique de l’autruche. Prendre le train en retard. Je peux donner des leçons aux journalistes, je fais juste la même chose avec les gens les plus connus… Chacun son rôle ? La question mérite réflexion.

Parce qu’il faut toujours terminer un mea culpa par un sursaut d’orgueil, j’aimerais avoir une pensée pour mon humoriste préféré pour conclure. Oui, je fais mon coming out comique. Par pitié, arrêtez d’envoyer Pierre Thevenoux en premier dans un plateau d’humour ! Mesurez-vous son efficacité dans ses punchlines ? Il arrive même à générer des vues sur YouTube. Il perce demain ; allez, on le met en clôture et on satisfait les gens comme moi qui s’ennuient quand il sort de scène. Enfin, sauf pour Yacine, Dedo et les autres…

[post_title] => Retour sur le festival Paris Paradis 2021 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-paris-paradis-programmation [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-29 20:20:48 [post_modified_gmt] => 2021-09-29 18:20:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011475 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 4 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => fd1df338df8e9d66bec224a4e877c70f [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Le Parisien

Programmation : affiche du festival Paris Paradis 2021

Retour sur le festival Paris Paradis 2021

Nouvelles de la rentrée humour 2021

Quelques annonces de rentrée

Humour en live streaming : affiche de la plateforme LeMardi.TV

Humour en live streaming : pourquoi il fait débat

Panayotis Pascot sur scène : lauréat des étoiles espoir humour du Parisien 2019

Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur