WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => basile
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 711
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => basile
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 711
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => basile
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 711
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => basile
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 711
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 711
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 711
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => basile
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 711
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (711) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (711) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (711)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010193
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-02-15 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-02-15 07:00:00
                    [post_content] => 

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 30 à 40

L’expérimentation continuera de happer le public avec la singularité d’un Jihef (30). Sa présence particulière ne manquera pas d’interroger le public, sceptique puis forcément hilare. En mal d’humour engagé ? Audrey Jésus (31) proposera ensuite une transition logique entre étrangeté, sensibilité et propos éclairé.

Du pur stand-up tentera alors la foule, rassasiée d’originalité et qui voudrait bien reprendre ses esprits ! Basile (32) assurera son rôle comme un chef avec son charisme scénique et son affection pour le stand-up. L’expérience reviendra ensuite à la charge avec le couple Alexandra Pizzagali et Clément K (33), dont l’union dans la vie se transposera naturellement.

Des plumes pouvant en cacher une autre, Gabriel Francès (34) viendra faire perdurer les saillies verbales avec un humour à la fois politique et noir. L’auteur de Walter (entre autres) bénéficiera ainsi d’un beau coup de projecteur ! Projecteurs qu’Agnès Hurstel (35) est habituée à voir. À l’aise sur scène, sur France Inter comme en TEDx, elle apportera une touche à la fois névrotique et osée qui lui est propre.

Du névrotique au poétique, il n’y a qu’un pas ?

Pas toujours, mais Romain Barreda (36) viendra adoucir l’atmosphère et récupérer une frange puritaine du public ? Son expérience au Grand Rex l’aidera grandement à être à l’aise et à se distinguer.

Viendra ensuite une humoriste anglophone que les amateurs de stand-up underground connaissent bien : Els (37) ! Une nouvelle tête de l’humour en cachera ainsi une autre : le calme et posé Sylvain DK (38). Il laissera la place à une Mahaut (39) dont l’excentricité n’est plus à prouver. Cette drama queen fera ainsi forte impression et redonnera un coup de fouet au public… Si certains se retrouvent avec le mal de mer à ce stade, Arezki Chougar (40) viendra rétablir tout cela avec son charisme légendaire et son sens du dialogue…

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 17 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-4 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:49:29 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:49:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 8457 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-29 11:16:39 [post_date_gmt] => 2020-01-29 10:16:39 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Dans l’ouest de la France, à Vannes plus exactement, Cyril Hanouna a décidé de lancer un festival de la vanne. Une bonne vanne… Sauf que ce festival… existe déjà : Juste pour la Vannes. En avril, ils organisent même la deuxième édition au Palais des Arts…[/vc_column_text][vc_message message_box_color="warning" icon_fontawesome="fas fa-hand-holding-heart"]Nouveau : soutenez l’organisation du festival et gagnez (entre autres) des accès VIP ![/vc_message][vc_column_text]

Juste pour la Vannes : du rire authentique, sans prime time et avec de vrais talents

En 2019, Cyril Hanouna faisait gagner des billets d’avion qui n’existaient pas. Simultanément, de jeunes humoristes construisaient la programmation du deuxième festival Juste pour la Vannes. Juste pour la Vannes est un festival d’humour particulier. À la place des professionnels qui promeuvent toujours les mêmes, les organisateurs sont… des humoristes ! Les chasseurs de talents sont peu nombreux à voir les talents de demain dans les plateaux. Exit les « professionnels » éloignés de la réalité de l’humour en 2020… Une expérience aussi immersive en festival, ça n’existe pas.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=4B83Na1Wcu4"][vc_column_text]

Un tremplin de jeunes talents et un gala de comiques confirmés

L’an dernier, Antoine Sentenac a sélectionné les participants du deuxième tremplin de jeunes talents. En résulte un line-up où aucun humoriste ne me donne envie de me jeter par la fenêtre. Vous ne vous rendez pas compte comme c’est rare ! Rien que ce mois-ci, avec les Best de l’Humour ou le Hold-Up Comedy, c’était particulier… Cette fois-ci, je ne serai pas dans le jury. Mais je vais y aller, parce qu’aucun autre festival me donne envie de bouger. Je le pensais avant de voir la programmation, et pour cause. Mon passage à Nantes en novembre dernier me prouvait que ces gars savent y faire pour choisir et organiser le rire dans l'ouest. Avril est l’une de nos découvertes humour. Basile et Cyril Hives étaient au rendez-vous aux Best de l’Humour. Cab Cab est probablement ma future pépite. Jihef est un chien fou du rire. Hugo Le Van est encore inconnu pour moi — il faut bien une première découverte. Et enfin, Thomas Defouch était encore trop tendre quand je l’ai vu la première fois. Alors je serai patiente, j’attendrai les 3 et 4 avril et je verrai l’évolution !

Le gala des professionnels

Je vous avoue que je viens surtout pour les découvertes, mais je suis sûre que les humoristes présents sauront être à la hauteur. Il y a là quelques performers. Certains ont fait le Jamel Comedy Club (Félix Djhan), d’autres sont habitués des captations de spectacles en télévision (Aymeric Lompret). Pas de femme, bon, ça arrive (coucou les Best). Mais pour la petite histoire, certaines ont refusé ou demandaient trop de cachet. Voilà, c’est aussi ça, l’humour.[/vc_column_text][vc_column_text]

Cyril Hanouna, viens à Juste pour la Vannes. Avec un peu de chance, ils te donneront une accréditation presse !

Peu de festivals humour traitent aussi bien la presse spécialisée. Juste pour la Vannes le faisait déjà. Cela dit, peut-être que ce sera encore mieux maintenant que Cyril Hanouna a voulu amener le buzz à Vannes. Sérieusement, quand les bonnes initiatives existent, parlez-en. Ne cherchez pas à créer de festivals le temps d’une phrase à la télévision, pour lesquelles la mairie se désolidarise. Pire : un spectateur a créé une pétition pour empêcher le projet de festival d’Hanouna, rejetant en bloc sa conception de l’humour. Tout cela pour un buzz tué dans l’os et une dizaine d’articles de journalistes qui courent derrière douze clics. Ce monde est étrange… « La télé, c’est que de la télé » : dès qu’ils en sortent, ils ne savent plus ce qui les entoure. C’est bête, des bonnes vannes, ils vont les louper au même endroit où ils les cherchaient. Il n’est pas trop tard pour les réveiller. Et si Hanouna ne vient pas, vous, public, serez là, et ce sera encore mieux.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Juste pour la Vannes : le festival d’humour qui met KO Cyril Hanouna [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => juste-pour-la-vannes-hanouna-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-02-29 13:05:23 [post_modified_gmt] => 2020-02-29 12:05:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8457 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 8184 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-15 09:50:13 [post_date_gmt] => 2020-01-15 08:50:13 [post_content] =>

Inno JP a remporté la troisième édition des Best de l’Humour 2020. Le candidat belge a devancé les deux vainqueurs de la sélection parisienne, Cyril Hives et Yazid Assoumani. Ensuite, les choix du jury ont hissé Yassir, Bedou et Julien Bing dans le top 6 des finalistes.

Inno JP : une victoire logique…

Face à un panel d’une vingtaine de professionnels, la prestation d’Inno JP a convaincu tout le monde. Précise, rodée : elle laissait peu de place au hasard et offrait à la profession de rester dans sa zone de confort.

Pourquoi je n’exulte pas, me direz-vous ? J’ai effectivement trouvé Inno JP efficace et un poil original pour retenir mon attention, mais l’ensemble m’a laissé de marbre. Au final, comment juger les deux candidats belges, qui ont tous les deux eu accès à des galas TV, face aux autres ? Je craignais que le déséquilibre rende l’équité discutable, et j’ai eu raison.

Je félicite néanmoins Inno JP, qui a livré une assez belle prestation. Si vous l’avez manquée, elle est à peu près identique à celle du gala Derrière un micro Paris-Bruxelles.

Premier temps fort de la soirée : Basile démarre en trombe

À l’Alhambra, l’humoriste nantais Basile débutait la soirée. Une place ingrate, qui pousse souvent à livrer une prestation moyenne. Or Basile a pris le micro pour offrir une prestation parfaite au public.

Une prestation qui, à mon sens, le qualifiait d’office dans le groupe des six humoristes retenus pour la tournée. Il fallait être aveugle pour passer à côté, mais le reste du jury a semble-t-il vécu un syndrome foudroyant d’Alzheimer…

Ok, je suis en colère et dure, j’en conviens. Je comprends que le choix d’un passage sur le métro n’était pas le plus heureux, mais on peut évoquer des lieux communs et rester drôle et original ! Comme il y a deux ans avec Nicolas Fabié, un nantais passe donc hors des écrans radars des professionnels. À titre personnel, j’appelle cela un scandale, mais ce sont sans doute les circonstances qui ont eu raison de Basile.

Cyril Hives vainqueur moral ?

Je reviendrai sur les deux prestations suivantes dans mon classement final, mais passons à Cyril Hives. Avec Inno JP, quelque chose de classique s’est passé à l’Alhambra… Mais avec Cyril, c’était un moment magique.

Fort d’une prestation déjà solide deux jours plus tôt, Cyril apprenait de ses erreurs et modifiait son set pour offrir son meilleur. Je ne l’ai jamais vu aussi fort. Il aurait pu s’effondrer face à 600 personnes, devenir insignifiant comme d’autres. Mais non : il a su être touchant, différent, original — marcher sur l’eau, quoi.

Ce soir-là, Cyril Hives symbolisait le renouveau. Et son passage me donnait l’espoir que les choses changent dans la tête des professionnels. Alors oui, ils ont compris qu’il s’était passé quelque chose, mais ils n’ont pas été au bout du raisonnement. Moi, dans les applaudissements finaux, j’entendais une seule chose : le public le désignait vainqueur.

On comprenait qu’il avait tout donné, vaincu les démons qui auraient pu le faire trébucher. À partir de là, j’ai commencé à rêver d’une révolution dans le microcosme des détecteurs de talents. Et en écrivant ces lignes, j’enrage de mon impuissance : je ne pouvais rien, je n’avais pas l’influence pour ouvrir les yeux des professionnels et leur intimer de changer de disque. Il reste du travail pour propulser les talents du rire plus vite… Alors on va continuer, que voulez-vous que je vous dise !

Le vrai classement et mon classement

Il est temps de vous livrer deux classements : l’officiel, la synthèse des professionnels, et le nôtre.

Classement juryClassement Le spot du rire
1Inno JPCyril Hives
2Cyril HivesBasile
3Yazid AssoumaniYazid Assoumani
4YassirInno JP
5BedouYanisse Kebbab
6Julien BingDoug

Puisque je viens de vous en parler, je ne vais pas revenir sur Cyril Hives, même si je suis ravie de le voir deuxième au classement final. En-dessous, ç’aurait été abusé. Ni sur Basile, passé bien trop tôt.

Yazid Assoumani a (un peu) manqué son rendez-vous

Yazid Assoumani a beaucoup de talent, et on a envie de le voir cartonner. Malheureusement, Yazid n’a pas été à la hauteur de l’enjeu. Le début poussif de son passage m’a fait comprendre que ce n’était pas son jour.

Malgré tout, son talent reprenait le contrôle au fil du passage. Sa sympathie naturelle et son texte loué par de nombreux professionnels lui ont permis de convaincre. Il lui manquait juste l’étincelle de magie pour remporter une adhésion plus nette.

Ce qui est sûr, c’est qu’il faudra compter sur lui pour la suite ! Manquer un rendez-vous, ça ne ralentit pas un vrai talent. Vous entendrez parler de Yazid.

Inno JP : très bien, mais pas exceptionnel

Ma première impression lors du passage d’Inno JP, c’était de me dire que ça passait bien. Il trouvait un bon équilibre entre de l’humour déjà vu et une pointe d’originalité. Son expérience transparaissait.

En revanche, j’ai trouvé qu’Inno JP manquait d’innovation. Il ne renouvelait pas le genre. Alors que je formulais cette analyse, Inno JP a utilisé le gimmick de Bref dans son texte. C’était éliminatoire pour le faire gagner selon moi : on ne gagne pas un concours en recyclant la marque de fabrique de Kyan Khojandi. J’attends beaucoup mieux.

Yanisse Kebbab et Doug : une fin de top 6 peu inspirée

À part mes quatre premiers, le reste des candidats évoluait dans deux catégories pour moi : « pourquoi pas », ou « c’est mort ».

J’ai décidé d’inclure Yanisse Kebbab et Doug parce qu’ils jouaient juste assez avec l’émotion. Ils ne m’ont pas vraiment fait rire, mais ils ont su me toucher derrière un potentiel plutôt caché. Yanisse Kebbab tombait dans les clichés et les sujets faciles, mais il le faisait avec un certain naturel. Je trouvais ça limité et jeune, mais suffisamment intéressant pour retenir mon attention.

Quant à Doug, j’ai regretté que les blagues ne soient pas assez fortes. Effectivement, il a essayé d’émouvoir le public, mais encore une fois, il l’a fait avec une certaine innocence. D’autres ont bien plus forcé le trait et l’ont dépassé. Bref, pour Yanisse et Doug, je voulais donner une chance de progresser et de comprendre les deux-trois trucs qui leur manquent.

Carton rouge : Funky Fab et les accents

On croyait que l’humour à la sauce Michel Leeb était mort. Faux : il reste des humoristes qui imitent des accents chinois et se plantent dans leurs intentions. En première lecture, on s’étonne que ces gars puissent jouer à Montreux.

Je ne sais pas comment on en arrive encore là en 2020, alors je formule simplement le vœu que tous ces gens regardent la série En rire de l’humoriste Haroun. Cette pastille explique pourquoi il ne faut plus faire d’accents. Surtout en quantité industrielle comme Funky Fab l’a fait à l’Alhambra. Croyez-le ou non, j’ai entendu un membre du jury le mettre dans son top 6…

Mise à jour du 15 mai 2020 : la réponse de Funky Fab

Suite à cette critique virulente de ma part, Funky Fab a réagi dans un podcast pour se justifier et livrer son point de vue.

Très sincèrement, ça m’a fait réfléchir. Déjà, ça ne m’a absolument pas blessé : l’insulte ne m’atteint pas. J’y étais allé vraiment fort. J’ai légèrement modifié mes propos ci-dessus pour livrer une analyse un peu plus distanciée. En effet, j’avais qualifié sa prestation de « consternante » alors que je la réduisais aux accents.

En revanche, l’opinion de Funky Fab sur la censure en humour est intéressante. Et je suis d’accord avec lui sur le danger que représente la censure. Il y a un décalage entre ce que le microcosme progressiste ne veut plus tolérer et ce qui fait rire certaines personnes. Clairement, l’intention de Funky Fab n’était pas raciste, et on le comprend encore mieux avec son complément d’information. Maintenant, l’exécution était maladroite et mon choc concernait plus le fait de ne pas sanctionner une pratique désuète dans le cadre d’un festival tourné vers l’avenir et les découvertes humour.

Pour autant, je fais partie de ceux qui préfèrent une liberté d’expression totale, quitte à offenser, se tromper et dépasser des limites. Censurer, c’est nier l’existence de certains courants de pensée. C’est vouloir construire le monde autour d’un idéal qui ne colle pas à la réalité et à l’opinion des uns et des autres. Tout le monde devrait s’interroger sur ces changements de mentalité, et faire preuve de clémence face à ceux qui rient encore de certaines choses. Plutôt que de condamner toute pensée qui dérange aujourd’hui au nom de la pensée dite « acceptable », il faudrait comprendre ce qu’il se passe vraiment et ne pas fustiger l’autre.

Concernant Funky Fab, je n’aurais peut-être pas dû être aussi virulente et je m’excuse de ne pas lui en avoir parlé directement. C’est ni plus ni moins de la lâcheté, et si l’événement peut nous faire progresser lui comme moi, nous en sortirons meilleurs.

Best de l’Humour 2020 : une belle édition malgré les fantômes du passé

Globalement, j’ai passé une bonne soirée. Elle n’a pas duré quatre heures et le niveau restait globalement bon.

Je continuerai d’avoir des désaccords avec les conclusions des festivals, l’injustice de comparer des talents et propositions artistiques très différentes.

Cela dit, tant qu’on comprendra le pourquoi du comment, on saura mieux se repérer dans les talents qu’on propose. On aurait tort de penser que ces choix sont anodins : ils conditionnent l’accès aux médias des talents. En tant que jury, on a une responsabilité, et la mienne est de juger des découvertes. Une découverte apprendra, progressera… Si elle change la donne, elle aura mon soutien. Et ce sera ma ligne de conduite à chaque concours.

C’est aussi pour ça qu’il me faut très peu de temps pour trancher : je connais ma ligne de conduite, et je vais vraiment dénicher les artistes. Si seulement tout le monde pouvait le faire plutôt que de se reposer sur ce qu’ils connaissent… Le combat continue.

[post_title] => Inno JP vainqueur des Best de l’Humour 2020 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => inno-jp-best-humour-2020 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:20 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8184 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 7961 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-03 16:14:00 [post_date_gmt] => 2020-01-03 15:14:00 [post_content] =>

Les Best de l’Humour 2020 reviennent pour une troisième édition. Ce concours, chapeauté par Mo Hadji en partenariat avec le Printemps du Rire, suscite généralement de vives réactions chez moi.

Cette année encore, Mo Hadji m’a proposé de rempiler en tant que membre du jury des sélections parisiennes (ouvertes au public), et (nouveauté pour moi !) de la finale du 14 janvier à l’Alhambra.

Ils se départageront pour 2 enjeux majeurs (source) :

Les 6 gagnants participeront à notre Soirée de Gala le 6 mars à Diagora Labège et à notre Tournée des Jeunes Talents en Haute-Garonne, soutenue par le Conseil Départemental 31. Le grand gagnant sera programmé en plus à La Nuit du Printemps le 27 mars au Zénith de Toulouse.

Le Printemps du Rire

Best de l’Humour 2020 : qui succèdera à Farah et Paul Mirabel ?

Des sélections ont actuellement lieu dans toute la France, à Bruxelles et Genève. Le calendrier est très serré, puisque certains candidats se qualifieront seulement quelques jours avant la finale ! Dans chaque salle, tous se disent : « Enfin un festival où Paul Mirabel ne peut plus gagner, n’est-ce pas ? ».

C’est vrai qu’il a été redoutable, du Campus Comedy Tour au Festival d’Humour de Paris. Cette année, je ne sais pas tellement à quoi m’attendre. Le tremplin gagne en notoriété, et les candidatures pleuvent.

Je m’attends tout de même, comme pour les éditions précédentes, à des niveaux et des styles très variés. Le panel ne représentera pas le « meilleur » des talents (aucun concours ne peut le prétendre !) mais leur diversité. Je vais juger ces gens avec une certaine curiosité, et plus de bienveillance.

Petite inquiétude : avant les sélections parisiennes, aucune femme n’est qualifiée. Habituellement dans ce concours, il y a certes plus d’hommes que de femmes, mais je n’ai pas le souvenir d’une répartition aussi déséquilibrée. Affaire à suivre avec les deux derniers finalistes ?

Finalement, aucune femme ne participera au concours… Il y en avait parmi les présélectionnés pourtant.

La finale des Best de l’Humour : résumé

Les qualifiés pour la finale à l’Alhambra

Avant les sélections marseillaises, je connais Inno JP et Basile. Inno JP a participé au gala de Kyan Khojandi, Derrière un micro Paris-Bruxelles. Basile est l’un des protagonistes des Tocards, et comme je suis allée à Nantes, je l’ai vu…

À Lille, la future recrue du Laugh Steady Crew, Noah, a dû s’incliner face à Julien Bing. Noah m’a confié avoir vécu une belle expérience, c’est l’essentiel pour lui.

En tout cas, je connais bien trop peu les gens de la liste (et encore moins ceux qui ont tenté leur chance) pour juger… Il faudra se rendre au théâtre pour connaître les forces en présence !

Qualifiés aux Best de l’Humour 2020Ville
Yassir BouchnafaToulouse
Doug le friséMetz
Inno JPBruxelles
Funky FabBruxelles
Romain JacquesGenève
BasileNantes
Julien BingLille
BedouMarseille
Yanisse KebbabLyon
Lucas VolpiNice
Yazid AssoumaniParis
Cyril HivesParis

Épilogue : mon top 6 des sélections parisiennes

On n’allait pas vous laisser sans revenir sur les sélections parisiennes ! Il y avait 25 candidats pour 2 tickets gagnants. Plus deux chauffes (Ike et Karim) qui ont été bons, mais pas assez pédagogues pour emmener le public dans une ambiance bienveillante. Le jury a bénéficié de l’aide du destin, car deux humoristes ont distancé le reste du groupe : Yazid Assoumani (35 points) et Cyril Hives (20 points). De fait, nous étions très partagés pour le peloton des outsiders… Voici les artistes ont su me parler et pourquoi.

6e : Aude Alisque

Il lui a suffi d’un mot, le premier qu’elle a prononcé. Avant le concours, j’avais envie de choisir Aude Alisque plus qu’une autre pour sauver l’honneur et inviter au moins une femme à l’Alhambra.

Ce n’était pas une histoire de quotas, mais davantage de conviction artistique. Je crois plus en la proposition artistique d’Aude en général, il lui fallait pourtant vraiment se distinguer ce soir-là. Et malgré son entrée en scène, elle n’a pas su le faire (mauvais choix de passage ?). La proposition était intéressante mais trop juste ce soir-là.

5e : Tahnee

Tahnee a été l’une des rares humoristes à ne pas faire de faux pas. Tout fonctionnait plutôt bien, et en plateau d’humour, ce serait passé comme une lettre à la poste.

Mais pour ce festival, on attendait peut-être plus de Tahnee. La fraîcheur de son stand-up était insuffisante pour qu’elle marque les esprits comme elle a pu le faire ailleurs. À sa décharge, elle passait dans le second groupe qui a eu un mal fou à connecter avec le public… Si cette connexion avait opéré et que Tahnee avait été un cran au-dessus, elle aurait pu faire quelque chose de fort. La prochaine fois, elle prendra sa revanche.

4e : Nicolas Fabié

C’était le meilleur de la deuxième session. Son storytelling fonctionnait, mais manquait de folie. S’il avait pu mettre tous les moyens de régie de son côté, il aurait retourné la salle. Au lieu de ça, Nicolas Fabié a obtenu un consensus au niveau du jury : tout le monde l’a bien aimé, mais ils devaient l’attendre au tournant. De fait, il a été un outsider plus qu’un vainqueur en ce 12 janvier.

Pour ma part, je sais qu’il aurait pu faire mieux, mais qu’il a fait tout ce qu’il a pu dans les circonstances à sa disposition. Peut-être plus d’interactions auraient changé la donne ? On ne peut pas refaire l’histoire…

3e : Avril

Avril a participé à la première session, à l’inverse de Nicolas et Tahnee. Si le public était moins nombreux, il était plus réceptif. Au niveau des conditions, ça allait donc plutôt bien…

Mais au moment où il montait sur scène, Yazid Assoumani a pris la décision de quitter la salle. Il voulait être le plus discret possible et revenir en loge, mais l’accès était condamné. Distrait, le public n’a pas été aussi perturbé que l’artiste. Avec plus d’expérience, Avril aurait saisi l’opportunité pour marquer les esprits. Or sur le vif, il a été pris de court.

À ce stade, il avait encore des chances de bien faire. Plus il était sur scène, plus il rattrapait son retard dans un passage qui montait en puissance. Le hic : il a choisi de tester quelque chose d’assez neuf plutôt que de proposer un passage sûr qui le définisse.

Avril se cherche encore, et en envoyant ce message au jury, il ne pouvait pas parler à mes confrères. Moi, j’ai voulu saluer la prise de risque et la prestation. Au final, il y avait l’ADN d’Avril, ces questionnements interminables. Moi, je le connais, mais les autres le découvraient et n’avaient pas sûrement idée de ce qu’il se passait. Donc, quand il trouvera le passage qui livrera son univers sur un plateau, il séduira tous les jurys du monde. Là, il les a laissés de marbre.

2e : Yazid Assoumani

Yazid Assoumani a livré une prestation impeccable. Son passage, rodé en plateau des mois durant, était parfait. Il donnait à voir tout son talent et son univers. Il a donc fait l’unanimité.

Je ne l’ai pas mis en tête de mon classement, car je cherche la petite étincelle qui montre qu’un artiste peut surprendre. Faire un pas de côté et nous rattraper dans la seconde qui suit. Yazid n’aurait vraiment pas pu faire mieux ce soir-là, et il a fait le bon choix. Sa qualification unanime est logique…

1er : Cyril Hives

…Mais celui qui est vraiment sorti du lot, c’est lui. Cyril Hives, le stand-upper qui a toujours un coup d’avance sur la tendance du LOL. Son passage partait fort, trop fort. Un choix audacieux, parce que cela oblige à avoir un impact fort durant six minutes.

Il a été bon tout le long. Or comme son passage perdait un peu en intensité, tout ce qu’il pouvait faire après ce début tonitruant paraissait fade. C’était meilleur que bien des propositions ce soir-là, mais le contraste le desservait.

Qu’à cela ne tienne, le niveau assez moyen des prestations globales ne menaçait pas Cyril Hives. Il a pris des risques tout en sachant montrer son univers. Pour moi, il l’a emporté haut la main, en sortant de sa zone de confort. C’est aussi le fruit de mois de travail pour se renouveler, et je n’ai pas l’ombre d’un doute sur mon choix.

Performances globales

Il y avait plusieurs écoles : les comédiens au jeu impeccable, qui devraient vraiment collaborer avec un auteur. Très charismatiques, ils devenaient des coquilles vides en raison de leur texte soit peu original, soit sans intérêt.

De l’autre côté, il y avait ces propositions artistiques au stade d’embryon. Prometteuses, elles montraient qu’il y avait encore beaucoup de travail. Je suis de ceux qui pensent que tout s’apprend, sauf le fait de proposer quelque chose d’original. Et l’originalité était bien cachée sous des prestations inégales.

Globalement, on pouvait donc émettre un constat fort : le niveau parisien n’était pas folichon. Dans un entre-soi artistique qui leur fait courir les plateaux, ils peinent à progresser de manière significative.

Les raisons diffèrent vraiment d’un artiste à l’autre, mais cette stagnation pourrait disparaître. Si on choisissait 10 personnes sur les 25 présentes ce dimanche, et qu’on les mettait dans une troupe genre Star Academy du LOL, ils pourraient se nourrir d’univers bien différents.

Si une école de la sorte, avec une dizaine de professionnels de qualité et un vrai suivi artistique pour ne pas mettre des gens dans des cases existait… Les humoristes français deviendraient invincibles. Appelez-moi quand un tel projet voit le jour, je signe !

[post_title] => Best de l’Humour 2020 : les qualifiés de l’acte III [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => best-humour-2020-qualifies [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-15 10:10:05 [post_modified_gmt] => 2020-01-15 09:10:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7961 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 7293 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-05 15:35:14 [post_date_gmt] => 2019-11-05 14:35:14 [post_content] =>

Cette semaine, Le spot du rire vit en immersion dans le stand-up à Nantes pour comprendre ce qui fait le charme des plateaux d’humour là-bas. Est-ce une consommation d’alcool excessive ou la présence d’humoristes ultra-talentueux ? Nous menons l’enquête et vous livrons nos premiers retours dès que possible… Revenez autant que vous le voulez, on a plein de choses qui vont s’ajouter !

Lundi de merde : tout pour le test !

Dimanche Marrant, Bunker Comedy Club, vous connaissez ? À Nantes, il y a un événement comme ça, auquel on ajoute les tests des Premières fois de Yacine Belhousse ou du Laugh Steady Crew. Pour saupoudrer le tout, on ajoute un ingrédient secret que Paris n’a jamais réussi à importer…

Lundi de merde, c’est quoi ? En gros, prenez un petit bar, des habitués bienveillants et une bande de comiques ultra-soudée. Chaque semaine, le public vient suivre les aventures de Kevin Robin et son frein (je suis dégoûtée de rentrer juste pour ça). Maxime Stockner fait une chauffe ultra-conviviale. Les gens l’aiment lui. Genre, pour ce qu’il est.

Il y a aussi Yohan Bertetto, Jihef (je me suis présentée comme J. F. pour me le mettre dans la poche, alors que c’est à lui de me convaincre, allez comprendre). William n’a pas joué mais son côté « humoriste de légende » le précède. Idem pour Antoine Peyron, que nous allons bientôt rencontrer…

Pendant les passages, les autres humoristes interviennent parfois. Le public interrompt aussi, mais reste courtois. Un public discipliné, qui respecte les réservations écrites sur des post-ils en forme de cœur. Oui, c’est vraiment bienveillant jusqu’au bout.

Fashion stand-up

Il y a la tenue de léopard de Maxime Stockner aussi, une humoriste qui m’intrigue déjà beaucoup trop, K-ryne Gomis… Elle arrive avant le show avec une confiance en elle qui détonne. Ça me met en alerte complet. Déstabilisée par un passage en dents de scie, elle dévoile tout d’un coup une fragilité qui me rend complètement marteau de joie de la découvrir.

Parce que oui, une prestation qui n’a pas l’air géniale recèle d’informations clés sur le talent de quelqu’un. Jihef, ça vaut pour toi aussi. Tu es très bon délire, mec. Et on a aussi assisté à la première scène de Clément, un gars qui cache bien son stress et qui a évité le bide, de loin même. Très belle première, continue mec.

Sinon, l’incroyable Antoine Sentenac vient de faire vacciner son chat et raconte ça le soir-même. C’est vraiment une soirée où on est ensemble avec les humoristes. J’ai rarement vu ça, voire jamais. Peut-être que c’est l’effet lune de miel qui parle, mais pour le moment, c’est amusant, Nantes. En plus, les consommations ne sont pas trop chères et l’ambiance des bars est bien plus conviviale qu’à Paris (difficile de faire pire).

Mardi : le football gagne la partie

Ce mardi, deux scènes devaient occuper ma soirée. D’abord, La p’tite scène à l’Atomic’s Café qui donne la part belle aux nouveaux talents. En effet, à Nantes, il y a suffisamment d’humoristes pour distinguer des niveaux.

Le lieu est incroyable, avec beaucoup de cachet. Le MC, Malo, a l’air aussi alternatif qu’un Nadim, un Bobbin ou un Humourman. Ensuite, Jihef devait organiser sa première soirée avec ses invités dans un lieu tout aussi sympa, Ô Temps des Copains.

Or hier, il y avait Benfica-Lyon. À Paris, les jours de match riment souvent avec annulation. Nantes traverse le même genre de désagrément… Par conséquent, on a pu retourner à la base plus tôt et faire comme tout le monde : suivre le match.

On remercie par ailleurs Antoine Peyron pour la balade en voiture. Il a l’air sacrément au taquet, celui-là aussi. Mais on ne l’a pas encore vu jouer, ce qui serait tarder !

On s’en moquait complètement, de ce match… Sauf qu’il y avait un live Twitch des Commentaires Connards ! Si vous avez manqué le stream (dommage !), voici le best-of… D’ailleurs, vous verrez, on y participe en quelque sorte…

Une journée pour rien ? Pas du tout ! Suivre Maxime Stockner arpenter Nantes, c’est le voir saluer des gérants de bar partout, parrainer les futurs talents du rire et prendre un rôle de leader ! Franchement, les Tocards savent faire vachement de trucs. Le mieux, c’est quand il raconte la genèse de la scène nantaise, très riche en histoire. Il nous a asséné plusieurs dizaines de noms à la suite, ça vaudrait peut-être le coup d’en faire un musée !

Mercredi au West Side Comedy Club

Le West Side Comedy Club, c’est de l’humour dans un cadre presque cinématographique. Le lieu ressemble à Pirates des Caraïbes ou un truc du genre (là, c’est le moment où Arezki Chougar aurait bien mieux expliqué !). Les humoristes jouent à fond cette carte avec des jingles de qualité pour annoncer la soirée, comme ça peut se faire au Comedy Store ou… au cinéma !

Le public est habituellement exigeant, mais ce mercredi soir, on me confie très rapidement que les rires sont plus faciles à obtenir que d’habitude. Jérémy Ippet, alias le mec importé de Paris cette semaine, est de nouveau présent et cartonne.

C’est aussi le soir où je découvre William Pilet, dont la notoriété locale se vérifie immédiatement. Antoine Sentenac le remplace au pied levé car il doit assurer la première partie de Nilson au Théâtre 100 Noms, à deux pas du West Side. Sa chauffe est réussie, malgré un vrai stress dû à cette première. Antoine Peyron apporte une assistance en tant que sniper, un Laurent Baffie des plateaux d’humour. Ses interventions sont percutantes, il semble adorer l’exercice. William Pilet reviendra en cours de soirée pour co-animer et assurer son passage.

L’instant Cyril Lignac : ingrédients d’un raté, mais recette réussie

La soirée aurait pu mal tourner : grève des transports inopinée, Tocards à Paris pour un casting, catering improvisé, ardoise du line-up qui se brise sur scène… Au passage, je n’avais jamais entendu le mot « catering » à Paris dans des plateaux, mais peut-être que je ne traîne pas dans les plus chics ? On le saura quand l’organisation du comedy club de Fary acceptera ma demande d’invitation pour la première (ça n’a pas l’air gagné #ghosting).

Ici, on ne se la raconte pas, on fait des vannes. On ne théorise pas sur ce que doit faire le voisin, on fait des vannes. L’ambiance est saine et tout le monde se charrie avec bienveillance.

De fait, au terme de la soirée, le roast est de qualité. Vous savez quelle est mon exigence à ce sujet après la semaine dernière au Laugh Steady Crew, d’ailleurs ! Petite instru qui claque, Maxime Stockner en PLS face à son sens du rythme, bafouillages intempestifs vite remplacés par une vraie envie de produire un show de qualité.

Team chemise à carreaux : un membre du stand-up à Nantes postule

En bref, une belle soirée dans un beau lieu avec des gens drôles. Que demander de plus ? Peut-être parler d’Antoine Peyron. Oui, mec, je sais que tu as peur de moi — comme tous les humoristes émergents, quoi.

Ta chemise à carreaux, qui rappelle Rémi Boyes ou Omar DBB, t’immunisait sans doute. Ton rythme lent et désabusé rappelait lui aussi quelqu’un d’éminent à la capitale, l’ambassadeur Ghislain Blique. Tu étais à l’image de la soirée : agréable à écouter, avec des blagues qui emportaient l’adhésion et d’autres qui mourraient sur le champ de bataille.

Parce que si le public était bienveillant, il savait faire la différence entre les bonnes blagues et celles qui étaient un peu plus faciles. Tout le monde a donc pu travailler en bonne intelligence, de Jihef à Peyron. Basile a réalisé l’une des plus belles prestations de la soirée (on m’en avait dit le plus grand bien) et tout le monde a été bon. Allez, on enchaîne !

Jeudi à Nantes : shooting photo, Mario Kart et Stand-up Factory au Théâtre du Sphinx

Jeudi marquait la première journée intensive de la semaine. Dès 13 heures, je débarque chez Kévin et Maxime, l’antre des Tocards. Ils engloutissent des patates en un temps record, tandis que Clément met en place le décor de la séance photo. Aujourd’hui, une grande partie de la scène nantaise se donne rendez-vous au QG du rire pour refaire l’affiche du West Side Comedy Club.

Malgré un retard inévitable d’une heure et demie d’un des talents prometteurs du rire ici, l’ambiance est au beau fixe. Maxime continue de mener la bande avec bienveillance et fermeté, alternant entre moments de LOL et direction artistique. Comme d’habitude, William Pilet, Basile ou encore Antoine Peyron sont dans la déconne permanente. Deux passages face à l’objectif sont nécessaires pour quelques uns, et Maxime entame un défilé de mode avec ses chemises improbables. William Pilet est impressionné : tout va à Maxime, alors que lui ne se sent pas l’âme d’essayer… C’est aussi ça, le stand-up à Nantes.

Combler les blancs d’emploi du temps… et du public

Ensuite, certains s’en vont, d’autres restent en s’affrontant à Mario Kart ou en commentant les podcasts de l’After Foot sur RMC. L’après-midi, c’est un moment d’attente pour l’humoriste : soit il travaille, soit il décompresse.

Car la soirée approche : le jeudi à Nantes, c’est du stand-up dans un théâtre ! Le lieu, assez ancien, a du cachet. Le catering est parfait, et la bande est de retour. La discussion n’est pourtant pas légère : ça parle argent et répartition équitable des recettes. Ici, l’échange est courtois : la bande cherche à ce que tout le monde s’y retrouve et à créer un système homogène entre les plateaux. Gérer une série de plateaux, ça ne s’improvise pas : la bande nantaise n’a décidément rien à voir avec la tocardise…

Je profite de la soirée en commençant à jauger cette nouvelle scène. Toute la semaine, j’étais impressionnée car ils montent sur scène depuis plusieurs années. Parmi eux, il y a des humoristes très jeunes, toujours étudiants pour certains. Ce décalage entre jeunesse et expérience stand-up produit un cocktail intéressant : ça travaille dur, ça a envie de voir sa progression… Comme une impatience à voir les fruits de leurs efforts. Leur ambition est là, mais elle n’écrase jamais le voisin.

L’exigence est élevée : si je passe un bon moment stand-up à Nantes, ils ont l’impression de patiner. Les réactions du public ne sont pas à la hauteur de leurs attentes, comme si quelque chose ne passait pas. Est-ce la culture stand-up ? Je ne crois pas.

Les forces en présence

D’autant plus que les talents sont très variés. Antoine Sentenac, fort de trois ans de scène à seulement 23 ans, fonctionne très bien. Il lui manque encore une chose, qu’il applique parfois mais pas en permanence : moins expliquer les vannes. Le genre de truc qui pourrait l’aider à raccourcir son set d’une minute. Pour le reste, c’est parfait : les variations de rythme, le ton, la présence sur scène. On comprend pourquoi on y croyait.

Kévin Robin est fidèle à lui-même : ce qu’il raconte est à la fois original et drôle. Un angle qui fait du bien, amené avec candeur et espièglerie. On adore. Maxime Stockner nous offre le meilleur storytelling qu’on a entendu de lui. À Paris, on l’avait entendu parler de parapente (je ne sais plus, mais le truc en l’air) et là, c’était plus authentique et intéressant.

Jérémy Ippet termine son périple nantais avec un nouveau bon passage. Son imitation de Thomas Ngijol fait mouche : bien exécutée, elle conclut son passage stand-up soigné.

Antoine Peyron confirme que son personnage nonchalant désabusé aime le trash. J’adore le voir réussir tout de même à transmettre une certaine sensibilité ou fragilité qui le rend attachant. Au moment où les artistes saluent, il fait un gag pour moi avec ses chaussures à 20 balles (il nous l’a dit 22 fois, mais je me suis éclipsée pour m’envoyer un morceau en plus de quiche).

Et que dire de la chauffe de Yohan Bertetto, dont la voix cassée rend son intervention encore plus drôle : on a mal pour lui. Il est sur le fil du rasoir, il s’accroche et malgré tout au rendez-vous après une absence mercredi. Mardi, il jouait à Saint-Nazaire, et sa voix était encore plus mal en point. Ça a tenu le coup, mais c’était difficile. Chapeau l’artiste !

Stand-up à Nantes : bilan d’étape

La soirée est la plus agréable de la semaine pour moi, car j’ai le temps de me poser et de regarder. Au lundi de merde, l’ambiance de test ne permet pas de jauger le niveau. Mardi, l’annulation a douché mes espoirs. Mercredi, le West Side Comedy Club était davantage une soirée d’ambiance où j’écoutais à la fois les ragots en coulisses et les sketches, donc le message ne passait pas si bien.

J’ai dû m’éclipser rapidement, d’épuisement face à ce rythme effréné du stand-up à Nantes. Je me demande comment ils font pour tenir la distance, car je suis de plus en plus épuisée. Pour me faire pardonner, j’offre Off the Mic aux nantais pour les remercier de leur hospitalité. Heureusement, j’ai le droit à un nouveau tour en voiture avec Jérémy Ippet. Il écoute les sets de Bill Burr et d’autres en roulant : pas de doute, c’est un humoriste ! Moi, quand je joue des pédales, j’écoute Sympa la vie, donc je comprends.

Vendredi à Nantes : public intraitable au Week-end Comédie

Le vendredi, je me réjouissais de retrouver un plateau qui ressemble beaucoup à un rendez-vous parisien. Une salle exigeante, un décor tamisé et des humoristes prêts à aller au casse-pipe.

On ne va pas se mentir, c’était un champ de bataille. Maxime Stockner venait de faire la première partie de Yohan Bertetto et annonçait la couleur : il sortait tout juste d’un bide. Pour chauffer une salle gelée, il a ramé… comme ses collègues.

Chacun s’est battu comme il pouvait face à un public multiculturel : États-Unis, Vendée, Nord-Pas-de-Calais… Certains interrompaient les comiques sans aucune gêne. Face à cet engouement absent, les humoristes vivaient un moment difficile.

Ce qui est frappant dans tout ça, c’est le lien hyper-fort entre eux. Ils se marraient lorsque la salle restait de marbre, il y avait un vrai esprit de camaraderie. Au fil de la semaine, je commençais à me dire que c’était vain de comparer Nantes et Paris, mais c’est beaucoup plus fraternel ici car il y a un seul clan d’humoristes stand-up à Nantes.

Je repars à Paris après avoir été merveilleusement accueillie ici. Et j’ai hâte que l’épisode inédit des Tocards où je les interviewe sorte… On vous livrera aussi une interview écrite de Kévin Robin et Maxime Stockner comme d’habitude !

Stand-up à Nantes : le bilan

Cette semaine était intense, voire inoubliable. J’ai hâte que ces humoristes puissent plus facilement faire la navette entre Paris et Nantes, et que les humoristes habitués des plateaux parisiens découvrent cette ambiance si spéciale.

On ne voit qu’une infime partie dans les 2 tocards font du stand-up. La réalité est plus professionnelle et mature que cela, d’autant plus que la bande est très jeune. L’héritage laissé par un Edgar-Yves ou un Alexis le Rossignol, qui ont débuté ici, est entre de bonnes mains. On leur souhaite de progresser encore, et vu leur attitude, on n’a aucun conseil à leur formuler. Longue vie au stand-up nantais !

[post_title] => Stand-up à Nantes - Journal de bord live [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-nantes-reportage [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:21 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7293 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 5 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010193 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-15 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 30 à 40

L’expérimentation continuera de happer le public avec la singularité d’un Jihef (30). Sa présence particulière ne manquera pas d’interroger le public, sceptique puis forcément hilare. En mal d’humour engagé ? Audrey Jésus (31) proposera ensuite une transition logique entre étrangeté, sensibilité et propos éclairé.

Du pur stand-up tentera alors la foule, rassasiée d’originalité et qui voudrait bien reprendre ses esprits ! Basile (32) assurera son rôle comme un chef avec son charisme scénique et son affection pour le stand-up. L’expérience reviendra ensuite à la charge avec le couple Alexandra Pizzagali et Clément K (33), dont l’union dans la vie se transposera naturellement.

Des plumes pouvant en cacher une autre, Gabriel Francès (34) viendra faire perdurer les saillies verbales avec un humour à la fois politique et noir. L’auteur de Walter (entre autres) bénéficiera ainsi d’un beau coup de projecteur ! Projecteurs qu’Agnès Hurstel (35) est habituée à voir. À l’aise sur scène, sur France Inter comme en TEDx, elle apportera une touche à la fois névrotique et osée qui lui est propre.

Du névrotique au poétique, il n’y a qu’un pas ?

Pas toujours, mais Romain Barreda (36) viendra adoucir l’atmosphère et récupérer une frange puritaine du public ? Son expérience au Grand Rex l’aidera grandement à être à l’aise et à se distinguer.

Viendra ensuite une humoriste anglophone que les amateurs de stand-up underground connaissent bien : Els (37) ! Une nouvelle tête de l’humour en cachera ainsi une autre : le calme et posé Sylvain DK (38). Il laissera la place à une Mahaut (39) dont l’excentricité n’est plus à prouver. Cette drama queen fera ainsi forte impression et redonnera un coup de fouet au public… Si certains se retrouvent avec le mal de mer à ce stade, Arezki Chougar (40) viendra rétablir tout cela avec son charisme légendaire et son sens du dialogue…

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 17 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-4 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:49:29 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:49:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 5 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 92c86acec39bd449892b7ff6baa59c6e [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Basile

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 4/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6

Juste pour la Vannes 2020 : un festival d’humour par les humoristes, pour les humoristes

Juste pour la Vannes : le festival d’humour qui met KO Cyril Hanouna

Inno JP vainqueur des Best de l’Humour 2020

Inno JP vainqueur des Best de l’Humour 2020

Best de l’Humour 2020 : la tournée des sélections

Best de l’Humour 2020 : les qualifiés de l’acte III

Stand-up à Nantes : Maxime Stockner sur scène au Stand-up Factory

Stand-up à Nantes - Journal de bord live