WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => musique
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 476
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => musique
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 476
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => musique
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 476
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => musique
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 476
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 476
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 476
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => musique
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 476
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (476) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (476) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (476)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011469
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-10-11 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-10-11 06:00:00
                    [post_content] => 

Tout a commencé lorsque William Pilet a séduit un jury de professionnels à Tournon-sur-Rhône. Je rentrais de ce week-end hors du temps quand Mélissa Rojo, codirectrice de la Petite Loge, m’a sollicité pour joindre l’humoriste nantais. Elle avait alors un objectif : réaliser mon rêve. Faire jouer William Pilet à Paris sur une ou deux dates. Importer Normal n’existe pas, spectacle inclassable s’il en est, dans le plus petit théâtre de la capitale.

Voir William Pilet dans Normal n’existe pas : un rêve devenu réalité !

Ne me jugez pas, c’est un super rêve. Vu la réactivité de la salle, j’ai vite pris ma place pour l’une des fameuses dates. Le destin a voulu que ce soit la deuxième. L’attente a donc été insoutenable. Car si certains humoristes peuvent laisser planer un doute sur la qualité de leur marchandise, William Pilet joue dans une autre catégorie. Comment fait-il ? Il ne fait rien comme tout le monde. Un atout colossal, donc, dans une époque où l’on se conforme à des algorithmes, des tendances, etc.

Il y a bien des influences, bien sûr, mais elles sont loin de tout ce que vous consommez habituellement. Quand j’ai vu l’heure de William, c’était clair : ce spectacle doit devenir un succès retentissant au Fringe. Pas le Fridge, Kev Adams n’a rien à voir avec cette affaire. Mais le festival d’Édimbourg est un haut lieu pour l’humour qui repousse les limites de la comédie. Influencé par les British et les Monty Python, William Pilet a importé le comique d’accessoires et ambiance le public avec un synthétiseur dont je suis tombée amoureuse.

Qu’importe le flacon comique, pourvu qu’on ait l’ivresse des rires

Certains lui reprochent de faire dans le pipi-caca. Or à l’instar des jeux de mots, le problème n’est pas d’invoquer l’humour pipi-caca ou les calembours dans son art. Non, le problème est le manque de talent lorsqu’on manie le stand-up comme les jeux de mots. En l’espèce, William Pilet amène toujours une touche enfantine, burlesque ou ridicule qui transforme un type d’humour vu et revu en une ode à l’originalité…

Qu’est-ce qui a donné envie aux spectateurs de voir William Pilet à la Petite Loge ? L’amour du risque ? L’envie de jouer les anticonformistes ? Lors de la première date, seuls douze aventuriers du LOL ont franchi la porte du théâtre. Un score bien trop faible quand on connaît le potentiel du bonhomme. Oui mais voilà : encore faut-il savoir qui est William Pilet, ce qu’il fait, l’objet de sa présence à Paris… De nombreux obstacles rendent encore difficile une rencontre avec le public qui, pourtant, a très envie de renouveau.

William Pilet : l’humoriste que vous adorerez découvrir

J’en veux pour preuve les remerciements que l’on m’adresse : merci de m’avoir conseillé ce spectacle, c’était un moment incroyable. Évidemment, que diable ! Il faut faire quelque chose. J’ai réussi à ramener une bonne poignée de personnes. Comme à la belle époque où je tenais un registre de mes invités au spectacle de Jean-Philippe de Tinguy.

Que fout la presse ? Parce que William Pilet n’est pas un petit nouveau, loin s’en faut ! Il n’a pas vraiment joué l’ermite, même s’il aurait pu se contenter de quelques diffusions en direct du One Shot Shit Show. Ces soirées en live avec des humoristes locaux donnent un premier aperçu de quelques gags du spectacle.

Normal n’existe pas : notre verdict

Le spectacle Normal n’existe pas est une expérience à vivre. Difficile à décrire, elle nécessite de garder au maximum l’effet de surprise. Connaître certains gags n’empêche pas de passer un bon moment. Cependant, plus vous serez étonné, plus vous prendrez votre pied. Quand le corps vous fait mal à force de rire, c’est bon signe. Étrangement, dans ce fourre-tout bien organisé de folie furieuse, les moments de respiration sont peut-être les plus jouissifs.

Nécessaires, ils permettent de furtivement se rendre compte de la générosité de William. Ce fou rêveur vous apaisera en quelques mots de transition. De véritables instants de poésie à saisir pour se rendre compte de l’absurdité du monde. Ce spectacle plaira tout particulièrement aux rêveurs, aux anticonformistes et à tous ceux qui n’ont pas sombré dans l’aigreur. Sauvera-t-il les autres ? Le meilleur moyen de s’en rendre compte, c’est de faire venir tout le monde dans les salles de William Pilet. Pourquoi ? Pourquoi pas ! Seuls les connaisseurs comprendront. Pour les autres, venez découvrir ce kiff vu nulle part ailleurs !

[post_title] => Avec Normal n’existe pas, William Pilet construit sa légende [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => normal-nexiste-pas-spectacle-william-pilet [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-27 20:37:37 [post_modified_gmt] => 2021-09-27 18:37:37 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011469 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 5701 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-02-25 17:00:32 [post_date_gmt] => 2019-02-25 16:00:32 [post_content] =>

Fabien Guilbaud a joué un showcase de son spectacle Faux et fort à la Boîte à rires. Retour sur cette première dans ce théâtre qui monte à Belleville.

Comment vous sentiriez-vous si vous appreniez que vous venez d'être cambriolé deux heures avant de jouer votre première à Paris ? Mitigé, probablement. C'est exactement ce que Fabien Guilbaud a subi avant de se produire devant un public plein à craquer.

Fabien Guilbaud, entre autodérision et musique

Le concept du spectacle Faux et Fort : interpréter des chansons nourries d'autodérision. Fabien joue sur la corde raide pendant un peu plus d'une heure. Il rit de lui-même à longueur d'anecdotes. Ainsi, il tente de créer de la connivence avec le public tout le long du spectacle.

Retour vers le futur : quelques mois plus tard, Fabien Guilbaud jouait à la Petite Loge !

Le public, il le connaît bien. La salle le suit logiquement dans ses délires. La dose de folie est assez légère pour ne pas dérouter, mais suffisamment gratinée pour emporter les plus friands de contenus borderline.

C'est aussi agréable de l'entendre chanter. On n'est pas sur le timbre volontairement exaspérant d'une Laurie Peret au bord du pétage de câble.

Me réconciliera-t-il avec l'humour en chanson ?

À titre personnel, je n'apprécie pas beaucoup l'humour en chanson. Je me dis que les artistes qui usent de ce ressort ont besoin de se cacher derrière un instrument. Mais là, c'était plus une expérience comme celle de Ghislain Blique et son harmonica. Fabien Guilbaud est plus proche encore d'Antek, son enthousiasme et sa guitare.

D'ailleurs, lui comme Fabien misent sur les parodies. En l'occurrence, sur ce segment du spectacle, il reprend la même idée que Nassim Mellah : imiter ceux qui font des reprises.

Fabien rattrape cet angle similaire (le principe n'est pas breveté !) avec son autodérision running gag. Ça reste un moment fou et léger, qui ne renvoie pas le même message. Nassim parlait de l'évolution de la chanson française. Fabien utilise ce ressort pour rire des chanteurs qui font des reprises entre eux, et essaie plutôt de conquérir le public dans le même temps.

Verdict : Fabien Guilbaud, faux et fort ?

Question sincérité, le courant est passé. Les moments de spectacle vivant (interactions) sont authentiques. Il ne rejoint pas le club de Tom Leeb, qui m'avait hurlé dessus car je ne chantais pas lors de son spectacle (son regard teinté de haine me hante encore). Bon, depuis, l'eau a coulé sous les ponts et un humoriste m'a même dit que Tom Leeb était très sympa.

Si vous ne chantez pas face à Fabien Guilbaud et que vous êtes au premier rang, il tournera le détail en dérision.

Ce spectacle est-il fort ? Oui, si l'on considère la capacité du comédien à emporter et séduire le public. Il peut encore progresser, mais je n'ai pas relevé de fausse note. On passe un très bon moment, et c'est l'essentiel !

Dernier point : au cours du spectacle, j'ai pensé qu'on n'en savait pas trop sur l'homme derrière la guitare. Sa fin de spectacle évoque justement cette objection-là. Fabien l'adresse avec un passage plus axé stand-up. C'est la marque d'un artiste qui comprend la scène et qui va continuer de faire rire pendant de nombreuses années !

Voir Fabien Guilbaud sur scène

Cette critique évoque le showcase de Fabien Guilbaud à la Boîte à rires. Le directeur du théâtre, Gérard pour les intimes, m'a révélé en exclu que Fabien prolongerait... Et je découvre désormais que Fabien jouera tous les mardis de mars 21h30 :

[post_title] => Fabien Guilbaud dans Faux et fort : critique spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fabien-guilbaud-critique-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-30 16:15:30 [post_modified_gmt] => 2020-09-30 14:15:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5701 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 5345 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-11-07 18:55:14 [post_date_gmt] => 2018-11-07 17:55:14 [post_content] => Samedi soir. Je dois faire un choix cornélien entre deux plateaux d’humour. J’opte pour celui qui a programmé un jeune talent que je cherche à mettre en découverte. Les deux plateaux ne sont pas idéaux pour moi en matière d’accès, donc cela se joue uniquement sur « qui vient ». Au final, Antek va changer le cours de ma soirée... mais je ne devais pas le croiser !

Juste à temps !

À ma grande surprise, j’arrive cinq minutes avant et la soirée commence à l’heure. Le problème, c’est que je suis tout juste à l’heure et qu’il manque des chaises. Un comble quand il existe un système de réservation auquel j’ai eu recours… Bref, j’attends de voir l’humoriste qui m’intéresse, debout, dans le couloir, sans pouvoir voir quoi que ce soit et avec mes affaires à terre. Je vous le donne en mille : je n’ai pas tenu bien longtemps. Les passages étaient courts, le line-up global un peu faible. Je regarde si je peux aller à l’autre plateau, car je pense qu’il débute à 21h30. Il est 21h05. Avec un peu de chance, j’arriverais cinq minutes en retard, donc vingt en avance. Je vérifie quand même et m’aperçois que j’ai tout faux. Il n’y a plus qu’à rentrer, je me dirige donc vers les couloirs du métro les plus familiers.

Antek sauve ma soirée

En montant un escalier, je reconnais la chanson Save tonight d'Eagle Eye Cherry. Une voix très belle et des accords de guitare impeccables me font me réjouir de la sélection des musiciens de la RATP. En réalité, ce n’est pas du tout cela. Le gars a du talent et ne récolte pas de pièces. Je me plante devant lui alors qu’il arrête de jouer. Il remercie son pote sans lequel il n’aurait jamais osé faire ça. J’aime son optimisme. Un regard supplémentaire me confirme un détail incroyable : je le connais, c’est un humoriste - Antek ! La caution bonne humeur du 33 Comedy ! Je ne suis pas sûre de mon coup ; c’est une sacrée coïncidence. Après avoir croisé Lenny dans le métro, je ne devrais plus être étonnée, cela dit. Je suis désormais juste derrière l’intéressé et j’essaie de lui dire bonjour sans lui faire peur. Honnêtement, de dos, ce n’est pas évident ! Il faut avoir de la motricité et du couple pour remonter à sa hauteur, barrer un peu la route sans stopper l’avancement. Sois subtile. Par miracle, je brise la glace sans fracas. Antek ironise sur le fait que c’est ce genre de choses qui arrive quand l’humour ne marche pas. Cela serait tragique si c’était vrai, mais connaissant Antek, il est bien présent dans le game. Dans le même temps, il a vraiment sauvé ma soirée en trois accords…

Voir Antek dans les règles de l'art

Vous pouvez retrouver Antek au 33 Comedy, à l'Ivress d'Humour ou au Fieald. Vous voulez le voir plus d'une dizaine de minutes ? Allez à son spectacle, tous les mercredis à la Comédie des 3 Bornes !

Crédits photo

© Fabrice Mawule Houessou [post_title] => Humour instantané : quand Antek enflamme les couloirs du métro [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => antek-musique-metro [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:51:57 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:51:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5345 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 4583 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-02 22:05:10 [post_date_gmt] => 2018-08-02 20:05:10 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Les spectacles d'humour sont faits pour rire... mais pas seulement ! Une foule de détails peut transformer un bon moment en une expérience magique. Parmi eux, la musique d'avant-spectacle est un incontournable. On a analysé certaines d'entre elles pendant un an... Panorama musical.

Musique d'avant-spectacle : la patte de l'artiste

Je me demande toujours si l'artiste choisit la playlist d'avant-spectacle. Voir un humoriste sur scène, c'est d'abord s'installer et attendre. Ces préliminaires s'apparentent un peu à entrer chez quelqu'un pour la première fois. On n'y prête pas attention tout de suite. Or, si l'on entend de nouveau la même chanson, on se souviendra de la soirée. Publicité gratuite. Il m'arrive d'aller voir souvent les mêmes artistes. Je constate ainsi tout changement de playlist. Je me souviens par exemple de la soirée où Marion Mezadorian a emprunté celle de Jeremy James. L'ambiance disco, punchy, énergique et optimiste a porté la salle. Ces titres n'étaient pas ces premiers choix, mais correspondaient bien à la bonne humeur qu'elle s'apprêtait à communiquer.

Musique et identité du lieu

D'une culture à une autre, les influences musicales varient. Ainsi, sur les plateaux anglophones, j'ai régulièrement entendu un style bien délimité. La musique pop des années 1990 et 2000 a la faveur de certains comedy clubs à Londres. C'est le cas du Top Secret Comedy Club, où l'ambiance est chalereuse d'entrée. On retrouve cette influence dans les plateaux anglophones parisiens. Je pense au New York Comedy Night de Sebastian Marx, mais aussi au Comedy Square au Paname Art Café. Wannabe des Spice Girls, il fallait oser. Le Paname Art Café, véritable institution du rire, vous embarque habituellement dans une toute autre ambiance. Vous souvenez-vous de Get up stand up ? Pas la chanson, le documentaire sur l'émergence du Jamel Comedy Club. On y retrouve l'idée que le hip-hop a fortement influencé le stand-up. Le rythme des blagues, le ton des artistes... et la playlist d'avant-spectacle. Comme dirait Adrien Arnoux, ça fait street. C'est d'ailleurs pour ça que lui, ou d'autres comme Charles Nouveau, ironisent sur leur décalage culturel quand ils débarquent sur scène. Même sans le slogan Are you ready... everybody du JCC, le Paname sait imposer son style.

Des entames de spectacle cultes

Au 33 Comedy, l'ambiance est également différente. La playlist du plateau mise sur de grands classiques. L'ambiance se veut cosy, inclusive et un peu underground, aussi. Pour signifier que le spectacle va commencer, une grosse voix indique que le spectacle va commencer et énumère les consignes habituelles. Il va falloir faire monter la chaleur, puis la voix enchaîne sur un décompte. L'apothéose finale : la musique de Full House (La fête à la maison, en VF).
Au One More Joke, comme ailleurs, le spectacle ne commence pas vraiment à l'heure. Pour marquer le début, la musique s'intensifie. Compatible avec l'action de taper dans les mains, elle lance les artistes et les spectateurs avec beaucoup d'efficacité. Le Fieald va encore plus loin. Certaines soirées à thème m'ont fait flipper au début, avec une musique apocalyptique et des artistes déguisés en faucheuse avant le spectacle. Heureusement, les lunettes rouges d'Antek apaisent l'ensemble !

Making of : la musique d'avant-spectacle de Paul Taylor

Pendant plusieurs semaines, Paul Taylor vous a accompagné chaque jour dans son parcours d'humoriste stand-up. On y découvre naturellement le détail de ses playlists de spectacle ! Ceci est une pépite pour tous les nerds de stand-up, c'est cadeau ;)[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=MChNaHCD1kU"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Musique d'avant-spectacle : les meilleures ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => musique-avant-spectacle-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:48 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4583 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 4331 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-15 10:02:26 [post_date_gmt] => 2018-05-15 08:02:26 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Le spot du rire innove avec une nouvelle rubrique : Un artiste, une chanson. On inaugure cette nouveauté avec un talent indéniable du stand-up : Roman Frayssinet. Rien de tel qu'un virtuose pour se lancer, non ?

Roman Frayssinet : rencontre avec un virtuose de l'humour

On ne présente plus Roman Frayssinet. L’humoriste passé par l’École Nationale de l’Humour à Montréal innove à chaque instant. Un charisme imparable, une présence scénique inédite, mais aussi et surtout un travail de tous les instants. Le tout rend donc service aux punchlines dégainées à une foule hilare et touchée par la virtuosité de l’artiste. Car Roman Frayssinet est un virtuose. Cela m’a frappé lorsque je l’ai rencontré. C’était au Beach Comedy Club, juste après l’affaire Gilbert Rozon. Un moment important pour Roman qui a cessé sa collaboration avec Juste pour rire et annulé toutes ses dates au 13e Art, le théâtre lié à la célèbre société.
À la fin du plateau, les humoristes font leur promotion. J’étais là pour soutenir Marion Mezadorian, mais je me souviens que ce soir-là, la programmation était très soignée. Quand Roman prend la parole, il oublie la date de son showcase à l’Européen. Bien sûr, je la connais. Je suis loin dans le public, ma voix ne porte donc pas toujours. Mais là, mon côté fayote/bonne élève prend le contrôle. Je veux impressionner l’étoile montante du stand-up, naturellement. Je crie alors : « 22 novembre ! » tandis qu’il continue de chercher. Oui, je me souviens encore de la date. Ce court instant m’a donné le courage d’aborder ce génie du rire à la fin du spectacle pour lui présenter mon site sur l’humour. Je me souviens d’un moment très apaisé. Si Roman hausse le ton sur scène, il sait aussi tempérer son timbre. Ça m’a frappé, j’ai trouvé cet instant beau et j’ai oublié la fatigue d’accumuler les plateaux comme par magie.

Roman Frayssinet ft. Andrew Rayel

Sur le chemin du retour, je m’engouffre dans une bouche de métro, le casque vissé sur les oreilles. Le souvenir du virtuose Roman m’apparaît alors encore plus net lorsqu’un titre d’Andrew Rayel démarre. Ça s’appelle The end at pianoland. Pour vous situer Andrew Rayel, il s'agit d'un espoir de la musique électronique déjà bien grand. Adoubé par l'un des meilleurs de son genre, Armin van Buuren, cet élève de la trance a parfois même dépassé le maître. On imagine que Roman Frayssinet, de par ses innovations comiques, lui emboîte le pas dans un tout autre registre ! Depuis cette soirée d'automne, cette chanson est à jamais associée à Roman Frayssinet pour moi. Un passage de piano exaltant. Des moments de grâce, d’empressement et de volupté qui s’enchaînent. C’est beau, insaisissable. Cela correspond aux tableaux qu’il peint sur scène, cette œuvre comique si singulière. Quels talents ![/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=0dcGZVaosK0" title="Roman Frayssinet en chanson : The End at Pianoland (Andrew Rayel, 2014)"][vc_column_text]

Crédits photo

© Betty Durieux[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Un artiste, une chanson - Roman Frayssinet, The End at Pianoland [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => roman-frayssinet-artiste-chanson [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:33:06 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:33:06 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4331 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 5 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011469 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-10-11 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-10-11 06:00:00 [post_content] =>

Tout a commencé lorsque William Pilet a séduit un jury de professionnels à Tournon-sur-Rhône. Je rentrais de ce week-end hors du temps quand Mélissa Rojo, codirectrice de la Petite Loge, m’a sollicité pour joindre l’humoriste nantais. Elle avait alors un objectif : réaliser mon rêve. Faire jouer William Pilet à Paris sur une ou deux dates. Importer Normal n’existe pas, spectacle inclassable s’il en est, dans le plus petit théâtre de la capitale.

Voir William Pilet dans Normal n’existe pas : un rêve devenu réalité !

Ne me jugez pas, c’est un super rêve. Vu la réactivité de la salle, j’ai vite pris ma place pour l’une des fameuses dates. Le destin a voulu que ce soit la deuxième. L’attente a donc été insoutenable. Car si certains humoristes peuvent laisser planer un doute sur la qualité de leur marchandise, William Pilet joue dans une autre catégorie. Comment fait-il ? Il ne fait rien comme tout le monde. Un atout colossal, donc, dans une époque où l’on se conforme à des algorithmes, des tendances, etc.

Il y a bien des influences, bien sûr, mais elles sont loin de tout ce que vous consommez habituellement. Quand j’ai vu l’heure de William, c’était clair : ce spectacle doit devenir un succès retentissant au Fringe. Pas le Fridge, Kev Adams n’a rien à voir avec cette affaire. Mais le festival d’Édimbourg est un haut lieu pour l’humour qui repousse les limites de la comédie. Influencé par les British et les Monty Python, William Pilet a importé le comique d’accessoires et ambiance le public avec un synthétiseur dont je suis tombée amoureuse.

Qu’importe le flacon comique, pourvu qu’on ait l’ivresse des rires

Certains lui reprochent de faire dans le pipi-caca. Or à l’instar des jeux de mots, le problème n’est pas d’invoquer l’humour pipi-caca ou les calembours dans son art. Non, le problème est le manque de talent lorsqu’on manie le stand-up comme les jeux de mots. En l’espèce, William Pilet amène toujours une touche enfantine, burlesque ou ridicule qui transforme un type d’humour vu et revu en une ode à l’originalité…

Qu’est-ce qui a donné envie aux spectateurs de voir William Pilet à la Petite Loge ? L’amour du risque ? L’envie de jouer les anticonformistes ? Lors de la première date, seuls douze aventuriers du LOL ont franchi la porte du théâtre. Un score bien trop faible quand on connaît le potentiel du bonhomme. Oui mais voilà : encore faut-il savoir qui est William Pilet, ce qu’il fait, l’objet de sa présence à Paris… De nombreux obstacles rendent encore difficile une rencontre avec le public qui, pourtant, a très envie de renouveau.

William Pilet : l’humoriste que vous adorerez découvrir

J’en veux pour preuve les remerciements que l’on m’adresse : merci de m’avoir conseillé ce spectacle, c’était un moment incroyable. Évidemment, que diable ! Il faut faire quelque chose. J’ai réussi à ramener une bonne poignée de personnes. Comme à la belle époque où je tenais un registre de mes invités au spectacle de Jean-Philippe de Tinguy.

Que fout la presse ? Parce que William Pilet n’est pas un petit nouveau, loin s’en faut ! Il n’a pas vraiment joué l’ermite, même s’il aurait pu se contenter de quelques diffusions en direct du One Shot Shit Show. Ces soirées en live avec des humoristes locaux donnent un premier aperçu de quelques gags du spectacle.

Normal n’existe pas : notre verdict

Le spectacle Normal n’existe pas est une expérience à vivre. Difficile à décrire, elle nécessite de garder au maximum l’effet de surprise. Connaître certains gags n’empêche pas de passer un bon moment. Cependant, plus vous serez étonné, plus vous prendrez votre pied. Quand le corps vous fait mal à force de rire, c’est bon signe. Étrangement, dans ce fourre-tout bien organisé de folie furieuse, les moments de respiration sont peut-être les plus jouissifs.

Nécessaires, ils permettent de furtivement se rendre compte de la générosité de William. Ce fou rêveur vous apaisera en quelques mots de transition. De véritables instants de poésie à saisir pour se rendre compte de l’absurdité du monde. Ce spectacle plaira tout particulièrement aux rêveurs, aux anticonformistes et à tous ceux qui n’ont pas sombré dans l’aigreur. Sauvera-t-il les autres ? Le meilleur moyen de s’en rendre compte, c’est de faire venir tout le monde dans les salles de William Pilet. Pourquoi ? Pourquoi pas ! Seuls les connaisseurs comprendront. Pour les autres, venez découvrir ce kiff vu nulle part ailleurs !

[post_title] => Avec Normal n’existe pas, William Pilet construit sa légende [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => normal-nexiste-pas-spectacle-william-pilet [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-27 20:37:37 [post_modified_gmt] => 2021-09-27 18:37:37 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011469 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 5 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 9f672c665d69f2129783921f006bac1c [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

musique

Normal n’existe pas : affiche du spectacle de William Pilet

Avec Normal n’existe pas, William Pilet construit sa légende

Fabien Guilbaud sur scène dans Faux et fort

Fabien Guilbaud dans Faux et fort : critique spectacle

Humour instantané : quand Antek enflamme les couloirs du métro

Musique d'avant-spectacle : image d'illustration

Musique d'avant-spectacle : les meilleures ambiances

Roman Frayssinet au One More Joke

Un artiste, une chanson - Roman Frayssinet, The End at Pianoland