WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => alex-di-mambro
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 596
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => alex-di-mambro
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 596
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => alex-di-mambro
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 596
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => alex-di-mambro
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 596
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 596
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 596
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => alex-di-mambro
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 596
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (596) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (596) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (596)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 7260
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2019-10-31 11:24:02
                    [post_date_gmt] => 2019-10-31 10:24:02
                    [post_content] => 

Chaque soir de stand-up est différent. Ce mardi, je découvrais le Batignolles Comedy, un nouveau plateau non loin de l’Européen. Une première rencontre inattendue, car je devais me ménager pour la soirée de la semaine, voire du mois : l’anniversaire du Laugh Steady Crew.

Mais vous savez ce que c’est, quand vous attendez quelque chose avec impatience. C’est souvent décevant. L’était-ce ? En grande partie, et c’est douloureux quand la rentrée du plateau a été si bonne. Mais il faut des soirs en demi-teinte pour vivre des moments inoubliables, alors j’ai hâte de revenir au Sacré Frenchy !

Batignolles Comedy : Vega & Vega et Renaud Sanviti assurent

Le Batignolles Comedy est une petite salle, qui rappelle la configuration du 33 Comedy à la Grange en plus intimiste encore. Je me suis tout de suite sentie chez moi. Les MC sont Vega & Vega, un Franco-Espagnol rigolo, et Renaud Sanviti, le puriste du stand-up comme on aime l’appeler.

Renaud assurait sa première chauffe et s’en sortait avec les honneurs. De plus, son passage sur les motocrottes me rappelait le jour où j’ai entendu ce terme pour la première fois : avec Éric et Ramzy. J’étais tellement saisie par ce moment que j’ai écrit un article, l’un des premiers du site…

Dans le line-up, on était ravi de retrouver Omar DBB, que les autres humoristes adoraient en coulisses. Il y avait aussi Pierre DuDza, dont l’énergie nonchalante fonctionnait particulièrement bien. Je l’ai trouvé aussi épuisé de vivre qu’attachant, et c’était un moment vraiment exceptionnel.

Bref, on riait sur scène et hors scène, c’était convivial et j’ai repoussé l’heure du dîner plus que de raison juste car je ne voulais pas quitter cette ambiance. Un cocon, le seul endroit où j’aurais voulu être à ce moment-là. Je vous conseille vivement cette expérience stand-up.

Anniversaire du Laugh Steady Crew au Sacré Frenchy : une soirée en dents de scie

Je ne sais pas si c’était le contraste avec les Batignolles, mais le Laugh Steady Crew a joué avec mes nerfs 24 heures plus tard. Il s’agissait d’une édition anniversaire, donc j’ai imaginé une ambiance similaire au Bar à Bulles.

En réalité, la soirée était assez banale. Pourtant, elle commençait très bien avec l’Open Mic. Pour l’occasion, les meilleures recrues de la scène ouverte bénéficiaient d’un passage au Sacré Frenchy. Le lieu est mieux que le Maximilien, mais c’était difficile de faire pire. La salle du Maximilien est bien, mais le cadre du bar ne m’a jamais fait vibrer. Là encore, c’est la salle qui porte le lieu, car la partie bar minuscule a suffi de dégoûter l’agoraphobe que je suis.

Mais le cadre, on s’en fout un peu. Ce qui compte, ce sont les artistes sur scène. Comme tout le monde l’avait pronostiqué, Noah et Jean-Paul se démarquaient des autres lors de l’open mic. C’est tout ? Non, parce qu’il y avait un homme au-dessus de tous les autres. Un super-héros du rire : Humourman.

Alors Humourman, c’est un clown. Un clown, depuis le départ d’Aude Alisque du Laugh Steady Crew, ça manque cruellement à la troupe. Son passage était peut-être encore perfectible, mais sa présence était enthousiasmante. J’ai particulièrement apprécié les longueurs et silences, et puis ensuite son jeu à la toute fin de la soirée. Il jouait comme un enfant en flirtant avec le jeu de l’humoriste et celui d’un type qui se retrouve dans cette situation, comme Jean-Philippe de Tinguy pouvait le faire. L’année prochaine, Thierno, intègre ce futur génie dans la troupe ! C’est un ordre.

En ce qui concerne les autres humoristes de l’open mic, le niveau était correct par rapport aux attentes. Ayrton était celui qui empruntait le plus les codes du stand-up au détriment d’une proposition personnelle, mais s’il s’applique, il pourra progresser. Au stade de l’open mic, ça va.

Quand les meilleurs outsiders de l’open mic tutoient l’équipe régulière du LSC

Avait-on encore de l’énergie pour la suite de la soirée ? Un peu moins, mais l’enthousiasme nous maintenait en haleine. Il aura été de courte durée. Déjà, l’un des deux guests était absent : Alexandre Kominek joue son spectacle au même moment, difficile pour lui d’arriver avec plus de 30 minutes de retard… sur la fin de la soirée. Dommage.

Ensuite, le set de Haroun était certes très bien, mais je le voyais pour la troisième ou la quatrième fois en deux semaines. Une circonstance atténuante qui me faisait attendre la suite. Mahaut, qui venait d’apprendre une nouvelle perso difficile, assurait tout de même sa prestation comme une battante. Avec les circonstances, cela rendait le tout impressionnant, mais sans cette explication de texte, ce n’était pas sa meilleure prestation. Forcément, et on ne lui en tiendra pas rigueur du tout.

Cela restait mou avec la suite de la troupe : les prestations n’étaient ni bonnes, ni mauvaises à mes yeux. Mais, comme pour la fois où j’ai vu Marina Rollman un soir triste, la magie n’opérait pas. Di Mambro et Audrey Jésus s’en sortaient mieux que les autres, mais cela ne m’aidait toujours pas à profiter à 100 %. Et puis il y a eu le set d’Avril. Et là, c’était le drame.

Coupes fatales

Avril, c’est un maître dans la prise de risque, mais c’est aussi un humoriste qui a besoin d’expérience pour déployer tout son potentiel. Alors quand il a commencé un set en jouant un personnage macho et odieux, le clivage commençait.

C’était brutal. Comme le coup de tête de Zidane à la coupe du monde 2006. Je me disais, cherchant une once d’humanité chez le comédien pour me rassurer : « C’est normal, ne panique pas. Il va venir nous récupérer en contrebalançant quelque part… ».

L’idée de base, c’était de jouer le rôle d’un défenseur du patriarcat qui donnait un atelier pour conserver ses privilèges. L’intention, c’était de produire un truc féministe tellement le personnage était grotesque, pour tourner en ridicule ce type de propos. Mais comme le moment salvateur n’arrivait pas, on s’est tous plus ou moins dit : « Mais, d’où il prend le micro ce mec ? Il se prend un mur, et il accélère en plus ! ».

Du coup, après une nuit de sommeil agitée où je me disais : « oh non pas ça, pas après tout ce que tu as fait… », j’ai été à la pêche aux infos. Il fallait faire 2 minutes plus court, et qu’est-ce qui a sauté ? Les parties de désamorçage. Ben voilà. Bonne lecture du jeu, n’est-ce pas ?

Le passage m’avait tellement désarçonnée que j’écoutais d’une oreille celui de Pierre DuDza. Arrivé par la porte comme une superstar, il avait l’air d’être bon, mais je restais en PLS des cinq minutes précédentes. Morgane Cadignan, dans le public, me demandait si j’aimais bien Pierre car je ne réagissais pas. C’est vous dire. Je crois que Pierre a été le meilleur de la soirée, mais je suis incapable de vous l’affirmer.

Culture du roast

Les roasts n’étaient pas assez bien structurés. À la base, Jimmy, le MC, devait départager des duels. Au final, Mahaut a décidé de lancer ses missives à chacun. C’est dommage, car il n’y en a pas eu pour tout le monde.

Les roasts, je connais mal leur mécanisme. Mais j’ai trouvé que ça allait trop souvent en-dessous de la ceinture gratuitement. Heureusement, Anissa Omri était la plus percutante et la meilleure dans cet exercice. Pierre DuDza était moins bon qu’à l’habitude, surtout qu’il nous a resservi une punchline déjà faite.

À part une ou deux autres répliques bien senties, l’ensemble de la troupe était en-deçà de mes attentes. Dommage pour cette occasion manquée, même si c’était bien meilleur que l’aperçu des roasts de l’Entrepotes Comedy avec Guillaume Dollé, Julien Sabas et Adel.

Un conseil, donc, pour tous ceux qui veulent faire des roasts : regardez Crashing ou d’autres trucs. Pour une fois, je veux bien qu’on s’inspire des Américains. Ou qu’on crée des joutes verbales à la française, de la poésie sanguinaire ou l’art de complimenter par des arguments inversés. Je dis peut-être ça pour mon texte adressé au Cercle du rire, même si franchement, je serais incapable de roaster quiconque sur scène et que je respecte la prestation du LSC.

Assister au débrief : Thierno Thioune, capitaine d’équipe fédérateur

La soirée terminée, j’ai eu la curiosité d’écouter le débrief du metteur en scène, Thierno Thioune. Je voulais savoir si j’étais la seule à avoir passé une soirée en demi-teinte. Il y avait du travail, semble-t-il, mais Thierno voulait surtout créer une émulation, un esprit de troupe. Globalement, la soirée était meilleure que mon ressenti. C’est vrai que je ne passais pas la soirée de ma vie, et que quand le public n’est pas dedans, certaines choses paraissent pires qu’elles ne le sont vraiment.

En tout cas, c’était très instructif d’entendre Thierno prodiguer des conseils très justes et mesurés. Et ce côté capitaine d’équipe fédérateur… J’étais bluffée, bluffée aussi par l’écoute qui régnait à cet instant solennel. Ça bosse dur au Laugh Steady Crew, c’était juste un anniversaire sans folie. Comme si ça tournait tellement bien que le travail prenait le dessus sur la célébration. C’est peut-être ça, le secret : travailler chaque jour de la même manière, en ignorant les circonstances exceptionnelles.

Après le débrief, j’ai erré de personne en personne, incapable de rester ou de partir, jusqu’au moment où j’ai accepté qu’il fallait se casser. Une nouvelle scène m’attend ce jeudi soir, et après un accident de parcours, il faut remonter en selle tout de suite. Je vais faire ça, donc.

Crédits photo

Anissa Omri © Maayane Bouillon

[post_title] => Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => batignolles-comedy-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:16 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7260 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 6699 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-01 09:00:24 [post_date_gmt] => 2019-09-01 07:00:24 [post_content] =>

La rentrée humour, c’est la seule que l’on attend avec impatience. Quand l’école est un traumatisme ou que votre travail vous donne envie de claquer la porte, la comédie est là pour vous sauver.

Raison #1 de kiffer la rentrée humour : le dynamisme des comedy clubs

Vous l’avez sans doute entendu ces derniers mois : Shirley Souagnon veut révolutionner le monde des plateaux. Pardon, comedy clubs. Car si nous ne faisons pas vraiment la distinction aujourd’hui, tout va bientôt changer.

Plateau d’humour vs. comedy club : il va falloir faire la différence !

Pour rappel, un plateau d’humour correspond à un spectacle d’humour avec plusieurs humoristes. Un comedy club, c’est un lieu dédié à l’humour. Vous y retrouvez donc plusieurs plateaux d’humour sur une même semaine, voire sur une même journée.

Le (Jamel) Comedy Club répond partiellement à cette appellation, parce que le nombre de spectacles y est faible. En revanche, le Paname Art Café a su s’ériger en comedy club avec des spectacles qui commencent en début ou fin d’après-midi et qui vont jusqu'à 1 heure du matin. Tous les jours de l’année, même les jours fériés.

À la rentrée, Shirley Souagnon va dévoiler la transformation complète du Jardin Sauvage. La péniche du quai d’Austerlitz a connu un très beau développement cette année avec des scènes ouvertes et des plateaux plus confirmés. Le tout permet à de nombreuses personnes de jouer en français et en anglais.

Dans le même temps, elle va ouvrir un comedy club à la Goutte d’Or, à mi-chemin entre la rue d’Oran et de la rue Léon. Elle explique le tout à la fin de ce podcast (cherchez le logo du spot du rire pour retrouver sa promotion ;-)).

En plus de cela, les plateaux humour qui ont cessé d’accueillir du public cet été vont reprendre de plus belle en septembre. La transition est parfaite pour vous présenter la suite…

Raison #2 : le renouvellement du Laugh Steady Crew

On aurait pu être triste de voir des figures comme Aude Alisque et Manu Bibard s’émanciper du Laugh Steady Crew. Mettons de côté notre nostalgie : la saison 2019-2020 va marquer les esprits. Réservez pour être sûr d’y assister !

Avant cela, un mot sur la photo qui illustre cet article. Elle remonte au premier soir où j’ai assisté au plateau. Ce devait être la dernière soirée de la première saison. Nadim était l’invité du LSC, et j’étais là pour lui et sa trottinette. Depuis j’ai appris à apprécier la troupe autant que les invités. Revenons à aujourd’hui.

Commençons par les gagnants de l’Open Mic de la saison dernière. D’abord, le Gang des Bonnets composé d’Audrey Jésus et de Di Mambro intègre la promotion. C’est un vrai tour de force pour la troupe d’humoristes : sur la scène actuelle, en effet, ils ont une sacrée cote.

Si on parle moins d’elle, je peux vous dire qu’on me vend Anissa Omri en coulisses comme une future pépite. J’aime beaucoup ce qu’elle fait, et j’attends de voir cette tendance confirmée. Je suis comme Saint-Thomas, je dois en avoir le cœur net. La bonne nouvelle, c’est que l’exercice du test est parfait pour progresser rapidement. Un terrain de jeu qui conviendra également à Mahaut, bientôt en spectacle à la Petite Loge et qui pourra bénéficier d’un public plus large. Un exercice auquel elle a déjà pris part en passant par Le Meilleur Podcast d’Arezki Chougar cet été !

Des découvertes et des humoristes confirmés

Le Laugh Steady Crew, c’est aussi une émulation. Pour permettre à chacun de s’élever, il faut quelques humoristes qui ont de la bouteille. Dans le domaine, Hugo Gertner et Loïc Fontaine répondront présents. Ancien auteur du côté de chez Canal+, Hugo Gertner pourra s’en donner à cœur joie sur les thèmes imposés. Loïc Fontaine joue son spectacle depuis plusieurs années. Passé par le Théâtre la Cible en 2016, il a ensuite attiré un public plus large au Sentier des Halles ou au BO Saint Martin.

Enfin, certains auront l’avantage de connaître la maison : Avril et Pierre DuDza. On attendra nécessairement plus d’eux que l’année dernière. Bonne nouvelle pour eux : leur progression de l’an dernier et leur laboratoire de blagues, les Ouais Ouais Ouais, vont les y aider. Sans compter le spectacle à venir d’Avril à la Petite Loge. On vous en parle bientôt !

Raison #3 : les nouveautés des petites salles en cette rentrée humour

Eh oui, encore une transition parfaite en cette rentrée humour. Comme chaque année en septembre et en octobre, la programmation des théâtres évolue. Pour mieux vivre ce chamboulement, Le spot du rire vous propose un dispositif d’envergure.

Raison #4 : 1 jour, 1 reco, pour y voir plus clair dans la nouvelle génération humour

C’est du jamais vu sur le site : du 2 au 27 septembre, nous vous proposons la rubrique 1 jour, 1 reco. Du lundi au vendredi, à 10 heures, vous pourrez ainsi découvrir un spectacle à voir en cette fin d’année.

On est très fier de vous proposer cette nouveauté, qui amène une nouvelle supplémentaire !

Raison #5 : Le spot du rire plus mobilisé que jamais dès cette rentrée humour

Nous vous parlions de reconversion en tout début d’article… Ce n’est pas anodin. Cela fait plus de 5 ans que je navigue dans un monde très différent de l’humour. Et justement, l’humour a eu raison de ma vocation première.

Aller voir autant de spectacles et croire que l’on va pouvoir continuer à mener deux vies professionnelles, cela ne dure qu’un temps. J’ai fait un peu comme Sophie Bergeot (cf. Le Meilleur Podcast #21), et aujourd’hui, Le spot du rire est ma seule occupation.

Je vais bénéficier d’un accompagnement pour augmenter la portée de ce média humour. Car comme Shirley souhaite le faire en professionnalisant les plateaux, je veux aussi transformer cette activité pour la rendre pérenne.

Dans l’immédiat, on va vous proposer plus de contenus et on commence avec le retour des interviews. J’ai réussi à dénicher des rédacteurs passionnés, qui ont tous au moins rendu une production de qualité. Parmi elles, la présentation du festival de Concarneau, prévu en octobre. C’est pour moi essentiel de varier les points de vue, car ce que j’aime n’est pas forcément ce que vous appréciez. Plus les avis divergeront, plus il y aura de chances que nos recommandations vous parlent.

Pour le moment, tous mes rédacteurs sont des hommes et c’est dommage car j’ai vraiment besoin de diversifier tout ça. C’est l’un des nombreux axes de travail qui nous attend.

D’ici-là, bon retour en plateau d’humour et dans les salles de spectacle !

Et vous, pourquoi attendez-vous la rentrée humour ?

Dites-nous tout ! Qu’avez-vous envie de voir ou de retrouver en priorité ? ;-)

Crédits photo

© Laugh Steady Crew

[post_title] => 5 raisons de kiffer la rentrée humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-2019 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-09-01 09:15:41 [post_modified_gmt] => 2019-09-01 07:15:41 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6699 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 6283 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-16 14:28:19 [post_date_gmt] => 2019-06-16 12:28:19 [post_content] =>

Le 14 juin dernier, c’était la dernière soirée de l’année du Laugh Steady Crew. Pour l’occasion, un open mic ouvrait la soirée best of de la troupe. 3 nouvelles recrues potentielles émergeaient : Anissa Omri, Audrey Jésus et Alexandre Di Mambro.

Un open mic pas comme les autres

Pensez-vous que les scènes ouvertes, c’est la foire ? Si oui, détrompez-vous ! Ce soir-là, le niveau était en effet plus que relevé. Renaud Sanviti débutait la soirée avec du stand-up bien calibré. Surprenant dans ses axes, il avait besoin d’encore un peu de bouteille… Dans un open mic classique, il aurait marqué les esprits.

Le problème, c’est qu’Anissa enchaînait juste après. Je ne l’avais jamais vue mais on m’avait dit que son talent est indéniable. Après vérification, je confirme qu’il disait vrai. C’était fin, malin, inattendu — là encore, le talent me saute aux yeux pour quelqu’un qui arrive tout juste dans le jeu.

Bien entendu, certaines personnes n’étaient pas d’une originalité folle. Pourtant, ces garçons-là assuraient l’ambiance et ne bidaient pas. Je vous avoue que mon esprit attendait la suite : le gang des bonnets swag. On en reparle un peu plus bas.

Avant, je voulais vous présenter Max Lemire. À mon sens, il a tenté un numéro d’équilibriste. Pas de magie ou de jongles au programme, mais une imitation des magazines d’enquête à la télévision. Sujet casse-gueule. Mauvaise Langue le singe depuis le début, cela devient presque un running-gag. Regardez cette séquence pour vous en convaincre. Et pourtant, le jeu était impeccable. Il a tiré avantage de ce lieu commun pour créer une connivence avec le public. C'était gagné pour lui.

Alexandre Di Mambro et Audrey Jésus, ou le gang des bonnets swag

La fin du plateau approchant, Audrey Jésus arrive sur scène. Comme d’habitude, son univers bien à elle porte son passage. Le public est convaincu, ce qui n’a rien d’étonnant pour moi ! Le premier membre du gang des bonnets swag repart le couvre-chef haut.

Le dernier de la soirée, Alexandre Di Mambro, termine en apothéose. Il produit un effet similaire à celui de Paul Mirabel l’an dernier. On sait qu’on a affaire à un artiste autant qu’un humoriste. Sa présence est indéniable et son parcours ne fait que commencer.

Le plateau s'achevait avec une sélection à l’applaudimètre. Le résultat n’était pas étonnant, comme si c’était écrit et qu’une sélection artistique se jouait en coulisses. Je vous avoue que j’étais sûre qu’Anissa, Audrey Jésus et Alexandre Di Mambro allaient remporter la timbale. J’ai donc vu juste. À la fin, Renaud Sanviti recevait des félicitations : j’ai encore vu juste. Ou alors je suis coordonnée à la ligne éditoriale du Laugh Steady Crew 2019. Qui sait…

Un an avant, une heure après

Pour rappel, ces trois-là succèdent à Avril et Pierre DuDza. Voilà qui prouve qu’avec des styles diamétralement opposés, on peut faire la différence. Parce que pour le coup, les crus 2018 et 2019 n’ont rien à voir. Aucun des deux n’a cette aura qui chamboule le monde des critiques. Et pourtant, Pierre DuDza fait partie des ovnis. De son côté, le truc d’Avril, c’est l’écriture et un brin de folie.

Sur scène au best of, tous les deux ont réalisé une très bonne prestation. Je n’ai jamais vu Pierre autant dans son élément : depuis le temps qu’on me l’annonçait, cela faisait vraiment du bien. Je vous avoue que j’étais perdue en voyant Avril. La performance commençait comme d’habitude, mais j’observais quelque chose de très différent.

J’ai une théorie pour l’expliquer, c’est qu’il a deux Avril. Le premier, c’est celui que j’ai rencontré au O’Friendly. Un peu en retrait, dans la retenue, calme et pondéré. Le geek qui te parle des nombres premiers. L’autre Avril n’a rien à voir — le jour et la nuit, donc, celui du lâcher prise. Vendredi dernier, c’est celui-là qui voulait éclore. Ma prédiction de mars dernier, c’était qu’il fallait attendre ce moment. Ça s’approche de plus en plus, en un an, c’est plutôt bien.

J’ignore si les trois sélectionnés de l’open mic vivront de telles révélations/évolutions la saison prochaine. Tout ce que je peux vous conseiller, c’est d’aller au Laugh Steady Crew l’année prochaine pour voir comment cela évolue !

Crédits photo

Affiche de la dernière soirée du Laugh Steady Crew Open Mic © Laugh Steady Crew

[post_title] => Anissa Omri, Audrey Jésus et Alex Di Mambro : l’avenir de l’humour ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => anissa-omri-audrey-jesus-alexandre-di-mambro [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:23:44 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:23:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6283 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6244 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-05-18 14:03:47 [post_date_gmt] => 2019-05-18 12:03:47 [post_content] =>

Audrey Jésus, je l'ai découverte à Saint-Maur des Fossés. C'était une soirée bizarre où Ghislain Blique a dû amener des pizzas dans le public. Immédiatement, j'ai compris que je n'avais pas affaire à une énième nouvelle venue qui allait se planter.

Audrey Jésus, un phénomène

Non, Audrey Jésus, c'est d'abord une personnalité. Dès qu'elle arrive sur scène, on ne sait jamais comment elle va s'y prendre. Tout de suite, son stand-up attire le spectateur. Happé dans ce moment de comédie pure, il se laisse embarquer dans quelque chose d'un peu nouveau, de super hype et de surtout très, très drôle.

Quand je l'ai vue sur la programmation du Paname Art Café, j'ai su qu'elle avait franchi un cap. On commençait à parler d'elle. Nous étions probablement en fin 2018 ou début 2019. Si la chronologie m'échappe, je n'ai aucun doute sur la reconnaissance de son talent.

En somme, Audrey Jésus va explorer des sujets assez intimes avec une sacrée dose d'autodérision. Elle y va avec sincérité et honnêteté, et aussi beaucoup de légèreté. Pour moi, c'est un talent brut qui ne se contente pas de cette base. Elle bosse, elle joue de plus en plus, jusqu'au prochain palier ?

Quand va-t-elle percer ?

Comme je vous l'avais dit en mars, j'ai décidé de reporter sa promotion en découverte humour. Et honnêtement, c'était très sévère. Jusqu'ici, elle n'avait pas fauté, et je savais qu'elle devait figurer dans ce cercle de découvertes. J'ai moyennement reçu une seule blague au Bonasse Comedy Club, alors que dans ce plateau-là, avec Aude Alisque, elle avait été l'une des seules à se distinguer.

Le pire, c'est que ce n'était qu'une affaire de goût, et que j'ai tout de même passé un bon moment. Aujourd'hui, je suis heureuse de rétablir la vérité : oui, Audrey Jésus a un talent fou. Elle me fait hurler de rire avec ses stories Instagram, comme avec certaines de ces trouvailles sur scène. Comme un Alex di Mambro, elle représente fidèlement et fièrement la toute nouvelle scène humour. Je vous le promets, vous allez entendre parler d'elle. Et pas seulement pour leur gang des bonnets (allez les voir sur scène, vous comprendrez !).

Quand ? Cela ne dépend pas de moi, mais du travail de fourmi des journalistes accrédités ou officiels. On a hâte que Télérama et les autres se penchent sur le sujet.

Crédits photo

© Susy Lagrange

[post_title] => La découverte du mois – Mai 2019 – Audrey Jésus [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-audrey-jesus [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-05-18 14:10:30 [post_modified_gmt] => 2019-05-18 12:10:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6244 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 5719 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-05 16:33:31 [post_date_gmt] => 2019-03-05 15:33:31 [post_content] =>

A Paris ou ailleurs, les plateaux d'humour se multiplient comme des petits pains. Ces comedy clubs se créent surtout pour permettre à de nouveaux humoristes de jouer lorsqu'ils sont refusés ailleurs.

Comment fonctionnent-ils ? Le spot du rire vous aide à décrypter le phénomène ! On fait découvrir deux nouveaux plateaux d'humour : le Cap ou pas cap Comedy et le Bonasse Comedy Club.

Nouveaux plateaux d'humour : Cap ou pas cap Comedy

Imparfait, excentré et innovant, le Cap ou pas cap Comedy est un plateau d'humour qui en veut. De prime abord, il ne paie pas de mine. Vous ne connaissez probablement pas les maîtres de cérémonie, à moins d'aller vraiment partout, de nous lire ou d'écouter Need Radio. Vous y retrouvez Mickael Pellé et Déelle, vue à l'Open Mic de Topito lors du Debout Paris Festival.

Pour autant, la programmation est éclectique : l'amateurisme se passe ailleurs. Et surtout, cela se passe à la Boîte à rire. Ce théâtre qui monte à Belleville (métro Pyrénées) assure une programmation volontariste. Vous retrouverez évidemment des brebis égarées que vous n'avez jamais envie de croiser, mais aussi de belles découvertes : Adrien Montowski, Fabien Guilbaud...

Si ce théâtre marche aussi bien, c'est aussi grâce à son directeur - le fameux Gérard ! C'est bien simple, les jeunes artistes ne jurent que par lui. On m'a dit le plus grand bien de la régisseuse, aussi. Bref, c'est à valoriser !

Les défis du Cap ou pas cap Comedy

Au-delà des défis lancés aux deux meilleurs humoristes (désignés à l’applaudimètre), ce plateau permet découvrir de nouvelles têtes. Le principe est simple : ils doivent improviser une ou deux minutes à partir de thèmes imposés. Ce soir-là, Alex di Mambro a créé un sketch sur l'escalade de l'horreur, tandis que Radia a dû réinterpréter à sa sauce le sketch de Clément Gaucher...

C'était un excellent exercice : Alex avait une fâcheuse tendance à jouer comme Roman Frayssinet, tandis que Radia a chanté La vie en rose. Bref, pour voir du vrai, de l'authentique, il fallait gratter un peu. Curieusement, ils ont tous les deux réussi à relever le défi. Preuve que pour le moment, ils ont encore du travail à accomplir, mais qu'ils n'ont pas volé leurs premiers spots.

Quand le Cap ou pas cap Comedy fait sauter les plombs

J'en ai vu des plateaux étranges. J'ai déjà vu Ghislain Blique apporter des pizzas au public à Saint-Maur des Fossés, alors qu'il remplaçait un Pierre Thevenoux malade. J'ai vu un type bourré au plateau la Comédie Passagère, désormais disparu. J'ai vu un gars qui s'appelle Johnson porter en moins de deux Melha Bedia à Dimanche Marrant. Mais là, j'allais expérimenter quelque chose de tout à fait nouveau.

Le point de bascule, c'était en milieu de spectacle. Le défi était complètement imprévu, et mystérieusement calibré pour tomber pile au moment où la régie aurait pu faire une blague. J'ai vraiment cru que c'était prévu. Jugez plutôt :

Cette coupure de courant de dix à quinze minutes a changé l'ambiance. C'était tout de suite plus intimiste, cosy et mémorable. On avait envie de porter ces jeunes artistes, et les éclairer avec des lampe-torche de smartphones.

Avec ou sans plombs, le courant est définitivement passé. Et je m'excuse pour ce jeu de mots ! Nadim a clôturé la soirée par un carton. En plus, pour un nouveau plateau dans un théâtre, les organisateurs font l'effort de donner un chapeau à de tous jeunes artistes. Si vous saviez comme ce n'est pas systématique (le Labo du rire du Paname Art Café...). Alors merci à eux !

Nouveaux plateaux d'humour : le Bonasse Comedy Club

Un plateau d'humour le dimanche à 15 heures, ça vous tente ? Et si on vous disait qu'il était 100% féminin, ça vous tente encore ? Rendez-vous au Bonasse Comedy Club !

Je vous avoue que sur le papier, je n'étais pas au taquet. Mais ce jour-là, je voulais absolument voir Audrey Jésus. Comme à 15 heures, il n'y a pas de concurrence, je n'avais pas à regretter manquer un truc bien ailleurs.

Rendez-vous à l'Improvi'bar, un lieu sans surprise dédié à l'improvisation. Le plateau ne comportait pas de filles misandres a priori, donc j'étais même heureuse d'y aller.

En arrivant, vous découvrez que ça ne commence pas à 15 heures puisque le lieu ouvre à 15 heures. La queue avance lentement pour récupérer sa boisson. Je me demande combien de temps cela va durer. En plus, le dimanche après-midi, les nouveaux plateaux d'humour commencent de plus en plus tôt, souvent vers 17h30 !

Heureusement, le spectacle (plus ou moins bon selon les prestations) s'est terminé à 16h11. Oui, j'ai vérifié. Pourquoi était-ce aussi court ? Je vous dévoile ça tout de suite !

Le syndrome de l'imposteur

Quand cela parle des femmes dans l'humour, l'atmosphère se tend quelque peu. On a peur du dérapage : le sujet est sensible. Enfin, pas tant que cela, en fait.

En découvrant le plateau, j'ai vu que les femmes humoristes étaient soit très douées, soit complètement à la masse. Les hommes humoristes sont dans la même dynamique. Seule différence, et de taille : les mecs humoristes qui ne sont pas drôles n'en ont rien à faire. Ils attendent de devenir bons sans complexe, et sont mêmes agressifs quand ça ne prend pas. Ils vont alors gratter des applaudissements ou se plaindre de la qualité du public.

Les femmes humoristes qui débutent, dans les nouveaux plateaux d'humour généralement, vont avoir tendance à ne pas avoir confiance en elles ou en leur passage. Elles vont alors partir bien avant la fin de leur temps réglementaire, s'excusant d'avoir osé prendre le micro.

Bien entendu, j'avance des tendances : chacun est unique. D'ailleurs, vous savez ce qu'on pense de la presse qui essaie de rentrer les femmes dans un même moule, l'humour trash. Pour rappel, on n'est pas sur une idylle.

Vaincre les stéréotypes commence par balayer devant sa porte

J'ai de moins en moins ce défaut, mais j'ai parfois encore tendance à m'attendre à ce qu'une fille soit moins drôle. J'excuse moins leur échec, alors que je suis habituée par la clique d'innombrables humoristes mecs qui imposent leur présence dans des plateaux, parfois en bande organisée.

Avec le temps, j'ai fini par comprendre et m'habituer. Maintenant, je suis presque dans l'excès inverse : quand une fille est drôle, j'y vais à fond sur le rire. Je lui pardonne en revanche peu un manque d'originalité ou une blague lourde. Autant qu'à un garçon, je dirais. Deux d'entre elles étaient à la masse, et l'une évoquait la taille du sexe des blacks en parlant du chocolat. Je ne sais plus exactement ce dont il était question, mais cela a fait un four et elle a tout de suite quitté la scène.

Je crois que je suis en attente d'un autre angle féministe. La drague de rue, c'est important d'en parler, mais on sature. Je ne suis pas venue voir un cours féministe, parce que j'ai l'habitude. Elles ont pris le pouvoir des podcasts, sauf en stand-up ironiquement. Maintenant, j'ai envie qu'on me surprenne. Qu'on explique comment on se sent, quand on drague ouvertement en tant que femme. Plutôt de dire que c'est relou, pourquoi ne pas donner quelques astuces ? Oui, j'aimerais bien en faire bon usage.

Le rapport de séduction artiste/public

Je ne suis pas sociologue, donc prenez ce qui suit avec des pincettes. C'est simplement un témoignage sincère, et quand j'écris ces lignes, j'ai un peu peur de ce qui va sortir.

J'aime vraiment être séduite sur scène, et je suis habituée à l'être par les garçons. J'attends ça avec impatience, parfois. Avec le temps, j'apprends à ressentir une connivence pour les filles sur scène.

Je vous donne un exemple : Aude Alisque. Plus ça va, plus je m'identifie à sa folie. Elle tente des trucs, je jubile. Et j'aime vraiment la retrouver sur scène. Pourtant, le rapport de séduction classique à la Stéphane Rousseau ou Franck Dubosc (donc un tantinet ringard) est absent.

J'ai même eu la surprise d'être emportée dans l'univers de Lucie Carbone ! Jusqu'ici, elle n'avait pas vraiment réussi à délivrer un bon passage en ma présence. C'est une fille qui bosse, qui est d'une sympathie indéniable et que je n'avais pas envie d'enterrer trop tôt.

Ça a du bon d'attendre. Non seulement, elle a fait un jeu de mot qui a provoqué mon hilarité (si, je vous assure). En plus, j'ai enfin découvert son style. Au début, je me demandais pourquoi elle parlait avec autant d'énergie, de manière parfois étrange. Et là, j'ai saisi : elle était en phase avec elle-même, et j'ai compris, j'ai ri, la machine était lancée.

En bref, rapport de séduction ou pas, l'humour est un terrain de jeu mixte. Si vous préférez les hommes humoristes, vous pouvez vivre cela sans culpabilité. Mais écoutez ce que les femmes ont à dire. Elles vous surprendront à vous faire jubiler.

Nouveaux plateaux d'humour : des lieux expérimentaux à découvrir !

Sur notre nouvelle carte de comedy clubs en France, on vous propose près de 150 plateaux d'humour. Les prestations sont différentes, et peu sont incontournables. Pour le moment, c'est de l'ordre de 10%.

Mais cela va venir : les moins bons plateaux vont disparaître, tandis que les autres apporteront de l'innovation. Cette innovation-là, les plus gros plateaux vont la copier quand elle sera mature. C'est un peu le même délire qu'un grand groupe qui rachète une start-up.

Que peut-on vous conseiller ? Si vous en avez marre de voir toujours le même set moyen de Tony Saint-Laurent au Paname Art Café, fouillez ailleurs dans le onzième arrondissement. Il y a un plateau dans toutes les rues ou presque...

[post_title] => Le charme des nouveaux plateaux d'humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveaux-plateaux-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:27:48 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:27:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5719 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 5 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 7260 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-31 11:24:02 [post_date_gmt] => 2019-10-31 10:24:02 [post_content] =>

Chaque soir de stand-up est différent. Ce mardi, je découvrais le Batignolles Comedy, un nouveau plateau non loin de l’Européen. Une première rencontre inattendue, car je devais me ménager pour la soirée de la semaine, voire du mois : l’anniversaire du Laugh Steady Crew.

Mais vous savez ce que c’est, quand vous attendez quelque chose avec impatience. C’est souvent décevant. L’était-ce ? En grande partie, et c’est douloureux quand la rentrée du plateau a été si bonne. Mais il faut des soirs en demi-teinte pour vivre des moments inoubliables, alors j’ai hâte de revenir au Sacré Frenchy !

Batignolles Comedy : Vega & Vega et Renaud Sanviti assurent

Le Batignolles Comedy est une petite salle, qui rappelle la configuration du 33 Comedy à la Grange en plus intimiste encore. Je me suis tout de suite sentie chez moi. Les MC sont Vega & Vega, un Franco-Espagnol rigolo, et Renaud Sanviti, le puriste du stand-up comme on aime l’appeler.

Renaud assurait sa première chauffe et s’en sortait avec les honneurs. De plus, son passage sur les motocrottes me rappelait le jour où j’ai entendu ce terme pour la première fois : avec Éric et Ramzy. J’étais tellement saisie par ce moment que j’ai écrit un article, l’un des premiers du site…

Dans le line-up, on était ravi de retrouver Omar DBB, que les autres humoristes adoraient en coulisses. Il y avait aussi Pierre DuDza, dont l’énergie nonchalante fonctionnait particulièrement bien. Je l’ai trouvé aussi épuisé de vivre qu’attachant, et c’était un moment vraiment exceptionnel.

Bref, on riait sur scène et hors scène, c’était convivial et j’ai repoussé l’heure du dîner plus que de raison juste car je ne voulais pas quitter cette ambiance. Un cocon, le seul endroit où j’aurais voulu être à ce moment-là. Je vous conseille vivement cette expérience stand-up.

Anniversaire du Laugh Steady Crew au Sacré Frenchy : une soirée en dents de scie

Je ne sais pas si c’était le contraste avec les Batignolles, mais le Laugh Steady Crew a joué avec mes nerfs 24 heures plus tard. Il s’agissait d’une édition anniversaire, donc j’ai imaginé une ambiance similaire au Bar à Bulles.

En réalité, la soirée était assez banale. Pourtant, elle commençait très bien avec l’Open Mic. Pour l’occasion, les meilleures recrues de la scène ouverte bénéficiaient d’un passage au Sacré Frenchy. Le lieu est mieux que le Maximilien, mais c’était difficile de faire pire. La salle du Maximilien est bien, mais le cadre du bar ne m’a jamais fait vibrer. Là encore, c’est la salle qui porte le lieu, car la partie bar minuscule a suffi de dégoûter l’agoraphobe que je suis.

Mais le cadre, on s’en fout un peu. Ce qui compte, ce sont les artistes sur scène. Comme tout le monde l’avait pronostiqué, Noah et Jean-Paul se démarquaient des autres lors de l’open mic. C’est tout ? Non, parce qu’il y avait un homme au-dessus de tous les autres. Un super-héros du rire : Humourman.

Alors Humourman, c’est un clown. Un clown, depuis le départ d’Aude Alisque du Laugh Steady Crew, ça manque cruellement à la troupe. Son passage était peut-être encore perfectible, mais sa présence était enthousiasmante. J’ai particulièrement apprécié les longueurs et silences, et puis ensuite son jeu à la toute fin de la soirée. Il jouait comme un enfant en flirtant avec le jeu de l’humoriste et celui d’un type qui se retrouve dans cette situation, comme Jean-Philippe de Tinguy pouvait le faire. L’année prochaine, Thierno, intègre ce futur génie dans la troupe ! C’est un ordre.

En ce qui concerne les autres humoristes de l’open mic, le niveau était correct par rapport aux attentes. Ayrton était celui qui empruntait le plus les codes du stand-up au détriment d’une proposition personnelle, mais s’il s’applique, il pourra progresser. Au stade de l’open mic, ça va.

Quand les meilleurs outsiders de l’open mic tutoient l’équipe régulière du LSC

Avait-on encore de l’énergie pour la suite de la soirée ? Un peu moins, mais l’enthousiasme nous maintenait en haleine. Il aura été de courte durée. Déjà, l’un des deux guests était absent : Alexandre Kominek joue son spectacle au même moment, difficile pour lui d’arriver avec plus de 30 minutes de retard… sur la fin de la soirée. Dommage.

Ensuite, le set de Haroun était certes très bien, mais je le voyais pour la troisième ou la quatrième fois en deux semaines. Une circonstance atténuante qui me faisait attendre la suite. Mahaut, qui venait d’apprendre une nouvelle perso difficile, assurait tout de même sa prestation comme une battante. Avec les circonstances, cela rendait le tout impressionnant, mais sans cette explication de texte, ce n’était pas sa meilleure prestation. Forcément, et on ne lui en tiendra pas rigueur du tout.

Cela restait mou avec la suite de la troupe : les prestations n’étaient ni bonnes, ni mauvaises à mes yeux. Mais, comme pour la fois où j’ai vu Marina Rollman un soir triste, la magie n’opérait pas. Di Mambro et Audrey Jésus s’en sortaient mieux que les autres, mais cela ne m’aidait toujours pas à profiter à 100 %. Et puis il y a eu le set d’Avril. Et là, c’était le drame.

Coupes fatales

Avril, c’est un maître dans la prise de risque, mais c’est aussi un humoriste qui a besoin d’expérience pour déployer tout son potentiel. Alors quand il a commencé un set en jouant un personnage macho et odieux, le clivage commençait.

C’était brutal. Comme le coup de tête de Zidane à la coupe du monde 2006. Je me disais, cherchant une once d’humanité chez le comédien pour me rassurer : « C’est normal, ne panique pas. Il va venir nous récupérer en contrebalançant quelque part… ».

L’idée de base, c’était de jouer le rôle d’un défenseur du patriarcat qui donnait un atelier pour conserver ses privilèges. L’intention, c’était de produire un truc féministe tellement le personnage était grotesque, pour tourner en ridicule ce type de propos. Mais comme le moment salvateur n’arrivait pas, on s’est tous plus ou moins dit : « Mais, d’où il prend le micro ce mec ? Il se prend un mur, et il accélère en plus ! ».

Du coup, après une nuit de sommeil agitée où je me disais : « oh non pas ça, pas après tout ce que tu as fait… », j’ai été à la pêche aux infos. Il fallait faire 2 minutes plus court, et qu’est-ce qui a sauté ? Les parties de désamorçage. Ben voilà. Bonne lecture du jeu, n’est-ce pas ?

Le passage m’avait tellement désarçonnée que j’écoutais d’une oreille celui de Pierre DuDza. Arrivé par la porte comme une superstar, il avait l’air d’être bon, mais je restais en PLS des cinq minutes précédentes. Morgane Cadignan, dans le public, me demandait si j’aimais bien Pierre car je ne réagissais pas. C’est vous dire. Je crois que Pierre a été le meilleur de la soirée, mais je suis incapable de vous l’affirmer.

Culture du roast

Les roasts n’étaient pas assez bien structurés. À la base, Jimmy, le MC, devait départager des duels. Au final, Mahaut a décidé de lancer ses missives à chacun. C’est dommage, car il n’y en a pas eu pour tout le monde.

Les roasts, je connais mal leur mécanisme. Mais j’ai trouvé que ça allait trop souvent en-dessous de la ceinture gratuitement. Heureusement, Anissa Omri était la plus percutante et la meilleure dans cet exercice. Pierre DuDza était moins bon qu’à l’habitude, surtout qu’il nous a resservi une punchline déjà faite.

À part une ou deux autres répliques bien senties, l’ensemble de la troupe était en-deçà de mes attentes. Dommage pour cette occasion manquée, même si c’était bien meilleur que l’aperçu des roasts de l’Entrepotes Comedy avec Guillaume Dollé, Julien Sabas et Adel.

Un conseil, donc, pour tous ceux qui veulent faire des roasts : regardez Crashing ou d’autres trucs. Pour une fois, je veux bien qu’on s’inspire des Américains. Ou qu’on crée des joutes verbales à la française, de la poésie sanguinaire ou l’art de complimenter par des arguments inversés. Je dis peut-être ça pour mon texte adressé au Cercle du rire, même si franchement, je serais incapable de roaster quiconque sur scène et que je respecte la prestation du LSC.

Assister au débrief : Thierno Thioune, capitaine d’équipe fédérateur

La soirée terminée, j’ai eu la curiosité d’écouter le débrief du metteur en scène, Thierno Thioune. Je voulais savoir si j’étais la seule à avoir passé une soirée en demi-teinte. Il y avait du travail, semble-t-il, mais Thierno voulait surtout créer une émulation, un esprit de troupe. Globalement, la soirée était meilleure que mon ressenti. C’est vrai que je ne passais pas la soirée de ma vie, et que quand le public n’est pas dedans, certaines choses paraissent pires qu’elles ne le sont vraiment.

En tout cas, c’était très instructif d’entendre Thierno prodiguer des conseils très justes et mesurés. Et ce côté capitaine d’équipe fédérateur… J’étais bluffée, bluffée aussi par l’écoute qui régnait à cet instant solennel. Ça bosse dur au Laugh Steady Crew, c’était juste un anniversaire sans folie. Comme si ça tournait tellement bien que le travail prenait le dessus sur la célébration. C’est peut-être ça, le secret : travailler chaque jour de la même manière, en ignorant les circonstances exceptionnelles.

Après le débrief, j’ai erré de personne en personne, incapable de rester ou de partir, jusqu’au moment où j’ai accepté qu’il fallait se casser. Une nouvelle scène m’attend ce jeudi soir, et après un accident de parcours, il faut remonter en selle tout de suite. Je vais faire ça, donc.

Crédits photo

Anissa Omri © Maayane Bouillon

[post_title] => Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => batignolles-comedy-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:16 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7260 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 5 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 48d2758fb5a8066b8ea1f933728e0a5f [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Alexandre Di Mambro

Après les Batignolles, on a vu Anissa Omri et Humourman cartonner au Laugh Steady Crew

Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances

Rentrée humour : le Laugh Steady Crew bien avant la saison 2019-2020

5 raisons de kiffer la rentrée humour

Alexandre Di Mambro, Audrey Jésus et Anissa Omri sélectionnés à l'Open Mic du Laugh Steady Crew

Anissa Omri, Audrey Jésus et Alex Di Mambro : l’avenir de l’humour ?

Audrey Jésus, découverte humour sur le spot du rire

La découverte du mois – Mai 2019 – Audrey Jésus

Nouveaux plateaux d'humour : le Cap ou pas cap Comedy

Le charme des nouveaux plateaux d'humour