Publications liées au mot-clé : Thierno Thioune

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => thierno-thioune
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 563
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => thierno-thioune
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 563
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => thierno-thioune
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 563
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => thierno-thioune
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 563
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 563
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 563
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => thierno-thioune
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 563
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (563) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (563) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (563)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1009582
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-12-01 08:02:26
                    [post_date_gmt] => 2020-12-01 07:02:26
                    [post_content] => 

Camille Lorente, plus connue sous le pseudonyme Queen Camille lorsqu’elle était journaliste chez madmoiZelle, est désormais stand-uppeuse. Après plusieurs mois d’exercice et une intégration au Laugh Steady Crew, Camille Lorente devient donc la dernière découverte humour de l’année 2020 !

Quand Queen Camille devient Camille Lorente : passer de YouTube au stand-up

Avant d’exercer le stand-up à plein temps, Camille Lorente a conservé un pied dans sa vie professionnelle précédente. Or contrairement à certains de ses camarades, la jeune femme était déjà sous les feux des projecteurs… Sauf que cela se passait sur YouTube !

Journaliste sexo sur madmoiZelle.com, Camille avait donc une belle audience et réalisait un travail efficace et reconnu. Une belle situation qui ne l’a pas empêchée de faire ce saut dans le vide. Après avoir tenté le stand-up pendant plusieurs mois, elle a pris la décision de se lancer pleinement dans le monde de la comédie.

Libérer son stand-up

Et bien lui en a pris ! Quelque part, cette décision a libéré son stand-up. En effet, avoir plus de temps pour sortir de sa zone de confort et passer à une autre discipline est souvent salvateur. Elle se présentait avant tout comme une journaliste auparavant, comme si elle n’assumait pas pleinement ses textes. Alors qu’elle avait déjà la capacité à se mettre en scène avec des humoristes qui vous sont familiers, si vous êtes lecteurs fidèles de notre site. Les personnages, eux aussi, ne lui font pas peur !

Au Cercle du rire, en juillet dernier, Queen Camille est devenue Camille Lorente (à mes yeux, en tout cas !). Elle rodait là un passage sur le pédiluve, l’un des thèmes du Laugh Steady Crew. Intégrée à la troupe de Thierno Thioune, Camille a accepté de se mettre en danger… et ce soir-là, ça a marché ! Elle a littéralement retourné la salle quelques jours avant de jouer ce même passage dans la troupe.

La recette de son succès jusqu’à présent ? Une dose de charisme, une appétence pour raconter des anecdotes et une véritable détermination. On sent, comme Rosa Bursztein nous le confiait dans une interview, que Camille a une vision claire de là où elle souhaite aller, telle une businesswoman du rire.

Avec tous ces atouts, Camille Lorente risque donc de faire parler d’elle assez vite ! Pour l’heure, elle a rodé à plusieurs reprises une demi-heure à la Petite Loge et continue de travailler au Laugh Steady Crew. Le reste n’est donc qu’une question de temps !

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois - Décembre 2020 - Camille Lorente [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-camille-lorente [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-12 15:06:14 [post_modified_gmt] => 2020-11-12 14:06:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009582 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1009380 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-30 08:13:01 [post_date_gmt] => 2020-10-30 07:13:01 [post_content] =>

Depuis maintenant un an, C’était mieux maintenant est à l’affiche du plus petit théâtre de la capitale. À l’origine de ce titre nuancé, l’humoriste Avril aborde chaque représentation avec l’envie d’évoluer. Comment Avril parvient-il à construire son style d’humour ? Pourquoi, malgré les multiples changements, réussit-il à conserver de solides fondations comiques ?

Même si Avril n’a pas joué une année complète en raison du confinement, je vous propose un premier bilan. Pour ce faire, j’ai épluché les critiques sur un célèbre site de réservation de spectacles. Quatre grands volets émergent : originalité, ambiance, écriture et maîtrise.

Originalité : C’était mieux maintenant n’est pas un spectacle comme les autres

« Différent », « rafraîchissant », Avril emporte le public dans ses « folles réflexions ». Sa force se situe entre un « humour décalé » et une « personnalité intrigante ». La quête d’originalité d’Avril est d’abord un combat. Très compétitif envers lui-même, il a cette envie de développer une originalité et ne pas faire comme tout le monde.

Cela se traduit notamment par son besoin de développer une pensée critique distanciée de tous lieux communs. C’est le propre des curieux : ils ne prennent rien pour acquis, ne se satisfont pas des poncifs et questionnent tout. Il aurait pu être chercheur, mais il se serait doute ennuyé ferme dans cette vie-là.

Sa polyvalence l’amène donc à pouvoir évoquer de nombreux sujets. Cette envie de tout comprendre et de sortir des sujets habituels est forte chez lui. Mais contrairement à d’autres, il a compris qu’il n’est pas nécessaire d’avoir l’air intéressant pour le devenir… À mon sens, les humoristes qui veulent délivrer des messages au détriment du rire se sont trompés de vocation. Ils devraient plutôt s’engager en politique et laisser la scène aux orfèvres de la vanne.

Expérience et ambiance : vous allez vous en souvenir !

Parce qu’avant toute chose, Avril aime provoquer les rires. Il veut avoir l’air agréable et amuser la galerie. Comment cela se traduit-il ? Selon les spectateurs, « on le suit comme une évidence » grâce à « son aisance déconcertante ». Pour cela, il « crée une atmosphère unique ». Nombreux sont ceux qui décrivent « un très bon moment » passé à la Petite Loge.

C’est peut-être le volet le moins connu d’Avril. Il parvient souvent à surprendre et se surprendre lui-même. Il nous amène ainsi à croire qu’il n’est pas perçu comme sympathique, prenant l’exemple d’un retour spectateur après une scène.

Au final, son heure est l’occasion de dégommer cette critique (dont vous ne trouverez aucune trace !) : les interactions créent un moment assez fort, surtout pour ceux qui interagissent. Outre les échanges, Avril mise sur une autodérision saine. Son désamour pour la victimisation fait qu’il s’amuse de lui-même et diffuse un rire communicatif dans toute la salle.

Chaque prestation devient unique, ce qui amène parfois Avril à lutter pour conserver son fil conducteur.

Finesse et qualité d’écriture : entre précision et bouillonnement

Heureusement, il mobilise une « écriture ciselée et intelligente ». Il propose ainsi « un texte réfléchi et personnel ». La perception des spectateurs prouve que ça fonctionne : Avril est « fin, drôle et subtil à souhait ».

Sur ce point, Avril a évolué. Il a certes toujours su et aimé écrire avec intelligence. Cependant, il avait du mal à se canaliser. C’est le propre de ceux qui ont longtemps contenu leur verbe et entendu des benêts mobiliser la parole. De fait, sa première prestation bouillonnait littéralement. Je la décrivais alors comme « un festival, un feu d'artifice et un gros bordel ultra-organisé ».

Contradictoire, n’est-ce pas ? Pas chez Avril, justement grâce à sa finesse et à la force de son écriture. Cette faculté à créer de la surprise dans le texte comme dans le jeu est rare. Il la propose de plus en plus, de mieux en mieux. Oscillant (hésitant ?) entre le seul-en-scène et le stand-up, Avril n’a peut-être pas encore saisi qu’il a trouvé le bon compromis entre l’efficacité et l’originalité comiques.

Car savoir écrire, c’est aussi créer un spectacle digeste pour le public. En un an, les progrès sont réels, même s’il reste quelques détails à fignoler. Cet automne, l’heure est beaucoup plus fluide, ponctuée de respirations rendant le tout agréable de bout en bout. Mais le 10 octobre dernier, il avait encore le désir d’en proposer toujours plus tout en respectant son temps de scène. Plutôt que de sacrifier un pan de son show, il a accéléré le rythme pour en sacrifier le moins possible. Avec plus d’expérience et une confiance accrue, il deviendra redoutable.

Maîtrise : C’était mieux maintenant, c’est toujours mieux à l’instant T !

Redoutable, c’est sûrement le bon adjectif pour rendre compte de la détermination d’Avril et de son envie de mettre tout le monde d’accord. Je parlais plus haut de l’efficacité comique. Très bon en storytelling, Avril est encore plus percutant sur une ou deux phrases. Mention spéciale à sa blague sur le risotto, l’un des nombreux exemples de ses trouvailles tout au long du spectacle. Pour les spectateurs, cela ne fait aucun doute : il propose de « très bonnes punchlines ».

En 2018-2019, Avril se reposait sur sa décontraction et son bagout sur scène. Il savait déjà occuper l’espace et créer une ambiance particulière. Mais il devait encore muscler son propos et son jeu. Le résultat est là : un « mélange d’univers et de procédés comiques différents » lui permettent de jouer sur de nombreux tableaux. Thierno Thioune doit prendre pas mal de plaisir à mettre en scène ce spectacle, et les deux forment un binôme très complémentaire.

Verdict : que vaut le spectacle C’était mieux maintenant d’Avril ?

Les spectateurs ne s’y trompent pas : ils ont affaire à « un talent de qualité promis à un bel avenir ». Ce type de critique n’est pas rare, bien sûr, sur les sites de réservation. En revanche, les conditions sont effectivement réunies pour que la prophétie devienne réalité.

Pour qu’un artiste émerge, il faut un savant mélange entre le talent et le travail. La force de travail d’Avril est indéniable : il le prouve chaque semaine au Laugh Steady Crew et il ne se repose jamais sur ses acquis. Question talent, en festival comme face aux observateurs, plus que de se frayer un chemin, il s’impose avec force.

Je l’ai toujours dit : à sa première scène, il m’a fallu quelques secondes pour percevoir qu’il allait marcher. Six mois plus tard, quand je l’ai revu, il avait à peine commencé à exprimer son potentiel et marquait déjà les esprits. La marge de progression, tous les artistes en bénéficient. Cependant, elle est plus ou moins vaste et prometteuse.

Vous l’avez compris : avec Avril, l’avantage, c’est que c’est toujours mieux maintenant. Chaque nouvelle représentation est un cran au-dessus de la précédente. Un artiste comme lui est en cela très intéressant à suivre. C’était mieux maintenant est donc un spectacle à voir et à revoir !

[post_title] => C’était mieux maintenant : comment Avril se construit à la Petite Loge [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cetait-mieux-maintenant-avril [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-16 10:26:01 [post_modified_gmt] => 2020-11-16 09:26:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009380 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 7535 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-01 11:15:21 [post_date_gmt] => 2019-12-01 10:15:21 [post_content] =>

Le Laugh Steady Crew propose certains week-ends un stage de clown animé par Hervé Langlois. Thierno Thioune, metteur en scène de la troupe, n’est apparemment jamais bien loin. Même par SMS, il parvient en effet à chapeauter ces instants où les futurs comiques parfont leur art. On a pu assister à l’une des séances, et c’était particulier.

Stage de clown d’Hervé Langlois : les artistes et le reste du monde

Autant, j’étais très curieuse de voir ce qui allait se passer. Mais j’étais assez mal à l’aise et j’espérais qu’on allait m’oublier. J’ai décidé de me caler tout au fond de la salle, mais le formateur avait les yeux partout. « Elle vient pas, celle-là ? »

Non, vraiment, oubliez-moi. Présentée comme une journaliste, je me sentais défaillir et je voyais son regard un peu perplexe. « Elle peut participer au début, c’est juste un truc de présentation, l’harmonisation… »

Ça sentait le piège. Heureusement, Florencia, la femme de l’ombre du Laugh Steady Crew, refusait aussi cette « harmonisation » et m’aidait à formuler ce « non » qui me sauvait vraiment la mise.

Parce que dans les formations classiques, il y a un temps de brise-glace. Où on va s’assurer que les gens sont bien engagés. Un peu comme un dentiste qui t’informe des soins qu’il va prodiguer avant de se mettre au travail. Là, non. Tous les artistes jouent le jeu et obéissent à la moindre requête. J’aurais fait 3 AVC à leur place. Le lâcher-prise, le fait d’oublier le regard des autres pour revenir à une forme d’animalité, occupera ainsi la première heure. J’ose à peine regarder ce qu’il se passe et je ne regarde plus personne dans les yeux. Alors qu’en réalité, tout le monde s’en fiche qu’on les regarde faire des bruits gênants ou « faire du poney ». Je ne vous le raconterai pas, cela se vit.

Les stand-uppers sont des comédiens

L’objectif de ce stage de clown, c’est de savoir utiliser son corps à bon escient sur scène. Il y a aussi le lâcher prise qui permet de stimuler sa créativité et de développer l’écriture automatique. Même moi, j’apprends des choses et je vois que les conseils d’Hervé Langlois sont véridiques. Le langage corporel en dit beaucoup.

Au fil de la journée, les exercices se rapprochent de l’expérience scénique. Un exercice en particulier les pousse à sortir de leur coquille. Hervé Langlois ne connaît pas forcément les élèves présents, mais il comprend ce qui les bloque ou ce qui pourrait les rendre meilleurs. Il va provoquer ou désinhiber les introvertis et globalement sortir tout le monde de sa zone de confort. Ou alors sublimer leur art…

J’ai pris cher…

Heureusement, j’étais toujours à l’écart de l’exercice. Jusqu’à ce que Mamari reçoive l’ordre de se mettre en colère. Louis Chappey a commencé à prendre cher, c’était puissant. Et elle partait en furie avant de se rapprocher dangereusement de la zone où j’observais ce manège.

Si Pierre DuDza a promis de m’offrir un roast après son interview, Mamari a pris les devants. J’étais déjà prostrée, et j’allais ressentir le besoin de me mettre en boule et de disparaître loin, très loin.

Si aujourd’hui, je vous écris en ayant survécu, c’est dû à une chose essentielle. Mamari a un sens de l’observation très fort. En prime (et merci), elle est une lectrice fidèle, donc elle savait exactement où taper. Sans préparation, elle tournait en dérision ma manière de faire des critiques stand-up. En 5 phrases, elle me renvoyait toute la crainte que certains humoristes ont à mon égard, celle de tomber sur une mauvaise critique rédigée par mes soins.

Momentum au stage de clown d’Hervé Langlois

Ça aurait pu tourner au vinaigre, mais non. Pourquoi ? Parce que soudainement, je recevais les coups, de plus en plus justes, et Mamari et moi partagions la vulnérabilité de l’instant. Ce flottement où on risque d’offenser, mais où ça n’arrive pas. La limite de ce que je peux encaisser n’est pas franchie, parce que Mamari utilise son intelligence pour comprendre ce qu’elle peut dire ou non. J’ai pris une claque artistique et mon ego est resté intact. Ça, les amis, c’est un bon roast. Bien joué, Mamari.

Bon, j’ai flippé comme jamais et je suis restée en boule de peur d’entendre un truc litigieux face à cette bande d’humoristes. Les 20 minutes suivantes, je n’arrivais pas à respirer normalement et j’en tremblais encore. J’ai même perçu que j’étais en infériorité numérique face à ces artistes, et qu’ils auraient bien pu me tuer. Me faire taire pour toujours, me couper les mains, que sais-je encore ? Paranoïa, quand tu nous tiens… Si tu ne comprends pas, reste assise sur un banc à regarder des artistes devenir des clowns. Tu ne seras pas déçu du voyage.

Verdict

On dit souvent que le stand-up, c’est simplement venir sur scène et parler dans un micro. Ce stage vient contredire ce mythe. Bien sûr, on peut s’en tenir là, mais on passe à côté de tellement de choses. Aude Alisque le décrivait finement dans son interview :

Ça m’a vraiment aidé à me libérer de la peur de proposer certaines choses sur scène. Par exemple, j’avais fait un stage d’une semaine avec Hervé Langlois. Tu commences à adopter un comportement et il te pousse à aller au bout. Au terme du stage, je n’avais plus peur de rien : me mettre à hurler, aller dans l’étrange, lécher un mur. Depuis, les limitations sont parfois revenues. Dans l’ensemble, j’ai réalisé que je n’allais pas mourir si je proposais quelque chose de vraiment bizarre sur scène. Tout passe si tu assumes jusqu’au bout. Ça a tout libéré, et le corps notamment.

Là, le stage était plus court et il y avait un peu trop de monde. Mais ils promettent que la prochaine fois, ça ira mieux. Espérons qu’ils puissent proposer des stages avec 12 participants maximum. Pour avoir formé des gens dans ma vie précédente, c’est la limite à ne pas dépasser pour une expérience personnalisée et percutante.

Et d’ailleurs, même si nous avons choisi d’illustrer l’article avec Monsieur Fraize, nul besoin de se réclamer dans sa mouvance pour faire du clown… Aude Alisque en est le meilleur exemple, et elle a vraiment progressé avec ce stage. Je l’ai remarqué au fil de ses scènes, alors que je la suivais à son premier Dimanche Marrant notamment. Ajoutez à ça le Laugh Steady Crew, et vous obtenez une présence scénique augmentée…

Crédits photo

Monsieur Fraize © Christine Coquilleau

[post_title] => Stage de clown d’Hervé Langlois : en immersion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stage-clown-herve-langlois-lsc [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:09 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:09 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7535 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 7260 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-31 11:24:02 [post_date_gmt] => 2019-10-31 10:24:02 [post_content] =>

Chaque soir de stand-up est différent. Ce mardi, je découvrais le Batignolles Comedy, un nouveau plateau non loin de l’Européen. Une première rencontre inattendue, car je devais me ménager pour la soirée de la semaine, voire du mois : l’anniversaire du Laugh Steady Crew.

Mais vous savez ce que c’est, quand vous attendez quelque chose avec impatience. C’est souvent décevant. L’était-ce ? En grande partie, et c’est douloureux quand la rentrée du plateau a été si bonne. Mais il faut des soirs en demi-teinte pour vivre des moments inoubliables, alors j’ai hâte de revenir au Sacré Frenchy !

Batignolles Comedy : Vega & Vega et Renaud Sanviti assurent

Le Batignolles Comedy est une petite salle, qui rappelle la configuration du 33 Comedy à la Grange en plus intimiste encore. Je me suis tout de suite sentie chez moi. Les MC sont Vega & Vega, un Franco-Espagnol rigolo, et Renaud Sanviti, le puriste du stand-up comme on aime l’appeler.

Renaud assurait sa première chauffe et s’en sortait avec les honneurs. De plus, son passage sur les motocrottes me rappelait le jour où j’ai entendu ce terme pour la première fois : avec Éric et Ramzy. J’étais tellement saisie par ce moment que j’ai écrit un article, l’un des premiers du site…

Dans le line-up, on était ravi de retrouver Omar DBB, que les autres humoristes adoraient en coulisses. Il y avait aussi Pierre DuDza, dont l’énergie nonchalante fonctionnait particulièrement bien. Je l’ai trouvé aussi épuisé de vivre qu’attachant, et c’était un moment vraiment exceptionnel.

Bref, on riait sur scène et hors scène, c’était convivial et j’ai repoussé l’heure du dîner plus que de raison juste car je ne voulais pas quitter cette ambiance. Un cocon, le seul endroit où j’aurais voulu être à ce moment-là. Je vous conseille vivement cette expérience stand-up.

Anniversaire du Laugh Steady Crew au Sacré Frenchy : une soirée en dents de scie

Je ne sais pas si c’était le contraste avec les Batignolles, mais le Laugh Steady Crew a joué avec mes nerfs 24 heures plus tard. Il s’agissait d’une édition anniversaire, donc j’ai imaginé une ambiance similaire au Bar à Bulles.

En réalité, la soirée était assez banale. Pourtant, elle commençait très bien avec l’Open Mic. Pour l’occasion, les meilleures recrues de la scène ouverte bénéficiaient d’un passage au Sacré Frenchy. Le lieu est mieux que le Maximilien, mais c’était difficile de faire pire. La salle du Maximilien est bien, mais le cadre du bar ne m’a jamais fait vibrer. Là encore, c’est la salle qui porte le lieu, car la partie bar minuscule a suffi de dégoûter l’agoraphobe que je suis.

Mais le cadre, on s’en fout un peu. Ce qui compte, ce sont les artistes sur scène. Comme tout le monde l’avait pronostiqué, Noah et Jean-Paul se démarquaient des autres lors de l’open mic. C’est tout ? Non, parce qu’il y avait un homme au-dessus de tous les autres. Un super-héros du rire : Humourman.

Alors Humourman, c’est un clown. Un clown, depuis le départ d’Aude Alisque du Laugh Steady Crew, ça manque cruellement à la troupe. Son passage était peut-être encore perfectible, mais sa présence était enthousiasmante. J’ai particulièrement apprécié les longueurs et silences, et puis ensuite son jeu à la toute fin de la soirée. Il jouait comme un enfant en flirtant avec le jeu de l’humoriste et celui d’un type qui se retrouve dans cette situation, comme Jean-Philippe de Tinguy pouvait le faire. L’année prochaine, Thierno, intègre ce futur génie dans la troupe ! C’est un ordre.

En ce qui concerne les autres humoristes de l’open mic, le niveau était correct par rapport aux attentes. Ayrton était celui qui empruntait le plus les codes du stand-up au détriment d’une proposition personnelle, mais s’il s’applique, il pourra progresser. Au stade de l’open mic, ça va.

Quand les meilleurs outsiders de l’open mic tutoient l’équipe régulière du LSC

Avait-on encore de l’énergie pour la suite de la soirée ? Un peu moins, mais l’enthousiasme nous maintenait en haleine. Il aura été de courte durée. Déjà, l’un des deux guests était absent : Alexandre Kominek joue son spectacle au même moment, difficile pour lui d’arriver avec plus de 30 minutes de retard… sur la fin de la soirée. Dommage.

Ensuite, le set de Haroun était certes très bien, mais je le voyais pour la troisième ou la quatrième fois en deux semaines. Une circonstance atténuante qui me faisait attendre la suite. Mahaut, qui venait d’apprendre une nouvelle perso difficile, assurait tout de même sa prestation comme une battante. Avec les circonstances, cela rendait le tout impressionnant, mais sans cette explication de texte, ce n’était pas sa meilleure prestation. Forcément, et on ne lui en tiendra pas rigueur du tout.

Cela restait mou avec la suite de la troupe : les prestations n’étaient ni bonnes, ni mauvaises à mes yeux. Mais, comme pour la fois où j’ai vu Marina Rollman un soir triste, la magie n’opérait pas. Di Mambro et Audrey Jésus s’en sortaient mieux que les autres, mais cela ne m’aidait toujours pas à profiter à 100 %. Et puis il y a eu le set d’Avril. Et là, c’était le drame.

Coupes fatales

Avril, c’est un maître dans la prise de risque, mais c’est aussi un humoriste qui a besoin d’expérience pour déployer tout son potentiel. Alors quand il a commencé un set en jouant un personnage macho et odieux, le clivage commençait.

C’était brutal. Comme le coup de tête de Zidane à la coupe du monde 2006. Je me disais, cherchant une once d’humanité chez le comédien pour me rassurer : « C’est normal, ne panique pas. Il va venir nous récupérer en contrebalançant quelque part… ».

L’idée de base, c’était de jouer le rôle d’un défenseur du patriarcat qui donnait un atelier pour conserver ses privilèges. L’intention, c’était de produire un truc féministe tellement le personnage était grotesque, pour tourner en ridicule ce type de propos. Mais comme le moment salvateur n’arrivait pas, on s’est tous plus ou moins dit : « Mais, d’où il prend le micro ce mec ? Il se prend un mur, et il accélère en plus ! ».

Du coup, après une nuit de sommeil agitée où je me disais : « oh non pas ça, pas après tout ce que tu as fait… », j’ai été à la pêche aux infos. Il fallait faire 2 minutes plus court, et qu’est-ce qui a sauté ? Les parties de désamorçage. Ben voilà. Bonne lecture du jeu, n’est-ce pas ?

Le passage m’avait tellement désarçonnée que j’écoutais d’une oreille celui de Pierre DuDza. Arrivé par la porte comme une superstar, il avait l’air d’être bon, mais je restais en PLS des cinq minutes précédentes. Morgane Cadignan, dans le public, me demandait si j’aimais bien Pierre car je ne réagissais pas. C’est vous dire. Je crois que Pierre a été le meilleur de la soirée, mais je suis incapable de vous l’affirmer.

Culture du roast

Les roasts n’étaient pas assez bien structurés. À la base, Jimmy, le MC, devait départager des duels. Au final, Mahaut a décidé de lancer ses missives à chacun. C’est dommage, car il n’y en a pas eu pour tout le monde.

Les roasts, je connais mal leur mécanisme. Mais j’ai trouvé que ça allait trop souvent en-dessous de la ceinture gratuitement. Heureusement, Anissa Omri était la plus percutante et la meilleure dans cet exercice. Pierre DuDza était moins bon qu’à l’habitude, surtout qu’il nous a resservi une punchline déjà faite.

À part une ou deux autres répliques bien senties, l’ensemble de la troupe était en-deçà de mes attentes. Dommage pour cette occasion manquée, même si c’était bien meilleur que l’aperçu des roasts de l’Entrepotes Comedy avec Guillaume Dollé, Julien Sabas et Adel.

Un conseil, donc, pour tous ceux qui veulent faire des roasts : regardez Crashing ou d’autres trucs. Pour une fois, je veux bien qu’on s’inspire des Américains. Ou qu’on crée des joutes verbales à la française, de la poésie sanguinaire ou l’art de complimenter par des arguments inversés. Je dis peut-être ça pour mon texte adressé au Cercle du rire, même si franchement, je serais incapable de roaster quiconque sur scène et que je respecte la prestation du LSC.

Assister au débrief : Thierno Thioune, capitaine d’équipe fédérateur

La soirée terminée, j’ai eu la curiosité d’écouter le débrief du metteur en scène, Thierno Thioune. Je voulais savoir si j’étais la seule à avoir passé une soirée en demi-teinte. Il y avait du travail, semble-t-il, mais Thierno voulait surtout créer une émulation, un esprit de troupe. Globalement, la soirée était meilleure que mon ressenti. C’est vrai que je ne passais pas la soirée de ma vie, et que quand le public n’est pas dedans, certaines choses paraissent pires qu’elles ne le sont vraiment.

En tout cas, c’était très instructif d’entendre Thierno prodiguer des conseils très justes et mesurés. Et ce côté capitaine d’équipe fédérateur… J’étais bluffée, bluffée aussi par l’écoute qui régnait à cet instant solennel. Ça bosse dur au Laugh Steady Crew, c’était juste un anniversaire sans folie. Comme si ça tournait tellement bien que le travail prenait le dessus sur la célébration. C’est peut-être ça, le secret : travailler chaque jour de la même manière, en ignorant les circonstances exceptionnelles.

Après le débrief, j’ai erré de personne en personne, incapable de rester ou de partir, jusqu’au moment où j’ai accepté qu’il fallait se casser. Une nouvelle scène m’attend ce jeudi soir, et après un accident de parcours, il faut remonter en selle tout de suite. Je vais faire ça, donc.

Crédits photo

Anissa Omri © Maayane Bouillon

[post_title] => Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => batignolles-comedy-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:16 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7260 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6977 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-30 10:09:34 [post_date_gmt] => 2019-09-30 08:09:34 [post_content] =>

Dimanche dernier, Le Parisien organisait une journée consacrée à l’humour lors du festival Paris Paradis. Comme souvent dans ces événements huppés, on n’a pas pris autant de plaisir. Pourquoi ? Tout simplement parce que les humoristes ont, à de rares exceptions, livré le meilleur de leurs blagues au public. Aujourd’hui, on vous explique pourquoi on préfère voir les humoristes tester des blagues !

Tester des blagues : une innovation et une prise de risque

Certaines personnes disent que les plateaux d’humour, c’est une salle de gym. Comme les sportifs, les humoristes s’entraînent pour de vraies soirées, comme celle du festival Paris Paradis. Des soirées où le public paie pour rentrer, et où le chapeau est absent.

Pire encore : les spectateurs de ces plateaux d’humour sont appelés des « cobayes ». Vraiment ? Pour promouvoir l’art du stand-up, on s’y prend à l’envers, non ?

La naissance d’une blague

Le public qui écoute des humoristes tester des blagues va assister à la naissance des blagues. Elles viennent d’être écrites ou pensées, et tout peut arriver pour elles. Il y a un côté « loterie » qui, certes, donne l’impression de se retrouver dans un traquenard.

Mais réfléchissons-y un peu plus. Dans le public, vous avez plus d’impact que le jury de The Voice. Votre rire va avoir une incidence directe sur le cycle de vie de la blague. Vous allez définir son destin : soit vous avortez (et parfois, c’est la meilleure chose à faire), soit vous lui offrez un ascenseur social ou une immunité. Vous pouvez lui offrir une voie royale vers l’élite du rire. Et si vous êtes chanceux, vous allez conditionner la signature de l’humoriste.

La signature d’un humoriste : une punchline mémorable

Quand je pense à chaque humoriste, une blague me vient tout de suite. C’est pour ça que les humoristes parlent de « la blague de Ghislain », par exemple. Tous les humoristes peuvent développer ce truc et proposer une blague iconique, qui vous rappelle à qui vous avez affaire.

Tous ? Presque, si nous excluons ce génie de Gad Elmaleh. On n’analysera pas ses derniers commentaires, mais ils valent le détour. Le gars s’est offert un petit buffet sympatoche dans les locaux du Parisien. Il n’a guère été titillé dans son mea culpa et il nous même offre un medley des meilleures techniques de communication de crise. Contrairement au test, rien n’est laissé au hasard ici… Et pourtant, ça foire !

Bon, ça, c’est fait. Maintenant, revenons aux humoristes qui se démènent pour vous faire rire. Parce qu’on a besoin d’une bonne cure de sincérité après cette chienlit.

« Le test, c’est pour les nouveaux. Les vrais humoristes font du sûr. » (sic !)

Cette citation n’a aucun sens. Globalement, tout le monde doit tester des blagues pour les muscler et les transformer en hits de légende. Parfois, ça prend des formes inédites, comme pour le Comte de Bouderbala cet été. Les témoignages convergeaient : il demandait au public ce qu’il pensait de différents sujets, sans trop tester. Une sorte de sondage à grande échelle, où tu payais 6 euros pour discuter avec le gars. Je voudrais bien vous en parler, mais il a annulé sciemment les dates où je devais venir…

Sans vrai test, donc, le sûr n’existe pas. Après, vous avez le choix : soit vous attendez que le spectacle coûte cher ou qu’il passe à la télé ou sur internet. Mais vous ne connaîtrez jamais le frisson des premières punchlines. Vous ne serez jamais dans la confidence des débuts.

Pour tous les grands événements, comme le One More Joke au Grand Rex ou cette belle soirée du Parisien, on s’ennuie un peu. C’est comme si l’on mangeait le même repas sans arrêt. Je suis capable de prendre du plaisir à manger quatre risottos à la suite, mais je commence à montrer des signes de faiblesse.

C’est comme si vous aviez toujours les mêmes conversations. Voilà, c’est un repas de famille que de se passer en boucle le meilleur de machin. C’est comme les émissions de musique sur W9 qui reviennent sur l’année 2002. Ce n’est décidément pas la vraie vie.

Tester des blagues : où voir du rodage ?

Si vous êtes fidèle lecteur du spot du rire, déjà merci, ça fait plaisir. Vous avez dû lire nos interviews de la Petite Loge. Il y a tout dedans : d’abord, le plaisir d’offrir une expérience intimiste où les talents se découvrent et se dévoilent. Ensuite, la sélection de ces pépites et la garantie de trouver un « supplément d’âme » chez eux. C’est pour ça, par exemple, qu’on a pris la peine de voir le spectacle de Thomas Wiesel en rodage à Lyon. On aurait pu attendre 2020 et guetter son apparition à Paris, mais on ne pouvait pas attendre.

Tester quelque chose, dans ce lieu ou ailleurs, ce n’est pas proposer un passage non préparé. Sinon, personne n’irait voir les soirées Premières fois de Yacine Belhousse. Quand un artiste teste, il livre une pièce supplémentaire du puzzle. Si vous les assemblez toutes, vous obtenez une vision assez fidèle de celui qui vous fait rire. Ça pourrait faire fermer tous les torchons de la presse people si tout le monde connaissait cette astuce.

Pour en voir plus, vous pouvez aussi aller voir les plateaux d’humour. Vous tombez très bien : on vient de les mettre à jour ! On a aussi beaucoup suivi le Laugh Steady Crew à la rentrée. Ces humoristes-là font du 100 % test avec les thèmes du public ! Et Thierno Thioune, leur metteur en scène, vous transforme ces pépites humoristiques en tueurs de salles.

Avant de vous laisser, on se devait de vous présenter ce nouveau concept extrêmement prometteur. L’entre-potes comedy club, c’est la réunion de 40 humoristes qui testent, se clashent et profitent d’une émulation quasi-unique en son genre. C’est une sorte d’After Work Comédie en encore mieux. Merci à Clovis pour cette initiative !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tester-blagues-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 15:58:39 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 14:58:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6977 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6835 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-12 12:06:22 [post_date_gmt] => 2019-09-12 10:06:22 [post_content] =>

Proposer un thème au Laugh Steady Crew ? Si vous vous demandez de quoi on parle, vous n’avez pas encore découvert la troupe de Thierno Thioune. Le concept de ce plateau : les humoristes doivent créer un sketch autour de 4 thèmes définis lors de la soirée précédente.

Ils ont une semaine pour se débrouiller avec des thèmes comme « les cheveux » ou « arracheurs de dents », ou encore « posologie ». Bon courage, donc ? Traditionnellement, je laisse le public choisir les thèmes. Mais pour la rentrée 2019, j’ai tenté l’expérience.

Mon thème au Laugh Steady Crew : Charles Leclerc

Pour ne rien vous cacher, j’avais trop peur d’énoncer mon thème, et en même temps trop envie. Parce que c’est toujours pareil : il y en a toujours un qui braille ce qu’il veut, et moi je me tais parce que je ne m’impose pas dans un groupe. Il me faut attendre un silence d’au moins quatre secondes. Et après qu’un mec passablement bourré a proposé : « sirop d’érable », j’ai pu profiter de ces quatre secondes.

Et ensuite, j’en ai pris quatre autres pour savourer l’instant et sortir mon thème à moi. Un thème qui semblait étranger à tout le monde.

— Charles Leclerc !

— Quoi ?

Il n’y a pas que les jeunes humoristes qui sont inconnus du grand public. Charles Leclerc l’est aussi. Même vous, lecteurs du spot du rire, vous avez peut-être manqué cet article où j’ai subrepticement glissé son blaz.

Après une brève explication de texte (merci Avril), c’est Loïc Fontaine qui a commencé à protester. Je l’aurais fusillé sur place, et je ne sais pas si mon agacement s’est senti. Toi, tu veux m’enlever mon thème à moi ? Tu sais pas quelle vie je mène, etc., etc. Laisse-moi cette victoire ou je te sors de la troupe (j’ai des contacts hauts placés).

Heureusement, le MC acceptait de faire figurer ce thème au Laugh Steady Crew, sans qu’aucun incident diplomatique n’intervienne. Ironie de l’histoire, Loïc Fontaine a choisi ce thème. Il faut dire que les deux derniers thèmes, « pissenlit » et « Pierre Metzger » (comprenez Pierre DuDza), étaient tout aussi complexes à traiter.

Contre toute attente, le thème fait un tabac

Quand tu proposes un thème au Laugh Steady Crew, tu as tellement envie d’être là la semaine suivante. Tu es dans un état d’esprit assez dictatorial car tu contrôles la créativité d’une partie d’une troupe artistique. Ils bossent pour ton petit plaisir égoïste. Et c’est légal.

Mais ce choix de thème n’était pas anodin. Il avait l’air complexe, parce que si vous n’avez pas les références hautement techniques d’un sport de niche, certaines références ne passent pas. Mais en réalité, pour bien connaître ce thème, le parallèle avec leurs destins respectifs existait. Au Laugh Steady Crew, on assiste à l’éclosion de talents — ce que Charles Leclerc est en train de vivre dans son monde de niche. Au final, quatre membres de la troupe ont choisi Charles Leclerc. J’avais déjà gagné.

Triomphe au Laugh Steady Crew

En pole position, Jean-Paul SP bosse son sujet

Jean-Paul SP, gagnant de l’open mic la semaine précédente, ouvrait la soirée. Il pouvait faire du sur, mais il tenait à se prêter au jeu du test. Pour l’avoir vu rôder ce passage au Buttes Chaumont Comedy Club, il avait vraiment envie d’en découdre.

Il avait vraiment bossé le sujet. Ça a permis au magazine AutoHebdo de vendre un exemplaire de plus, au podcast officiel de la Formule 1 de gagner un auditeur… et même à Netflix de faire connaître un peu mieux la série « Pilotes de leur destin ».

Le résultat était très satisfaisant. Déjà, c’était le seul à proposer des faits 100 % véridiques, et puis son angle sur la passion fonctionnait bien. Son capital sympathie aussi. Le seul regret, c’est de l’avoir vu débuter la soirée. Le MC l’a envoyé au casse-pipe. En éclaireur face à un public qui se rôdait encore, il a tenu bon et les applaudissements étaient généreux.

Je lui accorde donc le prix « Alain Prost » pour cette prestation. Bravo Jean-Paul !

Sur la première ligne, Mahaut prend un départ canon

Vous n’avez pas idée à quel point je m’amuse avec mes métaphores. La deuxième à passer sur le grill, c’est Mahaut. Forte d’un premier bon passage pour ses débuts dans la troupe, elle montrait encore qu’elle savait jouer aux avant-postes. Cette rookie enthousiasmante a failli tomber dans le cliché de dire que la Formule 1 ne consiste qu’à tourner en rond.

Heureusement, elle a évité la sortie de piste avec un angle très drôle et malin sur les héros du quotidien. En prime, elle a réussi à mettre sa patte et sa personnalité dans le sketch. Et que dire de son imitation du bruit des Formule 1 ! Pour m’y connaître grave sur le sujet, elle a été meilleure que les vrais protagonistes. Mahaut, tu peux le vérifier ici.

Je lui accorde donc le prix « Lando Norris » (un nouveau venu super drôle et populaire, roi des meme sur le web) pour cette prestation. Bravo Mahaut !

L’outsider Loïc Fontaine fait parler son expérience

Troisième à se prêter au jeu, Loïc Fontaine a clairement manqué son départ. Comme la semaine précédente, ses jeux de mots n’impressionnaient pas le public.

Mais Loïc Fontaine est un vétéran du rire par rapport à ses petits camarades. Techniquement, il sait mettre au point un sketch. La partie sur le père de Charles Leclerc était maladroite de mon point de vue, car je me disais que Loïc ne savait peut-être pas que Charles a perdu son père en 2017. Ou que son destin est très particulier.

Mais nous y reviendrons, et puis à part moi, personne ne savait qui il était. Loïc l’a vérifié grâce à un « Par applaudissements, qui connaît Charles Leclerc ». Il n’y avait que moi — ça me rappelle des souvenirs sur des humoristes qui posent la même question sur eux-mêmes. Certe Mathurin, je continuerai d’applaudir dans l’espoir de ne plus être seule. Passons !

C’est avec des panneaux de signalisation que Loïc Fontaine a débloqué son compteur de rires pour de bon. Une valeur sûre pour tous les gens qui connaissent les Ratz. Oh, non, encore une référence obscure qui mêle bagnole et blagues. Déso pas déso.

C’était un soulagement, le signe que Loïc venait de lancer sa saison. Comme quoi, il était pas si mal, ce thème !

Je lui accorde donc le prix « Sebastian Vettel » (un mec ultra-primé qui, malgré quelques passages à vide, sait toujours rebondir) pour cette prestation. Bravo Loïc !

Le favori de l’épreuve, Avril, glane un nouveau succès

Quand tu arrives en position de favori, tous les paramètres peuvent te faire chuter de ton piédestal. Bien sûr, tu arrives sur le ring avec la confiance de ton dernier succès.

Mais tu as tout à perdre dans cette position de numéro 1. On t’attend vraiment au tournant, l’intérêt médiatique grandit, etc. Vous l’avez sans doute lu plus haut, Avril était le seul à connaître Charles Leclerc. Aujourd’hui, je vous le dévoile en exclusivité : c’était un test.

Parce que c’est bien gentil, d’être découverte humour. Il faut savoir passer à l’étape supérieure et devenir une confirmation. Je lui avais dit que je n’avais aucune exigence. En réalité, j’attendais énormément. Il avait l’avantage de la connaissance du sujet, il ne devait pas se planter.

En sports mécaniques, une expression revient souvent : taille patron. Rien à voir avec le fait de tailler une pipe à son patron (ça, je l’écris simplement pour faire rire Pierre DuDza). Cela signifie donc que tu domines ton sujet de bout en bout.

On l’a dit plus haut, le destin de Charles Leclerc est compliqué. Il a perdu de nombreux proches tout au long de sa vie, et c’est cet angle-là qu’a choisi Avril. La dernière fois, c’était fin août. Le nombre de micro-références était dingue. Déjà, Avril commençait en demandant à une personne du public d’enlever sa casquette. Mais franchement, c’est exactement ce que les pilotes doivent faire dans les moments solennels et de recueillement. Purée, ce que ça commençait bien.

Mêler le comique et le tragique, c’est entrer dans la cour des grands du rire

Et commencer par évoquer la mort de Jules Bianchi, mêler le comique et le tragique… J’étais émue, moi qui ai suivi tous ces événements, parfois en direct. Je lui ai dit ensuite que c’était un bel hommage et une sacrée prise de risque.

Le public n’avait pas cet historique, mais il n’en a pas eu besoin. Les gens autour de moi éclataient de rire, tandis que l’intensité du passage allait en grandissant. Ensuite, c’était globalement du Avril dans le texte et dans le jeu. Une liste de personnes pour lesquelles Avril trouvait un lien avec Charles Leclerc. Un finish tranquille et efficace sur Pierre DuDza, son acolyte — comme un rappel du reste. Juste la bonne durée, et il s’en est allé.

Le meilleur moment intervenait finalement après le passage. Avril n’était pas pleinement satisfait. Et dans ce monde, qui, malgré les louanges de la foule et les compliments de ses pairs, continue d’être insatisfait ? Charles Leclerc. Mis à part quelques détails, je vous laisse comparer :

Il n’a pas le trac dans les moments importants même si au fond de lui ce n’est évidemment pas toujours simple. (…) C’est aussi un gros travailleur, très dur envers lui-même. Il a énormément confiance en lui et sait qu’il est très bon mais il met aussi la barre très haut. (…) La vitesse à laquelle il apprend m’impressionne.

Nicolas Todt parle de son poulain

Je lui accorde donc le prix « Charles Leclerc » pour cette prestation, synonyme de victoire. Bravo Avril !

Proposer un thème au Laugh Steady Crew : faites-le, c’est trop bien !

Peu de spectacles proposent au public une expérience aussi interactive que le Laugh Steady Crew. Je n’avais vraiment pas idée d’à quel point on a envie de voir le fruit du travail effectué. Moi, je venais simplement pour soutenir des talents en devenir. C’était la routine, comme d’habitude.

Là, ça m’a apporté une expérience nouvelle. Si vous avez une passion particulière comme moi, ou quelque chose que vous avez envie de voir développé sans embêter vos potes avec ça, c’est une aubaine. La chance de voir de nouvelles perspectives sur ce que vous connaissez le mieux. Je ne le referai pas pour ne pas traumatiser les humoristes, mais si j’étais une spectatrice classique, j’aurais rempilé avec un nouveau thème. Et vous, quelle sera votre proposition de thème ? Réservez pour le découvrir !

[post_title] => J’ai choisi un thème au Laugh Steady Crew, et c’était fou [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => theme-laugh-steady-crew-troupe [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-16 13:29:53 [post_modified_gmt] => 2020-10-16 11:29:53 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6835 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 5296 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-10-14 15:19:54 [post_date_gmt] => 2018-10-14 13:19:54 [post_content] => Depuis plusieurs mois, je songe à ériger Manu Bibard en découverte humour. Voilà une tâche qui demande du courage, car il est bien assez grand comme ça. Blague à part, Manu est une découverte pur jus. Au premier contact, on comprend qu'il a quelque chose de spécial.

Manu Bibard, biberonné au Laugh Steady Crew

J'ai découvert Manu Bibard lors de la dernière de la saison 1 du Laugh Steady Crew. Cette troupe, joyeusement menée par Thierno Thioune, élève les humoristes avec beaucoup de rigueur et d'abnégation. J'ai vu certains des humoristes métamorphosés, comme Aude Alisque. Ça m'a fait quelque chose de la voir jouer à Dimanche Marrant. Signe que le Laugh Steady Crew fait le job en matière de détection des talents. Le metteur en scène Thierno Thioune aide depuis de nombreuses années des humoristes comme Haroun, Charles Nouveau, Jean-Philippe de Tinguy, Morgane Cadignan... On les aime tous bien ici, d'ailleurs, ce n'est donc pas un hasard...

Manu Bibard : talent at first sight

Revenons à Manu Bibard. Propulsé par l'open mic du LSC, il fait partie de ces humoristes pour lesquels on se déplacerait naturellement. Je m'explique : je peine à me souvenir les thématiques qu'il énonce sur scène... Par contre, je sais pertinemment que je vais passer un bon moment lors de son passage. Ainsi, il y aura forcément des éclats de rire, des moments où je serais agréablement surprise. Tout cela, évidemment, indépendamment du sujet traité. L'art du succès : de la repartie, un air faussement gauche assez charmeur et l'envie de le voir et le revoir. Il a déjà tout compris. Pour le voir sur scène, c'est très simple. Allez au Laugh Steady Crew le mercredi soir (notamment à leur anniversaire le 24 octobre) ou participez à son 30-30 avec Louis Chappey le 16 octobre !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

Vidéo : la rigueur façon LSC

[post_title] => La découverte du mois - Octobre 2018 - Manu Bibard [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-manu-bibard [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:52:35 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:52:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5296 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 7 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1009582 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-12-01 08:02:26 [post_date_gmt] => 2020-12-01 07:02:26 [post_content] =>

Camille Lorente, plus connue sous le pseudonyme Queen Camille lorsqu’elle était journaliste chez madmoiZelle, est désormais stand-uppeuse. Après plusieurs mois d’exercice et une intégration au Laugh Steady Crew, Camille Lorente devient donc la dernière découverte humour de l’année 2020 !

Quand Queen Camille devient Camille Lorente : passer de YouTube au stand-up

Avant d’exercer le stand-up à plein temps, Camille Lorente a conservé un pied dans sa vie professionnelle précédente. Or contrairement à certains de ses camarades, la jeune femme était déjà sous les feux des projecteurs… Sauf que cela se passait sur YouTube !

Journaliste sexo sur madmoiZelle.com, Camille avait donc une belle audience et réalisait un travail efficace et reconnu. Une belle situation qui ne l’a pas empêchée de faire ce saut dans le vide. Après avoir tenté le stand-up pendant plusieurs mois, elle a pris la décision de se lancer pleinement dans le monde de la comédie.

Libérer son stand-up

Et bien lui en a pris ! Quelque part, cette décision a libéré son stand-up. En effet, avoir plus de temps pour sortir de sa zone de confort et passer à une autre discipline est souvent salvateur. Elle se présentait avant tout comme une journaliste auparavant, comme si elle n’assumait pas pleinement ses textes. Alors qu’elle avait déjà la capacité à se mettre en scène avec des humoristes qui vous sont familiers, si vous êtes lecteurs fidèles de notre site. Les personnages, eux aussi, ne lui font pas peur !

Au Cercle du rire, en juillet dernier, Queen Camille est devenue Camille Lorente (à mes yeux, en tout cas !). Elle rodait là un passage sur le pédiluve, l’un des thèmes du Laugh Steady Crew. Intégrée à la troupe de Thierno Thioune, Camille a accepté de se mettre en danger… et ce soir-là, ça a marché ! Elle a littéralement retourné la salle quelques jours avant de jouer ce même passage dans la troupe.

La recette de son succès jusqu’à présent ? Une dose de charisme, une appétence pour raconter des anecdotes et une véritable détermination. On sent, comme Rosa Bursztein nous le confiait dans une interview, que Camille a une vision claire de là où elle souhaite aller, telle une businesswoman du rire.

Avec tous ces atouts, Camille Lorente risque donc de faire parler d’elle assez vite ! Pour l’heure, elle a rodé à plusieurs reprises une demi-heure à la Petite Loge et continue de travailler au Laugh Steady Crew. Le reste n’est donc qu’une question de temps !

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois - Décembre 2020 - Camille Lorente [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-camille-lorente [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-12 15:06:14 [post_modified_gmt] => 2020-11-12 14:06:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009582 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 7 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => bbdc07d10f0dfc7f44fa6cd3a6161b2f [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Thierno Thioune

Camille Lorente, découverte humour et stand-up sur Le spot du rire

La découverte du mois - Décembre 2020 - Camille Lorente

C’était mieux maintenant : affiche du spectacle d’Avril à la Petite Loge

C’était mieux maintenant : comment Avril se construit à la Petite Loge

Stage de clown d’Hervé Langlois : pour tous les Monsieur Fraize en herbe

Stage de clown d’Hervé Langlois : en immersion

Après les Batignolles, on a vu Anissa Omri et Humourman cartonner au Laugh Steady Crew

Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances

Tester des blagues : quelques humoristes sur scène

Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère

Proposer un thème au Laugh Steady Crew

J’ai choisi un thème au Laugh Steady Crew, et c’était fou

Manu Bibard, découverte humour sur le spot du rire

La découverte du mois - Octobre 2018 - Manu Bibard