Publications liées au mot-clé : théâtre

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => theatre
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 332
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => theatre
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 332
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => theatre
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 332
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => theatre
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 332
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 332
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 332
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => theatre
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 332
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (332) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (332) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (332)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011148
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-08-23 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-08-23 06:00:00
                    [post_content] => 

Cet été, le Théâtre Boulimie à Lausanne accueillait la pièce Les gens meurent. Après le succès de la série Bon ben voilà, la même bande d’humoristes suisses ravit à nouveau le public. Exit les sketches qui rappellent l’humour pointu des Nuls : la pièce est une réussite à la fois théâtrale, comique et dramatique. Retour sur la dernière avec Valérie Paccaud, Julien Doquin de Saint Preux, Yacine Nemra, Blaise Bersinger et Yann Marguet.

Les gens meurent : une pièce sur la mort, sans la lourdeur du deuil

Voir une pièce de théâtre sur la mort ne me tente pas, d’ordinaire. Comme beaucoup, j’imagine, j’ai fait confiance au club des 5. Pour tout vous dire, il existe deux scènes comiques suisses. Les artistes les plus en vue sont des génies de l’écriture et des encyclopédies comiques. Leur métier, ils savent le faire, et bien, en plus. Leur éthique de travail et leur capacité à mener de nombreux projets drôles de front sont bluffantes.

Plutôt que de parler de deuil, Les gens meurent est une sorte de sas entre la vie et la mort. Dès qu’une personne meurt, elle se retrouve dans cette pièce et doit passer le cap. Cinq parcours de vie distincts cohabitent le temps d’une heure et demie qu’on ne voit pas passer. L’intrigue, soignée, regorge de surprises que je ne vous dévoilerai pas, car elles valent le détour…

Yacine Nemra et Julien Doquin de Saint Preux se révèlent… mais pas seulement

Retrouver cette bande iconique a été un réel plaisir, d’autant plus qu’ils osaient le contre-emploi ou la prise de risque. Yacine Nemra, plutôt à l’aise dans l’improvisation, assurait quasiment le leadership de la pièce. Son enthousiasme sur scène se révélait très rafraîchissant et faisait oublier le côté lugubre de la mort.

Autre révélation : Julien Doquin de Saint Preux. Chroniqueur dans les Bras Cassés comme Blaise et Yacine, il se révèle dans un jeu d’acteur à couper le souffle. Il alterne avec une aisance remarquable entre la pitrerie pipi-caca et l’émotion brute. Je suis certaine qu’il a fait couler beaucoup de larmes d’émotion tant sa partition était juste.

La troupe de la pièce Les gens meurent au Théâtre Boulimie

Blaise Bersinger démontre sa capacité à interpréter des personnages touchants, non sans dénoncer leurs travers. Ainsi, son personnage de vieillard misogyne ancré dans une autre époque est peint avec beaucoup de tendresse. Il s’offre même des passages absurdes, que les fidèles de ses gags téléphoniques apprécieront à coup sûr.

Valérie Paccaud joue le rôle d’une femme ambitieuse et manie la colère avec beaucoup de grâce. Son aversion pour les enfants dans la pièce a naturellement parlé à la mienne… Mais la réduire à cela, c’est passer à côté de l’évolution de son personnage. On y devine une générosité enfouie et une sacrée envie de se marrer.

Enfin, Yann Marguet est un peu à part. Il est sans doute le plus dans le déni dans sa manière de contourner la mort. Pour vous donner quelques billes sans tout vous dévoiler, c’est le genre de type qui aime bien les projets d’immortalité de la Silicon Valley… Si vous voyez cette pièce, vous adorerez la mise en scène de son trépas. Elle joue sur des longueurs jouissives qui vous tiendront en haleine.

Une belle réunion d’univers où chacun contribue au succès de la pièce Les gens meurent

À mon sens, la troupe de la pièce Les gens meurent est décidément capable faire rire avec tous les sujets, tous les formats… et de laisser libre cours à l’univers de chacun. Certes, on se tend à chaque reconstitution de ces 5 morts qui ont toutes leur part d’improbable. Et c’est dans l’improbable que la légèreté de la pièce ressort le plus. Le dosage est très fin entre les moments d’humour léger et d’instants poignants.

Autre part essentielle du succès de la pièce : la mise en scène de Tiphanie Bovay-Klameth. De l’aveu même des acteurs, elle a grandement contribué à ce niveau de qualité. On parle bien trop peu de ces regards extérieurs qui font vivre les pièces, mêmes celles sur la mort. Alors quand les acclamations sont unanimes, on savoure encore plus leur apport. J’ai également une pensée pour l’ambiance sonore très soignée et toujours inspirée de Charlotte Fernandez.

Les gens meurent était une réussite attendue, mais il fallait trouver les bons filons pour offrir ce beau résultat au public. L’équivalent de la France en football, mais qui ne manque pas sa cible. Je sais, cette analogie fera souffrir nombre de supporters français. Mais à y regarder de plus près, elle décrit bien la situation. La pression de délivrer le même niveau de qualité quand tout le monde vous attend… Mais aussi quand vous êtes la locomotive d’une scène locale restreinte et en quête de repères comiques… Rien n’était acquis et il était quasiment obligatoire de triompher.

Moralité : avant le trépas, profitons un maximum des réussites artistiques comme Les gens meurent. Il est bien trop commun de prendre pour acquis cette qualité, alors qu’à chaque fois, les artistes se démènent pour faire naître de nouveaux projets toujours aussi comiques. Jusqu’au prochain volet ? Avant cela, fort de ces 3 premières semaines fructueuses, la troupe prépare une tournée. Voilà qui devrait continuer à ravir le public !

[post_title] => Après avoir vu Les gens meurent, peut-on mourir tranquille ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => les-gens-meurent-boulimie-critique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-23 09:51:32 [post_modified_gmt] => 2021-08-23 07:51:32 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011148 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011033 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-28 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-28 06:00:00 [post_content] =>

Début juillet, l’Académie d’Humour organisait sa première session d’auditions. Pour préparer sa première rentrée, l’Académie a investi la Nouvelle Seine pour convier 15 prétendants à l’admission. C’était la première fois que j’assistais à des auditions. Découvrez les coulisses de ces instants redoutés, mais finalement bien plus bienveillants que des plateaux ou festivals.

Auditions : mode d’emploi

Le principe est simple : il faut d’abord postuler à l’Académie d’Humour via un formulaire. Assez complet, il écrème réellement les candidatures fantaisistes. Il ne suffit pas de laisser ses coordonnées : chaque personne doit fournir une lettre de motivation, une vidéo et partager son projet artistique.

Dès le départ, les postulants sont acteurs de leur réussite. Cette première étape donne le ton sur ce qui les attend. Ainsi, il n’y a quasiment pas eu de surprise et j’ai été étonnée de voir la qualité des candidatures.

Une fois conviés sur scène, ils commencent par jouer quelques minutes devant un parterre de professionnels émérites. Directrices de théâtre, artistes de stand-up confirmés, professionnels de la production… De quoi impressionner une personne mal préparée à l’échéance.

Une préparation aux petits oignons

Indépendamment du niveau, chaque artiste avait bien préparé son audition, notamment son passage. Les questions qui succédaient leur prestation les déstabilisaient parfois. Révélatrices, elles montraient de véritables différences entre les projets plus axés théâtre et ceux plus liés au stand-up.

Certaines personnes étaient très étonnantes. Des parcours de vie originaux, des besoins de créer artistiquement et de faire rire très divers se manifestaient tour à tour. On a vu de la singularité, du propos, des influences artistiques récurrentes… Les noms de Blanche Gardin, Baptiste Lecaplain et Roman Frayssinet revenaient souvent dans les artistes cités.

J’ai trouvé cette expérience bien plus agréable que le jugement en festival. Je n’ai pas ressenti de compétition mais de la solidarité entre les postulants. Le public incitait chaque personne à se révéler, les poussant dans leurs meilleurs retranchements… On était bien loin de la Nouvelle Star ou d’Incroyable Talent.

Objectif des auditions : réunir les 12 premiers talents de l’Académie d’Humour

Tous ne seront pas retenus, bien entendu. Il y aura 12 places finales et une nouvelle session d’auditions à la rentrée. Il reste de la place pour former une troupe de talents prêts à travailler pour leur réussite. Certains font déjà office de favoris, tandis que d’autres sont bien partis pour en être. Mais aucun nom ne fuitera avant l’annonce officielle… Ne cherchez pas, je n’ai aucune information formelle… Tout ce que je peux vous dire, c’est que je connaissais une seule personne et que bien plus d’une m’a fait rire !

Crédits photo

© Kobayashi Photography

[post_title] => Coulisses - Des auditions, ça se passe comment ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => auditions-academie-humour-coulisses [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:33 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011033 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1009275 [post_author] => 15 [post_date] => 2020-10-28 08:54:00 [post_date_gmt] => 2020-10-28 07:54:00 [post_content] =>

Florent Peyre, humoriste passé par ONDAR, joue son nouveau spectacle Nature au Théâtre Trévise. Zelda Atlan, passionnée de théâtre reconvertie dans le stand-up, a pu y assister. Elle nous livre ses impressions.

Florent Peyre dans Nature : un show déconcertant, un humour décevant

Au premier abord, le titre de son spectacle Nature interroge. Pourtant, ce qui se passe sur scène est presque plus déconcertant que la disparition des orangs-outans. Selon le descriptif du spectacle de Florent Peyre, il s’agirait d’un entre-deux entre théâtre et one-man-show.

L’artiste propose finalement une comédie musicale sur l’environnement où il incarne chaque personnage. La musique, pour la petite histoire, est de Pascal Obispo. Malheureusement, il ne s’agit là ni d’une pièce de théâtre, ni d’un spectacle de one-man-show.

Un comédien à la hauteur du rendez-vous, mais un texte qui laisse à désirer

La performance mérite d’être relevée, notamment la mise en jeu. Le comédien sur scène assure côté technique. En effet, les rôles se succèdent avec une fluidité quasi-parfaite. La maîtrise de la voix est également impeccable… Mais Florent Peyre n’arrive pas à faire rire.

Dans le spectacle, Florent Peyre n’enchaîne pas les blagues. Au lieu de cela, il délivre des gags tout droit sortis du manuel L’humour pour les nuls. Les personnages sont par ailleurs stéréotypés et caricaturés. On pense notamment à cette version « beaufisée » du chef-technicien en régie.

L’improvisation sauve l’honneur

Le rire émane toutefois des passages improvisés. Ils constituaient finalement les seuls moments authentiques du spectacle. Malgré cette faiblesse textuelle, Florent Peyre reste en effet un très bon showman et sauve donc l’honneur.

Le message écolo qui se trame derrière toute cette mauvaise blague est totalement légitime. Or la performance n’en reste pas moins mauvaise. Si le public retient davantage la volonté de changer les mentalités, il en oubliera peut-être les faiblesses de la prestation globale.

[post_title] => Florent Peyre dans Nature : trop brut de décoffrage ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => florent-peyre-spectacle-nature [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-14 19:15:18 [post_modified_gmt] => 2021-02-14 18:15:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009275 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1008793 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-10 18:29:00 [post_date_gmt] => 2020-09-10 16:29:00 [post_content] =>

Lausanne est une ville où la culture, la vraie, prospère. Malheureusement, cela pourrait devenir compliqué de s’y rendre. De fait, la ville rivalise d’ingéniosité pour nous attirer en son sein. Devrons-nous y renoncer, alors que l’envie de revenir nous transcende ? Dans l’attente d’une réponse, je voulais lui adresser une lettre pleine d’espoir pour l’avenir.


Chère ville de Lausanne,

À toi qui me fais de l’œil via tes artistes talentueux et tes œuvres artistiques d’exception, je voulais t’écrire aujourd’hui. Je t’ai visitée si furtivement le printemps dernier. Je te connaissais à peine, tout est allé trop vite. Maintenant, alors que j’ai envie de revenir, les frontières semblent se refermer petit à petit.

Bien sûr, Paris rayonne et grouille de comédiens. Si je n’y étais pas, je serais certainement très frustrée. Mais toi, tu offres peut-être le meilleur endroit pour oublier cette absence d’opulence.

Nouveau Comedy Club à Lausanne, programmation prometteuse au Théâtre Boulimie

À toi qui as transformé ta scène ouverte en comedy club (le Comedy Club 13), je voulais te remercier pour tout ce que tu offres. Ta revue a mis à l’amende Genève, apparemment. Blaise Bersinger, encore lui, est venu redistribuer les cartes. Quelques jeunes humoristes d’ici ont appris à connaître son travail par mon biais, mais j’aurais tant voulu t’en donner plus.

Car j’aimerais me donner toute entière à ton éclectisme et ta force de proposition artistique. Les pièces que tu inventes d’année en année me font de l’œil. Alors en mars 2021, j’aurai 30 ans et je rêve déjà du Théâtre Boulimie. Je rêve de voir la pièce Les gens meurent et son 5 de légende. Tu réunis pour le public Julien Doquin de Saint Preux, Yann Marguet, Blaise Bersinger, Valérie Paccaud et Yacine Nemra. À la vue de ce casting, je suis prise d’un vertige.

Je te l’ai dit, je suis passée en coup de vent la dernière fois, embarrassée de ne pas pouvoir me livrer pleinement à toi. Je n’étais pas prête, je me suis précipitée. On est nombreux à commettre une telle erreur. On ne se renseigne pas assez, on ne prend pas le temps.

« À bientôt de te revoir », Lausanne ?

Alors Lausanne, j’espère te revoir bientôt. Cette fois-ci, je m’y prendrai plus tôt pour ne pas louper le coche au Théâtre Boulimie. J’irai découvrir ce nouveau comedy club, essayant de m’y rendre plutôt deux fois qu’une. Si la sécurité de la RTS ne m’inflige pas une injonction d’éloignement face à mon enthousiasme débordant pour Les bras cassés, peut-être que je ferai un saut.

Or tu sais comment c’est : on n’ose pas trop s’approcher, alors on fait comme si ça ne comptait pas (alors que c’est ce qu’on désire le plus ardemment). Résultat : on a failli louper le tournage de Mauvaise langue… Mais l’un des techniciens de la RTS nous a sauvé la mise, et même de loin, on a apprécié le spectacle. Même si Blaise Bersinger a dû traverser la France entière pour revenir ce soir-là.

Le destin nous a réunis en 2019 malgré les obstacles nombreux qui s’étaient dressés face à nous. J’espère qu’en 2021, on pourra se retrouver. D’ici là, je te souhaite de continuer à remplir le Théâtre Boulimie, d’habituer le public lausannois au plaisir des plateaux d’humour hebdomadaires et de continuer à diffuser du bonheur sur les ondes.

Merci pour tout et à très vite,

Juliette du Spot du rire

Lieux et pièces cités


Théâtre Boulimie - Les gens meurent

La mort, c’est rigolo sauf quand ça nous concerne nous, ou un proche, ou quelqu’un qu’on aime bien, ou une célébrité qu’on admire, ou quand ça touche un proche d’un ami, ou un parent, ou un animal de compagnie, ou un enfant, ou un agneau dans son assiette, ou quand ça survient dans un film, ou quand c’est dans les livres d’histoire, ou quand c’est un accident vachement glauque, ou quand ça concerne un collègue de travail, une personne avec qui on a rendez-vous, un petit hérisson sur la route … mais à part ça, c’est rigolo non ?

Et même si vous n’êtes pas d’accord, vous allez mourir après ce spectacle, peut être même avant. Mais s’il vous plaît pas pendant.

Collaboration artistique : Thiphanie Bovay-Klameth

Quand ? Du 20 juillet au 8 août 2021 (reporté car prévu initialement en mars 2021), les mardis, mercredis et jeudis à 19h, les vendredis et samedis à 20h. Réservez dès maintenant, on est sur un théâtre réputé qui va vite se remplir…


Comedy Club 13

 Le Comedy Club 13 a pour mission de fournir aux humoristes une plateforme de travail et de développement, indépendamment de leur niveau et expérience. D’autre part, nous visons à développer l’humour en Suisse romande et en francophonie de manière plus large.

Trois rendez-vous stand-up

Des soirées rodage les jeudis à 20h, les scènes ouvertes les vendredis à 19h30 et 21h… et les spectacles en showcase les samedis à 20h ! Retrouvez la programmation complète sur le site du Comedy Club 13.

[post_title] => Lettre à Lausanne et à son humour de qualité [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lausanne-culture-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-16 16:50:18 [post_modified_gmt] => 2021-02-16 15:50:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008793 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1008529 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-23 15:00:11 [post_date_gmt] => 2020-07-23 13:00:11 [post_content] =>

La semaine dernière, malgré le retour indéniable du monde comique, je vous confiais mes doutes concernant mon retour dans les salles. Bonne nouvelle : cette semaine, les choses avancent dans le bon sens !

Maintenant, on commence à cerner la mentalité des spectateurs qui reviennent au théâtre. Ma mésaventure au sein de l’un de ceux-ci n’est plus que de l’histoire ancienne. Les gens semblent avoir compris que pour une reprise des spectacles, il fallait respecter l’hypocondrie de son prochain. Ou bien sa volonté de coller sa joue à celle d’une autre personne (tant que ce n’est pas moi).

La clé n’est pas de savoir si les gens ont peur ou non d’un virus, c’est de comprendre leur besoin de clarté. Sur ce coup-là, les théâtres sont les premiers à hésiter. Cette vidéo explique très simplement la situation.

Mieux consommer le spectacle vivant

J’ai réalisé qu’il y avait parfois du « gâchis » de temps quand j’allais voir des humoristes.

Deux problèmes existent.

D’abord, les plateaux d’humour sont conçus pour vous faire découvrir des humoristes aux univers variés. Pour plaire à tout le monde, il faut déplaire aux uns et aux autres. Votre voisin adorera quelqu’un qui vous ennuiera. C’est le jeu, et on l’accepte car l’humoriste suivant peut être une perle.

Ensuite, les spectacles-loterie exigent une part de risque de la part du spectateur. Dans ces représentations, soit vous ne connaissez pas l’humoriste, soit vous ignorez s’il est bon sur une heure ou s’il attise suffisamment votre curiosité pour cacher son inexpérience. Soit autre chose. En tout cas, l’offre est supérieure à la demande et la qualité est inégale. Il faut ainsi faire des paris. Accepter de se tromper aujourd’hui, c’est se priver d’une soirée tranquille chez soi à pouvoir zapper.

Avant, c’était le charme de la comédie. Aujourd’hui, les arbitrages du public sont plus resserrés que jamais. Je vous confiais qu’il me fallait 2 humoristes que j’aime bien pour me déplacer en plateau d’humour, ou un super-humoriste. Comprenez : un humoriste qui pourrait me faire traverser le périph’ de bout en bout en métro, même pour deux minutes de blagues.

Aujourd’hui, je crains qu’il faille multiplier ces chiffres par deux. Mon exigence prend des proportions très importantes. Que faire, alors ?

Comique, séduis-moi si tu peux ?

Comme le dirait un certain Johnny H. s’il était là, qu’on me donne l’envie d’avoir envie ! Oui, j’ose écrire ça. Mais pensez-y : les blagues, je les connais à 70 %. Je comprends que les nouveautés sont complexes à pondre pour un comique. En effet, on traverse tous le même moment désagréable. Si les nouveautés ne sont pas la panacée, alors il faut penser aux petites attentions. À ce qui vous fera oublier votre quotidien, comme si tout allait bien.

Ça peut être un spectacle qui commence à l’heure et qui dure le temps prévu. Une description précise de ce qui attend le public. En cela, le 30-30 de Joseph Roussin et Fred Cham était génial (même s’il commençait en retard, paradoxalement). C’était mal parti : entrée libre, aucune possibilité de réserver. Mais le jour J, le bar a tout fait pour faciliter la vie des gens motivés. Réservation obligatoire en message privé, réactivité sans faille, respect des consignes et ambiance plus que conviviale. La soirée reste à ce jour mon meilleur retour à la comédie.

Et pourtant, Dieu sait que j’ai décidé de me faire plaisir. Du Laugh Steady Crew par-ci, du Nadim et Adrien Montowski au Point Virgule par-là, et en dessert, un bon spectacle de Ghislain Blique à la Petite Loge.

La reprise comique en résumé

Le public sera compréhensif et bienveillant lors de son retour au théâtre. Cependant, comme il fera cet effort de soutien, il aura besoin de quelque chose de spécial en retour de la part des comiques. À vous de définir ce qu’il est en mesure d’attendre. Car plus que jamais, le public est roi.

[post_title] => Humour instantané - Retour comique et volte-face [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retour-comique-roussin-cham [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-05 20:21:14 [post_modified_gmt] => 2020-08-05 18:21:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008529 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 5619 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-26 12:23:43 [post_date_gmt] => 2019-01-26 11:23:43 [post_content] =>

Sophie Imbeaux joue à la Comédie des 3 Bornes Le monde merveilleux du colibri, une pièce de théâtre assez incroyable. Vous pouvez y assister les vendredis à 21h30 jusqu'en mai. Le spot du rire l'a découverte après quelques mois de jeu. J'en suis sortie subjuguée.

Flashback : ma rencontre avec Sophie Imbeaux

J'ai rencontré Sophie à Lyon, lors de Gerson fait son festival. A l'époque, elle jouait avec Alexandra Desloires la pièce Jeux de planches. Je n'y avais pas assisté par manque de temps, mais j'avais vu un extrait sur plusieurs plateaux. Energie à revendre, dévouement sur scène : j'ai noté leurs deux noms dans un coin de ma tête instinctivement.

Le premier contact s'est noué en coulisses, où j'avais affaire à deux professionnelles. Dans un festival d'humour, vous ne vous attendriez pas à cela... Elles m'ont même remis de la documentation, un dossier de presse sur Jeux de planches. S'il y a de nombreux humoristes que j'ai rencontrés une fois pour les oublier la seconde d'après, ces deux filles-là étaient à part.

Sophie Imbeaux dans Le monde merveilleux du colibri : une claque artistique

Vous pourriez facilement ignorer cette pièce, si vous ne faites pas attention. Or je vous encourage fortement à vous y ruer. Même moi, j'ai failli commettre cette erreur. Je devais la voir un samedi de décembre, mais les fermetures de métro liées aux gilets jaunes en ont décidé autrement. Le destin me jouait un nouveau tour, mais il fallait corriger le tir.

Le 25 janvier, fatiguée, avec l'envie d'aller à l'inauguration du plateau Comédie Paradiso, je coupe pourtant la poire en deux. Je fais d'abord un saut au plateau de Manu Bibard et d'Omar Dbb avant de me rendre à la Comédie des 3 Bornes.

Cette salle, à l'instar de la Petite Loge, m'a fait vivre de beaux moments artistiques. Dès les premiers mots de Sophie, je pense tout de suite à Marion Mezadorian et ses Pépites. J'y retrouve la même générosité, le même enthousiasme et surtout un vrai talent de comédienne sur une si petite scène. La naïveté du personnage de Clémentine me séduit d'emblée. Je m'identifie, je perçois sa folie et je vis un vrai moment de plaisir. Après quelques minutes, tout bascule.

Une symbiose entre mise en scène, jeu, texte, présence, etc.

Sophie Imbeaux ne se contente pas de jouer une pièce. Elle vous happe dans une véritable histoire. On est loin du storytelling touche-pipi qui fascine les stand-uppers. Là, c'est plus du talent d'écrivain à la Joël Dicker. Je n'ai pas lu ce type, mais voici comment une connaissance me l'a décrit :

D'habitude, je comprends tout de suite l'intrigue et je sais ce qui va se passer. Mais lui, il apporte des rebondissements que je n'avais pas vu venir, ce qui ne m'arrive jamais.

Les nombreux personnages n'ont rien à voir les uns les autres. Il faut pouvoir les imaginer, les coucher sur papier et les jouer. Avec tant de disparité, l'exercice devient une prouesse théâtrale. J'ai appris que Sophie enseigne le théâtre (ou a enseigné, c'est dans le dossier de presse que j'ai toujours avec moi plus d'un an après). Ses élèves doivent être ravis.

Autre surprise : la décontraction sur scène. Si je la connaissais mieux avant, je vous aurai dit que c'est normal, puisqu'elle a fait du théâtre d'improvisation. Lors d'un imprévu, elle jongle avec beaucoup de maîtrise avec les mots pour sortir la bonne réplique, avec l'air de ne pas y réfléchir.

La mise en scène de Patrice Soufflard, également, vaut le déplacement. Elle vaut même l'attente assez longue (exceptionnelle, peut-être ?) avant l'ouverture des portes. Les objets et costumes changent avec une fluidité impressionnante pour une représentation en petite salle. On s'attend à ce niveau dans des lieux beaucoup plus vastes, avec tout un staff pour faciliter la vie de l'artiste. Or Sophie tient son seul-en-scène d'une main de maître et tout s'enchaîne merveilleusement bien.

Une expérience de théâtre qui vous conquiert

Côté émotions, la palette est très étendue. L'univers passe du rire à l'émotion, voire au drame à certains moments. Ce n'est jamais dur à vivre, il règne comme une légèreté.

Lorsque je juge une prestation, la sincérité des comédiens et leur côté humain est une priorité. Je considère chaque heure de stand-up ou de théâtre avec ce filtre. Mon instinct me fait aimer ou ignorer un artiste en très peu de temps. Pour Sophie Imbeaux, le test est plus que positif. Pourtant, nous sommes quasiment des inconnues l'une pour l'autre... mais c'est comme si je la connaissais depuis toujours.

Cette générosité artistique me fait penser à d'autres comédiennes et humoristes passés par la Comédie des 3 Bornes. Je vous parlais de Marion Mezadorian, mais il y a aussi Salomé Partouche ou Antek. Le point commun de ces personnes ? Leur enthousiasme, leur positivité et, dans le cas de Salomé et de Sophie, la tendresse qu'elles expriment quand elles racontent la folie moderne. Alexandra Pizzagali a de la concurrence, et c'est tant mieux !

Depuis plusieurs années, une micro-guerre oppose le seul-en-scène au stand-up. Si vous écoutez des gens comme Shirley Souagnon, le théâtre, c'est un truc avec des perruques où l'on se prostitue pour la télé. Si l'on veut que le stand-up et le théâtre moderne prospèrent, il faut savoir séparer le bon grain de l'ivraie dans les deux genres. Car oui, ce sont des genres qui cohabiteront parfaitement bien lors des prochaines années. On fera les comptes, mais je vous parie que les spectateurs aimeront les deux - pourvu qu'ils soient bien exécutés. Une chose est sûre, Sophie Imbeaux sera encore dans le paysage. J'ai hâte de la voir effacer les pièces de théâtre avec Gad Elmaleh et Philippe Lellouche sur les affiches de Paris.

[post_title] => Sophie Imbeaux, magistrale dans Le monde merveilleux du colibri [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sophie-imbeaux-monde-merveilleux-colibri [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:57:04 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:57:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5619 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 5419 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-12-08 11:23:14 [post_date_gmt] => 2018-12-08 10:23:14 [post_content] =>

David Saada, comédien et humoriste, joue un spectacle atypique à la Comédie des 3 Bornes. Le spot du rire a pu assister à la performance de l’artiste et vous livre ses impressions !


La première fois que j’ai vu David Saada, c’était en première partie d’un jeune humoriste, Aymeric Carrez. Ça se passait au Théâtre de Ménilmontant, un lieu tristement connu pour commencer ses spectacles avec plus de trente minutes de retard. Autant vous dire que les conditions n’étaient pas réunies pour apprécier le moment.

Pourtant, j’en garde un bon souvenir. Forcément, un humoriste et prof d’EPS est naturellement plein d’énergie. Également, il amenait beaucoup de fraîcheur dans ses textes et sa présence sur scène. Test concluant, donc !

Quand Certe Mathurin interviewait David pour Ménilmontant

David Saada : rendez-vous à la Comédie des 3 Bornes

C’est dans un théâtre beaucoup plus familier que je le retrouve plus d’un an plus tard. Ce lieu, je l’aime bien. J’y ai rencontré Marion Mezadorian, j’ai vu le talent brut de Salomé Partouche s’exprimer pleinement… et la semaine précédente, je retrouvais Antek dans une prestation intimiste (PSG-Liverpool oblige) très appréciable. Cette fois-ci, les voyants étaient au vert.

Le spectacle de David, Une vie qui s’envole, a reçu plusieurs nominations aux P'tits Molières, fièrement arborées sur son flyer. Un seul-en-scène avec une écriture primée, voilà qui place la barre haut !

Une vie qui s’envole : une comédie dramatique exigeante

Autant vous le dire tout de suite : le quatrième mur est là. Dès le début, la mise en scène m’interpelle. Elle est très soignée. Il n’y a pas de flottement : tout est maitrisé de A à Z. Quelques éclats de rire fusent, puis se font de plus en plus rares. L'ambiance se transforme car la pièce est dramatique.

David Saada raconte sa vie à rebours. Il évoque des événements dramatiques de son existence, mais le fait avec une pudeur inhabituelle. François Rollin disait que le grand plaisir du spectateur est de parcourir le chemin lui-même, au lieu de recevoir les punchlines tout cru. De fait, j’étais un peu dépaysée, je me demandais si j’avais bien tout saisi.

David Saada, amoureux transi

C’est Louis Dubourg qui va être content : ce spectacle parle beaucoup d’amour. En prime, on ne désigne pas le sexe de quiconque. La difficulté à séduire, à conserver celle qu’on aime… Rien de nouveau, me direz-vous. Or, encore une fois, l’exécution est différente.

David Saada met beaucoup de poésie dans son œuvre, qu’il termine avec le mime de lui bébé qui arrive dans le monde des vivants. Oui, cela évoque Solange te parle, mais ça n’a rien à voir.

Verdict

Je m’attendais à quelque chose de plus drôle et moins dramatique. Si vous voulez un fou rire, vous ne l’obtiendrez pas. À l’inverse, vous serez gâtés en matière d’originalité. Ce spectacle est à voir, même si j'imaginais quelque chose d'autre. Encore une fois, cet avis est assez personnel : David Saada a reçu une standing ovation à l'issue de sa prestation. Si Télérama n’a pas encore critiqué ce spectacle, ils lui attribueront au moins deux T.

[post_title] => David Saada - Une vie qui s’envole : critique spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => david-saada-vie-envole-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2018-12-08 11:23:23 [post_modified_gmt] => 2018-12-08 10:23:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5419 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 2393 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-08-19 12:37:03 [post_date_gmt] => 2017-08-19 10:37:03 [post_content] => En août, le festival the Fringe célèbre sa 70e année à Edimbourg. Pour l'occasion, le spot du rire s'est déplacé en Ecosse pour vivre l'expérience de l'intérieur. Une rétrospective de l'Edinburgh Fringe Festival en deux volets, qui commence par les spectacles absurdes et plus théâtraux.

Edinburgh Fringe Festival : parenthèse humour express

Sur 3 jours, on loupe 99 % des spectacles proposés. Chaque pas passé dans une rue animée du festival vous fournit une forêt amazonienne de flyers. Vous finissez pas les jeter. Donc oui, au Fringe, on vous prévient tout de suite : il y a du déchet. Vous pouvez passer d'un spectacle formidable à une expérience longue dans une salle de spectacle plus ou moins miteuse. De nombreux spectacles renommés se déroulent dans des containers ou des boîtes de nuit mobilisées pour l'occasion. L'odeur de vomi vous promet de passer une petite heure en apnée. Pour équilibrer, ils convient de bons humoristes dans ces salles-là.

Un public bienveillant, moins exigeant qu'en France

Autant le dire tout net : le Fringe, ça casse pas trois pattes à un canard. Je vous rassure, ce n'est que mon opinion personnelle. Car le public du Fringe rit de bon cœur et est moins exigeant que le public français.

L'absurde : mi-figue, mi-raisin

Le spot du rire a programmé 2 spectacles absurdes. Le premier spectacle est signé Paul Currie. Cats in my mouth est une véritable folie. Il a le côté dégueulasse de l'absurde à la sauce British : c'est especially shocking, ça part dans tous les sens, ça jette de la nourriture sur le public... et les volontaires - non-volontaires - qui montent sur scène se font bizuter. Je ne m'y attendais pas, car j'ai découvert Paul Currie par ce biais. Je me suis dit que cela ressemblait à ça. Mais en fait, Paul Currie, ça ressemble surtout au contenu de la vidéo ci-dessous. Imaginez juste des sous-vêtements qui ne sont pas propres à la place et un peu moins de vêtements. Le premier volontaire se retrouve à terre, devant tenir une plante verte pendant que Paul Currie lui apporte une bière et le fait boire sur scène de force. Très sympa. Le deuxième termine sans pantalon (c'est un truc qui les obsède, là-bas, en 5 ou 6 spectacles j'ai vu ça deux fois) et fini en combat de sumo avec l'artiste, sans le côté sumo. C'est objectivement très bien, et fou, mais le spot du rire est actuellement en psychothérapie pour se remettre de cette aventure. Heureusement que le bizutage m'a épargnée. Le deuxième spectacle semblait plus prometteur : il s'appelait Hello Humans. Donc a priori, on a affaire à un mec perché. En réalité, le spectacle de Jay Cowle n'a rien d'absurde. Dire qu'on aime porter des pyjamas n'est pas très subversif. En réalité, la performance correspond à du stand-up plus ou moins réussi. On ne passe pas un mauvais moment, mais on se dit que toutes les acclamations de la critique qui nous ont fait venir jusqu'ici sont un peu fort de café. Peut mieux faire, donc.

Sketch comedy : les mises en situation à l'honneur

Ne pas confondre les sketches, comme on les entend à la française, et le genre appelé sketch comedy. Cela ressemble plus à du théâtre de troupe, un peu comme ce que fait l'Exercice (que l'on vous conseille vivement !). L'interaction avec le public est donc minimaliste, les situations complètement extirpées du réel. Avec des gens comme la troupe du Laughing Stock, on assiste davantage à une prouesse artistique qu'à un moment d'humour. Mais ce n'est pas ce que le public est venu chercher : le Fringe, c'est un festival généraliste où l'on trouve de tout. La complicité entre les membres de chaque troupe se ressent, c'est vraiment leur meilleur atout. Mais le sketch comedy peut se jouer seul. C'est ce qu'a réalisé Briony Redman, qu'Els - Lost in France avait déjà vu et a recommandé au spot du rire. Bon, j'avais déjà pris les billets, je partais donc confiante. Theory of Positivity est un titre qui n'a que peu d'écho dans la performance finale. L'idée est de mêler 3 scénarios de films, avant de se rendre compte que les histoires sont reliées. Le public est participatif, cette fois, et chaque membre capable de répondre correctement aux questions posées gagne un Twix. Pour un public étranger ou peu accoutumé à la culture anglo-saxonne, le spectacle est assez difficile d'accès. J'imagine qu'avec les références, on trouve tout de suite cela plus drôle. Briony incarne en tous les cas tous ses personnages avec beaucoup d'énergie, une énergie communicative.

Et le stand-up ?

Le stand-up au Fringe, c'est une réussite. On en reparle plus tard dans le deuxième volet de la rétrospective du Fringe par le spot du rire ! [post_title] => Edinburgh Fringe Festival : un festival d'humour varié [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => edinburgh-fringe-festival [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:17:17 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:17:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2393 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 8 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011148 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-08-23 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-08-23 06:00:00 [post_content] =>

Cet été, le Théâtre Boulimie à Lausanne accueillait la pièce Les gens meurent. Après le succès de la série Bon ben voilà, la même bande d’humoristes suisses ravit à nouveau le public. Exit les sketches qui rappellent l’humour pointu des Nuls : la pièce est une réussite à la fois théâtrale, comique et dramatique. Retour sur la dernière avec Valérie Paccaud, Julien Doquin de Saint Preux, Yacine Nemra, Blaise Bersinger et Yann Marguet.

Les gens meurent : une pièce sur la mort, sans la lourdeur du deuil

Voir une pièce de théâtre sur la mort ne me tente pas, d’ordinaire. Comme beaucoup, j’imagine, j’ai fait confiance au club des 5. Pour tout vous dire, il existe deux scènes comiques suisses. Les artistes les plus en vue sont des génies de l’écriture et des encyclopédies comiques. Leur métier, ils savent le faire, et bien, en plus. Leur éthique de travail et leur capacité à mener de nombreux projets drôles de front sont bluffantes.

Plutôt que de parler de deuil, Les gens meurent est une sorte de sas entre la vie et la mort. Dès qu’une personne meurt, elle se retrouve dans cette pièce et doit passer le cap. Cinq parcours de vie distincts cohabitent le temps d’une heure et demie qu’on ne voit pas passer. L’intrigue, soignée, regorge de surprises que je ne vous dévoilerai pas, car elles valent le détour…

Yacine Nemra et Julien Doquin de Saint Preux se révèlent… mais pas seulement

Retrouver cette bande iconique a été un réel plaisir, d’autant plus qu’ils osaient le contre-emploi ou la prise de risque. Yacine Nemra, plutôt à l’aise dans l’improvisation, assurait quasiment le leadership de la pièce. Son enthousiasme sur scène se révélait très rafraîchissant et faisait oublier le côté lugubre de la mort.

Autre révélation : Julien Doquin de Saint Preux. Chroniqueur dans les Bras Cassés comme Blaise et Yacine, il se révèle dans un jeu d’acteur à couper le souffle. Il alterne avec une aisance remarquable entre la pitrerie pipi-caca et l’émotion brute. Je suis certaine qu’il a fait couler beaucoup de larmes d’émotion tant sa partition était juste.

La troupe de la pièce Les gens meurent au Théâtre Boulimie

Blaise Bersinger démontre sa capacité à interpréter des personnages touchants, non sans dénoncer leurs travers. Ainsi, son personnage de vieillard misogyne ancré dans une autre époque est peint avec beaucoup de tendresse. Il s’offre même des passages absurdes, que les fidèles de ses gags téléphoniques apprécieront à coup sûr.

Valérie Paccaud joue le rôle d’une femme ambitieuse et manie la colère avec beaucoup de grâce. Son aversion pour les enfants dans la pièce a naturellement parlé à la mienne… Mais la réduire à cela, c’est passer à côté de l’évolution de son personnage. On y devine une générosité enfouie et une sacrée envie de se marrer.

Enfin, Yann Marguet est un peu à part. Il est sans doute le plus dans le déni dans sa manière de contourner la mort. Pour vous donner quelques billes sans tout vous dévoiler, c’est le genre de type qui aime bien les projets d’immortalité de la Silicon Valley… Si vous voyez cette pièce, vous adorerez la mise en scène de son trépas. Elle joue sur des longueurs jouissives qui vous tiendront en haleine.

Une belle réunion d’univers où chacun contribue au succès de la pièce Les gens meurent

À mon sens, la troupe de la pièce Les gens meurent est décidément capable faire rire avec tous les sujets, tous les formats… et de laisser libre cours à l’univers de chacun. Certes, on se tend à chaque reconstitution de ces 5 morts qui ont toutes leur part d’improbable. Et c’est dans l’improbable que la légèreté de la pièce ressort le plus. Le dosage est très fin entre les moments d’humour léger et d’instants poignants.

Autre part essentielle du succès de la pièce : la mise en scène de Tiphanie Bovay-Klameth. De l’aveu même des acteurs, elle a grandement contribué à ce niveau de qualité. On parle bien trop peu de ces regards extérieurs qui font vivre les pièces, mêmes celles sur la mort. Alors quand les acclamations sont unanimes, on savoure encore plus leur apport. J’ai également une pensée pour l’ambiance sonore très soignée et toujours inspirée de Charlotte Fernandez.

Les gens meurent était une réussite attendue, mais il fallait trouver les bons filons pour offrir ce beau résultat au public. L’équivalent de la France en football, mais qui ne manque pas sa cible. Je sais, cette analogie fera souffrir nombre de supporters français. Mais à y regarder de plus près, elle décrit bien la situation. La pression de délivrer le même niveau de qualité quand tout le monde vous attend… Mais aussi quand vous êtes la locomotive d’une scène locale restreinte et en quête de repères comiques… Rien n’était acquis et il était quasiment obligatoire de triompher.

Moralité : avant le trépas, profitons un maximum des réussites artistiques comme Les gens meurent. Il est bien trop commun de prendre pour acquis cette qualité, alors qu’à chaque fois, les artistes se démènent pour faire naître de nouveaux projets toujours aussi comiques. Jusqu’au prochain volet ? Avant cela, fort de ces 3 premières semaines fructueuses, la troupe prépare une tournée. Voilà qui devrait continuer à ravir le public !

[post_title] => Après avoir vu Les gens meurent, peut-on mourir tranquille ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => les-gens-meurent-boulimie-critique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-23 09:51:32 [post_modified_gmt] => 2021-08-23 07:51:32 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011148 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 8 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 0fc7ea807c16abdbc23b0bfea06a1f92 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

théâtre

Les gens meurent : affiche de la pièce au Théâtre Boulimie (Lausanne)

Après avoir vu Les gens meurent, peut-on mourir tranquille ?

Auditions à l’Académie d’Humour : photo de groupe des intervenants

Coulisses - Des auditions, ça se passe comment ?

Florent Peyre : affiche du spectacle Nature au Théâtre Trévise

Florent Peyre dans Nature : trop brut de décoffrage ?

La troupe de la pièce Les gens meurent au Théâtre Boulimie

Lettre à Lausanne et à son humour de qualité

Reprise comique : Joseph Roussin et Fred Cham, affiche de leur premier 30-30 après la Covid-19

Humour instantané - Retour comique et volte-face

Sophie Imbeaux dans Le monde merveilleux du colibri

Sophie Imbeaux, magistrale dans Le monde merveilleux du colibri

David Saada dans Une vie qui s'envole : notre critique du spectacle

David Saada - Une vie qui s’envole : critique spectacle

Edinburgh Free Festival : le festival d'humour et de spectacles à Edimbourg

Edinburgh Fringe Festival : un festival d'humour varié