Publications liées au mot-clé : Julien Doquin de Saint Preux

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => julien-doquin-de-saint-preux
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 738
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => julien-doquin-de-saint-preux
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 738
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => julien-doquin-de-saint-preux
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 738
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => julien-doquin-de-saint-preux
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 738
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 738
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 738
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => julien-doquin-de-saint-preux
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 738
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (738) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (738) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (738)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011494
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-10-04 19:40:00
                    [post_date_gmt] => 2021-10-04 17:40:00
                    [post_content] => 

Les festivals d’humour se suivent et ne se ressemblent pas. Une semaine après le festival Paris Paradis, qui regroupait des têtes d’affiche du stand-up francophone, Lausanne rivalisait avec la ville lumière. Au D! Club, le Couleur 3 Comedy Club a pris ses quartiers le temps d’un week-end de 3 jours. Outre les plateaux d’humour regroupant des têtes locales et des têtes d’affiche, deux scènes attiraient particulièrement mon attention.

Samedi et dimanche, une grande partie de la bande des Bras Cassés a réalisé sa première scène. Oubliez tout ce que vous savez sur les premières scènes : celle-ci ne ressemblait à aucune autre. D’une part, leur première scène faisait l’objet d’une captation. Cela veut dire qu’en cas de bide, des caméras immortaliseraient cette douloureuse expérience.

Couleur 3 Comedy Club : une première scène des Bras Cassés sous la houlette d’un metteur en scène émérite, Étienne de Balasy

Mais pour ne pas bider face à un parterre d’auditeurs fidèles, la bande radiophonique a pris ses dispositions. Chaque artiste pouvait faire appel à l’expertise d’Étienne de Balasy. Si vous ne le connaissez pas, c’est un metteur en scène très en vue… Et également l’auteur d’un guide pour les nouveaux humoristes. Pour rappel, ça s’appelle Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show !!! et vous pouvez en lire notre critique sur le blog. Cette figure locale bien implantée a également mis en scène le prestigieux Montreux Comedy Club.

Vous vous dites sûrement : mais comment puis-je profiter de l’expertise d’un homme qui transforme les premières scènes en moments d’anthologie ? Vous avez de la chance : il a adapté la partie historique son livre en spectacle à la Nouvelle Seine (Paris). Notez donc l’une de ces deux dates : les dimanches 7 novembre et 5 décembre à 17 heures.

Quasiment tous les Bras Cassés conviés à la fête ont profité de son expertise. Victoria Turrian, adepte de la chronique et usant habilement de sa voix suave, a préféré miser sur son verbe chaleureux. Stéphane Laurenceau a préféré miser sur Yann Marguet, un autre humoriste de la scène locale.

Couleur 3 Comedy Club : un show survolté dans un cadre idyllique

Le Couleur 3 Comedy Club, c’est un peu cet événement où les planètes s’alignent. Habituellement, les plateaux d’humour regroupent une brochette d’artistes. Il en faut pour tous les goûts ; par conséquent vous allez picorer certains artistes et en délaisser d’autres.

Là, quand vous avez accès à une bande dirigée par la talentueuse Valérie Paccaud, tout diffère. Le tout est plus homogène, tous vivent une expérience unique avec beaucoup de stress. Un stress galvanisant, visiblement, puisqu’il les a portés vers des très belles prestations. Certains se distinguaient tout particulièrement, comme le réalisateur et chroniqueur Paul Walther.

Une plume hyper créative et une bonne dose d’absurde amenaient à Paul Walther à survoler son sujet. Yacine Nemra, vainqueur net à l’applaudimètre, profitait d’un public qui lui lançait des rires qui sonnaient comme des « je t’aime ».

Valérie Paccaud, maîtresse de cérémonie d’exception

J’ignore si le dépaysement me faisait planer, mais je passais l’une des meilleures après-midis de ma vie. Car oui : le festival avait lieu dès 16h30. À l’heure du goûter, c’est l’irrésistible et charismatique Valérie Paccaud qui ouvrait la soirée.

Habituée à pondre plusieurs chroniques par semaine et des émissions de deux heures hilarantes, l’animatrice au rire célèbre était touchante et en pleine maîtrise dans cet exercice inédit. Évidemment, elle a évoqué son rire légendaire et a matérialisé son univers comme à son habitude.

Un ADN comique, un style palpable et des prestations de haut vol

Car le succès de chaque prestation tenait à cela : des univers et des personnalités marquants. Laura Chaignat et ses origines jurassiennes, Yannick Neveu et son ode à la curiosité… Mais aussi Philippe Battaglia et Victoria Turrian, dont l’élégance et le charisme étaient intacts.

Même sur des sujets tellement poncés qu’ils sont défigurés, les Bras Cassés parvenaient à faire preuve d’originalité. Yacine Nemra parvenait ainsi à surprendre en parlant de Tinder. On retrouvait l’absurde de ses chroniques « Le saviez-vous ? ». Pour ceux qui ne les connaissent pas, c’est une série d’anecdotes absolument fausses (et de surcroît hilarantes). Comme à son habitude à l’antenne, Yacine Nemra peinait à réfréner des rires pendant son passage. Le genre de détails qu’on pardonnera toujours aux grands enfants turbulents mais attachants comme lui.

Avec un public enthousiaste face à la prise de risque de la bande, le spectacle était tout simplement génial. Ce type d’ambiance, vous pourriez le retrouver chez Yacine Belhousse, dans les soirées « Premières fois ». Le principe, pour rappel : des artistes de renom viennent jouer pour la première fois quelque chose de 100 % nouveau. Là encore, la prise de risque force le respect et tout se passe mieux qu’à l’accoutumée…

Un passage express à Lausanne qui valait le coup

Quelques heures après ce baptême du feu, Blaise Bersinger animait un plateau d’humour avec Cinzia Cattaneo, Alexandre Kominek, Charles Nouveau et Nathanaël Rochat. Cinzia est l’un des nouveaux visages de l’humour suisse romand et elle continue de progresser à l’antenne comme sur scène. Revoir Alexandre Kominek et Charles Nouveau, inséparable duo des soirées Fifty Fifty, était forcément agréable. Malgré un écueil dont je ne peux plus me passer : je connais la majorité de leurs passages…

Ce n’était pas le cas pour Nathanaël Rochat. Le taulier et précurseur du stand-up suisse est un mélange de Droopy, le pilote de F1 Kimi Räikkönen et Ghislain Blique. On ne sait pas s’il en a encore quelque chose à foutre, mais il retourne sans aucune difficulté le public qui lui fait face ! Tristan Lucas, également dans la salle, n’était pas d’accord avec moi quand je lui disais qu’il était un Ghislain puissance mille.

Mais moi, je n’en démords pas. Moralité : Ghislain Blique a le pouvoir de devenir une icône comique si le public le rencontre en nombre. Avis aux producteurs : pariez sur lui. En plus, comme il le confiait récemment dans son podcast « Comique ! », il se donne pour avoir une place sur l’échiquier humoristique…

Un dernier mot

J’ignore ce qui rend cette scène suisse aussi attractive à mes yeux. J’ai bien sûr une piste : la neutralité et l’envie de creuser les sujets avant de s’exprimer. Une autre caractéristique locale, c’est le faible nombre d’artistes. Leur exposition permanente les pousse à toujours donner le meilleur d’eux-mêmes. Ils sont régulièrement sans filet, exposés au public. L’ambiance familiale éclipse sans doute la concurrence qui, entre les lignes, existe peut-être… Mais on ne la sent pas aussi palpable, comme Renaud de Vargas l’expliquait dans son interview.

Une autre motivation qui me pousse à parler d‘eux, c’est leur faible exposition. Même s’ils font partie des meubles de l’audiovisuel public, on ne se bouscule pas au portillon pour leur donner une tribune. C’est peut-être ce temps davantage passé à créer plutôt qu’à faire tourner la machine médiatique qui les rend spéciaux… Ou le dépaysement dû à la beauté des paysages. Ou encore leur rareté ? Quelle que soit la recette, le repas est délicieux. Que cela continue ainsi, et je reviendrai encore et encore…

Je n’ai pas cité tout le monde, mais sachez que de Valérie Paccaud à l’improvisatrice Donatienne Amann, tous valaient le détour. Citons également Julien Doquin de Saint Preux, Stéphane Laurenceau et Robin Chessex, tous trois très précis dans leur écriture et leur interprétation. En somme, le pari de Couleur 3 et du théâtre Boulimie, qu’on a visité en août, est donc réussi ! Le festival était mémorable, j’espère ne jamais oublier ces moments.

Crédits photo

© Kenza Wadimoff

[post_title] => Couleur 3 Comedy Club : retour sur la 1re scène des Bras Cassés [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => couleur3-comedy-club-bras-casses-scene [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-10-05 15:20:04 [post_modified_gmt] => 2021-10-05 13:20:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011494 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011371 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-29 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-09-29 06:00:00 [post_content] =>

Julien Doquin de Saint Preux est l’un des visages de l’humour suisse romand. Cet ancien parisien s’est installé en Suisse. Là-bas, les auditeurs et amateurs de théâtre peuvent aller à sa rencontre. En plein focus suisse, vous n’êtes sans doute pas étonné de voir cet artiste choisi comme découverte. Pour autant, je vous garantis que cet humoriste va vous ravir…

Julien Doquin de Saint Preux : auteur, comédien, animateur, scénariste…

Comme ses acolytes Blaise Bersinger ou Yacine Nemra, notre découverte du mois est à l’aise sur de nombreux tableaux. Rien d’étonnant pour un couteau suisse, me direz-vous (promis, ce sera le seul jeu de mot de l’article). Je l’ai d’abord découvert comme chroniqueur dans les Bras Cassés.

Cependant, je l’ai pleinement rencontré bien plus tard, cet été. C’était la dernière de la pièce Les gens meurent et son jeu impeccable m’a impressionnée. Quand un auteur émérite est aussi touchant qu’une comédienne comme Marion Mezadorian dans Pépites, cela vous transporte instantanément.

Formé pendant 2 ans à l’Atelier de l’acteur à Paris, Julien Doquin de Saint Preux a donc fait bon usage de ces bases et de sa longue expérience en télévision, radio, etc. Une expérience qui lui a permis d’asseoir sa légitimité et d’accumuler une expérience colossale en comédie.

Un artiste et chroniqueur adoubé par ses pairs

De l’aveu de ceux qui travaillent avec lui, cet artiste n’est en effet pas à négliger. Lors de notre rencontre cet été, l’animatrice des Bras Cassés Valérie Paccaud s’est répandue en éloges.

Julien, c’est vraiment mon binôme : on s’est vraiment trouvé dans l’écriture. On a animé pendant 3 ans, 5 jours par semaine, l’émission One-Two. On enchaînait les sketches 3 heures durant. Ça forge une amitié et un respect mutuel professionnel. On a aussi écrit des webséries ensemble : Plectre, Pantoufles et la dernière en date, Bon ben voilà. Il est constant : quoi qu’il fasse, ce sera carré. Ce que j’aime chez lui, c’est il n’y a jamais d’à peu près. C’est un perfectionniste, qui se remet toujours en question.

— Valérie Paccaud
Au hasard 1 : l’un des innombrables instants de comédie avec Julien Doquin de Saint Preux et Valérie Paccaud

Entre ces deux-là, en effet, toutes les occasions sont bonnes pour produire de la comédie. Qu’elle soit minimaliste ou sophistiquée, elle les réunit dans tous les registres et ça marche. Vous vous demandez ce que j’entends par minimaliste ? Jugez plutôt avec la séquence ci-dessous sur la météo, extraite de la websérie Coulisses de la 3.

Au hasard 2 : l’un des innombrables instants de comédie avec Julien Doquin de Saint Preux et Valérie Paccaud

Comique prolifique, Julien Doquin de Saint Preux gagne donc à être connu. Il a toute sa place dans la grande famille des découvertes humour, même s’il n’en est plus à son galop d’essai. Encore faut-il savoir où trouver tous ses faits d’armes… Je vous donne la saucisse, à vous de jouer au chien sur les internets !

Crédits photo

© Théâtre Boulimie

[post_title] => La découverte du mois - Septembre 2021 - Julien Doquin de Saint Preux [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-julien-doquin-saint-preux [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-11 15:44:05 [post_modified_gmt] => 2021-09-11 13:44:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011371 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1011148 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-08-23 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-08-23 06:00:00 [post_content] =>

Cet été, le Théâtre Boulimie à Lausanne accueillait la pièce Les gens meurent. Après le succès de la série Bon ben voilà, la même bande d’humoristes suisses ravit à nouveau le public. Exit les sketches qui rappellent l’humour pointu des Nuls : la pièce est une réussite à la fois théâtrale, comique et dramatique. Retour sur la dernière avec Valérie Paccaud, Julien Doquin de Saint Preux, Yacine Nemra, Blaise Bersinger et Yann Marguet.

Les gens meurent : une pièce sur la mort, sans la lourdeur du deuil

Voir une pièce de théâtre sur la mort ne me tente pas, d’ordinaire. Comme beaucoup, j’imagine, j’ai fait confiance au club des 5. Pour tout vous dire, il existe deux scènes comiques suisses. Les artistes les plus en vue sont des génies de l’écriture et des encyclopédies comiques. Leur métier, ils savent le faire, et bien, en plus. Leur éthique de travail et leur capacité à mener de nombreux projets drôles de front sont bluffantes.

Plutôt que de parler de deuil, Les gens meurent est une sorte de sas entre la vie et la mort. Dès qu’une personne meurt, elle se retrouve dans cette pièce et doit passer le cap. Cinq parcours de vie distincts cohabitent le temps d’une heure et demie qu’on ne voit pas passer. L’intrigue, soignée, regorge de surprises que je ne vous dévoilerai pas, car elles valent le détour…

Yacine Nemra et Julien Doquin de Saint Preux se révèlent… mais pas seulement

Retrouver cette bande iconique a été un réel plaisir, d’autant plus qu’ils osaient le contre-emploi ou la prise de risque. Yacine Nemra, plutôt à l’aise dans l’improvisation, assurait quasiment le leadership de la pièce. Son enthousiasme sur scène se révélait très rafraîchissant et faisait oublier le côté lugubre de la mort.

Autre révélation : Julien Doquin de Saint Preux. Chroniqueur dans les Bras Cassés comme Blaise et Yacine, il se révèle dans un jeu d’acteur à couper le souffle. Il alterne avec une aisance remarquable entre la pitrerie pipi-caca et l’émotion brute. Je suis certaine qu’il a fait couler beaucoup de larmes d’émotion tant sa partition était juste.

La troupe de la pièce Les gens meurent au Théâtre Boulimie

Blaise Bersinger démontre sa capacité à interpréter des personnages touchants, non sans dénoncer leurs travers. Ainsi, son personnage de vieillard misogyne ancré dans une autre époque est peint avec beaucoup de tendresse. Il s’offre même des passages absurdes, que les fidèles de ses gags téléphoniques apprécieront à coup sûr.

Valérie Paccaud joue le rôle d’une femme ambitieuse et manie la colère avec beaucoup de grâce. Son aversion pour les enfants dans la pièce a naturellement parlé à la mienne… Mais la réduire à cela, c’est passer à côté de l’évolution de son personnage. On y devine une générosité enfouie et une sacrée envie de se marrer.

Enfin, Yann Marguet est un peu à part. Il est sans doute le plus dans le déni dans sa manière de contourner la mort. Pour vous donner quelques billes sans tout vous dévoiler, c’est le genre de type qui aime bien les projets d’immortalité de la Silicon Valley… Si vous voyez cette pièce, vous adorerez la mise en scène de son trépas. Elle joue sur des longueurs jouissives qui vous tiendront en haleine.

Une belle réunion d’univers où chacun contribue au succès de la pièce Les gens meurent

À mon sens, la troupe de la pièce Les gens meurent est décidément capable faire rire avec tous les sujets, tous les formats… et de laisser libre cours à l’univers de chacun. Certes, on se tend à chaque reconstitution de ces 5 morts qui ont toutes leur part d’improbable. Et c’est dans l’improbable que la légèreté de la pièce ressort le plus. Le dosage est très fin entre les moments d’humour léger et d’instants poignants.

Autre part essentielle du succès de la pièce : la mise en scène de Tiphanie Bovay-Klameth. De l’aveu même des acteurs, elle a grandement contribué à ce niveau de qualité. On parle bien trop peu de ces regards extérieurs qui font vivre les pièces, mêmes celles sur la mort. Alors quand les acclamations sont unanimes, on savoure encore plus leur apport. J’ai également une pensée pour l’ambiance sonore très soignée et toujours inspirée de Charlotte Fernandez.

Les gens meurent était une réussite attendue, mais il fallait trouver les bons filons pour offrir ce beau résultat au public. L’équivalent de la France en football, mais qui ne manque pas sa cible. Je sais, cette analogie fera souffrir nombre de supporters français. Mais à y regarder de plus près, elle décrit bien la situation. La pression de délivrer le même niveau de qualité quand tout le monde vous attend… Mais aussi quand vous êtes la locomotive d’une scène locale restreinte et en quête de repères comiques… Rien n’était acquis et il était quasiment obligatoire de triompher.

Moralité : avant le trépas, profitons un maximum des réussites artistiques comme Les gens meurent. Il est bien trop commun de prendre pour acquis cette qualité, alors qu’à chaque fois, les artistes se démènent pour faire naître de nouveaux projets toujours aussi comiques. Jusqu’au prochain volet ? Avant cela, fort de ces 3 premières semaines fructueuses, la troupe prépare une tournée. Voilà qui devrait continuer à ravir le public !

[post_title] => Après avoir vu Les gens meurent, peut-on mourir tranquille ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => les-gens-meurent-boulimie-critique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-23 09:51:32 [post_modified_gmt] => 2021-08-23 07:51:32 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011148 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1008793 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-10 18:29:00 [post_date_gmt] => 2020-09-10 16:29:00 [post_content] =>

Lausanne est une ville où la culture, la vraie, prospère. Malheureusement, cela pourrait devenir compliqué de s’y rendre. De fait, la ville rivalise d’ingéniosité pour nous attirer en son sein. Devrons-nous y renoncer, alors que l’envie de revenir nous transcende ? Dans l’attente d’une réponse, je voulais lui adresser une lettre pleine d’espoir pour l’avenir.


Chère ville de Lausanne,

À toi qui me fais de l’œil via tes artistes talentueux et tes œuvres artistiques d’exception, je voulais t’écrire aujourd’hui. Je t’ai visitée si furtivement le printemps dernier. Je te connaissais à peine, tout est allé trop vite. Maintenant, alors que j’ai envie de revenir, les frontières semblent se refermer petit à petit.

Bien sûr, Paris rayonne et grouille de comédiens. Si je n’y étais pas, je serais certainement très frustrée. Mais toi, tu offres peut-être le meilleur endroit pour oublier cette absence d’opulence.

Nouveau Comedy Club à Lausanne, programmation prometteuse au Théâtre Boulimie

À toi qui as transformé ta scène ouverte en comedy club (le Comedy Club 13), je voulais te remercier pour tout ce que tu offres. Ta revue a mis à l’amende Genève, apparemment. Blaise Bersinger, encore lui, est venu redistribuer les cartes. Quelques jeunes humoristes d’ici ont appris à connaître son travail par mon biais, mais j’aurais tant voulu t’en donner plus.

Car j’aimerais me donner toute entière à ton éclectisme et ta force de proposition artistique. Les pièces que tu inventes d’année en année me font de l’œil. Alors en mars 2021, j’aurai 30 ans et je rêve déjà du Théâtre Boulimie. Je rêve de voir la pièce Les gens meurent et son 5 de légende. Tu réunis pour le public Julien Doquin de Saint Preux, Yann Marguet, Blaise Bersinger, Valérie Paccaud et Yacine Nemra. À la vue de ce casting, je suis prise d’un vertige.

Je te l’ai dit, je suis passée en coup de vent la dernière fois, embarrassée de ne pas pouvoir me livrer pleinement à toi. Je n’étais pas prête, je me suis précipitée. On est nombreux à commettre une telle erreur. On ne se renseigne pas assez, on ne prend pas le temps.

« À bientôt de te revoir », Lausanne ?

Alors Lausanne, j’espère te revoir bientôt. Cette fois-ci, je m’y prendrai plus tôt pour ne pas louper le coche au Théâtre Boulimie. J’irai découvrir ce nouveau comedy club, essayant de m’y rendre plutôt deux fois qu’une. Si la sécurité de la RTS ne m’inflige pas une injonction d’éloignement face à mon enthousiasme débordant pour Les bras cassés, peut-être que je ferai un saut.

Or tu sais comment c’est : on n’ose pas trop s’approcher, alors on fait comme si ça ne comptait pas (alors que c’est ce qu’on désire le plus ardemment). Résultat : on a failli louper le tournage de Mauvaise langue… Mais l’un des techniciens de la RTS nous a sauvé la mise, et même de loin, on a apprécié le spectacle. Même si Blaise Bersinger a dû traverser la France entière pour revenir ce soir-là.

Le destin nous a réunis en 2019 malgré les obstacles nombreux qui s’étaient dressés face à nous. J’espère qu’en 2021, on pourra se retrouver. D’ici là, je te souhaite de continuer à remplir le Théâtre Boulimie, d’habituer le public lausannois au plaisir des plateaux d’humour hebdomadaires et de continuer à diffuser du bonheur sur les ondes.

Merci pour tout et à très vite,

Juliette du Spot du rire

Lieux et pièces cités


Théâtre Boulimie - Les gens meurent

La mort, c’est rigolo sauf quand ça nous concerne nous, ou un proche, ou quelqu’un qu’on aime bien, ou une célébrité qu’on admire, ou quand ça touche un proche d’un ami, ou un parent, ou un animal de compagnie, ou un enfant, ou un agneau dans son assiette, ou quand ça survient dans un film, ou quand c’est dans les livres d’histoire, ou quand c’est un accident vachement glauque, ou quand ça concerne un collègue de travail, une personne avec qui on a rendez-vous, un petit hérisson sur la route … mais à part ça, c’est rigolo non ?

Et même si vous n’êtes pas d’accord, vous allez mourir après ce spectacle, peut être même avant. Mais s’il vous plaît pas pendant.

Collaboration artistique : Thiphanie Bovay-Klameth

Quand ? Du 20 juillet au 8 août 2021 (reporté car prévu initialement en mars 2021), les mardis, mercredis et jeudis à 19h, les vendredis et samedis à 20h. Réservez dès maintenant, on est sur un théâtre réputé qui va vite se remplir…


Comedy Club 13

 Le Comedy Club 13 a pour mission de fournir aux humoristes une plateforme de travail et de développement, indépendamment de leur niveau et expérience. D’autre part, nous visons à développer l’humour en Suisse romande et en francophonie de manière plus large.

Trois rendez-vous stand-up

Des soirées rodage les jeudis à 20h, les scènes ouvertes les vendredis à 19h30 et 21h… et les spectacles en showcase les samedis à 20h ! Retrouvez la programmation complète sur le site du Comedy Club 13.

[post_title] => Lettre à Lausanne et à son humour de qualité [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lausanne-culture-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-16 16:50:18 [post_modified_gmt] => 2021-02-16 15:50:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008793 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 10229 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-14 08:28:00 [post_date_gmt] => 2020-05-14 06:28:00 [post_content] =>

Je vous avais promis une découverte humour en bonus, la voici : Valérie Paccaud. Son nom ne vous dit peut-être rien, alors préparez-vous à faire la connaissance d’une pointure de l’audiovisuel suisse !

À la question : « Qui vous fait le plus rire ? », je sèche parfois. Depuis que Jean-Philippe de Tinguy a disparu des écrans radars, il me semble encore irremplaçable. Fort heureusement, je n’ai pas perdu la capacité de rire ou de développer des passions pour des artistes. Désormais, quand on me posera la question, un nom me viendra en tête : Valérie Paccaud.

La personne que je vais vous présenter n’est pas vraiment une comique, mais une figure célèbre de la radio suisse-romande. Oui, encore cette radio étrangère dont je vous parle tant. Que voulez-vous ? Tout me plaît dans cette station Couleur 3, qui figure dans mon palmarès de l’année 2019. Je ne vais pas me priver quand le talent et la passion sont réunis, tout de même !

Alors, cette Valérie Paccaud, qu’a-t-elle de si spécial ?

Un rire, déjà, sa marque de fabrique ! Elle n’a pas voulu le censurer à l’antenne, et il résonne plusieurs fois par émission dans Les bras cassés. C’est le témoignage d’un sens de l’humour qu’elle sait aussi bien recevoir que délivrer. Exemple d’un cas récent avec Samuel Vuillermoz qui a provoqué l’hilarité générale :

La polyvalence, aussi. Celle qu’on retrouve chez les gens qui apprennent leur métier avec les moyens du bord. Elle peut plancher sur des web-séries avec Julien Doquin de Saint Preux notamment, jouer face caméra, écrire des chroniques (4 par semaine !) et assurer une émission de 2 heures avec des jeux et concepts qui se renouvellent fréquemment…

Interviewer des personnalités, aussi, et surtout détecter des talents. Valérie Paccaud, c’est celle qui a fait entrer de nombreux humoristes dans le paysage audiovisuel suisse-romand. C’est un peu ce que fait France Inter, mais autour d’un format plus décontracté où les découvertes musicales remplacent les monuments de culture à connaître pour être à la page. Tiens, en parlant de monuments de culture, voici une archive d’interview avec Éric et Ramzy qui a fait mon bonheur :

En bref

Valérie Paccaud, c’est l’archétype d’un talent brillant, fort d’une longue expérience qui n’a pas atteint son envie de faire rire. Un talent, aussi, qui ne cherche pas à tirer la couverture sur soi. En effet, il est difficile de trouver des informations sur elle au-delà de ses émissions (ou du témoignage de Bruno Peki recueilli par votre serviteur).

Pour vous dire, c’est sur le site internet d’une enseigne de supermarché qu’on découvre l’un des entretiens les plus intéressants suivi d’une biographie pour mieux comprendre son parcours. Le mieux reste donc de découvrir son art au quotidien plutôt que de chercher à savoir qui se cache derrière cette voix !

Les Bras Cassés : une chanson de Yacine Nemra pour vous faire patienter avant la nouvelle saison

Crédits photo

Capture d’écran de l’émission La puce à l’oreille © RTS Un

[post_title] => La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-valerie-paccaud [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-25 19:13:48 [post_modified_gmt] => 2020-08-25 17:13:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10229 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 7580 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-09 10:29:39 [post_date_gmt] => 2019-12-09 09:29:39 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Couleur3 vient de dévoiler la web-série Pantoufles. Produite par Imajack et co-écrite par Valérie Paccaud et Julien Doquin de Saint Preux, elle allie le rire et quelques messages bien sentis.

En ces temps de grève générale, de froid pas si froid, la tentation des pantoufles est grande. Cette année, pas besoin de culpabiliser : Pantoufles se mue en une web-série percutante avec de nouvelles têtes humoristiques suisses-romandes.

[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=acJ2sEIsRgA&list=PLcJupKjrYdb92Dw3hyzjoOln4hiDO8UHa" title="Pantoufles : regardez la websérie de Couleur3 (complet)"][vc_column_text]

Pantoufles : Couleur3, Julien Doquin de Saint Preux et Alexandre Kominek nous enchantent

Vous le savez peut-être, Couleur3, c’est une institution pour moi. Vous le savez aussi, notre troisième chaîne de service public produit ce genre de choses. Les équipes de Couleur3 ne chôment pas pour nous faire rire, tandis que France 3 nous plonge dans une résignation durable. Je comprends, l’audience n’est pas la même : les Suisses de Couleur3 s’adressent aux jeunes, et ils le font sans prétention.

Cela donne donc une web-série ultra-drôle, palpitante même. Alexandre Kominek confirme ses talents de comédien, et chaque personnage grossit le trait sur ses propres défauts. Cela donne quelque chose de drôle, de très juste et de hautement divertissant. Tout cela en seulement une heure de temps. Vous pouvez jeter vos clichés sur la lenteur des Suisses une bonne fois pour toutes… Pour un programme appelé Pantoufles, il fallait le faire.

Ça parle de quoi, Pantoufles sur Couleur3 ?

Le mieux, c’est de vous laisser lire le pitch du premier épisode :

Deux bras cassés décident de voler la paire de sneakers la plus exclusive du moment. Tout ne va pas se passer comme prévu.

Philippe (Alexandre Kominek), qui vit dans son van, retrouve Tinker (Julien Doquin de Saint Preux), un fan de baskets, devant un magasin de sneakers pour lui emprunter de l'argent. Il découvre que son ami fait la file avec des dizaines d'autres passionnés de baskets dans le but d'obtenir une paire rare. Après avoir aidé Tinker à remonter la queue, ils découvrent à l'intérieur du carton une information qui fera exploser de joie Tinker : l'annonce de la sortie hyper-exclusive de la Air Slipper, une paire légendaire et extrêmement chère. Cette annonce inspire Philippe à les embarquer dans une aventure pas franchement licite.

Il y a tout dans ce résumé. Le côté paumé de deux types perdus dans leur monde, l’ambition d’en sortir avec beaucoup de maladresse et du grand n’importe quoi. La suite ? Je vous laisse la découvrir ! Commencez par ici (et découvrez une coiffure inédite d’Alexandre Kominek) :

Bonus : kit de survie pour vous marrer à l’heure suisse

C’est la fin de l’année, vous avez envie de faire une France Télévisions détox ? Vous aimeriez payer la redevance suisse et ne plus financer Samedi d’en rire ? Ne vous emballez pas, c’est plus cher, je pense. Mais ce que vous pouvez faire, c’est accéder aux programmes qui font plaisir du côté de la Suisse romande…

Féru de sport ?

Côté sport, vous avez bien entendu l’émission Footaises où Charles Nouveau s’égosille régulièrement. Tous les samedis, il y a aussi le programme 3ème mi-temps avec une chronique humour signée Yacine Nemra et des interviews d’athlètes émergents. J’aime beaucoup l’idée de donner la parole à des jeunes talents pour valoriser les jeunes talents, ça crée un cachet que vous ne voyez nulle part ailleurs.

Rire, c’est bon pour la santé

Depuis la rentrée, je consomme sans modération l’émission Les bras cassés, du lundi au jeudi de 18h à 20h. Au programme : trois humoristes suisses livrent une chronique chacun et se prêtent à des jeux sympas. À l’animation, Valérie Paccaud (également dans Pantoufles) regarde ces jeunes talents progresser d’émission en émission, avec un rire inimitable.

Si vous aimez les talk-shows un peu moins radio, vous ne serez pas en reste avec les 2 saisons de Mauvaise langue. Thomas Wiesel animait la première, Blaise Bersinger la seconde. On est toujours dans cet espace où les artistes progressent sur les meilleures ondes du pays. La Suisse ayant moins de talents en base de données, elle offre un panorama plus exhaustif des artistes à sa disposition. Et ils progressent de manière plus homogène, sans la compétition parisienne. Je pense que c’est ça, leur secret : sans prétention, ils se portent tous et ça fait plaisir à tout le monde.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Pantoufles, la web-série de Couleur3 qui va égayer Noël [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pantoufles-couleur3-doquin-stpreux-kominek [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-12-09 10:40:50 [post_modified_gmt] => 2019-12-09 09:40:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7580 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 6 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011494 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-10-04 19:40:00 [post_date_gmt] => 2021-10-04 17:40:00 [post_content] =>

Les festivals d’humour se suivent et ne se ressemblent pas. Une semaine après le festival Paris Paradis, qui regroupait des têtes d’affiche du stand-up francophone, Lausanne rivalisait avec la ville lumière. Au D! Club, le Couleur 3 Comedy Club a pris ses quartiers le temps d’un week-end de 3 jours. Outre les plateaux d’humour regroupant des têtes locales et des têtes d’affiche, deux scènes attiraient particulièrement mon attention.

Samedi et dimanche, une grande partie de la bande des Bras Cassés a réalisé sa première scène. Oubliez tout ce que vous savez sur les premières scènes : celle-ci ne ressemblait à aucune autre. D’une part, leur première scène faisait l’objet d’une captation. Cela veut dire qu’en cas de bide, des caméras immortaliseraient cette douloureuse expérience.

Couleur 3 Comedy Club : une première scène des Bras Cassés sous la houlette d’un metteur en scène émérite, Étienne de Balasy

Mais pour ne pas bider face à un parterre d’auditeurs fidèles, la bande radiophonique a pris ses dispositions. Chaque artiste pouvait faire appel à l’expertise d’Étienne de Balasy. Si vous ne le connaissez pas, c’est un metteur en scène très en vue… Et également l’auteur d’un guide pour les nouveaux humoristes. Pour rappel, ça s’appelle Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show !!! et vous pouvez en lire notre critique sur le blog. Cette figure locale bien implantée a également mis en scène le prestigieux Montreux Comedy Club.

Vous vous dites sûrement : mais comment puis-je profiter de l’expertise d’un homme qui transforme les premières scènes en moments d’anthologie ? Vous avez de la chance : il a adapté la partie historique son livre en spectacle à la Nouvelle Seine (Paris). Notez donc l’une de ces deux dates : les dimanches 7 novembre et 5 décembre à 17 heures.

Quasiment tous les Bras Cassés conviés à la fête ont profité de son expertise. Victoria Turrian, adepte de la chronique et usant habilement de sa voix suave, a préféré miser sur son verbe chaleureux. Stéphane Laurenceau a préféré miser sur Yann Marguet, un autre humoriste de la scène locale.

Couleur 3 Comedy Club : un show survolté dans un cadre idyllique

Le Couleur 3 Comedy Club, c’est un peu cet événement où les planètes s’alignent. Habituellement, les plateaux d’humour regroupent une brochette d’artistes. Il en faut pour tous les goûts ; par conséquent vous allez picorer certains artistes et en délaisser d’autres.

Là, quand vous avez accès à une bande dirigée par la talentueuse Valérie Paccaud, tout diffère. Le tout est plus homogène, tous vivent une expérience unique avec beaucoup de stress. Un stress galvanisant, visiblement, puisqu’il les a portés vers des très belles prestations. Certains se distinguaient tout particulièrement, comme le réalisateur et chroniqueur Paul Walther.

Une plume hyper créative et une bonne dose d’absurde amenaient à Paul Walther à survoler son sujet. Yacine Nemra, vainqueur net à l’applaudimètre, profitait d’un public qui lui lançait des rires qui sonnaient comme des « je t’aime ».

Valérie Paccaud, maîtresse de cérémonie d’exception

J’ignore si le dépaysement me faisait planer, mais je passais l’une des meilleures après-midis de ma vie. Car oui : le festival avait lieu dès 16h30. À l’heure du goûter, c’est l’irrésistible et charismatique Valérie Paccaud qui ouvrait la soirée.

Habituée à pondre plusieurs chroniques par semaine et des émissions de deux heures hilarantes, l’animatrice au rire célèbre était touchante et en pleine maîtrise dans cet exercice inédit. Évidemment, elle a évoqué son rire légendaire et a matérialisé son univers comme à son habitude.

Un ADN comique, un style palpable et des prestations de haut vol

Car le succès de chaque prestation tenait à cela : des univers et des personnalités marquants. Laura Chaignat et ses origines jurassiennes, Yannick Neveu et son ode à la curiosité… Mais aussi Philippe Battaglia et Victoria Turrian, dont l’élégance et le charisme étaient intacts.

Même sur des sujets tellement poncés qu’ils sont défigurés, les Bras Cassés parvenaient à faire preuve d’originalité. Yacine Nemra parvenait ainsi à surprendre en parlant de Tinder. On retrouvait l’absurde de ses chroniques « Le saviez-vous ? ». Pour ceux qui ne les connaissent pas, c’est une série d’anecdotes absolument fausses (et de surcroît hilarantes). Comme à son habitude à l’antenne, Yacine Nemra peinait à réfréner des rires pendant son passage. Le genre de détails qu’on pardonnera toujours aux grands enfants turbulents mais attachants comme lui.

Avec un public enthousiaste face à la prise de risque de la bande, le spectacle était tout simplement génial. Ce type d’ambiance, vous pourriez le retrouver chez Yacine Belhousse, dans les soirées « Premières fois ». Le principe, pour rappel : des artistes de renom viennent jouer pour la première fois quelque chose de 100 % nouveau. Là encore, la prise de risque force le respect et tout se passe mieux qu’à l’accoutumée…

Un passage express à Lausanne qui valait le coup

Quelques heures après ce baptême du feu, Blaise Bersinger animait un plateau d’humour avec Cinzia Cattaneo, Alexandre Kominek, Charles Nouveau et Nathanaël Rochat. Cinzia est l’un des nouveaux visages de l’humour suisse romand et elle continue de progresser à l’antenne comme sur scène. Revoir Alexandre Kominek et Charles Nouveau, inséparable duo des soirées Fifty Fifty, était forcément agréable. Malgré un écueil dont je ne peux plus me passer : je connais la majorité de leurs passages…

Ce n’était pas le cas pour Nathanaël Rochat. Le taulier et précurseur du stand-up suisse est un mélange de Droopy, le pilote de F1 Kimi Räikkönen et Ghislain Blique. On ne sait pas s’il en a encore quelque chose à foutre, mais il retourne sans aucune difficulté le public qui lui fait face ! Tristan Lucas, également dans la salle, n’était pas d’accord avec moi quand je lui disais qu’il était un Ghislain puissance mille.

Mais moi, je n’en démords pas. Moralité : Ghislain Blique a le pouvoir de devenir une icône comique si le public le rencontre en nombre. Avis aux producteurs : pariez sur lui. En plus, comme il le confiait récemment dans son podcast « Comique ! », il se donne pour avoir une place sur l’échiquier humoristique…

Un dernier mot

J’ignore ce qui rend cette scène suisse aussi attractive à mes yeux. J’ai bien sûr une piste : la neutralité et l’envie de creuser les sujets avant de s’exprimer. Une autre caractéristique locale, c’est le faible nombre d’artistes. Leur exposition permanente les pousse à toujours donner le meilleur d’eux-mêmes. Ils sont régulièrement sans filet, exposés au public. L’ambiance familiale éclipse sans doute la concurrence qui, entre les lignes, existe peut-être… Mais on ne la sent pas aussi palpable, comme Renaud de Vargas l’expliquait dans son interview.

Une autre motivation qui me pousse à parler d‘eux, c’est leur faible exposition. Même s’ils font partie des meubles de l’audiovisuel public, on ne se bouscule pas au portillon pour leur donner une tribune. C’est peut-être ce temps davantage passé à créer plutôt qu’à faire tourner la machine médiatique qui les rend spéciaux… Ou le dépaysement dû à la beauté des paysages. Ou encore leur rareté ? Quelle que soit la recette, le repas est délicieux. Que cela continue ainsi, et je reviendrai encore et encore…

Je n’ai pas cité tout le monde, mais sachez que de Valérie Paccaud à l’improvisatrice Donatienne Amann, tous valaient le détour. Citons également Julien Doquin de Saint Preux, Stéphane Laurenceau et Robin Chessex, tous trois très précis dans leur écriture et leur interprétation. En somme, le pari de Couleur 3 et du théâtre Boulimie, qu’on a visité en août, est donc réussi ! Le festival était mémorable, j’espère ne jamais oublier ces moments.

Crédits photo

© Kenza Wadimoff

[post_title] => Couleur 3 Comedy Club : retour sur la 1re scène des Bras Cassés [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => couleur3-comedy-club-bras-casses-scene [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-10-05 15:20:04 [post_modified_gmt] => 2021-10-05 13:20:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011494 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 6 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => e3ce55c1633169d57c3cdede0da43c45 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Julien Doquin de Saint Preux

Couleur 3 Comedy Club : souvenir du premier festival avec les Bras Cassés

Couleur 3 Comedy Club : retour sur la 1re scène des Bras Cassés

Julien Doquin de Saint Preux, découverte humour sur Le spot du rire

La découverte du mois - Septembre 2021 - Julien Doquin de Saint Preux

Les gens meurent : affiche de la pièce au Théâtre Boulimie (Lausanne)

Après avoir vu Les gens meurent, peut-on mourir tranquille ?

La troupe de la pièce Les gens meurent au Théâtre Boulimie

Lettre à Lausanne et à son humour de qualité

Valérie Paccaud, découverte humour sur Le spot du rire et chroniqueuse radio

La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud

Pantoufles, la web-série de Couleur3

Pantoufles, la web-série de Couleur3 qui va égayer Noël