Infiltrée au Cactus Comedy : les coulisses d’un plateau d’humour

Juliette 25/06/2017

Les habitués du spot du rire connaissent le plateau d’humour Cactus Comedy, à redécouvrir pour une date exceptionnelle le 5 août au Grand Point Virgule. Le Cactus se revendique pas comme les autres : on ne cherche pas à titiller les limites de la liberté d’expression. On l’envisage sans limite, pure et totale. Le spot du rire a été convié dans les coulisses du Cactus Comedy de juin avec BenH à l’animation. L’occasion idéale pour prendre la température avant et après le show. Ce soir-là, on retrouvait également Alexandra Bialy, Alexandra Pizzagali, Félix Djhan, Ghislain et Nadim. Rendez-vous pris au Théâtre de la Contrescarpe avec un peu d’avance…

Un before Cactus Comedy au bar

Comme tous les humoristes ne se connaissent pas forcément, on se donne rendez-vous un peu plus de deux heures avant le plateau Cactus Comedy.

Les deux Alexandra sont les plus ponctuelles, mais ce n’est pas pour cela que les autres sont sérieux. Ghislain se dédouble entre le 33 Comedy Club et le Cactus, doté d’un Vélib de fortune en pleine canicule. Nadim sort du boulot, doté de sa trottinette et de son T-shirt iconique, celui qui nous interroge : « Être ? », ça veut dire quoi, au fond ? Perché bien comme il faut, ce Nadim 😉

BenH, qui anime, se retrouve donc à attendre que l’équipe soit au complet pour régler les détails de régie : comment les lumières doivent-elles s’actionner, à quel moment ? Combien de minutes tout ce beau monde va-t-il devoir passer ? Alexandra Bialy, surprise de passer 10 minutes au lieu de 5 comme elle le pensait, jongle entre sa panoplie de personnages pour incruster un passage en plus de dernière minute. Félix Djhan doit trancher sur sa fin de passage, mais il finit par trouver la parade : il saluera à la fin, comme ça il pourra jongler entre ses 2 sketches comme il le sentira sur le moment. Après tout, on s’adapte toujours au public en mode agile. Les as de la gestion de projet comprendront. Pour les autres, c’est comme improviser à la dernière minute.

Cactus Comedy : prise de risque

Le Théâtre de la Contrescarpe, c’est un lieu atypique. D’aucuns trouvaient la programmation élitiste auparavant, mais aujourd’hui, ce lieu du très huppé 5e arrondissement de Paris joue des coudes avec d’autres endroiits, sans trop se prendre au sérieux finalement. J’avais déjà vu un autre spectacle là-bas, appelé l’Exercice. Le principe, c’était qu’une troupe se retrouvait sur scène avec un thème précis. Chacun des spectateurs avait la certitude de voir un spectacle unique, jamais rejoué. Un mélange d’improvisation et d’humour rondement mené, qui colle bien avec l’image du lieu : l’art théâtral, sans ôter l’humour et sans prétention.

Cactus Comedy : des artistes aux univers multiples

Alexandra Bialy ne joue pas dans les codes du stand-up : elle se revendique d’abord comédienne. Elle fait vivre ses personnages d’une manière très théâtrale. L’humour est alors un prétexte pour jouer sur la corde sensible, l’émotion. Elle semble presque gênée de ce positionnement hors de ce qui se fait en ce moment… Mais c’est là tout l’intérêt : ne pas se conformer bêtement à une mode, assumer ce qu’on est. Le point est pour Alexandra. En bonus, on lui joindra cette interview de Jérémy Ferrari et son opinion sur la catégorisation des spectacles en stand-up.

BenH est rodé, habitué à l’animation. Cela lui donnera la force de revenir sur scène, à chaque nouveau lancement, en ôtant un vêtement. Un beau pied de nez à la canicule. Merci au rideau d’avoir été là pour cacher certaines parties.

Alexandra Pizzagali joue la carte de la folie en incarnant un personnage extrêmement cassant, quitte à être dépourvu d’humanité. Rassurez-vous : elle nous livre en exclusivité un portrait humain, voire attachant, de ce personnage…

Alors que Ghislain se prépare, les autres discutent de son cas : pour eux, ce mec ose tout. L’air de rien, il est profondément drôle. Ce portrait semble un peu évasif, mais quand on connaît bien le personnage, on comprend subitement tout.

Nadim passe un temps fou à essayer de caler son sac à dos derrière sa trottinette. La scène est tellement drôle qu’il pourrait la faire sur scène, mais j’imagine qu’il a déjà beaucoup de matériel.

Félix Djhan parle avec une charmante jeune femme avant de rejoindre la troupe, mais on ne saura pas de qui il s’agit. Cela ne semble pas étonner son camarade BenH, hilare.

Cactus Comedy : un plateau d’humour à l’identité forte

Au Cactus, on revendique la présence d’une troupe, où ça ne se tire pas dans les pattes. L’esprit de groupe prévaut sur les egos et autres individualités, enfin c’est ainsi que les membres du Cactus aiment se décrire. Au final, on sent que l’esprit de compétition, c’est entre ce plateau et tous les autres. Il y a une véritable volonté de créer un ADN spécifique, des valeurs fortes autour de la promotion de ces artistes.

On sent la présence visionnaire du taulier du game, Mo Hadji. Si vous ne le connaissez pas, c’est que vous n’êtes pas artiste. Mo gère de nombreux artistes dont BenH, Félix Djhan ou encore notre résident humour Nadim. Il programme et produit des spectacles. Enfin, il ne s’en sort vraiment pas mal du côté de la communication – on s’en serait douté, en même temps.

Humour acéré : humour politisé ?

On pourrait s’attendre à quelque chose d’engagé, politisé. En fait, cela n’a rien à voir. Si vous vous attendez à voir des humoristes altermondialistes fustiger le monde de la publicité et le capitalisme sanguinaire, ce n’est pas le concept. Le Cactus est beaucoup plus ouvert que cette image-là : d’ailleurs, de nombreux humoristes non-résidents viennent s’y greffer. Au final, le Cactus est assez pluridisciplinaire et bon enfant. Au plus grand plaisir du public.

Les coulisses du Cactus Comedy de juin 2017 en images

Programmation du Théâtre de la Contrescarpe : avec le Cactus ComedyBenH prépare le Cactus ComedyAlexandra Bialy et Alexandra Pizzagali au Cactus ComedyNadim et Félix Djhan au Cactus ComedyLes coulisses du Cactus Comedy : sur scèneBenH et Alexandra Bialy au Cactus Comedy

A propos de l'auteur

Commentaires