Epic fail : quand France 2 classe toutes les humoristes dans la catégorie trash

Juliette 20/01/2018

Vendredi soir, le JT de France 2 a décidé de consacrer un sujet aux femmes humoristes. Le titre, Femmes humoristes : elles osent tout !, en regroupe quelques unes dans le même sac : l’humour trash.


Marion Mezadorian et Melha font de l’humour trash ? Première nouvelle !

A ce stade, il faut rappeler que l’humour trash est un genre d’humour parmi tant d’autres. Cela semble évident, mais pour ceux, chez France 2, qui ne côtoient que les têtes d’affiche, ça va se corser rapidement. Caméra en main, l’équipe de tournage va se placer devant le Théâtre du Marais et filmer les affiches de Marion Mezadorian et Melha.

Alors, effectivement, ce sont des femmes humoristes, mais pour l’humour trash, on repassera ! Par honnêteté intellectuelle, je vais confesser que je n’ai pas encore pris le temps de voir Melha sur une heure. Je répare ça sous peu, promis. Il faut dire qu’elle fait un tel carton ; l’an dernier, c’était vraiment dur de la voir jouer ! Il n’empêche : je l’ai vue plusieurs fois en plateau, dans le film Hibou que tout le monde a ignoré. Pas assez trash, sans doute. Les joies du marketing… Toujours est-il que, si je me base sur cela et que je prends 2 minutes pour lire les critiques BilletRéduc, je ne trouve pas la mention d’humour trash. La parole est libre, pour reprendre les mots de Jean-Marc Dumontet dans le reportage. C’est frais, il y a de l’improvisation, c’est différent. Mais pas trash.

Maintenant qu’on a traité le cas Melha, passons à Marion Mezadorian. Pour le coup, j’ai vu son spectacle plusieurs fois. Au moins 6, dans 2 salles différentes. Sans compter les passages en plateau. Et à aucun moment, il n’y a du trash. Marion a écrit et joue un spectacle touchant, poétique et bourré d’optimisme. Je pense que certains journalistes ont fait l’impasse de certains spectacles !

L’humour trash, c’est tendance en ce moment…

Pour autant, on peut dire qu’en matière de trash, on est servi en ce moment. Le reportage cite Blanche Gardin ou encore Laura Laune. Il aurait pu évoquer Laurie Peret, Farah (gagnante des Best de l’Humour) et bien d’autres. Le trash peut aussi exister sous d’autres formes, comme pour incarner un personnage spécifique. C’est ce que fait actuellement Alexandra Pizzagali, à la Petite Loge.

Dans le reportage, il est aussi dit que cela existe car on se calque sur ce qu’il se passe dans la société. Les temps sont durs, offrons de l’irrévérence ! Le problème, c’est que ce n’est pas une vérité générale : c’est un positionnement marketing sur le marché du spectacle vivant. C’est une stratégie que certains chasseurs de talents suivent car ils l’estiment en adéquation avec la société. Ce n’est pas la même chose.

…mais les talents ont 1000 visages !

Une question revient sans cesse : peut-on rire de tout ? Ce que j’ai découvert, en allant dans les scènes ouvertes (France 2, on t’y attend !), c’est qu’on peut surtout faire rire de 1000 manières. Le reportage de France 2 est une anomalie journalistique. Ils ont pris un angle et l’ont tourné à leur sauce. Ils ont fini par raconter n’importe quoi.

Je vais vous raconter une anecdote de ma vie d’avant. J’ai été envoyée sur une compétition de sports mécaniques, en Belgique. On m’a dit de faire un sujet sur les femmes pilotes qui essaient de grimper les échelons vers la Formule 1. Pour le buzz. En fait, il y avait 2 mannequins-pilotes, et une pilote qui essayait juste de s’en sortir comme ses acolytes masculins. Les 2 mannequins-pilotes étaient très, très mauvaises.

Du buzz journalistique au détriment de l’investigation ?

J’ai dû parler d’elles car il s’agissait de femmes, histoire que le lectorat à 90% masculin lise les torchons que j’allais produire. Parce que je n’avais rien à leur demander, et la moins bonne de toutes s’est pointée avec un mépris total et un retard de 15 minutes parce qu’elle traînait dans la zone VIP du circuit. Cette mannequin pense aussi qu’il faut créer un championnat 100% féminin, ce qui a suscité un tollé chez les pilotes femmes qui ont vraiment leur place.

C’est pour cette raison que je déteste les plateaux 100% féminins. Certes, certaines avancent que cela leur évite des blagues sexistes lors de leur lancement par un humoriste homme. D’autres disent que cela leur permet de plus jouer. Certains plateaux, selon elles, pratiqueraient un quota d’une fille par soir. C’est donc une bonne chose d’avoir plus de facilités à jouer. J’espère juste qu’on pourra se permettre de mixer les talents en fonction de leur niveau comique sans avoir à recourir à de tels artifices.

Résumer les artistes ou sportifs en fonction de leur sexe ne devrait plus arriver. J’aimerais qu’on traite les femmes humoristes trash, pas trash, en fonction de ce qu’elles racontent. Parce que je n’ai jamais vu un seul article titrer Charles Nouveau : comment faire de l’humour caustique avec des yeux de biche. Pourtant, on pourrait. En somme, dans le reportage, France 2 avance qu’on peut être jolie et dire des choses horribles. Le service public commence bien 2018…

Analyse à froid : France 2, c’est aussi ça

Au fond, le vrai problème du reportage, c’est le temps alloué à un sujet aussi important. L’idée de ce droit de réponse, c’est davantage d’ouvrir le débat que de tirer à boulets rouges sur un média d’information. Parce que l’information sur France 2, c’est aussi ça :

Et pour le coup, le service public a fait son travail cette fois-ci. L’erreur est humaine, les cadreurs feront mieux la prochaine fois !

Pendant ce temps, ce qui a vraiment fait polémique

L’affaire de Tex reste toujours dans les esprits…

Crédits photo

© Betty Durieux

A propos de l'auteur