Publications liées au mot-clé : Mo Hadji

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => mo-hadji
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 271
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => mo-hadji
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 271
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => mo-hadji
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 271
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => mo-hadji
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 271
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 271
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 271
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => mo-hadji
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 271
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (271) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (271) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (271)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 7961
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-01-03 16:14:00
                    [post_date_gmt] => 2020-01-03 15:14:00
                    [post_content] => 

Les Best de l’Humour 2020 reviennent pour une troisième édition. Ce concours, chapeauté par Mo Hadji en partenariat avec le Printemps du Rire, suscite généralement de vives réactions chez moi.

Cette année encore, Mo Hadji m’a proposé de rempiler en tant que membre du jury des sélections parisiennes (ouvertes au public), et (nouveauté pour moi !) de la finale du 14 janvier à l’Alhambra.

Ils se départageront pour 2 enjeux majeurs (source) :

Les 6 gagnants participeront à notre Soirée de Gala le 6 mars à Diagora Labège et à notre Tournée des Jeunes Talents en Haute-Garonne, soutenue par le Conseil Départemental 31. Le grand gagnant sera programmé en plus à La Nuit du Printemps le 27 mars au Zénith de Toulouse.

Le Printemps du Rire

Best de l’Humour 2020 : qui succèdera à Farah et Paul Mirabel ?

Des sélections ont actuellement lieu dans toute la France, à Bruxelles et Genève. Le calendrier est très serré, puisque certains candidats se qualifieront seulement quelques jours avant la finale ! Dans chaque salle, tous se disent : « Enfin un festival où Paul Mirabel ne peut plus gagner, n’est-ce pas ? ».

C’est vrai qu’il a été redoutable, du Campus Comedy Tour au Festival d’Humour de Paris. Cette année, je ne sais pas tellement à quoi m’attendre. Le tremplin gagne en notoriété, et les candidatures pleuvent.

Je m’attends tout de même, comme pour les éditions précédentes, à des niveaux et des styles très variés. Le panel ne représentera pas le « meilleur » des talents (aucun concours ne peut le prétendre !) mais leur diversité. Je vais juger ces gens avec une certaine curiosité, et plus de bienveillance.

Petite inquiétude : avant les sélections parisiennes, aucune femme n’est qualifiée. Habituellement dans ce concours, il y a certes plus d’hommes que de femmes, mais je n’ai pas le souvenir d’une répartition aussi déséquilibrée. Affaire à suivre avec les deux derniers finalistes ?

Finalement, aucune femme ne participera au concours… Il y en avait parmi les présélectionnés pourtant.

La finale des Best de l’Humour : résumé

Les qualifiés pour la finale à l’Alhambra

Avant les sélections marseillaises, je connais Inno JP et Basile. Inno JP a participé au gala de Kyan Khojandi, Derrière un micro Paris-Bruxelles. Basile est l’un des protagonistes des Tocards, et comme je suis allée à Nantes, je l’ai vu…

À Lille, la future recrue du Laugh Steady Crew, Noah, a dû s’incliner face à Julien Bing. Noah m’a confié avoir vécu une belle expérience, c’est l’essentiel pour lui.

En tout cas, je connais bien trop peu les gens de la liste (et encore moins ceux qui ont tenté leur chance) pour juger… Il faudra se rendre au théâtre pour connaître les forces en présence !

Qualifiés aux Best de l’Humour 2020Ville
Yassir BouchnafaToulouse
Doug le friséMetz
Inno JPBruxelles
Funky FabBruxelles
Romain JacquesGenève
BasileNantes
Julien BingLille
BedouMarseille
Yanisse KebbabLyon
Lucas VolpiNice
Yazid AssoumaniParis
Cyril HivesParis

Épilogue : mon top 6 des sélections parisiennes

On n’allait pas vous laisser sans revenir sur les sélections parisiennes ! Il y avait 25 candidats pour 2 tickets gagnants. Plus deux chauffes (Ike et Karim) qui ont été bons, mais pas assez pédagogues pour emmener le public dans une ambiance bienveillante. Le jury a bénéficié de l’aide du destin, car deux humoristes ont distancé le reste du groupe : Yazid Assoumani (35 points) et Cyril Hives (20 points). De fait, nous étions très partagés pour le peloton des outsiders… Voici les artistes ont su me parler et pourquoi.

6e : Aude Alisque

Il lui a suffi d’un mot, le premier qu’elle a prononcé. Avant le concours, j’avais envie de choisir Aude Alisque plus qu’une autre pour sauver l’honneur et inviter au moins une femme à l’Alhambra.

Ce n’était pas une histoire de quotas, mais davantage de conviction artistique. Je crois plus en la proposition artistique d’Aude en général, il lui fallait pourtant vraiment se distinguer ce soir-là. Et malgré son entrée en scène, elle n’a pas su le faire (mauvais choix de passage ?). La proposition était intéressante mais trop juste ce soir-là.

5e : Tahnee

Tahnee a été l’une des rares humoristes à ne pas faire de faux pas. Tout fonctionnait plutôt bien, et en plateau d’humour, ce serait passé comme une lettre à la poste.

Mais pour ce festival, on attendait peut-être plus de Tahnee. La fraîcheur de son stand-up était insuffisante pour qu’elle marque les esprits comme elle a pu le faire ailleurs. À sa décharge, elle passait dans le second groupe qui a eu un mal fou à connecter avec le public… Si cette connexion avait opéré et que Tahnee avait été un cran au-dessus, elle aurait pu faire quelque chose de fort. La prochaine fois, elle prendra sa revanche.

4e : Nicolas Fabié

C’était le meilleur de la deuxième session. Son storytelling fonctionnait, mais manquait de folie. S’il avait pu mettre tous les moyens de régie de son côté, il aurait retourné la salle. Au lieu de ça, Nicolas Fabié a obtenu un consensus au niveau du jury : tout le monde l’a bien aimé, mais ils devaient l’attendre au tournant. De fait, il a été un outsider plus qu’un vainqueur en ce 12 janvier.

Pour ma part, je sais qu’il aurait pu faire mieux, mais qu’il a fait tout ce qu’il a pu dans les circonstances à sa disposition. Peut-être plus d’interactions auraient changé la donne ? On ne peut pas refaire l’histoire…

3e : Avril

Avril a participé à la première session, à l’inverse de Nicolas et Tahnee. Si le public était moins nombreux, il était plus réceptif. Au niveau des conditions, ça allait donc plutôt bien…

Mais au moment où il montait sur scène, Yazid Assoumani a pris la décision de quitter la salle. Il voulait être le plus discret possible et revenir en loge, mais l’accès était condamné. Distrait, le public n’a pas été aussi perturbé que l’artiste. Avec plus d’expérience, Avril aurait saisi l’opportunité pour marquer les esprits. Or sur le vif, il a été pris de court.

À ce stade, il avait encore des chances de bien faire. Plus il était sur scène, plus il rattrapait son retard dans un passage qui montait en puissance. Le hic : il a choisi de tester quelque chose d’assez neuf plutôt que de proposer un passage sûr qui le définisse.

Avril se cherche encore, et en envoyant ce message au jury, il ne pouvait pas parler à mes confrères. Moi, j’ai voulu saluer la prise de risque et la prestation. Au final, il y avait l’ADN d’Avril, ces questionnements interminables. Moi, je le connais, mais les autres le découvraient et n’avaient pas sûrement idée de ce qu’il se passait. Donc, quand il trouvera le passage qui livrera son univers sur un plateau, il séduira tous les jurys du monde. Là, il les a laissés de marbre.

2e : Yazid Assoumani

Yazid Assoumani a livré une prestation impeccable. Son passage, rodé en plateau des mois durant, était parfait. Il donnait à voir tout son talent et son univers. Il a donc fait l’unanimité.

Je ne l’ai pas mis en tête de mon classement, car je cherche la petite étincelle qui montre qu’un artiste peut surprendre. Faire un pas de côté et nous rattraper dans la seconde qui suit. Yazid n’aurait vraiment pas pu faire mieux ce soir-là, et il a fait le bon choix. Sa qualification unanime est logique…

1er : Cyril Hives

…Mais celui qui est vraiment sorti du lot, c’est lui. Cyril Hives, le stand-upper qui a toujours un coup d’avance sur la tendance du LOL. Son passage partait fort, trop fort. Un choix audacieux, parce que cela oblige à avoir un impact fort durant six minutes.

Il a été bon tout le long. Or comme son passage perdait un peu en intensité, tout ce qu’il pouvait faire après ce début tonitruant paraissait fade. C’était meilleur que bien des propositions ce soir-là, mais le contraste le desservait.

Qu’à cela ne tienne, le niveau assez moyen des prestations globales ne menaçait pas Cyril Hives. Il a pris des risques tout en sachant montrer son univers. Pour moi, il l’a emporté haut la main, en sortant de sa zone de confort. C’est aussi le fruit de mois de travail pour se renouveler, et je n’ai pas l’ombre d’un doute sur mon choix.

Performances globales

Il y avait plusieurs écoles : les comédiens au jeu impeccable, qui devraient vraiment collaborer avec un auteur. Très charismatiques, ils devenaient des coquilles vides en raison de leur texte soit peu original, soit sans intérêt.

De l’autre côté, il y avait ces propositions artistiques au stade d’embryon. Prometteuses, elles montraient qu’il y avait encore beaucoup de travail. Je suis de ceux qui pensent que tout s’apprend, sauf le fait de proposer quelque chose d’original. Et l’originalité était bien cachée sous des prestations inégales.

Globalement, on pouvait donc émettre un constat fort : le niveau parisien n’était pas folichon. Dans un entre-soi artistique qui leur fait courir les plateaux, ils peinent à progresser de manière significative.

Les raisons diffèrent vraiment d’un artiste à l’autre, mais cette stagnation pourrait disparaître. Si on choisissait 10 personnes sur les 25 présentes ce dimanche, et qu’on les mettait dans une troupe genre Star Academy du LOL, ils pourraient se nourrir d’univers bien différents.

Si une école de la sorte, avec une dizaine de professionnels de qualité et un vrai suivi artistique pour ne pas mettre des gens dans des cases existait… Les humoristes français deviendraient invincibles. Appelez-moi quand un tel projet voit le jour, je signe !

[post_title] => Best de l’Humour 2020 : les qualifiés de l’acte III [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => best-humour-2020-qualifies [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-15 10:10:05 [post_modified_gmt] => 2020-01-15 09:10:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7961 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 6257 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-02 15:57:11 [post_date_gmt] => 2019-06-02 13:57:11 [post_content] =>

Le spot du rire fête déjà ses deux premières années. C’est un nouveau palier franchi pour votre média web humour, et il reste encore beaucoup à faire. Cette année, j’ai ouvert les portes à de nouveaux rédacteurs ponctuels : Antonin, Fabien et Noé.

Pas encore de filles, mais je n’ai pas encore eu de demandes. Je fais un coucou à Harlem Dallas, qui devait nous raconter son parcours à Montréal — ça change du Labo du rire ;) Des illustrateurs et YouTubeurs pourraient également suivre…

C’est tellement bénéfique pour moi d’avoir ce sang neuf ! Parce qu’en réalité, le temps se fait rare et bloguer sur son temps libre reste un exercice d’équilibriste. J’ai fait le calcul : 100 spectacles ou plateaux d’humour par an, 20 heures par semaine (écoute de podcasts et autres contenus humour compris, sinon ce serait difficile…).

En contrepartie, les avantages sont nombreux. Déjà, les invitations pleuvent : il y en a même beaucoup trop. Le mieux, c’est les échanges quotidiens avec les humoristes en devenir. Je ne connais pas d’activité plus nourrissante que d’être au milieu de ces champions de la vanne. Les rencontres de l’année passée et la reconnaissance des professionnels du spectacle vivant : voilà ce que je retiens principalement.

Votre média web humour : quel est le programme pour l’année qui vient ?

Toujours plus d’immersion, d’anecdotes de premières scènes et de découvertes humour. La carte des plateaux va continuer à s’enrichir. Pour vous dire la vérité, si les publications sont moins nombreuses que l’année dernière, le travail en coulisses continue.

Ce qui m’en apprend le plus sur le milieu, c’est échanger avec les nouvelles têtes de l’humour. Il y a eu un creux en 2018, mais la génération qui émerge en 2019 a déjà tous les codes. Bien sûr, je ne parle pas de tout le monde. Mais je pense à des Elsa Bernard et autres Arezki Chougar… Déjà, ils étaient sur le Twitch de Léopold (vous en avez entendu parler dans notre dernière newsletter si vous faites partie des 40 heureux élus).

De nouvelles têtes, partout !

Cela fait bizarre d’avoir fait un pas de côté et de ne plus tellement voir les Ghislain Blique ou Rémi Boyes, que j'idolâtrais dès le début. Maintenant, il y a tout un folklore sur les Tocards ou Audrey Jésus… C’est simple : mes derniers coups de cœur, je les ai d’abord connus sur le web (YouTube ou podcasts) avant de les voir sur scène. J’avais déjà validé leur talent avant de les voir faire du stand-up. C’est bizarre, mais cela marche aussi, alors…

Je ne vais pas vous annoncer de programme précis, car je n’aurais jamais pensé que ces derniers mois prendraient une telle tournure. Le plus gros choc, c’est le changement de registre. Jamais au début du site je n’aurais écrit ainsi, ou comme ça, ou encore comme ça (no limit). Et puis, tant qu’on y est, comme ça aussi (pardon). Cette liberté, ces tests qui parfois étonnent ou irritent, c’est avant tout un jeu, un prétexte pour écrire et laisser libre cours à ma créativité. Si cela sert au spectacle vivant, tant mieux. Je sais juste que j’étais au plus près de ce que je voulais faire, car j’aurais été incapable de faire autrement. Si ça va trop loin, on corrige, on s’excuse. Accepter de faire des erreurs m’a beaucoup aidée cette année.

Je vous promets de continuer sur cette ligne d'honnêteté, en plus c'est à la mode. Et je souhaite à tous les humoristes d’être eux aussi fidèles à eux-mêmes : cela les aidera grandement dans leurs succès futurs.

Bon, on repart pour vous offrir le meilleur média web humour ? :)

Crédits photo

© Mo Hadji, qui est le premier des pros à m’avoir fait confiance… comme l’atteste cette photo de mon premier reportage. Je le remercie infiniment de m’avoir laissée rentrer dans ses événements, même si j’ai clairement toujours été dure dans mes analyses. Trop proche des artistes, j’ai parfois eu du mal à faire la part des choses. La réalité, c’est que je crois en leur amélioration, sinon je m’abstiendrai.

Il fait partie des innombrables personnes qui se démènent pour le spectacle vivant, mais qui n’obtiennent pas forcément de récompense pour les efforts entrepris. Pourtant, il en faut de la générosité pour démarcher les théâtres et faire vivre la nouvelle scène humoristique. Ils sont peu à faire confiance aux nouveaux talents, et il est nécessaire de les respecter coûte que coûte.

Je pense que la clémence que nous avons eue l’un pour l’autre vient de là. Aujourd’hui, je veux lui dire merci et bravo d’avoir déniché des Alexandra Pizzagali, Clément K ou encore Nadim !

[post_title] => Votre média web humour, le spot du rire, a 2 ans ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => media-web-humour-2ans [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-06-02 16:51:07 [post_modified_gmt] => 2019-06-02 14:51:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6257 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 5561 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-18 21:45:53 [post_date_gmt] => 2019-01-18 20:45:53 [post_content] =>

Les Best de l’Humour organisent des présélections pour la finale du 29 janvier dans de nombreux lieux. À Paris, j’ai assisté aux 2 soirées pour départager 38 humoristes en 2 finalistes. Retour sur cette expérience qui m’a beaucoup appris.

Lire aussi - Jury humour : Dr Jekyll, Mr Hyde ou Frankenstein à l'affiche ?

Sélection Paris Best de l'Humour, acte I : Clément K et le reste du monde

Au début, je savais que Clément K tentait sa chance. Pour moi, connaissant le fonctionnement du concours, il allait gagner cette première soirée et ma présence ne serait pas utile. En voyant les sélectionnés, j’ai pensé que Marc Tourneboeuf avait aussi ses chances. Son expérience (entre cours Florent, théâtre, cinéma...) le plaçait dans la catégorie des pros.

Ensuite, j’ai appris qu’il se lance dans le seul-en-scène. C’est sûrement pour ça qu’il jouait la carte du mec à découvrir. Avant de le voir sur scène, j’espérais qu’il en avait plus à offrir qu’un joli minois et un positionnement marketing sur la poésie. Been there, bro.

Enfin, j'estimais que Klotilde allait se distinguer. Deuxième selon mon classement, elle termine finalement troisième derrière Marc. Le reste, mis à part Maxime qui semblait un peu original, on aurait pu s’en passer. Je dis cela comme un professeur avait dit à Roman Frayssinet :

Tu m'as fait perdre mon temps.

Evidemment, aujourd'hui, Roman est une rock-star de l'humour. Je souhaite que les personnes qui participaient aux sélections s'en souviennent et ne prennent pas pour vérité générale ce que j'avance. Je peux me tromper, je livre simplement mon opinion. J'aspire à ce qu'ils me prouvent le contraire et me fassent fermer mon clapet. Continuons.

Bien sûr, il y avait Thomas Angelvy. Mais c’est le genre de talents qui apparaît dans de nombreux tremplins sans qu’on ait envie de l’aider. Il est très bon niveau jeu et interactions… mais ses sujets sont vus et revus. Les rapports homme-femme avec supplément clichés, sérieusement ? Au moins, il a eu la jugeote d’enlever la partie sur le Philippin.

Sans surprise, Clément K a remporté cette manche haut-la-main devant quelques adversaires et figurants. Je les juge surtout sur l'originalité, certains n'apportaient rien de nouveau ou n'avaient pas le niveau. Le lendemain, j’étais à l’anniversaire d’Alexandra Pizzagali et Mo Hadji, qui gère les Best de l'Humour, m’a invité à proposer des gens pour la soirée suivante. Il m’expliquait alors que le Théâtre du Marais n’avait que ce show-là le lundi suivant. Il pourrait donc prendre son temps et proposer de nombreux artistes.

Sélection Paris Best de l'Humour, acte II : infiltrer Pierre Thevenoux comme un ninja

Au départ, je n’ai pas trop réfléchi à qui je pouvais suggérer. J’avais dit que je ferais un retour le samedi, mais j’étais trop occupée à migrer les adresses des plateaux sur Mapstr. Le dimanche matin, je me réveillais enfin : j’avais deux idées. J’hésitais entre Pierre Thevenoux et Morgane Cadignan. J’ai opté pour le premier choix, parce que je pense qu’il peut plaire au-delà de Paris. Le spectacle de Morgane est trop axé sur la génération Y parisienne.

Je lui ai donc proposé en lui vendant l’expérience au mieux. Voici un extrait :

Je pense que tu me permettrais de passer une meilleure soirée en tant que jury et que ça te permettrait de gratter des dates pépouze en province.

J’ai le sens de la formule, que voulez-vous.

Pierre accepte, je soumets donc l’idée à Mo. Et là, patatras ! Mo estime que cela serait injuste pour les personnes qui ont passé le processus de sélection. Je lui explique que je ne savais pas qui l’avait fait. En somme, j’avais vraiment envie de relever le niveau du concours. Mo a beau faire beaucoup de communication, les candidatures sont souvent bien en-deçà du niveau minimum requis à mes yeux.

Le circuit du Paname contre le reste du monde ?

Déjà, vis-à-vis de la scène stand-up actuelle, la proportion de participants est très faible. Vous ne verrez jamais des Fadily Camara, Paul Dechavanne ou même Louis Dubourg dans ce type de concours. Et Mo semble même s’en désoler. Quand je lui explique que Pierre n’a peut-être pas eu connaissance de l’événement, il me rétorque qu’il fait partie de ceux qui ne jurent que par le Paname Art Café.

Pierre, je t’ai défendu. Je lui ai répondu que tu étais prêt à faire des scènes pétées en banlieue. Bon, dans l’exemple que j’avais en tête, je parlais d’une soirée à Saint-Maur des Fossés où tu étais programmé. En réalité, c’est Ghislain Blique qui t’a remplacé, car tu étais malade ce soir-là. Pour de vrai, tu n’as pas fait semblant.

Tout ça pour dire que Pierre est un stakhanoviste des plateaux et qu’il aurait pu jouer les premiers rôles dans une sorte de hold-up. Là encore, je ne savais pas qui était présent au deuxième round.

Sélection Paris Best de l'Humour, acte III : 26 comiques, 4 heures de show, les nerfs à vif

Contrairement au premier soir, j’ai décidé de me rendre au théâtre un peu plus tôt. Mo est déjà là, avec deux humoristes que je n’ai jamais rencontré et Thibaud Agoston. Je me dis qu’il est suisse et ne comprends pas trop ce qu’il fait là. Il ne pouvait pas jouer à la sélection suisse, alors il passe ce soir. Désolé Pierre, comme quoi, il y avait peut-être de la place…

Bon, je suis cynique. Surtout que Thibaud Agoston, s’il fait honneur à la réputation des humoristes suisses, va sûrement offrir un très beau passage au public. Je ne l’ai jamais vu, je sais juste qu’il joue son spectacle à La Petite Loge, un bon signe. Un branquignole de moins : c’est exactement le flot de mes pensées à cet instant.

On accède finalement au théâtre par l’entrée des artistes. A cet instant, Marion Mezadorian répète la nouvelle version de son spectacle Pépites qu’elle reprendra le lendemain. Les humoristes vont donc tous se retrouver les uns après les autres dans cet espace confiné. L’un d’entre eux me confie que ça va être dur, parce que Paul Mirabel est là. Ma réaction, pour les autres, est immédiate : « Ah, merde... ».

Paul Mirabel, en ce moment, dézingue absolument tout. L’étudiant le plus drôle de France en titre ferait même oublier qu’il a succédé à Nordine Ganso… J’ai de la peine pour mon interlocuteur, car je sais que c’est probablement plié.

Pourtant, Paul n'est pas serein. Il se démène pour mettre en place le kakemono France Bleu sur la scène, et personne ne lui vient en aide. Certains ricanent même dans une ambiance de colonie de vacances. Ensuite, je l'aperçois en prise à un véritable stress. Quand tout le monde vous attend et que vous n'êtes pas dans le circuit depuis longtemps, délivrer à chaque fois n'est pas simple. Je sais que c'est une posture et qu'au fond, il sait qu'il est capable de gagner ce truc, mais il ne le montrera jamais.

Sans langue de bois : levons les suspicions de conflit d'intérêts

Un autre me dit qu’Agoston aura les faveurs du jury, car Mo le soutiendrait. Je ne peux rien en dire, comme je ne le connais pas. Encore une fois, Mo n’officie pas dans le jury.

Après tout, on en revient encore à ce déficit de candidatures. Les humoristes peuvent se dire qu’ils n’ont aucune chance car ils suspectent un conflit d’intérêts. Or, si en festival, les dés sont parfois pipés (coucou Top In Humour, un peu), il existe un précédent qui prouve le contraire. Mauves de Rire 2017 : la troupe de Mo Hadji est presque au complet, accompagnée notamment de Marion Mezadorian. A l’époque, elle était étonnée de gagner, parce qu’elle pensait (comme beaucoup, sans doute), que Félix Radu était vainqueur d’office. Or, Marion a remporté ce festival émergent.

Selon un autre humoriste qui travaille avec Mo, ce dernier se révèle intransigeant avec ses poulains lorsqu’ils ne font pas le job. Mon interprétation : Mo gère avec passion un certain pool d’artistes et un festival d’envergure internationale (le Liban est dans la place, les gars…). Il peut avoir un biais pour ses artistes, c’est humain, mais il ne les favorisera jamais d’office. Je n’ai pas vu la moindre trace d’influence pour untel ou untel lors des deux soirées.

Le niveau est anormalement bas

Par contre, pour l’année prochaine, j’ai une requête. Je comprends l’envie de donner sa chance à de nombreux artistes. Il avait déjà établi une présélection, mais parmi les 26 présents ce soir-là, j’en aurai retenu 3 ou 4 max. Au global, il aurait pu se contenter d’une soirée d’une heure avec 6 ou 7 humoristes.

Bon, je dis ça, mais j’ai vu quelque chose d’incroyable. Pierrick Vidal, un humoriste qui a quelques scènes dans les pattes, a terminé deuxième du concours entre Paul Mirabel et Thibaud Agoston. Son passage évoquait son rôle d’éducateur d’élèves en SEGPA. Les blagues sur ce type de population étaient lourdes et peu originales à mon goût, mais le reste du jury semblait bluffé. Il a habilement joué le moment d’émotion à la fin, pour rendre son passage humain. Cela pourrait n’être qu’une affaire de goût, mais lors de la première soirée, Maxime Garcia a plu grâce à son originalité mais le jury ne l’a pas vraiment bien placé, faute d’expérience. Cela manque de consistance, mais ce n’est pas évident.

D’autant plus que ces derniers jours, le festival des Fous Rires de Bordeaux a dévoilé la programmation de ses tremplins. L’impression que le niveau a baissé en 2018 se confirme. Il y a en effet un creux, même si de nombreux talents émergents sont malheureusement aux abonnés absents. Remettons aussi cela en contexte : en 2018, certains humoristes étaient décevants dans ces tremplins. Et je n'ai toujours pas compris la victoire de François Guédon. Les goûts et les couleurs...

Jury : gare à l'influence du groupe

La soirée a duré quatre heures. Elle était si longue que je n’ai pas vu le jury délibérer jusqu’au bout (merci le dernier métro). J’ai laissé mon papier avec mon tiercé gagnant : Paul Mirabel, Thibaud Agoston et Brahms. En réalité, je pense que j’ai préféré Thibaud, mais j’ai appris là une chose essentielle sur le rôle de jury. Quand vous hésitez, vous vous ralliez naturellement au groupe. C’est un biais cognitif du cerveau.

Le cerveau aimant la répétition, entendre sans cesse des louanges sur Paul et le voir passer en dernier alors que tout le monde était épuisé a augmenté mon appréciation. Dans le jury, il y avait une spectatrice qui a un rire… reconnaissable. Elle n’en pouvait plus de s’esclaffer, et a confessé par la suite qu’elle ne riait pas vraiment pour la prestation, mais pour l’ambiance d’alors.

Entendons-nous. Paul Mirabel a été très bon. Ce moment a sublimé sa prestation, qui allait de toute façon être correcte. Ajoutez à un bon tirage le fait de passer après une dizaine de mecs pas au niveau et vous obtenez un triomphe. Je les aurais objectivement mis ex-aequo, Paul et Thibaud.

Même si j’ai trouvé sa voix différente sur scène et dans la vie, j’ai adoré le passage de Thibaud. Il y avait le talent du comédien, une fougue dans le jeu et un texte ciselé au plus près de la justesse. La fin, c’était juste un moment de grâce. Marc Tourneboeuf, qui a une fin similaire, pourrait en prendre de la graine car c’était encore un cran au-dessus !

Sélection Paris Best de l'Humour, acte IV : apprentissages

J’ai appris beaucoup dans ces soirées. La compétition entre humoristes a révélé que dans le milieu, les stand-uppers du circuit classique sous-estiment Clément K. La raison principale, c’est qu’il joue un peu moins qu’eux. Après, connaissant le garçon, je sais qu’il a de quoi plaire au public – à la Petite Loge, c’est déjà le cas. Mo le décrit en off comme le futur Guillermo Guiz, une analyse évidemment prématurée qui le dessert.

D’ailleurs, Clément a tout du type modeste. Je vois dans les commentaires de ses adversaires la peur d’être mis de côté pour des raisons partisanes. Certains humoristes présents dans ces soirées-là travaillent d’arrache-pied. Ils en veulent, ils ne trichent pas et ils n’ont souvent personne pour gérer leur carrière. Comme Clément, ils travaillent à côté car ils ne vivent pas encore de leur art. Je peux comprendre leur réaction, même si elle n’est pas recevable. En tout cas, j’aimerais vraiment que pour 2019, le niveau s’élève. Je veux que la décision soit difficile, et les talents plus nombreux.

Je formule donc ce conseil aux humoristes : dépassez vos préjugés et postulez pour l’année prochaine. Parce que si je suis encore jury, je ne tolérerai plus de blagues d’humoristes de foire avec des faux poils pubiens apparents. Je sortirai de la salle si je suis témoin d’un ajustement de sous-vêtements qui dure plus de trois minutes. A l'inverse, j'ai eu de la peine pour Tatiana Djordjevic, qui était au mauvais endroit pour prouver son talent. Pour finir, je vous avouerai que contre toute attente, le jury a fait preuve de justesse sur Paris. Qu’il en soit ainsi lors de la finale ! Je n ’y serai pas, et ça va durer longtemps, alors allez-y avec un thermos et des pantoufles.

Mise à jour : Paul Mirabel a, sans surprise, remporté la finale. Dauphin, Clément K démontre que les sélections parisiennes ont révélé les meilleurs talents dans le cadre de ce festival.

Crédits photo

© Laura Gilli, photo prise lors du Campus Comedy Tour

[post_title] => Sélection Paris Best de l’Humour - J’étais membre du jury ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => selection-paris-best-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:57:42 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:57:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5561 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 5470 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-01 20:34:52 [post_date_gmt] => 2019-01-01 19:34:52 [post_content] =>

Comme l'an passé, les professionnels de l'humour se mettent en marche pour dénicher les jeunes talents du rire. Depuis novembre, ils s'activent pour mettre en lumière ces futures pépites lors des Best de l'Humour 2.

Les Best de l'Humour récidivent donc après une première un peu longue mais très enrichissante. J'avais vécu cette soirée avec beaucoup de passion. Par exemple, j'avais fortement réagi en voyant que Nicolas Fabié ne figurait pas parmi les sélectionnés, oubliant un peu l'essentiel.

Best de l'Humour 2 : une antichambre du rire qui en veut

Pour avoir vu la plupart des finalistes de l'époque, le résultat était finalement homogène et j'ai fini par être agréablement surprise par des humoristes comme Farah et Jessica Anneet. D'autres, comme Alexandra Pizzagali et Bruno Peki, ont immédiatement su me plaire.

Les sélections sont encore en cours et vous avez la possibilité d'y assister à Paris les 10 et 14 janvier au Théâtre du Marais. Quant à la grande finale, elle aura lieu à l'Alhambra le 29 janvier.

Le calendrier est plus clément pour les Best de l'Humour 2, car la soirée découvertes du Festival d'Humour de Paris a lieu cette année le 26 février. Je le précise car la puissance d'un Jean-Marc Dumontet et d'une Antoinette Colin (Le Point Virgule et leur razzia récente de théâtres montre leur influence dans le game...) aurait pu vous détourner d'une soirée avec des moyens réduits sur la même semaine.

Notre conseil : ne manquez pas ces présélections, les jeunes artistes ont besoin de votre soutien ! Sait-on jamais, certains feront peut-être l'Olympia ou l'un des gros théâtres de Jean-Marc Dumontet d'ici 5 à 10 ans... En plus, le spectacle sera un peu moins long que la grande finale ;)

Crédits photo

© Les Best de l'Humour. La photo remonte aux présélections de la première édition à Nantes, dans un lieu emblématique de l'humour. Si vous souhaitez faire un tour de France du stand-up, c'est au West Side Comedy Club que vous devez vous rendre en priorité ! Et oui, vous y reconnaissez peut-être Nicolas Fabié, que je n'ai pas oublié depuis l'an dernier...

[post_title] => Best de l'Humour 2 : la sélection, c'est maintenant [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => best-humour-2-selections-finale [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:58:05 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:58:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5470 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 3325 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-18 17:28:15 [post_date_gmt] => 2018-01-18 16:28:15 [post_content] => Lundi 15 janvier, 12 finalistes se partageaient la scène de l'Alhambra pour devenir le Best de l'Humour. Par meilleur, on entend découvertes : ce tremplin francophone a réuni des candidats venus de tous horizons. Six d'entre eux seront en tournée avec le Printemps du rire. La grande gagnante, Farah, sera en première partie d'une soirée au Zénith de Toulouse et bénéficiera de 2 showcases. Le spot du rire y était, et on vous raconte.

Du beau monde sur la scène comme dans le public

Arriver à l'Alhambra lors d'une procession de jeunes artistes, c'est la garantie d'en voir autant dans le public. On retrouve donc de nombreux talents sur les sièges de l'Alhambra. Nadim, Félix Radu, Jean-Patrick Bettini ou encore Edgar-Yves Monnou et Florent Mathey n'ont pas perdu une miette du show. La soirée, organisée par Mo Hadji de l'agence Bazar, se prolongera pendant plusieurs heures. L'Eurovision n'a qu'à bien se tenir. Sur scène, Clément Kah, nouveau poulain du Cactus Comedy, est le maître de cérémonie. Ce jeune humoriste, sorti d'une école de journalisme, est dans son élément. Il alterne les passages d'humour et la présentation des différents humoristes. Cette soirée est l'occasion de placer de nombreux artistes, dont les DesGars qui mêlent humour potache et acrobaties.

De belles découvertes

Parmi les 12 finalistes, certains jeunes talents étaient effectivement prometteurs. On retrouvait notamment la très talentueuse Alexandra Pizzagali, notre découverte d'octobre. Au spot du rire et avec tous les artistes stand-up présents dans le public, on a adoubé à l'unanimité Nicolas Fabié. Sélectionné au West Side Comedy Club à Nantes, ce jeune talent s'est bercé dans la culture stand-up et ça se voit. Aujourd'hui, la thématique de la rupture est répandue : Kyan Khojandi, Charles Nouveau et bien d'autres l'ont fait avec originalité. Il n'empêche : on avait l'impression de voir une prestation pleine de fraîcheur. Autant vous dire que lors du verdict, on était déçu de son absence dans les 6 retenus pour la tournée ! Il y en aura d'autres, les festivals et autres sélections n'ont jamais bâti des carrières. Le talent, si. Le jeune Bruno Hausler a aussi démontré qu'il n'avait pas volé sa place. Les habitués du Paname Art Café ont aussi pu retrouver l'étonnant Yassine Hitch et son corps élastique. Quant à la gagnante, Farah, elle n'était plus vraiment une découverte puisqu'elle est une habituée du Cactus Comedy ! Son humour, souvent qualifié de trash ou féministe, rejoint la lignée d'autres humoristes sur ce créneau. Cela ressemble un peu à ce que fait Tania Dutel, mais il ne faudrait pas faire l'erreur de comparer les deux femmes. Non seulement, Farah est dans le milieu depuis 2 ans seulement, et puis il est bien plus facile de se faire une idée du talent de Tania, qui a déjà joué plusieurs spectacles. Ce type d'humour n'est pas pour tout le monde, mais il faut souligner les belles trouvailles dans le passage de Farah !

Un niveau inégal

Proposer 12 talents, c'est audacieux pour deux raisons :
  • cela prend du temps ;
  • leur offrir de longs temps de passage allonge la durée du spectacle ;
  • le niveau est hétérogène.
A l'inverse, sans ce type de soirée, beaucoup n'auraient jamais pu jouer dans une grande salle de spectacle. De même, aller dénicher des talents est difficile. Il faut compter sur un bon cru lors des sélections et faire les bons choix. Quand l’œil s'habitue à voir certaines formes d'humour et à en délaisser d'autres, difficile de réécouter des blagues faciles, vues et revues. Et lorsque le spectateur juge, il a du mal à identifier si le passage est un raté d'un soir ou symptomatique d'un humour qui ne marche pas. Un rapide coup d’œil aux critiques sur le web montrent que nous n'avons pas dû voir les mêmes prestations, tant ces critiques sont dithyrambiques et unanimes.

Moralité : en finir avec la culture à 2 vitesses, ce serait sympa, non ?

Une chose est sûre : je me dis, après cette soirée, que l'on ne doit plus se dire que ça marchera en province, mais ici, ce n'est plus possible de voir ça. Pourquoi ? Parce qu'avoir la paresse de proposer un humour à 2 vitesses, c'est dénigrer le public. J'ai amené du public de province et parisien au Paname Art Café, et je peux vous dire que ceux qui ont le plus ri des subtilités du stand-up, ce sont les premiers. Et je me souviens de l'offre théâtrale résumée en 2 ou 3 têtes d'affiche à 50 kilomètres du domicile... Au final, on va voir celui qui vient au détriment de celui que l'on veut voir... A l'inverse, penser que le public parisien peut n'apprécier que de l'humour élitiste, perché ou autre, c'est peut-être aussi se tromper. Mais c'est sûrement mon côté normand qui ne tranche jamais qui doit parler ! En résumé : merci aux initiatives, comme celles-ci ou le Point Virgule on the Road, d'aller toucher les publics ! [post_title] => Les Best de l'Humour : retour sur la finale à l'Alhambra [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => best-humour-finale-alhambra [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:16:24 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:16:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3325 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 2015 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-06-25 17:34:54 [post_date_gmt] => 2017-06-25 15:34:54 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Les habitués du spot du rire connaissent le plateau d'humour Cactus Comedy, à redécouvrir pour une date exceptionnelle le 5 août au Grand Point Virgule. Le Cactus se revendique pas comme les autres : on ne cherche pas à titiller les limites de la liberté d'expression. On l'envisage sans limite, pure et totale. Le spot du rire a été convié dans les coulisses du Cactus Comedy de juin avec BenH à l'animation. L'occasion idéale pour prendre la température avant et après le show. Ce soir-là, on retrouvait également Alexandra Bialy, Alexandra Pizzagali, Félix Djhan, Ghislain et Nadim. Rendez-vous pris au Théâtre de la Contrescarpe avec un peu d'avance...

Un before Cactus Comedy au bar

Comme tous les humoristes ne se connaissent pas forcément, on se donne rendez-vous un peu plus de deux heures avant le plateau Cactus Comedy.

Les deux Alexandra sont les plus ponctuelles, mais ce n'est pas pour cela que les autres sont sérieux. Ghislain se dédouble entre le 33 Comedy Club et le Cactus, doté d'un Vélib de fortune en pleine canicule. Nadim sort du boulot, doté de sa trottinette et de son T-shirt iconique, celui qui nous interroge : « Être ? », ça veut dire quoi, au fond ? Perché bien comme il faut, ce Nadim ;-)

BenH, qui anime, se retrouve donc à attendre que l'équipe soit au complet pour régler les détails de régie : comment les lumières doivent-elles s'actionner, à quel moment ? Combien de minutes tout ce beau monde va-t-il devoir passer ? Alexandra Bialy, surprise de passer 10 minutes au lieu de 5 comme elle le pensait, jongle entre sa panoplie de personnages pour incruster un passage en plus de dernière minute. Félix Djhan doit trancher sur sa fin de passage, mais il finit par trouver la parade : il saluera à la fin, comme ça il pourra jongler entre ses 2 sketches comme il le sentira sur le moment. Après tout, on s'adapte toujours au public en mode agile. Les as de la gestion de projet comprendront. Pour les autres, c'est comme improviser à la dernière minute.

Cactus Comedy : prise de risque

Le Théâtre de la Contrescarpe, c'est un lieu atypique. D'aucuns trouvaient la programmation élitiste auparavant, mais aujourd'hui, ce lieu du très huppé 5e arrondissement de Paris joue des coudes avec d'autres endroiits, sans trop se prendre au sérieux finalement. J'avais déjà vu un autre spectacle là-bas, appelé l'Exercice. Le principe, c'était qu'une troupe se retrouvait sur scène avec un thème précis. Chacun des spectateurs avait la certitude de voir un spectacle unique, jamais rejoué. Un mélange d'improvisation et d'humour rondement mené, qui colle bien avec l'image du lieu : l'art théâtral, sans ôter l'humour et sans prétention.

Cactus Comedy : des artistes aux univers multiples

Alexandra Bialy ne joue pas dans les codes du stand-up : elle se revendique d'abord comédienne. Elle fait vivre ses personnages d'une manière très théâtrale. L'humour est alors un prétexte pour jouer sur la corde sensible, l'émotion. Elle semble presque gênée de ce positionnement hors de ce qui se fait en ce moment... Mais c'est là tout l'intérêt : ne pas se conformer bêtement à une mode, assumer ce qu'on est. Le point est pour Alexandra. En bonus, on lui joindra cette interview de Jérémy Ferrari et son opinion sur la catégorisation des spectacles en stand-up.[/vc_column_text][vc_video link="https://youtu.be/0S64MLE1luY?t=9m16s"][vc_column_text]BenH est rodé, habitué à l'animation. Cela lui donnera la force de revenir sur scène, à chaque nouveau lancement, en ôtant un vêtement. Un beau pied de nez à la canicule. Merci au rideau d'avoir été là pour cacher certaines parties.

Alexandra Pizzagali joue la carte de la folie en incarnant un personnage extrêmement cassant, quitte à être dépourvu d'humanité. Rassurez-vous : elle nous livre en exclusivité un portrait humain, voire attachant, de ce personnage...

Alors que Ghislain se prépare, les autres discutent de son cas : pour eux, ce mec ose tout. L'air de rien, il est profondément drôle. Ce portrait semble un peu évasif, mais quand on connaît bien le personnage, on comprend subitement tout.

Nadim passe un temps fou à essayer de caler son sac à dos derrière sa trottinette. La scène est tellement drôle qu'il pourrait la faire sur scène, mais j'imagine qu'il a déjà beaucoup de matériel.

Félix Djhan parle avec une charmante jeune femme avant de rejoindre la troupe, mais on ne saura pas de qui il s'agit. Cela ne semble pas étonner son camarade BenH, hilare.

Cactus Comedy : un plateau d'humour à l'identité forte

Au Cactus, on revendique la présence d'une troupe, où ça ne se tire pas dans les pattes. L'esprit de groupe prévaut sur les egos et autres individualités, enfin c'est ainsi que les membres du Cactus aiment se décrire. Au final, on sent que l'esprit de compétition, c'est entre ce plateau et tous les autres. Il y a une véritable volonté de créer un ADN spécifique, des valeurs fortes autour de la promotion de ces artistes.

On sent la présence visionnaire du taulier du game, Mo Hadji. Si vous ne le connaissez pas, c'est que vous n'êtes pas artiste. Mo gère de nombreux artistes dont BenH, Félix Djhan ou encore notre résident humour Nadim. Il programme et produit des spectacles. Enfin, il ne s'en sort vraiment pas mal du côté de la communication - on s'en serait douté, en même temps.

Humour acéré : humour politisé ?

On pourrait s'attendre à quelque chose d'engagé, politisé. En fait, cela n'a rien à voir. Si vous vous attendez à voir des humoristes altermondialistes fustiger le monde de la publicité et le capitalisme sanguinaire, ce n'est pas le concept. Le Cactus est beaucoup plus ouvert que cette image-là : d'ailleurs, de nombreux humoristes non-résidents viennent s'y greffer. Au final, le Cactus est assez pluridisciplinaire et bon enfant. Au plus grand plaisir du public.

Les coulisses du Cactus Comedy de juin 2017 en images

Programmation du Théâtre de la Contrescarpe : avec le Cactus ComedyBenH prépare le Cactus ComedyAlexandra Bialy et Alexandra Pizzagali au Cactus ComedyNadim et Félix Djhan au Cactus ComedyLes coulisses du Cactus Comedy : sur scèneBenH et Alexandra Bialy au Cactus Comedy[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Infiltrée au Cactus Comedy : les coulisses d'un plateau d'humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cactus-comedy-plateau-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:27:30 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:27:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2015 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 3 [filter] => raw ) ) [post_count] => 6 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 7961 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-03 16:14:00 [post_date_gmt] => 2020-01-03 15:14:00 [post_content] =>

Les Best de l’Humour 2020 reviennent pour une troisième édition. Ce concours, chapeauté par Mo Hadji en partenariat avec le Printemps du Rire, suscite généralement de vives réactions chez moi.

Cette année encore, Mo Hadji m’a proposé de rempiler en tant que membre du jury des sélections parisiennes (ouvertes au public), et (nouveauté pour moi !) de la finale du 14 janvier à l’Alhambra.

Ils se départageront pour 2 enjeux majeurs (source) :

Les 6 gagnants participeront à notre Soirée de Gala le 6 mars à Diagora Labège et à notre Tournée des Jeunes Talents en Haute-Garonne, soutenue par le Conseil Départemental 31. Le grand gagnant sera programmé en plus à La Nuit du Printemps le 27 mars au Zénith de Toulouse.

Le Printemps du Rire

Best de l’Humour 2020 : qui succèdera à Farah et Paul Mirabel ?

Des sélections ont actuellement lieu dans toute la France, à Bruxelles et Genève. Le calendrier est très serré, puisque certains candidats se qualifieront seulement quelques jours avant la finale ! Dans chaque salle, tous se disent : « Enfin un festival où Paul Mirabel ne peut plus gagner, n’est-ce pas ? ».

C’est vrai qu’il a été redoutable, du Campus Comedy Tour au Festival d’Humour de Paris. Cette année, je ne sais pas tellement à quoi m’attendre. Le tremplin gagne en notoriété, et les candidatures pleuvent.

Je m’attends tout de même, comme pour les éditions précédentes, à des niveaux et des styles très variés. Le panel ne représentera pas le « meilleur » des talents (aucun concours ne peut le prétendre !) mais leur diversité. Je vais juger ces gens avec une certaine curiosité, et plus de bienveillance.

Petite inquiétude : avant les sélections parisiennes, aucune femme n’est qualifiée. Habituellement dans ce concours, il y a certes plus d’hommes que de femmes, mais je n’ai pas le souvenir d’une répartition aussi déséquilibrée. Affaire à suivre avec les deux derniers finalistes ?

Finalement, aucune femme ne participera au concours… Il y en avait parmi les présélectionnés pourtant.

La finale des Best de l’Humour : résumé

Les qualifiés pour la finale à l’Alhambra

Avant les sélections marseillaises, je connais Inno JP et Basile. Inno JP a participé au gala de Kyan Khojandi, Derrière un micro Paris-Bruxelles. Basile est l’un des protagonistes des Tocards, et comme je suis allée à Nantes, je l’ai vu…

À Lille, la future recrue du Laugh Steady Crew, Noah, a dû s’incliner face à Julien Bing. Noah m’a confié avoir vécu une belle expérience, c’est l’essentiel pour lui.

En tout cas, je connais bien trop peu les gens de la liste (et encore moins ceux qui ont tenté leur chance) pour juger… Il faudra se rendre au théâtre pour connaître les forces en présence !

Qualifiés aux Best de l’Humour 2020Ville
Yassir BouchnafaToulouse
Doug le friséMetz
Inno JPBruxelles
Funky FabBruxelles
Romain JacquesGenève
BasileNantes
Julien BingLille
BedouMarseille
Yanisse KebbabLyon
Lucas VolpiNice
Yazid AssoumaniParis
Cyril HivesParis

Épilogue : mon top 6 des sélections parisiennes

On n’allait pas vous laisser sans revenir sur les sélections parisiennes ! Il y avait 25 candidats pour 2 tickets gagnants. Plus deux chauffes (Ike et Karim) qui ont été bons, mais pas assez pédagogues pour emmener le public dans une ambiance bienveillante. Le jury a bénéficié de l’aide du destin, car deux humoristes ont distancé le reste du groupe : Yazid Assoumani (35 points) et Cyril Hives (20 points). De fait, nous étions très partagés pour le peloton des outsiders… Voici les artistes ont su me parler et pourquoi.

6e : Aude Alisque

Il lui a suffi d’un mot, le premier qu’elle a prononcé. Avant le concours, j’avais envie de choisir Aude Alisque plus qu’une autre pour sauver l’honneur et inviter au moins une femme à l’Alhambra.

Ce n’était pas une histoire de quotas, mais davantage de conviction artistique. Je crois plus en la proposition artistique d’Aude en général, il lui fallait pourtant vraiment se distinguer ce soir-là. Et malgré son entrée en scène, elle n’a pas su le faire (mauvais choix de passage ?). La proposition était intéressante mais trop juste ce soir-là.

5e : Tahnee

Tahnee a été l’une des rares humoristes à ne pas faire de faux pas. Tout fonctionnait plutôt bien, et en plateau d’humour, ce serait passé comme une lettre à la poste.

Mais pour ce festival, on attendait peut-être plus de Tahnee. La fraîcheur de son stand-up était insuffisante pour qu’elle marque les esprits comme elle a pu le faire ailleurs. À sa décharge, elle passait dans le second groupe qui a eu un mal fou à connecter avec le public… Si cette connexion avait opéré et que Tahnee avait été un cran au-dessus, elle aurait pu faire quelque chose de fort. La prochaine fois, elle prendra sa revanche.

4e : Nicolas Fabié

C’était le meilleur de la deuxième session. Son storytelling fonctionnait, mais manquait de folie. S’il avait pu mettre tous les moyens de régie de son côté, il aurait retourné la salle. Au lieu de ça, Nicolas Fabié a obtenu un consensus au niveau du jury : tout le monde l’a bien aimé, mais ils devaient l’attendre au tournant. De fait, il a été un outsider plus qu’un vainqueur en ce 12 janvier.

Pour ma part, je sais qu’il aurait pu faire mieux, mais qu’il a fait tout ce qu’il a pu dans les circonstances à sa disposition. Peut-être plus d’interactions auraient changé la donne ? On ne peut pas refaire l’histoire…

3e : Avril

Avril a participé à la première session, à l’inverse de Nicolas et Tahnee. Si le public était moins nombreux, il était plus réceptif. Au niveau des conditions, ça allait donc plutôt bien…

Mais au moment où il montait sur scène, Yazid Assoumani a pris la décision de quitter la salle. Il voulait être le plus discret possible et revenir en loge, mais l’accès était condamné. Distrait, le public n’a pas été aussi perturbé que l’artiste. Avec plus d’expérience, Avril aurait saisi l’opportunité pour marquer les esprits. Or sur le vif, il a été pris de court.

À ce stade, il avait encore des chances de bien faire. Plus il était sur scène, plus il rattrapait son retard dans un passage qui montait en puissance. Le hic : il a choisi de tester quelque chose d’assez neuf plutôt que de proposer un passage sûr qui le définisse.

Avril se cherche encore, et en envoyant ce message au jury, il ne pouvait pas parler à mes confrères. Moi, j’ai voulu saluer la prise de risque et la prestation. Au final, il y avait l’ADN d’Avril, ces questionnements interminables. Moi, je le connais, mais les autres le découvraient et n’avaient pas sûrement idée de ce qu’il se passait. Donc, quand il trouvera le passage qui livrera son univers sur un plateau, il séduira tous les jurys du monde. Là, il les a laissés de marbre.

2e : Yazid Assoumani

Yazid Assoumani a livré une prestation impeccable. Son passage, rodé en plateau des mois durant, était parfait. Il donnait à voir tout son talent et son univers. Il a donc fait l’unanimité.

Je ne l’ai pas mis en tête de mon classement, car je cherche la petite étincelle qui montre qu’un artiste peut surprendre. Faire un pas de côté et nous rattraper dans la seconde qui suit. Yazid n’aurait vraiment pas pu faire mieux ce soir-là, et il a fait le bon choix. Sa qualification unanime est logique…

1er : Cyril Hives

…Mais celui qui est vraiment sorti du lot, c’est lui. Cyril Hives, le stand-upper qui a toujours un coup d’avance sur la tendance du LOL. Son passage partait fort, trop fort. Un choix audacieux, parce que cela oblige à avoir un impact fort durant six minutes.

Il a été bon tout le long. Or comme son passage perdait un peu en intensité, tout ce qu’il pouvait faire après ce début tonitruant paraissait fade. C’était meilleur que bien des propositions ce soir-là, mais le contraste le desservait.

Qu’à cela ne tienne, le niveau assez moyen des prestations globales ne menaçait pas Cyril Hives. Il a pris des risques tout en sachant montrer son univers. Pour moi, il l’a emporté haut la main, en sortant de sa zone de confort. C’est aussi le fruit de mois de travail pour se renouveler, et je n’ai pas l’ombre d’un doute sur mon choix.

Performances globales

Il y avait plusieurs écoles : les comédiens au jeu impeccable, qui devraient vraiment collaborer avec un auteur. Très charismatiques, ils devenaient des coquilles vides en raison de leur texte soit peu original, soit sans intérêt.

De l’autre côté, il y avait ces propositions artistiques au stade d’embryon. Prometteuses, elles montraient qu’il y avait encore beaucoup de travail. Je suis de ceux qui pensent que tout s’apprend, sauf le fait de proposer quelque chose d’original. Et l’originalité était bien cachée sous des prestations inégales.

Globalement, on pouvait donc émettre un constat fort : le niveau parisien n’était pas folichon. Dans un entre-soi artistique qui leur fait courir les plateaux, ils peinent à progresser de manière significative.

Les raisons diffèrent vraiment d’un artiste à l’autre, mais cette stagnation pourrait disparaître. Si on choisissait 10 personnes sur les 25 présentes ce dimanche, et qu’on les mettait dans une troupe genre Star Academy du LOL, ils pourraient se nourrir d’univers bien différents.

Si une école de la sorte, avec une dizaine de professionnels de qualité et un vrai suivi artistique pour ne pas mettre des gens dans des cases existait… Les humoristes français deviendraient invincibles. Appelez-moi quand un tel projet voit le jour, je signe !

[post_title] => Best de l’Humour 2020 : les qualifiés de l’acte III [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => best-humour-2020-qualifies [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-15 10:10:05 [post_modified_gmt] => 2020-01-15 09:10:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7961 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 6 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 89aaaeab803ba8b8b2f22c7abcef45c7 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Mo Hadji

Best de l’Humour 2020 : la tournée des sélections

Best de l’Humour 2020 : les qualifiés de l’acte III

Le spot du rire : votre guide humoristique indispensable

Votre média web humour, le spot du rire, a 2 ans !

Sélections Paris Best de l'Humour : Paul Mirabel, l'un des finalistes à Paris

Sélection Paris Best de l’Humour - J’étais membre du jury !

Best de l'Humour 2 : les sélections des nouveaux talents

Best de l'Humour 2 : la sélection, c'est maintenant

Les Best de l'Humour à l'Alhambra

Les Best de l'Humour : retour sur la finale à l'Alhambra

Coulisses Cactus Comedy plateau humour

Infiltrée au Cactus Comedy : les coulisses d'un plateau d'humour