Publications liées au mot-clé : absurde

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => absurde
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 216
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => absurde
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 216
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => absurde
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 216
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => absurde
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 216
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 216
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 216
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => absurde
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 216
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (216) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (216) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (216)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011065
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-07-21 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-07-21 06:00:00
                    [post_content] => 

Des mois après le passage de Yacine Belhousse à l’Européen, j’ai regardé Yacine Belhousse joue son spectacle en replay (disponible sur MyCanal et Comédie+). Comme l’humoriste ne m’avait pas autant convaincu dans Révolutions et qu’il n’avait pas besoin de moi pour l’aider à remplir, j’ai passé mon chemin. Aujourd’hui, je reconnais solennellement mon erreur.

Yacine Belhousse joue son spectacle : un aboutissement artistique ?

Ça y est, j’ai donc compris le génie de Yacine Belhousse. L’ancienne moi, sceptique face à tant de fanatisme chez ses pairs, retourne donc aujourd’hui sa veste avec un plaisir non dissimulé.

La première chose à comprendre, c’est qu’on peut créer un spectacle original sans perdre son public. Tant de spectacles commencent avec des débuts rassurants, sans prise de risque. Oubliez cela avec Yacine Belhousse. Dès les premières secondes, le spectacle déborde de créativité. L’univers est planté sans aucune préparation édulcorée. Les bruitages, histoires et situations ubuesques se succèdent.

Résultat : même derrière mon écran, j’éclate de rire. Cela devient rare, à force de voir des spectacles… Il faut vraiment y aller pour me provoquer quelque chose.

Pas que pour les puristes : une originalité accessible

Je ne connais pas bien le début de carrière de Yacine Belhousse. En revanche, en regardant son spectacle, j’ai le sentiment d’un aboutissement. Vu mon attrait pour l’originalité, il était finalement étrange que je ne soutienne pas tant que ça cet artiste. Je suis simplement passée à côté, pour des raisons qui m’échappent. Adrien Montowski, j’ai compris tout de suite. Jean-Philippe de Tinguy, idem. Je ne vous parle même pas de William Pilet : vu en coup de vent sur scène, je sais déjà que j’aime.

Alors, quelles raisons expliquent mes œillères d’antan ? Je connais bien sûr la première : mon attrait pour les artistes qui commencent à éclore. Comme si je jouais les devins, j’aime me projeter dans la suite fructueuse, parier sur un cheval qui vient de commencer à trotter. Quand la personne a déjà construit sa légitimité, j’ai plus de mal à la conter. Et c’est donc un plaisir bien plus jouissif, a posteriori, de faire ce chemin et de comprendre un artiste… après la tempête.

Mais il y a plus que ça. Je trouve ce spectacle si bien ficelé que Yacine Belhousse n’a pas à ramer pour embarquer le public. Cela semble naturel : comme souvent dans ce cas de figure, c’est la preuve d’un travail acharné. À peaufiner dans les plateaux, mais pas seulement. Pour l’avoir souvent vu dans les caves parisiennes, j’ai retrouvé certains passages. Mais contrairement à d’autres artistes, les passages en plateau ne divulgâchent pas l’ensemble. L’atmosphère du spectacle complet est unique, envoûtante.

Bref, c’est la grande classe et ça prouve que ceux que je trouvais fanatiques avaient simplement compris. Je vous souhaite que le même constat vous saute à la gueule quand vous regarderez ce spectacle.

[post_title] => Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-joue-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:08 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011065 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010090 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-01-27 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-01-27 07:00:00 [post_content] =>

Connaissez-vous William Pilet ? Cet humoriste inclassable puise dans l’absurde et une ribambelle d’accessoires pour divertir son auditoire. Loufoque, décalée et inoubliable : voilà l’expérience qu’il offre au spectateur !

William Pilet, à contrecourant de l’humoriste normal

Avez-vous déjà lu un descriptif de spectacle aussi alléchant ?

Autodidacte inventif, perturbant et perturbé, William Pilet est à la jonction entre l'humour british à l'anglaise et l'humour noir comme un café sans lait. En scène, ses armes sont : piano, harmonica, briquet, fourchette... Son pari : faire rire avec si peu ! Avec la retenue d'un Dr. Jekyll et surtout la fausse pudeur d'un Mr. Hyde, William vous démontrera que la logique c'est surfait et qu'être « normal », ça n'existe pas.

William Pilet fait partie de ces artistes dont le résumé ne suffit pas à dépeindre tout le potentiel. Car quand on pense à l’absurde, on peut imaginer une volonté de fuir le réel et le terre-à-terre. Des gags à la chaîne qui repoussent les limites du réel.

Son nouveau spectacle, Normal n’existe pas, semble réunir tout cela… mais pas seulement !

Un as de l’écriture, une voix bientôt iconique

Or William propose également des contenus plus classiques, très soignés. Très écrits, aussi. Des odes verbales qui rappelleraient presque (pardonnez-moi cette comparaison audacieuse) la prose d’un Édouard Baer. Il faut dire que sa voix est un atout qu’il partage avec nous pour notre plus grand plaisir !

William Pilet, taulier de la scène humoristique nantaise

William Pilet n’est pas exactement un nouveau venu dans le milieu de l’humour. Le public nantais le connaît depuis plusieurs années : en 2014, il jouait notamment son premier spectacle À vue de nez à la Compagnie du Café-Théâtre. L’objectif : « redonner une nouvelle jeunesse au comique d’accessoires ».

Sur la fiche du spectacle, on apprend même que ses débuts remontent à 2009 ! Vous l’aurez compris : on a affaire à une pépite, sans doute passée sous les écrans radars de nombreux observateurs et qui mérite qu’on y prête attention après tout ce temps…

Besoin d’un dernier argument pour être convaincu ? Le voici : William Pilet se décrit tel un touche-à-tout, et on le croit sur parole ! Son livre Mon lit a notamment vu le jour grâce à une campagne de financement participatif… L’interview ci-dessous vous en apprendra un peu plus sur ce personnage haut en couleur !

En résumé

On se réjouit de commencer 2021 avec une recommandation artistique aussi poétique, inventive et polyvalente que celle de William Pilet. Avouez-le… On vous propose un beau coup d’envoi pour l’humour de qualité, pas vrai ?

[post_title] => La découverte du mois – Janvier 2021 – William Pilet [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-william-pilet [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-21 16:14:44 [post_modified_gmt] => 2021-01-21 15:14:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010090 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1005984 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-03 11:24:07 [post_date_gmt] => 2020-05-03 09:24:07 [post_content] =>

Peinture sur chevaux 2 : ceci est le titre du spectacle de Blaise Bersinger. Diffusé sur la télévision suisse le 2 mai dernier, il en dit beaucoup sur le comique sur scène : il ne cède pas à la facilité ! Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, et Blaise Bersinger a surpassé mes attentes.

Peinture sur chevaux 2 : la fresque d’un univers artistique abouti

Pour situer la place de Blaise Bersinger dans l’humour suisse, il vient de recevoir le prix SSA de l’humour. Jugez plutôt la description élogieuse de la Société Suisse des auteurs :

Ce lausannois tout en longueur et absurdité a le pouvoir rare de déclencher le rire simplement en apparaissant sur scène. Tour à tour héritier de la tradition de l’art du clown, du burlesque façon Keaton ou Chaplin, du non-sens des Monty Python, noble pourfendeur des calembours, digne héritier des chansonniers, improvisateur hors-pair, bricoleur sonore, compositeur, multi-instrumentiste et hyperlaxe, Blaise est l’inventeur d’un style unique, qui compile toutes les qualités précitées dans un tourbillon créatif humoristique qui fait le bonheur des ondes de la RTS, des réseaux sociaux, de la Nouvelle Revue de Lausanne, et des planches romandes avec son seul-en-scène Peinture sur Chevaux 2.

Le spectacle diffusé est le fruit de 4 ans de travail. 4 ans pour faire émerger un univers artistique et créer le lien avec le spectateur. Parce qu’en matière d’absurde, il ne suffit pas de créer quelque chose de différent. Blaise parvient à proposer une heure de spectacle drôle et accessible où il ne fait aucune concession artistique.

C’est l’aboutissement d’un savant mélange entre tout ce qu’il aime. De fait, on ressent pleinement le plaisir qu’il a à inventer quelque chose de fidèle à sa sensibilité et à ses envies. On lui donne un espace de liberté, récompensé par 1200 spectateurs. Un message fort à tous les producteurs en mal de prise de risque.

Un spectacle solide

Si Blaise Bersinger fait preuve d’une originalité indéniable, il se le permet parce qu’il y met beaucoup de rigueur. La réflexion autour des sketches, des bandes sonores, de l’écriture ou encore de la mise en scène est une masterclass. C’est forcément impressionnant car on regarde une œuvre aboutie, qu’on n’a pas vue naître. On aurait payé cher pour en profiter…

Les sketches se succédant, je voyais mon admiration et mon respect grimper face à mon téléviseur. Quand on y pense, il a lancé son spectacle en 2016. C’est son premier ! Et il s’impose déjà sur les planches… Bien sûr, cela fait 10 ans qu’il imagine des chroniques radio… Mais tout de même. J’imagine tout le travail abattu, le talent de Jokers pour faire émerger une nouvelle génération humour sans jeux d’ego.

Quand je pense à tous ces artistes qui passent plus de temps à raconter leur carrière qu’à la rendre mémorable, j’ai envie de les envoyer voir ce spectacle.

Peinture sur chevaux 2 : mon ressenti

Voir ce spectacle m’a fait un bien fou. Plus on voit de l’humour, plus la surprise se fait rare. Heureusement, les bonnes surprises existent encore. J’avais deviné la qualité de ce spectacle, mais je n’avais aucune idée de la forme qu’il prendrait.

J’applaudissais, je me tordais même de rire parfois. J’étais loin de l’analyse. Au risque de me répéter, je commence à me dire que les clowns sont ceux qui me font le plus rire. La finesse de l’interprétation des personnages, la facilité à passer d’un extrême à l’autre (la cause animale côtoie l’imitation de camions qui reculent, la conception hasardeuse de PowerPoint ou encore une ode au prénom Patrick)… Blaise Bersinger peut aller partout ; ce qui ne le quitte jamais, ce sont les rires du public qui l’adoubent.

Blaise Bersinger : faits marquants

Blaise Bersinger a animé la saison 2 du talk-show Mauvaise Langue. Il officie régulièrement sur la radio Couleur3 et d’autres stations pour des chroniques à base de gags sonores et de personnages loufoques.

En parallèle de ce spectacle, il a écrit et mis en scène la Nouvelle Revue de Lausanne, Monstre ambiance. Là aussi, il a su insuffler son univers pour proposer une œuvre à l’humour décapant.

Pour voir le spectacle Peinture sur chevaux 2, vous aviez un mois pour le regarder sur la chaîne RTS Deux. Depuis la France, il n’était pas possible d’y accéder sans un bouquet de chaînes suisse ou un VPN. Mais la situation évolue : le spectacle sera disponible au fur et à mesure sur la chaîne YouTube de Blaise Bersinger dès le 16 juin !

[post_title] => Peinture sur chevaux 2 : démonstration de Blaise Bersinger [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => peinture-chevaux-2-bersinger-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-06-15 21:35:00 [post_modified_gmt] => 2020-06-15 19:35:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1005984 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 7352 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-14 13:05:10 [post_date_gmt] => 2019-11-14 12:05:10 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Mercredi 13 novembre 2019, la comédie alternative arrivait de manière assumée en France dans un minuscule plateau du 11e arrondissement de Paris. À l’animation et la programmation, Humourman réalisait mon rêve.

Top départ pour la comédie alternative à l’Étage Comedy Club

Guilhem, alias Humourman, a eu la brillante idée de mêler la musique techno au délire. Écoutez-moi ces splendeurs de musique synthétique, que je connaissais absolument toutes, évidemment. Eh oui, on était sur un délire « alternative remix » pour présenter la différence des humoristes présents.

Il y avait des fous, des sacrément névrosés et des lunaires. Un alien a même pris le micro ! À ce stade, vous devez vous dire si je prends des produits illicites (poke Antek). Ok, je vous perds vraiment.

De quoi parle-t-on ?

La comédie alternative s’oppose par définition au courant dominant. Actuellement, le stand-up sur les parties génitales est le courant dominant. Il y a aussi un peu de métro, et de nouvelles masculinités/féminités. Les fêlures, tout ça. Et franchement, c’est très bien. Je caricature un peu, mais vous avez l’image.

Cependant, parfois, on a envie d’autre chose. C’est pour cela que Yacine Belhousse est aussi populaire auprès des humoristes, et a un public très engagé. C’est aussi pour ça que les soirées comme le Bunker Comedy Club affichent complet.

Est-ce un vrai truc ?

Paradoxalement, le public n’a pas encore intégré la culture stand-up partout. Ça confond encore stand-up et one-man, parce que globalement, les gens veulent se marrer. Il faut commencer à être vraiment spécialiste, comme pour ceux qui distinguent la techno ou EDM de l’eurodance, de la trance et de l’uplifting. En gros, chaque secteur culturel a son jargon, et personne n’y comprend rien.

Les humoristes ne se définissent pas encore comme alternatifs. La presse les qualifie volontiers d’OVNI du rire, et ça attire. La différence, ça plaît, parce que qui veut se définir comme étant dans la norme ? Pas grand monde…

[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=i1EFZaoqZ_w"][vc_column_text]

Il y avait deux équipes hier soir : d’abord les amis de la névrose, Renaud Sanviti et Aude Alisque. Ensuite, les fous ou extraterrestres, dont font partie Bobbin et Jack Line. Les simples originaux, comme Léo Filipetti ou Pierre DuDza. Et enfin, ceux qui sont dans la mouvance de Monsieur Fraize ou Jean-Philippe de Tinguy : Humourman et Nadim.

La comédie alternative, ça donne quoi ?

Voici le line-up légèrement modifié qui a joué à L’Étage Comedy Club.

Il y avait une différence : Avril a dû annuler pour rester concentré sur le Laugh Steady Crew. De fait, Jack Line l’a remplacé : un choix terriblement nécessaire tant ce gars est à part. Et si Bobbin est là, Jack Line doit aussi venir !

L’ambiance était très agréable, intimiste et bon enfant. On sent qu’on est encore aux balbutiements du genre, mais chaque humoriste tente de belles choses. Beaucoup de test et d’idées ingénieuses viennent donner de la puissance aux rires. Bobbin a sans doute été le plus percutant de tous ce soir-là. Et c’est une belle prouesse quand on invite Nadim !

Humourman/Guilhem a dû composer avec une schizophrénie scénique. Son personnage est certes fidèle à ce qu’il est, mais heureusement pour Guilhem, il quitte son costume d’Humourman dans la vraie vie. Difficile d’être efficace dans le monde réel quand on évolue avec une telle naïveté !

L’écueil de la comédie alternative

L’erreur la plus fréquente lorsqu’on se frotte à de l’absurde, c’est la tentation de faire n’importe quoi. Penser que vous pouvez opposer des idées pour provoquer un rire sûr est une erreur monumentale.

L’absurde, et plus généralement ce qui sort de l’ordinaire, cela demande une maîtrise insoupçonnée. Vous pensez que le comique fait n’importe quoi, mais il a travaillé l’ensemble. Le mieux, c’est quand l’absurde a du sens sans en avoir l’air.

C’est pour ça que ce genre n’est pas pour tout le monde. Les symptômes d’un passage où le courant alternatif ne passe pas sont :

  • les malaises qui n’aboutissent à rien ;
  • le public qui se pose trop de questions et qui décroche ;
  • un amateurisme masqué derrière une étiquette absurde.

Verdict

Fort heureusement, personne n’a créé de telle ambiance. Des flottements, il y en avait par petites touches. Le public était parfois circonspect. Les humoristes et observateurs aguerris réagissaient beaucoup mieux. Il y avait une vraie cohésion entre tous les artistes. Ça, c’était beau.

Tous les voyants sont au vert pour une belle progression de la comédie alternative. Et ça, ça fait énormément de bien ! Alors venez découvrir la comédie alternative, vous passerez une soirée extraordinaire.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Comédie alternative : un remix signé Humourman [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedie-alternative-soiree-humourman [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:20:51 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:20:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7352 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6723 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-13 10:00:56 [post_date_gmt] => 2019-09-13 08:00:56 [post_content] =>

Yacine Belhousse joue son spectacle d’octobre à décembre à la Nouvelle Seine. Habitué de la péniche, il avait en effet proposé au public son spectacle précédent, Révolutions. C’est aussi là-bas qu’il organisait les soirées Premières fois, qui vont reprendre bientôt.

Yacine Belhousse joue son spectacle : un titre en toute simplicité

L’humoriste Yacine Belhousse a de nombreuses années de scène dans les pattes. Aujourd’hui, il est une référence pour de nombreux humoristes, dont Shirley Souagnon. Shirley le désigne en effet comme son humoriste préféré, que ce soit en interview chez nous ou ailleurs…

En cause : un positionnement entre absurde et surréaliste, qui le rend unique. Humainement, le personnage est aussi d’une sympathie avérée. Enfin, il a su imposer son univers et s’y tenir, à une époque où le stand-up en France n’était pas aussi répandu.

Je n’ai pas envie de vous le survendre. C’est ce que j’ai vécu avant de le découvrir sur une heure, et il m’a fallu quelques sessions en plateau pour me faire un avis. J’aime beaucoup son passage sur les ninjas et sa manière de revisiter l’hymne national. Son segment sur les commentateurs sportifs me parle beaucoup, mais cela n’a rien d’étonnant pour une fan de Footaises comme moi. Il l’avait rodé au 33 Comedy juste avant son passage dans Soixante, si vous voulez vous faire une idée.

Bref, vous le voyez : Yacine Belhousse est donc à l’aise sur de nombreux sujets. Si vous voulez voir quelque chose de différent, son spectacle est pour vous !

Infos pratiques

Quand ?Les vendredis et samedis à 20 h, jusqu’au 14/12
Où ?La Nouvelle Seine (Saint-Michel / Maubert Mutualité)
TarifÀ partir de 18,50 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Laura Gilli

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Yacine Belhousse joue son spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-joue-spectacle-nouvelle-seine [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:18:02 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:18:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6723 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 5669 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-02-10 11:54:32 [post_date_gmt] => 2019-02-10 10:54:32 [post_content] =>

Je devais aller voir Charlotte Creyx en spectacle depuis très longtemps. Cette humoriste atypique me scotche à chaque fois. Rendez-vous pris le samedi 9 février au Théâtre de Dix Heures, à 17 heures.

Charlotte Creyx avec un X : vous n'êtes pas (tous) prêts

Pourquoi ai-je mis autant de temps à voir Charlotte Creyx ? Passée par La Petite Loge et Le Point Virgule, je lui ai promis de venir... mais les horaires ne collaient pas. J'avais malheureusement toujours autre chose à faire.

Quand j'ai vu qu'elle jouait le samedi après-midi, à un horaire où la concurrence est rude et mon sommeil préservé, je n'ai pas hésité bien longtemps.

Avant cela, j'avais vu de nombreux passages en plateaux : Dimanche Marrant, le Paname Art Café... Or c'est au Motel Comedy Club qu'elle m'a bluffée. Là, je savais qu'il ne fallait plus procrastiner en lisant des articles détaillant son parcours. Le phénomène prenait de l'ampleur. Et j'étais prête à le découvrir.

Un spectacle sans concession

Disons-le tout net : Charlotte Creyx n'est pas pour tout le monde. Elle ne cherche pas à rassembler et plaire sans substance. Son spectacle est un petit bijou, car elle va au bout des choses. La proposition artistique est osée, et elle ne reviendra pas vous chercher.

Cela ne veut pas dire qu'elle ne fera pas d'effort : dans le spectacle, vous pourrez aussi accéder à des thèmes assez familiers des théâtres. Quand elle parlera des relations hommes-femmes, soyez en alerte et reprenez le train du rire.

Alors, de quoi s'agit-il ? Un peu d'absurde, d'humour sur la noirceur du monde et une démonstration de charisme. Charlotte Creyx devient attachante lorsqu'elle joue avec son propre ridicule. Elle ne tombe jamais dans l'excès, même si elle joue régulièrement avec les limites.

Pendant le spectacle, je me suis dit que j'avais envie de le revoir juste pour son entrée. Heureusement, elle nous offre un rappel de cette chorégraphie qu'on a tous eu envie d'exécuter en public... sans jamais oser.

En vidéo : Charlotte Creyx tout aussi loufoque

Merci d'oser, Charlotte !

Combien de fois ai-je créé un malaise en société ? Cela se chiffre à plusieurs occurrences par jour. Dans un monde d'e-réputation et de masques sociaux, l'humour devient l'un des seuls échappatoires. Alors quand on joue le borderline à fond, c'est irrésistible.

Charlotte doit vraiment trouver son public, et il existe. Je l'ai entendu rire dans cette salle. Tout le monde n'avait pas forcément les clés, mais celles qui l'avaient (uniquement des filles) voulaient sortir le rire qui vient des tripes. Celui avec lequel Monsieur Fraize joue depuis des décennies.

Je l'avais, moi aussi, mais je n'osais pas le sortir pleinement. J'ai pleuré de rire à deux ou trois reprises, mais si le public était plus chaud, je l'aurais moins censuré.

La minute pédagogique : suis-je prêt(e) à aller voir Charlotte Creyx ?

Rassurez-vous : il est facile de rentrer dans l'univers de Charlotte Creyx. Il faut juste accepter de la laisser prendre le contrôle. Partir dans son univers, un peu comme pour Yacine Belhousse.

Je vous arrête tout de suite : si vous pensez que c'est encore un truc élitiste de théâtreux, vous vous mettez le doigt dans l’œil. Disons que si votre humour est terre-à-terre, que le second degré vous laisse pantois, vous pouvez jouer le rôle du spectateur aigri et passer un moment mitigé.

C'est d'ailleurs là que le spectacle vivant devient intéressant : le public joue un rôle clé dans l'explosion d'un artiste. Alors, suivez un cours express d'absurde auprès de nos talents maison (Jean-Philippe de Tinguy, Nadim...) et d'autres (Axel Cormont...). Là, vous aurez alors une chance de prendre du plaisir comme jamais dans un théâtre. Prêt à lâcher prise ?

[post_title] => Charlotte Creyx en spectacle : quelle expérience ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => charlotte-creyx-spectacle-critique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:19:33 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:19:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5669 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 4427 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-20 10:13:29 [post_date_gmt] => 2018-06-20 08:13:29 [post_content] => Lundi 18 juin, je suis revenue sur scène au Jardin S’enjaille. Ce nouveau plateau accueille autant de découvertes que de confirmés. Betty Durieux m’a proposé d’y jouer, ce à quoi j’ai répondu oui. Retour sur une expérience intense.

Cinq minutes ? Top chrono !

J’ai tellement changé d’avis sur le texte. L’idée de conserver la même chose que pour ma première fois au 33 Comedy ne me tentait pas. Alors, changeons la fin. Après tout, je l’ai brodée sur scène au dernier moment. J’avais une idée : dire que passer du temps dans le public des plateaux m’a changé la vie. Et puis, il y avait cette anecdote, passée peut-être inaperçue : je ne suis pas les humoristes jusqu’à chez eux. Je ne sais pas, c’est sorti un peu comme ça. Après la première, je voulais aussi faire table rase de ce qui a dérouté. Exit la kryptonite, Philippe Stark et les marques de céréales. Que mettre ? Le documentaire Get up stand up m’offre une réponse. Dedans, j’y vois Pierre Thevenoux. Ni une, ni deux, je crie en m’adressant à l’écran plat : « c’est Pierre Thevenoux ! ». Bonheur de voir que je suis la seule à avoir ce comportement, je pars là-dessus. Difficile de réitérer mon apostrophe à un meuble hors contexte, mais je reste sur mon cap.

Changement de cap

Un événement m’en fera dévier. L’Underground Comedy Club, samedi soir. Je parle vite fait du sketch à mon guide spirituel malgré lui, mon phare parmi les humoristes : Jean-Philippe de Tinguy. Il me dit que ce n’est pas forcément compréhensible cette histoire de télévision. Je ne l’écoute pas, la soirée passe. Puis je repense à la soirée. Au moment où je lui dis que je prends le même trajet que lui parce que j’ai de gros mollets. Bingo, personne ne peut faire ça. J’ai donc fini par orienter ce cinq minutes sur Jean-Philippe, sans le citer explicitement. Après tout, n’était-ce pas le conseil initial de Fred Cham ? Et puis, on s’en fout. Je ne m’en foutais pas. Je me disais : « Tu vas vraiment faire ça ? Et si on remonte à la source, et si les sous-entendus ? » Foutaises, ils n’ont pas attendu mon cinq minutes pour exister, ces pourparlers. Puis il reste trois jours, tu ne peux plus reculer.

Le jour J

Motivations floues, expérience scénique inexistante, frustration face au travail d’apprentissage et à l’inexpérience. L’envie me quitte, me fait glisser vers une torpeur face à l’exercice. Vivement le 18 juin, vers 22 heures, que cette plaisanterie cesse.
Je passe en deuxième. Rey Mendes finit son passage et m’appelle sur scène. Je suis incapable de savoir si je vais me rater. Ghislain et Nadim me soutiennent comme des damnés. Le premier a même refusé une scène parce qu’il m’a promis sa présence. Pour rappel, c’est lui qui m’a fait jouer pour la première fois. Ghislain est mon fan le plus actif, en quelque sorte ! J’arrive sur cette scène, les mots sortent vite. Trop de texte. Un rire. Je commence à prendre la confiance. Trop : je pars sur un truc sur le prénom Marthe que j’ai trouvé au dernier moment. Ça ne sert à rien, mais c’est si frais que je n’ai pas eu le temps d’y réfléchir. C’est forcément génial. En vrai, personne n’a compris. Quand le silence s’installe, c’est comme si je prends un coup sur le ring. Je titube, approximation des transitions. Ça devient n’importe quoi, j’ai l’impression de me faire manger sur place et de ne pas pouvoir répliquer. Je raconte n’importe quoi, quelle idée de prendre un spot comme ça, sur un plateau ? Sauvez-moi.

Instinct de survie

Et puis zut. Il faut tenir : j’ai encore une pelleteuse de mots en chemin et deux minutes trente. Il faut embrayer sur les mollets. Oups, j’en parle dans le désordre. Au moins, ils ont ri quand j’ai dit qu’ils étaient gros. Mes approximations s’expriment par l’expression « grosso modo ». Je le dis à chaque phrase, mais je n’en sais rien. Mode survie. Je crois que les gens ont compris que je suis un peu dérangée, ça ricane un peu. Je veux partir. Mais la chute, je l’ai réécrite huit fois. J’y tiens. En vérité, dès que j’y ai tenu, ça s’est bien passé. Même si j’ai tenu le micro avec deux mains, comme un enfant enlacerait son doudou. Mode survie, ça rend mal sur les photos. On s’en moque, c’est presque fini. Il faudra revenir sur scène pour les « actualités ». Moi qui adore ce moment, je n’ai aucune envie de le vivre aujourd’hui. Je suis fébrile, je parle de mon site où je parle de tous les autres humoristes sauf moi. Aveu de faiblesse : je ne fais pas partie du gang, ce sera la dernière.

Pourquoi monter sur scène, déjà ?

La première scène, c’était pour voir. Faire comme les humoristes. La deuxième scène, c’était plus sérieux. Mais je la refusais. Cette question me hante : le fais-tu pour les bonnes raisons ? Et d’ailleurs, c’est quoi la raison ? Parce que le couplet sur le dépassement de soi, ça va cinq minutes. C’est dur, mais ça n’a rien à voir avec Koh Lanta. J’ai trouvé la vraie raison. Exister aux yeux des autres humoristes. Cette hantise de disparaître du milieu et qu’on ne me calcule plus est bien là. Cette peur panique d’être jugée utile juste parce que je parle des gens, mais qu’en vrai, ils n’en aient rien à faire. En tout cas, c’est une raison que je jugeais insuffisante. Puis des humoristes ont insisté. Ils avaient trop envie de me voir jouer. C’est très bizarre comme sensation, moi, j’ai envie de les voir jouer. Donc, une manière d’exister pour eux serait de jouer ? Ai-je envie de le faire ou de faire plaisir à ceux qui le veulent ? Suis-je comme Terry dans Brooklyn Nine-Nine, avec son fétichisme des yaourts et son envie que tout le monde l'aime ?

Des excuses et du blabla

Je vous l’avoue : les excuses que j’ai trouvées pour ne plus le faire sont trop faibles. Trop de travail ? Mauvaise foi : tu as passé ton week-end à regarder les 24 heures du Mans et la coupe du monde. Je ne sais pas jouer ? Ben apprends. Pas de plaisir ? Tu as cru que la scène est un parc d’attractions ?! En plus, les gens ont ri, alors calme-toi. Je te soupçonne même d’avoir dit que c’était nul pour que les gens te disent que c’était bien. Ton ego en a redemandé, c’était sale. Ne dis pas que tu ne vas plus jouer parce que tu finiras par le refaire. Tu as juste la flemme mondiale de tenter un truc pour de vrai. Problème de babtou fragile, juste, tais-toi, fais tes vacances vivifiantes et on en reparlera au retour. Comme vous le voyez, je m’aime bien. On a tendance à être la personne la plus critique envers soi-même et en même temps à ne pas accepter les critiques. Surtout celles que l’on ne s’est pas adressées à soi-même. J’ai reçu tellement de messages de soutien et comme à chaque fois, je suis intriguée. Pour le moment, il faut que je rattrape mon retard sur les articles du site, et on reprendra cette réflexion scénique au moment voulu.

Monter sur scène : en résumé

Monter sur scène, c’est grisant. Il est facile de décrocher un spot non rémunéré. Les découvertes au Jardin S’enjaille ne touchent rien. Par contre, affronter la peur du bide et des silences gênés est très difficile. On a tendance à vouloir s’en protéger. C’est pour ça que chaque bide passe par un renoncement de l’artiste sur scène. Souvent, le ressenti est faussé. D’où l’écart entre ce qu’on ressent et ce que le public vit. Je ne sais pas si la scène est viscérale pour moi. Beaucoup décrivent ça comme une évidence. Une drogue. Je n’en prends pas, je ne peux pas le savoir. Tout ce que je sais, c’est que quand la pression est retombée, ça allait beaucoup mieux. Ce sentiment de liberté face à l’absence d’obligation de jouer… Cette idée de retrouver ma vie normale m’a séduite. Mais j’entends les encouragements des autres de continuer. Le fait de ne pas parler gynécologie sur scène me galvanise, je me sens différente. Et voir la tête de Malik Bentalha partout me rappelle que lui ne se pose pas de questions. Il ne se dit pas qu’il n’est pas pertinent sur scène ou grand écran, il prend la place, sans gêne face à son plagiat. Ainsi, il profite des gens comme moi qui se disent qu’être honnête ou ne pas jouer les jeux politiques ne mène à rien. Il se nourrit de mon découragement et de ceux des autres, mais il ne devrait pas. Peut-être que ça me fera revenir. Affaire à suivre ! [post_title] => Monter sur scène 2 : plus dur que lors du baptême du feu ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-sur-scene-jardin-senjaille [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:43:42 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:43:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4427 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 4412 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-10 09:47:45 [post_date_gmt] => 2018-06-10 07:47:45 [post_content] => Les samedis jusqu’en janvier 2020, Tatiana Djordjevic joue son spectacle au Théâtre du Marais à 18h30. Avec un nom comme J'ai rien entendu, mais j'ai tout compris, la comédienne détonne.

Tatiana Djordjevic : le plaisir d'une découverte par hasard

En allant voir Alexandra Pizzagali au Théâtre du Marais, j'ai remarqué un flyer pas comme les autres. D'une part, la frimousse de l'humoriste ne me disait rien du tout. Une fille hors circuit, dans un théâtre aussi coté, doit forcément avoir de solides arguments. J'ai surtout été attirée par le titre. Le mot absurde m'est tout de suite venu à l'esprit, un bon point. Je saisis l'un des flyers, je le retourne et je vois le nom de François Rollin. C'est un peu comme avoir apposé un logo Label Rouge sur le flyer, ça fait son effet. Entretemps, j'ai appris que le Professeur n'a pas toujours été tendre avec les femmes humoristes. Généralement, il trimbale avec lui l'idée qu'elles ne sont pas drôles ou parlent toutes de la même chose. Or, cela ne m'a jamais gêné pour apprécier son art, je profite encore de cette innocente immunité pour prendre ma place. Autre point : sur le flyer, on sent qu'on va avoir affaire à de l'humour intellectuel. Jetez un œil au texte de promotion du spectacle, vous ne serez pas déçus !
Le spectacle débute par ce douloureux constat : « Ma vie a basculé le jour où je me suis rendue compte que j'étais plus intelligente que mes parents. » Ce constat est l'occasion d'interroger une problématique très universelle de transmission et d'ascenseur culturel, sur un mode léger et drolatique. L'occasion aussi d'apprendre des tas de choses rigolotes, sur des chapitres insolites (à quoi sert le nombre Pi ? qui étaient les Jacobins et les Girondins de la Révolution Française ?) avec, en arrière plan, les couleurs rarement explorés des pays balkaniques. Ovaj spektakl je izuzetno smesan jedini uslov da uzivate je da razumete francuski — Tatiana

Le spectacle de Tatiana Djordjevic : verdict

Le jour J, la salle est quasi-comble. Le professeur Rollin, qui a coécrit le spectacle avec l'artiste, la chapeaute religieusement. Le rideau s'ouvre, et on comprend alors que le spectacle est plus orienté théâtre que stand-up. Toutefois, on a affaire à un spectacle moderne. J'ai particulièrement aimé les montagnes russes entre un humour moderne, très accessible et un humour plus intellectuel. Les élans absurdes arrivent au compte-goutte, au fil des problèmes de mathématiques. Le fil conducteur du spectacle, c'est l'intelligence qui diffère entre les parents et les jeunes adultes aujourd'hui. Tragique, cette cassure générationnelle aura inspiré Tatiana et François Rollin pour créer quelque chose d'inédit. Le petit cours de géopolitique sur les Balkans ou les allusions répétées à Kundera m'auront fait me sentir bête. Je vous confesse que je croyais que les Balkans, c'était le triptyque Estonie-Lettonie-Lituanie... Ok, on est plus sur les pays Baltes, mais ils sont sournois de commencer avec les trois mêmes lettres, aussi ! Et pour Kundera, je ne l'avais pas et je me sentais assez seule dans la salle. Rassurez-vous, pas besoin d'avoir fait un parcours d'excellence à l'école pour suivre. Par contre, et là, ce n'est pas la faute de l'artiste, il y avait des gens qui célébraient leur intelligence dans le public. Une femme à côté de moi, vers la fin du spectacle, s'est carrément mise à énumérer les références qu'elle connaissait. A un moment, c'était limite si elle criait Kosovo. Mais, Gertrude, sincèrement, moi aussi j'ai vu les journaux télévisés de Rachid Arhab qui relataient le conflit. Entre parenthèses, je viens d'apprendre que ce gars avait rejoint TPMP, où va le monde...

Dernière chance

Vous voulez voir un spectacle différent, vous cultiver au théâtre tout en conservant un peu de frivolité ? Le spectacle de Tatiana Djordjevic saura vous plaire. Il est un peu intellectuel, mais jamais pédant. Je suis donc sortie du théâtre assez légère, sans aucun mal de tête. Aller voir un spectacle de quelqu'un dont on a jamais entendu parler est toujours assez intimidant. On prend un risque, mais quand c'est réussi comme ici, c'est du plaisir à l'état brut. Tentez l'expérience à votre tour ! [post_title] => J'ai rien entendu, mais j'ai tout compris : Tatiana Djordjevic, belle surprise [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacle-tatiana-djordjevic-rollin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:21:17 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:21:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4412 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 4380 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-31 09:46:19 [post_date_gmt] => 2018-05-31 07:46:19 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text css_animation="none"]L'humoriste absurde Blaise Bersinger fait rire le public suisse depuis plusieurs années avec un style et une originalité indéniables, et on tenait à vous le faire découvrir !

Blaise Bersinger redonne ses lettres de noblesse à l'absurde

Ce mois-ci, on a mis en avant l'humour en Suisse avec Mauvaise langue. J'ai de plus en plus l'impression que là-bas, ça innove énormément. Charles Nouveau, qu'on plébiscite depuis le début sur le spot du rire, nous impressionne de jour en jour. La nouvelle génération suisse nous impressionne ainsi de jour en jour. Elle a bonne presse, mais ce n'est pas parce qu'elle bénéficie d'un bon marketing. Le talent, le travail et l'abnégation les propulsent à un niveau déjà bien avancé. Dans ce microcosme de talents, Blaise Bersinger est celui que toute la bande veut élever. Dans les interviews de chacun d'entre eux, on retrouve souvent un clin d’œil à l'humoriste absurde. Par exemple, il y a du Chris Esquerre dans sa communication digitale, déjà. Cette idée que le support peut être détourné, prêté à rire ou obtenir autre chose. Et ça marche : Blaise Bersinger s'autorise ainsi à aller loin et vient chercher nos rires les plus primitifs, les moins réfléchis. On dit souvent que le ridicule ne tue pas. Chez Blaise Bersinger, il bonifie. Ses qualités de comédien nous emmènent dans un univers que nombre d'entre nous ne pourraient même pas conceptualiser. Jugez plutôt.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=A4L_NfuMmwk"][vc_column_text]Blaise Bersinger ne se contente pas des vidéos sur internet. Il joue un spectacle en Suisse au titre prometteur et énigmatique : Peinture sur chevaux 2. Nous n'avons donc pas eu le privilège de le voir, mais ceux qui en ont profité font dans le registre de l'éloge. Entre absurde, improvisation et stand-up, il réussit à créer un spectacle unique en son genre, qui colle visiblement très bien avec ce qu'il est. Et ça, c'est typiquement ce qui différencie un bon humoriste d'un artiste orfèvre du rire.

Comment découvrir Blaise Bersinger ?

Vous pouvez retrouver les prochaines dates de l'artiste sur son site web et ses dernières créations ou autres ordinateurs gratuits (sic !) sur sa page Facebook. En voici d'ailleurs un échantillon savoureux. Avis à tous les humoristes en quête de promotion efficace, prenez des notes (mais ne copiez pas !).

Crédits photo

© Laura Gilli[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => La découverte du mois - Mai 2018 - Blaise Bersinger [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-blaise-bersinger [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:20:39 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:20:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4380 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 3625 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-14 17:18:43 [post_date_gmt] => 2018-03-14 16:18:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Avant de lancer Le spot du rire, j'avais déjà un avis tranché sur l'humour. Mon combat d'enfant et d'adolescente aura été d'essayer de convaincre mon entourage : « Non, Éric et Ramzy ne sont pas des débiles profonds ! » Autant vous dire que j'ai ramé. Je voulais partager avec vous une archive que j'ai écrite quand j'avais 20 ans. Parce qu'à cet âge, tu es foufou, tu prends encore moins de distance qu'à ton âge actuel et tu évolues sur le fil du rasoir de tes émotions. Enfin, je crois. Bonne lecture !

Éric et Ramzy : génies de l’humour

Septembre 2, 2011 par Juliette A l’occasion du démarrage de la série Platane lundi prochain, je souhaitais aborder un sujet qui me tient à cœur, à savoir Éric et Ramzy. J’ai rencontré beaucoup de gens qui ne comprenaient pas la quintessence de leur humour, biaisés par des préjugés. J’ai lu des tas de descriptions de ces artistes (car oui, c’est le mot qui convient pour les désigner) où du vocabulaire péjoratif se retrouvait là, en guise de descriptif de leur humour. Il y avait l’humour « niais », l’humour « pipi-caca », les « crétineries » (celui-là rencontre une forte popularité). Mais j’estime qu’il est très complexe d’arriver à leur niveau comique. J’ai naturellement une préférence dans le duo comique, et mon choix se tourne vers Éric Judor. Cet homme manie l’autodérision comme personne, et pour avoir essayé de le faire, il y a toujours un moment où l’on ne supporte plus de se faire vanner. Mais lui, il y arrive. Il en joue dans tous ses spectacles, films, mêmes dessins animés ; en somme, vraiment tout ce qu’il fait. Et j’identifie cela comme une véritable prouesse très risquée. La preuve, dans les descriptions que j’évoquais plus haut, lorsqu’on lit celles destinées à Ramzy seul, on a l’impression que les gens l’estiment davantage qu’Éric et qu’ils voient en ce dernier un fardeau pour Ramzy. Sans lui, en d’autres termes, il aurait pu avoir une belle carrière.

Mais c’est sans compter leur duo comique.

Ils peuvent fonctionner seuls comme en duo. Pourtant, pourquoi les gens s’obstinent-ils à vouloir les séparer ? Leur amitié nourrit leurs projets et leur a permis de se faire connaître. Je terminerai cet article sur une note un peu plus positive pour la critique (quoi que) : celle-ci est en train d’encenser Platane, le nouveau bébé d’Éric Judor. Et ce avant même que le grand public ait vu les premiers épisodes. Oui, Platane est prometteur. Mais comme le souligne souvent le duo, le public constitue leur véritable test. C’est pour eux qu’ils osent affronter tous les genres, quitte à en dérouter certains, mais quitte à en séduire d’autres. Le public d’Éric et Ramzy n’est ni abruti, ni analphabète. Il constitue un panel diversifié, et le duo comique a bien fait d’aller fouiller dans tous les genres. Peut-être qu’il constitue un duo audacieux, qui veut faire tomber les frontières comiques en apportant quelque chose de méconnu. On aurait tort de les brider, ou pire de les cataloguer. Éric et Ramzy, c’est un style comique bien défini qui se lance dans une multitude de projets divers et variés. Le risque de décevoir fait partie de leur métier, et leur grandeur comique les pousse à le titiller pour en tirer, au final, le meilleur. Platane sera diffusé dès le 5 septembre en prime time sur Canal +. Si comme moi, vous n’êtes pas abonné, le DVD sortira fin septembre.

Le mot de la fin

Regardez Platane. Et les autres créations du duo comique qui a marqué mon enfance.

Crédits photo

Capture d'écran Facebook : bande-annonce du film La tour 2 contrôle infernale.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=_KVDDXT5gYk" title="Éric Judor, Gogol ou Auteur ? (CulturePorn)"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Retro spot #6 - Ce que j'écrivais sur Éric et Ramzy à 20 ans [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => avis-eric-ramzy-platane [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:21:54 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:21:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3625 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 2651 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-09-13 15:45:01 [post_date_gmt] => 2017-09-13 13:45:01 [post_content] => [vc_row el_id="section-84"][vc_column][vc_column_text]L'humoriste Chris Esquerre pratique un absurde qui lui est propre. Sur scène ou à la télévision, sur Canal Plus, il sait provoquer le fou rire là où personne ne l'attend. Je dis bien personne. Vous voulez une preuve ? Télé Oléron va vous la fournir. [/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=HyiaLea0tvk" title="Chris Esquerre : Relooking Drastique sur Télé Oléron"][vc_column_text]

Télé Oléron : la chaîne obscure qui parodiait la télévision

Télé Oléron, c'est une chaîne de télévision pas comme les autres. Prenez le concept des chaînes régionales (coucou Jacky et les voyantes d'IDF1 !), ajoutez la folie de Chris Esquerre et récupérez des programmes cultes des chaînes de télévision nationales... et vous obtenez une recette détonnante ! Dominique Chapatte, les hommes politiques, Valérie Damidot... sont tout autant de personnalités passées au filtre déformant de Chris Esquerre. Avec Télé Oléron, Canal Plus disposait d'un programme barré, bénéficiant du fameux esprit Canal cher aux Guignols de l'info et aux nostalgiques de l'ère ante-Bolloré.[/vc_column_text][vc_video link="https://vimeo.com/50619440" title="Chris Esquerre en direct : un passage à la sauce Télé Oléron à mourir de rire"][vc_column_text]Lors de sa récente interview sur le spot du rire, Jean-Philippe de Tinguy nous a apporté un petit scoop. Notre chroniqueur culturel nous a révélé qu'avant Télé Oléron, il y avait une version beta confectionnée pour la radio, chez Nova. Si Radio Verschmutzung n'a jamais vu le jour, on est plus qu'heureux de l'existence de Télé Oléron. Préparez vos mouchoirs : vous allez pleurer de rire à vous en faire mal aux abdos. Testé et approuvé par le spot du rire ! Pour voir plus de vidéos de Télé Oléron, rendez-vous sur une chaîne tout aussi obscure de Vimeo ![/vc_column_text][vc_video link="https://vimeo.com/15899587" title="Chris Esquerre parodie Turbo : Turboléron offre un comparo hilarant de 2 ambulances !"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Retro spot #5 - Télé Oléron, chaîne bricolée par Chris Esquerre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retro-tele-oleron-chris-esquerre [to_ping] => [pinged] => https://vimeo.com/15899587
[post_modified] => 2019-03-08 10:28:11 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:28:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2651 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 2393 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-08-19 12:37:03 [post_date_gmt] => 2017-08-19 10:37:03 [post_content] => En août, le festival the Fringe célèbre sa 70e année à Edimbourg. Pour l'occasion, le spot du rire s'est déplacé en Ecosse pour vivre l'expérience de l'intérieur. Une rétrospective de l'Edinburgh Fringe Festival en deux volets, qui commence par les spectacles absurdes et plus théâtraux.

Edinburgh Fringe Festival : parenthèse humour express

Sur 3 jours, on loupe 99 % des spectacles proposés. Chaque pas passé dans une rue animée du festival vous fournit une forêt amazonienne de flyers. Vous finissez pas les jeter. Donc oui, au Fringe, on vous prévient tout de suite : il y a du déchet. Vous pouvez passer d'un spectacle formidable à une expérience longue dans une salle de spectacle plus ou moins miteuse. De nombreux spectacles renommés se déroulent dans des containers ou des boîtes de nuit mobilisées pour l'occasion. L'odeur de vomi vous promet de passer une petite heure en apnée. Pour équilibrer, ils convient de bons humoristes dans ces salles-là.

Un public bienveillant, moins exigeant qu'en France

Autant le dire tout net : le Fringe, ça casse pas trois pattes à un canard. Je vous rassure, ce n'est que mon opinion personnelle. Car le public du Fringe rit de bon cœur et est moins exigeant que le public français.

L'absurde : mi-figue, mi-raisin

Le spot du rire a programmé 2 spectacles absurdes. Le premier spectacle est signé Paul Currie. Cats in my mouth est une véritable folie. Il a le côté dégueulasse de l'absurde à la sauce British : c'est especially shocking, ça part dans tous les sens, ça jette de la nourriture sur le public... et les volontaires - non-volontaires - qui montent sur scène se font bizuter. Je ne m'y attendais pas, car j'ai découvert Paul Currie par ce biais. Je me suis dit que cela ressemblait à ça. Mais en fait, Paul Currie, ça ressemble surtout au contenu de la vidéo ci-dessous. Imaginez juste des sous-vêtements qui ne sont pas propres à la place et un peu moins de vêtements. Le premier volontaire se retrouve à terre, devant tenir une plante verte pendant que Paul Currie lui apporte une bière et le fait boire sur scène de force. Très sympa. Le deuxième termine sans pantalon (c'est un truc qui les obsède, là-bas, en 5 ou 6 spectacles j'ai vu ça deux fois) et fini en combat de sumo avec l'artiste, sans le côté sumo. C'est objectivement très bien, et fou, mais le spot du rire est actuellement en psychothérapie pour se remettre de cette aventure. Heureusement que le bizutage m'a épargnée. Le deuxième spectacle semblait plus prometteur : il s'appelait Hello Humans. Donc a priori, on a affaire à un mec perché. En réalité, le spectacle de Jay Cowle n'a rien d'absurde. Dire qu'on aime porter des pyjamas n'est pas très subversif. En réalité, la performance correspond à du stand-up plus ou moins réussi. On ne passe pas un mauvais moment, mais on se dit que toutes les acclamations de la critique qui nous ont fait venir jusqu'ici sont un peu fort de café. Peut mieux faire, donc.

Sketch comedy : les mises en situation à l'honneur

Ne pas confondre les sketches, comme on les entend à la française, et le genre appelé sketch comedy. Cela ressemble plus à du théâtre de troupe, un peu comme ce que fait l'Exercice (que l'on vous conseille vivement !). L'interaction avec le public est donc minimaliste, les situations complètement extirpées du réel. Avec des gens comme la troupe du Laughing Stock, on assiste davantage à une prouesse artistique qu'à un moment d'humour. Mais ce n'est pas ce que le public est venu chercher : le Fringe, c'est un festival généraliste où l'on trouve de tout. La complicité entre les membres de chaque troupe se ressent, c'est vraiment leur meilleur atout. Mais le sketch comedy peut se jouer seul. C'est ce qu'a réalisé Briony Redman, qu'Els - Lost in France avait déjà vu et a recommandé au spot du rire. Bon, j'avais déjà pris les billets, je partais donc confiante. Theory of Positivity est un titre qui n'a que peu d'écho dans la performance finale. L'idée est de mêler 3 scénarios de films, avant de se rendre compte que les histoires sont reliées. Le public est participatif, cette fois, et chaque membre capable de répondre correctement aux questions posées gagne un Twix. Pour un public étranger ou peu accoutumé à la culture anglo-saxonne, le spectacle est assez difficile d'accès. J'imagine qu'avec les références, on trouve tout de suite cela plus drôle. Briony incarne en tous les cas tous ses personnages avec beaucoup d'énergie, une énergie communicative.

Et le stand-up ?

Le stand-up au Fringe, c'est une réussite. On en reparle plus tard dans le deuxième volet de la rétrospective du Fringe par le spot du rire ! [post_title] => Edinburgh Fringe Festival : un festival d'humour varié [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => edinburgh-fringe-festival [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:17:17 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:17:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2393 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 2327 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-07-29 15:41:58 [post_date_gmt] => 2017-07-29 13:41:58 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Face à l'humour, la presse devient folle, vous ne trouvez pas ? D'un côté, elle s'hystérise dès qu'elle découvre un nouveau poulain de l'humour sans avoir l'air d'y porter vraiment attention. Fais un papier et prends ta pause déj', qu'ils disaient. Et de l'autre, elle tente de faire un buzz avec une interview à la sauce c'était mieux avant, rendez-nous Coluche. Mais qu'en est-il de l'état actuel de l'humour ?

Trop d'humoristes : à quand une régulation du rire ?

Samedi dernier, c'est l'Obs qui dégomme en premier avec une citation de Régis Mailhot, « Le comique est partout, l'humour nulle part ». Dans cette interview, il est question d'uniformisation d'une masse humaine d'humoristes qui arriverait voler tous les micros du rayon high-tech de la Fnac pour dire ou faire la même chose. Comme si Donald Trump avait réussi à faire rayonner l'Amérique en happant l'originalité des petits humoristes français qui montent. Mais pourquoi pas : après tout, c'est génial de confronter des points de vue, on ne peut pas toujours être d'accord avec tout. Bon, dans le papier de l'Obs, on y lit que Pierre Palmade est un génie. Aucun jugement de valeur là-dessus, simplement un trampoline idéal pour rebondir sur un article paru un mois plus tôt dans le Figaro. On y apprend que Pierre Palmade trouve... qu'il y a trop d'humoristes ! Je ne sais pas s'il y a trop d'humoristes, mais pour citer Adrien Arnoux, le stand-up c'est vachement mieux en France qu'en Corée du Nord. Allez le voir en plateau pour comprendre, on ne dévoilera pas tout. [/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=NjM9ApATrM8" title="Humour et bonne humeur : pas toujours facile..."][vc_column_text]

L'humour en mode écrémage

Comme on passe un bon moment sur le web, on continue de surfer et on tombe sur un gros rocher qui casse la planche. Et là, c'est François Rollin qui arrête de fréquenter des planches, comme le dépeint un blog humour du Monde. La nouvelle est en train de ruisseler à mesure que les rédactions la remâchent. On va essayer de ne pas oublier cette information-là. François Rollin, je l'ai vu chez Radio Nova en novembre et puis je l'ai vu sur scène le mois suivant. Tout le monde adore ce qu'il fait mais il ne se retrouve pas assez bankable pour poursuivre. C'est comme un taulier qu'on verrait de temps en temps : on l'identifie au loin, on se dit que c'est cet oncle qu'on devrait aller voir plus souvent et puis on oublie. Et enfin, quand on finit par prendre le temps, on jubile. Ceux qui ont eu la chance de le voir sur scène ou ailleurs mesurent l'opportunité qu'ils ont su saisir.
"Il n'y a pas de place pour le type de travail que je fais dans l'économie de la culture", affirme-t-il. — La Croix
Alors, y a-t-il toujours trop d'humoristes ? Vous me direz, c'est la destruction créatrice schumpéterienne qui est En marche, fallait pas s'étonner. On n'ira pas plus loin, apparemment, il y a trop d'éditorialistes politiques sur les ondes.

La responsabilité du public

Au final, le public doit reprendre le pouvoir. Creuser. Ne pas attendre que des algorithmes proposent du tout cuit, une valeur sûre convenue ou une invitation gratuite sur WeClap ou SoFizz histoire de remplir un peu plus les salles et de prendre un petit risque. Moyennant un selfie bourré de mots-dièse en contrepartie de cette gratuité. La qualité se mérite peut-être. Si le concept de l'âme sœur prend cher avec Tinder et consorts, il y a sûrement un humoriste qui vous correspond quelque part. Cherchez bien et n'écoutez pas (trop) les conservateurs du rire.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Clown triste : quand l'humour a la gueule de bois [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-francois-rollin-opinion [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:18:08 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:18:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2327 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 3 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 2207 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-07-21 20:00:00 [post_date_gmt] => 2017-07-21 18:00:00 [post_content] => [vc_section][vc_row el_id="section-178"][vc_column][vc_column_text]L'humoriste absurde Axel Cormont a totalement revisité le contenu de son spectacle Bonsoir d'être venus. Ce jeune talent du rire fait preuve d'une maturité dans l'écriture et l'interprétation qui impressionne.

Bonsoir d'être venus : Axel Cormont joue l'absurde dès le début

Dans la version 2016 de son spectacle au Théâtre le Bout, Axel Cormont cassait déjà les codes. En plein milieu du spectacle, il quittait la scène, s'installait au premier rang et passait 5 minutes à râler sur l'absence de l'artiste. Il prenait ainsi à partie son voisin dans le public. Là où Monsieur Fraize quitte la scène, Axel Cormont choisissait une autre carte et trouvait sa patte. Mais cela ne lui a pas suffi. Il ne pouvait se contenter de jouer avec les mots : il aspirait à devenir l'ambassadeur de l'absurde.

Une déclaration d'amour aux profils borderline

Sortez du cadre ! Dans son spectacle version 2017, qui se tient tout le mois de juillet à la Comédie des 3 bornes, Axel Cormont entame une ode à l'absurde. Il somme son public de sortir du cadre. Les spectateurs deviennent ses élèves, et l'on se demande parfois si l'on est dans sa salle de classe ou si l'on assiste à un film qui se joue. Cette ambivalence entre la présence et l'absence de chacun est une vraie prouesse. Axel Cormont devient ainsi professeur d'originalité. Il faut alors attacher sa ceinture et partir en voyage avec lui, loin de tous les diktats et conventions tant décriées par une Julia Roberts ultra-classe dans la publicité que vous avez sûrement vue. Sinon, sachez que Julia Roberts, elle aussi, a un petit côté absurde. En parlant de classe, la tenue de scène d'Axel Cormont est paradoxalement conventionnelle : un costume. Une manière de prouver qu'il est aux commandes, très à l'aise avec son rôle de maître de spectacle vivant. Le spot du rire ne vous dévoilera pas tout, mais sachez qu'il s'attelle à prouver qu'il est bien légitime sur scène dès le début. Et c'est hilarant.

Un show millimétré, avec de vraies émotions en bonus

Le spectacle est rythmé de mini-séquences musicales. Ce rythme-là est très soigné, à la seconde près. Un grand chapeau à la mise en scène qui arrive à suivre l'artiste dans son délire tout le long. De fait, on ne s'ennuie pas : l'alternance entre rires, émotions et leçons de vie est parfaitement équilibrée. On remercie donc Axel Cormont d'être lui.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=HvNLsE29Pfs"][vc_column_text]

Crédits photo

© Capture d'écran YouTube du court-métrage Je suis moi réalisé par Tom Barta.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][/vc_section] [post_title] => La découverte du mois - Juillet 2017 - Axel Cormont [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => axel-cormont-decouverte [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:25:10 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:25:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2207 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 1920 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-06-12 19:20:44 [post_date_gmt] => 2017-06-12 17:20:44 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]L'intrigue de Trial and Error, en quelques lignes : Larry Henderson est-il coupable d'avoir tué sa femme... alors qu'il attendait le technicien qui installait le câble chez lui ? L'avocate nymphomane arrivera-t-elle à faire condamner à mort l'accusé... pour obtenir sa promotion de procureure ? L'assistante parviendra-t-elle à survivre à cette enquête... en dépit de ses innombrables problèmes mentaux et de santé ? Cet article concerne la saison 1 de la série. Pour la saison 2, le suspect évolue. On retrouve tout de même la même équipe de déjantés ! Un pur moment de comédie en perspective, donc ! [/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=d82nhAnOsiQ"][vc_column_text]Trial and Error, dans la même lignée que Brooklyn Nine Nine ou Parks and Recreation, invite l'humour au cœur d'une intrigue à la faits divers sans intérêt. Le mécanisme hilarant de la série va vous surprendre : quand le rire semble bien installé, les scénaristes ajoutent un nouveau rebondissement encore plus tordu que le précédent. Irrésistible.

Trial and Error : un pilote hilarant

Le pilote (ou premier épisode) est un concentré de bonheur fictionnel. Ainsi, il vaut tellement le coup que des YouTubeurs se sont amusés à débattre de sa grandeur.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=qGaDGZhwj30"][vc_column_text]En France, la série Trial and Error est accessible sur myCANAL en version originale sous-titrée. La saison 2 y fera ensuite son apparition courant 2018. Ça va être dur d'attendre !

Crédits photo

© Trial and Error - Trailer - NBC (capture d'écran YouTube)[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Trial and Error, la série absurdo-déjantée de l'année ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => trial-and-error-serie-us-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:19:13 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:19:13 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=1920 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 15 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011065 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-21 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-21 06:00:00 [post_content] =>

Des mois après le passage de Yacine Belhousse à l’Européen, j’ai regardé Yacine Belhousse joue son spectacle en replay (disponible sur MyCanal et Comédie+). Comme l’humoriste ne m’avait pas autant convaincu dans Révolutions et qu’il n’avait pas besoin de moi pour l’aider à remplir, j’ai passé mon chemin. Aujourd’hui, je reconnais solennellement mon erreur.

Yacine Belhousse joue son spectacle : un aboutissement artistique ?

Ça y est, j’ai donc compris le génie de Yacine Belhousse. L’ancienne moi, sceptique face à tant de fanatisme chez ses pairs, retourne donc aujourd’hui sa veste avec un plaisir non dissimulé.

La première chose à comprendre, c’est qu’on peut créer un spectacle original sans perdre son public. Tant de spectacles commencent avec des débuts rassurants, sans prise de risque. Oubliez cela avec Yacine Belhousse. Dès les premières secondes, le spectacle déborde de créativité. L’univers est planté sans aucune préparation édulcorée. Les bruitages, histoires et situations ubuesques se succèdent.

Résultat : même derrière mon écran, j’éclate de rire. Cela devient rare, à force de voir des spectacles… Il faut vraiment y aller pour me provoquer quelque chose.

Pas que pour les puristes : une originalité accessible

Je ne connais pas bien le début de carrière de Yacine Belhousse. En revanche, en regardant son spectacle, j’ai le sentiment d’un aboutissement. Vu mon attrait pour l’originalité, il était finalement étrange que je ne soutienne pas tant que ça cet artiste. Je suis simplement passée à côté, pour des raisons qui m’échappent. Adrien Montowski, j’ai compris tout de suite. Jean-Philippe de Tinguy, idem. Je ne vous parle même pas de William Pilet : vu en coup de vent sur scène, je sais déjà que j’aime.

Alors, quelles raisons expliquent mes œillères d’antan ? Je connais bien sûr la première : mon attrait pour les artistes qui commencent à éclore. Comme si je jouais les devins, j’aime me projeter dans la suite fructueuse, parier sur un cheval qui vient de commencer à trotter. Quand la personne a déjà construit sa légitimité, j’ai plus de mal à la conter. Et c’est donc un plaisir bien plus jouissif, a posteriori, de faire ce chemin et de comprendre un artiste… après la tempête.

Mais il y a plus que ça. Je trouve ce spectacle si bien ficelé que Yacine Belhousse n’a pas à ramer pour embarquer le public. Cela semble naturel : comme souvent dans ce cas de figure, c’est la preuve d’un travail acharné. À peaufiner dans les plateaux, mais pas seulement. Pour l’avoir souvent vu dans les caves parisiennes, j’ai retrouvé certains passages. Mais contrairement à d’autres artistes, les passages en plateau ne divulgâchent pas l’ensemble. L’atmosphère du spectacle complet est unique, envoûtante.

Bref, c’est la grande classe et ça prouve que ceux que je trouvais fanatiques avaient simplement compris. Je vous souhaite que le même constat vous saute à la gueule quand vous regarderez ce spectacle.

[post_title] => Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-joue-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:08 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011065 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 15 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 94f50a8bd1f8a017f44ca9742618b2c1 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

absurde

Affiche de Yacine Belhousse joue son spectacle à l’Européen

Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique

William Pilet, découverte humour absurde sur le spot du rire

La découverte du mois – Janvier 2021 – William Pilet

Peinture sur chevaux 2 : affiche du spectacle de Blaise Bersinger à la salle Métropole de Lausanne

Peinture sur chevaux 2 : démonstration de Blaise Bersinger

Comédie alternative en France : programmation du premier plateau d’Humourman

Comédie alternative : un remix signé Humourman

Yacine Belhousse joue son spectacle : photographie du comédien sur scène

1 jour, 1 reco : Yacine Belhousse joue son spectacle

Charlotte Creyx avec un X : critique spectacle

Charlotte Creyx en spectacle : quelle expérience !

Juliette - illustration affiche spectacle - monter sur scène

Monter sur scène 2 : plus dur que lors du baptême du feu !

Tatiana Djordjevic en spectacle à Paris

J'ai rien entendu, mais j'ai tout compris : Tatiana Djordjevic, belle surprise

Blaise Bersinger, humoriste absurde et découverte humour sur le spot du rire

La découverte du mois - Mai 2018 - Blaise Bersinger

Éric et Ramzy au cinéma

Retro spot #6 - Ce que j'écrivais sur Éric et Ramzy à 20 ans

Télé Oléron, la chaîne parodique de Chris Esquerre

Retro spot #5 - Télé Oléron, chaîne bricolée par Chris Esquerre

Edinburgh Free Festival : le festival d'humour et de spectacles à Edimbourg

Edinburgh Fringe Festival : un festival d'humour varié

Clown triste : quand l'humour a la gueule de bois

Clown triste : quand l'humour a la gueule de bois

Axel Cormont dans le court-métrage Je suis moi

La découverte du mois - Juillet 2017 - Axel Cormont

Trial and Error : la série comique US événement

Trial and Error, la série absurdo-déjantée de l'année !