Publications liées au mot-clé : comédie alternative

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => comedie-alternative
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 719
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => comedie-alternative
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 719
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => comedie-alternative
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 719
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => comedie-alternative
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 719
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 719
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 719
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => comedie-alternative
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 719
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (719) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (719) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (719)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011065
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-07-21 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-07-21 06:00:00
                    [post_content] => 

Des mois après le passage de Yacine Belhousse à l’Européen, j’ai regardé Yacine Belhousse joue son spectacle en replay (disponible sur MyCanal et Comédie+). Comme l’humoriste ne m’avait pas autant convaincu dans Révolutions et qu’il n’avait pas besoin de moi pour l’aider à remplir, j’ai passé mon chemin. Aujourd’hui, je reconnais solennellement mon erreur.

Yacine Belhousse joue son spectacle : un aboutissement artistique ?

Ça y est, j’ai donc compris le génie de Yacine Belhousse. L’ancienne moi, sceptique face à tant de fanatisme chez ses pairs, retourne donc aujourd’hui sa veste avec un plaisir non dissimulé.

La première chose à comprendre, c’est qu’on peut créer un spectacle original sans perdre son public. Tant de spectacles commencent avec des débuts rassurants, sans prise de risque. Oubliez cela avec Yacine Belhousse. Dès les premières secondes, le spectacle déborde de créativité. L’univers est planté sans aucune préparation édulcorée. Les bruitages, histoires et situations ubuesques se succèdent.

Résultat : même derrière mon écran, j’éclate de rire. Cela devient rare, à force de voir des spectacles… Il faut vraiment y aller pour me provoquer quelque chose.

Pas que pour les puristes : une originalité accessible

Je ne connais pas bien le début de carrière de Yacine Belhousse. En revanche, en regardant son spectacle, j’ai le sentiment d’un aboutissement. Vu mon attrait pour l’originalité, il était finalement étrange que je ne soutienne pas tant que ça cet artiste. Je suis simplement passée à côté, pour des raisons qui m’échappent. Adrien Montowski, j’ai compris tout de suite. Jean-Philippe de Tinguy, idem. Je ne vous parle même pas de William Pilet : vu en coup de vent sur scène, je sais déjà que j’aime.

Alors, quelles raisons expliquent mes œillères d’antan ? Je connais bien sûr la première : mon attrait pour les artistes qui commencent à éclore. Comme si je jouais les devins, j’aime me projeter dans la suite fructueuse, parier sur un cheval qui vient de commencer à trotter. Quand la personne a déjà construit sa légitimité, j’ai plus de mal à la conter. Et c’est donc un plaisir bien plus jouissif, a posteriori, de faire ce chemin et de comprendre un artiste… après la tempête.

Mais il y a plus que ça. Je trouve ce spectacle si bien ficelé que Yacine Belhousse n’a pas à ramer pour embarquer le public. Cela semble naturel : comme souvent dans ce cas de figure, c’est la preuve d’un travail acharné. À peaufiner dans les plateaux, mais pas seulement. Pour l’avoir souvent vu dans les caves parisiennes, j’ai retrouvé certains passages. Mais contrairement à d’autres artistes, les passages en plateau ne divulgâchent pas l’ensemble. L’atmosphère du spectacle complet est unique, envoûtante.

Bref, c’est la grande classe et ça prouve que ceux que je trouvais fanatiques avaient simplement compris. Je vous souhaite que le même constat vous saute à la gueule quand vous regarderez ce spectacle.

[post_title] => Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-joue-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:08 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011065 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1009502 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-10 08:16:38 [post_date_gmt] => 2020-11-10 07:16:38 [post_content] =>

Bobbin est l’un des représentants les plus originaux de la comédie alternative. Sa folie et son sens de la surprise suscitent l’étonnement et l’hilarité. Un talent à part, difficile à repérer sur un radar, mais diablement efficace. Zoom sur une découverte humour pas banale.

Bobbin, l’humoriste inclassable ?

On vous a déjà parlé de Bobbin l’année dernière lors de son 30-30 avec Jack Line. Endroit improbable, duo improbable, soirée improbable… Les amateurs d’humour formaté n’étaient clairement pas de la partie.

Et c’est bien dommage : Bobbin, c’est ce stand-upper de l’ombre à l’originalité indéniable. Quand il arrive sur scène, on n’a aucune idée de ce qu’il va se passer. La forme est souvent la même : une série d’histoires courtes qui aboutissent à une chute plus qu’inattendue.

Sur scène, Bobbin joue au psychopathe. Il enchaîne les situations saugrenues, incarnant un personnage touchant tant il est décalé de la réalité. Un peu comme ce que vous pouvez lire sur ses publications Instagram.

Un personnage radical, une démence de façade

Si Bobbin incarne un personnage aux idées radicales, il ne tombe pas dans une démonstration de force qui le rendrait agaçant ou provocateur.

À ce sujet, justement, l’un de ses collègues le compare à Anthony Jeselnik. Cet humoriste, adepte d’une forme de stand-up qui mêle un rythme singulier, des provocations et séries de blagues inattendues, lui ressemble à certains égards…

Mais pas tous ! Bobbin ajoute un zeste de folie à la balance. Il est en outre moins irrévérencieux et bien plus lunaire. Sans tomber dans l’humour expérimental, il dépayse le public en montant crescendo dans l’absurdité. Il faut être attentif aux messages sous-jacents, très élégamment nichés derrière une démence de façade.

Sur le web, vous trouverez uniquement quelques très courts extraits de Bobbin sur scène. Sa discrétion est sans doute une manière de conserver l’effet de surprise de la découverte. Bonne nouvelle, cela dit : il joue en français et en anglais, ce qui vous donne deux fois plus de chances de le voir (quand tout reprendra…) !

[post_title] => La découverte du mois – Novembre 2020 – Bobbin [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-bobbin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-11 18:58:23 [post_modified_gmt] => 2020-11-11 17:58:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009502 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 9379 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-17 19:13:43 [post_date_gmt] => 2020-03-17 18:13:43 [post_content] =>

Ces derniers mois, nous avons assisté aux spectacles de Josquin Chapatte et Jack Line. Ces deux humoristes atypiques ne nous ont pas permis d’écrire de critiques à proprement parler. Pourquoi certains spectacles ne se racontent-ils pas encore ? Et l’exercice de la critique est-il le bon pour parler de ces artistes ?

Jack Line et Josquin Chapatte : ne les mettez pas dans des cases !

Jack Line est un humoriste surréaliste, qui veut nettement se distinguer du reste du monde. Tout est particulier dans son humour, même si vous retrouvez des éléments auxquels vous raccrocher. Ce qu’on appelle un OVNI de l’humour utilise les mêmes procédés comiques, mais il le fait autrement.

Jack Line : des ressorts comiques reconnaissables, mais transformés pour une originalité inégalée

Commencer un spectacle par une lecture de la biographie de Mike Tyson, hacker les blagues de Toto et proposer une ambiance poétique… Tous ces ressorts participent à créer quelque chose de différent. Mais la qualité suit-elle ?

Lorsque la proposition artistique est audacieuse, elle est plus difficilement accessible. Elle ne se consomme pas comme un hamburger dans votre fast-food de quartier. Elle est nébuleuse, insaisissable… Parfois, certains trouveront cela aussi inutile que l’art contemporain, tandis que d’autres s’extasieront devant tant d’audace.

Josquin Chapatte : quelques fulgurances, un pas de côté dans l’humour qui déroute parfois

Josquin Chapatte avait un spectacle qui s’appelait Femme qui rit il y a encore quelques mois. Cela, couplé à une affiche peu engageante, donnait envie de tourner les talons.

Mais Josquin a changé de fusil d’épaule. Il a mis en avant son côté « professeur » et dégainé un titre qui n’avait rien à voir. Il est donc passé d’un titre à sonorités beauf à « Les enseignements aléatoires et incongrus du professeur Mass ». Ce n’est plus un virage à 180°, ce sont toutes les figures du jeu Coolboarders 3 combinées ! Oui, en cette période de confinement, les références vont être obscures…

Revenons à notre sujet. Alexis le Rossignol contribue à la mise en scène, et ça se ressent un peu dans la performance. Dans ce spectacle, il y a de tout : des chorégraphies, des jeux de mots audacieux sur des airs de samba et un rapport de séduction perturbant avec le public. C’est bizarre, parfois brillant, parfois plus compliqué à suivre… En somme, le spectateur vit une expérience très peu commune.

La critique traditionnelle meurt sous ces performances artistiques

Comment juger ? Aucune idée. Recommanderais-je ces spectacles à un ami ? Pas n’importe lequel, sans doute. Encore que… Je reste indécise. Rien à voir en apparence, dans quelques jours, vous pourrez écouter l’épisode du podcast Sur un plateau consacré aux blogs sur l’humour. Tristan Lucas a eu la gentillesse de nous y convier avec un expert ès critique humoristique, Criticomique.

Avant de vous en parler en détail dans un prochain article, sachez que pour moi, critiquer Jack Line et Josquin Chapatte n’est pas évident.

Il n’y a parfois pas de mot assez juste pour rendre compte de telles expériences. Est-ce bon ou mauvais ? Personne ne peut l’affirmer avec certitude, et cela me pose problème. Comment trancher ? Distinguer le chef d’œuvre d’un raté ? Je caricature, mais là, je trouve que vous êtes les mieux placés pour décider.

La meilleure manière de vivre ces spectacles, c’est de prendre la responsabilité d’aller les voir. Établir un contrat de confiance entre vous et l’artiste qui vous livre le pitch de son spectacle. Laissez-vous tenter, venez sans arrière-pensée et vous serez surpris d’adorer ! L’histoire dira si vous aimerez l’ensemble ou quelques perles disséminées ici et là…

Soyez courageux, audacieux dans vos choix : ils vous le rendront, et vous donnerez un signal fort à l’industrie. Oui, on peut être clivant et iconoclaste en humour, il y a un public pour cela. Vous serez à la hauteur de l’enjeu, et ces artistes atypiques s’élèveront avec votre curiosité. Merci de les soutenir, et rendez-leur rapidement visite après le confinement !

[post_title] => Jack Line et Josquin Chapatte : ça ne se raconte pas (encore) [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => josquin-chapatte-jack-line-critique-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-20 12:53:17 [post_modified_gmt] => 2020-03-20 11:53:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9379 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 7521 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-28 13:45:43 [post_date_gmt] => 2019-11-28 12:45:43 [post_content] =>

Mahaut et Humourman sont deux humoristes en devenir. Le Laugh Steady Crew les accueillait pour un 30-30 inédit. Retour sur une expérience unique !

Mahaut ne jouait pas « à domicile »

Quasiment toute la salle était venue pour Humourman, ce qui rendait le début du 30-30 difficile pour Mahaut. Contrairement à la Petite Loge, l’humoriste devait conquérir le public. Et c’est là que tout se joue ! Quand on a un univers très fort, il ne faut pas défaillir face à une audience qui n’est pas la nôtre.

Mahaut a bel et bien tenu bon, avec toute la ténacité qui la caractérise. Si sa prestation ne prenait pas autant qu’elle l’espérait, elle n’a rien lâché et en tirera de nombreuses leçons. Car ce n’est pas cette soirée qui résume son talent… Les mêmes blagues emportaient en effet le plus petit théâtre de la capitale à la première : le travail paiera et la fera gagner en efficacité.

Humourman livre ses premières promesses

Je vous ai déjà dit que Jean-Philippe de Tinguy manquait à la scène humoristique ? Au moins 84 fois, je crois ! La bonne nouvelle, c’est que ce style d’humour vit à travers de nombreux humoristes.

Leur singularité s’exprime toujours malgré les similitudes. Andy Kaufman a inspiré Monsieur Fraize et Jean-Philippe de Tinguy. Monsieur Fraize a inspiré Humourman et Jean-Philippe de Tinguy. Nadim a toujours aimé le délire de Jean-Philippe de Tinguy. Et si vous pouviez mettre les quatre dans la même pièce, vous vivriez sûrement la meilleure soirée de votre vie !

Ceci étant dit, on n’embête pas les 80 % de stand-uppers qui s’inspirent des codes du stand-up cool à la ricaine (qui sont nuls au possible). Il m’arrive fréquemment qu’on vienne m’embêter sur le fait que chacun copierait Monsieur Fraize. Vous copiez tous Louis C. K. et vous parlez tous d’écologie ou de pénis, est-ce qu’on vient vous embêter avec ça ? Non, alors ça suffit. Je suis courroucée les amis. Fin du courroux, il ne vaut pas la peine.

Mahaut et Humourman en 30-30 : retour à la critique

Humourman est le seul, à ma connaissance, à proposer un super-héros qui porte une cape et un collier de nouilles. Je l’imagine à peine confectionner son costume pour la première fois. Guilhem, de son véritable prénom, a aussi une particule comme « de » Tinguy. Il n’est pas vicomte, mais il partage la même candeur qui m’a emportée deux ans plus tôt.

Le type ose tout : interpréter de l’eurodance a cappella, reprendre les codes du stand-up pour les casser un à un, s’encourager… « Humourman, allez, Humourman ! »

Passé par le stage de clown du Laugh Steady Crew comme Aude Alisque, Guilhem a aussi un bagage de comédien à son actif. Ultra-créatif, ultra-dans les codes des internets, il livre un humour très personnel et presque sans limite. Dès son arrivée sur scène avec Sandstorm, Humourman a encore beaucoup à apprendre mais déjà tant à donner. On y croit dur comme fer et on ne le lâchera pas, parce qu’il va vraiment nous faire rire et nous émouvoir. On est prêt à parier très cher, et vous allez perdre beaucoup d’argent si vous nous contredisez.

Parce qu’on oublierait vite qu’il reste un débutant, qui va progresser avec son plateau d’humour alternatif ! La prochaine se passera le 4 décembre, venez nombreux, ce sera bien.

Mahaut et Humourman : verdict

Quand on a promu cet événement, on a décrété que Mahaut et Humourman représentaient le futur de l’humour. Complémentaires, ils ont proposé une belle heure de stand-up, sous les yeux de Queen Camille, Avril et Nadim qui jouaient un 20-20-20 l’heure suivante. Tous les trois ont réalisé une belle performance (surtout Nadim qui a retourné la salle et a consolidé son art).

Si vous aimez les 20-20-20, le Laugh Steady Crew en prépare un… Comme le Cercle du Rire qui accueillera deux recrues du LSC, Anissa Omri et Avril, ainsi que Rodrigue le jeudi 12 décembre… Mais ça, ce sera seulement si vous venez ! Sans public, pas de 20-20-20… Réfléchissez (ou pas) et venez (surtout).

[post_title] => Mahaut et Humourman, l’association improbable qui marche [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mahaut-humourman-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-29 11:09:30 [post_modified_gmt] => 2019-11-29 10:09:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7521 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 7352 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-14 13:05:10 [post_date_gmt] => 2019-11-14 12:05:10 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Mercredi 13 novembre 2019, la comédie alternative arrivait de manière assumée en France dans un minuscule plateau du 11e arrondissement de Paris. À l’animation et la programmation, Humourman réalisait mon rêve.

Top départ pour la comédie alternative à l’Étage Comedy Club

Guilhem, alias Humourman, a eu la brillante idée de mêler la musique techno au délire. Écoutez-moi ces splendeurs de musique synthétique, que je connaissais absolument toutes, évidemment. Eh oui, on était sur un délire « alternative remix » pour présenter la différence des humoristes présents.

Il y avait des fous, des sacrément névrosés et des lunaires. Un alien a même pris le micro ! À ce stade, vous devez vous dire si je prends des produits illicites (poke Antek). Ok, je vous perds vraiment.

De quoi parle-t-on ?

La comédie alternative s’oppose par définition au courant dominant. Actuellement, le stand-up sur les parties génitales est le courant dominant. Il y a aussi un peu de métro, et de nouvelles masculinités/féminités. Les fêlures, tout ça. Et franchement, c’est très bien. Je caricature un peu, mais vous avez l’image.

Cependant, parfois, on a envie d’autre chose. C’est pour cela que Yacine Belhousse est aussi populaire auprès des humoristes, et a un public très engagé. C’est aussi pour ça que les soirées comme le Bunker Comedy Club affichent complet.

Est-ce un vrai truc ?

Paradoxalement, le public n’a pas encore intégré la culture stand-up partout. Ça confond encore stand-up et one-man, parce que globalement, les gens veulent se marrer. Il faut commencer à être vraiment spécialiste, comme pour ceux qui distinguent la techno ou EDM de l’eurodance, de la trance et de l’uplifting. En gros, chaque secteur culturel a son jargon, et personne n’y comprend rien.

Les humoristes ne se définissent pas encore comme alternatifs. La presse les qualifie volontiers d’OVNI du rire, et ça attire. La différence, ça plaît, parce que qui veut se définir comme étant dans la norme ? Pas grand monde…

[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=i1EFZaoqZ_w"][vc_column_text]

Il y avait deux équipes hier soir : d’abord les amis de la névrose, Renaud Sanviti et Aude Alisque. Ensuite, les fous ou extraterrestres, dont font partie Bobbin et Jack Line. Les simples originaux, comme Léo Filipetti ou Pierre DuDza. Et enfin, ceux qui sont dans la mouvance de Monsieur Fraize ou Jean-Philippe de Tinguy : Humourman et Nadim.

La comédie alternative, ça donne quoi ?

Voici le line-up légèrement modifié qui a joué à L’Étage Comedy Club.

Il y avait une différence : Avril a dû annuler pour rester concentré sur le Laugh Steady Crew. De fait, Jack Line l’a remplacé : un choix terriblement nécessaire tant ce gars est à part. Et si Bobbin est là, Jack Line doit aussi venir !

L’ambiance était très agréable, intimiste et bon enfant. On sent qu’on est encore aux balbutiements du genre, mais chaque humoriste tente de belles choses. Beaucoup de test et d’idées ingénieuses viennent donner de la puissance aux rires. Bobbin a sans doute été le plus percutant de tous ce soir-là. Et c’est une belle prouesse quand on invite Nadim !

Humourman/Guilhem a dû composer avec une schizophrénie scénique. Son personnage est certes fidèle à ce qu’il est, mais heureusement pour Guilhem, il quitte son costume d’Humourman dans la vraie vie. Difficile d’être efficace dans le monde réel quand on évolue avec une telle naïveté !

L’écueil de la comédie alternative

L’erreur la plus fréquente lorsqu’on se frotte à de l’absurde, c’est la tentation de faire n’importe quoi. Penser que vous pouvez opposer des idées pour provoquer un rire sûr est une erreur monumentale.

L’absurde, et plus généralement ce qui sort de l’ordinaire, cela demande une maîtrise insoupçonnée. Vous pensez que le comique fait n’importe quoi, mais il a travaillé l’ensemble. Le mieux, c’est quand l’absurde a du sens sans en avoir l’air.

C’est pour ça que ce genre n’est pas pour tout le monde. Les symptômes d’un passage où le courant alternatif ne passe pas sont :

  • les malaises qui n’aboutissent à rien ;
  • le public qui se pose trop de questions et qui décroche ;
  • un amateurisme masqué derrière une étiquette absurde.

Verdict

Fort heureusement, personne n’a créé de telle ambiance. Des flottements, il y en avait par petites touches. Le public était parfois circonspect. Les humoristes et observateurs aguerris réagissaient beaucoup mieux. Il y avait une vraie cohésion entre tous les artistes. Ça, c’était beau.

Tous les voyants sont au vert pour une belle progression de la comédie alternative. Et ça, ça fait énormément de bien ! Alors venez découvrir la comédie alternative, vous passerez une soirée extraordinaire.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Comédie alternative : un remix signé Humourman [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedie-alternative-soiree-humourman [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:20:51 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:20:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7352 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6652 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-20 07:30:59 [post_date_gmt] => 2019-09-20 05:30:59 [post_content] =>

Passer le cap de la première heure, cela prend parfois du temps ou bien cela n’arrive jamais. Avril a franchi l’étape assez vite. Du coup, il s’est dit que C’était mieux maintenant, et sa première à la Petite Loge approche à grands pas !

C’est toujours la même rengaine : procrastiner son premier spectacle, c’est juste décaler le moment où l’on saute dans le vide… Histoire de le remplir de blagues plus ou moins tordantes ou originales, aussi.

À lire aussi : l’interview d’Avril →

Pendant la fermeture des théâtres, le spectacle renaît en version remasterisée

C’était mieux maintenant : quid de la prestation d’Avril ?

À part son metteur en scène Thierno Thioune ou son frère d’armes du LSC Pierre DuDza, on doit être les plus informés sur le spectacle.

Le parcours d’Avril peut se résumer simplement. D’abord, je veux monter sur scène, alors je prends des cours de théâtre. Ensuite, je veux parler en mon nom propre, donc je me renseigne sur le stand-up. Je tente une scène ouverte l’air de rien, elle me fait intégrer le Laugh Steady Crew. Je prends confiance, j’accumule du matériel et j’y vais.

C’est un peu ça, son credo. En somme, c’est le même que Guillaume Gibault : « J’y vais, mais j’ai peur », mais j’y vais quand même et parfois, ça tue. Actuellement, on est sur un mélange. Il oscille entre ce qu’il a envie de défendre sur scène, et il hésite parfois et passe à un fil du lâcher-prise. C’est exactement pour cela qu’il faut aller le découvrir.

En effet, il va tenter d’aborder des sujets assez originaux, parce qu’il aime se mettre en danger. D’ailleurs, il aura sans doute un sursaut d’orgueil dès qu’il pensera pouvoir mieux faire… Ou qu’un micro-truc n’a pas marché dans C’était mieux maintenant. Résultat : je le vois régulièrement élever son niveau de jeu, pour aboutir à une progression assez intéressante et un public agréablement surpris. Franchement, offrez-vous un samedi soir avec lui, ce n’est pas tous les jours qu’on peut voir un talent émerger.

Infos pratiques

Quand ?Les samedis à 21h30 (octobre-décembre)
Où ?La Petite Loge (Saint-Georges)
TarifÀ partir de 10,95 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Maoulé (photo) / Alexia Mendez (affiche)

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Avril dans C’était mieux maintenant [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => avril-cetait-mieux-maintenant-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-19 19:54:15 [post_modified_gmt] => 2020-11-19 18:54:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6652 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 6723 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-13 10:00:56 [post_date_gmt] => 2019-09-13 08:00:56 [post_content] =>

Yacine Belhousse joue son spectacle d’octobre à décembre à la Nouvelle Seine. Habitué de la péniche, il avait en effet proposé au public son spectacle précédent, Révolutions. C’est aussi là-bas qu’il organisait les soirées Premières fois, qui vont reprendre bientôt.

Yacine Belhousse joue son spectacle : un titre en toute simplicité

L’humoriste Yacine Belhousse a de nombreuses années de scène dans les pattes. Aujourd’hui, il est une référence pour de nombreux humoristes, dont Shirley Souagnon. Shirley le désigne en effet comme son humoriste préféré, que ce soit en interview chez nous ou ailleurs…

En cause : un positionnement entre absurde et surréaliste, qui le rend unique. Humainement, le personnage est aussi d’une sympathie avérée. Enfin, il a su imposer son univers et s’y tenir, à une époque où le stand-up en France n’était pas aussi répandu.

Je n’ai pas envie de vous le survendre. C’est ce que j’ai vécu avant de le découvrir sur une heure, et il m’a fallu quelques sessions en plateau pour me faire un avis. J’aime beaucoup son passage sur les ninjas et sa manière de revisiter l’hymne national. Son segment sur les commentateurs sportifs me parle beaucoup, mais cela n’a rien d’étonnant pour une fan de Footaises comme moi. Il l’avait rodé au 33 Comedy juste avant son passage dans Soixante, si vous voulez vous faire une idée.

Bref, vous le voyez : Yacine Belhousse est donc à l’aise sur de nombreux sujets. Si vous voulez voir quelque chose de différent, son spectacle est pour vous !

Infos pratiques

Quand ?Les vendredis et samedis à 20 h, jusqu’au 14/12
Où ?La Nouvelle Seine (Saint-Michel / Maubert Mutualité)
TarifÀ partir de 18,50 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Laura Gilli

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Yacine Belhousse joue son spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-joue-spectacle-nouvelle-seine [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:18:02 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:18:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6723 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 6728 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-08 10:00:48 [post_date_gmt] => 2019-09-08 08:00:48 [post_content] =>

Yacine Nemra fait partie de la nouvelle génération d’humoristes suisses. Il devait nécessairement prendre une place dans le carré VIP des découvertes humour ! C’est aujourd’hui chose faite pour l’habitué de la radio Couleur3.

Yacine Nemra, génie de l’improvisation

Le Lausannois Yacine Nemra improvise depuis l’adolescence. Il débute cet art en 2006 et se distingue au sein de sa ligue d’improvisation, l’AVLI.

Il participe également à des soirées d’improvisation, avec notamment Donatienne Amann et Blaise Bersinger. Si vous vivez à Lausanne, vous pouvez retrouver ces comédiens et d’autres en alternance. Le prochain rendez-vous de Brut Impro est prévu le 19 septembre !

Aujourd’hui, il termine ses études avec un mémoire qui ne ménage pas ses nerfs. Il en parle d’ailleurs dans ses chroniques, ponctuées des rires de Valérie Paccaud.

Le comique qui crève les ondes

C’est bien sûr là que j’ai découvert ses énumérations absurdes. Aujourd’hui, les « Le saviez-vous ? » sont ainsi des délires que je ne manque sous aucun prétexte. Vous pouvez les retrouver dans cette série de vidéos très fournie !

Le public suisse l’a aussi vu dans l’émission Mauvaise Langue. Il prend part à de nombreuses séquences mémorables. Son truc en plus ? Une bonhomie qui saute aux yeux, un visage que vous n’oubliez pas et un style bien à lui.

Ce style va rapidement me rendre « super fan » de lui sur sa future page Facebook, soyez-en sûr. On lui souhaite d’en avoir une très populaire dès qu’il la lancera. Mais qu’il se rassure, il n’est pas notre seule découverte humour à en être dépourvu.

Crédits photo

© RTS - Couleur3 - Capture d’écran de la chronique « Faire ses courses en France »

[post_title] => La découverte du mois – Septembre 2019 – Yacine Nemra [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-yacine-nemra [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:18:36 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:18:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6728 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 6644 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-04 10:00:02 [post_date_gmt] => 2019-09-04 08:00:02 [post_content] =>

Aude Alisque à la Petite Loge, c’est une expérience clownesque qui vous embarque dans un moment de rire exquis. Elle prolonge son spectacle Tout avait pourtant mal commencé les vendredis à 21h30.

👉 Lire l’interview d’Aude Alisque : « Le clown est libérateur, il vous mène plus loin sur scène »

Aude Alisque à la Petite Loge : des prolongations qui font plaisir

Contrairement aux deux spectacles présentés cette semaine, nous avons déjà pris place dans le plus petit théâtre de la capitale pour découvrir Aude Alisque. Pour découvrir une jeune artiste, cette expérience initiale pourra vous rassurer : son heure, elle la travaille déjà depuis un certain temps.

Son univers est un peu particulier, car il dérive parfois vers la folie et l’absurde. Pour autant, le spectacle est très facile d’accès. En effet, il ne demande pas d’aimer ce type d’humour pour passer un bon moment. Laissez-vous porter, cela suffira. Ainsi, vous passerez facilement un très bon moment avec Aude.

De toute manière, avec la qualité de la programmation de la Petite Loge, vous savez que vous êtes entre de bonnes mains. Ce théâtre intimiste n’a décidément pas fini de nous procurer du bonheur et des fous rires !

Infos pratiques

Quand ?Les vendredis à 21h30 (octobre-décembre)
Où ?La Petite Loge (Saint-Georges)
TarifÀ partir de 10,95 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Aude Alisque prolonge à la Petite Loge [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => aude-alisque-petite-loge-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:18:20 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:18:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6644 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 6557 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-08-08 17:48:14 [post_date_gmt] => 2019-08-08 15:48:14 [post_content] =>

Le 7 août 2019, le Théâtre le Point Virgule nous offrait une exceptionnelle estivale comme il en a le secret. Nadim investissait la plus petite des grandes salles parisiennes et y proposait son spectacle Premier contact pour la première fois. Alors, ça donne quoi, Nadim au Point Virgule ? Soyez patient, je vous raconte tout !

👉 Tu as manqué ce spectacle ? Séance de rattrapage le vendredi 23 août à 21h15 !

Une nouvelle halte dans le Marais avec Nadim au Point Virgule

Pour moi, c’était tout un symbole. Le signe d’une victoire des humoristes différents, singuliers, qui sortent du cadre.

Comment ne pas avoir une pensée pour les représentations passées de Jean-Philippe de Tinguy, de ses exceptionnelles en 2016 jusqu’à atteindre six représentations par semaine l’année suivante ? Non, j’y pensais nettement, naturellement. À tel point que je me doutais bien que l’ancien Dernier Jean-Philippe répondrait présent.

Retour en 2019. J’arrive avec une avance de quarante minutes, parce que je sais que le public arrive de plus en plus tôt. Avant, j’étais en pole position pour les spectacles de Jean-Philippe avec cette marge — aujourd’hui, j’intègre difficilement le top 20. Je suis donc surprise de voir le jeune humoriste Mickael Pellé arriver en même temps que moi. Il me confie ne pas être rentré chez lui après le travail, et avoir attendu pendant trois heures ce moment. Je le comprends.

La file d’attente se remplit rapidement. Mickael fustige les humoristes de sa génération : ils ont créé un groupe Facebook pour cet événement… et n’ont pas eu le réflexe de prendre leur place. Résultat, ils pleuraient intérieurement de ne pas être présents. Tous ? Non, sauf un irréductible humoriste, Bobbin, qui avait eu la présence d’esprit de faire comme son collègue.

Le gratin est là ! À moins que ce ne soient les patates ?

Bobbin arrive juste avant le spectacle et prend place à l’extrême opposé de la file d’attente. Entretemps, je discute avec Mickael et lui confie être revenue exprès de vacances pour cela. J’avais manqué la fin du 33 Comedy à la Grange, je ne voulais plus vivre de telle déconvenue.

Pendant cette discussion intense, la tête de Jean-Philippe apparaît dans mon champ de vision. Je n’avais plus vu mon idole déchue depuis les derniers Dimanche Marrant où il avait joué. J’ai failli le recroiser en janvier, si mes souvenirs sont bons : il voulait voir Salomé Partouche, et j’avais décidé de revenir à la Comédie des 3 Bornes pour voir l’évolution de son spectacle. Au final, la représentation n’a pas eu lieu.

Il est comme ça, Jean-Philippe : il soutient ses pairs. Ceux qui ont une fibre un peu folle, un peu border, un peu cassée de manière authentique. Je ne serais pas surprise de le croiser quand Ghislain Blique aura son heure. Oui, c’est une subtile manière de lui montrer la voie vers un spectacle génial, même s’il n’a pas encore vu le jour…

Pas de DeLorean, mais une autre expérience temporelle

Entre 2016 et 2019, le gouffre est abyssal. Le paysage humoristique est bien plus vaste et fourni qu’auparavant. Côtoyer ces deux générations dans le même espace-temps me semble irréel. J’ai l’impression de ne plus me souvenir de l’heure de Jean-Philippe, comme si elle n’avait pas existé. Dans le même temps, prendre place au premier rang, à l’extrême-gauche de la salle ; j’ai l’impression que cela se jouait hier.

Cette place est stratégique, même si elle ne vend pas du rêve. Vous avez un petit escalier en face de vos jambes. Or, si vous vous placez en biais, personne n’a autant de place pour étendre ses membres inférieurs que vous. Face à vous, la scène remplace les bancs que subissent les rangs derrière vous. Vous pouvez même vous accouder sans gêner la vue de ceux derrière vous. Cela se révèle indispensable pour éviter le torticolis dû à la proximité.

Cette place, que j’ai tant prise grâce à mes pole positions, personne n’en veut pour le spectacle de Nadim. Résultat, qui se la coltine ? Bobbin ? Non, il était vraiment loin dans la file. Jean-Philippe ? Bingo. Le jeu des chaises musicales me fait sourire, tandis que j’espionne discrètement quelques réactions. Instinctivement, je cherche à savoir quel spectacle est le meilleur entre les deux, et si l’homme du passé pense comme moi.

Arrête de comparer les maîtres du rire, apprécie Nadim au Point Virgule !

À cet instant-là, je commets une erreur. Au début, les univers de Jean-Philippe et de Nadim se voulaient frontaliers. Or, on relève aujourd’hui un gouffre entre les deux. Nadim a même fait scission avec lui-même, grâce à une fusion habile avec un coauteur structurant.

La structure, la construction d’un récit : c’était ce qui manquait à la prestation de Nadim jusqu’ici. Très bon improvisateur, il se sortait des situations délicates avec beaucoup d’aisance. Tel un triathlète du rire, l’humoriste arrivait à pondre des histoires de colonel lors de sa première au Théâtre la Cible. Bluffant, mais la récréation joviale ne peut plus vraiment exister au Point Virgule.

On monte la difficulté d’un cran, et le spectacle se transforme au moins de moitié. Au début, généralement, l’artiste cherche des lieux communs pour rassurer son auditoire. Nadim ne joue pas dans cette cour. Son terrain de jeu, c’est la prise de risque. N’essayez pas cela chez vous, c’est dangereux : 90 % des humoristes en herbe s’y casseraient les dents.

Mais pas Nadim. Le triathlète se transforme en gourou du rire sympathique et nous tient en haleine. Il ne nous épargne rien : deux entractes en une dizaine de minutes, une fin de spectacle proclamée au bout de 20 petites minutes. Pour avoir vu Perceval de Grâce à la Petite Loge, je peux vous dire que ça arrive. Je serre des dents. Je jette des coups d’œil furtifs à Mickael, Jean-Philippe et les inconnus de la salle. Désolé Bobbin, à ce stade, j’ignore toujours ta localisation précise… Guette la moindre réaction de lassitude. Parfois, elle apparaît quelques secondes sur un visage isolé. Nadim rassemble donc l’essentiel de son audience, en perd un ou deux l’espace d’un instant, puis récupère tout le monde en continuant de nous infliger ses prises de risque. Sur une heure entière.

Verdict

Avec Nadim au Point Virgule, la magie opère donc. Les transitions sont généralement soignées, tandis qu’un coup de téléphone-running gag nous offre un repère pendant l’heure entière. À son terme, je suis épuisée, j’ai pleuré de rire à plusieurs reprises et j’applaudis avec ardeur. Que venons-nous tous de voir ? Un spectacle unique, sans aucun doute. Une leçon d’humour : vous pouvez tout faire si vous assumez vos choix artistiques. Un moment de bonheur humoristique, assurément. Connaissant Nadim, je peux vous assurer que ce n’est pas le dernier…

Crédits photo

© Christine Coquilleau / Portfolio Underground Comedy

[post_title] => Nadim au Point Virgule : premier contact et voyage temporel [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nadim-au-point-virgule-contact [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:13:44 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:13:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6557 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 6401 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-07-12 12:43:16 [post_date_gmt] => 2019-07-12 10:43:16 [post_content] =>

Dans Coulage de béton sur fleur éclose, Bobbin et Jack Line révèlent tour-à-tour leurs 30 premières minutes de blagues. Le Théâtre de l’Orme, un théâtre atypique du 19e arrondissement de Paris, accueille ce bijou d’alternative comedy[1].

Coulage de béton sur fleur éclose : comment découvre-t-on Bobbin et Jack Line ?

Objectivement, rien de rationnel ne peut vous motiver à choisir ce spectacle. Ces deux gars-là, personne ne les connaît. Vous voyez la destination la plus touristique du monde ? Eux, il faut aller les chercher dans les milieux naturels de l’Oural, après un périple éreintant de plusieurs semaines ou mois.

Une fois arrivé dans le plateau d’humour underground qui va bien, vous finissez par les découvrir. J’ai d’abord entendu parler de Jack Line (prononcez Jacqueline, comme votre tante) par Mickaël Pellé. Il m’en parlait avec tant de passion : il fallait que je le découvre.

Ensuite, j’ai croisé Bobbin sur plusieurs scènes. Celle dont je me souviens le mieux, c’est la dernière d’un plateau de Bastien Morisson et Nash. Le pot de départ du Comédie Time à l’Abracadabar. Désolée pour ce name-dropping.

C’est quoi, leur style ?

Droit comme un I, Bobbin enchaîne les mots et les phrases. Il est aussi attachant que flippant (comme moi, voire nous tous ?) et il ose aller dans le vrai.

Il nous annonce un programme politique de dictateur, entre quelques blagues sur le harcèlement. Le thème importe peu : Bobbin étonne grâce à ses grands écarts scéniques. D’une manière assez étonnante, il devient extrêmement fort et les éclats de rire fusent.

Quant à Jack Line, son humour est un peu plus dur à cerner. On m’avait prévenu : ça allait être absurde. En fait, il assume tous ses choix scéniques. Qu’il s’agisse de lire son sketch sur un rouleau de papier toilette, ou d’attendre qu’il débute une bonne dizaine de minutes, Jack Line tient son auditoire.

J’ai adoré la partie où il propose de lire l’autobiographie de Mike Tyson. Même si la performance est inégale (c’est du rodage, ça va se construire, tout va bien), on a affaire à un talent brut. Et même deux, car Bobbin et Jack Line se complètent parfaitement !

Car oui, on dit Bobbin — prononcez bobine. Si vous n’êtes pas content, vous auriez dû le mentionner là où il a choisi son nom de scène (attention exclu web) !

Une expérience scénique insolite

Vous pouvez découvrir ces deux humoristes dans un lieu insolite : le Théâtre de l’Orme. Un lieu accessible dans une cour d’immeuble, où vous entendez les voisins dans les moments de silence.

Le lieu est aussi étrange que cosy, on dirait une salle de cinéma privée dans un hangar. Mais heureusement, comme aux plateaux Comédie Paradiso et Why Not Comedy, il y a un tapis. L’honneur est sauf, les saltimbanques sont les bienvenus ici.

Notre verdict

Le spot du rire vous recommande cette soirée si vous aimez voir quelque chose de différent, et vous assurer que vous allez rire !

Prochaine date : vendredi 19 juillet, 21h00 — et ça commence à l'heure !

[1] L’alternative comedy renvoie à un courant de la comédie qui se veut plus rassembleur que la comédie classique dans le sens des anglo-saxons. En effet, l’expression vient des années 1980, où cette forme alternative d’humour venait s’opposer à un humour dominant, jugé raciste et sexiste. Dans cet article, j’utilise l’expression avec un autre sens : je parle bien d’un humour décalé et différent de ce que vous avez l’habitude de voir.

[post_title] => Coulage de béton sur fleur éclose : le summum de l’alt-comedy [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coulage-beton-fleur-eclose-bobbin-jack-line [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 12:58:39 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 11:58:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6401 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 6387 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-07-08 21:10:22 [post_date_gmt] => 2019-07-08 19:10:22 [post_content] =>

Après les scènes de stand-up, j’ai parfois la chance de rentrer en métro escortée, le temps de quelques stations, avec les humoristes de demain. Ce soir-là, j’étais avec Jean-Paul et Renaud Sanviti. Je sortais alors d’un 30-30 confidentiel qui officialisait l’arrivée d’une comédie alternative en France.

Niveau chance, j’étais au sommet. Renaud menait légitimement la conversation : il aime le stand-up, ça se voit. Il me confie sa fascination des parcours de chaque humoriste. Il me pose mille questions, et j’essaie d’être la première de la classe en glissant le plus d’informations possibles.

Ghislain Blique, idole des plateaux

Naturellement, la conversation glisse sur Ghislain Blique. Pourquoi ? Parce que la jeune génération adule Ghislain, sans qu’il ne le veuille. Les humoristes qui me confient être groupies de Ghislain se multiplient. Il leur a fait forte impression lors de leur rencontre, surtout s’ils estimaient ne pas avoir marché ce soir-là.

Renaud Sanviti me quitte et me dit qu’il ira au Fringe à Édimbourg. Un festival plus respirable qu’Avignon, et plus prestigieux pour le stand-up. Même si j’en avais parlé avec Els, et qu’elle m’avait envoyé cette analyse.

Entre Renaud et moi, un respect mutuel s’installe à cet instant car j’y suis allée en 2017.

Renaud Sanviti, future idole des plateaux ?

Seule, je repense alors à son rapport à Ghislain. S’il savait que dans deux ans, les nouveaux loueront son talent de la même sorte. Il glanera des groupies de son art, grâce à son amour du stand-up et ce goût d’être vrai sur scène.

Merci Renaud pour ces vingt minutes bien trop courtes. Je dois admettre que je traîne dans le milieu juste pour ces moments-là. À très vite sur les scènes, monsieur le puriste. On a la même passion pour l’échange et ça enrichit vraiment le game. Tu vas en retourner, des salles, et Ghislain le saluera sans doute dans une note partagée sur sa page Facebook légendaire.

Crédits photo

© Cap ou pas cap Comedy - Page Facebook

[post_title] => Humour instantané - Renaud Sanviti, le puriste [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => renaud-sanviti-humour-instantane [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:18:56 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:18:56 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6387 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 6096 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-25 14:27:31 [post_date_gmt] => 2019-03-25 13:27:31 [post_content] =>

Alexis le Rossignol, humoriste stand-up aguerri et chroniqueur à succès sur France Inter, joue son spectacle au Point Virgule. Vous pouvez faire comme nous et le découvrir tous les dimanches jusqu'à fin avril à 17h30, et passer un très bon moment !

Alexis le Rossignol, destiné à vous faire rire

La première fois que j'ai découvert Alexis le Rossignol, c'était lors du Grand Prix du FUP 2017. Ce soir-là, il avait remporté le prix SACD qui récompense l'écriture. Oui, le même que Charles Nouveau l'année suivante, et Morgane Cadignan en février dernier.

Pourtant, j'avais quelques réserves. Je me disais que c'était encore un humoriste aux tendances altermondialistes, dans la mouvance de l'humour France Inter. Bref, j'étais dure, et à l'époque, je ne connaissais l'humour France Inter qu'à travers des descriptions de Gaspard Proust, ou d'autres gens qui aiment jouer avec la droite en politique. Avec le recul, j'ai vu que je me suis complètement trompée.

Depuis, Alexis a sans doute parfait son style. Je l'ai vu en plateau d'humour, et j'ai commencé à voir l'originalité chez lui. Je révisais petit à petit mon jugement. C'est grâce à un ancien collègue que j'ai complètement dévié. Il me parlait de son sens du malaise. Et figurez-vous que je n'avais jamais vu ça. Alors, j'ai fouillé. J'ai regardé quelques chroniques, que mon pote à la compote avait toutes vues et adorées.

Un spectacle idéal pour du rire en toute simplicité

Là, j'ai compris. Ce ton lent, naïf et espiègle : toute l'originalité était là. Je me sentais bête. Comme nombre de ses fans, j'ai ri aux éclats sur la recette des roulés au jambon, qui m'a rendue nostalgique de mes années étudiantes. Il fallait ensuite voir ce que ça donnait dans une salle : l'exercice n'a rien à voir.

C'est avec la chanson de Boule Noire, Aimer d'amour, que le spectacle commence. J'ai adoré ce début, que je ne veux pas vous décrire pour ne pas vous gâcher la surprise. L'ensemble du spectacle permet à Alexis de s'étonner de tout. Si vous avez peur de voir un humoriste qui traite toujours des mêmes sujets, dans le genre humour engagé, n'ayez crainte.

Il passe des start-ups au sperme de cochon sans aucune difficulté. Si vous n'aimez pas le vulgaire, ne vous inquiétez pas non plus. Tout va bien de ce côté. L'ensemble est très drôle et on est même captivé par certaines anecdotes. On a juste envie d'être avec Alexis pendant une heure, de rire en toute simplicité.

Je regrette un peu d'avoir mis tant de temps à profiter de ce moment, d'autant plus qu'on n'est pas sur un rodage : la prestation est solide, rythmée, et Alexis pousse même la chansonnette. Vous n'avez pas besoin d'en lire plus : réservez avant qu'il ne soit trop tard !

Crédits photo

© France Inter / Capture d'écran YouTube

[post_title] => Alexis le Rossignol au Point Virgule : immanquable ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => alexis-le-rossignol-point-virgule-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:19:14 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:19:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6096 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 5669 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-02-10 11:54:32 [post_date_gmt] => 2019-02-10 10:54:32 [post_content] =>

Je devais aller voir Charlotte Creyx en spectacle depuis très longtemps. Cette humoriste atypique me scotche à chaque fois. Rendez-vous pris le samedi 9 février au Théâtre de Dix Heures, à 17 heures.

Charlotte Creyx avec un X : vous n'êtes pas (tous) prêts

Pourquoi ai-je mis autant de temps à voir Charlotte Creyx ? Passée par La Petite Loge et Le Point Virgule, je lui ai promis de venir... mais les horaires ne collaient pas. J'avais malheureusement toujours autre chose à faire.

Quand j'ai vu qu'elle jouait le samedi après-midi, à un horaire où la concurrence est rude et mon sommeil préservé, je n'ai pas hésité bien longtemps.

Avant cela, j'avais vu de nombreux passages en plateaux : Dimanche Marrant, le Paname Art Café... Or c'est au Motel Comedy Club qu'elle m'a bluffée. Là, je savais qu'il ne fallait plus procrastiner en lisant des articles détaillant son parcours. Le phénomène prenait de l'ampleur. Et j'étais prête à le découvrir.

Un spectacle sans concession

Disons-le tout net : Charlotte Creyx n'est pas pour tout le monde. Elle ne cherche pas à rassembler et plaire sans substance. Son spectacle est un petit bijou, car elle va au bout des choses. La proposition artistique est osée, et elle ne reviendra pas vous chercher.

Cela ne veut pas dire qu'elle ne fera pas d'effort : dans le spectacle, vous pourrez aussi accéder à des thèmes assez familiers des théâtres. Quand elle parlera des relations hommes-femmes, soyez en alerte et reprenez le train du rire.

Alors, de quoi s'agit-il ? Un peu d'absurde, d'humour sur la noirceur du monde et une démonstration de charisme. Charlotte Creyx devient attachante lorsqu'elle joue avec son propre ridicule. Elle ne tombe jamais dans l'excès, même si elle joue régulièrement avec les limites.

Pendant le spectacle, je me suis dit que j'avais envie de le revoir juste pour son entrée. Heureusement, elle nous offre un rappel de cette chorégraphie qu'on a tous eu envie d'exécuter en public... sans jamais oser.

En vidéo : Charlotte Creyx tout aussi loufoque

Merci d'oser, Charlotte !

Combien de fois ai-je créé un malaise en société ? Cela se chiffre à plusieurs occurrences par jour. Dans un monde d'e-réputation et de masques sociaux, l'humour devient l'un des seuls échappatoires. Alors quand on joue le borderline à fond, c'est irrésistible.

Charlotte doit vraiment trouver son public, et il existe. Je l'ai entendu rire dans cette salle. Tout le monde n'avait pas forcément les clés, mais celles qui l'avaient (uniquement des filles) voulaient sortir le rire qui vient des tripes. Celui avec lequel Monsieur Fraize joue depuis des décennies.

Je l'avais, moi aussi, mais je n'osais pas le sortir pleinement. J'ai pleuré de rire à deux ou trois reprises, mais si le public était plus chaud, je l'aurais moins censuré.

La minute pédagogique : suis-je prêt(e) à aller voir Charlotte Creyx ?

Rassurez-vous : il est facile de rentrer dans l'univers de Charlotte Creyx. Il faut juste accepter de la laisser prendre le contrôle. Partir dans son univers, un peu comme pour Yacine Belhousse.

Je vous arrête tout de suite : si vous pensez que c'est encore un truc élitiste de théâtreux, vous vous mettez le doigt dans l’œil. Disons que si votre humour est terre-à-terre, que le second degré vous laisse pantois, vous pouvez jouer le rôle du spectateur aigri et passer un moment mitigé.

C'est d'ailleurs là que le spectacle vivant devient intéressant : le public joue un rôle clé dans l'explosion d'un artiste. Alors, suivez un cours express d'absurde auprès de nos talents maison (Jean-Philippe de Tinguy, Nadim...) et d'autres (Axel Cormont...). Là, vous aurez alors une chance de prendre du plaisir comme jamais dans un théâtre. Prêt à lâcher prise ?

[post_title] => Charlotte Creyx en spectacle : quelle expérience ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => charlotte-creyx-spectacle-critique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:19:33 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:19:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5669 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 5351 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-11-10 11:02:24 [post_date_gmt] => 2018-11-10 10:02:24 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Ambroise et Xavier jouent un spectacle plus original que l'originalité au Sonart. Vous voyez la catégorie « inclassable » ? Ça ne rentre pas dedans. Ça crée son truc, tout seul, et ça ne va nulle part ailleurs. Dépêchez-vous, à Noël ce sera terminé. Offrez-vous ce cadeau.

Ambroise et Xavier : ça ne se raconte pas, ça se vit

Je les ai découvert sur la page de Jean-Philippe de Tinguy. Il conseillait d'aller au spectacle, sans ajouter trop d’explications. Le connaissant, cela n’est pas forcément inhabituel. Pas de mots, bonne nouvelle. Quelques semaines plus tard, Cyril Hives me parle de ce même spectacle. Décidément, il doit revêtir quelques spécificités, ce show. D’autant plus que je me suis renseignée sur BilletRéduc. Aucune information claire ne ressort de la description… Niveau absurde, c’est bon signe. Comme j’adore ne pas savoir comment je vais être cuisinée, je sais que je dois y aller. Une semaine plus tard, je saute le pas. Alors que je pestais face au manque d’explications de Jean-Philippe, j’ai compris pourquoi. On ne peut pas mettre de mots sur ce bordel intersidéral et complètement maîtrisé. Au début, je retrouve la même dynamique que dans des duos comme Éric et Ramzy. On a l’idiot rejeté très attachant (Éric) et le mec imbu de sa personne mais tout aussi faillible (Ramzy).

L'art d'embarquer les gens

Ensuite, mes repères disparaissent. Je me fais balader de sketch en sketch. Les effets de surprise sont permanents, à tel point que je suis bouche bée pendant au moins 20 minutes en cumulé. En sortant, je suis complètement déboussolée. Je sais que je n’ai jamais vu ça. Cela me semble si extraordinaire que je trouve ça dangereux de vouloir y retourner. Je ne sais pas si un cerveau peut encaisser autant de drôlerie inattendue deux fois dans sa vie, tant c’est jouissif. Ça doit s’appeler « retomber amoureux du spectacle vivant » et c’est fait avec une maestria dingue. S’il y a un spectacle à voir dans sa vie, un seul, peut-être que c’est celui-là. Ça me coûte de l’écrire parce que j’ai vu des choses merveilleuses jusqu’ici, mais franchement, on atteint des sommets. Je vous laisse, je vais essayer de reprendre mes esprits.

Ambroise et Xavier ne sont pas n'importe qui

J'ai écrit les lignes ci-dessus en sortant du spectacle, vraiment déboussolée. Depuis, Google m'a fait découvrir que ces deux-là ont un parcours artistique assez fourni. Un programme court repéré par Comédie+, de nombreuses expériences liées au cinéma, etc.. Derrière Ambroise et Xavier se cachent deux talents du futur, Ambroise Carminati et Xavier Lacaille. En bref, leurs CV respectifs m'ont donné le tournis. Alors allez faire grimper leur foutu compteur de likes sur Facebook avant qu'ils deviennent des superstars, c'est un ordre.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=JRJ10m72NeM"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => La découverte du mois - Novembre 2018 - Ambroise et Xavier [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-ambroise-xavier [to_ping] => [pinged] =>
[post_modified] => 2019-11-14 13:20:05 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:20:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5351 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 5139 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-15 09:54:37 [post_date_gmt] => 2018-09-15 07:54:37 [post_content] => Fred Cham, c'est le talent brut qui s'écoute. Il aurait pu s'appeler Eric Eau, jouer davantage et s'offrir une réputation solide dans le milieu du stand-up. C'est surtout un type d'une générosité sans borne. Son plus grand loisir : convaincre son interlocuteur de monter sur scène.

Fred Cham : un geek de comédie

Au lancement du spot du rire, j'ai proposé à Louis Dubourg d'être la caution culturelle stand-up du site. Fred Cham pouvait aussi jouer ce rôle. De Nanette à Louis C.K., il est incollable. L'amoureux de comédie à l'état brut. Découvrez-le en doublade avec Nathan Bensoussan, quand il avait son comedy club l'année dernière.
Son humour va probablement évoluer suite au special d'Hannah Gadsby. Il me confiait en effet avoir ressenti la même gêne qu'elle. L'auto-dérision permanente le dérange donc, même s'il n'avait jamais mis les mots sur ce malaise. Pourtant, l'autodérision est une force dans son stand-up. Elle le porte vers les bons passages, ceux des publics conquis. J'imagine, cela dit, qu'il faut composer avec son ego, sa confiance en soi et ne pas se faire violence en permanence au service du rire du public.

Sur le plaisir de voir Fred Cham sur scène

Quand Fred Cham ne joue pas, il manque à la scène. Rémi Boyes me confiait que s'il jouait davantage, il surpasserait tous les autres. Or, Fred Cham s'investit surtout dans une multitude de projets créatifs. Il y met à profit son talent d'écriture et son sens de l'humour acéré. Sans oublier son amour de la BD, qu'il partage avec Joseph Roussin. Pour en savoir plus, redécouvrez l'épisode d'Un café au lot7 avec Fred Cham ! Bon improvisateur, il joue régulièrement à La croisière s'amuse. On a tout de même la chance de l'y voir là-bas (si le plateau survit, et il le faut !). L'avenir pourrait aussi le mener à reprendre un plateau. Une chose est sûre : on continuera à prendre du plaisir à voir Fred Cham sur scène. Qu'il fasse des pompes ou non (c'est arrivé, et c'était fou !).

Crédits photo

© Fabrice Mawule Houessou [post_title] => La découverte du mois - Septembre 2018 - Fred Cham [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-fred-cham [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:20:23 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:20:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5139 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 4380 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-31 09:46:19 [post_date_gmt] => 2018-05-31 07:46:19 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text css_animation="none"]L'humoriste absurde Blaise Bersinger fait rire le public suisse depuis plusieurs années avec un style et une originalité indéniables, et on tenait à vous le faire découvrir !

Blaise Bersinger redonne ses lettres de noblesse à l'absurde

Ce mois-ci, on a mis en avant l'humour en Suisse avec Mauvaise langue. J'ai de plus en plus l'impression que là-bas, ça innove énormément. Charles Nouveau, qu'on plébiscite depuis le début sur le spot du rire, nous impressionne de jour en jour. La nouvelle génération suisse nous impressionne ainsi de jour en jour. Elle a bonne presse, mais ce n'est pas parce qu'elle bénéficie d'un bon marketing. Le talent, le travail et l'abnégation les propulsent à un niveau déjà bien avancé. Dans ce microcosme de talents, Blaise Bersinger est celui que toute la bande veut élever. Dans les interviews de chacun d'entre eux, on retrouve souvent un clin d’œil à l'humoriste absurde. Par exemple, il y a du Chris Esquerre dans sa communication digitale, déjà. Cette idée que le support peut être détourné, prêté à rire ou obtenir autre chose. Et ça marche : Blaise Bersinger s'autorise ainsi à aller loin et vient chercher nos rires les plus primitifs, les moins réfléchis. On dit souvent que le ridicule ne tue pas. Chez Blaise Bersinger, il bonifie. Ses qualités de comédien nous emmènent dans un univers que nombre d'entre nous ne pourraient même pas conceptualiser. Jugez plutôt.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=A4L_NfuMmwk"][vc_column_text]Blaise Bersinger ne se contente pas des vidéos sur internet. Il joue un spectacle en Suisse au titre prometteur et énigmatique : Peinture sur chevaux 2. Nous n'avons donc pas eu le privilège de le voir, mais ceux qui en ont profité font dans le registre de l'éloge. Entre absurde, improvisation et stand-up, il réussit à créer un spectacle unique en son genre, qui colle visiblement très bien avec ce qu'il est. Et ça, c'est typiquement ce qui différencie un bon humoriste d'un artiste orfèvre du rire.

Comment découvrir Blaise Bersinger ?

Vous pouvez retrouver les prochaines dates de l'artiste sur son site web et ses dernières créations ou autres ordinateurs gratuits (sic !) sur sa page Facebook. En voici d'ailleurs un échantillon savoureux. Avis à tous les humoristes en quête de promotion efficace, prenez des notes (mais ne copiez pas !).

Crédits photo

© Laura Gilli[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => La découverte du mois - Mai 2018 - Blaise Bersinger [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-blaise-bersinger [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:20:39 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:20:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4380 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 3754 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-04-07 11:40:49 [post_date_gmt] => 2018-04-07 09:40:49 [post_content] =>

Pour des humoristes comme Félix Radu, rire des mots, ça peut être pour tous. On peut avoir l'impression qu'il s'est retrouvé propulsé dans la mauvaise époque, qu'il est en décalage. Mais au final, jouer avec les mots et ajouter de la poésie à son personnage de scène, c'est une vraie tendance qui se confirme.

Le Rimbaud de l'humour

J'ai quitté Félix Radu lors du festival Les Fous Rires de Bordeaux, juste après sa qualification pour la finale. Opposé à François Guédon le lendemain, il n'a pas géré la finale comme il le voulait et il est reparti avec des regrets. Mais là-bas, la littérature avait, semble-t-il, gagné une bataille. Les deux humoristes qualifiés pour la finale l'intégraient à leur univers humoristique.

On compare souvent Félix Radu à Raymond Devos. Le jeune humoriste belge travaille d'arrache-pied avec son équipe de communication pour casser cette image. Personnellement, comme je n'ai pas cette expertise Devos en tête, j'échappe un peu à la comparaison. Pour moi, Félix me fait plus penser à Rimbaud. Vous me direz que je ne l'ai jamais rencontré, mais j'ai suivi des cours sur lui à la fac et j'ai lu deux-trois recueils.

J'ai dû lire ça aux alentours de 20-22 ans. C'est un âge très rigolo de la vie, où l'on croit tout savoir et où l'on se radicalise dans ses opinions. On est épris d'une force assez sidérale qui nous fait croire dur comme fer à nos convictions. On se politise, parfois. Et on prend beaucoup, beaucoup les choses à cœur. Parfois même, dans nos heures les plus sombres, on a l'impression de savoir tout sur tout. Et on en parle avec passion.

Convictions

Félix m'amuse souvent. Parfois, ses convictions me font sourire. Comme quand il dénigre le stand-up par ses stéréotypes. Il est vrai que le stand-up je ne sais pas si vous avez remarqué, mais... qui parle de cul et d'altercations en voiture en banlieue n'est pas très recherché. Mais Félix, désolée de te décevoir, tu fais du stand-up. Tu ne veux pas l'affirmer parce que tu veux créer une rupture et te différencier. Certes, tu as bien compris qu'il faut se distinguer pour percer, mais il n'empêche que cette forme de stand-up, tu l'incarnes plutôt bien. Même si tu ne colles pas à la définition stricto sensu du stand-up avec le micro et l'absence de décor (j'ajoute cette phrase parce que je sais que tu n'es pas d'accord et que ça t'agace, mais ça me fait encore plus rire. Encore une fois, ce n'est que mon opinion ;-)).

L'humour pour tous ?

Après, je te comprends. On m'a recommandé une émission sur France Inter cette semaine : Génération Jamel Debbouze, l'humour pour tous. Je vous laisse écouter ci-dessous si ça vous tente.

Génial : on a l'impression qu'on va parler de l'émergence du stand-up en France, cette forme de parole libre avec toutes ses subtilités et ses comedy clubs. La porte se referme, c'est un cauchemar. L'animateur, qui passe plus de temps à ajouter des effets insupportables dans sa voix pour exciter de la MILF, se gargarise sur le fait que Jamel est maghrébin. Ce fantasme de l'ériger en porte-parole d'une ethnie ou je ne sais quoi. Et ça radote, et ça radote... au final, cette analyse sociologique des médias m'a tellement ennuyée que je ne suis pas allée au bout.

Pourquoi un tel agacement ? Je ne suis pas friande de France Inter : je trouve cette radio clivante. Ils en font des caisses, et je trouve que ça exclut des gens. Dont je fais partie, j'assume. Le côté entre-soi culturel parisien, où l'on fait semblant de comprendre la populace... Et en fait, quand on se fait violence pour écouter, on se rend compte que le contenu informatif tombe à côté, est utile toujours aux mêmes. La connivence avec l'auditoire habituel est là, ça, c'est sûr... mais on passe à côté d'une élévation de tout le monde. Ce que le stand-up de Félix Radu et de beaucoup d'autres arrive à faire.

Le stand-up comme élévateur d'âmes

Dans la communication de Félix Radu, il y a justement un appel à ouvrir la culture, la littérature ou encore l'humour à tous. Voici un extrait de Vers l'Avenir, où la plume d'Elise Lenaerts a sublimé les propos de l'humoriste namurois.

Les grands classiques à la portée de tous

Les mots s'improsent ! n'est donc pas destiné aux personnes d'un certain âge qui lisent du Shakespeare, un verre de whisky à la main. À travers son spectacle, Félix Radu veut vulgariser la littérature, pour que tout le monde puisse se la réapproprier. « On peut penser que mon public est composé de personnes âgées. Alors qu'en fait pas du tout, c'est un a priori de directeur de salle qui pense que les jeux de mots et la littérature ne font rire que les gens cultivés, les Parisiens. Je crois qu'on a appris aux gens à se dévaloriser. Les intellectuels, les politiques font comme si le peuple n'était plus capable de diriger le pays, en disant :

« Ne vous inquiétez pas, on va gérer pour vous ».

Les gens se disent que la culture n'est pas pour eux, que le théâtre après une journée à travailler en tablier d'électricien ne leur est pas destiné, qu'ils n'ont pas le profil. » Pour lui, « le théâtre est devenu un truc un peu incestueux où on ne fait plus des pièces que pour des gens de théâtre, des personnes qui rêvent déjà. »

Je crois qu'après ça, on peut mourir tranquille, non ? Evidemment, le plus tard possible, ça va de soi. Et ça aussi, c'est une citation historique dont Louis Dubourg fait bon usage. Merci aux humoristes de bousculer un peu les gens qui traînent dans la culture par idéologie ou snobisme plutôt que par passion.

Crédits photo

© Henry Magerès

[post_title] => Spot on - Félix Radu ou la littérature pour tous [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => felix-radu-litterature-culture [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:32:32 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:32:32 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3754 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011065 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-21 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-21 06:00:00 [post_content] =>

Des mois après le passage de Yacine Belhousse à l’Européen, j’ai regardé Yacine Belhousse joue son spectacle en replay (disponible sur MyCanal et Comédie+). Comme l’humoriste ne m’avait pas autant convaincu dans Révolutions et qu’il n’avait pas besoin de moi pour l’aider à remplir, j’ai passé mon chemin. Aujourd’hui, je reconnais solennellement mon erreur.

Yacine Belhousse joue son spectacle : un aboutissement artistique ?

Ça y est, j’ai donc compris le génie de Yacine Belhousse. L’ancienne moi, sceptique face à tant de fanatisme chez ses pairs, retourne donc aujourd’hui sa veste avec un plaisir non dissimulé.

La première chose à comprendre, c’est qu’on peut créer un spectacle original sans perdre son public. Tant de spectacles commencent avec des débuts rassurants, sans prise de risque. Oubliez cela avec Yacine Belhousse. Dès les premières secondes, le spectacle déborde de créativité. L’univers est planté sans aucune préparation édulcorée. Les bruitages, histoires et situations ubuesques se succèdent.

Résultat : même derrière mon écran, j’éclate de rire. Cela devient rare, à force de voir des spectacles… Il faut vraiment y aller pour me provoquer quelque chose.

Pas que pour les puristes : une originalité accessible

Je ne connais pas bien le début de carrière de Yacine Belhousse. En revanche, en regardant son spectacle, j’ai le sentiment d’un aboutissement. Vu mon attrait pour l’originalité, il était finalement étrange que je ne soutienne pas tant que ça cet artiste. Je suis simplement passée à côté, pour des raisons qui m’échappent. Adrien Montowski, j’ai compris tout de suite. Jean-Philippe de Tinguy, idem. Je ne vous parle même pas de William Pilet : vu en coup de vent sur scène, je sais déjà que j’aime.

Alors, quelles raisons expliquent mes œillères d’antan ? Je connais bien sûr la première : mon attrait pour les artistes qui commencent à éclore. Comme si je jouais les devins, j’aime me projeter dans la suite fructueuse, parier sur un cheval qui vient de commencer à trotter. Quand la personne a déjà construit sa légitimité, j’ai plus de mal à la conter. Et c’est donc un plaisir bien plus jouissif, a posteriori, de faire ce chemin et de comprendre un artiste… après la tempête.

Mais il y a plus que ça. Je trouve ce spectacle si bien ficelé que Yacine Belhousse n’a pas à ramer pour embarquer le public. Cela semble naturel : comme souvent dans ce cas de figure, c’est la preuve d’un travail acharné. À peaufiner dans les plateaux, mais pas seulement. Pour l’avoir souvent vu dans les caves parisiennes, j’ai retrouvé certains passages. Mais contrairement à d’autres artistes, les passages en plateau ne divulgâchent pas l’ensemble. L’atmosphère du spectacle complet est unique, envoûtante.

Bref, c’est la grande classe et ça prouve que ceux que je trouvais fanatiques avaient simplement compris. Je vous souhaite que le même constat vous saute à la gueule quand vous regarderez ce spectacle.

[post_title] => Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-joue-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:08 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011065 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 20 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 2c324a3ab0117a38382d0c556861c0e4 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

comédie alternative

Affiche de Yacine Belhousse joue son spectacle à l’Européen

Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique

Bobbin, découverte humour et stand-up du spot du rire

La découverte du mois – Novembre 2020 – Bobbin

Josquin Chapatte et Jack Line : comiques hors du cadre (photo d’illustration)

Jack Line et Josquin Chapatte : ça ne se raconte pas (encore)

Mahaut et Humourman en 30-30 au Laugh Steady Crew

Mahaut et Humourman, l’association improbable qui marche

Comédie alternative en France : programmation du premier plateau d’Humourman

Comédie alternative : un remix signé Humourman

C’était mieux maintenant : portrait de l'humoriste Avril

1 jour, 1 reco : Avril dans C’était mieux maintenant

Yacine Belhousse joue son spectacle : photographie du comédien sur scène

1 jour, 1 reco : Yacine Belhousse joue son spectacle

Yacine Nemra sur Couleur3 : capture d’écran de l’une de ses chroniques

La découverte du mois – Septembre 2019 – Yacine Nemra

Aude Alisque à la Petite Loge, découverte humourAude Alisque, découverte humour

1 jour, 1 reco : Aude Alisque prolonge à la Petite Loge

Nadim au Point Virgule : un premier contact réussi

Nadim au Point Virgule : premier contact et voyage temporel

Julien Bobbin et Jack Line en spectacle à Paris

Coulage de béton sur fleur éclose : le summum de l’alt-comedy

Renaud Sanviti, humoriste primé au Cap ou pas cap Comedy

Humour instantané - Renaud Sanviti, le puriste

Alexis le Rossignol en spectacle à Paris et sur France Inter

Alexis le Rossignol au Point Virgule : immanquable !

Charlotte Creyx avec un X : critique spectacle

Charlotte Creyx en spectacle : quelle expérience !

Ambroise et Xavier - découverte humour au Sonart

La découverte du mois - Novembre 2018 - Ambroise et Xavier

Fred Cham, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Septembre 2018 - Fred Cham

Blaise Bersinger, humoriste absurde et découverte humour sur le spot du rire

La découverte du mois - Mai 2018 - Blaise Bersinger

Félix Radu et la littérature dans Les mots s'improsent

Spot on - Félix Radu ou la littérature pour tous