WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => theatre-metropole
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 397
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => theatre-metropole
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 397
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => theatre-metropole
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 397
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => theatre-metropole
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 397
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 397
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 397
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => theatre-metropole
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 397
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (397) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (397) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (397)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1009311
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-10-23 08:23:04
                    [post_date_gmt] => 2020-10-23 06:23:04
                    [post_content] => 

Haroun revient en spectacle avec Seuls. Le spot du rire a assisté au rodage de ce nouvel opus énigmatique au théâtre le Métropole. Comment l’un des patrons du rire francophone prépare-t-il son nouveau succès au théâtre Édouard VII en 2021 ? Retour sur une troisième représentation de qualité.

Seuls : Haroun envoie du lourd en vidéo… mais quel spectacle allez-vous voir ?

Paris, 3 octobre 2020. Je me retrouve devant le théâtre le Métropole par hasard. J’y découvre l’affiche du nouveau spectacle Seuls. Coup de chance : si la place est à 30 euros pour un rodage, il suffit d’une annonce pour que tout affiche complet en un temps record. J’ai réservé la veille in extremis, le jour J tout était quasiment complet en dépit du couvre-feu…

Plutôt que de vendre son spectacle via un pitch, Haroun préfère une bande-annonce qui envoie du lourd. En vidéo comme dans tout son art, Haroun est diablement efficace. Cela l’aide à amener les spectateurs derrière l’écran au théâtre.

Sans un mot, Haroun frappe fort. Quel spectacle un stand-upper silencieux va-t-il bien pouvoir offrir au public ? Le défi est de taille : la bande-annonce nous amène à nous projeter. J’aurais juré avoir lu un descriptif de spectacle, tant je l’avais imaginé. J’avais anticipé la thématique, je me projetais déjà. Trop ?

En effet, je voyais Haroun aborder l’effondrement du débat d’idées, celui qui nous isole dans des bulles sociales ou idéologiques au détriment du lien social. Je pensais qu’il mélangerait ses deux côtés « Dr Jekyll » et « Mr Hyde » pour démontrer que tout n’est jamais tout blanc ou tout noir.

Dr Jekyll et Mr Hyde : quand un personnage désabusé prend le contrôle

En réalité, le traitement m’a surpris. Au lieu de mélanger les genres et jouer sur des nuances, Haroun introduit un personnage radicalement différent. Dépressif, cynique et complètement désabusé… Il m’a un peu fait penser à Ghislain Blique, lors des premiers instants. Surtout quand il soupirait : c’était à s’y méprendre ! Cela dit, il ne ressemble pas tellement au (faux) « connard » que Ghislain aime incarner. On vous laisse la surprise… Même si vous pouvez vous attendre à un brin de cruauté !

Haroun : toujours efficace, malgré une prise de risque limitée

Pour le reste, on retrouve la « patte » Haroun : parler d’actualité avec beaucoup de réflexion, tout en apposant des moments d’humour pur, bien plus primaire. Le contraste fonctionne comme toujours, même si la forme est répétitive à la longue.

En cela, ce personnage vient rythmer le spectacle sans trop innover. Rien de surprenant : Haroun se repose sur une maîtrise supérieure à la moyenne. Il apporte de petites touches pour combler son public habituel. Pour le reste, son approche est un peu celle d’un Niki Lauda, celui qui s’accorde un pourcentage de risque limité. On aurait aimé un zeste de folie d’un James Hunt pour aller encore plus loin. Peut-être que cela viendra au fil de l’eau et des représentations. (Si vous n’avez pas la référence, regardez Rush. Retenez simplement que, guidé par cette philosophie, le gars a été un grand champion influent toute sa vie…)

Seuls, un spectacle évolutif, rodé en plateau : conseils pour garder l’effet de surprise devant Haroun

Haroun a d’ailleurs pour habitude d’adapter son spectacle au gré de l’actualité. Il écume les plateaux d’humour avec une discipline de fer que l’on retrouve chez un Roman Frayssinet. Mon conseil pour apprécier ces deux humoristes, et plus largement les ténors du rire : allez les voir en spectacle. Dans la mesure du possible, et surtout avant la représentation, évitez-les en plateau.

Vous conserverez ainsi l’effet de surprise de la première fois. Comme j’étais à la captation du plateau Pasquinade, j’ai vu certains passages que j’avais adorés. À la seconde écoute, je savais ce qui allait arriver et je riais plus mécaniquement, moins fortement. J’ai eu le même phénomène en découvrant Roman Frayssinet à l’Européen quelques années plus tôt…

La qualité toujours au rendez-vous

Ne vous méprenez pas : le spectacle Seuls de l’humoriste Haroun sera bon. Je l’ai découvert à la troisième date de son rodage. Précis, efficace, Haroun n’était en rien hésitant. On a affaire à un professionnel. Voir un rodage d’un comique déjà au point n’a rien à voir avec un rodage d’un nouveau venu à la Petite Loge, par exemple. Un premier spectacle, c’est un laboratoire. Tout est à construire ! L’univers, l’efficacité, l’originalité, le style…

En revanche, le nouveau spectacle d’un artiste validé et acclamé par la critique suppose des normes élevées de qualité. Une pression colossale qui impose de continuer d’évoluer au plus haut niveau. On ne le regarde pas avec le même prisme de lecture. Dans le viseur d’un critique, c’est moins jouissif, plus analytique. Pour l’artiste, le rapport au risque et à l’échec diffère…

Pour mieux vous projeter, voici divers cas de figure. Quand on adore Haroun et qu’on le suit depuis ses débuts, j’imagine que c’est un pur plaisir de retrouver les gimmicks, sa marque de fabrique, etc.

Quand on suit Haroun de temps en temps, on a déjà vu le tour de magie, ce qui n’empêche pas l’émerveillement. Tout dépend ensuite si vous aimez l’humour politique, efficace et taquin. Si oui, Haroun vous ravira amplement.

Si vous préférez l’humour absurde, par exemple, et que vous voulez découvrir une pointure du rire, c’est une autre histoire. Haroun saura vous plaire, bien sûr… Mais ce sera peut-être juste un bon spectacle pour vous. Toutefois, beaucoup en rêvent sans jamais y parvenir. En définitive, lui le réalise une nouvelle fois. Quand on voit un Ricky Gervais s’essouffler, là est peut-être la prouesse…

[post_title] => Seuls : on a vu le rodage du nouveau spectacle d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => seuls-spectacle-haroun [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-22 18:38:31 [post_modified_gmt] => 2020-10-22 16:38:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009311 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1009269 [post_author] => 15 [post_date] => 2020-10-20 08:47:00 [post_date_gmt] => 2020-10-20 06:47:00 [post_content] =>

Morgane Cadignan a repris son spectacle au Théâtre le Métropole en octobre dernier. Zelda Atlan, passionnée de théâtre reconvertie dans le stand-up, a pu y assister. Elle nous livre ses impressions.

Morgane Cadignan au Métropole : la bonne copine à la repartie de choc

« Moi, c’est après 9 verres de vin que je deviens aimable ». A-t-on droit au discours d’une copine aux penchants alcooliques, vers 23 heures un samedi soir ? Ne vous fiez pas aux apparences : derrière cette copine se cache en réalité Morgane Cadignan. Bientôt trentenaire, la nouvelle recrue de France Inter doit sa notoriété à son franc-parler et à son record de « brouillyocs » concoctés en soirées.

Pendant près d’une heure de spectacle, Morgane passe ainsi en revue les nouvelles tortures que l’époque nous inflige. Le bio, le développement personnel ou encore Anne Hidalgo : elle les dézingue toutes. Dans son discours contre la dictature du bonheur, elle nous rappelle qu’on ne peut pas être heureux constamment… Eh oui, ça en devient barbant.

Stand-uppeuse enchaînant les VDM cherche une existence fructueuse

Sous ses airs de bobo parisienne, Morgane ne fait donc pas dans de la dentelle. Elle narre avec malice la vérité crue de l’existence, ces détails qu’on aimerait ne jamais relever. Par exemple, les gens qui laissent leur gras du front sur les vitres du bus. Finalement, la Cadignan Machine enchaîne les anecdotes à la sauce VDM : horribles à raconter, mais parfaites pour se marrer.  

Morgane ne cherche pas le bonheur dans les livres de développement personnel. Elle pense plutôt le trouver en pleine heure blanche, le cul posé dans du tarama.

Verdict : faut-il aller voir Morgane Cadignan au Théâtre le Métropole ?

En somme, on a tous dans le cœur une Morgane Cadignan. L’humoriste nous rappelle avec humour qu’un cubis de rosé n’est jamais à délaisser. Pour la voir, rendez-vous au Théâtre Métropole les vendredis et samedis à 19h jusqu’à novembre et à 20h10 les jeudis, vendredis et samedis de décembre.

[post_title] => Au Métropole, Morgane Cadignan livre sa recette du bonheur [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => morgane-cadignan-theatre-metropole [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-14 19:15:06 [post_modified_gmt] => 2021-02-14 18:15:06 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009269 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 7505 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-26 10:39:00 [post_date_gmt] => 2019-11-26 09:39:00 [post_content] =>

Bon à rien mais prêt à tout : ce spectacle original de Nicolas Fabié a pris ses quartiers à la Comédie des Boulevards. Retour sur cette date parisienne exceptionnelle et intimiste, dans l’un des lieux les plus chaleureux du spectacle vivant.

Avant de le découvrir à la finale du Hold-up Comedy ou en spectacle à Nantes, découvrez pourquoi vous devez impérativement suivre Nicolas Fabié.

Bon à rien mais prêt à tout : Nicolas Fabié livre une expérience scénique unique

Nicolas Fabié, on l’aime depuis la première heure où on l’a vu. Il dit qu’il casse les codes du stand-up pour proposer des bandes sonores et des interactions. Émettons une objection, cependant : notre découverte humour intègre tous ces codes-là pour se les approprier et créer quelque chose d’unique.

Comment le décrire ? Une idée me vient rapidement. « Flirter avec le ridicule sans jamais tomber dedans. » Cette citation, issue du spectacle Éric ké Ramzy, irait très bien à celui de Nicolas Fabié. Il joue au funambule avec des gags tous plus ingénieux les uns que les autres.

Mention spéciale à la part d’immersion du spectateur : la mise en scène, très rythmée et travaillée, nous plonge dans une expérience unique. On se croirait au cinéma… À tel point qu’à mon sens, Nicolas Fabié pourrait bien nous pondre quelques scénarios qui rendraient Golden Moustache ringard.

Au final, la mise en scène, les interactions et l’ensemble des ressorts comiques ne font pas le sel de ce spectacle. Non, la véritable prouesse, c’est le storytelling. L’art de raconter des histoires au public et de le faire rire, ils sont peu à le maîtriser aussi finement. D’instinct, il m’a rappelé le Seb Mellia de 2016. Embarquer le public à un endroit où il n’aurait jamais imaginé atterrir : cette magie nous a maintes et maintes fois baladés en ce 25 novembre.

Composer avec des têtes connues

Cette date était spéciale. Non seulement, j’avais entendu le plus grand bien du spectacle Bon à rien mais prêt à tout à Nantes, donc je savais que ça allait être super. Certains humoristes vous garantissent un beau show, à l’exception de bides inopinés et autres incidents de parcours. J’arrivais donc confiante à la Comédie des Boulevards.

J’arrivais très tôt au théâtre, avec une avance d’une heure. Confortablement installée dans l’un des canapés du lieu, je voyais d’abord Antoine Sentenac débarquer. Il avait passé une sale journée : bloqué plusieurs heures dans un train, il venait de manquer son audition pour le Festival d’Humour de Paris.

Assidu, il avait en effet tapé dans l’œil d’Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule. Avec une vingtaine de Trempoint à son actif, il se voyait déjà retiré de l’affiche… Rageant pour un garçon si jeune et déjà brillant et décisif sur scène.

Il assurait néanmoins une bonne première partie. Les aléas avaient clairement altéré sa performance, mais seul un regard très habitué pouvait le déceler. Les rires étaient au rendez-vous, et il faisait illusion grâce à son autodérision et à des blagues solides, rodées en plateau à Paris comme à Nantes.

Vu ailleurs : Nicolas Fabié, créateur du Podcast de la Loose

Comme pour Ricky Gervais, le gratin du LOL était aussi là (et c’était mieux !)

Dans le public, plusieurs humoristes émérites soutenaient les deux comiques sur scène, Nicolas Fabié en tête. Il y avait les deux copains Cyril Hives et Manu Bibard. J’ai aussi convié Humourman à la fête. Enfin, on pouvait croiser des artistes repérés par Mo Hadji (Clément K et Félix Radu) ainsi que le gangster modéré Romuald Maufras. Quoi, lui aussi est nantais ? Décidément…

Cette énumération pourrait être anecdotique, mais pas dans un spectacle aussi interactif. Félix Radu faisait du zèle : il était en forme, je l’ai présenté comme un humoriste à Humourman… Il n’a pas aimé, alors quand Nicolas Fabié l’a appelé humoriste lors du spectacle, il s’est levé et a feint de partir. Oui, Félix Radu est un poète, comme l’a brillamment fait remarquer Nicolas. Pour comprendre, lisez son interview ! À force, Nicolas l’a même nommé « co-auteur » tant il intervenait par des rires, des mots glissés par inadvertance ou juste sa manière de bouger dans le noir.

Humourman n’était pas en reste : happé par le spectacle, il réagissait vivement quand une anecdote lui rappelait quelque chose. Il y a aussi eu ce dialogue improbable entre Cyril et Nicolas, qui cherchaient tous les deux une chose difficile à dénicher. L’amour ? Non… Des dates pour jouer en plateau d’humour ! Pas de doute, on est bien dans les prémices de belles carrières…

Bon à rien mais prêt à tout : verdict

Vous avez loupé une excellente soirée en ne venant pas voir Bon à rien mais prêt à tout… Vous vous rattraperez la prochaine fois ? Promettez-le, sinon vous allez vivre une existence malheureuse. J’exagère, mais tout de même… Paris, vous pouvez vraiment découvrir quelqu’un qui va compter, qui déménage à la Debjam du Jamel Comedy Club et dans les cafés-théâtres. On vous aura prévenus.

[post_title] => Bon à rien mais prêt à tout : Nicolas Fabié se fait entendre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bon-rien-pret-tout-spectacle-nicolas-fabie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-29 10:06:28 [post_modified_gmt] => 2019-11-29 09:06:28 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7505 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 7287 [post_author] => 10 [post_date] => 2019-11-05 09:59:41 [post_date_gmt] => 2019-11-05 08:59:41 [post_content] =>

Louis Bolla, Paris — La comédienne Judith Mergui était en showcase à la Comédie des Boulevards le 28 octobre dernier. Nous en avons profité pour découvrir (une nouvelle fois !) son univers.

Face à l’hôtel Hoxton, dans le théâtre parisien de la Comédie des Boulevards, la comédienne Judith Mergui présente son nouveau spectacle. Depuis juin, elle se produit ponctuellement sur cette scène dans le cadre d’exceptionnelles, afin de « vendre » à une production son spectacle. En effet, c’est bien ce qui se cache derrière cette expression qui en jette un max… À savoir : exposer sa création afin qu’une production lui propose un contrat de dates et de tournées.

Judith Mergui : l’heure de la découverte

Judith était inconnue de nos radars jusqu’à présent. C’est le 17 septembre dernier que je l’ai découverte pour la première fois. Le 28 octobre, j’y suis retourné pour parfaire mon opinion. Le théâtre était rempli de public et certainement d’autres journalistes et professionnels du spectacle cachés dans la foule, aussi. La jeune femme apparaissait sur scène avec une énergie débordante, comme lors de la première fois. Elle entamait ses premières phrases, avant de laisser planer le doute… En effet, il y a dans cette salle, la présence d’une vieille connaissance… Elle en profite pour casser le mur qui la sépare de son public et se laisse tenter par un peu de provoc’.

Cette entrée en matière lui permet alors de dérouler son fil conducteur à travers des personnages et moments d’interactions. Elle embraye sur les clichés féminins, s’empresse de remettre à sa place les réflexions masculines bancales que l’on entend depuis la nuit des temps. Également, elle ponctue d’anecdotes sur la religion, et s’envole vers le rapport homme/femme pour y évoquer tout ce qu’il englobe de plus critiquable : le couple, le mariage, les modes de vie, la sexualité, etc.

Dans son spectacle, à mi-chemin entre le one-woman-show et le stand-up, on y voit une femme qui incarne une multiplicité de personnages avec une certaine facilité. De plus, sa présence sur scène et son jeu évoquent un passif théâtral indéniable. À l’inverse, le côté stand-up du spectacle ne se retrouve pas tant dans la technicité de l’écriture. En revanche, il apparaît dans la capacité d’improvisation et de discussion de l’humoriste avec son public. Elle interroge, discute et répond avec tact… Allant même jusqu’à se faufiler entre les sièges pour y créer une connexion. Rapide et spontanée, elle charrie les quelques rigolos qui tentent de lui voler la vedette.

Verdict

L’humour de Judith Mergui rassemble les rires et lui ressemble, car sa visée est universelle et elle ne s’en cache pas. Elle choisit la bienveillance comme crédo, au risque de plaire à tout le monde.

Pour la découvrir, il n’est pas trop tard ! Judith Mergui revient à la Comédie des Boulevards les 4 et 11 décembre prochains.

Crédits photo

© Ovlac

[post_title] => Qui fera le pari de Judith Mergui ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => judith-mergui-rodage-comedie-boulevards [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-07 12:42:16 [post_modified_gmt] => 2019-11-07 11:42:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7287 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 3086 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-12-08 17:17:06 [post_date_gmt] => 2017-12-08 16:17:06 [post_content] => Jeremy James aurait voulu, c’est un spectacle sur la réalisation de soi et sur l’envie de réaliser ses rêves. Jeremy James aurait voulu être danseur, il a bifurqué sur l’école de commerce et le marketing digital. Comme chacun le sait, réaliser ses rêves n’est pas un long fleuve tranquille. Et si ça marche pour les autres, rien ne garantit qu’on y parvienne à son tour. Parler de ces sujets est donc bien plus casse-gueule qu’il n’y paraît.

Jeremy James ou le sens du décalage

Pourtant, Jeremy casse les clichés que l’on aurait pu avoir sur son spectacle un par un. En une heure de temps, il fait preuve d’une originalité indiscutable. Au terme d’un spectacle remanié depuis ses débuts aux 3 bornes, le danseur-humoriste-artiste a conquis la salle, qui lui offre pour l’occasion une standing ovation méritée. Dans le spectacle, on rencontre un professeur de danse à l’accent belge exagéré, un tuteur d’école de commerce survolté… mais aussi des parents dont la protection va altérer le chemin vers la danse. Parents qui ont eux aussi leurs caractéristiques comiques inattendues.

Se donner sur scène : mode d’emploi

Assister à un spectacle, c’est à la fois un divertissement et une rencontre. Le public ne vient plus seulement rire mais découvrir l’autre, comme si nous n’étions plus capables de le faire entre nous sans spectacle vivant. Le jeu de scène est généreux, sans concession, peut-être à l’image de la personne qui nous présente son show. En discutant après le spectacle, on apprend que c’est Jeremy qui a conseillé Marion Mezadorian à la Comédie des 3 bornes, ce qui lui a valu d’y jouer pendant 2 ans. C’est d’ailleurs elle qui m’a invitée à découvrir cet artiste que je n’aurais pas été voir de moi-même, les spectacles sur la danse ne m’intéressant pas a priori. J’aurais donc commis une belle erreur d’avoir ignoré cet artiste. A cet instant, Jeremy James aurait probablement voulu que vous vous ruiez sur les sites de réservation. Faites-vous surprendre à votre tour !

Voir Jeremy James à la Comédie des Boulevards

Jeremy James a été prolongé à la Comédie des Boulevards en 2018. Jusqu'à début janvier, il y jouera tous les mardis à 20 heures. Ensuite, suspense... les réservations seront bientôt ouvertes ! Vous pouvez aussi le voir sur vos écrans : il délivre des chroniques en alternance avec Jérémy Charbonnel dans Les enfants de la télé. Cela se passe sur France 2, le dimanche à 14h20 ! [post_title] => Jeremy James aurait voulu : on a aimé [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacle-jeremy-james [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2017-12-09 14:53:30 [post_modified_gmt] => 2017-12-09 13:53:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=3086 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) ) [post_count] => 5 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1009311 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-23 08:23:04 [post_date_gmt] => 2020-10-23 06:23:04 [post_content] =>

Haroun revient en spectacle avec Seuls. Le spot du rire a assisté au rodage de ce nouvel opus énigmatique au théâtre le Métropole. Comment l’un des patrons du rire francophone prépare-t-il son nouveau succès au théâtre Édouard VII en 2021 ? Retour sur une troisième représentation de qualité.

Seuls : Haroun envoie du lourd en vidéo… mais quel spectacle allez-vous voir ?

Paris, 3 octobre 2020. Je me retrouve devant le théâtre le Métropole par hasard. J’y découvre l’affiche du nouveau spectacle Seuls. Coup de chance : si la place est à 30 euros pour un rodage, il suffit d’une annonce pour que tout affiche complet en un temps record. J’ai réservé la veille in extremis, le jour J tout était quasiment complet en dépit du couvre-feu…

Plutôt que de vendre son spectacle via un pitch, Haroun préfère une bande-annonce qui envoie du lourd. En vidéo comme dans tout son art, Haroun est diablement efficace. Cela l’aide à amener les spectateurs derrière l’écran au théâtre.

Sans un mot, Haroun frappe fort. Quel spectacle un stand-upper silencieux va-t-il bien pouvoir offrir au public ? Le défi est de taille : la bande-annonce nous amène à nous projeter. J’aurais juré avoir lu un descriptif de spectacle, tant je l’avais imaginé. J’avais anticipé la thématique, je me projetais déjà. Trop ?

En effet, je voyais Haroun aborder l’effondrement du débat d’idées, celui qui nous isole dans des bulles sociales ou idéologiques au détriment du lien social. Je pensais qu’il mélangerait ses deux côtés « Dr Jekyll » et « Mr Hyde » pour démontrer que tout n’est jamais tout blanc ou tout noir.

Dr Jekyll et Mr Hyde : quand un personnage désabusé prend le contrôle

En réalité, le traitement m’a surpris. Au lieu de mélanger les genres et jouer sur des nuances, Haroun introduit un personnage radicalement différent. Dépressif, cynique et complètement désabusé… Il m’a un peu fait penser à Ghislain Blique, lors des premiers instants. Surtout quand il soupirait : c’était à s’y méprendre ! Cela dit, il ne ressemble pas tellement au (faux) « connard » que Ghislain aime incarner. On vous laisse la surprise… Même si vous pouvez vous attendre à un brin de cruauté !

Haroun : toujours efficace, malgré une prise de risque limitée

Pour le reste, on retrouve la « patte » Haroun : parler d’actualité avec beaucoup de réflexion, tout en apposant des moments d’humour pur, bien plus primaire. Le contraste fonctionne comme toujours, même si la forme est répétitive à la longue.

En cela, ce personnage vient rythmer le spectacle sans trop innover. Rien de surprenant : Haroun se repose sur une maîtrise supérieure à la moyenne. Il apporte de petites touches pour combler son public habituel. Pour le reste, son approche est un peu celle d’un Niki Lauda, celui qui s’accorde un pourcentage de risque limité. On aurait aimé un zeste de folie d’un James Hunt pour aller encore plus loin. Peut-être que cela viendra au fil de l’eau et des représentations. (Si vous n’avez pas la référence, regardez Rush. Retenez simplement que, guidé par cette philosophie, le gars a été un grand champion influent toute sa vie…)

Seuls, un spectacle évolutif, rodé en plateau : conseils pour garder l’effet de surprise devant Haroun

Haroun a d’ailleurs pour habitude d’adapter son spectacle au gré de l’actualité. Il écume les plateaux d’humour avec une discipline de fer que l’on retrouve chez un Roman Frayssinet. Mon conseil pour apprécier ces deux humoristes, et plus largement les ténors du rire : allez les voir en spectacle. Dans la mesure du possible, et surtout avant la représentation, évitez-les en plateau.

Vous conserverez ainsi l’effet de surprise de la première fois. Comme j’étais à la captation du plateau Pasquinade, j’ai vu certains passages que j’avais adorés. À la seconde écoute, je savais ce qui allait arriver et je riais plus mécaniquement, moins fortement. J’ai eu le même phénomène en découvrant Roman Frayssinet à l’Européen quelques années plus tôt…

La qualité toujours au rendez-vous

Ne vous méprenez pas : le spectacle Seuls de l’humoriste Haroun sera bon. Je l’ai découvert à la troisième date de son rodage. Précis, efficace, Haroun n’était en rien hésitant. On a affaire à un professionnel. Voir un rodage d’un comique déjà au point n’a rien à voir avec un rodage d’un nouveau venu à la Petite Loge, par exemple. Un premier spectacle, c’est un laboratoire. Tout est à construire ! L’univers, l’efficacité, l’originalité, le style…

En revanche, le nouveau spectacle d’un artiste validé et acclamé par la critique suppose des normes élevées de qualité. Une pression colossale qui impose de continuer d’évoluer au plus haut niveau. On ne le regarde pas avec le même prisme de lecture. Dans le viseur d’un critique, c’est moins jouissif, plus analytique. Pour l’artiste, le rapport au risque et à l’échec diffère…

Pour mieux vous projeter, voici divers cas de figure. Quand on adore Haroun et qu’on le suit depuis ses débuts, j’imagine que c’est un pur plaisir de retrouver les gimmicks, sa marque de fabrique, etc.

Quand on suit Haroun de temps en temps, on a déjà vu le tour de magie, ce qui n’empêche pas l’émerveillement. Tout dépend ensuite si vous aimez l’humour politique, efficace et taquin. Si oui, Haroun vous ravira amplement.

Si vous préférez l’humour absurde, par exemple, et que vous voulez découvrir une pointure du rire, c’est une autre histoire. Haroun saura vous plaire, bien sûr… Mais ce sera peut-être juste un bon spectacle pour vous. Toutefois, beaucoup en rêvent sans jamais y parvenir. En définitive, lui le réalise une nouvelle fois. Quand on voit un Ricky Gervais s’essouffler, là est peut-être la prouesse…

[post_title] => Seuls : on a vu le rodage du nouveau spectacle d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => seuls-spectacle-haroun [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-22 18:38:31 [post_modified_gmt] => 2020-10-22 16:38:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009311 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 5 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => ca6939fbab80555d875695404a0cbaad [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Théâtre le Métropole

Seuls : affiche du nouveau spectacle de l’humoriste Haroun

Seuls : on a vu le rodage du nouveau spectacle d’Haroun

Morgane Cadignan : affiche du spectacle au Théâtre Métropole

Au Métropole, Morgane Cadignan livre sa recette du bonheur

Nicolas Fabié : affiche du spectacle Bon à rien mais prêt à tout

Bon à rien mais prêt à tout : Nicolas Fabié se fait entendre

Portrait de Judith Mergui, en spectacle à la Comédie des Boulevards

Qui fera le pari de Judith Mergui ?

Jeremy James aurait voulu : spectacle humour à Paris

Jeremy James aurait voulu : on a aimé