WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => litterature
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 470
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => litterature
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 470
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => litterature
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 470
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => litterature
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 470
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 470
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 470
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => litterature
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 470
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (470) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (470) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (470)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011013
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-07-07 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-07-07 06:00:00
                    [post_content] => 

Mourad Winter, auteur et humoriste, n’est pas de ceux qui parlent des années durant de sortir un livre. Il se lance dans l’aventure sans se poser de questions et se retrouve avec un roman de 274 pages, L’amour, c’est surcoté. Insolence ?

L’amour, c’est surcoté : le livre de Mourad Winter plébiscité à raison

Tout commençait avec une réception très chaleureuse de ses pairs. Paru comme un cheveu sur la soupe, ce premier roman semblait être une merveille. Il me restait quelques ouvrages récemment achetés à finir, donc je n’ai pas couru l’acheter. La pression populaire aidant, je voyais de plus en plus de monde se ruer dessus.

J’ai alors demandé à l’un de ces acheteurs de me le prêter quand il l’aurait fini, et finalement je n’ai pas pu attendre… Pas envie de louper un phénomène.

L’idylle au XXIe siècle, le prisme d’un auteur de stand-up

Les humoristes investissent donc le sujet de l’amour en mode réaliste et contemporain. Paul Dechavanne quand il évoque ses dates dans Sympa la vie, Guillermo Guiz dans son nouveau spectacle… Mourad, lui, opte pour le broché.

En l’espace de quelques heures, j’ai dévoré la moitié du livre. J’ai choisi de m’arrêter à ce stade pour écrire cette première partie de critique. En effet, je ne veux pas être influencée en commençant la fin. Je veux conserver ce suspense haletant : Wourad va-t-il ken Imène ? Car c’est ce dont il s’agit : un mec qui oscille entre sexe et amour. Tout cela au sein de moult références télé-poubelle et France Culture.

Le texte est dense, le récit se lit d’une traite. Il y a l’oralité d’un Salinger dans son livre L’attrape-cœurs. Pourquoi cette idée ? Peut-être vient-elle de l’influence de Fanny Ruwet, qui a signalé son vif intérêt pour les deux œuvres sur les réseaux sociaux. Elle est surprise de mon verdict, mais le comprend.

Alors j’assume l’idée. Je pense même à Natacha Polony qui grimace sur un Beigbeder qui écrit comme Salinger, quitte à oublier la singularité de sa plume. J’espère tellement la voir un jour réagir à ce livre de Mourad Winter, comprendre le lien avec Salinger sans la volonté de le copier, souligner la qualité du livre et mettre en PLS des cadres de la droite. Fin du délire médiatique.

Verdict

J’aurais regretté d’attendre davantage pour découvrir ce livre. Quand un bon auteur et comique d’observation s’empare de sujets comme l’amour, ça fait du bien. Exit les clichés des podcasts sans queue ni tête, bienvenue dans le concret d’une fiction qui dépasse la réalité.

Sa plus grande force ? Elles sont multiples, en réalité. D’abord, les références culturelles, politiques et sociétales sont d’une richesse rare. Ensuite, le rythme de l’intrigue, entre péripéties et introspection, offre une vraie variété dans l’écriture. Enfin, le plaisir de lecture atteint son paroxysme tant les personnages et leur psychologie sont travaillés. Maintenant que je vous livre ce verdict, en connaissant le dénouement, je peux vous assurer que vous resterez happé jusqu’au bout…

Les montagnes russes des débuts d’une intrigue amoureuse vous angoissent ? Lisez ce livre. Vous ne trouverez pas forcément de solution immédiate, mais vous vous sentirez moins seul. Assez utile pour un profil de célibataire, surtout pendant l’été de la chlamydia qui s’annonce (c’est l’ARS qui le dit). Sortez couverts, achetez L’amour c’est surcoté et tout ira bien.

[post_title] => Avec L’amour, c’est surcoté, Mourad Winter transforme l’essai [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mourad-winter-livre-amour-surcote [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-07 09:46:39 [post_modified_gmt] => 2021-07-07 07:46:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011013 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010104 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-01-14 17:45:31 [post_date_gmt] => 2021-01-14 16:45:31 [post_content] =>

Les voies parallèles est le premier roman d’Alexis Le Rossignol. L’humoriste et chroniqueur chez France Inter s’est laissé convaincre pour se lancer dans l’écriture, et bien lui en a pris ! En janvier 2021, Plon lui offre une place au sein de sa rentrée littéraire. Que vaut ce premier roman ?

Les voies parallèles, un roman oscillant entre drames et légèretés

Tout d’abord, on découvre un récit simple, plein de retenue, qui décrit au plus près le destin d’un adolescent aux rêves de grandeur (pas si grands que ça). L’une des forces des Voies parallèles est de relater les événements sans trop de commentaire de l’auteur. Ne cherchez pas l’hilarité, vous aurez à la place la justesse et une douce mélancolie.

Le personnage central du récit, parlons-en. Antonin est un antihéros plus ordinaire que pathétique, qui trimballe son envie de vivre à bout de bras, ceux qui dirigent sa mobylette. Premiers émois à l’écart des groupes les plus populaires, quête de liberté entravée par les contraintes familiales… Il est facile de s’identifier à lui.

Retour dans les années 2000

Ce roman est aussi un voyage temporel dans la décennie 2000, dont la vacuité musicale fait écho à l’insignifiance du quotidien des personnages. En fil rouge de ce récit, on retrouve donc ces drames de l’ordinaire… mais aussi la légèreté de la jeunesse et des destins qui semblent gravés dans le marbre. Sans oublier une véritable course-poursuite pour se conformer à un idéal de masculinité. Je me suis fait la réflexion, à la lecture, que grandir en tant que mec n’était pas un long fleuve tranquille.

Il est aussi question d’une frontière pas si lointaine entre deux classes sociales. Cette frontière tient finalement plus à l’absence d’authenticité dans les relations qu’à une véritable scission, une impossibilité d’interagir. D’où vient-elle ? Le livre ouvre cette réflexion. Par ailleurs, les destins des personnages sont-ils si déliés que cela ? Le lecteur pourra ainsi imaginer les scénarios qui auraient pu se dérouler si chacun avait osé ici ou là.

Un roman plus profond qu’il n’y paraît, miroir d’une jeunesse universelle

Sans prétention, cette histoire est donc plus profonde qu’il n’y paraît. Alexis Le Rossignol parvient à ne pas tomber dans le pathos dans ce roman social. Qu’un chroniqueur de France Inter choisisse ce genre n’a rien d’étonnant ; malgré tout, la lecture vaut la peine qu’on s’y attarde. 

En lisant cette histoire, j’ai repensé à l’errance d’un Holden Caulfield. À d’autres moments, c’est plus proche d’une histoire d’ados plus ou moins aisés à la 15/A (si vous avez la référence, cœur sur vous). J’ai donc surtout repensé à des histoires qui m’ont marquée tout au long de mon parcours de vie. Cela risque de vous arriver aussi…

Les voies parallèles reste un premier roman, bien sûr. Mais vous avez là un vrai roman, d’une personne qui n’a pas volé sa place dans le monde des rentrées littéraires… Une chose semble certaine : la plume d’Alexis s’affûtera avec le temps pour proposer d’autres histoires, d’autres univers… et gagner en originalité. Il l’a fait en humour depuis son prix SACD en 2017, il pourra le faire en littérature si ça le chante !

Crédits photo

  • Photo de couverture : © Simon Lefebvre
  • Illustration : © Fabrice Holbé
[post_title] => Les voies parallèles : on a lu le roman d’Alexis Le Rossignol [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => voies-paralleles-alexis-le-rossignol [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-14 17:48:43 [post_modified_gmt] => 2021-01-14 16:48:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010104 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 8252 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-19 10:50:20 [post_date_gmt] => 2020-01-19 09:50:20 [post_content] =>

De La Fontaine à Booba, c’est une pièce moderne qui vient rapprocher deux mondes pas si éloignés que cela : le rap et la poésie. Ludique et ultra-drôle, avec son titre prometteur, la pièce était à la hauteur de mes attentes. Ce spectacle a lieu tous les samedis à la Comédie des 3 Bornes jusqu’au 11 avril.

De La Fontaine à Booba : deux comédiens inspirés

Cela faisait longtemps que j’avais envie de voir De La Fontaine à Booba. Je trouvais le concept marrant. J’imaginais une heure où l’on rirait bien de l’affrontement de deux mondes. Chaque comédien aurait défendu son parti pris : le classique vs. le moderne, tournant en ridicule les défauts de l’autre.

Il s’est produit à peu près cela. Malgré tout, découvrir l’animateur du podcast Commentaires Connards avec son déguisement (et cette perruque !…) était une surprise. Au vu de l’affiche, j’aurais dû m’en douter, mais je ne m’y attendais pas, que voulez-vous. Ça a ajouté un rire de plus au moment, puisque Michaël Delacour a une bouille qui prête à l’autodérision. C’est sa force, et cette manière de ne pas se prendre au sérieux renforce les rires.

Face à lui, il y a l’ambassadeur du rap, Guillaume Loublier. Il joue son rôle avec beaucoup de lyrisme et attire la sympathie du public comme un héros de film. Vulgarisateur hors pair, il offre au public une plaidoirie amusante et convaincante.

Le régisseur est dans la pièce !

Au bout de quelques minutes, une voix émerge du fond de la salle : le régisseur rappelle les comédiens à l’ordre. Sortis du texte, ils sont sommés de reprendre leur tour d’horizon des fables de La Fontaine.

On passe donc des fables à d’autres chefs d’œuvres littéraires, en faisant escale sur des moments plus ou moins glorieux du rap. Et le rap, c’est probablement le genre de musique le plus clivant qui soit. De l’extérieur, on passe très facilement à côté. Heureusement, dans cette pièce, on arrive bien à suivre.

De La Fontaine à Booba : une ode à la création artistique

C’est finalement une ode à la création artistique sous toutes ses formes. Petite, j’ai parfois eu à « monter à Paris » pour assister à du théâtre insipide et probablement trop élitiste pour mes yeux d’élève. Si j’avais pu voir cette pièce, j’aurais compris ce à quoi j’ai eu accès des années plus tard. Pour moi, c’est ça, la vraie culture.

Ainsi, pour comprendre les codes du théâtre, commencez par cette pièce. C’est ludique, vraiment fun et cela confronte deux points de vue qui divisent. Respecter le texte à la lettre ou l’adapter au monde moderne ? Mélanger les deux aspects ? Pour le savoir, allez à la Comédie des 3 Bornes ou attendez Avignon, car ils y seront. Bravo également à l’auteur de cette pièce, Valentin Martinie.

Verdict

De La Fontaine à Booba, c’est une pièce sans prétention et qui touche vraiment le public. Peut-être encore perfectible, elle offre quoi qu’il advienne un très bon moment. Ne venez pas pour souligner les imperfections, profitez. Ces jeunes comédiens ont en effet envie de créer, de défendre leur pièce avec beaucoup d’enthousiasme ! Moi, je ne demande rien de plus…

[post_title] => De La Fontaine à Booba : critique spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => la-fontaine-booba-spectacle-comedie-3-bornes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-19 10:50:29 [post_modified_gmt] => 2020-01-19 09:50:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8252 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 4412 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-10 09:47:45 [post_date_gmt] => 2018-06-10 07:47:45 [post_content] => Les samedis jusqu’en janvier 2020, Tatiana Djordjevic joue son spectacle au Théâtre du Marais à 18h30. Avec un nom comme J'ai rien entendu, mais j'ai tout compris, la comédienne détonne.

Tatiana Djordjevic : le plaisir d'une découverte par hasard

En allant voir Alexandra Pizzagali au Théâtre du Marais, j'ai remarqué un flyer pas comme les autres. D'une part, la frimousse de l'humoriste ne me disait rien du tout. Une fille hors circuit, dans un théâtre aussi coté, doit forcément avoir de solides arguments. J'ai surtout été attirée par le titre. Le mot absurde m'est tout de suite venu à l'esprit, un bon point. Je saisis l'un des flyers, je le retourne et je vois le nom de François Rollin. C'est un peu comme avoir apposé un logo Label Rouge sur le flyer, ça fait son effet. Entretemps, j'ai appris que le Professeur n'a pas toujours été tendre avec les femmes humoristes. Généralement, il trimbale avec lui l'idée qu'elles ne sont pas drôles ou parlent toutes de la même chose. Or, cela ne m'a jamais gêné pour apprécier son art, je profite encore de cette innocente immunité pour prendre ma place. Autre point : sur le flyer, on sent qu'on va avoir affaire à de l'humour intellectuel. Jetez un œil au texte de promotion du spectacle, vous ne serez pas déçus !
Le spectacle débute par ce douloureux constat : « Ma vie a basculé le jour où je me suis rendue compte que j'étais plus intelligente que mes parents. » Ce constat est l'occasion d'interroger une problématique très universelle de transmission et d'ascenseur culturel, sur un mode léger et drolatique. L'occasion aussi d'apprendre des tas de choses rigolotes, sur des chapitres insolites (à quoi sert le nombre Pi ? qui étaient les Jacobins et les Girondins de la Révolution Française ?) avec, en arrière plan, les couleurs rarement explorés des pays balkaniques. Ovaj spektakl je izuzetno smesan jedini uslov da uzivate je da razumete francuski — Tatiana

Le spectacle de Tatiana Djordjevic : verdict

Le jour J, la salle est quasi-comble. Le professeur Rollin, qui a coécrit le spectacle avec l'artiste, la chapeaute religieusement. Le rideau s'ouvre, et on comprend alors que le spectacle est plus orienté théâtre que stand-up. Toutefois, on a affaire à un spectacle moderne. J'ai particulièrement aimé les montagnes russes entre un humour moderne, très accessible et un humour plus intellectuel. Les élans absurdes arrivent au compte-goutte, au fil des problèmes de mathématiques. Le fil conducteur du spectacle, c'est l'intelligence qui diffère entre les parents et les jeunes adultes aujourd'hui. Tragique, cette cassure générationnelle aura inspiré Tatiana et François Rollin pour créer quelque chose d'inédit. Le petit cours de géopolitique sur les Balkans ou les allusions répétées à Kundera m'auront fait me sentir bête. Je vous confesse que je croyais que les Balkans, c'était le triptyque Estonie-Lettonie-Lituanie... Ok, on est plus sur les pays Baltes, mais ils sont sournois de commencer avec les trois mêmes lettres, aussi ! Et pour Kundera, je ne l'avais pas et je me sentais assez seule dans la salle. Rassurez-vous, pas besoin d'avoir fait un parcours d'excellence à l'école pour suivre. Par contre, et là, ce n'est pas la faute de l'artiste, il y avait des gens qui célébraient leur intelligence dans le public. Une femme à côté de moi, vers la fin du spectacle, s'est carrément mise à énumérer les références qu'elle connaissait. A un moment, c'était limite si elle criait Kosovo. Mais, Gertrude, sincèrement, moi aussi j'ai vu les journaux télévisés de Rachid Arhab qui relataient le conflit. Entre parenthèses, je viens d'apprendre que ce gars avait rejoint TPMP, où va le monde...

Dernière chance

Vous voulez voir un spectacle différent, vous cultiver au théâtre tout en conservant un peu de frivolité ? Le spectacle de Tatiana Djordjevic saura vous plaire. Il est un peu intellectuel, mais jamais pédant. Je suis donc sortie du théâtre assez légère, sans aucun mal de tête. Aller voir un spectacle de quelqu'un dont on a jamais entendu parler est toujours assez intimidant. On prend un risque, mais quand c'est réussi comme ici, c'est du plaisir à l'état brut. Tentez l'expérience à votre tour ! [post_title] => J'ai rien entendu, mais j'ai tout compris : Tatiana Djordjevic, belle surprise [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacle-tatiana-djordjevic-rollin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:21:17 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:21:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4412 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 4294 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-05 10:01:03 [post_date_gmt] => 2018-05-05 08:01:03 [post_content] => En avril, on a sélectionné pour vous 3 objets culturels drôles (et un peu recherchés) autour de la comédie. Comme on est généreux, on vous les partage !

Mes héros comiques - Judd Apatow, expert en comédie

Judd Apatow connait des gens. Parler de lui ou regarder son special sur Netflix, c'est hype. Un jour, je me suis posée au Paname Art Café un peu en avance. Fary passe à côté de moi, il s'arrête. Surpris qu'un spectateur du Paname regarde du stand-up un peu recherché sur Netflix, il adoube mon choix. Bon, en réalité, je n'ai pas vraiment été au bout du spectacle et je n'ai pas toujours trouvé ça drôle. Encore cette absence d'adulation du stand-up américain, désolée. Je dois être la seule personne à avoir annulé mon abonnement Netflix après deux mois. Or, sa démarche de revenir 20 ans après et la prise de risque engendrée était intéressante. Mes héros comiques est la traduction d'une compilation d'interviews de ce mastodonte du rire. On l'a lu en un peu plus d'un mois ; il fallait de la motivation pour lire certaines conversations sans avoir le contexte. On conseille l'achat de ce recueil pour les nerds de comédie. Mais si vous parlez anglais, achetez directement la version originale, Sick in the Head: Conversations About Life and Comedy. Déjà, vous aurez accès à l'ensemble du recueil plutôt qu'une sélection arbitraire. Sûrement en fonction de ce qui a été adapté pour le marché français ou européen ? Cela ne parle pas uniquement du stand-up, mais on retrouve notamment Louis C.K., Amy Schumer ou encore Chris Rock. L'avant-propos sur la comédie est un incontournable - peut-être le passage qui donne envie d'aller au bout, même si l'on n'a pas toutes les références !

Off Track - Jeff Ross, roi des roasts

Off Track with Hinch and Rossi est un podcast culturel particulier. A l'animation, deux pilotes de course nord-américains, Alexander Rossi et James Hinchcliffe. Le premier, l'air gendre idéal et entrepreneur dans l'âme, a déjà marqué l'histoire de sa discipline. Le second a introduit l'humour dans ce milieu mécanique comme personne. Ce podcast ne parle pas tant que ça de course automobile. On vous le conseille ici parce qu'ils ont été cherché Jeff Ross, un humoriste stand-up qui tourne aux Etats-Unis depuis plusieurs décennies. Dedans, on retrouve une conversation très intéressante sur l'humour thérapeutique. Le mantra d'Hinchcliffe (et de moi, et de plein d'autres personnes bien entendu). Pour situer Jeff Ross dans le monde de la comédie, il a été le premier invité du podcast WTF with Marc Maron, avant de revenir pour le 800e épisode. Comme je ne connaissais absolument pas cette personne, j'ai fait des recherches. Jeff Ross est connu pour son implication dans l'émission Comedy Central Roast. En gros, ce truc, c'est pourrir un invité ou une personnalité d'envergure dans la joie et la bonne humeur. Pas forcément ma came, mais j'imagine que quand c'est bien fait, cela peut être hilarant.

The Last Man on Earth - Will Forte, du génie d'écriture

C'est la référence la moins obscure de cet article, indéniablement. The Last Man on Earth est une série incroyable. Si vous avez aimé Seuls Two ou Problemos, attachez vos ceintures : ça va beaucoup plus loin. L'acteur, scénariste, etc., etc. Will Forte, passé par le SNL, incarne un personnage haut en couleurs : Phil Miller. Il se retrouve seul au monde après une pandémie qui a exterminé toute forme de vie sur terre. Il passe ainsi son temps à survivre en mangeant toutes les boîtes de conserve des Etats-Unis, en arpentant les routes à la recherche d'un signe de vie... Bien sûr, Phil se prend pour Tom Hanks (et ça nous fait encore un clin d’œil à notre artiste maison...). Et l'humour absurde de Kristen Schaal s'exprime dans sa quintessence. Carrément.
Petit à petit, les personnages sont de plus en plus nombreux et fous. Poussés dans leurs derniers retranchements, déracinés et déjà bien tarés à la base, ils vont vivre une série de situations hilarantes. En France, la série est disponible sur MyCanal quelques jours après la diffusion aux Etats-Unis. Un luxe qui nous permet d'en profiter sans trop de spoil. A l'heure de l'écriture, le dernier épisode de la saison 4 sera diffusée ce soir et arrivera très bientôt sur MyCanal. Vu l'épilogue du dernier épisode, j'attends cela avec la même impatience que l'épisode d'avant. En effet, tout est ficelé pour qu'on aime l'intrigue, les personnages, etc. C'est comme si j'avais grandi au contact de l'ORTF et que je passais de l'autre côté, découvrant ce qu'est vraiment la comédie. Oh wait... Remplace juste l'ORTF par Joséphine Ange Gardien et Julie Lescaut, et on est bon... Mise à jour 11 mai 2018 : catastrophe ! La chaîne Fox qui diffuse la série a décidé de l'arrêter... Et ce n'est pas tout : ils en ont fait de même pour Brooklyn Nine-Nine. Je... ne... peux... pas... le... cautionner ! Mais qui suis-je pour Fox ? Bon, voilà. C'est fini, mais Will Forte vous dévoile la suite qui était prévue :

Notre sélection culturelle comique s'achève ici...

On espère que ces 3 références un peu recherchées mais pas trop vont vous plaire. J'essaie petit-à-petit d'appréhender la comédie aux Etats-Unis, pardon si les puristes ont trouvé ça enfantin et les fans de Tex se sont littéralement perdus. Vous aussi, partagez vos références ici ! Comme ça, on aura l'air de plus en plus pertinents. Ce sera cool, probablement.

Crédits photos

© The Last Man on Earth - FOX [post_title] => Culture comédie - On vous conseille un livre, un podcast, une série [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => culture-comedie-humour-us [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-08-18 14:29:00 [post_modified_gmt] => 2019-08-18 12:29:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4294 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 3754 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-04-07 11:40:49 [post_date_gmt] => 2018-04-07 09:40:49 [post_content] =>

Pour des humoristes comme Félix Radu, rire des mots, ça peut être pour tous. On peut avoir l'impression qu'il s'est retrouvé propulsé dans la mauvaise époque, qu'il est en décalage. Mais au final, jouer avec les mots et ajouter de la poésie à son personnage de scène, c'est une vraie tendance qui se confirme.

Le Rimbaud de l'humour

J'ai quitté Félix Radu lors du festival Les Fous Rires de Bordeaux, juste après sa qualification pour la finale. Opposé à François Guédon le lendemain, il n'a pas géré la finale comme il le voulait et il est reparti avec des regrets. Mais là-bas, la littérature avait, semble-t-il, gagné une bataille. Les deux humoristes qualifiés pour la finale l'intégraient à leur univers humoristique.

On compare souvent Félix Radu à Raymond Devos. Le jeune humoriste belge travaille d'arrache-pied avec son équipe de communication pour casser cette image. Personnellement, comme je n'ai pas cette expertise Devos en tête, j'échappe un peu à la comparaison. Pour moi, Félix me fait plus penser à Rimbaud. Vous me direz que je ne l'ai jamais rencontré, mais j'ai suivi des cours sur lui à la fac et j'ai lu deux-trois recueils.

J'ai dû lire ça aux alentours de 20-22 ans. C'est un âge très rigolo de la vie, où l'on croit tout savoir et où l'on se radicalise dans ses opinions. On est épris d'une force assez sidérale qui nous fait croire dur comme fer à nos convictions. On se politise, parfois. Et on prend beaucoup, beaucoup les choses à cœur. Parfois même, dans nos heures les plus sombres, on a l'impression de savoir tout sur tout. Et on en parle avec passion.

Convictions

Félix m'amuse souvent. Parfois, ses convictions me font sourire. Comme quand il dénigre le stand-up par ses stéréotypes. Il est vrai que le stand-up je ne sais pas si vous avez remarqué, mais... qui parle de cul et d'altercations en voiture en banlieue n'est pas très recherché. Mais Félix, désolée de te décevoir, tu fais du stand-up. Tu ne veux pas l'affirmer parce que tu veux créer une rupture et te différencier. Certes, tu as bien compris qu'il faut se distinguer pour percer, mais il n'empêche que cette forme de stand-up, tu l'incarnes plutôt bien. Même si tu ne colles pas à la définition stricto sensu du stand-up avec le micro et l'absence de décor (j'ajoute cette phrase parce que je sais que tu n'es pas d'accord et que ça t'agace, mais ça me fait encore plus rire. Encore une fois, ce n'est que mon opinion ;-)).

L'humour pour tous ?

Après, je te comprends. On m'a recommandé une émission sur France Inter cette semaine : Génération Jamel Debbouze, l'humour pour tous. Je vous laisse écouter ci-dessous si ça vous tente.

Génial : on a l'impression qu'on va parler de l'émergence du stand-up en France, cette forme de parole libre avec toutes ses subtilités et ses comedy clubs. La porte se referme, c'est un cauchemar. L'animateur, qui passe plus de temps à ajouter des effets insupportables dans sa voix pour exciter de la MILF, se gargarise sur le fait que Jamel est maghrébin. Ce fantasme de l'ériger en porte-parole d'une ethnie ou je ne sais quoi. Et ça radote, et ça radote... au final, cette analyse sociologique des médias m'a tellement ennuyée que je ne suis pas allée au bout.

Pourquoi un tel agacement ? Je ne suis pas friande de France Inter : je trouve cette radio clivante. Ils en font des caisses, et je trouve que ça exclut des gens. Dont je fais partie, j'assume. Le côté entre-soi culturel parisien, où l'on fait semblant de comprendre la populace... Et en fait, quand on se fait violence pour écouter, on se rend compte que le contenu informatif tombe à côté, est utile toujours aux mêmes. La connivence avec l'auditoire habituel est là, ça, c'est sûr... mais on passe à côté d'une élévation de tout le monde. Ce que le stand-up de Félix Radu et de beaucoup d'autres arrive à faire.

Le stand-up comme élévateur d'âmes

Dans la communication de Félix Radu, il y a justement un appel à ouvrir la culture, la littérature ou encore l'humour à tous. Voici un extrait de Vers l'Avenir, où la plume d'Elise Lenaerts a sublimé les propos de l'humoriste namurois.

Les grands classiques à la portée de tous

Les mots s'improsent ! n'est donc pas destiné aux personnes d'un certain âge qui lisent du Shakespeare, un verre de whisky à la main. À travers son spectacle, Félix Radu veut vulgariser la littérature, pour que tout le monde puisse se la réapproprier. « On peut penser que mon public est composé de personnes âgées. Alors qu'en fait pas du tout, c'est un a priori de directeur de salle qui pense que les jeux de mots et la littérature ne font rire que les gens cultivés, les Parisiens. Je crois qu'on a appris aux gens à se dévaloriser. Les intellectuels, les politiques font comme si le peuple n'était plus capable de diriger le pays, en disant :

« Ne vous inquiétez pas, on va gérer pour vous ».

Les gens se disent que la culture n'est pas pour eux, que le théâtre après une journée à travailler en tablier d'électricien ne leur est pas destiné, qu'ils n'ont pas le profil. » Pour lui, « le théâtre est devenu un truc un peu incestueux où on ne fait plus des pièces que pour des gens de théâtre, des personnes qui rêvent déjà. »

Je crois qu'après ça, on peut mourir tranquille, non ? Evidemment, le plus tard possible, ça va de soi. Et ça aussi, c'est une citation historique dont Louis Dubourg fait bon usage. Merci aux humoristes de bousculer un peu les gens qui traînent dans la culture par idéologie ou snobisme plutôt que par passion.

Crédits photo

© Henry Magerès

[post_title] => Spot on - Félix Radu ou la littérature pour tous [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => felix-radu-litterature-culture [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:32:32 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:32:32 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3754 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 6 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011013 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-07 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-07 06:00:00 [post_content] =>

Mourad Winter, auteur et humoriste, n’est pas de ceux qui parlent des années durant de sortir un livre. Il se lance dans l’aventure sans se poser de questions et se retrouve avec un roman de 274 pages, L’amour, c’est surcoté. Insolence ?

L’amour, c’est surcoté : le livre de Mourad Winter plébiscité à raison

Tout commençait avec une réception très chaleureuse de ses pairs. Paru comme un cheveu sur la soupe, ce premier roman semblait être une merveille. Il me restait quelques ouvrages récemment achetés à finir, donc je n’ai pas couru l’acheter. La pression populaire aidant, je voyais de plus en plus de monde se ruer dessus.

J’ai alors demandé à l’un de ces acheteurs de me le prêter quand il l’aurait fini, et finalement je n’ai pas pu attendre… Pas envie de louper un phénomène.

L’idylle au XXIe siècle, le prisme d’un auteur de stand-up

Les humoristes investissent donc le sujet de l’amour en mode réaliste et contemporain. Paul Dechavanne quand il évoque ses dates dans Sympa la vie, Guillermo Guiz dans son nouveau spectacle… Mourad, lui, opte pour le broché.

En l’espace de quelques heures, j’ai dévoré la moitié du livre. J’ai choisi de m’arrêter à ce stade pour écrire cette première partie de critique. En effet, je ne veux pas être influencée en commençant la fin. Je veux conserver ce suspense haletant : Wourad va-t-il ken Imène ? Car c’est ce dont il s’agit : un mec qui oscille entre sexe et amour. Tout cela au sein de moult références télé-poubelle et France Culture.

Le texte est dense, le récit se lit d’une traite. Il y a l’oralité d’un Salinger dans son livre L’attrape-cœurs. Pourquoi cette idée ? Peut-être vient-elle de l’influence de Fanny Ruwet, qui a signalé son vif intérêt pour les deux œuvres sur les réseaux sociaux. Elle est surprise de mon verdict, mais le comprend.

Alors j’assume l’idée. Je pense même à Natacha Polony qui grimace sur un Beigbeder qui écrit comme Salinger, quitte à oublier la singularité de sa plume. J’espère tellement la voir un jour réagir à ce livre de Mourad Winter, comprendre le lien avec Salinger sans la volonté de le copier, souligner la qualité du livre et mettre en PLS des cadres de la droite. Fin du délire médiatique.

Verdict

J’aurais regretté d’attendre davantage pour découvrir ce livre. Quand un bon auteur et comique d’observation s’empare de sujets comme l’amour, ça fait du bien. Exit les clichés des podcasts sans queue ni tête, bienvenue dans le concret d’une fiction qui dépasse la réalité.

Sa plus grande force ? Elles sont multiples, en réalité. D’abord, les références culturelles, politiques et sociétales sont d’une richesse rare. Ensuite, le rythme de l’intrigue, entre péripéties et introspection, offre une vraie variété dans l’écriture. Enfin, le plaisir de lecture atteint son paroxysme tant les personnages et leur psychologie sont travaillés. Maintenant que je vous livre ce verdict, en connaissant le dénouement, je peux vous assurer que vous resterez happé jusqu’au bout…

Les montagnes russes des débuts d’une intrigue amoureuse vous angoissent ? Lisez ce livre. Vous ne trouverez pas forcément de solution immédiate, mais vous vous sentirez moins seul. Assez utile pour un profil de célibataire, surtout pendant l’été de la chlamydia qui s’annonce (c’est l’ARS qui le dit). Sortez couverts, achetez L’amour c’est surcoté et tout ira bien.

[post_title] => Avec L’amour, c’est surcoté, Mourad Winter transforme l’essai [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mourad-winter-livre-amour-surcote [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-07 09:46:39 [post_modified_gmt] => 2021-07-07 07:46:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011013 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 6 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 9e85375d4ec0ae6ef825a537c4b05999 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

littérature

Mourad Winter : couverture du livre L’amour, c’est surcoté

Avec L’amour, c’est surcoté, Mourad Winter transforme l’essai

Les voies parallèles : couverture du premier roman d’Alexis Le Rossignol (Plon)

Les voies parallèles : on a lu le roman d’Alexis Le Rossignol

De La Fontaine à Booba : affiche du spectacle à la Comédie des 3 Bornes

De La Fontaine à Booba : critique spectacle

Tatiana Djordjevic en spectacle à Paris

J'ai rien entendu, mais j'ai tout compris : Tatiana Djordjevic, belle surprise

Comédie - The Last Man on Earth - Kristen Schaal

Culture comédie - On vous conseille un livre, un podcast, une série

Félix Radu et la littérature dans Les mots s'improsent

Spot on - Félix Radu ou la littérature pour tous