WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => nick-mukoko
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 552
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => nick-mukoko
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 552
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => nick-mukoko
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 552
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => nick-mukoko
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 552
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 552
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 552
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => nick-mukoko
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 552
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (552) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (552) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (552)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1009633
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-11-18 12:19:31
                    [post_date_gmt] => 2020-11-18 11:19:31
                    [post_content] => 

Dans Soixante 2, Kyan Khojandi propose de nouveau le concept d’un humoriste sur scène pendant une minute à l’Européen. Bis repetita pour ce concept emprunté à la scène québécoise ? Pas vraiment : malgré des contraintes de temps, la formule parvient à évoluer et innover, voire surprendre !

Soixante 2 : Kyan Khojandi, le chef d’orchestre rassembleur de la comédie

Comme lors de la première édition, l’événement rassemble une partie de la scène humoristique et culturelle francophone. J’ai retrouvé la même frénésie qui vous transforme en supporter plutôt que spectateur. Impossible de rester indifférent face à un artiste invité par Kyan Kohojandi dans Soixante 2. Voici quelques cas de figure :

  1. Vous n’aimez pas ce qu’il fait et devez composer avec l’attente, la patience voire la frustration.
  2. Ou alors vous avez un a priori. Le passage vous fait alors changer d’avis, ce qui crée un lien indestructible avec l’artiste.
  3. Dans le meilleur des mondes, vous adorez cette personne. Ainsi, c’est comme retrouver un pote de longue date ou crier woo! (Je ne me lasse pas des références de la série How I Met Your Mother.)

Le mot-clé pour chaque cas de figure ? « Vous ». Soixante 2 et la bande de Kyan Khojandi vous montrent plus que n’importe quel autre spectacle ce que vous aimez. L’enjeu, c’est de livrer l’instantané le plus fidèle possible de la communauté humoristique.

C’est presque cela, car on retrouve des artistes validés, capables de gérer un événement de la sorte. Les tous débutants n’ont pas leur place… De fait il y aura toujours un décalage entre la scène des habitués et celle du grand public. Simplement, l’étau se resserre de plus en plus, et cela offre un peu plus de latitude aux talents. Certains resteront dans l’angle mort pour le moment, mais ils finiront par avoir leur heure de gloire ! Si vous cherchez des noms, j’en ai bien soixante à vous proposer…

Le coup de cœur artistique

J’ai eu une pensée en regardant Soixante 2 : « Ce n’est pas grave de ne pas aimer tout le monde. C’est juste une frustration d’attendre les bonnes personnes. ». Telle est la métaphore qui résume ma quête de talents. Cette longue attente, parfois ennuyeuse à souhait… Mais qui débouche sur une délivrance.

Le moment où le temps s’arrête et où on découvre quelqu’un de nouveau. Ce putain de coup de foudre artistique. Reste à savoir si, pour un spectateur peu initié, ce coup de cœur peut intervenir en une minute… Je pense que oui, surtout que certains arrivent à changer l’atmosphère. Guy Carlier est remarquable dans sa manière d’apporter de l’émotion, par exemple. Autre belle révélation : j’ai aussi trouvé Gérémy Crédeville hypnotique, et je ne l’ai jamais autant aimé que cette minute-là.

Également, j’ai compris plus que jamais la magie des Fanny Ruwet et Paul Mirabel. Autrement dit, leur don naturel pour conquérir le public en un temps record. J’ai aimé retrouver Jean-Luc Lemoine, que je considère comme un « boss » de l’humour. Je pense à la chance que j’ai eu de le voir sur scène. Surtout que je rêve toujours d’un retour d’Éric et Ramzy sur les planches, ensemble. Mon approche de l’humour d’avant et celle d’aujourd’hui se sont entrechoquées.

Soixante 2 : les montagnes russes du rire ?

J’ai retrouvé Camille Lavabre, et je me suis dit qu’elle m’avait manqué sur scène. À l’époque, cela dit, je n’avais pas passé le meilleur des moments en la voyant à la Nouvelle Seine. Elle m’avait pris à partie, comme Nick Mukoko au Café Oscar. Pour autant, j’ai toujours aimé son originalité. Cela n’est clairement pas le cas avec Nick Mukoko que l’on commence à voir un peu partout. On en revient à ces clivages qui m’animent, entre efficacité et originalité, absurdité et banalités…

Oui, ces artistes ne laissent pas indifférent. Ils ont tous leur place, qu’on le veuille ou non. Même si un ou deux d’entre eux nous font douter : ils ne nous arrachent pas le moindre frémissement des joues. D’autres comme Donel Jack’sman se risquent à reprendre le mot « dinguerie », qu’on entend de plus en plus. Ce nouveau tic de langage, dans la bouche d’un Roman Frayssinet, est incarné. Mais dans celle de ses collègues admiratifs, sans doute, il risque de perdre tout son sens…

Mettre KO les clichés en soixante secondes : c’est possible !

Je terminerais tout de même sur une bonne note. Quand le rappeur Youssoupha a dégainé les mots « racisme anti-blanc », j’ai franchement craint le pire. Allait-on entendre le même discours de la même caste sur cette cause qui envahit les plateaux et Twitter ? Tout le contraire.

Youssoupha a apporté la preuve indéniable que l’on peut aborder des sujets qui sont rabâchés au lieu d’être étayés. Nécessaires mais vidés de leur sens par des militants désespérés de faire entendre leur cause. L’aborder avec intelligence, humour, finesse… Autrement dit, convaincre tout le monde, même ceux qui s’en foutent, a priori. Ceux qui, en somme, préfèrent l’humour pour le rire et non pas la politique. Ceux qui n’écoutent pas jusqu’au jour où on trouve le bon angle d’attaque.

Dans le reste du lot, j’ai adoré Charles Nouveau, brillant de la première à la dernière seconde. Il a fait, comme d’autres d’ailleurs, quelque chose qui a révélé son talent, son humour. Une prestation qui a provoqué une belle palette d’émotions positives. Cette minute est à l’image de ce format : peu importe comment vous l’abordez, l’essentiel est de vendre votre singularité. Et ils ont été nombreux à y parvenir !

Ceux qui ont échoué ont simplement montré ce qui leur manquait. Évidemment, il n’y avait aucune surprise à cela tant la caméra renvoie une image fidèle du chemin à parcourir… Mais peut-être ne le voient-ils pas, s’estimant déjà assez efficaces car validés, implantés dans l’écosystème ?

La 61e minute : que faire après avoir regardé Kyan et ses Soixante 2 minutes ?

Après le spectacle, le spectateur profite d’un vaste making of qui explique la démarche. Si vous êtes comme moi et que vous n’avez découvert que quelques musiciens, vous aimerez l’accès à ces coulisses. Roselyne Bachelot devrait elle aussi regarder Soixante 2. Histoire de comprendre comment un protocole sanitaire efficace peut faire vivre le spectacle vivant en temps de pandémie, si jamais…

Soixante 2 ne peut se terminer comme cela. C’est une vaste ouverture à la découverte des talents. J’espère qu’elle fera naître de nombreuses conversations. Que ces conversations, à court terme, aboutiront à la découverte d’artistes dans les salles et sur leurs réseaux sociaux. Ce spectacle fait rayonner le monde de l’humour et redonne la pêche, l’envie de faire vivre ce secteur. Non pas parce que c’est un truc de précaires, mais un truc de talents.

[post_title] => Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-2-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-18 14:06:46 [post_modified_gmt] => 2020-11-18 13:06:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009633 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 5153 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-16 16:19:21 [post_date_gmt] => 2018-09-16 14:19:21 [post_content] => François Bellefeuille a joué à Paris en ce début septembre. Un test grandeur nature pour la star de l'humour québécoise, qu'il a réussi haut la main. Retour sur une semaine effrénée.

François Bellefeuille à Paris : jeudi, One More Joke

Rentrée du One More Joke. Tania Dutel remplace Louis Dubourg à la présentation. La tension est très forte : Certe Mathurin n'est pas là. Il vient de jouer en Espagne et, au moment du retour, il subit un retard en raison des intempéries. Pour sa première officielle, Tania doit assurer la chauffe. La programmation est de haut niveau : elle comprend notamment Blanche Gardin, Jason Brokerss... et François Bellefeuille. Je le vois arriver, téléphone portable à la main, visiblement un peu perdu. Personne ne réagit ; j'imagine qu'au Québec, la scène serait surréaliste. Même si je programme encore le One More Joke, je n'ose pas trop le guider à l'intérieur. C'est un peu mon premier jour aussi, je ne voudrais pas faire de gaffe. En coulisses, carnet à la main, François Bellefeuille se fond dans la masse. Il peut compter sur la présence de Jason Brokerss, récemment passé au Canada pour la captation Netflix. Les deux humoristes ne se quitteront pas tout au long du périple.

François Bellefeuille sur scène

J'écoute le podcast de Mike Ward depuis peu. D'habitude, je privilégie les épisodes avec des humoristes français ou suisses. Traduction : ceux qui n'ont pas l'accent québécois. Même si du vocabulaire m'échappe, je comprends ce qui se dit. À titre de comparaison, écouter un podcast avec des québécois est à peu près identique qu'en anglais. Je comprends tout, mais j'ai besoin de beaucoup plus de concentration. Aussi, j'aime bien voir du stand-up en live plutôt que sur YouTube. En effet, la connexion et la compréhension fonctionnent mieux par le regard. Ce ne sera pas le cas ce soir-là. En fait, je n'ai pas regardé le passage. J'étais trop concentrée à l'enregistrer. Je le faisais pour Dalila, que je n'arrête pas de suivre décidément ! C'est elle qui m'informe sur l'humour québécois. Elle est incollable, et je la consulte car je suis complètement dépassée. Heureusement, le public ne partage pas ma difficulté. La salle rit de bon cœur et mesure l'importance d'avoir un humoriste de cette trempe ce soir-là.

François Bellefeuille à Paris : dimanche, Le Point Virgule

François Bellefeuille est venu jouer à Paris de manière soutenue. Il ne se contente pas des plateaux : le Point Virgule lui offre deux showcases dimanche et lundi à 19 heures. Après Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, la plus petite des grandes salles ne manque donc pas le coche. Le public répond nombreux, et comme pour Philippe-Audrey, je manque le coche.
Cette fois-ci, je ne suis pas bloquée en province lors de la grève SNCF. J'ai un autre programme : l'anniversaire de Maoulé, qui nous offre de nombreuses photos de stand-up sur le spot du rire. Je me retrouve donc à prendre la ligne 8 de bout en bout pour aller à la Javelle. Le QG actuel du Why so serious comedy club se transforme en goûter géant à 16 heures. J'offre le livre de Blanche Gardin à l'humoriste-star de la soirée. Ses collègues du Why so serious et du Laugh steady crew jouent quelques minutes. Un événement intime, loin de la frénésie du Point Virgule. Après le gâteau, je fonce au Point Virgule pour retrouver mon envoyée spéciale. Elle ne le sait pas encore, mais elle m'aidera beaucoup dans l'écriture de cet article ! Elle sort du spectacle très satisfaite de la prestation de son humoriste phare. En somme, elle l'attend pour lui expliquer tout : sa passion pour l'humour québécois, son envie d'aller au Bordel Comédie Club à Montréal, Mike Ward, Simon Gouache, etc. François Bellefeuille, touché, lui propose de l'aider à obtenir des tickets quand elle viendra.

François Bellefeuille à Paris : mercredi, Café Oscar

Jamais 2 sans 3 : je vois passer la programmation du Café Oscar. Pierre Thevenoux l'a partagée. Je ne sais pas si j'informe Dalila : elle travaille normalement le soir, je ne voudrais pas la frustrer de ne pas y aller après le One More. En fait, elle est disponible. Nous nous retrouvons donc au Café Oscar ; la salle est presque remplie. La scène est similaire au One More Joke : François Bellefeuille arrive, se met en retrait, téléphone à la main. Dalila, après la discussion du Point Virgule, tient à le remercier de son geste pour le Bordel Comédie Club. Elle ne sait pas si elle doit aller lui donner maintenant, moi non plus. Par peur qu'il s'en aille pour un autre plateau, elle ose. Ce qui est sûr, c'est que François Bellefeuille n'est pas prêt de l'oublier ! Ça tombe bien : il partira pendant le show, prenant son acolyte Jason Brokerss sous le bras. La soirée est bizarre : Jason démarre en trombe. La salle rit aux éclats. Les blagues sont percutantes, le passage est long mais jamais ennuyeux. Une grosse soirée en perspective ! François Bellefeuille continue. Cette fois, j'écoute attentivement le passage. Je ris et je comprends enfin. Ce n'est peut-être pas mon style, mais cela fonctionne très bien. Je soupçonne Monika Oscar, la patronne du lieu, de surjouer son rire. J'hésite entre le bruit d'un animal à l'agonie ou un orgasme. C'est très dérangeant tant elle rit. Avec les tableaux troublants du Café Oscar, l'atmosphère est définitivement spéciale.

Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé...

François Bellefeuille sort de scène après avoir précisé qu'il prenait l'avion demain. Tout le monde se regroupe dans les coulisses. Jason et François vont s'éclipser. Christophe Ntaka est seul, l'ambiance change du tout au tout. Tout devient difficile, les humoristes bident les uns après les autres. La magie est retombée. Pierre Thevenoux s'en sort quand même. Nick Mukoko, qui clôture la soirée, va vivre un sacré bide. Pour ne rien arranger, il m'engueule car je ris. Camille Lavabre m'avait fait le même coup à la Nouvelle Seine pour son spectacle. Je riais alors qu'il discutait avec un groupe précis, et il fustigeait mon attitude bizarre. Quelle erreur, mec, tu m'as braquée. Je t'ai détesté sur le moment. Peut-être que cela a eu une incidence sur les autres. Je ne sais pas à quel point François Bellefeuille est drôle. Je veux dire, scientifiquement. Tout ce que je sais, c'est qu'on avait affaire à un phénomène paranormal. Ses successeurs n'avaient plus la niaque pour nous faire rire. Comme si son charisme les avait foudroyés. C'est sûrement ça, la marque des très grands.

Crédits photo

© Louis Dubourg [post_title] => François Bellefeuille à Paris : une semaine pour convaincre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => francois-bellefeuille-paris [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:14 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5153 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 2 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1009633 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-18 12:19:31 [post_date_gmt] => 2020-11-18 11:19:31 [post_content] =>

Dans Soixante 2, Kyan Khojandi propose de nouveau le concept d’un humoriste sur scène pendant une minute à l’Européen. Bis repetita pour ce concept emprunté à la scène québécoise ? Pas vraiment : malgré des contraintes de temps, la formule parvient à évoluer et innover, voire surprendre !

Soixante 2 : Kyan Khojandi, le chef d’orchestre rassembleur de la comédie

Comme lors de la première édition, l’événement rassemble une partie de la scène humoristique et culturelle francophone. J’ai retrouvé la même frénésie qui vous transforme en supporter plutôt que spectateur. Impossible de rester indifférent face à un artiste invité par Kyan Kohojandi dans Soixante 2. Voici quelques cas de figure :

  1. Vous n’aimez pas ce qu’il fait et devez composer avec l’attente, la patience voire la frustration.
  2. Ou alors vous avez un a priori. Le passage vous fait alors changer d’avis, ce qui crée un lien indestructible avec l’artiste.
  3. Dans le meilleur des mondes, vous adorez cette personne. Ainsi, c’est comme retrouver un pote de longue date ou crier woo! (Je ne me lasse pas des références de la série How I Met Your Mother.)

Le mot-clé pour chaque cas de figure ? « Vous ». Soixante 2 et la bande de Kyan Khojandi vous montrent plus que n’importe quel autre spectacle ce que vous aimez. L’enjeu, c’est de livrer l’instantané le plus fidèle possible de la communauté humoristique.

C’est presque cela, car on retrouve des artistes validés, capables de gérer un événement de la sorte. Les tous débutants n’ont pas leur place… De fait il y aura toujours un décalage entre la scène des habitués et celle du grand public. Simplement, l’étau se resserre de plus en plus, et cela offre un peu plus de latitude aux talents. Certains resteront dans l’angle mort pour le moment, mais ils finiront par avoir leur heure de gloire ! Si vous cherchez des noms, j’en ai bien soixante à vous proposer…

Le coup de cœur artistique

J’ai eu une pensée en regardant Soixante 2 : « Ce n’est pas grave de ne pas aimer tout le monde. C’est juste une frustration d’attendre les bonnes personnes. ». Telle est la métaphore qui résume ma quête de talents. Cette longue attente, parfois ennuyeuse à souhait… Mais qui débouche sur une délivrance.

Le moment où le temps s’arrête et où on découvre quelqu’un de nouveau. Ce putain de coup de foudre artistique. Reste à savoir si, pour un spectateur peu initié, ce coup de cœur peut intervenir en une minute… Je pense que oui, surtout que certains arrivent à changer l’atmosphère. Guy Carlier est remarquable dans sa manière d’apporter de l’émotion, par exemple. Autre belle révélation : j’ai aussi trouvé Gérémy Crédeville hypnotique, et je ne l’ai jamais autant aimé que cette minute-là.

Également, j’ai compris plus que jamais la magie des Fanny Ruwet et Paul Mirabel. Autrement dit, leur don naturel pour conquérir le public en un temps record. J’ai aimé retrouver Jean-Luc Lemoine, que je considère comme un « boss » de l’humour. Je pense à la chance que j’ai eu de le voir sur scène. Surtout que je rêve toujours d’un retour d’Éric et Ramzy sur les planches, ensemble. Mon approche de l’humour d’avant et celle d’aujourd’hui se sont entrechoquées.

Soixante 2 : les montagnes russes du rire ?

J’ai retrouvé Camille Lavabre, et je me suis dit qu’elle m’avait manqué sur scène. À l’époque, cela dit, je n’avais pas passé le meilleur des moments en la voyant à la Nouvelle Seine. Elle m’avait pris à partie, comme Nick Mukoko au Café Oscar. Pour autant, j’ai toujours aimé son originalité. Cela n’est clairement pas le cas avec Nick Mukoko que l’on commence à voir un peu partout. On en revient à ces clivages qui m’animent, entre efficacité et originalité, absurdité et banalités…

Oui, ces artistes ne laissent pas indifférent. Ils ont tous leur place, qu’on le veuille ou non. Même si un ou deux d’entre eux nous font douter : ils ne nous arrachent pas le moindre frémissement des joues. D’autres comme Donel Jack’sman se risquent à reprendre le mot « dinguerie », qu’on entend de plus en plus. Ce nouveau tic de langage, dans la bouche d’un Roman Frayssinet, est incarné. Mais dans celle de ses collègues admiratifs, sans doute, il risque de perdre tout son sens…

Mettre KO les clichés en soixante secondes : c’est possible !

Je terminerais tout de même sur une bonne note. Quand le rappeur Youssoupha a dégainé les mots « racisme anti-blanc », j’ai franchement craint le pire. Allait-on entendre le même discours de la même caste sur cette cause qui envahit les plateaux et Twitter ? Tout le contraire.

Youssoupha a apporté la preuve indéniable que l’on peut aborder des sujets qui sont rabâchés au lieu d’être étayés. Nécessaires mais vidés de leur sens par des militants désespérés de faire entendre leur cause. L’aborder avec intelligence, humour, finesse… Autrement dit, convaincre tout le monde, même ceux qui s’en foutent, a priori. Ceux qui, en somme, préfèrent l’humour pour le rire et non pas la politique. Ceux qui n’écoutent pas jusqu’au jour où on trouve le bon angle d’attaque.

Dans le reste du lot, j’ai adoré Charles Nouveau, brillant de la première à la dernière seconde. Il a fait, comme d’autres d’ailleurs, quelque chose qui a révélé son talent, son humour. Une prestation qui a provoqué une belle palette d’émotions positives. Cette minute est à l’image de ce format : peu importe comment vous l’abordez, l’essentiel est de vendre votre singularité. Et ils ont été nombreux à y parvenir !

Ceux qui ont échoué ont simplement montré ce qui leur manquait. Évidemment, il n’y avait aucune surprise à cela tant la caméra renvoie une image fidèle du chemin à parcourir… Mais peut-être ne le voient-ils pas, s’estimant déjà assez efficaces car validés, implantés dans l’écosystème ?

La 61e minute : que faire après avoir regardé Kyan et ses Soixante 2 minutes ?

Après le spectacle, le spectateur profite d’un vaste making of qui explique la démarche. Si vous êtes comme moi et que vous n’avez découvert que quelques musiciens, vous aimerez l’accès à ces coulisses. Roselyne Bachelot devrait elle aussi regarder Soixante 2. Histoire de comprendre comment un protocole sanitaire efficace peut faire vivre le spectacle vivant en temps de pandémie, si jamais…

Soixante 2 ne peut se terminer comme cela. C’est une vaste ouverture à la découverte des talents. J’espère qu’elle fera naître de nombreuses conversations. Que ces conversations, à court terme, aboutiront à la découverte d’artistes dans les salles et sur leurs réseaux sociaux. Ce spectacle fait rayonner le monde de l’humour et redonne la pêche, l’envie de faire vivre ce secteur. Non pas parce que c’est un truc de précaires, mais un truc de talents.

[post_title] => Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-2-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-18 14:06:46 [post_modified_gmt] => 2020-11-18 13:06:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009633 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 2 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => d5909465fadfda7a51013e41e939861f [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Nick Mukoko

Soixante 2 avec Kyan Khojandi : capture d’écran de la bande annonce de Canal +

Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique

François Bellefeuille invité de Louis Dubourg dans Un café au lot7

François Bellefeuille à Paris : une semaine pour convaincre