Catégorie : Humour engagé

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [category_name] => humour-engage
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 608
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 608
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [category_name] => humour-engage
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 608
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 608
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 608
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => humour-engage
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 608
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [category] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 608
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (608) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (608) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (608)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010921
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-06-18 19:34:47
                    [post_date_gmt] => 2021-06-18 17:34:47
                    [post_content] => 

« Tu es courageuse. » Je l’entends de plus en plus, cette phrase. Parce qu’on part, parce qu’on dit stop, parce qu’un puissant nous empêche d’évoluer comme bon nous semble, en toute liberté. Est-ce ça, le courage ?

La censure intellectuelle s’installe à vitesse grand V. Quand Ambroise Carminati et l’équipe du podcast Une bonne fois pour toutes échange sur « Peut-on rire de tout ? » en toute indépendance, tout va bien. En revanche, dès que des intermédiaires s’en mêlent et ont peur du préjudice envers leur institution ou leur entreprise, la machine s’enraye.

Il est acceptable de réfléchir à la portée de son discours et d’assumer ses responsabilités dans toute prise de parole. Chacun doit pouvoir rendre des comptes sur ses propos, évidemment. En contrepartie, ces contraintes autorisent d’aborder tous les sujets, d’apostropher toutes les personnalités. Vous pouvez et vous devez vous permettre d’aller où bon vous semble. Tant pis si cela ne suit pas la tendance du moment, si cela offense certains…

Le « courage » de Christine Berrou, son refus de la censure et une radio sous surveillance

La chroniqueuse et humoriste Christine Berrou a dû, sous la contrainte, renoncer à sa liberté d’expression. Sa réaction du tac au tac inspire le courage. « Là où la liberté d’expression n’a pas sa place, je n’ai pas ma place non plus. » C’est un coup de tonnerre, les mots grondent, la décision est implacable.

On entrevoit aussi l’humanité d’un interlocuteur bien embêté qui cherche à calmer le jeu. Mais comment une antenne surveillée d’aussi près et une humoriste empêchée peuvent-ils exercer correctement ? Pourquoi, finalement, les puissants sont aussi désarmés face au poids des mots ?

Dans ce cas, effectivement, partir rime avec courage. Un sentiment vous envahit alors : la conviction profonde d’être du bon côté. Et pourtant, c’est vous qui devez partir ou vous taire. Cette injustice insoutenable, fatigante, nous la vivons tous dès que nous commençons à prendre du galon. Il y aura toujours une personne plus puissante pour regarder d’un mauvais œil votre ascension.

🗞️ Lu ailleurs : la réaction de Christine Berrou, recueillie par Télérama

Face à l’influence des puissants, sommes-nous à la croisée des chemins ?

Dans le même temps, notre époque hurle son besoin d’authenticité, de destitution des puissants. Élise Lucet est aussi rock qu’un Philippe Manœuvre sous coke. Pasquinade vient dire « Je me casse » à Netflix, aux GAFAM et consorts. Le public recherche la pépite artistique qui viendra les secouer, les malmener et les plonger dans une hilarité vivifiante.

C’est comme si notre époque était à la croisée des chemins. D’un côté, un sentier parfaitement aménagé mène vers une société aseptisée, sans vague (Eagleton)*. Chacun de nos faits et gestes y est évalué, consigné et surveillé. De l’autre, près d’un chemin encerclé de ratons-laveurs, des personnes suivent l’exemple de hackers berlinois qui redonnent leurs lettres de noblesse à la contreculture (Pawnee)*.

Mon humoriste de demain, je veux qu’il ait un peu de cette subversion berlinoise en lui. Qu’on ne lui parle pas de courage car on le pousse vers la sortie, mais pour ses choix artistiques audacieux validés par la profession. Au théâtre. Sur le web. À la télévision. À la radio. Partout où l’exercice de son métier est possible, en somme. Objectif : tuer l’intimidation, d’où qu’elle vienne.

Je sais que Christine Berrou continuera d’exercer son métier en toute liberté. Elle a bien trop de talent, elle va rebondir. Cela m’évoque une conversation que j’avais eue avec Roman Frayssinet et qui me porte aujourd’hui. Il venait de quitter Juste pour rire suite à cette affaire. À nouveau indépendant, il apparaissait serein, en phase avec sa décision malgré les conséquences à court terme sur sa carrière. On connaît la suite…

En contexte : un nouveau départ au cœur de la tourmente chez Europe 1

Cette nouvelle intervient alors que la station a débuté une grève vendredi 18 juin à 16 heures. Ça n’allait pas très fort chez cet acteur historique des ondes françaises. Audiences en chute libre, gouffre économique à prévoir, fin de l’émission d’Anne Roumanoff… Sans oublier bien sûr le redouté rapprochement avec CNews.

Europe 1 est donc dans l’œil du cyclone. Cela nous permet de regarder le départ de Christine Berrou sous une autre perspective. Après tout, cette station n’a pas (plus ?) le même capital sympathie qu’un France Inter. Au-delà des considérations public/privé et liberté de parole, le traitement de l’humour n’est pas le même.

La bande originale de Nagui fait un carton et renouvelle son audience avec des humoristes sélectionnés avec soin. Les humoristes sur Europe 1 n’ont pas la même exposition, on ne sait pas dans quelle émission ils évoluent, si c’est pour une pige ou bien pour plus longtemps. Qui savait que Christine Berrou officiait sur Europe 1 depuis 7 ans ? Son travail était pourtant solide, mais peu visible. Sa présence dans Piquantes ! sur Téva (oui…) était plus remarquée, c’est dire !

En résumé, si quelqu’un doit souffrir de ce départ, c’est finalement plus Europe 1 que l’humour…

Bonus track historique : l’époque des radios pirates

J’avais envie de terminer par un rappel d’une époque où les radios se battaient (vraiment) pour émettre en toute liberté. Alors qu’on célèbre les 100 ans de la radio, ce n’est pas du luxe.

Ce que j’aime aussi dans cette vidéo, c’est qu’elle a permis un changement majeur. Un YouTubeur utilisait les vidéos de l’INA. Mécontent que l’on génère des revenus publicitaires avec leurs vidéos, l’institution a empêché Ludovic B d’utiliser lesdits contenus. Heureusement, les deux parties ont trouvé un terrain d’entente et il est aujourd’hui plus simple d’utiliser des contenus qui rémunèrent chaque partie équitablement.

Que doit-on retenir de cette anecdote ? Face à un obstacle comme celui-ci (ou comme la censure en radio), des solutions existent et conviennent même à toutes les parties prenantes. Ne baissons pas les bras, l’exercice du métier d’humoriste doit se faire librement pour évoluer dans une société vivable…

*Vous avez sans doute reconnu la référence à Parks and Recreation… Si ce n’est pas le cas, allez découvrir cette série !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => À propos du courage : ode à la liberté des humoristes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => courage-censure-radio [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 12:11:40 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 10:11:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010921 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010050 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-01-18 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-01-18 07:00:00 [post_content] =>

Créer et mobiliser son talent artistique est essentiel : voilà l’enseignement que je tire de l’année écoulée. Aujourd’hui, sans avoir d’idée précise sur ce que je vais vous raconter, je souhaite reprendre en douceur avec ce thème qui trotte dans toutes les têtes.

Nb. Cet article n’est finalement pas le premier de l’année. Je voulais être réactive sur la sortie du livre d’Alexis Le Rossignol le 14 janvier. Mais cet article a été rédigé antérieurement, il reste techniquement le premier de l’année ;-)

La création artistique déménage sur le web… mais pas que

Jusqu’ici, l’humour de 2021 se résume globalement à la création de contenus numériques. Les artistes se réapproprient l’espace public comme ils peuvent. Après Josquin Chapatte et ses visites guidées humoristiques de Montmartre, Matthieu Penchinat en a fait de même à Antibes pendant les fêtes… Peut-on parler de fêtes, d’ailleurs ? Ceux qui ont vu leurs proches ont parfois déchanté en apprenant qu’ils devenaient complotistes. Même si, comme vous le savez sans doute, le complotisme peut être très, très drôle si on décide de ne plus le prendre au sérieux.

Repos forcé

Pour ma part, j’ai passé plus de deux mois seule avec un kit de survie : mes souvenirs comiques. Le dernier spectacle que j’ai vu, c’était Haroun en rodage le 21 octobre 2020. Le dernier jeune humoriste que j’ai vu, c’est Humourman. Un taulier et un superhéros, puis une course effrénée pour respecter le couvre-feu. À 20h58 ce soir-là, j’ignorais à quel point l’attente allait être longue et incertaine. Pendant ces « fêtes », j’ai donc essayé de couper au maximum, ce qui signifiait d’arrêter d’écrire. Il fallait souffler après une année à produire malgré les mesures gouvernementales en réaction à la pandémie.

Mais comment souffler dans les circonstances actuelles ? Le destin m’a livré une réponse désagréable : mon corps a décidé de tomber malade. Pour oublier, j’ai surtout consommé des podcasts. Ils prennent plus de temps à écouter et sont plus agréables qu’une brève vidéo. Plus c’est long, plus c’est bon (enfin, dans ce cas de figure surtout…).

Un podcast bien-être pour aborder 2021

Réda Seddiki est un sage. Et pour tous les artistes qui intègrent des personnages dans leurs sketches, allez voir sa recommandation, StoryTANK.

Une nuit d’insomnie, donc, je me raccroche à ce qui me semble le plus vital : entendre ou voir des comiques. Arezki Chougar a enfin lancé son Patreon : je reçois une notification dès sa publication et je m’abonne sur-le-champ. Il n’y avait rien en ligne, encore, et je me disais qu’au pire, si je meurs, d’ici à ce que ma banque ferme les vannes, Arezki Chougar et ses invités pourraient prospérer.

Créer, continuer à écrire…

Autre élément vital, que cette interruption de travail me révèle : arrêter de stimuler sa créativité ou de faire ce que l’on aime est délétère. À l’inverse, c’est fou de sentir à quel point une passion peut animer, occuper l’âme et mener à une progression. J’aillais très bien quand j’écrivais, que je consommais et compilais des informations en masse.

Même sans lieu de représentation, la culture subsiste

Sans vie sociale ou lieu d’accueil des artistes, il demeure encore possible de créer. J’ajoute une précision importante : créer et produire sont deux choses différentes. Ainsi, j’imagine que profiter de cette période pour créer à son rythme, sans se mettre de pression pour publier régulièrement ou s’offrir en représentation à tout prix, sera bénéfique.

Pour cette reprise plus incertaine que jamais, je vais ainsi préférer la qualité à la régularité. Sans théâtres ouverts, l’inspiration reste limitée, mais elle est bien là. Je ne pourrais sans doute plus préparer mes contenus à l’avance bien longtemps… Pas grave, je gagnerais en spontanéité. Dans la même veine, les artistes ont démontré leur capacité d’adaptation l’an passé. Je sais qu’ils trouveront de nombreuses solutions pour continuer à s’exprimer.

Nous allons contourner les obstacles de Bachelot & co. J’y crois vraiment car il me reste le plus essentiel : mon besoin irrépressible de parler des artistes. C’est ce qui me meut, c’est mon antidote à l’anxiété et à mon rapport au vide. S’il existait un Questions pour un champion spécial humour, je candidaterais d’emblée. Ça tombe bien, le Barbès Comedy Club trouve aussi ce concept génial et propose un nouveau jeu dès ce mois de janvier ! Je pense aussi à HebdomadaireTV, la chaîne Twitch d’Alexandra Pizzagali et de Clément K…

Moralité : continuez à créer des contenus fun en 2021 !

Lorsqu’on lève le pied, on n’a qu’une envie : repartir. Je suis heureuse de vous retrouver par écrans interposés. J’ai hâte de découvrir de nouvelles péripéties, de nouvelles histoires à vous raconter. Plutôt que de vous lancer un « bonne année » sans conviction, voici ce que je préfère vous dire : bonne création artistique à tous !

Crédits photo

Capture d’écran du podcast Chougar Free (épisode 21 avec Louis Chappey et Morgane Cadignan)

[post_title] => Créer est essentiel : inventons l’humour de 2021 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => creer-artiste-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-18 13:05:31 [post_modified_gmt] => 2021-01-18 12:05:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010050 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 9206 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-05 19:01:57 [post_date_gmt] => 2020-03-05 18:01:57 [post_content] =>

Laurent Sciamma fait partie de la nouvelle génération d’humoristes. Il bénéficie d’une généreuse couverture médiatique. Un humoriste féministe à l’ère #MeToo : la presse progressiste exulte face à cette masculinité 2.0 et publie inlassablement. Or, sommes-nous en train de manquer le coche ?

Laurent Sciamma : la peur d’être opportuniste

À chaque fois que je lis un article sur le spectacle Bonhomme, une pointe d’exaspération émerge chez moi. Cela faisait longtemps que je voulais en parler, mais je peinais à trouver les mots justes.

Ai-je raison de m’insurger ? Mon instinct me répond par l’affirmative, mais n’a pas beaucoup d’arguments à avancer. Au fil de mes lectures, je tombe sur un article de Libération qui m’apaise un peu : Laurent Sciamma a peur de passer pour un opportuniste.

Donc Laurent Sciamma, premier concerné, se pose aussi des questions. Et ça confirme une autre de mes impressions : Laurent Sciamma fait passer un bon moment lors de son passage. Ces articles ne sortent donc pas de nulle part.

Je ne l’ai pas vu depuis longtemps, donc il a sans doute progressé depuis sa résidence au Beach Comedy Club. À l’époque, en tout cas, il faisait rire. Pas aux éclats, mais ça fonctionnait. Et comme il jouait à la Comédie des 3 Bornes, il avait largement le niveau pour cette salle.

Ancienne masculinité toxique vs. nouvelle masculinité unique ?

À l’heure où j’écris ces lignes, je découvre un nouvel article au titre quelque peu remuant. Publié sur le site de Marie Claire, voici ce qu’il nous balance à la figure :

Laurent Sciamma : « Ma honte d'être un homme a toujours été là »

Par Morgane Giuliani sur marieclaire.fr, le 4 mars 2020

Face aux valeurs de sensibilité prônées dans l’article, l’entrée en matière est plutôt violente. Putaclic, diraient certains. Mais je ne vais pas tomber dans les pièges habituels des Internets et je vais poursuivre la lecture.

Il s’agit donc d’une phrase issue du spectacle, que la journaliste a sélectionné pour interviewer le jeune humoriste. La formulation l’a tellement marquée qu’elle va jusqu’à qualifier Laurent Sciamma de « bonhomme bien sous tous rapports » car il n’a pas peur de « dire face à son public : “J’ai honte d’être un homme.” »

Je vais m’autoriser un syllogisme avant que Clément Viktorovitch, expert en rhétorique médiatique, ne vienne contrer mon article et détruire mon argumentation. Imaginons qu’avouer sa honte d’être un homme signifie qu’on est un homme bien. Je vous le dis tout net : je ne veux pas d’un monde basé sur ces postures manichéennes.

Le spectacle de Laurent Sciamma est nécessaire, mais ce n’est pas une fin en soi

Le problème n’est pas le spectacle de Laurent Sciamma, ou ses opinions, d’ailleurs. Au contraire : il répond à un besoin du public et il fait vivre des idées qui résonnent avec son époque. C’est très cool.

Non, le problème, c’est d’ériger le spectacle avec autant de vigueur parce que c’est de bon ton dans les rédactions. La majorité des articles traite de la qualité des messages plus que des blagues. Bien sûr, ce refrain revient souvent : « c’est drôle aussi ». Mais le rire vient en second plan, et je n’ai pas souvenir d’avoir trouvé d’argument me donnant envie de voir le spectacle pour des motifs comiques. Finalement, la ligne éditoriale discrédite artistiquement, sous couvert de célébration du féminisme.

J’ai donc une suggestion pour les rédactions culturelles. Maintenant que vous avez trouvé et sublimé Laurent Sciamma, essayez d’éditorialiser aussi bien d’autres paroles d’humoristes. Si ces paroles sont intéressantes, mais ne vont pas exactement dans le sens du discours ambiant, faites cet effort intellectuel supplémentaire. Analysez avec autant de passion les opinions qui ne sont pas les vôtres. Faites des double-pages sur Rosa Bursztein, par exemple. Ça ferait un super éclairage, non ?

En échange, j’irai voir le spectacle de Laurent Sciamma et juger de son potentiel comique comme pour les autres artistes. Je vaincrai ma peur de tomber dans un spectacle bien-pensant, alors même que je connais les qualités artistiques de Laurent Sciamma.

Parce qu’une pensée qui va dans le sens de l’histoire doit être étayée, voire mise à l’épreuve. Le progrès ne passe pas par un courant uniforme, n’en déplaise à des programmes comme celui ci-dessous. Je suis contente que ce podcast existe, mais je n’adhérerai jamais à l’ensemble des prises de positions énoncées

Alors, la presse progressiste, avons-nous un accord ?

[post_title] => Laurent Sciamma : itinéraire d’une couverture médiatique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => laurent-sciamma-bonhomme-presse-feminisme [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-05 19:18:14 [post_modified_gmt] => 2020-03-05 18:18:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9206 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 7948 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-03 12:17:48 [post_date_gmt] => 2020-01-03 11:17:48 [post_content] =>

En 2020, les humoristes émergents vont prendre le pouvoir. Découvrez comment les artistes et stand-uppers seront enfin découverts par les médias et le public.

2020 : Topito tend la main à la nouvelle génération humour

Combien de fois ai-je lu des sélections d’humoristes identiques, de mois en mois ou d’années en années ? Tout le temps. Les signaux étaient d’ailleurs plutôt négatifs. D’abord, les compilations de nouveaux humoristes par GQ se révèlent répétitives. On peut aussi citer les piètres défenses de Gad Elmaleh ou Thomas Ngijol, pris en flag’ par CopyComic.

Et pourtant, le 1er janvier 2020, un miracle se produit : Topito dévoile un top qui sort de l’ordinaire… Le Top 12 des humoristes qu’il faudra suivre de près, sur scène, en 2020, on t’aura prévenu !

Des noms qui détonnent dans le paysage des algorithmes, des visages qui changent… Un équilibre entre ceux qu’on attendait à pareille fête et ceux qui n’avaient pas voix au chapitre.

C’est Fabien, mon rédacteur, qui m’envoie l’article. Et Ô surprise, l’auteur cite le spot du rire pour justifier la présence d’Ambroise et Xavier. Je me sens populaire tout d’un coup, grâce à ce mystérieux Benco. Mais est-il si mystérieux ? On ne saura peut-être jamais quand la grève va se terminer ou comment Carlos Ghosn a pu s’évader d’un pays qui le tenait fermement, mais on va résoudre ce mystère.

Comme dirait Nadim, on est tous des phénix

Un coup d’œil aux autres articles de l’auteur me suffit à comprendre : Benco est nouveau chez Topito. Il parle humour et stand-up, c’est bon signe. Je regarde de plus près la photo de ce fameux Benco. Malgré sa taille miniature, je la reconnais tout de suite. Nous sommes amis sur Facebook, c’est « monsieur Campus Comedy Tour » !

Ce concours qui révélait chaque année l’étudiant le plus drôle de France (Paul Mirabel, c’est eux qui l’ont découvert) a malheureusement disparu. Une nouvelle triste qui tranche avec la présence de notre trublion dans la rédac’ d’un média qui influence de nombreux internautes.

Pas de bonne résolution, mais un vœu pour 2020

Ce vœu est très simple : il faut plus de Benjamin Couprie pour dénicher des talents. La demande est très forte : les internautes vomissent l’absence de diversité dans les commentaires de vidéos. Dans les médias, dans le public, la prise de conscience s’organise donc.

Petit à petit, les choses évoluent. On a décidé de reprendre l’expression « nouvelle génération humour » de Kyan Khojandi pour une raison simple : on aime des choses différentes. Certains vont se planter, mais d’autres vont exploser (dans le bon sens du terme). On est là pour parier, avoir le goût du risque pour décerner des coups de cœur. En somme, on représente le maillon de la chaîne qui influence sans trop de vagues ceux qui peuvent vraiment promouvoir des gens. On l’a vérifié aux Étoiles espoir humour du Parisien, et on le fera sûrement aux Best de l’Humour ce mois-ci…

La profession nous lit de moins en moins timidement, de plus en plus sérieusement. Cette année, on va donc essayer de se rappeler que notre avis compte et pousse de jeunes artistes à donner le meilleur d’eux-mêmes. Parce que l’année 2020 est celle des espoirs humour.

Top 12 des humoristes à suivre selon Topito

ArtisteC’est qui pour nous ?
Paul MirabelOn en a parlé plein de fois
Fanny RuwetCritique dispo semaine prochaine
Jérémy NadeauOn l’a vu dans sa carrière V1 et on est curieux de le revoir
Valentin ReinehrOn l’a vu à la TV comme plein de monde
Ambroise et XavierDécouverts fin 2018, quand même
Maxime StocknerDécouvert grâce à Arezki Chougar et le meilleur podcast
Bertrand UsclatOn a compris qu’il passait dans Clique mais on n’a jamais regardé
Nicolas FabiéDécouvert et défendu corps et âme en janvier 2018
Laura FelpinRecommandée par Yacine Belhousse dans son interview
MazineOn n’a jamais mis les pieds au 123 Sébastopol, mea culpa
UrbainOn l’a trouvé bon au Bunker Comedy Club comme quand il utilisait encore son nom complet
Le Cas PucineOn l’a vue à la TV comme plein de monde
[post_title] => 2020, année des espoirs humour et stand-up [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 2020-artistes-emergents-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:20:02 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:20:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7948 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 5909 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-09 14:46:10 [post_date_gmt] => 2019-03-09 13:46:10 [post_content] =>

Dans l'émission Dans la tête d'un timide, l'humoriste Thomas Wiesel est formel : oui, vous pouvez faire de la scène en étant timide. Au spot du rire, on est au courant.

Mais personne n'a jamais vraiment expliqué pourquoi cela fonctionne. Pourquoi des artistes comme Paul Dechavanne triomphent-ils avec leur introversion ? Vous allez le découvrir très vite...

On me demande régulièrement comment les introvertis peuvent monter sur scène, surtout quand j'évoque mon expérience personnelle. C'est l'occasion d'en parler pour de bon ! En plus, en tant que timide, j'ai vraiment trouvé cette émission de qualité. Et j'ai quelques anecdotes d'empowerment en stock.

D’ailleurs, pour certains humoristes comme Miri, vaincre sa timidité par l’humour devient une composante du développement personnel…

Timide et humoriste : comment ça marche ?

Ce samedi, je profite encore une fois du service public... suisse. Le français, on voit ce que ça donne, mais l'heure n'est pas à la polémique. Après avoir regardé religieusement le dernier épisode de Mauvaise langue, je tombe sur le compte Instagram de Thomas Wiesel et sa dernière publication.

Ni une, ni deux, je commence à regarder. Il faut dire que l'humoriste suisse, passé par Paris la semaine dernière, n'a jamais caché son introversion. Dans ses blagues comme dans ses tenues, c'est une marque de fabrique qui attire la sympathie, l'affection et les rires.

A titre personnel, ça me fait du bien de voir des humoristes comme cela. Comme le soulignait Paul Dechavanne dans Sympa la vie, il y a un côté rassurant à voir des humoristes réservés. Il y a de tout, et on n'est pas obligé de parcourir l'équivalent de 12 stades de football en hurlant ses blagues vues et revues dans un spectacle comique (coucou Djal).

Les plus pour le public

Pour le spectateur, c'est aussi agréable : plus les humoristes sont différents, plus ils vont refléter la diversité des gens et permettre à des gens dans le public de se sentir bien dans la société.

Ça vous parait fou ? Je l'ai vécu, pourtant. D'ailleurs, c'est drôle que Thomas Wiesel en parle : ça me rappelle l'anxiété sociale ressentie au début, quand j'allais dans les plateaux d'humour. Quand je l'ai rencontré, j'ai vécu à nouveau ça (je vous le raconte ici).

Avant de lire la suite, petit spoiler : je vais surtout vous raconter ma vie dans les lignes qui suivent. Si vous voulez d'autres anecdotes sur l'humour, je vous conseille de parcourir le blog.

Timide, mais prête pour une confidence

Quand j'ai lancé ce site, je n'ai pas vu le regard des autres changer tout de suite. Certains savent que c'était une réaction d'orgueil : je ne voulais plus subir de regards accusateurs, à juger ce statut de groupie. J'ai mis un temps fou à faire la paix avec ces choses-là. Maintenant, dès que je croise Certe Mathurin, il me dit que je n'ai plus du tout le même comportement, et que je ne suis plus voutée. D'autres disent me craindre pour mes critiques cash. Ce n'est pas vraiment un retournement de situation, c'est juste que ça a fini par éclore.

Sans vous mentir, j'étais en flippe de l'acceptation des autres. J'avais peur au travail comme à la sortie des scènes ouvertes ; je trouvais que toute la société n'était pas tendre avec ceux qui n'ont pas d'aisance sociale. Dès que j'ai commencé à traîner à Paris, j'ai ressenti cette difficulté à m'intégrer à cette ville. L'humour était pour moi salvateur, une sorte de renaissance, mais ça a pris du temps et ça reste difficile.

De timide à sans-filtre

Pourquoi vous partager cela ? Là, je viens de quitter Koober - vous savez, la société pour laquelle j'ai failli arrêté le site. J'aurais eu l'air maligne. C'est là où les bienfaits du stand-up sur ma vie sociale ont le plus porté leurs fruits. Ce n'était pas gagné d'avance, mais tous ces gens ont accepté mes blagues (ils en pondaient une quantité astronomique), ma personnalité sans filtre et le reste.

Pour revenir à l'humour, même si je ne monte plus sur scène, c'est vraiment un environnement propice à la construction de soi-même. Vous croisez des gens qui regardent leurs névroses en face. Ils ne les cachent pas pour en tirer des bénéfices professionnels ou personnels. C'est un appel d'air dont on a vraiment besoin.

C'est pour ça que vendredi soir, j'ai vu le spectacle de Nadim avec un enthousiasme plus grand que jamais. Et samedi soir, je me rends encore à La petite loge pour m'extasier devant la prestation d'Aude Alisque (c'est complet !). Ces deux formes de folie sont d'une humanité et d'une sincérité remarquables.

Je continuerai à me battre pour les promouvoir, car c'est ce qui m'a sauvé il y a maintenant plus de deux ans. Et tant pis si le journaliste du Parisien n'avait attribué que 3 étoiles au spectacle de Jean-Philippe de Tinguy #genèse pour cause de « manque flagrant de confiance en lui » (sic !). C'était ça que je suis allée chercher, alors vous pouvez remballer vos critiques WTF, les gars.

Bonus : le témoignage de Panayotis Pascot

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => Timide ou introverti et humoriste stand-up : un avantage ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => timide-introverti-humour-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:49 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5909 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 5725 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-06 17:32:54 [post_date_gmt] => 2019-03-06 16:32:54 [post_content] =>

Mêler censure et humour, c'est avoir le goût du risque, surtout si on ajoute France 2 et le CSA. Le spot du rire relève le défi en vous invitant à y réfléchir !

Je vais vous épargner la question « Peut-on rire de tout ? », car plus personne n'a envie d'y répondre. Je veux simplement vous rappeler certains événements, et vous inviter à y réfléchir et forger votre propre opinion.

Censure et humour : quand France 2 passe l'humour au scalpel

Généralement, les affaires qui font parler les médias pendant 48 heures passent par la télévision. Les médias vont ensuite se précipiter sur un sujet facile à évoquer, car ils ont des images prêtes à montrer.

Haroun coupé au montage

En 2017, Haroun diffusait une vidéo pour expliquer que France 2 a coupé une partie de son passage sur scène dans l'émission Le grand show de l'humour.

Forcément, la France est un pays où les défenseurs de la liberté d'expression rappliquent immédiatement. Bande de censeurs ! J'avoue adorer cela, et on va en reparler ensuite... mais cette vidéo est surtout intéressante parce que le format télévisuel travestit l'humour.

C'est un peu comme les débats politiques en télévision : au meilleur moment, on coupe, parce qu'il y a la pub. Pendant ce temps-là, personne n'a rien dit pour faire avancer la chose.

Laura Laune zappée d'antenne

En février dernier, Laura Laune devait apparaître dans l'émission Le grand oral sur France 2. On lui a demandé d'interpréter une chanson en hommage à la France à sa sauce. Vous le devinez, les téléspectateurs n'en ont pas vu la couleur. Par contre, Laurent Ruquier, remarquable dans son stand-up chez ONPC (sic !), animait bien la soirée.

Encore une fois, c'est grâce à un extrait sur scène et diffusé sur internet que vous pouvez savourer cette création artistique. Vous ne m'en voudrez pas si je pense que la question à se poser n'est plus la même. Maintenant, demandons-nous que (ou qui) peut-on encore entendre ?

Censure et humour : effets d'aubaine

Connaissez-vous l'expression « le gendarme de l'audiovisuel » ? C'est la définition que les médias aiment attribuer au CSA. Chacun peut saisir l'institution pour signaler un dérapage à l'antenne. C'est après cela que France 2 a trouvé un moyen habile de se séparer de Tex. Une vieille blague sur les violences conjugales, c'est sûr que ça ne fait pas très XXIe siècle.

Récemment, dans l'émission de Cyril Hanouna, Jean-Marie Bigard a ressorti l'un de ses classiques. Une blague de mauvais goût sur le viol, ça allait certainement se terminer en censure, non ? On peut le voir comme ça, mais je vous propose un autre prisme.

Je ne savais pas que Jean-Marie Bigard était sur Twitter. Le jour de mon anniversaire, il a enregistré une vidéo en selfie pour s'indigner. Privé de tournée estivale, il a rétorqué qu'il viendrait quand même jouer pour 5 euros la place. Il nique le système, Bigard. Mais au moins, si vous l'aimez, il vous coûtera moins cher #buzzman.

J'ai un côté polémiste qui commence à se chauffer. Moi qui aime autant entendre Charles Consigny, Gilles-William Goldnadel et Yassine Belattar (ça fait mon quatre heures, leurs joutes verbales), je suis ravie. Je me remets sur RMC, je regarde leur analyse où chacun dit ce qu'il pense, et la vie continue.

L'humour inclusif : une recette pour ne plus offenser personne ?

Pour éviter ces problèmes de dérapages ou de signalements, certains lieux font attention lorsqu'ils sélectionnent les humoristes. Dans la nouvelle génération, une conscience commence à monter : faire attention à ne blesser personne quand on essaie de faire rire.

Vous les lisez sur les médias modernes, et effectivement, cela semble séduisant sur le papier. La seule réserve, c'est que quand on commence à intellectualiser l'humour et tenter de le limiter, on peut l'appauvrir.

Revenons à Laura Laune. Comme le souligne le blogueur H16, cette histoire fait suite à un reportage où France 2 avait intégré une blague de Laura Laune qui avait fait polémique. On vous en avait déjà parlé puisque France 2 avançait tranquillement que les humoristes femmes étaient trash.

J'en profite pour reproduire une partie de cet article, avant que l'UE ne nous interdise de faire ça au nom d'un article 13 qui risque de foutre un bordel monstre sur YouTube et les médias internet... Je pense que l'auteur s'en fout, il est libéral, alors ça ira.

En pratique, la façon dont l’humour est maintenant « géré » par les médias officiels (à commencer par le service public) reflète surtout le décalage entre l’intelligentsia franco-parisienne et le reste de la population qui s’est, elle, habituée à piocher ses informations, ses interactions et ses humoristes sur Internet et ses réseaux sociaux, au grand dam des jacassants qui n’ont pas de réels moyens pratiques ni de la faire revenir sur les canaux qu’ils contrôlent, ni d’exercer vraiment une emprise durable sur le réseau mondial.

Hashtable, 22/02/2019 - Source

Censure et humour : un malaise sociétal

Je vous l'avoue, je suis mal à l'aise et en même temps très contente. Ces histoires qui s'enchaînent montrent surtout l'écart abyssal entre ce que certains pensent bon pour le plus grand nombre et les attentes d'un public loin d'être homogène. N'oublions pas que l'enfer est pavé de bonnes intentions...

Et si on essayait de laisser le choix au public ? Si c'était à lui de décider s'il veut voir (ou non) un type parce qu'il est blanc et qu'il porte des dreadlocks, et non pas à un plateau de le bannir pour lui ? Le militantisme, ça va cinq minutes.

Qu'on le veuille ou non, le grand public se moque du plagiat, des débats sur l'humour et autres discussions stériles. Il veut rire, et si possible gratuitement sans sortir de son canap'. Au passage, niveau plagiat, je vous invite à voir cette vidéo toute fraîche. C'est fin et brillant, et c'est encore signé Mauvaise langue (à partir de 10:47) !

Crédits photo

© Laura Laune, prise par Laura Gilli

[post_title] => Censure et humour : à qui profite le crime ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => censure-humour-csa-france2 [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-10-09 16:10:57 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5725 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 5719 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-05 16:33:31 [post_date_gmt] => 2019-03-05 15:33:31 [post_content] =>

A Paris ou ailleurs, les plateaux d'humour se multiplient comme des petits pains. Ces comedy clubs se créent surtout pour permettre à de nouveaux humoristes de jouer lorsqu'ils sont refusés ailleurs.

Comment fonctionnent-ils ? Le spot du rire vous aide à décrypter le phénomène ! On fait découvrir deux nouveaux plateaux d'humour : le Cap ou pas cap Comedy et le Bonasse Comedy Club.

Nouveaux plateaux d'humour : Cap ou pas cap Comedy

Imparfait, excentré et innovant, le Cap ou pas cap Comedy est un plateau d'humour qui en veut. De prime abord, il ne paie pas de mine. Vous ne connaissez probablement pas les maîtres de cérémonie, à moins d'aller vraiment partout, de nous lire ou d'écouter Need Radio. Vous y retrouvez Mickael Pellé et Déelle, vue à l'Open Mic de Topito lors du Debout Paris Festival.

Pour autant, la programmation est éclectique : l'amateurisme se passe ailleurs. Et surtout, cela se passe à la Boîte à rire. Ce théâtre qui monte à Belleville (métro Pyrénées) assure une programmation volontariste. Vous retrouverez évidemment des brebis égarées que vous n'avez jamais envie de croiser, mais aussi de belles découvertes : Adrien Montowski, Fabien Guilbaud...

Si ce théâtre marche aussi bien, c'est aussi grâce à son directeur - le fameux Gérard ! C'est bien simple, les jeunes artistes ne jurent que par lui. On m'a dit le plus grand bien de la régisseuse, aussi. Bref, c'est à valoriser !

Les défis du Cap ou pas cap Comedy

Au-delà des défis lancés aux deux meilleurs humoristes (désignés à l’applaudimètre), ce plateau permet découvrir de nouvelles têtes. Le principe est simple : ils doivent improviser une ou deux minutes à partir de thèmes imposés. Ce soir-là, Alex di Mambro a créé un sketch sur l'escalade de l'horreur, tandis que Radia a dû réinterpréter à sa sauce le sketch de Clément Gaucher...

C'était un excellent exercice : Alex avait une fâcheuse tendance à jouer comme Roman Frayssinet, tandis que Radia a chanté La vie en rose. Bref, pour voir du vrai, de l'authentique, il fallait gratter un peu. Curieusement, ils ont tous les deux réussi à relever le défi. Preuve que pour le moment, ils ont encore du travail à accomplir, mais qu'ils n'ont pas volé leurs premiers spots.

Quand le Cap ou pas cap Comedy fait sauter les plombs

J'en ai vu des plateaux étranges. J'ai déjà vu Ghislain Blique apporter des pizzas au public à Saint-Maur des Fossés, alors qu'il remplaçait un Pierre Thevenoux malade. J'ai vu un type bourré au plateau la Comédie Passagère, désormais disparu. J'ai vu un gars qui s'appelle Johnson porter en moins de deux Melha Bedia à Dimanche Marrant. Mais là, j'allais expérimenter quelque chose de tout à fait nouveau.

Le point de bascule, c'était en milieu de spectacle. Le défi était complètement imprévu, et mystérieusement calibré pour tomber pile au moment où la régie aurait pu faire une blague. J'ai vraiment cru que c'était prévu. Jugez plutôt :

Cette coupure de courant de dix à quinze minutes a changé l'ambiance. C'était tout de suite plus intimiste, cosy et mémorable. On avait envie de porter ces jeunes artistes, et les éclairer avec des lampe-torche de smartphones.

Avec ou sans plombs, le courant est définitivement passé. Et je m'excuse pour ce jeu de mots ! Nadim a clôturé la soirée par un carton. En plus, pour un nouveau plateau dans un théâtre, les organisateurs font l'effort de donner un chapeau à de tous jeunes artistes. Si vous saviez comme ce n'est pas systématique (le Labo du rire du Paname Art Café...). Alors merci à eux !

Nouveaux plateaux d'humour : le Bonasse Comedy Club

Un plateau d'humour le dimanche à 15 heures, ça vous tente ? Et si on vous disait qu'il était 100% féminin, ça vous tente encore ? Rendez-vous au Bonasse Comedy Club !

Je vous avoue que sur le papier, je n'étais pas au taquet. Mais ce jour-là, je voulais absolument voir Audrey Jésus. Comme à 15 heures, il n'y a pas de concurrence, je n'avais pas à regretter manquer un truc bien ailleurs.

Rendez-vous à l'Improvi'bar, un lieu sans surprise dédié à l'improvisation. Le plateau ne comportait pas de filles misandres a priori, donc j'étais même heureuse d'y aller.

En arrivant, vous découvrez que ça ne commence pas à 15 heures puisque le lieu ouvre à 15 heures. La queue avance lentement pour récupérer sa boisson. Je me demande combien de temps cela va durer. En plus, le dimanche après-midi, les nouveaux plateaux d'humour commencent de plus en plus tôt, souvent vers 17h30 !

Heureusement, le spectacle (plus ou moins bon selon les prestations) s'est terminé à 16h11. Oui, j'ai vérifié. Pourquoi était-ce aussi court ? Je vous dévoile ça tout de suite !

Le syndrome de l'imposteur

Quand cela parle des femmes dans l'humour, l'atmosphère se tend quelque peu. On a peur du dérapage : le sujet est sensible. Enfin, pas tant que cela, en fait.

En découvrant le plateau, j'ai vu que les femmes humoristes étaient soit très douées, soit complètement à la masse. Les hommes humoristes sont dans la même dynamique. Seule différence, et de taille : les mecs humoristes qui ne sont pas drôles n'en ont rien à faire. Ils attendent de devenir bons sans complexe, et sont mêmes agressifs quand ça ne prend pas. Ils vont alors gratter des applaudissements ou se plaindre de la qualité du public.

Les femmes humoristes qui débutent, dans les nouveaux plateaux d'humour généralement, vont avoir tendance à ne pas avoir confiance en elles ou en leur passage. Elles vont alors partir bien avant la fin de leur temps réglementaire, s'excusant d'avoir osé prendre le micro.

Bien entendu, j'avance des tendances : chacun est unique. D'ailleurs, vous savez ce qu'on pense de la presse qui essaie de rentrer les femmes dans un même moule, l'humour trash. Pour rappel, on n'est pas sur une idylle.

Vaincre les stéréotypes commence par balayer devant sa porte

J'ai de moins en moins ce défaut, mais j'ai parfois encore tendance à m'attendre à ce qu'une fille soit moins drôle. J'excuse moins leur échec, alors que je suis habituée par la clique d'innombrables humoristes mecs qui imposent leur présence dans des plateaux, parfois en bande organisée.

Avec le temps, j'ai fini par comprendre et m'habituer. Maintenant, je suis presque dans l'excès inverse : quand une fille est drôle, j'y vais à fond sur le rire. Je lui pardonne en revanche peu un manque d'originalité ou une blague lourde. Autant qu'à un garçon, je dirais. Deux d'entre elles étaient à la masse, et l'une évoquait la taille du sexe des blacks en parlant du chocolat. Je ne sais plus exactement ce dont il était question, mais cela a fait un four et elle a tout de suite quitté la scène.

Je crois que je suis en attente d'un autre angle féministe. La drague de rue, c'est important d'en parler, mais on sature. Je ne suis pas venue voir un cours féministe, parce que j'ai l'habitude. Elles ont pris le pouvoir des podcasts, sauf en stand-up ironiquement. Maintenant, j'ai envie qu'on me surprenne. Qu'on explique comment on se sent, quand on drague ouvertement en tant que femme. Plutôt de dire que c'est relou, pourquoi ne pas donner quelques astuces ? Oui, j'aimerais bien en faire bon usage.

Le rapport de séduction artiste/public

Je ne suis pas sociologue, donc prenez ce qui suit avec des pincettes. C'est simplement un témoignage sincère, et quand j'écris ces lignes, j'ai un peu peur de ce qui va sortir.

J'aime vraiment être séduite sur scène, et je suis habituée à l'être par les garçons. J'attends ça avec impatience, parfois. Avec le temps, j'apprends à ressentir une connivence pour les filles sur scène.

Je vous donne un exemple : Aude Alisque. Plus ça va, plus je m'identifie à sa folie. Elle tente des trucs, je jubile. Et j'aime vraiment la retrouver sur scène. Pourtant, le rapport de séduction classique à la Stéphane Rousseau ou Franck Dubosc (donc un tantinet ringard) est absent.

J'ai même eu la surprise d'être emportée dans l'univers de Lucie Carbone ! Jusqu'ici, elle n'avait pas vraiment réussi à délivrer un bon passage en ma présence. C'est une fille qui bosse, qui est d'une sympathie indéniable et que je n'avais pas envie d'enterrer trop tôt.

Ça a du bon d'attendre. Non seulement, elle a fait un jeu de mot qui a provoqué mon hilarité (si, je vous assure). En plus, j'ai enfin découvert son style. Au début, je me demandais pourquoi elle parlait avec autant d'énergie, de manière parfois étrange. Et là, j'ai saisi : elle était en phase avec elle-même, et j'ai compris, j'ai ri, la machine était lancée.

En bref, rapport de séduction ou pas, l'humour est un terrain de jeu mixte. Si vous préférez les hommes humoristes, vous pouvez vivre cela sans culpabilité. Mais écoutez ce que les femmes ont à dire. Elles vous surprendront à vous faire jubiler.

Nouveaux plateaux d'humour : des lieux expérimentaux à découvrir !

Sur notre nouvelle carte de comedy clubs en France, on vous propose près de 150 plateaux d'humour. Les prestations sont différentes, et peu sont incontournables. Pour le moment, c'est de l'ordre de 10%.

Mais cela va venir : les moins bons plateaux vont disparaître, tandis que les autres apporteront de l'innovation. Cette innovation-là, les plus gros plateaux vont la copier quand elle sera mature. C'est un peu le même délire qu'un grand groupe qui rachète une start-up.

Que peut-on vous conseiller ? Si vous en avez marre de voir toujours le même set moyen de Tony Saint-Laurent au Paname Art Café, fouillez ailleurs dans le onzième arrondissement. Il y a un plateau dans toutes les rues ou presque...

[post_title] => Le charme des nouveaux plateaux d'humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveaux-plateaux-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:27:48 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:27:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5719 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 5463 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-01 12:59:29 [post_date_gmt] => 2019-01-01 11:59:29 [post_content] =>

Salut à tous et bienvenue dans cette nouvelle année ! J'espère vraiment qu'elle vous apportera beaucoup de rires (et à moi aussi). J'ai envie de lui attribuer un mot : croire. Plus que jamais, pour continuer à aimer l'humour, l'enjeu est de parier sur de nouveaux artistes et profiter de leur éclosion.

Vous souvenez-vous de la newsletter HAHA ? Avant de vous quitter pour les fêtes, j'ai rapidement répondu à leur demande de #TOPHAHA2018. Le concept : se souvenir des événements marquants de l'année passée.

L'occasion est parfaite pour revenir sur certains de ces moments marquants de l'année passée et me recentrer sur ce quoi me plaît le plus en humour.

Artistes humour : le(s) 30-30 de Ghislain Blique et Pierre Thevenoux

Alors qu'au moment de l'écriture de cet article, j'ai la prestation de Tania Dutel sur Netflix qui tourne en arrière-plan, je me remémore avec beaucoup de plaisir ces 30-30 de tous jeunes humoristes. En réalité, j'entends toujours les mêmes blagues.

Et quand on y pense, ce n'est pas étonnant. Si vous voulez entendre des blagues pour la première fois, allez voir les plateaux ! Pour revenir à Ghislain Blique et Pierre Thevenoux, 2018 a été une année importante pour eux. Ils ont préparé leur heure. Pierre va d'ailleurs se lancer en janvier à la Petite Loge. Nous y reviendrons un peu plus tard dans l'article.

Le plus grand test, c'était de remplir le One More. Ce bar, l'an dernier, est devenu un sacré spot pour le stand-up. Une sorte de refuge pour ceux qui en ont marre de l'usine du Paname Art Café ? Pas tant que ça : il s'agit plus d'un endroit complémentaire, où Gad Elmaleh passe de temps en temps et n'est pas si drôle que ça. Oui, en 2018, je suis passée par-là pour découvrir Thomas Wiesel en vrai.

Un bon 30-30, c'est un moment où l'on retrouve deux gars bien complémentaires. Pour ceux-là (aussi organisés au 33 Comedy), j'avais envie d'être à chaque fois. Plutôt que de vous en dire plus, je vous encourage à aller les voir en spectacle. Ghislain, on t'attend ;)

La programmation du théâtre La petite loge

J'ai toujours eu une bonne opinion de La petite loge. Or, au fil du temps, ce petit théâtre ne cesse de m'étonner. Le proverbe L'exception qui confirme la règle lui va bien. En effet, je n'ai été déçue qu'une seule fois. C'était en voyant la prestation de Rosa Bursztein.

Pourtant, j'avais besoin de voir cette fille sur scène. Je savais que je n'allais pas aimer. Cela ne veut pas dire que c'est une mauvaise chose qu'elle joue. Et c'est là où La petite loge sait varier sa programmation. Elle met sur scène Rosa Bursztein car elle fait partie d'une mouvance de pseudo-féminisme trash qui émerge.

Rosa produit un spectacle névrosé et se met en risque. Au-delà du fait que ce n'était pas ma came, je l'ai sentie sincère. Avec le recul, je me dis qu'elle peut faire beaucoup mieux, et qu'elle a ce potentiel. C'est pour ça que je pense que La petite loge a eu raison de l'intégrer à son théâtre.

Le bon pari 2019 : intégrer Jean-Patrick à la programmation

Globalement, je suis tellement contente de voir les choix du théâtre pour ce début d'année. Ils ont choisi Jean-Patrick, par exemple. Je ne m'y attendais pas, et je pense que ce choix est intelligent. Pour comprendre Jean-Patrick, il faut entrer dans son univers. Dans le paysage du stand-up, il est à part.

Ceux qui assisteront à son spectacle verront sa générosité et ses convictions. Dans une salle comme celle-là, la configuration est idéale pour créer un lien. Je sais qu'il a à cœur de bien faire et j'ai pleinement confiance. Sa marge de progression va en étonner plus d'un. Je me réjouis d'avance de voir le regard que portent certains sur lui, peut-être, évoluer dans le bon sens. Sérieusement, il va vous étonner.

Les artistes humour du spot du rire : ça veut dire quoi en 2019 ?

Même si j'ai reçu très peu de réponses, la tendance qui ressort de mon enquête sur le spot du rire, c'est votre intérêt moindre pour les artistes humour du site. Vous savez, Marion Mezadorian, Jean-Philippe de Tinguy, Louis Dubourg et les autres.

Je ne m'y méprends pas : ce n'est pas que vous ne les aimez pas. Bien sûr, une personne m'a trouvée trop clémente avec certains artistes, mais elle n'a pas précisé s'il s'agissait d'eux. En réalité, vous ne plébiscitez pas leurs contenus.

Vos contenus préférés sur le spot du rire : vous préférez les coulisses aux contenus des artistes

L'avantage, c'est que ce genre de contenus originaux est le plus dur à produire. Le problème, c'est que faire le deuil d'une idée aussi originelle que ça, c'est me rappeler que Jean-Philippe ne joue plus alors que quand il revient pour son pote Guilhem, c'est comme si sa dernière scène était la veille. Insolente réussite du gars qui touche un micro comme si c'était inné, et seulement quand il le veut. Ça me met en rogne, je dois le confesser.

Lâcher prise

C'est aussi voir Charles Nouveau devenir un artiste reconnu, et avoir l'impression de ne pas être là pour les premiers pas de Marion Mezadorian au cinéma (en fin d'année, avec Kad Merad !).

Heureusement, c'est davantage un problème de forme. Dans le fond, rien n'a changé. Une chronique de Marion sur Jérémy Ferrari m'a complètement frappée (au visage, pour paraphraser un célèbre détective).

Rien qu'avec ça, j'ai compris pourquoi ça a tout de suite connecté entre Marion et moi. Je peux vous assurer qu'il faut du courage pour tenir une chronique à l'antenne et avancer de tels mots. Bordel, que je l'ai admirée à ce moment-là. Alors quoi qu'il advienne à cette rubrique à l'avenir, je ne mettrai jamais ces gens-là dans une boîte à souvenirs enfermée dans un placard.

Sur ces belles paroles, et comme vous avez tout lu, je vous souhaite encore une excellente année et j'espère vous croiser nombreux dans les plateaux ! Il vous reste de nombreux artistes humour à découvrir...

Crédits photo

© L’Étage Marrant - capture d'écran vidéo Facebook (résumé Dimanche Marrant #51)

[post_title] => Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveaux-artistes-humour-convictions [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:58:15 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:58:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5463 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 5406 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-12-02 16:46:43 [post_date_gmt] => 2018-12-02 15:46:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Je me définis souvent comme une passionnée de l'humour. Mes interlocuteurs me disent, d'ailleurs, qu'ils ne savent pas comment je fais pour assister à tant de shows. Aujourd'hui, je me le demande. Je ne pense pas devenir aigrie face à ce milieu. Au contraire, c'est l'occasion idéale de dessiner avec vous l'après de cette lune de miel. L'humour et moi, on est comme un vieux couple. Ainsi, on doit trouver des stratagèmes pour raviver la flamme. Découvrez pourquoi la passion de l'humour évolue avec le temps !

Passion de l'humour : que faire quand cela devient un sport extrême

Ces derniers mois, j'ai vu mon rapport à l'humour évoluer. Aujourd'hui, lorsque je vois une personne s'extasier à la publication d'un plateau ou d'un spectacle particulier, capable de faire des kilomètres pour y assister, je ne suis plus dans l'ambiance. Avant, je faisais des allers-retours en province pour une soirée d'humour. J'accumulais avec un plaisir total des plateaux tantôt miteux, tantôt huppés. Je pouvais voir cinquante fois le même passage, jusqu'à connaître les blagues de tout le monde. Je critiquais alors l'entre-soi. J'étais là à trouver le public ingrat de ne pas apprécier toute la grandeur qu'on lui proposait. Je voulais découvrir tout le monde, même si je savais que j'allais passer de mauvaises soirées. Au moins, j'allais savoir pourquoi tel ou tel humoriste ne valait pas le coup. J'étais prête à sacrifier du temps pour cela. En grande quantité, qui plus est.

Les effets bénéfiques de la passion de l'humour

L'humour a toujours été un guide dans ma vie. Il était là quand je n'avais personne à qui parler. Je regardais les DVD d'Eric et Ramzy, y trouvant de l'espoir pour surmonter les problèmes. L'humour thérapeutique va de soi pour moi, et ce depuis toujours. Depuis deux ans, j'ai complètement sombré dans cet univers. En m'engouffrant dans ces caves, j'étais là à oublier mes soucis et à me reconstruire. Je me souviens avec un peu de honte de la manière gauche avec laquelle j'abordais les gens de ce milieu. Si seulement j'avais eu ce conseil de Roman Frayssinet avant. Vous savez, celui où il explique qu'il ne faut jamais mettre quelqu'un sur un piédestal ou en-dessous de vous.

Se noyer dans les podcasts humour

Récemment, l'un de mes collègues m'a donné un avis intéressant : et si traîner avec tous ces humoristes, tout le temps, devenait toxique ? Je précise qu'il ne m'a pas prise à parti pour m'humilier, la discussion était très constructive. Dans le même temps, j'ai rencontré Théo Guyon. Ce tout jeune humoriste se pose déjà mille questions sur comment faire de l'humour. Il écoute tous les podcasts (il en a même un !). Également, il connaît tout l'univers du stand-up. C'est un passionné hard-core de l'humour, et dans le bon sens du terme. Comme moi, il peut citer des passages de podcasts, car comme moi, il les a tous entendus. Je les aime, ces podcasts. Dès qu'il y en a un de disponible, je l'intègre au SoundCloud du spot du rire. C'est toujours hyper cérébral, un peu névrotique. Parfois, j'aspire à un peu plus de légèreté, un désir de déconnexion.

Passion de l'humour : reconnecter avec le rire

Je vous ai déjà parlé de Koober. Depuis septembre, mes nouveaux collègues me font hurler de rire. Je pleure de rire quand j'en vois un traire une vache avec une Nintendo Switch lors de la pause déjeuner. Je prends un malin plaisir à faire le pitre pour mon voisin de bureau. C'est encore plus jouissif quand tout cela contamine l'open-space. Et puis, quand je reviens voir du stand-up, les rires sont plus rares. C'est comme si les plateaux avaient perdu cette légèreté à faire de l'humour. Heureusement, il reste des lieux où j'arrive à rire. J'étais à l'Etage Marrant - Dimanche Marrant étendu au week-end, Ndlr. Il n'y avait que des cadors. On n'avait pas forcément Fary ou des mecs 100% produits. Pour moi, c'était plutôt agréable parce que Charles Nouveau et Jean-Philippe de Tinguy étaient à nouveau réunis. Ces deux-là ont un caractère spécial pour moi, comme tout le monde sait.

Rire au bon endroit, au bon moment

Discours typique de l'entre-soi, mais je m'en fous. C'est là où cette passion de l'humour est née, c'est normal que ça me ressource. Je n'ai plus de gêne à le dire et je me moque bien de ce qu'on peut en penser. Avant, c'était différent. Le moindre commentaire me faisait vriller. Trop de passion, sans doute. Il y avait aussi Pierre Thevenoux, l'humoriste le plus connu... dans mon open-space. La chance à un ami en commun du gars qui trait des vaches avec de la technologie. Si vous êtes perdus, c'est l'époque qui veut ça. J'ai aussi vu Wary Nichen. Ce gars-là, c'est drôle, parce que je ne le trouvais vraiment pas drôle au début. C'est notamment grâce au podcast de Louis Dubourg que j'ai un peu plus découvert le personnage. La connexion désormais opérée, je comprends beaucoup mieux son statut et je ris de bon cœur. Jason Brokerss, aussi, m'a demandé du temps pour connecter. Ce soir-là, le signal était bon. C'est drôle, quelques heures plus tard, le petit écran permettait à Laurent Ruquier de le confondre avec Fary et de lui faire de la pub.[/vc_column_text][vc_video link="https://youtu.be/V4VRONLePsM?t=2927"][vc_column_text]

Mon rapport aux artistes a changé

Depuis septembre, j'ai assisté, comme tout le monde, l'explosion de nouveaux plateaux d'humour à Paris. Vous ne lirez pas une analyse sur ce changement, parce que j'ai essayé de l'écrire et mon texte a muté en une critique parfois virulente. En cause : le sentiment de harcèlement pour venir tel ou tel soir. Je le comprends : chacun veut avoir sa part du gâteau et chacun est en droit d'être référencé ici. Or, avec tant de soirées, l'offre devient illisible et on ne sait plus où donner de la tête. J'ai bien du mal à différencier les plateaux qui émergent, surtout quand ils sont tenus par de parfaits inconnus. Même pour moi.

Le #MeToo d'applaudissements

Tout ceci ne sont que des péripéties. En revanche, sur scène, j'ai découvert des humoristes absolument inutiles. Avant, je pensais qu'il fallait des c*uilles pour monter sur scène et je respectais tout le monde. Cette période est révolue. En effet, certains artistes formatés de manière scolaire au style d'humour Jamel Comedy Club (intonation, rythme, thèmes, etc.) me donnent souvent envie de quitter la salle. Ce sont ceux qui vous forcent à applaudir. La passion de l'humour, on repassera... La situation est simple :
  1. L'humoriste sort une blague qui ne fait rire personne.
  2. Il laisse un silence pour laisser aux gens le temps de rire.
  3. Le public reste silencieux.
  4. L'humoriste, devenu agressif, réclame qu'on applaudisse, arguant que c'est sa meilleure blague. Bien sûr, il répétera 3 fois l'opération en 7 minutes.
  5. Bonus spécial influenceur : s'il est programmé pour son nombre d'abonnés, l'antipathie atteint des sommets.
J'ai croisé l'un d'entre eux à l'Underground Comedy Club. Pour le coup, c'est un plateau assez historique. En sortant, je ne l'avais pas vu dans mon champ de vision, et le gars m'interpelle et me demande de sourire quand je passe devant lui. On atteint des sommets. Si vous voulez savoir de qui il s'agit, je suis navrée, je n'ai pas retenu son nom. Mais vous le reconnaîtrez, et puis d'ailleurs, il n'est pas tout seul.

Une note positive

Aujourd'hui, j'ai une vision plus objective de l'humour. Je ne prends plus forcément le parti des artistes, même si je garde un profond attachement pour les plus sincères d'entre eux. En réalité, j'aime toujours l'humour. Je l'aime quand il est sincère, qu'il ne répond pas à un patchwork de recettes qui ont marché. Parce que c'est l'art de cuisiner tous ces ingrédients qui distingue un bon humoriste d'un chef étoilé du rire.

Passion de l'humour : ce que j'aime chez les humoristes

Je préfère un jeune humoriste qui donne tout, même si cela n'a rien de parfait, à un gars qui a de l'assurance mais aucune idée. Quelqu'un m'a dit que j'étais trop complaisante avec certains humoristes (vous pouvez vous aussi donner votre avis !). En réalité, j'aime parler d'artistes comme Florent Mathey ou Salomé Partouche. Ils ont certes peu d'expérience, mais ils sont allés au bout de leur création artistique. Le premier joue sur des imitations ridicules, mais il donne tout dans son jeu. La seconde, qui n'a pas ému l'un de mes contacts manager d'artistes, a été un coup de cœur immédiat. Je me souviens encore de ce Dimanche Marrant, lorsqu'elle jouait encore du stand-up. Adhésion immédiate, identification face à sa folie... Et son spectacle ! Elle a eu le courage de dévier d'un format qui plaît pour proposer un seul-en-scène poétique. Je crois l'avoir vu plusieurs fois, elle fait partie de ces gens qui m'attirent à plusieurs reprises dans leurs salles. Je les compte sur les doigts de mes mains. A mon avis, il ne s'agit pas de complaisance, mais de la manière d'exprimer ma passion de l'humour - toujours un peu vivante. J'ai toujours du mal à me plier à l'exercice de la critique, parce qu'il suffit d'aller en plateau d'humour pour comprendre qui va vous faire rire. Au final, ce n'est pas à moi de vous dire qui n'est pas drôle, vous êtes assez lucide pour le découvrir.

Un mot sur la photo

Cette photo date du mois d'octobre. Je n'étais pas présente à la soirée, mais je suis passée en coup de vent. Je devais sûrement aller au One More. J'ai vérifié, c'était effectivement le premier late show de Tania Dutel. C'est mon nouveau mode de fonctionnement : j'alterne entre les invitations et les moments privilégiés avec la fine fleur de l'humour. Je me dis parfois que j'ai envie d'être le Philippe Manœuvre de l'humour. Ensuite, j'ai lu son livre et ses confessions. En vrai, il tisait grave avec les artistes, ça va être dur d'en faire de même #modedeviesain #commePierreThevenoux. Cette envie d'être là, d'avancer ensemble et de partager avec eux des lendemains qui chantent... Elle est bien là, par contre ! Cette photo capture merveilleusement bien les bons côtés de l'humour. Jean-Patrick la joue lubrique, Laurent Sciamma s'enfile un peu de breuvage OKLM... Antek est, plus que jamais, heureux. Rey Mendes est aussi grand qu'il en a l'air. Et il y a même une tête que je ne connais pas, Cindy Mostacci. Le signe que je dois encore découvrir de nombreuses personnes et que ma mission continue ;)[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => passion-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:51:11 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:51:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5406 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 5323 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-10-31 14:08:58 [post_date_gmt] => 2018-10-31 13:08:58 [post_content] => Depuis la semaine dernière, le monde du stand-up est en émoi… pour des photos a priori volées. Deux personnalités de premier plan ont eu le malheur de croiser un photographe prêt à mettre leur vie privée dans les mains du public. La machine médiatique a pu redémarrer de plus belle, à coups de conditionnels et de points d’interrogation. Voir aussi : Sincérité en stand-up : peut-on l'atteindre ? Je n’avais pas l’intention d’en parler. D’abord, il s’agit d’une affaire privée, et ensuite, à part voir deux personnes main dans la main, il n’y a pas grand-chose à en dire. Mais Seb Mellia m’a confié qu’il était surpris que je n’en parle pas. Il pensait que c’était mon travail de journaliste que de relayer un événement de cette ampleur sur le stand-up. Sa réflexion est intéressante, et il m’offre un vrai cadeau pour aborder ce sujet à ma façon.

Photos volées et déontologie

Contrairement à de nombreux journalistes, je n’ai pas une direction pour me forcer à écrire un article racoleur à la va-vite. Je n’ai pas à faire du chiffre et apparaître en premier sur Google par tous les moyens. C’est un luxe qui me permet une indépendance certaine. Relayer une affaire privée pour attiser le voyeurisme des gens et leur faire perdre cinq minutes de leur temps n’est pas ma tasse de thé. Pour autant, je peux m’exprimer sur un aspect de l’affaire. Dans les titres des articles, on retrouve souvent le terme « idole ». La présentation de l’information n’est pas anodine : cela induit que la personne a une chance inouïe de vivre cette histoire. C’est comme si une hiérarchie tacite existait entre ces deux-là, alors qu’on n’en sait pas grand chose. On peut bien sûr interpréter, mais il y a une différence fondamentale entre le faire dans une discussion « bar PMU » et sur un grand média.

Pour la grande famille du stand-up

Je n’ai qu’un vœu suite à la sortie de ces clichés. J’aimerais que les humoristes qui qualifient l’intéressée comme « une grande dame du stand-up », s’ils la connaissent personnellement, lui demandent comment elle gère cette médiatisation. Le stand-up est une grande famille, mais j’aimerais que ses membres se soucient davantage du bien-être de leurs confrères plutôt que de se perdre en commérages. De mon expérience, quand on vit une relation idole-fan, on a l’impression de se faire voler une part d’intime alors qu’on a plutôt besoin de gérer ça soi-même. Ne pas avoir de fardeau de réputation quand on veut juste aller de l’avant et apporter une pierre à l’édifice du monde du stand-up : tel est l’idéal poursuivi. Mais dans cette affaire, j’ignore comment les personnes concernées se sentent, donc je ne peux pas considérer ces quelques lignes comme une vérité générale. Peut-être que ça va. Ce n’est pas à moi de vérifier, mais à ses proches. [post_title] => New York, deux comiques et des photos [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => new-york-comiques-photos [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:52:08 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:52:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5323 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 5292 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-10-14 10:21:13 [post_date_gmt] => 2018-10-14 08:21:13 [post_content] =>

Les humoristes adorent parler de sincérité en stand-up. Mais peut-on vraiment attendre une sincérité absolue d’un artiste sur scène ?

Sincérité et jardin secret

On entend parfois qu’un humoriste ose tout. D’autres disent qu’il va très loin, jusqu’au trash. Évidemment, vous n’avez pas les mêmes anecdotes dans un open-space et dans une cave de stand-up.

En stand-up, l’artiste est honnête lorsqu’il aborde un sujet sans cacher son opinion. Il se plie donc à une exigence d’honnêteté avec lui-même. En réalité, les limites qu’il va se fixer pour préserver son intimité vont inconsciemment le censurer.

Marion Mezadorian m’a livré un conseil extrêmement utile. Pour elle, il faut arriver à identifier ce que tu peux partager en confiance. Il faut aussi, à l’inverse, savoir conserver un jardin secret. Le public n’a pas besoin de savoir tout de toi, l’exercice n’est pas tant d’étaler ses problèmes. Le rire reste la finalité, n’en déplaise à Hannah Gadsby.

👉 Lire l’interview de Marion Mezadorian : « Je suis admirative de ceux qui arrivent à être vrais »

Se mentir à soi-même et en rire

Quand je suis montée sur scène, j’avais envie de livrer une facette de moi et rire des moments où l'honnêteté était difficile. J’avais l’intuition que parler de solitude et d’amorces de relations ratées était honnête. Le problème, c’est que je n’étais pas prête à tout assumer parce que je me mentais à moi-même. Je le savais, et je cherchais la vérité. Mon texte était une manière de me rapprocher inconsciemment de ma vérité, celle qui me hantait.

Encore faut-il transmettre toutes ces subtilités en 5 minutes. Tout cela en évitant, bien sûr, de prendre le public pour son psy gratuit.

La prouesse de l’honnêteté

Je comprends mieux pourquoi il faut s’explorer pendant des années pour être percutant sur scène. Shirley Souagnon a vécu cela en Haïti. Elle explique la violence du moment et comment cela lui a permis de tout casser dans son passage sur Netflix.

Ainsi, l’honnêteté est une prouesse. Un jour, on m'a confessé que Certe Mathurin avait pleuré sur scène en parlant de son sujet : l'amour. Je n'étais pas là, malheureusement. Mais j'imagine la puissance émotionnelle du moment, je vois ça davantage comme du courage que quelque chose qui prête à sourire. En plus, il semble généralement si assuré que là, le moment devait être très sincère.

Tout cela me rappelle pourquoi j’aime tant l’univers de Nadim. Un jour, il m’a parlé des masques sociaux qui nous contraignent. Je pense qu’ils nous censurent et je vois à quel point il me manque de l’audace. Je vois aussi à quel point, parfois dans l’écriture, je ne me rends même pas compte de mon indépendance de ton. Peut-être qu’écouter les Grandes Gueules sur RMC m’aide.

Le progrès par l’expression artistique : mieux se connaître pour plus de sincérité

Dans tout ça, l’objectif de l’artiste stand-up est donc de progresser sur scène et humainement. C’est pour cela que le stand-up fonctionne très bien. L’époque est au travail de l’image : entre la marque employeur, la réputation des enseignes et le personal branding, on essaie de tout contrôler. Tout est sujet à question : pourquoi ce trou dans un CV, pourquoi passé 35 ans tu n’es toujours pas casé ou en cloque, etc.

Le stand-up est un pont entre tout ça. Les artistes se dévoilent subtilement et libèrent leur parole tout en veillant à être compris, à sortir de leur bulle. Ils essaient sans relâche de toucher au plus juste et tuer des salles. Pendant ce temps, des photographes de talents essaient de capturer l'instant parfait.

Le stand-up est-il sincère ?

Dans leur démarche, les humoristes ont l’intention d’être sincère. Surtout, ils sont au plus près de leur vécu au jour le jour. Ils sont sincères dans leur doute et livrent leurs analyses en blagues. Ils se livrent avec leurs propres limites. La sincérité, en quelque sorte, est une vraie prise de risque. Un saut dans le vide, en somme.

Bien sûr, en fonction des artistes, certains vont se cacher derrière des sujets faciles. Dans son interview, Rémi Boyes explique cela de manière très juste. Il ne se sentait pas encore assez fort pour aborder sincèrement des choses qu’il voulait partager. Il tendait à ça, mais il ne s’agissait pas de la « sincérité à outrance » d’Hannah Gadsby.

Je mets l’expression entre guillemets car c’est l’expression de Seb Mellia dans son podcast de couple. J’écris ces lignes en l’écoutant, comme quoi, ce sujet est actuel… et sincère !

1 heure avant la rupture : épisode n°29

Dites-moi ce que vous en pensez… Je vous ai livré mon opinion en toute sincérité, ce n'est pas la vérité absolue ! ;)

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => Sincérité en stand-up : peut-on l’atteindre ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sincerite-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:00 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5292 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 4480 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-07-14 11:46:09 [post_date_gmt] => 2018-07-14 09:46:09 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Paiements inexistants, montages vidéo arrangeants, rampes de lancement truquées ou encore entourages d'artistes peu bienveillants... L'humour est un milieu fascinant, mais qui va parfois dans le mur.

Non-rémunération des artistes : des blagues à deux vitesses

On sait que les humoristes qui débutent vont souvent jouer sans être rémunérés. Ce que l'on sait moins, c'est que cette situation perdure des années après avoir commencé. Quelques plateaux d'humour ne sont pas du tout rémunérés (Le Trempoint, antichambre du Point Virgule) ou à moitié (Le Jardin S'enjaille, qui rémunère uniquement ses têtes d'affiche). Dans les deux cas, on fait une faveur à de jeunes artistes à l'essai en échange d'un lieu normalement inaccessible. Pour moi, cela ne pose pas de problème si la situation est connue d'avance et n'est pas récurrente. Or, Le Trempoint fait cela de manière récurrente. Ils devraient faire comme les plateaux qui ont lieu dans les théâtres : proposer un chapeau qui rémunère les artistes et expliquer que le billet d'entrée sert à la location du théâtre. Mais il y a pire. Récemment, Seb Mellia a diffusé un message où on lui proposait de jouer sans un kopeck. Il indique d'ailleurs que la situation n'est pas rare. La mairie de Paris est décidément une mauvaise élève : épinglée par la Cour des comptes pour trop dépenser en son sein, elle n'aurait aucun scrupule à utiliser des artistes pour faire rire la plèbe. Ce serait bête que l'ensemble finisse en grève, comme dans I'm dying up here...[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=obcSkkxbZwc"][vc_column_text]

Marrakech du rire 2018 : vraiment drôle ?

Cette année, les audiences du Marrakech du rire sont en baisse. Des internautes s'interrogent : et si c'était la même chose dans le public ? En post-production, on fait des miracles, alors pourquoi pas remplir une salle en dédoublant les spectateurs ? La raison invoquée, c'est qu'il y avait beaucoup de mouvement dans le public (pauses pipi, on imagine). Pour éviter de distraire l’œil du spectateur, ils ont eu l'idée de ces petits arrangements. Honnêtement, je n'ai même pas envie de commenter cela. Tout ce que je sais, c'est qu'en entendant le nom de quelques artistes, j'ai été déçue une fois de plus. Apparemment, Malik Bentalha a retourné la salle. J'ai écouté son extrait du frigo, et je n'ai pas compris où c'était drôle. De la harissa dans le frigo, vraiment, je me tords de rire. Sauf que la salle était vraiment hilare. Soit les ingénieurs du son étaient phénoménaux, soit on nous sert toujours le même ramassis de pseudo-artistes pour ne pas faire de l'ombre aux anciens, et le public ne sait pas déceler la qualité. S'ils plagient, c'est encore mieux. Je vous laisse méditer là-dessus et sur la présence de cet artiste (sic !) à l'Olympia.

Entourage d'artistes : de héros à zéro

Depuis que j'ai créé le spot du rire, j'ai entendu mille histoires sur les professionnels du spectacle vivant. Bien sûr, ils sont nombreux à faire leur travail correctement et à traiter les artistes avec respect et bienveillance. Mais il y a les autres, aussi. Il y a les gens qui se prennent pour des coachs de vie et qui censurent les jeunes artistes (coucou Kandidator). On trouve aussi des managers qui adulent leur poulain et, dès qu'un nuage vient assombrir le tableau, ne veulent plus leur parler. Il est grand temps de parler d'appartenance. Quand quelqu'un détecte un jeune talent, je m'attends à ce qu'il l'aide à s'émanciper. Il peut exprimer un avis artistique, mais il faut vraiment être sacrément bon pour le censurer. Or, la relation entre un détecteur de talents et un artiste prend souvent un tournant émotionnel. Le détecteur ressent une sorte de coup de cœur ou de coup de foudre pour son poulain. La période lune de miel est formidable : il va l'encenser pendant quelques mois. Si vous avez fait latin, vous savez peut-être que dans l'étymologie du mot passion, on trouve l'idée de la souffrance. La souffrance vient donc après, avec l'embrouille et la rancœur. L'artiste s'éloigne, le détecteur de talents bougonne sans raison.

En résumé

Je ne peux pas m'exprimer pleinement sur le sujet car je ne suis pas manager d'artistes. Je connais juste la manière dont mon relationnel avec les différents artistes du spot du rire a fluctué. J'ai vu mon ego se formaliser sur des détails aberrants. Untel ne me parle pas assez, hop, je vais avoir envie de l'aimer moins, de ne plus le voir de la même façon. C'est complètement stupide, et le problème ne vient pas de l'artiste. J'ai même failli me brouiller avec Nadim pour plusieurs raisons. Toutes stupides, car elles attaquaient des choses que je ne voulais pas affronter. Comme c'était stupide, j'ai laissé couler et je suis sortie plus lucide. Un artiste est un talent qui arrive à exprimer ce que nous autres ne savons pas faire. Il va savoir mettre en lumière des choses qui vont vous débloquer. Cela peut aller du simple rire à une véritable thérapie. Forcément, cela crée des liens forts et plus on baigne dans le spectacle vivant, plus il sera difficile de prendre du recul sur ce type de lien bizarre. Si des managers, producteurs ou gérants de théâtre me lisent, j'espère qu'ils pourront réfléchir à leur rapport aux artistes et qu'ils les laisseront s'exprimer. Ils doivent uniquement être des facilitateurs. A aucun moment ils ne doivent préférer un artiste parce qu'il a picolé après le spectacle avec lui. Parce que le public, lui, n'a pas picolé avec l'artiste et se base simplement sur son art, pas les amis qu'il a ou des aspects plus politiques ou commerciaux.

Entre idéalisme et espoir

Aucun milieu n'est parfait, mais j'ai parfois le sentiment qu'on passe à côté de certains artistes parce qu'ils ne jouent pas le jeu de suce-boules des bonnes personnes. On adore parler d'irrévérence, mais sait-on au moins apprivoiser l'indépendance des gens qui montent sur scène ? S'ils voient le monde différemment, autant leur offrir une ascension différenciante. Ceux qui voudront faire des Vendredi, tout est permis pourront continuer, d'autres useront de modes d'expression plus en accord avec leur sensibilité. Monsieur Fraize est de ceux-là, et je suis contente d'avoir pu aider le journaliste qui a rédigé cet article. Je le remercie d'ailleurs d'avoir eu l'humilité de dire qu'il avait besoin de plus d'informations que ses premières recherches. On aurait pu avoir un papier insipide, issu de reformulations de l'AFP et d'autres sources. Par conséquent, il y a encore une conscience professionnelle dans les médias culturels au service des talents. C'est tout ce qu'on leur demande.

Crédits photo

© Betty Durieux[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Il n'y a plus de respect ? Comment mieux faire l'humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => respect-artistes-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:50:15 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:50:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4480 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 4390 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-09 11:58:53 [post_date_gmt] => 2018-06-09 09:58:53 [post_content] =>

L'actualité de l'humour est riche : entre les plagiats de Malik Bentalha, le discours d'Elie Semoun et diverses discussions avec les acteurs du secteur, parlons des choses qui fâchent. C'est dur pour moi, je n'aime pas le conflit, mais il faut parfois rentrer dans le lard.

Elie Semoun dans Un café au lot7 : droit de réponse

Ce matin, j'ai découvert avec un peu de déception le nom de l'invité d'Un café au lot7. Je n'ai rien contre Elie Semoun : comme tout le monde, j'ai ri aux petites annonces, c'est la trace d'une époque. Je ne suis pas son public actuel, mais il a le mérite de continuer à l'entretenir. Malgré cette déception, j'ai accueilli ce podcast avec beaucoup de curiosité.

Elie Semoun et le stand-up : copains comme cochons

Elie Semoun, c'est une voix qui compte dans l'humour. Un rapide sondage parmi mes connaissances hors humour me confirme que beaucoup le trouvent ringard. Même si l’on peut partager ce constat, je trouve qu'il ne lui rend pas justice. On n'est simplement pas le public cible et puis on se focalise sur certains pans plus médiatisés. Elie Semoun, c'est celui qui s'est écouté pour tenter un album musical. Arthur, qui aime bien se foutre de la gueule de ses amis-invités, avait raillé l’initiative. Il est vraiment dommage que le divertissement tombe aussi bas… Et je suis persuadée qu'il trouvait ça pas si mal, en vérité.

Mais Elie Semoun s'est aussi distingué en critiquant le stand-up récemment. Dans le podcast, l'animateur Louis Dubourg a eu le courage de revenir dessus. En adaptant son discours, il parvient habilement à mettre en confiance son invité et les langues se délient. Dans l’épisode, on a un excellent exemple : Louis démonte son propre argumentaire sur son amour du stand-up. Il dit en effet trouver agaçant qu'on adoube le stand-up comme un art avec un humoriste et un micro et c'est tout, alors qu'il vantait cet art avec ces mêmes mots 10 épisodes plus tôt environ ! C'est fin, ça prouve qu'il s'interroge, qu'il évolue et qu'il amène l'autre à le faire.

Stand-up : erreur de diagnostic

Il y a quelques mois, Elie Semoun a en effet exprimé sa fatigue autour du stand-up (à partir d'une minute trente) sur la chaîne Non stop people. Dans le podcast, il dit regretter ses propos... avant de les réitérer dix minutes plus tard avec Ikéa. Or, Elie Semoun parle du stand-up comme on dénigrerait le poulet. Le poulet, c'est bon, mais le poulet de batterie, moins cool. Lui fait l'amalgame entre le bon grain et l'ivraie.

En matière de récidive, Elie Semoun n'en est pas à son coup d'essai. Au Figaro, en 2012, il disait exactement la même chose sur le stand-up. C'est en réalité un positionnement marketing, qui me fait également rire quand je me souviens d'une anecdote de Seb Mellia. Un soir, au Point Virgule, Gad Elmaleh et Elie Semoun sont venus lui faire une surprise. Lors d'un plateau d'humour en dernière partie de soirée, devant une dizaine de personnes, Gad Elmaleh commençait sa nouvelle croisade dans les plateaux d'humour. Et Elie Semoun, dans les coulisses, n'avait pas osé le faire. C'était dans l'émission Antek on R', et je vous ai retrouvé l'extrait !

Gad Elmaleh et Elie Semoun incognito au Point Virgule : le récit de Seb Mellia

Alors, j'accueillerai avec plaisir cette volonté qu'il semble afficher aujourd'hui de se jeter dans l'arène du One More Joke. Ils écoutent les podcasts, ils connaîtront les anecdotes. Je suis partagée parce que j'admire la manière dont Elie Semoun assume ses opinions. Une opinion reste une opinion, il n'y a pas mort d'homme. Au contraire : ça me fait avancer dans ma réflexion et je le remercie d'assumer, de s'interroger. En effet, son discours n'est pas limpide parce que son opinion n'est pas stabilisée, il peine à formuler sa pensée... mais je vais l'aider. J'ai compris un truc, vous allez voir. J'espère ne pas me tromper d'interprétation, je vous laisse juge.

Mieux sélectionner les stand-uppers à mettre en avant pour faire oublier les critiques d’Elie Semoun

Plus on livre son opinion, plus on s'expose. Je le vois quand j'écris : parfois, je me relis, et je me désolidarise. Par exemple, je vous avoue être de mauvaise foi sur le sujet des têtes d'affiches. Ma ligne éditoriale est de parler des découvertes. J'ai parfois peu de mots pour des humoristes que j'aime bien mais qui n'ont à mon sens pas besoin de promotion. Syndrome de David contre Goliath, sans doute.

Elie Semoun vs. les autres observateurs : visions complémentaires

Donc, la vision d'Elie Semoun et celle des gens comme moi peuvent être complémentaires. Le problème, c'est la sélection. Là où j'ai été déçue, c'est lorsque Louis Dubourg demande qui Elie Semoun aime dans la nouvelle scène. Il a sorti des noms tellement conventionnels : Blanche Gardin, Kyan Khojandi... En gros, le gars semble avoir jugé la scène stand-up à la va-vite. Il ne saurait peut-être pas nommer plus de dix stand-uppers. Cela remet en perspective son analyse et cela prouve qu'on peut l'enrichir en dialoguant. Ça va même jusqu'à dire, en riant, que Kheiron est un connard. On a vu plus respectueux, même si l'on se doute qu'il disait ça sur le ton de la blague. Je suis partagée, c'est une relation entre Kheiron et Elie Semoun, ça ne nous regarde pas. Qu'ils règlent ça entre eux s'il y a problème.

Alors, Elie Semoun, viens vraiment voir les scènes ouvertes ou demande un peu l'avis de ceux qui le font. Cela t'évitera de généraliser sur un genre d'humour et tu sauras ce qu'il se passe vraiment ! Même si, comme tout effet de mode, on sait qu'on ne peut empêcher les détracteurs qui s'en servent aussi de s'exprimer dessus...

Malik Bentalha épinglé par CopyComic : les réactions tardent ?

CopyComic vient de sortir une nouvelle vidéo assez édifiante. Ce matin, j'ai pris le métro et j'ai vu la tête de Malik Bentalha à l'affiche d'un film avec Kad Merad, il me semble. En sortant, il y a toujours l'affiche de Taxi 5, film dans lequel j'avais d'ailleurs dit qu'il m'avait émue. Bref, il est partout et ne semble pas inquiété. Ma réaction immédiate était de me dire qu'on avait affaire à un comédien hors-pair. Il avait sûrement utilisé la scène comme tremplin pour le cinéma. Une réaction atrophiée, parce qu'au fond, je m'en fiche de ce gars, il ne me fait pas spécifiquement rire et s'il s'arrêtait de monter sur scène ou sa carrière dans la comédie, cela ne me ferait rien.

Je ne vais pas ajouter à la polémique, mais je vais juste évoquer une anecdote qui m'a saisie. Après la sortie de la vidéo, le Point Virgule a partagé l'extrait de 50 Minutes Inside où l'on voyait Antoinette Colin et Malik Bentalha se retrouver.

Le reportage vantait les mérites du Point Virgule à détecter les talents, et c'est vrai pour la plupart. Mais là, les gars, le timing était mauvais ! En plus, Malik Bentalha a pris beaucoup de texte du répertoire de Mustapha El Atrassi, qui a également les faveurs du théâtre. Est-on dans une schizophrénie mal assumée ? J'ai trouvé cela très bizarre, j'imagine que cela doit être assez gênant, à tel point que tout continue comme si de rien n'était.

Changer les choses

Je trouve, cela dit, que la chronologie des événements est très intéressante et nous prouve que les gens qui choisissent les talents font parfois n'importe quoi. À ce stade, je commençais à nourrir l’envie d’une reconversion professionnelle. JJe me suis dit : faisons comme Zinédine Zidane. Oui, carrément. Zidane m'avait marquée (ça fera plaisir à Louis Dubourg) lorsqu'il a abordé sa reconversion en entraîneur. Il a dit, en substance, qu'il ne ferait pas comme Didier Deschamps ou Laurent Blanc : il ne se sentait pas légitime sans formation. Et on a vu le résultat positif. Bref, j'ai postulé à une formation pour me frotter à la promotion et au conseil artistique.

Pour la faire courte, j'ai fait la bonne élève. Mais cette semaine (la chronologie, décidément), j'ai reçu un mail automatique avec le verdict suivant :

Votre candidature a été refusée pour le motif : cursus antérieur inadapté et projet professionnel ou recherche inadapté.

Ça tombe bien, je n'avais pas encore mûri mon projet et oser franchir le pas.

Rebondir

Merci, au revoir, pas gros bisous. Il serait aisé de se dire qu'on ne veut pas d'un renouveau, d'une vision extérieure. Ce serait tellement simple de se lamenter et de chier sur une institution comme la Sorbonne, pédante au possible et incrédule face aux changements de la société. Mais il faut aussi accepter d'essuyer des refus. L'idée de bifurquer d'un milieu à un autre ne donne sans doute pas vraiment confiance à une institution poussiéreuse. Un autodidacte s'ennuie vite et aura à cœur de critiquer l'ordre établi — déso comme disent les jeunes. Après, l'échec me donne envie de continuer à bouger la fourmilière, si tant est qu'on parle comme cela au siècle de Jul.

Le mot de la fin

À ce stade, je dois vous confesser que j'ai une liste des sujets dont j'ai envie de parler, à savoir :

  1. Humour féminin : quelques mythes, de la discrimination ressentie et de vrais talents
  2. L'entre-soi entre humoristes : petit guide pour sortir des deux-trois bandes majoritaires et éviter les gens qui dénigrent les camarades parce qu'ils sont instables psychologiquement
  3. Ça va cinq minutes : pourquoi un spectateur qui traîne au 33 Comedy et au One More Joke par intérêt me dit que je dois avoir couché avec Paul Dechavanne pour être capable de sortir une anecdote sur lui (sic !)

Sujets à venir

Bon, pour la troisième, cela ne fera pas l'objet d'un article. Je voulais juste poser ça là, parce que ça m'a à la fois choquée de voir un inconnu me parler avec un tel sens du respect, et à la fois fait beaucoup rire.

Les deux autres sujets me passionnent parce que le but est de rendre perfectible le monde du stand-up. Il est déjà très agréable et c'est un plaisir de passer autant de temps à le valoriser. Je trouve intéressant d'exprimer la progression de mon point de vue sur l'humour féminin, parce que certaines femmes humoristes m'ont littéralement conquise, tandis que d'autres (une minorité !) jouent sur la moralisation du public et confondent militantisme acharné et humour. J'insiste sur le terme acharné, parce que l'humour engagé est très intéressant, et celles qui y parviennent le font avec brio.

Concernant l'entre-soi, j'ai envie de vous en parler en bien comme en mal, en expliquant que c'est juste une dynamique de groupe sociaux. Il suffit de regarder le film Problemos pour voir qu'on reproduit certains schémas pervers avec de bonnes intentions… Et aussi parler de l'ego de ceux qui se sentent rejetés, alors que pas du tout… Affaire à suivre !

[post_title] => Elie Semoun, Malik Bentalha et l'écosystème de l'humour : comment faire mieux ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => elie-semoun-malik-bentalha-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:54 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4390 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 3652 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-25 18:06:00 [post_date_gmt] => 2018-03-25 16:06:00 [post_content] =>

Jeudi dernier, Envoyé Spécial consacrait un reportage au plagiat chez les humoristes. Élise Lucet et ses équipes n’ont rien à perdre dans le milieu du spectacle vivant, et c’est une très bonne chose.

Le lien entre Kader Aoun et les plagiats révélés par CopyComic était murmuré sans être vraiment brandi face caméra. Tomer Sisley, lui, était en première ligne.

Après tout, lui-même jugeait que le stand-up était un tremplin nécessaire pour atteindre son vrai but : le cinéma. Les interviews promotionnelles de l’époque l’attestent.

Identité de CopyComic : un coupable, vite !

Comment expliquer cette discrétion favorable au producteur à succès ? La présomption d’innocence, l’attente d’un jugement face à la justice ? Peut-être. Mais nous avons tous intérêt à voir cette affaire étouffée. Entre le Paname Art Café (qu'il ne gère pas mais où il intervient pour la programmation) et les excellents artistes épaulés par Kader Aoun, on comprend vite que l’homme est influent.

Présenté comme discret et talentueux, il s’est retrouvé d’un coup dans la tourmente. Et puis il y a eu l’affaire « Mo Maurane est-il CopyComic ? ». Mo Maurane, c’est ce gars qui tient sa scène, n’embête visiblement personne et soutient ses pairs. Tous progressent calmement, loin de la ferveur du One More Joke ou… du Paname Art Café, justement.

Comme d’innombrables êtres humains, Mo Maurane maîtrise l’anglais et le montage vidéo. Nul besoin d’être un enquêteur hors-pair pour appliquer deux-trois filtres sur LinkedIn et constater qu’ils sont nombreux à partager ces facultés. C’est sur ce postulat que Kader Aoun se serait basé pour accuser Mo Maurane.

Soit, on peut envisager qu’un moment de paranoïa l’ait atteint. Mais ce n’est, au fond, pas cette histoire qui m’a le plus choquée. Bon, j’ai effectivement bondi de ma chaise quand Tomer Sisley a affirmé ne jamais avoir prétendu écrire ses vannes – son DVD Stand-up contient malheureusement des bonus…

CopyComic et protection des sources, à quoi bon ?

En réalité, le pire, c’est cet article de GQ qui prétendait avoir démasqué CopyComic… parce que Mo Maurane a conversé avec CopyComic sur Twitter ! Ça risque de m’attirer des ennuis pour confesser que moi aussi, je l’ai mentionné. Et ce même journaliste aussi. Inception. Mais qui croire, maintenant ?

Blague à part, je ne sais pas quelles sont les pratiques déontologiques des rédactions. Il m’avait naïvement semblé que la protection des sources était un socle de l’éthique journalistique. Mais je dois ignorer les nouveaux codes du métier… L'article a fait l'objet d'un bad buzz : France 2 a « innocenté » (sic !) l’humoriste. Quelque chose nous échappe, sans doute.

L’article, que je ne relaierai pas pour l'incohérence de son rendu final, dédramatise le plagiat. Je plains Jean-Marc Dumontet d’avoir été dérangé pour y pondre une citation. Et l’attaque sur le niveau scénique de Mo Maurane était à charge, complètement gratuite. On ne compare pas Fary et Mo Maurane sans argumentation.

CopyComic, lanceurs d’alerte et transparence

CopyComic a pleinement le droit de garder l’anonymat, qu’il soit humoriste ou non. Compte-tenu de l’attaque sur Mo Maurane, il en a le devoir aujourd’hui. Le public, les artistes honnêtes et le personnel des salles de spectacle n’ont pas à pâtir des raccourcis pris par des gens paresseux face au processus créatif, aussi influents soient-ils.

Et si l’idée était de faire émerger le stand-up en France avec du contenu sûr, c’est prendre les gens pour des idiots incapables d’apprécier un « nouvel art ». Dernière chose aberrante : ces derniers temps, j’entends de plus en plus des histoires de boycott dans l’humour. C’est un phénomène visiblement répandu, puisque j’ai entendu 3 anecdotes sur le sujet ce mois-ci. Ça ne concerne pas uniquement le Paname, par ailleurs !

Le risque de boycott

Vous ne verrez pas certains humoristes dans telle ou telle salle parisienne. Les raisons sont diverses : proximité entre les lieux de spectacle, mauvaise blague qui a mal tourné (celle-ci me désole mais je peux la comprendre en un sens)… et bien sûr, Mo Maurane ne devrait pas revenir au Paname de sitôt.

Les victimes ? Encore une fois, le public qui n’a rien demandé, à qui l’on impose des têtes d’affiche. Beaucoup sont méritantes, mais j’espère qu’à l’avenir, des initiatives indépendantes vont faire émerger des talents de plus en plus diversifiés. Moins il y aura de collusion et de conflits d’intérêt dans ce secteur, mieux il se portera. Pour information, j’irai bientôt à la rencontre des fondateurs d’Au Balcon, un site de critiques théâtrales et culturelles qui n’a pas peur de froisser… et le public a son mot à dire !

Retombées

La comédie a perdu son sourire, donc. Mais je vous rassure, tous les secteurs ont leurs secrets. J’en connais bien deux ou trois, qui vont de la politique aux sports mécaniques. Quand on débute un média dans ces secteurs, on peut être intimidé quand on commence à bien connaître le milieu.

Pour l’heure, Le spot du rire n’a reçu aucune véritable menace ou demande de suppression de contenu. Mais il est évident que cela arrivera. Ça m’est arrivé deux fois en journalisme automobile. Oui, ça paraît aberrant puisqu’on traite de sujets légers, avec passion et bénévolement. Imaginez les reporters de guerre et autres journalistes emprisonnés aux quatre coins du monde, condamnés pour avoir voulu informer.

Je souhaite simplement que les personnes qui ont mal agi prennent leurs responsabilités et reconnaissent, expliquent leurs actes. Avant de condamner, je veux surtout comprendre. Je veux que le Paname Art Café et les autres artistes soutenus par Kader Aoun Productions, par exemple, puissent continuer à avancer sereinement. J’imagine aussi que cet homme a sûrement gravi les échelons de l’humour avec un talent en production, détection de talents et connaissance de l’humour. J’attends avec impatience de plus amples explications…

Et le miracle se produisit

Septembre 2018. J'attends un plateau d'humour au Paname Art Café. Comme souvent, Kader Aoun discute avec des humoristes à l'extérieur. Il me demande s'il peut me parler dehors, et je comprends qu'il va mentionner l'article. Je m'attendais au pire, compte-tenu du reportage d'Envoyé Spécial.

Malgré le portrait dressé dans le documentaire, je n'ai pas subi de menaces. Il était évidemment mécontent de l'article et la discussion n'était pas agréable. La presse l'a en effet dans le collimateur suite à l'affaire CopyComic, comme cela est expliqué dans l'article. Or, si ce n'était pas agréable, l'échange était très cordial et il a pu exprimer ce qui le gênait. J'ai simplement changé le titre de l'article, dont je comprends l'aspect problématique, et apporté de nouveaux éléments indépendants de Kader Aoun. L'interprétation du titre pouvait en effet nuire, et ce n'était pas l'intention. Je précise que Kader Aoun ne m'a pas ordonné de modifier quoi que ce soit, je le lui ai proposé spontanément.

La bataille de l’indépendance

L'objectif de ce site est d'informer avec indépendance. D'apporter un éclairage supplémentaire quand un reportage peut lancer une polémique. Et que cette polémique entraîne d'autres publications : qui croire, dans un tel contexte ? Un conseil : méfiez-vous de tout ce que vous lisez...

A ce titre, comme vous avez pu le lire, tous les relais d'accusation sont abordés ici au conditionnel. Cet article essaie surtout de comprendre comment un article anti-lanceur d'alerte a pu sortir de la rédaction de GQ. Il explique aussi que l'on veut voir le Paname Art Café continuer de tourner comme une horloge. Kader Aoun ne délivre pas d'interview sur ce sujet, préférant faire vivre les lieux et les artistes dont il a la responsabilité. C'est son droit, et je n'irai pas à cet encontre. Je suis reconnaissante qu'il soit venu m'expliquer son point de vue sans animosité.

J'avais formulé le vœu de plus amples explications, voilà qui est fait. Cette prise d'initiative est, à mon sens, bénéfique pour le futur de l'humour. Cet événement peut signifier que la situation va s'apaiser. Tout le monde l'espère.

Crédits photo

© France 2 / Envoyé Spécial / Capture d'écran francetvinfo.fr

[post_title] => CopyComic et plagiat chez les humoristes : débrief de l'enquête d'Envoyé Spécial [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => copycomic-mo-maurane-kader-aoun [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:22 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3652 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 3636 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-20 19:47:44 [post_date_gmt] => 2018-03-20 18:47:44 [post_content] => De nombreux humoristes font leur promotion sur Facebook, mais un récent changement d'algorithme favoriserait désormais les publications de vos amis. Et toujours les personnes prêtes à payer pour apparaître avant les autres. Le Guardian s'est demandé si cela sonnait la mort de la comédie sur le web.

La FOMO, le digital detox et les plateaux

Il y a quelques mois, j'étais accrochée aux programmations des plateaux d'humour. Pour certains, je programmais même des notifications, pour avoir une information immédiate à parution. L'objectif : ne manquer aucun événement parmi l'offre pléthorique de la capitale. A un moment, je ne pouvais plus déconnecter. Trop d'informations, tant à relayer : ensevelie. J'ai opté pour une solution radicale : l'extension News feed eradicator for Facebook. En gros, quand je m'y connecte au travail, je n'ai plus le fil d'actualité. Le réseau social lui-même a reconnu que consulter passivement ce flux d'informations menait à des choses sympathiques : anxiété, dépression, addiction aux réseaux, à la notification. Ces derniers mois, j'ai ralenti le rythme : moins de plateaux d'humour et moins de relais d'information. J'ai assisté à moins de spectacles (désolée pour tous ceux qui m'ont généreusement invitée). En réalité, j'ai repris la même routine qu'avant : aller voir des choses parce que j'en ai envie, à un rythme plus raisonnable. Et j'ai surtout goulûment profité de quelques plateaux au 33 Comedy, encore et toujours mon lieu préféré pour rire.

Plateaux d'humour et turn-over : les nouveaux talents arrivent par fournées

Je suis tombée sur les nouvelles programmations du Paname Art Café ces derniers jours. Il y a de plus en plus de noms qui me sont étrangers : le roulement marche. Ça confirme une chose : alterner les plateaux d'humour de deux ou trois bandes d'humoristes qui ne se côtoient pas est la meilleure façon de voir ce qui se fait. Par contre, on ne pourra pas voir tout le monde. J'étais surprise de découvrir Djamil le Shlag au Bordel Club sans jamais l'avoir vu auparavant en plus d'un an passé dans ces lieux. A l'inverse, il m'arrive parfois qu'Adrien Arnoux et Rémi Boyes me manquent. Au One More Joke la semaine dernière, ça m'a frappée. J'ai parlé avec Cyril Hives pendant une bonne partie du temps, j'ai croisé Thomas de Laporte (rencontré au Cactus Comedy) et j'ai pas mal échangé avec Sylvain Fergot. Ces humoristes là, en retrait face aux habitués, ne sont pas encore stakhanovistes des plateaux ou sortent d'un accident de surf. Et aussi, je les ai rencontrés dans la vraie vie, pas sur le web. En parlant des habitués des plateaux, il y avait justement Rémi Boyes (évidemment Joseph Roussin n'était pas loin). Charles Nouveau, Jean-Philippe de Tinguy et ces deux-là ont aussi émergé en 2014-2015. J'ai littéralement vu l'écart, leur évolution dans une autre dimension.

Facebook et réseaux sociaux : les chiffres ne veulent-ils rien dire ?

Le succès d'une vidéo ne doit rien au hasard. Je ne sais plus dans quel podcast ou dans quelle vidéo je l'ai entendu. A l'inverse, on se plaint souvent que les contenus de niche ou alternatifs ne décollent pas. Ce n'est pas moi qui vais le dire le contraire : moins de 250 fans sur Facebook pour ce site. Une nerd qui fait des trucs dans son coin, qui parle à d'autres nerds. Ce n'est pas grave, mais parfois on se demande pourquoi on fait tout ça. Et on continue comme un réflexe, parce qu'on aime juste ça. Dans un article récent, je parlais du classement des humoristes en tête d'affiche. Quelques jours plus tard, je découvre Baptiste Lecaplain pour la première fois sur scène. Il ouvrait la finale du Campus Comedy Tour, remporté par Paul Mirabel (qui succède à Nordine Ganso). La salle a ri de bon cœur, mais je n'étais pas à la fête. Je ne sais pas si lié au style d'humour universel ou si j'avais l'impression d'avoir entendu 1000 fois la même idée, mais j'ai été déçue. Bim, 71000 fans sur Facebook. Je reprendrai une fournée d'alternative comedy. Précisons toutefois qu'il m'a déjà fait rire par écran interposé et que je suis persuadée qu'il a beaucoup de talent. Je ne juge qu'une prestation de quelques minutes. Ne l'oublions jamais : cela ne vaut pas le coup de déverser gratuitement de la mauvaise critique.

Judd Apatow vs. Philippe-Audrey Larrue St-Jacques

Pendant que Facebook et son algorithme viennent chambouler la portée des publications de pages, la vie continue. J'ai eu le droit à un anniversaire en retard, comme c'est la tradition dans l'open-space où j'évolue. On m'a offert Mes héros comiques de Judd Apatow, je suis en train de le dévorer et je vous raconterai sûrement tout ça. Surtout, en commençant la lecture, j'ai eu très envie de deux choses :
  • assister à la parution d'un livre d'entretiens avec les humoristes francophones d'aujourd'hui ;
  • voir une série à la Parks and Recreation ou Brooklyn Nine-Nine voir le jour avec des comiques francophones.
Pendant que je réfléchissais à mes fantasmes audiovisuels, l'une des artistes du spot du rire m'a interpellée... via Facebook. Betty Durieux faisait de la pub pour un artiste qui vient en France en avril pour 3 petites dates au Point Virgule. Apparaissait un nom obscur sur mon écran de smartphone : Philippe-Audrey Larrue St-Jacques. Tant de questions se bousculaient dans ma tête : c'est qui, pourquoi ce nom, quel genre d'humour, est-ce un néo-notaire notable ? Pourquoi me mentionner moi, ce jour-là ? La publication parlait de découvrir un humoriste sans prendre l'avion... et c'est vrai que parfois, je pars en train ou en avion pour en découvrir... Bref, allez voir celui qui est encore un peu énigmatique pour moi du 12 au 14 avril au Point Virgule ! Parce qu'il repart juste après... Vous pourrez ensuite le recroiser sur Facebook, probablement. Pour l'heure, la comédie se porte bien. Allez en plateau la voir en vrai. [post_title] => Stand-up vs. Facebook : vers une comédie invisible ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => standup-facebook-comedie-invisible [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:14:55 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:14:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3636 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 3607 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-11 10:54:08 [post_date_gmt] => 2018-03-11 09:54:08 [post_content] => La semaine dernière, l'humour avait sa place plus que jamais dans les salles de spectacle. Les scènes de Jean-Marc Dumontet ont mis les femmes à l'honneur. Les plateaux et spectacles se sont succédés. Et j'ai parlé avec certains acteurs de l'humour. Cette semaine m'a fait réfléchir sur les têtes d'affiche.

Journée de la femme : une soirée en enfer

Pour la journée de la femme, j'ai répondu à l'invitation d'un humoriste en sachant que j'allais passer une mauvaise soirée. Je n'avais pas envie de célébrer la femme dans un milieu artistique. Par conséquent, je me suis dit qu'aucun autre spectacle aurait pu me plaire ce soir là. Je pouvais sacrifier la soirée pour une personne qui avait envie de me voir le soutenir. Quelle erreur. J'avais prévu cette sortie un mois en avance. J'ai ensuite vu que Marion Mezadorian jouerait avec des filles telles qu'Agnès Hurstel au Point Virgule. Je regrettais ma posture initiale, mais j'avais promis de venir. J'avais déjà annulé une fois, en plus, pour une coupure d'eau chaude de 3 jours. Oui, ça a l'air aussi faux que l'excuse du chien qui a mangé tes devoirs, mais c'était vrai. Dans un autre registre, la soirée du One More Joke me faisait de l’œil. Je n'avais pas mis les pieds là-bas depuis octobre : c'est toujours complet, je ne me sens pas utile pour les soutenir. J'ignorais pourquoi, ce jour-là, j'avais envie de changer mon trajet de métro pour me rendre rue de la Folie-Méricourt. Quelle grave erreur. Alors que je passais l'une des pires soirées de ma vie, j'ai imploré le Dieu Ghislain au bout de 20 minutes de spectacle : faites que ça s'arrête. Qu'il dise c'est terminé. Ghislain m'a entendue. L'artiste sur scène, qui jouait pour 4 personnes qu'il avait sans doute toutes invitées, n'a pas pris la peine de terminer son show. Je tairai son nom parce qu'il faut toujours respecter un artiste et qu'il a forcément un public. Disons que les spectacles pseudo-élitistes un peu stéréotypés, ce n'est pas ma came. Mais même face à des petites salles, il faut tenir parce que la mauvaise critique n'est jamais bien loin.

Parier sur les têtes d'affiche : Gad Elmaleh au One More Joke, une ambiance de folie

En rentrant chez moi, je découvre sur les réseaux que le One More Joke s'est enflammé. Déjà, j'aperçois Seb Mellia, Roman Frayssinet et Kyan Khojandi s'inviter à la fête. Je me dis que ce plateau est vraiment dans une autre dimension. Et puis, petit à petit, je découvre que Gad Elmaleh était aussi de la partie ! Ce n'est pas la première fois que Gad Elmaleh s'invite incognito dans les salles parisiennes. Quelques mois plus tôt, Seb Mellia venait de terminer son spectacle au Point Virgule. Adrien Arnoux lui dit de se dépêcher de sortir : Gad Elmaleh est là ! Seb croit à une blague, puis hallucine. La star de l'humour français est accompagnée d'Elie Semoun. La soirée au Point Virgule continuait avec un plateau devant peu de public. Ces gens-là, restés tard sur les banquettes rouges, se préparaient à vivre un grand moment : Gad sur scène, rien que pour eux. Comme je n'étais pas au One More, je vais laisser Seb Mellia en parler (à partir de 20:10) : [audio src="http://media.blubrry.com/1heureavantlarupture/www.sebmellia.fr/1heureavantlarupture/Podcast1HALR/1HeureALR%20-%20Ep%202.mp3" /] Et Sympa la vie en a aussi longuement parlé au début de leur dernier podcast : Gad Elmaleh en tête d'affiche, ce n'est pas rien. Ce n'est pas subjectif de l'appeler de la sorte. Point pour les têtes d'affiche.

Têtes d'affiche : quand les programmateurs de plateau sont juges et partis

En fin de semaine, le regret d'avoir manqué le plateau de Louis Dubourg et Certe Mathurin est derrière moi. Je décide de revoir le spectacle 100% foot de Charles Nouveau et de le faire découvrir à quelqu'un qui a plein de points communs avec lui. Beaucoup d'esprit, une finesse d'écriture, une passion pour le foot et un fétichisme plus ou moins prononcé sur le curling. Nous sommes au Paname, le samedi à 19 heures. Le plateau n'est pas complet mais assez rempli : le football n'est pas trop un sujet qui passionne les amateurs d'humour. Mais Charles sait parler à tout le monde de ce sport. Une heure plus tard, le Paname Comedy Club de 20 heures est complet avant même l'annonce de la programmation. Le line-up comprend des personnalités éminemment influentes en vidéo ou sur Instagram, d'autres qui passent à la télé : Marina Cars, Camille Lellouche, Franjo, etc. Il y aussi Jean-Philippe de Tinguy. Cette information est importante : à titre personnel, je me déplace voir un plateau pour le plaisir à deux conditions. S'il y a 2 humoristes que j'aime bien dans le line-up, ou un Jean-Philippe de Tinguy. Maintenant, j'ai un peu élargi cette condition : elle s'applique aussi à Marion Mezadorian et Ghislain. On referme la parenthèse subjectivité. Bref, je décide de ne pas y aller parce que malgré l'audience de ces personnes, je ne ressens pas le besoin de les voir. Les chiffres et la popularité me parlent peu, je préfère apprécier par rapport à ma sensibilité personnelle. Et puis, je suis en mode détente. L'analyse du niveau des humoristes n'est pas pour aujourd'hui.

Par pitié, sachez expliquer pourquoi vous appréciez un humoriste !

A la sortie du spectacle de Charles Nouveau en rodage, je discute un peu pour obtenir les impressions de mon invité. Test positif. Je croise alors un humoriste et programmateur d'un plateau. Pour préserver l'anonymat de tout le monde, la suite de cette histoire sera truffée d'énigmes. Il me demande si je viens à son plateau la semaine prochaine. Réponse positive. Après, il me dit qu'il est super content d'avoir Nana Mouskouri* en tête d'affiche (le nom a été changé pour tous ceux cités avec un astérisque). Il s'excite sur l'idée que sa tête d'affiche va terminer la soirée. Je lui dis que pour moi, son plateau est homogène et ils ont tous un niveau similaire. Je lui dis que Stéphane de Groodt* finit souvent les plateaux et que ça se passe bien. Il me répond qu'il est bien sympa, mais que Nana Mouskouri* a vraiment quelque chose en plus, un personnage. C'est bête, Nana*, je ne l'ai jamais vue. Pourtant, j'en ai bu des verres pour rentrer dans les plateaux d'humour. Je lui fais remarquer qu'il y a aussi Chuck Norris* en tête d'affiche. Il nie complètement. Une vérification sur les réseaux me montre que Chuck* a 2000 abonnés de plus que Nana*, et un célèbre site web humoristique où il évolue comme un poisson dans l'eau. Je promets de rester ouverte, car je ne connais pas Nana*, mais il me l'a sacrément mal vendue ! Moralité : s'il vous plaît, si vous parlez de têtes d'affiche, sachez expliquer pourquoi elles sont douées. Vous créerez ainsi moins d'attente auprès de vos interlocuteurs et faciliterez son travail. Sur-vendre un artiste avant son passage est un appel au suicide artistique. [post_title] => Têtes d'affiche en stand-up : subjectif ou grandiose ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-standup-tetes-affiche [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:40 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3607 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 3334 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-20 10:48:44 [post_date_gmt] => 2018-01-20 09:48:44 [post_content] => Vendredi soir, le JT de France 2 a décidé de consacrer un sujet aux femmes humoristes. Le titre, Femmes humoristes : elles osent tout !, en regroupe quelques unes dans le même sac : l'humour trash.

Marion Mezadorian et Melha font de l'humour trash ? Première nouvelle !

A ce stade, il faut rappeler que l'humour trash est un genre d'humour parmi tant d'autres. Cela semble évident, mais pour ceux, chez France 2, qui ne côtoient que les têtes d'affiche, ça va se corser rapidement. Caméra en main, l'équipe de tournage va se placer devant le Théâtre du Marais et filmer les affiches de Marion Mezadorian et Melha. Alors, effectivement, ce sont des femmes humoristes, mais pour l'humour trash, on repassera ! Par honnêteté intellectuelle, je vais confesser que je n'ai pas encore pris le temps de voir Melha sur une heure. Je répare ça sous peu, promis. Il faut dire qu'elle fait un tel carton ; l'an dernier, c'était vraiment dur de la voir jouer ! Il n'empêche : je l'ai vue plusieurs fois en plateau, dans le film Hibou que tout le monde a ignoré. Pas assez trash, sans doute. Les joies du marketing... Toujours est-il que, si je me base sur cela et que je prends 2 minutes pour lire les critiques BilletRéduc, je ne trouve pas la mention d'humour trash. La parole est libre, pour reprendre les mots de Jean-Marc Dumontet dans le reportage. C'est frais, il y a de l'improvisation, c'est différent. Mais pas trash. Maintenant qu'on a traité le cas Melha, passons à Marion Mezadorian. Pour le coup, j'ai vu son spectacle plusieurs fois. Au moins 6, dans 2 salles différentes. Sans compter les passages en plateau. Et à aucun moment, il n'y a du trash. Marion a écrit et joue un spectacle touchant, poétique et bourré d'optimisme. Je pense que certains journalistes ont fait l'impasse de certains spectacles !

L'humour trash, c'est tendance en ce moment...

Pour autant, on peut dire qu'en matière de trash, on est servi en ce moment. Le reportage cite Blanche Gardin ou encore Laura Laune. Il aurait pu évoquer Laurie Peret, Farah (gagnante des Best de l'Humour) et bien d'autres. Le trash peut aussi exister sous d'autres formes, comme pour incarner un personnage spécifique. C'est ce que fait actuellement Alexandra Pizzagali, à la Petite Loge. Dans le reportage, il est aussi dit que cela existe car on se calque sur ce qu'il se passe dans la société. Les temps sont durs, offrons de l'irrévérence ! Le problème, c'est que ce n'est pas une vérité générale : c'est un positionnement marketing sur le marché du spectacle vivant. C'est une stratégie que certains chasseurs de talents suivent car ils l'estiment en adéquation avec la société. Ce n'est pas la même chose.

...mais les talents ont 1000 visages !

Une question revient sans cesse : peut-on rire de tout ? Ce que j'ai découvert, en allant dans les scènes ouvertes (France 2, on t'y attend !), c'est qu'on peut surtout faire rire de 1000 manières. Le reportage de France 2 est une anomalie journalistique. Ils ont pris un angle et l'ont tourné à leur sauce. Ils ont fini par raconter n'importe quoi. Je vais vous raconter une anecdote de ma vie d'avant. J'ai été envoyée sur une compétition de sports mécaniques, en Belgique. On m'a dit de faire un sujet sur les femmes pilotes qui essaient de grimper les échelons vers la Formule 1. Pour le buzz. En fait, il y avait 2 mannequins-pilotes, et une pilote qui essayait juste de s'en sortir comme ses acolytes masculins. Les 2 mannequins-pilotes étaient très, très mauvaises.

Du buzz journalistique au détriment de l'investigation ?

J'ai dû parler d'elles car il s'agissait de femmes, histoire que le lectorat à 90% masculin lise les torchons que j'allais produire. Parce que je n'avais rien à leur demander, et la moins bonne de toutes s'est pointée avec un mépris total et un retard de 15 minutes parce qu'elle traînait dans la zone VIP du circuit. Cette mannequin pense aussi qu'il faut créer un championnat 100% féminin, ce qui a suscité un tollé chez les pilotes femmes qui ont vraiment leur place. C'est pour cette raison que je déteste les plateaux 100% féminins. Certes, certaines avancent que cela leur évite des blagues sexistes lors de leur lancement par un humoriste homme. D'autres disent que cela leur permet de plus jouer. Certains plateaux, selon elles, pratiqueraient un quota d'une fille par soir. C'est donc une bonne chose d'avoir plus de facilités à jouer. J'espère juste qu'on pourra se permettre de mixer les talents en fonction de leur niveau comique sans avoir à recourir à de tels artifices. Résumer les artistes ou sportifs en fonction de leur sexe ne devrait plus arriver. J'aimerais qu'on traite les femmes humoristes trash, pas trash, en fonction de ce qu'elles racontent. Parce que je n'ai jamais vu un seul article titrer Charles Nouveau : comment faire de l'humour caustique avec des yeux de biche. Pourtant, on pourrait. En somme, dans le reportage, France 2 avance qu'on peut être jolie et dire des choses horribles. Le service public commence bien 2018...

Analyse à froid : France 2, c'est aussi ça

Au fond, le vrai problème du reportage, c'est le temps alloué à un sujet aussi important. L'idée de ce droit de réponse, c'est davantage d'ouvrir le débat que de tirer à boulets rouges sur un média d'information. Parce que l'information sur France 2, c'est aussi ça :
Et pour le coup, le service public a fait son travail cette fois-ci. L'erreur est humaine, les cadreurs feront mieux la prochaine fois !

Pendant ce temps, ce qui a vraiment fait polémique

L'affaire de Tex reste toujours dans les esprits...

Crédits photo

© Betty Durieux [post_title] => Epic fail : quand France 2 classe toutes les humoristes dans la catégorie trash [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => femmes-humoristes-france2-humour-trash [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:16:08 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:16:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3334 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 3136 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-12-16 09:51:03 [post_date_gmt] => 2017-12-16 08:51:03 [post_content] => Sauf si vous vivez dans une grotte, le limogeage de Tex ne nous aura pas échappé. Cette décision est symptomatique d'un mal sociétal plus profond. Oui, au spot du rire, on a envie d'être engagé !

Beaucoup de bruit...

On nous ressort donc une polémique de derrière les fagots. En la faisant gonfler, elle expose une mauvaise blague à tout le monde, alors que si l'on n'en avait pas parlé, seuls les spectateurs y auraient été exposés. C'est donner beaucoup plus d'importance à un trait d'humour qui dérape. C'est la mode, en ce moment : traîner des personnes dans la boue pour se donner bonne conscience. Étouffer des discours en prétendant que demain, ils n'existeront plus.

Liberté d'expression et humour en danger

Vous vous souvenez quand tout le monde était Charlie, le 11 janvier ? Bah moi, j'y étais. Pas pour soutenir Charlie Hebdo, je n'ai jamais ouvert l'un de leurs papiers, je n'en ai rien à faire. Mais pour dire au cortège des présidents présents que nous n'avions pas envie d'être muselés, épiés à la moindre seconde de nos vies. Que c'était bien hypocrite de prôner la liberté d'expression dans un contexte de surveillance de masse, histoire de faire oublier ce qu'il se produit dans nos sociétés. L'humour, de son côté, a continué. Mais force est de constater que les polémiques sont de plus en plus nombreuses. Certaines sont bénéfiques pour nous faire avancer, réfléchir en tant que société. Mais parfois, le mieux est l'ennemi du bien. L'époque d'aujourd'hui ressemblerait à s'y méprendre à l'Amérique du début du XXe siècle. Le puritanisme qui y régnait cachait une société en implosion, qui bouillonne à l'idée d'exprimer ses souhaits, désirs, ce genre de chose. Si ça ne vous parle pas, je vous conseille la lecture de Cauchemar de David Goodis - Dark passage en anglais. Au cinéma, cette œuvre a été adaptée avec Humphrey Bogart et Lauren Bacall. Quand l'humour fait débat

Société aseptisée, pensée unique... Comment faire de l'humour demain ?

Alors, faudra-t-il tourner sa langue 7 fois dans sa bouche avant de parler, qu'on soit humoriste ou citoyen ordinaire ? Je n'aime pas cette expression, comme s'il y avait des sous-catégories de gens. Du reste, on a tous une responsabilité dans cette histoire, dans la manière dont on veut avancer. Même à un petit niveau, dans sa manière d'interagir avec les autres. N'ayant pas regardé l'émission de Tex depuis près d'une décennie, je suis complètement détachée de la polémique sur Tex. Je pense juste à cette petite vieille qui n'a plus que ses yeux pour pleurer l'absence de Tex le midi. Elle avait déjà eu du mal avec le départ de Julien Lepers, limogé vitesse grand V... Imaginez aujourd'hui. Bien entendu, on sait que la nouvelle patronne de France Télévisions n'est pas contre une cure de jeunisme, l'occasion était trop belle. Mais il ne faut pas laisser cet incident anecdotique, finalement, museler certaines formes d'humour. Se censurer, n'est-ce pas le début de la fin de la liberté ? Si vous êtes humoriste et que vous me lisez, ne laissez pas une minorité de gens vous museler l'écriture, défendez vos idées. Vous dessinez la limite entre ce que vous pourrez dire, défendre sur scène, et ce que vous n'accepterez pas d'avancer. Soyez libre de le faire. Au public, restez ouvert à ce qu'on vous envoie aux oreilles, ne prenez pas pour argent comptant ce que vous lisez ou entendez. Ce n'est que de l'humour. Si ça vous choque, détournez votre chemin de l'artiste. Préférez la réflexion à la réaction émotionnelle brute. A ce que je sache, Jean-Michel Maire est toujours à Touche pas à mon poste en roue libre. Quand on connaît un peu le milieu des médias, on sait que certains n'ont plus rien à faire là, mais que si ça ne choque pas le (service) public, ils peuvent rester. A contrario, j'espère qu'ils ne toucheront pas à la présence d'un Philippe Candeloro sur ce même service public. C'est bien d'avoir des gens hors de contrôle, aussi.

Tex limogé et la liberté dans l'humour : quelques réactions

Jean-Yves Lafesse Anne Roumanoff Stéphane Guillon Jean-Luc Lemoine Monsieur Poulpe https://twitter.com/Monsieur_Poulpe/status/949356531002339331 [post_title] => Tex limogé : le politiquement correct m'a tuer [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tex-liberte-expression-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:32:24 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:32:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=3136 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010921 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-18 19:34:47 [post_date_gmt] => 2021-06-18 17:34:47 [post_content] =>

« Tu es courageuse. » Je l’entends de plus en plus, cette phrase. Parce qu’on part, parce qu’on dit stop, parce qu’un puissant nous empêche d’évoluer comme bon nous semble, en toute liberté. Est-ce ça, le courage ?

La censure intellectuelle s’installe à vitesse grand V. Quand Ambroise Carminati et l’équipe du podcast Une bonne fois pour toutes échange sur « Peut-on rire de tout ? » en toute indépendance, tout va bien. En revanche, dès que des intermédiaires s’en mêlent et ont peur du préjudice envers leur institution ou leur entreprise, la machine s’enraye.

Il est acceptable de réfléchir à la portée de son discours et d’assumer ses responsabilités dans toute prise de parole. Chacun doit pouvoir rendre des comptes sur ses propos, évidemment. En contrepartie, ces contraintes autorisent d’aborder tous les sujets, d’apostropher toutes les personnalités. Vous pouvez et vous devez vous permettre d’aller où bon vous semble. Tant pis si cela ne suit pas la tendance du moment, si cela offense certains…

Le « courage » de Christine Berrou, son refus de la censure et une radio sous surveillance

La chroniqueuse et humoriste Christine Berrou a dû, sous la contrainte, renoncer à sa liberté d’expression. Sa réaction du tac au tac inspire le courage. « Là où la liberté d’expression n’a pas sa place, je n’ai pas ma place non plus. » C’est un coup de tonnerre, les mots grondent, la décision est implacable.

On entrevoit aussi l’humanité d’un interlocuteur bien embêté qui cherche à calmer le jeu. Mais comment une antenne surveillée d’aussi près et une humoriste empêchée peuvent-ils exercer correctement ? Pourquoi, finalement, les puissants sont aussi désarmés face au poids des mots ?

Dans ce cas, effectivement, partir rime avec courage. Un sentiment vous envahit alors : la conviction profonde d’être du bon côté. Et pourtant, c’est vous qui devez partir ou vous taire. Cette injustice insoutenable, fatigante, nous la vivons tous dès que nous commençons à prendre du galon. Il y aura toujours une personne plus puissante pour regarder d’un mauvais œil votre ascension.

🗞️ Lu ailleurs : la réaction de Christine Berrou, recueillie par Télérama

Face à l’influence des puissants, sommes-nous à la croisée des chemins ?

Dans le même temps, notre époque hurle son besoin d’authenticité, de destitution des puissants. Élise Lucet est aussi rock qu’un Philippe Manœuvre sous coke. Pasquinade vient dire « Je me casse » à Netflix, aux GAFAM et consorts. Le public recherche la pépite artistique qui viendra les secouer, les malmener et les plonger dans une hilarité vivifiante.

C’est comme si notre époque était à la croisée des chemins. D’un côté, un sentier parfaitement aménagé mène vers une société aseptisée, sans vague (Eagleton)*. Chacun de nos faits et gestes y est évalué, consigné et surveillé. De l’autre, près d’un chemin encerclé de ratons-laveurs, des personnes suivent l’exemple de hackers berlinois qui redonnent leurs lettres de noblesse à la contreculture (Pawnee)*.

Mon humoriste de demain, je veux qu’il ait un peu de cette subversion berlinoise en lui. Qu’on ne lui parle pas de courage car on le pousse vers la sortie, mais pour ses choix artistiques audacieux validés par la profession. Au théâtre. Sur le web. À la télévision. À la radio. Partout où l’exercice de son métier est possible, en somme. Objectif : tuer l’intimidation, d’où qu’elle vienne.

Je sais que Christine Berrou continuera d’exercer son métier en toute liberté. Elle a bien trop de talent, elle va rebondir. Cela m’évoque une conversation que j’avais eue avec Roman Frayssinet et qui me porte aujourd’hui. Il venait de quitter Juste pour rire suite à cette affaire. À nouveau indépendant, il apparaissait serein, en phase avec sa décision malgré les conséquences à court terme sur sa carrière. On connaît la suite…

En contexte : un nouveau départ au cœur de la tourmente chez Europe 1

Cette nouvelle intervient alors que la station a débuté une grève vendredi 18 juin à 16 heures. Ça n’allait pas très fort chez cet acteur historique des ondes françaises. Audiences en chute libre, gouffre économique à prévoir, fin de l’émission d’Anne Roumanoff… Sans oublier bien sûr le redouté rapprochement avec CNews.

Europe 1 est donc dans l’œil du cyclone. Cela nous permet de regarder le départ de Christine Berrou sous une autre perspective. Après tout, cette station n’a pas (plus ?) le même capital sympathie qu’un France Inter. Au-delà des considérations public/privé et liberté de parole, le traitement de l’humour n’est pas le même.

La bande originale de Nagui fait un carton et renouvelle son audience avec des humoristes sélectionnés avec soin. Les humoristes sur Europe 1 n’ont pas la même exposition, on ne sait pas dans quelle émission ils évoluent, si c’est pour une pige ou bien pour plus longtemps. Qui savait que Christine Berrou officiait sur Europe 1 depuis 7 ans ? Son travail était pourtant solide, mais peu visible. Sa présence dans Piquantes ! sur Téva (oui…) était plus remarquée, c’est dire !

En résumé, si quelqu’un doit souffrir de ce départ, c’est finalement plus Europe 1 que l’humour…

Bonus track historique : l’époque des radios pirates

J’avais envie de terminer par un rappel d’une époque où les radios se battaient (vraiment) pour émettre en toute liberté. Alors qu’on célèbre les 100 ans de la radio, ce n’est pas du luxe.

Ce que j’aime aussi dans cette vidéo, c’est qu’elle a permis un changement majeur. Un YouTubeur utilisait les vidéos de l’INA. Mécontent que l’on génère des revenus publicitaires avec leurs vidéos, l’institution a empêché Ludovic B d’utiliser lesdits contenus. Heureusement, les deux parties ont trouvé un terrain d’entente et il est aujourd’hui plus simple d’utiliser des contenus qui rémunèrent chaque partie équitablement.

Que doit-on retenir de cette anecdote ? Face à un obstacle comme celui-ci (ou comme la censure en radio), des solutions existent et conviennent même à toutes les parties prenantes. Ne baissons pas les bras, l’exercice du métier d’humoriste doit se faire librement pour évoluer dans une société vivable…

*Vous avez sans doute reconnu la référence à Parks and Recreation… Si ce n’est pas le cas, allez découvrir cette série !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => À propos du courage : ode à la liberté des humoristes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => courage-censure-radio [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 12:11:40 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 10:11:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010921 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 22 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => 1 [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 7427f3d2c07fc3e418c2296dde0aa600 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Humour engagé

Christine Berrou sur scène

À propos du courage : ode à la liberté des humoristes

Créer des podcasts : capture d'écran du podcast Chougar Free (Arezki Chougar)

Créer est essentiel : inventons l’humour de 2021

Laurent Sciamma, affiche du spectacle Bonhomme

Laurent Sciamma : itinéraire d’une couverture médiatique

2020 : une nouvelle année d’espoir pour les artistes humour et stand-up

2020, année des espoirs humour et stand-up

Timide ou introverti, mais humoriste : la preuve en images avec Paul Dechavanne !

Timide ou introverti et humoriste stand-up : un avantage ?

Censure et humour : Laura Laune passée sous silence par France 2

Censure et humour : à qui profite le crime ?

Nouveaux plateaux d'humour : le Cap ou pas cap Comedy

Le charme des nouveaux plateaux d'humour

Nouveaux artistes humour : Louis Dubourg sur scène

Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions

Passion de l'humour : le 33 comedy, un plateau parfait pour prendre son pied avec des blagues

Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir

Photos volées à New York : photo d'illustration

New York, deux comiques et des photos

Panayotis en plein moment de sincérité sur scène

Sincérité en stand-up : peut-on l’atteindre ?

Un artiste stand-up sur une scène à Paris

Il n'y a plus de respect ? Comment mieux faire l'humour

Elie Semoun et Louis Dubourg parlent de stand-up

Elie Semoun, Malik Bentalha et l'écosystème de l'humour : comment faire mieux ?

Kader Aoun, Tomer Sisley et d'autres mis en cause par CopyComic : plagiat dans l'humour

CopyComic et plagiat chez les humoristes : débrief de l'enquête d'Envoyé Spécial

Facebook et le stand-up : vers moins de comédie visible ?

Stand-up vs. Facebook : vers une comédie invisible ?

Têtes d'affiche : Gad Elmaleh au One More Joke

Têtes d'affiche en stand-up : subjectif ou grandiose ?

Spectacles humour : Melha au One More Joke : l'une des femmes humoristes qui fait du stand-up

Epic fail : quand France 2 classe toutes les humoristes dans la catégorie trash

Tex limogé des Z'amours : les censeurs ont-ils gagné ?

Tex limogé : le politiquement correct m'a tuer