WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => programmation
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 452
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => programmation
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 452
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => programmation
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 452
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => programmation
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 452
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 452
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 452
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => programmation
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 452
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (452) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (452) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (452)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010864
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-06-15 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-06-15 06:00:00
                    [post_content] => 

Le week-end du 13 juin, le sujet des humoristes femmes invisibles a animé les discussions et les réseaux sociaux du monde artistique. Si par le passé, les plateaux d’humour 100% masculins étaient monnaie courante, aujourd’hui, ça passe beaucoup moins. Et quand on pousse le bouchon un peu trop loin, même quand on ne s’appelle pas Maurice, ça ne passe pas inaperçu !

Mise à jour 16 juin 2021 : suite à notre article, le Trempoint propose ce mercredi soir un plateau paritaire avec Lucie Carbone, Myriam Baroukh, Adrien Montowski, Camille Lavabre, Louis Chappey et Nordine Ganso ! Bravo à eux pour la réactivité, réservez vos places 🥰

Le meilleur onze du Trempoint vs. humoristes femmes invisibles

C’est donc une programmation presque banale, mais de moins en moins acceptée. Le 6 juin, le tremplin découvertes du Point Virgule, le Trempoint, arborait 9 noms d’humoristes. Tous des hommes. À l’époque, j’ai failli réagir, mais je me ravisais car ce n’était pas vraiment un lieu qui ignorait les femmes.

Certes, la programmation du Point Virgule 2021 est peu mixte, mais cette salle n’était pas la plus en vue sur ces questions. Sauf que la semaine suivante, le Trempoint récidive avec 11 humoristes, toujours des hommes. 8 des 9 hommes conviés le 6 juin revenaient, ce qui privait le public d’un roulement. Comment voulez-vous revenir chaque semaine au Trempoint, scène de découvertes humour, si vous découvrez toujours les mêmes ?

Les spectateurs peuvent encore accepter cela lorsque les 9 ou 11 personnes conviées sont complémentaires et vraiment solides. Sauf que dans les faits, la proposition artistique de certains n’apporte rien d’innovant. Tandis que d’autres, vraiment prometteurs, arrivent comme un cheveu sur la soupe pour sauver les meubles.

Humoristes femmes invisibles, score final 0-11 : il n’y a pas match

Tout cela a mis le feu aux poudres et a questionné la sélection des artistes sur cette scène historique. De nombreux humoristes, hommes et femmes, ont condamné cette programmation. Ce 11-0 encaissé par les femmes humoristes, invisibles car même pas conviées au match, ne passe plus en 2021. Caroline Vigneaux, Olivia Moore relayaient ainsi l’alerte lancée par une Emma de Foucaud qui aurait largement sa place pour un Trempoint. Et pourquoi pas le FUP ? Et pourquoi pas une programmation régulière au Point Virgule à moyen terme ?

Où est le temps où Solène Rossignol profitait de showcases au Point Virgule ? Il n’y a pas si longtemps, Tania Dutel foulait les planches de ce théâtre au côté de nombreuses autres. À l’heure actuelle, nous nous retrouvons avec des théâtres qui rééquilibrent la balance en proposant des programmations engagées. La Nouvelle Seine réussit à combiner qualité artistique et majorité de femmes.

La Comédie des 3 Bornes suit le mouvement en proposant une programmation volontariste. Elle se discute sur la qualité, mais cela concerne les hommes comme les femmes. Cela fait en effet longtemps que cette salle a perdu de sa superbe. Certains parlent même d’un gouffre financier pour les jeunes artistes. Alors autant miser sur une identité plus militante. Autant cibler un public plus enclin à découvrir plusieurs spectacles de la même trempe !

Comment sortir d’une telle impasse ?

On ignore ce qui a motivé de tels choix. La reprise des spectacles après une fermeture aussi longue doit poser des problèmes d’organisation et les programmateurs sont sans doute sous l’eau. Si rien n’excuse ce préjudice à la fois contre la qualité humoristique et l’intégration des femmes dans le milieu, il faut comprendre le problème pour l’adresser. Une situation comme celle-ci n’aurait fait l’objet d’aucune critique il y a quelques années. Les femmes s’organisent aujourd’hui pour prouver aux programmateurs qu’elles existent. S’ils ne les connaissent pas, elles font le travail de détection pour eux.

Chaque acteur de la comédie doit prendre sa part et faire de son mieux. Sortir de sa zone de confort, décrypter le phénomène de sororité pour faire le tri dans les talents. De quoi s’agit-il ? Mises de côté depuis tant d’années, certaines femmes humoristes estiment que la solidarité entre elles doit être inconditionnelle. Elles se soutiennent à 100% et répondent à la cooptation par la cooptation. Pour elles, il n’est pas acceptable de critiquer une femme humoriste sur des critères artistiques objectifs. Motif invoqué : pour pallier le manque de confiance en soi et la difficulté d’intégrer le milieu, elles font bloc, se construisent dans l’ombre et se protègent de toute agression extérieure. Une pratique radicale qui ne passe pas chez tout le monde. Or elle n’aurait jamais existé sans le rejet d’un secteur…

La riposte est en marche

Autrement dit, les hommes comme les femmes humoristes montent sur scène en sachant que pendant leurs débuts, ils devront se développer avant d’être au top. Ils disent : « nous sommes là, fais avec, un jour tu retourneras ta veste ». Pour de nombreuses raisons, cette pratique passe beaucoup mieux chez les hommes que chez les femmes. Il faut en avoir conscience pour regarder chaque humoriste en tant qu’individu et non comme membre d’une communauté. Tous les hommes humoristes ne se valent pas, comme toutes les femmes humoristes ne se valent pas.

La solution : diversifier les programmations, mélanger les talents en ne sacrifiant pas l’artistique sur l’autel de quotas. Ces quotas sont parfois nécessaires pendant un temps pour contrebalancer des discriminations. En revanche, ils ne doivent pas être une fin en soi.

Faisons l’effort de regarder les talents pour ce qu’ils proposent et non pour leur genre ou tout autre critère non pertinent. Soyons conscients de nos biais pour mieux progresser ensemble. Ne condamnons pas cette erreur du Trempoint, prouvons-leur que les talents sont multiples et divers.

Femmes humoristes invisibles : un dernier mot

Notre milieu artistique comporte des gens passionnés qui, parfois, commettent une erreur qui se voit plus ou moins. Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule, se démène depuis des années pour dénicher les talents.

L’erreur est humaine et nous savons tous qu’elle a à cœur de proposer les meilleurs choix artistiques. Elle a sa patte, le milieu de l’humour la respecte parce qu’elle a tant donné pour lui. Je suis persuadée que cet incident sera le dernier de cet acabit. Dans le cas contraire, le Point Virgule pourrait en pâtir avec des programmations déconnectées de la réalité des plateaux d’humour…

Nous faisons tous des erreurs. Au spot du rire, nous pourrions mieux faire également. Nous œuvrons au maximum pour promouvoir les femmes sur des critères de talent. Nous voulons faire oublier leur genre pour aborder l’artistique. Or nous ne promouvons pas la diversité autant que souhaité. En effet, notre rapport au monde ne nous permet pas de nous identifier à toutes les propositions artistiques avec la même justesse.

Cet écueil, nous l’adressons le mieux possible en sachant qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir. Ce sera, pour tous les acteurs du rire, le combat de la décennie. Nous ferons le bilan en 2030 des défis à venir !

Nb. Vous trouvez qu’il y a beaucoup d’humoristes femmes sur notre image à la une ? Il en manque énormément. On en a sans doute oublié plein, et puis il n’y avait pas la place pour toutes les ajouter ! L’inverse de ce problème de programmation, en somme…

[post_title] => Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-femmes-invisibles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 10:28:52 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 08:28:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010864 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 3607 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-11 10:54:08 [post_date_gmt] => 2018-03-11 09:54:08 [post_content] => La semaine dernière, l'humour avait sa place plus que jamais dans les salles de spectacle. Les scènes de Jean-Marc Dumontet ont mis les femmes à l'honneur. Les plateaux et spectacles se sont succédés. Et j'ai parlé avec certains acteurs de l'humour. Cette semaine m'a fait réfléchir sur les têtes d'affiche.

Journée de la femme : une soirée en enfer

Pour la journée de la femme, j'ai répondu à l'invitation d'un humoriste en sachant que j'allais passer une mauvaise soirée. Je n'avais pas envie de célébrer la femme dans un milieu artistique. Par conséquent, je me suis dit qu'aucun autre spectacle aurait pu me plaire ce soir là. Je pouvais sacrifier la soirée pour une personne qui avait envie de me voir le soutenir. Quelle erreur. J'avais prévu cette sortie un mois en avance. J'ai ensuite vu que Marion Mezadorian jouerait avec des filles telles qu'Agnès Hurstel au Point Virgule. Je regrettais ma posture initiale, mais j'avais promis de venir. J'avais déjà annulé une fois, en plus, pour une coupure d'eau chaude de 3 jours. Oui, ça a l'air aussi faux que l'excuse du chien qui a mangé tes devoirs, mais c'était vrai. Dans un autre registre, la soirée du One More Joke me faisait de l’œil. Je n'avais pas mis les pieds là-bas depuis octobre : c'est toujours complet, je ne me sens pas utile pour les soutenir. J'ignorais pourquoi, ce jour-là, j'avais envie de changer mon trajet de métro pour me rendre rue de la Folie-Méricourt. Quelle grave erreur. Alors que je passais l'une des pires soirées de ma vie, j'ai imploré le Dieu Ghislain au bout de 20 minutes de spectacle : faites que ça s'arrête. Qu'il dise c'est terminé. Ghislain m'a entendue. L'artiste sur scène, qui jouait pour 4 personnes qu'il avait sans doute toutes invitées, n'a pas pris la peine de terminer son show. Je tairai son nom parce qu'il faut toujours respecter un artiste et qu'il a forcément un public. Disons que les spectacles pseudo-élitistes un peu stéréotypés, ce n'est pas ma came. Mais même face à des petites salles, il faut tenir parce que la mauvaise critique n'est jamais bien loin.

Parier sur les têtes d'affiche : Gad Elmaleh au One More Joke, une ambiance de folie

En rentrant chez moi, je découvre sur les réseaux que le One More Joke s'est enflammé. Déjà, j'aperçois Seb Mellia, Roman Frayssinet et Kyan Khojandi s'inviter à la fête. Je me dis que ce plateau est vraiment dans une autre dimension. Et puis, petit à petit, je découvre que Gad Elmaleh était aussi de la partie ! Ce n'est pas la première fois que Gad Elmaleh s'invite incognito dans les salles parisiennes. Quelques mois plus tôt, Seb Mellia venait de terminer son spectacle au Point Virgule. Adrien Arnoux lui dit de se dépêcher de sortir : Gad Elmaleh est là ! Seb croit à une blague, puis hallucine. La star de l'humour français est accompagnée d'Elie Semoun. La soirée au Point Virgule continuait avec un plateau devant peu de public. Ces gens-là, restés tard sur les banquettes rouges, se préparaient à vivre un grand moment : Gad sur scène, rien que pour eux. Comme je n'étais pas au One More, je vais laisser Seb Mellia en parler (à partir de 20:10) : [audio src="http://media.blubrry.com/1heureavantlarupture/www.sebmellia.fr/1heureavantlarupture/Podcast1HALR/1HeureALR%20-%20Ep%202.mp3" /] Et Sympa la vie en a aussi longuement parlé au début de leur dernier podcast : Gad Elmaleh en tête d'affiche, ce n'est pas rien. Ce n'est pas subjectif de l'appeler de la sorte. Point pour les têtes d'affiche.

Têtes d'affiche : quand les programmateurs de plateau sont juges et partis

En fin de semaine, le regret d'avoir manqué le plateau de Louis Dubourg et Certe Mathurin est derrière moi. Je décide de revoir le spectacle 100% foot de Charles Nouveau et de le faire découvrir à quelqu'un qui a plein de points communs avec lui. Beaucoup d'esprit, une finesse d'écriture, une passion pour le foot et un fétichisme plus ou moins prononcé sur le curling. Nous sommes au Paname, le samedi à 19 heures. Le plateau n'est pas complet mais assez rempli : le football n'est pas trop un sujet qui passionne les amateurs d'humour. Mais Charles sait parler à tout le monde de ce sport. Une heure plus tard, le Paname Comedy Club de 20 heures est complet avant même l'annonce de la programmation. Le line-up comprend des personnalités éminemment influentes en vidéo ou sur Instagram, d'autres qui passent à la télé : Marina Cars, Camille Lellouche, Franjo, etc. Il y aussi Jean-Philippe de Tinguy. Cette information est importante : à titre personnel, je me déplace voir un plateau pour le plaisir à deux conditions. S'il y a 2 humoristes que j'aime bien dans le line-up, ou un Jean-Philippe de Tinguy. Maintenant, j'ai un peu élargi cette condition : elle s'applique aussi à Marion Mezadorian et Ghislain. On referme la parenthèse subjectivité. Bref, je décide de ne pas y aller parce que malgré l'audience de ces personnes, je ne ressens pas le besoin de les voir. Les chiffres et la popularité me parlent peu, je préfère apprécier par rapport à ma sensibilité personnelle. Et puis, je suis en mode détente. L'analyse du niveau des humoristes n'est pas pour aujourd'hui.

Par pitié, sachez expliquer pourquoi vous appréciez un humoriste !

A la sortie du spectacle de Charles Nouveau en rodage, je discute un peu pour obtenir les impressions de mon invité. Test positif. Je croise alors un humoriste et programmateur d'un plateau. Pour préserver l'anonymat de tout le monde, la suite de cette histoire sera truffée d'énigmes. Il me demande si je viens à son plateau la semaine prochaine. Réponse positive. Après, il me dit qu'il est super content d'avoir Nana Mouskouri* en tête d'affiche (le nom a été changé pour tous ceux cités avec un astérisque). Il s'excite sur l'idée que sa tête d'affiche va terminer la soirée. Je lui dis que pour moi, son plateau est homogène et ils ont tous un niveau similaire. Je lui dis que Stéphane de Groodt* finit souvent les plateaux et que ça se passe bien. Il me répond qu'il est bien sympa, mais que Nana Mouskouri* a vraiment quelque chose en plus, un personnage. C'est bête, Nana*, je ne l'ai jamais vue. Pourtant, j'en ai bu des verres pour rentrer dans les plateaux d'humour. Je lui fais remarquer qu'il y a aussi Chuck Norris* en tête d'affiche. Il nie complètement. Une vérification sur les réseaux me montre que Chuck* a 2000 abonnés de plus que Nana*, et un célèbre site web humoristique où il évolue comme un poisson dans l'eau. Je promets de rester ouverte, car je ne connais pas Nana*, mais il me l'a sacrément mal vendue ! Moralité : s'il vous plaît, si vous parlez de têtes d'affiche, sachez expliquer pourquoi elles sont douées. Vous créerez ainsi moins d'attente auprès de vos interlocuteurs et faciliterez son travail. Sur-vendre un artiste avant son passage est un appel au suicide artistique. [post_title] => Têtes d'affiche en stand-up : subjectif ou grandiose ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-standup-tetes-affiche [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:40 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3607 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 2 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010864 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-15 06:00:00 [post_content] =>

Le week-end du 13 juin, le sujet des humoristes femmes invisibles a animé les discussions et les réseaux sociaux du monde artistique. Si par le passé, les plateaux d’humour 100% masculins étaient monnaie courante, aujourd’hui, ça passe beaucoup moins. Et quand on pousse le bouchon un peu trop loin, même quand on ne s’appelle pas Maurice, ça ne passe pas inaperçu !

Mise à jour 16 juin 2021 : suite à notre article, le Trempoint propose ce mercredi soir un plateau paritaire avec Lucie Carbone, Myriam Baroukh, Adrien Montowski, Camille Lavabre, Louis Chappey et Nordine Ganso ! Bravo à eux pour la réactivité, réservez vos places 🥰

Le meilleur onze du Trempoint vs. humoristes femmes invisibles

C’est donc une programmation presque banale, mais de moins en moins acceptée. Le 6 juin, le tremplin découvertes du Point Virgule, le Trempoint, arborait 9 noms d’humoristes. Tous des hommes. À l’époque, j’ai failli réagir, mais je me ravisais car ce n’était pas vraiment un lieu qui ignorait les femmes.

Certes, la programmation du Point Virgule 2021 est peu mixte, mais cette salle n’était pas la plus en vue sur ces questions. Sauf que la semaine suivante, le Trempoint récidive avec 11 humoristes, toujours des hommes. 8 des 9 hommes conviés le 6 juin revenaient, ce qui privait le public d’un roulement. Comment voulez-vous revenir chaque semaine au Trempoint, scène de découvertes humour, si vous découvrez toujours les mêmes ?

Les spectateurs peuvent encore accepter cela lorsque les 9 ou 11 personnes conviées sont complémentaires et vraiment solides. Sauf que dans les faits, la proposition artistique de certains n’apporte rien d’innovant. Tandis que d’autres, vraiment prometteurs, arrivent comme un cheveu sur la soupe pour sauver les meubles.

Humoristes femmes invisibles, score final 0-11 : il n’y a pas match

Tout cela a mis le feu aux poudres et a questionné la sélection des artistes sur cette scène historique. De nombreux humoristes, hommes et femmes, ont condamné cette programmation. Ce 11-0 encaissé par les femmes humoristes, invisibles car même pas conviées au match, ne passe plus en 2021. Caroline Vigneaux, Olivia Moore relayaient ainsi l’alerte lancée par une Emma de Foucaud qui aurait largement sa place pour un Trempoint. Et pourquoi pas le FUP ? Et pourquoi pas une programmation régulière au Point Virgule à moyen terme ?

Où est le temps où Solène Rossignol profitait de showcases au Point Virgule ? Il n’y a pas si longtemps, Tania Dutel foulait les planches de ce théâtre au côté de nombreuses autres. À l’heure actuelle, nous nous retrouvons avec des théâtres qui rééquilibrent la balance en proposant des programmations engagées. La Nouvelle Seine réussit à combiner qualité artistique et majorité de femmes.

La Comédie des 3 Bornes suit le mouvement en proposant une programmation volontariste. Elle se discute sur la qualité, mais cela concerne les hommes comme les femmes. Cela fait en effet longtemps que cette salle a perdu de sa superbe. Certains parlent même d’un gouffre financier pour les jeunes artistes. Alors autant miser sur une identité plus militante. Autant cibler un public plus enclin à découvrir plusieurs spectacles de la même trempe !

Comment sortir d’une telle impasse ?

On ignore ce qui a motivé de tels choix. La reprise des spectacles après une fermeture aussi longue doit poser des problèmes d’organisation et les programmateurs sont sans doute sous l’eau. Si rien n’excuse ce préjudice à la fois contre la qualité humoristique et l’intégration des femmes dans le milieu, il faut comprendre le problème pour l’adresser. Une situation comme celle-ci n’aurait fait l’objet d’aucune critique il y a quelques années. Les femmes s’organisent aujourd’hui pour prouver aux programmateurs qu’elles existent. S’ils ne les connaissent pas, elles font le travail de détection pour eux.

Chaque acteur de la comédie doit prendre sa part et faire de son mieux. Sortir de sa zone de confort, décrypter le phénomène de sororité pour faire le tri dans les talents. De quoi s’agit-il ? Mises de côté depuis tant d’années, certaines femmes humoristes estiment que la solidarité entre elles doit être inconditionnelle. Elles se soutiennent à 100% et répondent à la cooptation par la cooptation. Pour elles, il n’est pas acceptable de critiquer une femme humoriste sur des critères artistiques objectifs. Motif invoqué : pour pallier le manque de confiance en soi et la difficulté d’intégrer le milieu, elles font bloc, se construisent dans l’ombre et se protègent de toute agression extérieure. Une pratique radicale qui ne passe pas chez tout le monde. Or elle n’aurait jamais existé sans le rejet d’un secteur…

La riposte est en marche

Autrement dit, les hommes comme les femmes humoristes montent sur scène en sachant que pendant leurs débuts, ils devront se développer avant d’être au top. Ils disent : « nous sommes là, fais avec, un jour tu retourneras ta veste ». Pour de nombreuses raisons, cette pratique passe beaucoup mieux chez les hommes que chez les femmes. Il faut en avoir conscience pour regarder chaque humoriste en tant qu’individu et non comme membre d’une communauté. Tous les hommes humoristes ne se valent pas, comme toutes les femmes humoristes ne se valent pas.

La solution : diversifier les programmations, mélanger les talents en ne sacrifiant pas l’artistique sur l’autel de quotas. Ces quotas sont parfois nécessaires pendant un temps pour contrebalancer des discriminations. En revanche, ils ne doivent pas être une fin en soi.

Faisons l’effort de regarder les talents pour ce qu’ils proposent et non pour leur genre ou tout autre critère non pertinent. Soyons conscients de nos biais pour mieux progresser ensemble. Ne condamnons pas cette erreur du Trempoint, prouvons-leur que les talents sont multiples et divers.

Femmes humoristes invisibles : un dernier mot

Notre milieu artistique comporte des gens passionnés qui, parfois, commettent une erreur qui se voit plus ou moins. Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule, se démène depuis des années pour dénicher les talents.

L’erreur est humaine et nous savons tous qu’elle a à cœur de proposer les meilleurs choix artistiques. Elle a sa patte, le milieu de l’humour la respecte parce qu’elle a tant donné pour lui. Je suis persuadée que cet incident sera le dernier de cet acabit. Dans le cas contraire, le Point Virgule pourrait en pâtir avec des programmations déconnectées de la réalité des plateaux d’humour…

Nous faisons tous des erreurs. Au spot du rire, nous pourrions mieux faire également. Nous œuvrons au maximum pour promouvoir les femmes sur des critères de talent. Nous voulons faire oublier leur genre pour aborder l’artistique. Or nous ne promouvons pas la diversité autant que souhaité. En effet, notre rapport au monde ne nous permet pas de nous identifier à toutes les propositions artistiques avec la même justesse.

Cet écueil, nous l’adressons le mieux possible en sachant qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir. Ce sera, pour tous les acteurs du rire, le combat de la décennie. Nous ferons le bilan en 2030 des défis à venir !

Nb. Vous trouvez qu’il y a beaucoup d’humoristes femmes sur notre image à la une ? Il en manque énormément. On en a sans doute oublié plein, et puis il n’y avait pas la place pour toutes les ajouter ! L’inverse de ce problème de programmation, en somme…

[post_title] => Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-femmes-invisibles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 10:28:52 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 08:28:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010864 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 2 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 2b74e37ae902c228184e23ab27fc1587 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

programmation

Portraits d’humoristes femmes invisibles à programmer

Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ?

Têtes d'affiche : Gad Elmaleh au One More Joke

Têtes d'affiche en stand-up : subjectif ou grandiose ?