WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => espace-gerson
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 354
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => espace-gerson
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 354
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => espace-gerson
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 354
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => espace-gerson
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 354
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 354
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 354
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => espace-gerson
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 354
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (354) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (354) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (354)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 6950
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2019-09-29 09:00:15
                    [post_date_gmt] => 2019-09-29 07:00:15
                    [post_content] => 

Thomas Wiesel jouait à l’Espace Gerson quatre soirs de suite en septembre. L’humoriste, qu’on ne présente plus en Suisse romande, se prépare à conquérir de nouveaux publics. Pour son premier passage à Lyon, il faisait preuve d’une belle assurance. De quoi lui donner une motivation supplémentaire à l’ancien animateur de Mauvaise Langue, alors que les billets se vendent bien.

Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : ne lui demandez plus si ça va

Le nouveau spectacle de Thomas Wiesel s’appelle Ça va. (le point est essentiel). L’humoriste en a marre qu’on lui pose la question de et aborde sa croisade pour comprendre ses émotions.

D’ailleurs, le spectacle est même assez joyeux et léger. Exit la dictature de la névrose, bonjour l’envie de rire. L’autodérision reste un incontournable du spectacle, mais elle n’est pas « destructrice », pour reprendre la formule de Pierre Thevenoux.

Je savais que j’allais voir un humoriste expérimenté. C’était bon de le voir arriver sur scène avec son énergie si singulière. Très bon dans les interactions, il régalait le public avec des anecdotes de l’actualité chaude de la ville lyonnaise. Une spécialité pour celui qui gribouille ses dernières blagues juste avant de prendre le micro.

L’art des impressions plus personnelles

Thomas Wiesel n’est pas un humoriste comme les autres pour moi. Au-delà de son talent avéré, il y a aussi la connexion qui s’opère entre son histoire et celle de son public — quand son public, c’est moi.

J’adore son côté fana de sport ultime, sa capacité à connaître des tonnes de trucs sur les athlètes, toutes disciplines confondues ou presque. Et cette manière d’adorer ça, tout en sachant pertinemment que ça ne sert à rien. Pour socialiser, ça deviendrait presque contreproductif — c’est la magie du sport.

Après avoir vu des blagues sur Charles Leclerc, j’ai retrouvé cette sensation sans rien demander. Quelques blagues sur le tuning et la Formule 1 me faisaient frémir de plaisir. Encore un coup d’un soir réussi à l’Espace Gerson ! Ça n’était pas du tout une partie marquante du spectacle, mais elle a fait appel à toute mon attention.

Et que dire de son rappel sur la timidité ! Je me souviens à quel point l’article sur l’introversion dans le stand-up vous avait plu. C’est vraiment un sujet à creuser avec de la légèreté : ce qu’il a su faire, notamment dans un rappel. Je n’aime pas les rappels d’habitude, car ils s’éternisent ; mais là, le temps était maîtrisé.

Après l’Espace Gerson, Thomas Wiesel fera cap sur de nouvelles villes, dont Paris ?

Pour un spectacle en rodage, le spectacle semble réellement abouti. Parce que le rodage, ce n’est pas un truc à l’arrache. C’est juste une histoire de finitions. À l’Espace Gerson, Thomas Wiesel les assurait avec beaucoup de maîtrise. Ça valait vraiment le coup de se délocaliser dans une autre ville le temps d’un week-end.

Les quatre dates étaient par ailleurs complètes. Thomas Wiesel a semble-t-il apprécié son passage à Lyon, avant de repartir pour commenter du tennis. Et publier une story où il qualifiait Henri Lecomte d’humoriste, et lui-même d’expert. Sa capacité à connaître les moindres détails de ce qui le passionne nous convainc tout à fait là-dessus ! On lui souhaite le meilleur s’il revient jouer ce spectacle très agréable et vraiment marrant à Paris. Mieux : on sera sûrement de la partie. Pourquoi se priver des bonnes choses ?

Crédits photo

© Laura Gilli

[post_title] => Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : rodage maîtrisé [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => thomas-wiesel-espace-gerson-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-09 16:57:51 [post_modified_gmt] => 2020-11-09 15:57:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6950 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 6637 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-03 10:00:55 [post_date_gmt] => 2019-09-03 08:00:55 [post_content] =>

Voir un artiste en rodage, c’est une prise de risque. Mais voir Thomas Wiesel en rodage, ça change tout ! En septembre et octobre, l’humoriste incontournable en Suisse est en tournée ! Il viendra ainsi jouer à Lyon pour quatre soirées pour vous donner plus de chance d’y assister…

Thomas Wiesel en rodage à l’Espace Gerson : le tour de force lyonnais

L’Espace Gerson… Ce café-théâtre est mon lieu de passage préféré. Le lieu est singulier. Y rentrer, c’est d’abord profiter d’une atmosphère spéciale. Là-bas, le public rit depuis longtemps. La trace des humoristes passés par-là reste d’ailleurs indélébile.

C’est un décor parfait pour offrir le meilleur cadre à Thomas Wiesel. Vous savez, celui qui trimballe toujours un carnet et note ses blagues jusqu’à la dernière minute. C’est probablement l’un des meilleurs pour prendre le pouls d’un lieu juste avant de jouer.

Thomas Wiesel fait partie de la poignée d’humoristes qui me pousse à l’achat compulsif. Le stimuli est si vif que je me sens obligée de le voir. Il fait partie de ces artistes un peu compliqués et généreux qui ont ça dans le sang. L’humour, c’est leur seconde nature et leur meilleur moyen d’expression. On peut aussi dire un exutoire dans lequel ils communiquent beaucoup à leur public. Si vous le pouvez, découvrez cet artiste. Après le rodage, vous aurez sans doute d’autres opportunités. Saisissez-les : le talent est brut, pur et sans fioriture.

Infos pratiques

Quand ?Du 18 au 21 septembre à Lyon.
Du 13/09 au 24/10 pour la tournée complète.
Où ?L’Espace Gerson (1er arrondissement lyonnais)
TarifÀ partir de 14 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Fabio Scorrano

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Thomas Wiesel en rodage [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => thomas-wiesel-rodage-espace-gerson [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-08-17 16:26:49 [post_modified_gmt] => 2019-08-17 14:26:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6637 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 2823 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-10-07 20:04:43 [post_date_gmt] => 2017-10-07 18:04:43 [post_content] => Il y a peu, on a vérifié s'il y avait trop d'humoristes. On a aussi enquêté sur les mauvaises critiques humour et la réception parfois hasardeuse des spectacles comiques. Aujourd'hui, a-t-on trop de lieux où écouter, consommer de l'humour ? Une nouvelle enquête du spot du rire sur les nouveautés humour. Les amateurs de l'adage c'était mieux avant n'ont qu'à bien se tenir. Il se passe quelque chose... apparemment. Jugez plutôt :

Ne rien manquer des nouveautés humour, possible ?

Fred Cham a lancé avec Nathan Bensoussan le Court-Circuit Comedy Club, un plateau d'humour dans le 20e arrondissement. Il a livré ses impressions sur l'écosystème actuel de l'humour vis-à-vis du spot du rire :
Tout le monde est en train de créer, dans son coin, quelque chose sur l'humour. Tu connais Avek Brio, par exemple ? Ce qui serait bien, c'est que tu puisses relayer sur ton site l'ensemble des initiatives pour les rendre plus fortes, et rendre ton site plus fort aussi.
Je suis tellement fan de leur travail, notamment le Farce Club : les vidéos sont bien montées, les interviews sont intéressantes. Et puis, il y a aussi l'émission de radio Antek on R qu'on adore et qu'on relaie à foison. Dans les résidents du spot du rire, Nadim y est passé, Charles Nouveau aussi... Evidemment, l'humour ne se cantonne pas qu'à la poignée de résidents du spot du rire. Les soirées découverte sont toujours aussi prisées, comme en témoigne le festival d'humour de l'espace Gerson ou les plateaux tels que le Trempoint, qui a changé sa formule.

On reçoit des trucs sans arrêt, c'est viral

J'ai un ami qui m'a envoyé les vidéos de Monsieur Flap. Inconnu au bataillon pour moi qui traîne dans les scènes ouvertes... Sa dernière vidéo m'a fait penser à la parodie de télévision de Chris Esquerre, Télé Oléron. Or, la chaîne Studio 4 qui diffuse ces vidéos a plus de 100000 abonnés sur YouTube. Il s'étonnait que je ne connaisse pas, s'étouffant presque devant son assiette à ce moment-là. Le dialogue se passait dans un restaurant, car il aime manger. Chacun ses trucs. Quand cet ami me parle de Paul Taylor, il ne me parle pas du spectacle #Franglais. Il n'est pas allé au Sentier des Halles comme moi, ou dans d'autres salles comme l'Européen par exemple. Par contre, il est tellement fan de WTF France qu'il a eu du mal à se faire à l'idée du changement avec What's up France. C'est seulement sur la quatrième vidéo qu'il a retrouvé ce qu'il aimait dans la version passée. Il m'a dit qu'il a commenté pour dire à Paul Taylor et à toutes les petites mains de la série qu'ils devaient continuer comme ça. J'ai souri intérieurement : le public est décidément roi et challenge en continu toutes ces créations humoristiques.

Que va faire le spot du rire, dans toutes ces nouveautés ?

Continuer les découvertes humoristiques, des plus jeunes pousses jusqu'aux confirmations encore méconnues. Ecouter les humoristes qui nous disent que Yacine Belhousse est à découvrir de toute urgence, parce que bon nombre d'entre eux estiment que c'est le meilleur stand-upper francophone. Essayer d'aller chercher le rire plus loin, comme au festival Fringe à Edimbourg l'été dernier par exemple. Relayer ce qui se fait de bien, soit ici, soit sur nos réseaux sociaux : Facebook, Twitter et Instagram. Et si vous avez une idée, un contenu à relayer comme a pu le faire Louis Dubourg, vous pouvez rejoindre le mouvement ou nous proposer un petit quelque chose. Crédit photo : Seb Mellia - Capture d'écran YouTube [post_title] => Nouveaux podcasts humour, nouvelles scènes ouvertes : n'a-t-on jamais autant ri ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveautes-podcasts-humour-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:29:33 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:29:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2823 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 2802 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-10-02 20:38:09 [post_date_gmt] => 2017-10-02 18:38:09 [post_content] => [vc_row el_id="section-84"][vc_column][vc_column_text]L'espace Gerson vient d'accueillir son festival d'humour pour la cinquième fois. Le spot du rire a eu la chance de s'y rendre la veille de la finale. Une aventure qui ne s'est pas passée comme prévu mais qui restera mémorable. Cet article mêlera mon marathon de spectacles du week-end, ma façon d'être passionnée par les gens, les spectacles et mon passé Fast and Furious. Par avance, nous nous excusons de la confusion occasionnée. [/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=KPsGgHm8ceY" title="L'Espace Gerson fait son festival : teaser"][vc_column_text]

A l'improviste : l’œil subjectif de la spectatrice

J'ai croisé Haroun, il y a peu. Il est venu à la première du spectacle de Jean-Patrick, Je suis lapin, et a donné un conseil à l'un de ses acolytes humoristes.
Tu dois créer le manque, c'est comme ça que les gens vont venir et s'attacher.
Avant d'écrire pour le spot du rire, je suis donc cette spectatrice lambda qui ressent du manque et va parfois, de manière compulsive, se ruer sur la billetterie d'un spectacle pour le combler. Dont acte avec l'espace Gerson... Au programme : un line-up assez alléchant : l'artiste maison du spot du rire Jean-Philippe de Tinguy, ou encore le virtuose des mots Félix Radu. En deux noms, on tenait mes favoris avec toute la subjectivité de ma facette membre du public. Impossible d'y aller le jeudi voir le prix Raymond Devos pour l'humour 2016 pour cause d'afterwork obligatoire, ni de voir la finale car Joseph Roussin faisait un showcase à la Petite Loge le samedi... Ne restait plus que le vendredi avec l'ovni de l'humour qui n'a plus de secret pour le spot du rire. La dernière journée de découverte pour se qualifier pour la finale du samedi et décrocher 3 petits prix...

En route vers l'Espace Gerson : un périple semé d'embûches

La déception pointait le bout de son nez, car le spot du rire a un emploi de bureau dans une start-up de l'edtech (bon sang, qui est donc ce webmaster mystérieux qui frappe ces lignes ?!). Mais je n'avais pas dit mon dernier mot, ai expédié mes quelques tâches de la semaine pour renégocier ce jour-là. Lundi, avec 4 jours pour préparer ma venue, j'ai obtenu le Saint Graal. L'espace Gerson m'ouvrirait ses portes pour un soir. Oublié le manque, en pleine grisaille de septembre... Pourtant, les imprévus ne faisaient que commencer ! J'explique en n'essayant de ne pas vous perdre : en sports mécaniques (passion passée), il arrive que des concurrents ne prennent pas part aux compétitions. Généralement, c'est une histoire d'intoxication alimentaire à la veille de l'épreuve ou l'affaire des 107%. Je n'entrerai pas dans les détails pour ne pas vous perdre, mais pour un spectateur-supporter, ça ne respire pas le bonheur printanier. Aucune des justifications ci-dessus n'entraînait la disparition de Jean-Philippe de Tinguy de la programmation. La raison était valable et suffisamment importante pour l'empêcher de bouger plusieurs semaines : le couperet tombait mardi soir. Fort heureusement, la spectatrice qui sommeille en moi sait la mettre en sourdine pour l'amour du théâtre et des belles blagues. Même si, pendant 30 secondes (ou plutôt 24 heures), c'était Six feet under. Le vendredi devenait ainsi une belle occasion de faire une vraie découverte. Car franchement, Thomas de Laporte et Mélodie Fontaine ne sont plus des découvertes à mes yeux. Ce sont plutôt des talents confirmés, avec des spectacles et postures comiques solides. Ils auraient proposé une belle opposition à Jean-Philippe de Tinguy, détenteur d'une flopée de prix glanée cette dernière année. Valentin Clerc se retrouvait donc propulsé à ce spot délicat... et j'étais très curieuse de voir comment il allait s'en sortir !

Espace Gerson : quand le spot de l'humour lyonnais fait son festival

Mon impression, dans ce lieu chargé d'histoire. Une chaleur propice aux blagues. Une ambiance bon enfant facilitée par les boissons de table en table. Une atmosphère feutrée et tamisée. Une décoration nourrie par les nombreux portraits d'humoristes passés par-là. Je distingue notamment les dédicaces de Gad Elmaleh ou Shirley Souagnon, qui remercient l'espace Gerson de les avoir accueillis. Des photos noir et blanc qui ajoutent au charme de l'ensemble. On est bien, c'est le week-end, tout est propice au rire. Le monde extérieur n'a plus d'importance.

Thomas de Laporte : plébiscité par le public de l'Espace Gerson

La soirée commence avec Thomas de Laporte. Déjà vu au Cactus Comedy, il ne m'a pas surprise par son talent que je connaissais déjà. Sa prestation est impeccable : il joue la carte de la séduction, car une compétition se joue. Le public est conquis : il lui adressera le prix qui le qualifiera pour la finale, le lendemain. Pour ceux qui ne connaissent pas son spectacle Idées rouges humour noir, cela fustige la politique, c'est grinçant, malin et intelligent. Et je rassure les gens de droite (coucou la famille) : cela ne pue pas l'altermondialiste, cela reste accessible à un votant de François Fillon. Je sais que c'est important pour eux d'avoir ce référentiel. Parce que la faucille sur son affiche aurait pu, initialement, les faire fuir.

Valentin Clerc : au bon endroit, au bon moment à l'Espace Gerson

Valentin Clerc enchaîne. Il patine un peu. Il tente de forcer quelques rires avec l'usage récurrent du mot spatule. Les gens sont réceptifs à son énergie, mais il reste encore du chemin à faire. Valentin Clerc ne se démonte pas : sans trembler, il continue sa prestation tranquillement. Il pose un genou à terre (métaphoriquement). Sur le ton de la confession, il feint de reconnaître son inexpérience. Il retourne pourtant la situation, tout en subtilité. En feignant d'admettre une faiblesse, il détourne notre attention, nous fait croire qu'il n'a pas grand-chose de plus à nous proposer. Nous sommes dans l'erreur. Après des confessions sur son rêve d'être sur scène, une interprétation d'un chef d'orchestre qui confirme son sens du rythme, Valentin Clerc reprend avec un playback détonnant. Une bande son se lance : avec 2 chaises sur scène, il refera le débat politique. Le rythme du débat est en temps réel, l'attention du spectateur est sur les lèvres de l'artiste. Il réalise une natation synchronisée sans eau ni sans faux pas. Puis, la bande son s'altère. Accélérations de voix, ralentissements qui font penser aux anonymisations télévisuelles, samples et musiques improbables pour un débat politique casse le rythme. Valentin Clerc rayonne alors sur scène et réussit à convaincre. Il est applaudi avec vigueur. Ce rythme intelligent lui vaudra un repêchage du jury et une qualification pour la finale, le lendemain. Il n'avait tellement pas prévu cela qu'il était sensé partir avant samedi soir et se retrouvait bien embêté ! Fort heureusement, il a dû finir par s'en sortir pour se produire comme prévu devant une salle de 900 personnes. Une expérience due au hasard de la programmation, qu'il n'aura pas volée.

Mélodie Fontaine donne la parole aux animaux : empathie garantie !

La soirée s'achève avec Mélodie Fontaine. Vêtue d'une salopette verte improbable, elle incarne différents animaux. Son positionnement d'artiste est original : cela dénonce avec bienveillance, il y a beaucoup d'empathie et de sincérité dans l'interprétation. Le talent est là, mais il n'aura pas payé ce soir-là. Pas de qualification pour la finale, comme pour de nombreux autres artistes non repêchés ce soir-là.

Retour vers la subjectivité : Serial spectacting reprend du service !

Impossible pour moi de juger les choix du jury, du presse ou du public en n'ayant vu qu'une seule journée du spectacle. Les choix ont sûrement été difficiles, et je serais bien lâche de me mettre à leur place tant je ne me risque pas aux critiques. La subjectivité est facile dans le milieu de l'humour, alors qu'en sports mécaniques, monde de chiffres et de chronomètres, des metrics tangibles vont guider les choix avec une précision d'horloger. Toujours est-il que le samedi, je suis rentrée à Paris avec la déception d'une spectatrice subjective et riche de nouvelles découvertes et rencontres. Joseph Roussin attend ma critique sur BilletReduc et compte sur ma présence à la Petite Loge. Elle me vaudra un nouveau surnom, décerné par mes collègues : serial spectacting. To be continued.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Humour instantané - Mon coup d'un soir avec l'Espace Gerson [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-espace-gerson [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:27:06 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:27:06 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2802 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 4 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 6950 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-29 09:00:15 [post_date_gmt] => 2019-09-29 07:00:15 [post_content] =>

Thomas Wiesel jouait à l’Espace Gerson quatre soirs de suite en septembre. L’humoriste, qu’on ne présente plus en Suisse romande, se prépare à conquérir de nouveaux publics. Pour son premier passage à Lyon, il faisait preuve d’une belle assurance. De quoi lui donner une motivation supplémentaire à l’ancien animateur de Mauvaise Langue, alors que les billets se vendent bien.

Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : ne lui demandez plus si ça va

Le nouveau spectacle de Thomas Wiesel s’appelle Ça va. (le point est essentiel). L’humoriste en a marre qu’on lui pose la question de et aborde sa croisade pour comprendre ses émotions.

D’ailleurs, le spectacle est même assez joyeux et léger. Exit la dictature de la névrose, bonjour l’envie de rire. L’autodérision reste un incontournable du spectacle, mais elle n’est pas « destructrice », pour reprendre la formule de Pierre Thevenoux.

Je savais que j’allais voir un humoriste expérimenté. C’était bon de le voir arriver sur scène avec son énergie si singulière. Très bon dans les interactions, il régalait le public avec des anecdotes de l’actualité chaude de la ville lyonnaise. Une spécialité pour celui qui gribouille ses dernières blagues juste avant de prendre le micro.

L’art des impressions plus personnelles

Thomas Wiesel n’est pas un humoriste comme les autres pour moi. Au-delà de son talent avéré, il y a aussi la connexion qui s’opère entre son histoire et celle de son public — quand son public, c’est moi.

J’adore son côté fana de sport ultime, sa capacité à connaître des tonnes de trucs sur les athlètes, toutes disciplines confondues ou presque. Et cette manière d’adorer ça, tout en sachant pertinemment que ça ne sert à rien. Pour socialiser, ça deviendrait presque contreproductif — c’est la magie du sport.

Après avoir vu des blagues sur Charles Leclerc, j’ai retrouvé cette sensation sans rien demander. Quelques blagues sur le tuning et la Formule 1 me faisaient frémir de plaisir. Encore un coup d’un soir réussi à l’Espace Gerson ! Ça n’était pas du tout une partie marquante du spectacle, mais elle a fait appel à toute mon attention.

Et que dire de son rappel sur la timidité ! Je me souviens à quel point l’article sur l’introversion dans le stand-up vous avait plu. C’est vraiment un sujet à creuser avec de la légèreté : ce qu’il a su faire, notamment dans un rappel. Je n’aime pas les rappels d’habitude, car ils s’éternisent ; mais là, le temps était maîtrisé.

Après l’Espace Gerson, Thomas Wiesel fera cap sur de nouvelles villes, dont Paris ?

Pour un spectacle en rodage, le spectacle semble réellement abouti. Parce que le rodage, ce n’est pas un truc à l’arrache. C’est juste une histoire de finitions. À l’Espace Gerson, Thomas Wiesel les assurait avec beaucoup de maîtrise. Ça valait vraiment le coup de se délocaliser dans une autre ville le temps d’un week-end.

Les quatre dates étaient par ailleurs complètes. Thomas Wiesel a semble-t-il apprécié son passage à Lyon, avant de repartir pour commenter du tennis. Et publier une story où il qualifiait Henri Lecomte d’humoriste, et lui-même d’expert. Sa capacité à connaître les moindres détails de ce qui le passionne nous convainc tout à fait là-dessus ! On lui souhaite le meilleur s’il revient jouer ce spectacle très agréable et vraiment marrant à Paris. Mieux : on sera sûrement de la partie. Pourquoi se priver des bonnes choses ?

Crédits photo

© Laura Gilli

[post_title] => Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : rodage maîtrisé [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => thomas-wiesel-espace-gerson-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-09 16:57:51 [post_modified_gmt] => 2020-11-09 15:57:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6950 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 4 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 9f84b427008738d8f42a32cf18aea08a [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Espace Gerson

Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : portrait de l’humoriste lausannois

Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : rodage maîtrisé

Thomas Wiesel en rodage : portrait de l’humoriste

1 jour, 1 reco : Thomas Wiesel en rodage

Le podcast humour de Seb Mellia, l'une des nouveautés de la rentrée 2017

Nouveaux podcasts humour, nouvelles scènes ouvertes : n'a-t-on jamais autant ri ?

Espace Gerson : photo d'ambiance

Humour instantané - Mon coup d'un soir avec l'Espace Gerson