Publications liées au mot-clé : stand-up

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [paged] => 3
            [tag] => stand-up
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 168
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => stand-up
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 168
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [paged] => 3
            [tag] => stand-up
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 168
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => stand-up
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 168
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 168
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 168
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => stand-up
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 168
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (168) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (168) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (168)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 36, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1008594
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-08-07 07:44:00
                    [post_date_gmt] => 2020-08-07 05:44:00
                    [post_content] => 

Adrien Montowski a entamé une opération séduction du public en 2020. S’il a toujours été bon sur scène, il développe de nouvelles cordes à son arc pour asseoir sa posture d’humoriste efficace. Ainsi, Adrien Montowski est une découverte humour qui a attendu longtemps cette place, mais qui la mérite amplement.

Adrien Montowski, une découverte au style recherché

Adrien Montowski était déjà un original lorsqu’il jouait son spectacle à la Boîte à rires. Capable de faire rire avec des roulades et un jeu frôlant l’absurde, il pouvait encore faire mieux.

Quand d’autres stagnent dans leurs meilleures partitions, d’autres repoussent leurs limites. Adrien, qui commençait peut-être à sentir que les nouveaux venus progressaient très vite, a ainsi haussé son niveau de jeu.

Tel le footballeur professionnel qu’il aurait pu être, ce compétiteur né a ainsi pris son courage à deux mains. Toquer à la porte d’Antoinette Colin, jouer le jeu des messages pour être davantage présent en plateau d’humour, et bientôt revenir jouer son heure, peut-être ?

Un demi-spectacle au Point Virgule pour dynamiser sa carrière

Quelle que soit sa trajectoire scénique, elle passe cet été par un lieu mythique : le Point Virgule. Depuis le début du mois de juillet, Adrien Montowski partage une affiche atypique avec Nadim, un humoriste qui n’a pas peur d’être original.

Exister face à cette bête de scène pourrait en rebuter plus d’un. Mais pas Adrien Montowski. Sa force : pousser son personnage comique dans ses derniers retranchements, puis étirer les gags jusqu’à la limite ultime. Le spectateur, tenu en haleine, répond forcément par des éclats de rire.

Cyril Hives explique dans son interview qu’Adrien excelle dans les act out, ces moments où plusieurs personnages ou points de vue cohabitent. Au Point Virgule, la scène hilarante de la bagarre au cinéma en est un très bon exemple. Pour la voir, vous avez jusqu’à la fin de l’été ! Si Nadim s’absentera début août, Adrien sera toujours là et retrouvera son acolyte Sylvain Fergot.

Adrien Montowski, c’est aussi des vidéos incroyables

Justement, en parlant de Sylvain Fergot, impossible de passer outre les formats courts qui les réunissent ! Celui qui a rencontré le plus gros succès est sans aucun doute le « Championnat du monde du mime derrière le canapé ». Les images parlent d’elles-mêmes.

Avant cela, il y a eu « EPAF ». Là encore, on est sur du beau jeu corporel (petit clin d’œil footballistique !).

Quand les deux hommes se retrouvent avec d’autres humoristes, cela donne « Les casses-couilles anonymes ». Encore une fois, le scénariste Sylvain Fergot mobilise toute sa créativité pour notre plus grand plaisir.

Seul, Adrien nous amène même aux tréfonds de son imagination. Avec son public, il est exigeant comme Yacine Belhousse. Et comme Yacine Belhousse, il veille toujours à le guider dans la plus grande humilité. Ce qui laisse présager un bel avenir pour ce footballeur devenu comédien puis comique.

Adrien Montowski découverte humour - En résumé

Adrien Montowski avait peut-être déjà trouvé son style bien avant l’été 2020. Ce qui a changé ? Sa proposition artistique plus solide l’amène aujourd’hui à plaire à un public en quête de nouvelles expériences comiques. La mission est donc accomplie sur le plan artistique. Maintenant, il ne reste plus pour vous qu’à le découvrir ! Si ce n’est pas déjà fait, bien entendu…

Crédits photo

© Marcela Barrios Hernández

[post_title] => La découverte du mois - Août 2020 - Adrien Montowski [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-adrien-montowski [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-04 18:17:25 [post_modified_gmt] => 2020-08-04 16:17:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008594 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1008529 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-23 15:00:11 [post_date_gmt] => 2020-07-23 13:00:11 [post_content] =>

La semaine dernière, malgré le retour indéniable du monde comique, je vous confiais mes doutes concernant mon retour dans les salles. Bonne nouvelle : cette semaine, les choses avancent dans le bon sens !

Maintenant, on commence à cerner la mentalité des spectateurs qui reviennent au théâtre. Ma mésaventure au sein de l’un de ceux-ci n’est plus que de l’histoire ancienne. Les gens semblent avoir compris que pour une reprise des spectacles, il fallait respecter l’hypocondrie de son prochain. Ou bien sa volonté de coller sa joue à celle d’une autre personne (tant que ce n’est pas moi).

La clé n’est pas de savoir si les gens ont peur ou non d’un virus, c’est de comprendre leur besoin de clarté. Sur ce coup-là, les théâtres sont les premiers à hésiter. Cette vidéo explique très simplement la situation.

Mieux consommer le spectacle vivant

J’ai réalisé qu’il y avait parfois du « gâchis » de temps quand j’allais voir des humoristes.

Deux problèmes existent.

D’abord, les plateaux d’humour sont conçus pour vous faire découvrir des humoristes aux univers variés. Pour plaire à tout le monde, il faut déplaire aux uns et aux autres. Votre voisin adorera quelqu’un qui vous ennuiera. C’est le jeu, et on l’accepte car l’humoriste suivant peut être une perle.

Ensuite, les spectacles-loterie exigent une part de risque de la part du spectateur. Dans ces représentations, soit vous ne connaissez pas l’humoriste, soit vous ignorez s’il est bon sur une heure ou s’il attise suffisamment votre curiosité pour cacher son inexpérience. Soit autre chose. En tout cas, l’offre est supérieure à la demande et la qualité est inégale. Il faut ainsi faire des paris. Accepter de se tromper aujourd’hui, c’est se priver d’une soirée tranquille chez soi à pouvoir zapper.

Avant, c’était le charme de la comédie. Aujourd’hui, les arbitrages du public sont plus resserrés que jamais. Je vous confiais qu’il me fallait 2 humoristes que j’aime bien pour me déplacer en plateau d’humour, ou un super-humoriste. Comprenez : un humoriste qui pourrait me faire traverser le périph’ de bout en bout en métro, même pour deux minutes de blagues.

Aujourd’hui, je crains qu’il faille multiplier ces chiffres par deux. Mon exigence prend des proportions très importantes. Que faire, alors ?

Comique, séduis-moi si tu peux ?

Comme le dirait un certain Johnny H. s’il était là, qu’on me donne l’envie d’avoir envie ! Oui, j’ose écrire ça. Mais pensez-y : les blagues, je les connais à 70 %. Je comprends que les nouveautés sont complexes à pondre pour un comique. En effet, on traverse tous le même moment désagréable. Si les nouveautés ne sont pas la panacée, alors il faut penser aux petites attentions. À ce qui vous fera oublier votre quotidien, comme si tout allait bien.

Ça peut être un spectacle qui commence à l’heure et qui dure le temps prévu. Une description précise de ce qui attend le public. En cela, le 30-30 de Joseph Roussin et Fred Cham était génial (même s’il commençait en retard, paradoxalement). C’était mal parti : entrée libre, aucune possibilité de réserver. Mais le jour J, le bar a tout fait pour faciliter la vie des gens motivés. Réservation obligatoire en message privé, réactivité sans faille, respect des consignes et ambiance plus que conviviale. La soirée reste à ce jour mon meilleur retour à la comédie.

Et pourtant, Dieu sait que j’ai décidé de me faire plaisir. Du Laugh Steady Crew par-ci, du Nadim et Adrien Montowski au Point Virgule par-là, et en dessert, un bon spectacle de Ghislain Blique à la Petite Loge.

La reprise comique en résumé

Le public sera compréhensif et bienveillant lors de son retour au théâtre. Cependant, comme il fera cet effort de soutien, il aura besoin de quelque chose de spécial en retour de la part des comiques. À vous de définir ce qu’il est en mesure d’attendre. Car plus que jamais, le public est roi.

[post_title] => Humour instantané - Retour comique et volte-face [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retour-comique-roussin-cham [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-05 20:21:14 [post_modified_gmt] => 2020-08-05 18:21:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008529 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1008453 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-15 08:48:00 [post_date_gmt] => 2020-07-15 06:48:00 [post_content] =>

Depuis la réouverture de certains théâtres et plateaux d’humour, j’éprouve encore une certaine réticence à me déplacer. J’aimerais beaucoup consommer de la comédie comme avant. Les injonctions multiples sur les règles sanitaires (masques…*) divergeant de lieu en lieu, j’avoue être un peu perdue.

Dans ce plateau d’humour où le masque est obligatoire selon un écriteau que personne ne voit, je fronce les sourcils. Il me suffit de jeter un rapide coup d’œil aux alentours pour voir que personne n’en porte. J’adresse un 2673e vent à un humoriste qui tente une bise. J’entame alors un dialogue interne avec mon moi hypocondriaque. C’est pas possible, ils savent que se tripoter entre eux, ces comiques, ou quoi ?

Les masques tombent

Dans un théâtre assez connu cette fois-ci, le port du masque est effectivement obligatoire. Mais le préposé à la billetterie nous confie que chacun fait ce qu’il veut une fois dans la salle.

« Responsabilité individuelle » est un gros mot en France, je crois.

Au bout de 2 minutes, 80 % des gens passent en mode « visage naturiste ». J’ai l’impression de déborder de courage 30 minutes. 30 minutes à résister au laxisme de mes voisins… Or je suis la dernière personne à imiter l’autre irréductible qui finit par céder à la pression populaire. Avec cette impression d’avoir l’air stupide quand j’en porte, puis quand je n’en porte pas.

Vous la vivez aussi, cette schizophrénie ? Ou alors mon angoisse a pris le contrôle ? J’enrage toute seule face à un pays qui a besoin d’interdictions ou d’amendes pour se responsabiliser. Pardonnez-moi cet égarement… J’écoute un peu trop RMC chez moi. Alors que j’aimerais tant profiter de la vie et gérer ma partie de cache-cache avec un virus mondial.

J’essaie ensuite de me convaincre que de toute façon, ils ne protègent pas à 100 %, ces masques. Que la vie, c’est déjà un risque en soi, alors autant sortir de son appartement. Mon dialogue interne s’arrête face à mon flux d’actualité. Dans cet enfer de pixels et de masques sociaux, une ribambelle d’artistes taille la nouvelle ministre de la culture. Ils demandent encore de l’argent, toujours de l’argent. Tout cela au nom de la création ou l’exception culturelle. Mais commençons par la familiariser à la nouveauté

En résumé, je me fais chier. Je me demande si je ne vais pas rester cloîtrée chez moi 14 jours. Vous savez, histoire de maintenir mes parents en sécurité avant de leur rendre visite. Dans mes rares entraves à mon auto-assignation à résidence, je croise des nouveaux humoristes que je ne connais pas. J’aimerais bien les voir… Mais je me limite à 3 sorties par semaine (et encore, quand je suis vraiment dévergondée !). Celles-ci se font de préférence dans la même bulle… Alors imaginez croiser 73 open-micers qui se disent bonjour avec le poing (vous avez des coudes, bande de boloss ?)…

En quelques mois, je suis devenue esclave de l’entre-soi. Alors si vous sortez à ma place, racontez-le en contribuant au site ! Pendant ce temps, je vais dompter mon hypocondrie au mieux…

Un dernier mot

*Maintenant, on sait qu’en août, les masques seront obligatoires en lieu clos.

Mais cet article est surtout un billet d’humeur qui vous partage mes angoisses à l’instant T. Je suis clairement frustrée de ne pas profiter autant de la reprise, en tant que spectatrice, que les humoristes. Ces derniers sont en réalité obligés de jouer un maximum de peur d’être de nouveau confinés et de voir leurs revenus disparaître.

Si je ressens ça, j’imagine que d’autres amateurs d’humour peuvent se dire la même chose… Alors je le partage !

[post_title] => Humour instantané - Bas les masques ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => masques-covid-spectacle-vivant [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-07-15 10:13:28 [post_modified_gmt] => 2020-07-15 08:13:28 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008453 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1008450 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-14 07:29:00 [post_date_gmt] => 2020-07-14 05:29:00 [post_content] =>

Julie Albertine pratique le stand-up depuis plusieurs années, et multiplie aujourd’hui sa présence en plateaux d’humour. L’occasion est donc parfaite pour vous faire découvrir cette puriste de la comédie !

Julie Albertine ou le stand-up dans le monde réel

Vous en saurez beaucoup plus sur Julie Albertine en la voyant jouer que sur le web. Elle ne perd pas son temps à créer des vidéos pour nourrir les algorithmes. Je ne désavoue pas une telle pratique, mais je crois que ceux qui s’affichent moins sur vos écrans gardent le mystère pour les véritables instants de stand-up.

En cela, Julie Albertine excelle : on la croise généralement sur les scènes underground de grande qualité, ou les podcasts du même genre. Elle est toujours là pour vous faire rire avec sa voix d’un calme olympien et son écriture habile. Rien d’étonnant quand on sait que son parcours ne se réduit pas au stand-up.

Un peu à la manière d’une Emma de Foucaud, elle pourra revisiter des sujets vus et revus en apportant sa patte. À ce sujet, j’aimerais faire un aparté. Certains essaient d’ériger un modèle de stand-up féminin. Julie Albertine et ses consœurs nous montrent au contraire qu’elles prennent le pouvoir sur scène en leur nom propre, sans exister via des comparaisons antérieures. Résultat : ces stand-uppeuses ne doivent plus forcément rentrer dans une case ou aborder des sujets attendus pour être entendues. Seule la réalité du terrain compte…

Le rire version puriste

Julie Albertine, je la considère donc comme une puriste. À chaque fois que son nom apparaît, je trouve cela rafraîchissant et enrichissant pour le milieu. J’ai rarement eu l’occasion de poser des mots sur son talent, préférant vivre l’expérience, en profiter, et me réjouir de sa prochaine apparition. Je vous encourage donc à en faire de même dès cet été !

[post_title] => La découverte du mois - Juillet 2020 - Julie Albertine [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-julie-albertine [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-07-13 13:56:18 [post_modified_gmt] => 2020-07-13 11:56:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008450 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1006285 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-03 09:04:00 [post_date_gmt] => 2020-06-03 07:04:00 [post_content] =>

Classer Clément K en découverte humour, c’est quasiment un dû. Quand certaines de nos découvertes n’en sont qu’à un stade embryonnaire, Clément K figure parmi les nouveaux talents avérés du rire.

Clément K : découvrez l’itinéraire d’un outsider

Pourquoi maintenant, alors ? Tout d’abord, Clément K perdure parmi les artistes à suivre. Dès ses débuts, il réussit à convaincre le public et les professionnels. Ce journaliste de formation, habitué aux chroniques locales, s’essaye rapidement au stand-up avec un certain succès dans les plateaux, les festivals et autres concours.

Sans surprise, le théâtre de la Petite Loge lui offre un créneau pour son premier spectacle, Clément K ne croit en rien. Le succès est au rendez-vous, et Clément embraye logiquement sur le théâtre du Marais. Il se heurte à une difficulté supplémentaire : le remplissage.

Et c’est là qu’on intervient. Qu’est-ce qui distingue Clément K du reste des humoristes ? On est en droit de se poser la question, tant l’offre est pléthorique. Dans la catégorie des humoristes un brin provocateurs et irrévérencieux, Clément K a trouvé sa place. Cela dit, il serait dommageable de le considérer comme l’humoriste belge Pierre-Emmanuel alias PE. On n’est pas sur le même « trash ». Vérifiez-le avec ses interviews anonymes et autres chroniques sur Twitch, ses dernières prouesses comiques de qualité.

Douce finesse vs. humour piquant

Donc, Clément K propose autre chose. Avec une écriture très ciselée et une véritable finesse dans sa comédie, cet humoriste livre à demi-mot sa sensibilité et une fibre sociale… qui le rendent inévitablement attachant. Son propos est toujours très juste, sans tomber dans l’écueil de la conférence humoristique.

Clément K, c’est aussi l’art de vous emmener là où vous ne vous attendiez pas. Le spectateur que vous êtes feint alors l’indignation avant de libérer un rire franc. Il est davantage de l’héritage d’un Gaspard Proust que d’un Lamine Lezghad, très puissant au demeurant, mais pour qui nous ne développons un tel coup de cœur.

Pourquoi toutes ces comparaisons ? Parce que Clément K, comme nombre d’autres talents, passe juste à côté des écrans radars de certains critiques (malgré des exceptions). Comme un Harold Barbé, il lui faudrait juste un coup de pouce pour vous entraîner dans sa salle, et vous offrir une délicieuse surprise. Vous ne vous attendiez pas à le voir, vous serez enchanté de le découvrir.

Et à la sortie de la salle, vous vous demanderez avec plus ou moins de passion : « Mais pourquoi diable les médias ne parlent-ils pas de ma dernière découverte, Clément K ? ». Avis aux attachés de presse et producteurs de France et de Navarre : vous cherchez un talent enthousiasmant ? Nous vous le livrons sur un plateau. Faites vite avant que quelqu’un d’autre s’en rende compte…

[post_title] => La découverte du mois - juin 2020 - Clément K [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-clement-k [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-31 10:02:08 [post_modified_gmt] => 2020-05-31 08:02:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006285 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1007950 [post_author] => 10 [post_date] => 2020-05-29 13:30:29 [post_date_gmt] => 2020-05-29 11:30:29 [post_content] =>

Les humoristes pourront bientôt revenir dans les théâtres et les comedy clubs après plus de deux mois sans scène. Antoine Richard a demandé aux humoristes Farah, Nordine Ganso, Klotilde et Levin Vaz de revenir sur cette période de télétravail humoristique. Vous allez le voir, chacun a su s’adapter à sa façon !

Nordine Ganso s’improvise scénariste en télétravail

Dans ce nouvel épisode, Yanis est prêt à tout pour se nourrir dans la villa et protéger ses friandises des autres habitants. Il est au cœur de tous les conflits.

Ce speech digne d’une télé-réalité, nous le devons à l’humoriste bordelais Nordine Ganso. Durant les 15 premiers jours du confinement, il propose à sa communauté une mini-série inédite« Quand tu fais du stand-up, ton seul moyen d’exister en dehors de la scène, c’est sur les réseaux sociaux. Au début, j’ai lancé une mini-série sur Instagram, car j’avais l’impression de vivre dans une télé-réalité. »

Un concept qui a ses failles. « J’ai vite réalisé que c’était difficile, car il se passait toujours les mêmes choses ». Nordine Ganso continue pourtant son télétravail humoristique. Il partage ainsi ses vannes et d’autres péripéties sur les réseaux sociaux.

Levin Vaz et Klotilde changent de rythme

C’est aussi le cas de Levin Vaz, un humoriste de 19 ans que j’ai eu l’occasion de croiser à Grenoble. Lors de son télétravail humoristique, il propose 5 sketches face caméra par semaine, contre une vidéo en temps normal.

« Même si c’est pesant en matière de boulot, faire ces vidéos me plaît. Elles marchent plus ou moins bien. Ce qui me gêne le plus, c’est qu’une fois que tu as posté, il n’y a pas de suite. »

Même constat pour Klotilde, humoriste parisienne confinée en Bourgogne. « Quand tu es sur scène, tu peux prendre ce qui est dans la salle, rebondir. En vidéo, le résultat est le même pour tout le monde, mais le côté positif c’est de pouvoir continuer de produire. »

Farah s’accorde une « parenthèse de calme obligatoire »

Contrairement aux trois humoristes précédents, la Bruxelloise Farah a fait le choix de ne pas se mettre en scène face caméra ou diffuser de sketch en ligne. « Je me suis refusée à le faire car je n’ai pas à me plaindre de ma situation. Je suis assez privilégiée de pouvoir rester chez moi », confie-t-elle.

Cependant, vous avez pu voir Farah participer au Téva Comedy Show, donner des chroniques ou répondre à des interviews en direct sur les réseaux sociaux. En effet, cette pratique est devenue virale chez les artistes en manque de scène.

Charlie Hebdo, Society et Spinoza 

Pour Farah, cette période de télétravail humoristique a constitué une « parenthèse de calme obligatoire. Depuis mes débuts en stand-up, je n’ai jamais eu deux mois entiers pour me poser. J’ai pu en profiter pour dormir comme je suis une grande dormeuse et pour me remettre à la lecture avec Charlie HebdoSociety et de la philosophie. Chaque jour, je lis un chapitre d’un livre sur cette discipline. Hier, c’était sur Spinoza. »

Si Farah lit autant, c’est parce qu’elle y trouve l’inspiration et la documentation nécessaires pour écrire ses vannes. Dans son spectacle, elle aborde les problèmes qui composent notre société comme la xénophobie ou le populisme.

« Je n’écris pas sur la Covid-19, mais il a mis en exergue certains sujets sur lesquels j’ai déjà fait des recherches comme le système de santé. La crise ne vient pas juste d’un pangolin et d’une chauve-souris, mais des gouvernements qui ont détricoté le système de santé au fil des années. »

Télétravail : un test de créativité humoristique pour tous les comiques

Ne pas écrire sur la Covid-19 alors que la pandémie domine l’actualité, ce n’est pas toujours évident. Or cela s’avère parfois inévitable pour proposer du neuf.

« Dans les sketches que j’ai écrits durant cette période, j’ai vraiment voulu m’éloigner de ce contexte actuel car ça vite se périmer. C’est intéressant pour des vidéos aujourd’hui, mais pas pour la scène dans quelques mois », affirme l’humoriste grenoblois Levin Vaz.

La créativité des humoristes a été tantôt mise à rude épreuve, tantôt stimulée. Ainsi, Klotilde a modifié son approche au fil des semaines. « Au début, j’étais partie dans l’idée d’écrire un deuxième spectacle. Avoir du temps m’a fait me dire : “Wow, c’est un signe !”. Mais finalement, ne pas avoir de perspective m’a bloquée. »

En plus de devoir lutter contre le syndrome de la page blanche, les humoristes évoluent sans pouvoir évaluer la qualité de leur travail. « Il n’y a pas de scène pour tester les vannes, les corriger. Comme tu ne testes pas, tu risques de partir dans un délire personnel. »

Fin du télétravail rime avec retrouver sa dose de scène, la “joke coke”

Pour ces humoristes, quel a été le bilan de ces derniers mois ? Pas de comedy clubs, des vannes sur la Covid-19 qui finissent sur les réseaux sociaux et surtout, l’envie de retrouver la scène.

« J’ai hâte de retrouver la scène, c’est comme une drogue. Quand on me la retire, on m’enlève une partie de moi », déplore Nordine Ganso. Entre la réouverture des lieux de spectacle et son dernier plateau au Rire et houblon (où notre confrère Louis Bolla joue un petit rôle), il s’est passé plus de deux mois. Nordine devait d’ailleurs jouer à domicile au Théâtre Trianon.

Souvenir de dernière scène

Tous se souviennent de leur dernière scène, notamment Farah et Klotilde, dont la dernière dose de scène remonte aux instants ultimes avant les fermetures.

« Le 14 mars, je jouais mon spectacle Élevée en plein air à Marseille. Cinq minutes avant de monter sur scène, la régisseuse vient me voir et me dit : “on va fermer après toi”. Je pense que ça m’a permis de jouer de façon plus intimiste. On évoluait comme dans une bulle, alors que dehors il y avait déjà des changements », raconte Klotilde.

Cette ambiance particulière contraste avec la soirée de Farah à La Rochelle. « La situation était particulière. En Belgique, tout était fini dès le 12 mars, mais en France il y a eu un moment de flottement pour les salles de moins de 100 personnes. On a pu jouer, mais la salle était presque vide et le public présent était assez stressé. »

Les conditions d’accueil du public restent encore floues pour la reprise, prévue le 2 ou le 22 juin en fonction des départements français. Néanmoins, tout un travail de communication va reprendre autour des dates reportées. Une chose est sûre : tous auront hâte de revenir sur scène… sauf s’ils souffrent du syndrome de la cabane, comme Farah : « Je suis un peu déjà nostalgique du confinement ! », s’amuse-t-elle.

Crédits photo

Farah : © Laïd Liazid

Klotilde : © KB Studios Paris / Stéphane Kerrad

[post_title] => Télétravail humoristique : confessions de 4 comiques [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => teletravail-humoristes-confinement [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-29 13:45:17 [post_modified_gmt] => 2020-05-29 11:45:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1007950 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 10226 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-11 08:53:00 [post_date_gmt] => 2020-05-11 06:53:00 [post_content] =>

Pour vous faire découvrir Isabelle Chataignier-Haroche, j’ai envie de vous parler de mon rapport à la voix. C’est fou comme cet instrument peut avoir du pouvoir. Il y a tout dedans : les émotions, les intentions… Avec elle, certains sont mieux lotis que d’autres, même si on peut apprendre à apprivoiser cette bête sauvage qui sort de la gorge.

La voix : Isabelle Chataignier-Haroche en a fait un compagnon de route tout au long de son parcours. L’art oratoire, c’est sa vie. Ancienne avocate, elle accompagne ceux qui veulent s’exprimer avec éloquence. Il est donc tout sauf étonnant de la voir arriver dans le monde du stand-up ! C’est même assez rafraîchissant de voir quelqu’un qui brille par la parole se frotter à une discipline aux codes si complexes à appréhender. C’est une véritable prise de risque quand tout un CV démontre une solide réputation dans son milieu.

Isabelle Chataignier-Haroche ou parier sur un talent

C’est drôle : quand je vois Isabelle jouer, je sais que le public va vivre un moment important. Immédiatement, mon cerveau se met en alerte. Il faut écouter, car il risque d’y avoir du propos. Comme si savoir jouer d’un instrument permettait d’être virtuose.

Dans les faits, c’est un peu plus complexe que cela. Isabelle Chataignier-Haroche sait parler, écrire, se débrouiller pour être au bon endroit au bon moment (c’est en tout cas l’image qu’elle m’inspire). Ce charisme-là, couplé à la puissance et à la justesse d’une voix étonnamment fluette, va faire mouche. Un peu à la manière de Marina Rollman, si vous voulez. Et puis, vous le savez, un humoriste efficace peut se passer de démonstration de force.

Le propos est encore un peu timide, car elle débarque dans le milieu. Pour autant, on devine déjà son potentiel. Le potentiel qui m’est si cher, celui qui me fait entrevoir du génie là où il n’est pas encore né. Comme toujours, l’avenir nous dira s’il se révèle. Ce que je sais, c’est que quand quelqu’un travaille, sait captiver, se créer des opportunités et comprend les mécanismes de l’humour… le reste suit. Alors attendons !

Mise à jour novembre 2020 : on a attendu, et Isabelle a répondu présente ! Avec ses capsules vidéo sur l’actualité, elle rappelle que les sujets à la John Oliver ne sont pas l’apanage des anglo-saxons !

[post_title] => La découverte du mois - mai 2020 - Isabelle Chataignier-Haroche [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-isabelle-chataignier [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-30 17:16:19 [post_modified_gmt] => 2020-11-30 16:16:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10226 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 9436 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-19 16:32:00 [post_date_gmt] => 2020-03-19 15:32:00 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_gutenberg]

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le troisième et dernier épisode revient sur ma rencontre inattendue avec Adrien Montowski… En réalité, celui-ci est inédit, mais cela faisait longtemps qu’il me trottait dans la tête. Bonne lecture !


Nous sommes le 25 février 2017, et je m’apprête à traverser la petite couronne pour voir Éric Judor. L’événement se passe à Saint-Denis, au cinéma L’écran.

[/vc_gutenberg][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=DxjmQf7hdsQ"][vc_column_text]

Pour moi, cela me semble absurde. L’événement est gratuit, sans inscription, dans une ville moins attractive que la capitale. Éric Judor propose une masterclass devant des fans ravis de le voir. Il est une légende, le respect de l’assemblée est palpable. L’émeute potentielle, qui accueille généralement Kev Adams, laisse place à un public averti.

Ce rassemblement d’initiés crée un lien particulier entre chacun d’entre nous. Nous ne nous connaissons pas, mais nous partageons la même passion. Nous sommes une équipe soudée face à notre leader, Monsieur Judor.

Adrien Montowski était dans la salle…

Je ne le sais pas encore, mais je suis sur le point de rencontrer un comique. Adrien Montowski est là, il porte un badge du Beach Comedy Club, son plateau. Dans la salle, je ne sais pas où il est. Comme d’habitude, je me suis nichée au premier rang, volant la vedette à deux fans d’Éric Judor de la première heure. Je leur vole leur place, parce que ma jeunesse m’a privée de ces moments.

Je me souviens aussi d’une longue session de questions-réponses, immortalisée dans la vidéo ci-dessus. Quelques extraits, aussi, et des fidèles qui écoutent religieusement. Étrangement, mes souvenirs sont flous, car mon monologue intérieur s’apprête à débuter.

…mais je l’ai remarqué dans le métro

Dans le métro, les comédiens de stand-up ont longtemps remarqué des trucs. Or, en ce samedi soir, c’est moi qui remarque les choses. Je ne sais pas pourquoi ça me fascine autant de croiser des humoristes dans le métro. Je vous l’ai déjà raconté pour Lenny et Antek. Il m’arrive aussi, de temps en temps, de croiser Pierre Thevenoux sur ma ligne.

Mais par rapport à ce soir de février, cela n’a rien à voir. En effet, je commets l’affront de ne pas savoir qui est Adrien Montowski. Je connais juste son plateau, que je reconnais grâce à ce fameux badge. Je me dis : « non seulement, ce type m’a l’air important, mais en plus, il a bon goût ! ».

Qui es-tu, comique mystère ?

Mon cerveau accélère son remue-méninges. Où va-t-il ? Rentre-t-il chez lui ? J’ai vraiment un problème avec le traçage des êtres humains. À aucun moment je me dis que je vais aller lui parler, bien sûr. Parler, c’est pour les faibles. Inventer la vie de l’autre, c’est bien plus captivant. Quant à s’inventer une vie avec sa cible visuelle ? Mon imagination a les pleins pouvoirs : elle s’amuse à dégainer les 49.3 à la chaîne.

Contrairement au côté psychotique des lignes précédentes, je reste raisonnable à cet instant. Cependant, mon instinct est formel : je vais revoir cet homme. Il a l’air formidable : ça se voit à sa manière de regarder droit devant lui, à son badge et à nos calendriers momentanément communs.

Malheureusement, le trajet d’Adrien et le mien finissent par se séparer. Sans un mot, le lien s’était créé par un seul canal : la comédie. Peut-être revenait-il de New York ? Allait-il rejoindre Léopold ou Jean-Patrick ? Ces questions, je ne pouvais pas encore me les poser. Je ne suis même pas sûre qu’à ce stade, je connaissais Jean-Patrick. Mais j’avais une certitude : ces gens-là, je voulais tous les connaître.

Par la suite, j’ai revu Adrien au 33 Comedy, puis au Beach et dans de nombreux autres lieux. Je l’ai vu proposer ses premiers showcases, inviter Cyril Hives à ouvrir son premier spectacle d’une heure. Je ne savais pas que j’allais créer mon site, puis parler de son premier spectacle et le convier à une interview.

Interview Adrien Montowski – « Je suis l’outsider du stand-up »

Cette rencontre quasi-hypnotique n’était donc pas un hasard, finalement…

Crédits photo

© Marcela Barrios / Hans Lucas

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Rétro spot 3/3 - Comment j’ai rencontré Adrien Montowski [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => montowski-adrien-rencontre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 17:51:55 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 16:51:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9436 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 9258 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-09 16:08:23 [post_date_gmt] => 2020-03-09 15:08:23 [post_content] =>

Pierre DuDza a investi La Petite Loge où il joue son spectacle depuis le début de l’année. L’humoriste, résident au Laugh Steady Crew, a connu l’enfer dans le plus petit théâtre de la capitale. Nous pensions rédiger une critique… La vie en a décidé autrement : nous vous livrons donc un reportage glaçant au plus près des agitateurs de la blague les plus radicaux.

Nb. Depuis le 15 mars, les spectacles n’ont plus lieu à La Petite Loge ou ailleurs. Consultez les dernières recommandations et informations pour savoir quand les rassemblements vont reprendre.

En immersion dans le spectacle de Pierre DuDza, nous nous heurtons à Kévin et ses potes éméchés

La soirée est inhabituelle. Mélissa Rojo, qui assure généralement la régie, fête son anniversaire et a fait venir un remplaçant. Il ne se doutait pas du bizutage qui l’attendait…

La salle se remplit assez rapidement par le fond. Un petit groupe se rapproche dangereusement du fond de la salle, au plus près de moi et Jean-Marc, l’ami fidèle de Pierre. Pourquoi une telle proximité ? Un besoin d’attention, sans doute. Mais aujourd’hui, c’est moi qui ai peur face à ce colosse qui prend place à côté de moi.

Lui, ce n’est pas Kévin. Kévin, surnommé l’homme au chapeau depuis l’affaire, réagit très bruyamment aux premières phrases de Pierre. Rapidement, la salle comprend que le perturbateur ne se calmera pas.

Pierre DuDza à bout de nerfs, mais imperturbable

Et ça ne manque pas : le fil conducteur s’est perdu dès les premières interruptions du flux de blagues. Contre toute attente, Pierre DuDza tiendra bon. Le comique jusqu’au-boutiste essaie tant bien que mal de garder l’attention du public resté silencieux. Or quand Kévin ne réagit plus, ses trois potes prennent le relais. Ils discutent entre eux et débattent comme s’ils regardaient du stand-up sur Netflix. Sur quoi débattent-ils ? Sur le fait qu’ils ignorent l’existence de la carapace bleue dans Mario Kart !

Si le spectacle de Pierre DuDza était intégré à Mario Kart, ce soir-là, il aurait été l’accumulation de tous les pièges imaginés par les concepteurs du jeu. Fait impressionnant : le spectacle traite des trous de mémoire, et Pierre n’en a eu aucun. À aucun moment il n’a eu du mal à reprendre ses blagues en cours de route ou agencer le spectacle pour conserver les rires. Le public traversait le moment avec lui, et répondait par des moments d’hilarité.

Pour autant, les interruptions de Kévin n’étaient pas les seuls pièges à signaler. Pour des gens alcoolisés, ils suivaient très bien le spectacle. Volant la vedette à l’artiste sur scène, parlant plus fort que lui, ils anticipaient les blagues… quitte à les dévoiler sans élégance dans leurs interventions. Dans le jargon, comme ailleurs, on appelle ça mettre les pieds dans le plat. Résultat : ça tombe à plat.

Face à une telle fatalité, certains se seraient noyés dans des larmes de stand-upper fragile. Pierre DuDza est resté digne, droit comme un I. C’est vrai, il s’est allongé sur scène de désarroi. Mais c’était une seule fois ! Vous rendez-vous compte ? À sa place, j’aurais fait un malaise après trois minutes.

Crash-test scénique

Au-delà de la situation cocasse, ce type d’expérience est très formateur. Rageant d’un côté, car quand on rôde, on ne peut rien tirer d’une heure perturbée de la sorte. Mais niveau mental, on est sur une épreuve de Ninja Warrior.

Il est grand temps de vous dévoiler le secret le mieux gardé de l’humour. Tous les stand-uppers rêvent d’obtenir une récompense officieuse. Cette récompense, la profession ne l’accorde pas dans les festivals et autres tremplins. Trop dangereux. Mais dans une carrière, face à des publics indomptables, certains survivent. À ceux-là, je souhaite leur offrir aujourd’hui le Prix Denis Brogniart du rire.

Épilogue : faut-il voir le spectacle de Pierre DuDza ?

Par chance, nous avions déjà vu le spectacle Post-it lors de sa troisième représentation. À l’époque, on avait trouvé Pierre DuDza assez fort dans sa manière de frôler la crise de nerfs lorsqu’il raconte ses histoires.

Entre une bataille âpre avec sa fille, ses trous de mémoire intempestifs et ses dilemmes entre capitalisme et communisme, Pierre livre un spectacle passionnant et divertissant. C’est parfois très écrit, mais heureusement, les blagues sur le chat de Schrödinger viennent alléger le tout. Si, si.

Moralité : avec des post-its, tout est possible. Même dans les soirs les plus sombres. Allez découvrir le spectacle de Pierre DuDza pour avoir le fin de mot de l’histoire !

[post_title] => Spectacle - Pierre DuDza, l’imperturbable [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pierre-dudza-spectacle-imperturbable [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-15 09:34:54 [post_modified_gmt] => 2020-03-15 08:34:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9258 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 9227 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-06 17:15:52 [post_date_gmt] => 2020-03-06 16:15:52 [post_content] =>

L’humoriste toulousaine Emma de Foucaud secoue la scène parisienne depuis son arrivée dans la capitale. Découvrez cette stand-uppeuse qui a de l’avenir !

Emma de Foucaud : portrait d’une humoriste efficace

Vous n’avez pas encore entendu parler d’Emma de Foucaud ? C’est clairement une anomalie. L’humoriste, qui a contribué à créer la Toulouse Comedy Night, fait déjà sensation. Puisque des preuves valent mieux que mille mots, voici un extrait récent qui va mettre tout le monde d’accord.

L’efficacité du phrasé et l’authenticité du propos sont indéniables. Pour la petite histoire, l’extrait ci-dessus est issu d’un 20 minutes qu’Emma a joué au Cercle du Rire. On y était, et c’était un excellent passage.

Emma de Foucaud est aussi une plume, comme le prouve son blog qui relate les coulisses de ses débuts à Paris. On dévore ses mots avec tant de facilité, la lecture est fluide comme rarement. Alors imaginez cela transposé sur scène. Le stand-up d’Emma de Foucaud est direct, implacable. Et les rires suivent.

Qu’en est-il du jeu ? Le mois dernier, nous vous présentions l’un des acolytes d’Emma à Toulouse : Arezki Chougar. Et la vidéo du Télé-Achat des comiques reste un classique (on vous le remet, pour la peine !).

Une humoriste plus originale qui n’y paraît

Emma de Foucaud aborde ainsi des thèmes assez classiques : le féminisme, les relations homme/femme, le célibat chez les trentenaires… Cependant, elle le fait avec une fraîcheur qui rend ses passages uniques. Parce que même les lieux communs peuvent encore générer du rire. Personne n’a blâmé Adib Alkhalidey lorsqu’il parle du métro, la preuve…

Pour revenir à Emma, elle va plus vite que d’autres car elle se connaît bien. Manier l’autodérision peut se révéler catastrophique quand un artiste se ment à lui-même… Ici, pas de souci à se faire !

Mieux connaître Emma de Foucaud

Grâce aux podcasts, les humoristes en devenir ont l’occasion de se présenter au public. Si vous l’avez manqué, nous vous recommandons chaudement l’émission Rebonds, diffusée sur une radio locale toulousaine.

[mixcloud https://www.mixcloud.com/CampusFM/rebonds06-emma-060120/ width=100% height=120 hide_cover=1]

Outre le choix musical inspiré, Emma de Foucaud est une invitée passionnante. Plus récemment, elle a longuement décrit la genèse de la Toulouse Comedy Night et son arrivée dans le stand-up.

En bonus, ses anecdotes peuplent de nombreux épisodes du Meilleur Podcast, comme le prouve sa dernière apparition avec Adrien Arnoux !

Je ne sais pas vous, mais l’envie de la suivre nous titillait déjà depuis longtemps. Après plusieurs passages scéniques, elle nous anime pleinement et nous pousse à la voir régulièrement. Quelque chose nous dit que cette curiosité restera intacte après plusieurs mois, puis années de scène. Alors programmez-la dans votre plateau ou votre théâtre : le public mérite de la découvrir !

Crédits photo

© Christine Coquilleau / Portfolio Underground Comedy

[post_title] => La découverte du mois – Mars 2020 – Emma de Foucaud [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-emma-de-foucaud [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-30 17:27:27 [post_modified_gmt] => 2020-11-30 16:27:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9227 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 9206 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-05 19:01:57 [post_date_gmt] => 2020-03-05 18:01:57 [post_content] =>

Laurent Sciamma fait partie de la nouvelle génération d’humoristes. Il bénéficie d’une généreuse couverture médiatique. Un humoriste féministe à l’ère #MeToo : la presse progressiste exulte face à cette masculinité 2.0 et publie inlassablement. Or, sommes-nous en train de manquer le coche ?

Laurent Sciamma : la peur d’être opportuniste

À chaque fois que je lis un article sur le spectacle Bonhomme, une pointe d’exaspération émerge chez moi. Cela faisait longtemps que je voulais en parler, mais je peinais à trouver les mots justes.

Ai-je raison de m’insurger ? Mon instinct me répond par l’affirmative, mais n’a pas beaucoup d’arguments à avancer. Au fil de mes lectures, je tombe sur un article de Libération qui m’apaise un peu : Laurent Sciamma a peur de passer pour un opportuniste.

Donc Laurent Sciamma, premier concerné, se pose aussi des questions. Et ça confirme une autre de mes impressions : Laurent Sciamma fait passer un bon moment lors de son passage. Ces articles ne sortent donc pas de nulle part.

Je ne l’ai pas vu depuis longtemps, donc il a sans doute progressé depuis sa résidence au Beach Comedy Club. À l’époque, en tout cas, il faisait rire. Pas aux éclats, mais ça fonctionnait. Et comme il jouait à la Comédie des 3 Bornes, il avait largement le niveau pour cette salle.

Ancienne masculinité toxique vs. nouvelle masculinité unique ?

À l’heure où j’écris ces lignes, je découvre un nouvel article au titre quelque peu remuant. Publié sur le site de Marie Claire, voici ce qu’il nous balance à la figure :

Laurent Sciamma : « Ma honte d'être un homme a toujours été là »

Par Morgane Giuliani sur marieclaire.fr, le 4 mars 2020

Face aux valeurs de sensibilité prônées dans l’article, l’entrée en matière est plutôt violente. Putaclic, diraient certains. Mais je ne vais pas tomber dans les pièges habituels des Internets et je vais poursuivre la lecture.

Il s’agit donc d’une phrase issue du spectacle, que la journaliste a sélectionné pour interviewer le jeune humoriste. La formulation l’a tellement marquée qu’elle va jusqu’à qualifier Laurent Sciamma de « bonhomme bien sous tous rapports » car il n’a pas peur de « dire face à son public : “J’ai honte d’être un homme.” »

Je vais m’autoriser un syllogisme avant que Clément Viktorovitch, expert en rhétorique médiatique, ne vienne contrer mon article et détruire mon argumentation. Imaginons qu’avouer sa honte d’être un homme signifie qu’on est un homme bien. Je vous le dis tout net : je ne veux pas d’un monde basé sur ces postures manichéennes.

Le spectacle de Laurent Sciamma est nécessaire, mais ce n’est pas une fin en soi

Le problème n’est pas le spectacle de Laurent Sciamma, ou ses opinions, d’ailleurs. Au contraire : il répond à un besoin du public et il fait vivre des idées qui résonnent avec son époque. C’est très cool.

Non, le problème, c’est d’ériger le spectacle avec autant de vigueur parce que c’est de bon ton dans les rédactions. La majorité des articles traite de la qualité des messages plus que des blagues. Bien sûr, ce refrain revient souvent : « c’est drôle aussi ». Mais le rire vient en second plan, et je n’ai pas souvenir d’avoir trouvé d’argument me donnant envie de voir le spectacle pour des motifs comiques. Finalement, la ligne éditoriale discrédite artistiquement, sous couvert de célébration du féminisme.

J’ai donc une suggestion pour les rédactions culturelles. Maintenant que vous avez trouvé et sublimé Laurent Sciamma, essayez d’éditorialiser aussi bien d’autres paroles d’humoristes. Si ces paroles sont intéressantes, mais ne vont pas exactement dans le sens du discours ambiant, faites cet effort intellectuel supplémentaire. Analysez avec autant de passion les opinions qui ne sont pas les vôtres. Faites des double-pages sur Rosa Bursztein, par exemple. Ça ferait un super éclairage, non ?

En échange, j’irai voir le spectacle de Laurent Sciamma et juger de son potentiel comique comme pour les autres artistes. Je vaincrai ma peur de tomber dans un spectacle bien-pensant, alors même que je connais les qualités artistiques de Laurent Sciamma.

Parce qu’une pensée qui va dans le sens de l’histoire doit être étayée, voire mise à l’épreuve. Le progrès ne passe pas par un courant uniforme, n’en déplaise à des programmes comme celui ci-dessous. Je suis contente que ce podcast existe, mais je n’adhérerai jamais à l’ensemble des prises de positions énoncées

Alors, la presse progressiste, avons-nous un accord ?

[post_title] => Laurent Sciamma : itinéraire d’une couverture médiatique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => laurent-sciamma-bonhomme-presse-feminisme [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-05 19:18:14 [post_modified_gmt] => 2020-03-05 18:18:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9206 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 9032 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-26 14:34:58 [post_date_gmt] => 2020-02-26 13:34:58 [post_content] =>

Bastien Morisson propose depuis peu son spectacle Tête de vainqueur au Théâtre BO Saint-Martin. Il m’a convié à découvrir cette heure, et j’ai pleuré de rire.

Bastien Morisson dans Tête de vainqueur : la critique d’un rodage

Bastien Morisson a commencé par une salle plutôt grande pour proposer son heure. Remplir 70 places un mardi soir est un pari audacieux, mais pas irresponsable : Bastien a préparé son coup l’an dernier. Il a multiplié la création de plateaux d’humour. Également, il a proposé de nombreux passages de 20 et 30 minutes, au Sonart notamment.

J’ai assisté à l’une de ces soirées, et Bastien Morisson a su me convaincre. La prestation n’avait rien de révolutionnaire, mais elle était très efficace. Si la technique et le jeu sont encore perfectibles, les anecdotes sont déjà puissantes.

Le talent de Bastien, c’est aussi de bien connaître la force de chacune de ses blagues. On vit le moment avec lui : son regard gêné vient souligner qu’il ose un trait d’esprit en freestyle. Non seulement, le public lui pardonne tout de suite cette expérience en cours d’acquisition, mais il en redemande.

Un spectacle qui va à 100 à l’heure

Je n’ai pas vu le temps passer, et c’est rare. Si le spectacle parle en grande partie de son quotidien de professeur remplaçant, il aborde également la relation avec sa petite amie américaine. Mention spéciale à la partie sur les cassettes audio des cours d’anglais, qui est très bien jouée et hilarante.

Comme Yazid Assoumani, un nouveau professeur vient apprendre le stand-up. Et il a déjà l’hilarité avec lui. L’expérience fera le reste ; pour l’heure, profitez d’une bonne soirée… Et comme le dit Bastien Morisson lui-même : « Venez, les sièges sont confortables, vous pourrez dormir si ça ne vous plaît pas. ». Rassurez-vous : comme devant Top Gear, vous ne risquez pas de vous endormir…

[post_title] => Avec Bastien Morisson, le rire sort vainqueur [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bastien-morisson-tete-vainqueur-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-02-26 14:35:07 [post_modified_gmt] => 2020-02-26 13:35:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9032 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 8897 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-18 11:03:27 [post_date_gmt] => 2020-02-18 10:03:27 [post_content] =>

Samedi dernier, Kevin Robin jouait son spectacle Aventurier à la Petite Loge. Vous vous en doutez, on n’allait pas manquer ça ! La moitié du binôme 2 tocards font du stand-up a tenu ses promesses dans le plus petit théâtre de Paris, complet pour l’occasion.

Kevin Robin dans Aventurier : un spectacle frais et optimiste

La première fois qu’on avait vu Kevin Robin, c’était après la fête de la musique 2019 au Comédie Paradiso. Et on était loin de se douter qu’il venait de vivre ce qui allait lui inspirer la dernière partie de ce spectacle.

C’est l’histoire d’un gars qui apprend à se connaître et à se poser des questions, mais toujours en riant de lui-même et en ne se privant pas de vivre. Le spectacle Aventurier ressemble un peu à un diamant brut. Il requiert encore du travail, mais la base est déjà ultra-intéressante.

On voyage dans son introspection, et le périple est empli de légèreté. En effet, Kevin s’observe plus qu’il ne s’analyse. Résultat : son témoignage est honnête et hilarant (les deux « h » de « haha », sans doute…).

L’air de rien, Kevin Robin vous incite même à vivre votre propre aventure. Il ne vous dit pas comment la vivre, mais son récit bouscule plus qu’il n’y paraît.

L’art de la sincérité sur scène

Parfois, les humoristes ajoutent les mots « c’est une vraie histoire » dans leur passage. Kevin n’a pas besoin d’un tel artifice (surtout que souvent, c’est un mensonge). Ses anecdotes ne peuvent être inventées, à la manière d’un Alexandre Kominek, également passé dans cette salle.

Comme il le dit si bien en début de spectacle, Kevin se livre — vraiment. Le public a ainsi profité d’un beau florilège d’humour sincère comme on aime le voir, avec les rires inclus dans la formule. Et livrés en grande quantité, eux aussi !

Bref, si vous cherchez un spectacle brut, honnête et dépaysant, allez voir Kevin Robin et son heure, Aventurier ! La Petite Loge, on compte sur vous pour lui filer un créneau…

Crédits photo

© Nathan Bir

[post_title] => Kevin Robin, aventurier des temps modernes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => kevin-robin-aventurier-petite-loge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-02-18 11:07:11 [post_modified_gmt] => 2020-02-18 10:07:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8897 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 8823 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-14 09:58:39 [post_date_gmt] => 2020-02-14 08:58:39 [post_content] =>

Au Barbès Comedy Club, Florence Mendez livre un spectacle détonnant : Délicate. Passée par la Petite Loge l’automne dernier et par le Montreux Comedy Festival, elle n’a de cesse d’attirer l’attention. Qui est ce talent, et pourquoi va-t-il vous émouvoir ? On vous explique tout !

Florence Mendez : l’humoriste inclassable

Le spectacle commence par les premières notes de Smells Like Teen Spirit de Nirvana. Comme si l’acte de monter sur scène était un saut dans le vide pour Florence Mendez, qui nécessite cette musique pour passer à l’acte.

Ensuite, il faut briser la glace et conquérir le public. J’avais décidé de ne rien regarder ou lire sur cette artiste avant ce moment. Pas d’idées préconçues, cela suppose de juger par le regard. Le cerveau essaie de catégoriser la comique sur scène avec des repères antérieurs, il faut réfréner ce réflexe et livrer son attention.

À mesure que je découvre l’artiste et son spectacle, sa sensibilité me saute aux yeux. Je comprends qu’elle peut faire rire sur de nombreux thèmes (des koalas à la maternité), et qu’elle a dû se chercher pour proposer ce spectacle. Et au fil de l’heure, Florence Mendez s’avère étonnante. La puissance de son jeu rend l’expérience frappante et émouvante. Elle désamorce les sujets les plus introspectifs et difficiles avec une facilité d’écriture déconcertante.

Dans Délicate, le trash n’est pas gratuit

Décrite comme « la sale gosse de l’humour belge », Florence Mendez ne m’a clairement pas laissé cette impression. Elle amène simplement un témoignage plein de rage thérapeutique sur scène et y ajoute des blagues qui montent en puissance. Cette montée en puissance vient au fil du spectacle, à mesure qu’elle trouve ses repères sur la scène.

Car ces punchlines, qui sonnent comme une revanche sur son histoire, ne sont jamais gratuites. Florence Mendez inspire le contraire de l’indifférence. J’ai presque du mal à livrer les détails du spectacle, car ils m’imposent une certaine pudeur. Son histoire, elle seule peut la raconter.

Cela n’a rien à voir avec Nanette, car Florence Mendez a encore plein de ressources pour rire. Disons simplement qu’elle a surmonté une épreuve délicate et qu’elle garde un œil espiègle et l’envie de tourner cela en dérision. Le résultat : une vraie claque artistique. Florence Mendez ne tombe jamais dans l’humour à message ou un témoignage sans étincelle.

Rien à voir également avec Farah ou Laura Laune, qui sont plus incisives et moins introspectives. Et si on arrêtait les comparaisons et qu’on prenait le temps de profiter d’un spectacle ? Je ne me suis pas fait prier au Barbès Comedy Club…

Florence Mendez : verdict

Quand vous avez le sentiment d’entendre les comiques ressasser inlassablement les mêmes doutes, un spectacle comme celui-là vous remet d’aplomb. Livrer une prestation aussi personnelle sans tomber dans le pathos, ce n’est pas donné à tout le monde.

Florence Mendez m’a rappelé que je m’ennuyais un peu à faire défiler les artistes les uns après les autres, dans les plateaux auxquels j’assistais. Voir son spectacle a été une bouffée d’air frais pour moi, j’espère que vous vivrez la même expérience !

[post_title] => Dans Délicate, Florence Mendez est drôle et émouvante [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => florence-mendez-delicate-barbes-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-02-14 10:05:41 [post_modified_gmt] => 2020-02-14 09:05:41 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8823 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 8582 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-03 18:48:03 [post_date_gmt] => 2020-02-03 17:48:03 [post_content] =>

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show, c’est l’ouvrage d’Étienne de Balasy qui aide les jeunes humoristes à construire leur carrière ! Avant sa sortie le 20 février, nous avons pu vérifier qu’il était bien utile pour la nouvelle génération du rire.

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show : derrière ce long titre, de la qualité ?

Oui, nous étions sceptiques. Les professionnels ne sont en effet pas tous connus par leur générosité ou leur altruisme. Beaucoup se font mousser, et le parcours de l’auteur, Étienne de Balasy, avait de quoi donner le tournis. En plus, il avait un cours de stand-up à promouvoir…

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show aurait pu être une coquille vide purement marketing. Et les trois points d’exclamation à la fin du titre à rallonge finissaient de nous inquiéter.

Rassurez-vous ! Au final, il faut voir cet ouvrage comme un recueil de conseils très utiles prodigués par un sage du rire. Il en a vu, des talents. Certains se sont plantés, d’autres ont su déjouer les pièges pour construire leur carrière.

Un guide truffé de conseils et de témoignages…

Ma première impression, c’était que l’auteur se sentait contraint de broder de belles phrases pour commencer. Comme on poserait un sujet dans une dissertation à l’école. La langue française exige une forme de respect, de réflexion fleuve, que voulez-vous…

Heureusement, en relisant une deuxième fois, j’ai vu l’attachement de l’auteur aux rires, les vrais, dans toute leur diversité. Étienne de Balasy a une conscience assez fine des problématiques des artistes. Il propose d’ailleurs des portraits de personnalités clés tout au long du livre. Ceux de Roman Frayssinet et Christine Berrou sont très percutants.

Cet ouvrage est une pépite. En effet, chaque humoriste trouvera un conseil qui lui redonnera la hargne pour se battre. Il accompagne et prend en compte les doutes, tout en livrant quelques informations de base. Ces informations de base, cependant, personne ne les avait collectées au même endroit !

On a montré quelques passages à plusieurs humoristes de la nouvelle génération. Ils les ont dévorés avec enthousiasme, pressés de lire la suite !

Anecdotes et concepts-clés : attention, ça vaut de l’or !

La force de ce livre, c’est d’abord d’inclure un questionnaire personnel de motivation. Pour avoir travaillé dans la formation, je peux vous dire qu’il est très efficace. Cela peut paraître fastidieux, de répondre à quelques questions… Quand on apprend, on a cette envie d’aller tout de suite au but, mais ce temps d’introspection fait avancer à pas de géant.

Vous êtes humoriste et vous vous sentez perdu ? Vous avez l’impression de stagner ou de ne pas savoir comment progresser ? Le truc, dans ce métier, c’est qu’on peut se retrouver enseveli sous une tonne de conseils. Je renvoie tous les lecteurs au passage sur le concept d’indivisualisation (chapitre 5, page 97).

L’avis de nos collègues chez Stand Up France

Pourquoi un guide (presque) complet ?

Le format du livre est contraignant. Étienne de Balasy, ou son éditeur, a eu l’idée de communiquer sur « les plateaux d’humour près de chez vous ». Au début, je me suis dit que ça allait être compliqué. On les recense inlassablement, apportant ou prévoyant plusieurs modifications chaque semaine.

Et pourtant, oui, en lisant ce livre, vous saurez comment connaître les plateaux d’humour près de chez vous ! Spoiler alert: ils renvoient sur notre site #StreetCred. Ils font bien, parce que la liste des plateaux en annexe est très courte, et déjà obsolète. Le One More Joke n’est plus au 44 rue de la Folie-Méricourt

La partie sur l’écriture de sketch ou de la création d’un personnage est peut-être le point faible du livre. Il y a des choses intéressantes, mais la littérature sur le sujet est meilleure ailleurs. Le livre de Christine Berrou, Écrire un one man show et monter sur scène, est plus pratique encore. Quoi de plus normal : Christine Berrou l’a fait, Étienne de Balasy est davantage un metteur en scène. Les deux livres sont, de fait, très complémentaires — et l’auteur le souligne, d’ailleurs.

Dernier point où le livre atteint ses limites : le côté pratique du guide. Même si l’auteur fait l’effort de se déplacer sur le terrain, les humoristes pourront rester bloqués sur certains problèmes. Ça tombe bien, c’est là que le spot du rire va entrer en jeu cette année.

Un guide exhaustif avec Étienne de Balasy, Christine Berrou et Le spot du rire ?

Depuis plusieurs mois, le spot du rire travaille en coulisses sur un guide orienté « terrain », avec de nombreuses ressources complémentaires. La sortie de ce guide aurait pu tuer dans l’os notre projet.

Mais finalement, il réorientera simplement nos efforts. Déjà, on prévoit une FAQ évolutive, où vous pourrez poser vos questions. Monter sur scène, préparer son premier spectacle, jouer un peu plus loin, se promouvoir sur internet avec des outils et tutoriels concrets… Il existe 1000 sujets à aborder, et on pourra le faire pleinement si les efforts sont partagés !

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show : complétons-le !

Au début, en voyant la couverture et les nombreuses interrogations qui me venaient, je voulais vous déconseiller d’acheter ce livre. Pourtant, après une lecture plus approfondie, je révise mon jugement.

Dans le pire des cas, mettez en commun un chapeau ou deux, et passez ce livre de main en main ! 17 euros, à 2 ou 3, ça devient plus raisonnable quand on débute.

Étienne de Balasy vous offre un cadre pour vous développer en tant qu’artiste. Christine Berrou vous aide à monter votre premier spectacle, des premières blagues au produit fini. Et le spot du rire connaît de plus en plus les pièges du milieu. Avec ces trois entités, on vous garantit que vous allez accélérer votre carrière ! Les planètes s’alignent donc grâce à tous ces mots, anecdotes et conseils croisés…

Ainsi, pour ce dernier volet, on construira la meilleure expérience en apprenant ensemble. Restez donc connecté, ça va arriver très vite, même si ça nous ajoute encore du travail. C’est le nerf de la guerre, mais le résultat sera bien meilleur grâce à la sortie de ce guide au format papier…

[post_title] => Sortie librairie : on passe au crible le guide du stand-up et one man show [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => guide-complet-standup-onemanshow-livre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-03 12:10:10 [post_modified_gmt] => 2020-03-03 11:10:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8582 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 8476 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-01 11:30:00 [post_date_gmt] => 2020-02-01 10:30:00 [post_content] =>

Arezki Chougar est plus qu’un humoriste. Cet homme veut construire un empire de podcasts humour et il s’en donne les moyens. Comment peut-on être aussi brillant et rester aussi proche de ses semblables ? Ce mois-ci, nous vous présentons une découverte humour en mode full-béatitude/admiration.

Arezki Chougar : le maître du rire dans tes oreilles… mais pas que

Avant tout, Arezki Chougar est un homme libre. Libéré par ses convictions de dentiste à mi-temps : on ne se tue pas à la tâche et on réintègre un certain art de vivre. On réinvente la conversation sur des canapés, on redonne ses lettres de noblesse au terme « anecdotes » et on se marre !

Sur scène, c’est pareil. J’étais avec un humoriste d’une certaine réputation, qui parlait d’un autre humoriste qui ne se prenait pas pour de la merde. On bitchait parce que ce dernier étalait sa culture comme un porc, jouant l’homme intelligent qu’il ne serait jamais.

Arezki Chougar n’est pas comme ça. Arezki, c’est d’abord un type qui aime la vanne, la vraie. Un puriste qui veut avant tout faire rire. Son propos vient ensuite, on n’est pas là pour disserter sans glousser.

Oui, Arezki est au-dessus de ces jeux d’intelligence. Si bien que dès que je le croise, confessant un complexe d’infériorité, je rase un peu les murs. Sire, vous êtes d’une brillance impeccable, lui dis-je avec les yeux, histoire de lui cirer les pompes sans que ça ne se voie trop (coucou Aquilino Morelle). Lui porte des yeux bienveillants sur mes agissements, tout en continuant de respecter mon travail et ma personne.

D’où vient ce phénomène troublant ? Commençons l’enquête…

Humoriste, producteur et créateur de podcast… et futur influenceur de l’humour ?

Maintenant que nous avons défini « l’effet Arezki Chougar », il est temps que cet artiste tienne ses promesses. Parce qu’il est aussi charismatique sur scène qu’en-dehors, ce décryptage s’avère indispensable. Sinon, nous allons le sur-vendre et vous ne pourrez pas en profiter !

Arezki Chougar est un bon comédien de stand-up car il aime parler et qu’il en connaît la technique. Il a trouvé le subtil mélange entre être un leader d’opinion et ne pas étaler sa culture comme un assoiffé de reconnaissance (la bise aux 52 stand-uppers qui le font !). Il peut aussi le faire en anglais, si cela vous intéresse…

Il a aussi ce sens de l’observation et du jeu (voir ci-dessous avec Emma de Foucaud). Cette cerise sur le gâteau complète la recette de base pour bien se développer en stand-up.

Arezki Chougar est un bon client des podcasts, qu’il soit créateur, producteur ou intervenant. Il sait écouter sans s’imposer, livrer la bonne anecdote au bon moment et rire à gorge déployée — le trick pour rester simple. Pour finir, son imagination prend le relais en live pour terminer l’anecdote et la rendre encore plus forte (voir ci-dessous avec Léopold et Anissa Omri).

Enfin, Arezki Chougar est bon pour se vendre. Nous le disions en début d’article, il a ce côté « créateur d’empire démoniaque » indispensable à la création d’une communauté fidèle, en ligne comme hors ligne. Les autres humoristes adorent échanger avec lui après les scènes, tandis qu’il se tient dignement devant eux. Ses spectateurs sauront bientôt relayer tous ses contenus en masse.

Charge à lui de percer et de se faire reconnaître au-delà de son cercle habituel ! Arezki, on t’attend au tournant et on sait que tu seras là.

Interlude - Arezki Chougar dans Bla Bla Clap

[post_title] => La découverte du mois – Février 2020 – Arezki Chougar [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-arezki-chougar [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-26 11:13:26 [post_modified_gmt] => 2020-04-26 09:13:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8476 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 8348 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-21 16:05:10 [post_date_gmt] => 2020-01-21 15:05:10 [post_content] =>

Mamari fait partie de la toute nouvelle génération humour. Ce nouveau visage, vous le croisez souvent au Jardin Sauvage ou ailleurs, avec son carnet et sa bonne humeur. Mais alors, qu’est-ce qui la distingue des autres ? Vous allez voir, ce n’est pas commun.

Mamari ou le potentiel qui se devine

Quand j’ai découvert Mamari sur scène, j’écoutais attentivement. Je voyais quelqu’un qui avait vraiment envie d’être là. Elle voulait transmettre quelque chose, mais je ne savais pas encore quoi. Après vérification, elle non plus n’avait pas encore trouvé sa voie.

Et quoi de plus normal lorsqu’on débute ! J’ai décidé, comme pour nombre d’autres comiques, de laisser le temps au temps. Pendant ce temps, je la voyais poster des stories engagées — et je les ignorais. Je ne cherche pas un discours militant, mais un humour venu des tripes.

Loin du flux Instagram, un matin, je me suis levée très tôt pour la voir évoluer avec d’autres apprentis comiques… en apprentissage. Ils cherchaient à perfectionner leur clown, et Mamari a marqué la journée avec ses tripes. Je vous laisse relire l’article pour le résumé complet de ce moment d’anthologie.

Creuser pour trouver des pépites…

Je venais de comprendre que Mamari se rapprochait de son style scénique. Elle jouait divinement bien ce jour-là, et elle me laissait comprendre qu’elle avait beaucoup à proposer sur scène.

Beaucoup, oui, mais à quel point ? Mystère : les découvertes humour sont des potentiels, finalement. Certains vont éclore, d’autres stagneront après quelques coups d’éclat. Avec le recul, certains n’ont pas su émerger, tandis que d’autres se battent pour devenir de vraies pépites…

Toujours est-il que la promesse est belle. Mamari vient d’arrêter la scène pendant quelque temps et reprend depuis peu. La nouvelle comique qui va éclore sur scène devrait en tout cas marquer les esprits, soyez prêt à la découvrir !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => La découverte du mois - Janvier 2020 - Mamari [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-mamari [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-14 13:49:39 [post_modified_gmt] => 2020-10-14 11:49:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8348 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 8076 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-08 11:30:09 [post_date_gmt] => 2020-01-08 10:30:09 [post_content] =>

Comme vous le savez, Thomas Wiesel joue au Point Virgule en janvier en dépit des grèves. L’humoriste suisse est aussi disponible pour les médias qui souhaitent le rencontrer. Assez motivée sur le principe, j’ai finalement décidé de laisser passer l’opportunité : voici pourquoi.

Internet sait déjà beaucoup sur Thomas Wiesel, une interview en plus ne vous apprendrait rien

Vous voulez tout connaître de Thomas Wiesel ? Oui, il vous suffit juste de cliquer sur la phrase : la Radio Télévision Suisse lui a posé des questions d’année en année. Cuisiné de toutes parts, il est donc passé « sur le grill » le 11 août 2013, par exemple.

C’est aussi en 2013 qu’il improvisait un stand-up devant Michel Boujenah. Je dois vous confesser que cette interview et ce passage stand-up, je les ai déjà regardés plusieurs fois.

Sept ans plus tard, voici ce qui sort des ondes côté français.

J’ai épluché internet en long et en large, même si YouTube m’a encore trouvé une interview complètement inutile du lausannois avant un match de foot, dans des tribunes. Même ça, je l’ai vu. Et le pire, c’est que je regardais des vidéos archives de Blaise Bersinger, qui est une autre personne. Je vous jure, j’ai rencontré les deux… Tout ça pour dire que YouTube avait encore de la ressource.

Une liste de questions hypothétique

Tout de même, Thomas Wiesel me rend curieuse, suffisamment pour trouver 12 questions. Alors, creusons-nous la tête. À un moment donné, j’aurais probablement voulu savoir…

QuestionRéponse dans…
Pourquoi avoir créé le spectacle « Ça va. » ?Les gens qui doutent, Fanny Ruwet
Anticipe-t-il de passer un meilleur moment à Paris en janvier ?L’invité de la matinale, RTS
Ce qu’il peut dire de son « mentor », Nathanaël Rochat, et vice versa ?Les bras cassés, Couleur3
Comment gère-t-il l’après-scène avec les fans ? Pourquoi cela engendre-t-il du malaise ?Le spectacle (aperçu en rodage à Lyon) et Dans la tête d’un timide, RTS, et probablement d’autres
Les raisons de sa pause après avoir présenté Mauvaise Langue ?L’invité du 12h30, RTS
Comment cohabite-t-il avec ses émotions ?Le spectacle (aperçu en rodage à Lyon) et Sur les pas de Thomas Wiesel, RTS
Quel est son processus d’écriture de blagues, en général et pour un spectacle en particulier ?L’invité de la matinale, RTS (pas le même jour que le précédent)
Pourquoi sait-on autant de choses sur lui, même sur des sujets moins drôles ?L’invité de la matinale, RTS (là, c’est le même entretien que le précédent), Entre nous soit dit
Pourquoi le cadre codifié d’un spectacle humour le rassure-t-il pour s’adresser au public ?L’invité de la matinale, RTS (toujours le même entretien que le précédent)
Comment est-il devenu humoriste, l’a-t-il vu venir ?Sur les pas de Thomas Wiesel, RTS
D’où provient son intérêt pour les causes et associations, et pourquoi son engagement va plus loin qu’un simple discours ?L’invité du 12h30 et Cœur à cœur
[La question fun-légère qui justifie ma demande d’interview et mon travail préalable de fourmi.] Peut-il commenter l’expression « casanier branleur », qui a déjà servi à le définir ?Thomas Wiesel rencontre l’écrivain-cycliste Claude Marthaler (vous saurez aussi si Michel Boujenah pleure pendant l’amour)

CQFD : toutes les réponses existent déjà.

Interview de Thomas Wiesel : profite de ton temps, on sait que tu es bon

Au final, la motivation de solliciter une interview devient purement égoïste. Bloquer un comique bankable pendant une heure juste pour soi, c’est quelque chose que je peux totalement faire pour mon propre plaisir. Par contre, il faut prétendre avoir encore des questions à poser. Je ne sais pas jouer cette carte juste pour faire genre, donc je vais le laisser profiter de Paris et vous informer peut-être mieux encore sans cette entrevue. En plus, si ça déclenche nos deux timidités en simultané

Avec tout cela, vous pouvez vous forger une opinion sur Thomas Wiesel. Ça vous prendra 3 heures devant votre écran. Vous pouvez aussi vous fier à moi, qui ai déjà tout vu et mouliné. Je valide que ça donne envie d’en savoir encore plus de la personne avec ses propres mots. Le mieux, c’est de le voir en spectacle (encore une fois, on vous encourage) !

Crédits photo

© Laurent Bleuze / RTS

[post_title] => Pourquoi vous ne lirez pas d’interview de Thomas Wiesel [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => non-interview-thomas-wiesel [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-14 17:12:19 [post_modified_gmt] => 2020-12-14 16:12:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8076 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1008594 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-08-07 07:44:00 [post_date_gmt] => 2020-08-07 05:44:00 [post_content] =>

Adrien Montowski a entamé une opération séduction du public en 2020. S’il a toujours été bon sur scène, il développe de nouvelles cordes à son arc pour asseoir sa posture d’humoriste efficace. Ainsi, Adrien Montowski est une découverte humour qui a attendu longtemps cette place, mais qui la mérite amplement.

Adrien Montowski, une découverte au style recherché

Adrien Montowski était déjà un original lorsqu’il jouait son spectacle à la Boîte à rires. Capable de faire rire avec des roulades et un jeu frôlant l’absurde, il pouvait encore faire mieux.

Quand d’autres stagnent dans leurs meilleures partitions, d’autres repoussent leurs limites. Adrien, qui commençait peut-être à sentir que les nouveaux venus progressaient très vite, a ainsi haussé son niveau de jeu.

Tel le footballeur professionnel qu’il aurait pu être, ce compétiteur né a ainsi pris son courage à deux mains. Toquer à la porte d’Antoinette Colin, jouer le jeu des messages pour être davantage présent en plateau d’humour, et bientôt revenir jouer son heure, peut-être ?

Un demi-spectacle au Point Virgule pour dynamiser sa carrière

Quelle que soit sa trajectoire scénique, elle passe cet été par un lieu mythique : le Point Virgule. Depuis le début du mois de juillet, Adrien Montowski partage une affiche atypique avec Nadim, un humoriste qui n’a pas peur d’être original.

Exister face à cette bête de scène pourrait en rebuter plus d’un. Mais pas Adrien Montowski. Sa force : pousser son personnage comique dans ses derniers retranchements, puis étirer les gags jusqu’à la limite ultime. Le spectateur, tenu en haleine, répond forcément par des éclats de rire.

Cyril Hives explique dans son interview qu’Adrien excelle dans les act out, ces moments où plusieurs personnages ou points de vue cohabitent. Au Point Virgule, la scène hilarante de la bagarre au cinéma en est un très bon exemple. Pour la voir, vous avez jusqu’à la fin de l’été ! Si Nadim s’absentera début août, Adrien sera toujours là et retrouvera son acolyte Sylvain Fergot.

Adrien Montowski, c’est aussi des vidéos incroyables

Justement, en parlant de Sylvain Fergot, impossible de passer outre les formats courts qui les réunissent ! Celui qui a rencontré le plus gros succès est sans aucun doute le « Championnat du monde du mime derrière le canapé ». Les images parlent d’elles-mêmes.

Avant cela, il y a eu « EPAF ». Là encore, on est sur du beau jeu corporel (petit clin d’œil footballistique !).

Quand les deux hommes se retrouvent avec d’autres humoristes, cela donne « Les casses-couilles anonymes ». Encore une fois, le scénariste Sylvain Fergot mobilise toute sa créativité pour notre plus grand plaisir.

Seul, Adrien nous amène même aux tréfonds de son imagination. Avec son public, il est exigeant comme Yacine Belhousse. Et comme Yacine Belhousse, il veille toujours à le guider dans la plus grande humilité. Ce qui laisse présager un bel avenir pour ce footballeur devenu comédien puis comique.

Adrien Montowski découverte humour - En résumé

Adrien Montowski avait peut-être déjà trouvé son style bien avant l’été 2020. Ce qui a changé ? Sa proposition artistique plus solide l’amène aujourd’hui à plaire à un public en quête de nouvelles expériences comiques. La mission est donc accomplie sur le plan artistique. Maintenant, il ne reste plus pour vous qu’à le découvrir ! Si ce n’est pas déjà fait, bien entendu…

Crédits photo

© Marcela Barrios Hernández

[post_title] => La découverte du mois - Août 2020 - Adrien Montowski [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-adrien-montowski [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-04 18:17:25 [post_modified_gmt] => 2020-08-04 16:17:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008594 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 180 [max_num_pages] => 10 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => 1 [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 5c6acfda5fbd9453a7116b7839b15080 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

stand-up

Adrien Montowski, découverte humour, stand-up et mime sur le spot du rire

La découverte du mois - Août 2020 - Adrien Montowski

Reprise comique : Joseph Roussin et Fred Cham, affiche de leur premier 30-30 après la Covid-19

Humour instantané - Retour comique et volte-face

Masques : quand est-ce qu’on rit comme avant ?

Humour instantané - Bas les masques !

Julie Albertine, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Juillet 2020 - Julie Albertine

Clément K, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - juin 2020 - Clément K

Humoristes en télétravail : Farah, Nordine Ganso, Klotilde, Levin Vaz

Télétravail humoristique : confessions de 4 comiques

Isabelle Chataignier-Haroche, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - mai 2020 - Isabelle Chataignier-Haroche

Adrien Montowski : notre rencontre avec le plateau

Rétro spot 3/3 - Comment j’ai rencontré Adrien Montowski

Pierre DuDza en spectacle : il assure même si ça tourne mal !

Spectacle - Pierre DuDza, l’imperturbable

Emma de Foucaud, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois – Mars 2020 – Emma de Foucaud

Laurent Sciamma, affiche du spectacle Bonhomme

Laurent Sciamma : itinéraire d’une couverture médiatique

Bastien Morisson en spectacle

Avec Bastien Morisson, le rire sort vainqueur

Kevin Robin en spectacle : Aventurier à la Petite Loge !

Kevin Robin, aventurier des temps modernes

Florence Mendez joue son spectacle Délicate au Barbès Comedy Club

Dans Délicate, Florence Mendez est drôle et émouvante

Le guide presque complet du presque parfait stand-up et one man show : couverture du livre d'Étienne de Balasy

Sortie librairie : on passe au crible le guide du stand-up et one man show

Arezki Chougar, découverte humour et podcasteur sur le spot du rire

La découverte du mois – Février 2020 – Arezki Chougar

Mamari, découverte humour sur le spot du rire

La découverte du mois - Janvier 2020 - Mamari

Interview de Thomas Wiesel

Pourquoi vous ne lirez pas d’interview de Thomas Wiesel