Publications liées au mot-clé : cinéma

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => cinema
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 184
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => cinema
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 184
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => cinema
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 184
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => cinema
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 184
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 184
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 184
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => cinema
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 184
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (184) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (184) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (184)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 9436
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-03-19 16:32:00
                    [post_date_gmt] => 2020-03-19 15:32:00
                    [post_content] => 

[vc_row][vc_column][vc_gutenberg]

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le troisième et dernier épisode revient sur ma rencontre inattendue avec Adrien Montowski… En réalité, celui-ci est inédit, mais cela faisait longtemps qu’il me trottait dans la tête. Bonne lecture !


Nous sommes le 25 février 2017, et je m’apprête à traverser la petite couronne pour voir Éric Judor. L’événement se passe à Saint-Denis, au cinéma L’écran.

[/vc_gutenberg][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=DxjmQf7hdsQ"][vc_column_text]

Pour moi, cela me semble absurde. L’événement est gratuit, sans inscription, dans une ville moins attractive que la capitale. Éric Judor propose une masterclass devant des fans ravis de le voir. Il est une légende, le respect de l’assemblée est palpable. L’émeute potentielle, qui accueille généralement Kev Adams, laisse place à un public averti.

Ce rassemblement d’initiés crée un lien particulier entre chacun d’entre nous. Nous ne nous connaissons pas, mais nous partageons la même passion. Nous sommes une équipe soudée face à notre leader, Monsieur Judor.

Adrien Montowski était dans la salle…

Je ne le sais pas encore, mais je suis sur le point de rencontrer un comique. Adrien Montowski est là, il porte un badge du Beach Comedy Club, son plateau. Dans la salle, je ne sais pas où il est. Comme d’habitude, je me suis nichée au premier rang, volant la vedette à deux fans d’Éric Judor de la première heure. Je leur vole leur place, parce que ma jeunesse m’a privée de ces moments.

Je me souviens aussi d’une longue session de questions-réponses, immortalisée dans la vidéo ci-dessus. Quelques extraits, aussi, et des fidèles qui écoutent religieusement. Étrangement, mes souvenirs sont flous, car mon monologue intérieur s’apprête à débuter.

…mais je l’ai remarqué dans le métro

Dans le métro, les comédiens de stand-up ont longtemps remarqué des trucs. Or, en ce samedi soir, c’est moi qui remarque les choses. Je ne sais pas pourquoi ça me fascine autant de croiser des humoristes dans le métro. Je vous l’ai déjà raconté pour Lenny et Antek. Il m’arrive aussi, de temps en temps, de croiser Pierre Thevenoux sur ma ligne.

Mais par rapport à ce soir de février, cela n’a rien à voir. En effet, je commets l’affront de ne pas savoir qui est Adrien Montowski. Je connais juste son plateau, que je reconnais grâce à ce fameux badge. Je me dis : « non seulement, ce type m’a l’air important, mais en plus, il a bon goût ! ».

Qui es-tu, comique mystère ?

Mon cerveau accélère son remue-méninges. Où va-t-il ? Rentre-t-il chez lui ? J’ai vraiment un problème avec le traçage des êtres humains. À aucun moment je me dis que je vais aller lui parler, bien sûr. Parler, c’est pour les faibles. Inventer la vie de l’autre, c’est bien plus captivant. Quant à s’inventer une vie avec sa cible visuelle ? Mon imagination a les pleins pouvoirs : elle s’amuse à dégainer les 49.3 à la chaîne.

Contrairement au côté psychotique des lignes précédentes, je reste raisonnable à cet instant. Cependant, mon instinct est formel : je vais revoir cet homme. Il a l’air formidable : ça se voit à sa manière de regarder droit devant lui, à son badge et à nos calendriers momentanément communs.

Malheureusement, le trajet d’Adrien et le mien finissent par se séparer. Sans un mot, le lien s’était créé par un seul canal : la comédie. Peut-être revenait-il de New York ? Allait-il rejoindre Léopold ou Jean-Patrick ? Ces questions, je ne pouvais pas encore me les poser. Je ne suis même pas sûre qu’à ce stade, je connaissais Jean-Patrick. Mais j’avais une certitude : ces gens-là, je voulais tous les connaître.

Par la suite, j’ai revu Adrien au 33 Comedy, puis au Beach et dans de nombreux autres lieux. Je l’ai vu proposer ses premiers showcases, inviter Cyril Hives à ouvrir son premier spectacle d’une heure. Je ne savais pas que j’allais créer mon site, puis parler de son premier spectacle et le convier à une interview.

Interview Adrien Montowski – « Je suis l’outsider du stand-up »

Cette rencontre quasi-hypnotique n’était donc pas un hasard, finalement…

Crédits photo

© Marcela Barrios / Hans Lucas

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Rétro spot 3/3 - Comment j’ai rencontré Adrien Montowski [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => montowski-adrien-rencontre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 17:51:55 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 16:51:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9436 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 5248 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-30 14:16:36 [post_date_gmt] => 2018-09-30 12:16:36 [post_content] => Lost in Frenchlation organise des projections de films français avec des sous-titres en anglais... Mieux : lorsqu'il s'agit de comédies, plusieurs humoristes anglophones jouent 15 minutes ! Pour vivre ces soirées, rendez-vous au cinéma Club de l'Etoile à CDG Etoile. Retrouvez la prochaine soirée comique le 21 octobre.

Lost in Frenchlation : stand-up + cinéma français sous-titré

Je découvre tous les événements anglophones de comédie grâce à Els - Lost in France. Grâce à elle, j'ai pu revoir le film Roulez jeunesse avec Eric Judor et les humoristes Luke Thompson et Amber Minogue. La thématique : ça fait quoi, d'être parent ? En effet, dans le film, Eric Judor se retrouve en père de famille nombreuse et découvre la violence du quotidien lorsque les parents sont absents. Côté comédie, l'ambiance est beaucoup plus légère : Luke Thompson et Amber Minogue sont tous deux parents.

Luke Thompson, le prof d'anglais le plus cool de France

Je connaissais déjà Luke Thompson grâce à son podcast d'apprentissage de l'anglais. Il y parle de tout : du Brexit, d'humour (the Fringe, la comédie britannique...). Il y retrouve aussi les humoristes Paul Taylor et Amber Minogue. Amber était d'ailleurs à ses côtés lors de la soirée, elle jouait juste après lui. Je me suis revue sur les bancs de la fac d'anglais. On avait des cours avec des lecteurs, comprenez assistants d'anglais. C'était des expatriés qui nous faisaient parler anglais une heure par semaine. Bref, c'était top et drôle. Même très formateur. C'est sûrement pour ça que l'atmosphère d'une telle soirée me plaît autant. Tu arrives dans un cinéma classe

Amber Minogue, mère d'un enfant bilingue

Amber Minogue monte sur scène avec une autre comique anglophone, Sarah Donnelly. Chaque jeudi soir à 20h15, elles se retrouvent au BO St Martin dans le spectacle Becoming Maman. Sur scène, je suis frappée par sa voix. Non seulement, cette humoriste est drôle, mais elle est super agréable à écouter. Cela donne presque envie de s'appliquer sur son accent, c'est dire !

Un mot sur Roulez jeunesse et Eric Judor

J'ai vu le film Roulez jeunesse deux fois au cinéma. La première, j'ai versé ma petite larme. J'ai retrouvé l'Eric Judor que je connais. Celui qui vous emmène dans des univers où vous ne seriez pas allé sans lui. L'artiste pur qui prend des risques avec beaucoup de générosité. Eric Judor fait ainsi monter de nouveaux noms. Récemment, Monsieur Fraize était l'invité de l'émission Quotidien. Présenté comme l'humoriste incontournable du moment (et inclassable, évidemment), il se retrouve ainsi propulsé dans la lumière. Son talent fait beaucoup, mais Yann Barthès a cité le film Problemos. Sans cesse, Eric a rappelé que le scénario était de Blanche Gardin et que Monsieur Fraize était formidable. Pas besoin d'explication de texte pour adopter ce personnage, tant son jeu est marquant. D'ailleurs, quand j'ai regardé Quotidien, j'ai adoré voir Monsieur Fraize captiver l'audience. Le public alternait entre silence religieux et rires incontrôlés. C'était un pur bonheur de voir le public interloqué, puis, hébété, se mettre à réfléchir sur ce qu'on lui proposait. Pour Roulez jeunesse, c'est pareil. Le film est très différent, mais Eric Judor soulève les autres acteurs pour proposer une comédie marquante. A part le rôle de la petite amie pas-petite amie d'Eric, un peu facile, l'ensemble est d'une justesse pleine de simplicité. On sort léger de ce film, apaisé malgré la dureté du rebondissement.

Lost in Frenchlation : verdict

J'ai découvert Lost in Frenchlation le 14 septembre. La date n'est pas anodine : c'était l'ouverture du Debout Paris Festival. J'étais heureuse, ce soir-là, d'être loin de l'agitation autour de ces plateaux délocalisés. J'avais besoin de cette bouffée d'air frais. Cet événement est à la fois différent et complet. Ce n'est pas juste un plateau, c'est un vrai ensemble culturel où les gens se rencontrent, échangent. Les ambiances d'expatriés me rappellent bien sûr ma vie étudiante en Normandie et cela peut jouer. C'est comme si j'avais délaissé un aspect de mon bonheur pour le retrouver en une soirée. Ça fait du bien et je vous le conseille à tous. [post_title] => Lost in Frenchlation : cinéma français, sous-titres et stand-up en anglais [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lost-in-frenchlation-cinema-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:53:26 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:53:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5248 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 4390 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-09 11:58:53 [post_date_gmt] => 2018-06-09 09:58:53 [post_content] =>

L'actualité de l'humour est riche : entre les plagiats de Malik Bentalha, le discours d'Elie Semoun et diverses discussions avec les acteurs du secteur, parlons des choses qui fâchent. C'est dur pour moi, je n'aime pas le conflit, mais il faut parfois rentrer dans le lard.

Elie Semoun dans Un café au lot7 : droit de réponse

Ce matin, j'ai découvert avec un peu de déception le nom de l'invité d'Un café au lot7. Je n'ai rien contre Elie Semoun : comme tout le monde, j'ai ri aux petites annonces, c'est la trace d'une époque. Je ne suis pas son public actuel, mais il a le mérite de continuer à l'entretenir. Malgré cette déception, j'ai accueilli ce podcast avec beaucoup de curiosité.

Elie Semoun et le stand-up : copains comme cochons

Elie Semoun, c'est une voix qui compte dans l'humour. Un rapide sondage parmi mes connaissances hors humour me confirme que beaucoup le trouvent ringard. Même si l’on peut partager ce constat, je trouve qu'il ne lui rend pas justice. On n'est simplement pas le public cible et puis on se focalise sur certains pans plus médiatisés. Elie Semoun, c'est celui qui s'est écouté pour tenter un album musical. Arthur, qui aime bien se foutre de la gueule de ses amis-invités, avait raillé l’initiative. Il est vraiment dommage que le divertissement tombe aussi bas… Et je suis persuadée qu'il trouvait ça pas si mal, en vérité.

Mais Elie Semoun s'est aussi distingué en critiquant le stand-up récemment. Dans le podcast, l'animateur Louis Dubourg a eu le courage de revenir dessus. En adaptant son discours, il parvient habilement à mettre en confiance son invité et les langues se délient. Dans l’épisode, on a un excellent exemple : Louis démonte son propre argumentaire sur son amour du stand-up. Il dit en effet trouver agaçant qu'on adoube le stand-up comme un art avec un humoriste et un micro et c'est tout, alors qu'il vantait cet art avec ces mêmes mots 10 épisodes plus tôt environ ! C'est fin, ça prouve qu'il s'interroge, qu'il évolue et qu'il amène l'autre à le faire.

Stand-up : erreur de diagnostic

Il y a quelques mois, Elie Semoun a en effet exprimé sa fatigue autour du stand-up (à partir d'une minute trente) sur la chaîne Non stop people. Dans le podcast, il dit regretter ses propos... avant de les réitérer dix minutes plus tard avec Ikéa. Or, Elie Semoun parle du stand-up comme on dénigrerait le poulet. Le poulet, c'est bon, mais le poulet de batterie, moins cool. Lui fait l'amalgame entre le bon grain et l'ivraie.

En matière de récidive, Elie Semoun n'en est pas à son coup d'essai. Au Figaro, en 2012, il disait exactement la même chose sur le stand-up. C'est en réalité un positionnement marketing, qui me fait également rire quand je me souviens d'une anecdote de Seb Mellia. Un soir, au Point Virgule, Gad Elmaleh et Elie Semoun sont venus lui faire une surprise. Lors d'un plateau d'humour en dernière partie de soirée, devant une dizaine de personnes, Gad Elmaleh commençait sa nouvelle croisade dans les plateaux d'humour. Et Elie Semoun, dans les coulisses, n'avait pas osé le faire. C'était dans l'émission Antek on R', et je vous ai retrouvé l'extrait !

Gad Elmaleh et Elie Semoun incognito au Point Virgule : le récit de Seb Mellia

Alors, j'accueillerai avec plaisir cette volonté qu'il semble afficher aujourd'hui de se jeter dans l'arène du One More Joke. Ils écoutent les podcasts, ils connaîtront les anecdotes. Je suis partagée parce que j'admire la manière dont Elie Semoun assume ses opinions. Une opinion reste une opinion, il n'y a pas mort d'homme. Au contraire : ça me fait avancer dans ma réflexion et je le remercie d'assumer, de s'interroger. En effet, son discours n'est pas limpide parce que son opinion n'est pas stabilisée, il peine à formuler sa pensée... mais je vais l'aider. J'ai compris un truc, vous allez voir. J'espère ne pas me tromper d'interprétation, je vous laisse juge.

Mieux sélectionner les stand-uppers à mettre en avant pour faire oublier les critiques d’Elie Semoun

Plus on livre son opinion, plus on s'expose. Je le vois quand j'écris : parfois, je me relis, et je me désolidarise. Par exemple, je vous avoue être de mauvaise foi sur le sujet des têtes d'affiches. Ma ligne éditoriale est de parler des découvertes. J'ai parfois peu de mots pour des humoristes que j'aime bien mais qui n'ont à mon sens pas besoin de promotion. Syndrome de David contre Goliath, sans doute.

Elie Semoun vs. les autres observateurs : visions complémentaires

Donc, la vision d'Elie Semoun et celle des gens comme moi peuvent être complémentaires. Le problème, c'est la sélection. Là où j'ai été déçue, c'est lorsque Louis Dubourg demande qui Elie Semoun aime dans la nouvelle scène. Il a sorti des noms tellement conventionnels : Blanche Gardin, Kyan Khojandi... En gros, le gars semble avoir jugé la scène stand-up à la va-vite. Il ne saurait peut-être pas nommer plus de dix stand-uppers. Cela remet en perspective son analyse et cela prouve qu'on peut l'enrichir en dialoguant. Ça va même jusqu'à dire, en riant, que Kheiron est un connard. On a vu plus respectueux, même si l'on se doute qu'il disait ça sur le ton de la blague. Je suis partagée, c'est une relation entre Kheiron et Elie Semoun, ça ne nous regarde pas. Qu'ils règlent ça entre eux s'il y a problème.

Alors, Elie Semoun, viens vraiment voir les scènes ouvertes ou demande un peu l'avis de ceux qui le font. Cela t'évitera de généraliser sur un genre d'humour et tu sauras ce qu'il se passe vraiment ! Même si, comme tout effet de mode, on sait qu'on ne peut empêcher les détracteurs qui s'en servent aussi de s'exprimer dessus...

Malik Bentalha épinglé par CopyComic : les réactions tardent ?

CopyComic vient de sortir une nouvelle vidéo assez édifiante. Ce matin, j'ai pris le métro et j'ai vu la tête de Malik Bentalha à l'affiche d'un film avec Kad Merad, il me semble. En sortant, il y a toujours l'affiche de Taxi 5, film dans lequel j'avais d'ailleurs dit qu'il m'avait émue. Bref, il est partout et ne semble pas inquiété. Ma réaction immédiate était de me dire qu'on avait affaire à un comédien hors-pair. Il avait sûrement utilisé la scène comme tremplin pour le cinéma. Une réaction atrophiée, parce qu'au fond, je m'en fiche de ce gars, il ne me fait pas spécifiquement rire et s'il s'arrêtait de monter sur scène ou sa carrière dans la comédie, cela ne me ferait rien.

Je ne vais pas ajouter à la polémique, mais je vais juste évoquer une anecdote qui m'a saisie. Après la sortie de la vidéo, le Point Virgule a partagé l'extrait de 50 Minutes Inside où l'on voyait Antoinette Colin et Malik Bentalha se retrouver.

Le reportage vantait les mérites du Point Virgule à détecter les talents, et c'est vrai pour la plupart. Mais là, les gars, le timing était mauvais ! En plus, Malik Bentalha a pris beaucoup de texte du répertoire de Mustapha El Atrassi, qui a également les faveurs du théâtre. Est-on dans une schizophrénie mal assumée ? J'ai trouvé cela très bizarre, j'imagine que cela doit être assez gênant, à tel point que tout continue comme si de rien n'était.

Changer les choses

Je trouve, cela dit, que la chronologie des événements est très intéressante et nous prouve que les gens qui choisissent les talents font parfois n'importe quoi. À ce stade, je commençais à nourrir l’envie d’une reconversion professionnelle. JJe me suis dit : faisons comme Zinédine Zidane. Oui, carrément. Zidane m'avait marquée (ça fera plaisir à Louis Dubourg) lorsqu'il a abordé sa reconversion en entraîneur. Il a dit, en substance, qu'il ne ferait pas comme Didier Deschamps ou Laurent Blanc : il ne se sentait pas légitime sans formation. Et on a vu le résultat positif. Bref, j'ai postulé à une formation pour me frotter à la promotion et au conseil artistique.

Pour la faire courte, j'ai fait la bonne élève. Mais cette semaine (la chronologie, décidément), j'ai reçu un mail automatique avec le verdict suivant :

Votre candidature a été refusée pour le motif : cursus antérieur inadapté et projet professionnel ou recherche inadapté.

Ça tombe bien, je n'avais pas encore mûri mon projet et oser franchir le pas.

Rebondir

Merci, au revoir, pas gros bisous. Il serait aisé de se dire qu'on ne veut pas d'un renouveau, d'une vision extérieure. Ce serait tellement simple de se lamenter et de chier sur une institution comme la Sorbonne, pédante au possible et incrédule face aux changements de la société. Mais il faut aussi accepter d'essuyer des refus. L'idée de bifurquer d'un milieu à un autre ne donne sans doute pas vraiment confiance à une institution poussiéreuse. Un autodidacte s'ennuie vite et aura à cœur de critiquer l'ordre établi — déso comme disent les jeunes. Après, l'échec me donne envie de continuer à bouger la fourmilière, si tant est qu'on parle comme cela au siècle de Jul.

Le mot de la fin

À ce stade, je dois vous confesser que j'ai une liste des sujets dont j'ai envie de parler, à savoir :

  1. Humour féminin : quelques mythes, de la discrimination ressentie et de vrais talents
  2. L'entre-soi entre humoristes : petit guide pour sortir des deux-trois bandes majoritaires et éviter les gens qui dénigrent les camarades parce qu'ils sont instables psychologiquement
  3. Ça va cinq minutes : pourquoi un spectateur qui traîne au 33 Comedy et au One More Joke par intérêt me dit que je dois avoir couché avec Paul Dechavanne pour être capable de sortir une anecdote sur lui (sic !)

Sujets à venir

Bon, pour la troisième, cela ne fera pas l'objet d'un article. Je voulais juste poser ça là, parce que ça m'a à la fois choquée de voir un inconnu me parler avec un tel sens du respect, et à la fois fait beaucoup rire.

Les deux autres sujets me passionnent parce que le but est de rendre perfectible le monde du stand-up. Il est déjà très agréable et c'est un plaisir de passer autant de temps à le valoriser. Je trouve intéressant d'exprimer la progression de mon point de vue sur l'humour féminin, parce que certaines femmes humoristes m'ont littéralement conquise, tandis que d'autres (une minorité !) jouent sur la moralisation du public et confondent militantisme acharné et humour. J'insiste sur le terme acharné, parce que l'humour engagé est très intéressant, et celles qui y parviennent le font avec brio.

Concernant l'entre-soi, j'ai envie de vous en parler en bien comme en mal, en expliquant que c'est juste une dynamique de groupe sociaux. Il suffit de regarder le film Problemos pour voir qu'on reproduit certains schémas pervers avec de bonnes intentions… Et aussi parler de l'ego de ceux qui se sentent rejetés, alors que pas du tout… Affaire à suivre !

[post_title] => Elie Semoun, Malik Bentalha et l'écosystème de l'humour : comment faire mieux ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => elie-semoun-malik-bentalha-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:54 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4390 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 3788 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-04-15 19:28:16 [post_date_gmt] => 2018-04-15 17:28:16 [post_content] => Depuis mercredi dernier, les cinémas projettent Taxi 5, nouvel opus de la saga. Sans Samy Nacéri et Frédéric Diefenthal, mais avec de nombreux clins d’œil aux précédentes moutures. Voici la réponse à la question que tout le monde se pose : faut-il se déplacer ? Les fans de la saga ont crié au sacrilège, alors...

Taxi 5 : vous écoutez Nostalgie, ça peut paraître ringard...

Donc, on a affaire à une nouvelle équipe : Franck Gastambide et Malik Bentalha remplacent le duo mythique. Autant vous le dire, au début du film, je me suis demandée pourquoi je ne profitais pas du beau temps. Les gros plans sur Franck Gastambide sont insupportables, comme si l'on était des demeurés incapables de comprendre qu'il était le héros charismatique. Un écueil dont le cinéma français et ses comédies potaches ont le secret. Regardez les films avec Kev Adams et vous trouverez ce procédé copié-collé. Nous avons donc un héros au-dessus des missions d'une police municipale, qui va se retrouver avec des bras cassés névrosés et finir par les aimer. Genre, comme tous les films populaires. Bien sûr, il va finir par draguer une jolie fille avec du caractère qui s'y connaît en voitures, Sabrina Ouazani... Ce qui est par ailleurs un stéréotype parmi tant d'autres dans le film, qui reprend en partie la bande qu'on voit dans les films comme Babysitting ou Pattaya. Les répliques et scènes similaires aux quatre films précédents se bousculent. Le personnage de la petite amie de Malik Bentalha est aussi caricatural, tout comme la policière avide de malbouffe et de nymphomanie. Je vous passe les répliques sur le vomi parce qu'une voiture de sport, Ô surprise, ça va vite... De toute façon, un film français sans effet vomi, j'ai l'impression que ça n'existe pas.

Et pourtant, on se laisse surprendre

S'il n'y a pas d'innovation notable dans le film, il y a aussi des choses à sauver. Les vingt premières minutes où l'on explique qui sont les protagonistes, leurs valeurs, qualités et défauts, sont certes lourdes... mais une fois cela passé, on finit par s'amuser. J'ai adoré les méchants, avant de comprendre qu'il s'agissait de pilotes. Des pilotes qui ne ressemblent pas vraiment à des pilotes, à la rigueur de stock-car brésilien. Mais bon, ils ont de belles voitures alors ça passe. J'ai aussi zappé les gros plans sur le compteur : ça ressemble trop à pourquoi je ne regarde plus Automoto depuis le départ de Marc Minari. Montrer, lorsqu'on touche le rupteur, un mec qui hurle... vraiment ? Bon, dans tout ça, je ne vous parle toujours pas des bons côtés. Bernard Farcy aurait pu être ringard, mais ses envolées lyriques artistiques sont géniales. Il y a de la finesse dans l'écriture de certains personnages : l'émotivité de Malik Bentalha, le rôle de Michel dans son ensemble et Edouard Montoute, toujours aussi bon... La présence de Redouane Bougheraba m'a émue parce qu'il traîne au Paname et que le grand public doit découvrir la nouvelle scène humour qui n'a plus de secret pour nous. Le bonheur de voir Ramzy apparaître dans une saga qui a marqué mon adolescence... Tous les clins d’œil ont fini par m'émouvoir moi aussi, me rappeler le bonheur d'avoir découvert les précédents opus. Les adeptes du c'était mieux avant peuvent y aller sans hésiter. Au Box Office, il y a mieux, mais ce n'est pas un raté non plus. Le genre veut peut-être ça !

Taxi 5 : quelques images pour vous donner l'eau à la bouche

Crédits photo : © John Waxxx [post_title] => On a vu le film Taxi 5, et on a évité le délit de fuite [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => critique-film-taxi-5 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:41:57 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:41:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3788 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 3625 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-14 17:18:43 [post_date_gmt] => 2018-03-14 16:18:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Avant de lancer Le spot du rire, j'avais déjà un avis tranché sur l'humour. Mon combat d'enfant et d'adolescente aura été d'essayer de convaincre mon entourage : « Non, Éric et Ramzy ne sont pas des débiles profonds ! » Autant vous dire que j'ai ramé. Je voulais partager avec vous une archive que j'ai écrite quand j'avais 20 ans. Parce qu'à cet âge, tu es foufou, tu prends encore moins de distance qu'à ton âge actuel et tu évolues sur le fil du rasoir de tes émotions. Enfin, je crois. Bonne lecture !

Éric et Ramzy : génies de l’humour

Septembre 2, 2011 par Juliette A l’occasion du démarrage de la série Platane lundi prochain, je souhaitais aborder un sujet qui me tient à cœur, à savoir Éric et Ramzy. J’ai rencontré beaucoup de gens qui ne comprenaient pas la quintessence de leur humour, biaisés par des préjugés. J’ai lu des tas de descriptions de ces artistes (car oui, c’est le mot qui convient pour les désigner) où du vocabulaire péjoratif se retrouvait là, en guise de descriptif de leur humour. Il y avait l’humour « niais », l’humour « pipi-caca », les « crétineries » (celui-là rencontre une forte popularité). Mais j’estime qu’il est très complexe d’arriver à leur niveau comique. J’ai naturellement une préférence dans le duo comique, et mon choix se tourne vers Éric Judor. Cet homme manie l’autodérision comme personne, et pour avoir essayé de le faire, il y a toujours un moment où l’on ne supporte plus de se faire vanner. Mais lui, il y arrive. Il en joue dans tous ses spectacles, films, mêmes dessins animés ; en somme, vraiment tout ce qu’il fait. Et j’identifie cela comme une véritable prouesse très risquée. La preuve, dans les descriptions que j’évoquais plus haut, lorsqu’on lit celles destinées à Ramzy seul, on a l’impression que les gens l’estiment davantage qu’Éric et qu’ils voient en ce dernier un fardeau pour Ramzy. Sans lui, en d’autres termes, il aurait pu avoir une belle carrière.

Mais c’est sans compter leur duo comique.

Ils peuvent fonctionner seuls comme en duo. Pourtant, pourquoi les gens s’obstinent-ils à vouloir les séparer ? Leur amitié nourrit leurs projets et leur a permis de se faire connaître. Je terminerai cet article sur une note un peu plus positive pour la critique (quoi que) : celle-ci est en train d’encenser Platane, le nouveau bébé d’Éric Judor. Et ce avant même que le grand public ait vu les premiers épisodes. Oui, Platane est prometteur. Mais comme le souligne souvent le duo, le public constitue leur véritable test. C’est pour eux qu’ils osent affronter tous les genres, quitte à en dérouter certains, mais quitte à en séduire d’autres. Le public d’Éric et Ramzy n’est ni abruti, ni analphabète. Il constitue un panel diversifié, et le duo comique a bien fait d’aller fouiller dans tous les genres. Peut-être qu’il constitue un duo audacieux, qui veut faire tomber les frontières comiques en apportant quelque chose de méconnu. On aurait tort de les brider, ou pire de les cataloguer. Éric et Ramzy, c’est un style comique bien défini qui se lance dans une multitude de projets divers et variés. Le risque de décevoir fait partie de leur métier, et leur grandeur comique les pousse à le titiller pour en tirer, au final, le meilleur. Platane sera diffusé dès le 5 septembre en prime time sur Canal +. Si comme moi, vous n’êtes pas abonné, le DVD sortira fin septembre.

Le mot de la fin

Regardez Platane. Et les autres créations du duo comique qui a marqué mon enfance.

Crédits photo

Capture d'écran Facebook : bande-annonce du film La tour 2 contrôle infernale.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=_KVDDXT5gYk" title="Éric Judor, Gogol ou Auteur ? (CulturePorn)"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Retro spot #6 - Ce que j'écrivais sur Éric et Ramzy à 20 ans [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => avis-eric-ramzy-platane [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:21:54 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:21:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3625 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 3432 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-14 08:20:39 [post_date_gmt] => 2018-02-14 07:20:39 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Au spot du rire, on a déjà évoqué le Kev Adams bashing. Ce phénomène consiste à discréditer le travail de l’humoriste pour ses choix artistiques ou, plus rarement, sur sa popularité et la communauté de fans qui va avec. L’effet Justin Bieber. En ce jour de Saint-Valentin, il nous semble important de faire une mise au point : oui, on aime Kev Adams !

I love Kev Adams : de la genèse de l'humoriste marketé à une propulsion de carrière fulgurante

Et si on l’aime, c’est depuis le début. Enfin, dès qu’il est apparu dans On n’demande qu’à en rire. Ce télé-crochet, on m’en parle souvent pour me dire qu’il manque à la télévision un tremplin d’humoristes. Certes, il avait ses défauts : les défauts d’un format télévisé sur le service public. Le cadrage créatif qui a marginalisé certains types d’humour au profit d’autres. Ce que pensent les producteurs n'est pas forcément ce que veut le public, ou les publics... Et voilà : Kev Adams était le produit le plus populaire. On oublie souvent que derrière ce qu’on décrit comme un produit, il y a juste un mec qui a été propulsé en haut de l’affiche. Récemment, Kev Adams a répondu de la meilleure des manières à ceux qui s’amusaient à le discréditer en scène ouverte.

Des tapis rouges aux caves en scène ouverte

Il est apparu au Fieald déguisé en humoriste débutant. Barbe désordonnée, cheveux longs, casquette qui le faisait ressembler au bénévole dans l’école du film Hibou. Voix qui zozote. Et il commence à faire du Kev Adams bashing. Ce qui, à la longue, discrédite le personnage sur scène. Il le fait tellement que ça me met la puce à l’oreille. Mais pas suffisamment pour être certaine qu’il s’agisse bien de Kev Adams.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=DiEcWq8NcuM" title="Kev Adams incognito au Fieald"][vc_column_text]A la fin du passage, il enlève sa casquette, puis son déguisement, et tout devient limpide : l’autodérision laisse place à un moment de jouissance scénique. Effusion de joie dans la salle. Tout le monde a adoré se faire avoir, un peu ou passionnément pour ceux qui n’ont rien vu venir. On ne va pas se mentir : je ne suis pas en admiration devant tous ses projets. Je n’en ai pas vu beaucoup, surtout récemment. J’ai vu des tonnes d’épisodes de la série Soda, et bien sûr les sketches sur France 2. Et le spectacle Voilà voilà qui est passé à la télévision. J’ai dû voir The Profs 2 quand il est passé sur Canal+… Au final, pas mal de choses qui m’ont divertie à dose raisonnable. Enfin, je n'ai pas vu le spectacle de Kev et Gad suite aux retours catastrophiques qui ont suivi sa diffusion. Quoi qu'il en soit, ce type est partout. Il ne laisse pas indifférent : c’est la marque des grands, alors que sa carrière et sa vie ne font que commencer ! Donc, quand il y a eu la polémique Gangsterdam sur le « viol cool » (sic !), ça a mis de l’huile sur le feu. Nous sommes alors en mars 2017.

L'aura de Kev Adams et la perception des autres humoristes

Près d’un an plus tard, donc, Kev Adams s’est mis en risque dans les lieux où ça ricane sur lui. Et pour autant, les gens étaient contents de le voir là. Cela a valorisé le lieu (le Paname Art Café, en l’occurrence) et légitimé les plateaux d'humour comme lieux de création incontournables. Si vous voulez comprendre, Sympa la vie en a parlé. C’est très bien résumé (à partir de 11:55). En synthèse, on ne va pas pousser jusqu'à lui envoyer la vidéo de Solange te parle. Mais on attend de voir comment il va évoluer. Ses fans vont grandir, aussi. Pour info, Kev Adams a le même âge que moi. Vous irez voir si vous êtes curieux. Mais c'est l'âge du bordel où tu deviens adulte. Alors Kev, c'est quoi la suite ? ;)[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=7K1B--wjasI" title="La parenthèse inattendue - Kev Adams se confie dans un cadre atypique (2014)"][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=mEkSXAiPe_0" title="Kev Adams dans On n'est pas couché (2019)"][vc_column_text]

Crédits photo

© France 2 / Adenium TV France - Capture d'écran YouTube[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Saint-Valentin : et si on disait « je t'aime » à Kev Adams ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => kev-adams-bashing [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:33:39 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:33:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3432 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 3393 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-01 16:48:38 [post_date_gmt] => 2018-02-01 15:48:38 [post_content] => Le spot du rire vous parle régulièrement des podcasts humour qui fleurissent sur le web. L'objectif, c'est de vous les faire découvrir le mieux possible. Voilà pourquoi nous débarquons sur SoundCloud !

Des playlists avec les meilleurs contenus SoundCloud sur l'humour

Des archives de 7 sur scène de Radio Nova en passant par des conseils sur le stand-up, on vous propose une sélection à dévorer des oreilles. Nous proposons ni plus ni moins de créer ce concept. Vous retrouverez aussi de nombreuses interviews de Sebastian Marx. Quelques semaines plus tôt, nous vous proposions déjà de découvrir l'interview avec Tania Dutel. Ainsi, vous verrez qu'il y en a plein d'autres !

8 playlists thématiques pour toutes vos envies auditives !

Vous proposer du contenu, c'est bien. Or, le sélectionner et le classer, c'est mieux. Après avoir englouti des heures de contenus et cherché ce qui existait ailleurs, nous vous proposons de fouiller dans ces 8 thématiques : Si vous aussi, vous entendez quelque chose qui vous plaît, vous pouvez aussi nous en faire part. En 2018, partageons l'humour plus que jamais !

Mise à jour 28 février 2018

Voici de nouveaux contenus audio sur l'humour, anciens et récents. Concrètement, ces contenus proviennent de sources diverses et parlent d'artistes très variés :
  1. Le concept du marché-parlé de Navo, repris par Marina Rollman il y a deux ans vous embarquera dans un moment lointain. 10 minutes de dépaysement garanties.
  2. L'épisode du Floodcast de FloBer avec Solange te parle, qui a été un bonheur à écouter. Une vraie belle interview.
  3. Deux épisodes supplémentaires de Nouvelle Ecole avec Kyan Khojandi et Sophie-Marie Larrouy. On a failli la voir à Dimanche Marrant la semaine dernière, elle a donc amplement sa place ici.
On vous invite à proposer d'autres contenus SoundCloud en commentaires. Ensuite, on les écoutera et on les ajoutera à nos listes de lecture humoristiques !

Aller plus loin

Le spot du rire sur SoundCloud : retrouvez les meilleurs contenus audio ! [post_title] => Le spot du rire débarque sur SoundCloud ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soundcloud-podcasts-contenus [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:35:55 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:35:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3393 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 3066 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-12-02 11:26:01 [post_date_gmt] => 2017-12-02 10:26:01 [post_content] => Le spot du rire a été voir C'est tout pour moi, le film qui s'inspire de l'ascension de Nawell Madani. L'humoriste livre un portrait touchant du parcours de Lila vers le succès, un parcours semé d'embûches.

Un film à mi-chemin entre stand-up et personnages

Comme dans le stand-up, le spectateur s'amuse à décortiquer ce qui est vrai et ce qui est romancé. Le tout est assez bien mélangé : on retrouve Wary Nichen qui joue son propre rôle, mais d'autres humoristes comme Tareek ou Jo Brami incarnent des personnages. L'affiche du spectacle de Lila, c'est une adaptation de l'affiche du spectacle de Nawell avec les textes qui changent, etc. Les lieux sont aussi mêlés entre le réel et la fiction. Le Stand-Up Show, c'est le Jamel Comedy Club... tandis que le Café Oscar reste le Café Oscar. On voit même la patronne des lieux se faufiler discrètement sur plusieurs plans. Pour un amateur d'humour, c'est agréable de voir ces moments et lieux d'éclosion d'artistes.

Vu par les humoristes : Arezki Chougar, Fabien Guilbaud, Emma de Foucaud et Gabriel Francès critiquent le film

Un portrait des rapports humains dans le milieu assez fidèle...

Côté personnages, on profite d'un florilège de portraits finement dressés. Le producteur qui voit en toi une pépite un temps, et qui veut ta peau dès que la machine s'enraye. Un père qui veut protéger et préserver une fille ayant envie d'un autre destin, et qui finit par lâcher du lest. La clique d'humoristes qui fustige la nouvelle venue, vexée de voir un talent frais la devancer. La perception altérée de la vulgarité des blagues balancées par un homme et une femme. Et Lila, qui tombe dans les pièges du destin mais se relève toujours, ne s'avoue jamais vaincue. Ces portraits sont vraiment réussis et touchent au cœur des problématiques des milieux de pouvoir où la gloire fait rêver tant d'âmes.

...Mais une description du milieu du stand-up quelque peu réductrice

Un bémol : pour romancer la narration, le film caricature légèrement le milieu du stand-up. Lorsque Lila dit qu'elle en a marre de se faire voler ses vannes, elle stoppe le stand-up pour monter un seul-en-scène. C'est opposer deux genres qui s'entrecroisent, c'est avancer que les personnes qui créent des personnages ne peuvent rien voler. Ce raccourci est quelque peu dommageable, et il peut renforcer l'idée que le stand-up n'est pas un art, et ce serait dommage. Comme dans tous les milieux, il y a des choses qui ne se disent pas, des intimidations diverses... mais aussi des gens qui sont sincères dans leur démarche. Le public le voit : il y aura toujours des gens qui se prétendront ouverts, sincères, mais qui n'osent pas regarder dans les yeux dans le processus. D'un autre côté, il y aura aussi des artistes qui arrivent à être vrais, qui enflamment les salles pour les bonnes raisons. On comprend que ce raccourci ne sert qu'à la narration, au genre cinématographique. On en apprend plus sur la promotion du film à la radio. Pour se faire une meilleure idée, attendons les documentaires sur la scène actuelle. Ça travaille en coulisses.

C'est tout pour moi : la bande-annonce

C'est tout pour moi : en salles depuis le 29 novembre. Crédit photo : © UGC / Capture d'écran de la bande-annonce. [post_title] => C'est tout pour moi : Nawell Madani livre un film touchant [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nawell-madani-film [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-02 21:32:46 [post_modified_gmt] => 2020-03-02 20:32:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=3066 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 1779 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-06-10 13:42:11 [post_date_gmt] => 2017-06-10 11:42:11 [post_content] => France Culture s'est amusée à réfléchir sur le rire à travers 5 émissions de radio que vous pouvez réécouter ici. Une initiative rondement menée par Maylis Besserie dans l'émission Les Nouvelles vagues, avec en bouquet final une intervention d'Eric Judor qu'on ne présente plus et qui a toujours su mettre en valeur des choses que le grand public n'explore pas assez. Si vous n'avez pas trop de temps devant vous, privilégiez l'écoute de ce cinquième et dernier épisode. Les émissions restent un peu sérieuses et tombent parfois dans des lieux communs éditoriaux. Taper sur Cyril Hanouna et la télé-réalité, c'est une chose, mais pourrait-on un peu parler d'autre chose quand on s'attaque à des sujets comme ça ? ;-)

Episode 1 : Aux frontières du rire

Episode 2 : Mécaniques du stand-up

Episode 3 : Humour viral

Episode 4 : Mon lapin quotidien, une revue qui secoue

Episode 5 : Carte blanche cinéma « Comedy »

[post_title] => France Culture place le rire sous les projecteurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => carte-blanche-rire-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:18:58 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:18:58 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=1779 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 9 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 9436 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-19 16:32:00 [post_date_gmt] => 2020-03-19 15:32:00 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_gutenberg]

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le troisième et dernier épisode revient sur ma rencontre inattendue avec Adrien Montowski… En réalité, celui-ci est inédit, mais cela faisait longtemps qu’il me trottait dans la tête. Bonne lecture !


Nous sommes le 25 février 2017, et je m’apprête à traverser la petite couronne pour voir Éric Judor. L’événement se passe à Saint-Denis, au cinéma L’écran.

[/vc_gutenberg][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=DxjmQf7hdsQ"][vc_column_text]

Pour moi, cela me semble absurde. L’événement est gratuit, sans inscription, dans une ville moins attractive que la capitale. Éric Judor propose une masterclass devant des fans ravis de le voir. Il est une légende, le respect de l’assemblée est palpable. L’émeute potentielle, qui accueille généralement Kev Adams, laisse place à un public averti.

Ce rassemblement d’initiés crée un lien particulier entre chacun d’entre nous. Nous ne nous connaissons pas, mais nous partageons la même passion. Nous sommes une équipe soudée face à notre leader, Monsieur Judor.

Adrien Montowski était dans la salle…

Je ne le sais pas encore, mais je suis sur le point de rencontrer un comique. Adrien Montowski est là, il porte un badge du Beach Comedy Club, son plateau. Dans la salle, je ne sais pas où il est. Comme d’habitude, je me suis nichée au premier rang, volant la vedette à deux fans d’Éric Judor de la première heure. Je leur vole leur place, parce que ma jeunesse m’a privée de ces moments.

Je me souviens aussi d’une longue session de questions-réponses, immortalisée dans la vidéo ci-dessus. Quelques extraits, aussi, et des fidèles qui écoutent religieusement. Étrangement, mes souvenirs sont flous, car mon monologue intérieur s’apprête à débuter.

…mais je l’ai remarqué dans le métro

Dans le métro, les comédiens de stand-up ont longtemps remarqué des trucs. Or, en ce samedi soir, c’est moi qui remarque les choses. Je ne sais pas pourquoi ça me fascine autant de croiser des humoristes dans le métro. Je vous l’ai déjà raconté pour Lenny et Antek. Il m’arrive aussi, de temps en temps, de croiser Pierre Thevenoux sur ma ligne.

Mais par rapport à ce soir de février, cela n’a rien à voir. En effet, je commets l’affront de ne pas savoir qui est Adrien Montowski. Je connais juste son plateau, que je reconnais grâce à ce fameux badge. Je me dis : « non seulement, ce type m’a l’air important, mais en plus, il a bon goût ! ».

Qui es-tu, comique mystère ?

Mon cerveau accélère son remue-méninges. Où va-t-il ? Rentre-t-il chez lui ? J’ai vraiment un problème avec le traçage des êtres humains. À aucun moment je me dis que je vais aller lui parler, bien sûr. Parler, c’est pour les faibles. Inventer la vie de l’autre, c’est bien plus captivant. Quant à s’inventer une vie avec sa cible visuelle ? Mon imagination a les pleins pouvoirs : elle s’amuse à dégainer les 49.3 à la chaîne.

Contrairement au côté psychotique des lignes précédentes, je reste raisonnable à cet instant. Cependant, mon instinct est formel : je vais revoir cet homme. Il a l’air formidable : ça se voit à sa manière de regarder droit devant lui, à son badge et à nos calendriers momentanément communs.

Malheureusement, le trajet d’Adrien et le mien finissent par se séparer. Sans un mot, le lien s’était créé par un seul canal : la comédie. Peut-être revenait-il de New York ? Allait-il rejoindre Léopold ou Jean-Patrick ? Ces questions, je ne pouvais pas encore me les poser. Je ne suis même pas sûre qu’à ce stade, je connaissais Jean-Patrick. Mais j’avais une certitude : ces gens-là, je voulais tous les connaître.

Par la suite, j’ai revu Adrien au 33 Comedy, puis au Beach et dans de nombreux autres lieux. Je l’ai vu proposer ses premiers showcases, inviter Cyril Hives à ouvrir son premier spectacle d’une heure. Je ne savais pas que j’allais créer mon site, puis parler de son premier spectacle et le convier à une interview.

Interview Adrien Montowski – « Je suis l’outsider du stand-up »

Cette rencontre quasi-hypnotique n’était donc pas un hasard, finalement…

Crédits photo

© Marcela Barrios / Hans Lucas

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Rétro spot 3/3 - Comment j’ai rencontré Adrien Montowski [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => montowski-adrien-rencontre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 17:51:55 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 16:51:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9436 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 9 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 27c0663ffb90f66231c5b02d7f9f0db3 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

cinéma

Adrien Montowski : notre rencontre avec le plateau

Rétro spot 3/3 - Comment j’ai rencontré Adrien Montowski

Lost in Frenchlation : soirée cinéma et stand-up au Club de l'Etoile

Lost in Frenchlation : cinéma français, sous-titres et stand-up en anglais

Elie Semoun et Louis Dubourg parlent de stand-up

Elie Semoun, Malik Bentalha et l'écosystème de l'humour : comment faire mieux ?

Taxi 5 : le nouveau duo Franck Gastambide et Malik Bentalha

On a vu le film Taxi 5, et on a évité le délit de fuite

Éric et Ramzy au cinéma

Retro spot #6 - Ce que j'écrivais sur Éric et Ramzy à 20 ans

Kev Adams dans La Parenthèse Inattendue

Saint-Valentin : et si on disait « je t'aime » à Kev Adams ?

Le spot du rire débarque sur SoundCloud !

Le spot du rire débarque sur SoundCloud !

C'est tout pour moi : le film sur l'humour avec Nawell Madani

C'est tout pour moi : Nawell Madani livre un film touchant

Carte blanche au rire

France Culture place le rire sous les projecteurs