Catégorie : Actus et critiques spectacles

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [paged] => 2
            [category_name] => actu-critique-spectacle
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 162
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 162
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [paged] => 2
            [category_name] => actu-critique-spectacle
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 162
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 162
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 162
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => actu-critique-spectacle
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 162
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [category] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 162
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (162) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (162) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (162)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 18, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 9258
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-03-09 16:08:23
                    [post_date_gmt] => 2020-03-09 15:08:23
                    [post_content] => 

Pierre DuDza a investi La Petite Loge où il joue son spectacle depuis le début de l’année. L’humoriste, résident au Laugh Steady Crew, a connu l’enfer dans le plus petit théâtre de la capitale. Nous pensions rédiger une critique… La vie en a décidé autrement : nous vous livrons donc un reportage glaçant au plus près des agitateurs de la blague les plus radicaux.

Nb. Depuis le 15 mars, les spectacles n’ont plus lieu à La Petite Loge ou ailleurs. Consultez les dernières recommandations et informations pour savoir quand les rassemblements vont reprendre.

En immersion dans le spectacle de Pierre DuDza, nous nous heurtons à Kévin et ses potes éméchés

La soirée est inhabituelle. Mélissa Rojo, qui assure généralement la régie, fête son anniversaire et a fait venir un remplaçant. Il ne se doutait pas du bizutage qui l’attendait…

La salle se remplit assez rapidement par le fond. Un petit groupe se rapproche dangereusement du fond de la salle, au plus près de moi et Jean-Marc, l’ami fidèle de Pierre. Pourquoi une telle proximité ? Un besoin d’attention, sans doute. Mais aujourd’hui, c’est moi qui ai peur face à ce colosse qui prend place à côté de moi.

Lui, ce n’est pas Kévin. Kévin, surnommé l’homme au chapeau depuis l’affaire, réagit très bruyamment aux premières phrases de Pierre. Rapidement, la salle comprend que le perturbateur ne se calmera pas.

Pierre DuDza à bout de nerfs, mais imperturbable

Et ça ne manque pas : le fil conducteur s’est perdu dès les premières interruptions du flux de blagues. Contre toute attente, Pierre DuDza tiendra bon. Le comique jusqu’au-boutiste essaie tant bien que mal de garder l’attention du public resté silencieux. Or quand Kévin ne réagit plus, ses trois potes prennent le relais. Ils discutent entre eux et débattent comme s’ils regardaient du stand-up sur Netflix. Sur quoi débattent-ils ? Sur le fait qu’ils ignorent l’existence de la carapace bleue dans Mario Kart !

Si le spectacle de Pierre DuDza était intégré à Mario Kart, ce soir-là, il aurait été l’accumulation de tous les pièges imaginés par les concepteurs du jeu. Fait impressionnant : le spectacle traite des trous de mémoire, et Pierre n’en a eu aucun. À aucun moment il n’a eu du mal à reprendre ses blagues en cours de route ou agencer le spectacle pour conserver les rires. Le public traversait le moment avec lui, et répondait par des moments d’hilarité.

Pour autant, les interruptions de Kévin n’étaient pas les seuls pièges à signaler. Pour des gens alcoolisés, ils suivaient très bien le spectacle. Volant la vedette à l’artiste sur scène, parlant plus fort que lui, ils anticipaient les blagues… quitte à les dévoiler sans élégance dans leurs interventions. Dans le jargon, comme ailleurs, on appelle ça mettre les pieds dans le plat. Résultat : ça tombe à plat.

Face à une telle fatalité, certains se seraient noyés dans des larmes de stand-upper fragile. Pierre DuDza est resté digne, droit comme un I. C’est vrai, il s’est allongé sur scène de désarroi. Mais c’était une seule fois ! Vous rendez-vous compte ? À sa place, j’aurais fait un malaise après trois minutes.

Crash-test scénique

Au-delà de la situation cocasse, ce type d’expérience est très formateur. Rageant d’un côté, car quand on rôde, on ne peut rien tirer d’une heure perturbée de la sorte. Mais niveau mental, on est sur une épreuve de Ninja Warrior.

Il est grand temps de vous dévoiler le secret le mieux gardé de l’humour. Tous les stand-uppers rêvent d’obtenir une récompense officieuse. Cette récompense, la profession ne l’accorde pas dans les festivals et autres tremplins. Trop dangereux. Mais dans une carrière, face à des publics indomptables, certains survivent. À ceux-là, je souhaite leur offrir aujourd’hui le Prix Denis Brogniart du rire.

Épilogue : faut-il voir le spectacle de Pierre DuDza ?

Par chance, nous avions déjà vu le spectacle Post-it lors de sa troisième représentation. À l’époque, on avait trouvé Pierre DuDza assez fort dans sa manière de frôler la crise de nerfs lorsqu’il raconte ses histoires.

Entre une bataille âpre avec sa fille, ses trous de mémoire intempestifs et ses dilemmes entre capitalisme et communisme, Pierre livre un spectacle passionnant et divertissant. C’est parfois très écrit, mais heureusement, les blagues sur le chat de Schrödinger viennent alléger le tout. Si, si.

Moralité : avec des post-its, tout est possible. Même dans les soirs les plus sombres. Allez découvrir le spectacle de Pierre DuDza pour avoir le fin de mot de l’histoire !

[post_title] => Spectacle - Pierre DuDza, l’imperturbable [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pierre-dudza-spectacle-imperturbable [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-15 09:34:54 [post_modified_gmt] => 2020-03-15 08:34:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9258 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 9032 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-26 14:34:58 [post_date_gmt] => 2020-02-26 13:34:58 [post_content] =>

Bastien Morisson propose depuis peu son spectacle Tête de vainqueur au Théâtre BO Saint-Martin. Il m’a convié à découvrir cette heure, et j’ai pleuré de rire.

Bastien Morisson dans Tête de vainqueur : la critique d’un rodage

Bastien Morisson a commencé par une salle plutôt grande pour proposer son heure. Remplir 70 places un mardi soir est un pari audacieux, mais pas irresponsable : Bastien a préparé son coup l’an dernier. Il a multiplié la création de plateaux d’humour. Également, il a proposé de nombreux passages de 20 et 30 minutes, au Sonart notamment.

J’ai assisté à l’une de ces soirées, et Bastien Morisson a su me convaincre. La prestation n’avait rien de révolutionnaire, mais elle était très efficace. Si la technique et le jeu sont encore perfectibles, les anecdotes sont déjà puissantes.

Le talent de Bastien, c’est aussi de bien connaître la force de chacune de ses blagues. On vit le moment avec lui : son regard gêné vient souligner qu’il ose un trait d’esprit en freestyle. Non seulement, le public lui pardonne tout de suite cette expérience en cours d’acquisition, mais il en redemande.

Un spectacle qui va à 100 à l’heure

Je n’ai pas vu le temps passer, et c’est rare. Si le spectacle parle en grande partie de son quotidien de professeur remplaçant, il aborde également la relation avec sa petite amie américaine. Mention spéciale à la partie sur les cassettes audio des cours d’anglais, qui est très bien jouée et hilarante.

Comme Yazid Assoumani, un nouveau professeur vient apprendre le stand-up. Et il a déjà l’hilarité avec lui. L’expérience fera le reste ; pour l’heure, profitez d’une bonne soirée… Et comme le dit Bastien Morisson lui-même : « Venez, les sièges sont confortables, vous pourrez dormir si ça ne vous plaît pas. ». Rassurez-vous : comme devant Top Gear, vous ne risquez pas de vous endormir…

[post_title] => Avec Bastien Morisson, le rire sort vainqueur [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bastien-morisson-tete-vainqueur-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-02-26 14:35:07 [post_modified_gmt] => 2020-02-26 13:35:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9032 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 8897 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-18 11:03:27 [post_date_gmt] => 2020-02-18 10:03:27 [post_content] =>

Samedi dernier, Kevin Robin jouait son spectacle Aventurier à la Petite Loge. Vous vous en doutez, on n’allait pas manquer ça ! La moitié du binôme 2 tocards font du stand-up a tenu ses promesses dans le plus petit théâtre de Paris, complet pour l’occasion.

Kevin Robin dans Aventurier : un spectacle frais et optimiste

La première fois qu’on avait vu Kevin Robin, c’était après la fête de la musique 2019 au Comédie Paradiso. Et on était loin de se douter qu’il venait de vivre ce qui allait lui inspirer la dernière partie de ce spectacle.

C’est l’histoire d’un gars qui apprend à se connaître et à se poser des questions, mais toujours en riant de lui-même et en ne se privant pas de vivre. Le spectacle Aventurier ressemble un peu à un diamant brut. Il requiert encore du travail, mais la base est déjà ultra-intéressante.

On voyage dans son introspection, et le périple est empli de légèreté. En effet, Kevin s’observe plus qu’il ne s’analyse. Résultat : son témoignage est honnête et hilarant (les deux « h » de « haha », sans doute…).

L’air de rien, Kevin Robin vous incite même à vivre votre propre aventure. Il ne vous dit pas comment la vivre, mais son récit bouscule plus qu’il n’y paraît.

L’art de la sincérité sur scène

Parfois, les humoristes ajoutent les mots « c’est une vraie histoire » dans leur passage. Kevin n’a pas besoin d’un tel artifice (surtout que souvent, c’est un mensonge). Ses anecdotes ne peuvent être inventées, à la manière d’un Alexandre Kominek, également passé dans cette salle.

Comme il le dit si bien en début de spectacle, Kevin se livre — vraiment. Le public a ainsi profité d’un beau florilège d’humour sincère comme on aime le voir, avec les rires inclus dans la formule. Et livrés en grande quantité, eux aussi !

Bref, si vous cherchez un spectacle brut, honnête et dépaysant, allez voir Kevin Robin et son heure, Aventurier ! La Petite Loge, on compte sur vous pour lui filer un créneau…

Crédits photo

© Nathan Bir

[post_title] => Kevin Robin, aventurier des temps modernes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => kevin-robin-aventurier-petite-loge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-02-18 11:07:11 [post_modified_gmt] => 2020-02-18 10:07:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8897 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 8823 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-14 09:58:39 [post_date_gmt] => 2020-02-14 08:58:39 [post_content] =>

Au Barbès Comedy Club, Florence Mendez livre un spectacle détonnant : Délicate. Passée par la Petite Loge l’automne dernier et par le Montreux Comedy Festival, elle n’a de cesse d’attirer l’attention. Qui est ce talent, et pourquoi va-t-il vous émouvoir ? On vous explique tout !

Florence Mendez : l’humoriste inclassable

Le spectacle commence par les premières notes de Smells Like Teen Spirit de Nirvana. Comme si l’acte de monter sur scène était un saut dans le vide pour Florence Mendez, qui nécessite cette musique pour passer à l’acte.

Ensuite, il faut briser la glace et conquérir le public. J’avais décidé de ne rien regarder ou lire sur cette artiste avant ce moment. Pas d’idées préconçues, cela suppose de juger par le regard. Le cerveau essaie de catégoriser la comique sur scène avec des repères antérieurs, il faut réfréner ce réflexe et livrer son attention.

À mesure que je découvre l’artiste et son spectacle, sa sensibilité me saute aux yeux. Je comprends qu’elle peut faire rire sur de nombreux thèmes (des koalas à la maternité), et qu’elle a dû se chercher pour proposer ce spectacle. Et au fil de l’heure, Florence Mendez s’avère étonnante. La puissance de son jeu rend l’expérience frappante et émouvante. Elle désamorce les sujets les plus introspectifs et difficiles avec une facilité d’écriture déconcertante.

Dans Délicate, le trash n’est pas gratuit

Décrite comme « la sale gosse de l’humour belge », Florence Mendez ne m’a clairement pas laissé cette impression. Elle amène simplement un témoignage plein de rage thérapeutique sur scène et y ajoute des blagues qui montent en puissance. Cette montée en puissance vient au fil du spectacle, à mesure qu’elle trouve ses repères sur la scène.

Car ces punchlines, qui sonnent comme une revanche sur son histoire, ne sont jamais gratuites. Florence Mendez inspire le contraire de l’indifférence. J’ai presque du mal à livrer les détails du spectacle, car ils m’imposent une certaine pudeur. Son histoire, elle seule peut la raconter.

Cela n’a rien à voir avec Nanette, car Florence Mendez a encore plein de ressources pour rire. Disons simplement qu’elle a surmonté une épreuve délicate et qu’elle garde un œil espiègle et l’envie de tourner cela en dérision. Le résultat : une vraie claque artistique. Florence Mendez ne tombe jamais dans l’humour à message ou un témoignage sans étincelle.

Rien à voir également avec Farah ou Laura Laune, qui sont plus incisives et moins introspectives. Et si on arrêtait les comparaisons et qu’on prenait le temps de profiter d’un spectacle ? Je ne me suis pas fait prier au Barbès Comedy Club…

Florence Mendez : verdict

Quand vous avez le sentiment d’entendre les comiques ressasser inlassablement les mêmes doutes, un spectacle comme celui-là vous remet d’aplomb. Livrer une prestation aussi personnelle sans tomber dans le pathos, ce n’est pas donné à tout le monde.

Florence Mendez m’a rappelé que je m’ennuyais un peu à faire défiler les artistes les uns après les autres, dans les plateaux auxquels j’assistais. Voir son spectacle a été une bouffée d’air frais pour moi, j’espère que vous vivrez la même expérience !

[post_title] => Dans Délicate, Florence Mendez est drôle et émouvante [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => florence-mendez-delicate-barbes-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-02-14 10:05:41 [post_modified_gmt] => 2020-02-14 09:05:41 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8823 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 8732 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-11 09:02:04 [post_date_gmt] => 2020-02-11 08:02:04 [post_content] =>

Chaque année, la Saint-Valentin est l’occasion pour les théâtres d’attirer un peu plus le public. Et aussi de rapprocher des gens qui assistent à un spectacle, probablement. Vous avez envie de faire rire votre moitié, mais vous voulez sélectionner une expérience unique et personnalisée ? Ne cherchez plus !

Un spectacle pour la Saint-Valentin : dans cette forêt de descriptions, trouvez votre match scénique

Rire le 14 février n’est pas réservé aux couples. Le mode d’emploi est simple : parcourez cet article, identifiez votre profil et réservez !

Pour célébrer « le vrai amour »

La Saint-Valentin pour vous, c’est une fête et non pas un artifice commercial. Vous aves des idéaux, et vous voulez trouver une artiste qui sait les mettre en valeur ?

Le spectacle Saint-Valentin pour vous, c’est Pépites de Marion Mezadorian. Guettez le passage sur sa grand-mère, et prenez des mouchoirs si vous avez les larmes aussi faciles que le rire.

Pour regarder un archétype de mec moderne version décontracté-sympa-beau gosse-anciennement du terroir

Oui, ça fait beaucoup de catégories. Quoi de plus normal, cela dit… Vous mettriez des êtres humains dans une seule case, vous ?

Lorsque sa carrière était encore à ses débuts, j’ai testé le spectacle de Maxime Gasteuil avec un pote que j’ai voulu séduire. La soirée était très bonne, j’ai profité de la vanne sur la table basse pour lui faire comprendre deux-trois trucs… Si elle est toujours dans le spectacle, vous comprendrez.

Sinon, Maxime Gasteuil a beaucoup plus d’expérience aujourd’hui et il vous fera probablement beaucoup rire, seul(e) ou à plusieurs.

Pour lui rappeler que le love n’est pas un long fleuve tranquille, mais que vous gérerez ça

Un spectacle qui s’appelle Amour pour la Saint-Valentin, est-ce trop ? Au moins, vous savez où vous mettez les pieds.

Bérengère Krief propose un spectacle où elle livre sa vision de l’amour. On sent qu’elle est allée au bout de son envie artistique. Et apparemment, ça parle téléfilms de Noël et écart entre idéal et réalité. Oui, je n’ai pas vu ce spectacle, mais j’ai des informateurs qui m’ont raconté tout ça.

Ne vous prenez pas trop la tête, amusez-vous et riez. Si ça fait briller vos yeux, ce sera du bonus.

Pour ceux en instance de pécho #nopressure

Pour cette recommandation, je vais fouiller dans mes archives personnelles. Il y a deux ans, j’avais deux invitations pour le spectacle de Djimo au Point Virgule le 14 février. Je ne voulais pas perdre la face auprès de cet humoriste, alors je n’ai pas osé lui dire que je viendrais sans doute accompagnée.

Ensuite, j’ai trouvé ça pratique d’inviter un +1 qui était peut-être un date, peut-être une connaissance. Dans sa tête, c’était un autre délire et il a converti l’essai au date suivant. Il peut dire merci à Djimo.

Djimo jouant au Splendid le 14 février, vous pouvez vous rabattre sur un artiste qui joue au Point Virgule ce même jour. Alexis le Rossignol, dans un style également nonchalant, ne brusquera pas votre futur crush/moitié/peu importe.

Pour se détendre et se marrer le temps d’un spectacle le jour de la Saint-Valentin #coïncidence

Seul(e) ou accompagné(e), je vous orienterai vers trois spectacles ou plateaux d’humour pour profiter du moment. Le rire ne sera pas parasité par un lyrisme ambiant dans les plans suivants :

Morgane Cadignan à la Comédie des Boulevards. Le cachet du lieu vous donnera l’impression d’une belle soirée, et Morgane est drôle. Double bon plan.

Micro Rigolo Comedy Club au Kibélé. Il n’y aura que des comiques mecs, mais il y en a un qui a la dalle et qui le dit sur scène. Un autre a tapé dans l’œil d’anciennes collègues qui ne juraient que par ses yeux. Le troisième est très jeune mais déjà hilarant. Sans oublier le MC un peu déjanté, Nadim, qui ajoutera une touche de folie à la soirée.

Comedy Pop au Jardin Sauvage. Gabriel Francès a le flow du stand-upper percutant, et si Romuald Maufras ramène sa guitare, ça créera une ambiance sympa. D’autres humoristes complèteront ce nouveau plateau bien sympa.

Pour ceux qui ont des enfants et qui ont peur qu’ils leur manquent

Aimer jouer à chat avec sa descendance, ça peut arriver à n’importe quel daron à la street crédibilité avérée. Pierre DuDza le prouvera dans Post-it, un spectacle que vous n’oublierez pas de sitôt.

Si vous préférez les têtes d’affiche, je ne vous juge pas. Vous êtes parents, vous sortez peu et vous avez envie de rentabiliser… Même si on a testé et approuvé Pierre DuDza, vous auriez pu vous rabattre sur Olivier de Benoist et son spectacle Le petit dernier. Là, c’est l’objet même du spectacle plus qu’une section… Cela dit, c’est déjà complet.

Vous avez aussi l’option Norman au Casino de Paris. On avait vu son premier spectacle, avec Noman Hosni en première partie (il était déjà partout). Maintenant, ça devrait être encore mieux.

Pour (vraiment) prendre le contrepied de l’ambiance générale

Les confessions d’un ex-taulard feront l’affaire à coup sûr ! David Desclos se livre dans Écroué de rire. C’est le genre de spectacle original qui se joue d’année en année, car personne ne pourra lui piquer ses anecdotes.

Vous êtes en quête d’originalité ? Vous avez envie de troller la Saint-Valentin ? C’est probablement le meilleur spectacle pour ça.

Votre spectacle idéal pour la Saint-Valentin : un avis sur la question ?

Je n’ai sans doute pas couvert toutes les possibilités, mais vous devez être mieux équipé pour aborder cette soirée. Que vous souhaitiez rire, oublier la solitude ou faire rire bobonne, il y aura sans doute une solution dans cette article. Sinon, proposez vos suggestions en commentaire, battez-vous pour votre conception du couple « amour-rire ».

[post_title] => Saint-Valentin : quel sera votre spectacle idéal ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacle-saint-valentin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-11 13:00:40 [post_modified_gmt] => 2020-08-11 11:00:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8732 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 8252 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-19 10:50:20 [post_date_gmt] => 2020-01-19 09:50:20 [post_content] =>

De La Fontaine à Booba, c’est une pièce moderne qui vient rapprocher deux mondes pas si éloignés que cela : le rap et la poésie. Ludique et ultra-drôle, avec son titre prometteur, la pièce était à la hauteur de mes attentes. Ce spectacle a lieu tous les samedis à la Comédie des 3 Bornes jusqu’au 11 avril.

De La Fontaine à Booba : deux comédiens inspirés

Cela faisait longtemps que j’avais envie de voir De La Fontaine à Booba. Je trouvais le concept marrant. J’imaginais une heure où l’on rirait bien de l’affrontement de deux mondes. Chaque comédien aurait défendu son parti pris : le classique vs. le moderne, tournant en ridicule les défauts de l’autre.

Il s’est produit à peu près cela. Malgré tout, découvrir l’animateur du podcast Commentaires Connards avec son déguisement (et cette perruque !…) était une surprise. Au vu de l’affiche, j’aurais dû m’en douter, mais je ne m’y attendais pas, que voulez-vous. Ça a ajouté un rire de plus au moment, puisque Michaël Delacour a une bouille qui prête à l’autodérision. C’est sa force, et cette manière de ne pas se prendre au sérieux renforce les rires.

Face à lui, il y a l’ambassadeur du rap, Guillaume Loublier. Il joue son rôle avec beaucoup de lyrisme et attire la sympathie du public comme un héros de film. Vulgarisateur hors pair, il offre au public une plaidoirie amusante et convaincante.

Le régisseur est dans la pièce !

Au bout de quelques minutes, une voix émerge du fond de la salle : le régisseur rappelle les comédiens à l’ordre. Sortis du texte, ils sont sommés de reprendre leur tour d’horizon des fables de La Fontaine.

On passe donc des fables à d’autres chefs d’œuvres littéraires, en faisant escale sur des moments plus ou moins glorieux du rap. Et le rap, c’est probablement le genre de musique le plus clivant qui soit. De l’extérieur, on passe très facilement à côté. Heureusement, dans cette pièce, on arrive bien à suivre.

De La Fontaine à Booba : une ode à la création artistique

C’est finalement une ode à la création artistique sous toutes ses formes. Petite, j’ai parfois eu à « monter à Paris » pour assister à du théâtre insipide et probablement trop élitiste pour mes yeux d’élève. Si j’avais pu voir cette pièce, j’aurais compris ce à quoi j’ai eu accès des années plus tard. Pour moi, c’est ça, la vraie culture.

Ainsi, pour comprendre les codes du théâtre, commencez par cette pièce. C’est ludique, vraiment fun et cela confronte deux points de vue qui divisent. Respecter le texte à la lettre ou l’adapter au monde moderne ? Mélanger les deux aspects ? Pour le savoir, allez à la Comédie des 3 Bornes ou attendez Avignon, car ils y seront. Bravo également à l’auteur de cette pièce, Valentin Martinie.

Verdict

De La Fontaine à Booba, c’est une pièce sans prétention et qui touche vraiment le public. Peut-être encore perfectible, elle offre quoi qu’il advienne un très bon moment. Ne venez pas pour souligner les imperfections, profitez. Ces jeunes comédiens ont en effet envie de créer, de défendre leur pièce avec beaucoup d’enthousiasme ! Moi, je ne demande rien de plus…

[post_title] => De La Fontaine à Booba : critique spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => la-fontaine-booba-spectacle-comedie-3-bornes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-19 10:50:29 [post_modified_gmt] => 2020-01-19 09:50:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8252 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 8052 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-07 22:55:41 [post_date_gmt] => 2020-01-07 21:55:41 [post_content] =>

Bon anniversaire Jean, c’est le premier spectacle de l’humoriste Fanny Ruwet. La Belge joue chaque lundi à 21h30 au Barbès Comedy Club en janvier et février. Nous avons bravé la grève pour découvrir son premier spectacle.

Cet article est le deuxième d’une série qui retrace la soirée du 6 janvier au Barbès Comedy Club. Dit comme ça, ça sonne fait divers, mais c’est plus une bonne sitcom avec personnages récurrents.

Bon anniversaire Jean : un spectacle à intrigues multiples

Certains humoristes peinent à trouver un fil conducteur dans leur spectacle. Fanny Ruwet l’utilise au contraire jusqu’à la limite. Le fil n’atteint jamais le point de rupture. Elle parvient à garder l’attention du public tout en le surprenant.

Et cette surprise n’intervient pas tout de suite ou brutalement. C’est comme rencontrer quelqu’un, le trouver sympathique pour une raison qu’on s’est fabriquée, et le découvrir sous un nouvel angle agréable, mais bien différent.

Ici, ma tentative d’explication sans rien dévoiler patine, j’en conviens. Je vous souhaite juste de découvrir ce spectacle avec aussi peu d’attentes que moi. Parce qu’un passage de Fanny Ruwet en plateau ne résume pas ce que vous allez voir, c’est bien trop court.

C’est une heure qui se dévoile à mesure que les visages des membres du public réagissent. Je crois vraiment avoir changé d’expressions du visage 28 fois, et avoir observé le même phénomène chez mes semblables du public.

De quoi ça parle ?

Le sujet principal aborde l’invitation de Fanny à l’anniversaire de son camarade de classe Jean, quand elle avait 12 ans. Et si je me fie à ma vie quand j’avais 12 ans, le malaise allait être au rendez-vous. Attente validée, mais pas divulgâchée si vous regardez les vidéos de Fanny Ruwet sur le web.

Et bien sûr, puisqu’il s’agit de stand-up nourri par les blocages sociaux, l’humour thérapeutique prend une belle place. Sans que cela plombe l’ambiance, mais les habitués de ce genre le savent désormais bien.

Fanny Ruwet évite de tomber dans une heure trop technique

Très au fait du meilleur du stand-up, Fanny Ruwet a rapidement compris les codes de l’exercice. Elle passe son temps à leur faire la cour, et parvient même à commenter nos rires pendant son spectacle. « Vous êtes un public de jeux de mots », qu’elle nous balance 0,337 millièmes après les premiers rictus. Badass. Et, paradoxalement, ce n’est pas condescendant.

Habile, elle s’adapte ainsi à chaque soubresaut. Elle aurait déjà tout compris ? Pas si vite… Le risque des comedy nerds, c’est de tomber dans le scolaire. Produire une heure purement technique, ça peut peut-être faire fantasmer Fary, mais nous, ça nous ennuie.

Il faut de la substance, du drôle, pour porter le tout. Et c’est dans le mélange écriture/anecdotes que Fanny Ruwet apporte ce supplément d’âme. Elle peut remercier son appétence à nous surprendre, qui m’a rappelé Charles Nouveau. En somme, elle me fait penser à de nombreuses personnalités talentueuses tout en proposant quelque chose de personnel.

Bon anniversaire Jean : verdict

Bon anniversaire Jean n’a pas suscité en moi une réaction immédiate. Ce type de spectacle, c’est comme entendre une bonne chanson pour la première fois. On sent que c’est bien, mais on n’a pas eu le temps de s’imprégner du sentiment agréable qui nous fait quitter la salle.

On se dit juste qu’on a passé un bon moment, en écoutant l’air intrigué ceux qui ont déjà forgé leur opinion. L’attachement à l’artiste ne viendra que plus tard… On souhaite juste à Fanny du temps, pour qu’elle puisse travailler cette heure en toute sérénité.

La base est déjà très solide, comme ce pouvait être le cas pour Panayotis, avec le même ressenti post-spectacle que pour Jean-Philippe de Tinguy la première fois… Naturellement, j’ai demandé à Fanny si elle le connaissait (non). Que voulez-vous, c’est mon ice-breaker préféré pour éviter le malaise et mieux tomber dedans !

Bonus #1 : Le Barbès Comedy Club est toujours the place to be

Après le plateau suisse, les discussions allaient bon train entre les humoristes et le public encore présent. Entretemps, il y avait le plateau de Laura Domenge (déjà testé et approuvé). Pour éviter une perte d’attention, on a préféré faire une pause. Salvatrice, elle nous a permis de discuter avec des comiques et d’apprendre à Bruno Peki et Jean Paul leurs origines semi-communes. Oui, le plateau portugais du Brésil peut arriver au Barbès Comedy Club à tout moment…

Et comme on vous l’avait dit, Clément K est un ami décidément généreux. Incapable de m’envoyer deux boissons de suite, je lui ai proposé de lui payer un verre… juste pour obtenir un jeton. Et il a fini par payer sa propre boisson qu’il n’avait pas décidé de prendre, à la base. Le jeton en poche, j’ai accédé à la salle comme une voleuse (en ayant exécuté la danse de l’addition).

De nombreux autres souvenirs de conversation se bousculent quand je repense à cette soirée. Des souvenirs qui n’ont que très peu d’importance pour le lecteur. Mais c’était un moment parfait pour valider qu’au Barbès Comedy Club, on se sent un peu chez soi.

Bonus #2 : Fanny Ruwet dans le Journal de la Guebla

Crédits photo

© Barbès Comedy Club

[post_title] => Dans Bon anniversaire Jean, Fanny Ruwet remanie le storytelling [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bon-anniversaire-jean-fanny-ruwet-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-08 12:47:05 [post_modified_gmt] => 2020-01-08 11:47:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8052 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 7521 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-28 13:45:43 [post_date_gmt] => 2019-11-28 12:45:43 [post_content] =>

Mahaut et Humourman sont deux humoristes en devenir. Le Laugh Steady Crew les accueillait pour un 30-30 inédit. Retour sur une expérience unique !

Mahaut ne jouait pas « à domicile »

Quasiment toute la salle était venue pour Humourman, ce qui rendait le début du 30-30 difficile pour Mahaut. Contrairement à la Petite Loge, l’humoriste devait conquérir le public. Et c’est là que tout se joue ! Quand on a un univers très fort, il ne faut pas défaillir face à une audience qui n’est pas la nôtre.

Mahaut a bel et bien tenu bon, avec toute la ténacité qui la caractérise. Si sa prestation ne prenait pas autant qu’elle l’espérait, elle n’a rien lâché et en tirera de nombreuses leçons. Car ce n’est pas cette soirée qui résume son talent… Les mêmes blagues emportaient en effet le plus petit théâtre de la capitale à la première : le travail paiera et la fera gagner en efficacité.

Humourman livre ses premières promesses

Je vous ai déjà dit que Jean-Philippe de Tinguy manquait à la scène humoristique ? Au moins 84 fois, je crois ! La bonne nouvelle, c’est que ce style d’humour vit à travers de nombreux humoristes.

Leur singularité s’exprime toujours malgré les similitudes. Andy Kaufman a inspiré Monsieur Fraize et Jean-Philippe de Tinguy. Monsieur Fraize a inspiré Humourman et Jean-Philippe de Tinguy. Nadim a toujours aimé le délire de Jean-Philippe de Tinguy. Et si vous pouviez mettre les quatre dans la même pièce, vous vivriez sûrement la meilleure soirée de votre vie !

Ceci étant dit, on n’embête pas les 80 % de stand-uppers qui s’inspirent des codes du stand-up cool à la ricaine (qui sont nuls au possible). Il m’arrive fréquemment qu’on vienne m’embêter sur le fait que chacun copierait Monsieur Fraize. Vous copiez tous Louis C. K. et vous parlez tous d’écologie ou de pénis, est-ce qu’on vient vous embêter avec ça ? Non, alors ça suffit. Je suis courroucée les amis. Fin du courroux, il ne vaut pas la peine.

Mahaut et Humourman en 30-30 : retour à la critique

Humourman est le seul, à ma connaissance, à proposer un super-héros qui porte une cape et un collier de nouilles. Je l’imagine à peine confectionner son costume pour la première fois. Guilhem, de son véritable prénom, a aussi une particule comme « de » Tinguy. Il n’est pas vicomte, mais il partage la même candeur qui m’a emportée deux ans plus tôt.

Le type ose tout : interpréter de l’eurodance a cappella, reprendre les codes du stand-up pour les casser un à un, s’encourager… « Humourman, allez, Humourman ! »

Passé par le stage de clown du Laugh Steady Crew comme Aude Alisque, Guilhem a aussi un bagage de comédien à son actif. Ultra-créatif, ultra-dans les codes des internets, il livre un humour très personnel et presque sans limite. Dès son arrivée sur scène avec Sandstorm, Humourman a encore beaucoup à apprendre mais déjà tant à donner. On y croit dur comme fer et on ne le lâchera pas, parce qu’il va vraiment nous faire rire et nous émouvoir. On est prêt à parier très cher, et vous allez perdre beaucoup d’argent si vous nous contredisez.

Parce qu’on oublierait vite qu’il reste un débutant, qui va progresser avec son plateau d’humour alternatif ! La prochaine se passera le 4 décembre, venez nombreux, ce sera bien.

Mahaut et Humourman : verdict

Quand on a promu cet événement, on a décrété que Mahaut et Humourman représentaient le futur de l’humour. Complémentaires, ils ont proposé une belle heure de stand-up, sous les yeux de Queen Camille, Avril et Nadim qui jouaient un 20-20-20 l’heure suivante. Tous les trois ont réalisé une belle performance (surtout Nadim qui a retourné la salle et a consolidé son art).

Si vous aimez les 20-20-20, le Laugh Steady Crew en prépare un… Comme le Cercle du Rire qui accueillera deux recrues du LSC, Anissa Omri et Avril, ainsi que Rodrigue le jeudi 12 décembre… Mais ça, ce sera seulement si vous venez ! Sans public, pas de 20-20-20… Réfléchissez (ou pas) et venez (surtout).

[post_title] => Mahaut et Humourman, l’association improbable qui marche [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mahaut-humourman-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-29 11:09:30 [post_modified_gmt] => 2019-11-29 10:09:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7521 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 7505 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-26 10:39:00 [post_date_gmt] => 2019-11-26 09:39:00 [post_content] =>

Bon à rien mais prêt à tout : ce spectacle original de Nicolas Fabié a pris ses quartiers à la Comédie des Boulevards. Retour sur cette date parisienne exceptionnelle et intimiste, dans l’un des lieux les plus chaleureux du spectacle vivant.

Avant de le découvrir à la finale du Hold-up Comedy ou en spectacle à Nantes, découvrez pourquoi vous devez impérativement suivre Nicolas Fabié.

Bon à rien mais prêt à tout : Nicolas Fabié livre une expérience scénique unique

Nicolas Fabié, on l’aime depuis la première heure où on l’a vu. Il dit qu’il casse les codes du stand-up pour proposer des bandes sonores et des interactions. Émettons une objection, cependant : notre découverte humour intègre tous ces codes-là pour se les approprier et créer quelque chose d’unique.

Comment le décrire ? Une idée me vient rapidement. « Flirter avec le ridicule sans jamais tomber dedans. » Cette citation, issue du spectacle Éric ké Ramzy, irait très bien à celui de Nicolas Fabié. Il joue au funambule avec des gags tous plus ingénieux les uns que les autres.

Mention spéciale à la part d’immersion du spectateur : la mise en scène, très rythmée et travaillée, nous plonge dans une expérience unique. On se croirait au cinéma… À tel point qu’à mon sens, Nicolas Fabié pourrait bien nous pondre quelques scénarios qui rendraient Golden Moustache ringard.

Au final, la mise en scène, les interactions et l’ensemble des ressorts comiques ne font pas le sel de ce spectacle. Non, la véritable prouesse, c’est le storytelling. L’art de raconter des histoires au public et de le faire rire, ils sont peu à le maîtriser aussi finement. D’instinct, il m’a rappelé le Seb Mellia de 2016. Embarquer le public à un endroit où il n’aurait jamais imaginé atterrir : cette magie nous a maintes et maintes fois baladés en ce 25 novembre.

Composer avec des têtes connues

Cette date était spéciale. Non seulement, j’avais entendu le plus grand bien du spectacle Bon à rien mais prêt à tout à Nantes, donc je savais que ça allait être super. Certains humoristes vous garantissent un beau show, à l’exception de bides inopinés et autres incidents de parcours. J’arrivais donc confiante à la Comédie des Boulevards.

J’arrivais très tôt au théâtre, avec une avance d’une heure. Confortablement installée dans l’un des canapés du lieu, je voyais d’abord Antoine Sentenac débarquer. Il avait passé une sale journée : bloqué plusieurs heures dans un train, il venait de manquer son audition pour le Festival d’Humour de Paris.

Assidu, il avait en effet tapé dans l’œil d’Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule. Avec une vingtaine de Trempoint à son actif, il se voyait déjà retiré de l’affiche… Rageant pour un garçon si jeune et déjà brillant et décisif sur scène.

Il assurait néanmoins une bonne première partie. Les aléas avaient clairement altéré sa performance, mais seul un regard très habitué pouvait le déceler. Les rires étaient au rendez-vous, et il faisait illusion grâce à son autodérision et à des blagues solides, rodées en plateau à Paris comme à Nantes.

Vu ailleurs : Nicolas Fabié, créateur du Podcast de la Loose

Comme pour Ricky Gervais, le gratin du LOL était aussi là (et c’était mieux !)

Dans le public, plusieurs humoristes émérites soutenaient les deux comiques sur scène, Nicolas Fabié en tête. Il y avait les deux copains Cyril Hives et Manu Bibard. J’ai aussi convié Humourman à la fête. Enfin, on pouvait croiser des artistes repérés par Mo Hadji (Clément K et Félix Radu) ainsi que le gangster modéré Romuald Maufras. Quoi, lui aussi est nantais ? Décidément…

Cette énumération pourrait être anecdotique, mais pas dans un spectacle aussi interactif. Félix Radu faisait du zèle : il était en forme, je l’ai présenté comme un humoriste à Humourman… Il n’a pas aimé, alors quand Nicolas Fabié l’a appelé humoriste lors du spectacle, il s’est levé et a feint de partir. Oui, Félix Radu est un poète, comme l’a brillamment fait remarquer Nicolas. Pour comprendre, lisez son interview ! À force, Nicolas l’a même nommé « co-auteur » tant il intervenait par des rires, des mots glissés par inadvertance ou juste sa manière de bouger dans le noir.

Humourman n’était pas en reste : happé par le spectacle, il réagissait vivement quand une anecdote lui rappelait quelque chose. Il y a aussi eu ce dialogue improbable entre Cyril et Nicolas, qui cherchaient tous les deux une chose difficile à dénicher. L’amour ? Non… Des dates pour jouer en plateau d’humour ! Pas de doute, on est bien dans les prémices de belles carrières…

Bon à rien mais prêt à tout : verdict

Vous avez loupé une excellente soirée en ne venant pas voir Bon à rien mais prêt à tout… Vous vous rattraperez la prochaine fois ? Promettez-le, sinon vous allez vivre une existence malheureuse. J’exagère, mais tout de même… Paris, vous pouvez vraiment découvrir quelqu’un qui va compter, qui déménage à la Debjam du Jamel Comedy Club et dans les cafés-théâtres. On vous aura prévenus.

[post_title] => Bon à rien mais prêt à tout : Nicolas Fabié se fait entendre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bon-rien-pret-tout-spectacle-nicolas-fabie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-29 10:06:28 [post_modified_gmt] => 2019-11-29 09:06:28 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7505 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 7469 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-25 10:04:56 [post_date_gmt] => 2019-11-25 09:04:56 [post_content] =>

Si je vous dis Ricky Gervais, vous me répondez « légende ». Il est difficile de porter ce titre de tête d’affiche. Si difficile de se pointer dans un pays chaque semaine, et de faire rire le plus grand nombre. D’un autre côté, pouvons-nous vraiment juger Ricky Gervais et son nouveau spectacle Supernature, joué à Paris dans la salle de l’Olympia ?

Ricky Gervais à l’Olympia : le Super Bowl du rire

Avant de venir à l’Olympia, en ce 24 novembre, je me disais que la soirée serait amusante. Pas pour le spectacle en lui-même : plus il approchait, moins je semblais y prêter de l’intérêt. Je voulais surtout imaginer à l’avance qui viendrait, et vérifier mes thèses sur place.

Du coup, le but du jeu était de dénicher la place la moins chère possible pour espionner les spectateurs. Drôle de loisir. Clairement, je ne l’aurais pas fait pour d’autres comédiens de stand-up étrangers. T. J. Miller ? Rien à faire. Louis C. K. ? Jamais été fan, mais j’ai essayé pour me donner bonne conscience. Survendu ? Pas ma came ? Difficile à dire, et mon avis ne compte pas. Ceux qui l’aiment et l’intelligentsia parisienne ou britannique en parlent bien mieux.

Pour Ricky Gervais, c’était différent. Qui l’adoubait sans cesse, interview sur interview ? Éric Judor. Et Éric Judor, c’est mon gourou du rire. Ce qu’il adoube, je regarde. The Office, je viens de commencer. Quand tu as vu Parks and Recreation, tu as l’impression de voir une version moins fun et plus brute. Mais tu connais le mécanisme. Ça me fait le même effet que voir Monsieur Fraize après avoir découvert Jean-Philippe de Tinguy. Imaginez ce que j’ai ressenti quand j’ai vu l’univers d’Andy Kaufman dans Man on the Moon. Ah oui, d’accord, c’est bien. C’est quand le prochain plateau d’humour à voir ?

Le spectacle ? Difficilement descriptible

Comme beaucoup, de fait, j’ai une vision assez restreinte de l’œuvre de Ricky Gervais. Je connais sa citation phare…

…Grâce à Thomas Wiesel et son TED Talk. Encore une fois, j’arrive après le tsunami. Après que la légende soit devenue légende, donc. Après Humanity, l’un des seuls spectacles Netflix que j’ai aimés. Bo Burnham, Chelsea Peretti et c’est à peu près tout. Oui, Bill Burr aussi, mais quelque chose en moi fait que je m’en cogne de son spectacle.

Il y a quelque chose de si bizarre à écouter un homme parler une heure, alors qu’on ne le connaît pas. On ne l’a pas vu tester, il nous livre son travail le plus abouti et on l’ingurgite. Sans hors d’œuvre, sans désirer la chose.

La première partie, cela dit, m’a beaucoup plu. Les comédiens anglo-saxons parlent bien plus des données personnelles qu’ici, où les gens connaissent à peine Ed Snowden. De fait, ça me parlait… Sujet actuel, sans évoquer #MeToo ou les marronniers habituels.

Découvrir Ricky Gervais à travers les yeux d’un autre

Le garçon à côté de moi dans la salle, muni de sa bière et de ses rires gras, transpirait à la fin du spectacle tellement il s’était donné. Il gesticulait ainsi dans son siège à chaque éclat de rire, complètement happé par la voix de Ricky.

Parce qu’on était si éloigné qu’on ne voyait que les étoiles du décor. Parfois, il ne manifestait aucune réaction. D’autres riaient au même moment. Chacun semblait vivre le spectacle à sa façon, de manière complètement hétérogène.

Et moi ? J’avais le morceau de Cerrone, Supernature, dans la tête. J’étais là sans être là, dans une salle où Éric Judor et Jean-Philippe de Tinguy étaient présents. Une soirée improbable. Fary, Baptiste Lecaplain, Rosa Bursztein, Dédo, Marina Rollman, Renaud Sanviti, Elspeth Graty, Anissa Omri, Fabien Guilbaud, Léopold… Qu’est-ce qui nous attirait tous ici ? L’amour de la comédie, sans doute ? L’envie de comprendre comment on se façonne une carrière internationale sur des décennies ? Ou encore le désir de décortiquer des techniques de vannes ?

Tout ce que je sais, c’est que mes questions subsistent. Ma seule certitude, donc : j’ai hâte de revoir des blagues naître, et non mourir après une longue vie aux quatre coins du monde. Les têtes d’affiche ne savent décidément pas me bousculer. Allez plutôt découvrir la newsletter HAHA, ils risquent d’avoir un véritable avis sur le spectacle. Moi, je replonge dans le stand-up français.

[post_title] => Ricky Gervais à l’Olympia : qui suis-je pour juger ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => ricky-gervais-supernature-olympia [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-25 17:48:54 [post_modified_gmt] => 2019-11-25 16:48:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7469 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 7438 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-19 11:44:45 [post_date_gmt] => 2019-11-19 10:44:45 [post_content] =>

Ce lundi, l’Européen accueillait une soirée jeunes talents : les Étoiles espoir humour du Parisien 2019 ! Cette année, pas de vainqueur désigné car les styles humoristiques rendaient la comparaison impossible. À notre sens, un vainqueur se dégageait : l’humour.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : prêt pour une leçon de vie ?

Cette soirée allait au-delà d’une simple revue de jeunes talents. D’abord, la programmation était de grande qualité. Face aux humoristes sur scène, un parterre de critiques, journalistes et invités peuplait une bonne partie de la salle. Nous étions parmi ces invités, et la proximité avec ces « pairs » me conférait un sentiment étrange.

Sam Blaxter assurait la chauffe : convenue mais très efficace. Le résident de l’Underground Comedy Club est très bon dans cet exercice, il faut dire. Cette chauffe était d’ailleurs essentielle, car les caméras captaient la soirée pour une diffusion sur Comédie+. Un détail loin d’être anodin : le public devait être présent physiquement et réagir convenablement. Une exigence de résultat qui laissait présager, de prime abord, à un bal de prestations sans accro, donc potentiellement sans saveur.

Or, Le Parisien réussissait à éviter cet écueil. Là où ils étaient tombés dans ce piège lors de leur festival Paris Paradis, ils prenaient finalement de nombreux risques payants. Tout d’abord, la présentation confiée à Monsieur Fraize : très populaire en ce moment, l’artiste est toutefois un choix atypique. Les ruptures de rythme et les silences ne sont pas le premier choix quand il faut enchaîner et maîtriser un timing dicté par la grille de programmes TV.

Dans la programmation aussi, on retrouvait ce goût du risque. Venons-y maintenant.

Critiques, préparez-vous à séparer l’homme de l’artiste (et de soi) aux Étoiles espoir humour du Parisien

Avant de passer en revue les prestations marquantes, évoquons Benjamin Tranié. Je ne l’avais jamais vu sur scène. Également, je ne l’avais jamais entendu jouer son « personnage de beauf » sur Radio Nova. Enfin, j’avais encore moins vu Télérama le recevoir en entretien.

Je n’avais donc aucune explication de texte pour recevoir ce que j’allais voir. Le seul lien que je trouvais à faire, c’était avec un documentaire sur Jean-Marie Bigard que j’ai vu sur Comédie+ la veille. J’avais passé un excellent moment à me souvenir des sketches cultes de ce monstre du rire. Monstre par son efficacité et non par son personnage scénique, pour lequel le documentaire livrait ce message. Jean-Marie, c’est le plus sensible de tous les hommes, c’est celui qui dénonce les gros beaufs et qui parle avec poésie de ce que l’humain a de plus cru.

Et Jean-Marie Bigard a souffert, selon ses dires et le message du documentaire, du mépris de la critique sur son personnage de beauf. Mais alors, pourquoi la critique se penche-t-elle avec autant de bienveillance sur Benjamin Tranié, ou Aymeric Lompret ? Pourquoi ma voisine dans la salle accepte le beauf made in Aymeric Lompret, s’extasiant de la manière la plus convenue pour une critique ? Elle avait une réaction si conforme à l’intelligentsia parisienne, comme si elle l’adoubait avec aplomb. À dix minutes d’intervalle, elle disait de Benjamin Tranié, en substance, « pour être beauf, c’est vraiment trop beauf ». Alors les critiques seraient-elles en train de faire leur mea culpa sur leur rapport au beauf ? Et moi, où je me situe ?

Le risque de juger un artiste sur un passage

Je repensais donc à ce documentaire sur Jean-Marie Bigard, me réfugiant par sécurité sur la thèse : « si l’homme est bon, alors l’artiste l’est ». Or ce soir-là, j’ai appris à nuancer cela. Attardons-nous un instant : sommes-nous toujours fidèles à notre bonne image ? Non : parfois, nous sommes des sombres merdes. C’est comme ça, sinon nous serions des robots et non pas des humains.

Pour juger Benjamin Tranié, j’avais donc plusieurs possibilités. D’abord, trouver son personnage de beauf insupportable, une pâle copie de Jean-Marie Bigard. Et me braquer. C’était mon premier réflexe, jusqu’à ce qu’il réussisse la prouesse de me faire rire en parlant de Mouloud Achour (Clique). Soudain, j’entrais dans son univers par la connivence. Il arrivait à l’imiter avec satire, sans tomber dans la caricature et il dénonçait ses défauts de manière juste, avec respect. Tout le reste du passage m’a agacé. Mais pourquoi ? Est-ce car ce n’était pas bon, ou est-ce parce que je ne voulais pas voir ça sur scène ?

J’ai continué à cogiter sans m’en rendre compte, jusqu’à ce que je discute avec Grégory Plouviez, le journaliste du Parisien qui fait vivre l’humour dans cette rédaction. Je lui demandais, pour me remettre d’une journée difficile, si mon repérage des artistes que la presse n’avait pas le temps de voir l’aidait. Il me répondait par l’affirmative, et mentionnait l’exemple d’Avril : mes analyses confortent ses ressentis, et vont même l’inciter à découvrir un artiste plus vite, comme pour Avril. Cela sauvait ma soirée, et me faisait poser immédiatement la question : « ai-je offert un cadeau empoisonné à Avril ? ».

Le bénéfice du doute aux Étoiles espoir humour du Parisien

Ni une ni deux, je dressais un parallèle entre Avril et Benjamin Tranié. Si j’avais découvert Avril à la soirée anniversaire du Laugh Steady Crew, aurais-je eu la même bienveillance avec lui ? Pour rappel, son intention n’avait pas été claire et renvoyait une image de misogyne qu’il n’est absolument pas.

En réalité, ça se serait bien passé pour lui. En effet, lors du débriefing de la soirée, je l’ai surpris en train d’aller voir spontanément Audrey Jésus pour l’encourager et la féliciter. Mon souvenir est un peu flou, mais cela donnait quelque chose du genre : « Tu vois, tu avais peur de ne pas arriver à faire un truc, et t’as été au top ». Si mon souvenir est flou, mon ressenti immédiat est plus net que tout. J’étais mal de me dire que le public n’avait pas vu ça en lui une demi-heure plus tôt, et j’espérais que personne ne le jugerait hâtivement sur cette prestation…

Je me posais donc la question suivante : est-ce que je peux me permettre de juger tout le monde comme Avril, avec tous les éléments à ma disposition ? Pour quels artistes ferais-je preuve de plus de patience, et à quel moment pourrais-je critiquer sévèrement d’autres ? Pourquoi certains artistes bénéficient de ma bienveillance ? Me renvoient-ils un effet miroir où je m’identifie ? Est-ce le bon critère pour distinguer une bonne d’une mauvaise prestation ? Chaque critique doit se poser la question, et la suite de la soirée allait me rappeler un autre moment de l’histoire du spot du rire.

L’art de recevoir la critique

Après le spectacle, les professionnels se retrouvaient autour d’un cocktail. J’apercevais à un moment l’équipe d’Absolutely Hilarious : Christophe Combarieu et Mathieu Wilhelm. Je savais que j’avais rédigé une critique mitigée sur leur plateau, et ils avaient visiblement l’air de s’en souvenir.

En réalité, elle était effectivement mitigée, mais elle était virulente sur les aspects négatifs. Un dosage approximatif qu’ils ont eu l’intelligence et la classe de pardonner. Leur intelligence a même fait qu’ils ont encaissé les coups avec dignité, et en opérant des ajustements.

Je ne vais pas vous mentir : je suis assez fière de certaines tournures, juste pour la blague ou la provoc’. Mais recevoir un missile où un blogueur te dit que ton show, c’est le Minitel des plateaux, c’est une occasion en or de développer de la rancœur. Je leur ai dit que je reviendrais, pour les juger moins durement. En effet, je reconnais toujours là où je me suis trompée. D’abord, précisons simplement que le numéro à la Patrick Sébastien, je l’ai vu au Fieald quelques semaines plus tard, et je n’ai rien dit. Ils ont pris plus cher qu’ils n’auraient dû, et ils font beaucoup d’efforts pour proposer un show alternatif.

Alors je les salue, je ne leur promets pas de venir de sitôt (par exemple quand les Chevaliers du Fiel viendront), et je vais me servir de la soirée du Parisien pour progresser.

Retour aux Étoiles espoir humour du Parisien : zoom sur Panayotis et Inès Reg

Le Parisien me permettait de revoir des humoristes que je n’avais pas vu depuis longtemps. Parmi ces vieilles connaissances figuraient Panayotis et Inès Reg. Pour ces deux-là, mon opinion a muté au fil des mois.

Panayotis reste le même

Panayotis, d’abord : je l’adorais dans son aspect juvénile et sa manière de dépeindre sa candeur. Je l’avais vu roder son spectacle au tout début, au Point Virgule. Les imperfections étaient là, mais son bagout le sauvait et le rendait déjà irrésistible aux yeux du public.

Il y a quelques semaines, j’ai vu un extrait vidéo de lui. Aujourd’hui, il travaille avec Fary et il est produit par Jean-Marc Dumontet. Un statut qui force à grandir vite, mais pour lequel Panayotis est prêt. Forcément, quand tu interviewes les plus grands pendant l’adolescence, tu développes une maturité incomparable. Ta capacité à encaisser les difficultés et à relever les défis s’en voit décuplée.

J’avais peur que Fary le dénature. Je commençais à voir du Fary dans sa gestuelle, et à vouloir murir un article sur le fait que travailler avec d’autres peut altérer un artiste. Or je n’avais aucun argument solide, et je me demandais si j’avais un problème avec ceux qui rencontrent le succès, car on ne peut plus vraiment échanger avec eux.

Grâce au Parisien, j’y vois beaucoup plus clair. Fary a l’intelligence de donner beaucoup à Panayotis sans le modeler. Il lui transmet certainement des éléments qui l’aident à être plus assuré et efficace sur scène. Panayotis en impose, comme Fary… Mais il le fait à sa façon. Panayotis conserve en effet son naturel, son grain de folie qui donne l’impression qu’il ne récite jamais. Il est fort, et cette force reste authentique. Nous n’avons donc rien à craindre, et il deviendra encore plus fort. Oui, c’est possible et ça va nous couper le souffle.

Inès Reg : originale dans le convenu

Inès Reg ne me mettait pas vraiment à l’aise. Je l’avais vue à la Debjam un mardi soir, et son agressivité sur scène me mettait très mal à l’aise. Depuis, j’ai compris que je préfère les propositions artistiques plus calmes, qui ne me brusquent pas ou qui montent en puissance avant de m’avoir rassurée.

Alors, Inès Reg peut-elle me plaire ? C’est possible, mais ardu. Elle part vraiment sur une mauvaise pente avec moi, car elle parle de sujets tellement convenus… Jugez plutôt : le rapport hommes/femmes, le fait que Beyoncé ne définisse pas la féminité, etc. Franchement, si vous voulez me faire chier sur scène, parlez de ça.

Et pourtant… Inès Reg arrive à me transmettre son talent. Comment y parvient-elle ? Car elle propose quelque chose d’extrêmement personnel et à son image, que personne ne fait comme elle. C’est elle, l’artiste, la femme, qui vient nous chercher avec son univers. Le sujet n’est que le support de sa proposition artistique ; il ne compte finalement pas. Au contraire : se distinguer dans du vu et revu, c’est une prouesse. Pour cette raison, elle va pouvoir mettre des paillettes dans sa vie pour longtemps !

Étoiles espoir humour du Parisien : un mot sur les prestations globales

Voilà pour les véritables leçons de cette soirée. Pour le reste, revenons sur les autres prestations. Elles étaient moins surprenantes pour moi, c’est pour cela que je vais les évoquer en dernier. N’y voyez pas là une hiérarchie qui se dégage…

Comment ça va, Paul Mirabel ?

Paul Mirabel était toujours aussi efficace. Je lui disais que là où il est vraiment remarquable, c’est dans les grandes salles. Je sais qu’il cherche à proposer de nouvelles choses, et j’ai eu une conversation géniale avec lui après le spectacle. Rendez-vous compte : ce garçon a tout de suite été adoubé par la presse et propulsé en haut de l’affiche.

Comme Panayotis, mais sans le côté où il connaissait ce monde artistique avant. J’admire beaucoup cela et j’ai voulu lui apporter un soutien. Je me dis que le spectacle vivant peut être une machine à broyer. Nous avons donc une responsabilité en tant que critique de ne pas propulser les gens trop vite. Je lui ai dit de ne pas oublier de vivre, et ça m’a rassuré de connaître son état d’esprit… Il va bien, Paul, et il va continuer à nous faire rire. Mais croyez-moi, il bosse comme un taré.

Ambroise et Xavier : la bonne formule en plateau

Ambroise et Xavier, on souffrait de les voir trébucher en plateau. En effet, ils ont un univers assez atypique. Celui-ci est difficilement compressible en un passage de dix minutes, voire cinq ou sept dans le pire des cas.

Dans ce cadre bien trop serré pour leur talent, Ambroise avait l’air trop hautain, Xavier ne trouvait pas sa place. Résultat : leur duo ne fonctionnait pas bien. Heureusement, leur travail a payé : ils réussissent à transmettre l’idée que Xavier n’est pas un faire-valoir rabaissé.

De fait, ses interventions ponctuent au lieu de transmettre du pathétique. Il vient en appui et n’est plus le perturbateur utile qui crée de l’instabilité. Son clown fonctionne merveilleusement bien.

Cette harmonie vient donner envie de les découvrir plus longuement, et leur donne une meilleure image. Alors qu’au final, ils ont changé si peu, et rien de leur ADN véritable. Bravo à eux !

Pierre Thevenoux réglé comme du papier à musique

Pierre Thevenoux, comme Paul Mirabel, est un stakhanoviste des plateaux d’humour. Ainsi, lors d’une soirée à enjeu, il fonctionne très bien. Il arrivait avant-dernier dans l’ordre de passage (alors que Paul Mirabel ouvrait). La salle était donc au taquet pour recevoir ses blagues.

Tout fonctionnait, les rires faisaient écho à l’efficacité du set. Rien à redire, c’était parfait.

Doully : rien de nouveau sous le soleil

Avez-vous vu Derrière un micro Paris Bruxelles sur MyCanal ? Doully offrait le même passage au public de l’Européen. La formulation « admettons… », devenue le titre du spectacle, fait autant mouche.

Un beau clin d’œil à Jean-Marie Bigard, qui l’utilisait déjà dans la chauve-souris. Au début, ça m’a posé question. Mais après enquête, on m’a dit que c’est une formule courante. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’elle est diablement efficace. La formule, comme l’artiste.

Alexandra Pizzagali : la prise de risque paie encore

Comme je l’avais pressenti, Alexandra Pizzagali vivait un casse-tête. Quel passage choisir : elle se pose toujours cette question. Son spectacle se vit en entier, un peu comme Ambroise et Xavier.

Là, elle a choisi le passage sur l’adultère. Comme d’habitude, son phrasé si précis et élégant vient sublimer la noirceur de son sketch. Elle raconte quelque chose d’extrêmement dramatique et provoque des rires francs. C’est une prouesse de comédienne qu’elle reproduit tous les soirs au fil des plateaux ou des spectacles à Paris et en tournée.

Et elle garde toujours la même fragilité face au regard du public, qui m’émeut comme à son showcase du Kibélé. Cette artiste-là est un talent brut qui sait se discipliner. Elle a toutes les cartes en main pour écrire l’histoire de l’humour, comme tant d’autres ce soir-là.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : verdict

Vous l’avez vu, cette soirée a été remarquable. Elle a poussé tout le monde à réfléchir et se confronter à de nombreux styles d’humour. Je n’ai jamais autant appris en une soirée : sur mes contradictions et sur mes idées préconçues.

L’humour a encore de nombreux aspects à nous faire découvrir, cela me donne énormément d’espoir pour la suite. Pendant que certains découvraient la dernière vidéo de CopyComic, nous avons célébré le vrai rire aux Étoiles espoir humour du Parisien.

Crédits photo

© Bazil Hamard / One More Joke

[post_title] => Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => etoiles-espoir-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:22 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7438 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 7287 [post_author] => 10 [post_date] => 2019-11-05 09:59:41 [post_date_gmt] => 2019-11-05 08:59:41 [post_content] =>

Louis Bolla, Paris — La comédienne Judith Mergui était en showcase à la Comédie des Boulevards le 28 octobre dernier. Nous en avons profité pour découvrir (une nouvelle fois !) son univers.

Face à l’hôtel Hoxton, dans le théâtre parisien de la Comédie des Boulevards, la comédienne Judith Mergui présente son nouveau spectacle. Depuis juin, elle se produit ponctuellement sur cette scène dans le cadre d’exceptionnelles, afin de « vendre » à une production son spectacle. En effet, c’est bien ce qui se cache derrière cette expression qui en jette un max… À savoir : exposer sa création afin qu’une production lui propose un contrat de dates et de tournées.

Judith Mergui : l’heure de la découverte

Judith était inconnue de nos radars jusqu’à présent. C’est le 17 septembre dernier que je l’ai découverte pour la première fois. Le 28 octobre, j’y suis retourné pour parfaire mon opinion. Le théâtre était rempli de public et certainement d’autres journalistes et professionnels du spectacle cachés dans la foule, aussi. La jeune femme apparaissait sur scène avec une énergie débordante, comme lors de la première fois. Elle entamait ses premières phrases, avant de laisser planer le doute… En effet, il y a dans cette salle, la présence d’une vieille connaissance… Elle en profite pour casser le mur qui la sépare de son public et se laisse tenter par un peu de provoc’.

Cette entrée en matière lui permet alors de dérouler son fil conducteur à travers des personnages et moments d’interactions. Elle embraye sur les clichés féminins, s’empresse de remettre à sa place les réflexions masculines bancales que l’on entend depuis la nuit des temps. Également, elle ponctue d’anecdotes sur la religion, et s’envole vers le rapport homme/femme pour y évoquer tout ce qu’il englobe de plus critiquable : le couple, le mariage, les modes de vie, la sexualité, etc.

Dans son spectacle, à mi-chemin entre le one-woman-show et le stand-up, on y voit une femme qui incarne une multiplicité de personnages avec une certaine facilité. De plus, sa présence sur scène et son jeu évoquent un passif théâtral indéniable. À l’inverse, le côté stand-up du spectacle ne se retrouve pas tant dans la technicité de l’écriture. En revanche, il apparaît dans la capacité d’improvisation et de discussion de l’humoriste avec son public. Elle interroge, discute et répond avec tact… Allant même jusqu’à se faufiler entre les sièges pour y créer une connexion. Rapide et spontanée, elle charrie les quelques rigolos qui tentent de lui voler la vedette.

Verdict

L’humour de Judith Mergui rassemble les rires et lui ressemble, car sa visée est universelle et elle ne s’en cache pas. Elle choisit la bienveillance comme crédo, au risque de plaire à tout le monde.

Pour la découvrir, il n’est pas trop tard ! Judith Mergui revient à la Comédie des Boulevards les 4 et 11 décembre prochains.

Crédits photo

© Ovlac

[post_title] => Qui fera le pari de Judith Mergui ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => judith-mergui-rodage-comedie-boulevards [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-07 12:42:16 [post_modified_gmt] => 2019-11-07 11:42:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7287 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 7273 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-31 16:54:29 [post_date_gmt] => 2019-10-31 15:54:29 [post_content] =>

Badaboum, c’est comme un bon roman. Tu patines au démarrage face à tous les éléments que l’auteur, Lucie Carbone, t’expose. « Pourquoi tout ça ? Je veux entrer dans le vif du sujet, moi ! »

Patience… Sais-tu que ces détails sont essentiels et te serviront tout au long de l’œuvre ? Oui, cette phrase sonne comme celle d’un professeur. Or cela n’a rien d’étonnant, tant Lucie Carbone aime ce rôle d’élève modèle et appliquée.

Dans la classe des humoristes, Lucie ne figure pas encore sur le tableau d’honneur, mais elle y travaille. Depuis que je la vois jouer sur scène, je ne l’ai jamais rien vu lâcher. Même pas lors de cette soirée à la Comédie Passagère, l’ancien plateau de Betty Durieux puis Cyril Hives, où un homme passablement éméché venait perturber le spectacle.

Lucie Carbone n’est pas une humoriste de plateau. Elle en fait beaucoup, mais ce n’est pas là qu’elle dévoile vraiment son talent. Le format est trop court : elle a besoin de plus de mise en scène, de plus de temps, pour instaurer son univers.

C’est donc dans son spectacle Badaboum que Lucie Carbone montre le plus son potentiel. Le mieux, c’est de passer en revue les forces et points d’amélioration de son spectacle.

Lucie Carbone dans Badaboum : les réussites

Les passages avec du jeu sont les plus percutants. Grâce à la mise en scène de Matthieu Lemeunier, Lucie instaure des ambiances très soignées. C’est un écrin parfait pour transmettre tous types d’émotion. J’ai trouvé qu’elle le faisait très naturellement, et que cela passait instantanément de l’artiste au public, par le regard et la voix notamment. On peut proposer quelque chose de très fort avec beaucoup de simplicité, et c’est généralement là où on emporte mon adhésion. Bien joué, Lucie Carbone !

L’écriture est également chirurgicale dans Badaboum. C’est très poétique et le fil conducteur nous guide grâce à des running gags bien pensés, auxquels on ne s’attend pas. Je craignais, connaissant Lucie et son amour des jeux de mots, qu’elle en abuse. Il n’en est rien : à la place, elle propose des images et des métaphores très fortes.

Là où Badaboum pourrait frapper plus fort

Le début du spectacle était un peu poussif, puis tout est devenu très fluide. La faute à un problème de concentration, ou à un stress supplémentaire dû à la captation ce soir-là ? Ce qui est sûr, c’est que le jeu lui a permis de bien rentrer dans ce qu’elle devait proposer.

J’ai trouvé que l’entrée sur scène volontairement chaotique faisait perdre en efficacité, tout comme l’explication de texte sur le concept « Badaboum ». Oui, c’est important de l’expliquer. Mais quand on lit le descriptif du spectacle, on s’attend à entendre parler de Lucie plus vite, et on se retrouve à attendre un peu pour que cette partie débute.

Pourquoi rencontre-t-on ces éléments ? C’est tout bête : un spectacle, ça se peaufine. Il demeure encore en rodage, et quelque part, on mise beaucoup sur celui-ci. On vous explique pourquoi tout de suite !

L’arme fatale de Lucie Carbone : la prise de risque

Badaboum, c’est un spectacle original. Je pense que seule Lucie aurait pu l’imaginer et l’interpréter. Pas seulement parce qu’il s’agit de sa vie, mais parce qu’on sent toute la sophistication qu’elle met dans son œuvre et sa capacité à pousser son imagination assez loin.

Autre élément décisif : son amour de la prise de risque et son audace. Ce spectacle a de fortes chances de devenir un bijou dans la catégorie seul-en-scène. On le voit clairement cartonner en Avignon, avec un bon marketing et une Lucie Carbone encore plus rodée. Affaire à suivre ?

Crédits photo

© Camille Pourcel

[post_title] => Lucie Carbone, joueuse dans Badaboum [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lucie-carbone-spectacle-badaboum [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-31 16:59:04 [post_modified_gmt] => 2019-10-31 15:59:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7273 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 7269 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-31 16:16:22 [post_date_gmt] => 2019-10-31 15:16:22 [post_content] =>

Rosa Bursztein a prolongé à la rentrée à la Petite Loge. Son spectacle ne s’appelle plus Ma première fois, mais Tenir debout. Un beau clin d’œil au stand-up, discipline dont elle est tombée amoureuse. Et en amour, Rosa semble passionnée ; elle risque donc de s’accrocher et devenir une figure incontournable de la scène stand-up française.

Sur la route d’un spectacle de qualité

Imaginez : vous êtes une comédienne aguerrie. Établie, qui connaît les codes de son métier. Et puis vous découvrez le stand-up sur le tard. De fil en aiguille, l’admiratrice-spectatrice que vous êtes veut trouver sa propre voix.

Pour cela, vous gagnez l’open mic du Laugh Steady Crew et revenez une seconde fois. Ensuite, vous vous frayez un chemin dans les meilleurs plateaux d’humour de Paris, et vous décrochez une créneau à la Petite Loge. Votre première affiche et votre premier titre de spectacle sont des impulsions : il faut agir vite pour monter son heure dans les temps.

En effet, la chance (celle que seuls les meilleurs saisissent) vous amène à une programmation au festival d’Avignon en 2018. Comme il faut faire vite, quelque part, ça n’est pas encore ça. Mais la Petite Loge vous accueille, vous fait confiance et vous aide à grandir. Mieux : Mélissa Rojo, qui co-dirige le théâtre, vous adoube. Humainement, vous faites la paire. On va se démener pour vous.

Tenir debout : Rosa Bursztein réagence tout !

À la rentrée suivante, vous changez tout : l’affiche, le titre, le costume, le jeu et le texte. Vous vous retrouvez sur scène avec une certaine décontraction, en pyjama, même ! Voilà le parcours scénique de Rosa. Mouvementé, il lui a appris à se connaître. Au revoir les clichés sur la parisienne intello. Bonjour Rosa la vraie, l’authentique, la sans-filtre.

C’est assez rare de proposer un spectacle fin et drôle dans le même temps. Souvent, les rires ne sont pas intenses mais la performance est belle, ou inversement. Dans le cas de Tenir debout, les deux extrêmes « gros rires » et « performance théâtrale » s’assemblent.

Comme le dit Cyril Hives en off, oui, Rosa et moi nous nous ressemblons. La galère des applis, la manière si harassante de rester figée sur le même gars. On pourrait tomber dans le cliché de la harceleuse, mais on dissocie l’exigence de la folie. Rosa nous offre ainsi une fin lucide et assez poétique, qui incite à être soi-même et conserver son intensité quand on en a. Après tout, aller contre soi-même empire souvent les choses. Rosa, on aime qu’elle soit ainsi, car qui d’autre pourrait nous raconter tout cela avec autant de justesse ?

Rosa Bursztein en podcast : les mecs que je veux ken

Crédits photo

© Christine Coquilleau / Portfolio Underground Comedy

[post_title] => Tenir debout : le spectacle de Rosa Bursztein [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rosa-bursztein-tenir-debout-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-11 16:00:28 [post_modified_gmt] => 2019-11-11 15:00:28 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7269 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 7243 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-26 10:42:55 [post_date_gmt] => 2019-10-26 08:42:55 [post_content] =>

Harold Barbé vient de jouer la dernière date de son spectacle Sous pression à la Comédie des 3 Bornes. On a pris le temps de découvrir cet humoriste, et on a passé un excellent moment.

Pour voir l’humoriste normand sur scène, profitez de sa tournée : Noisy-le-Grand, Lille, Troyes, Dijon, Rouen et Bourg-lès-Valence. Il devrait également proposer deux exceptionnelles parisiennes à la Nouvelle Seine.

Harold Barbé propose un spectacle original et solide

Ce spectacle, vous pouvez passer aisément à côté. Certes, la combinaison humoriste-croquemort-commentateur sportif n’est pas banale. Bien sûr, Harold Barbé assure la première partie de Blanche Gardin. Mais voilà, le vendredi à 21h30, la Comédie des 3 Bornes ne figure pas en tête de mes activités préférées.

Je suis contente d’avoir franchi le pas, pourtant. Parce que ce spectacle est un concentré d’émotions. Il y a d’abord le rire, franc et massif, qu’on vit tout au long du spectacle. Mais ça ne s’arrête pas à cette base syndicale !

50 nuances de rire

Il y a ensuite le rire un peu graveleux, qui côtoie le rire lié à un certain dégoût sur des détails scabreux. Le tout fonctionne grâce à une intelligence dans le jeu et l’écriture. L’émotion nous emporte même quand la mort n’est plus détaillée de manière technique mais touche les proches, toutes générations confondues.

Et puis il y a la vie, les choses absurdes de ce monde décrites les unes à la suite des autres. Harold nous embarque dans des anecdotes sur des sujets très variés. Et pour cause : l’homme qui nous parle sur scène a du vécu. On le ressent tout au long de cette heure : il s’agit d’un spectacle très travaillé, solide.

Au-delà de la qualité comique et technique, ce spectacle est avant tout un bon moment. Il commence par une playlist d’avant spectacle sous le signe de l’eurodance des années 1990.

Sing Hallelujah, une autre chanson formidable… Je suis comme Ghislain Blique : la danse en public, ça n'a pas lieu. Même tout seul, d'ailleurs. N'est pas Hugh Grant qui veut (Jump!). Mais là, franchement, j'ai ressenti l'envie.

La force d’un bon spectacle, et la meilleure blague de l’année

Quand on sort du spectacle, on conserve cette légèreté, que j’expérimente rarement en stand-up. Ce bonheur d'avoir vu quelque chose de beau, c'est un peu comme lorsque vous voyez une pièce de théâtre dans un lieu impressionnant ou dans un cadre agréable. Florence Muller m’a provoqué ça, mais c’était un seul-en-scène bien plus théâtral.

On a complètement oublié ses tracas, Paris devient belle. Et ce n’était pas gagné, vu le nombre de merdes de chien dans la rue des 3 bornes ce soir-là. Je me suis même surprise à sourire à trois types à un passage piéton, qui me disaient : « Faut avancer, t'as peur de quoi ? » Le bonhomme rouge, mec.

Harold Barbé dans Sous pression : verdict

Je n'oublierai pas cette soirée, où j'ai entendu la meilleure blague de l'année. Apparemment, ce n'est pas la préférée de la majorité des gens — mais l'artiste en est fier. Il peut. Je ne vous dis pas laquelle c'est, ce serait gâcher votre plaisir… Un indice : trois doigts (rien à voir avec la chanson de Laurie Peret, mais ça mériterait de devenir culte !).

Crédits photo

© Annliz Bonin

[post_title] => Harold Barbé dans Sous pression : très, très bon ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => harold-barbe-spectacle-sous-pression [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 14:14:20 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 12:14:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7243 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 7036 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-07 08:40:03 [post_date_gmt] => 2019-10-07 06:40:03 [post_content] =>

5 octobre 2019 : Shirley Souagnon assurait l’ouverture de son comedy club, le Barbès Comedy Club. Tout le gratin du stand-up y était, mais l’actualité chargée nous menait ailleurs.

Ouverture du Barbès Comedy Club vs. rentrée La Petite Loge : la part belle aux talents de l’humour

Cette semaine marquait en effet la première de nombreux spectacles à la Petite Loge. Nous avons vu ceux de Ghislain Blique, Avril et Mahaut, qui figurent tous dans « 1 jour, 1 reco ».

Pas de panique pour le Barbès Comedy Club : si on a manqué l’ouverture, on prévoit de s’y rendre le lundi et le samedi de la semaine suivante, histoire de s’imprégner de l’ambiance authentique après la tempête médiatique. En prime, le retour du 33 Comedy Club, ça ne se manque pour rien au monde.

👉 Tout savoir sur le Barbès Comedy Club

Ghislain Blique en avait quelque chose à branler

L’heure de Ghislain, on vous l’avait dit : on la fantasmait. C’est casse-gueule, vraiment. Alors que tout le monde entretient des attentes élevées, on espère que l’artiste va garder son sang-froid.

Ghislain, je l’ai vu esquiver la rue la Bruyère, où se trouve le théâtre de la Petite Loge. Car oui, j’avais bien 40 minutes d’avance de peur d’avoir un problème de transport. Moquez-vous, mais vous verrez que cette prudence m’a porté chance trois jours plus tard…

Il avait sa capuche vissée sur son crâne, l’air assez stressé. C’était furtif, mais quand on connaît Ghislain, on peut le deviner. Ce puriste a ensuite gagné la scène, a bu beaucoup d’eau et a délivré ses blagues. Il était à la fois sûr de ces blagues, testées depuis des mois voire des années, et incertain.

Incertain car il fallait tenir une heure : un défi, une prouesse quand c’est la première fois. Sa vulnérabilité sur scène a joué en sa faveur, puisqu’il a conquis le public avec plus de force. On avait envie de le voir franchir cette étape avec succès. On l’encourageait comme un athlète de marathon. C’était un beau moment de spectacle vivant. Chacun rentrait ensuite chez soi, pour une fin de soirée sans histoire.

Mission accomplie pour Ghislain, qui part avec une base solide et qui risque de progresser encore par la suite. Son fil conducteur, c’est lui-même. Son personnage scénique très abouti l’aide beaucoup à compiler ses meilleures blagues et former un tout homogène.

Avril : c’était déjà mieux maintenant, ça sera encore plus fort demain

Changement radical d’ambiance avec Avril, le samedi soir. La prise de risque était énorme : plus de la moitié du spectacle constituait du test. Même pour une recrue du Laugh Steady Crew, c’est une prouesse.

Son acolyte des Ouais Ouais Ouais, Pierre DuDza, stressait pour lui. Et en même temps, il avait tellement envie de voir le résultat. Il y avait aussi Alexis Tramoni, l’agitateur du Ça dit quoi ? Comedy Club et accessoirement gros, gros rire. Votre allié, votre gars sûr quand vous vous lancez sur une heure.

Et il y avait moi. Moi qui, malgré les 40 minutes d’avance, a affronté une adversité souterraine féroce. Après trois métros et un tram qui jouait avec mes nerfs, je n’étais plus du tout dans le même état d’esprit. Mais même un accident grave de voyageur n’allait pas me gâcher la fête. J’étais en train de relativiser, du genre : « C’est quand même vachement bien d’être en vie, on va y arriver. Pourquoi la rame stationne à Châtelet ? Et pourquoi à Madeleine, on n’a pas d’infos sur les prochains trains ? ». Gros pétage de câble, mais on était là à 21h15. Donc encore du stress pour rien.

Et de fait, on ne stressait pas du tout pour Avril. Connaissant sa préparation, ça allait forcément être intéressant, une fête, un truc bien. Enfin, on croyait ne pas stresser. La vérité, c’est que dans notre attente, il y avait une vraie charge mentale. Il s’est pris pour un pilote de dragster de la vanne.

On ne s’attendait pas à ça !

Le Barbès Comedy Club, comme la Petite Loge, ce sont des endroits pour travailler. Prendre des risques. C’est le meilleur en spectacle vivant, c’est pour ça que ça bat constamment Netflix. Et là… Il y avait tant d’idées exploitables, tant de chemins vers une heure solide. C’était un festival, un feu d’artifice et un gros bordel ultra-organisé.

J’étais incapable de formuler une critique à la sortie du spectacle. Sonnée, je voyais tous les proches d’Avril le congratuler. Encore une fois à la manière d’un athlète qui venait de remporter une compétition. Ça m’a donné un peu le tournis. Avril me demandait constamment si ça allait, je devais être dans une de ces torpeurs. Il était impatient d’avoir mon ressenti, mais ça n’allait pas être possible.

Mon cerveau était simplement en train de trier toutes ces nouvelles informations. Je ne comprenais pas la décontraction avec laquelle tout le monde avait déjà un avis sur ce qu’on venait de voir. Habituellement, comme je connais plus ou moins le contenu ou l’univers de la personne, c’est plus simple. Impossible de mettre ce que j’avais vu dans une case. J’ai ri, j’ai froncé les sourcils, je me suis fait balader d’idée en idée…

Potentiel et marge de progression : ce spectacle sera une bombe à rires dans 1 an

Mais pour Avril, c’est toujours la même rengaine : il peut faire beaucoup de choses, si bien qu’on ne sait pas où il peut aller. Alors je lui ai formulé une critique sur-mesure, par rapport à mes envies à moi. J’avais l’impression d’avoir aimé, et en même temps de voir 1 000 manières de sortir le potentiel de cette heure-là. J’avais peur de la modeler à mon envie, et quelque part de brider un talent par pur égoïsme ou envie de trouver des repères.

C’était vertigineux. Ma seule satisfaction, c’est le titre de ma critique BilletRéduc. Vous n’avez que ça à lire pour comprendre :

C’est perché, mais de là-haut, la vue est magnifique !

Pour vous donner le sous-texte, ça veut dire qu’il fallait s’accrocher pour suivre Avril dans tout ce qu’il nous a proposé. Parler des nombres premiers à 22h30 et nous garder avec lui, c’était assez fort. Je vois tellement de potentiel dans cette heure, dont la première version risque d’évoluer énormément, de semaine en semaine.

Mahaut : future reine du stand-up ?

Après ça, on peut mourir tranquille ? Pas du tout ! Mahaut méritait bien le semblant d’énergie qui me restait. Je n’étais pas épuisée, mais j’avais accumulé tant de bonheur scénique en si peu de temps… Tout cela en ratant l’ouverture du Barbès Comedy Club ! Merci le rire, longue vie au rire.

Je n’avais aucune attente concernant Mahaut. C’était surtout de la curiosité. En quelque sorte, elle pouvait respirer davantage quant à ma venue. Mais une première reste un moment important, et je me devais de la juger avec autant de bienveillance et d’analyse que ses deux comparses.

En réalité, je n’ai eu besoin ni de bienveillance, ni d’analyse. Après un spectacle aussi cérébral que celui d’Avril, Mahaut m’offrait un sas de décompression.

Déjà, le show était minuté : ça ne dépasse pas le temps. Mahaut était précise sur toutes ses vannes et elle captait notre attention. Si bien que je n’ai pas vu le temps passer.

Bouquet final du rire

Mahaut peut vous parler de bermudas, de télé-réalité comme de lignes éditoriales des journaux de tous bords. À chaque fois, elle passe des sujets les plus superflus aux plus fouillés.

Les rires viennent naturellement, et ils sont même loin d’être timides ou hésitants. Mahaut vous fait passer une heure de rire et de détente, faisant de son spectacle le programme idéal de votre dimanche soir.

Comme au Laugh Steady Crew, elle a cette maîtrise scénique qui vous fait oublier qu’elle n’a pas l’expérience d’une Marina Rollman. Comme je n’avais pas d’attente particulière, j’ai pu rire beaucoup plus facilement. C’était libérateur : j’ai oublié que je venais la critiquer. Ensuite, j’ai été dithyrambique sur les réseaux sociaux et je ne veux pas que ça la desserve.

Donc, comme pour tous les nouveaux spectacles à la Petite Loge : allez-y sans idée préconçue. Ce n’est pas le spectacle de l’année — ça a juste été un excellent moment pour moi, le meilleur des trois spectacles de cet article selon moi.

À vous de vous faire votre propre idée ! La seule chose, c’est que si vous ne la voyez pas, vous manquez une belle expérience. Si vous ne vous sentez pas l’âme d’aller aux plateaux en langue étrangère du dimanche au Barbès Comedy Club, prenez le temps d’aller à la Petite Loge pour Mahaut !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Pourquoi j’ai manqué l’ouverture du Barbès Comedy Club [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => barbes-comedy-club-petite-loge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:23:29 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:23:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7036 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 6950 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-29 09:00:15 [post_date_gmt] => 2019-09-29 07:00:15 [post_content] =>

Thomas Wiesel jouait à l’Espace Gerson quatre soirs de suite en septembre. L’humoriste, qu’on ne présente plus en Suisse romande, se prépare à conquérir de nouveaux publics. Pour son premier passage à Lyon, il faisait preuve d’une belle assurance. De quoi lui donner une motivation supplémentaire à l’ancien animateur de Mauvaise Langue, alors que les billets se vendent bien.

Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : ne lui demandez plus si ça va

Le nouveau spectacle de Thomas Wiesel s’appelle Ça va. (le point est essentiel). L’humoriste en a marre qu’on lui pose la question de et aborde sa croisade pour comprendre ses émotions.

D’ailleurs, le spectacle est même assez joyeux et léger. Exit la dictature de la névrose, bonjour l’envie de rire. L’autodérision reste un incontournable du spectacle, mais elle n’est pas « destructrice », pour reprendre la formule de Pierre Thevenoux.

Je savais que j’allais voir un humoriste expérimenté. C’était bon de le voir arriver sur scène avec son énergie si singulière. Très bon dans les interactions, il régalait le public avec des anecdotes de l’actualité chaude de la ville lyonnaise. Une spécialité pour celui qui gribouille ses dernières blagues juste avant de prendre le micro.

L’art des impressions plus personnelles

Thomas Wiesel n’est pas un humoriste comme les autres pour moi. Au-delà de son talent avéré, il y a aussi la connexion qui s’opère entre son histoire et celle de son public — quand son public, c’est moi.

J’adore son côté fana de sport ultime, sa capacité à connaître des tonnes de trucs sur les athlètes, toutes disciplines confondues ou presque. Et cette manière d’adorer ça, tout en sachant pertinemment que ça ne sert à rien. Pour socialiser, ça deviendrait presque contreproductif — c’est la magie du sport.

Après avoir vu des blagues sur Charles Leclerc, j’ai retrouvé cette sensation sans rien demander. Quelques blagues sur le tuning et la Formule 1 me faisaient frémir de plaisir. Encore un coup d’un soir réussi à l’Espace Gerson ! Ça n’était pas du tout une partie marquante du spectacle, mais elle a fait appel à toute mon attention.

Et que dire de son rappel sur la timidité ! Je me souviens à quel point l’article sur l’introversion dans le stand-up vous avait plu. C’est vraiment un sujet à creuser avec de la légèreté : ce qu’il a su faire, notamment dans un rappel. Je n’aime pas les rappels d’habitude, car ils s’éternisent ; mais là, le temps était maîtrisé.

Après l’Espace Gerson, Thomas Wiesel fera cap sur de nouvelles villes, dont Paris ?

Pour un spectacle en rodage, le spectacle semble réellement abouti. Parce que le rodage, ce n’est pas un truc à l’arrache. C’est juste une histoire de finitions. À l’Espace Gerson, Thomas Wiesel les assurait avec beaucoup de maîtrise. Ça valait vraiment le coup de se délocaliser dans une autre ville le temps d’un week-end.

Les quatre dates étaient par ailleurs complètes. Thomas Wiesel a semble-t-il apprécié son passage à Lyon, avant de repartir pour commenter du tennis. Et publier une story où il qualifiait Henri Lecomte d’humoriste, et lui-même d’expert. Sa capacité à connaître les moindres détails de ce qui le passionne nous convainc tout à fait là-dessus ! On lui souhaite le meilleur s’il revient jouer ce spectacle très agréable et vraiment marrant à Paris. Mieux : on sera sûrement de la partie. Pourquoi se priver des bonnes choses ?

Crédits photo

© Laura Gilli

[post_title] => Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : rodage maîtrisé [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => thomas-wiesel-espace-gerson-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-09 16:57:51 [post_modified_gmt] => 2020-11-09 15:57:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6950 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 6900 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-27 06:00:12 [post_date_gmt] => 2019-09-27 04:00:12 [post_content] =>

Mahaut, nouvelle recrue du Laugh Steady Crew, a ce côté star par nature qui la propulse assez vite vers la lumière. Elle commencera son chemin à la Petite Loge avec son spectacle Drama Queen.

Mahaut : « restez Drama, vous êtes une Queen »

C’est avec ce slogan énigmatique que Mahaut vous invite à rejoindre les banquettes de la Petite Loge. J’étais surprise de la voir intégrer la troupe du Laugh Steady Crew, surtout par méconnaissance du personnage.

Pour avoir assisté aux deux premières de la saison du LSC, j’ai eu face à moi une humoriste à l’aise. Elle était capable de proposer des nouveautés sans difficulté apparente… J’insiste sur le mot « apparente » car on ne sait jamais ce qu’il se passe dans la tête d’un comique.

Elle a le swag d’une Audrey Jésus, l’esprit analytique d’une journaliste et la folie nécessaire pour suivre les traces d’Aude Alisque. Et malgré tout, elle n’a rien à voir avec ces gens-là. En réalité, elle n’a rien à voir avec personne. Je n’arrive pas à savoir comment Mahaut s’est construite et ça m’intrigue de ne pas être capable de la mettre dans une case. La découverte sera totale, donc, et j’ai hâte d’y être !

C’est même tout un symbole de clôturer la rubrique « 1 jour, 1 reco » avec elle. Au final, il n’y a pas que 20 artistes à voir en cette rentrée ! On aura beau essayer de brasser tous les spectacles en cours, on en ratera toujours quelques uns. La meilleure façon de sortir, donc, c’est de découvrir ! Tentez le coup, vous ne serez pas déçu. Ou alors, si vous aimez jouer, 10 % du temps. Mais ça veut dire 90 % de satisfaction, et c’est plus que génial, quand on y pense ! Allez, on réserve illico presto, parce que ces salles vont vite se remplir…

Infos pratiques

Quand ?Les dimanches à 19 heures, du 06/10 au 22/12
Où ?La Petite Loge (Saint-Georges)
TarifÀ partir de 10,95 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Comédie Love

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Mahaut, Drama Queen de l’humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mahaut-spectacle-drama-queen-petiteloge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-09-17 17:01:46 [post_modified_gmt] => 2019-09-17 15:01:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6900 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 9258 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-09 16:08:23 [post_date_gmt] => 2020-03-09 15:08:23 [post_content] =>

Pierre DuDza a investi La Petite Loge où il joue son spectacle depuis le début de l’année. L’humoriste, résident au Laugh Steady Crew, a connu l’enfer dans le plus petit théâtre de la capitale. Nous pensions rédiger une critique… La vie en a décidé autrement : nous vous livrons donc un reportage glaçant au plus près des agitateurs de la blague les plus radicaux.

Nb. Depuis le 15 mars, les spectacles n’ont plus lieu à La Petite Loge ou ailleurs. Consultez les dernières recommandations et informations pour savoir quand les rassemblements vont reprendre.

En immersion dans le spectacle de Pierre DuDza, nous nous heurtons à Kévin et ses potes éméchés

La soirée est inhabituelle. Mélissa Rojo, qui assure généralement la régie, fête son anniversaire et a fait venir un remplaçant. Il ne se doutait pas du bizutage qui l’attendait…

La salle se remplit assez rapidement par le fond. Un petit groupe se rapproche dangereusement du fond de la salle, au plus près de moi et Jean-Marc, l’ami fidèle de Pierre. Pourquoi une telle proximité ? Un besoin d’attention, sans doute. Mais aujourd’hui, c’est moi qui ai peur face à ce colosse qui prend place à côté de moi.

Lui, ce n’est pas Kévin. Kévin, surnommé l’homme au chapeau depuis l’affaire, réagit très bruyamment aux premières phrases de Pierre. Rapidement, la salle comprend que le perturbateur ne se calmera pas.

Pierre DuDza à bout de nerfs, mais imperturbable

Et ça ne manque pas : le fil conducteur s’est perdu dès les premières interruptions du flux de blagues. Contre toute attente, Pierre DuDza tiendra bon. Le comique jusqu’au-boutiste essaie tant bien que mal de garder l’attention du public resté silencieux. Or quand Kévin ne réagit plus, ses trois potes prennent le relais. Ils discutent entre eux et débattent comme s’ils regardaient du stand-up sur Netflix. Sur quoi débattent-ils ? Sur le fait qu’ils ignorent l’existence de la carapace bleue dans Mario Kart !

Si le spectacle de Pierre DuDza était intégré à Mario Kart, ce soir-là, il aurait été l’accumulation de tous les pièges imaginés par les concepteurs du jeu. Fait impressionnant : le spectacle traite des trous de mémoire, et Pierre n’en a eu aucun. À aucun moment il n’a eu du mal à reprendre ses blagues en cours de route ou agencer le spectacle pour conserver les rires. Le public traversait le moment avec lui, et répondait par des moments d’hilarité.

Pour autant, les interruptions de Kévin n’étaient pas les seuls pièges à signaler. Pour des gens alcoolisés, ils suivaient très bien le spectacle. Volant la vedette à l’artiste sur scène, parlant plus fort que lui, ils anticipaient les blagues… quitte à les dévoiler sans élégance dans leurs interventions. Dans le jargon, comme ailleurs, on appelle ça mettre les pieds dans le plat. Résultat : ça tombe à plat.

Face à une telle fatalité, certains se seraient noyés dans des larmes de stand-upper fragile. Pierre DuDza est resté digne, droit comme un I. C’est vrai, il s’est allongé sur scène de désarroi. Mais c’était une seule fois ! Vous rendez-vous compte ? À sa place, j’aurais fait un malaise après trois minutes.

Crash-test scénique

Au-delà de la situation cocasse, ce type d’expérience est très formateur. Rageant d’un côté, car quand on rôde, on ne peut rien tirer d’une heure perturbée de la sorte. Mais niveau mental, on est sur une épreuve de Ninja Warrior.

Il est grand temps de vous dévoiler le secret le mieux gardé de l’humour. Tous les stand-uppers rêvent d’obtenir une récompense officieuse. Cette récompense, la profession ne l’accorde pas dans les festivals et autres tremplins. Trop dangereux. Mais dans une carrière, face à des publics indomptables, certains survivent. À ceux-là, je souhaite leur offrir aujourd’hui le Prix Denis Brogniart du rire.

Épilogue : faut-il voir le spectacle de Pierre DuDza ?

Par chance, nous avions déjà vu le spectacle Post-it lors de sa troisième représentation. À l’époque, on avait trouvé Pierre DuDza assez fort dans sa manière de frôler la crise de nerfs lorsqu’il raconte ses histoires.

Entre une bataille âpre avec sa fille, ses trous de mémoire intempestifs et ses dilemmes entre capitalisme et communisme, Pierre livre un spectacle passionnant et divertissant. C’est parfois très écrit, mais heureusement, les blagues sur le chat de Schrödinger viennent alléger le tout. Si, si.

Moralité : avec des post-its, tout est possible. Même dans les soirs les plus sombres. Allez découvrir le spectacle de Pierre DuDza pour avoir le fin de mot de l’histoire !

[post_title] => Spectacle - Pierre DuDza, l’imperturbable [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pierre-dudza-spectacle-imperturbable [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-15 09:34:54 [post_modified_gmt] => 2020-03-15 08:34:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9258 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 97 [max_num_pages] => 6 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => 1 [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => 1 [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 19cd29026302dd049cc1e024ae3f1d4d [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Actus et critiques spectacles

Les spectacles à ne pas manquer, on en parle dans cette rubrique !

Pierre DuDza en spectacle : il assure même si ça tourne mal !

Spectacle - Pierre DuDza, l’imperturbable

Bastien Morisson en spectacle

Avec Bastien Morisson, le rire sort vainqueur

Kevin Robin en spectacle : Aventurier à la Petite Loge !

Kevin Robin, aventurier des temps modernes

Florence Mendez joue son spectacle Délicate au Barbès Comedy Club

Dans Délicate, Florence Mendez est drôle et émouvante

Spectacle Saint-Valentin 2020 : notre sélection

Saint-Valentin : quel sera votre spectacle idéal ?

De La Fontaine à Booba : affiche du spectacle à la Comédie des 3 Bornes

De La Fontaine à Booba : critique spectacle

Bon anniversaire Jean : le spectacle de Fanny Ruwet au Barbès Comedy Club

Dans Bon anniversaire Jean, Fanny Ruwet remanie le storytelling

Mahaut et Humourman en 30-30 au Laugh Steady Crew

Mahaut et Humourman, l’association improbable qui marche

Nicolas Fabié : affiche du spectacle Bon à rien mais prêt à tout

Bon à rien mais prêt à tout : Nicolas Fabié se fait entendre

Ricky Gervais et son spectacle Supernature à l’Olympia

Ricky Gervais à l’Olympia : qui suis-je pour juger ?

Panayotis Pascot sur scène : lauréat des étoiles espoir humour du Parisien 2019

Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur

Portrait de Judith Mergui, en spectacle à la Comédie des Boulevards

Qui fera le pari de Judith Mergui ?

Lucie Carbone prépare son spectacle Badaboum au Jardin Sauvage

Lucie Carbone, joueuse dans Badaboum

Rosa Bursztein sur scène s’entraîne pour son spectacle Tenir debout

Tenir debout : le spectacle de Rosa Bursztein

Harold Barbé en spectacle : Sous pression

Harold Barbé dans Sous pression : très, très bon !

Ghislain Blique sur scène au Barbès Comedy Club

Pourquoi j’ai manqué l’ouverture du Barbès Comedy Club

Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : portrait de l’humoriste lausannois

Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : rodage maîtrisé

Mahaut jouera son spectacle Drama Queen à la Petite Loge

1 jour, 1 reco : Mahaut, Drama Queen de l’humour