Catégorie : LOL culture

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [category_name] => lol-culture
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 601
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 601
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [category_name] => lol-culture
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 601
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 601
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 601
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => lol-culture
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 601
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [category] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 601
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (601) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (601) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (601)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011013
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-07-07 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-07-07 06:00:00
                    [post_content] => 

Mourad Winter, auteur et humoriste, n’est pas de ceux qui parlent des années durant de sortir un livre. Il se lance dans l’aventure sans se poser de questions et se retrouve avec un roman de 274 pages, L’amour, c’est surcoté. Insolence ?

L’amour, c’est surcoté : le livre de Mourad Winter plébiscité à raison

Tout commençait avec une réception très chaleureuse de ses pairs. Paru comme un cheveu sur la soupe, ce premier roman semblait être une merveille. Il me restait quelques ouvrages récemment achetés à finir, donc je n’ai pas couru l’acheter. La pression populaire aidant, je voyais de plus en plus de monde se ruer dessus.

J’ai alors demandé à l’un de ces acheteurs de me le prêter quand il l’aurait fini, et finalement je n’ai pas pu attendre… Pas envie de louper un phénomène.

L’idylle au XXIe siècle, le prisme d’un auteur de stand-up

Les humoristes investissent donc le sujet de l’amour en mode réaliste et contemporain. Paul Dechavanne quand il évoque ses dates dans Sympa la vie, Guillermo Guiz dans son nouveau spectacle… Mourad, lui, opte pour le broché.

En l’espace de quelques heures, j’ai dévoré la moitié du livre. J’ai choisi de m’arrêter à ce stade pour écrire cette première partie de critique. En effet, je ne veux pas être influencée en commençant la fin. Je veux conserver ce suspense haletant : Wourad va-t-il ken Imène ? Car c’est ce dont il s’agit : un mec qui oscille entre sexe et amour. Tout cela au sein de moult références télé-poubelle et France Culture.

Le texte est dense, le récit se lit d’une traite. Il y a l’oralité d’un Salinger dans son livre L’attrape-cœurs. Pourquoi cette idée ? Peut-être vient-elle de l’influence de Fanny Ruwet, qui a signalé son vif intérêt pour les deux œuvres sur les réseaux sociaux. Elle est surprise de mon verdict, mais le comprend.

Alors j’assume l’idée. Je pense même à Natacha Polony qui grimace sur un Beigbeder qui écrit comme Salinger, quitte à oublier la singularité de sa plume. J’espère tellement la voir un jour réagir à ce livre de Mourad Winter, comprendre le lien avec Salinger sans la volonté de le copier, souligner la qualité du livre et mettre en PLS des cadres de la droite. Fin du délire médiatique.

Verdict

J’aurais regretté d’attendre davantage pour découvrir ce livre. Quand un bon auteur et comique d’observation s’empare de sujets comme l’amour, ça fait du bien. Exit les clichés des podcasts sans queue ni tête, bienvenue dans le concret d’une fiction qui dépasse la réalité.

Sa plus grande force ? Elles sont multiples, en réalité. D’abord, les références culturelles, politiques et sociétales sont d’une richesse rare. Ensuite, le rythme de l’intrigue, entre péripéties et introspection, offre une vraie variété dans l’écriture. Enfin, le plaisir de lecture atteint son paroxysme tant les personnages et leur psychologie sont travaillés. Maintenant que je vous livre ce verdict, en connaissant le dénouement, je peux vous assurer que vous resterez happé jusqu’au bout…

Les montagnes russes des débuts d’une intrigue amoureuse vous angoissent ? Lisez ce livre. Vous ne trouverez pas forcément de solution immédiate, mais vous vous sentirez moins seul. Assez utile pour un profil de célibataire, surtout pendant l’été de la chlamydia qui s’annonce (c’est l’ARS qui le dit). Sortez couverts, achetez L’amour c’est surcoté et tout ira bien.

[post_title] => Avec L’amour, c’est surcoté, Mourad Winter transforme l’essai [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mourad-winter-livre-amour-surcote [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-07 09:46:39 [post_modified_gmt] => 2021-07-07 07:46:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011013 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010914 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-18 11:48:23 [post_date_gmt] => 2021-06-18 09:48:23 [post_content] =>

Le dernier épisode du podcast Stand Up France avec Yacine Belhousse est une pépite pour tous les amateurs de comédie. Comme souvent dans cet exercice, il livre de nombreuses anecdotes qui vont forcément vous ravir !

Yacine Belhousse en podcast : la meilleure excuse pour découvrir l’humour estonien

En tant que fan de l’Eurovision, je ne peux qu’admirer le travail de Yacine Belhousse. Cette phrase semble improbable, mais restez, on parle de comédie juste après ! Sans transition, donc… (sic !) Avec ses propositions scéniques originales, rien d’étonnant de le voir aller à la rencontre des artistes de stand-up à travers le monde.

Sa curiosité comique est littéralement contagieuse. Pour tout vous dire, j’ai même essayé de regarder de l’humour en estonien pour voir si je comprenais quelque chose. Ou simplement percevais. Pas trop, mais la bonne nouvelle, c’est que les Estoniens jouent en anglais…

Tout le monde n’a en effet pas la chance d’avoir un pays densément peuplé ou d’une scène stand-up dynamique. C’est toujours une piqûre de rappel appréciable, surtout quand on a la tête dans le guidon. On prend parfois trop notre dynamisme artistique pour acquis, savourons donc notre chance !

Découvrez Ari Matti Mustonen, un Estonien à Vancouver

Yacine Belhousse digresse donc sur le côté nerd du podcast Stand Up France. Ces spécialistes du rire se retrouvent à se demander s’il existe des podcasts estoniens. La réponse est oui : Louis Zezeran propose même un podcast en anglais.

Quelques recherches plus tard, je tombe sur ce site web et quelques sketches en anglais. Celui-ci m’a bien fait rire, alors je vous le partage :

This Just In: Yacine Belhousse lance sa masterclass

Deux autres informations essentielles (et plus locales) vous intéresseront sûrement davantage. Tout d’abord, dans la lignée des nouvelles formations humour, il proposera une masterclass orientée mise en pratique. La promesse : à la fin de la formation, vous repartez avec du matériel utilisable sur scène.

Loin des conférences inspirantes, vous bénéficiez donc de l’expertise d’un des humoristes les plus respectés de son milieu. C’est aussi un rappel important : tout savoir-faire transmis apporte de la valeur et mérite d’être rémunéré. Je souhaite donc le meilleur à Yacine dans cette entreprise !

Autre anecdote qui fait réfléchir : l’art de ne pas s’entourer. Les professionnels de l’ombre répètent à l’envi que pour se développer, il faut s’entourer. C’est intéressant d’avoir le point de vue d’un indépendant. Bien sûr, il s’entoure et collabore avec d’autres artistes pour monter des projets. Mais ce son de cloche alternatif (tout comme son humour) trotte dans la tête de nombreux autres humoristes.

Comme quoi, il n’y a pas de science exacte ou de vérité générale. Écoutez cela en contexte pour parfaire votre opinion, ce podcast avec Yacine Belhousse est une pépite pour cela !

Crédits photo

Yacine Belhousse © Christine Coquilleau

[post_title] => Quand Yacine Belhousse parle de podcast estonien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-podcast-estonie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-18 11:53:26 [post_modified_gmt] => 2021-06-18 09:53:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010914 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010878 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-16 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-16 06:00:00 [post_content] =>

Peut-on rire de tout ? Rassurez-vous, nous n’allons pas vous soumettre une thèse pour raviver le débat. Aujourd’hui, nous vous partageons une heure et demie de pur plaisir pour répondre à cette question !

Peut-on rire de tout ? Une bonne fois pour toutes et Ambroise Carminati vous répondent !

Depuis son lancement, le podcast Une bonne fois pour toutes aborde les questions qui ne trouvent jamais de réponse. Elsa Bernard, Anissa Omri et Lisa-Margaux Omri invitent leurs collègues humoristes pour échanger autour de chroniques bien senties et d’anecdotes croustillantes.

L’épisode que nous vous partageons aujourd’hui sort du lot. D’une part, l’invité du jour est le plus connu jusqu’ici. Un petit génie de la comédie qui sait tout faire, comme en atteste sa page Wikipédia. Loin des méga-stars qui remplissent des Zénith, Ambroise Carminati mise sur la qualité et jouit d’une véritable reconnaissance dans son milieu. D’ailleurs, c’est lui, Ambroise du duo Ambroise et Xavier.

Bref, c’était sans conteste l’homme de la situation pour une question aussi débattue dans notre milieu ! Quand j’ai commencé à écouter cet épisode, je partais sur de belles attentes… Je n’ai pas été déçue, loin de là !

Dès la chronique d’Anissa, vous serez dans l’ambiance

Lire des commentaires sur un article putaclic avec le bon ton, ça ne s’improvise pas. Profitez de toute une palette de personnages (pour le coup réels) en quelques minutes seulement. Prenez des notes, Anissa Omri s’en sort à merveille. Et s’il vous reste du temps et que son nom ne vous dit peu de choses, allez relire notre interview avec Anissa !

Ensuite, l’épisode embraye sur la discussion et les protagonistes abordent plusieurs perspectives. C’est vraiment instructif, réfléchi et ça va bien plus loin que les discours habituels. Pour le reste, nous vous laissons la primeur de la découverte, profitez, c’est un bonbon parmi les podcasts humour !

Crédits photo

  • Ambroise Carminati © Laura Gilli
  • Anissa Omri et Elsa Bernard © Charlotte Mallo
  • Lisa Margaux Omri © Une bonne fois pour toutes
[post_title] => Peut-on rire de tout ? La réponse en podcast ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rire-de-tout-debat-podcast [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-14 12:28:56 [post_modified_gmt] => 2021-06-14 10:28:56 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010878 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1010834 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-05-30 10:59:11 [post_date_gmt] => 2021-05-30 08:59:11 [post_content] =>

Louis Chappey fait partie des valeurs sûres de la nouvelle génération humour. Il est généralement au rendez-vous, mais comment faire pour qu’il sorte du lot ?

Louis Chappey : une masterclass d’efficacité comique, un personnage à valoriser ?

Depuis plusieurs années, je promets une place à Louis Chappey comme découverte humour. Sauf qu’avec le temps, je me rends compte qu’il y a souvent eu un paramètre qui me retient. Louis Chappey, c’est une valeur sûre, il fait globalement rire tout le temps, sur tous les terrains… Mais pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Il fait partie des stand-uppers efficaces, qui peuvent produire des vannes sur de nombreux thèmes. Il a aussi un capital sympathie très fort. Quand il délivre ses vannes avec ce sourire taquin (ceux qui l’ont vu sur scène voient de quoi je parle), ça marche.

Circulez, il n’y a rien à voir, donc ? On pourrait croire que l’originalité manque. Effectivement, on n’est pas sur un humour absurde et perché à la Adrien Montowski : c’est simple, efficace. Or toute sa force comique passe par des messages subliminaux. Quand Louis Chappey s’engage, ça se fait en douceur, on ne s’en rend même pas compte.

Je l’ai vu en première partie de Pierre Thevenoux au Point Virgule. Le pensionnaire du Laugh Steady Crew délivrait des vannes sûres, enchaînait sans difficulté, en toute décontraction. Mais l’observateur aguerri notait aussi quelques ruptures de rythme de qualité pour changer d’atmosphère et nous emmener là où il le souhaite.

La #TeamChap : une présence sur Instagram complètement dingue

Si sur scène, Louis Chappey s’affirme plus par l’efficacité que la singularité, sur le web et les réseaux sociaux, il sort réellement du lot. Chansons improbables, montages vidéo volontairement cheesy, nouvelles créations à chaque nouveau palier d’abonnés… Tout est fait pour se démarquer.

Et ça marche : l’humoriste a même lancé une cagnotte pour récupérer des dons d’un euro par personne, juste pour la blague. Sur Twitch, il a même lancé un concept où il mêle jeu vidéo de guerre et introspection. Parler de solitude, d’amour en abattant des ennemis : c’est réellement ce qui meut la jeune génération. Actuellement, il réfléchit à proposer de nouveaux formats encore plus en adéquation avec ce qu’il veut proposer artistiquement.

Dans ces propositions artistiques, on comprend finalement que Louis Chappey a la capacité de saisir son époque et provoquer des rires sur tous les supports. En réalité, on comprend qu’il est régulièrement au rendez-vous et qu’il devient facile de le prendre pour acquis, de ne pas savoir quel est le bon moment pour le promouvoir. Et donc de passer à côté de la chance d’en parler.

Cela l’empêchera-t-il de réaliser des coûts d’éclat ? Actuellement, il va dans la bonne direction. S’il continue sur ce rythme de progression, il aura toutes les cartes en main pour devenir une rock star comique. Ça tombe bien, avec plusieurs 30-30 dans les pattes, il pourra rapidement proposer un spectacle. D’autant plus qu’il lui reste bien des années devant lui pour parfaire son personnage scénique.

Crédits photo

© francetv slash / Autour de… / Capture d’écran YouTube

Bonus Track Back Story : Louis Chappey en interview sur une radio underground

[video src="https://irm.radio/episodes_diff/irmdr-S01E17_large.m4v" /]
[post_title] => Louis Chappey, influenceur en herbe ou future rock star comique ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => louis-chappey-humoriste-influenceur [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-30 11:31:14 [post_modified_gmt] => 2021-05-30 09:31:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010834 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1010709 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-04-14 20:14:50 [post_date_gmt] => 2021-04-14 18:14:50 [post_content] =>

Aujourd’hui, Harold Barbé intègre la bande des Grosses Têtes, l’émission de Laurent Ruquier sur RTL. L’occasion est trop belle : j’ai envie de vous en parler dès maintenant et de mettre sur pause… ma pause, justement !

Harold Barbé, nouveau visage parmi les Grosses Têtes

Le 14 avril 2021 est l’une de ces journées atypiques. En plein après-midi, je me réjouis de lancer la radio RTL. Cette fois-ci, je n’écoute pas Isabelle Chataignier au micro de Flavie Flament pour apprendre à mieux m’exprimer. Non, le rendez-vous est pris un peu plus tard avec Laurent Ruquier et sa bande des Grosses Têtes.

C’est l’une des émissions que je suivais de près durant l’enfance. Un monument du PAF qu’animait alors le sautillant Philippe Bouvard. Je garde simplement en souvenir le plaisir de consommer ces émissions, à la radio ou à la télévision. Guy Montagné, Sim… Ils me faisaient tous hurler de rire sans qu’une scène ne les mette en lumière.

Cette journée du 14 avril est spéciale car Harold Barbé débarque dans la bande. Il y retrouve notamment Melha Bedia, autre figure de la nouvelle génération humour. Soutenue par Olympia Production, l’artiste et comédienne a déjà de la bouteille à ce poste.

Une institution qui compte encore

Laurent Ruquier n’est pas Philippe Bouvard. On ne lui demande pas de l’être, un peu comme Samuel Étienne ne remplacera jamais Julien Lepers. Comparer les époques n’a pas de sens car ma perception de l’émission diffère entre mes 8 ans et mes 30 ans… En revanche, je conserve ce respect de l’institution, de l’esprit de bande et du plaisir des Grosses Têtes qui se retrouvent. Tout ceci malgré des enquêtes, certes orientées mais bien fouillées, qui pointent le sexisme dans l’émission.

Point de polémique ici. Il y a un véritable plaisir à voir un humoriste atypique et talentueux validé par la profession. Passé dans On est en direct avec… Laurent Ruquier toujours, Harold a su saisir l’opportunité de briller. Comme il a su assurer les premières parties de Blanche Gardin. Peu importe la durée de son aventure autour de la table, l’artiste démontre qu’il ne lâche rien, qu’il s’adapte à de nombreux exercices tout en restant lui-même. Il fait partie de ceux qui humanisent cette profession et qui font rire pour ceux qu’ils sont.

En bref, ce 14 avril est décidément une belle journée. Puisse-t-elle en cacher de nombreuses autres, et bientôt au théâtre !

Crédits photo

© Kervin Portelli / RTL

Dans le rétro - Passions #7 spécial radio

[post_title] => Harold Barbé : un grand comique aux Grosses Têtes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => harold-barbe-grosses-tetes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-04-14 20:33:39 [post_modified_gmt] => 2021-04-14 18:33:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010709 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1010200 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-19 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-19 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 51 à 60

Suite à l’esquisse de nos contemporains signée Karim Duval, Florence Mendez (51) séduira le public. Sous ses airs inoffensifs se cache une humoriste à l’univers teinté d’une noirceur éclatante !

Le suivant sera tout aussi habitué au contact des enfants. En effet, après l’ancienne professeur des écoles, Louis Chappey (52) parlera peut-être de l’un de ses premiers sujets de stand-up. De quoi s’agissait-il ? Facile : son ancien statut d’animateur de maternelle ! Le franc-parler de la flamboyante Laura Calu (53) viendra ensuite électriser l’Européen.

Une salle de nouveaux talents connus des initiés

Une salle qui sera ensuite saisie par la proposition aussi qualitative qu’expérimentale d’Adrien Montowski (54).

Ensuite, Anne Cahen (55) viendra recentrer la soirée autour d’un univers stand-up. Sa prestation sera inédite pour le plus grand nombre mais déjà connue des (très) initiés. Autre humoriste connu par une niche d’observateurs, Guillaume Guisset (56) fera bien plus que marcher sur les traces de Gaspard Proust avec son univers singulier.

Un univers tout aussi singulier attendra les spectateurs au tournant. Anne Dupin (57) a peut-être disparu des écrans-radar. Cependant, les dénicheurs de talent n’oublient pas son spectacle au Théâtre la Cible… Ou encore ses expérimentations au Laugh Steady Crew.

Le prochain humoriste, vous le connaissez pour ses premières parties de Blanche Gardin, ses chroniques matinales et autres commentaires sportifs. Harold Barbé (58) captera enfin la lumière qui lui manque tant pour briller.

Vous l’entendez de plus en plus, Rosa Bursztein (59) devra trancher entre relations et actualité pour peupler sa minute réglementaire. Quel que soit son choix, elle ne laissera pas indifférent ! Pour clore cette soirée, il fallait un grand du rire. Non pas par son nom, mais par sa taille. Celle qui lui fait voir le monde sous une autre perspective, avec plus de recul. Réda Seddiki (60) aura la lourde tâche de faire rêver une dernière fois le public. Public qui sera ébloui par la constellation du rire qu’il aura pu observer en seulement une heure de temps…

Cela sera passé vite, assurément. Certains auront envie de tous les revoir, d’autres feront leur sélection. Quoi qu’il advienne, cette soirée sera mémorable.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Retrouvez le reste des artistes que nous avons sélectionné pour vous sur les cinq autres articles publiés ce mois-ci !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-6 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-25 10:26:12 [post_modified_gmt] => 2021-01-25 09:26:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010200 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1010197 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-17 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-17 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 41 à 50

L’ambiance basculera dans une folle comédie lorsque la quarante-et-unième humoriste foulera la scène de l’Européen. L’identité de cette artiste ? Mélodie Fontaine (41). Avec son humour cru et son talent de comédienne, elle emmènera le public dans une sorte de Germinal tragicomique moderne dont elle a le secret.

Le secret de l’humoriste suivant, Nadim (42), est sans doute bien gardé. D’où lui viennent ses idées loufoques et son envie de faire autrement ? Nul ne le sait, mais tout le monde le verra avant de plonger dans une hilarité animale. L’humoriste et YouTubeuse Swann Périssé (43) ravira son public et continuera de combler les amateurs d’originalité.

L’art de prévoir une doublure sans rogner sur la qualité ou la cohérence artistique

Cap vers la Suisse désormais avec comme premier choix Nathanaël Rochat (44). Méconnu en France, il est le taulier du rire en Suisse romande. Discret, peu enclin à se montrer, il refuserait probablement l’invitation. Comme un mastodonte du rire peut en cacher un autre, Yann Marguet (44bis) pourra assurer l’intérim sans que la soirée ne perde en qualité.

La voix étonnante de Laura Elko (45) et son doux sens de l’humour continueront de bercer les spectateurs. Sans les endormir, bien entendu, parce que cette voix porte — ce sera alors une ambiance opéra qui changera du stand-up, genre plus habituel dans cette salle qui fait rêver nombre d’humoristes.

Sans transition, l’Européen passera de la douceur aux mathématiques. Vous trouvez cela étrange ? Réfléchissez-y : une fois les méninges du public détendues, ils seront fin prêts à découvrir les univers respectifs d’Avril (46) et de Tatiana Djordjevic (47). Ces deux têtes bien faites, amateurs de François Rollin (le premier l’adore, la seconde travaille avec lui) rendront nostalgiques tous ceux qui ont eu la chance de voir le dernier spectacle du professeur à l’Européen !

Pour revenir à une atmosphère « détente », l’Européen convoquera ensuite deux humoristes très complices : Omar DBB et Manu Bibard (48). Vous avez découvert le premier sur France tv slash, le second devient un influenceur de qualité sur les réseaux sociaux grâce à son micro magique et ses horoscopes violents. Cela risque de faire des étincelles !

De l’étincelle à l’explosion, il n’y a qu’un pas : un badaboum plus tard, Lucie Carbone (49) gagnera la scène avec une poésie et un monde déjanté invitant à une folle rêverie… Tout aussi poétique et imagé, Karim Duval (50) apportera son expérience pour cueillir l’époque actuelle comme peu y parviennent.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous vendredi 19 février pour la suite et fin de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 5/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-5 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:48:42 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:48:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010197 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1010193 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-15 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 30 à 40

L’expérimentation continuera de happer le public avec la singularité d’un Jihef (30). Sa présence particulière ne manquera pas d’interroger le public, sceptique puis forcément hilare. En mal d’humour engagé ? Audrey Jésus (31) proposera ensuite une transition logique entre étrangeté, sensibilité et propos éclairé.

Du pur stand-up tentera alors la foule, rassasiée d’originalité et qui voudrait bien reprendre ses esprits ! Basile (32) assurera son rôle comme un chef avec son charisme scénique et son affection pour le stand-up. L’expérience reviendra ensuite à la charge avec le couple Alexandra Pizzagali et Clément K (33), dont l’union dans la vie se transposera naturellement.

Des plumes pouvant en cacher une autre, Gabriel Francès (34) viendra faire perdurer les saillies verbales avec un humour à la fois politique et noir. L’auteur de Walter (entre autres) bénéficiera ainsi d’un beau coup de projecteur ! Projecteurs qu’Agnès Hurstel (35) est habituée à voir. À l’aise sur scène, sur France Inter comme en TEDx, elle apportera une touche à la fois névrotique et osée qui lui est propre.

Du névrotique au poétique, il n’y a qu’un pas ?

Pas toujours, mais Romain Barreda (36) viendra adoucir l’atmosphère et récupérer une frange puritaine du public ? Son expérience au Grand Rex l’aidera grandement à être à l’aise et à se distinguer.

Viendra ensuite une humoriste anglophone que les amateurs de stand-up underground connaissent bien : Els (37) ! Une nouvelle tête de l’humour en cachera ainsi une autre : le calme et posé Sylvain DK (38). Il laissera la place à une Mahaut (39) dont l’excentricité n’est plus à prouver. Cette drama queen fera ainsi forte impression et redonnera un coup de fouet au public… Si certains se retrouvent avec le mal de mer à ce stade, Arezki Chougar (40) viendra rétablir tout cela avec son charisme légendaire et son sens du dialogue…

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 17 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-4 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:49:29 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:49:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 1010189 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-12 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-12 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 20 à 29

Cinq chansons plus tard, pour conserver une ambiance musicale, Fabien Guilbaud (20) mêlera pour un ultime moment humour et chanson… Prouvant que dans ce genre d’humour, les propositions divergent effectivement les unes des autres !

Une tête connue, pour enchaîner ? Appelons donc Camille Lorente (21), alias Queen Camille. Sa connaissance du tempo d’une vidéo YouTube l’aidera forcément à condenser sa proposition artistique…

Faire l’éloge de la lenteur dans une soirée où le temps file est une nécessité. Pour cela, appelons ensuite Jean-Patrick (22). Une respiration intrigante qui viendra bousculer l’attention du public… Avant de lui offrir une parenthèse de légèreté avec l’humour frais et pétillant d’Elsa Bernard (23). Son humour, pas sa personne. Nul besoin de vous préciser que nous nous concentrons sur la proposition artistique avant tout !

Le public mélomane se lamentait peut-être déjà de ne plus être stimulé… Mais même sans guitare, KINO (24) viendrait balancer l’un de ses jingles dont il a le secret pour proposer une expérience à la fois sonore et comique. Originalité garantie ! La soirée continuera ensuite avec Klotilde (25), habituée de nombreux festivals et forte d’une expérience de plus en plus fournie…

Bobbin (26), talent plus masqué parmi la horde de nouveaux comiques, plongera le public dans une expérience inoubliable, teintée d’absurde via son personnage inquiétant mais attachant. L’expérimentation continuera avec Anissa Omri (27) et le ton si singulier de ses blagues : posées, mais étonnantes de surprises et de chemins tortueux.

Le besoin de revenir sur terre et de continuer de rêver se ferait sentir. Pour cela, rien de tel qu’Antek (28), sa bonne humeur et ses lunettes rouges… Et pourquoi pas sa guitare ? Sait-on jamais… La rêverie continuerait avec le huitième degré d’une Aude Alisque (29), dont la folie n’a d’égal que la force des rires qu’elle provoque.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous lundi 15 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-3 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:11 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010189 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 1010184 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-10 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-10 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 11 à 19

Déjà dix artistes, et pas encore de musique ? Soixante Junior n’a pas oublié les mélomanes en conviant Lisa Margaux Omri (11). Ses chansons humoristiques font le sel de toutes les découvertes artistiques obscures. On s’écrira : « mais pourquoi Diable sa voix ne résonne-t-elle pas sur les ondes ? », ou quelque chose du genre.

Nouveau duo emblématique, de la scène nantaise cette fois : les deux tocards du stand-up Kevin Robin et Maxime Stockner (12) enflammeront ensuite l’Européen. De Nantes à Bruxelles, il n’y a qu’un pas que Soixante Junior franchira avec Farah (13). Entre humour noir, forte personnalité et féminisme renseigné, la Belge recevra enfin un accueil digne de ce nom dans l’un des épicentres de la culture.

Pour continuer le voyage, on fera ensuite confiance à un amateur d’humour anglo-saxon, un dandy absurde connu sous le nom de William Pilet (14). Pour relancer l’attention de ceux pour qui les chansons de Lisa Margaux trottent dans la tête, une nouvelle chanteuse humoristique investira la scène. Sarah Normal (15) offrira un subtil contraste entre irrévérence et volupté.

Ancrer de nouveau la soirée dans une ambiance stand-up pure, cela vous dit ? Avec l’arrivée de Cyril Hives (16) sur scène, cela deviendra une réalité ! Cela ouvrira la voie à une expérience plus folle… Alors le voyage nous emmènera vers Lausanne où l’on aura extrait Valérie Paccaud et Yacine Nemra (17) du studio sombre mais créatif de Couleur3.

Afin de toujours reprendre ceux qui sont perdus dans le train de l’absurde, Hugo Gertner (18) oscillera entre roast et stand-up dans la pure tradition américaine. On enchaînera crescendo avec l’univers mi-loufoque, mi-militant d’une Elsa Barrère (19). Qui vous a persuadé de mettre les comiques dans des cases ? Je vous mets au défi d’en trouver une pour elle… À part l’anticonformisme, peut-être ?

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous vendredi 12 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 2/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-2 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:50 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010184 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 1010181 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-08 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-08 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 1 à 10

À la présentation, on retrouvera Florence Foresti (1). L’humoriste, à ses débuts, avait changé la donne. Elle sera la personne idéale pour transmettre le flambeau. Pour ouvrir les hostilités côté nouveaux talents, on fera confiance à Yazid Assoumani (2), un artiste émergent adoubé par Panayotis (notamment).

On enchaînera ensuite avec l’une des révélations des plateaux d’humour parisiens : Emma de Foucaud (3). Autres tauliers des petits bars, Fred Cham et Joseph Roussin (4) formeront un duo largement suivi par une communauté de fans de podcasts et de BD. Parce qu’il faut des artistes d’expérience qui se font plus rares sur ces événements stand-up, on invitera Marion Mezadorian (5) qui vous démontrera que les personnages ont la cote… du moins quand ils sont bien interprétés.

En sixième position, Ghislain Blique (6) obtiendra enfin la reconnaissance de la profession et des caméras (malgré sa pige à Génération Paname). Déjà passée par le Jamel Comedy Club, même si cela se passait bien avant notre monde pandémique, Salomé Partouche (7) verra sa première partie de parcours soulignée. Urbain (8) s’émancipera ensuite de sa casquette de « Monsieur Topito », car il existait déjà dans le centre de la France avant sa mainmise sur la plateforme star du web comique.

Un peu de folie lancera pleinement cette soirée. Parmi le casting d’OVNIs, on trouvera notamment Cab Cab (9), un phénomène qui ne se décrit pas. Autre protagoniste de poids, le très charismatique Edgar-Yves (10) viendra faire raisonner sa voix et ses éclats de rire, pré-validation artistique qui emportera la foule.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 10 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:51:26 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:51:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010181 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 1010128 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-03 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-03 07:00:00 [post_content] =>

Les théâtres demeurant fermés, l’humour en live streaming a le vent en poupe ! Verino et Kev Adams ont en effet proposé fin janvier deux soirées stand-up accessibles depuis chez soi, moyennant paiement. Mais cet humour par écrans interposés ne fait pas l’unanimité. On fait le point !

Humour en live streaming : comme en vrai, il y a de tout !

Commençons par un scénario de science-fiction : il me reste un seul spectacle à visionner, après c’est terminé. Et ce plateau, c’est celui organisé par Kev Adams avec son pote Gad Elmaleh (et d’autres noms). Si j’avais pu y assister sur place au Fridge, alors je me serais sans doute déplacée. En revanche, en live streaming, je passe mon chemin.

Pourquoi ? Parce que l’intérêt d’un plateau d’humour, c’est se laisser prendre au jeu. Sur place, on accepte plus les propositions artistiques qui nous parlent moins. Alors que derrière un écran, on éteint la machine, on coupe le son ou pire, on appuie sur avance rapide pour voir quelqu’un qui nous intéresse vraiment.

Une offre qui explose

Ces derniers mois, on a eu un florilège de soirées stand-up. Génération Paname, Autour de et le Ring Comédie Club (France TV), le Gala du Jamel Comedy Club (Canal+), la soirée Étoiles espoir humour du Parisien (Comédie+)… On a aussi eu le droit à des initiatives plus indépendantes : Pasquinade (Haroun), LeMardi.tv (association suisse romande) et plus récemment Verino, malgré ses réticences confiées à Télérama.

J’en oublie sûrement, et je vous avoue avoir passé mon chemin à quelques reprises. Le problème que je vois dans ces soirées où les extraits s’enchaînent, c’est qu’un passage ne résume pas l’univers d’un artiste. Un spectacle y parvient mieux ; d’ailleurs, on peut revenir plusieurs fois pour continuer à explorer. D’autre part, quand on est filmé, on fait attention à ne pas bider, donc on laisse moins de place au hasard. C’est une forme d’humour impeccable, hygiéniste et aseptisée qui n’a tout simplement plus la même âme. Il faut aller chercher dans de l’improvisation pour retrouver un semblant de frisson. Pour connaître quelqu’un, regardez-vous sa carte de visite ou allez-vous entrer en discussion avec lui ? Vous saisissez le problème, maintenant ?

La coupe au montage : pire qu’un coiffeur en état d’ivresse ?

Attention, sujet épineux ! Les coupures au montage sont davantage l’œuvre de chaînes de télévision. Plus il y a de chemins de validation, de craintes de perdre un contrat ou un boulot, plus l’humour risque de subir quelques coupes disgracieuses.

barney stinson vs. marshall's pants
make action GIFs like this at MakeaGif

Il y a aussi un impératif de temps : chaque programme a une durée précise. Il faut être efficace ou périr. Pour autant, le tableau n’est pas si noir qu’il n’y paraît. Ce qui change la donne, c’est l’arrivée de Twitch dans le paysage audiovisuel et surtout sa prise en compte par les médias traditionnels. Ces mondes, semble-t-il structurés de manière diamétralement opposée, fusionnent actuellement… Pour le meilleur et pour le pire ? Il ne faudrait pas perdre la spontanéité des chaînes indépendantes sous prétexte que les pros découvrent de nouveaux terrains à explorer. Au passage, si le sujet vous intéresse, je vous conseille la chaîne de Ludovic B qui compare YouTube à la télévision.

La coupe au montage pour des raisons de censure peut toutefois être contreproductive. L’absence d’Edgar-Yves dans la captation de la soirée du Parisien a eu pour conséquence… Que l’AFP a prévenu toutes les rédactions et informé tout le monde du contenu du sketch en question ! On n’aura jamais autant entendu parler d’une blague « compromettante » (sic !). Si elle avait simplement été diffusée sur une chaîne que personne ne reçoit ou presque, Edgar-Yves n’aurait pas eu un tel coup de pub.

Cette affaire est intéressante car deux versions contradictoires cohabitent. D’une part, les pressions pour supprimer une partie du sketch et la coupe pure et simple d’un humoriste. D’autre part, la demande de l’humoriste que l’on coupe son passage car il ne serait pas efficace. Cela ne semble pas être le genre de la maison, mais admettons.

Pour avoir vu cette soirée, sachez que l’efficacité a surtout été compromise par l’absence significative de public ! En plein confinement, elle a en effet été maintenue avec un « public » restreint et créé artificiellement. En revanche, point d’ajouts de rires. Le silence est parfois assourdissant là où les artistes attendent traditionnellement des rires. En bref, on a perdu Edgar-Yves et on a conservé Jérémy Demay alors qu’il n’était même pas présent (juste une vidéo en mode selfie…). Dommage, même si des artistes comme Fanny Ruwet excellent lors de leurs captations.

Quelques pistes pour une meilleure expérience

Tout d’abord, adapter le format aux écrans. Si Génération Paname était la seule émission d’humour à la télévision, elle serait agréable à regarder dans son format actuel. Or aujourd’hui, un passage de stand-up simple ne suffit plus à accrocher un spectateur qui a tant de choix pour se divertir.

Ensuite, inclure des moments de découverte des artistes et de performances scéniques. Certains ont loué les mérites de l’émission Vendredi, tout est permis spéciale Fridge pour cela.

Dans la mesure du possible, laisser les artistes s’exprimer en toute liberté. Ne pas trop écouter la majorité bruyante de Twitter et son offense facile. Museler les cadres des chaînes de télévision qui pensent tout connaître des late shows américains, aussi. Cela vaut autant pour les contenus des sketches que pour leurs idées de formats.

En cas de problème technique, proposer une solution de repli. Par exemple, les personnes qui n’ont pas pu se connecter sur la plateforme LeMardi.tv lors du live avaient 48 heures pour regarder le spectacle en VOD. Pour ma part, je n’ai pas rencontré de problème et j’ai trouvé l’expérience très agréable : c’était le premier spectacle post-confinement ! Oui, la Suisse avait déconfiné plus tôt.

Enfin, alterner les artistes dans ces émissions. On voit les mêmes passages d’une chaîne à l’autre, parfois ! C’est ridiculement inutile sur le plan de la découverte… Si l’on multiplie les programmes, il faut aussi multiplier les tickets d’entrée.

Sacraliser le lien avec le spectateur

Laura Calu est l’une des humoristes qui prend le plus position contre la tenue de spectacles en streaming. Pour elle, le spectacle doit être vivant, sinon il perd de son charme. Elle dénonce chaque jour les incohérences entre les ouvertures et fermetures de lieux publics (magasins vs. théâtres).

Voir un spectacle « en vrai » n’a en réalité rien à voir avec la consommation d’une soirée humour en prime-time à la télévision. Contrairement au sport où il est parfois plus simple de suivre une compétition sur son canapé que sur place, le rapport avec les artistes est sublimé au théâtre. C’est ce qui procure des émotions authentiques, un moment hors du temps où tout peut arriver. Le seul équivalent, et encore, c’est la diffusion en direct, sans filet.

Et dans le même temps, avec YouTube, les podcasts et les communautés, le lien existe bel et bien entre créateur et spectateur. Il est simplement différent. Les codes des YouTubeurs et autres streamers est très différent. Même s’ils proposent des contenus parfois de grande qualité, ils développent les mêmes tics de langage, les mêmes manières de monter leurs vidéos… Tout est formaté, facilement consommable et, il faut le reconnaître, fait passer le temps alors que nos libertés sont confinées.

Bref, cette question du lien est essentielle et doit nourrir les projets d’humour en live streaming. Surtout lorsque nos liens sociaux et familiaux sont mis à rude épreuve. Les artistes nous semblent aujourd’hui loin. Parfois, on les voit errer, perdus sans leur outil de travail : la scène. Ils écrivent dans le vide car il n’y a plus le receveur qui les porte : le spectateur.

Humour en live streaming : un complément alimentaire, pas de la véritable nourriture

Je ne vois que cette analogie : l’humour en streaming ne rassemble pas les mêmes qualités nutritionnelles pour l’âme que celui en salle. Mais pour ceux qui habitent loin des grandes villes, c’est une aubaine : d’habitude exclus, ils peuvent aujourd’hui prendre part à la fête. Découvrir de nouveaux artistes, même dans des conditions compliquées ou tronquées.

Il y a à la fois des avantages et des inconvénients. En ces temps de crise, cela peut passer quelques temps… Mais les justifications brouillonnes de la ministre de la culture pour justifier la fermeture des lieux culturels ont, à raison, suscité la colère de tout un secteur. Il aura fallu qu’elle explique que les artistes se contaminent parfois entre eux (coucou loges exiguës et autres plateaux d’humour peu regardants) pour que je me dise « oui, ça se tient ». Mais au pire, dites aux troupes de former des bulles Covid, comme pour les sportifs ou Miss France, et laissons les stand-uppers esseulés jouer devant 16 personnes à la Petite Loge (si vous voulez de leurs nouvelles, c’est par ici) !

Tout le reste me paraissait irrecevable, surtout avec l’existence de purificateurs d’air… Et la suite des événements semble étrange. Pendant un temps, on a eu cette hypothèse de devoir présenter un test Covid négatif pour accéder à un théâtre. Je me voyais mal faire des tests Covid tous les 4 jours, comme le personnel soignant, alors qu’il faut des masques pour accéder aux théâtres… C’est sûr qu’avec l’humour en live streaming, point de test PCR… Après coup, Roselyne a fait le même calcul et a finalement choisi de brandir le « principe de précaution » pour justifier la fermeture des salles de spectacles pour une durée indéterminée… Je n’ai plus de mots, et apparemment elle non plus.

Sur ce, je vous laisse, je vais écouter une émission de radio avec des comiques. Ça, ça continue à nourrir un peu l’âme, en attendant mieux !

Crédits photo

© QoQa / LeMardi.tv

[post_title] => Humour en live streaming : pourquoi il fait débat [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-live-streaming-debat [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-02 21:36:36 [post_modified_gmt] => 2021-02-02 20:36:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 1010066 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-01-20 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-01-20 07:00:00 [post_content] =>

Comme l’an dernier, Topito a dévoilé le top 12 des humoristes à suivre de l’année. En 2020, ce top était davantage représentatif des artistes présents sur scène. Cette année, on estime ainsi que ce classement a un drôle d’aspect. Voici pourquoi !

Top 12 des humoristes de Topito : que vaut-il vraiment ?

Il est normal qu’un classement de 12 artistes déchaîne les passions. Qu’il oublie des noms importants, aussi. Si je devais citer l’ensemble des humoristes de qualité, alors la liste serait longue comme le bras… de Jérémy Demay ou de Réda Seddiki. Ces deux comiques sont en effet grands par leur taille, mais seul l’un d’entre eux rejoint ce top. Est-ce le bon ? Éléments de réponse.

1. Jérôme Niel

CARTONNER SUR YOUTUBE, C’EST BIEN, MAIS — Voici là un YouTubeur qui a annoncé vouloir se lancer dans le stand-up. Certes, les gens le connaissent et il l’annonce au micro de Kyan Khojandi… Mais cela ne signifie pas que la qualité soit garantie ! Ce sont deux métiers différents… À titre de comparaison, si Genius faisait du stand-up, je serais évidemment ravie. Toutefois, je n’en ferais pas un événement majeur.

2. Edgar-Yves

D’ACCORD — Voir notre avis sur l’article de présentation des Étoiles Espoir humour du Parisien. Une soirée où il devait figurer, mais apparemment, ça ne s’est pas passé comme prévu. On vous en parlera sûrement très vite !

3. Thomas Marty

PAS D’ACCORD — À son arrivée à Paris, je l’ai rencontré au Cercle du rire. À l’époque, il voulait contribuer au spot du rire et je ne savais pas trop ce à quoi m’attendre. J’ai senti chez lui une détermination très forte pour se placer au devant de la scène. Mon site était juste un canal, une forme de tremplin pour se faire connaître comme humoriste.

Ce chemin, il l’a parcouru avec des vidéos virales et un nombre d’abonnés certain. Sur scène, je ne savais pas s’il avait déjà exercé… avant de découvrir qu’il a été la première partie d’Alexis Le Rossignol. À choisir, j’aurais plutôt promu Roman Doduik dans ce top, très présent sur TikTok et déjà passé par la case « spectacle » !

4. Morgane Cadignan

D’ACCORD — C’est un choix facile, sans risque : la nouvelle tête montante de France Inter (mais pas que !) nous plaît depuis ses tous débuts.

5. Jérémy Demay

ÇA RESTE À PROUVER — Vu lors d’une soirée du Parisien au Paris Paradis Festival, il ne m’avait pas transcendé. Avoir une belle carrière au Canada est une chose, confirmer dans l’Hexagone en est une autre.

6. Nordine Ganso

ÇA RESTE À PROUVER — J’ai revu Nordine Ganso en invité au Laugh Steady Crew fin 2020. Son stand-up a mûri, sa présence et ses textes aussi. Son nouveau spectacle s’appelle Violet… si le rire est aussi bon que la communication autour, alors cela ira. Bref, il est peut-être bon, peut-être surcoté. Seul le temps nous le dira !

7. Philippine Delaire

JAMAIS ENTENDU PARLER, MAIS — Quand vous cherchez des talents, certains atterrissent dans des angles morts. Philippine Delaire répond exactement à ce cas de figure. Mais sa programmation au festival des Fous Rires de Bordeaux nous rassure quant à sa qualité.

8. Cyril Hives

D’ACCORD — Passons sur le fait que Cyril Hives intègre surtout le top de Topito pour sa présence à l’École Nationale de l’Humour… Aux Best de l’humour 2020, il nous avait séduit (et on validait déjà son potentiel). PS : Astrosympa, c’est Cyril Hives et Manu Bibard. N’oubliez jamais Manu, bon sang ! (Et Omar DBB, il est où dans ce top, hein ?)

9. Les Goguettes

CARTONNER SUR YOUTUBE, C’EST BIEN, MAIS — Des parodies de chansons par écran interposé, est-ce vraiment à suivre ? Je préfère quand cela s’ancre dans du stand-up ou un véritable spectacle, comme chez Laura Laune, Fabien Guilbaud ou encore Antek.

10. Camille Lorente

D’ACCORD, MAIS — Camille était notre dernière découverte humour de 2020. C’est d’ailleurs l’une des raisons invoquées par Topito pour ce choix. Le seul petit souci, c’est qu’on ne trouve aucun argument qui explique sa qualité sur scène dans leur top 12…

Certains artistes qui ont plus d’expérience humoristique auraient pu figurer à sa place. Cependant, Camille a le potentiel et la bonne démarche pour briller en 2021 et au-delà ! À surveiller, donc.

11. François Guédon

CARTONNER SUR YOUTUBE, C’EST BIEN, MAIS — On n’est pas exactement sur de la nouveauté avec François Guédon. Ce stakhanoviste des concours d’humour, « révélé » par sa vidéo de Montreux, n’est pas celui qu’on voit le plus exploser cette année ! Ce faux effet de nouveauté induit par YouTube est trompeur, mais au moins, François a l’expérience pour lui !

12. Simon Pintault

ÇA RESTE À PROUVER — À défaut de placer l’humoriste n°1 de la maison, Topito conclut ce top avec le MC de leurs scènes ouvertes. Ce choix est donc un peu trop biaisé pour qu’on puisse le commenter !

Que retenir de décryptage ?

Tout d’abord, je me suis vraiment amusée à écrire cela. En effet, la subjectivité de Benco se confronte à la mienne. Vous l’avez sans doute compris, la présence sur YouTube ou le nombre d’abonnés ne m’émeut pas du tout. En effet, les chiffres ne sont qu’un indicateur de popularité. Ensuite, le public de YouTube n’est pas forcément le même que celui des salles de spectacle.

Je trouve que ce top se concentre un peu trop sur les tendances au détriment de talents qui savent moins se vendre. En revanche, c’est révélateur de l’importance d’exister en ligne pour attirer l’œil de certains observateurs. Pas tous, heureusement !

Cela démontre une fois encore qu’il faut creuser, confronter son regard de spectateur aux artistes sur scène. Ainsi, lire l’article de Topito m’a fait regretter une chose. En effet, j’ai senti que l’auteur n’avait pas vu grand-monde sur scène pour établir ce top. Mais son expertise du terrain est bel et bien réelle (Campus Comedy Tour…). La pandémie, voilà la vraie coupable, donc !

Pour autant, ce top 12 des humoristes demeure un classement intéressant. Ainsi, j’ai découvert des gens dont je n’aurais jamais entendu parler car ils exercent ailleurs. Il est surtout grand temps que les artistes puissent exercer leur métier face au public. En effet, la promotion ne saurait remplacer la création artistique sur le long terme…

[post_title] => On décrypte le top 12 des humoristes 2021 de Topito [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => top-12-humoristes-topito-decryptage [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-20 17:16:34 [post_modified_gmt] => 2021-01-20 16:16:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010066 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 1010104 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-01-14 17:45:31 [post_date_gmt] => 2021-01-14 16:45:31 [post_content] =>

Les voies parallèles est le premier roman d’Alexis Le Rossignol. L’humoriste et chroniqueur chez France Inter s’est laissé convaincre pour se lancer dans l’écriture, et bien lui en a pris ! En janvier 2021, Plon lui offre une place au sein de sa rentrée littéraire. Que vaut ce premier roman ?

Les voies parallèles, un roman oscillant entre drames et légèretés

Tout d’abord, on découvre un récit simple, plein de retenue, qui décrit au plus près le destin d’un adolescent aux rêves de grandeur (pas si grands que ça). L’une des forces des Voies parallèles est de relater les événements sans trop de commentaire de l’auteur. Ne cherchez pas l’hilarité, vous aurez à la place la justesse et une douce mélancolie.

Le personnage central du récit, parlons-en. Antonin est un antihéros plus ordinaire que pathétique, qui trimballe son envie de vivre à bout de bras, ceux qui dirigent sa mobylette. Premiers émois à l’écart des groupes les plus populaires, quête de liberté entravée par les contraintes familiales… Il est facile de s’identifier à lui.

Retour dans les années 2000

Ce roman est aussi un voyage temporel dans la décennie 2000, dont la vacuité musicale fait écho à l’insignifiance du quotidien des personnages. En fil rouge de ce récit, on retrouve donc ces drames de l’ordinaire… mais aussi la légèreté de la jeunesse et des destins qui semblent gravés dans le marbre. Sans oublier une véritable course-poursuite pour se conformer à un idéal de masculinité. Je me suis fait la réflexion, à la lecture, que grandir en tant que mec n’était pas un long fleuve tranquille.

Il est aussi question d’une frontière pas si lointaine entre deux classes sociales. Cette frontière tient finalement plus à l’absence d’authenticité dans les relations qu’à une véritable scission, une impossibilité d’interagir. D’où vient-elle ? Le livre ouvre cette réflexion. Par ailleurs, les destins des personnages sont-ils si déliés que cela ? Le lecteur pourra ainsi imaginer les scénarios qui auraient pu se dérouler si chacun avait osé ici ou là.

Un roman plus profond qu’il n’y paraît, miroir d’une jeunesse universelle

Sans prétention, cette histoire est donc plus profonde qu’il n’y paraît. Alexis Le Rossignol parvient à ne pas tomber dans le pathos dans ce roman social. Qu’un chroniqueur de France Inter choisisse ce genre n’a rien d’étonnant ; malgré tout, la lecture vaut la peine qu’on s’y attarde. 

En lisant cette histoire, j’ai repensé à l’errance d’un Holden Caulfield. À d’autres moments, c’est plus proche d’une histoire d’ados plus ou moins aisés à la 15/A (si vous avez la référence, cœur sur vous). J’ai donc surtout repensé à des histoires qui m’ont marquée tout au long de mon parcours de vie. Cela risque de vous arriver aussi…

Les voies parallèles reste un premier roman, bien sûr. Mais vous avez là un vrai roman, d’une personne qui n’a pas volé sa place dans le monde des rentrées littéraires… Une chose semble certaine : la plume d’Alexis s’affûtera avec le temps pour proposer d’autres histoires, d’autres univers… et gagner en originalité. Il l’a fait en humour depuis son prix SACD en 2017, il pourra le faire en littérature si ça le chante !

Crédits photo

  • Photo de couverture : © Simon Lefebvre
  • Illustration : © Fabrice Holbé
[post_title] => Les voies parallèles : on a lu le roman d’Alexis Le Rossignol [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => voies-paralleles-alexis-le-rossignol [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-14 17:48:43 [post_modified_gmt] => 2021-01-14 16:48:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010104 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 1009506 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-23 08:02:00 [post_date_gmt] => 2020-11-23 07:02:00 [post_content] =>

Avec son podcast « Comique ! », Ghislain Blique crée une expérience unique pour les personnes qui le soutiennent financièrement. Zoom sur le futur de la relation entre artiste et fan.

Podcasts premium : Ghislain n’est pas le premier à s’y mettre, mais…

Le public fidèle de Ghislain Blique l’est en partie grâce à son expérience en podcast. Il y a eu « Sympa la vie » avec Paul Dechavanne, puis « Calme-toi Bernard » avec Pierre Thevenoux et ses amis… Mais partager le micro avec d’autres bridait quelque peu Ghislain.

Quand « Comique ! » a intégré le catalogue des podcasts humour, cela a ouvert le champ des possibles. Ghislain le confie souvent, c’est un grand consommateur de podcasts. Il a donc une très bonne culture de ce format, qui lui confère un regard exigeant.

Fort de plusieurs années sur scène en plateau, il avance également bien avec son spectacle Plus rien à branler à la Petite Loge. Le tout offre à son public une très bonne expérience comique.

Maintenant, il faut l’augmenter. Comment s’y est-il pris, et dans quelle mesure cela fonctionne-t-il ?

Une communication multicanale : avec son podcast Comique !, Ghislain est partout

Quand de nombreux artistes se cantonnent à créer des vidéos pour qu’elles deviennent virales, oubliant leur singularité au passage, Ghislain opère autrement. Fidèle à ses convictions, il part de son art et le diffuse sur les canaux adéquats.

L’expérience va bien plus loin qu’une simple écoute. Sur Tumult, une plateforme prometteuse, vous pouvez commenter chaque épisode. C’est un premier pas vers une communauté. Mais il y a plus.

Comme d’autres artistes, Ghislain permet à ses auditeurs de financer son podcast via Tipeee ou via Patreon. Cependant, les contreparties sont réelles. En tant que contributrice, j’ai donc accès à deux épisodes inédits par mois, des passages de stand-up et un espace de discussion sur Discord. Et je ne suis pas seule : les échanges continuent grâce à des fans très mobilisés. Des liens se créent entre l’artiste et son public comme entre les membres du public.

J’en ai profité pour partager la liste de mes moments préférés de « Sympa la vie » (car on retrouve là-bas des fans des podcasts cités plus haut). On peut aussi poser toutes les questions qui nous passent par la tête (il y répond dans l’un des épisodes bonus du mois). En bref, les promesses de Ghislain sont non seulement belles mais également tenues !

Cette expérience est un bon exemple de lien privilégié entre l’artiste et ses fans. Déjà, elle est fidèle à l’ADN de l’humoriste. Ensuite, elle emprunte des codes qui ont fait le succès de nombreuses communautés. Enfin, cela privilégie l’indépendance. Reste à pérenniser la démarche, car si je devais soutenir tous les humoristes, cela me coûterait un bras. Et malgré cela, ils seraient loin de l’indépendance financière… Attendons de voir ce que l’avenir nous réserve, mais cette introduction est prometteuse.

Mise à jour janvier 2021

Ghislain a modifié le fonctionnement de son podcast : désormais, les contributeurs financent son podcast par épisode. Cela signifie que si jamais il produit moins de podcasts, cela coûte moins cher à ses soutiens. À l’inverse, il est possible de fixer un budget limite si Ghislain est plus productif que d’habitude ! Pas de mauvaise surprise, donc…

Avec le recul, il a constaté que certaines contreparties n’étaient pas nécessaires. Par exemple, l’épisode de questions-réponses n’avait plus lieu d’être car les fans n’avaient plus de questions ! C’est la preuve que ces formats innovants pour la France ne sont pas encore habituels. Cela va venir… Arezki Chougar s’y met aussi, à voir s’il arrive à créer de véritables rendez-vous sur le long terme !

Bonus : Ghislain Blique et Pierre Thevenoux invités du podcast « Passions »

[post_title] => Podcasts premium : l’expérience « Comique ! » avec Ghislain Blique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => podcast-comique-premium-ghislain [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-06 15:35:34 [post_modified_gmt] => 2021-01-06 14:35:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009506 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 1009566 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-16 08:40:00 [post_date_gmt] => 2020-11-16 07:40:00 [post_content] =>

Le streamer Genius a un don pour raconter les histoires, incarner des personnages et rebondir sur des anecdotes avec un beau sens comique. Aujourd’hui, je voulais revenir sur sa manière de raconter les histoires, véritable masterclass de storytelling. Si cela peut vous inspirer, c’est tant mieux ! Analyse.

Pourquoi Genius, streamer et animateur, excelle en storytelling et en comédie

Au hasard d’une recommandation YouTube, j’ai découvert un colosse du monde du jeu vidéo : Genius. Bien sûr, j’avais déjà entendu parler de lui : pour moi, c’était « le gars de Game One », la chaîne qui me faisait fantasmer quand j’étais ado.

Pourquoi je vous en parle, me direz-vous ? Eh bien, Genius a des tas de qualités comiques que je ne soupçonnais pas. Je regardais tranquillement cette rediffusion de l’émission « La discorde » consacrée aux pires anecdotes. Je ne m’attendais pas à passer un si bon moment.

Tout d’abord, comme les interventions des chroniqueurs ne sont pas rédigées en amont, la spontanéité est de son côté. Ces gens-là passent des heures à jouer devant leur caméra et à divertir autour de tous les sujets. Ils développent donc quelques réflexes en matière de repartie.

Comme l’explique Jiraya dans une autre vidéo (le gars au bonnet pour ceux qui n’y connaissent rien en streaming), Genius a un côté sniper, à la Laurent Baffie. On retrouve en effet cette attitude féline à rebondir instantanément dans la discussion, pour sortir la blague ou l’anecdote qui fait mouche.

L’anecdote de la Corée : commentaire de texte (et de jeu)

En parlant d’anecdotes, les commentaires de la vidéo sont unanimes : l’anecdote de Genius en Corée (dès 1:41:15) est un petit bijou. On retrouve là un zeste de Pierre Thevenoux avec les ingrédients « alcool » et « bagarre », mais pas seulement. Pourtant, tout commençait mal. Ses collègues survendent l’anecdote, ce qu’il ne faut jamais faire comme vous le savez. Apparemment, Genius est lui aussi au courant, car il contre-attaque directement. Calmez-vous, les groupies : laissez-moi faire le job.

Après ce moment d’agitation, il pose calmement la situation. Le silence, que l’on entend (sic !) souvent de manière magique dans les salles de spectacle, s’installe et vient porter la parole de Genius. Le rythme s’étant calmé, il est temps de commencer à créer de la drôlerie. L’amorce : un moment d’autodérision autour de l’année 2009, habile car il rappelle qu’aujourd’hui, il gère son affaire comme un chef. Il ne s’apitoie pas sur son sort et conserve ainsi son aura.

Genius ou la maîtrise du rythme comique

Ensuite, il enchaîne avec une fausse interaction pour savoir si son auditoire partage sa peur de l’avion. Fausse, car il pose sa question au milieu de la phrase, et l’on comprend que ce n’est pas le moment de l’interrompre. L’audience se sent incluse et, pour autant, reste bien tranquille.

Dès qu’il apporte une nouvelle information, il assène deux-trois vannes qui démontrent à quel point l’anecdote va être marrante. L’ensemble va crescendo, tandis que le public, tenu en haleine, se réjouit d’avance de se marrer comme il se doit.

Quand il est interrompu, Genius n’hésite pas à mimer et à ajouter quelques blagues. Lorsqu’il apporte une information supplémentaire, il la répète juste assez pour qu’on la retienne sans devenir lourdingue. Il y a du mime, du clown, qui apportent un truc en plus à l’histoire racontée : le tout est parfaitement dosé, équilibré.

Des rires et un copilote

Genius peut aussi compter sur sa complicité avec Jiraya, qui rebondit sur l’anecdote tout le long. Le ping-pong entre eux s’apparente à une session d’écriture, où chacun parvient à repousser les compétences comiques de l’autre. Au bout de 3 minutes, l’animateur est en larmes. Et ce n’est que le début ! Cela signifie que Genius doit tenir en haleine sur la durée après avoir très rapidement créé une atmosphère comique destructrice pour les zygomatiques.

Autre bel atout : comme Genius raconte souvent cette anecdote, il parvient à apporter des éléments supplémentaires. De fait, des gens comme Jiraya qui la connaissent déjà rient doublement. Ils riaient déjà pour les blagues qu’ils connaissaient, et la surprise de découvrir quelque chose de nouveau est encore plus jouissive. Pour voir certains spectacles et sketches plusieurs fois, je peux vous assurer que l’effet comique est décuplé, la surprise de la nouveauté comptant davantage encore que la qualité de la blague.

Pour conserver l’intensité comique après avoir fait pleurer de rire, Genius n’a plus qu’à répéter l’opération. Il enchaîne les mimes, les nouvelles informations, les métaphores et comparaisons inspirées (Verdun…).

Genius amuse la galerie dans un environnement particulier… mais il en tire profit !

Il faut préciser que mimer une bagarre alcoolisée assis sur un plateau, c’est quand même technique (et ça crée de l’hilarité, car la manière de le faire est absurde car on ne se bat pas assis).

Il faut aussi dire que l’enchaînement des péripéties « dans la vraie vie » aide grandement à construire l’intrigue. Les circonstances vont dans le sens de Genius, mais sans une vraie faculté à faire rire, à jouer et à raconter les histoires, il ne tirerait pas grands rires de cette anecdote.

L’histoire ne dit pas si Genius peut faire rire sur scène dans des conditions réelles. Cela étant, on constate une recrudescence dans les vidéos d’anecdotes sur YouTube, qui mêlent parfois vidéastes et comiques. En juillet dernier, McFly et Carlito avaient en effet invité, entre autres, Paul Mirabel et Shirley Souagnon. Preuve que ce mélange des genres fait des émules…

Crédits photos

© LeStream Replay - captures d’écran YouTube

[post_title] => Masterclass de storytelling : Genius régale ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => genius-storytelling-masterclass-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-12 14:16:25 [post_modified_gmt] => 2020-11-12 13:16:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009566 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 1009347 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-04 08:36:04 [post_date_gmt] => 2020-11-04 07:36:04 [post_content] =>

En matière de conseil artistique, comment venir en aide aux talents de demain ? Pour répondre à cette problématique, complétons la phrase : « Il y a deux types d’humoriste : (…) ». D’une part, l’humoriste qui tente de créer de la singularité, mais pour lequel la magie n’opère pas (encore ?). D’autre part, l’humoriste qui virevolte de petits succès en petits succès, mais qui se la coule douce.

Commençons par le premier cas de figure. Dans sa tête, c’est le désordre. Un flou artistique, pour être plus précise.

Sortir du flou artistique

On développe évidemment une tendresse pour ceux qui tentent mais qui manquent leur cible. En effet, on peut deviner leur potentiel. On comprend qu’ils ont quelque chose à défendre.

Cependant, un obstacle vient empêcher la belle rencontre avec le public. Comment faire, surtout quand il vous regarde avec un désarroi qui vous fend le cœur ? Oui, j’ai mis la dose de pathos. Mais cette cause le mérite bien.

Mon conseil artistique : sortir de la panique par une approche méthodique

Sans vouloir vivre dans un monde à la Dany Boon (« Je vais bien, tout va bien »), il convient de dédramatiser. On ne cherche pas à se cacher derrière un « il faut 10 ans pour être bon en stand-up parce que les Américains l’ont dit ». En revanche, trouver son style suppose de s’accorder du temps et de faire preuve d’endurance.

Certains vont plus vite que d’autres, pour des raisons très variées, d’ailleurs. Il y a ceux qui font mine d’arriver, mais qui sortent de 3 ans de Cours Florent. D’autres, véritables artisans un peu moins armés, suivent une filiation artistique. Tous ces artistes ont des repères. C’est un peu comme dans un jeu de course : il y a l’entraînement, les aides au pilotage, les facteurs externes comme les intempéries ou le niveau de l’équipe…

Quel conseil artistique apporter, dans ce cas ? Venons-en aux méthodes. Elles sont injustes, parce qu’elles ne fonctionnent pas pour tout le monde. J’ai gribouillé moult fiches bristol pour le baccalauréat. La note n’était pourtant pas glorieuse. Je connaissais le mot « moult », mais apparemment le placer dans chaque phrase ne rapportait pas de points bonus.

À la comparaison, préférer l’endurance et les avis éclairés

Plus sérieusement, l’important n’est pas de suivre la même méthode qu’un humoriste inspirant, car ça vous rassure et ça marche à coup sûr. Non. Il faut tester, point par point et progresser à votre rythme. Parfois, vous aurez envie de tout jeter et recommencer.

Ça vous semblera logique, mais aux premières difficultés succèderont le doute. Là, attention au piège : difficulté ne signifie pas échec. Vous devez comprendre ce qui n’a pas marché. Plusieurs avis extérieurs peuvent servir (mais pas trop, parce que vous êtes déjà embrouillé dans votre tête…).

D’où l’importance d’assumer vos choix, de savoir ce qui les a motivés et d’arbitrer. Vous tromper une ou deux fois, ce n’est pas très grave. C’est être dans le déni ou ne jamais vous remettre en question qui amènera les pires conséquences. Car tôt ou tard, même les plus forts du circuit sortent de la piste.

Se nourrir des autres sans se goinfrer

Je parlais plus haut de la comparaison entre artistes. Comparer le rythme d’avancement n’est pas très pertinent, mais observer les choix artistiques des autres, ça nourrit. D’ailleurs, les moyens d’expression sont de plus en plus nombreux, ce qui élargit grandement le champ des possibles.

Les artistes ont peur de copier quelque chose qu’ils auraient entendu en regardant leurs collègues. Cette peur ne peut être une excuse : dans le pire des cas, surtout si l’artiste est de bonne foi, il perd une blague en crée d’autres. Je crois que Réda Seddiki (corrigez-moi si je me trompe de personne !) disait ne pas être embêté qu’on lui pique une blague. Il en inventera d’autres, car il sait comment faire. Celui qui l’a copié devra défendre la blague d’un autre et ne saura pas pérenniser son art… En matière de conseil artistique, celui-ci vaut de l’or.

Outre les spectacles, plongez-vous dans les interviews, les podcasts et tous les lieux d’expression des artistes. Voir ce que font les autres, ça débloque la créativité, ça aère le cerveau. Et Dieu sait que vous autres, les comiques, vous en avez besoin…

En résumé

Même si ce cas de figure est frustrant, le travail artistique permet bien souvent de renaître des cendres d’un set ou d’un spectacle qui n’a pas fonctionné. Réalisé avec méthode et sans trop de pression ou de questionnements incessants, il apportera sans doute de meilleurs résultats.

Vous ne vous sentez pas concerné ? Malgré tout, vous pouvez avoir un rôle à jouer. En effet, si vous rencontrez un artiste qui se cherche et que vous avez une idée de génie pour l’aider, ne l’imposez pas trop vite. Pas sûre qu’elle marche, déjà, et puis l’artiste en face de vous est un animal blessé. La discussion, l’écoute… Cette forme de conseil artistique marche beaucoup mieux pour guérir et se remettre sur pied. Soyez plus un ami-psy qu’un dictateur artistique, d’accord ?

Sortir de la flemme artistique

Venons-en maintenant à cet humoriste qui ne se débrouille pas trop mal. Comme il est sympathique, les gens du milieu l’ont à la bonne. Ils en oublieraient presque qu’à chaque fois qu’ils voient son spectacle, c’est de la bouillie artistique.

J’ai un cas en tête et je n’arrive pas à accepter que sa performance n’est pas satisfaisante. Impossible, car je vois quelque chose en lui. Je vois un univers singulier, un truc qui marche. Mais ça ne se renouvelle jamais. Ça maquille ça dans un packaging de nouveau spectacle, mais les blagues sont toujours les mêmes ou datées, déjà entendues mille fois.

Ça me fait penser à Chloe, la fille aux “crazy eyes” qui séduit Marshall après sa rupture avec Lily dans la saison 2 de How I Met Your Mother. À chaque fois qu’ils se voient, Marshall lui raconte la même blague et elle éclate de rire. Ted Mosby, fort de ses années de recherche de l’amour, explique à Marshall pourquoi Chloe rit à chaque fois. Soit c’est la première blague qu’elle n’ait jamais entendue, soit il lui plaît. Sans surprise, c’était la réponse B. En humour, c’est pareil. On ne va pas rire toujours aux mêmes blagues, sauf si…

Mon conseil artistique : trouvez quelqu’un qui vous secoue pour vous renouveler

Vous êtes un artiste englué dans une zone de confort. Ça marche, et comme vous êtes sympa, personne ne vous en veut de ne pas trop bosser. Jusqu’au jour où un critique un peu plus consciencieux que la moyenne vient déposer un sac de merde devant votre palier.

« Bonjour, voici ma critique. Un mouchoir pour oublier ? Désolé, il fallait qu’un lanceur d’alerte intervienne ! » Vous inondez le palier de vos larmes de seum, alors que vous savez que vous obtenez là ce que vous méritez.

La bonne nouvelle, c’est que plein de gens adorent donner leur avis. Des directeurs artistiques, gérants de théâtre, metteurs en scène, comiques, critiques… Ils ont envie de porter la star de demain. Et vous, en tant qu’artiste, avez justement un bagout qui fait plaisir à un petit public. Cela fait de vous un bon client.

Ne jetez pas tout, n’écoutez pas les gourous du minimalisme…

Maintenant, reste à savoir où vous vous situez. Travaillez-vous suffisamment ? Quel est votre rapport au doute ? Pensez-vous être brillant alors que vos idées ne valent pas mieux qu’un contenu tiède de magazine lifestyle ? Il est temps de sortir de l’imposture et de vous mettre en danger.

Ne vous braquez pas face à ces questions délicates. En réalité, votre problème est similaire à celui de votre collègue. Vous ne savez simplement pas par où commencer. Si ça marche sur un malentendu, alors ça va passer indéfiniment, pas vrai ? Jusqu’au jour où ça ne fonctionne plus et qu’il faut tout recommencer. Si c’est rageant, c’est loin d’être une fatalité.

En effet, inutile de retourner à la case départ ! Vous avez réussi à construire quelque chose, c’est déjà bien. Avoir un univers, c’est un luxe. Il faut juste travailler sur les éléments où votre originalité pêche. Là encore, point par point, en testant et vérifiant vos progrès.

En résumé

Être un tire-au-flanc, ça se comprend. On l’est tous un peu sur certains aspects, même si on veut croire qu’on est toujours à fond. La procrastination, le déni… Tout cela fait partie de la vie. Il y a toujours une bonne raison de ne pas agir et de continuer à s’embourber dans un marasme total. Mais vous êtes un artiste, vous devez aller de l’avant. Pour dédramatiser, souvenez-vous que même les plus talentueux procrastinent !

J’ai été un peu dure vis-à-vis de ceux qui « se la coulent douce ». Ce n’est pas pour dire que votre cas est pire de celui de l’humoriste perdu. En réalité, en général, on a moins de compassion pour les flemmards. Ceux qui se battent, même s’ils n’obtiennent pas mieux et sombrent parfois dans l’oubli, ont le panache de leur côté.

Vous, vous vous prélassez dans un filet de sauvetage assez confortable, il faut le dire. Ce qui vous facilite la vie au premier abord, mais qui vous piège bien plus que celui qui a compris qu’il faut se sortir d’affaire. Reste à savoir quand vous vous en extirperez, et comment…

Conseil artistique : cet article ne résoudra rien, mais…

Bien sûr, ce type de conseil artistique rédigé par un non-professionnel de la vanne sont comme tous les tutoriels d’internet. Une série de bonnes idées qui a (je l’espère) du sens, mais qui est bien plus complexe à appliquer. Je ne suis pas vous, donc cet article ne pourra être personnalisé à vos besoins. Vous pouvez aussi vous plonger dans les podcasts qui appuient le contenu de l’article. Pour poursuivre, il faudrait en discuter, poser les bonnes questions… Bref, on en revient encore à cette histoire d’ami-psy qui vous aiguillera au lieu de vous mâcher le travail.

Il faut comprendre que cet article n’a vocation qu’à inspirer et remettre en marche la machine pour un artiste. On ne résout pas les problèmes en un clic, une tentative ou quelques contenus trouvés via une recherche internet. Parfois, on constate le fruit de ses efforts bien après avoir enclenché le processus, alors… Les success stories sont trompeuses, et l’époque en assène des milliers. C’est pour ça qu’on a tous l’impression, collectivement, de stagner.

Je me rends compte que ces deux artistes, à deux doigts de basculer dans l’aigreur, ont tous les deux leur charme. Et qu’ils peuvent être « sauvés ». La bonne nouvelle, c’est qu’ils ont toutes les cartes en main. Si l’une d’entre elles n’est pas la bonne, il y a toujours la possibilité d’en tirer une autre… Ou de recommencer la partie.

Crédits photo

© Portfolio Underground Comedy

[post_title] => Conseil artistique : passer de talent prometteur à humoriste de qualité [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => conseil-artistique-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-04 08:32:43 [post_modified_gmt] => 2020-11-04 07:32:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009347 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 1008924 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-05 08:36:00 [post_date_gmt] => 2020-10-05 06:36:00 [post_content] =>

Pasquinade, comme on vous l’expliquait dans cet article sur les spectacles d’Haroun, est l’adaptation française de l’expression « stand-up ». L’humoriste a d’abord publié sur le site web pasquinade.fr de nombreuses vidéos issues de ses spectacles.

Aujourd’hui, Pasquinade s’ouvre à d’autres humoristes. Le principe est simple : vous pouvez visionner les contenus d’artistes triés sur le volet et les rémunérer via un chapeau virtuel. Pour mieux comprendre l’attrait de la plateforme, voici 5 raisons pour lesquelles vous devez absolument en profiter.

1. Pasquinade, c’est l’indépendance

Avec le projet Pasquinade, Haroun a l’intention de renforcer la relation artiste/spectateur sans passer par les GAFA. Le public a accès à des contenus humoristiques qu’il peut encourager grâce à un chapeau numérique et recevoir en retour encore plus de pasquinades.

Haroun explique le principe de Pasquinade sur son site officiel

Netflix, OCS, Prime Video, francetv slash… Toutes ces plateformes ouvrent les portes au stand-up. En fonction de leur force de frappe, de leur processus de détection de talents et de leur ligne éditoriale, les contenus qui vont émerger ne seront pas forcément les meilleurs.

En plus, cette histoire d’algorithmes vous orientera sur ce que la machine pense bon pour vous. Je vous passe les détails sur tout ce qui tourne autour des données personnelles ou encore de la publicité en ligne… Cela peut rendre cynique, mais on va être plus fort que ça dans cet article ! Surtout que le site est hébergé en France et conforme au RGPD.

2. Un projet collectif

Pasquinade n’est pas le premier projet de VOD de stand-up, mais c’est certainement le plus prometteur. VerinoOnDemand, par exemple, regroupe les contenus de l’humoriste sans y inclure ses collègues. En Suisse romande, le site LeMardi.TV a proposé un spectacle en direct lors du déconfinement et devrait poursuivre la promotion de la culture locale.

Avec Pasquinade, Haroun passe à la vitesse supérieure. Parmi les humoristes déjà sur la plateforme, on retrouve Thomas Wiesel, Charles Nouveau, Wary Nichen, le collectif DAVA, etc. Grâce aux futurs événements prévus, le catalogue va s’enrichir et se diversifier. Si l’offre est encore assez restreinte, c’est parce que le projet est très récent (juillet 2020 pour cette nouvelle formule).

3. La liberté d’expression préservée

La liberté d’expression en humour est un sujet très commenté. Officiellement, tout le monde est pour, mais comme pour toute liberté, les menaces sont nombreuses. Autocensure, tribunal populaire, peur de la « blague qui dérape » dans des plateaux d’humour (lieux de travail !)…

Prenons l’exemple de Gaspard Proust. L’humoriste, que certains aiment bien comparer à Haroun, prend position pour ne pas filmer son Nouveau spectacle. Ainsi, il préserve ce rendez-vous privilégié des regards du public de la zappette…

Pasquinade veut également sanctuariser le rapport avec le public, mais en virtuel. On parlait plus haut des lignes éditoriales qui favorisent certaines idées au détriment d’autres. Si vous voulez de l’humour formaté ou prémaché, vous avez de quoi faire sur les plateformes de SVOD.

Or l’humour, ça ne se cloisonne pas, ça ne se simplifie pas dans des catégories et autres sélections internes ou obscures. La liberté ne passe pas par des conditions générales d’utilisation qui fleurent bon le puritanisme et autres réjouissances cauchemardesques. Et ça, Pasquinade l’a bien compris.

4. Pasquinade, ce n’est pas simplement virtuel

Pour produire des vidéos, il faut bien mobiliser un public dans le monde réel. Pasquinade organise donc des sessions en octobre à Poinçon Paris. L’entrée est payante, les prix variant entre 20 et 30 euros. La programmation réunit plusieurs niveaux : puristes de stand-up, jeunes pousses prometteurs et habitués des grandes salles.

Poinçon Paris accueillera de nouveau du stand-up, donc. À ma connaissance, seul le Laugh Steady Crew a organisé une ou deux soirées spéciales là-bas. Ce lieu se prête bien à l’humour : la salle est belle, vaste et atypique (si ça vous intéresse, l’histoire du lieu est joliment contée ici).

5. Bouton « Bonne vanne » et chapeau virtuel : récompensez la qualité des contenus !

Quand vous regardez une vidéo sur Pasquinade, vous pouvez soutenir ou participer au chapeau. À chaque rire, vous pouvez aussi cliquer sur le bouton « Bonne vanne » pour que l’artiste sache si son matos est drôle.

Certaines vidéos ont un prix très bas (par exemple la vidéo de DAVA à 2 euros pour près d’une heure de contenus). Cependant, si vous faites partie des fans hardcore de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, vous pouvez payer un peu plus.

Ça peut sembler étrange, mais imaginez cette situation. Vous vous rendez dans un plateau d’humour classique. Vous devez écouter tout le monde (même ceux que vous n’aimez pas, et il y en a).

Au chapeau, vous allez rémunérer chaque artiste de manière égalitaire (la plupart du temps). Là, vous pouvez choisir. Ce qui fait qu’Haroun se doit de vous offrir une sélection de qualité : vous ne récompenserez que les meilleurs du rire. Et jamais ceux que vous n’aimez pas. Pas mal, hein ? Surtout que pour tester ses blagues dans les caves les plus obscures de Paris, Haroun a croisé tout le monde.

Pasquinade : qu’en pensez-vous ?

Je sais ce que vous pensez (ou pas, car vous êtes libre). Netflix, c’est tellement indolore de payer pour profiter de leur large catalogue. Les documentaires et productions originales sont béton.

Forcément, quand on se finance en creusant sa dette, ça régale ; regardez Balkany. Mais il viendra toujours un moment où on se dira : « mince, machin est vachement bon, c’est trop nul qu’il soit invisible ». Il suffit de regarder les commentaires YouTube pour s’apercevoir que les gens ne trouvent pas leur bonheur. Ils regardent ce que l’algorithme leur propose parce que c’est ultra-intuitif. Plus ils l’utilisent, plus ils se livrent. Et plus ça les rend accro.

Je ne sais pas ce que donnera Pasquinade. Le réflexe de financer chaque artiste vidéo par vidéo va s’installer, comme on peut le faire pour un streamer sur Twitch. Or Twitch, c’est Amazon, donc commission pour Jeff Bezos et 30% supplémentaires si vous payez sur mobile. Ça, vous ne le savez pas, vous êtes trop pressé de soutenir votre champion du streaming.

J’ai envie de soutenir Pasquinade, et j’espère que vous aussi. Je n’ai pas encore développé le réflexe de le faire régulièrement, mais ça viendra.

[post_title] => Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pasquinade-plateforme-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-23 09:23:14 [post_modified_gmt] => 2020-12-23 08:23:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011013 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-07 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-07 06:00:00 [post_content] =>

Mourad Winter, auteur et humoriste, n’est pas de ceux qui parlent des années durant de sortir un livre. Il se lance dans l’aventure sans se poser de questions et se retrouve avec un roman de 274 pages, L’amour, c’est surcoté. Insolence ?

L’amour, c’est surcoté : le livre de Mourad Winter plébiscité à raison

Tout commençait avec une réception très chaleureuse de ses pairs. Paru comme un cheveu sur la soupe, ce premier roman semblait être une merveille. Il me restait quelques ouvrages récemment achetés à finir, donc je n’ai pas couru l’acheter. La pression populaire aidant, je voyais de plus en plus de monde se ruer dessus.

J’ai alors demandé à l’un de ces acheteurs de me le prêter quand il l’aurait fini, et finalement je n’ai pas pu attendre… Pas envie de louper un phénomène.

L’idylle au XXIe siècle, le prisme d’un auteur de stand-up

Les humoristes investissent donc le sujet de l’amour en mode réaliste et contemporain. Paul Dechavanne quand il évoque ses dates dans Sympa la vie, Guillermo Guiz dans son nouveau spectacle… Mourad, lui, opte pour le broché.

En l’espace de quelques heures, j’ai dévoré la moitié du livre. J’ai choisi de m’arrêter à ce stade pour écrire cette première partie de critique. En effet, je ne veux pas être influencée en commençant la fin. Je veux conserver ce suspense haletant : Wourad va-t-il ken Imène ? Car c’est ce dont il s’agit : un mec qui oscille entre sexe et amour. Tout cela au sein de moult références télé-poubelle et France Culture.

Le texte est dense, le récit se lit d’une traite. Il y a l’oralité d’un Salinger dans son livre L’attrape-cœurs. Pourquoi cette idée ? Peut-être vient-elle de l’influence de Fanny Ruwet, qui a signalé son vif intérêt pour les deux œuvres sur les réseaux sociaux. Elle est surprise de mon verdict, mais le comprend.

Alors j’assume l’idée. Je pense même à Natacha Polony qui grimace sur un Beigbeder qui écrit comme Salinger, quitte à oublier la singularité de sa plume. J’espère tellement la voir un jour réagir à ce livre de Mourad Winter, comprendre le lien avec Salinger sans la volonté de le copier, souligner la qualité du livre et mettre en PLS des cadres de la droite. Fin du délire médiatique.

Verdict

J’aurais regretté d’attendre davantage pour découvrir ce livre. Quand un bon auteur et comique d’observation s’empare de sujets comme l’amour, ça fait du bien. Exit les clichés des podcasts sans queue ni tête, bienvenue dans le concret d’une fiction qui dépasse la réalité.

Sa plus grande force ? Elles sont multiples, en réalité. D’abord, les références culturelles, politiques et sociétales sont d’une richesse rare. Ensuite, le rythme de l’intrigue, entre péripéties et introspection, offre une vraie variété dans l’écriture. Enfin, le plaisir de lecture atteint son paroxysme tant les personnages et leur psychologie sont travaillés. Maintenant que je vous livre ce verdict, en connaissant le dénouement, je peux vous assurer que vous resterez happé jusqu’au bout…

Les montagnes russes des débuts d’une intrigue amoureuse vous angoissent ? Lisez ce livre. Vous ne trouverez pas forcément de solution immédiate, mais vous vous sentirez moins seul. Assez utile pour un profil de célibataire, surtout pendant l’été de la chlamydia qui s’annonce (c’est l’ARS qui le dit). Sortez couverts, achetez L’amour c’est surcoté et tout ira bien.

[post_title] => Avec L’amour, c’est surcoté, Mourad Winter transforme l’essai [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mourad-winter-livre-amour-surcote [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-07 09:46:39 [post_modified_gmt] => 2021-07-07 07:46:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011013 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 73 [max_num_pages] => 5 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => 1 [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => ad64aec30701e3446bb115655078f53e [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

LOL culture

Mourad Winter : couverture du livre L’amour, c’est surcoté

Avec L’amour, c’est surcoté, Mourad Winter transforme l’essai

Yacine Belhousse et Ari Matti Mustonen : portraits d’humoristes français et estonien

Quand Yacine Belhousse parle de podcast estonien

Peut-on rire de tout ? Les invités de l’épisode d’Une bonne fois pour toutes

Peut-on rire de tout ? La réponse en podcast !

Louis Chappey, stand-upper dans Autour de / francetv slash

Louis Chappey, influenceur en herbe ou future rock star comique ?

Harold Barbé dans les Grosses Têtes

Harold Barbé : un grand comique aux Grosses Têtes

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 6/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 5/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 5/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 4/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 3/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 2/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 2/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 1/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6

Humour en live streaming : affiche de la plateforme LeMardi.TV

Humour en live streaming : pourquoi il fait débat

Morgane Cadignan, Cyril Hives, Camille Lorente et Nordine Ganso font partie du top 12 des humoristes de Topito 2021

On décrypte le top 12 des humoristes 2021 de Topito

Les voies parallèles : couverture du premier roman d’Alexis Le Rossignol (Plon)

Les voies parallèles : on a lu le roman d’Alexis Le Rossignol

Podcast Comique ! de Ghislain Blique - image d’illustration

Podcasts premium : l’expérience « Comique ! » avec Ghislain Blique

Le streamer Genius raconte son anecdote hilarante de la Corée : captures d’écran

Masterclass de storytelling : Genius régale !

Conseil artistique : image d’illustration d’une caméra qui capture une performance scénique

Conseil artistique : passer de talent prometteur à humoriste de qualité

Pasquinade : la plateforme d’humour libre signée Haroun

Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun