Catégorie : Coulisses de l’humour

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [category_name] => coulisses-humour
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 604
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 604
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [category_name] => coulisses-humour
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 604
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 604
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 604
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => coulisses-humour
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 604
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [category] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 604
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (604) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (604) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (604)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011033
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-07-28 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-07-28 06:00:00
                    [post_content] => 

Début juillet, l’Académie d’Humour organisait sa première session d’auditions. Pour préparer sa première rentrée, l’Académie a investi la Nouvelle Seine pour convier 15 prétendants à l’admission. C’était la première fois que j’assistais à des auditions. Découvrez les coulisses de ces instants redoutés, mais finalement bien plus bienveillants que des plateaux ou festivals.

Auditions : mode d’emploi

Le principe est simple : il faut d’abord postuler à l’Académie d’Humour via un formulaire. Assez complet, il écrème réellement les candidatures fantaisistes. Il ne suffit pas de laisser ses coordonnées : chaque personne doit fournir une lettre de motivation, une vidéo et partager son projet artistique.

Dès le départ, les postulants sont acteurs de leur réussite. Cette première étape donne le ton sur ce qui les attend. Ainsi, il n’y a quasiment pas eu de surprise et j’ai été étonnée de voir la qualité des candidatures.

Une fois conviés sur scène, ils commencent par jouer quelques minutes devant un parterre de professionnels émérites. Directrices de théâtre, artistes de stand-up confirmés, professionnels de la production… De quoi impressionner une personne mal préparée à l’échéance.

Une préparation aux petits oignons

Indépendamment du niveau, chaque artiste avait bien préparé son audition, notamment son passage. Les questions qui succédaient leur prestation les déstabilisaient parfois. Révélatrices, elles montraient de véritables différences entre les projets plus axés théâtre et ceux plus liés au stand-up.

Certaines personnes étaient très étonnantes. Des parcours de vie originaux, des besoins de créer artistiquement et de faire rire très divers se manifestaient tour à tour. On a vu de la singularité, du propos, des influences artistiques récurrentes… Les noms de Blanche Gardin, Baptiste Lecaplain et Roman Frayssinet revenaient souvent dans les artistes cités.

J’ai trouvé cette expérience bien plus agréable que le jugement en festival. Je n’ai pas ressenti de compétition mais de la solidarité entre les postulants. Le public incitait chaque personne à se révéler, les poussant dans leurs meilleurs retranchements… On était bien loin de la Nouvelle Star ou d’Incroyable Talent.

Objectif des auditions : réunir les 12 premiers talents de l’Académie d’Humour

Tous ne seront pas retenus, bien entendu. Il y aura 12 places finales et une nouvelle session d’auditions à la rentrée. Il reste de la place pour former une troupe de talents prêts à travailler pour leur réussite. Certains font déjà office de favoris, tandis que d’autres sont bien partis pour en être. Mais aucun nom ne fuitera avant l’annonce officielle… Ne cherchez pas, je n’ai aucune information formelle… Tout ce que je peux vous dire, c’est que je connaissais une seule personne et que bien plus d’une m’a fait rire !

Crédits photo

© Kobayashi Photography

[post_title] => Coulisses - Des auditions, ça se passe comment ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => auditions-academie-humour-coulisses [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:33 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011033 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010864 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-15 06:00:00 [post_content] =>

Le week-end du 13 juin, le sujet des humoristes femmes invisibles a animé les discussions et les réseaux sociaux du monde artistique. Si par le passé, les plateaux d’humour 100% masculins étaient monnaie courante, aujourd’hui, ça passe beaucoup moins. Et quand on pousse le bouchon un peu trop loin, même quand on ne s’appelle pas Maurice, ça ne passe pas inaperçu !

Mise à jour 16 juin 2021 : suite à notre article, le Trempoint propose ce mercredi soir un plateau paritaire avec Lucie Carbone, Myriam Baroukh, Adrien Montowski, Camille Lavabre, Louis Chappey et Nordine Ganso ! Bravo à eux pour la réactivité, réservez vos places 🥰

Le meilleur onze du Trempoint vs. humoristes femmes invisibles

C’est donc une programmation presque banale, mais de moins en moins acceptée. Le 6 juin, le tremplin découvertes du Point Virgule, le Trempoint, arborait 9 noms d’humoristes. Tous des hommes. À l’époque, j’ai failli réagir, mais je me ravisais car ce n’était pas vraiment un lieu qui ignorait les femmes.

Certes, la programmation du Point Virgule 2021 est peu mixte, mais cette salle n’était pas la plus en vue sur ces questions. Sauf que la semaine suivante, le Trempoint récidive avec 11 humoristes, toujours des hommes. 8 des 9 hommes conviés le 6 juin revenaient, ce qui privait le public d’un roulement. Comment voulez-vous revenir chaque semaine au Trempoint, scène de découvertes humour, si vous découvrez toujours les mêmes ?

Les spectateurs peuvent encore accepter cela lorsque les 9 ou 11 personnes conviées sont complémentaires et vraiment solides. Sauf que dans les faits, la proposition artistique de certains n’apporte rien d’innovant. Tandis que d’autres, vraiment prometteurs, arrivent comme un cheveu sur la soupe pour sauver les meubles.

Humoristes femmes invisibles, score final 0-11 : il n’y a pas match

Tout cela a mis le feu aux poudres et a questionné la sélection des artistes sur cette scène historique. De nombreux humoristes, hommes et femmes, ont condamné cette programmation. Ce 11-0 encaissé par les femmes humoristes, invisibles car même pas conviées au match, ne passe plus en 2021. Caroline Vigneaux, Olivia Moore relayaient ainsi l’alerte lancée par une Emma de Foucaud qui aurait largement sa place pour un Trempoint. Et pourquoi pas le FUP ? Et pourquoi pas une programmation régulière au Point Virgule à moyen terme ?

Où est le temps où Solène Rossignol profitait de showcases au Point Virgule ? Il n’y a pas si longtemps, Tania Dutel foulait les planches de ce théâtre au côté de nombreuses autres. À l’heure actuelle, nous nous retrouvons avec des théâtres qui rééquilibrent la balance en proposant des programmations engagées. La Nouvelle Seine réussit à combiner qualité artistique et majorité de femmes.

La Comédie des 3 Bornes suit le mouvement en proposant une programmation volontariste. Elle se discute sur la qualité, mais cela concerne les hommes comme les femmes. Cela fait en effet longtemps que cette salle a perdu de sa superbe. Certains parlent même d’un gouffre financier pour les jeunes artistes. Alors autant miser sur une identité plus militante. Autant cibler un public plus enclin à découvrir plusieurs spectacles de la même trempe !

Comment sortir d’une telle impasse ?

On ignore ce qui a motivé de tels choix. La reprise des spectacles après une fermeture aussi longue doit poser des problèmes d’organisation et les programmateurs sont sans doute sous l’eau. Si rien n’excuse ce préjudice à la fois contre la qualité humoristique et l’intégration des femmes dans le milieu, il faut comprendre le problème pour l’adresser. Une situation comme celle-ci n’aurait fait l’objet d’aucune critique il y a quelques années. Les femmes s’organisent aujourd’hui pour prouver aux programmateurs qu’elles existent. S’ils ne les connaissent pas, elles font le travail de détection pour eux.

Chaque acteur de la comédie doit prendre sa part et faire de son mieux. Sortir de sa zone de confort, décrypter le phénomène de sororité pour faire le tri dans les talents. De quoi s’agit-il ? Mises de côté depuis tant d’années, certaines femmes humoristes estiment que la solidarité entre elles doit être inconditionnelle. Elles se soutiennent à 100% et répondent à la cooptation par la cooptation. Pour elles, il n’est pas acceptable de critiquer une femme humoriste sur des critères artistiques objectifs. Motif invoqué : pour pallier le manque de confiance en soi et la difficulté d’intégrer le milieu, elles font bloc, se construisent dans l’ombre et se protègent de toute agression extérieure. Une pratique radicale qui ne passe pas chez tout le monde. Or elle n’aurait jamais existé sans le rejet d’un secteur…

La riposte est en marche

Autrement dit, les hommes comme les femmes humoristes montent sur scène en sachant que pendant leurs débuts, ils devront se développer avant d’être au top. Ils disent : « nous sommes là, fais avec, un jour tu retourneras ta veste ». Pour de nombreuses raisons, cette pratique passe beaucoup mieux chez les hommes que chez les femmes. Il faut en avoir conscience pour regarder chaque humoriste en tant qu’individu et non comme membre d’une communauté. Tous les hommes humoristes ne se valent pas, comme toutes les femmes humoristes ne se valent pas.

La solution : diversifier les programmations, mélanger les talents en ne sacrifiant pas l’artistique sur l’autel de quotas. Ces quotas sont parfois nécessaires pendant un temps pour contrebalancer des discriminations. En revanche, ils ne doivent pas être une fin en soi.

Faisons l’effort de regarder les talents pour ce qu’ils proposent et non pour leur genre ou tout autre critère non pertinent. Soyons conscients de nos biais pour mieux progresser ensemble. Ne condamnons pas cette erreur du Trempoint, prouvons-leur que les talents sont multiples et divers.

Femmes humoristes invisibles : un dernier mot

Notre milieu artistique comporte des gens passionnés qui, parfois, commettent une erreur qui se voit plus ou moins. Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule, se démène depuis des années pour dénicher les talents.

L’erreur est humaine et nous savons tous qu’elle a à cœur de proposer les meilleurs choix artistiques. Elle a sa patte, le milieu de l’humour la respecte parce qu’elle a tant donné pour lui. Je suis persuadée que cet incident sera le dernier de cet acabit. Dans le cas contraire, le Point Virgule pourrait en pâtir avec des programmations déconnectées de la réalité des plateaux d’humour…

Nous faisons tous des erreurs. Au spot du rire, nous pourrions mieux faire également. Nous œuvrons au maximum pour promouvoir les femmes sur des critères de talent. Nous voulons faire oublier leur genre pour aborder l’artistique. Or nous ne promouvons pas la diversité autant que souhaité. En effet, notre rapport au monde ne nous permet pas de nous identifier à toutes les propositions artistiques avec la même justesse.

Cet écueil, nous l’adressons le mieux possible en sachant qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir. Ce sera, pour tous les acteurs du rire, le combat de la décennie. Nous ferons le bilan en 2030 des défis à venir !

Nb. Vous trouvez qu’il y a beaucoup d’humoristes femmes sur notre image à la une ? Il en manque énormément. On en a sans doute oublié plein, et puis il n’y avait pas la place pour toutes les ajouter ! L’inverse de ce problème de programmation, en somme…

[post_title] => Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-femmes-invisibles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 10:28:52 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 08:28:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010864 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010847 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-05 18:54:41 [post_date_gmt] => 2021-06-05 16:54:41 [post_content] =>

En matière de formation d’humoriste, Montréal a longtemps brillé, bien devant Paris. L’École Nationale de l’Humour a même fait des émules sur la scène stand-up actuelle. Roman Frayssinet est l’exemple le plus connu, tandis que Cyril Hives a débarqué au Québec en pleine pandémie.

Aujourd’hui, le mouvement de professionnalisation de l’humour rend les artistes plus exigeants. D’une part, ils accèdent à des contenus humoristiques en VO qui les tirent vers le haut. Même si Franck Dubosc est un artiste intéressant à suivre, on a quand même bien de la chance de voir des contenus de Bill Burr, Bo Burnham, Chelsea Peretti, Jimmy Carr ou encore Michelle Wolf en 2021.

D’autre part, ils sont plus nombreux à aller sur le terrain. Avant, l’humoriste Alex Nguyen jouait les éclaireurs pour la nouvelle génération. De nombreux humoristes préféraient passer par son intermédiaire que par les écoles existantes, jugées trop chères et peu axées stand-up. Maintenant, les nouveaux venus se jettent à l’eau sans intermédiaire. Presque littéralement sur des péniches parfois, pour réaliser leurs premières scènes ouvertes. Et ensuite, il y a les plateaux réguliers, les 30-30, les spectacles et autres festivals. Percer sur YouTube, être visible sur les réseaux, espérer des retombées presse sur des médias de plus en plus fragmentés… Les défis sont nombreux.

Écoles, masterclass, ateliers… Quelle formule choisir pour devenir humoriste ?

Pour apprendre le métier, on a aussi vu fleurir récemment des masterclass au Fridge et au Café Oscar. Elles ont le mérite d’exister, mais ce format court limite les possibilités d’apprentissage, notamment sur le temps de jeu.

Cours Florent, Montreux : les institutions artistiques se mobilisent

L’atelier one-man-show et stand-up du Cours Florent fait partie des nouveautés plébiscitées. Étienne de Balasy, chargé d’évangéliser les deux formes d’humour, a profité de son lancement pour sortir un guide à destination des humoristes en herbe. Le livre a été bien accueilli, tandis que l’atelier a rapidement été victime de son succès ! Preuve que la demande est forte… Dans un autre style, l’écosystème de Montreux veut également se positionner et créer une sorte de « Star Ac » du rire à l’échelle mondiale.

Des formations spécialisées et axées terrain : 3 mois au Campus On Time Comedy

Plusieurs initiatives mêlant théorie et pratique contemporaine/terrain font de plus en plus parler d’elles. On retrouve d’abord le Campus On Time Comedy du Barbès Comedy Club. Attaché au comedy club de Shirley Souagnon, le campus a rapidement convaincu de nombreux humoristes. Bénéficier d’un réseau et d’enseignements diversifiés, progresser dans un écosystème où l’écriture et l’humour de qualité sont valorisés… La proposition est solide.

Au programme de cette formation pour devenir humoriste : sessions d’écriture, jeu, sport, anthropologie, journalisme… Des enseignements pluridisciplinaires qui s’accompagnent de masterclass, d’intervenants professionnels (SACEM, CNC, Topito, productions, humoristes…) et d’une programmation sur un plateau spécial du Barbès Comedy Club. Chaque apprenti comique bénéficie en outre d’un accompagnement personnalisé.

Shirley Souagnon souhaite offrir un endroit où le test est non seulement permis, mais surtout recommandé ! Une approche à contre-courant de l’impératif d’efficacité. Oui, l’efficacité est importante, mais Shirley sait qu’elle s’acquiert par le travail, les tâtonnements et l’exploration de son personnage scénique.

Les premières recrues du campus se révèlent d’ailleurs en guest stars de programmes courts YouTube. Preuve que les stand-uppers se mettent véritablement à jouer et évoluent à vitesse grand V ! Dans quelques années, l’acting sera un élément véritablement différenciant chez les artistes.

Une formation pour devenir humoriste spécialisée et axée terrain : 1 an à l’Académie d’humour

L’Académie d’humour confirme ce mouvement de professionnalisation en proposant une formule sur un an dès la rentrée 2021 avec 12 places à saisir. Aux manettes, on retrouve Aude Galliou, Perrine Blondel et Mélissa Rojo.

D’abord dans l’ombre d’un certain Verino, Aude Galliou s’impose petit à petit comme une accompagnatrice de talents hors pair. L’épisode de Sur un plateau avec Tristan Lucas où Aude et Verino évoquent leur collaboration est saisissant : on comprend tout de suite qu’on a affaire à une personne hautement qualifiée. Aujourd’hui, elle collabore notamment avec des Tristan Lucas (encore lui !), Urbain ou Adrien Montowski. Ces artistes, à eux seuls, sont aussi enthousiasmants qu’exigeants.

Valoriser les artistes en développant leur singularité : un travail de l’ombre essentiel

Comment valoriser un Verino, que l’on peut juger consensuel ou moins en vue que d’autres comme il le confiait dans son podcast ? Mais aussi comment développer l’ADN artistique d’un Urbain, dont le statut chez Topito le propulse en haut de l’affiche, quitte à masquer sa singularité ? Comment trouver le juste milieu entre développer la folie et construire le personnage scénique d’un Adrien Montowski ? Et enfin comment révéler les multiples talents du fédérateur Tristan Lucas sur scène ? Aude Galliou ne s’arrête pas à ces interrogations : sur le terrain, elle trouve des solutions qui marchent et font grandir tous ces artistes.

Perrine Blondel et Mélissa Rojo, à la tête de la Petite Loge, ne sont pas en reste. Faire naître des Gaspard Proust, Charles Nouveau, Marina Rollman, Alexandra Pizzagali ou encore Rosa Bursztein… Liste non exhaustive, bien entendu ! Bien souvent premières à les accueillir, elles ont devant elles des talents bruts, des premières idées de spectacles et tout à construire.  Outre le repérage, Perrine et Mélissa assurent également l’accompagnement des talents : amélioration des spectacles, conseil artistique, présentation à des festivals…

Dans cette formation pour devenir humoriste, chacune d’elles chapeaute sa spécialité : jeu pour Mélissa, mise en scène pour Perrine et écriture pour Aude. Ces cours sont proposés tout au long de l’année, tandis que le coaching individuel intervient dès le deuxième trimestre pour amener les apprentis-artistes à progresser. Autre force : les partenariats pensés comme un écosystème qui comprend également les questions administratives et d’intermittence.  La Petite Loge, Olympia Production, la Nouvelle Seine et Wiz’Artistes sont déjà dans l’aventure, d’autres suivront bientôt… Les cours et masterclasses auront lieu à la Petite Loge, à la Nouvelle Seine ou dans d’autres institutions du rire pour aborder toutes les facettes du métier : scène, radio/TV, digital…

Formation pour devenir humoriste : quelle valeur ajoutée ?

Les artistes sont souvent autodidactes : ils abordent leur métier comme des artisans, s’interrogent souvent et perdent du temps à aller chercher l’information. Puisqu’ils traversent tous cette phase à un moment où à un autre, une formation leur permettrait de gagner plus de temps ensemble pour se consacrer à l’essentiel.

Le développement d’un humoriste est une affaire de pluridisciplinarité et d’entourage. La formation pour devenir humoriste offre un cadre pour rencontrer les bons interlocuteurs, suivre les bons enseignements au bon moment et passer de l’errance à la décision éclairée.

Le prix de ces formations d’humoriste sera sans doute un frein pour certains, mais il faut le voir comme un investissement. À quel point un artiste croit-il en son projet ? Quels efforts va-t-il mettre en place pour se donner les moyens de réussir ? C’est sans doute un bon début pour évaluer si une formation est pertinente.

Pour connaître le monde de la formation, je conseillerai aux artistes de sélectionner une formation de qualité qui offre un bon réseau et une réelle mise en pratique. Ces trois éléments vont de pair pour véritablement avancer.

Crédits photo

Tania Dutel et Paul Mirabel © Barbès Comedy Club

[post_title] => Devenir humoriste : quelle formation choisir ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => formation-humoriste-standup-guide [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-25 16:37:29 [post_modified_gmt] => 2021-06-25 14:37:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010847 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1009893 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-12-21 07:42:00 [post_date_gmt] => 2020-12-21 06:42:00 [post_content] =>

Pendant 18 jours, vous avez départagé une soixantaine d’artistes et autant de lieux d’humour. La première édition des awards du spot du rire, lancée de manière expérimentale pour pallier la fermeture des théâtres, est riche en enseignements. Voici 5 d’entre eux ! Découvrez les coulisses de ces awards inédits jusqu’ici…

1. Les outsiders prennent le pouvoir

Connaissiez-vous le vainqueur de la catégorie « plateau d’humour de l’année » ? Les amateurs de comédie underground un peu nerds, oui. Cela fait beaucoup d’anglicismes dans une phrase, j’en conviens.

Comment vous décrire les 7 blagues de cristal ?

Je ne suis pas sûre d’être la mieux placée pour cela, parce que les références me sont vraiment étrangères. C’est un plateau de niche… parmi les plateaux de niche. Ce lieu est très populaire auprès des humoristes car il propose des formats innovants et qu’il est à contrecourant de tout ce qui se fait ailleurs.

L’histoire des 3 humoristes à sa tête, Walid, Georges et Adrien, est assez classique. Il s’agit de nouveaux humoristes qui créent leur plateau parce que c’est le meilleur moyen de jouer quand on débute. Seulement, ils misent sur une détermination défiant toute concurrence. Leur plateau, ils le vendent, ils le portent à bout de bras. Il est clivant, sans concession : soit vous aimez, soit vous détestez. Toujours est-il que ce plateau affiche généralement complet. En plus des passages classiques, des intermèdes de sketches et autres phrases scandées à tue-tête rythment et dynamisent ces soirées d’un autre genre. Dépaysant, mais admirable en soi.

Pour remporter cet award, ils ont mobilisé leur réseau comme personne d’autre. Messages privés envoyés manuellement, lives Twitch (!) accompagnaient les traditionnels partages sur les réseaux sociaux. Je les ai même soupçonnés de fraude… Au lieu de se démonter, ils sont restés calmes, ont apporté les preuves de leur bonne foi. J’ai constaté l’effort colossal et je me suis inclinée. Respect.

Derrière les 7 blagues de cristal, le néant

Lors de l’annonce des résultats, les humoristes étaient nombreux à considérer cette victoire comme méritée et à les féliciter en public. Pourtant, cette catégorie est pleine d’étrangetés. Le Barbès Comedy Club a reçu 10 fois moins de votes !

Avoir laissé cette catégorie libre n’a pas livré un classement objectif. Mais cela a créé une autre dynamique, offert un coup de projecteur inédit à des projets indépendants. Par exemple, certains plateaux d’humour en province ont montré qu’ils existaient et ont remporté l’adhésion de nombreux votants. Connaissiez-vous l’Orlinz Comedy Club à Orléans ? Ou bien l’Angers Comedy Club, l’Humour d’Origine Caennaise ? Ils n’ont certes pas un show sur Fun Radio. Pour autant, ils ont rivalisé ou mis KO de célèbres institutions : le Paname Art Café, Madame Sarfati, le Fridge

2. Les plus expérimentés n’ont pas besoin de promotion… ou drainent leurs camarades

Quel est le point commun entre Pierre Thevenoux, Clément K ou encore Yacine Belhousse ? Ils n’ont pas communiqué sur les awards, et figurent pourtant à de belles positions. Je creuse un peu plus dans les coulisses de ces awards pour vous livrer l’analyse de leur parcours.

Pierre Thevenoux et Yacine Belhousse ont tous les deux reçus des votes réguliers pendant toute la durée des awards. Déjà reconnus par le public et la profession, ils n’avaient pas besoin d’en faire plus pour bien figurer.

Yacine a même récolté, à l’instar de Merwane Benlazar et de Pierre Metzger, de nombreux votes issus de fans des 7 blagues de cristal. Le cas de Clément K est assez similaire : c’est sa visibilité auprès des professionnels qui a payé. Grâce au partage d’un autre humoriste qui fréquente les mêmes circuits artistiques, il a retenu l’attention de ces observateurs à l’œil affûté.

De quel humoriste s’agissait-il ? Deux jours avant la clôture des awards, Matthieu Penchinat a transmis à son réseau le lien vers les votes. Parmi ce réseau figuraient des milliers de personnes, des professionnels, des artistes de toutes les familles comiques… C’est grâce au partage coordonné de nombreuses familles d’artistes que les votes ont gagné en homogénéité.

Parfois, certains demandent s’il y a trop d’humoristes. Les awards ont démontré que malgré un métier très solitaire, ces artistes sont plus forts quand ils collaborent, évoluent dans les mêmes cercles et sont dans le partage.

3. Les nommés sont parfois trop fair play

Autant certains artistes se sont battus pour gagner, autant d’autres se sont sabordés. Je m’explique : pour la beauté du jeu, ils ont voté pour quelqu’un d’autre qu’eux. Ils ont dit : « Non, mais en fait, même si je me bats toute l’année pour exister dans le milieu, je dois dire que cette personne mérite ce prix. » — ces fous !

J’en profite ici pour parler du système de pondération. Oui, on plonge encore plus loin dans les coulisses de ces awards ! J’ai en effet décidé de récompenser ceux qui faisaient l’effort de voter dans plusieurs catégories. Suivre la nouvelle génération humour n’est pas chose aisée. La promotion de ces propositions artistiques est assez confidentielle et souvent réservée à des initiés.

Si vous votiez deux fois, chaque vote rapportait 2 points à votre favori. Idem pour 3, 4 ou 5 votes. Ce système a permis une lutte bien plus serrée entre tous les artistes. Il dresse un portrait un peu plus fidèle que celui des votes bruts.

4. Pour exister, nul besoin d’être consensuel

Matthieu Penchinat, Blaise Bersinger, Yacine Belhousse… Voici le trio de tête du meilleur spectacle confirmé de l’année 2020 ! Admettez qu’on est loin du « je ne sais pas si vous avez remarqué… » ou « il y a des couples dans la salle ? » avec ces trois-là !

Du clown poétique, la victoire de l’absurde, des ninjas et autres gags sonores élaborés finement… C’est une preuve que le public cherche autre chose. Certains producteurs devraient y songer avant de chercher à trouver l’artiste qui rentre dans la case, le « stéréotype du moment ». Cette expression ne veut rien dire, si jamais.

5. Les hommes reçoivent les premiers prix à une exception, mais…

Les premiers jours des votes, les femmes humoristes étaient globalement en meilleure posture, mais elles ont fini par céder du terrain pour tomber « juste derrière » les premières positions. Même Fanny Ruwet, qui a reçu un nombre très conséquent de votes pour son podcast et son spectacle, a manqué d’un rien le podium dans cette dernière catégorie. Et niveau podcast, comment battre Kyan Khojandi et ses concepts toujours très populaires ?

Autre exemple : sans deux effets d’aubaine provenant de réseaux organisés (7 blagues de cristal, Harold Barbé…), Emma de Foucaud aurait terminé troisième de la catégorie « spectacle indépendant de l’année ». Idem avec la percée tardive de Clément K due à sa notoriété plus importante chez les professionnels. Comparer ces deux artistes est intéressant, car la reconnaissance de leur talent tarde. Alors que vous comme nous connaissons leur qualité. Donc, sans ces ultimes votes en faveur de Clément, Emma figurerait plus haut. Cependant, sachez que sa programmation récente à la Petite Loge commence déjà à attirer l’attention. Clément était d’ailleurs passé par cette salle avant de rejoindre le Théâtre du Marais…

Emma de Foucaud aura bientôt la chance de briller dans les meilleurs tremplins du pays. Et la suivante, ce sera Julie-Albertine. Elle a bien fait de figurer dans Soixante 2, les professionnels l’ont remarquée ! Les votes le prouvent, en tout cas… Vous le sentez, mon enthousiasme à partager les coulisses de ces awards ? Continuons : c’est loin d’être fini !

Autres éléments statistiques : dans les deux catégories de spectacles, il y avait 14 hommes contre 6 femmes nommés. Dans les spectacles confirmés, seulement 2 femmes sont dans le top 10 contre 4 pour la catégorie « spectacle indépendant ». Dans ces deux catégories, c’est à chaque fois un homme qui finit dernier… Or dans la catégorie découverte, 4 femmes sont dans les 6 premiers du classement.

Que peut-on en déduire ?

Pas grand-chose. Après tout, les sociologues en herbe tirent parfois des conclusions hâtives… Je vais donc m’abstenir ! Cependant, si jamais vous en doutiez encore, les hommes et les femmes humoristes partagent la même capacité à être drôles. Ils sont soit drôles, soit ils ne le sont pas ; et ce de manière non uniforme.

Vous êtes perdu ? Laissez-moi clarifier : certains sont drôles, d’autres non. Une femme humoriste n’est pas interchangeable avec une autre, idem pour les hommes. En revanche, il arrive que certains styles d’humour ou certaines thématiques reviennent. Et cela concerne à la fois les hommes et les femmes. Bref, niveau qualité, c’est kif-kif bourricot. Tout dépend surtout de l’angle choisi pour aborder une thématique, le charisme ou encore l’originalité, etc. Des éléments qui concernent tous les artistes, au final. Le talent est donc bien l’élément qu’on analyse au bout du compte — et c’est tant mieux ! Sur ce sujet, je vous suggère l’écoute de ce podcast. Édifiant.

Coulisses des awards : en résumé

Cette première édition des awards a permis de promouvoir des talents très variés. Certaines réactions me rendent vraiment heureuse, comme « je ne connais même pas le troisième » ! C’est pour ce genre de mise en lumière que je me démène, alors ça fait plaisir. Autant que de vous révéler les coulisses de ces awards qui ont rythmé ma fin d’année.

Maintenant, soyez gentils. La prochaine fois que vous ferez défiler vos réseaux sociaux pour lutter contre l’ennui, ayez une pensée pour moi. Arrêtez de perdre votre temps et allez découvrir tous les artistes que j’ai nommés… et les autres ! Ils sont nombreux, et ils ont tant de choses à raconter…

[post_title] => Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coulisses-awards [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-29 11:22:39 [post_modified_gmt] => 2020-12-29 10:22:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009893 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1008529 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-23 15:00:11 [post_date_gmt] => 2020-07-23 13:00:11 [post_content] =>

La semaine dernière, malgré le retour indéniable du monde comique, je vous confiais mes doutes concernant mon retour dans les salles. Bonne nouvelle : cette semaine, les choses avancent dans le bon sens !

Maintenant, on commence à cerner la mentalité des spectateurs qui reviennent au théâtre. Ma mésaventure au sein de l’un de ceux-ci n’est plus que de l’histoire ancienne. Les gens semblent avoir compris que pour une reprise des spectacles, il fallait respecter l’hypocondrie de son prochain. Ou bien sa volonté de coller sa joue à celle d’une autre personne (tant que ce n’est pas moi).

La clé n’est pas de savoir si les gens ont peur ou non d’un virus, c’est de comprendre leur besoin de clarté. Sur ce coup-là, les théâtres sont les premiers à hésiter. Cette vidéo explique très simplement la situation.

Mieux consommer le spectacle vivant

J’ai réalisé qu’il y avait parfois du « gâchis » de temps quand j’allais voir des humoristes.

Deux problèmes existent.

D’abord, les plateaux d’humour sont conçus pour vous faire découvrir des humoristes aux univers variés. Pour plaire à tout le monde, il faut déplaire aux uns et aux autres. Votre voisin adorera quelqu’un qui vous ennuiera. C’est le jeu, et on l’accepte car l’humoriste suivant peut être une perle.

Ensuite, les spectacles-loterie exigent une part de risque de la part du spectateur. Dans ces représentations, soit vous ne connaissez pas l’humoriste, soit vous ignorez s’il est bon sur une heure ou s’il attise suffisamment votre curiosité pour cacher son inexpérience. Soit autre chose. En tout cas, l’offre est supérieure à la demande et la qualité est inégale. Il faut ainsi faire des paris. Accepter de se tromper aujourd’hui, c’est se priver d’une soirée tranquille chez soi à pouvoir zapper.

Avant, c’était le charme de la comédie. Aujourd’hui, les arbitrages du public sont plus resserrés que jamais. Je vous confiais qu’il me fallait 2 humoristes que j’aime bien pour me déplacer en plateau d’humour, ou un super-humoriste. Comprenez : un humoriste qui pourrait me faire traverser le périph’ de bout en bout en métro, même pour deux minutes de blagues.

Aujourd’hui, je crains qu’il faille multiplier ces chiffres par deux. Mon exigence prend des proportions très importantes. Que faire, alors ?

Comique, séduis-moi si tu peux ?

Comme le dirait un certain Johnny H. s’il était là, qu’on me donne l’envie d’avoir envie ! Oui, j’ose écrire ça. Mais pensez-y : les blagues, je les connais à 70 %. Je comprends que les nouveautés sont complexes à pondre pour un comique. En effet, on traverse tous le même moment désagréable. Si les nouveautés ne sont pas la panacée, alors il faut penser aux petites attentions. À ce qui vous fera oublier votre quotidien, comme si tout allait bien.

Ça peut être un spectacle qui commence à l’heure et qui dure le temps prévu. Une description précise de ce qui attend le public. En cela, le 30-30 de Joseph Roussin et Fred Cham était génial (même s’il commençait en retard, paradoxalement). C’était mal parti : entrée libre, aucune possibilité de réserver. Mais le jour J, le bar a tout fait pour faciliter la vie des gens motivés. Réservation obligatoire en message privé, réactivité sans faille, respect des consignes et ambiance plus que conviviale. La soirée reste à ce jour mon meilleur retour à la comédie.

Et pourtant, Dieu sait que j’ai décidé de me faire plaisir. Du Laugh Steady Crew par-ci, du Nadim et Adrien Montowski au Point Virgule par-là, et en dessert, un bon spectacle de Ghislain Blique à la Petite Loge.

La reprise comique en résumé

Le public sera compréhensif et bienveillant lors de son retour au théâtre. Cependant, comme il fera cet effort de soutien, il aura besoin de quelque chose de spécial en retour de la part des comiques. À vous de définir ce qu’il est en mesure d’attendre. Car plus que jamais, le public est roi.

[post_title] => Humour instantané - Retour comique et volte-face [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retour-comique-roussin-cham [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-05 20:21:14 [post_modified_gmt] => 2020-08-05 18:21:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008529 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1008453 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-15 08:48:00 [post_date_gmt] => 2020-07-15 06:48:00 [post_content] =>

Depuis la réouverture de certains théâtres et plateaux d’humour, j’éprouve encore une certaine réticence à me déplacer. J’aimerais beaucoup consommer de la comédie comme avant. Les injonctions multiples sur les règles sanitaires (masques…*) divergeant de lieu en lieu, j’avoue être un peu perdue.

Dans ce plateau d’humour où le masque est obligatoire selon un écriteau que personne ne voit, je fronce les sourcils. Il me suffit de jeter un rapide coup d’œil aux alentours pour voir que personne n’en porte. J’adresse un 2673e vent à un humoriste qui tente une bise. J’entame alors un dialogue interne avec mon moi hypocondriaque. C’est pas possible, ils savent que se tripoter entre eux, ces comiques, ou quoi ?

Les masques tombent

Dans un théâtre assez connu cette fois-ci, le port du masque est effectivement obligatoire. Mais le préposé à la billetterie nous confie que chacun fait ce qu’il veut une fois dans la salle.

« Responsabilité individuelle » est un gros mot en France, je crois.

Au bout de 2 minutes, 80 % des gens passent en mode « visage naturiste ». J’ai l’impression de déborder de courage 30 minutes. 30 minutes à résister au laxisme de mes voisins… Or je suis la dernière personne à imiter l’autre irréductible qui finit par céder à la pression populaire. Avec cette impression d’avoir l’air stupide quand j’en porte, puis quand je n’en porte pas.

Vous la vivez aussi, cette schizophrénie ? Ou alors mon angoisse a pris le contrôle ? J’enrage toute seule face à un pays qui a besoin d’interdictions ou d’amendes pour se responsabiliser. Pardonnez-moi cet égarement… J’écoute un peu trop RMC chez moi. Alors que j’aimerais tant profiter de la vie et gérer ma partie de cache-cache avec un virus mondial.

J’essaie ensuite de me convaincre que de toute façon, ils ne protègent pas à 100 %, ces masques. Que la vie, c’est déjà un risque en soi, alors autant sortir de son appartement. Mon dialogue interne s’arrête face à mon flux d’actualité. Dans cet enfer de pixels et de masques sociaux, une ribambelle d’artistes taille la nouvelle ministre de la culture. Ils demandent encore de l’argent, toujours de l’argent. Tout cela au nom de la création ou l’exception culturelle. Mais commençons par la familiariser à la nouveauté

En résumé, je me fais chier. Je me demande si je ne vais pas rester cloîtrée chez moi 14 jours. Vous savez, histoire de maintenir mes parents en sécurité avant de leur rendre visite. Dans mes rares entraves à mon auto-assignation à résidence, je croise des nouveaux humoristes que je ne connais pas. J’aimerais bien les voir… Mais je me limite à 3 sorties par semaine (et encore, quand je suis vraiment dévergondée !). Celles-ci se font de préférence dans la même bulle… Alors imaginez croiser 73 open-micers qui se disent bonjour avec le poing (vous avez des coudes, bande de boloss ?)…

En quelques mois, je suis devenue esclave de l’entre-soi. Alors si vous sortez à ma place, racontez-le en contribuant au site ! Pendant ce temps, je vais dompter mon hypocondrie au mieux…

Un dernier mot

*Maintenant, on sait qu’en août, les masques seront obligatoires en lieu clos.

Mais cet article est surtout un billet d’humeur qui vous partage mes angoisses à l’instant T. Je suis clairement frustrée de ne pas profiter autant de la reprise, en tant que spectatrice, que les humoristes. Ces derniers sont en réalité obligés de jouer un maximum de peur d’être de nouveau confinés et de voir leurs revenus disparaître.

Si je ressens ça, j’imagine que d’autres amateurs d’humour peuvent se dire la même chose… Alors je le partage !

[post_title] => Humour instantané - Bas les masques ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => masques-covid-spectacle-vivant [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-07-15 10:13:28 [post_modified_gmt] => 2020-07-15 08:13:28 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008453 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1006044 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-24 08:27:00 [post_date_gmt] => 2020-06-24 06:27:00 [post_content] =>

Vous le savez peut-être, j’ai foulé la scène du Blague à part Comedy Club avant de prendre ma retraite d’apprentie comique. Aujourd’hui, pour tous ceux qui n’étaient pas là, je vous propose le script de ce que j’ai joué ce soir-là. Histoire de vous proposer un quatrième volet à la saga Retro Spot !

Il y a eu quelques modifications entre le texte et le jeu final, mais globalement, le rendu est fidèle. Les intertitres, c’étaient les mots-clés qui me permettaient de retenir ce que je devais dire !

PS : Le Blague à part Comedy Club reprend ce samedi avec un 3x20 minutes où Grégory Robet invite Jean-Patrick / Je Suis Lapin et Ghislain Blique ! Réservez votre place gratuitement pour la reprise du plateau.

PS2 : j’ai perdu les 30 premières secondes de mon temps parce que Manu Bibard a de la force et qu’il m’a fallu me surpasser pour décrocher le micro. Maintenant vous pouvez découvrir ce sketch à peu près dans les conditions du réel. Merci encore à Grégory Robet pour l’invitation au Blague à part !

Mon sketch au Blague à part

Salut, ça va ? Moi ça va, même si je suis un peu nostalgique en ce moment.

Hobby particulier

Je me souviens, à 18 ans, j’avais un hobby original. Un truc qui me rend unique, mais pas pour les bonnes raisons.

Je mettais mon réveil à 5h du matin et j’écoutais deux émissions de radio anglaise sur Virgin Radio et la BBC.

J’étais une vraie geek de 2 animateurs de radios, Greg James et Robin Burke. Ça ne vous dit rien ?

Nouvelle famille / webcam

C’était ma nouvelle famille. Je voyais Greg et Robin tous les matins, du lundi au vendredi, c’était mon 5 à 7 à 3.

Je les regardais grâce aux webcams des radios. J’étais donc en pyjama, je regardais par exemple Robin manger des céréales pendant les chansons. Pendant sa pause, quoi, mais Robin, la webcam n’est jamais en pause... 😈

Et Greg, je lui ai envoyé un mail un matin : j’arrive pas à croire que tu as parlé à Anthony Davidson ! Un pilote de course, j’aime les bagnoles... et là consécration, Greg m’a citée à l’antenne 🥰

Le spot du rire / radio

Dix ans plus tard, forte de ce succès, j’ai transformé ce hobby en une activité semble-t-il légale. J’ai créé un média, Le spot du rire.

Je parle de la nouvelle génération d’humoristes. Et mon but, c’est de les rendre connus. Pour ça, j’ai un plan diabolique : grâce à moi, ils vont faire de la radio et je pourrais les regarder sur des webcams, sur YouTube, à la télé sur un écran 4K ! La réalité virtuelle... Comme si j’étais tout près.

Permis de groupie

J’ai pas besoin d’attendre ces avancées technologiques, car je suis déjà carrément dans des loges avec eux, on me file des tours de cou avec mon nom, c’est écrit « Rédactrice en chef ». Incroyable.

Humour touchant

J’aurais pu faire comme tout le monde, passer l’examen d’entrée pour devenir groupie. Première épreuve : faire des selfies, je l’ai ratée. Deuxième épreuve : être la groupie émue aux larmes parce que : « il m’a touché la main »… encore raté... mais pas grave, car... Je préfère que les humoristes me touchent... mais avec leurs blagues, tu vois. Et eux aussi, ils préfèrent qu’on en reste au toucher mental.

Un crédit immobilier pour Fary et Blanche Gardin

Plus sérieusement, tout ce que je veux, c’est que vous alliez les voir sur scène avant qu’ils deviennent Fary ou Blanche Gardin et que ça vous coûte un crédit immobilier de les voir. Je vais vous faire gagner de l’argent ! Pour un public venu gratuitement, ça me semble un bon plan !

Philippe Manœuvre

C’est beaucoup de travail, mais en retour les comiques me reconnaissent, je suis la Philippe Manœuvre de la scène stand-up méconnue, c’est le rêve ! Philippe Manœuvre pour ceux qui savent pas c’est un célèbre critique de musique qui vénère les Stones à la TV avec des lunettes noires.

Ghislain Blique

Moi, je fais pareil. Tiens on va prendre un humoriste présent ce soir, ça donnerait ça : « c’est dingue ! Ghislain Blique va jouer à la Petite Loge les mercredis à 21h30 c’est l’événement de la décennie, vous allez pas vous en remettre... » il ne savait pas que j’allais faire sa promo d’ailleurs, car je pense qu’il m’aurait dit : “j’ai peur que tu me considères comme un membre de ta famille.” Mais c’est trop tard, Ghislain. On part en vacances ensemble l’été prochain. J’ai tout réservé déjà !

Et je vais vous laisser là-dessus parce que j’ai hâte de découvrir sa réaction en coulisses 😂

[Moment où le public applaudit et où je peux respirer de nouveau…]

Et je vous laisse avec le prochain humoriste avec qui je partirais en vacances en 2021, [ici j’ai dû adapter parce que bien sûr, je devais annoncer Ghislain…] !

Crédits photo

© Grégory Robet

[post_title] => Voici le sketch que j’ai joué au Blague à part [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => blague-a-part-sketch [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-06-23 18:24:03 [post_modified_gmt] => 2020-06-23 16:24:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006044 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1007950 [post_author] => 10 [post_date] => 2020-05-29 13:30:29 [post_date_gmt] => 2020-05-29 11:30:29 [post_content] =>

Les humoristes pourront bientôt revenir dans les théâtres et les comedy clubs après plus de deux mois sans scène. Antoine Richard a demandé aux humoristes Farah, Nordine Ganso, Klotilde et Levin Vaz de revenir sur cette période de télétravail humoristique. Vous allez le voir, chacun a su s’adapter à sa façon !

Nordine Ganso s’improvise scénariste en télétravail

Dans ce nouvel épisode, Yanis est prêt à tout pour se nourrir dans la villa et protéger ses friandises des autres habitants. Il est au cœur de tous les conflits.

Ce speech digne d’une télé-réalité, nous le devons à l’humoriste bordelais Nordine Ganso. Durant les 15 premiers jours du confinement, il propose à sa communauté une mini-série inédite« Quand tu fais du stand-up, ton seul moyen d’exister en dehors de la scène, c’est sur les réseaux sociaux. Au début, j’ai lancé une mini-série sur Instagram, car j’avais l’impression de vivre dans une télé-réalité. »

Un concept qui a ses failles. « J’ai vite réalisé que c’était difficile, car il se passait toujours les mêmes choses ». Nordine Ganso continue pourtant son télétravail humoristique. Il partage ainsi ses vannes et d’autres péripéties sur les réseaux sociaux.

Levin Vaz et Klotilde changent de rythme

C’est aussi le cas de Levin Vaz, un humoriste de 19 ans que j’ai eu l’occasion de croiser à Grenoble. Lors de son télétravail humoristique, il propose 5 sketches face caméra par semaine, contre une vidéo en temps normal.

« Même si c’est pesant en matière de boulot, faire ces vidéos me plaît. Elles marchent plus ou moins bien. Ce qui me gêne le plus, c’est qu’une fois que tu as posté, il n’y a pas de suite. »

Même constat pour Klotilde, humoriste parisienne confinée en Bourgogne. « Quand tu es sur scène, tu peux prendre ce qui est dans la salle, rebondir. En vidéo, le résultat est le même pour tout le monde, mais le côté positif c’est de pouvoir continuer de produire. »

Farah s’accorde une « parenthèse de calme obligatoire »

Contrairement aux trois humoristes précédents, la Bruxelloise Farah a fait le choix de ne pas se mettre en scène face caméra ou diffuser de sketch en ligne. « Je me suis refusée à le faire car je n’ai pas à me plaindre de ma situation. Je suis assez privilégiée de pouvoir rester chez moi », confie-t-elle.

Cependant, vous avez pu voir Farah participer au Téva Comedy Show, donner des chroniques ou répondre à des interviews en direct sur les réseaux sociaux. En effet, cette pratique est devenue virale chez les artistes en manque de scène.

Charlie Hebdo, Society et Spinoza 

Pour Farah, cette période de télétravail humoristique a constitué une « parenthèse de calme obligatoire. Depuis mes débuts en stand-up, je n’ai jamais eu deux mois entiers pour me poser. J’ai pu en profiter pour dormir comme je suis une grande dormeuse et pour me remettre à la lecture avec Charlie HebdoSociety et de la philosophie. Chaque jour, je lis un chapitre d’un livre sur cette discipline. Hier, c’était sur Spinoza. »

Si Farah lit autant, c’est parce qu’elle y trouve l’inspiration et la documentation nécessaires pour écrire ses vannes. Dans son spectacle, elle aborde les problèmes qui composent notre société comme la xénophobie ou le populisme.

« Je n’écris pas sur la Covid-19, mais il a mis en exergue certains sujets sur lesquels j’ai déjà fait des recherches comme le système de santé. La crise ne vient pas juste d’un pangolin et d’une chauve-souris, mais des gouvernements qui ont détricoté le système de santé au fil des années. »

Télétravail : un test de créativité humoristique pour tous les comiques

Ne pas écrire sur la Covid-19 alors que la pandémie domine l’actualité, ce n’est pas toujours évident. Or cela s’avère parfois inévitable pour proposer du neuf.

« Dans les sketches que j’ai écrits durant cette période, j’ai vraiment voulu m’éloigner de ce contexte actuel car ça vite se périmer. C’est intéressant pour des vidéos aujourd’hui, mais pas pour la scène dans quelques mois », affirme l’humoriste grenoblois Levin Vaz.

La créativité des humoristes a été tantôt mise à rude épreuve, tantôt stimulée. Ainsi, Klotilde a modifié son approche au fil des semaines. « Au début, j’étais partie dans l’idée d’écrire un deuxième spectacle. Avoir du temps m’a fait me dire : “Wow, c’est un signe !”. Mais finalement, ne pas avoir de perspective m’a bloquée. »

En plus de devoir lutter contre le syndrome de la page blanche, les humoristes évoluent sans pouvoir évaluer la qualité de leur travail. « Il n’y a pas de scène pour tester les vannes, les corriger. Comme tu ne testes pas, tu risques de partir dans un délire personnel. »

Fin du télétravail rime avec retrouver sa dose de scène, la “joke coke”

Pour ces humoristes, quel a été le bilan de ces derniers mois ? Pas de comedy clubs, des vannes sur la Covid-19 qui finissent sur les réseaux sociaux et surtout, l’envie de retrouver la scène.

« J’ai hâte de retrouver la scène, c’est comme une drogue. Quand on me la retire, on m’enlève une partie de moi », déplore Nordine Ganso. Entre la réouverture des lieux de spectacle et son dernier plateau au Rire et houblon (où notre confrère Louis Bolla joue un petit rôle), il s’est passé plus de deux mois. Nordine devait d’ailleurs jouer à domicile au Théâtre Trianon.

Souvenir de dernière scène

Tous se souviennent de leur dernière scène, notamment Farah et Klotilde, dont la dernière dose de scène remonte aux instants ultimes avant les fermetures.

« Le 14 mars, je jouais mon spectacle Élevée en plein air à Marseille. Cinq minutes avant de monter sur scène, la régisseuse vient me voir et me dit : “on va fermer après toi”. Je pense que ça m’a permis de jouer de façon plus intimiste. On évoluait comme dans une bulle, alors que dehors il y avait déjà des changements », raconte Klotilde.

Cette ambiance particulière contraste avec la soirée de Farah à La Rochelle. « La situation était particulière. En Belgique, tout était fini dès le 12 mars, mais en France il y a eu un moment de flottement pour les salles de moins de 100 personnes. On a pu jouer, mais la salle était presque vide et le public présent était assez stressé. »

Les conditions d’accueil du public restent encore floues pour la reprise, prévue le 2 ou le 22 juin en fonction des départements français. Néanmoins, tout un travail de communication va reprendre autour des dates reportées. Une chose est sûre : tous auront hâte de revenir sur scène… sauf s’ils souffrent du syndrome de la cabane, comme Farah : « Je suis un peu déjà nostalgique du confinement ! », s’amuse-t-elle.

Crédits photo

Farah : © Laïd Liazid

Klotilde : © KB Studios Paris / Stéphane Kerrad

[post_title] => Télétravail humoristique : confessions de 4 comiques [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => teletravail-humoristes-confinement [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-29 13:45:17 [post_modified_gmt] => 2020-05-29 11:45:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1007950 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 9436 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-19 16:32:00 [post_date_gmt] => 2020-03-19 15:32:00 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_gutenberg]

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le troisième et dernier épisode revient sur ma rencontre inattendue avec Adrien Montowski… En réalité, celui-ci est inédit, mais cela faisait longtemps qu’il me trottait dans la tête. Bonne lecture !


Nous sommes le 25 février 2017, et je m’apprête à traverser la petite couronne pour voir Éric Judor. L’événement se passe à Saint-Denis, au cinéma L’écran.

[/vc_gutenberg][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=DxjmQf7hdsQ"][vc_column_text]

Pour moi, cela me semble absurde. L’événement est gratuit, sans inscription, dans une ville moins attractive que la capitale. Éric Judor propose une masterclass devant des fans ravis de le voir. Il est une légende, le respect de l’assemblée est palpable. L’émeute potentielle, qui accueille généralement Kev Adams, laisse place à un public averti.

Ce rassemblement d’initiés crée un lien particulier entre chacun d’entre nous. Nous ne nous connaissons pas, mais nous partageons la même passion. Nous sommes une équipe soudée face à notre leader, Monsieur Judor.

Adrien Montowski était dans la salle…

Je ne le sais pas encore, mais je suis sur le point de rencontrer un comique. Adrien Montowski est là, il porte un badge du Beach Comedy Club, son plateau. Dans la salle, je ne sais pas où il est. Comme d’habitude, je me suis nichée au premier rang, volant la vedette à deux fans d’Éric Judor de la première heure. Je leur vole leur place, parce que ma jeunesse m’a privée de ces moments.

Je me souviens aussi d’une longue session de questions-réponses, immortalisée dans la vidéo ci-dessus. Quelques extraits, aussi, et des fidèles qui écoutent religieusement. Étrangement, mes souvenirs sont flous, car mon monologue intérieur s’apprête à débuter.

…mais je l’ai remarqué dans le métro

Dans le métro, les comédiens de stand-up ont longtemps remarqué des trucs. Or, en ce samedi soir, c’est moi qui remarque les choses. Je ne sais pas pourquoi ça me fascine autant de croiser des humoristes dans le métro. Je vous l’ai déjà raconté pour Lenny et Antek. Il m’arrive aussi, de temps en temps, de croiser Pierre Thevenoux sur ma ligne.

Mais par rapport à ce soir de février, cela n’a rien à voir. En effet, je commets l’affront de ne pas savoir qui est Adrien Montowski. Je connais juste son plateau, que je reconnais grâce à ce fameux badge. Je me dis : « non seulement, ce type m’a l’air important, mais en plus, il a bon goût ! ».

Qui es-tu, comique mystère ?

Mon cerveau accélère son remue-méninges. Où va-t-il ? Rentre-t-il chez lui ? J’ai vraiment un problème avec le traçage des êtres humains. À aucun moment je me dis que je vais aller lui parler, bien sûr. Parler, c’est pour les faibles. Inventer la vie de l’autre, c’est bien plus captivant. Quant à s’inventer une vie avec sa cible visuelle ? Mon imagination a les pleins pouvoirs : elle s’amuse à dégainer les 49.3 à la chaîne.

Contrairement au côté psychotique des lignes précédentes, je reste raisonnable à cet instant. Cependant, mon instinct est formel : je vais revoir cet homme. Il a l’air formidable : ça se voit à sa manière de regarder droit devant lui, à son badge et à nos calendriers momentanément communs.

Malheureusement, le trajet d’Adrien et le mien finissent par se séparer. Sans un mot, le lien s’était créé par un seul canal : la comédie. Peut-être revenait-il de New York ? Allait-il rejoindre Léopold ou Jean-Patrick ? Ces questions, je ne pouvais pas encore me les poser. Je ne suis même pas sûre qu’à ce stade, je connaissais Jean-Patrick. Mais j’avais une certitude : ces gens-là, je voulais tous les connaître.

Par la suite, j’ai revu Adrien au 33 Comedy, puis au Beach et dans de nombreux autres lieux. Je l’ai vu proposer ses premiers showcases, inviter Cyril Hives à ouvrir son premier spectacle d’une heure. Je ne savais pas que j’allais créer mon site, puis parler de son premier spectacle et le convier à une interview.

Interview Adrien Montowski – « Je suis l’outsider du stand-up »

Cette rencontre quasi-hypnotique n’était donc pas un hasard, finalement…

Crédits photo

© Marcela Barrios / Hans Lucas

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Rétro spot 3/3 - Comment j’ai rencontré Adrien Montowski [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => montowski-adrien-rencontre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 17:51:55 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 16:51:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9436 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 9432 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-19 15:18:00 [post_date_gmt] => 2020-03-19 14:18:00 [post_content] =>

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le second épisode revient sur ma rencontre avec Marion Mezadorian… Bonne lecture !


Mon premier festival comique

Pour faire émerger les artistes et me permettre de les découvrir, des personnes remuent ciel et terre. Certaines soirées, comme le Festival d’Humour de Paris (FUP), leur offrent une tribune assez tôt dans leur carrière. Derrière ces projecteurs, vous découvrez une femme très respectée dans le milieu : Antoinette Colin.

Lorsque j’ai entendu parler d’elle pour la première fois, j’imaginais une personne âgée – dans ma famille, l’Antoinette que je connais est arrière-grand-mère. Inévitablement, j’étais surprise de découvrir une femme qui n’avait pas encore 40 ans lors du premier FUP. Elle se qualifie d’autodidacte, ce qui me parle énormément. Je préfère même ce type de success stories à une ascension avec la lutte des classes comme toile de fond. Plus concret, moins romanesque.

Antoinette Colin voit de nombreux jeunes humoristes passer. Elle organise régulièrement les auditions du Point Virgule, le théâtre dont elle assure la direction artistique. Sélectionner les artistes, c’est prendre position. Au départ, je trouvais très déroutant de décider qui est bon artiste et qui ne l’est pas. L’analyse des sports de haut niveau me permet d’avoir du concret : des chiffres, des chronomètres, des résultats.

Ici, la part de subjectivité est indéniable. L’artiste est une machine qui oscille entre charme et névroses ou petits travers mignons, sans oublier son ego qui fera toujours parler. Lorsque j’assiste au Trempoint, le plateau d’humour du Point Virgule, je vois le résultat de cette sélection. Le Trempoint n’est pas à la pointe des talents humour : aucun lieu ne peut s’en vanter, à mon sens. La différence, c’est la précision des retours d’Antoinette Colin, celle qui construit sa renommée dans le milieu.

2017 : quand Antoinette Colin attendait de voir Marion Mezadorian révéler son potentiel

Cela étant dit, il existe un cas où j’aurais aimé qu’elle aille plus loin. Dans une vidéo promotionnelle de la tournée du Point Virgule, le Point Virgule on the Road, elle parle de Marion Mezadorian. Un peu gênée, elle parle des différences de niveaux entre les jeunes artistes qu’elle promeut. En coulisses, on murmure qu’elle a eu un coup de cœur pour Jean-Philippe de Tinguy, quitte à le propulser trop tôt sur les planches du Point Virgule. C’est une opinion que je rapporte, elle n’est pas mienne.

A contrario, elle résiste face à la machine de guerre motivationnelle qu’est Marion Mezadorian. Pour ces deux-là, je rêve de connaître les mécanismes qui ont forgé son opinion. Marion aimait profondément cette salle et nourrissait une véritable envie d’y jouer. Pour autant, elle n’a pas décroché de showcase.

Sur le même plan, Solène Rossignol a obtenu ce même dû un peu plus tard malgré une expérience bien moindre. Bien sûr, le talent de Solène est certain et a évolué dans le bon sens, mais j’aurais dit que c’est un peu tôt. Comme je ne comprends pas le succès de certains humoristes – même lorsque je constate que les salles s’abandonnent au rire. Je m’avoue vaincue, en réalité, face à ce qui pousse les producteurs à sélectionner des talents. Je ne parle même pas de ceux qui plagient, je n’ai aucune clémence pour ce type de passe-droit.

Marion Mezadorian, Antoinette Colin : une question de feeling

En synthèse, ce qui me lie à Antoinette Colin, c’est cet intérêt pour le feeling. En effet, considérer la subjectivité comme inévitable force à trancher et se dévoiler dans ses préférences. Le spectacle vivant a, en quelque sorte, permis à mes émotions de revenir en tête d’affiche. Plus jeune, je les voyais comme une faiblesse que je voulais cacher à tout prix. Aujourd’hui, elles me servent de guide. Depuis que je traîne dans ces milieux-là, j’ose pleurer au cinéma ou devant un bon film, rire aux éclats et ne plus me juger pour ça.

En matière de ressenti, Marion Mezadorian est bouleversante. J’ignore si elle fera le spectacle le plus grandiose ou si elle donnera la réplique la plus marquante dans les dix ans à venir. Je connais, en revanche, la singularité de cette personne. J’aime son optimisme véritablement sincère et jamais larmoyant, sa finesse d’esprit et sa capacité à ne pas se prendre la tête.

J’admire sa capacité à toujours paraître d’humeur impeccable, à aider son prochain à tout instant. Elle confie ses angoisses après coup, mais je peine toujours à y croire. Parfois touchée, jamais abattue : oui, elle me fascine, et je n’ai pas honte de le dire – je pourrais hurler cela à Jean-Jacques Bourdin sur RMC, si j’étais un homme politique, bien entendu. Et depuis, elle est devenue vraiment plus forte. Si bien qu’Antoinette Colin confiait sa fierté lors de la première de Pépites au Point Virgule. Le rêve de Marion s’exauçait, et c’était diablement mérité.

Retour en 2017

Au FUP, Marion Mezadorian avait très peur. Sur scène, le public n’a pas pu le voir : le sourire et le texte étaient là. Le problème, c’était son retour en coulisses où elle a lâché quelques mots pour confier son stress. Son micro n’était pas encore coupé : rire général. Pour moi, c’est l’un des moments les plus généreux et authentiques que j’ai pu vivre dans un théâtre, le fait de voir une personne se surpasser pour réaliser ce qu’elle souhaite, avec un mélange parfait entre force et fragilité.

Marion n’a pas obtenu de prix ce soir-là, mais elle a certainement retenu mon attention. Immédiatement après, Radio Nova l’invitait pour le dernier numéro en date de Lève-toi en vanne. J’ai évidemment revu le même numéro, mais avec une proximité bien différente. L’image de sa micro-interaction sur « l’astuce pour repérer les céli-bâtards » reste gravée dans ma mémoire. Elle désigne tour-à-tour chaque femme dans le public avec son auriculaire. Au-delà de ça, il y a son regard toujours chaleureux qui nous emmène dans son univers.

Encore une fois, je me suis sentie pleinement dans le spectacle. Cela ressemble à une sorte de flatterie qui vous ferait rougir malgré vous d’être au centre de l’action, un court instant. Pendant une milliseconde, vous vous retrouvez à avoir envie d’être en haut de l’affiche – pas parce que vous en avez envie, mais parce que vous avez envie d’être la star de votre existence. Une sorte de développement personnel sans lire de livres et se faire arnaquer par quelques gourous. Dans ce moment, tout est vrai, et c’est aussi jouissif qu’addictif.

Les premiers pas des Pépites de Marion Mezadorian

Quelques mois passent avant que j’achète un billet pour son spectacle. Elle joue alors à la Comédie des 3 Bornes, un lieu auquel je suis attachée même si on est plutôt mal assis. Je retrouve son optimisme dès les premières secondes. Elle manie un humour assez léger, une belle écriture et surtout une capacité à vous émouvoir aux larmes.

Le spectacle vivant vous fait beaucoup moins vivre cela que le cinéma. Au cinéma, tout est orchestré pour vous faire pleurer. Au théâtre, les artistes se donnent pour être vrais. Ils ne répondent pas à un cahier des charges aussi normé que le 7e art. Il existe beaucoup plus de cinéphiles que de chroniqueurs de spectacle vivant.

Cela ne signifie pas que l’art est moins noble. En réalité, le spectacle vivant est toujours différent d’une soirée à l’autre. Il se nourrit des émotions avec le public à l’instant T, sans calcul et mois de montage. C’est l’affaire d’une poignée de personnes : la personne en régie, le metteur en scène ou encore les coauteurs. Et bien sûr, du spectateur, qui cherche à s’évader de son quotidien.

Une parenthèse d’émotion

Avec tout ça, Marion Mezadorian arrive à en faire pleurer pas mal, des spectateurs. Pour ma part, j’étais encore en mesure de résister, mais sa manière d’incarner sa grand-mère qui parle d’amour m’a véritablement troublée la première fois. En fin de spectacle, elle promet de saluer le public à la sortie. La dévotion qu’elle met dans ce moment est telle que je n’ai pas vu d’équivalent. Elle vous accueille à bras ouverts, encore une fois sans trop en faire. Depuis, nous sommes devenues amies et chacune d’entre nous arrive à se confier tout en écoutant l’autre. Elle m’a beaucoup appris, notamment à prendre du recul sur mes émotions et à croire en moi. C’est naturellement à elle que j’ai confié en premier ma volonté d’écrire sur l’humour.

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Rétro spot 2/3 - Comment j’ai rencontré Marion Mezadorian [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mezadorian-marion-antoinette-colin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 17:52:19 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 16:52:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9432 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 9421 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-18 21:10:22 [post_date_gmt] => 2020-03-18 20:10:22 [post_content] =>

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le premier épisode revient sur ma rencontre avec le 33 comedy… Bonne lecture !


Ma première grange comique

En 2016, le 33 Comedy Club accueille l’une des soirées humour qui va devenir culte. C’est là que j’y rencontre les trois résidents du plateau. Les résidents, ce sont les humoristes qui jouent de manière récurrente sur la même scène de stand-up. Dans ce cas-ci, ce sont les créateurs et organisateurs des soirées. Toujours dans le 2e arrondissement, ils permettent à trois têtes d’affiche de leur montrer la voie.

Leur musique officielle est celle utilisée pour la série La fête à la maison. Elle faisait fureur dans les années 1990 et me comptait parmi ses spectateurs fidèles. Le titre de cette série fait écho à cette soirée, pour moi, car je m’y sens littéralement chez moi. Ce sentiment est généralement partagé par les humoristes, qui passent généralement un bon moment dans cette cave. Le mot « cave » avait, pour moi, une connotation un peu négative avant… qui aurait cru que m’y engouffrer si souvent conditionnerait mon bonheur de jeune adulte ?

À la rencontre des résidents

Très complémentaires, les organisateurs de la soirée m’ont vite acceptée à bras ouverts.

Jean-Patrick et son bonnet de lapin

Jean-Patrick m’a tout de suite fait rire avec son bonnet de lapin et sa présence étrange. J’étais très attirée par toutes les bizarreries du stand-up. Plus un humoriste jouait avec les névroses, plus je l’aimais. Sous ses airs de séducteur comique se cache une personne qui a une vraie analyse sur le monde qui l’entoure. Sa personnalité vaut le détour. Il ne se conforme pas vraiment à un idéal comique américain, contrairement à nombre de ses collègues. Son univers ne transparaît pas au premier coup d’œil, mais je sens chez lui quelque chose de vraiment positif.

Antek et ses lunettes rouges

Antek, c’est l’optimiste de la bande. Avec ses lunettes rouges et son sourire permanent, il accueille le public avec beaucoup d’enthousiasme. Cela fait de lui le meilleur des trois pour lancer les soirées. Sur scène comme dans la vie, il est très bienveillant avec ceux qui l’entourent. Également, il pousse les autres à s’améliorer et se dévoiler. Je l’ai découvert au fil des mois sur le plateau du 33 Comedy, mais pas seulement. À la Grange, il enregistrait son émission de radio avec les moyens du bord, toujours au même endroit. Il proposait d’y assister, et j’ai toujours été la seule personne du public.

C’est dans ce cadre que j’ai commencé à dialoguer avec les acteurs du stand-up. Parfois, ils m’interrogeaient même pendant l’émission, mais ma peur du micro faisait que je le maintenais loin de moi. Souvent, Mathias Fudala me tenait le micro pour sauver les meubles. Il assurait les chroniques ciné et qui allait reprendre le show quelques mois plus tard. C’est lourd, quand même, ce micro…

Ghislain et son harmonica

Ghislain, enfin, c’est l’humoriste qui se révèle le plus des trois. Pourtant, il n’a pas atteint le stade de proposer un spectacle au public (ce sera pour plus tard). Il peut faire rire en manipulant un harmonica comme un débutant. Sa force réside dans un personnage de scène « connard » (sic !) muri au fil des semaines. Et ça marche : cette facette cache une véritable sensibilité, palpable, et une facilité à rire avec les autres peu commune.

Quand Ghislain part en fou rire, c’est incontrôlable. Comme il fume pas mal, il a souvent une quinte de toux associée. C’est un peu lui qui a pris son envol grâce à un podcast inclassable, Sympa la vie. Chaque lundi matin, lui et Paul Dechavanne ont diverti les humoristes et le public. Grâce à ce podcast, il peut jouer un peu partout dans Paris et son style d’humour est clairement identifié.

33 Comedy : premier QG du rire

Au fil des mois, mon attachement au 33 Comedy s’affirme. Après un peu plus d’un an, je passe du côté des loges. Je n’ai plus à rester dans la salle où le public se tient. Cela me comble grandement. Faire la queue 30 minutes pour être assis avec tout le monde, ce n’est pas pareil que d’être en coulisses ! Je veux tout savoir sur ces âmes comiques qui me fascinent et qui me font lever le matin… Paradoxal, puisque je les vois le soir… Mais mon travail est un gagne-pain pour profiter après coup avec ceux qui vont devenir incontournables dans mon existence.

Même lorsque je me situais dans le public, je ramenais le plus de connaissances possibles. Parfois, ils ne se connaissaient pas, comme lorsque j’ai invité un rencard d’une application mobile que je n’utilise plus depuis. Petit à petit, je me sépare ainsi de mes connaissances passées. Je comprends en effet qu’elles ne sont pas viables sur le long terme. Souvent, elles s’intéressent à moi pour les mauvaises raisons. Leur intérêt n’est donc pas aussi sincère que le mien pour les humoristes. Elles veulent me parler de leurs problèmes, cracher sur un ancien patron commun… Ou essayer de me draguer en misant sur ma solitude qui deviendrait désespoir.

D’un cercle social à l’autre

Ainsi, rencontrer tant de nouvelles têtes de l’humour m’a permis de faire le ménage mais, paradoxalement, m’a isolé. Leur tempérament et le mien sont solitaires. De plus, beaucoup semblent avoir besoin de moments où ils se sentent aimés et entourés. On doit véritablement connecter sur ce point.

Pour la première fois, avec le 33 Comedy, je me suis sentie accueillie à Paris. Quelque chose sépare les bandes déjà établies des nouveaux venus. Pourtant, là-bas, je peux passer du temps avec les humoristes sans être toisée. Même l’expérience de commande de boissons au bar ne me semble plus traumatisante. Le personnel me connaît, me demande si ça va – ça change tout.

Trouver ma place : le 33 Comedy conditionnera la suite

Au fil des semaines, je commence à m’affirmer dans l’espace. Je pense d’abord gêner les humoristes en ne sachant pas où me mettre en loges. Puis, je réussis à me lever, comme eux. Je me fraye un chemin pour voir le spectacle. Ainsi, je ne perds pas une miette des infos croustillantes balancées en coulisses. Je veux tout savoir et connaitre le plus de gens possible, pour qu’ils me considèrent comme une des leurs. Encore ce fichu besoin d’appartenance… Or, sans lui, je n’écrirais sûrement pas pour eux. Cette motivation intrinsèque se joue sûrement à ce niveau-là. En m’acceptant et me confiant les secrets du milieu, ils me font gagner en confiance.

Un soir, l’humoriste Certe Mathurin m’a même dit que j’avais changé : je n’étais plus voutée, comme dans les débuts. Il faut dire que parmi les humoristes, parfois introvertis, on se sent moins seul dans ses névroses. On se rend compte que tout le monde est fou. De nombreuses personnes, dans les milieux artistiques, citent le tweet de Ricky Gervais. En somme, il conseille de ne pas trop s’inquiéter parce que personne ne sait vraiment ce qu’il fait. Tout le monde est perdu, et les humoristes savent en rire et permettent souvent d’aller de l’avant. Après une dure journée de travail, se retrouver dans un plateau comme le 33 Comedy est inévitablement salvateur. Cela confère un peu de bonheur aux citadins stressés qui s’engouffrent dans les caves comme celle de la Grange.

[post_title] => Rétro spot 1/3 - Comment j’ai rencontré le 33 Comedy [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 33-comedy-rencontre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 16:47:52 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 15:47:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9421 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 9379 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-17 19:13:43 [post_date_gmt] => 2020-03-17 18:13:43 [post_content] =>

Ces derniers mois, nous avons assisté aux spectacles de Josquin Chapatte et Jack Line. Ces deux humoristes atypiques ne nous ont pas permis d’écrire de critiques à proprement parler. Pourquoi certains spectacles ne se racontent-ils pas encore ? Et l’exercice de la critique est-il le bon pour parler de ces artistes ?

Jack Line et Josquin Chapatte : ne les mettez pas dans des cases !

Jack Line est un humoriste surréaliste, qui veut nettement se distinguer du reste du monde. Tout est particulier dans son humour, même si vous retrouvez des éléments auxquels vous raccrocher. Ce qu’on appelle un OVNI de l’humour utilise les mêmes procédés comiques, mais il le fait autrement.

Jack Line : des ressorts comiques reconnaissables, mais transformés pour une originalité inégalée

Commencer un spectacle par une lecture de la biographie de Mike Tyson, hacker les blagues de Toto et proposer une ambiance poétique… Tous ces ressorts participent à créer quelque chose de différent. Mais la qualité suit-elle ?

Lorsque la proposition artistique est audacieuse, elle est plus difficilement accessible. Elle ne se consomme pas comme un hamburger dans votre fast-food de quartier. Elle est nébuleuse, insaisissable… Parfois, certains trouveront cela aussi inutile que l’art contemporain, tandis que d’autres s’extasieront devant tant d’audace.

Josquin Chapatte : quelques fulgurances, un pas de côté dans l’humour qui déroute parfois

Josquin Chapatte avait un spectacle qui s’appelait Femme qui rit il y a encore quelques mois. Cela, couplé à une affiche peu engageante, donnait envie de tourner les talons.

Mais Josquin a changé de fusil d’épaule. Il a mis en avant son côté « professeur » et dégainé un titre qui n’avait rien à voir. Il est donc passé d’un titre à sonorités beauf à « Les enseignements aléatoires et incongrus du professeur Mass ». Ce n’est plus un virage à 180°, ce sont toutes les figures du jeu Coolboarders 3 combinées ! Oui, en cette période de confinement, les références vont être obscures…

Revenons à notre sujet. Alexis le Rossignol contribue à la mise en scène, et ça se ressent un peu dans la performance. Dans ce spectacle, il y a de tout : des chorégraphies, des jeux de mots audacieux sur des airs de samba et un rapport de séduction perturbant avec le public. C’est bizarre, parfois brillant, parfois plus compliqué à suivre… En somme, le spectateur vit une expérience très peu commune.

La critique traditionnelle meurt sous ces performances artistiques

Comment juger ? Aucune idée. Recommanderais-je ces spectacles à un ami ? Pas n’importe lequel, sans doute. Encore que… Je reste indécise. Rien à voir en apparence, dans quelques jours, vous pourrez écouter l’épisode du podcast Sur un plateau consacré aux blogs sur l’humour. Tristan Lucas a eu la gentillesse de nous y convier avec un expert ès critique humoristique, Criticomique.

Avant de vous en parler en détail dans un prochain article, sachez que pour moi, critiquer Jack Line et Josquin Chapatte n’est pas évident.

Il n’y a parfois pas de mot assez juste pour rendre compte de telles expériences. Est-ce bon ou mauvais ? Personne ne peut l’affirmer avec certitude, et cela me pose problème. Comment trancher ? Distinguer le chef d’œuvre d’un raté ? Je caricature, mais là, je trouve que vous êtes les mieux placés pour décider.

La meilleure manière de vivre ces spectacles, c’est de prendre la responsabilité d’aller les voir. Établir un contrat de confiance entre vous et l’artiste qui vous livre le pitch de son spectacle. Laissez-vous tenter, venez sans arrière-pensée et vous serez surpris d’adorer ! L’histoire dira si vous aimerez l’ensemble ou quelques perles disséminées ici et là…

Soyez courageux, audacieux dans vos choix : ils vous le rendront, et vous donnerez un signal fort à l’industrie. Oui, on peut être clivant et iconoclaste en humour, il y a un public pour cela. Vous serez à la hauteur de l’enjeu, et ces artistes atypiques s’élèveront avec votre curiosité. Merci de les soutenir, et rendez-leur rapidement visite après le confinement !

[post_title] => Jack Line et Josquin Chapatte : ça ne se raconte pas (encore) [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => josquin-chapatte-jack-line-critique-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-20 12:53:17 [post_modified_gmt] => 2020-03-20 11:53:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9379 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 8522 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-31 19:10:13 [post_date_gmt] => 2020-01-31 18:10:13 [post_content] =>

La programmation humour des salles de spectacles passe par différents canaux. Outre le bouche-à-oreille, les théâtres draguent les comiques sur le web et les réseaux sociaux. On vous présente deux nouveaux acteurs avant de reprendre les bases sur le processus de sélection.

L’Antre Acte Théâtre : une programmation humour dans un lieu de magie

L’Antre Acte Théâtre : photo de la salle

L’Antre Acte Théâtre, théâtre associé à l’Antre Magique, nous a écrit pour relayer leur volonté de diversifier leur programmation. Si on vous en parle, c’est parce que les autres théâtres ne font pas cet effort de prospection directement en passant par nous.

Pour quels spectacles ?

Mélodie Gambin, qui s’occupe de la programmation, ne précise pas de genre spécifique. One-man/woman show, pièces de théâtre avec peu de décors, seul en scène (chansons, poésies...), stand-up — la liste est plutôt exhaustive !

Si cela vous intéresse, écrivez au théâtre ! Joignez une description du projet et un lien vers une bande démo vidéo si vous souhaitez être programmé.

L’Antre Acte Théâtre - Infos pratiques

L’Antre Acte Théâtre se situe au 50 rue Saint-Georges (M12 - Saint-Georges).

Salle climatisée de 49 places en gradins. Caractéristiques :

  • Un plateau de 3,50 x 2,50 m
  • Régie son et lumière
  • Rétroprojecteur et écran
  • Possibilités de captation vidéo de votre show par des caméras 4K
  • Loge avec douche et WC séparés

Communiquer par les réseaux sociaux pour sa programmation humour, le choix du Théâtre Pixel

Le Théâtre Pixel n’a pas été jusqu’à nous écrire… Mais cette salle de 40 places a utilisé Facebook pour rechercher des spectacles. À titre d’exemple, Brahms y a joué en janvier. Actuellement, la programmation est variée, assez éclectique et destinée à tous types de publics.

Et avant, c’était un magasin de motos Harley Davidson. On verra si le théâtre incite autant au voyage et à la liberté que le lieu précédent…

Programmation humour : l’identité des théâtres en ligne de mire

Avant de vous laisser, sachez que les théâtres sont nombreux à Paris. La location de salle, c’est rentable… Pour mettre toutes les chances de votre côté, renseignez-vous sur le théâtre et son exigence de programmation.

Le quartier de l’Antre Acte théâtre vous dit sûrement quelque chose. En effet, il se trouve à proximité de la Petite Loge, une institution pour les nouveaux spectacles d’humour… Si ce théâtre est aussi réputé, c’est parce que son identité et son positionnement sont clairs. Aucune ambiguïté : on rode des premiers spectacles, et on passe des auditions face à des comédiennes exigeantes.

[post_title] => Programmation humour : opération séduction des théâtres [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => programmation-humour-theatre-spectacles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-02-03 17:36:27 [post_modified_gmt] => 2020-02-03 16:36:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8522 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 8076 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-08 11:30:09 [post_date_gmt] => 2020-01-08 10:30:09 [post_content] =>

Comme vous le savez, Thomas Wiesel joue au Point Virgule en janvier en dépit des grèves. L’humoriste suisse est aussi disponible pour les médias qui souhaitent le rencontrer. Assez motivée sur le principe, j’ai finalement décidé de laisser passer l’opportunité : voici pourquoi.

Internet sait déjà beaucoup sur Thomas Wiesel, une interview en plus ne vous apprendrait rien

Vous voulez tout connaître de Thomas Wiesel ? Oui, il vous suffit juste de cliquer sur la phrase : la Radio Télévision Suisse lui a posé des questions d’année en année. Cuisiné de toutes parts, il est donc passé « sur le grill » le 11 août 2013, par exemple.

C’est aussi en 2013 qu’il improvisait un stand-up devant Michel Boujenah. Je dois vous confesser que cette interview et ce passage stand-up, je les ai déjà regardés plusieurs fois.

Sept ans plus tard, voici ce qui sort des ondes côté français.

J’ai épluché internet en long et en large, même si YouTube m’a encore trouvé une interview complètement inutile du lausannois avant un match de foot, dans des tribunes. Même ça, je l’ai vu. Et le pire, c’est que je regardais des vidéos archives de Blaise Bersinger, qui est une autre personne. Je vous jure, j’ai rencontré les deux… Tout ça pour dire que YouTube avait encore de la ressource.

Une liste de questions hypothétique

Tout de même, Thomas Wiesel me rend curieuse, suffisamment pour trouver 12 questions. Alors, creusons-nous la tête. À un moment donné, j’aurais probablement voulu savoir…

QuestionRéponse dans…
Pourquoi avoir créé le spectacle « Ça va. » ?Les gens qui doutent, Fanny Ruwet
Anticipe-t-il de passer un meilleur moment à Paris en janvier ?L’invité de la matinale, RTS
Ce qu’il peut dire de son « mentor », Nathanaël Rochat, et vice versa ?Les bras cassés, Couleur3
Comment gère-t-il l’après-scène avec les fans ? Pourquoi cela engendre-t-il du malaise ?Le spectacle (aperçu en rodage à Lyon) et Dans la tête d’un timide, RTS, et probablement d’autres
Les raisons de sa pause après avoir présenté Mauvaise Langue ?L’invité du 12h30, RTS
Comment cohabite-t-il avec ses émotions ?Le spectacle (aperçu en rodage à Lyon) et Sur les pas de Thomas Wiesel, RTS
Quel est son processus d’écriture de blagues, en général et pour un spectacle en particulier ?L’invité de la matinale, RTS (pas le même jour que le précédent)
Pourquoi sait-on autant de choses sur lui, même sur des sujets moins drôles ?L’invité de la matinale, RTS (là, c’est le même entretien que le précédent), Entre nous soit dit
Pourquoi le cadre codifié d’un spectacle humour le rassure-t-il pour s’adresser au public ?L’invité de la matinale, RTS (toujours le même entretien que le précédent)
Comment est-il devenu humoriste, l’a-t-il vu venir ?Sur les pas de Thomas Wiesel, RTS
D’où provient son intérêt pour les causes et associations, et pourquoi son engagement va plus loin qu’un simple discours ?L’invité du 12h30 et Cœur à cœur
[La question fun-légère qui justifie ma demande d’interview et mon travail préalable de fourmi.] Peut-il commenter l’expression « casanier branleur », qui a déjà servi à le définir ?Thomas Wiesel rencontre l’écrivain-cycliste Claude Marthaler (vous saurez aussi si Michel Boujenah pleure pendant l’amour)

CQFD : toutes les réponses existent déjà.

Interview de Thomas Wiesel : profite de ton temps, on sait que tu es bon

Au final, la motivation de solliciter une interview devient purement égoïste. Bloquer un comique bankable pendant une heure juste pour soi, c’est quelque chose que je peux totalement faire pour mon propre plaisir. Par contre, il faut prétendre avoir encore des questions à poser. Je ne sais pas jouer cette carte juste pour faire genre, donc je vais le laisser profiter de Paris et vous informer peut-être mieux encore sans cette entrevue. En plus, si ça déclenche nos deux timidités en simultané

Avec tout cela, vous pouvez vous forger une opinion sur Thomas Wiesel. Ça vous prendra 3 heures devant votre écran. Vous pouvez aussi vous fier à moi, qui ai déjà tout vu et mouliné. Je valide que ça donne envie d’en savoir encore plus de la personne avec ses propres mots. Le mieux, c’est de le voir en spectacle (encore une fois, on vous encourage) !

Crédits photo

© Laurent Bleuze / RTS

[post_title] => Pourquoi vous ne lirez pas d’interview de Thomas Wiesel [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => non-interview-thomas-wiesel [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-14 17:12:19 [post_modified_gmt] => 2020-12-14 16:12:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8076 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 7924 [post_author] => 10 [post_date] => 2020-01-01 15:13:50 [post_date_gmt] => 2020-01-01 14:13:50 [post_content] =>

Harlem, vous la connaissez peut-être déjà. On a vécu ses premières minutes sur scène, bien avant son passage du côté du Québec pour fouler la salle de ses rêves, le Bordel Comédie Club. Revenue à Paris depuis, elle a assisté au tournage de Génération Paname.

Le projet était assez confidentiel, et il régnait une certaine incertitude sur la diffusion effective de ce plateau d’humour sur le service public. Avant la diffusion ce soir de la première à 23h35 sur France 2 (ou sur le net jusqu’au 9 janvier), vivez cette soirée de l’intérieur, en immersion. Merci à Harlem pour son témoignage !

Des plateaux télé aux plateaux stand-up, l’aller... 

Comme pas mal d’humoristes de ma génération, avant de triper sur Louis C. K., Bill Burr ou d’autres grands noms du stand-up américain, on a tous une chose en commun. On a tous grandi avec le Jamel Comedy Club et on est tous passé par le Paname Art Café un jour. Aller/retour entre plateaux télé et plateaux d’humour, l’éternel amour... 

Avant de devenir le temple du stand-up parisien que l’on connait aujourd’hui, le Jamel Comedy Club a d’abord été une émission télé produite par Jamel Debbouze et Kader Aoun pour Canal+ en 2006. Enregistrée au Réservoir, elle a donné naissance à la 1re génération de stand-uppers français et a changé, à jamais, le visage de l’humour en France et pour beaucoup, nos vies.

Les premières idoles d’une génération

Mes préférés étaient déjà Yacine Belhousse et Blanche Gardin. Voir les 2 ensemble, c’était juste magique ! Ils m’ont tellement marquée que j’ai fini par pousser la porte du Jamel Comedy Club pour voir du stand-up en vrai.

C’est là que j’ai entendu parler du Paname pour la première fois. C’était via Shirley Souagnon et Tony Saint Laurent, croisés là bas, avec qui on a parlé écriture et jeu. 

J’étais journaliste à la télé à l’époque. J’invitais souvent des humoristes sur le plateau de Ce soir (ou jamais !). Or je rêvais déjà secrètement de quitter les plateaux télé pour faire du stand-up, moi aussi. Shirley et Tony m’ont appris que Le Paname était un peu le camp d’entraînement des humoristes de la troupe. Là où tu fais tes armes, le lieu où tu testes tes vannes sur le public. En somme, la salle est un labo, un incubateur et un révélateur de talents. Là-bas, tu t’essaies à l’art du stand-up. Ouvert par Kader Aoun, Karim Kachour et Abdé, il y a 10 ans, le lieu — j’allais l’apprendre plus tard — est le rite de passage de tout humoriste.

Génération Paname : franchir le pas

Ça m’a pris encore quelques années avant de passer enfin la porte du Paname. Ce temps de maturation est souvent nécessaire pour assumer son envie d’écrire et de faire rire. Je ne savais pas comment m’y prendre. Écrire, je l’avais toujours fait, mais jamais pour parler de moi ! Je ne savais pas quoi dire, je bloquais.

Donc, j’ai décidé d’aller voir du stand-up tous les soirs, en commençant par la salle historique du Paname, un soir de février 2018. Et la magie a opéré ! Je tombe par hasard sur Adib Alkhalidey, dont je suis fan absolue. Il arrivait de Montréal pour jouer un mois à Paris et tester ce qui allait être la base, un an plus tard, de son 30 minutes sur Netflix, consacré aux Humoristes du monde.

Rencontres inoubliables

Ce soir là, discuter avec Adib, le voir jouer… Découvrir Rédouane Bougheraba, Fadily Camara et toute la nouvelle génération de stand-uppers… Tout cela m’a libérée. J’ai ri, la base pour écrire ! Je l’avais juste oublié, en fait. Je suis rentrée chez moi, inspirée et j’ai écrit mon premier 5 minutes. J’ai pu le tester au Paname, peu de temps après et il m’a conduit à Montréal, 6 mois plus tard au Bordel Comédie Club, sur la trace de mon idole québécoise, où je retourne jouer chaque fois que je le peux. Là bas le rire est une industrie, super pro et le niveau est très haut, c’est hyper stimulant. 

Je suis, depuis, une fidèle du Paname. J’y viens autant pour voir le meilleur du stand-up, qu’y faire mes classes d’humoriste, moi aussi. J’y teste régulièrement mes textes. Je fais un peu moi aussi partie de cette Génération Paname. Il m’est arrivé de partager le Labo du rire, l’open mic du Paname avec Fary, venu tester son nouveau stock. Avant qu’il n’ouvre son lieu, en novembre dernier, Madame Sarfati comme Shirley, un mois avant lui avec son Barbès Comedy Club

Des plateaux stand-up aux plateaux télé, le retour... 

Aujourd’hui les clubs se multiplient en France et plus seulement à Paris, les Québécois viennent jouer à Paris. Le stand-up est partout, jusqu’à la télé sur France 2.

Ce soir, mercredi 1er janvier, à 23h35 on pourra voir la première émission de Génération Paname. Consacrée aux talents confirmés du lieu, elle met en lumière les grands de l’humour d’aujourd’hui et demain. J’étais là, le 6 novembre dernier, le soir de l’enregistrement des 2 premiers volets de la série, comme 70 fidèles. Et on nous a gâtés. 

Le Paname a fait peau neuve : exit la cave, la scène du Paname telle qu’on l’a toujours connue. « Le repaire de Batman » comme l’appelle Kader Aoun, qui a pris le temps de répondre à mes questions. On a eu droit à une toute nouvelle scénographie et à un dispositif exceptionnel pour la captation. Lumières tamisées, fresque murale de toute beauté est signée Stéphane Malka. Il revisite les codes du stand-up US classique avec son mur de briques tout en l’éclatant et l’éclairant de néons. « La nouvelle scène fait partie intégrante du Paname aujourd’hui, on l’utilise régulièrement ». La cave reste également : « Pas de Paname sans la cave »

Génération Paname, c’est quoi ?

« C’est une émission de stand-up classique, avec Mathieu Madénian en MC » pour animer un show de plus d’une heure. « 70 minutes, exactement », précise Kader. Sur scène, on retrouve les figures emblématiques et les plus prometteuses de la salle. Au total, 10 humoristes se succèdent par émission. Parmi eux figurent Norman, Djimo, Ahmed Sparrow, Marie Réno, Pierre Thevenoux, AZ, Redouane Bougheraba et Lenny M’Bunga, entre autres. 

« J’ai l’impression que ça s’est presque déroulé comme une soirée habituelle au Paname. La plupart des artistes sont tellement rodés à l’exercice que ça s’est fait très naturellement et dans une ambiance très détendue », confie Kader. C’est vrai, on a oublié que la télé était là. Pas de caméras dérangeantes, pas de problème technique. Tout a été fait dans les conditions du direct, avec de rares re-takes. 

Des générations du rire qui se croisent sans cesse

C’est marrant la vie, avant j’étais journaliste à France Télévisions. Mathieu Madénian assurait la voix-off d’Un gars, une fille, il y a 15 ans. Aujourd’hui, le voilà présentateur pour France 2 et moi, jeune humoriste. J’ai fait ma première scène sous les yeux de Yacine Belhousse que j’adorais ! Le plus drôle ? Sans le savoir, ce soir-là, j’allais côtoyer les personnes avec qui j’ai travaillé à la télé des années auparavant... 

L’émission, produite par Kader Aoun Productions est née « à l’origine, quand Michel Field (actuellement, directeur de la culture et des spectacles vivants de France Télévision) est venu un soir au Paname, accompagné de ses 2 collaboratrices Solène Saint-Gilles (responsable des émissions culturelles) et Sonia Djalali (coordinatrice éditoriale) », m’apprend Kader. « Ils ont été conquis par le ton des spectacles et par l’esprit du lieu et m’ont proposé d’en faire une émission de télé ».

Le monde est petit !

Solène Saint-Gilles était ma conseillère de programme sur Ce soir (ou jamais !). Elle avait tenu à me rencontrer quand Frédéric Taddeï m’a choisi comme nouvelle journaliste de l’émission. Nous avons travaillé ensemble avec plaisir, elle est jeune, brillante et curieuse et c’est tant mieux pour France 2. La réalisation soignée de l’émission est aussi signée par un vieil ami de la télévision, Thierry Gautier, à la tête de Gautier & Leduc avec Sylvain Leduc, également chef monteur de l’émission.

« Le générique est concocté par Ilan Cohen. Nous avons tourné 2 émissions pour l’instant, nous serions ravis d’en produire de nouvelles ». On ne sait donc pas pas encore s’il est question d’une suite « Inch’Allah », confie Kader. En scène comme à la télé, c’est donc au public de décider du succès de Génération Paname. Pour ce faire, rendez-vous ce soir à 23h35 sur France 2 ou dès maintenant sur le site de France TV.

— Dalila Abdi, Harlem sur scène

[post_title] => Témoignage - Harlem était à Génération Paname [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => generation-paname-temoignage-harlem [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:24:20 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:24:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 7559 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-05 14:51:20 [post_date_gmt] => 2019-12-05 13:51:20 [post_content] =>

Aujourd’hui, je devais vous parler d’un (mauvais) spectacle pour lequel j’ai reçu une invitation presse. Au final, je vais vous parler du doute et épargner ce comédien qui est étrangement produit… Oui, si j’avais les rênes, je mettrai mon argent ailleurs, mais ce n’est pas le sujet !

Doute sur les ondes et dans les salles

Ce spectacle, je ne l’ai pas trouvé à mon goût. J’avais perdu mon temps, mais je m’en doutais. Je me disais : « comment aurais-je pu occuper mon temps à meilleur escient ? », ce qui revient à répondre à la question qui nous taraude tous en ce moment.

Yacine Nemra, l’une de nos dernières découvertes humour, signait la même semaine un magnifique papier sur le doute (ou le fait de le cacher) sur Couleur3. Vous pouvez le réécouter ici :

La même semaine, j’entendais de nombreux humoristes autour de moi douter. Comment s’améliorer, saisir les bonnes opportunités et trouver ma place dans ce milieu de fous ? Quand on pense à ces questions, il est si simple de baisser les bras. Choisir l’artistique, c’est subir les interrogations constantes, voir tant d’autres avoir l’air de vivre leur meilleure vie… Et ne pas comprendre comment on en arrive là !

Et on s’oublie même un peu, on néglige ses contacts ou son bien-être, parce qu’il faut toujours prouver sa valeur jour après jour. Aussi, on regarde des gens qu’on trouve peu ou pas talentueux prendre des raccourcis, comme dans un Mario Kart bien réel.

Accepter d’être perdu pour créer et se réinventer ? Jette donc ce pamphlet de développement personnel…

Je croisais un humoriste, cette fois pas produit ou entouré d’une équipe, mais sérieusement en proie au doute. Il avait l’air dépité, à mille lieues de ce qu’il propose sur scène avec si peu d’expérience.

Pour tout vous dire, je comprends tout à fait ce qu’il traverse. Au final, je fais comme ces jeunes artistes : je débarque encore dans ce milieu, et j’expérimente la même impatience. On a passé deux-trois bonnes premières années ensemble, en proposant des critiques et articles par instinct. Même le choix de mes spectacles se joue à l’instinct, à l’affect ou l’émotionnel.

La vérité, c’est que la quête de légitimité est un combat de tous les jours. Les professionnels établis, j’ai pu les croiser ou les observer parfois de près. Ils ont la trouille. Cette année, j’ai compris que tout le monde était fragile dans ce milieu, surtout ceux qui roulaient le plus des mécaniques.

Loin de m’en réjouir, je me demande pourquoi les choses ne sont pas plus simples. J’ai aussi trouvé un programme régional signé France 3 : Les nouveaux talents du rire. Dedans, je connaissais surtout Thibaud Agoston et certains autres noms m’étaient familiers.

La si difficile vulgarisation des talents

Vous vous rappelez de cette critique de spectacle que je ne vous ferai pas ? L’artiste en question a, selon moi, le profil parfait pour exporter son spectacle. C’est bien présenté et mis en scène : le marketing est solide, la proposition artistique extrêmement claire pour le spectateur. Vous voyez les blagues arriver bien avant, vous êtes dans une zone de confort car vous avez vu ça mille fois.

Le contraste est saisissant avec mon expérience : j’enrage quand je vois ça. Tout comme j’enrage quand je vois la manière dont France 3 présente les humoristes : par des clichés ou des ficelles faciles. On n’est pas passé loin du classique : « Peut-on rire de tout ? », alors que la question de base, c’était : « Qui sont les nouveaux talents du rire ? ».

Je doute qu’on localise les nouveaux talents du rire

J’ai une idée précise et vague du visage des nouveaux talents du rire. Précise d’abord, car je comprends ce que je cherche. L’originalité, le petit truc en plus qui m’embarque, la sincérité dans la proposition artistique. Quand j’y pense, il y a aussi une certaine humilité face à l’exercice, qui laisse échapper une forte envie d’apprendre.

Vague ensuite, car l’offre est si dense que la résumer est une tâche drastique. C’est pourtant la mission du spot du rire, parce que j’aime me compliquer la vie, sans doute ?

Finalement, choisir les nouveaux talents du rire revient-il à faire confiance à une poignée de professionnels ? Ceux qui vont voir les spectacles et consacrent leur temps à une poignée de personnes ? Et on les découvrirait cinq par cinq, dans les méandres des plateformes de vidéo à la demande, les rediffusions télévisées ou radio, YouTube ? On n’a à peine le temps de se poser la question qu’une vidéo virale de discours politique ou féministe dévie notre cheminement de pensée.

Bref, je doute qu’on localise les nouveaux talents du rire, car on se heurte toujours au même problème. L’humour est subjectif. Et ça ne va pas aller en s’arrangeant. Les algorithmes nous éloignent déjà des artistes, alors qu’on cherche encore plus à ajouter de la personnalisation ou de l’intelligence artificielle dans la recette.

Vous reprendrez bien un peu de hasard ? Tout est une question de confiance

Parfois, je suis nostalgique de cette époque où je ne connaissais personne. Cet œil neuf était prêt à se perdre dans n’importe quelle salle de spectacle ! Axel Cormont, le Théâtre le Bout… Personne ne me l’a suggéré : j’ai tout lu sur un site de billetterie bien connu. Comprenez toutes les descriptions de spectacles, les fiches et même les avis spectateurs.

J’ai donné du temps aux artistes pour les découvrir, et ils me l’ont rendu au centuple derrière le micro et sous les projecteurs. Aujourd’hui, je vendrais ma confiance les yeux fermés à certains lieux ou artistes. D’autres n’auront pas ma clémence… Pour garder l’œil ouvert sur certains talents, il me reste tout de même une arme secrète : le bouche-à-oreille.

Le bouche-à-oreille est magique : là où vous ne saviez pas si un spectacle vous plairait, vous pouvez vous tourner vers une connaissance. Comme cette personne vous connaît, et si elle a vu le spectacle que vous voulez voir, vous allez y aller en levant vos freins habituels.

En résumé, le bouche-à-oreille continue de marcher, parce qu’on lui fait bien plus confiance qu’à un marketing bien ficelé. Vous pouvez pondre tous les mots que vous voulez, vous ne parlerez jamais aux plus hermétiques des publics…

La recette du succès artistique n’existe pas

Depuis plusieurs mois, Inès Reg ferait donc sensation grâce à « une vidéo » ? Comme d’habitude, c’est la partie émergée de l’iceberg que vous connaissez. Vous n’avez pas vu les multiples scènes ouvertes du Jamel Comedy Club, ou les premières scènes, ou les premiers doutes !

Je crois qu’il faut simplement accepter de laisser la place au doute et au hasard. Faire de son mieux tous les jours, se ménager quand on sature ou qu’on ne le sent pas… Et profiter de ces moments où on n’est pas là où on veut être (95 % du temps, sans doute) pour souffler et repartir avec l’insouciance du désespoir. Désolée si ça sonne « développement personnel », on commence tous à être intoxiqués par cette folie d’optimisation humaine.

[post_title] => Le doute de l’artiste : chronique à toutes fins utiles [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => doute-milieu-artistique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:01 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7559 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 7535 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-01 11:15:21 [post_date_gmt] => 2019-12-01 10:15:21 [post_content] =>

Le Laugh Steady Crew propose certains week-ends un stage de clown animé par Hervé Langlois. Thierno Thioune, metteur en scène de la troupe, n’est apparemment jamais bien loin. Même par SMS, il parvient en effet à chapeauter ces instants où les futurs comiques parfont leur art. On a pu assister à l’une des séances, et c’était particulier.

Stage de clown d’Hervé Langlois : les artistes et le reste du monde

Autant, j’étais très curieuse de voir ce qui allait se passer. Mais j’étais assez mal à l’aise et j’espérais qu’on allait m’oublier. J’ai décidé de me caler tout au fond de la salle, mais le formateur avait les yeux partout. « Elle vient pas, celle-là ? »

Non, vraiment, oubliez-moi. Présentée comme une journaliste, je me sentais défaillir et je voyais son regard un peu perplexe. « Elle peut participer au début, c’est juste un truc de présentation, l’harmonisation… »

Ça sentait le piège. Heureusement, Florencia, la femme de l’ombre du Laugh Steady Crew, refusait aussi cette « harmonisation » et m’aidait à formuler ce « non » qui me sauvait vraiment la mise.

Parce que dans les formations classiques, il y a un temps de brise-glace. Où on va s’assurer que les gens sont bien engagés. Un peu comme un dentiste qui t’informe des soins qu’il va prodiguer avant de se mettre au travail. Là, non. Tous les artistes jouent le jeu et obéissent à la moindre requête. J’aurais fait 3 AVC à leur place. Le lâcher-prise, le fait d’oublier le regard des autres pour revenir à une forme d’animalité, occupera ainsi la première heure. J’ose à peine regarder ce qu’il se passe et je ne regarde plus personne dans les yeux. Alors qu’en réalité, tout le monde s’en fiche qu’on les regarde faire des bruits gênants ou « faire du poney ». Je ne vous le raconterai pas, cela se vit.

Les stand-uppers sont des comédiens

L’objectif de ce stage de clown, c’est de savoir utiliser son corps à bon escient sur scène. Il y a aussi le lâcher prise qui permet de stimuler sa créativité et de développer l’écriture automatique. Même moi, j’apprends des choses et je vois que les conseils d’Hervé Langlois sont véridiques. Le langage corporel en dit beaucoup.

Au fil de la journée, les exercices se rapprochent de l’expérience scénique. Un exercice en particulier les pousse à sortir de leur coquille. Hervé Langlois ne connaît pas forcément les élèves présents, mais il comprend ce qui les bloque ou ce qui pourrait les rendre meilleurs. Il va provoquer ou désinhiber les introvertis et globalement sortir tout le monde de sa zone de confort. Ou alors sublimer leur art…

J’ai pris cher…

Heureusement, j’étais toujours à l’écart de l’exercice. Jusqu’à ce que Mamari reçoive l’ordre de se mettre en colère. Louis Chappey a commencé à prendre cher, c’était puissant. Et elle partait en furie avant de se rapprocher dangereusement de la zone où j’observais ce manège.

Si Pierre DuDza a promis de m’offrir un roast après son interview, Mamari a pris les devants. J’étais déjà prostrée, et j’allais ressentir le besoin de me mettre en boule et de disparaître loin, très loin.

Si aujourd’hui, je vous écris en ayant survécu, c’est dû à une chose essentielle. Mamari a un sens de l’observation très fort. En prime (et merci), elle est une lectrice fidèle, donc elle savait exactement où taper. Sans préparation, elle tournait en dérision ma manière de faire des critiques stand-up. En 5 phrases, elle me renvoyait toute la crainte que certains humoristes ont à mon égard, celle de tomber sur une mauvaise critique rédigée par mes soins.

Momentum au stage de clown d’Hervé Langlois

Ça aurait pu tourner au vinaigre, mais non. Pourquoi ? Parce que soudainement, je recevais les coups, de plus en plus justes, et Mamari et moi partagions la vulnérabilité de l’instant. Ce flottement où on risque d’offenser, mais où ça n’arrive pas. La limite de ce que je peux encaisser n’est pas franchie, parce que Mamari utilise son intelligence pour comprendre ce qu’elle peut dire ou non. J’ai pris une claque artistique et mon ego est resté intact. Ça, les amis, c’est un bon roast. Bien joué, Mamari.

Bon, j’ai flippé comme jamais et je suis restée en boule de peur d’entendre un truc litigieux face à cette bande d’humoristes. Les 20 minutes suivantes, je n’arrivais pas à respirer normalement et j’en tremblais encore. J’ai même perçu que j’étais en infériorité numérique face à ces artistes, et qu’ils auraient bien pu me tuer. Me faire taire pour toujours, me couper les mains, que sais-je encore ? Paranoïa, quand tu nous tiens… Si tu ne comprends pas, reste assise sur un banc à regarder des artistes devenir des clowns. Tu ne seras pas déçu du voyage.

Verdict

On dit souvent que le stand-up, c’est simplement venir sur scène et parler dans un micro. Ce stage vient contredire ce mythe. Bien sûr, on peut s’en tenir là, mais on passe à côté de tellement de choses. Aude Alisque le décrivait finement dans son interview :

Ça m’a vraiment aidé à me libérer de la peur de proposer certaines choses sur scène. Par exemple, j’avais fait un stage d’une semaine avec Hervé Langlois. Tu commences à adopter un comportement et il te pousse à aller au bout. Au terme du stage, je n’avais plus peur de rien : me mettre à hurler, aller dans l’étrange, lécher un mur. Depuis, les limitations sont parfois revenues. Dans l’ensemble, j’ai réalisé que je n’allais pas mourir si je proposais quelque chose de vraiment bizarre sur scène. Tout passe si tu assumes jusqu’au bout. Ça a tout libéré, et le corps notamment.

Là, le stage était plus court et il y avait un peu trop de monde. Mais ils promettent que la prochaine fois, ça ira mieux. Espérons qu’ils puissent proposer des stages avec 12 participants maximum. Pour avoir formé des gens dans ma vie précédente, c’est la limite à ne pas dépasser pour une expérience personnalisée et percutante.

Et d’ailleurs, même si nous avons choisi d’illustrer l’article avec Monsieur Fraize, nul besoin de se réclamer dans sa mouvance pour faire du clown… Aude Alisque en est le meilleur exemple, et elle a vraiment progressé avec ce stage. Je l’ai remarqué au fil de ses scènes, alors que je la suivais à son premier Dimanche Marrant notamment. Ajoutez à ça le Laugh Steady Crew, et vous obtenez une présence scénique augmentée…

Crédits photo

Monsieur Fraize © Christine Coquilleau

[post_title] => Stage de clown d’Hervé Langlois : en immersion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stage-clown-herve-langlois-lsc [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:09 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:09 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7535 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 7314 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-10 11:53:51 [post_date_gmt] => 2019-11-10 10:53:51 [post_content] =>

Un retour à Paris, c’est toujours brutal. Mais ce samedi, la capitale est devenue rouleau-compresseur, ou montagnes russes. Récit d’un retour à la réalité du rire parisien.

Mise à jour 11/11/2019 : suite à cet article, Syphax s’engage à faire le point avec les humoristes concernés pour améliorer l’organisation de certains plateaux qui ne respectaient pas le système de réservation (ceux du vendredi et samedi soir à 21h30). On est ravi que cet article ait accéléré la chose, puisqu’ils avaient déjà reçu des retours négatifs et prévoyaient de les prendre en compte.

Syphax, pour rappel, c’est celui qui a eu la lourde tâche de remplir des créneaux à la Taverne de l’Olympia, de trouver des organisateurs sur plusieurs soirs par semaine et de gérer deux des plateaux du lieu. C’est aussi le seul qui a été constructif dans ses retours.

Retour à Paris : Antek, le meilleur pour un atterrisage en douceur

Antek était de retour au 33 Comedy, donc j’ai mobilisé le restant de mon énergie pour le soutenir. En plus, les nouveaux horaires du 33, deux sessions à 17h45 et 19h, me permettaient de m’éclipser pour une soirée tranquille.

Tout commençait donc très bien, malgré une ligne 4 pleine à craquer et la frénésie habituelle de Château Rouge. Cela restait dans la norme, donc pas de scandale. Le plateau se passait très bien, avec Morgane Cadignan qui assurait un bon passage, et Seb Mellia qui tuait la salle. Guano tentait des choses qui ne me parlaient pas forcément, mais qui le faisait très bien. Samy Bel était lui aussi bon, et Antek réussissait un très beau passage lui aussi.

Rien à signaler, donc, jusqu’ici. Mais le Barbès Comedy Club, c’est là où tu croises du monde. À Paris, tu as vite fait de ne pas pouvoir rentrer chez toi quand tu tombes sur une vieille connaissance. Dont acte, avec Harlem Dallas. J’aurais tellement dû en rester là…

Second service au 33 Comedy

J’ai donc fait le tour du Barbès Comedy Club pour reprendre une consommation, avec une vessie qui ne tiendrait plus longtemps la distance. Pas le temps de passer au contrôle technique, il fallait déjà rentrer dans la salle. Techniquement, ça n’arrive pas qu’un membre du public se farcisse deux sessions à la suite. Face aux seuls toilettes du Barbès Comedy Club, les incivilités régnaient : les filles se plaignaient de la lenteur de celle qui était dedans, et mon niveau de stress augmentait encore plus. Tant de haine pour pas grand-chose…

Heureusement, dans la salle, c’était le 33 Comedy. Le line-up évoluait un peu : Boriss Chelin remplaçait Samy Bel. Les passages de chacun étaient très différents. Ainsi, Guano me séduisait, Antek trébuchait là où il avait triomphé une heure plus tôt. Son cerveau a sans doute anticipé le moment où il allait être percutant, ce qui l’a déstabilisé et l’a fait bafouiller. Ce simple détail détruisait son effet, et cassait toute la dynamique du passage. Rageant, mais tellement nécessaire pour comprendre le niveau de détail qu’il faut pour plier une salle.

Morgane Cadignan, qui avait testé une vanne lors du premier plateau sans succès, changeait toute la physionomie de son passage. Plus de sûr, et de nouveaux thèmes abordés. Ça fonctionnait encore, mais pas pour les mêmes raisons.

Seb Mellia modifiait lui aussi légèrement certains éléments de son set, mais restait percutant. Pendant la première session, il avait lancé à Antek un truc du genre : « Mets moi plutôt au milieu, ce sera mieux que tu passes après mon passage de dépressif ». Je n’étais donc pas surprise de le voir débarquer avant Antek, et en profiter pour essayer de gratter du temps. Ainsi, il dépassait les deux fois, arguant qu’il avait sans doute le droit à un peu plus de temps après 13 ans de stand-up. Il ajoutait d’ailleurs que le public passait un bon moment, le prenant à parti pour forcer la main du MC. Il n’en abusait pas, alors on a fermé les yeux et trouvé ça amusant.

Finalement, les choses se passaient bien. Il me restait une étape : Harlem me disait qu’on retrouverait Renaud Sanviti. Comme vous le savez, c’est toujours agréable de discuter avec ce puriste. J’ai cru qu’on allait boire un verre, mais en fait, on allait se rendre à un plateau. Et comme pour l’alcool, il y a toujours le plateau de trop.

Le plateau de trop, Umbrella Comedy : retour à Paris dans la douleur

À une centaine de mètres de l’Olympia, la rue Caumartin regorge de bars et restaurants piégeux. Sans charme pour certains, ils n’inspirent pas vraiment confiance. La Taverne de l’Olympia accueille plusieurs plateaux au graphisme plus que douteux.

La communication Facebook de ces plateaux me donnait envie de ne jamais y mettre les pieds. Mais Renaud avait besoin de deux personnes pour jouer : un pré-requis demandé par les organisateurs, si on peut les appeler ainsi. Car il s’agissait cette fois de l’Umbrella Comedy, et après enquête, il s’avère que les incidents soient liés à un individu isolé. Nous n’aurions donc pas eu de chance. Plusieurs témoignages viennent confirmer cette thèse : les programmations de l’Umbrella Comedy allaient en s’améliorant, tandis que certains plateaux ont une meilleure réputation à la Taverne. Ça ne reste pas foufou, mais rien à voir avec ce que nous allons vous raconter.

Après avoir passé une semaine géniale à Nantes où les patrons de bar et les comiques étaient adorables, le choc fut brutal. J’avais littéralement peur des gens du bar, qui nous plaçaient à une table livrée sans chaise, près de la porte. Les gens s’agglutinaient de plus en plus dans ce petit espace, et je commençais à perdre la raison.

Harlem alpaguait les serveurs de manière autoritaire et je ne savais plus où me mettre. Je me disais qu’à tous les coups, ils allaient se venger en mettant quelque chose dans mon plat. Alors comme une victime, je disais un peu trop « s’il vous plaît » et « merci ». Au final, le plat était bon et les frites chaudes. Rendons à César ce qui lui appartient.

Le piège continuait toutefois de se refermer, tandis que nous étions 28000 âmes au mètre carré. Une demi-heure après l’horaire annoncé, les gens commençaient à faire la queue. Comme il y en avait beaucoup, on commençait à leur dire d’aller dehors. La porte s’ouvrait, se refermait, les gens étaient à 30 cm de mon assiette, c’était un cauchemar.

Ensuite, on a commencé à crier le nom de Renaud, qui devait ramener ses invités en début de queue. De fait, on a doublé tout le monde et on a entendu les gens nous insulter. En gros, on faisait partie des gens qui avaient réservé, donc on allait accéder à la salle. Tout de suite ? Non ! L’escalier était blindé, et on s’y est repris à 3 fois pour passer. On nous a calé pile dans le passage, et une fois assis sur une chaise en plein milieu, 58 personnes nous ont dit « excusez-moi » pour passer. Je n’en pouvais plus, je commençais à agresser un type derrière moi et je voulais crier à tous ceux qui me passaient dessus de me laisser tranquille. Un viol comique.

Je voyais en même temps la qualité du line-up se détériorer, avec des humoristes sacrément pétés. Le MC du soir, Othman, remplaçant, était une catastrophe : il se croyait à la kermesse, sautillant en mode karaoké sur One More Time. On me dit dans l’oreillette qu’à cet instant, les Daft Punk ont songé à arrêter leur carrière.

Il lançait Pedro, alias Alexandre, après une chauffe ultra-malaisante. Je le regardais en l’implorant par le regard d’arrêter la scène. Même chose pour Pedro-Alexandre, qui allait signer le set le plus raciste de la décennie. Franchement, dire que les Chinois prennent des photos parce qu’ils ont les yeux bridés et que sans ça, ils ne voient rien… J’en ai vu du racisme, mais celui-là, il est de compétition ! Pour un retour à Paris, on était vraiment dans une expérience violente. Là, j’ai compris la vidéo du nouveau comedy club de Fary…

Renaud arrivait sur scène, tandis qu’on voyait le gérant du bar nous menacer : il mimait globalement qu’on n’avait pas payé. Et c’était vrai, je me disais qu’on le ferait après le plateau, parce qu’il y avait 30000 personnes devant le comptoir et que ce n’était pas pratique. De fait, j’ai profité de la fin du passage de Renaud pour remonter et enjamber la dizaine de membres du public dans l’escalier et régler. Et là, le gars commençait à m’embrouiller, en me disant : « Si ça se trouve, vous aviez oublié, moi je suis honnête, je paie mes impôts ». Je n’ai pas dit le contraire, ce qui rendait sa réplique suspicieuse. Je payais donc pour moi et Harlem, histoire de calmer le jeu, et comme je voyais qu’il continuait d’insinuer qu’on était malhonnêtes, j’ai embrayé.

J’ai demandé depuis combien de temps ils organisaient ces soirées, il me répondait six mois. Arguant que c’était le samedi, que quand deux personnes devaient venir, il y en avait finalement douze. Je lui parlais d’Eventbrite, il me disait qu’ils passaient par-là mais que ces sur-réservations à l’improviste rendaient cela difficile. C’est juste le samedi, les autres jours, il n’y a personne.

Les organisateurs de l’Umbrella Comedy, franchement, faites quelque chose. L’accueil du public ce soir-là était inadmissible. Combien, parmi eux, ne reviendront jamais voir du stand-up ? Si vous n’êtes pas bons sur scène, essayez au moins de recevoir les gens décemment. J’étais tellement choquée que j’ai pris une minute, après avoir regagné la rue, pour respirer. Et après, j’ai filé à la Petite Loge en PLS pour espérer voir des têtes amies. Aude Alisque, à qui j’ai tenté de donner des flyers pour justifier ma présence, m’apaisait immédiatement. Perrine, la gérante du lieu, n’en croyait pas ses oreilles lorsque je lui expliquais cette soirée condensée en deux phrases. Au moins, le public de la Petite Loge avait passé une bonne soirée, et tout allait revenir à la normale.

Clarifications et conseils à l’Umbrella Comedy et aux autres plateaux

Suite à la publication de l’article, de nombreux humoristes ont pris le temps de m’écrire ou de m’envoyer des messages vocaux. Un objectif : souligner le caractère anormal de la soirée. Il faut dire qu’effectivement, cela faisait très louche de voir autant de monde si les organisateurs proposaient des soirées comme celle-ci à chaque fois.

Pour faire mieux et se distinguer de cette expérience-là, voici nos conseils :

  1. Rester fidèle aux réservations, et définir un nombre maximum de personnes qui peuvent rentrer.
  2. Disposer la salle avant de faire rentrer les gens (ce qui est plus simple quand vous connaissez le nombre de réservations…).
  3. Commencer à l’heure, avec 15 minutes de tolérance (allez, 20 tout au plus).
  4. Faire un contrôle qualité minimal sur les gens que vous programmez : il y a bien assez d’humoristes pour éviter les naufrages.
  5. Améliorer le graphisme, simplement pour vous distinguer des autres. Si la présentation est soignée, peut-être qu’on sera bien reçu et qu’il y aura de la qualité.

On espère que l’Umbrella Comedy ne vivra plus jamais de soirées comme celle-là. Et concernant le personnel du bar, peut-être qu’eux aussi étaient à bout face à l’organisation précaire de cette soirée-là.

Parlez-vous l’humoriste : anatomie des plateaux pétés

Un « plateau pété » (sic !), est-ce mal ? L’expression revient souvent. En réalité, un plateau pété, cela peut désigner deux choses.

Tout d’abord, il y a le plateau de niveau débutant. Les organisateurs apprennent et font leurs premiers pas, ils programment parfois maladroitement et les conditions ne sont pas idéales. Ces plateaux-là, on les aime bien. Un exemple vu récemment, c’est celui du Mamak Comedy Club.

En gros, la soirée est assez bonne, les humoristes n’ont pas encore le niveau nécessaire pour jouer ailleurs et ils travaillent en faisant plaisir à un public bienveillant. Tout le monde y gagne, et les cobayes ne sont pas surpris. Pas d’entourloupe.

Deuxième cas de figure : celui décrit dans cet article. Ici, nous avons un cas extrême avec la soirée de l’Umbrella Comedy du 9 novembre. Mais globalement, dans ces soirées-là, ça ne va pas. Ça peut venir du bar, des interactions agressives avec le public ou d’un vol de vannes. Là-dessus, les comiques sur le devant de la scène sont assez créatifs. Et ça, c’est ce qu’on ne pardonne pas. Une fois, ça passe, mais si ça devient une habitude, le plateau va fermer.

Retour à Paris : les montagnes russes, c’est ici

Paris a cela d’unique que vous pouvez passer huit soirées en une. Oubliez les bars conviviaux, bonjour l’opportunité de créer des souvenirs à qualité variable. Voilà comment se passe un mauvais samedi soir ordinaire dans la capitale, et pourquoi Nantes a vraiment quelque chose de spécial que certains plateaux à Paris ne sauront jamais reproduire… Le retour à Paris était difficile, éreintant et c’est malheureusement cela qui rend cette ville si spéciale.

[post_title] => L’art du retour à Paris - Humour instantané [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retour-paris-plateaux-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:24:43 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:24:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7314 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011033 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-28 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-28 06:00:00 [post_content] =>

Début juillet, l’Académie d’Humour organisait sa première session d’auditions. Pour préparer sa première rentrée, l’Académie a investi la Nouvelle Seine pour convier 15 prétendants à l’admission. C’était la première fois que j’assistais à des auditions. Découvrez les coulisses de ces instants redoutés, mais finalement bien plus bienveillants que des plateaux ou festivals.

Auditions : mode d’emploi

Le principe est simple : il faut d’abord postuler à l’Académie d’Humour via un formulaire. Assez complet, il écrème réellement les candidatures fantaisistes. Il ne suffit pas de laisser ses coordonnées : chaque personne doit fournir une lettre de motivation, une vidéo et partager son projet artistique.

Dès le départ, les postulants sont acteurs de leur réussite. Cette première étape donne le ton sur ce qui les attend. Ainsi, il n’y a quasiment pas eu de surprise et j’ai été étonnée de voir la qualité des candidatures.

Une fois conviés sur scène, ils commencent par jouer quelques minutes devant un parterre de professionnels émérites. Directrices de théâtre, artistes de stand-up confirmés, professionnels de la production… De quoi impressionner une personne mal préparée à l’échéance.

Une préparation aux petits oignons

Indépendamment du niveau, chaque artiste avait bien préparé son audition, notamment son passage. Les questions qui succédaient leur prestation les déstabilisaient parfois. Révélatrices, elles montraient de véritables différences entre les projets plus axés théâtre et ceux plus liés au stand-up.

Certaines personnes étaient très étonnantes. Des parcours de vie originaux, des besoins de créer artistiquement et de faire rire très divers se manifestaient tour à tour. On a vu de la singularité, du propos, des influences artistiques récurrentes… Les noms de Blanche Gardin, Baptiste Lecaplain et Roman Frayssinet revenaient souvent dans les artistes cités.

J’ai trouvé cette expérience bien plus agréable que le jugement en festival. Je n’ai pas ressenti de compétition mais de la solidarité entre les postulants. Le public incitait chaque personne à se révéler, les poussant dans leurs meilleurs retranchements… On était bien loin de la Nouvelle Star ou d’Incroyable Talent.

Objectif des auditions : réunir les 12 premiers talents de l’Académie d’Humour

Tous ne seront pas retenus, bien entendu. Il y aura 12 places finales et une nouvelle session d’auditions à la rentrée. Il reste de la place pour former une troupe de talents prêts à travailler pour leur réussite. Certains font déjà office de favoris, tandis que d’autres sont bien partis pour en être. Mais aucun nom ne fuitera avant l’annonce officielle… Ne cherchez pas, je n’ai aucune information formelle… Tout ce que je peux vous dire, c’est que je connaissais une seule personne et que bien plus d’une m’a fait rire !

Crédits photo

© Kobayashi Photography

[post_title] => Coulisses - Des auditions, ça se passe comment ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => auditions-academie-humour-coulisses [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:33 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011033 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 53 [max_num_pages] => 3 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => 1 [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => db798f4e118becaf3dfc795e894f14d6 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Coulisses de l’humour

Auditions à l’Académie d’Humour : photo de groupe des intervenants

Coulisses - Des auditions, ça se passe comment ?

Portraits d’humoristes femmes invisibles à programmer

Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ?

Devenir humoriste avec une formation : trouver la bonne structure

Devenir humoriste : quelle formation choisir ?

Le spot du rire Awards : le palmarès de l’édition 2020

Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs

Reprise comique : Joseph Roussin et Fred Cham, affiche de leur premier 30-30 après la Covid-19

Humour instantané - Retour comique et volte-face

Masques : quand est-ce qu’on rit comme avant ?

Humour instantané - Bas les masques !

Blague à part : photo souvenir de ma troisième scène

Voici le sketch que j’ai joué au Blague à part

Humoristes en télétravail : Farah, Nordine Ganso, Klotilde, Levin Vaz

Télétravail humoristique : confessions de 4 comiques

Adrien Montowski : notre rencontre avec le plateau

Rétro spot 3/3 - Comment j’ai rencontré Adrien Montowski

Marion Mezadorian : notre rencontre avec le plateau

Rétro spot 2/3 - Comment j’ai rencontré Marion Mezadorian

33 Comedy : notre rencontre avec le plateau

Rétro spot 1/3 - Comment j’ai rencontré le 33 Comedy

Josquin Chapatte et Jack Line : comiques hors du cadre (photo d’illustration)

Jack Line et Josquin Chapatte : ça ne se raconte pas (encore)

Programmation humour : les salles de spectacles accueillent les humoristes

Programmation humour : opération séduction des théâtres

Interview de Thomas Wiesel

Pourquoi vous ne lirez pas d’interview de Thomas Wiesel

Génération Paname : le plateau d’humour animé par Mathieu Madénian et diffusé sur France 2

Témoignage - Harlem était à Génération Paname

Doute de l’artiste : un dessinateur travaille à reproduire un visage inachevé

Le doute de l’artiste : chronique à toutes fins utiles

Stage de clown d’Hervé Langlois : pour tous les Monsieur Fraize en herbe

Stage de clown d’Hervé Langlois : en immersion

Retour à Paris : des pigeons partout

L’art du retour à Paris - Humour instantané