J’ai rien entendu, mais j’ai tout compris : Tatiana Djordjevic, belle surprise

Juliette 10/06/2018

Les lundis jusqu’au 18 juin, Tatiana Djordjevic joue son spectacle au Théâtre du Marais à 20 heures. Avec un nom comme J’ai rien entendu, mais j’ai tout compris, la comédienne détonne.

Tatiana Djordjevic : le plaisir d’une découverte par hasard

En allant voir Alexandra Pizzagali au Théâtre du Marais, j’ai remarqué un flyer pas comme les autres. D’une part, la frimousse de l’humoriste ne me disait rien du tout. Une fille hors circuit, dans un théâtre aussi coté, doit forcément avoir de solides arguments. J’ai surtout été attirée par le titre. Le mot absurde m’est tout de suite venu à l’esprit, un bon point.

Je saisis l’un des flyers, je le retourne et je vois le nom de François Rollin. C’est un peu comme avoir apposé un logo Label Rouge sur le flyer, ça fait son effet. Entretemps, j’ai appris que le Professeur n’a pas toujours été tendre avec les femmes humoristes. Généralement, il trimbale avec lui l’idée qu’elles ne sont pas drôles ou parlent toutes de la même chose. Or, cela ne m’a jamais gêné pour apprécier son art, je profite encore de cette innocente immunité pour prendre ma place.

Autre point : sur le flyer, on sent qu’on va avoir affaire à de l’humour intellectuel. Jetez un œil au texte de promotion du spectacle, vous ne serez pas déçus !

Le spectacle débute par ce douloureux constat : « Ma vie a basculé le jour où je me suis rendue compte que j’étais plus intelligente que mes parents. »

Ce constat est l’occasion d’interroger une problématique très universelle de transmission et d’ascenseur culturel, sur un mode léger et drolatique. L’occasion aussi d’apprendre des tas de choses rigolotes, sur des chapitres insolites (à quoi sert le nombre Pi ? qui étaient les Jacobins et les Girondins de la Révolution Française ?) avec, en arrière plan, les couleurs rarement explorés des pays balkaniques.

Ovaj spektakl je izuzetno smesan jedini uslov da uzivate je da razumete francuski — Tatiana

Le spectacle de Tatiana Djordjevic : verdict

Le jour J, la salle est quasi-comble. Le professeur Rollin, qui a coécrit le spectacle avec l’artiste, la chapeaute religieusement. Le rideau s’ouvre, et on comprend alors que le spectacle est plus orienté théâtre que stand-up. Toutefois, on a affaire à un spectacle moderne. J’ai particulièrement aimé les montagnes russes entre un humour moderne, très accessible et un humour plus intellectuel.

Les élans absurdes arrivent au compte-goutte, au fil des problèmes de mathématiques. Le fil conducteur du spectacle, c’est l’intelligence qui diffère entre les parents et les jeunes adultes aujourd’hui. Tragique, cette cassure générationnelle aura inspiré Tatiana et François Rollin pour créer quelque chose d’inédit. Le petit cours de géopolitique sur les Balkans ou les allusions répétées à Kundera m’auront fait me sentir bête.

Je vous confesse que je croyais que les Balkans, c’était le triptyque Estonie-Lettonie-Lituanie… Ok, on est plus sur les pays Baltes, mais ils sont sournois de commencer avec les trois mêmes lettres, aussi ! Et pour Kundera, je ne l’avais pas et je me sentais assez seule dans la salle. Rassurez-vous, pas besoin d’avoir fait un parcours d’excellence à l’école pour suivre. Par contre, et là, ce n’est pas la faute de l’artiste, il y avait des gens qui célébraient leur intelligence dans le public. Une femme à côté de moi, vers la fin du spectacle, s’est carrément mise à énumérer les références qu’elle connaissait. A un moment, c’était limite si elle criait Kosovo. Mais, Gertrude, sincèrement, moi aussi j’ai vu les journaux télévisés de Rachid Arhab qui relataient le conflit. Entre parenthèses, je viens d’apprendre que ce gars avait rejoint TPMP, où va le monde…

Dernière chance

Vous voulez voir un spectacle différent, vous cultiver au théâtre tout en conservant un peu de frivolité ? Le spectacle de Tatiana Djordjevic saura vous plaire. Il est un peu intellectuel, mais jamais pédant. Je suis donc sortie du théâtre assez légère, sans aucun mal de tête. Aller voir un spectacle de quelqu’un dont on a jamais entendu parler est toujours assez intimidant. On prend un risque, mais quand c’est réussi comme ici, c’est du plaisir à l’état brut. Tentez l’expérience à votre tour !

A propos de l'auteur