Catégorie : Tournée des comedy clubs

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [category_name] => comedy-club-tour
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 606
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 606
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [category_name] => comedy-club-tour
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 606
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 606
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 606
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => comedy-club-tour
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 606
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [category] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 606
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (606) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (606) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (606)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011092
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-07-23 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-07-23 06:00:00
                    [post_content] => 

Je savais que le stand-up à Melun était épique. J’ignorais qu’il serait mémorable. Tout a commencé à l’annonce de la programmation du 21 juillet. Lucas Drapier (remplacé par Alfred), Maoulé, Malika Bianco et Avril. Sans oublier, bien entendu, l’organisateur Adrien La Brocante.

Son nom vous dit sans doute quelque chose : il co-organise les 7 blagues de cristal. Vous savez, ce plateau pop-culture rocambolesque. Le vainqueur par KO des awards 2020 catégorie plateaux d’humour… Rien à voir avec le Jacques-a-Rit, le plateau du bar Papa Jacques qui comporte un jeu de mots et une faute de grammaire.

Stand-up à Melun : l’opération séduction d’Adrien La Brocante pour les artistes et le public

Comme on peut s’y attendre, c’est un plateau de stand-up à Melun organisé aux petits oignons. Grosse promotion locale, catering pour les artistes, lieu très enthousiaste pour accueillir de l’humour… Tous les ingrédients du succès sont réunis. La programmation est plus modeste qu’ailleurs, mais la volonté des artistes sur scène fait la différence. On pardonne les erreurs de jeunesse quand leurs auteurs sont honnêtes dans leur démarche.

Ce nouveau plateau aurait pu s’en tenir à une bonne soirée devant un public chaud-bouillant. Mais à Melun, rien ne se passe comme ailleurs. Malgré sa réputation compliquée, la ville est finalement hyper mignonne quand on lui greffe des pavés. La place Jacques Amyot, c’est plus beau que le chic de Vincennes. Vous ne l’aviez pas vu venir… Nous non plus.

Officiellement, je revenais à Melun après une longue absence pour me « recréer des souvenirs ». Ce genre de chose futile qu’on se met à faire à 30 ans, comme si l’on était en quête d’un nouveau départ. Un retour aux sources, un pèlerinage melunais. Et le faire à Melun, c’est une blague assez puissante pour agiter le monde de l’humour et pondre un papier, non ?

Ambiance « mi-cité, mi-campagne » : dépaysement garanti ?

En matière de souvenirs, c’était un festival. Prenez une ville loin de Paris, accessible uniquement via des trains SNCF ou des voitures. Ajoutez un accident grave de voyageur entre les deux villes. Saupoudrez le tout d’humoristes rémunérés au chapeau qui découvrent le concept de taxis clandestins. Mélangez et obtenez une soirée inoubliable…

Rassurez-vous : tout le monde va bien. Cette affirmation aurait sincèrement pu ne pas exister. Pour vous dire la vérité, on a flippé. Mais avant de vous livrer ces instants dignes d’une émission sur RMC Story, petit retour en arrière.

Une autre ambiance qu’à la Cartonnerie (seuls les vrais savent)

Le public de stand-up à Melun est incroyable. En tout cas, ce soir-là, ils étaient à fond. Pour une fois qu’ils n’ont pas à venir à Paris pour voir quelque chose de drôle. Certes, ils peuvent aller à la Cartonnerie de Dammarie-lès-Lys pour voir des spectacles quand il y en a. Mais une expérience de stand-up, sans l’appui du régional de l’étape Adrien La Brocante, ça n’existe pas vraiment… Cette ambiance « mi-cité, mi-campagne » offre donc un cocktail propice à de belles soirées stand-up. Le lieu est hyper sympa : un bar de quartier avec des poutres apparentes… Stéphane Plaza aimerait sûrement en être.

Et la SNCF de pimenter la soirée stand-up à Melun (malgré elle, certes)…

Pour venir à Melun, il suffit d’aller à la Gare de Lyon et de prendre un train de moins de 30 minutes. En prime, c’est souvent climatisé et le paysage est vraiment sympa. Pour rentrer de Melun, c’est un peu différent. Je savais que le quartier de la gare n’était pas très attractif la nuit. Des regards et commentaires appuyés confirmaient mes souvenirs. Donc quand le conducteur nous a conseillé de « reporter notre trajet », la SNCF abandonnant le projet de nous ramener à la Ville Lumière… L’extinction des feux a été brutale.

Première piste : le covoiturage en van. Certaines applications proposaient des trajets à 3 passagers, d’autres 4. Toutes dépassaient allègrement les 50 euros pour une course. Le van, c’était 6 personnes. Il fallait donc recruter 2 personnes : une mission hyper simple à Melun, un soir de semaine, quand personne ne veut raquer pour y dormir. Seul Alfred décide de rester dans le train, nous le quittons ici.

You’ll never walk alone

Nous étions donc 6, avec un musicien de Liverpool, bien dans la merde. Ce musicien, par ailleurs, je le croisais pour la deuxième fois. Humourman l’avait convié en interlude musical au Namek Comedy Club. Le monde est petit.

Pour l’intensité dramatique de la suite, passons au présent. Parce qu’on n’a jamais autant senti le moment présent qu’à ces instants. Comme Melun, ce n’est pas l’Australie, il n’y avait pas de van à 22h30. Notre petit groupe se dirige donc vers la sortie de la gare. Nos compagnons de route sont déjà là, mais nous ne le savons pas encore. Ils nous demandent intensément si nous allons à la gare de Lyon. Clairement, ils le savent. Ils sont là pour ça.

La décision est prise : nous allons faire confiance à des « taxis » locaux. Je déclare en aparté avoir peur d’être découpée en morceaux, car l’aventure ne fait pas partie de mon ADN. Mais les autres ont l’air de rester calmes et d’avoir plus peur de louper le dernier métro que de mourir. Ma vessie étant en phase avec ce projet, je me plie à la suite du programme.

Nos destins joués à pierre-feuille-ciseau

La suite du programme, c’est un dérivé du pierre-feuille-ciseau macabre pour définir la répartition des groupes. 3 personnes partiront dans une voiture, 3 dans l’autre. À part Maoulé qui serre le poing, tout le monde déplie sa main. Or la notion de « paume apparente » était dans la règle du jeu et tout le monde tombe d’accord. Je n’ai toujours pas compris ce moment, mais comme il m’a épargnée du cauchemar qui suivait, j’accepte ce cadeau du destin.

Le saviez-vous ? Les taxis clandestins, en plus du travail au noir, regorgent de conducteurs sans permis. Dans mon équipe, il y a Pete, le musicien de Liverpool, Maoulé et moi. Avril, Malika Bianco et une autre passagère du train suivent. On monte en voiture et on reste à l’arrêt.

Pourquoi reste-t-on à l’arrêt ? On comprend que dans l’autre voiture, il n’y a pas de GPS. C’est donc Avril et son téléphone qui se chargent de cette tâche. Mais notre conducteur ne le sait pas : il attend son collègue avant de rouler. Nos routes se séparent, la musique détend l’atmosphère et les règles du code de la route sont respectées. Même le clignotant.

L’espoir est de courte durée lorsque nous recevons les messages d’Avril et de Malika, qui évoquent un conducteur sans permis, pas très clean. Il zigzague, roule à 65 km/h sur autoroute et demande à Avril de prendre le volant. Qui a déjà connu pareille embrouille après un plateau d’humour ? Déjà que tous les chapeaux partent en fumée avec cette opération (sans oublier les 8,20 € du Melun-Paris pour ceux sans pass Navigo), alors… Tout cela éclipse vite ce moment où l’humoriste qui manque de sucre se rue sur un Kinder Bueno en gare de Melun. 2 € avalés plus tard, il ne lui reste rien.

Stand-up à Melun - Épilogue

Peu avant minuit, fort heureusement, tout le monde sort sain et sauf de l’aventure. Mieux (?) : la voiture d’Avril et de Malika est la première à arriver. Dans quel univers parallèle une personne qui roule 50 km/h moins vite que la vitesse limite autorisée arrive-t-elle avant l’autre ? C’est ce genre de nuit qui prouve que dans l’univers, tout ne s’explique pas. Qu’est devenu Alfred dans tout ça ? Il arrivait à Gare de Lyon une demi-heure plus tard, manquait le dernier métro et terminait son périple à pied. Moins spectaculaire, plus prévisible, en retard.

À Melun comme ailleurs, la vie est pleine de surprises (Melun n’a rien à voir avec ça, la SNCF est la seule coupable #prisedepositionpolitique). La prochaine fois que vous verrez Alfred, Avril, Maoulé et Malika Bianco lors d’une soirée humour, profitez de la chance que nous avons de les avoir encore avec nous.

Moralité : public de stand-up de Melun, soyez généreux au chapeau. Les humoristes en ont besoin.

[post_title] => Stand-up à Melun : l’incroyable plateau Jacques-a-Rit [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-melun [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-22 21:11:05 [post_modified_gmt] => 2021-07-22 19:11:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011092 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010726 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-04-21 09:30:58 [post_date_gmt] => 2021-04-21 07:30:58 [post_content] =>

Kémil Le Comique s’est donné une semaine pour monter sur scène et faire du stand-up à Paris. Il le raconte dans un documentaire poignant.

Kémil Le Comique : du rêve de stand-up à la réalité des comedy clubs

Comme certains férus de stand-up, j’ai découvert Kémil Le Comique dans le podcast de Shirley Souagnon au Jardin Sauvage. L’humoriste a invité ce jeune et doux rêveur à raconter son périple : venir à Paris pour jouer, sans savoir où dormir. Pour moi, l’affaire s’est arrêtée là. Ça m’a fait penser à Nordine Ganso qui se pointait à Paname pour jouer à Dimanche Marrant. Le lendemain, c’était Ouibus et retour à Bordeaux.

Aujourd’hui, je découvre la fin de l’histoire qui est finalement bien plus développée ! En effet, Kémil Le Comique ne s’est pas contenté de gratter des spots en plateau, il a délivré sur scène. S’il confesse quelques bides, il a réalisé une formation accélérée dans les meilleurs plateaux. Il a trouvé une oreille attentive et bienveillante chez l’un des gourous du stand-up, monsieur Kyan Khojandi.

Faire des premières parties de grands noms, rencontrer les personnes qui comptent vraiment dans ce milieu… Il ne s’est pas défilé, il a su parler à chacune de ces personnes en lui rappelant leurs débuts. Il flirte certes dangereusement avec le pathos, mais se sauve avec de l’autodérision et une ambition proportionnelle aux efforts fournis. Et la sagesse d’un Urbain toujours aussi caustique rend la chose plutôt hilarante !

Le stand-up à n’en plus dormir : un documentaire immanquable

J’ai adoré ce documentaire. Le rendu est très pro, l’histoire est belle et on a envie de suivre cet artiste pour la suite. Une leçon de réseautage, une prouesse presque sportive et un beau message qui tranche avec l’aigreur de certains humoristes qui ont arrêté de rêver. Et enfin, comment ne pas mentionner Tanguy : personne n’a aussi bien rendu hommage à ce passionné de l’ombre, le gars sûr du Barbès Comedy Club !

[post_title] => Kémil Le Comique à l’assaut du stand-up parisien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => kemil-le-comique-documentaire-standup-paris [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-04-21 09:31:04 [post_modified_gmt] => 2021-04-21 07:31:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010726 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1009072 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-27 08:56:00 [post_date_gmt] => 2020-10-27 07:56:00 [post_content] =>

À Paris, les amateurs d’humour peuvent aujourd’hui profiter de nombreux comedy clubs. Plus nombreux, ces établissements mettent le paquet sur la communication et l’accueil du public. En revanche, sur le plan artistique, il reste encore beaucoup de travail. Explications.

Nb. La rédaction de cet article est antérieure à la fermeture des bars et au couvre-feu. Les critiques concernant la carte de chaque lieu concernent donc leur fonctionnement habituel.

Madame Sarfati, le Fridge : vers des comedy clubs blockbusters ?

Les deux derniers lieux à avoir fait beaucoup de bruit sont Madame Sarfati et le Fridge Comedy Club. Ouverts par des mastodontes de l’humour, Fary et Kev Adams, ils ont rapidement trouvé leur public.

J’ai donc voulu savoir comment ça se passait en vrai. Comme il y a quelques années, où je découvrais le Jamel Comedy Club, j’ai ressenti une pointe de déception. Il y a plusieurs raisons à cela, et je vais essayer d’être la plus claire possible pour que vous compreniez que oui, vous devez continuer à aller voir du stand-up là-bas.

Lieu vs. expérience : donnez envie de revenir !

Je l’ai peut-être déjà écrit, mais cette pensée revient souvent, alors autant radoter. Le One More Joke a construit son succès sur l’idée qu’une soirée stand-up était une expérience, l’occasion de créer un souvenir. Un soupçon de magie qui vous transforme en habitués.

Le Fridge et Madame Sarfati se concentrent sur des détails, comme la « finger food » ou les cocktails au nom d’humoristes américains. S’il vous plaît, laissez-moi boire un cocktail « Yacine Belhousse ». Parce que c’est lui que je viens voir, pas Jerry Seinfeld. Remarquez, y a bien Gad Elmaleh (désolée pour le troll, c’est trop tentant).

Pour rappel, je viens voir du stand-up, pas manger un hot-dog avec les doigts parce que c’est hype. Je n’ai pas faim, sauf de blagues. Comme je ne suis pas sensible à ces attentions culinaires ou superficielles, mon expérience se révèle impersonnelle, sans grande saveur. Même avec une salle originale (ça me rappelle Shrek, étrangement). Alors venons-en à ce qui nous intéresse vraiment.

Décréter que Madame Sarfati est une expérience, c’est bien… mais prouvez-le sur scène !

Des usines à humoristes

Là, je vais plus me concentrer sur Madame Sarfati. Comme vous le savez, la programmation reste secrète. En effet, le lieu considère qu’il amène une programmation de qualité, peu importe qui vous verrez.

Or, il s’avère impossible de tenir cette promesse. Pourquoi ? Parce que ma vision du stand-up de qualité ne correspond pas à ce que j’y ai vu. J’étais certes à la première session de la semaine (mercredi 19h45), mais ce n’est pas une excuse.

C’était globalement insipide. Une cooptation d’artistes qui jouent souvent sur les mêmes plateaux. Des humoristes qui proposent du stand-up vu et revu. Franchement, des blagues sur le fait que les femmes cherchent dans leur sac en désordre pour éviter de payer lors des dates ?

Vous n’avez vraiment rien d’autre à proposer ? L’humoriste numéro 2 de la soirée (Az) aurait très bien pu échanger son texte avec celui du numéro 3 (Akim Omiri), on n’y aurait vu que du feu. Alors qu’on aimerait qu’ils disent : « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! ». Heureusement que Louis Dubourg sauve le tout avec une animation très efficace.

Comme le dit très bien Stand Up France, il faudrait marquer davantage la différence avec le Paname pour confirmer le côté « premium » de Madame Sarfati.

La musicalité sans les idées ?

Ça me fait penser à la bouffe industrielle. Un bon packaging, des produits faciles à consommer et imaginés pour plaire au plus grand nombre.

Mais au fond, ce n’est pas de la qualité. On s’ennuie ferme. Bien sûr, on entend la musicalité du stand-up chère à Fary, mais le rire passe en mode automatique. Par conséquent, on rit sans s’en rendre compte, avant de se dire « il a dit quoi, en fait ? ». Comme si le stand-up était une franchise, parfois calquée sur un modèle américain qui n’est peut-être pas le meilleur pour nous…

Il est encore trop tôt pour savoir si le Fridge se dirige vers le même écueil que Madame Sarfati. Parce que les choses y sont faites avec plus d’humilité et beaucoup plus d’envie d’ouvrir des portes. À peine ouvert, le lieu de Kev Adams montre à la fois des promesses, mais aussi cette volonté de porter l’héritage du stand-up américain sur ses murs et dans vos verres. On restera attentif à son évolution, donc.

Le stand-up français, qu’est-ce que c’est ? Les comedy clubs le dévoilent-ils sous son grand jour ?

Au fond, c’est peut-être Shirley Souagnon qui a vu juste. Dans son documentaire, elle voulait donner naissance au stand-up français. Se sortir du carcan du stand-up à l’américaine. Porter une nouvelle génération. Avec le Barbès Comedy Club, l’humoriste est en train de réussir son pari.

Cependant, il existe un écueil dans ces nouveaux lieux plus « bienveillants ». Certains humoristes confient ne pas toujours se sentir libres de jouer ce qu’ils veulent. Je crois qu’on leur dit surtout que certaines choses peuvent offenser ou être énoncées avec plus d’intelligence… Tandis que dans des lieux où l’on fait moins attention au contenu de certains, d’autres se sentent mal à l’aise… Qui dit vrai, alors ?

Bien connaître la politique d’un lieu est primordial. Le Barbès Comedy Club, puisqu’on parle de lui, joue la carte de la transparence. Dans son guide de l’humoriste, les règles sont claires :

Aucun propos discriminatoire, aucun discours haineux et aucune personne en état d’ébriété ou susceptible de comportements violents ne seront acceptés dans l’enceinte de l’établissement. (…) Sur scène ne sont pas tolérées, les propos à caractère discriminatoire, visant à porter un discours haineux.

Les artistes, dans leur propos sur scène comme dans leur comportement dans le lieu, doivent donc respecter certaines règles, étayées plus loin.

L’accès pourra être refusé au public et artistes dans les cas suivants :

- À toute personne coupable d’une altercation lors d’une précédente soirée.

- À toute personne dont l’attitude ou le comportement, paraît menaçant, douteux ou vulgaire et laisse ainsi raisonnablement prévoir un risque de trouble à l’intérieur de l’établissement. (…)

Dans l’enceinte de l’établissement il est formellement interdit : (…)

- De faire preuve d’irrespect et/ou d’impolitesse et/ou agressivité envers les clients, les employés ou les artistes.

Liberté d’expression encadrée ?

Si les humoristes connaissent les règles du jeu, on peut s’interroger sur la manière de juger les passages des humoristes. Le Barbès Comedy Club assure que « la Nouvelle Maison du Stand-Up est un endroit safe pour le test ».

Le club précise ainsi que « seul le public est juge, la direction artistique du lieu se charge uniquement de vous conseiller et de programmer les passages qui cartonnent sur des shows payants ». Dans la même veine, voici un autre extrait du guide de l’humoriste : « n’oubliez pas que personne n’est jugé à la Maison, vous êtes aux Micros Ouverts pour tester des blagues et vous amuser ».

Ces règles ne sortent pas de nulle part. Pendant des années, certains plateaux d’humour avaient la réputation d’être des lieux loin d’être bienveillants. L’agressivité, les propos irrespectueux envers les femmes dans les loges d’artistes étaient parfois monnaie courante. De fait, quand Shirley Souagnon a imaginé son lieu, elle a voulu offrir un espace de liberté en fixant des règles pour contrecarrer l’agressivité d’antan. On vit là ce que les anglo-saxons ont traversé lors de la naissance de l’alternative comedy.

Fatalement, comme il s’agissait du premier comedy club qui proposait des créneaux chaque jour, cela évoque le Paname Art Café. Ce lieu a reçu énormément de critiques, tantôt justifiées, tantôt virulentes. Cependant, il reste une institution pour débuter et rapidement jouer sur des horaires plus en vue.

La politique du lieu est moins transparente, mais les artistes apprécient de pouvoir jouer ce qu’ils veulent. Tout est une question de sensibilité : certains seront plus à l’aise avec un encadrement strict, d’autres apprécieront qu’on leur fiche la paix.

On aurait tort de penser que cela concerne des lieux en particuliers. En réalité, les humoristes se programment entre eux et certains évaluent en permanence chaque prestation au lieu de faire preuve de clémence quand les choses tournent mal. Le phénomène est donc plus individuel que collectif : les justiciers autoproclamés de la vanne peuvent amener certains à l’autocensure…

Ressenti ou censure réelle ? Même s’il s’agit simplement d’humour, on pourrait faire un parallèle avec la loi Avia et ses multiples tentatives de réglementation. En effet, parfois, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Les réactions émotionnelles, qui font partie des thèmes du dernier spectacle de l’humoriste Haroun, ne sont pas le meilleur guide… Chacun devra y réfléchir et prendre les responsabilités de ses choix envers les autres artistes…

Lutter contre la cooptation : l’enjeu majeur du stand-up actuel

Au-delà des lieux, il y a donc un véritable défi de programmation à Paris. Il est documenté dans la presse comme dans les discussions des nouveaux humoristes. Soit on a des programmations volontaristes et thématiques, soit on a des cooptations qui aboutissent à des formatages. On a une telle richesse de talents, mais chaque bande évolue avec des œillères. Sans porter celle d’à côté, parfois même en réponse au rejet de l’autre bande…

Cela rend plus complexe la détection de talents. Il faut aller partout, sinon vous verrez un mince échantillon à peine représentatif… Par exemple, j’ai lu récemment sur un réseau social que John Sulo était la nouvelle étoile montante du stand-up français. Sur quelle base puis-je vérifier une telle affirmation ? Je l’ai vu au Paname Art Café il y a un an ou deux. Il est drôle et le Point Virgule le convie à jouer lors d’exceptionnelles. Mais de là à l’ériger en une étoile montante (la seule qui plus est, à en croire leur community manager)… Les communicants de ce monde ont complètement craqué.

Faire émerger l’originalité humoristique : l’idéal à poursuivre inlassablement

On m’objectera que j’aime les originaux, ceux qui privilégient la qualité à la quantité de rires et nécessitent une promotion accrue. Mais pensez-vous franchement que les artistes qui jouent à Madame Sarfati peuvent tous remplir des salles sans un coup de pouce promotionnel ou une cooptation ? Clairement, leur seul talent artistique ne suffit pas, car il est encore à construire. Certains ne cherchent même pas à construire un spectacle (pour suivre les traces de leurs idoles américaines…). Et même les meilleurs ont besoin de promotion, alors…

Il est urgent de diversifier les talents, de donner la chance à d’autres personnes. On objecte souvent, pour les femmes humoristes par exemple, qu’elles ne sont pas assez drôles pour bénéficier de telles cooptations. Mais pensez-vous vraiment que les hommes humoristes qui réalisent leurs premières grosses scènes sont prêts à faire rire le public ? Ou alors est-ce l’accumulation d’opportunités qui leur permet d’exister plus vite ? On peut aussi opposer le stand-up des comedy clubs à celui des plateaux d’humour alternatifs… Ça marche aussi.

Il faudra bien sûr faire attention dans ce manège qui fait osciller les talents entre méritocratie et piston. Pour le moment, chaque gérant de comedy club a sa politique et il devient plus facile de trouver son chemin en tant qu’artiste. Les choses avancent. Bientôt peut-être, on n’entendra plus les mots « c’est mon gars sûr » prononcés par un type qui annonce l’artiste suivant alors qu’il ne le connaît pas. Rêvons un peu…

Comedy clubs, médias, public : la quête des nouveaux talents doit être personnelle

On n’obtiendra jamais l’égalité des chances et probablement pas la parité. Cependant, l’espoir naît dans la concurrence et l’innovation des plateaux indépendants.

C’est à chacun de bosser en son âme et conscience, avec la passion de l’humour comme moteur, pour amener les talents au public. Pasquinade, dont nous vous avons parlé il y a quelques temps, répond exactement à cette problématique. Autre exemple : les organisatrices du plateau le Cercle du rire, Anissa Omri et Elsa Bernard, accompagnent les femmes qui se lancent (répétitions…) et s’entraident pour les faire jouer dans de bonnes conditions.

Autre enjeu crucial : les médias ont la responsabilité d’expliquer pourquoi ils assurent la promotion de certains au détriment d’autres avec le plus de transparence possible. Il faudra laisser une part au parti-pris et à la sensibilité individuelle, mais toujours l’expliquer et se préparer à rendre des comptes.

Il faudra aussi que le public accepte de ne pas prendre les critiques et recommandations comme des vérités incontestables. Surtout que les critiques ajoutent parfois une dimension politique à leur prisme de sélection artistique. Cela fait partie du jeu, mais cela peut pénaliser certains artistes si tout le monde est du même avis. Ou si les critiques sont peu nombreux.

Soyons intelligents dans nos choix artistiques, qu’on soit programmateur, spectateur, humoriste ou journaliste. C’est la seule manière de reprendre le contrôle sur l’amas d’humoristes qu’on nous impose ou dissimule à longueur de journée dans les comedy clubs comme ailleurs. C’est à chacun d’aller puiser dans la richesse humoristique des comedy clubs, des théâtres et des plateaux d’humour.

[post_title] => Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedy-clubs-formatage-standup [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-11-03 13:48:21 [post_modified_gmt] => 2020-11-03 12:48:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 8042 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-07 15:25:15 [post_date_gmt] => 2020-01-07 14:25:15 [post_content] =>

Le 6 janvier, le Barbès Comedy Club a accueilli la première Caustic Comedy Night. Retour sur cette édition inaugurale de l’un des plateaux les plus célèbres de Suisse.

Cet article est le premier d’une série qui retrace la soirée du 6 janvier au Barbès Comedy Club. Dit comme ça, ça sonne fait divers, mais c’est plus une bonne sitcom avec personnages récurrents. Retrouvez le second volet ici.

Caustic Comedy Night : Charles Nouveau joue les intermédiaires

Il était temps de vivre cette soirée qu’on n’attendait pas. On n’osait pas en rêver, puisque d’habitude, la France humoristique a plus l’habitude de sucer le Québec et de singer les Belges.

Mais d’un côté, Marina Rollman a habitué les auditeurs de France Inter à l’humour suisse, bien plus léger qu’une fondue.

Arrêtons-nous un instant sur les sempiternelles comparaisons culturelles de voisinage. Revenons au deuxième événement qui nous a offert cette percée suisse à Paris : la programmation de Thomas Wiesel pendant un mois au Point Virgule !

Thomas Wiesel, en matière de popularité, c’est le n°1 ex-æquo du rire suisse-romand avec Nathanaël Rochat. Ce classement n’est pas scientifique, un peu chronologique… et tous s’accordent à dire là-bas qu’il bénéficie d’un public large. Et c’est sur cette base que le Caustic Comedy Club a pu s’exporter.

Retour au Barbès Comedy Club

Entrer au Barbès Comedy Club avait une saveur particulière ce soir-là. Déjà, je n’allais nulle part depuis bien longtemps. À cette abstinence comique depuis le 15 décembre s’ajoutait une interruption des Bras Cassés sur Couleur3. Il s’agit de l’un des programmes où les humoristes suisses romands ont voix au chapitre, et la dernière remontait au 12 décembre.

Et comme d’autres qui ont passé Noël avec des générations plus avancées, nos compagnons de fin d’année ne comprenaient rien à la diction rapide des humoristes du Jamel Comedy Club. Mais le virtuel, ça ne nous branche pas trop.

En entrant, donc, je tombe sur Clément K, venu escorter Bruno Peki, qu’il héberge par la même occasion. Ce soir-là, Clément K a joué le rôle un ami très généreux pour lui comme pour moi, d’ailleurs, mais nous y reviendrons plus tard.

À l’heure du récit, Clément discute avec des Suisses, des vrais. J’entame un marathon de citations de personnalités suisses pour dire que j’ai trop mangé d’audiovisuel suisse en 2019. Cet enthousiasme suspect me met vraiment à l’aise, paradoxalement. Euphorique, je plane déjà alors que le spectacle n’a pas commencé.

Le spectacle n’a pas encore commencé, mais l’instant est déjà décisif

Je vois au loin Fabien, l’un de mes rédacteurs, et Jean Paul, comique en formation. Je glisse au régisseur Tanguy de les placer à proximité. On se retrouve à côté de Julie, une ancienne habituée du One More Joke qui vient en repérage pour inviter ses potes au Barbès Comedy Club. Je lui vends le lieu, elle me répond qu’elle sait tout ça car elle s’est renseignée.

Je l’aime déjà.

Face au boîtier qui permet de commander, elle me dit que ce serait drôle de l’utiliser pour interagir avec le comique. Le bouton “Cancel” signifierait que la blague ne passe pas, le bouton “Call” permettrait de faciliter l’interaction et le bouton “Pay”, disons, un pourboire pour le comique en cours ? Je sais, il y aurait des effets pervers. Mais juste pour toutes les fois où ça nous a irrité de mettre de l’argent dans un chapeau, en sachant qu’il y avait un comique qu’on n’aimait pas qui aurait la même part que les autres… Ok, c’est vache. Ça restera un fantasme. Merci Julie d’avoir stimulé mon imagination et dépassé ma créativité !

Les temps forts de la Caustic Comedy Night

Passons au spectacle en lui-même. Charles Nouveau assure une chauffe avec du très sûr. Comme d’habitude, il est impeccable dans son rôle. Thibaud Agoston débute la soirée avec un passage que je qualifierais de carton. Lui aussi fait du sûr, et je retrouve tout ce que j’avais aimé chez lui, avec un an d’expérience en plus.

Suivent peut-être dans le désordre, le souvenir est déjà flou, Bruno Peki, Cinzia Cattaneo, Kévin Eyer, Nadim… Oui, comme notre Nadim, mais pas du tout dans le genre psychopathe. Si tout le monde marche, Nadim retourne la salle et lance pleinement les applaudissements spontanés.

Quand le croustillant rompt la neutralité suisse

Kévin Eyer se frotte à un public en quête de bienveillance. Une blague assez bien exécutée, mais qui évoque le poids de sa compagne, lui vaut un « fils de p*te » soufflé dans le public. Malheureusement pour cette personne, elle l’a chuchoté dans un moment de silence. Grillée, Céleste (le prénom n’a pas été changé) a instinctivement placé les mains devant sa bouche. Un geste d’excuse ultra-mignon qui rappelle pourtant que la blague et sa réaction étaient les bienvenues.

Parce qu’une fausse polémique ne vient jamais seule, Fanny Ruwet a pu s’incruster dans la programmation. L’humoriste belge faisait sa première au Barbès Comedy Club ce soir-là et elle a saisi l’occasion pour prendre le micro. Un passage toujours aussi soigné, comme à la TV, qui fait encore oublier sa jeune expérience. Mais nous y reviendrons avec la critique de son spectacle…

Marina Rollman en test : merci la vie

Quand j’ai vu Fanny monter sur scène, j’ai pris un peu peur. Où diable se trouvait Marina Rollman ? En plus, Charles Nouveau nous resservait un deuxième passage, qui me rappelait d’où venait cette chanson des diplodocus que je fredonnais seule, chez moi, pendant la grève. Le souvenir m’est enfin revenu, après des mois d’interrogation. Bienvenue dans ma vie.

Du rab de Charles Nouveau, on en prend volontiers, mais ça commençait à devenir long pour mon organisme. Alors quand Marina montait sur scène, à 50 cm de moi, et que ma vessie réclamait que tout cela cesse, la perspective de blagues de test me faisait tenir… et craindre le pire.

Pour autant, Marina m’a arraché les rires les plus naturels de la soirée. Ce lâcher-prise a soudainement calmé mon impatience… et même suscité mon intérêt jusqu’à la dernière seconde ! Merci à elle d’avoir osé faire du test alors qu’elle a vu tous ses copains délivrer leur sûr.

Caustic Comedy Night : fin de la démonstration de force

Ils sont rares, ces plateaux qui affichent complet pendant la grève. Ou pour lesquels personne ne bide ou ne performe moyennement… Et la Caustic Comedy Night du 6 janvier a réussi à rentrer dans cette rareté.

S’il n’y avait pas eu la grève, j’aurais aussi goûté à la soirée du 7 janvier. Vous imaginez ? Alexandre Kominek et Charles Nouveau en maîtres de cérémonie, avec Thomas Wiesel dans le line-up ! Ça a de la gueule… La Suisse n’est peut-être pas la nation la plus belliqueuse, mais elle nous offre des démonstrations de force qui feraient fantasmer tout syndicat.

Construire le stand-up francophone, c’est donc en cours des deux (trois, merci Fanny !) côtés de la frontière. 2020 commence décidément très bien, et ce n’est pas un hasard si cela débute au Barbès Comedy Club. Merci énormément à Shirley Souagnon, sans qui tout ça n’aurait pas été possible. La francophonie va se porter plutôt que s’affronter, et c’est dans l’ordre des choses…

Épilogue pour Bruno Peki

Évidemment, je n’ai pas pu résister face à Bruno Peki pour le féliciter pour ses chroniques dans les Bras Cassés. Je ne peux pas en dire plus, mais nous préparons quelque chose de top secret en coulisses… Bruno, tu as reçu ce 7 janvier le paquet secret contenant les informations classées secret défense. Je compte sur toi. Yacine Nemra a commencé l’année sur des chapeaux de roues, il faudra être à la hauteur… et tu le seras. Bon courage pour ta mission !

[post_title] => Caustic Comedy Night au Barbès Comedy Club [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => caustic-comedy-night-barbes-humour-suisse [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-08 12:16:57 [post_modified_gmt] => 2020-01-08 11:16:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8042 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 7512 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-27 16:01:14 [post_date_gmt] => 2019-11-27 15:01:14 [post_content] =>

Les plateaux d’humour peuplent mon agenda tout au long de l’année. Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas décrit ces soirées dans l’ordre chronologique. Prêt à vivre un beau moment d’improvisation, à découvrir l’ouverture de Montreux, fêter la cinquantième du Blague à Part et terminer par un plateau alternatif ?

La vérité des plateaux d’humour : vous préférez notre version ou celle de Binge Audio ?

En cette dernière semaine de novembre, un podcast signé Binge Audio entend vous présenter le stand-up. Programme B commence ainsi avec une présentation larmoyante des débuts sur scène, puis la galère des humoristes qui parviennent à en vivre. Ce récit digne des Misérables nous semble quelque peu fataliste. Alors qu’au fond, cela ressemblerait plus à Jacques le Fataliste et son maître.

C’est un très bon aperçu si on survole le sujet. Mais ici, on va plus loin. Embarquez dans un périple qui vous fera découvrir le vrai stand-up ! Ça commence maintenant…

PS : on vous raconte d’autres moments de la semaine dans d’autres articles, suivez les liens ! Ça commence par lundi et l’exceptionnelle de Nicolas Fabié

Dans les plateaux d’humour, ce mardi : Jardin Sauvage, Gérémy Crédeville offre une Tournée générale…

J’avais entendu parler de cet événement d’improvisation, et je me réjouissais de le voir enfin. Gérémy Crédeville est un artiste complet, capable d’être drôle sur le petit écran comme sur les planches.

Il plaisait déjà au public avec son spectacle G, parfait et modeste. Aujourd’hui, alors qu’il prépare un nouveau spectacle, il accumule également les événements d’improvisation dans l’Hexagone.

La Tournée Générale repose sur un concept simple : un tableau, vos mots et de l’impro. Le public du Jardin Sauvage était au rendez-vous : devant une salle comble, l’interaction a pu atteindre des sommets.

Au début, le flottement était palpable. Gérémy Crédeville vient seul improviser toute une soirée, et le public sadique rédige les mots les plus improbables sur le tableau. Il ne sera pas en reste : chaque micro-improvisation mobilise un ou plusieurs de ses membres.

Pour relever le défi et utiliser tous les mots, Gérémy doit ainsi imaginer une galerie de personnages et prendre de nombreux risques. Pour cela, il peut compter sur sa capacité à jouer avec les mots. Après les premières minutes, où il feint de tricher avec de la facilité, il nous convainc de plus en plus. Il improvise même une chanson sur la lettre P, encore une fois un sujet choisi par le public…

C’est très drôle, car Gérémy et le public qui monte sur scène avec lui font voir leur difficulté à pédaler dans la semoule, puis leur victoire à chaque mot effacé. C’était donc une soirée atypique, où Gérémy n’a pas eu à payer de tournée générale. Telle est la règle : s’il utilise tous les mots, celui qui a inscrit le dernier mot du tableau remporte une consommation. Sinon, tout le monde boit à la santé du comédien.

Jeudi : Gala d’ouverture de Montreux sur Comédie+

Parfois, l’humour s’invite dans votre salon. Jeudi constituait ma seule soirée libre de la semaine. Je venais de découvrir Humourman et revoir Mahaut jouer 30 minutes de blagues chacun. J’allais voir l’une des artistes que j’apprécie le plus vivre un moment peut-être charnière dans sa carrière.

Montreux, ça fait rêver. Je préfère cette escale suisse au Marrakech du rire. D’abord, il y a l’humour suisse qui occupe une place (heureusement !). Faire Montreux, pour moi, ça veut dire beaucoup. Alors quand j’ai appris que Marion Mezadorian allait y prendre part, c’était un grand moment.

Peut-être me suis-je enflammée, cela dit… La soirée d’ouverture m’amusait si peu que j’ai interrompu mon périple à mi-parcours. La télécommande me libérait ainsi après le passage de Marion Mezadorian. Hormis Gérémy Crédeville qui m’a étonnamment fait rire sur une parodie de vie de couple morose, tout tombait à plat. Je sentais le stress de Marion à travers mon poste et ne comprenais pas les réactions du public, hilare ou applaudissant des humoristes à la ramasse et soudainement plus discret. Rageant de voir un passage ne pas exprimer toute la quintessence d’un talent.

La caméra sauve la mise

Le lendemain matin, j’envoyais un message à Marion pour recueillir ses ressentis. L’encourageais à repartir au charbon, parce que je savais qu’elle pouvait rectifier le tir. Il se trouve qu’à Montreux, les soirées ont lieu plusieurs fois. Vendredi soir, donc, Marion revenait sur scène pour la Radio Télévision Suisse (qu’on aime, Ndlr.).

Et elle l’a fait. 24 heures changent beaucoup de choses, et MyCanal a décidé de conserver cette version du gala d’ouverture pour les rediffusions et le replay. Quand les planètes s’alignent et que l’artiste garde la tête froide, voilà le miracle qui peut se produire… Et une contact en Suisse m’a permis de voir cette prestation et l’envoyer à l’intéressée pour la postérité. Double alignement des planètes.

Vendredi, je passais aussi par la Petite Loge (comment passer une semaine sans ce théâtre ? Impossible !). Au programme : Aude Alisque, qui a bien remanié son spectacle qu’on adorait déjà.

Samedi : le Blague à Part Comedy Club, c’est la Baze

La cinquantième du Blague à Part Comedy Club était une date exceptionnelle. Elle accueillait Baptiste Lecaplain, Adrien Arnoux, Maryvonne Beaune, Marouane Sista et le MC, Grégory Robet.

C’était l’occasion de découvrir ce plateau en tant que spectateur, car étrangement, j’y ai joué avant de vivre cette expérience. Grégory m’a proposé de nouveau de passer, mais je laisse la place à ceux qui ont vraiment envie de monter sur scène

Honnêtement, j’étais épuisée. Pour la première fois depuis des mois, j’ai vu le soleil se lever pour assister à un stage de clown (juste regarder). Je vous raconte ça ici, car c’était assez marquant comme expérience. Mais j’ai tout de même gardé de l’énergie pour vivre cette soirée au Blague à part Comedy Club…

Les forces en présence : une question de subjectivité

Cette soirée était l’occasion de comprendre la différence entre les humoristes expérimentés et les espoirs du rire. Elle se résume en un mot : efficacité. Ils arrivent avec une autre confiance, un personnage scénique assumé et une précision chirurgicale dans leur jeu et leur texte.

Ainsi, Baptiste Lecaplain et Adrien Arnoux retournaient la salle avec une facilité apparente. Car on sait tous qu’il faut conquérir le public quel que soit son nom ou son standing. Et être connu ne change rien, même quand vous êtes une légende… Baptiste Lecaplain livrait même un clin d’œil aux gens comme moi : « si vous n’aimez pas les mimes ou les mecs qui parlent trop fort, ne venez pas voir Baptiste Lecaplain ! ». Cette conscience de son côté clivant malgré son expérience et son assurance scénique m’ont laissée pantoise. Bravo, respect.

Maryvonne Beaune apportait un angle original et un jeu très personnel pour nous alerter : la fin du monde approche à cause du capitalisme. Un sujet dont je n’ai pas envie d’entendre parler sur scène, mais sa manière de l’amener m’a permis d’en rire. Le reste de la salle était conquis. On ne peut pas plaire à tout le monde quand on livre quelque chose de très personnel, et ça, ça se respecte.

Au final, Adrien Arnoux me faisait le plus rire et j’étais agréablement surprise par la progression de Grégory Robet. La première fois que je l’ai vu jouer, je n’étais pas encore convaincue. Mais comme le dit Shirley Souagnon, il faut attendre… Car un déclic, ça change tout, et Grégory est sur la voie. Marouane Sista, je n’ai vraiment pas adhéré : son ton de voix m’a rappelé Gad Elmaleh, et malgré quelques blagues bien senties, ça sentait le déjà vu. Encore une fois, on laisse le bénéfice du doute et on n’oublie pas le line-up exceptionnel de la soirée !

Dimanche : un Cap ou pas Cap Comedy pour la forme

Le dimanche, c’est le jour où on est totalement libre. Pour certains, c’est une célébration religieuse. Moi, c’est plus un truc de bagnoles comme vous avez pu le voir sur Twitch.

Pour fêter la fin de la saison de Formule 1, j’ai donc décidé de rire. Parce que le rire ne me laisse pas tomber six mois durant l’année, contrairement aux vrombissements des moteurs.

J’avais tout de même une bonne raison de bouger. Emma de Foucaud, je la vois trop peu souvent sur scène. Et j’adore sa manière d’aborder la comédie. Elle me fait penser un peu aux nantais, avec ce ton si unique de parler du bide. Elle dénonce beaucoup, elle observe et critique l’univers du LOL qui la passionne. Cet esprit critique va sans doute l’aider à progresser plus vite. Elle a la bonne approche, et sa progression me semble prometteuse. Ce soir-là, elle allait encore me convaincre grâce à un bon set… traditionnel vis-à-vis de ce qui allait se jouer dans la soirée !

Le spectacle commence avant le spectacle

Avant d’arriver au théâtre, le spectacle commençait déjà. Je croisais une artiste, Cerisette, dans le métro. Elle tient à la main une pochette avec son CV. Une femme l’interpelle dans le métro pour lui donner des pièces, elle la prend pour une mendiante… Enfin, en vérité, elle lui disait : « J’ai vu votre CV, j’ai cru que vous pointiez à l’ANPE ! ». Vous ne rêvez pas, la scène se passe en 2019 sur la ligne 5 du métro parisien…

Moi, j’avais repéré Cerisette sur le quai du métro et j’avais décidé de la suivre discrètement dans le métro. Je ne m’attendais pas à assister à ça… Une heure plus tard, cette artiste atypique arborait un costume de l’espace et nous faisait tous rire en proposant un sketch complètement barré de robot de l’espace. Ce n’est pas exactement le même sketch ou costume que sur YouTube, mais vous avez l’idée. Barge et incroyable.

Le Cap ou pas Cap, c’est pile la soirée d’humour à laquelle tu ne t’attends pas. Tu viens et tu ne connais peut-être aucun artiste, tu n’attends aucun miracle et une folie heureuse vient rendre la soirée burlesque. Le MC amène des bières, il a l’air un peu trop décontracté… Les artistes tentent aussi des choses parce que le plateau a un côté confidentiel. On est dans la back-story de la back-story, et au final, la soirée recharge les batteries de tout le monde. Un délice improbable, qui déménagerait vers Ledru-Rollin dans un endroit dédié au comics — les organisateurs font tout pour !

Entre défis et morceaux choisis

Le Cap ou pas Cap, ce sont aussi des défis : l’applaudimètre désigne des artistes qui vont rejouer sur scène quelques minutes. Le verdict : Cerisette et Avril ont été sélectionnés, alors qu’il y avait quand même une égalité avec Humourman.

Le hasard a voulu qu’une personne du public tire le défi « replay » pour Avril. Il devait rejouer le sketch d’un des autres artistes… Dans la pénombre, il murmurait déjà : « Je sais exactement qui je vais prendre » alors qu’il se jetait sur la cape de son poto Humourman. La vidéo existe, et on espère qu’ils pourront la vendre à quelqu’un. Avril avait déjà fait fort en montant sur scène avec quelques phrases résumant la soirée, il continuait sur sa lancée.

Cerisette a dû rejouer son sketch, elle aussi, mais version sexy. Cela devenait n’importe quoi, et le public a dû jouir en même temps que le robot sur scène. J’arrive à peine à croire que j’écris ces lignes… Mais c’était mémorable, inattendu, incomparable et incroyable ! Même les reprises d'À Corps Renversés m’embarquaient, alors que ça n’avait rien de classique…

Plateaux d’humour : verdict

Les plateaux d’humour restent une expérience ultra-fun. Vous pouvez bien sûr opter pour des valeurs sûres comme le Barbès Comedy Club, le Paname Art Café ou encore Madame Sarfati. Et bientôt Freedge, d’ailleurs…

Mais il existe bien d’autres lieux, qui apparaissent et disparaissent. Certains abritent de très belles soirées pendant quelques mois. Profitez-en, ce n’est pas un mirage : les rires sont à portée de consommation.

Crédits photo

© Christophe Castejon / Kobayashi Photography

[post_title] => Récit d’une semaine ordinaire en plateaux d’humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateaux-humour-tournee-generale-credeville-montreux [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-12-03 11:45:23 [post_modified_gmt] => 2019-12-03 10:45:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7512 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 7293 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-05 15:35:14 [post_date_gmt] => 2019-11-05 14:35:14 [post_content] =>

Cette semaine, Le spot du rire vit en immersion dans le stand-up à Nantes pour comprendre ce qui fait le charme des plateaux d’humour là-bas. Est-ce une consommation d’alcool excessive ou la présence d’humoristes ultra-talentueux ? Nous menons l’enquête et vous livrons nos premiers retours dès que possible… Revenez autant que vous le voulez, on a plein de choses qui vont s’ajouter !

Lundi de merde : tout pour le test !

Dimanche Marrant, Bunker Comedy Club, vous connaissez ? À Nantes, il y a un événement comme ça, auquel on ajoute les tests des Premières fois de Yacine Belhousse ou du Laugh Steady Crew. Pour saupoudrer le tout, on ajoute un ingrédient secret que Paris n’a jamais réussi à importer…

Lundi de merde, c’est quoi ? En gros, prenez un petit bar, des habitués bienveillants et une bande de comiques ultra-soudée. Chaque semaine, le public vient suivre les aventures de Kevin Robin et son frein (je suis dégoûtée de rentrer juste pour ça). Maxime Stockner fait une chauffe ultra-conviviale. Les gens l’aiment lui. Genre, pour ce qu’il est.

Il y a aussi Yohan Bertetto, Jihef (je me suis présentée comme J. F. pour me le mettre dans la poche, alors que c’est à lui de me convaincre, allez comprendre). William n’a pas joué mais son côté « humoriste de légende » le précède. Idem pour Antoine Peyron, que nous allons bientôt rencontrer…

Pendant les passages, les autres humoristes interviennent parfois. Le public interrompt aussi, mais reste courtois. Un public discipliné, qui respecte les réservations écrites sur des post-ils en forme de cœur. Oui, c’est vraiment bienveillant jusqu’au bout.

Fashion stand-up

Il y a la tenue de léopard de Maxime Stockner aussi, une humoriste qui m’intrigue déjà beaucoup trop, K-ryne Gomis… Elle arrive avant le show avec une confiance en elle qui détonne. Ça me met en alerte complet. Déstabilisée par un passage en dents de scie, elle dévoile tout d’un coup une fragilité qui me rend complètement marteau de joie de la découvrir.

Parce que oui, une prestation qui n’a pas l’air géniale recèle d’informations clés sur le talent de quelqu’un. Jihef, ça vaut pour toi aussi. Tu es très bon délire, mec. Et on a aussi assisté à la première scène de Clément, un gars qui cache bien son stress et qui a évité le bide, de loin même. Très belle première, continue mec.

Sinon, l’incroyable Antoine Sentenac vient de faire vacciner son chat et raconte ça le soir-même. C’est vraiment une soirée où on est ensemble avec les humoristes. J’ai rarement vu ça, voire jamais. Peut-être que c’est l’effet lune de miel qui parle, mais pour le moment, c’est amusant, Nantes. En plus, les consommations ne sont pas trop chères et l’ambiance des bars est bien plus conviviale qu’à Paris (difficile de faire pire).

Mardi : le football gagne la partie

Ce mardi, deux scènes devaient occuper ma soirée. D’abord, La p’tite scène à l’Atomic’s Café qui donne la part belle aux nouveaux talents. En effet, à Nantes, il y a suffisamment d’humoristes pour distinguer des niveaux.

Le lieu est incroyable, avec beaucoup de cachet. Le MC, Malo, a l’air aussi alternatif qu’un Nadim, un Bobbin ou un Humourman. Ensuite, Jihef devait organiser sa première soirée avec ses invités dans un lieu tout aussi sympa, Ô Temps des Copains.

Or hier, il y avait Benfica-Lyon. À Paris, les jours de match riment souvent avec annulation. Nantes traverse le même genre de désagrément… Par conséquent, on a pu retourner à la base plus tôt et faire comme tout le monde : suivre le match.

On remercie par ailleurs Antoine Peyron pour la balade en voiture. Il a l’air sacrément au taquet, celui-là aussi. Mais on ne l’a pas encore vu jouer, ce qui serait tarder !

On s’en moquait complètement, de ce match… Sauf qu’il y avait un live Twitch des Commentaires Connards ! Si vous avez manqué le stream (dommage !), voici le best-of… D’ailleurs, vous verrez, on y participe en quelque sorte…

Une journée pour rien ? Pas du tout ! Suivre Maxime Stockner arpenter Nantes, c’est le voir saluer des gérants de bar partout, parrainer les futurs talents du rire et prendre un rôle de leader ! Franchement, les Tocards savent faire vachement de trucs. Le mieux, c’est quand il raconte la genèse de la scène nantaise, très riche en histoire. Il nous a asséné plusieurs dizaines de noms à la suite, ça vaudrait peut-être le coup d’en faire un musée !

Mercredi au West Side Comedy Club

Le West Side Comedy Club, c’est de l’humour dans un cadre presque cinématographique. Le lieu ressemble à Pirates des Caraïbes ou un truc du genre (là, c’est le moment où Arezki Chougar aurait bien mieux expliqué !). Les humoristes jouent à fond cette carte avec des jingles de qualité pour annoncer la soirée, comme ça peut se faire au Comedy Store ou… au cinéma !

Le public est habituellement exigeant, mais ce mercredi soir, on me confie très rapidement que les rires sont plus faciles à obtenir que d’habitude. Jérémy Ippet, alias le mec importé de Paris cette semaine, est de nouveau présent et cartonne.

C’est aussi le soir où je découvre William Pilet, dont la notoriété locale se vérifie immédiatement. Antoine Sentenac le remplace au pied levé car il doit assurer la première partie de Nilson au Théâtre 100 Noms, à deux pas du West Side. Sa chauffe est réussie, malgré un vrai stress dû à cette première. Antoine Peyron apporte une assistance en tant que sniper, un Laurent Baffie des plateaux d’humour. Ses interventions sont percutantes, il semble adorer l’exercice. William Pilet reviendra en cours de soirée pour co-animer et assurer son passage.

L’instant Cyril Lignac : ingrédients d’un raté, mais recette réussie

La soirée aurait pu mal tourner : grève des transports inopinée, Tocards à Paris pour un casting, catering improvisé, ardoise du line-up qui se brise sur scène… Au passage, je n’avais jamais entendu le mot « catering » à Paris dans des plateaux, mais peut-être que je ne traîne pas dans les plus chics ? On le saura quand l’organisation du comedy club de Fary acceptera ma demande d’invitation pour la première (ça n’a pas l’air gagné #ghosting).

Ici, on ne se la raconte pas, on fait des vannes. On ne théorise pas sur ce que doit faire le voisin, on fait des vannes. L’ambiance est saine et tout le monde se charrie avec bienveillance.

De fait, au terme de la soirée, le roast est de qualité. Vous savez quelle est mon exigence à ce sujet après la semaine dernière au Laugh Steady Crew, d’ailleurs ! Petite instru qui claque, Maxime Stockner en PLS face à son sens du rythme, bafouillages intempestifs vite remplacés par une vraie envie de produire un show de qualité.

Team chemise à carreaux : un membre du stand-up à Nantes postule

En bref, une belle soirée dans un beau lieu avec des gens drôles. Que demander de plus ? Peut-être parler d’Antoine Peyron. Oui, mec, je sais que tu as peur de moi — comme tous les humoristes émergents, quoi.

Ta chemise à carreaux, qui rappelle Rémi Boyes ou Omar DBB, t’immunisait sans doute. Ton rythme lent et désabusé rappelait lui aussi quelqu’un d’éminent à la capitale, l’ambassadeur Ghislain Blique. Tu étais à l’image de la soirée : agréable à écouter, avec des blagues qui emportaient l’adhésion et d’autres qui mourraient sur le champ de bataille.

Parce que si le public était bienveillant, il savait faire la différence entre les bonnes blagues et celles qui étaient un peu plus faciles. Tout le monde a donc pu travailler en bonne intelligence, de Jihef à Peyron. Basile a réalisé l’une des plus belles prestations de la soirée (on m’en avait dit le plus grand bien) et tout le monde a été bon. Allez, on enchaîne !

Jeudi à Nantes : shooting photo, Mario Kart et Stand-up Factory au Théâtre du Sphinx

Jeudi marquait la première journée intensive de la semaine. Dès 13 heures, je débarque chez Kévin et Maxime, l’antre des Tocards. Ils engloutissent des patates en un temps record, tandis que Clément met en place le décor de la séance photo. Aujourd’hui, une grande partie de la scène nantaise se donne rendez-vous au QG du rire pour refaire l’affiche du West Side Comedy Club.

Malgré un retard inévitable d’une heure et demie d’un des talents prometteurs du rire ici, l’ambiance est au beau fixe. Maxime continue de mener la bande avec bienveillance et fermeté, alternant entre moments de LOL et direction artistique. Comme d’habitude, William Pilet, Basile ou encore Antoine Peyron sont dans la déconne permanente. Deux passages face à l’objectif sont nécessaires pour quelques uns, et Maxime entame un défilé de mode avec ses chemises improbables. William Pilet est impressionné : tout va à Maxime, alors que lui ne se sent pas l’âme d’essayer… C’est aussi ça, le stand-up à Nantes.

Combler les blancs d’emploi du temps… et du public

Ensuite, certains s’en vont, d’autres restent en s’affrontant à Mario Kart ou en commentant les podcasts de l’After Foot sur RMC. L’après-midi, c’est un moment d’attente pour l’humoriste : soit il travaille, soit il décompresse.

Car la soirée approche : le jeudi à Nantes, c’est du stand-up dans un théâtre ! Le lieu, assez ancien, a du cachet. Le catering est parfait, et la bande est de retour. La discussion n’est pourtant pas légère : ça parle argent et répartition équitable des recettes. Ici, l’échange est courtois : la bande cherche à ce que tout le monde s’y retrouve et à créer un système homogène entre les plateaux. Gérer une série de plateaux, ça ne s’improvise pas : la bande nantaise n’a décidément rien à voir avec la tocardise…

Je profite de la soirée en commençant à jauger cette nouvelle scène. Toute la semaine, j’étais impressionnée car ils montent sur scène depuis plusieurs années. Parmi eux, il y a des humoristes très jeunes, toujours étudiants pour certains. Ce décalage entre jeunesse et expérience stand-up produit un cocktail intéressant : ça travaille dur, ça a envie de voir sa progression… Comme une impatience à voir les fruits de leurs efforts. Leur ambition est là, mais elle n’écrase jamais le voisin.

L’exigence est élevée : si je passe un bon moment stand-up à Nantes, ils ont l’impression de patiner. Les réactions du public ne sont pas à la hauteur de leurs attentes, comme si quelque chose ne passait pas. Est-ce la culture stand-up ? Je ne crois pas.

Les forces en présence

D’autant plus que les talents sont très variés. Antoine Sentenac, fort de trois ans de scène à seulement 23 ans, fonctionne très bien. Il lui manque encore une chose, qu’il applique parfois mais pas en permanence : moins expliquer les vannes. Le genre de truc qui pourrait l’aider à raccourcir son set d’une minute. Pour le reste, c’est parfait : les variations de rythme, le ton, la présence sur scène. On comprend pourquoi on y croyait.

Kévin Robin est fidèle à lui-même : ce qu’il raconte est à la fois original et drôle. Un angle qui fait du bien, amené avec candeur et espièglerie. On adore. Maxime Stockner nous offre le meilleur storytelling qu’on a entendu de lui. À Paris, on l’avait entendu parler de parapente (je ne sais plus, mais le truc en l’air) et là, c’était plus authentique et intéressant.

Jérémy Ippet termine son périple nantais avec un nouveau bon passage. Son imitation de Thomas Ngijol fait mouche : bien exécutée, elle conclut son passage stand-up soigné.

Antoine Peyron confirme que son personnage nonchalant désabusé aime le trash. J’adore le voir réussir tout de même à transmettre une certaine sensibilité ou fragilité qui le rend attachant. Au moment où les artistes saluent, il fait un gag pour moi avec ses chaussures à 20 balles (il nous l’a dit 22 fois, mais je me suis éclipsée pour m’envoyer un morceau en plus de quiche).

Et que dire de la chauffe de Yohan Bertetto, dont la voix cassée rend son intervention encore plus drôle : on a mal pour lui. Il est sur le fil du rasoir, il s’accroche et malgré tout au rendez-vous après une absence mercredi. Mardi, il jouait à Saint-Nazaire, et sa voix était encore plus mal en point. Ça a tenu le coup, mais c’était difficile. Chapeau l’artiste !

Stand-up à Nantes : bilan d’étape

La soirée est la plus agréable de la semaine pour moi, car j’ai le temps de me poser et de regarder. Au lundi de merde, l’ambiance de test ne permet pas de jauger le niveau. Mardi, l’annulation a douché mes espoirs. Mercredi, le West Side Comedy Club était davantage une soirée d’ambiance où j’écoutais à la fois les ragots en coulisses et les sketches, donc le message ne passait pas si bien.

J’ai dû m’éclipser rapidement, d’épuisement face à ce rythme effréné du stand-up à Nantes. Je me demande comment ils font pour tenir la distance, car je suis de plus en plus épuisée. Pour me faire pardonner, j’offre Off the Mic aux nantais pour les remercier de leur hospitalité. Heureusement, j’ai le droit à un nouveau tour en voiture avec Jérémy Ippet. Il écoute les sets de Bill Burr et d’autres en roulant : pas de doute, c’est un humoriste ! Moi, quand je joue des pédales, j’écoute Sympa la vie, donc je comprends.

Vendredi à Nantes : public intraitable au Week-end Comédie

Le vendredi, je me réjouissais de retrouver un plateau qui ressemble beaucoup à un rendez-vous parisien. Une salle exigeante, un décor tamisé et des humoristes prêts à aller au casse-pipe.

On ne va pas se mentir, c’était un champ de bataille. Maxime Stockner venait de faire la première partie de Yohan Bertetto et annonçait la couleur : il sortait tout juste d’un bide. Pour chauffer une salle gelée, il a ramé… comme ses collègues.

Chacun s’est battu comme il pouvait face à un public multiculturel : États-Unis, Vendée, Nord-Pas-de-Calais… Certains interrompaient les comiques sans aucune gêne. Face à cet engouement absent, les humoristes vivaient un moment difficile.

Ce qui est frappant dans tout ça, c’est le lien hyper-fort entre eux. Ils se marraient lorsque la salle restait de marbre, il y avait un vrai esprit de camaraderie. Au fil de la semaine, je commençais à me dire que c’était vain de comparer Nantes et Paris, mais c’est beaucoup plus fraternel ici car il y a un seul clan d’humoristes stand-up à Nantes.

Je repars à Paris après avoir été merveilleusement accueillie ici. Et j’ai hâte que l’épisode inédit des Tocards où je les interviewe sorte… On vous livrera aussi une interview écrite de Kévin Robin et Maxime Stockner comme d’habitude !

Stand-up à Nantes : le bilan

Cette semaine était intense, voire inoubliable. J’ai hâte que ces humoristes puissent plus facilement faire la navette entre Paris et Nantes, et que les humoristes habitués des plateaux parisiens découvrent cette ambiance si spéciale.

On ne voit qu’une infime partie dans les 2 tocards font du stand-up. La réalité est plus professionnelle et mature que cela, d’autant plus que la bande est très jeune. L’héritage laissé par un Edgar-Yves ou un Alexis le Rossignol, qui ont débuté ici, est entre de bonnes mains. On leur souhaite de progresser encore, et vu leur attitude, on n’a aucun conseil à leur formuler. Longue vie au stand-up nantais !

[post_title] => Stand-up à Nantes - Journal de bord live [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-nantes-reportage [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:21 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7293 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 7224 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-24 17:03:43 [post_date_gmt] => 2019-10-24 15:03:43 [post_content] =>

Dimanche dernier, un rendez-vous nous tendait les bras : le Bunker Comedy Club aux Écuries. Aux manettes de ce nouveau plateau : Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos. Des comiques qui se font rares, pour lesquels leur fanbase s’extasie sur deux syllabes : DAVA.

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos : d’où vient cette hype ?

Pour être honnête, on n’a pas compris, au début. On a bien saisi le phénomène de rareté : deux gars qui semblent désinvoltes, au talent fou, qui se font désirer. On s’est interrogé : sont-ce des humoristes de bobos ? Aucune foutue idée.

Pour paraphraser un Gaspard Proust, les médias branchés comme Les Inrocks se branlent littéralement sur le phénomène. Avec cette manière si habituelle de les annoncer comme les futurs grands de je ne sais quoi. Mon cher petit journaliste, pourrais-tu m’expliquer pourquoi au lieu de m’exclure du délire Paris-intramuros ? Tu ne m’entends pas, je suis au-delà du périph’ alors bon.

Sauf qu’on est en train de tomber dans le piège à notre tour. Des gens très, très différents citent Augustin Shackelpopoulos (ça a l’air d’être le plus attendu des deux*) comme une référence… Il leur a donné envie de faire du stand-up, parfois. Il y a des gens comme Anne Dupin, Bobbin, Humourman… La liste n’est clairement pas exhaustive.

*Après vérification, les fans apprécient les deux de la même manière. La force de Sacha serait le texte, celle d’Augustin, le clown. Si Augustin paraissait plus attendu, c’était pour son absence des plateaux depuis longtemps. Reprenons l’enquête…

Lors de leur plateau, Haroun a joué. Et il a commencé son set par une déclaration d’amour à leur humour. Un truc d’admiration qu’on attendrait d’un petit nouveau, mais pas d’un mec aussi capé que Haroun. Je le regardais pendant le passage d’Augustin : non seulement, il écoutait, mais il était mort de rire tout le long.

Leur arme fatale : la technique

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos sont là pour performer. Techniquement, c’est parfait : ils nous amènent là où ils veulent, quand ils le veulent, et nous font atterrir à un endroit que l’on n’aurait jamais imaginé. Et cela, ils y parviennent à chaque blague.

Il leur en faut, de la technique, en vrai. Parce que vu leur attrait pour les blagues qui font référence aux nazis, on pourrait vraiment tomber dans de la grosse daube. Je ne sais pas si c’est la méfiance face à une foule de fanatiques ou l’énergie de la salle qui me contaminait, mais j’étais un peu perdue. D’habitude, soit j’aime, soit je n’aime pas. Là, je tombe dans le même écueil que Les Inrocks et je me mets à regarder ça comme de l’art.

Un lieu propice au stand-up de qualité : les Écuries

Il y a près de trois ans, je me rendais aux Écuries pour la première fois. C’était le premier vrai plateau que je voyais. Je suis même dans l’émission de radio, c’est vous dire que le spot du rire était en train de naître.

À l’époque, je découvrais Rémi Boyes. Il était encore là le soir du Bunker Comedy Club, et il y rejouait quelques passages sur Batman et les souris. Ça m’a mis un coup de vieux, et ça m’a aussi rassurée. Les bonnes choses restent les mêmes. Tant qu’il y a de l’humour aux Écuries, tout va bien.

Il est de bon ton d’aller aux Écuries. En cela, le Bunker Comedy Club a de quoi devenir le nouveau Dimanche Marrant. Ça fonctionne pareil : il faut arriver bien en avance, parce que la communauté répond toujours présente et que c’est blindé. Des gens debout, il y en a au-delà de la scène.

Sur scène, ce n’est plus Guilhem, ce sont Sacha et Augustin. Ça reste un peu le même cercle, il ne manque plus que Jean-Philippe de Tinguy. Pardon, mes tocs me reprennent. Mais tout est lié, car c’est grâce à Jean-Philippe que j’ai découvert un fait d’armes de Sacha Béhar.

À la fin de la soirée, Bobbin m’a demandé pourquoi je n’interviewais pas ces deux compères. Je lui répondais que c’était un peu comme pour Yacine Belhousse. Face à tant de fans autour de moi, j’avais peur de poser des questions bêtes ou de ressentir un syndrome de l’imposteur.

Deux minutes plus tard, on s’approchait de Haroun et Augustin avec Humourman. Et j’ai enchaîné sur une discussion sur la Formule 1 surréaliste avec Augustin. Elle durait, elle durait. Je ne comprenais pas, et je compris encore moins ensuite : peut-être qu’il ironise sur le fait d’être intéressé et qu’il est dans son personnage. What the… Le mec avait l’air normal, j’ai sans doute encore loupé un truc. Ou bien suis-je la seule à conserver un brin de lucidité ? Je suis, plus que jamais, perplexe.

Mais c’est aussi une occasion en or de vulgariser un humour pour le faire comprendre au grand public. Une question subsiste : veut-on aller sur cette pente, ou ces deux compères doivent-ils continuer d’appartenir à leur communauté ? Je ne veux pas y répondre pour le moment, semble-t-il. Il va falloir attendre. Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos aiment faire languir les gens, ils le comprendront très bien.

En résumé

Je suis rentrée bien, et bien rentrée, après cette première aux Écuries. Je n’ai toujours pas compris la différence entre les plateaux DAVA et Bunker Comedy Club**, vu que ça se passe aux Écuries à chaque fois. Peu importe, il y avait du beau monde dans le public — et on n’était pas au Barbès Comedy Club. Il y avait même, selon mes interlocuteurs, Babor. Encore une référence ultra-conne pour certains, absolument inconnue pour d’autres.

**Apparemment, DAVA c’est un truc à deux, tandis que Sacha Béhar organise le plateau…

Trois ans après ce premier plateau aux Écuries où je ne connaissais et parlais à personne, la scène humoristique a bien évolué. On regrette l’absence de femmes sur la première du plateau, mais je crois que ce soir-là, tout le monde s’en cognait. Les deux stars de la soirée étaient bien Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, ou Augustin Shackelpopoulos et Sacha Béhar. Faut-il les citer dans un sens prédéfini ? Si vous êtes fans et que vous me détestez de cette interrogation, expliquez-moi, ça aidera tout le monde.

[post_title] => Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sacha-behar-augustin-shackelpopoulos [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-25 09:21:14 [post_modified_gmt] => 2019-10-25 07:21:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7224 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 7141 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-14 17:00:51 [post_date_gmt] => 2019-10-14 15:00:51 [post_content] =>

L’humour à Paris continue d’être bouillonnant. Voici nos conseils de sorties humour incontournables pour profiter au maximum de votre mois d’octobre, en plateau d’humour ou en spectacle !

Parmi les sorties humour incontournables, voici les late shows et podcasts en public

Vous voulez voir des humoristes se marrer entre eux, et jouer à des jeux moins bizarres que Vendredi tout est permis ? Pour cela, suivez les actualités de Seb Mellia et Tania Dutel.

Seb Mellia…

Seb Mellia organise le podcast 4 comiques dans le vent, mais à contresens au République. Vous n’avez pas de place pour le prochain rendez-vous du 20 octobre ? Attendez quelques jours ou semaines de plus, vous le retrouvez sur YouTube !

Pour l’avoir vu en live, c’est tout de même un événement à faire en vrai. À 5 euros l’entrée, ça vaut vraiment le coup. On ne conseille pas forcément de le faire à chaque fois, parce qu’il faut être sûr d’être disponible tant les places partent vite et vous ne savez pas forcément la programmation quand vous réservez… Si vous suivez assidument Seb Mellia, on vous conseille l’alerte BilletRéduc — vous serez averti dès l’ouverture de la billetterie…

…ou Tania Dutel ?

Tania Dutel invite quant à elle Noman Hosni et Yacine Belhousse au Jardin Sauvage. La réservation est gratuite, et vous mettez ce que vous voulez au chapeau. Il reste encore des places à l’heure où on publie ces lignes… Ce n’est pas un podcast, donc vous devez venir pour vivre la soirée. La soirée est plus variée qu’une conversation : les jeux sont assez marrants, comme on a pu le constater lors de la première au One More en live.

Parmi les sorties humour incontournables, les plateaux de tests : le Laugh Steady Crew fait des émules

Vous vous souvenez de l’anniversaire du 33 Comedy ? C’était tout simplement trop bien. Vous auriez aimé le vivre, mais vous aviez manqué la soirée ?

30 octobre - Laugh Steady Crew édition anniversaire

On a la solution : le Laugh Steady Crew organise son anniversaire le 30 octobre ! L’ambiance devrait être similaire au Bar à Bulles, à côté du Moulin Rouge. On avait décrit ça avec le mot suavemente les copains, mais ça va être plus fort encore.

Pourquoi ? Parce qu’ils invitent, entre autres, Alexandre Kominek. Souvenez-vous du rencard avec un bâtard sensible ou du podcast de Rosa Bursztein… Avec tout ça, cette soirée risque d’être inoubliable.

Dernier truc génial : le jeu-concours pour vivre une expérience encore plus agréable au Sacré Frenchy !

https://www.instagram.com/p/B3d_R1EAg7k/

Tous les mercredis - After Work Comédie

Offrez-vous un before une semaine avant à l’After Work Comédie ! Cette ancienne scène ouverte du Jardin Sauvage évolue ! Shirley Souagnon chapeaute les créations des artistes sur scène et la sélection devient plus relevée. Qui est responsable de ce changement ? Probablement les gens comme Manu Bibard qui commentaient sur le groupe secret et qui ne jouaient finalement pas. On cite Manu pour le vanner, mais au final, la dérive atteignait de nombreux humoristes ! Lucie Carbone reste aux commandes de ce plateau, qui propose aux humoristes de parler de sujets d’actualité en trois minutes inédites.

Tous les mercredis - L’Entre-potes Comedy Club

Le mercredi, c’est définitivement le jour du test. On y sera cette semaine pour une soirée roasts. Les roasts, ce sont des clashs et apparemment, ces roasts seront thématiques ?

C’est confus dans votre tête ? Nous aussi ! C’est pour ça que l’Entre-potes Comedy nous intrigue… D’autant plus que les premières éditions au Soleil de la Butte ont satisfait les nombreux humoristes.

Les plateaux d’humour sont souvent des lieux où les humoristes jouent en solo… Alors l’Entre-potes essaie d’amener l’ambiance de troupe qui rend l’improvisation conviviale ! Il y a même des capitaines d’équipe qui contribuent encore plus à l’émulation de base.

J’ai croisé Clovis, l’organisateur. Le mec a présenté son concept aux comiques avec des PowerPoint. Il est au taquet, si bien qu’on en a déjà parlé. On a hâte de vous raconter ça après l’avoir vu, mais on sait déjà que ça va être cool !

Le mercredi, c’est verrouillé…

Du coup, ça fait beaucoup de plateaux à voir le mercredi. Le pire, c’est qu’il y a aussi La grosse marrade ! Ça a l’air dingue, ce plateau géré par Hugo Muzelle où Thibaud Agoston a ses habitudes… Hâte de voir ça en vrai, mais à ce rythme, on va avoir du mal à se détripler.

Parmi les sorties humour incontournables, deux spectacles pour crâner : Tahnee et Paul Mirabel

On devait les voir depuis longtemps, on va rattraper un retard de plusieurs mois ! Tahnee commence à émerger comme une voix du stand-up qui compte. On a hâte de voir sa bonne humeur intégrée à un spectacle qui nous fera sans doute réfléchir, mais surtout rire !

Quant à Paul Mirabel, son aura sur scène nous intrigue. Souvent, on l’a vu brièvement et dans de très grandes salles. Alors imaginez notre bonheur de le voir très bientôt dans l’écrin intimiste de la Petite Loge ! Pour avoir vu le spectacle de Ghislain Blique juste après (il est super), on a pu voir les spectateurs sortir du spectacle de Paul. Ils avaient l’air conquis. Un bon signe, que vous ajoutez aux avis positifs de la presse et aux passages convaincants de Paul en plateau… Ça devrait être génial aussi, comme tous les spectacles qu’on recommande, d’ailleurs !

En résumé

Voilà un aperçu des belles soirées qui nous attendent dans cette dernière quinzaine d’octobre… Et vous, quelles seront vos sorties humour incontournables ?

Crédits photo

© Fabrice Mawule Houessou

[post_title] => J’ai envie de voir… Nos sorties humour incontournables d’octobre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sorties-humour-incontournables [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-14 17:16:18 [post_modified_gmt] => 2019-10-14 15:16:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7141 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 6962 [post_author] => 10 [post_date] => 2019-09-27 17:30:08 [post_date_gmt] => 2019-09-27 15:30:08 [post_content] =>

Lundi dernier, le One More Joke reprenait du service au Jardin Sauvage, la péniche du quai d’Austerlitz. Pour l’occasion, les fondateurs nous ont réservé quelques surprises. — Par Louis Bolla

Les organisateurs du One More Joke sont ainsi revenus le 23 septembre dernier au Jardin Sauvage. Ils lançaient alors leur saison de blagues. Car ce plateau va continuer de changer de lieux pour vous faire rire ! Géré par Certe Mathurin, ce plateau a connu une courte pause depuis janvier. Les habitués se contentaient alors de quelques dates occasionnelles. Pour son retour, la soirée affichait complet. C’est le fruit du travail des frères Antoine et Hugo Rapin, coproducteurs, et de Camille de Langlais, qui chapeaute la communication et la logistique.

Pour ma part, j’assistais à cet événement pour la première fois. Arrivé à 19 heures, je comprends que le début du show est dans une heure et que ma marche rapide a été aussi utile qu’une doudoune en plein été. Quelques personnes sont déjà présentes et je les soupçonne d’être des habitués. Ou alors, ils avaient prévu le coup. Tout le monde se regroupe à l’entrée de la péniche pour écouter le musicien qui se produit jusqu’au début du spectacle.

La particularité du One More au Jardin Sauvage

Le son Morning in Japan du français Fakear marque le début des hostilités. Les gens tapent dans leurs mains automatiquement, ils comprennent ce qui se joue : « Messieurs-dames, préparez-vous à rigoler ! ».

L’animateur, toujours Certe Mathurin, entre en scène pour présenter le déroulement de la soirée. Dès le départ, il annonce une surprise : ses potes humoristes Sam Blaxter, Gabriel Francès et Romain Barreda ont écrit une chanson. Sans prétention, et avec la banane, ils débarquent sur scène sous les applaudissements du public. Ils amorcent ainsi le début de saison avec un rap conscient et dénonciateur — rassurez-vous, c’est une blague.

La programmation défile ensuite : Doully, Louis Dubourg, Rémi Boyes, Shirley Souagnon, Panayotis et Certe Mathurin. Au moment d'annoncer le dernier invité, une deuxième surprise nous prend tous de court. Gabriel Francès montera finalement sur scène à la place de Djimo. Ce dernier, trop lent pour certains et indisponible pour d’autres, n’a pas pu venir.

Enfin, le One More Joke est une expérience qui ne se limite pas qu’au plateau d’humour. L’accueil musical annonçait la couleur de la suite de la soirée. Pour clôturer la soirée, les frères Rapin entraient en jeu pour l’habituel blind test du One More. À les entendre, seuls les courageux restent à cette étape de l’évènement. Un peu timide pour révéler si oui ou non c’était ma première participation, je suis donc resté discret et me suis niché au fond de la cale du bateau.

One More ?

Cette année, ce célèbre plateau de la capitale change de fréquence. Le rendez-vous n’est donc plus hebdomadaire mais mensuel. Cette nouvelle formule ne signifie toutefois pas une charge de travail moins dense. Les concepts changent également entre deux dates et le plateau s’exporte.

La prochaine date, prévue en octobre, est un stand-up caché. Concrètement, le lieu et le line-up ne seront révélés qu’au dernier moment aux spectateurs. Autre événement : en novembre et janvier prochain, le One More se déplacera respectivement à Bordeaux et Bruxelles.

Signalons enfin une autre nouveauté assez innovante : le partenariat entre la marque et la société de livres audio et de podcasts Audible. Vous pourrez retrouver chaque édition du One More Joke en podcast avec des bonus et des chroniques en supplément ! Toutes les infos seront sans doute communiquées sur le tout nouveau site internet du One More Joke.

Le One More signe donc sa rentrée avec succès en imposant son concept et sa vision de l’humour français.

Crédits photo

© Bazil

[post_title] => One More Joke au Jardin Sauvage : retour sur la reprise [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-jardin-sauvage [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-02 16:56:10 [post_modified_gmt] => 2019-10-02 14:56:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6962 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 6835 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-12 12:06:22 [post_date_gmt] => 2019-09-12 10:06:22 [post_content] =>

Proposer un thème au Laugh Steady Crew ? Si vous vous demandez de quoi on parle, vous n’avez pas encore découvert la troupe de Thierno Thioune. Le concept de ce plateau : les humoristes doivent créer un sketch autour de 4 thèmes définis lors de la soirée précédente.

Ils ont une semaine pour se débrouiller avec des thèmes comme « les cheveux » ou « arracheurs de dents », ou encore « posologie ». Bon courage, donc ? Traditionnellement, je laisse le public choisir les thèmes. Mais pour la rentrée 2019, j’ai tenté l’expérience.

Mon thème au Laugh Steady Crew : Charles Leclerc

Pour ne rien vous cacher, j’avais trop peur d’énoncer mon thème, et en même temps trop envie. Parce que c’est toujours pareil : il y en a toujours un qui braille ce qu’il veut, et moi je me tais parce que je ne m’impose pas dans un groupe. Il me faut attendre un silence d’au moins quatre secondes. Et après qu’un mec passablement bourré a proposé : « sirop d’érable », j’ai pu profiter de ces quatre secondes.

Et ensuite, j’en ai pris quatre autres pour savourer l’instant et sortir mon thème à moi. Un thème qui semblait étranger à tout le monde.

— Charles Leclerc !

— Quoi ?

Il n’y a pas que les jeunes humoristes qui sont inconnus du grand public. Charles Leclerc l’est aussi. Même vous, lecteurs du spot du rire, vous avez peut-être manqué cet article où j’ai subrepticement glissé son blaz.

Après une brève explication de texte (merci Avril), c’est Loïc Fontaine qui a commencé à protester. Je l’aurais fusillé sur place, et je ne sais pas si mon agacement s’est senti. Toi, tu veux m’enlever mon thème à moi ? Tu sais pas quelle vie je mène, etc., etc. Laisse-moi cette victoire ou je te sors de la troupe (j’ai des contacts hauts placés).

Heureusement, le MC acceptait de faire figurer ce thème au Laugh Steady Crew, sans qu’aucun incident diplomatique n’intervienne. Ironie de l’histoire, Loïc Fontaine a choisi ce thème. Il faut dire que les deux derniers thèmes, « pissenlit » et « Pierre Metzger » (comprenez Pierre DuDza), étaient tout aussi complexes à traiter.

Contre toute attente, le thème fait un tabac

Quand tu proposes un thème au Laugh Steady Crew, tu as tellement envie d’être là la semaine suivante. Tu es dans un état d’esprit assez dictatorial car tu contrôles la créativité d’une partie d’une troupe artistique. Ils bossent pour ton petit plaisir égoïste. Et c’est légal.

Mais ce choix de thème n’était pas anodin. Il avait l’air complexe, parce que si vous n’avez pas les références hautement techniques d’un sport de niche, certaines références ne passent pas. Mais en réalité, pour bien connaître ce thème, le parallèle avec leurs destins respectifs existait. Au Laugh Steady Crew, on assiste à l’éclosion de talents — ce que Charles Leclerc est en train de vivre dans son monde de niche. Au final, quatre membres de la troupe ont choisi Charles Leclerc. J’avais déjà gagné.

Triomphe au Laugh Steady Crew

En pole position, Jean-Paul SP bosse son sujet

Jean-Paul SP, gagnant de l’open mic la semaine précédente, ouvrait la soirée. Il pouvait faire du sur, mais il tenait à se prêter au jeu du test. Pour l’avoir vu rôder ce passage au Buttes Chaumont Comedy Club, il avait vraiment envie d’en découdre.

Il avait vraiment bossé le sujet. Ça a permis au magazine AutoHebdo de vendre un exemplaire de plus, au podcast officiel de la Formule 1 de gagner un auditeur… et même à Netflix de faire connaître un peu mieux la série « Pilotes de leur destin ».

Le résultat était très satisfaisant. Déjà, c’était le seul à proposer des faits 100 % véridiques, et puis son angle sur la passion fonctionnait bien. Son capital sympathie aussi. Le seul regret, c’est de l’avoir vu débuter la soirée. Le MC l’a envoyé au casse-pipe. En éclaireur face à un public qui se rôdait encore, il a tenu bon et les applaudissements étaient généreux.

Je lui accorde donc le prix « Alain Prost » pour cette prestation. Bravo Jean-Paul !

Sur la première ligne, Mahaut prend un départ canon

Vous n’avez pas idée à quel point je m’amuse avec mes métaphores. La deuxième à passer sur le grill, c’est Mahaut. Forte d’un premier bon passage pour ses débuts dans la troupe, elle montrait encore qu’elle savait jouer aux avant-postes. Cette rookie enthousiasmante a failli tomber dans le cliché de dire que la Formule 1 ne consiste qu’à tourner en rond.

Heureusement, elle a évité la sortie de piste avec un angle très drôle et malin sur les héros du quotidien. En prime, elle a réussi à mettre sa patte et sa personnalité dans le sketch. Et que dire de son imitation du bruit des Formule 1 ! Pour m’y connaître grave sur le sujet, elle a été meilleure que les vrais protagonistes. Mahaut, tu peux le vérifier ici.

Je lui accorde donc le prix « Lando Norris » (un nouveau venu super drôle et populaire, roi des meme sur le web) pour cette prestation. Bravo Mahaut !

L’outsider Loïc Fontaine fait parler son expérience

Troisième à se prêter au jeu, Loïc Fontaine a clairement manqué son départ. Comme la semaine précédente, ses jeux de mots n’impressionnaient pas le public.

Mais Loïc Fontaine est un vétéran du rire par rapport à ses petits camarades. Techniquement, il sait mettre au point un sketch. La partie sur le père de Charles Leclerc était maladroite de mon point de vue, car je me disais que Loïc ne savait peut-être pas que Charles a perdu son père en 2017. Ou que son destin est très particulier.

Mais nous y reviendrons, et puis à part moi, personne ne savait qui il était. Loïc l’a vérifié grâce à un « Par applaudissements, qui connaît Charles Leclerc ». Il n’y avait que moi — ça me rappelle des souvenirs sur des humoristes qui posent la même question sur eux-mêmes. Certe Mathurin, je continuerai d’applaudir dans l’espoir de ne plus être seule. Passons !

C’est avec des panneaux de signalisation que Loïc Fontaine a débloqué son compteur de rires pour de bon. Une valeur sûre pour tous les gens qui connaissent les Ratz. Oh, non, encore une référence obscure qui mêle bagnole et blagues. Déso pas déso.

C’était un soulagement, le signe que Loïc venait de lancer sa saison. Comme quoi, il était pas si mal, ce thème !

Je lui accorde donc le prix « Sebastian Vettel » (un mec ultra-primé qui, malgré quelques passages à vide, sait toujours rebondir) pour cette prestation. Bravo Loïc !

Le favori de l’épreuve, Avril, glane un nouveau succès

Quand tu arrives en position de favori, tous les paramètres peuvent te faire chuter de ton piédestal. Bien sûr, tu arrives sur le ring avec la confiance de ton dernier succès.

Mais tu as tout à perdre dans cette position de numéro 1. On t’attend vraiment au tournant, l’intérêt médiatique grandit, etc. Vous l’avez sans doute lu plus haut, Avril était le seul à connaître Charles Leclerc. Aujourd’hui, je vous le dévoile en exclusivité : c’était un test.

Parce que c’est bien gentil, d’être découverte humour. Il faut savoir passer à l’étape supérieure et devenir une confirmation. Je lui avais dit que je n’avais aucune exigence. En réalité, j’attendais énormément. Il avait l’avantage de la connaissance du sujet, il ne devait pas se planter.

En sports mécaniques, une expression revient souvent : taille patron. Rien à voir avec le fait de tailler une pipe à son patron (ça, je l’écris simplement pour faire rire Pierre DuDza). Cela signifie donc que tu domines ton sujet de bout en bout.

On l’a dit plus haut, le destin de Charles Leclerc est compliqué. Il a perdu de nombreux proches tout au long de sa vie, et c’est cet angle-là qu’a choisi Avril. La dernière fois, c’était fin août. Le nombre de micro-références était dingue. Déjà, Avril commençait en demandant à une personne du public d’enlever sa casquette. Mais franchement, c’est exactement ce que les pilotes doivent faire dans les moments solennels et de recueillement. Purée, ce que ça commençait bien.

Mêler le comique et le tragique, c’est entrer dans la cour des grands du rire

Et commencer par évoquer la mort de Jules Bianchi, mêler le comique et le tragique… J’étais émue, moi qui ai suivi tous ces événements, parfois en direct. Je lui ai dit ensuite que c’était un bel hommage et une sacrée prise de risque.

Le public n’avait pas cet historique, mais il n’en a pas eu besoin. Les gens autour de moi éclataient de rire, tandis que l’intensité du passage allait en grandissant. Ensuite, c’était globalement du Avril dans le texte et dans le jeu. Une liste de personnes pour lesquelles Avril trouvait un lien avec Charles Leclerc. Un finish tranquille et efficace sur Pierre DuDza, son acolyte — comme un rappel du reste. Juste la bonne durée, et il s’en est allé.

Le meilleur moment intervenait finalement après le passage. Avril n’était pas pleinement satisfait. Et dans ce monde, qui, malgré les louanges de la foule et les compliments de ses pairs, continue d’être insatisfait ? Charles Leclerc. Mis à part quelques détails, je vous laisse comparer :

Il n’a pas le trac dans les moments importants même si au fond de lui ce n’est évidemment pas toujours simple. (…) C’est aussi un gros travailleur, très dur envers lui-même. Il a énormément confiance en lui et sait qu’il est très bon mais il met aussi la barre très haut. (…) La vitesse à laquelle il apprend m’impressionne.

Nicolas Todt parle de son poulain

Je lui accorde donc le prix « Charles Leclerc » pour cette prestation, synonyme de victoire. Bravo Avril !

Proposer un thème au Laugh Steady Crew : faites-le, c’est trop bien !

Peu de spectacles proposent au public une expérience aussi interactive que le Laugh Steady Crew. Je n’avais vraiment pas idée d’à quel point on a envie de voir le fruit du travail effectué. Moi, je venais simplement pour soutenir des talents en devenir. C’était la routine, comme d’habitude.

Là, ça m’a apporté une expérience nouvelle. Si vous avez une passion particulière comme moi, ou quelque chose que vous avez envie de voir développé sans embêter vos potes avec ça, c’est une aubaine. La chance de voir de nouvelles perspectives sur ce que vous connaissez le mieux. Je ne le referai pas pour ne pas traumatiser les humoristes, mais si j’étais une spectatrice classique, j’aurais rempilé avec un nouveau thème. Et vous, quelle sera votre proposition de thème ? Réservez pour le découvrir !

[post_title] => J’ai choisi un thème au Laugh Steady Crew, et c’était fou [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => theme-laugh-steady-crew-troupe [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-16 13:29:53 [post_modified_gmt] => 2020-10-16 11:29:53 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6835 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 6472 [post_author] => 10 [post_date] => 2019-07-22 15:46:59 [post_date_gmt] => 2019-07-22 13:46:59 [post_content] =>

Que l’on soit doté d’un cœur d’artichaut ou que l’on soit constitué de fibres de kevlar, les fins nous procurent toujours la même sensation. Proche de la tristesse, il n’est pas rare de déverser d’énormes sanglots nostalgiques…

Clap de fin pour le stand-up à La Grange

La fin. C’est ce qu’annonce le 33 Comedy Club. Dans la petite cave du bar La Grange, l’aventure telle que nous la connaissons s’arrête pour les 3 résidents et leurs invités. Fondée il y a trois ans par les humoristes Antek, Ghislain Blique et Jean-Patrick, cette salle de spectacle fait partie des plateaux d’humour en vogue de Paris.

Le lieu a reçu bon nombre de ceux qui parcourent les scènes parisiennes, nationales ou internationales. Il accueillait aussi les jeunes humoristes émergents. Or, cet été, la vente du bar La Grange contraint les artistes à déménager. Comme le One More Joke, en effet. J’y étais le 16 juillet pour l’antépénultième édition, avec Pierre Thevenoux comme invité.

Un accueil plus que rôdé

Un physio un peu particulier m’accueillait sur les coups de 20h30. Antek, l’homme aux lunettes rouges, circulait ainsi au milieu de la foule pour gérer les réservations. Première étape : choisir la boisson qui nous sied. Ensuite, tels de bons élèves, nous gagnions le sous-sol de l’établissement.

Quelques minutes plus tard, le public prenait place dans cette salle comble. Antek, le premier humoriste gagnait la scène pour assurer la chauffe et expliquer le concept de la soirée. Jean-Patrick, Ghislain Blique, Antek puis Pierre Thevenoux se succédaient devant un public néophyte et parfois un peu distrait.

Dans leurs prestations, des blagues déjà solides côtoyaient certaines nouveautés. Persuadé qu’ils ne ressortiraient pas convaincus de leurs passages, je les voyais pourtant satisfaits. Je trouvais le public peu réceptif, mais ils me confiaient qu’en été, le public n’est pas le même que le reste de l’année. Les vacances, les terrasses, le soleil : les gens ne s’enferment pas dans une salle mais passent leur temps dehors.

Dernières chances pour apprécier le 33 Comedy à Bourse

Si l’avenir du 33 Comedy n’est pas encore fixé, les deux dernières dates sont précieuses pour la scène parisienne. Elles se dérouleront mardi 23 juillet – avec Yacine Belhousse en invité – et mardi 30 juillet à 20h30. Pensez à réserver !

C’est donc l’occasion d’y rire une dernière fois ou d’y découvrir ces scientifiques de la blague pour la première fois. Mieux vaut tard que jamais, n’est-ce pas ?

L’auteur

Louis Bolla, ou SRGIO pour les fans d’art numérique, baigne dans le monde du stand-up depuis quelques temps. Il a découvert Le spot du rire pour préparer ses chroniques radio, et a eu envie de contribuer au projet. Il découvre désormais le milieu parisien avec des yeux émerveillés… et vous le fait partager !

Crédits photo

© Antek - 33 Comedy

[post_title] => Le 33 Comedy à la Grange, c’est presque fini ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 33-comedy-la-grange-clap-fin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-08-07 17:04:43 [post_modified_gmt] => 2019-08-07 15:04:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6472 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 6290 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-22 10:43:16 [post_date_gmt] => 2019-06-22 08:43:16 [post_content] =>

La fin de saison des plateaux humour approche. Pour autant, les organismes ne sont pas éreintés. Vous avez toujours la pêche pour rire ? Ils sont fidèles au poste, et je les ai vus se démener pour vous faire rire !

After Work Comédie

Lucie Carbone monte en puissance : showcase à la Petite loge d’un côté, création d’une scène ouverte un peu spéciale. En résumé, c’est le Laugh Steady Crew des artistes par les artistes.

Comment ça marche ? Chaque semaine, Lucie propose une série de thèmes sur l’actualité dans un groupe d’humoristes qui ont les crocs. Au début, c’était premier arrivé, premier servi. Alors évidemment, les abus allaient bon train. Si je parlais comme Tania Dutel, ça donnerait ça :

V’là ti pas qu’ils postent un commentaire pour être premiers de la liste, et ils le modifient pour avoir le thème de leur choix…

Depuis, les humoristes doivent proposer une punchline et Lucie sélectionne les meilleures pour décider qui joue. C’est grosse logistique pour offrir un spectacle de qualité par la toute nouvelle génération du rire en plateaux humour. Le format est très convivial et oscille entre talk-show et sketches inédits.

Qui participe ?

Hugo Gertner, Audrey Baldassarre, Julie-Albertine Lona Jackson, Mahaut, Mathias Fudala, Thibaud Agoston… ou encore Arezki Chougar et Rémi Lufuta ! Plein de monde s’alterne ainsi chaque mardi à 19h45 au Jardin Sauvage.

Ça dit quoi ? Comedy Club

La Boîte à rire continue de se faire une réputation. Ce théâtre ouvre ses portes à de jeunes humoristes. Oui, il faut faire le tri — mais c’est à ça qu’on sert au spot du rire ! On y avait déjà apprécié Adrien Montowski et Fabien Guilbaud, et aussi les plateaux Laughing Box Comedy et Cap ou pas cap comedy.

Depuis plusieurs semaines, le Ça dit quoi ? Comedy Club investit la salle. Aux commandes, Mathieu Polo et Alexis Tramoni. Le mode est très petit, parce que j’ai travaillé avec le frère de Mathieu Polo pendant un certain temps. Vu comment il citait sans aucune difficulté le répertoire entier de Kad et Olivier sur Comédie, je me disais que ça allait être assez beau de voir un autre membre de la famille amuser la galerie.

Zoom sur les maîtres de cérémonie, Mathieu Polo et Alexis Tramoni

Mathieu Polo a un style très tranquille. Pas tranquille comme Djimo, mais mesuré et posé. Il monte sur scène depuis moins de six mois, et sa formation au conservatoire l’aide à avoir une certaine prestance.

Au début, je croyais qu’il tombait dans des lieux communs, mais il nous a vraiment surpris avec des retournements de situation très appréciables. Il commence tout juste à montrer sa bouille sur les programmations de plateau, et j’ai hâte de voir son évolution !

Alexis Tramoni, c’est autre chose. Il est complètement dingue, presque dans un état second. Au début, j’ai vraiment cru que c’était un ringard fini. Il hurlait dans le micro et se foutait de lui-même avec une désinvolture inédite.

En réalité, le rire vient de là. Il nous arrive aussi violemment qu’avec un Florent Mathey ou un Monsieur Fraize. Ou mieux encore, un Timothé Poissonnet : ils jouent sur la même corde. Comment fait-il pour nous proposer un tel truc ? On finit par craquer et pleurer de rire. Un peu comme pour Yacine Belhousse, ne résistez pas à l’univers de ces artistes, ou vous allez saigner du nez. C’est la règle n°1 des plateaux d’humour, ça va de soi.

Qui participe ?

Parmi les premiers invités, vous pouvez découvrir plusieurs noms sympathiques. Alexandre Di Mambro, par exemple, mais aussi Timothé Poissonnet (l’association avec Tramoni est cocasse). J’étais là quand ils ont essayé de récupérer Pierre Thevenoux. Ça commence à être lourd.

Le Cercle du Rire

Mon histoire avec le Cercle du Rire a mal commencé. Le premier organisateur a accompli un travail formidable pour hisser son plateau vers la notoriété. Mais avec le spot du rire, ça s’est mal passé. Harcèlement pour parler du plateau, puis pour venir. On ne va pas se mentir, il y a eu clash.

Heureusement, aujourd’hui ce sont deux filles extrêmement drôles qui mènent la danse : Elsa Bernard et Anissa Omri. La dynamique a complètement changé, le lieu aussi : Alf, dans le 11e arrondissement.

C’est au Cercle que j’ai rencontré Alexis Tramoni. Et je l’ai revu en juin, quelques jours après le Ça dit quoi ? Comedy club. Il ne hurlait plus dans le micro, et restait drôle. J’étais étonnée de cette palette.

Karim chauffait la salle et Anissa gérait le tout tandis qu’Elsa se prélassait probablement en Corse. Ce plateau d’humour est cosy, tranquille. Tu es aussi bien installé qu’à Dimanche Marrant à la Brasserie Barbès, sans la sensation d’être dans la ligne 13 !

Qui participe ?

Encore du beau monde, décidément ! Là, on avait carrément Yacine Belhousse. Mais aussi Pierre Thevenoux (Il est partout, ou alors je le suis ? Je vous laisse juge.), Adrien Montowski… et le revenant Julien Chapel. Ça faisait longtemps, depuis la fin de son spectacle à la Cible ! Si vous l’aimez, sachez qu’il revient en plateau…

Les Ouais Ouais Ouais

Un point super rapide sur ce nouveau podcast. Les deux recrues du Laugh Steady Crew ont joué à Nantes. Qui dit Nantes dit Tocards (on y vient).

Et du coup, ils enregistrent un podcast commun ce dimanche. Et bientôt, je vais sûrement m’incruster. Voilà comment on se sent quand on sait ça :

Fin du mois en apothéose

Le mois de juin est déjà bien rempli ? Je ne vous parle pas trop du Point Virgule fait l’Olympia : c’était une soirée assez classique avec des blagues déjà entendues ici et là. Le genre de soirées essentielle pour le grand public, mais qui n’a pas grand intérêt si vous savez déjà trouver vos soirées stand-up en toute autonomie.

La programmation était de meilleure qualité que quand j’y suis allée il y a deux ans. Or, j’ai quand même entendu des gens du public dire qu’il y avait deux-trois personnes à chier. Si c’est eux qui le disent, je ne suis pas responsable. En réalité, les soirées du groupe JMD sont un panorama pour plaire au plus grand nombre. Chacun prend l’humoriste qui lui convient et il y a peu d’entre-soi comme en plateaux humour.

Et là, comme c’était Antoinette Colin et le Point Virgule aux commandes, c’était mieux que d’habitude. Arnaud Tsamère était meilleur dans l’exercice du maître de cérémonie que Nicole Ferroni au FUP. Fin de la parenthèse, je pensais déjà à la fin de mon mois. Je vous la présente, histoire que vous puissiez la vivre aussi !

Antoine Sentenac et les 2 tocards

La distance entre Paris et Nantes se réduit de minute en minute. On connaît bien les 2 tocards font du stand-up. On connaît moins Antoine Sentenac, mais ça va changer ! En effet, Antoine Sentenac fera sa première date parisienne à la fin du mois.

Ce sera encore une fois au Théâtre la Cible. Si vous n’avez qu’un spectacle à aller voir, c’est peut-être celui-là. Antoine Sentenac, c’est le Blaise Bersinger nantais. Comprenez : ses collègues humoristiques l’érigent souvent en exemple, ou du moins en name dropping. On en entend parler, le bouche-à-oreille artistique fonctionne bien.

Parce que des images valent mieux qu’une description fleuve, je vous invite à aller voir son profil Instagram. Cela devrait suffire à vous convaincre de prendre votre place pour cette date unique du 29 juin à 19 heures.

Ensuite, vous pourrez continuer avec les 2 tocards, Kévin Robin et Maxime Stockner. Pas d’excuse, ils jouent au même endroit à 21 heures !

Léopold

Léopold est aussi un fou. Je vous ai sûrement déjà parlé de sa chaîne Twitch à demi-mot : il propose des talks avec d’autres humoristes (coucou le Meilleur Podcast) et de nombreuses autres choses.

En juin et juillet, il joue ses dernières dates à la Comédie des 3 bornes. Le vendredi ou le samedi, vous avez le choix, mais soyez là à 20 heures. Je sens que ça va être un bon moment, alors je vous recommande déjà de tenter l’expérience. Si vous l’avez vu dans des plateaux humour, vous connaissez déjà son univers et vous savez que vous rirez.

Ce n’est pas toujours le cas pour tout le monde, mais j’y vais en toute confiance pour lui.

Bonus : la fin d’une ère

Ce matin, avant d’écrire ces lignes, je regardais le dernière épisode de Mauvaise Langue. J’espère que ça continuera, mais je voulais saluer la prouesse de 22 épisodes pour cette saison 2 !

Autre fin à prévoir : le 33 Comedy ne se tiendra plus à la Grange après ce mois de juillet. Il vous reste, à l’heure où j’écris, six chances de (re)vivre une belle soirée de stand-up à la Grange. Je vous copie le message des organisateurs :

Ça y est ! Elle était plus ou moins annoncée par les bookmakers du monde entier, c'est la fin. La fin du 33 Comedy à La Grange.

Loin de nous l'idée de vous dire que parce que c'est les dernières, il faut absolument venir. Mais c'est les dernières donc il faut absolument venir.
Pour les 6 derniers épisodes de la série 33 Comedy, on a décidé d'inviter 1 humoriste chaque mardi qui a marqué notre petite histoire.

Le premier de cette série, c'est Haroun. Il a été le tout premier à poser ses pieds sur la scène du 33. Il avait à peine 8 ans et il faisait des blagues sur le fait qu'il avait pas une tête d'humoriste.

Aujourd'hui, il fait partie des figures du stand up en France.

Dépêche-toi de réserver !

Tu peux aussi déjà réserver tous tes mardis de juillet. On va te dire au revoir proprement.

Bisous,
Antek, Ghislain Blique, Jean-Patrick / Je Suis Lapin

33 Comedy Winterfell

Mon 33 Comedy

Le 33 et moi, c’est une putain d’histoire d’amour. J’y ai rencontré tellement d’humoristes. J’ai joué là-bas, les gars. Ça ne s’oublie pas dans l’écosystème des plateaux humour. J’ai raconté trop d’anecdotes personnelles dans ces loges. J’ai même amené un rendez-vous Once une fois (c’est comme Tinder, mais dans le déni de Tinder). C’est n’importe quoi.

J’ai vu Nadim et Jean-Philippe de Tinguy dans la même soirée, cette même soirée où j’ai rencontré Florent Mathey. J’ai rencontré Antonin, qui écrit pour moi aujourd’hui sur de l’improvisation. Il était avec Els - Lost in France, quoi !

C’est là où j’ai gagné les chaussettes que Ghislain offrait dans Sympa la vie. Effectivement, vu qu’elles étaient à ma taille, je sens qu’il s’est bien fait arnaquer par Lidl. Réécoutez tous les épisodes pour comprendre !

J’ai amené des gaufres. J’ai vu Odah et Dako deux fois et ils ne doivent plus se souvenir de moi. Putain, c’est la famille, quoi. Mieux que France 98. Aussi bien qu’un Fifa chez Manu Bibard où je perds lamentablement en ayant dit que j’étais trop douée.

J’ai vu Louis Dubourg parler de son coloc en tailleur. J’étais là quand ils faisaient Antek on R. Je ne sais pas quoi vous dire, allez-y pour vous recueillir. Le Lourdes du stand-up. Je suis en plein craquage, mais c’est trop grave ! Je m’enflamme. Pardon. Allez-y, c’est tout.

Merci les gars. Merci les plateaux humour.

[post_title] => 5 expériences marquantes de juin 2019 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateaux-humour-juin-19 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-06-22 12:30:49 [post_modified_gmt] => 2019-06-22 10:30:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6290 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 6283 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-16 14:28:19 [post_date_gmt] => 2019-06-16 12:28:19 [post_content] =>

Le 14 juin dernier, c’était la dernière soirée de l’année du Laugh Steady Crew. Pour l’occasion, un open mic ouvrait la soirée best of de la troupe. 3 nouvelles recrues potentielles émergeaient : Anissa Omri, Audrey Jésus et Alexandre Di Mambro.

Un open mic pas comme les autres

Pensez-vous que les scènes ouvertes, c’est la foire ? Si oui, détrompez-vous ! Ce soir-là, le niveau était en effet plus que relevé. Renaud Sanviti débutait la soirée avec du stand-up bien calibré. Surprenant dans ses axes, il avait besoin d’encore un peu de bouteille… Dans un open mic classique, il aurait marqué les esprits.

Le problème, c’est qu’Anissa enchaînait juste après. Je ne l’avais jamais vue mais on m’avait dit que son talent est indéniable. Après vérification, je confirme qu’il disait vrai. C’était fin, malin, inattendu — là encore, le talent me saute aux yeux pour quelqu’un qui arrive tout juste dans le jeu.

Bien entendu, certaines personnes n’étaient pas d’une originalité folle. Pourtant, ces garçons-là assuraient l’ambiance et ne bidaient pas. Je vous avoue que mon esprit attendait la suite : le gang des bonnets swag. On en reparle un peu plus bas.

Avant, je voulais vous présenter Max Lemire. À mon sens, il a tenté un numéro d’équilibriste. Pas de magie ou de jongles au programme, mais une imitation des magazines d’enquête à la télévision. Sujet casse-gueule. Mauvaise Langue le singe depuis le début, cela devient presque un running-gag. Regardez cette séquence pour vous en convaincre. Et pourtant, le jeu était impeccable. Il a tiré avantage de ce lieu commun pour créer une connivence avec le public. C'était gagné pour lui.

Alexandre Di Mambro et Audrey Jésus, ou le gang des bonnets swag

La fin du plateau approchant, Audrey Jésus arrive sur scène. Comme d’habitude, son univers bien à elle porte son passage. Le public est convaincu, ce qui n’a rien d’étonnant pour moi ! Le premier membre du gang des bonnets swag repart le couvre-chef haut.

Le dernier de la soirée, Alexandre Di Mambro, termine en apothéose. Il produit un effet similaire à celui de Paul Mirabel l’an dernier. On sait qu’on a affaire à un artiste autant qu’un humoriste. Sa présence est indéniable et son parcours ne fait que commencer.

Le plateau s'achevait avec une sélection à l’applaudimètre. Le résultat n’était pas étonnant, comme si c’était écrit et qu’une sélection artistique se jouait en coulisses. Je vous avoue que j’étais sûre qu’Anissa, Audrey Jésus et Alexandre Di Mambro allaient remporter la timbale. J’ai donc vu juste. À la fin, Renaud Sanviti recevait des félicitations : j’ai encore vu juste. Ou alors je suis coordonnée à la ligne éditoriale du Laugh Steady Crew 2019. Qui sait…

Un an avant, une heure après

Pour rappel, ces trois-là succèdent à Avril et Pierre DuDza. Voilà qui prouve qu’avec des styles diamétralement opposés, on peut faire la différence. Parce que pour le coup, les crus 2018 et 2019 n’ont rien à voir. Aucun des deux n’a cette aura qui chamboule le monde des critiques. Et pourtant, Pierre DuDza fait partie des ovnis. De son côté, le truc d’Avril, c’est l’écriture et un brin de folie.

Sur scène au best of, tous les deux ont réalisé une très bonne prestation. Je n’ai jamais vu Pierre autant dans son élément : depuis le temps qu’on me l’annonçait, cela faisait vraiment du bien. Je vous avoue que j’étais perdue en voyant Avril. La performance commençait comme d’habitude, mais j’observais quelque chose de très différent.

J’ai une théorie pour l’expliquer, c’est qu’il a deux Avril. Le premier, c’est celui que j’ai rencontré au O’Friendly. Un peu en retrait, dans la retenue, calme et pondéré. Le geek qui te parle des nombres premiers. L’autre Avril n’a rien à voir — le jour et la nuit, donc, celui du lâcher prise. Vendredi dernier, c’est celui-là qui voulait éclore. Ma prédiction de mars dernier, c’était qu’il fallait attendre ce moment. Ça s’approche de plus en plus, en un an, c’est plutôt bien.

J’ignore si les trois sélectionnés de l’open mic vivront de telles révélations/évolutions la saison prochaine. Tout ce que je peux vous conseiller, c’est d’aller au Laugh Steady Crew l’année prochaine pour voir comment cela évolue !

Crédits photo

Affiche de la dernière soirée du Laugh Steady Crew Open Mic © Laugh Steady Crew

[post_title] => Anissa Omri, Audrey Jésus et Alex Di Mambro : l’avenir de l’humour ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => anissa-omri-audrey-jesus-alexandre-di-mambro [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:23:44 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:23:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6283 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 6128 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-13 11:41:51 [post_date_gmt] => 2019-04-13 09:41:51 [post_content] =>

Le 4 avril dernier, le One More Joke investissait un Grand Rex complet pour « créer un souvenir ». Retour sur une soirée stand-up particulière.

One More Joke au Grand Rex : une soirée pas comme les autres

Pour juger ce type de soirée, il faut changer de perspective. L'expérience stand-up comme on l'aime ne passe pas les portes du Grand Rex. J'ai vu Fary là-bas, je n'ai pas trouvé ça dingue. Selon ses dires, le spectacle que j'ai vu était moins bien qu'Hexagone. Si on l'écoute encore, on se rappelle que les grandes salles ne sont pas faites pour le stand-up. C'est indéniable.

Alors faisons abstraction de la capacité de la salle. La soirée, c'est surtout une démonstration de remplissage. Autant vous dire que le public se retrouve un peu comme dans une cage à lapins dans une cité. On est ensemble, mais pour vivre quoi ?

Le gratin des humoristes... dans le public

Je dois vous l'avouer, je ne voulais pas en être. Je me sentais contrainte par l'enjeu : ce plateau, c'est un pan de l'histoire du stand-up. Il y a ce côté « il faut en être ». Un peu comme la coupe du monde 98. La programmation ne me plaisait pas : trop tête d'affiche, pour peu de plaisir et de personnalités attachantes. Je retiens surtout les performances de Haroun, Verino, Marina Rollman, Guillermo Guiz, Romain Barreda et Roman Frayssinet. Apparemment, Baptiste Lecaplain était très bon, mais j'ai un vrai souci à rentrer dans son univers. Au bout du compte, c'est une expérience de plateau classique !

Mais j'ai trouvé une source de motivation : amener du monde. On s'en est donné à cœur joie pour commenter dans les entractes et les passages musicaux avec la nouvelle génération dans le public. Vu que ça ne m'intéresse pas, c'était une perte de temps, mais c'est le problème des événements de ce type. Les puristes s'en fichent de la création de fresques ou d'intermèdes musicaux. Mais c'est surtout moi qui suis rabat-joie.

Une soirée comme un matin de Noël... pour Certe

Au final, ceux qui étaient les plus heureux, c'était l'équipe du One More Joke. Leur plaisir à vivre cette soirée était communicatif. Certe Mathurin était aussi enthousiasmé que quand il arrive à aligner des têtes d'affiche dans son plateau.

J'ai trouvé son texte sur la passion très juste et émouvant. Pour le coup, là, il a réussi à créer un souvenir communicatif. C'est pour moi le temps fort de la soirée. Elle était globalement réussie, mais il m'a manqué un truc en plus. Je n'ai pas retrouvé l'essence du plateau. Il y avait évidemment des poids lourds et un peu de gens de Nova (on aurait pu s'en passer), mais il manquait Louis Dubourg. Détective Froussin, Fred Cham ou Rémi Boyes auraient pu faire le pont avec l'ADN véritable du plateau. Je suis restée sur ma faim, mais je ne peux pas vous dire que c'était un raté.

S'il n'y avait pas le One More Joke, il n'y aurait pas cette vulgarisation du stand-up actuel. D'ailleurs, la preuve ultime, c'est que le nouveau plateau du 44 rue de la Folie Méricourt (Punk up !) ne fonctionne pas vraiment. Ce n'est pas un lieu qui fait tout, mais l'esprit d'une soirée. Et aussi la qualité de la programmation, qui donne envie de se bouger. Quel que soit l'avenir du plateau, espérons qu'il garde son identité !

[post_title] => One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-grand-rex [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:36 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 5625 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-27 16:18:03 [post_date_gmt] => 2019-01-27 15:18:03 [post_content] =>

Depuis quelques semaines, la nouvelle se propage : la fermeture du One More peut bouleverser le paysage des plateaux d'humour. Le dernier One More Joke dans ce lieu se tiendra le 31 janvier 2019. L'occasion d'inviter 40 humoristes qui joueront 3 minutes pour dire au revoir à la rue de la Folie Méricourt. Prochaine étape : le Grand Rex, puis la reprise du plateau quelque part... Où ? Mystère...

Mise à jour 01/09/2019 : le One More Joke revient investir la péniche du Jardin Sauvage pour une date mensuelle… au moins !

Fermeture du One More : ouverture de la boîte à souvenirs

Vous avez sûrement des souvenirs au One More si vous allez voir du stand-up à Paris. Je serai ravie de les lire dans les commentaires, si ça vous branche de contribuer ;)

Pour ma part, le temps me manque aujourd'hui. Je les ai rédigés à la va-vite sur Facebook, et au moment d'appuyer sur le bouton Publier, le statut a disparu. Heureusement, grâce à un défi nommé NaNoWriMo, j'avais commencé à écrire quelque chose de plus long en novembre, mais je n'ai pas continué.

Je voulais parler avec plus d'intimité (oui, c'est possible, étrangement) de mon expérience au contact des jeunes humoristes. Et je commençais par évoquer ma rencontre avec Thomas Wiesel au One More Joke... Autant vous le transmettre, vu que ce moment de fermeture du One More est exceptionnel !

One More Joke : j'y vais, j'y vais pas ?

C’est l’heure de partir. J’enfile lentement mon manteau, je visse mon casque sur mes oreilles. Un « bonne soirée, à demain » plus tard, je prends congé de mes collègues du jour. La nuit tombée, je m’engouffre dans la rue. Je remonte la rue du Grand Rex. C’est le moment de prendre ma décision : rentrer chez moi pour me reposer après deux soirées passées à l’extérieur ou enchaîner sur un plateau d’humour.

La perspective d’un repas cuisiné par mes soins et d’une soirée au calme m’attire fortement. Je pense aussi à l’importance de « profiter de sa jeunesse », mantra qu’on aime se rappeler quand on passe trop de temps sur Netflix, MyCanal ou autres marchands de divertissements modernes.

J’écarte pourtant ce choix raisonnable. Ce soir, l’humoriste suisse Thomas Wiesel joue au One More Joke. Ce plateau d’humour, toujours bondé, commence même à devenir tendance chez les journalistes de télévision. Encore une fois, cette perspective me refroidit un peu. Je privilégie les ambiances cosy aux lieux où il faut être. Mais pour Thomas Wiesel, vais-je me forcer un peu ?

A nos actes manqués

L’année passée, je l’ai manqué. Il jouait son spectacle au Point Virgule pendant les fêtes de Noël. Mon sens de la famille justifiait mon absence à Paris, je devais renoncer. Une dizaine de mois plus tard, le destin m’offre une deuxième chance. Je trouve enfin l’argument qui me fait chavirer. « Pour Blaise Bersinger, oserais-tu vraiment passer ton chemin ? »

Blaise Bersinger est lui aussi un humoriste suisse. Jusqu’ici, je ne l’ai jamais vu arpenter la capitale française. J’aime son humour absurde et la connivence que cela crée entre lui et moi, l’un des membres de son public. J’aime tenter de comprendre ce qui provoque l’hilarité d’un public hébété par tant d’originalité dans le non-sens. C’est décidé : je me rends donc au One More Joke.

Je n'aime pas Oberkampf, mais sans raison

Je m’engouffre dans le métro et prends une ligne qui m’est moins habituelle. Direction le quartier d’Oberkampf. Je m’y suis toujours sentie mal à l’aise. Je ne sais trop pourquoi : ces rues étroites semblent toujours mener au mauvais endroit. Ces petites boutiques champêtres donnent l’illusion aux riverains qu’ils vivent dans un village. J’imagine cette population férue de produits bio s’extasier devant des anciens collègues partis élever des chèvres en Ardèche. Un soir, j’ai croisé le type d’Osons Causer dans la rue du One More Joke, avec une baguette sous le bras.

Le malaise se renforce : avec ses yeux de biche, les mêmes que Mouloud Achour qui parle d’un sujet de société sur un plateau télé, il tente de convaincre son public que ses opinions politiques sont les meilleures. Il confond pédagogie et idéologie, et je le trouve dangereux.

Pas Mouloud Achour, bien entendu, même si la rhétorique est la même. Passons : l’idée est surtout de comprendre ce malaise qui m’anime toujours à Oberkampf. Malaise qui fait écho à celui de Thomas Wiesel, toujours un peu gêné lors de ses escales parisiennes.

Les blogueurs ont aussi une back story

J’arrive sur les lieux bien avant l’heure prévue, cherchant un endroit où manger quelque chose sans me sentir bête. La peur du regard des autres ou mon malaise auto-créé sur Oberkampf annihilent mes efforts de repas gastronomique. Je me retrouve à faire la queue au Franprix de la rue Folie-Méricourt pour acheter un bagel industriel et une barre de chocolat Lindt. J’espère qu’aucun humoriste n’aura l’idée saugrenue de débouler de ce côté-ci et me surprendre dans un moment aussi terre-à-terre.

Rien à signaler. Je termine ce repas succulent avant de me diriger vers le bar. Je commande un jus de pomme, puisque je ne bois pas d’alcool et qu’il faut « consommer » lors d’un plateau d’humour. J’attends un peu, guettant l’arrivée d’un humoriste avec empressement. Celui qui arrive en premier ne joue pas. C’est Fred Cham, l’un des garçons les plus généreux du microcosme du stand-up. Il en fait peu, jongle entre plusieurs « projets créatifs » pour gagner sa vie et aide ses amis les plus proches.

Il est ami de longue date avec Joseph Roussin. Ces deux-là partagent une passion ardente : la bande-dessinée. Ne vous fiez pas à leur air mal assuré, ils sont capables de nombreux traits d’humour. Et, au final, ils sont comme des poissons dans l’eau, bien plus aptes à évoluer dans des lieux comme celui-ci que moi.

Justement, je croise d’autres humoristes qui m’adressent la parole différemment. Certe Mathurin, qui gère le plateau depuis le début, me salue chaleureusement. Je suis toujours un peu méfiante face à des gens comme lui, qui semblent manier un charisme de l’au-delà. J’essaie de lui rendre la même énergie, alors qu’il est déjà loin. C’est bien simple : il court partout, soucieux que la soirée se passe pour le mieux.

Socialiser dans les plateaux

Un peu plus tard, je me retrouve en face de deux inséparables, Louis Dubourg et Paul Dechavanne. Louis Dubourg est un passionné de stand-up qui apporte avec lui une volonté d’être au centre du jeu. Il fait autant preuve de modestie que d’égocentrisme – pas dans le mauvais sens du terme. Son ambition est palpable : les autres humoristes adorent la singer. Avec Paul, ils se comprennent. Ils font partie d’une petite bande qui me semble inaccessible, même si je n’ai pas résolu cette énigme. Peu importe, j’essaie de les saluer cordialement. Sans surprise, Paul me regarde à peine, cela fait partie de sa personnalité énigmatique.

Cette introversion, c’est sa marque de fabrique. Parfois, cela m’attriste parce que j’aimerais bien comprendre comment il fonctionne. À l’inverse, j’ai toujours respecté cette volonté d’être fermé quand on le souhaite. C’est une forme de liberté d’être soi, de ne pas céder au chantage de bien s’entendre avec tout le monde. Pour cette raison, j’ai paradoxalement beaucoup d’estime pour Paul. L’estime de ceux qui veulent, peut-être, désespérément entrer en contact.

À force de passer mes soirées dans des plateaux d’humour, je finis par reconnaître les habitués. Parmi eux, Céline et son rire reconnaissable parmi mille. On discute longuement, parce que les plateaux ne commencent jamais à l’heure. Le One More Joke n’accuse pas un grand retard, cela dit. Ils attendent juste le premier de la soirée.

Haroun est là, forcément

Le One More Joke commence avec une tête d’affiche : Haroun. Cet humoriste a déjà été chroniqueur pour la télévision. Les médias se l’arrachent, aiment bien écrire des articles « portraits » où ils rappellent avec un trémolo dans la plume qu’il conserve ses origines secrètes. Il faut dire que dans le milieu du stand-up, les origines arrivent souvent dans les premières blagues sur scène. Haroun s’en fiche : il trace sa route avec beaucoup d’humilité et d’indépendance.

Je ne sais pas trop comment j’ai gagné le respect d’Haroun. Sa sympathie est naturelle, donc je ne sautille pas frénétiquement à cette idée. Je vous mentirais si je vous disais que cela ne me fait rien. Au contraire : c’est essentiel. Mon moteur, c’est de côtoyer des gens comme lui et d’essayer de leur parler d’égal à égal.

J’ai ce besoin viscéral d’exister à travers certains puissants, et avec les comiques, cela devient possible. Il sait ce que je fais dans la vie, il m’a confié m’avoir vu dans la rue la veille, lorsque je quittais un plateau d’humour et qu’il arrivait pour y jouer. C’est sa vie : jongler entre son spectacle régulier et tester dans les petites salles. Mon ego n’en peut plus quand Haroun me demande de garder son sac le temps de son passage. J’ai peur que le type devant moi renverse sa bière dessus, et je ne le quitte pas des yeux pendant la dizaine de minutes réglementaire.

Cible verrouillée

Celui que je ne quitterais pas des yeux ensuite, c’est Thomas Wiesel. Les humoristes de Paris l’aiment bien. Fred Cham m’a confié, en début de soirée, qu’il a joué sur les mêmes scènes que lui avant qu’il soit connu. Il ajoute : « en Suisse ». Là-bas, Thomas Wiesel animait un talk-show sur la première chaîne publique de la télévision suisse romande, la RTS pour les intimes. Maintenant, Blaise a pris le pouvoir et c’est toujours aussi bon. Ce service public-là a du goût pour les humoristes. Peut-être, aussi, que leur nombre est si faible qu’ils sortent immédiatement du lot.

Ne vous y méprenez pas : leur niveau est très bon pour de jeunes humoristes. D’ailleurs, un humoriste suisse qui monte à Paris finit plus ou moins à toujours cartonner : Gaspard Proust et Marina Rollman en sont des exemples imparables.

Pour l’heure, Thomas Wiesel ne peut pas me reconnaître. Notre seul échange était virtuel et lointain. J’ai écrit un article élogieux sur les talk-shows suisses, arguant qu’il s’agit des meilleurs au monde. Bien sûr, la subjectivité apparaît dans ce papier. Néanmoins, j’ai mis un point d’honneur à argumenter et analyser ce format télévisuel. En remerciement, Thomas Wiesel a relayé l’information avec un tweet tout aussi chaleureux que le papier, quasiment gêné des compliments énoncés.

Après l'entracte...

J’apprends qu’il jouera en deuxième partie de soirée. Le One More Joke est toujours coupé en deux. La soirée est rythmée et sa cadence soutenue permet de caser davantage d’humoristes malgré un entracte. Ce soir-là, le deuxième humoriste non annoncé n’est autre que Gad Elmaleh. Les habitués savent qu’il passe de temps en temps. Jusqu’ici, je l’avais toujours manqué. Parfois, je sentais qu’il viendrait, et je me résignais à la dernière minute. J’étais à la fois déçue et loin d’être triste – ce qui est paradoxal, j’en conviens – de le manquer. Juste une pointe d’amertume de louper certains grands moments.

Mon plaisir coupable, c’est de pointer les défauts des têtes d’affiche. Je suis câblée différemment, ou alors trop bercée par une chrétienté non assumée, de celle qui préfère Petit Poucet aux puissants de ce monde. Gad Elmaleh monte sur scène et, comme on dit dans le jargon, « fait du test ». Signification : teste des nouvelles blagues pour la première fois, sans trop les avoir travaillées et sans trop savoir si c’est drôle. Parfois, je ris. À d’autres moments, je lève les yeux au ciel. Je trouve que Gad a le même défaut que Kev Adams, à savoir aborder des thèmes consensuels. Tel est le propre de l’humour universel. Bref, je n’accroche pas et j’espère que l’entracte arrivera vite…

Une pause s'impose

Lorsqu’elle finit par arriver, je sais exactement où est Thomas Wiesel. J’attends avec impatience ce moment où je vais pouvoir me présenter. Je suis aussi terrifiée de briser la glace. J’ai beau l’avoir fait cent fois, je reste intimidée. Je décide de m’entraîner sur une autre humoriste qui ne me connaît pas encore, Doully. Le public l’adore et rit de bon cœur. Ils ne la connaissent pas forcément, mais elle a une capacité assez inouïe de captiver l’auditoire en un temps record. Je m’incline et je lui dis que je parlerai bientôt d’elle sur mon site spécialisé dans l’humour. Je m’en veux pour ce petit mensonge, mais si elle continue sur sa lancée, je vais trouver le temps de le faire pour de vrai.

Test positif : elle semble heureuse de mon initiative et m’encourage dans ma prise de parole maladroite à l’aide de hochements de tête enthousiastes. Je la libère de mon interaction sociale et j’attends la fin de l’entracte. Je pourrais bien aborder Thomas, mais la musique est trop forte. Le moment doit être parfait. Et, dans le même temps, je préfère ne pas l’embêter avant de jouer. Comme je ne le connais pas, je ne sais pas dans quel état d’esprit il se trouve. Je sais qu’il est introverti et qu’il cohabite avec un stress certain avant de se jeter dans la fosse aux lions. En plus, je connais son mode opératoire : il prend des notes avant d’y aller pour parler d’anecdotes de la soirée. Inconsciemment, donc, je cherche à éviter la lumière.

Faire mieux qu'Erasmus avec Thomas Wiesel

La soirée reprend avec des humoristes qui m’intéressent moins. Entretemps, Joseph Roussin joue son numéro de détective. Il a en effet un personnage, le détective José Froussin. Le jeu de mot avec son matricule est assez bien trouvé, et le nom « Froussin » invite déjà à la boutade, alors… Le public rit de bon cœur, encore une fois.

Quelques minutes plus tard, Thomas Wiesel réussit un excellent passage. Je suis rassurée : peut-être reviendra-t-il plus fréquemment sur les planches parisiennes ? Je suis plus que jamais déterminée à avoir un impact, aussi mince soit-il, pour qu’il se sente bien accueilli ici. Toujours un peu tétanisée, j’attends la fin du dernier passage et le mot de la fin. Ces moments arrivent, puis les gens se dirigent vers la sortie pour rémunérer les artistes « au chapeau ». Ce modèle de participation libre leur permet de mettre la somme qu’ils souhaitent. Les artistes ne toucheront rien d’autre ce soir-là, mais le One More Joke et sa centaine de spectateurs rapportent davantage que de nombreuses scènes.

Emportée par la foule

Je me dirige dans le sens inverse de la foule, cherchant Thomas Wiesel. Comme je mesure guère plus d’un mètre cinquante, je ne vois absolument rien d’autre qu’une marée humaine m’empêchant de progresser. Je finis par m’extirper de cette impasse et je me rends compte que c’est le moment idéal. Il est seul, aucun humoriste ne va s’amuser à me juger. Je lui lance un « salut » un peu déterminé, et j’essaie de résumer mon propos en un minimum de mots.

Il se penche pour me faire la bise, parce que vous croisez tant de gens dans le milieu que vous pouvez avoir oublié une rencontre ou deux… Je le rassure de suite : c’est la première fois qu’on se rencontre. Il a l’air de se souvenir de l’article, il me redemande mon nom. Il me confie que Paris n’a pas été une expérience sensationnelle pour lui. Par-dessus le marché, il a perdu son portefeuille et il s’apprête justement à retourner au « Paname ». Il s’agit du Paname Art Café, la scène la plus influente du stand-up parisien. Avec en moyenne six spectacles par jour, toute l’année, jours fériés compris (les humoristes n’en ont pas), ce lieu est devenu incontournable. On se quitte comme ça.

Partie sans dire au revoir

Avant de partir, je croise Seb Mellia. On s’embrouille légèrement, on se comprend mal sur un sujet sensible. Mais cela fera l’objet d’une autre histoire… et d’ailleurs, l’hypersensibilité du milieu du stand-up fait que quelques jours plus tard, la tension est retombée. On s’est juste mal compris, me dis-je.

Et vous, vous serez où à la fermeture du One More ? Dites au revoir à ce lieu le 31 janvier, si vous pouvez. Sinon, continuez de les suivre !

Crédits photo : © Betty Durieux

[post_title] => Fermeture du One More : une page se tourne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fermeture-one-more-joke-souvenirs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:11:11 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:11:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5625 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 5531 [post_author] => 11 [post_date] => 2019-01-19 14:26:20 [post_date_gmt] => 2019-01-19 13:26:20 [post_content] =>

A Paris ces dernières années, les plateaux d’humour se sont multipliés comme des petits pains. Au point d’en avoir plusieurs chaque soir de la semaine. Alors même si on savoure, pour faire attention à l’indigestion le spot du rire est là pour vous guider.

Parmi les plus réputés, on retrouve le précurseur, à l’origine de la (re)naissance du stand-up en France : le Jamel Comedy Club. Véritable big-bang dans le milieu de l’humour dans l’hexagone, le JCC a permis son évolution, premièrement dans la galaxie parisienne, avant de s’étendre en province. Et c’est justement là-bas que je suis allé faire un tour. Loin des étoiles de la capitale, les talents brillent aussi.

La culture stand-up prend ses marques

Aussi, c'est il n’y a pas bien longtemps dans une galaxie pas très lointaine, à Marseille et Toulon, que je suis allé voir les deux plateaux d’humour co-méditerranéens. Vous remarquerez que mes jeux de mots n’ont rien à envier à ceux de Laurent Ruquier.

Devant la salle, on constate que le public est assez hétérogène. On remarque des personnes de tous âges : enfants et familles, jeunes et moins jeunes. Le contraste avec l’affluence de certains plateaux parisiens est saisissant. En province, l’esprit sketch et café-théâtre prédomine toujours un peu. Les gens sortent voir un « spectacle », ils ne vont pas voir du stand-up. Même si l’audience n'est pas toujours habituée à cet exercice de ce style, une fois la glace brisée, le talent fait effet et le rire vient volontiers. Même si parfois, on a l’impression que certains sujets restent moins faciles à aborder.

Dans la programmation des cafés-théâtres, les one-man-shows côtoient les pièces de théâtre, mais les stand-uppers font aussi leur trou. L’émergence des plateaux leur permet de se roder localement.

Lieu d’exposition pour les artistes…

Le comedy club de l’espace Kev-Adams

Si le comedy club parisien a bien poussé, son petit frère marseillais ne veut pas grandir trop vite. Il sait que rien ne sert de courir. En s’appropriant son public il a ainsi fait sa place dans le sud. Dans une rue sur le vieux port, au Quai du Rire, la petite salle de l’espace Kev Adams est souvent pleine. Le plateau formé il y a quelques années réunit chaque vendredi soir les artistes locaux qui ne se sont pas encore exilés sur la capitale.

Ainsi, dans un milieu où la culture sportive détient le monopole de l’exposition, le spectacle vivant se porte pourtant bien. Par ailleurs, on peut penser, à la vue des résultats de l’OM en ce moment, que les gens ont besoin de rire. Charge aux humoristes d'être plus drôle qu’une frappe de Mitroglou.

Le MC régulier est un produit local, son accent ne nous trompe pas. Maliko Bonito nous met tout de suite dans l’ambiance. Il joue d'ailleurs son spectacle le samedi soir au Quai du Rire. On le sent chez lui et il nous y emmène volontiers pour nous présenter la soirée.

Les artistes s’enchaînent, entre confirmés qui tutoient les plateaux parisiens et ceux qui peaufinent encore leur set. Ça teste, ça se rode. Et s’il arrive que le rythme baisse, ça reste bref et les gens sont conquis. L’ambiance est bonne et intimiste, la petite salle favorise l’interaction. Le public passe une bonne soirée. En résulte le remplissage de la salle chaque semaine.

Le Fada Comedy Club

Dans la région toulonnaise, la culture du spectacle vivant ne se porte pas trop mal. De nombreuses salles accueillent humoristes et comédiens en tout genre. Toutefois, depuis peu, la petite salle du zénith et le théâtre Le Colbert accueillent régulièrement des stand-uppers. Shirley Souagnon, David Azencot, Marina Cars ou Guillermo Guiz s’y sont ainsi produit récemment. Cependant, ces salles recevaient jusqu’à peu uniquement des artistes professionnels et confirmés.  Depuis, le premier plateau de l’aire toulonnaise a vu le jour.

A ce propos, il y a tout juste un an, on assistait à la création de la troupe du Fada Comedy Club. Orchestré par Jérémy Bacardi, organisateur de la soirée, l’événement mensuel est maintenant bien inscrit dans le paysage culturel local. Dans la salle de l’Oméga Live, 150 personnes se réunissent chaque mois pour ce plateau d’humour.

Dans une ambiance conviviale, le MC ouvre la soirée en nous annonçant les artistes présentés comme sa « famille ». Le ton est donné. En outre, la troupe est relativement fixe. Elle est exclusivement d’origine locale, bien que la plupart s’exercent maintenant sur Paris. On peut y voir de manière régulière Chrystelle Canals, Meddy Viardot, Marine Ella, Briac, Lyes Akroun. En plus des humoristes récurrents, on retrouve un invité et un spécial guest. Ainsi, Bun Hay Mean, Anthony Joubert ou Donel Jacksman ont récemment clôturé la soirée en soulevant la salle !

Finalement, les comédiens et spectateurs peuvent se réjouir de trouver de telles scènes en province. Si les humoristes ont le rêve parisien en tête, l’expansion des plateaux dans les régions peut permettre à ces derniers de se roder, voire de faire son trou localement.

…et d’animation culturelle pour le public !

Grâce aux comedy clubs, un nouvel événement s’immisce dans l’animation locale. Les plateaux de comédie qui se forment un peu partout loin de la capitale se substituent aux sorties cinéma. La touche de fraîcheur et de jeunesse du stand-up séduit toutes les générations. Un public d’habitués commence à s'y réunir. Et entre ceux qui découvrent la discipline et les plus familiers, le constat est le même : la soirée est une réussite.

Au-delà de la sortie régulière qu’il offre, ce type de plateau est un vrai boost pour le spectacle vivant. Les aficionados des vidéos YouTube goûtent à l’expérience en live, qui est toujours infiniment meilleure. Et les familiers des pièces de théâtre expérimentent la disparition du 4e mur. En famille, entre amis, tous le monde se presse. Force est de constater que le bouche à oreille a son effet pour remplir les salles.

Crédits photo

© Jean-Michel Elophe / FADA Comedy Club

[post_title] => Dans le sud-est, l’émergence des comedy clubs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sud-est-comedy-clubs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:11:28 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:11:28 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5531 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 5302 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-10-14 16:10:23 [post_date_gmt] => 2018-10-14 14:10:23 [post_content] => Début octobre, Tania Dutel réunissait Jason Brokerss et Panayotis Pascot au One More pour un nouveau projet. Le Tania Dutel late show, un mélange de Vendredi tout est permis sans dégrader l'image des humoristes invités et des late shows américains. Pari gagnant, donc ! Mise à jour 24/11/2018 : vous pouvez assister à la deuxième mercredi 28 novembre. Tania invitera Hakimjemili et Fadily Camara, ce qui risque d'être mémorable ! En raison de nombreuses personnes absentes à la première, l'entrée est payante pour cette soirée (5 euros).

Tania Dutel late show : elle persiste et signe !

Tania Dutel tenait beaucoup à ce projet. Après une tentative au Sentier des Halles, elle voulait mettre les petits plats dans les grands. Il faut dire que le Sentier des Halles, avec tout l'affection que je lui porte, n'a pas la même saveur que le One More. En matière de stand-up, la Mecque est plutôt dans le deuxième lieu. Elle voulait aussi porter un projet de qualité, porté par Verino (qui la produit). Le résultat : la présence du groupe Free for the ladies, une succession de passages stand-up, d'interviews et de jeux divers. Pour la petite histoire, Shirley Souagnon a utilisé des musiques du même groupe pour son documentaire Le stand-up français. Lors de la première, Jason Brokerss et Panayotis Pascot formaient un duo drôle et équilibré.

Le format du Tania Dutel late show : quelques surprises

Au début, j'ai eu peur parce que Panayotis était seul sur scène avec Tania. Je m'attendais à la présence des deux invités dès le début, et j'ai cru qu'ils n'allaient jamais se réunir. En réalité, chaque humoriste jouait quelques minutes de son spectacle puis se pliait à un jeu et une interview. Comme on est au One More, il y a cette entracte que je déteste parce que... je bosse le lendemain, j'habite en banlieue, je ne bois pas d'alcool, je ne fume pas... Bref, des soucis de mamie qui vient seule aux comedy clubs. Les autres spectateurs avaient l'air ravis. Malgré ce bémol bien personnel, j'ai beaucoup ri et j'ai découvert des infos qui ne seraient jamais sorties sans ce concept. La soirée était réussie, bien rythmée. Si j'avais pesté sur la présence d'un groupe (rapport à ce truc de mamie), j'ai finalement bien apprécié leur énergie. C'était dur pour eux de jouer devant une audience venue pour rire. Vous savez, les parisiens à qui l'on demande de participer musicalement... Ce sont un peu les mêmes qui lèvent la main quand l'humoriste dit par applaudissements... Je suis donc la seule à applaudir et la gêne est sur moi. Fin de la parenthèse. Si mon intuition est bonne, il y avait quelque chose de vraiment fort dans la dernière partie. Enfin, Jason et Panayotis arrivaient sur scène ensemble. Ils devaient jouer une pièce de théâtre écrite par un enfant de 7 ans, Victor. Je crois, si j'ai bien écouté les podcasts avec Verino, qu'il s'agit de son fils. N'hésitez pas à m'engueuler si je raconte n'importe quoi. Ce qui est sûr, c'est que Jason et Panayotis découvraient ce texte pour la première fois et le jouaient dans l'hilarité générale !

Le public absent un peu égoïste

Tania Dutel a réussi à remplir la salle très rapidement. L'événement était complet, mais j'avais conseillé à une amie de venir même si elle n'avait pas sa place. Comme l'événement était organisé en amont, les gens ont réservé leur place gratuitement sur Eventbrite et je sentais qu'ils n'allaient pas tous venir. Pourquoi ? Parce que Guilhem Malissen organisait un dîner, complet rapidement via Eventbrite, le même soir. Il a fini par s'arracher les cheveux (ou la dent, seul le public de Dimanche Marrant peut comprendre) en contactant des participants devenus amnésiques. Car oui, le public gratuit est parfois ingrat. La salle du One More n'était donc pas remplie pour cette première, et je suis persuadée que ç'aurait été le cas sans système de réservation. Parfois, je peste contre l'absence de réservation à Dimanche Marrant, mais pour une fois j'ai compris pourquoi entasser les gens limite la frustration. Rassurez-vous : plus l'événement sera récurrent, moins ce problème se présentera. Peut-être qu'une communication plus appuyée (avant, pendant et après) pourrait faire l'affaire. J'avoue ne pas avoir vérifié mes mails de confirmation et ne pas avoir remarqué qu'on pouvait annuler. Néanmoins, pour une première, Tania et Verino peuvent vraiment se satisfaire du remplissage de ce premier Tania Dutel late show. On a hâte de revivre une soirée de ce type !

Crédits photo

© Alt & Rego / Inglorious Prod & Verino [post_title] => On était au premier late show de Tania Dutel au One More ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tania-dutel-late-show [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:52:21 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:52:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5302 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 5248 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-30 14:16:36 [post_date_gmt] => 2018-09-30 12:16:36 [post_content] => Lost in Frenchlation organise des projections de films français avec des sous-titres en anglais... Mieux : lorsqu'il s'agit de comédies, plusieurs humoristes anglophones jouent 15 minutes ! Pour vivre ces soirées, rendez-vous au cinéma Club de l'Etoile à CDG Etoile. Retrouvez la prochaine soirée comique le 21 octobre.

Lost in Frenchlation : stand-up + cinéma français sous-titré

Je découvre tous les événements anglophones de comédie grâce à Els - Lost in France. Grâce à elle, j'ai pu revoir le film Roulez jeunesse avec Eric Judor et les humoristes Luke Thompson et Amber Minogue. La thématique : ça fait quoi, d'être parent ? En effet, dans le film, Eric Judor se retrouve en père de famille nombreuse et découvre la violence du quotidien lorsque les parents sont absents. Côté comédie, l'ambiance est beaucoup plus légère : Luke Thompson et Amber Minogue sont tous deux parents.

Luke Thompson, le prof d'anglais le plus cool de France

Je connaissais déjà Luke Thompson grâce à son podcast d'apprentissage de l'anglais. Il y parle de tout : du Brexit, d'humour (the Fringe, la comédie britannique...). Il y retrouve aussi les humoristes Paul Taylor et Amber Minogue. Amber était d'ailleurs à ses côtés lors de la soirée, elle jouait juste après lui. Je me suis revue sur les bancs de la fac d'anglais. On avait des cours avec des lecteurs, comprenez assistants d'anglais. C'était des expatriés qui nous faisaient parler anglais une heure par semaine. Bref, c'était top et drôle. Même très formateur. C'est sûrement pour ça que l'atmosphère d'une telle soirée me plaît autant. Tu arrives dans un cinéma classe

Amber Minogue, mère d'un enfant bilingue

Amber Minogue monte sur scène avec une autre comique anglophone, Sarah Donnelly. Chaque jeudi soir à 20h15, elles se retrouvent au BO St Martin dans le spectacle Becoming Maman. Sur scène, je suis frappée par sa voix. Non seulement, cette humoriste est drôle, mais elle est super agréable à écouter. Cela donne presque envie de s'appliquer sur son accent, c'est dire !

Un mot sur Roulez jeunesse et Eric Judor

J'ai vu le film Roulez jeunesse deux fois au cinéma. La première, j'ai versé ma petite larme. J'ai retrouvé l'Eric Judor que je connais. Celui qui vous emmène dans des univers où vous ne seriez pas allé sans lui. L'artiste pur qui prend des risques avec beaucoup de générosité. Eric Judor fait ainsi monter de nouveaux noms. Récemment, Monsieur Fraize était l'invité de l'émission Quotidien. Présenté comme l'humoriste incontournable du moment (et inclassable, évidemment), il se retrouve ainsi propulsé dans la lumière. Son talent fait beaucoup, mais Yann Barthès a cité le film Problemos. Sans cesse, Eric a rappelé que le scénario était de Blanche Gardin et que Monsieur Fraize était formidable. Pas besoin d'explication de texte pour adopter ce personnage, tant son jeu est marquant. D'ailleurs, quand j'ai regardé Quotidien, j'ai adoré voir Monsieur Fraize captiver l'audience. Le public alternait entre silence religieux et rires incontrôlés. C'était un pur bonheur de voir le public interloqué, puis, hébété, se mettre à réfléchir sur ce qu'on lui proposait. Pour Roulez jeunesse, c'est pareil. Le film est très différent, mais Eric Judor soulève les autres acteurs pour proposer une comédie marquante. A part le rôle de la petite amie pas-petite amie d'Eric, un peu facile, l'ensemble est d'une justesse pleine de simplicité. On sort léger de ce film, apaisé malgré la dureté du rebondissement.

Lost in Frenchlation : verdict

J'ai découvert Lost in Frenchlation le 14 septembre. La date n'est pas anodine : c'était l'ouverture du Debout Paris Festival. J'étais heureuse, ce soir-là, d'être loin de l'agitation autour de ces plateaux délocalisés. J'avais besoin de cette bouffée d'air frais. Cet événement est à la fois différent et complet. Ce n'est pas juste un plateau, c'est un vrai ensemble culturel où les gens se rencontrent, échangent. Les ambiances d'expatriés me rappellent bien sûr ma vie étudiante en Normandie et cela peut jouer. C'est comme si j'avais délaissé un aspect de mon bonheur pour le retrouver en une soirée. Ça fait du bien et je vous le conseille à tous. [post_title] => Lost in Frenchlation : cinéma français, sous-titres et stand-up en anglais [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lost-in-frenchlation-cinema-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:53:26 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:53:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5248 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011092 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-23 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-23 06:00:00 [post_content] =>

Je savais que le stand-up à Melun était épique. J’ignorais qu’il serait mémorable. Tout a commencé à l’annonce de la programmation du 21 juillet. Lucas Drapier (remplacé par Alfred), Maoulé, Malika Bianco et Avril. Sans oublier, bien entendu, l’organisateur Adrien La Brocante.

Son nom vous dit sans doute quelque chose : il co-organise les 7 blagues de cristal. Vous savez, ce plateau pop-culture rocambolesque. Le vainqueur par KO des awards 2020 catégorie plateaux d’humour… Rien à voir avec le Jacques-a-Rit, le plateau du bar Papa Jacques qui comporte un jeu de mots et une faute de grammaire.

Stand-up à Melun : l’opération séduction d’Adrien La Brocante pour les artistes et le public

Comme on peut s’y attendre, c’est un plateau de stand-up à Melun organisé aux petits oignons. Grosse promotion locale, catering pour les artistes, lieu très enthousiaste pour accueillir de l’humour… Tous les ingrédients du succès sont réunis. La programmation est plus modeste qu’ailleurs, mais la volonté des artistes sur scène fait la différence. On pardonne les erreurs de jeunesse quand leurs auteurs sont honnêtes dans leur démarche.

Ce nouveau plateau aurait pu s’en tenir à une bonne soirée devant un public chaud-bouillant. Mais à Melun, rien ne se passe comme ailleurs. Malgré sa réputation compliquée, la ville est finalement hyper mignonne quand on lui greffe des pavés. La place Jacques Amyot, c’est plus beau que le chic de Vincennes. Vous ne l’aviez pas vu venir… Nous non plus.

Officiellement, je revenais à Melun après une longue absence pour me « recréer des souvenirs ». Ce genre de chose futile qu’on se met à faire à 30 ans, comme si l’on était en quête d’un nouveau départ. Un retour aux sources, un pèlerinage melunais. Et le faire à Melun, c’est une blague assez puissante pour agiter le monde de l’humour et pondre un papier, non ?

Ambiance « mi-cité, mi-campagne » : dépaysement garanti ?

En matière de souvenirs, c’était un festival. Prenez une ville loin de Paris, accessible uniquement via des trains SNCF ou des voitures. Ajoutez un accident grave de voyageur entre les deux villes. Saupoudrez le tout d’humoristes rémunérés au chapeau qui découvrent le concept de taxis clandestins. Mélangez et obtenez une soirée inoubliable…

Rassurez-vous : tout le monde va bien. Cette affirmation aurait sincèrement pu ne pas exister. Pour vous dire la vérité, on a flippé. Mais avant de vous livrer ces instants dignes d’une émission sur RMC Story, petit retour en arrière.

Une autre ambiance qu’à la Cartonnerie (seuls les vrais savent)

Le public de stand-up à Melun est incroyable. En tout cas, ce soir-là, ils étaient à fond. Pour une fois qu’ils n’ont pas à venir à Paris pour voir quelque chose de drôle. Certes, ils peuvent aller à la Cartonnerie de Dammarie-lès-Lys pour voir des spectacles quand il y en a. Mais une expérience de stand-up, sans l’appui du régional de l’étape Adrien La Brocante, ça n’existe pas vraiment… Cette ambiance « mi-cité, mi-campagne » offre donc un cocktail propice à de belles soirées stand-up. Le lieu est hyper sympa : un bar de quartier avec des poutres apparentes… Stéphane Plaza aimerait sûrement en être.

Et la SNCF de pimenter la soirée stand-up à Melun (malgré elle, certes)…

Pour venir à Melun, il suffit d’aller à la Gare de Lyon et de prendre un train de moins de 30 minutes. En prime, c’est souvent climatisé et le paysage est vraiment sympa. Pour rentrer de Melun, c’est un peu différent. Je savais que le quartier de la gare n’était pas très attractif la nuit. Des regards et commentaires appuyés confirmaient mes souvenirs. Donc quand le conducteur nous a conseillé de « reporter notre trajet », la SNCF abandonnant le projet de nous ramener à la Ville Lumière… L’extinction des feux a été brutale.

Première piste : le covoiturage en van. Certaines applications proposaient des trajets à 3 passagers, d’autres 4. Toutes dépassaient allègrement les 50 euros pour une course. Le van, c’était 6 personnes. Il fallait donc recruter 2 personnes : une mission hyper simple à Melun, un soir de semaine, quand personne ne veut raquer pour y dormir. Seul Alfred décide de rester dans le train, nous le quittons ici.

You’ll never walk alone

Nous étions donc 6, avec un musicien de Liverpool, bien dans la merde. Ce musicien, par ailleurs, je le croisais pour la deuxième fois. Humourman l’avait convié en interlude musical au Namek Comedy Club. Le monde est petit.

Pour l’intensité dramatique de la suite, passons au présent. Parce qu’on n’a jamais autant senti le moment présent qu’à ces instants. Comme Melun, ce n’est pas l’Australie, il n’y avait pas de van à 22h30. Notre petit groupe se dirige donc vers la sortie de la gare. Nos compagnons de route sont déjà là, mais nous ne le savons pas encore. Ils nous demandent intensément si nous allons à la gare de Lyon. Clairement, ils le savent. Ils sont là pour ça.

La décision est prise : nous allons faire confiance à des « taxis » locaux. Je déclare en aparté avoir peur d’être découpée en morceaux, car l’aventure ne fait pas partie de mon ADN. Mais les autres ont l’air de rester calmes et d’avoir plus peur de louper le dernier métro que de mourir. Ma vessie étant en phase avec ce projet, je me plie à la suite du programme.

Nos destins joués à pierre-feuille-ciseau

La suite du programme, c’est un dérivé du pierre-feuille-ciseau macabre pour définir la répartition des groupes. 3 personnes partiront dans une voiture, 3 dans l’autre. À part Maoulé qui serre le poing, tout le monde déplie sa main. Or la notion de « paume apparente » était dans la règle du jeu et tout le monde tombe d’accord. Je n’ai toujours pas compris ce moment, mais comme il m’a épargnée du cauchemar qui suivait, j’accepte ce cadeau du destin.

Le saviez-vous ? Les taxis clandestins, en plus du travail au noir, regorgent de conducteurs sans permis. Dans mon équipe, il y a Pete, le musicien de Liverpool, Maoulé et moi. Avril, Malika Bianco et une autre passagère du train suivent. On monte en voiture et on reste à l’arrêt.

Pourquoi reste-t-on à l’arrêt ? On comprend que dans l’autre voiture, il n’y a pas de GPS. C’est donc Avril et son téléphone qui se chargent de cette tâche. Mais notre conducteur ne le sait pas : il attend son collègue avant de rouler. Nos routes se séparent, la musique détend l’atmosphère et les règles du code de la route sont respectées. Même le clignotant.

L’espoir est de courte durée lorsque nous recevons les messages d’Avril et de Malika, qui évoquent un conducteur sans permis, pas très clean. Il zigzague, roule à 65 km/h sur autoroute et demande à Avril de prendre le volant. Qui a déjà connu pareille embrouille après un plateau d’humour ? Déjà que tous les chapeaux partent en fumée avec cette opération (sans oublier les 8,20 € du Melun-Paris pour ceux sans pass Navigo), alors… Tout cela éclipse vite ce moment où l’humoriste qui manque de sucre se rue sur un Kinder Bueno en gare de Melun. 2 € avalés plus tard, il ne lui reste rien.

Stand-up à Melun - Épilogue

Peu avant minuit, fort heureusement, tout le monde sort sain et sauf de l’aventure. Mieux (?) : la voiture d’Avril et de Malika est la première à arriver. Dans quel univers parallèle une personne qui roule 50 km/h moins vite que la vitesse limite autorisée arrive-t-elle avant l’autre ? C’est ce genre de nuit qui prouve que dans l’univers, tout ne s’explique pas. Qu’est devenu Alfred dans tout ça ? Il arrivait à Gare de Lyon une demi-heure plus tard, manquait le dernier métro et terminait son périple à pied. Moins spectaculaire, plus prévisible, en retard.

À Melun comme ailleurs, la vie est pleine de surprises (Melun n’a rien à voir avec ça, la SNCF est la seule coupable #prisedepositionpolitique). La prochaine fois que vous verrez Alfred, Avril, Maoulé et Malika Bianco lors d’une soirée humour, profitez de la chance que nous avons de les avoir encore avec nous.

Moralité : public de stand-up de Melun, soyez généreux au chapeau. Les humoristes en ont besoin.

[post_title] => Stand-up à Melun : l’incroyable plateau Jacques-a-Rit [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-melun [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-22 21:11:05 [post_modified_gmt] => 2021-07-22 19:11:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011092 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 30 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => 1 [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => bf0c182cae1417cd4ce65377c870ea5a [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Tournée des comedy clubs

Stand-up à Melun : affiche fictive de la soirée Jacques-a-Rit

Stand-up à Melun : l’incroyable plateau Jacques-a-Rit

Kémil Le Comique : documentaire sur 1 semaine stand-up à Paris

Kémil Le Comique à l’assaut du stand-up parisien

Comedy Clubs à Paris : comment faire émerger les nouveaux talents ?

Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ?

Bruno Peki - Caustic Comedy Night

Caustic Comedy Night au Barbès Comedy Club

Portrait de Gérémy Crédeville : découvrez-le en plateaux d’humour

Récit d’une semaine ordinaire en plateaux d’humour

Stand-up à Nantes : Maxime Stockner sur scène au Stand-up Factory

Stand-up à Nantes - Journal de bord live

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos : affiche du premier Bunker Comedy Club

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos

Sorties humour incontournables : Lucie Carbone sur scène

J’ai envie de voir… Nos sorties humour incontournables d’octobre

One More Joke au Jardin Sauvage : la rentrée du plateau parisien

One More Joke au Jardin Sauvage : retour sur la reprise

Proposer un thème au Laugh Steady Crew

J’ai choisi un thème au Laugh Steady Crew, et c’était fou

Fin du 33 Comedy club : merci pour 3 ans de rires à La Grange !

Le 33 Comedy à la Grange, c’est presque fini !

Plateaux humour : la fin du 33 comedy à la Grange !

5 expériences marquantes de juin 2019

Alexandre Di Mambro, Audrey Jésus et Anissa Omri sélectionnés à l'Open Mic du Laugh Steady Crew

Anissa Omri, Audrey Jésus et Alex Di Mambro : l’avenir de l’humour ?

One Mor e Joke au Grand Rex : programmation

One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion

Fermeture du One More : Jason Brokerss joue à la Nouvelle Seine

Fermeture du One More : une page se tourne

Le Fada Comedy Club à l'Omega Live de Toulon, un des plateaux du sud-est de la France

Dans le sud-est, l’émergence des comedy clubs

Tania Dutel late show : la première

On était au premier late show de Tania Dutel au One More !

Lost in Frenchlation : soirée cinéma et stand-up au Club de l'Etoile

Lost in Frenchlation : cinéma français, sous-titres et stand-up en anglais