WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => gregory-robet
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 685
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => gregory-robet
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 685
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => gregory-robet
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 685
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => gregory-robet
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 685
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 685
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 685
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => gregory-robet
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 685
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (685) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (685) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (685)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1006044
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-06-24 08:27:00
                    [post_date_gmt] => 2020-06-24 06:27:00
                    [post_content] => 

Vous le savez peut-être, j’ai foulé la scène du Blague à part Comedy Club avant de prendre ma retraite d’apprentie comique. Aujourd’hui, pour tous ceux qui n’étaient pas là, je vous propose le script de ce que j’ai joué ce soir-là. Histoire de vous proposer un quatrième volet à la saga Retro Spot !

Il y a eu quelques modifications entre le texte et le jeu final, mais globalement, le rendu est fidèle. Les intertitres, c’étaient les mots-clés qui me permettaient de retenir ce que je devais dire !

PS : Le Blague à part Comedy Club reprend ce samedi avec un 3x20 minutes où Grégory Robet invite Jean-Patrick / Je Suis Lapin et Ghislain Blique ! Réservez votre place gratuitement pour la reprise du plateau.

PS2 : j’ai perdu les 30 premières secondes de mon temps parce que Manu Bibard a de la force et qu’il m’a fallu me surpasser pour décrocher le micro. Maintenant vous pouvez découvrir ce sketch à peu près dans les conditions du réel. Merci encore à Grégory Robet pour l’invitation au Blague à part !

Mon sketch au Blague à part

Salut, ça va ? Moi ça va, même si je suis un peu nostalgique en ce moment.

Hobby particulier

Je me souviens, à 18 ans, j’avais un hobby original. Un truc qui me rend unique, mais pas pour les bonnes raisons.

Je mettais mon réveil à 5h du matin et j’écoutais deux émissions de radio anglaise sur Virgin Radio et la BBC.

J’étais une vraie geek de 2 animateurs de radios, Greg James et Robin Burke. Ça ne vous dit rien ?

Nouvelle famille / webcam

C’était ma nouvelle famille. Je voyais Greg et Robin tous les matins, du lundi au vendredi, c’était mon 5 à 7 à 3.

Je les regardais grâce aux webcams des radios. J’étais donc en pyjama, je regardais par exemple Robin manger des céréales pendant les chansons. Pendant sa pause, quoi, mais Robin, la webcam n’est jamais en pause... 😈

Et Greg, je lui ai envoyé un mail un matin : j’arrive pas à croire que tu as parlé à Anthony Davidson ! Un pilote de course, j’aime les bagnoles... et là consécration, Greg m’a citée à l’antenne 🥰

Le spot du rire / radio

Dix ans plus tard, forte de ce succès, j’ai transformé ce hobby en une activité semble-t-il légale. J’ai créé un média, Le spot du rire.

Je parle de la nouvelle génération d’humoristes. Et mon but, c’est de les rendre connus. Pour ça, j’ai un plan diabolique : grâce à moi, ils vont faire de la radio et je pourrais les regarder sur des webcams, sur YouTube, à la télé sur un écran 4K ! La réalité virtuelle... Comme si j’étais tout près.

Permis de groupie

J’ai pas besoin d’attendre ces avancées technologiques, car je suis déjà carrément dans des loges avec eux, on me file des tours de cou avec mon nom, c’est écrit « Rédactrice en chef ». Incroyable.

Humour touchant

J’aurais pu faire comme tout le monde, passer l’examen d’entrée pour devenir groupie. Première épreuve : faire des selfies, je l’ai ratée. Deuxième épreuve : être la groupie émue aux larmes parce que : « il m’a touché la main »… encore raté... mais pas grave, car... Je préfère que les humoristes me touchent... mais avec leurs blagues, tu vois. Et eux aussi, ils préfèrent qu’on en reste au toucher mental.

Un crédit immobilier pour Fary et Blanche Gardin

Plus sérieusement, tout ce que je veux, c’est que vous alliez les voir sur scène avant qu’ils deviennent Fary ou Blanche Gardin et que ça vous coûte un crédit immobilier de les voir. Je vais vous faire gagner de l’argent ! Pour un public venu gratuitement, ça me semble un bon plan !

Philippe Manœuvre

C’est beaucoup de travail, mais en retour les comiques me reconnaissent, je suis la Philippe Manœuvre de la scène stand-up méconnue, c’est le rêve ! Philippe Manœuvre pour ceux qui savent pas c’est un célèbre critique de musique qui vénère les Stones à la TV avec des lunettes noires.

Ghislain Blique

Moi, je fais pareil. Tiens on va prendre un humoriste présent ce soir, ça donnerait ça : « c’est dingue ! Ghislain Blique va jouer à la Petite Loge les mercredis à 21h30 c’est l’événement de la décennie, vous allez pas vous en remettre... » il ne savait pas que j’allais faire sa promo d’ailleurs, car je pense qu’il m’aurait dit : “j’ai peur que tu me considères comme un membre de ta famille.” Mais c’est trop tard, Ghislain. On part en vacances ensemble l’été prochain. J’ai tout réservé déjà !

Et je vais vous laisser là-dessus parce que j’ai hâte de découvrir sa réaction en coulisses 😂

[Moment où le public applaudit et où je peux respirer de nouveau…]

Et je vous laisse avec le prochain humoriste avec qui je partirais en vacances en 2021, [ici j’ai dû adapter parce que bien sûr, je devais annoncer Ghislain…] !

Crédits photo

© Grégory Robet

[post_title] => Voici le sketch que j’ai joué au Blague à part [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => blague-a-part-sketch [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-06-23 18:24:03 [post_modified_gmt] => 2020-06-23 16:24:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006044 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 7512 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-27 16:01:14 [post_date_gmt] => 2019-11-27 15:01:14 [post_content] =>

Les plateaux d’humour peuplent mon agenda tout au long de l’année. Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas décrit ces soirées dans l’ordre chronologique. Prêt à vivre un beau moment d’improvisation, à découvrir l’ouverture de Montreux, fêter la cinquantième du Blague à Part et terminer par un plateau alternatif ?

La vérité des plateaux d’humour : vous préférez notre version ou celle de Binge Audio ?

En cette dernière semaine de novembre, un podcast signé Binge Audio entend vous présenter le stand-up. Programme B commence ainsi avec une présentation larmoyante des débuts sur scène, puis la galère des humoristes qui parviennent à en vivre. Ce récit digne des Misérables nous semble quelque peu fataliste. Alors qu’au fond, cela ressemblerait plus à Jacques le Fataliste et son maître.

C’est un très bon aperçu si on survole le sujet. Mais ici, on va plus loin. Embarquez dans un périple qui vous fera découvrir le vrai stand-up ! Ça commence maintenant…

PS : on vous raconte d’autres moments de la semaine dans d’autres articles, suivez les liens ! Ça commence par lundi et l’exceptionnelle de Nicolas Fabié

Dans les plateaux d’humour, ce mardi : Jardin Sauvage, Gérémy Crédeville offre une Tournée générale…

J’avais entendu parler de cet événement d’improvisation, et je me réjouissais de le voir enfin. Gérémy Crédeville est un artiste complet, capable d’être drôle sur le petit écran comme sur les planches.

Il plaisait déjà au public avec son spectacle G, parfait et modeste. Aujourd’hui, alors qu’il prépare un nouveau spectacle, il accumule également les événements d’improvisation dans l’Hexagone.

La Tournée Générale repose sur un concept simple : un tableau, vos mots et de l’impro. Le public du Jardin Sauvage était au rendez-vous : devant une salle comble, l’interaction a pu atteindre des sommets.

Au début, le flottement était palpable. Gérémy Crédeville vient seul improviser toute une soirée, et le public sadique rédige les mots les plus improbables sur le tableau. Il ne sera pas en reste : chaque micro-improvisation mobilise un ou plusieurs de ses membres.

Pour relever le défi et utiliser tous les mots, Gérémy doit ainsi imaginer une galerie de personnages et prendre de nombreux risques. Pour cela, il peut compter sur sa capacité à jouer avec les mots. Après les premières minutes, où il feint de tricher avec de la facilité, il nous convainc de plus en plus. Il improvise même une chanson sur la lettre P, encore une fois un sujet choisi par le public…

C’est très drôle, car Gérémy et le public qui monte sur scène avec lui font voir leur difficulté à pédaler dans la semoule, puis leur victoire à chaque mot effacé. C’était donc une soirée atypique, où Gérémy n’a pas eu à payer de tournée générale. Telle est la règle : s’il utilise tous les mots, celui qui a inscrit le dernier mot du tableau remporte une consommation. Sinon, tout le monde boit à la santé du comédien.

Jeudi : Gala d’ouverture de Montreux sur Comédie+

Parfois, l’humour s’invite dans votre salon. Jeudi constituait ma seule soirée libre de la semaine. Je venais de découvrir Humourman et revoir Mahaut jouer 30 minutes de blagues chacun. J’allais voir l’une des artistes que j’apprécie le plus vivre un moment peut-être charnière dans sa carrière.

Montreux, ça fait rêver. Je préfère cette escale suisse au Marrakech du rire. D’abord, il y a l’humour suisse qui occupe une place (heureusement !). Faire Montreux, pour moi, ça veut dire beaucoup. Alors quand j’ai appris que Marion Mezadorian allait y prendre part, c’était un grand moment.

Peut-être me suis-je enflammée, cela dit… La soirée d’ouverture m’amusait si peu que j’ai interrompu mon périple à mi-parcours. La télécommande me libérait ainsi après le passage de Marion Mezadorian. Hormis Gérémy Crédeville qui m’a étonnamment fait rire sur une parodie de vie de couple morose, tout tombait à plat. Je sentais le stress de Marion à travers mon poste et ne comprenais pas les réactions du public, hilare ou applaudissant des humoristes à la ramasse et soudainement plus discret. Rageant de voir un passage ne pas exprimer toute la quintessence d’un talent.

La caméra sauve la mise

Le lendemain matin, j’envoyais un message à Marion pour recueillir ses ressentis. L’encourageais à repartir au charbon, parce que je savais qu’elle pouvait rectifier le tir. Il se trouve qu’à Montreux, les soirées ont lieu plusieurs fois. Vendredi soir, donc, Marion revenait sur scène pour la Radio Télévision Suisse (qu’on aime, Ndlr.).

Et elle l’a fait. 24 heures changent beaucoup de choses, et MyCanal a décidé de conserver cette version du gala d’ouverture pour les rediffusions et le replay. Quand les planètes s’alignent et que l’artiste garde la tête froide, voilà le miracle qui peut se produire… Et une contact en Suisse m’a permis de voir cette prestation et l’envoyer à l’intéressée pour la postérité. Double alignement des planètes.

Vendredi, je passais aussi par la Petite Loge (comment passer une semaine sans ce théâtre ? Impossible !). Au programme : Aude Alisque, qui a bien remanié son spectacle qu’on adorait déjà.

Samedi : le Blague à Part Comedy Club, c’est la Baze

La cinquantième du Blague à Part Comedy Club était une date exceptionnelle. Elle accueillait Baptiste Lecaplain, Adrien Arnoux, Maryvonne Beaune, Marouane Sista et le MC, Grégory Robet.

C’était l’occasion de découvrir ce plateau en tant que spectateur, car étrangement, j’y ai joué avant de vivre cette expérience. Grégory m’a proposé de nouveau de passer, mais je laisse la place à ceux qui ont vraiment envie de monter sur scène

Honnêtement, j’étais épuisée. Pour la première fois depuis des mois, j’ai vu le soleil se lever pour assister à un stage de clown (juste regarder). Je vous raconte ça ici, car c’était assez marquant comme expérience. Mais j’ai tout de même gardé de l’énergie pour vivre cette soirée au Blague à part Comedy Club…

Les forces en présence : une question de subjectivité

Cette soirée était l’occasion de comprendre la différence entre les humoristes expérimentés et les espoirs du rire. Elle se résume en un mot : efficacité. Ils arrivent avec une autre confiance, un personnage scénique assumé et une précision chirurgicale dans leur jeu et leur texte.

Ainsi, Baptiste Lecaplain et Adrien Arnoux retournaient la salle avec une facilité apparente. Car on sait tous qu’il faut conquérir le public quel que soit son nom ou son standing. Et être connu ne change rien, même quand vous êtes une légende… Baptiste Lecaplain livrait même un clin d’œil aux gens comme moi : « si vous n’aimez pas les mimes ou les mecs qui parlent trop fort, ne venez pas voir Baptiste Lecaplain ! ». Cette conscience de son côté clivant malgré son expérience et son assurance scénique m’ont laissée pantoise. Bravo, respect.

Maryvonne Beaune apportait un angle original et un jeu très personnel pour nous alerter : la fin du monde approche à cause du capitalisme. Un sujet dont je n’ai pas envie d’entendre parler sur scène, mais sa manière de l’amener m’a permis d’en rire. Le reste de la salle était conquis. On ne peut pas plaire à tout le monde quand on livre quelque chose de très personnel, et ça, ça se respecte.

Au final, Adrien Arnoux me faisait le plus rire et j’étais agréablement surprise par la progression de Grégory Robet. La première fois que je l’ai vu jouer, je n’étais pas encore convaincue. Mais comme le dit Shirley Souagnon, il faut attendre… Car un déclic, ça change tout, et Grégory est sur la voie. Marouane Sista, je n’ai vraiment pas adhéré : son ton de voix m’a rappelé Gad Elmaleh, et malgré quelques blagues bien senties, ça sentait le déjà vu. Encore une fois, on laisse le bénéfice du doute et on n’oublie pas le line-up exceptionnel de la soirée !

Dimanche : un Cap ou pas Cap Comedy pour la forme

Le dimanche, c’est le jour où on est totalement libre. Pour certains, c’est une célébration religieuse. Moi, c’est plus un truc de bagnoles comme vous avez pu le voir sur Twitch.

Pour fêter la fin de la saison de Formule 1, j’ai donc décidé de rire. Parce que le rire ne me laisse pas tomber six mois durant l’année, contrairement aux vrombissements des moteurs.

J’avais tout de même une bonne raison de bouger. Emma de Foucaud, je la vois trop peu souvent sur scène. Et j’adore sa manière d’aborder la comédie. Elle me fait penser un peu aux nantais, avec ce ton si unique de parler du bide. Elle dénonce beaucoup, elle observe et critique l’univers du LOL qui la passionne. Cet esprit critique va sans doute l’aider à progresser plus vite. Elle a la bonne approche, et sa progression me semble prometteuse. Ce soir-là, elle allait encore me convaincre grâce à un bon set… traditionnel vis-à-vis de ce qui allait se jouer dans la soirée !

Le spectacle commence avant le spectacle

Avant d’arriver au théâtre, le spectacle commençait déjà. Je croisais une artiste, Cerisette, dans le métro. Elle tient à la main une pochette avec son CV. Une femme l’interpelle dans le métro pour lui donner des pièces, elle la prend pour une mendiante… Enfin, en vérité, elle lui disait : « J’ai vu votre CV, j’ai cru que vous pointiez à l’ANPE ! ». Vous ne rêvez pas, la scène se passe en 2019 sur la ligne 5 du métro parisien…

Moi, j’avais repéré Cerisette sur le quai du métro et j’avais décidé de la suivre discrètement dans le métro. Je ne m’attendais pas à assister à ça… Une heure plus tard, cette artiste atypique arborait un costume de l’espace et nous faisait tous rire en proposant un sketch complètement barré de robot de l’espace. Ce n’est pas exactement le même sketch ou costume que sur YouTube, mais vous avez l’idée. Barge et incroyable.

Le Cap ou pas Cap, c’est pile la soirée d’humour à laquelle tu ne t’attends pas. Tu viens et tu ne connais peut-être aucun artiste, tu n’attends aucun miracle et une folie heureuse vient rendre la soirée burlesque. Le MC amène des bières, il a l’air un peu trop décontracté… Les artistes tentent aussi des choses parce que le plateau a un côté confidentiel. On est dans la back-story de la back-story, et au final, la soirée recharge les batteries de tout le monde. Un délice improbable, qui déménagerait vers Ledru-Rollin dans un endroit dédié au comics — les organisateurs font tout pour !

Entre défis et morceaux choisis

Le Cap ou pas Cap, ce sont aussi des défis : l’applaudimètre désigne des artistes qui vont rejouer sur scène quelques minutes. Le verdict : Cerisette et Avril ont été sélectionnés, alors qu’il y avait quand même une égalité avec Humourman.

Le hasard a voulu qu’une personne du public tire le défi « replay » pour Avril. Il devait rejouer le sketch d’un des autres artistes… Dans la pénombre, il murmurait déjà : « Je sais exactement qui je vais prendre » alors qu’il se jetait sur la cape de son poto Humourman. La vidéo existe, et on espère qu’ils pourront la vendre à quelqu’un. Avril avait déjà fait fort en montant sur scène avec quelques phrases résumant la soirée, il continuait sur sa lancée.

Cerisette a dû rejouer son sketch, elle aussi, mais version sexy. Cela devenait n’importe quoi, et le public a dû jouir en même temps que le robot sur scène. J’arrive à peine à croire que j’écris ces lignes… Mais c’était mémorable, inattendu, incomparable et incroyable ! Même les reprises d'À Corps Renversés m’embarquaient, alors que ça n’avait rien de classique…

Plateaux d’humour : verdict

Les plateaux d’humour restent une expérience ultra-fun. Vous pouvez bien sûr opter pour des valeurs sûres comme le Barbès Comedy Club, le Paname Art Café ou encore Madame Sarfati. Et bientôt Freedge, d’ailleurs…

Mais il existe bien d’autres lieux, qui apparaissent et disparaissent. Certains abritent de très belles soirées pendant quelques mois. Profitez-en, ce n’est pas un mirage : les rires sont à portée de consommation.

Crédits photo

© Christophe Castejon / Kobayashi Photography

[post_title] => Récit d’une semaine ordinaire en plateaux d’humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateaux-humour-tournee-generale-credeville-montreux [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-12-03 11:45:23 [post_modified_gmt] => 2019-12-03 10:45:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7512 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 6796 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-15 10:00:59 [post_date_gmt] => 2019-09-15 08:00:59 [post_content] =>

Monter sur scène, c’est demander à jouer dans un plateau, puis produire quelques minutes de rire, répéter. Ensuite, il faut se présenter à l’adresse du plateau, prendre le micro et se jeter à l’eau. Enfin, partir et tendre le micro à son successeur, avec un hi-five encourageant en bonus. Parce que c’est ton « poto ».

👉 Lu ailleurs : « Pour apprendre à être drôle, j’ai fait l’école du rire » — NEON

Si l’on se tient à cette liste objective, il n’y a rien de bien méchant. Mais alors, qu’est-ce qui rend ce rapport à la scène aussi unique pour un humoriste ? Quand passe-t-on d’un hobby à une vraie envie de faire rire dans la durée ?

La scène est-elle vraiment ce qui fait le plus peur ?

Je l’avais martelé : je devais raccrocher le micro pour de bon après deux scènes… Poule mouillée ? Oui, et fière de l’être ! Et puis non : hier soir, j’ai joué au Blague à Part Comedy Club. Évidemment, je ne peux pas en dire grand-chose car j’écris ces lignes une semaine avant.

Parce qu’honnêtement, on se contrefiche de savoir comment ça s’est passé. Tant de paramètres subjectifs peuvent rendre la soirée excellente comme cauchemardesque.

Déjà, tout commence par la programmation. Elle compte pour moi à chaque instant, car je ne fais pas du stand-up pour moi-même. Si je parle assez régulièrement à tous les comiques sur scène, je suis dans un meilleur état d’esprit. Je n’ai aucune ambition professionnelle (ou alors je suis dans le déni). En 2018, je voulais comprendre ce que c’était. J’ai partiellement compris, puisque je n’ai pas connu le bide. Peut-être la semaine prochaine, ou hier ? Peu importe, encore une fois.

Changement de perspective

Aujourd’hui, mon état d’esprit est différent. J’ai compris que je voulais monter sur scène pour faire partie de la bande des comiques. Et c’est tout. Ceux qui parlent de monter sur scène comme une drogue, je les regarde avec beaucoup d’admiration et d’incrédulité. Ma drogue à moi, elle consiste à parler des gens qui font des blagues et à rire de ces mêmes punchlines. Rien ne me satisfait plus au monde que de voir un talent potentiel cartonner et se révéler.

Si je reviens, c’est pour que le public découvre le spot du rire. Parce que je veux partager ces talents potentiels, puis avérés. Et c’est ce moteur-là qui me pousse à y aller et à rompre le silence. Dans ma tête, je le fais pour eux.

D’ailleurs, chaque passage est un prétexte pour lancer une private joke à l’un des membres de la bande. Mais dans ce contexte, a-t-on vraiment peur ? Et si oui, de la scène ou d’autre chose ?

Le feeling des répétitions

Gabriel Francès l’explique très bien : certains répètent leur texte pendant plusieurs semaines, tandis que d’autres s’entraînent différemment.

Je fais partie de la bande qui s’entraîne une heure par jour à déclamer son texte (alors qu’elle a envie d’y passer deux heures). Qui s’insulte après la treizième répétition et s’encense après la vingt-deuxième. Avec cette peur d’oublier ce texte, comme si je n’étais plus capable de dire ce que j’avais dans la tête.

Bon sang, c’est pas compliqué, il s’agit tout de même de mon histoire. J’écris les mots-clés comme Ghislain et mille autres, après l’avoir tant vu le faire au 33 Comedy.

Être sur scène : une préparation mentale personnelle

Avant de monter sur scène, les humoristes ont leurs habitudes. Certains ont l’air complètement détente, à l’instar de Pierre Thevenoux. Par habitude, sans doute, ils parviennent à déconner et masquer l’enjeu.

D’autres, au contraire, s’isolent. Tirent la tronche. Et dès qu’ils prennent le micro, la magie opère. Je trouve ça fou. À chaque fois que j’essaie de monter sur scène, je m’amuse à construire une playlist. Cette fois-ci, par procrastination, sans doute, j’ai décidé de lui donner vie sur Deezer.

Une voix qui motive comme un gourou, suivie de chansons qui rappellent quelque chose de positif ou délivrent des messages qui soignent ton ego. “We don’t even care about what they say, cos it's ja ja ja, blah blah blah.” On dirait une citation Instagram qui dit : « les autres sont des jaloux » ou « rageux », si elle provient de Skyblog.

Et pourtant, on s’en fiche. L’important, c’est de trouver la superstition qui marche pour soi-même et d’avancer. De retravailler plus sérieusement le passage, pour éviter… Pour éviter quoi, au juste ?

En quête de légitimité : pourquoi le regard de ses pairs compte autant

Une semaine avant ce fameux passage, j’essaie de me donner du courage. Cette fois-ci, je ne voulais pas attirer l’attention comme les fois précédentes. Je choisissais les personnes que je souhaitais voir. Exit certains comiques, bonjour des connaissances à qui je racontais des blagues au boulot. Celles qui rient à si peu, parce que c’est quelqu’un qu’ils connaissent qui sort la blague. Je le vois comme une forme de triche, mais je ne sais pas si d’autres partagent ce point de vue.

Je me dis : « Tu te rends compte, tu vas dévoiler ça sur toi… ». Même si en réalité, le lendemain, tout le monde aura oublié, tu croiseras le regard de ces gens en sachant qu’ils savent. Et comme dans un épisode de Suits, tu auras peur qu’un acteur-avocat vienne te faire chanter avec ta faiblesse (coucou Katrina Bennett).

À chaque comique sa méthode

Si cette partie est personnelle, c’est parce que chacun a sa manière de gérer cela. Cyril Hives se concentre sur la scène suivante pour imposer une nouvelle dynamique :

Quand tu vis un mauvais passage, c’est de ta faute. Effectivement, je suis moins loquace et moins heureux après. Mais demain est un autre jour. Tu peux te planter, et dans l’absolu personne ne t’en tient rigueur. Tout le monde a déjà connu un bide, donc… On se raconte bien plus facilement ses bides que ses cartons. Ce sont des histoires plus drôles à raconter. Raconte un bide aux autres humoristes, tu verras : les gens sont morts de rire ! Quand tu racontes un carton, ils s’en fichent.

Aude Alisque a appris avec le temps à dompter sa « terreur » scénique grâce à la visualisation :

La peur sur scène… J’étais terrifiée au début ! Même aujourd’hui, d’ailleurs, même si je commence à vivre de plus en plus de moments où dès que je monte sur scène, je suis prise d’une énergie positive qui surpasse ma terreur. Mon problème, c’est que je rougis très facilement. S’il se passe quelque chose d’inattendu sur scène, ma réaction est immédiate. Au début, ça m’arrivait tout le temps de rougir ! J’ai dû acheter du fond de teint couvrant pour essayer de cacher ça, ce que je ne faisais pas avant. (...)

Certains sont naturellement à l’aise, ce qui n’est pas mon cas. Ça a peut-être mis plus de temps, mais j’ai réussi à me visualiser sur scène dépasser cette peur. Il fallait juste attendre qu’elle disparaisse petit à petit.

Bon, on ne va pas aller jusqu’à dire que la visualisation est une méthode miracle à coup de musique de suspense… Mais à toutes fins utiles, lui, il le fait.

Seul, tu atteindras vite tes limites

Quelques jours avant le passage, je prends confiance sur le texte. En revanche, je laisse tomber le jeu. Je viens de discuter avec Perrine Blondel et Mélissa Rojo, qui gèrent la Petite Loge. Elle m’avertissent : ne suis pas tous les conseils que tu reçois ! Je réponds que je n’écoute personne.

Leur attitude change du tout au tout : faut quand même le faire, parfois, sinon c’est dangereux… Et c’est une évidence, bien sûr ! Quelques heures plus tard, je comprends un peu plus cela. Ok, le texte peut passer, mais tu es à la rue sur le jeu. Si tu le sais, pourquoi tu refuses qu’Anissa Omri t’aide à répéter ?

On en revient toujours à l’ambition. Si j’avais vraiment envie de le faire, je me donnerais les moyens. Là, je veux juste obtenir la mention « passable ». Je vois bien l’apport d’un Thierno Thioune : s’il voyait mon texte, il aurait envie de me pousser à jouer chaque ligne, l’amener plus loin.

Je me dis souvent : « ce serait super si on allait dans cette folie-là, ou cette direction-là, mais on ne peut pas ». Thierno (ou qui que ce soit d’autre) m’aurait certainement ri au nez avant de me pousser dans mes derniers retranchements. Mais la perspective de dévoiler son texte devant un fucking metteur en scène et d’autres apprentis comiques ? Il faudrait le faire, évidemment. Toujours ce fameux « évidemment » qui trahit le manque d’ambition. Le fait de ne pas avoir vraiment passé le cap et de ne toujours pas se sentir humoriste.

C’est le cap le plus dur à passer, celui qui te mène sans doute à jouer sur scène régulièrement. Après ça, la machine est lancée et tu te bats pour des dates.

Un dernier mot avant de monter sur scène

Le stand-up est aussi un bon refuge pour comprendre qui tu es et dépasser tes propres limites. Je trouve que c’est un exercice rigolo pour préparer les autres êtres humains à entendre pourquoi tu es bizarre. Tu es jugé avec le rire, et au pire, un silence de plomb t’assomme.

Enfin, je crois. Je vais essayer d’éviter que de nouvelles peurs émergent, surtout que parfois, je me dis que ce ne sont que des blagues. Il n’y a pas mort d’homme, ça dure une dizaine de minutes tout au plus, et les autres font ça jusqu'à 4 ou 5 fois par jour. Qui suis-je pour en parler ? Le moment est venu de prendre ce foutu micro.

Je ne vais pas vous laisser comme ça… Voilà ce qu’il s’est passé !

Au final, j’ai ressenti du stress à partir du passage de Manu Bibard. Il jouait juste avant moi, et comme je savais quand il terminerait son texte, la tension montait vite ! Ghislain me regardait en souriant pour me détendre, alors que je croyais qu’il s’amusait à faire une story de ma panique. Mais comme il m’a regardé avec un sourire un peu creepy, ça nous a rapprochés.

J’ai été surprise de laisser tomber le texte pour devenir mon propre directeur artistique. Avant de reprendre un micro-segment, je me disais : « là, tu vas faire ça » et ça se passait. Moins de calcul, juste un ordre normal envoyé par le cerveau à ma personne.

J’ai improvisé à certains moments, apparemment j’ai même fait des act out. C’était un bon passage, le premier où je me suis sentie légitime sur scène. Je fais partie du gang, même si j’ai encore la chance du débutant. Et puis j’ai tellement lutté pour décrocher le micro que Manu avait soigneusement remis à sa place. Il m’a dit : « désolé, j’ai peut-être mis un peu trop de force ! » #testostérone.

À refaire ? Je devrais complètement, mais là, je profite du fait de ne plus avoir à penser à jouer sur scène. Même si l’expérience était positive. Grégory Robet est, comme de nombreux comiques le disent, un mec génial et un super MC. Son plateau, le Blague à Part, propose une super expérience de stand-up. C’est convivial, carré, et il est aux petits soins pour que tout se passe bien. Je savais que le Blague à Part c’était bien, maintenant, je l’ai vécu !

Un mot sur la photo

Bun Hay Mean, qui en connaît un rayon sur le sujet. Son passage au Marrakech du Rire 2019, on en parle bien sûr pour ses blagues, mais aussi pour la manière dont il a su traverser des épreuves difficiles pour atteindre le succès.

Crédits photo : © Christine Coquilleau

[post_title] => Monter sur scène 3 : ton adversaire, c’est toi-même [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-sur-scene-mental [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/a-lecole-nationale-de-lhumour-jai-appris-a-etre-drole-492620.html [post_modified] => 2020-10-09 16:08:30 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:08:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6796 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 3 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1006044 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-24 08:27:00 [post_date_gmt] => 2020-06-24 06:27:00 [post_content] =>

Vous le savez peut-être, j’ai foulé la scène du Blague à part Comedy Club avant de prendre ma retraite d’apprentie comique. Aujourd’hui, pour tous ceux qui n’étaient pas là, je vous propose le script de ce que j’ai joué ce soir-là. Histoire de vous proposer un quatrième volet à la saga Retro Spot !

Il y a eu quelques modifications entre le texte et le jeu final, mais globalement, le rendu est fidèle. Les intertitres, c’étaient les mots-clés qui me permettaient de retenir ce que je devais dire !

PS : Le Blague à part Comedy Club reprend ce samedi avec un 3x20 minutes où Grégory Robet invite Jean-Patrick / Je Suis Lapin et Ghislain Blique ! Réservez votre place gratuitement pour la reprise du plateau.

PS2 : j’ai perdu les 30 premières secondes de mon temps parce que Manu Bibard a de la force et qu’il m’a fallu me surpasser pour décrocher le micro. Maintenant vous pouvez découvrir ce sketch à peu près dans les conditions du réel. Merci encore à Grégory Robet pour l’invitation au Blague à part !

Mon sketch au Blague à part

Salut, ça va ? Moi ça va, même si je suis un peu nostalgique en ce moment.

Hobby particulier

Je me souviens, à 18 ans, j’avais un hobby original. Un truc qui me rend unique, mais pas pour les bonnes raisons.

Je mettais mon réveil à 5h du matin et j’écoutais deux émissions de radio anglaise sur Virgin Radio et la BBC.

J’étais une vraie geek de 2 animateurs de radios, Greg James et Robin Burke. Ça ne vous dit rien ?

Nouvelle famille / webcam

C’était ma nouvelle famille. Je voyais Greg et Robin tous les matins, du lundi au vendredi, c’était mon 5 à 7 à 3.

Je les regardais grâce aux webcams des radios. J’étais donc en pyjama, je regardais par exemple Robin manger des céréales pendant les chansons. Pendant sa pause, quoi, mais Robin, la webcam n’est jamais en pause... 😈

Et Greg, je lui ai envoyé un mail un matin : j’arrive pas à croire que tu as parlé à Anthony Davidson ! Un pilote de course, j’aime les bagnoles... et là consécration, Greg m’a citée à l’antenne 🥰

Le spot du rire / radio

Dix ans plus tard, forte de ce succès, j’ai transformé ce hobby en une activité semble-t-il légale. J’ai créé un média, Le spot du rire.

Je parle de la nouvelle génération d’humoristes. Et mon but, c’est de les rendre connus. Pour ça, j’ai un plan diabolique : grâce à moi, ils vont faire de la radio et je pourrais les regarder sur des webcams, sur YouTube, à la télé sur un écran 4K ! La réalité virtuelle... Comme si j’étais tout près.

Permis de groupie

J’ai pas besoin d’attendre ces avancées technologiques, car je suis déjà carrément dans des loges avec eux, on me file des tours de cou avec mon nom, c’est écrit « Rédactrice en chef ». Incroyable.

Humour touchant

J’aurais pu faire comme tout le monde, passer l’examen d’entrée pour devenir groupie. Première épreuve : faire des selfies, je l’ai ratée. Deuxième épreuve : être la groupie émue aux larmes parce que : « il m’a touché la main »… encore raté... mais pas grave, car... Je préfère que les humoristes me touchent... mais avec leurs blagues, tu vois. Et eux aussi, ils préfèrent qu’on en reste au toucher mental.

Un crédit immobilier pour Fary et Blanche Gardin

Plus sérieusement, tout ce que je veux, c’est que vous alliez les voir sur scène avant qu’ils deviennent Fary ou Blanche Gardin et que ça vous coûte un crédit immobilier de les voir. Je vais vous faire gagner de l’argent ! Pour un public venu gratuitement, ça me semble un bon plan !

Philippe Manœuvre

C’est beaucoup de travail, mais en retour les comiques me reconnaissent, je suis la Philippe Manœuvre de la scène stand-up méconnue, c’est le rêve ! Philippe Manœuvre pour ceux qui savent pas c’est un célèbre critique de musique qui vénère les Stones à la TV avec des lunettes noires.

Ghislain Blique

Moi, je fais pareil. Tiens on va prendre un humoriste présent ce soir, ça donnerait ça : « c’est dingue ! Ghislain Blique va jouer à la Petite Loge les mercredis à 21h30 c’est l’événement de la décennie, vous allez pas vous en remettre... » il ne savait pas que j’allais faire sa promo d’ailleurs, car je pense qu’il m’aurait dit : “j’ai peur que tu me considères comme un membre de ta famille.” Mais c’est trop tard, Ghislain. On part en vacances ensemble l’été prochain. J’ai tout réservé déjà !

Et je vais vous laisser là-dessus parce que j’ai hâte de découvrir sa réaction en coulisses 😂

[Moment où le public applaudit et où je peux respirer de nouveau…]

Et je vous laisse avec le prochain humoriste avec qui je partirais en vacances en 2021, [ici j’ai dû adapter parce que bien sûr, je devais annoncer Ghislain…] !

Crédits photo

© Grégory Robet

[post_title] => Voici le sketch que j’ai joué au Blague à part [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => blague-a-part-sketch [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-06-23 18:24:03 [post_modified_gmt] => 2020-06-23 16:24:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006044 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 3 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 55f8a5b7c7405479dda86119a60cf42c [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Grégory Robet

Blague à part : photo souvenir de ma troisième scène

Voici le sketch que j’ai joué au Blague à part

Portrait de Gérémy Crédeville : découvrez-le en plateaux d’humour

Récit d’une semaine ordinaire en plateaux d’humour

Bun Hay Mean sur scène au Bordel Club

Monter sur scène 3 : ton adversaire, c’est toi-même