Publications liées au mot-clé : stand-up

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => stand-up
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 168
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => stand-up
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 168
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => stand-up
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 168
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => stand-up
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 168
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 168
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 168
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => stand-up
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 168
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (168) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (168) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (168)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011036
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-07-26 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-07-26 06:00:00
                    [post_content] => 

Elsa Bernard est l’une des fondatrices du Cercle du rire et du podcast Une bonne fois pour toutes. Cette communicante, engagée sans en avoir l’air, construit son parcours dans une relative discrétion. Raison de plus pour la découvrir en avant-première…

Elsa Bernard : une plume, un capital sympathie et le sens de la surprise

Comme de nombreux autres artistes, Elsa Bernard a fait ses armes dans le monde publicitaire. Elle marche donc dans les pas des Alexandre Kominek, Charles Nouveau, Marina Rollman ou encore Morgane Cadignan.

On s’attend donc à des textes bien ciselés, qu’elle muscle actuellement en plateaux. À chaque fois, elle dégage un véritable capital sympathie. Si vous y prêtez attention, vous constaterez en effet qu’Elsa Bernard a un ton bien à elle.

Dans notre époque morose, le pessimisme ambiant nourrit les humoristes de la dark vibe du stand-up. Elsa Bernard ne fait pas partie de cette bande. C’est un peu la bonne copine par excellence… mais ne vous y trompez pas : ses sets sont loin d’être mielleux. Ce positionnement l’aide à surprendre son auditoire et à délivrer ses punchlines avec vigueur.

Récemment, je l’ai vu se mettre en position délicate. Elle a assuré la chauffe de son plateau, un exercice loin d’être évident. Loin de sa zone de confort, elle n’a certes pas été aussi efficace que les pros de la chauffe. En revanche, elle a su apporter sa patte et a réussi à embarquer le public avec elle. Il n’y a pas besoin de réaliser des démonstrations de force, juste de mettre le public de son côté. À ce petit jeu-là, elle s’en sort avec les honneurs…

Une évolution prometteuse

Elsa Bernard cumule sa vie professionnelle de chef de projet dans une agence parisienne renommée et celle de stand-uppeuse. Un parcours prenant, qui interroge sur sa volonté de monter un spectacle ou de faire carrière par la suite.

À mon sens, il n’y a là rien d’étonnant. Entre les voyages, l’engagement politique et une vie prenante, Elsa a toujours nourri sa curiosité. On devine sa capacité de travail et d’investissement dans chacun de ses projets.

Plutôt que de voir cela comme un frein, je pense que ce double parcours est complémentaire. En stand-up, il lui permettra d’aborder de nombreux sujets de manière poussée et, petit à petit, trouver son personnage scénique. Nul doute qu’elle suivra la trajectoire de sa collègue Anissa Omri, qui démontre une progression spectaculaire ces derniers temps.

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois – Juillet 2021 – Elsa Bernard [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-elsa-bernard [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-11 21:03:27 [post_modified_gmt] => 2021-07-11 19:03:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011036 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011092 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-23 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-23 06:00:00 [post_content] =>

Je savais que le stand-up à Melun était épique. J’ignorais qu’il serait mémorable. Tout a commencé à l’annonce de la programmation du 21 juillet. Lucas Drapier (remplacé par Alfred), Maoulé, Malika Bianco et Avril. Sans oublier, bien entendu, l’organisateur Adrien La Brocante.

Son nom vous dit sans doute quelque chose : il co-organise les 7 blagues de cristal. Vous savez, ce plateau pop-culture rocambolesque. Le vainqueur par KO des awards 2020 catégorie plateaux d’humour… Rien à voir avec le Jacques-a-Rit, le plateau du bar Papa Jacques qui comporte un jeu de mots et une faute de grammaire.

Stand-up à Melun : l’opération séduction d’Adrien La Brocante pour les artistes et le public

Comme on peut s’y attendre, c’est un plateau de stand-up à Melun organisé aux petits oignons. Grosse promotion locale, catering pour les artistes, lieu très enthousiaste pour accueillir de l’humour… Tous les ingrédients du succès sont réunis. La programmation est plus modeste qu’ailleurs, mais la volonté des artistes sur scène fait la différence. On pardonne les erreurs de jeunesse quand leurs auteurs sont honnêtes dans leur démarche.

Ce nouveau plateau aurait pu s’en tenir à une bonne soirée devant un public chaud-bouillant. Mais à Melun, rien ne se passe comme ailleurs. Malgré sa réputation compliquée, la ville est finalement hyper mignonne quand on lui greffe des pavés. La place Jacques Amyot, c’est plus beau que le chic de Vincennes. Vous ne l’aviez pas vu venir… Nous non plus.

Officiellement, je revenais à Melun après une longue absence pour me « recréer des souvenirs ». Ce genre de chose futile qu’on se met à faire à 30 ans, comme si l’on était en quête d’un nouveau départ. Un retour aux sources, un pèlerinage melunais. Et le faire à Melun, c’est une blague assez puissante pour agiter le monde de l’humour et pondre un papier, non ?

Ambiance « mi-cité, mi-campagne » : dépaysement garanti ?

En matière de souvenirs, c’était un festival. Prenez une ville loin de Paris, accessible uniquement via des trains SNCF ou des voitures. Ajoutez un accident grave de voyageur entre les deux villes. Saupoudrez le tout d’humoristes rémunérés au chapeau qui découvrent le concept de taxis clandestins. Mélangez et obtenez une soirée inoubliable…

Rassurez-vous : tout le monde va bien. Cette affirmation aurait sincèrement pu ne pas exister. Pour vous dire la vérité, on a flippé. Mais avant de vous livrer ces instants dignes d’une émission sur RMC Story, petit retour en arrière.

Une autre ambiance qu’à la Cartonnerie (seuls les vrais savent)

Le public de stand-up à Melun est incroyable. En tout cas, ce soir-là, ils étaient à fond. Pour une fois qu’ils n’ont pas à venir à Paris pour voir quelque chose de drôle. Certes, ils peuvent aller à la Cartonnerie de Dammarie-lès-Lys pour voir des spectacles quand il y en a. Mais une expérience de stand-up, sans l’appui du régional de l’étape Adrien La Brocante, ça n’existe pas vraiment… Cette ambiance « mi-cité, mi-campagne » offre donc un cocktail propice à de belles soirées stand-up. Le lieu est hyper sympa : un bar de quartier avec des poutres apparentes… Stéphane Plaza aimerait sûrement en être.

Et la SNCF de pimenter la soirée stand-up à Melun (malgré elle, certes)…

Pour venir à Melun, il suffit d’aller à la Gare de Lyon et de prendre un train de moins de 30 minutes. En prime, c’est souvent climatisé et le paysage est vraiment sympa. Pour rentrer de Melun, c’est un peu différent. Je savais que le quartier de la gare n’était pas très attractif la nuit. Des regards et commentaires appuyés confirmaient mes souvenirs. Donc quand le conducteur nous a conseillé de « reporter notre trajet », la SNCF abandonnant le projet de nous ramener à la Ville Lumière… L’extinction des feux a été brutale.

Première piste : le covoiturage en van. Certaines applications proposaient des trajets à 3 passagers, d’autres 4. Toutes dépassaient allègrement les 50 euros pour une course. Le van, c’était 6 personnes. Il fallait donc recruter 2 personnes : une mission hyper simple à Melun, un soir de semaine, quand personne ne veut raquer pour y dormir. Seul Alfred décide de rester dans le train, nous le quittons ici.

You’ll never walk alone

Nous étions donc 6, avec un musicien de Liverpool, bien dans la merde. Ce musicien, par ailleurs, je le croisais pour la deuxième fois. Humourman l’avait convié en interlude musical au Namek Comedy Club. Le monde est petit.

Pour l’intensité dramatique de la suite, passons au présent. Parce qu’on n’a jamais autant senti le moment présent qu’à ces instants. Comme Melun, ce n’est pas l’Australie, il n’y avait pas de van à 22h30. Notre petit groupe se dirige donc vers la sortie de la gare. Nos compagnons de route sont déjà là, mais nous ne le savons pas encore. Ils nous demandent intensément si nous allons à la gare de Lyon. Clairement, ils le savent. Ils sont là pour ça.

La décision est prise : nous allons faire confiance à des « taxis » locaux. Je déclare en aparté avoir peur d’être découpée en morceaux, car l’aventure ne fait pas partie de mon ADN. Mais les autres ont l’air de rester calmes et d’avoir plus peur de louper le dernier métro que de mourir. Ma vessie étant en phase avec ce projet, je me plie à la suite du programme.

Nos destins joués à pierre-feuille-ciseau

La suite du programme, c’est un dérivé du pierre-feuille-ciseau macabre pour définir la répartition des groupes. 3 personnes partiront dans une voiture, 3 dans l’autre. À part Maoulé qui serre le poing, tout le monde déplie sa main. Or la notion de « paume apparente » était dans la règle du jeu et tout le monde tombe d’accord. Je n’ai toujours pas compris ce moment, mais comme il m’a épargnée du cauchemar qui suivait, j’accepte ce cadeau du destin.

Le saviez-vous ? Les taxis clandestins, en plus du travail au noir, regorgent de conducteurs sans permis. Dans mon équipe, il y a Pete, le musicien de Liverpool, Maoulé et moi. Avril, Malika Bianco et une autre passagère du train suivent. On monte en voiture et on reste à l’arrêt.

Pourquoi reste-t-on à l’arrêt ? On comprend que dans l’autre voiture, il n’y a pas de GPS. C’est donc Avril et son téléphone qui se chargent de cette tâche. Mais notre conducteur ne le sait pas : il attend son collègue avant de rouler. Nos routes se séparent, la musique détend l’atmosphère et les règles du code de la route sont respectées. Même le clignotant.

L’espoir est de courte durée lorsque nous recevons les messages d’Avril et de Malika, qui évoquent un conducteur sans permis, pas très clean. Il zigzague, roule à 65 km/h sur autoroute et demande à Avril de prendre le volant. Qui a déjà connu pareille embrouille après un plateau d’humour ? Déjà que tous les chapeaux partent en fumée avec cette opération (sans oublier les 8,20 € du Melun-Paris pour ceux sans pass Navigo), alors… Tout cela éclipse vite ce moment où l’humoriste qui manque de sucre se rue sur un Kinder Bueno en gare de Melun. 2 € avalés plus tard, il ne lui reste rien.

Stand-up à Melun - Épilogue

Peu avant minuit, fort heureusement, tout le monde sort sain et sauf de l’aventure. Mieux (?) : la voiture d’Avril et de Malika est la première à arriver. Dans quel univers parallèle une personne qui roule 50 km/h moins vite que la vitesse limite autorisée arrive-t-elle avant l’autre ? C’est ce genre de nuit qui prouve que dans l’univers, tout ne s’explique pas. Qu’est devenu Alfred dans tout ça ? Il arrivait à Gare de Lyon une demi-heure plus tard, manquait le dernier métro et terminait son périple à pied. Moins spectaculaire, plus prévisible, en retard.

À Melun comme ailleurs, la vie est pleine de surprises (Melun n’a rien à voir avec ça, la SNCF est la seule coupable #prisedepositionpolitique). La prochaine fois que vous verrez Alfred, Avril, Maoulé et Malika Bianco lors d’une soirée humour, profitez de la chance que nous avons de les avoir encore avec nous.

Moralité : public de stand-up de Melun, soyez généreux au chapeau. Les humoristes en ont besoin.

[post_title] => Stand-up à Melun : l’incroyable plateau Jacques-a-Rit [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-melun [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-22 21:11:05 [post_modified_gmt] => 2021-07-22 19:11:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011092 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1011028 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-14 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-14 06:00:00 [post_content] =>

En juin et juillet, Cécile Marx a rodé son nouveau spectacle, Crue, au théâtre BO Saint Martin. Nous avons pu le voir avant sa programmation régulière dès la rentrée.

Cécile Marx, de comédienne à humoriste

Cécile Marx a l’expérience pour elle. Ce n’est pas son premier spectacle, puisque son premier one woman show Love Fiction remonte à 2016. Contrairement à cinq ans plus tôt, Cécile Marx assure à la fois l’interprétation et l’écriture. Ça, c’est uniquement la partie humoristique : son bagage de comédienne est également bien rempli avec de nombreuses comédies au théâtre, parmi lesquelles Couscous aux lardons. Avec Audrey Baldassare, elle a également coécrit et joué une comédie en tournée et à Paris avant le confinement.

L’humoriste doit donc continuer cette transition de comédienne à artiste-auteur dans un paysage où les talents sont nombreux. L’enjeu est de taille : mêler la maîtrise technique et l’originalité comique. Niveau technique, les bases sont là depuis longtemps. Cécile Marx a beaucoup d’assurance, sa présence scénique est au rendez-vous.

Niveau originalité, il reste une marge de progression. La première partie du spectacle est un peu poussive, comme en attestent les rires timides de l’assemblée. Heureusement, grâce à un jeu et un sens du mime impeccable, le spectacle prend une autre dimension pour finir en apothéose.

Crue : un spectacle à fort potentiel grâce à une polyvalence à toute épreuve

Cécile Marx se retrouve dans une situation où elle peut proposer beaucoup. Elle sait aborder de nombreux sujets, jouer sur de nombreux registres… Le micro-slam de fin apporte de l’émotion, le segment sur « parler avec les mains » marque les esprits, etc.

Le défaut de cette polyvalence, c’est qu’on a l’impression que Cécile Marx n’a pas encore décidé où elle voulait mener ce spectacle. Ce défaut est en réalité la preuve du potentiel de cette heure au BO Saint Martin. En effet, après quelques dates de rodage (et un changement de titre, déjà !), Cécile Marx a l’embarras du choix pour le construire.

Je vous conseille d’aller la voir deux fois : au début de l’automne pour vous faire une idée, puis lors des dernières pour exulter. Je vous garantis que vous verrez deux spectacles différents et que vous aimerez suivre ce talent. Difficile de pronostiquer jusqu’où elle pourra aller. Une chose est sûre, néanmoins : elle a toutes les cartes en main pour construire un spectacle mémorable. La balle est dans son camp !

[post_title] => Cécile Marx dans Crue : un nouveau spectacle en rodage [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cecile-marx-spectacle-crue [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-14 17:17:48 [post_modified_gmt] => 2021-07-14 15:17:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011028 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1011005 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-05 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-05 06:00:00 [post_content] =>

Alexis Tramoni a décroché une programmation à la Petite Loge pour son spectacle Que ta mère. Alexis Tramoni, Que ta mère. Oui, rien que ça. À l’époque, la nouvelle a beaucoup fait réagir : les standards de qualité de cette salle étaient-ils revus à la baisse ? Ou alors était-ce le pari fou d’un exhibitionniste du cul ?

Les gens avaient beau parler, ils n’étaient pas là le jour de l’audition. Moi-même, je ne sais pas ce qui se cache dans la tête d’Alexis Tramoni. Certains le résumeraient sans doute ainsi :

Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu’on les reconnaît.

Alexis Tramoni, politiquement incorrect ou incorrection crasse ?

Sexiste, misogyne, raciste, le garçon ? Faut-il séparer l’œuvre de l’artiste ? Pendant que ses collègues dissertaient sur le sujet, Alexis Tramoni le lançait, son spectacle. Quand d’autres annulent, Tramoni attire les foules convaincues par ses vidéos virales. Il pousse le curseur à l’extrême, abuse de la vulgarité et promet de « taper sur tout le monde ». Comme un Gaspard Proust, en somme, l’air propre sur lui en moins…

On retrouve ce besoin d’exutoire dans les salles de spectacles, surtout dans les époques où les discours sont scrutés de près. La portée du message, la responsabilité des propos, le fait d’amener tous les sujets intelligemment… Et si Alexis Tramoni n’en avait simplement rien à branler ?

S’en foutre ou combattre une époque puritaine

Le clin d’œil est tout trouvé avec son homologue du vendredi 20 heures, Ghislain Blique. Pour autant, les deux propositions n’ont pas grand-chose à voir. Le premier est nonchalant, le second provoque à l’extrême.

Par ailleurs, proposer un spectacle comme celui-ci, c’est en avoir quelque chose à branler. Combattre le puritanisme comme on combattrait le réchauffement climatique, ça compte comme message politique ?

Alexis Tramoni dénonce donc le politiquement correct de l’époque avec une folie et une imprécision jouissive. On n’est pas sur le meilleur match technique, mais tout le monde s’en fout. Le public est venu voir un grand n’importe quoi, il est servi. Il m’a rappelé Paul Currie, cet humoriste frappadingue croisé au festival d’Édimbourg qui forçait son public à se murger (entre autres).

Alexis Tramoni et son rire démoniaque à la Petite Loge

Pour le reste ? Il est difficile de décrire ce spectacle sans le dévoiler. Disons simplement que le garçon a (malgré les apparences) une éthique, même si vous en douterez quelquefois. Son rire démoniaque vous fera trembler. Étonnamment, les interactions ne sont pas si violentes que ça (même si vous pouvez recevoir des trucs sur vous au premier rang).

Ses désamorçages de fin de carrière sont aussi des preuves qu’il maîtrise un peu son destin. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, mais on connaît au moins la recette pour ne pas intoxiquer le public, en résumé.

Certains craignaient un suicide artistique, finalement tout le monde va bien. Le public exultait de voir quelqu’un oser tout dézinguer. S’il faut des spectacles bienveillants, il faut aussi des spectacles comme ça. L’avantage, c’est que celui-ci est ouvert à tous, pas seulement aux « tontons racistes » de France et de Navarre.

Au terme du spectacle, Alexis Tramoni annonce qu’il a plein de projets et qu’il cherche un producteur. À ce stade prématuré, le pari semble fou. Mais un humoriste complètement ravagé et ravageur de salles pourrait bien faire chavirer un Ruquier en mal de réac’titude.

[post_title] => Alexis Tramoni dans Que ta mère : comique sans gêne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => alexis-tramoni-que-ta-mere-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-03 18:26:34 [post_modified_gmt] => 2021-07-03 16:26:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011005 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1010810 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-28 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-28 06:00:00 [post_content] =>

Vega est l’un des nouveaux visages du stand-up qui commence tout juste à faire parler de lui. Ce mois-ci, on juge qu’il est temps pour vous de le rencontrer. Voici pourquoi !

Vega : de gérant de plateau sympa à comédien voyou

Vega est l’un des résidents du Batignolles Comedy. Dans le milieu, il se taille une réputation de « mec sympa qui cogère un plateau d’humour cosy ». Mais un humoriste peut-il se satisfaire de cette validation-là ?

Pour Vega, la réponse est évidente : non. Suite à ses débuts en stand-up en 2019, il décide de passer à la vitesse supérieure. Son plan : rejoindre le campus du Barbès Comedy Club et investir dans sa réussite scénique.

Bien lui en a pris car il apparaît dans la série Barbès Comedy Off, une sorte de The Office version stand-up.

Un personnage qui lui va comme un gant… bientôt vu sur scène ?

Dans le coin de la pièce, Vega attend son heure. Son regard est mystérieux. L’homme insaisissable. Je me demande ce qu’il nous réserve.

La suite m’a surpris. Je connaissais son stand-up classique, parfois un peu timide, qui offrait quelques moments sympathiques. Mais cela restait poli, caractéristique d’un nouveau venu qui veut bien faire. On devinait qu’un potentiel pouvait apparaître. Mais savoir comment il se révèlerait… Tout cela était difficile à décrypter avant le premier confinement.

Autant vous dire qu’il sort complètement du cadre du père de famille qui adopte le charme poivre-et-sel d’un George Clooney du quotidien. Menaçant, maléfique et au bord de craquer, il révèle des talents d’acteur insoupçonnés. La sympathie d’antan fait place à une présence déroutante, presque envoûtante.

En somme, on adore et on se prend à fantasmer de voir cela intégré à ses passages de stand-up. Parce que des petits bijoux comme cette vidéo sont autant de promesses de progression, je vous encourage à suivre Vega.

Vega invité de Passions avec les résidents du Batignolles Comedy

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois – Juin 2021 – Vega [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-vega [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-16 11:50:42 [post_modified_gmt] => 2021-05-16 09:50:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010810 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1010914 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-18 11:48:23 [post_date_gmt] => 2021-06-18 09:48:23 [post_content] =>

Le dernier épisode du podcast Stand Up France avec Yacine Belhousse est une pépite pour tous les amateurs de comédie. Comme souvent dans cet exercice, il livre de nombreuses anecdotes qui vont forcément vous ravir !

Yacine Belhousse en podcast : la meilleure excuse pour découvrir l’humour estonien

En tant que fan de l’Eurovision, je ne peux qu’admirer le travail de Yacine Belhousse. Cette phrase semble improbable, mais restez, on parle de comédie juste après ! Sans transition, donc… (sic !) Avec ses propositions scéniques originales, rien d’étonnant de le voir aller à la rencontre des artistes de stand-up à travers le monde.

Sa curiosité comique est littéralement contagieuse. Pour tout vous dire, j’ai même essayé de regarder de l’humour en estonien pour voir si je comprenais quelque chose. Ou simplement percevais. Pas trop, mais la bonne nouvelle, c’est que les Estoniens jouent en anglais…

Tout le monde n’a en effet pas la chance d’avoir un pays densément peuplé ou d’une scène stand-up dynamique. C’est toujours une piqûre de rappel appréciable, surtout quand on a la tête dans le guidon. On prend parfois trop notre dynamisme artistique pour acquis, savourons donc notre chance !

Découvrez Ari Matti Mustonen, un Estonien à Vancouver

Yacine Belhousse digresse donc sur le côté nerd du podcast Stand Up France. Ces spécialistes du rire se retrouvent à se demander s’il existe des podcasts estoniens. La réponse est oui : Louis Zezeran propose même un podcast en anglais.

Quelques recherches plus tard, je tombe sur ce site web et quelques sketches en anglais. Celui-ci m’a bien fait rire, alors je vous le partage :

This Just In: Yacine Belhousse lance sa masterclass

Deux autres informations essentielles (et plus locales) vous intéresseront sûrement davantage. Tout d’abord, dans la lignée des nouvelles formations humour, il proposera une masterclass orientée mise en pratique. La promesse : à la fin de la formation, vous repartez avec du matériel utilisable sur scène.

Loin des conférences inspirantes, vous bénéficiez donc de l’expertise d’un des humoristes les plus respectés de son milieu. C’est aussi un rappel important : tout savoir-faire transmis apporte de la valeur et mérite d’être rémunéré. Je souhaite donc le meilleur à Yacine dans cette entreprise !

Autre anecdote qui fait réfléchir : l’art de ne pas s’entourer. Les professionnels de l’ombre répètent à l’envi que pour se développer, il faut s’entourer. C’est intéressant d’avoir le point de vue d’un indépendant. Bien sûr, il s’entoure et collabore avec d’autres artistes pour monter des projets. Mais ce son de cloche alternatif (tout comme son humour) trotte dans la tête de nombreux autres humoristes.

Comme quoi, il n’y a pas de science exacte ou de vérité générale. Écoutez cela en contexte pour parfaire votre opinion, ce podcast avec Yacine Belhousse est une pépite pour cela !

Crédits photo

Yacine Belhousse © Christine Coquilleau

[post_title] => Quand Yacine Belhousse parle de podcast estonien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-podcast-estonie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-18 11:53:26 [post_modified_gmt] => 2021-06-18 09:53:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010914 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1010864 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-15 06:00:00 [post_content] =>

Le week-end du 13 juin, le sujet des humoristes femmes invisibles a animé les discussions et les réseaux sociaux du monde artistique. Si par le passé, les plateaux d’humour 100% masculins étaient monnaie courante, aujourd’hui, ça passe beaucoup moins. Et quand on pousse le bouchon un peu trop loin, même quand on ne s’appelle pas Maurice, ça ne passe pas inaperçu !

Mise à jour 16 juin 2021 : suite à notre article, le Trempoint propose ce mercredi soir un plateau paritaire avec Lucie Carbone, Myriam Baroukh, Adrien Montowski, Camille Lavabre, Louis Chappey et Nordine Ganso ! Bravo à eux pour la réactivité, réservez vos places 🥰

Le meilleur onze du Trempoint vs. humoristes femmes invisibles

C’est donc une programmation presque banale, mais de moins en moins acceptée. Le 6 juin, le tremplin découvertes du Point Virgule, le Trempoint, arborait 9 noms d’humoristes. Tous des hommes. À l’époque, j’ai failli réagir, mais je me ravisais car ce n’était pas vraiment un lieu qui ignorait les femmes.

Certes, la programmation du Point Virgule 2021 est peu mixte, mais cette salle n’était pas la plus en vue sur ces questions. Sauf que la semaine suivante, le Trempoint récidive avec 11 humoristes, toujours des hommes. 8 des 9 hommes conviés le 6 juin revenaient, ce qui privait le public d’un roulement. Comment voulez-vous revenir chaque semaine au Trempoint, scène de découvertes humour, si vous découvrez toujours les mêmes ?

Les spectateurs peuvent encore accepter cela lorsque les 9 ou 11 personnes conviées sont complémentaires et vraiment solides. Sauf que dans les faits, la proposition artistique de certains n’apporte rien d’innovant. Tandis que d’autres, vraiment prometteurs, arrivent comme un cheveu sur la soupe pour sauver les meubles.

Humoristes femmes invisibles, score final 0-11 : il n’y a pas match

Tout cela a mis le feu aux poudres et a questionné la sélection des artistes sur cette scène historique. De nombreux humoristes, hommes et femmes, ont condamné cette programmation. Ce 11-0 encaissé par les femmes humoristes, invisibles car même pas conviées au match, ne passe plus en 2021. Caroline Vigneaux, Olivia Moore relayaient ainsi l’alerte lancée par une Emma de Foucaud qui aurait largement sa place pour un Trempoint. Et pourquoi pas le FUP ? Et pourquoi pas une programmation régulière au Point Virgule à moyen terme ?

Où est le temps où Solène Rossignol profitait de showcases au Point Virgule ? Il n’y a pas si longtemps, Tania Dutel foulait les planches de ce théâtre au côté de nombreuses autres. À l’heure actuelle, nous nous retrouvons avec des théâtres qui rééquilibrent la balance en proposant des programmations engagées. La Nouvelle Seine réussit à combiner qualité artistique et majorité de femmes.

La Comédie des 3 Bornes suit le mouvement en proposant une programmation volontariste. Elle se discute sur la qualité, mais cela concerne les hommes comme les femmes. Cela fait en effet longtemps que cette salle a perdu de sa superbe. Certains parlent même d’un gouffre financier pour les jeunes artistes. Alors autant miser sur une identité plus militante. Autant cibler un public plus enclin à découvrir plusieurs spectacles de la même trempe !

Comment sortir d’une telle impasse ?

On ignore ce qui a motivé de tels choix. La reprise des spectacles après une fermeture aussi longue doit poser des problèmes d’organisation et les programmateurs sont sans doute sous l’eau. Si rien n’excuse ce préjudice à la fois contre la qualité humoristique et l’intégration des femmes dans le milieu, il faut comprendre le problème pour l’adresser. Une situation comme celle-ci n’aurait fait l’objet d’aucune critique il y a quelques années. Les femmes s’organisent aujourd’hui pour prouver aux programmateurs qu’elles existent. S’ils ne les connaissent pas, elles font le travail de détection pour eux.

Chaque acteur de la comédie doit prendre sa part et faire de son mieux. Sortir de sa zone de confort, décrypter le phénomène de sororité pour faire le tri dans les talents. De quoi s’agit-il ? Mises de côté depuis tant d’années, certaines femmes humoristes estiment que la solidarité entre elles doit être inconditionnelle. Elles se soutiennent à 100% et répondent à la cooptation par la cooptation. Pour elles, il n’est pas acceptable de critiquer une femme humoriste sur des critères artistiques objectifs. Motif invoqué : pour pallier le manque de confiance en soi et la difficulté d’intégrer le milieu, elles font bloc, se construisent dans l’ombre et se protègent de toute agression extérieure. Une pratique radicale qui ne passe pas chez tout le monde. Or elle n’aurait jamais existé sans le rejet d’un secteur…

La riposte est en marche

Autrement dit, les hommes comme les femmes humoristes montent sur scène en sachant que pendant leurs débuts, ils devront se développer avant d’être au top. Ils disent : « nous sommes là, fais avec, un jour tu retourneras ta veste ». Pour de nombreuses raisons, cette pratique passe beaucoup mieux chez les hommes que chez les femmes. Il faut en avoir conscience pour regarder chaque humoriste en tant qu’individu et non comme membre d’une communauté. Tous les hommes humoristes ne se valent pas, comme toutes les femmes humoristes ne se valent pas.

La solution : diversifier les programmations, mélanger les talents en ne sacrifiant pas l’artistique sur l’autel de quotas. Ces quotas sont parfois nécessaires pendant un temps pour contrebalancer des discriminations. En revanche, ils ne doivent pas être une fin en soi.

Faisons l’effort de regarder les talents pour ce qu’ils proposent et non pour leur genre ou tout autre critère non pertinent. Soyons conscients de nos biais pour mieux progresser ensemble. Ne condamnons pas cette erreur du Trempoint, prouvons-leur que les talents sont multiples et divers.

Femmes humoristes invisibles : un dernier mot

Notre milieu artistique comporte des gens passionnés qui, parfois, commettent une erreur qui se voit plus ou moins. Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule, se démène depuis des années pour dénicher les talents.

L’erreur est humaine et nous savons tous qu’elle a à cœur de proposer les meilleurs choix artistiques. Elle a sa patte, le milieu de l’humour la respecte parce qu’elle a tant donné pour lui. Je suis persuadée que cet incident sera le dernier de cet acabit. Dans le cas contraire, le Point Virgule pourrait en pâtir avec des programmations déconnectées de la réalité des plateaux d’humour…

Nous faisons tous des erreurs. Au spot du rire, nous pourrions mieux faire également. Nous œuvrons au maximum pour promouvoir les femmes sur des critères de talent. Nous voulons faire oublier leur genre pour aborder l’artistique. Or nous ne promouvons pas la diversité autant que souhaité. En effet, notre rapport au monde ne nous permet pas de nous identifier à toutes les propositions artistiques avec la même justesse.

Cet écueil, nous l’adressons le mieux possible en sachant qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir. Ce sera, pour tous les acteurs du rire, le combat de la décennie. Nous ferons le bilan en 2030 des défis à venir !

Nb. Vous trouvez qu’il y a beaucoup d’humoristes femmes sur notre image à la une ? Il en manque énormément. On en a sans doute oublié plein, et puis il n’y avait pas la place pour toutes les ajouter ! L’inverse de ce problème de programmation, en somme…

[post_title] => Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-femmes-invisibles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 10:28:52 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 08:28:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010864 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1010849 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-05 19:47:14 [post_date_gmt] => 2021-06-05 17:47:14 [post_content] =>

Après tant de soirées passées à écumer les salles de stand-up, un humoriste résistait encore à notre venue : Urbain, actuellement au Point Virgule. Dans la file d’attente du théâtre, Simon Pintault me reconnaît. Le MC de la Topito Open Mic Night s’étonne que je n’aie jamais vu ce spectacle, Saison 1, Épisode 1. Je bredouille deux ou trois excuses, arguant qu’Urbain est trop connu.

Trop connu dans le microcosme comique parisien peut-être, mais toujours en route pour affirmer sa singularité ! Pour comprendre ce délai, il faut sûrement relire le portrait de mars dernier, où j’expliquais le processus qui m’a fait apprécier Urbain.

Saison 1, Épisode 1 : comme les séries cultes, Urbain se bonifie avec le temps

Pour paraphraser Ted Mosby, Urbain est complexe et requiert plusieurs écoutes. Il est Stairway to Heaven. Le voir en plateau ne donne d’ailleurs qu’un aperçu. Sur une heure, on se demande ce qu’il peut fournir, tant il mobilise ses talents dans les vidéos de Topito comme directeur créa et acteur et dans le podcast Plutôt caustique.

Deux formats très différents l’un de l’autre : des vidéos virales destinées au plus grand nombre, un podcast de niche ultra-référencé, ode éternelle à François Cluzet. Les deux rencontrent un beau succès populaire, le podcast étant largement plébiscité dans les awards 2020. Pour avoir pris le train en marche, je ne sais pas toujours où je mets les pieds.

Mais je reste. Et c’est ça la force d’Urbain. Peu importe ce qu’il vous raconte : vous vivrez une immersion. Une immersion dans quoi ? Une forme pure de stand-up, qui aborde les sujets les plus classiques sous des angles parfois surprenants. Les vannes fusent, tombent toujours juste. Résultat : un public comblé, cueilli par surprise et qui se retrouve à exploser de rire lors de ces moments décisifs.

Urbain au Point Virgule : verdict

Il y a ceux qui prétendent faire du stand-up et ceux qui le font vraiment. Au Point Virgule, Urbain mêle une maîtrise de la discipline et des références pop-culture qui traversent les époques. Sans révolutionner sa forme comique, il vient sublimer le stand-up dans une maîtrise indéniable et une originalité rassembleuse.

En bref, vous profiterez d’une heure de spectacle de qualité, qui s’améliore au fil des représentations et qui plait au plus grand nombre !

Crédits photo/affiche

© KB Studios Paris - Stéphane Kerrad

[post_title] => Urbain au Point Virgule : pilote validé ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => urbain-point-virgule-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-05 19:48:38 [post_modified_gmt] => 2021-06-05 17:48:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010849 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 1010847 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-05 18:54:41 [post_date_gmt] => 2021-06-05 16:54:41 [post_content] =>

En matière de formation d’humoriste, Montréal a longtemps brillé, bien devant Paris. L’École Nationale de l’Humour a même fait des émules sur la scène stand-up actuelle. Roman Frayssinet est l’exemple le plus connu, tandis que Cyril Hives a débarqué au Québec en pleine pandémie.

Aujourd’hui, le mouvement de professionnalisation de l’humour rend les artistes plus exigeants. D’une part, ils accèdent à des contenus humoristiques en VO qui les tirent vers le haut. Même si Franck Dubosc est un artiste intéressant à suivre, on a quand même bien de la chance de voir des contenus de Bill Burr, Bo Burnham, Chelsea Peretti, Jimmy Carr ou encore Michelle Wolf en 2021.

D’autre part, ils sont plus nombreux à aller sur le terrain. Avant, l’humoriste Alex Nguyen jouait les éclaireurs pour la nouvelle génération. De nombreux humoristes préféraient passer par son intermédiaire que par les écoles existantes, jugées trop chères et peu axées stand-up. Maintenant, les nouveaux venus se jettent à l’eau sans intermédiaire. Presque littéralement sur des péniches parfois, pour réaliser leurs premières scènes ouvertes. Et ensuite, il y a les plateaux réguliers, les 30-30, les spectacles et autres festivals. Percer sur YouTube, être visible sur les réseaux, espérer des retombées presse sur des médias de plus en plus fragmentés… Les défis sont nombreux.

Écoles, masterclass, ateliers… Quelle formule choisir pour devenir humoriste ?

Pour apprendre le métier, on a aussi vu fleurir récemment des masterclass au Fridge et au Café Oscar. Elles ont le mérite d’exister, mais ce format court limite les possibilités d’apprentissage, notamment sur le temps de jeu.

Cours Florent, Montreux : les institutions artistiques se mobilisent

L’atelier one-man-show et stand-up du Cours Florent fait partie des nouveautés plébiscitées. Étienne de Balasy, chargé d’évangéliser les deux formes d’humour, a profité de son lancement pour sortir un guide à destination des humoristes en herbe. Le livre a été bien accueilli, tandis que l’atelier a rapidement été victime de son succès ! Preuve que la demande est forte… Dans un autre style, l’écosystème de Montreux veut également se positionner et créer une sorte de « Star Ac » du rire à l’échelle mondiale.

Des formations spécialisées et axées terrain : 3 mois au Campus On Time Comedy

Plusieurs initiatives mêlant théorie et pratique contemporaine/terrain font de plus en plus parler d’elles. On retrouve d’abord le Campus On Time Comedy du Barbès Comedy Club. Attaché au comedy club de Shirley Souagnon, le campus a rapidement convaincu de nombreux humoristes. Bénéficier d’un réseau et d’enseignements diversifiés, progresser dans un écosystème où l’écriture et l’humour de qualité sont valorisés… La proposition est solide.

Au programme de cette formation pour devenir humoriste : sessions d’écriture, jeu, sport, anthropologie, journalisme… Des enseignements pluridisciplinaires qui s’accompagnent de masterclass, d’intervenants professionnels (SACEM, CNC, Topito, productions, humoristes…) et d’une programmation sur un plateau spécial du Barbès Comedy Club. Chaque apprenti comique bénéficie en outre d’un accompagnement personnalisé.

Shirley Souagnon souhaite offrir un endroit où le test est non seulement permis, mais surtout recommandé ! Une approche à contre-courant de l’impératif d’efficacité. Oui, l’efficacité est importante, mais Shirley sait qu’elle s’acquiert par le travail, les tâtonnements et l’exploration de son personnage scénique.

Les premières recrues du campus se révèlent d’ailleurs en guest stars de programmes courts YouTube. Preuve que les stand-uppers se mettent véritablement à jouer et évoluent à vitesse grand V ! Dans quelques années, l’acting sera un élément véritablement différenciant chez les artistes.

Une formation pour devenir humoriste spécialisée et axée terrain : 1 an à l’Académie d’humour

L’Académie d’humour confirme ce mouvement de professionnalisation en proposant une formule sur un an dès la rentrée 2021 avec 12 places à saisir. Aux manettes, on retrouve Aude Galliou, Perrine Blondel et Mélissa Rojo.

D’abord dans l’ombre d’un certain Verino, Aude Galliou s’impose petit à petit comme une accompagnatrice de talents hors pair. L’épisode de Sur un plateau avec Tristan Lucas où Aude et Verino évoquent leur collaboration est saisissant : on comprend tout de suite qu’on a affaire à une personne hautement qualifiée. Aujourd’hui, elle collabore notamment avec des Tristan Lucas (encore lui !), Urbain ou Adrien Montowski. Ces artistes, à eux seuls, sont aussi enthousiasmants qu’exigeants.

Valoriser les artistes en développant leur singularité : un travail de l’ombre essentiel

Comment valoriser un Verino, que l’on peut juger consensuel ou moins en vue que d’autres comme il le confiait dans son podcast ? Mais aussi comment développer l’ADN artistique d’un Urbain, dont le statut chez Topito le propulse en haut de l’affiche, quitte à masquer sa singularité ? Comment trouver le juste milieu entre développer la folie et construire le personnage scénique d’un Adrien Montowski ? Et enfin comment révéler les multiples talents du fédérateur Tristan Lucas sur scène ? Aude Galliou ne s’arrête pas à ces interrogations : sur le terrain, elle trouve des solutions qui marchent et font grandir tous ces artistes.

Perrine Blondel et Mélissa Rojo, à la tête de la Petite Loge, ne sont pas en reste. Faire naître des Gaspard Proust, Charles Nouveau, Marina Rollman, Alexandra Pizzagali ou encore Rosa Bursztein… Liste non exhaustive, bien entendu ! Bien souvent premières à les accueillir, elles ont devant elles des talents bruts, des premières idées de spectacles et tout à construire.  Outre le repérage, Perrine et Mélissa assurent également l’accompagnement des talents : amélioration des spectacles, conseil artistique, présentation à des festivals…

Dans cette formation pour devenir humoriste, chacune d’elles chapeaute sa spécialité : jeu pour Mélissa, mise en scène pour Perrine et écriture pour Aude. Ces cours sont proposés tout au long de l’année, tandis que le coaching individuel intervient dès le deuxième trimestre pour amener les apprentis-artistes à progresser. Autre force : les partenariats pensés comme un écosystème qui comprend également les questions administratives et d’intermittence.  La Petite Loge, Olympia Production, la Nouvelle Seine et Wiz’Artistes sont déjà dans l’aventure, d’autres suivront bientôt… Les cours et masterclasses auront lieu à la Petite Loge, à la Nouvelle Seine ou dans d’autres institutions du rire pour aborder toutes les facettes du métier : scène, radio/TV, digital…

Formation pour devenir humoriste : quelle valeur ajoutée ?

Les artistes sont souvent autodidactes : ils abordent leur métier comme des artisans, s’interrogent souvent et perdent du temps à aller chercher l’information. Puisqu’ils traversent tous cette phase à un moment où à un autre, une formation leur permettrait de gagner plus de temps ensemble pour se consacrer à l’essentiel.

Le développement d’un humoriste est une affaire de pluridisciplinarité et d’entourage. La formation pour devenir humoriste offre un cadre pour rencontrer les bons interlocuteurs, suivre les bons enseignements au bon moment et passer de l’errance à la décision éclairée.

Le prix de ces formations d’humoriste sera sans doute un frein pour certains, mais il faut le voir comme un investissement. À quel point un artiste croit-il en son projet ? Quels efforts va-t-il mettre en place pour se donner les moyens de réussir ? C’est sans doute un bon début pour évaluer si une formation est pertinente.

Pour connaître le monde de la formation, je conseillerai aux artistes de sélectionner une formation de qualité qui offre un bon réseau et une réelle mise en pratique. Ces trois éléments vont de pair pour véritablement avancer.

Crédits photo

Tania Dutel et Paul Mirabel © Barbès Comedy Club

[post_title] => Devenir humoriste : quelle formation choisir ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => formation-humoriste-standup-guide [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-25 16:37:29 [post_modified_gmt] => 2021-06-25 14:37:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010847 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 1010834 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-05-30 10:59:11 [post_date_gmt] => 2021-05-30 08:59:11 [post_content] =>

Louis Chappey fait partie des valeurs sûres de la nouvelle génération humour. Il est généralement au rendez-vous, mais comment faire pour qu’il sorte du lot ?

Louis Chappey : une masterclass d’efficacité comique, un personnage à valoriser ?

Depuis plusieurs années, je promets une place à Louis Chappey comme découverte humour. Sauf qu’avec le temps, je me rends compte qu’il y a souvent eu un paramètre qui me retient. Louis Chappey, c’est une valeur sûre, il fait globalement rire tout le temps, sur tous les terrains… Mais pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Il fait partie des stand-uppers efficaces, qui peuvent produire des vannes sur de nombreux thèmes. Il a aussi un capital sympathie très fort. Quand il délivre ses vannes avec ce sourire taquin (ceux qui l’ont vu sur scène voient de quoi je parle), ça marche.

Circulez, il n’y a rien à voir, donc ? On pourrait croire que l’originalité manque. Effectivement, on n’est pas sur un humour absurde et perché à la Adrien Montowski : c’est simple, efficace. Or toute sa force comique passe par des messages subliminaux. Quand Louis Chappey s’engage, ça se fait en douceur, on ne s’en rend même pas compte.

Je l’ai vu en première partie de Pierre Thevenoux au Point Virgule. Le pensionnaire du Laugh Steady Crew délivrait des vannes sûres, enchaînait sans difficulté, en toute décontraction. Mais l’observateur aguerri notait aussi quelques ruptures de rythme de qualité pour changer d’atmosphère et nous emmener là où il le souhaite.

La #TeamChap : une présence sur Instagram complètement dingue

Si sur scène, Louis Chappey s’affirme plus par l’efficacité que la singularité, sur le web et les réseaux sociaux, il sort réellement du lot. Chansons improbables, montages vidéo volontairement cheesy, nouvelles créations à chaque nouveau palier d’abonnés… Tout est fait pour se démarquer.

Et ça marche : l’humoriste a même lancé une cagnotte pour récupérer des dons d’un euro par personne, juste pour la blague. Sur Twitch, il a même lancé un concept où il mêle jeu vidéo de guerre et introspection. Parler de solitude, d’amour en abattant des ennemis : c’est réellement ce qui meut la jeune génération. Actuellement, il réfléchit à proposer de nouveaux formats encore plus en adéquation avec ce qu’il veut proposer artistiquement.

Dans ces propositions artistiques, on comprend finalement que Louis Chappey a la capacité de saisir son époque et provoquer des rires sur tous les supports. En réalité, on comprend qu’il est régulièrement au rendez-vous et qu’il devient facile de le prendre pour acquis, de ne pas savoir quel est le bon moment pour le promouvoir. Et donc de passer à côté de la chance d’en parler.

Cela l’empêchera-t-il de réaliser des coûts d’éclat ? Actuellement, il va dans la bonne direction. S’il continue sur ce rythme de progression, il aura toutes les cartes en main pour devenir une rock star comique. Ça tombe bien, avec plusieurs 30-30 dans les pattes, il pourra rapidement proposer un spectacle. D’autant plus qu’il lui reste bien des années devant lui pour parfaire son personnage scénique.

Crédits photo

© francetv slash / Autour de… / Capture d’écran YouTube

Bonus Track Back Story : Louis Chappey en interview sur une radio underground

[video src="https://irm.radio/episodes_diff/irmdr-S01E17_large.m4v" /]
[post_title] => Louis Chappey, influenceur en herbe ou future rock star comique ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => louis-chappey-humoriste-influenceur [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-30 11:31:14 [post_modified_gmt] => 2021-05-30 09:31:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010834 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 1010400 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-05-10 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-05-10 06:00:00 [post_content] =>

Contrairement au mois dernier, notre découverte humour du mois, Pierre Metzger, a demandé plus de temps pour dévoiler son potentiel. Une attente qui touche finalement de nombreux artistes qui peinent à se trouver en un coup de maître.

Pour autant, est-ce moins vertueux ? Je ne le crois pas. Quand la réussite sur scène ou en chronique finit par intervenir, on s’exclame soudain : « Enfin ! ». Ça peut prendre du temps, mais ça vaut le coup d’attendre.

Pierre Metzger a justement suivi ce cheminement. Est-ce parce que son intérêt pour la comédie a émergé plus tard que pour la plupart de ses collègues dans la vingtaine ? Ces humoristes en herbe qui croient tout savoir sans jamais n’avoir rien vécu ou presque ? Ceux qui tuent le doute dans l’os sans savoir l’apprivoiser et mûrir à la bonne vitesse ?

On ne cartonne pas une audition à la Petite Loge par hasard

J’aurais aimé être une petite souris le jour où Pierre Metzger a convaincu Perrine et Mélissa, gérantes de la Petite Loge, de le programmer. Apparemment, c’était très réussi.

Et réussir une audition à la Petite Loge, c’est très difficile. Sûrement car c’est intimidant. Avec Pierre Metzger, c’est tout ou rien. Les coups d’éclats étaient là depuis le début, ne manquaient plus que la régularité et le saint Graal : trouver son style.

C’est au Laugh Steady Crew que Pierre (qu’on appelait alors DuDza) a fait ses gammes et construit son projet de spectacle. D’abord, il l’a articulé autour des trous de mémoire. Ça s’appelait Post-it, et parfois c’était fou. Au fil des mois, tout a changé : la paternité s’est retrouvée au devant de la scène (il parle davantage de sa fille que de ses oublis intempestifs, il faut dire…).

Pierre Metzger, le roi de la chronique

Paradoxalement, il a continué de s’émanciper ailleurs. Loin des plateaux télé de Clique ou On est en direct, Pierre Metzger propose des chroniques sur Twitch dans l’émission IRMDR. Puis il les publie sur ses réseaux sociaux et les partages commencent à fleurir sur les profils de ses pairs.

La raison du succès ? Une écriture qui vise toujours juste. Si la France était une patrie du roast, Pierre Metzger serait l’un de ses prétendants les plus assidus. Et ça, ça ne date pas d’hier. Simplement, ça commence à se voir.

Et c’est justement là que tout va se jouer : trouver ses forces, les montrer sur scène comme dans l’écriture… Si Pierre Metzger relève ces défis, il faudra compter avec lui à l’avenir.

Crédits photo

© Seralf Flares

[post_title] => La découverte du mois – Mai 2021 – Pierre Metzger [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-pierre-metzger [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-25 18:38:40 [post_modified_gmt] => 2021-02-25 17:38:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010400 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 1010798 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-05-04 20:36:34 [post_date_gmt] => 2021-05-04 18:36:34 [post_content] =>

La réouverture des théâtres devrait intervenir le 19 mai prochain. Les chiffres de la pandémie sont en baisse, il fait beau, les artistes ont les crocs… Mais par où commencer ? J’ai fait le tour d’un célèbre site de réservation pour dresser des questions et enjeux sur les spectacles accessibles à la réservation.

Réouverture des théâtres : l’évolution d’anciennes connaissances

À chaque nouveau grand événement footballistique, devinez qui est sur le pont ? Charles Nouveau, bien évidemment. Pour l’occasion, l’humoriste aux 3 nationalités (Suisse, France et Espagne) investit l’Européen… parce qu’il n’y a pas de hasard ! La grande question : Hors jeu 4 ans après son premier rodage : le spectacle de Charles Nouveau a-t-il autant évolué que son sujet, le football ? Réponse les 6 et 7 juin à 20 heures.

Félix Radu a-t-il bien négocié son virage vers le seul-en-scène ? Après son passage à la Petite Loge, l’humoriste belge a continué de mûrir son spectacle Les mots s’improsent et son image de marque pour affirmer sa singularité. La grande question : appréciera-t-on plus cette version plus mature, ou préférions-nous la candeur des débuts ? Réponse les vendredis et samedis de juin à décembre, 19 heures pétantes.

Les nouveaux visages du rire : marqueront-ils l’histoire de la comédie ?

Il y aurait de nombreux talents à mentionner ici. J’ai volontairement choisi des personnes que je n’ai jamais vues. Exit donc la rentrée à la Petite Loge (pour cet article, du moins), bonjour les salles plus expérimentales encore. Je vous suggère ces trois tests :

  • Quel spectacle se cache derrière le conformisme rigoureux du pitch d’Audrey David ? J’ai déjà lu maintes et maintes fois ce genre de description, signe que l’artiste comprend ce qu’on attend d’elle… Mais impossible de deviner si cela sera original ou intéressant.
  • Quelqu’un m’a conseillé Marc Rougé… oui, mais qui ? Peu importe, il faut tester !
  • Jarnal, on m’a parlé de lui, il me semble… Que vois-je ? Il est mis en scène par François fucking Rollin ! J’achète face à cette preuve sociale qui défie toute concurrence !

Les gens connus : des valeurs sûres pour la réouverture des théâtres ?

D’habitude, j’évite de me ruer sur les spectacles des gens connus. Ils ont suffisamment de presse comme ça. Mais comme pour un film que tout le monde aurait vu, il faut se tenir au courant de ce qui se fait. C’est bien beau d’aimer les originaux, les expérimentaux, les nouveaux venus… Mais pour comprendre les goûts du public, il faut aussi se mettre à leur place lorsqu’ils vont voir des personnes recommandées par les médias, les attachés de presse, etc.

Voici donc une liste de spectacles à aller voir (non exhaustive et basée sur ce qui est actuellement en vente). Je finirai bien par me laisser tenter !

Réouverture des théâtres : qui irez-vous voir ?

À l’heure actuelle, les réouvertures semblent encore lointaines, inaccessibles. Et si tout cela nous passait sous le nez ? C’est comme si nous ne savions plus vraiment comment ça marche. Organiser une sortie sans penser au couvre-feu, choisir un théâtre ou un artiste, inviter des amis… On aura envie de faire le bon choix, de voir ces premières sorties comme un rituel sacré.

Je vais être honnête : je ne pense pas réserver tout de suite. J’ai encore besoin de voir l’offre théâtrale complète et je dois revenir à la Petite Loge en priorité. C’est là que tout a commencé, c’est là que tout reprendra vraiment. En écrivant ces lignes, je n’ai fait que flâner. L’heure des décisions, des réservations, se fera encore attendre un peu. Comme pour conserver ce champ des possibles ouvert à toutes les opportunités. Et vous, qu’allez-vous voir à la réouverture des théâtres ?

[post_title] => Réouverture des théâtres : les intrigues post-19 mai [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => reouverture-theatres-billetterie-spectacles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-04 20:36:38 [post_modified_gmt] => 2021-05-04 18:36:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010798 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 1010397 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-04-26 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-04-26 06:00:00 [post_content] =>

Faut-il se risquer à juger une personne sur quelques passages seulement ? Tout dépend de la tendance qui se dégage : ses pairs la soutiennent-elle, reçoit-elle de belles opportunités ? Dans le cas d’Anne Cahen, les réponses sont affirmatives. Assurer la première partie du retour du stand-up avec Joseph Roussin et Fred Cham aux côtés de Julie-Albertine (vous l’avez tous adorée dans Soixante 2…) n’était pas une mince affaire.

Si le grand public ne connaît pas encore Julie-Albertine, l’humoriste évolue dans le milieu du stand-up depuis plusieurs années. Elle a su plaire à des pointures de la scène underground parisienne, des Ghislain Blique, Adrien Montowski… dont le talent commence tout juste à être reconnu.

Alors il devait y avoir de la pression ce soir-là pour Anne Cahen, dans le bar Charlie et sa bière à 2 balles. C’était pourtant l’un de mes meilleurs souvenirs de plateaux, surtout quand on sait que nous devions composer avec les masques. L’esprit stand-up était là, il veillait sur les talents de la soirée…

Anne Cahen ou comment réussir ses débuts en stand-up

Comme de nombreux autres humoristes, Anne Cahen débute sur scène avec des sujets déjà abordés par ses pairs. C’est une entrée en matière classique, mais casse-gueule quand on a vu tant d’autres blagues sur les mêmes sujets.

Or Anne Cahen se distingue car elle sait reprendre des concepts hyper simples (comme les prénoms ou les mecs relous sur Instagram). Avec eux, elle trouve des angles originaux et parvient même à créer quelques effets de surprise. À un stade aussi précoce d’expérience scénique, les indicateurs sont donc au vert.

Sa recette du succès réside sans doute dans sa capacité à étirer un sujet. Comme je l’ai dit, elle part de choses extrêmement basiques, qui parlent à tout le monde, et elle génère de nombreuses idées qui l’aident à structurer ses blagues. On se dit : « c’est bien construit, c’est bien écrit, ça fait plaisir ! ». Que demande le peuple ?

Autre force : il se dégage une sensation hyper agréable quand on la voit prendre place sur scène. Sans pouvoir me l’expliquer, je sens que j’ai envie de rire. Je ne suis pas en train de me méfier ou de douter de la pertinence de l’humoriste sur scène. Comme si elle avait évacué tout syndrome de l’imposteur, et qu’elle occupait la scène avec un mélange d’assurance et de vulnérabilité qui suscite la curiosité. On voit bien entendu qu’il reste des réflexes techniques à peaufiner, mais l’ensemble me donne envie de connaître la suite et de l’accueillir avec beaucoup d’enthousiasme.

Une évolution artistique à suivre de près

J’ai presque envie de l’inciter à intégrer des machines à générer des blagues comme le Laugh Steady Crew parce que je sais que peu importe le sujet, elle finira par trouver des angles qui vont faire mouche. En résumé, la base artistique est là, le potentiel ne demande qu’à être creusé… et je vais suivre ça de très près, promis !

[post_title] => La découverte du mois - Avril 2021 - Anne Cahen [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-anne-cahen [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-03-09 20:05:49 [post_modified_gmt] => 2021-03-09 19:05:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010397 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 1010726 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-04-21 09:30:58 [post_date_gmt] => 2021-04-21 07:30:58 [post_content] =>

Kémil Le Comique s’est donné une semaine pour monter sur scène et faire du stand-up à Paris. Il le raconte dans un documentaire poignant.

Kémil Le Comique : du rêve de stand-up à la réalité des comedy clubs

Comme certains férus de stand-up, j’ai découvert Kémil Le Comique dans le podcast de Shirley Souagnon au Jardin Sauvage. L’humoriste a invité ce jeune et doux rêveur à raconter son périple : venir à Paris pour jouer, sans savoir où dormir. Pour moi, l’affaire s’est arrêtée là. Ça m’a fait penser à Nordine Ganso qui se pointait à Paname pour jouer à Dimanche Marrant. Le lendemain, c’était Ouibus et retour à Bordeaux.

Aujourd’hui, je découvre la fin de l’histoire qui est finalement bien plus développée ! En effet, Kémil Le Comique ne s’est pas contenté de gratter des spots en plateau, il a délivré sur scène. S’il confesse quelques bides, il a réalisé une formation accélérée dans les meilleurs plateaux. Il a trouvé une oreille attentive et bienveillante chez l’un des gourous du stand-up, monsieur Kyan Khojandi.

Faire des premières parties de grands noms, rencontrer les personnes qui comptent vraiment dans ce milieu… Il ne s’est pas défilé, il a su parler à chacune de ces personnes en lui rappelant leurs débuts. Il flirte certes dangereusement avec le pathos, mais se sauve avec de l’autodérision et une ambition proportionnelle aux efforts fournis. Et la sagesse d’un Urbain toujours aussi caustique rend la chose plutôt hilarante !

Le stand-up à n’en plus dormir : un documentaire immanquable

J’ai adoré ce documentaire. Le rendu est très pro, l’histoire est belle et on a envie de suivre cet artiste pour la suite. Une leçon de réseautage, une prouesse presque sportive et un beau message qui tranche avec l’aigreur de certains humoristes qui ont arrêté de rêver. Et enfin, comment ne pas mentionner Tanguy : personne n’a aussi bien rendu hommage à ce passionné de l’ombre, le gars sûr du Barbès Comedy Club !

[post_title] => Kémil Le Comique à l’assaut du stand-up parisien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => kemil-le-comique-documentaire-standup-paris [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-04-21 09:31:04 [post_modified_gmt] => 2021-04-21 07:31:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010726 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 1010172 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-03-10 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-03-10 07:00:00 [post_content] =>

Urbain est l’une des personnes les plus connues du microcosme du stand-up. C’est aussi « le gars de Topito », 50% du podcast Plutôt caustique et bien d’autres choses encore. On fait le point sur ce talent que vous connaissez déjà probablement, mais qui fait rarement l’objet de portraits…

Urbain ou celui qui a l’air de faire du mainstream

Quand il jouait sur scène sous son nom complet, Urbain représentait le stand-upper pur et dur. Physique passe-partout, caractère prononcé, blagues sur le fait de devenir parisien qui va dans un bar pour prendre une bière… C’était sympa, bien construit mais cela ne sortait pas du lot. Juste agréable. Mais nous étions alors en 2015 et tout paraissait un peu plus original que maintenant.

Si vous êtes un habitué des vidéos de Topito, vous l’avez forcément vu sans le savoir. Aussi habile pour produire de la qualité que de la quantité, Urbain semble ni plus ni moins vouer sa vie à l’humour. Avec comme particularité de capter les aspirations de sa génération avec beaucoup de justesse.

…mais qui se révèle plus fin qu’il n’y paraît !

Au delà de répondre aux attentes de son public, Urbain est aussi capable d’être radical, caustique… tout en conservant ce grain qui parle à une génération habituée aux codes (de) Netflix.

Avec sa nouvelle affiche qui rappelle visuellement les séries TV et le stand-up à l’américaine, le décor est planté. Ça rode comme aux States, et en prime, ça se passe au BO Saint-Martin. Là-bas, il côtoie les Alexandre Kominek et autres Clément K. Avant eux, il y avait Seb Mellia (qui troquait la bière contre l’Ice Tea) ou encore Jonathan O’Donnell.

Bref, des mecs efficaces, qui font rire un public varié et qui, pour certains, n’hésitent pas à s’engager sans trop en faire. Parce que c’est l’humour qui prime, ces artistes sont des amuseurs qui ne se prennent pas au sérieux… Mais, s’il faut le faire, ils le peuvent.

C’est notamment un passage sur Internet qui m’a fait aimer davantage Urbain. Je l’ai vu aux Écuries (encore un lieu génial pour le stand-up) à une soirée de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos. Quelques temps plus tard, il le jouait à son premier Montreux.

Que voit-on ? Un stand-upper expérimenté, qui comme Rémi Boyes, a appris à monter sur scène comme s’il parlait simplement au public. En d’autres termes : amuser avec le plus de naturel possible, sur tous les sujets possibles et imaginables.

Bonus : avec Plutôt caustique, Urbain change d’univers et offre une expérience loufoque

Avec son acolyte Clément, Urbain partage ses péripéties très régulièrement. Les deux compères se vouvoient avec beaucoup de complicité, parlent aussi intensément de François Cluzet et de périples à risque en Suède… Un podcast de copains sans queue ni tête hyper-référencé, dans lequel vous rentrez pour ne plus jamais en sortir.

Au premier abord, cela ressemble un peu à Sympa la vie — et quelque part, je ne pouvais pas écouter les deux en même temps. Sympa la vie a dû s’éclipser pour me laisser voguer vers Plutôt caustique. Comme Plutôt caustique, j’ai parfois du mal à décrire Urbain. Parce que cet humoriste scrute tout, analyse tout comme un ordinateur. Comme un Thomas Wiesel, il roaste et ironise plus vite que son ombre. Quelque part, cela peut amener le public à le craindre, à faire un pas de côté avant de le découvrir. Et tout à coup, car il est partout, on finit par écouter Urbain.

Au fil de ses apparitions en vidéo ou en podcast, il convainc méthodiquement le public, spectateur par spectateur. Là où d’autres sont plus clivants et provoquent soit l’adhésion ou l’aversion immédiate, Urbain peut plaire au plus grand nombre sans être lisse. Et si c’était ça, le secret pour être un humoriste reconnu ?

Crédits photo

Urbain à la Cigale © Thomas O’Brien / Paname Art Café

[post_title] => La découverte du mois - Mars 2021 - Urbain [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-urbain-topito [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-23 15:32:14 [post_modified_gmt] => 2021-01-23 14:32:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010172 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 1010167 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-24 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-24 07:00:00 [post_content] =>

Elsa Barrère, autrice établie en radio (OUI FM) et télévision (Canal+), monte sur scène depuis plusieurs années. Cela fait plusieurs années que je la croise sur les plateaux d’humour. À votre avis, pourquoi je vous en parle seulement maintenant ? La réponse va vous étonner…

Elsa Barrère ou comment retourner mon jugement pas à pas

La découverte humour que je vous présente aujourd’hui a en effet une particularité. Il s’agissait d’une humoriste que j’étais loin d’apprécier. Par ses prises de position sur les réseaux sociaux, elle ne me donnait pas envie de découvrir son univers.

Les mois ont passé, j’ai pu l’entendre dans un podcast parler de son histoire personnelle. J’ai écouté attentivement, car chez moi, la porte n’est jamais fermée. Une mauvaise impression ne perdure pas, surtout lorsque je découvre de nouveaux éléments qui me font changer d’avis.

Elsa Barrère est surtout connue pour sa plume. Or depuis deux ans, les voix sont de plus en plus nombreuses à s’élever pour souligner son talent sur scène. Plus récemment, elle a intégré le Laugh Steady Crew. Là, j’ai su que j’allais devoir la revoir, et possiblement revoir ma copie.

Car intégrer le Laugh Steady Crew, c’est faire preuve d’humilité. Surtout lorsqu’on est déjà un peu établi. Sur scène au Jardin Sauvage, je craignais un peu les moments où elle me regardait fixement, comme si je ressentais la lourdeur de mes jugements passés. Alors qu’en réalité, puisque nous étions dans l’obscurité en tant que public, elle ne me voyait pas. Mais ça fait son petit effet.

Elsa Barrère joue avec les polémiques, apporter des idées fortes et crée une expérience unique

Au niveau du contenu, j’ai découvert des idées très bien amenées, quelques maladresses dues aux difficultés dans lesquelles elle se met. En effet, elle n’hésite pas à aborder tous les sujets, les polémiques l’inspirent plus que quiconque. Les idées bien amenées étaient plus denses que les maladresses, ce qui m’a donné envie de réviser mon jugement.

Ça tombe bien, puisqu’Elsa a participé aux soirées Pasquinade. Vous pouvez d’ailleurs voir son passage sur la plateforme. Haroun, dont le talent n’est plus à prouver, a misé sur elle : une pression importante qui, au lieu de la faire sombrer, l’a révélée comme jamais auparavant. J’ai eu la chance d’être dans le public ce soir-là et tout est devenu limpide. Par ailleurs, on le ressent encore plus fortement en vrai qu’à travers un écran.

Passer de la maladresse à la maîtrise

Elsa Barrère, celle en qui je ne croyais pas, est devenue en quelques minutes seulement une découverte humour que j’avais envie de promouvoir sans équivoque. Point de maladresses cette fois-ci, mais une présence qui s’impose. Le rythme, l’expression de la colère et la sensibilité palpable… Tout rendait Elsa artiste à ce moment précis. Il y a aussi cette compréhension de l’image qu’elle renvoie, et qu’elle exploite avec beaucoup de justesse pour emmener le spectateur où elle veut. Ça, ça s’appelle de la maîtrise — plus du tout de la maladresse.

Crédits photo

Capture d’écran © Pasquinade

[post_title] => La découverte du mois - Février 2021 - Elsa Barrère [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-elsa-barrere [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-24 16:22:14 [post_modified_gmt] => 2021-01-24 15:22:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010167 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 1009582 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-12-01 08:02:26 [post_date_gmt] => 2020-12-01 07:02:26 [post_content] =>

Camille Lorente, plus connue sous le pseudonyme Queen Camille lorsqu’elle était journaliste chez madmoiZelle, est désormais stand-uppeuse. Après plusieurs mois d’exercice et une intégration au Laugh Steady Crew, Camille Lorente devient donc la dernière découverte humour de l’année 2020 !

Quand Queen Camille devient Camille Lorente : passer de YouTube au stand-up

Avant d’exercer le stand-up à plein temps, Camille Lorente a conservé un pied dans sa vie professionnelle précédente. Or contrairement à certains de ses camarades, la jeune femme était déjà sous les feux des projecteurs… Sauf que cela se passait sur YouTube !

Journaliste sexo sur madmoiZelle.com, Camille avait donc une belle audience et réalisait un travail efficace et reconnu. Une belle situation qui ne l’a pas empêchée de faire ce saut dans le vide. Après avoir tenté le stand-up pendant plusieurs mois, elle a pris la décision de se lancer pleinement dans le monde de la comédie.

Libérer son stand-up

Et bien lui en a pris ! Quelque part, cette décision a libéré son stand-up. En effet, avoir plus de temps pour sortir de sa zone de confort et passer à une autre discipline est souvent salvateur. Elle se présentait avant tout comme une journaliste auparavant, comme si elle n’assumait pas pleinement ses textes. Alors qu’elle avait déjà la capacité à se mettre en scène avec des humoristes qui vous sont familiers, si vous êtes lecteurs fidèles de notre site. Les personnages, eux aussi, ne lui font pas peur !

Au Cercle du rire, en juillet dernier, Queen Camille est devenue Camille Lorente (à mes yeux, en tout cas !). Elle rodait là un passage sur le pédiluve, l’un des thèmes du Laugh Steady Crew. Intégrée à la troupe de Thierno Thioune, Camille a accepté de se mettre en danger… et ce soir-là, ça a marché ! Elle a littéralement retourné la salle quelques jours avant de jouer ce même passage dans la troupe.

La recette de son succès jusqu’à présent ? Une dose de charisme, une appétence pour raconter des anecdotes et une véritable détermination. On sent, comme Rosa Bursztein nous le confiait dans une interview, que Camille a une vision claire de là où elle souhaite aller, telle une businesswoman du rire.

Avec tous ces atouts, Camille Lorente risque donc de faire parler d’elle assez vite ! Pour l’heure, elle a rodé à plusieurs reprises une demi-heure à la Petite Loge et continue de travailler au Laugh Steady Crew. Le reste n’est donc qu’une question de temps !

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois - Décembre 2020 - Camille Lorente [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-camille-lorente [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-12 15:06:14 [post_modified_gmt] => 2020-11-12 14:06:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009582 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 1009607 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-27 08:04:00 [post_date_gmt] => 2020-11-27 07:04:00 [post_content] =>

Dans Pierre Thevenoux est marrant, normalement, le pensionnaire du Point Virgule parvient à rendre hilare des salles entières. Après un beau rodage à la Petite Loge, le Poitevin continue donc son ascension comique. J’ai pu voir ce spectacle plusieurs fois dans les deux salles… Je profite donc de ce confinement pour replonger dans mes souvenirs et vous livrer cette critique-portrait !

Pierre Thevenoux est marrant, normalement : entre efficacité et simplicité

Début novembre, Antoinette Colin interviewait Pierre en direct sur Instagram. Fidèle à lui-même, l’humoriste ne se mettait pas en avant. Pourtant, la directrice artistique du Point Virgule lui en donnait largement l’occasion. Compliments sur sa discipline de travail, ses qualités d’humoriste… Pierre restait pourtant de marbre.

Il faut dire que Pierre Thevenoux a toujours été le marrant de la bande. Il fait partie de ces rares comiques capables de faire rire sur scène autant que dans la vie. Plaisantin dès son plus jeune âge, il s’est construit autour du rire.

Résultat : lorsqu’il arrive sur scène, la décontraction est de mise, les vannes sont d’une fluidité impeccable. Ceux qui l’ont déjà vu jouer savent que le rythme du spectacle est calibré : il l’a rôdé dans tous les plateaux de la capitale, à coups de quatre à six passages par soir lors des périodes les plus fastes. Pierre est donc à la fois un ordinateur comique d’une précision chirurgicale et un humoriste capable de divertir en toute simplicité. Voilà qui n’est pas donné à tout le monde !

Du rire de qualité pour gagner sa place au Point Virgule

Autre paradoxe, pour certains : Pierre Thevenoux parvient à s’engager dans ses textes sans tomber dans un humour pédant. Certains ont envie d’avoir l’air intéressant pour être intéressant sur scène, et c’est tout à fait louable.

Mais Pierre Thevenoux semble hermétique à une telle envie. Sans prise de tête, il préfère développer des réflexes instinctifs d’autodérision pour exister sur scène. Contrairement à d’autres, il ne court pas derrière un discours brillant pour se légitimer. Autrement dit, il livre ses blagues, sans prétention, et c’est tout.

Cela l’amène à aborder un humour engagé que j’ai toujours qualifié de « léger ». De nombreux critiques soulignent ses prises de position sur l’écologie, par exemple, comme si cela était essentiel pour s’implanter dans la scène. Je peux vous garantir qu’indépendamment des sujets abordés, Pierre est pleinement légitime sur scène. C’est ce gars « comme tout le monde » qui parle à tout le monde, qui profite ainsi d’une proximité rare et authentique avec le public.

Comment va-t-il donc chercher sa légitimité ? Il mobilise des méthodes comiques qui fonctionnent et une sincérité dans sa démarche. Résultat : il parvient à faire rire les salles de manière homogène, qu’il joue au Point Virgule ou en festival comme à Saint-Gervais. Il y a d’ailleurs reçu le prix Henri Salvad’Or, nouvelle preuve s’il en est de la reconnaissance de son talent.

Verdict

Dans son spectacle, les punchlines fusent. Pierre Thevenoux, c’est la mitraillette à vannes qui peut autant vous raconter des histoires, tenter une blague freestyle, interagir dans l’hilarité générale… Bref, c’est un moment de plaisir scénique partagé entre l’humoriste et le spectateur. Que demander de plus à un artiste ?

[post_title] => Pierre Thevenoux est marrant, évidemment ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pierre-thevenoux-marrant-point-virgule [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-28 17:00:04 [post_modified_gmt] => 2020-12-28 16:00:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009607 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011036 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-26 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-26 06:00:00 [post_content] =>

Elsa Bernard est l’une des fondatrices du Cercle du rire et du podcast Une bonne fois pour toutes. Cette communicante, engagée sans en avoir l’air, construit son parcours dans une relative discrétion. Raison de plus pour la découvrir en avant-première…

Elsa Bernard : une plume, un capital sympathie et le sens de la surprise

Comme de nombreux autres artistes, Elsa Bernard a fait ses armes dans le monde publicitaire. Elle marche donc dans les pas des Alexandre Kominek, Charles Nouveau, Marina Rollman ou encore Morgane Cadignan.

On s’attend donc à des textes bien ciselés, qu’elle muscle actuellement en plateaux. À chaque fois, elle dégage un véritable capital sympathie. Si vous y prêtez attention, vous constaterez en effet qu’Elsa Bernard a un ton bien à elle.

Dans notre époque morose, le pessimisme ambiant nourrit les humoristes de la dark vibe du stand-up. Elsa Bernard ne fait pas partie de cette bande. C’est un peu la bonne copine par excellence… mais ne vous y trompez pas : ses sets sont loin d’être mielleux. Ce positionnement l’aide à surprendre son auditoire et à délivrer ses punchlines avec vigueur.

Récemment, je l’ai vu se mettre en position délicate. Elle a assuré la chauffe de son plateau, un exercice loin d’être évident. Loin de sa zone de confort, elle n’a certes pas été aussi efficace que les pros de la chauffe. En revanche, elle a su apporter sa patte et a réussi à embarquer le public avec elle. Il n’y a pas besoin de réaliser des démonstrations de force, juste de mettre le public de son côté. À ce petit jeu-là, elle s’en sort avec les honneurs…

Une évolution prometteuse

Elsa Bernard cumule sa vie professionnelle de chef de projet dans une agence parisienne renommée et celle de stand-uppeuse. Un parcours prenant, qui interroge sur sa volonté de monter un spectacle ou de faire carrière par la suite.

À mon sens, il n’y a là rien d’étonnant. Entre les voyages, l’engagement politique et une vie prenante, Elsa a toujours nourri sa curiosité. On devine sa capacité de travail et d’investissement dans chacun de ses projets.

Plutôt que de voir cela comme un frein, je pense que ce double parcours est complémentaire. En stand-up, il lui permettra d’aborder de nombreux sujets de manière poussée et, petit à petit, trouver son personnage scénique. Nul doute qu’elle suivra la trajectoire de sa collègue Anissa Omri, qui démontre une progression spectaculaire ces derniers temps.

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois – Juillet 2021 – Elsa Bernard [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-elsa-bernard [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-11 21:03:27 [post_modified_gmt] => 2021-07-11 19:03:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011036 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 179 [max_num_pages] => 10 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 2dd1976e00c62d7c527dd314db69906a [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

stand-up

Elsa Bernard, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois – Juillet 2021 – Elsa Bernard

Stand-up à Melun : affiche fictive de la soirée Jacques-a-Rit

Stand-up à Melun : l’incroyable plateau Jacques-a-Rit

Cécile Marx : affiche du spectacle Crue au Théâtre BO Saint Martin

Cécile Marx dans Crue : un nouveau spectacle en rodage

Alexis Tramoni : affiche du spectacle Que ta mère à la Petite Loge

Alexis Tramoni dans Que ta mère : comique sans gêne

Vega, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois – Juin 2021 – Vega

Yacine Belhousse et Ari Matti Mustonen : portraits d’humoristes français et estonien

Quand Yacine Belhousse parle de podcast estonien

Portraits d’humoristes femmes invisibles à programmer

Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ?

Urbain en spectacle au Point Virgule : affiche de Saison 1, Épisode 1

Urbain au Point Virgule : pilote validé !

Devenir humoriste avec une formation : trouver la bonne structure

Devenir humoriste : quelle formation choisir ?

Louis Chappey, stand-upper dans Autour de / francetv slash

Louis Chappey, influenceur en herbe ou future rock star comique ?

Pierre Metzger, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois – Mai 2021 – Pierre Metzger

Réouverture des théâtres : idées de spectacles à voir en 2021

Réouverture des théâtres : les intrigues post-19 mai

Anne Cahen, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Avril 2021 - Anne Cahen

Kémil Le Comique : documentaire sur 1 semaine stand-up à Paris

Kémil Le Comique à l’assaut du stand-up parisien

Urbain Courty (Topito), découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Mars 2021 - Urbain

Elsa Barrère, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Février 2021 - Elsa Barrère

Camille Lorente, découverte humour et stand-up sur Le spot du rire

La découverte du mois - Décembre 2020 - Camille Lorente

Pierre Thevenoux est marrant, normalement : affiche du spectacle au Point Virgule

Pierre Thevenoux est marrant, évidemment !