Au Métropole, Morgane Cadignan livre sa recette du bonheur

Lisa Atlan 20/10/2020

Morgane Cadignan a repris son spectacle au Théâtre le Métropole en octobre dernier. Lisa Atlan, passionnée de théâtre reconvertie dans le stand-up, a pu y assister. Elle nous livre ses impressions.

Morgane Cadignan au Métropole : la bonne copine à la repartie de choc

« Moi, c’est après 9 verres de vin que je deviens aimable ». A-t-on droit au discours d’une copine aux penchants alcooliques, vers 23 heures un samedi soir ? Ne vous fiez pas aux apparences : derrière cette copine se cache en réalité Morgane Cadignan. Bientôt trentenaire, la nouvelle recrue de France Inter doit sa notoriété à son franc-parler et à son record de « brouillyocs » concoctés en soirées.

Pendant près d’une heure de spectacle, Morgane passe ainsi en revue les nouvelles tortures que l’époque nous inflige. Le bio, le développement personnel ou encore Anne Hidalgo : elle les dézingue toutes. Dans son discours contre la dictature du bonheur, elle nous rappelle qu’on ne peut pas être heureux constamment… Eh oui, ça en devient barbant.

Stand-uppeuse enchaînant les VDM cherche une existence fructueuse

Sous ses airs de bobo parisienne, Morgane ne fait donc pas dans de la dentelle. Elle narre avec malice la vérité crue de l’existence, ces détails qu’on aimerait ne jamais relever. Par exemple, les gens qui laissent leur gras du front sur les vitres du bus. Finalement, la Cadignan Machine enchaîne les anecdotes à la sauce VDM : horribles à raconter, mais parfaites pour se marrer.  

Morgane ne cherche pas le bonheur dans les livres de développement personnel. Elle pense plutôt le trouver en pleine heure blanche, le cul posé dans du tarama.

Verdict : faut-il aller voir Morgane Cadignan au Théâtre le Métropole ?

En somme, on a tous dans le cœur une Morgane Cadignan. L’humoriste nous rappelle avec humour qu’un cubis de rosé n’est jamais à délaisser. Pour la voir, rendez-vous au Théâtre Métropole les vendredis et samedis à 19h jusqu’à novembre et à 20h10 les jeudis, vendredis et samedis de décembre.

A propos de l'auteur