La découverte du mois – Janvier 2018 – Ghislain Blique

Juliette 22/01/2018

Ghislain, c’est ce pote que tout le monde veut avoir. Ce mec qui se décrit comme un connard mais qui cache un Dalaï Lama profondément sage. Un humoriste de plus en plus apprécié de ses pairs et du public, aussi. Il est notre première découverte de 2018 !

Ghislain : un Bigard 2.0 ?

Notre résident Louis Dubourg tenait un site sur l’humour, Comedy Comédie. Ghislain y avait publié une tribune sur Jean-Marie Bigard qui nous mettait au défi. Finies les idées préconçues sur l’humoriste beauf qui a fait le Stade de France : on avait un génie chez nous, nous aussi. Pas besoin des Américains.

Pour autant, Ghislain n’est pas Jean-Marie Bigard. Il est difficile de le mettre dans une case. Celle des antihéros, à la rigueur. Il adopte un ton sur scène, celui d’un homme au bord de l’exaspération à chaque phrase prononcée. Derrière un discours qui semble terre-à-terre, il offre une satire de notre société via son regard d’originaire de Thionville. Échappé de cette ville où il ne se passe pas grand-chose, il a bien des sujets à creuser pour son stand-up.

Au fond, ce qu’il raconte sur scène n’est qu’une partie d’un tout. C’est sa manière de le faire, percutante, qui captive l’auditoire et réveille les salles. Il raconte ses joies, réussites, peines et échecs avec le même ton. Le rire se déclenche très rapidement ; les humoristes en coulisses glissent qu’ils le trouvent génial. Sans avoir de manière particulière de décrire ce talent. En somme, Ghislain a trouvé son clown, et il n’y a rien à ajouter.

Sympa la vie : le podcast de 2 de nos découvertes humour

Ghislain et Paul Dechavanne, notre découverte de novembre dernier, ont lancé un podcast original : Sympa la vie. Ce podcast est à contre-courant de bien d’autres : il est brut de décoffrage. On écoute une conversation, dont on aurait peut-être pu se passer. Mais il faut en réalité tendre l’oreille : cet objet est criant de vérité. Sans artifice ou fioriture. Sympa la vie est une bouffée d’oxygène dans notre société aseptisée.

A propos de l'auteur