In extremis : 5 humoristes qui m’ont marquée en 2017

Juliette 31/12/2017

Le spot du rire vous a présenté de nombreux humoristes cette année. Pour autant, je suis passée par quelques salles de spectacle et plateaux sans m’attarder sur certains noms. Il me semble important d’en parler pour finir l’année en beauté !

Gaspard Proust prépare l’Olympia

Cela fait plusieurs mois que Gaspard Proust se produit au Théâtre Antoine. Un lieu très classe pour un humoriste qui fait autant grincer des dents que jubiler. Presque un ovni sur les plateaux télés, Gaspard Proust impose ses idées à l’auditoire. Les réactions du public sont souvent aussi comiques que le contenu du spectacle.

Le Nouveau spectacle n’est plus le même qu’un an auparavant. L’idée n’est plus vraiment de parler de Christiane Taubira pour faire bander la droite, mais davantage de pointer les absurdités autour de nous. La presse jubile. Les comparaisons avec Michel Houellebecq pullulent de papier en papier. Un an plus tôt, cette même presse se demandait qui il était vraiment : misogyne érudit ou cœur sensible ? Storytelling, quand tu nous tiens…

Et Gaspard Proust de cultiver le mystère sur sa personne lors des interviews. Un journaliste émoustillé à la curiosité piquée produit donc souvent un papier élogieux… Une chose est sûre : Gaspard Proust n’a pas fini de cultiver le mystère autour de sa personne. Si vous allez le voir en spectacle, oui, la soirée coûte cher, mais cela vaut le déplacement. Il sera en tournée en 2018 avant de revenir à Paris en fin d’année, à l’Olympia. Excusez du peu.

Agnès Hurstel prolonge au Sentier des Halles

On la qualifie d’orgasmique. Agnès Hurstel est de celles qui font ce qu’elles veulent sur scène. Son premier spectacle d’une heure s’appelait tour à tour Agnès bande, puis Ma bite et mon couteau. Depuis qu’elle joue au Sentier des Halles, elle s’est débarrassée de ces titres mais conserve l’ADN du spectacle. On va parler cru, et de relations. Pas étonnant que la jeune femme ait profité de la scène de TEDx Paris pour parler du roulage de pelles.

Si vous n’aimez pas l’humour de nanas dit vulgaire, vous pouvez quand même aller voir Agnès Hurstel. Ici, pas de vannes gratuites sur les tampons pour feindre de choquer l’auditoire. C’est intelligent sans être pompeux, cru tout en restant léger. C’est franchement bien meilleur que le foie gras que vous allez vous envoyer pour les fêtes. On n’est pas gavé par une provocation gratuite. Bon, je suis peut-être allée loin sur la métaphore aviaire.

On souhaite à Agnès Hurstel de continuer sur sa lancée pour 2018. Ça tombe bien : elle vient d’être prolongée au Sentier des Halles. Vous pourrez même vous envoyer en l’air deux fois dans la même semaine. Mais ponctuellement : Agnès saura vous faire languir de plaisir… Et c’est le calendrier BilletRéduc qui le dit !

Pour Antek, il fait bon d’être Heureux

Autre univers : celui d’Antek, un artiste qui joue la carte de l’optimisme dans Heureux. Antek, c’est le genre de personne qui t’accroche un sourire, une envie de discuter. C’est le bon copain qu’on veut tous avoir. Dans la cave du Sonart comme au 33 Comedy, c’est un showman très habile avec les interactions avec le public.

Comme tous les animateurs de scène ouverte, Antek sait fédérer autour de lui. C’est comme ça qu’est née son émission, Antek on R. On en a beaucoup parlé, mais on ne s’est pas vraiment intéressé au maître de cérémonie. Son positionnement à contre-courant de la morosité ambiante, avide d’humour noir, fait du bien. C’est au final une niche qui revient fort, avec des artistes comme notre résidente Marion Mezadorian. Plaisir et bonheur sont partagés dans un lieu exigu, propice à la création de vannes.

Pour voir Antek sur scène au Sonart, cela se passe tous les mercredis soir jusqu’au 31 janvier.

Roman Doduik : cap vers Lyon !

La revanche des crevettes, c’est le spectacle de Roman Doduik. A seulement 19 ans, l’humoriste manie l’autodérision pour se présenter au public. Une grosse voix, une coupe afro, qu’on aurait pu scrapbooker sur un albinos : tout est prétexte à apporter du décalage.

Je l’ai rencontré à Dimanche Marrant il y a maintenant plusieurs mois, et mon regard ne pouvait se détourner de lui. Après m’être rendue compte que non, ce n’était pas une nana, je l’observais fumer avec les autres artistes amateurs de clope. J’étais vraiment fascinée par ce que je voyais.

Certaines personnes parviennent à développer ce charisme, qui happe toute l’attention du public. Lors de son passage, il a notamment évoqué un périple ahurissant en bus de nuit et a captivé la salle. Par la suite, je l’ai revu, je lui ai touché les cheveux, c’était un moment que je n’oublierai jamais. Je le garderai bien ancré en moi, en attendant qu’il revienne nous faire coucou sur Paris. Amis lyonnais, Roman Doduik se produira chez vous du samedi au lundi jusqu’en avril 2018 !

Pour ceux qui n’ont pas eu la chance de toucher ses cheveux ou le voir sur scène, vous pouvez aussi le voir sur YouTube dans les insomnies de Roman.

Laura Calu : vers un spectacle sans filtre

L’humoriste et comédienne Laura Calu nous fait saliver d’impatience. Elle nous prépare un spectacle très intimiste, autour du thème de la confiance en soi.

On ne s’attend pas à ce qu’elle évoque ce sujet, quand on la rencontre. Sans préavis, elle en impose. Elle précise, certes, qu’elle est grande, mais c’est surtout son charisme sur scène qui frappe. Avec son personnage de femme fatale, elle a l’air capable de tout renverser sur son passage.

Laura Calu joue régulièrement au Paname Art Café. Très complice avec Marina Cars, elle est apparue dans de nombreuses vidéos cette année. On vous conseille de retrouver son passage chez la banquière loufoque Simone, l’un des meilleurs épisodes de la série ! Et bien entendu, ses vidéos lui ont offert une belle exposition. Elle fait partie de ces mastodontes du chiffre sur les réseaux sociaux, à la communauté grande et réactive.

Pour preuve : elle a été élue Varoise de l’année par les lecteurs de Var Matin (voir la belle interview sur leur site). Je vais vous faire une confession : je lui ai adressé mon vote, alors qu’il y avait du beau monde. Il y avait même un pilote de karting, et comme j’adore les sports mécaniques, ça a été dur de trancher. Parce que le gamin est probablement un futur grand. Fin de la digression… Tout ça pour dire bravo Laura, on attend ton spectacle avec impatience !

Crédits photo

Agnès Hurstel © Kader Aoun Productions

A propos de l'auteur